Etablissements de prise en charge des seniors

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etablissements de prise en charge des seniors"

Transcription

1 Etablissements de prise en charge des seniors Claudine Fabre

2 I. Introduction Qui est vieux? Dans le langage courant, le terme de personnes âgées sousentend un individu retraité ou > 65 ans Sous cette étiquette = grande disparité d âge et de situation On a des jeunes vieux < 65 ans mais dont leur état physique ou psychique les apparentent t à des sujets de 80 ans Et des vieux jeunes dont leur intégrité motrice, psychique et sociale sont intactes Vieillissement : processus qui convertit l adulte en bonne santé en adulte fragile avec une augmentation des risques de maladies, blessures et mort (Miller, 1999). Le vieillissement n est ni un processus de dvp ni une maladie bien qu une grande proportion de gens âgés présente souvent des symptômes infra- cliniques. i

3 Vieillissement : Labellisation de plusieurs catégories par âge chronologique Âge chronologique gq = calendrier civil Jeunes vieux: ans Moyens vieux : ans Vieux-vieux : ans Très vieux : > 100 ans

4 Les besoins des personnes d un tel éventail d âge et de situation sont si différents Multi-institutionnel Le dispositif institutionnel spécifique ne s adresse pratiquement qu aux personnes âgées qui commencent à avoir des difficultés d autonomie : * Économique * Et/ou physique * Et/ou mentale Formules d hébergement multiples mais restriction des choix possibles entre le prix et les places disponibles

5 II. Historique des formules d hébergement et prise en charge * Avant le XIX siècle Travail jusqu au décès Hospice : maladie, pauvreté, vieillesse * XIX siècle et première moitié du XX siècle Différenciation i entre hôpital et hospice Hôpital = spécialisé dans le soin Hospice = lieu d hébergement et d assistance pour les pauvres et les incurables de tout âge Installation de nouveaux problèmes : urbanisation délocalisation des familles vieillissement l hospice Création de maisons de retraite en parallèle avec Hospice = indigents

6 Différenciation entre maison de retraite et milieu hospitalier Maison de retraite = lieu d hébergement avec parfois un aménagement de cure médicale Milieu hospitalier = soin * A partir des années 60 * Valorisation de la personne âgée par rapport à leur pouvoir d achat * Hiérarchisation des établissements en fonction du prix * Explosion des établissements * Evolution actuelle : ouverture de maison de retraite à caractère libéral * XXI siècle : les réseaux gérontologiques : Centres Locaux d Information et de Coordination (CLIC)

7 Réseaux gérontologiques Intérêts: intrication entre le médical et le social Equipe multidisciplinaire: infirmière, ergothérapeute, assistante sociale, psychologue ) Gestion des pathologies complexes et du contexte social Coordination entre personnel hospitalier et libéral dans la perspective d un maintien à domicile durable: * tout en sécurité * convivialité * hygiène Possibilité de réseaux spécifiques: diabète, addiction mais aussi atelier mémoire, prévention des chutes en relation avec l hôpital local

8 III. Présentation de la population La personne âgée à domicile : quelques chiffres * 2002, en France : 9,7 millions de PA de plus de 65 ans soit 16,3% de la population totale * 75 ans et plus : 4,6 millions de personnes soit 7,7% 7% de la population totale française (3,8% en 1950) seulement hébergées é en dehors de leur domicile il soit plus de 9 personnes âgées sur 10 vivent chez elles

9 Evolution de la population accueillie Prévalence de la démence en maison de retraite passée de 39 à 71% en une dizaine d années Nouveau besoin spécifique de santé * Les handicapés mentaux qui vieillissent, structure d accueil jusqu à la retraite et puis?... * La population psychiatrisée pour laquelle les hôpitaux psychiatriques considèrent qu ils n ont plus à l assumer au long cours en dehors des périodes de crise Sur le plan social, d autres nouveautés apparaissent * Les immigrés vieillissants pas toujours bien intégrés dans la population française * Les marginaux vieillissants en situation de grande précarité

10 Problèmes de santé physique selon le sexe et l âge (en %), Guilbert et al, 2003 Hommes Femmes Classes d âge Avoir une maladie Avoir un handicap Avoir une maladie Avoir un handicap chronique physique chronique physique ans 46,9 20,9 45,92 22, ans 43,8 21,3 42,2 23, ans 48,1 19,5 45,9 18, ans 48,88 22,1 49,2 26,8

11 IV. Classification des structures accueillant des personnes âgées de façon permanente 1. Création du sigle : Etablissements d Hébergement pour Personnes Agées (EHPA) Dépendantes (EHPAD) 2000 : établissements dont * 6240 maisons de retraite * 3120 foyer-logements * 1040 unités de soins de longue durée Création du sigle EHPA(D) en vue de regrouper progressivement les maisons de retraite médicalisée, les maisons de retraite non médicalisée et unités de soins longue durée sous un même label pour : Réforme de tarification Regrouper les établissements à caractère sanitaire ou médicosocial sous un même label But : Améliorer le niveau de qualité de prise en charge globale de la personne âgée dépendante Evolution du niveau des soins médico-techniques Classification en EHPAD pas systématique : demande à faire par l institution

12 EHPAD = tout établissement médico-social d hébergement signataire d une convention tripartite (accord entre département, assurance maladie et l établissement lui même) Cette convention est fixée sur la base du respect d un cahier des charges applicable aux établissements hébergeant des PA dépendantes et à une valeur d engagement dans une démarche d assurance qualité de la part de tous les partenaires c est-à-dire les responsables d établissement et les autorités de tutelle La convention détermine 3 objectifs : * un tarif hébergement, déterminé annuellement par le préfet * un tarif dépendance, évalué par la grille AGGIR gradué en fonction du niveau de dépendance et dont le montant est arrêté par le président du Conseil Généralé * un tarif soin versé directement par l assurance maladie à l établissement

13 EHPAD : triple tarification Soin Dépendance Hébergement Pour une demande de classement en EHPAD il faut : Présence obligatoire d un médecin coordonnateur rôle de celui-ci : assurer la coordination la formation des différents intervenants médicaux et paramédicaux afin de garantir la continuité et la qualité de la prise en charge

14 Evaluation par la grille AGGIR : 17 variables (Autonomie, Gérontologie, Groupes Iso-Ressources) Dix variables dites discriminantes se rapportant à la perte d autonomie physique et psychique sont utilisées pour le calcul du GIR Cohérence Orientation Toilette Habillage Alimentation Élimination Transferts Déplacements à l intérieur Déplacements à l extérieur Communication à distance (ex: téléphone) ) Sept variables dites illustratives se rapportant à la perte d autonomie domestique et sociale qui n entrent pas dans le calcul du GIR mais apportent des informations nécessaires à l élaboration du plan d aide: Gestion personnelle de son budget et de ses biens Cuisine Ménage Transports Achats Suivi du traitement Activités de temps libre

15 Chaque variable discriminante s apprécie selon 3 modalités notées A, B ou C A = accomplit seul totalement et correctement les actes quotidiens B = effectue partiellement les actes C = ne fait pas les actes

16 La grille AGGIR : constitution de 6 groupes en fonction des résultats 1. Déments grabataires 2. Grabataires lucides ou déments déambulants 3. Lucides mais dépendants au niveau locomoteur 4. Aide ponctuelle au repas, au activité corporelle, et lors des transferts 5. Aide à la toilette, au ménage, au repas 6. Pas de dépendance pour les actes de la vie courante Groupe 1 (GIR 1) : perte de l autonomie mentale, corporelle, locomotrice et sociale nécessitant la présence indispensable et continue d intervenants Groupe 2 (GIR 2) : personne confinée au lit ou au fauteuil dont les fonctions mentales ne sont pas totalement altérées, nécessitant une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante ainsi que les personnes dont les fonctions mentales sont altérées mais qui ont gardé leurs capacités motrices

17 Groupe 3 (GIR 3) : personne qui ont conservé leur capacité mentale, leur autonomie motrice partiellement, nécessitant quotidiennement et plusieurs fois par jour des aides pour leur autonomie corporelle Groupe 4 (GIR 4) : personnes qui n assument pas seules leur transfert (se lever, se coucher, s asseoir) mais qui une fois levée peuvent se déplacer à l intérieur du logement. La grande majorité s alimente seule. Appartiennent aussi à ce groupe, les personnes qui n ont pas de problème locomoteurs mais qui doivent être aidées pour l habillage, la toilette, les repas Groupe 5 (GIR 5) : personne ayant besoin simplement d une aide pour la toilette, la préparation des repas et le ménage Groupe 6 (GIR 6) : personne qui n ont pas perdu leur autonomie pour les actes de la vie courante S l l 4 i GIR t d it à l APA (Aid P li é à Seul les 4 premiers GIR ouvrent droit à l APA (Aide Personnalisée à l Autonomie)

18 2. Présentation des structures d hébergement Les diverses formules d hébergement présentées sont classées en fonction à la fois de l autonomie du sujet dans la structure collective et tla dépendance d physique et/ou psychique de la personne

19 2.1 Logements-foyers Création : année 1960 Public : Personne valide Groupe de logements autonomes assortis d équipements ou de services collectifs (restauration, blanchissage, infirmerie qui sont des aides au maintien à domicile) Usage facultatif Entrée en logement-foyer : directe Volonté du sujet Certificat médical possible attestant d une vie autonome Ces logements (vide ou meublé) = type F1 ou F2 intégrés dans une même résidence Logement adapté par rapport à l habitat original du sujet Indépendance Sécurité Relations Statut : public (70%) ou privé Tarif : mensuel = F1bis = 269 Є à 696 Є

20 Pb des logements foyers : installation de la dépendance des sujets accueillis au départ autonomes Certains : présence d une section de cure médicale évolution du profil des personnes accueillies Double problème si installation progressive de la perte d autonomie: * suivi médical non approfondi sans connaissance des troubles induisant la dépendance car personnel non qualifié (pas de gériatre) * prise en charge inadaptée des incapacités liées aux déficiences (personnel para-médical insuffisant, inadaptation architecturale face à la dépendance) Solution : personnel libéral mais pas de coordination par rapport à un EHPAD Installation du handicap plus précocement (livre blanc de la gériatrie)

21 2.22 Résidences Services Définition : ensemble hôteliers spécifiques aux personnes âgées (appartements de standing à louer ou acheter) Fonctionnement : même principe que les logements foyers Statut t t :privé Exemple : les Hespérides, Les Jardins d Arcadie 2.3 Hébergement en famille d accueil moins de 1%

22 2.4 Maisons de retraite avec ou sans cure médicale Statut : public, privé à but non lucratif (association, congrégation ) ou privé (gestion par des sociétés) Rôle : hébergement dans un cadre collectif, soins Prise en charge globale (restauration, ménage ) Chambre double ou individuelle Accueil : * PA autonomes ou dépendantes du fait d une pathologie chronique stabilisée ne nécessitant pas à priori des soins techniques lourds * Toute catégorie sociale quel que soit le statut ou la domiciliation mais peuvent être réservées ou accorder une priorité en fonction par exemple : * De la domiciliation * De la profession (gestion par des caisses de retraite, des organismes mutualistes) t * De la religion (congrégations, fondations )

23 2.4.1 Maison de retraite sans cure médicale Fonction d hébergement Suivi médical assuré la plupart du temps par des libéraux extérieurs du libre choix de la personne Maisons de retraite avec cure médicale Cure médicale Fonction : Au sein d un établissement, hébergement et surveillance médicale de personnes ayant perdu leur capacité d effectuer seules les actes de la vie quotidienne et qui nécessitent un traitement d entretien et des soins paramédicaux 3 objectifs pour ce type de place épargner l angoisse du transfert préserver l autonomie de vie éviter les hospitalisations injustifiées Tarif : 44 euros / jour + frais de dépendance

24 2.5 Unités de vie Intégration dans un quartier ou une commune rurale Mode de vie familial et participatif Personne valide Possibilité d apporter son mobilier Solution intermédiaire entre domicile et institutionnalisation Grande similitude avec les logement foyer (appartement) D autres proposent une vie plus familiale organisée autour d un grand séjour commun chacun disposant d une chambre individuelle (co-location) le tout géré par une maîtresse de maison Disposition de service de soutien au maintien à domicile En principe p : télésurveillance 2 principes essentiels * maintenir la personne âgée dans l environnement géographique qui lui est familier * stimuler son autonomie

25 2.5 Unités de vie Tarif 2007 : le grand écart pour une même région Type F1 bis : loyer 427 euros + charges 700 euros pour 1 personne, 1031 euros pour 2 personnes + prestation dépendance Type F1 bis : loyer 360 euros + charges 440 euros pour 1 personne, 605 euros pour 2 personnes + prestation dépendance

26 2.6 MARPA (Maison d Accueil Rural pour Personnes Agées) Création : mutualité sociale agricole Implantation : milieu rural = maintien du sujet dans son environnement Fonctionnement : combinaison i d appartement individuel id (± petit jardin) et d espaces de vie commune Mêmes caractéristiques ti que les unités de vie c est à dire structures non médicalisées de 15 à 20 personnes Maintien du sens des responsabilités, pas de prise en charge totale

27 2.7 MAPAD : maison d accueil pour personnes âgées dépendantes Statut : public ou privé Public : personnes âgées dépendantes (60 à 80 personnes) Perte d autonomie physique et/ou psychique Intégration possible du Cantou au sein de l établissement pour les plus désorientées s il en existe un 2.8 Les Cantous Maisons individuelles ou espace spécifique Accueil : 12 personnes désorientées ~ Gestion: rattachement souvent à un établissement plus important Les résidents sont souvent associés aux tâches quotidiennes

28 2.9 Unités de soins Alzheimer Cinq critères de reconnaissance Population atteinte de démence Environnement architectural spécifique : espaces de déambulation, points de rencontre, issue fermées, accès à l extérieur possible, aspect convivial Personnel formé, expérimenté et spécialisé en évitant le turn over pour assurer une relation personnalisée avec le patient Soutien des familles : à l aide d entretien systématiques avec l équipe médicale Projet médical de soins spécifiques centré sur MA : activités stimulante, accompagner mais ne pas faire à la place

29 2.10 Soins de suite et de réadaptation (SSR) Terme remplaçant moyen séjour Objectif : * traitement ou surveillance des malades requérant des soins continus * rééducation principalement afin de récupérer au max l autonomie perdue But : retour à domicile SSR = cadre du secteur de soins et non d hébergement Tarif : forfait journalier payé par la sécurité sociale Le patient est reconnu «malade» 2.11 Unités de soins longue durée (SLD) ex-services de long séjour qui ont été creés en 1975 dans le cadre de la transformation des hospices

30 Population : patients dépendants Unités de soins longue durée aide d une tierce personne obligatoire et/ou nécessité d un suivi médical rapproché du fait d un risque de décompensation aigü important Patients non pris totalement en charge financièrement par la sécurité sociale Une part hébergement est facturée au patient, à la famille, à la communauté Pb des SLD par rapport au financement : c est souvent les pathologies en SSR qui ont laissé des séquelles ou qui persistent Transfert au domicile ou en EHPAD Patients stabilisés ou à faible niveau de soin

31 2.12 Accueil de jour Structure permettant etta t de prendre pe de en charge thérapeutique des personnes âgées malades, en général atteintes d une pathologie démentielle, une à plusieurs journées par semaine afin de stimuler les capacités restantes, assurer un soutien psychologique au patient et indirectement à sa famille Structure différente de l hôpital de jour car ce n est pas un lieu de diagnostic

32 V. Structures de passage 1 Résidence d hébergement temporaire But : * soulagement momentané des familles (week-end, end vacances, indisponibilité temporaire ) * préparation p de la personne âgée à quitter son domicile au profit d une institution * permettre à la personne âgée de surmonter des périodes difficiles (hiver, convalescence ) 2 Clubs de seniors Equipement léger de quartier qui offre des possibilités d action et d animation aux personnes âgées avec la participation de celles-ci et le recours d animateurs Contribution au maintien de la vie sociale des seniors

33 3.3 Les Fédérations 1. Fédération Française d Education Physique et de Gymnastique Volontaire (FFEPGV) «La prévention de la santé par le sport est le concept qui inspire toute la politique de la Fédération» 2. Fédération Française de la Retraite Sportive (FFRS) «La F.F.R.S. est une fédération multisport adaptée aux plus de 50 ans. Elle favorise en toute sécurité la pratique conviviale, hors compétition, des Activités Physique et Sportives»

34 3.4 Associations 1. Sport, Initiative Et Loisir Bleu (SIEL Bleu) «Acteur de prévention-santé qui utilise notamment l'activité physique adaptée comme moyen d'action» 2. Les aînés ruraux «C'est une éthique que nous revendiquons : utilité, responsabilité, solidarité, ouverture, échange et amitié»

35 VI. Conditions d entrée dans les hébergements 1/ Logement-foyer * Âge: avoir 60 ans et bénéficier d une retraite ou justifier d une retraite anticipée Au-delà de 85 ans : entrée difficile * Ressources : pouvoir payer le loyer et avoir suffisamment pour vivre * Santé : être valide, pas de trouble psychique, pas être atteint d une maladie nécessitant l assistance régulière d une tierce personne ou prise en charge par elle-même ou un organisme à condition que la personne reste autonome (ex: diabète) 2/ Maison de retraite Plutôt que l état de santé, on prend en considération la possibilité qu a la personne d accomplir sans aide les actes de la vie quotidienne Validité Invalidité sont remplacés par Autonomie-Dépendance

36 3. Unités de soins longue durée (SLD) Pas de choix mais une nécessité médicale besoins médicaux besoins de surveillance altération soudain de l état létat de santé Admission = décision médicale pas de subordination à une limiteit d âge La personne peut venir d un logement social (foyer-logement, maison de retraite ) ou le plus souvent d un service hospitalier (SSR, chirurgie ), rarement directement du domicile à cause d un manque de places

37 VII. Raisons d entrée en hébergement «sécurisé» Veuvage et ses conséquences : isolement (+ éloignement géographique), ennui, peur Crainte par rapport à l avenir : Prévention du handicap lié au vieillissement (maison mal adaptée: escalier, grand jardin, chauffage ) Sécurité affective : rapprochement du lieu géographique des enfants Choix du logement foyer Liberté et Indépendance : ex : pas de contrainte d heures pour les repas Choix de la maison de retraite Mettre un terme à l isolement plus facilement Se décharger des tâches et soucis de la vie quotidienne

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

Alzheimer. Mémento. S informer, comprendre Des repères pour mieux vous orienter.

Alzheimer. Mémento. S informer, comprendre Des repères pour mieux vous orienter. Alzheimer Mémento S informer, comprendre Des repères pour mieux vous orienter. 35853_ 3/09/0 :55 age Préambule La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées constituent un défi majeur pour notre société

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation

Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation Le secteur des EHPAD Définition, évolution et organisation DU et Capacité «médecin coordonnateur en EHPAD» Le 15 décembre 2010 Katy Jarny Responsable Conseil & Formation - I - Les différentes formules

Plus en détail

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ

Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ - 1 - Maison d Accueil Rurale pour Personnes Agées Établissement géré par le Centre Communal d Action Sociale de MERLEVENEZ RESIDENCE LE VERGER Rue de la Mairie 56700 MERLEVENEZ Le présent contrat est

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 GUIDE PRATIQUE / FAIRE FACE À LA PERTE D AUTONOMIE

GUIDE PRATIQUE. Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 GUIDE PRATIQUE / FAIRE FACE À LA PERTE D AUTONOMIE GUIDE PRATIQUE Faire face à la perte d autonomie Épargner selon ses objectifs DÉCEMBRE 2014 03 AVANT-PROPOS 1 La perte d autonomie touche de plus en plus de personnes, en raison principalement du vieillissement

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL

CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL CONTRAT DE SEJOUR CONTRAT DE SEJOUR / DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DE PRISE EN CHARGE Accueil de Jour «Maison Bleue» Le contrat de séjour définit les droits et les obligations de l'etablissement

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider

Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider Guide d aide à l orientation des malades et des familles Un de vos proches ou vous-même avez été diagnostiqué malade d Alzheimer, ce guide peut vous aider La maladie d Alzheimer et les maladies apparentées

Plus en détail

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64

Les Quatre Saisons. Appartement gérontologique. 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Livret d accueil Les Quatre Saisons Appartement gérontologique 36 rue Trevet 93300 Aubervilliers Tél. : 01.48.39.98.64 Présentation La résidence Les Quatre Saisons est un appartement d accueil, non médicalisé,

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR 1 SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR II.PRESTATIONS ASSUREES PAR L ETABLISSEMENT 2.1 description du logement et du mobilier fourni par l établissement 2.2 restauration 2.3 le linge et son entretien 2.4 animation

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE DE L APA

LE GUIDE PRATIQUE DE L APA LE GUIDE PRATIQUE DE L APA Allocation Personnalisée d Autonomie Principales règles, conseils et suggestions pour faire valoir vos droits Édition 2010-2011 www.capretraite.fr 0800 891 491 ÉDITORIAL LE GUIDE

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

LES LOGEMENTS FOYERS ET LE FORFAIT DE SOINS COURANTS (FSC)

LES LOGEMENTS FOYERS ET LE FORFAIT DE SOINS COURANTS (FSC) LES LOGEMENTS FOYERS ET LE FORFAIT DE SOINS COURANTS (FSC) RAPPORT D ENQUETE SUR L UTILISATION DU FORFAIT DE SOINS COURANTS DANS LES LOGEMENTS FOYERS DU RESEAU UNCCAS UNCCAS - Villa Souchet - 105 avenue

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors

Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Bien vieillir à domicile : accompagner les seniors Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays. Afin d élaborer des

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles

A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles DOSSIER DE PRESSE Février 2011 A l écoute de ses aînés, Paris mène des actions dynamiques et solidaires pour valoriser leur implication dans la cité et accompagner les plus fragiles Contact presse Service

Plus en détail

1. Procédure d admission

1. Procédure d admission Direction générale de l action sociale SD2/SD3 Document de travail MESURE 18 : HEBERGEMENT DES MALADES JEUNES ADMISSION D UNE PERSONNE AGEE DE MOINS DE 60 ANS DANS UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014

Dispositifs d aides aux personnes âgées 10/02/2014 Dispositifs d aides aux personnes âgées 1 Les acteurs de la gérontologie Où trouver l information sur les aides aux personnes âgées: Les CCAS: Centre Communaux d Action Sociale, outils social des mairies.

Plus en détail

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Action Sociale I janvier 2013 I Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Plan d actions personnalisé Aides d urgence : ARDH et ASIR Logement et cadre de vie Secours exceptionnels Le

Plus en détail

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.

2O14 LIVRET D ACCUEIL DES RESIDENTS. EHPAD Les Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMALIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76. 2O14 IVRET D ACCUEI DES RESIDENTS EHPAD es Savarounes, 1 rue du Roc Blanc 63400 CHAMAIERES Tel : 04.73.31.76.00 Fax : 04.73.31.76.01 lessavarounes@wanadoo.fr Bienvenue e plus grand bien qu on puisse faire

Plus en détail

Références et recommandations pour les logements-foyers

Références et recommandations pour les logements-foyers Professionnels Juillet 2013 Références et recommandations pour les logements-foyers MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Avant-propos Vivre

Plus en détail

Le Guide pratique de l APA

Le Guide pratique de l APA Édition 2013-2014 Le Guide pratique de l APA l Allocation Personnalisée d Autonomie www.capretraite.fr 0800 891 491 ÉDITO Une personne âgée nécessite davantage de soins et de présence avec les années.

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Les pièces justificatives suivantes sont à joindre

Les pièces justificatives suivantes sont à joindre CONSEIL GENERAL de la HAUTE-VIENNE Dossier de demande d Allocation Personnalisée d Autonomie Date de la demande : NOM :... Nom de jeune Fille :..... Prénoms :. ADRESSE :.. Téléphone :.. Demande : à domicile

Plus en détail

LE MINI GUIDE DU MAINTIEN A DOMICILE

LE MINI GUIDE DU MAINTIEN A DOMICILE LE MINI GUIDE DU MAINTIEN A DOMICILE EDITORIAL De plus en plus de personnes présentant les premiers signes de dépendance physique ou psychique, souhaitent rester chez elle. Or, une telle démarche n est

Plus en détail

Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement

Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement ét udes et résultats N 823 décembre 2012 Vieillir chez soi : usages et besoins des aides techniques et des aménagements du logement Les aides techniques et les aménagements du logement permettent aux personnes

Plus en détail

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux

Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux Offre de soins du CHGM UNAFAM 25/06/13 Dr HAOUI Psychiatre des Hôpitaux La sectorisation psychiatrique L Hôpital n est pas un lieu d accueil unique : depuis 30 ans, l'hôpital s est rapproché de son public

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

Tome 1 Les personnes âgées et leur logement sur Nantes Métropole

Tome 1 Les personnes âgées et leur logement sur Nantes Métropole Tome 1 Les personnes âgées et leur logement sur Nantes Métropole Données de cadrage et projections Avril 2015 AURAN S Page 3 Page 5 Page 7 Page 15 Page 29 ommaire Introduction Préambule Partie I : Éléments

Plus en détail

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour

L articulation Hôpital de jour Accueil de jour les hôpitaux de jour dans les filières de soin : un dispositif en marche L articulation Hôpital de jour Accueil de jour Dr Nathalie SCHMITT Dr Jacques HILD CH Colmar L articulation Hôpital de jour Accueil

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP

Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» MSP Centre Régional de soins Psychiatriques «Les Marronniers» EDS CHS MSP MSP «La Traversée» Anémones 1 - Anémones 2-45 lits 30 lits Chênes - 45 lits Dont - Circuits de soins internés 25 lits - Circuit de

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01

EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. : 05.49.50.40.51 / Fax : 05.49.60.75.01 EHPAD «Théodore ARNAULT» (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) Contrat de séjour «Hébergement temporaire» EHPAD «Théodore ARNAULT» 10, rue Condorcet - B.P. 19-86110 MIREBEAU Tél. :

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

résultats L implication de l entourage et des professionnels auprès des personnes âgées à domicile N 771 août 2011

résultats L implication de l entourage et des professionnels auprès des personnes âgées à domicile N 771 août 2011 études résultats et N 771 août 2011 L implication de l entourage et des professionnels auprès des personnes âgées à domicile D après l enquête Handicap-Santé, 3,6 millions de personnes âgées de 60 ans

Plus en détail

Les résidences du Centre Hospitalier

Les résidences du Centre Hospitalier Les résidences du Centre Hospitalier QUIMPER Résidence Ty Glazig Résidence Ty Creac h Résidence Ker Radeneg CONCARNEAU Résidence Avel Ar Mor Résidence Les Embruns Résidence Les Brisants POUR VOUS AIDER

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900)

La dépendance. 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) La dépendance 1 grande victoire 1 grand défi! (âge moyen : + de 80 ans aujourd hui, contre 47 ans en 1900) 2 DÉFINITION ENJEUX ET IMPACTS EVOLUTIONS POINT DE VUE POLITIQUE POURQUOI 1 ASSUREUR? LA SILVER

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées

Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées Livret d information à destination des usagers, de leur famille et des professionnels www.cg58.fr www.bienvieillirennievre.fr

Plus en détail

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases

ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases L Assurance-Invalidité (LAI) ASSURANCE-INVALIDITE Notions de bases 1. Quelques principes importants de l AI 2. La 5 ème révision de l AI (01.01.2008) service social 1 service social 2 L Assurance-Invalidité

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR

dans la Loire... I ACCUEILS DE JOUR DES PROFESSIONNELS DU CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE proches de chez vous Roanne 31-33 rue Alexandre Raffin 42300 Roanne Autonomie 53 rue de la République 42600 Montbrison 23 rue d'arcole 42000 Montbrison

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Perte d autonomie Comment se prémunir?

Perte d autonomie Comment se prémunir? Perte d autonomie Comment se prémunir? Edition 2015 Edito À la Carac, nous n avons pas trouvé le remède au vieillissement mais nous sommes convaincus que la dépendance n est pas une fatalité. Nous avons

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER

Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Parcours de soins en MPR : «Le patient après prothèse totale de hanche» Groupe SOFMER FEDMER Le présent document fait partie des documents élaborés par la Société Française (SOFMER) et la Fédération Française

Plus en détail

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT

Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Janvier 2014 LES PLATEFORMES D ACCOMPAGNEMENT ET DE REPIT Bilan national de l enquête d activité 2012 Les plateformes d accompagnement et de répit Bilan national de l enquête d activité 2012 I 2 I DGCS

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Enquête sur l alimentation des personnes âgées

Enquête sur l alimentation des personnes âgées Enquête sur l alimentation des personnes âgées (auprès de résidents en maisons de retraite et de clients de services de portage de repas) Dossier de presse 02/02/2012 Pourquoi cette enquête? Avec l allongement

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

Logements Entraide Générations

Logements Entraide Générations Logements Entraide Générations Présentation Logements Entraide Générations développe une idée simple : loger des jeunes entre 18 et 30 ans, à la recherche d un logement chez un sénior disposant d une chambre

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Ministère des affaires sociales et de la santé DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D. 312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010

Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Bilan de l activité d accueil de jour et d hébergement temporaire en direction des personnes âgées dépendantes en 2010 Le suivi de l activité des établissements ayant une activité d accueil de jour et

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage

LIVRET D ACCUEIL. Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage LIVRET D ACCUEIL Vue générale du bâtiment Jeanne Mance Médecine - soins de suite et de réadaptation au 2ème étage Médecine Soins de suite et de réadaptation Hôpital Saint-Charles - 4 rue Charles de Gaulle

Plus en détail

PRÉSENTATION. Guide des services pour les Seniors

PRÉSENTATION. Guide des services pour les Seniors PRÉSENTATION Mairie des Herbiers - Service des Affaires Sociales Tél. : 02 51 91 29 78 - www.cc-paysdesherbiers.fr Guide des services pour les Seniors Le CLIC du Haut-Bocage,, Le CLIC du Haut-Bocage, antenne

Plus en détail

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE

LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE LE DYNAMISME DU SECTEUR MÉDICO-SOCIAL EN ILE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE 11 FÉVRIER 2014 Contacts Presse : Burson Marsteller I & E Courriel : tanaquil.papertian@bm.com Tanaquil PAPERTIAN Téléphone : 01

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 28 janvier 2009 Offre de santé : Le groupe Malakoff Médéric et le régime minier de Sécurité sociale signent un accord de partenariat Le groupe Malakoff Médéric et la Caisse

Plus en détail

Bien vieillir en Morbihan

Bien vieillir en Morbihan Bien vieillir en Morbihan Sommaire LES ACTEURS 4 Les espaces autonomie seniors, des professionnels près de chez vous LES SERVICES ET LES AIDES 8 Vivre chez soi le plus longtemps possible 12 Quand vivre

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013

CIRCULAIRE COMMUNE. Objet : Plan domicile 2010-2013 CIRCULAIRE COMMUNE Objet : Plan domicile 2010-2013 Madame, Monsieur le directeur, Les conseils d administration de l Agirc et de l Arrco ont souhaité, dans le cadre des orientations prioritaires pour la

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique»

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique» DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle activité vient de voir le jour «Le BTP Gériatrique» Adapt 06 est une société de travaux tout corps d état, spécialisée dans l adaptation des logements pour les personnes

Plus en détail

Résidence Saint Jean

Résidence Saint Jean Résidence Saint Jean 41 Avenue Félix Baert 59380 BERGUES Tél : 03.28.68.62.99 Fax : 03.28.68.53.19 Email : stjean.residence@wanadoo.fr Site web : www.residence-saint-jean.fr Madame, Monsieur, Le Conseil

Plus en détail

Atelier «Vieillissement de la population et habitat»

Atelier «Vieillissement de la population et habitat» Atelier «Vieillissement de la population et habitat» Avec l allongement de la durée de vie et la mutation démographique sans précédent auxquels la société française est confrontée, la question du logement

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

HABITAT ET VIEILLISSEMENT : VIVRE CHEZ SOI, MAIS VIVRE PARMI LES AUTRES!

HABITAT ET VIEILLISSEMENT : VIVRE CHEZ SOI, MAIS VIVRE PARMI LES AUTRES! HABITAT ET VIEILLISSEMENT : VIVRE CHEZ SOI, MAIS VIVRE PARMI LES AUTRES! 17 e rapport du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées octobre 2012 Sommaire Note de synthèse 5 Introduction 11

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail