Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination"

Transcription

1 Issy-les-Moulineaux, le 20 juillet e édition de l enquête Cegos sur la diversité et la discrimination en entreprise Comment favoriser la diversité en entreprise? Réponses croisées des responsables RH et des salariés Manager la diversité (sexe, origine ethnique, âge, handicap) représente un des défis sociaux les plus importants pour les entreprises compte tenu des impacts que celle-ci peut avoir notamment sur leur performance, leur image, leur politique de recrutement et de formation, jusqu aux risques juridiques potentiels. De par ses missions en management et en gestion des ressources humaines, la Cegos est au cœur des problématiques que rencontrent les entreprises et s est donc intéressée au management de la diversité. Où en sont les entreprises aujourd hui? Comment ont-elles évolué dans leurs approches? Qu en pensent les salariés? Pour apporter une réponse à ces questions, l a conduit en mai 2007, pour la deuxième année consécutive, une enquête auprès de 700 acteurs de la fonction RH*, complétée cette année d une enquête miroir réalisée auprès d un échantillon national représentatif de 1004 salariés d entreprises. Les résultats de l enquête permettent de faire le point sur les facteurs de discrimination les plus marquants et sur les leviers que les entreprises doivent actionner pour y faire face. * Enquête réalisée entre le 27 avril et le 7 mai 2007 en collaboration avec Cercle RH, auprès des visiteurs du site et des lecteurs de la Newsletter de Cercle RH pour la partie concernant la fonction RH Acteurs de la fonction RH et salariés : une perception différente des facteurs de discrimination La différence de point de vue entre les acteurs de la fonction RH et les salariés est essentiellement due à leur «poste d observation» sur les origines de la discrimination. Les représentants RH portent un regard sur l extérieur de l entreprise et sont avant tout concernés par l inégalité des chances liée aux origines ethniques, tandis que les salariés, «de l intérieur», sont plus sensibles aux différences entre les sexes. Le facteur de discrimination apparaissant, aujourd hui, comme le plus important aux yeux des salariés d entreprises concerne en tout premier lieu l inégalité des chances entre les hommes et les femmes pour 36% d entre eux, suivi par la discrimination vis-à-vis des handicapés et les différences faites entre les jeunes et les seniors. Le contraste est marqué avec l opinion des acteurs de la fonction RH, 30% d entre eux considèrant que l inégalité de traitement due aux origines ethniques est la source la plus importante de discrimination, suivie par l inégalité hommes/femmes. 1/6

2 Des écarts de perception selon les catégories de population Pour les salariés d entreprise, assez logiquement, la perception d une inégalité entre hommes et femmes comme premier facteur de discrimination se rencontre principalement chez les femmes à 48 %, contre 24% pour les hommes. La perception du facteur d inégalité dû aux origines ethniques apparaît sensiblement plus importante pour les répondants les plus jeunes (24 % des moins de 30 ans contre 16 % pour les plus de 50 ans). Un tiers des salariés déclare avoir été témoin d actes de discrimination dans son entreprise et un quart affirme en avoir été personnellement victime On observe globalement moins de victimes qui se déclarent que de témoins qui observent des faits discriminatoires. La discrimination n est donc toujours pas un sujet dont on peut aisément parler en occultant les conséquences que cela peut avoir pour soi dans l entreprise. Les déclarations en tant que témoins d actes de discrimination portent dans des cas sur des questions d âge, puis pour 8% sur des questions d inégalité hommes/femmes et également 8% sur des discriminations ethniques. En revanche, les personnes qui se déclarent victimes de discrimination le sont plus souvent sur des critères de sexe ( 6%) et d âge (5%). Seules 1% des personnes interrogées se déclarent victimes de discrimination pour des raisons d ordre ethnique. En ce qui concerne les acteurs de la fonction RH, 57% d entre eux déclarent avoir été témoins d actes de discrimination dans leur entreprise, et 33 % déclarent en avoir été personnellement victimes. L écart entre la vision RH et celle des salariés peut sembler logique, les premiers étant par leur fonction beaucoup plus au fait des discriminations effectives, sans que l ensemble des salariés de l entreprise en soit informé. A noter également que la discrimination liée à l origine ethnique est essentiellemnt relevée par les responsables du recrutement (34% d entre eux). Les salariés en attente d une forte implication des représentants du personnel Contrairement à ce qui était apparu dans les résultats de l enquête 2006, les salariés considèrent que le manager n est pas le mieux placé pour écouter et traiter la discrimination. Cela ne semble pas surprenant, le manager étant celui qui donne et souvent recueille toutes les informations permettant de pendre les décisions ; celles-là mêmes qui pourront être ressenties comme discriminatoires. C est la confirmation du rôle de plus en plus important alloué au manager dans le management des ressources humaines. Les représentants du personnel sont considérés par les salariés comme leurs premiers confidents en cas de litige alors que, de leur coté, les acteurs RH les trouvent peu impliqués dans le management de la diversité. En revanche, ces résultats viennent conforter l idée que la Direction des Ressources Humaines doit jouer un rôle déterminant en tant que référent et arbitre dans des litiges liés à la discrimination. Pour les salariés, dans l éventualité d une discrimination personnelle, la première réaction serait d en parler à un représentant du personnel (pour 31 % des personnes), ou à un collègue proche (28%) ou encore au DRH (pour 22%). La direction générale ou le manager ne venant en premier lieu que pour 20% des personnes interrogées. S il convenait de faire appel à une instance pour résoudre un problème de discrimination, les représentants du personnel viennent toujours en priorité pour un tiers des salariés, le recours aux prud hommes étant ensuite cité par un quart d entre eux. A noter que 8% déclarent qu ils en porteraient connaissance à la HALDE. Pour les acteurs de la fonction RH, le recours au directeur RH arrive en tête. Il faut noter que le pourcentage de personnes citant la HALDE apparaît très important (25%), ce qui montre la notoriété acquise par l institution parmi les professionnels RH, et leur bonne connaissance de son champ d action. 2/6

3 L embauche : moment clé pour favoriser la diversité et lutter contre les discriminations. D après les salariés interrogés, la discrimination dans l entreprise se fait à 59% au moment du recrutement et concerne donc plus fortement les moins de 30 ans, qui sont 67% à le penser. En matière de discrimination sur la rémunération, la sensibilité des femmes est beaucoup plus marquée, avec 44% de citations contre 35% pour les hommes. A l inverse, la discrimination sur la promotion est citée par 38% des hommes et 32% des femmes. Quand il y a discrimination, celle-ci vient plutôt : Du ou des supérieurs hiérarchiques 66% Des collègues de travail ayant la même position 36% Des collaborateurs 13% Salariés % 20% 40% 60% 80% 100% Pour les acteurs RH, c est également à l occasion du recrutement que la discrimination est la plus fréquente (à 80%). La perception d une discrimination qui s exerce davantage pour l accès à des postes de responsabilité vient au second rang, ce qui traduit peut être une plus forte perception d un «plafond de verre» pour certaines populations. Enfin, confirmation du rôle compliqué du manager : les salariés ne souhaitent pas se «confier» à lui, alors que les acteurs RH lui demandent d être solidaire. Entre «victime et acteur», le manager se retrouve au cœur des dispositifs de management de la diversité. Il doit assumer les décisions qu il prend et doit donc être assuré d être compétent pour le faire. Il est donc probable que les managers vont avoir besoin d aide et qu ils ne pourront pas assumer seuls. Deux mesures à mettre en place pour lutter contre les discriminations : les processus de recrutement centrés uniquement sur les compétences techniques requises et l accès à l évolution professionnelle pour tous. Les processus de recrutement centrés uniquement sur les compétences techniques requises pour le poste sont considérés comme la mesure à mettre en place en premier lieu par 48 % des personnes interrogées, à égalité avec l accès à l évolution professionnelle pour tous (47%). Viennent ensuite l accès à la formation, la mise en place de CV anonymes, l embauche des handicapés et des seniors. La perception des responsables RH est assez proche de celle des salariés, même si les premiers insistent particulièrement sur l embauche des personnes handicapées et des plus de 50 ans. Questionnés sur les moyens à mettre en œuvre, les salariés comme les acteurs RH répondent clairement qu il ne s agit pas pour les entreprises d actionner un seul levier qui aurait un impact majeur. Il s agit de mettre en place un ensemble de dispositifs qui permettront de lutter contre la discrimination. En particulier, les moyens de piloter la diversité ressortent de manière prépondérante : traçabilité, indicateurs, audits. 3/6

4 Quels moyens mettre en œuvre pour lutter contre les discriminations? Salariés 2007 RH 2007 La traçabilité des décisions de GRH 35% 48% L obligation des CV anonymes 31% 21% Des audits de diversité menés par l inspection du travail L instauration d une négociation annuelle avec les partenaires sociaux La mesure de la diversité dans les entreprises Faire un délit pénal du non respect du nombre de personnes handicapées employées Des mesures financières (bonifications en cas d actions fortes ou pénalités en cas d insuffisance) La définition de quotas par la loi (seniors, femmes, origines ethniques ) Une incitation forte à embaucher des stagiaires issus de zones «sensibles» Une discrimination positive La promotion de politiques de branche 27% 26% 22% 20% 19% 15% 8% 37% 30% 44% 19% 31% 13% 20% 20% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 10% 20% 30% 40% 50% Parmi les nouveaux moyens paraissant particulièrement efficaces pour lutter contre la discrimination dans l entreprise, la mesure la plus souvent citée par les salariés tient à la traçabilité des décisions des RH (pour 35% d entre eux), suivie par l obligation des CV anonymes (31%). La perception des directions RH diffère sensiblement. Comme les salariés, ils font bien apparaître au premier rang la traçabilité des décisions prises par les directions RH, mais ils sont en revanche beaucoup moins partisans de l obligation du CV anonyme. Pour 44% d entre eux, la mise en place d un outil de mesure de la diversité dans l entreprise constitue une mesure particulièrement efficace pour lutter contre la discrimination. Cette mise en place peut être accompagnée d audits par l inspection du travail, impliquant des mesures financières (bonifications en cas d actions fortes ou au contraire pénalités en cas d insuffisance). Aujourd hui, les entreprises privilégient l action vers les handicapés et l égalité d accès à la formation pour tous Selon les salariés interrogés, deux mesures principales ont déjà été prises par les entreprises pour lutter contre les discriminations : une politique d emploi des personnes handicapées (à 29%) et l égalité d accès à la formation pour tous (pour les seniors, les femmes, les ouvriers ) pour 27%. Parmi les autres mesures, la non discrimination à l embauche et l information sur la discrimination obtiennent des scores significatifs. Les CV anonymes sont mis en place dans les entreprises pour 2% seulement des salariés, mais ce chiffre devrait augmenter dans le futur. Par rapport à 2006, nous observons une augmentation des projets mis en place matière de politiques d emploi pour les handicapés (pour 25% des entreprises), ainsi que des actions de non discrimination à l embauche. Pour toutes ces mesures, la taille de l entreprise joue un rôle important. Les très grandes entreprises (plus de 2000 salariés) sont en avance sur : la politique d emploi des personnes handicapées (51 % l ont déjà mise en place), des dispositifs pour assurer l égalité d accès à la formation (46%) les mesures visant la non discrimination à l embauche (35 %), 4/6

5 la mise en place d une information sur la discrimination (18%). Quelles mesures les RH appliquent ou envisagent d appliquer pour lutter contre les discriminations? RH Mesures déjà appliquées / envisagées RH Mesures déjà appliquées / envisagées Accès à la formation pour tous 13% 40% 44% Politique d'emploi de personnes handicapées 23% 28% 31% 16% Non discrimination à l'embauche 12% 27% 25% 8% Information sur la discrimination 10% 14% 15% 9% Charte ou code de bonne conduite 3% 12% 25% 12% Formation sur la discrimination CV anonymes 5% 9% 5% 6% 6% -60% -40% -20% 0% 20% 40% 60% Il existe des gisements de progrès importants pour le management de la diversité. Les acteurs RH semblent avoir pris le problème «à bras le corps». Il s avère que plus ils mettent en place d actions, plus ils prennent conscience de l ampleur des besoins restant à couvrir, notamment concernant l égalité hommes-femmes et l intégration du handicap dans l entreprise. Les managers sont en accord avec les RH mais sollicitent leur soutien Globalement, les managers ont une opinion assez proche de celles des acteurs de la fonction RH, plus que celle des autres salariés. Ils apparaissent plus optimistes que les acteurs RH sur la question de l évolution de la discrimination en entreprise, puisqu ils sont 68% à déclarer que la discrimination est en diminution. Toutefois, 58% d entre eux seulement se sentent suffisamment armés pour faire face aux difficultés des problématiques discrimination et diversité. Pour être à même de participer à une politique de diversité, ils expriment en priorité des besoins en matière de gouvernance d entreprise (43%), puis sur les aspects juridiques (38%) et managériaux (35%). Notons qu un tiers seulement des managers est sollicité par sa hiérarchie pour participer concrètement à la mise en œuvre d une politique de diversité. Dans ce cas, celle-ci se fait, selon eux, via le partage des valeurs de l entreprise (pour 46% des managers concernés), puis à égalité par la formulation d objectifs et la demande du respect d une charte ou de valeurs. Des raisons d être optimiste Une majorité des salariés (60%) affirment que la diversité est un levier pour augmenter la performance économique et ils sont 53% à penser que la discrimination dans les entreprises est en diminution. Cette opinion apparaît encore plus positive du coté des acteurs de la fonction RH qui affirment à 84 % que la diversité est un levier pour augmenter la performance économique de l entreprise et que l évolution de la discrimination en entreprise est en diminution (59% cette année contre 34% en 2006). L des Performances de l Entreprise est un centre de veille et d études, spécialisé dans l analyse des évolutions du management des entreprises. 5/6

6 Depuis 30 ans, la Cegos publie régulièrement les résultats de grandes enquêtes portant sur les principales fonctions de. Ces ouvrages permettent aux entreprises de se comparer et de mieux anticiper les tendances en matière de management, d organisation et de gestion des ressources. Parmi les dernières études publiées par L : Fonction Ressources Humaines Relations sociales et Climat social-choc démographique - Réforme de la Formation Professionnelle - Rémunérations des cadres - Fonction Comptable et Financière - Fonctions de Frais Généraux - Fonction commerciale - Management et métiers des commerciaux. La Cegos, créée en 1926, est aujourd hui le leader européen de la formation professionnelle. Le Groupe Cegos a réalisé en 2006 un chiffre d affaires de 165,6 M, dont 30 % à l'international. L expertise de ses consultants recouvre tous les domaines du management et du développement des compétences : ressources humaines, management et leadership, performance et organisation, efficacité individuelle et collective, marketing et commercial, management de projet, déploiement de grands dispositifs de formation en France et à l international. En 2006, la Cegos a formé plus de stagiaires à travers le monde. La Cegos emploie collaborateurs dont 700 consultants. Elle dispose d un réseau de 10 filiales à l international : Allemagne, Chine, Espagne, Grande-Bretagne, Hongrie, Italie, Portugal, Pologne, République Tchèque, Suisse. Pour toute information complémentaire, vous pouvez joindre Catherine Bonjour / Jérôme Aubry Tél : / / 6/6

Handicap et emploi : qu en pensent les Français?

Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Etude CSA pour CED* Handicap et emploi : qu en pensent les Français? Plus de 4 Français sur 5 se disent à l aise à l idée de travailler aux côtés d une personne en situation de handicap Le 25 septembre

Plus en détail

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-01 JANVIER 2013 SYNTHÈSE Les discriminations à l embauche ont-elles disparu? Les critères de recrutement

Plus en détail

L évolution de la formation professionnelle Enquête de l Observatoire Cegos

L évolution de la formation professionnelle Enquête de l Observatoire Cegos L évolution de la formation professionnelle Enquête de l Observatoire Cegos le 4 décembre 2008 1 La méthodologie de l étude Cette enquête a été menée du 7 au 24 octobre 2008 auprès de 403 DRH/RF et de

Plus en détail

Prévoyance collective

Prévoyance collective Prévoyance collective Résultats de l étude CTIP / Crédoc sur la perception de la gestion paritaire des institutions de prévoyance par les employeurs Dossier de presse Jeudi 7 avril 2011 Contact Presse

Plus en détail

RACIALES À L EMPLOI. Où en est-on aujourd hui? Comment agir? Exposition réalisée par l association Tissé Métisse en 2007

RACIALES À L EMPLOI. Où en est-on aujourd hui? Comment agir? Exposition réalisée par l association Tissé Métisse en 2007 discriminations RACIALES À L EMPLOI Où en est-on aujourd hui? Comment agir? Exposition réalisée par l association Tissé Métisse en 2007 Dans le cadre du pôle discriminations à l emploi avec la participation

Plus en détail

Prévenir la discrimination à l embauche

Prévenir la discrimination à l embauche Alain Gavand Prévenir la discrimination à l embauche Pourquoi et comment agir?, 2006 ISBN : 2-7081-3639-9 Sommaire Préface de Hervé Seyriex... 11 Introduction... 15 Partie 1 Discrimination à l embauche

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

- Mars 2013 CONGRES CFE CGC : DONNER DU SENS A VOTRE FUTUR. Présentation des résultats. Contact :

- Mars 2013 CONGRES CFE CGC : DONNER DU SENS A VOTRE FUTUR. Présentation des résultats. Contact : CONGRES CFE CGC : DONNER DU SENS A VOTRE FUTUR - Mars 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Présentation des résultats Note méthodologique

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4

Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 Organisation, management des équipes et participation des professionnels CHAPITRE 4 L expression et la participation des personnes concernées sont des sujets consensuels, mais leur mise en œuvre effective

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants

Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Contenu de la formation à la méthode SPGC pour les indépendants Les douze modules que comporte cette formation en ligne portent d une part sur la démarche dont les différentes étapes sont décrites pas

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

SYNTHÈSE D ÉTUDE. Les stéréotypes sur le genre

SYNTHÈSE D ÉTUDE. Les stéréotypes sur le genre SYNTHÈSE D ÉTUDE Les stéréotypes sur le genre Diversité Mai 2012 IMS-Entreprendre pour la Cité a mené une étude avec Patrick Scharnitzky, Docteur en psychologie sociale, pour identifier les stéréotypes

Plus en détail

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 -------------------------------------------------

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- Favoriser la mise à l emploi de travailleurs d origine étrangère x x x 2.329-1

Plus en détail

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins

L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins L image de l Ordre des Médecins auprès du grand Public et des médecins Synthèse Ipsos / CNOM Jeudi 30 mars 2006 Ipsos Public Affairs Ipsos a interrogé, en parallèle, 949 personnes constituant un échantillon

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

GRH1: Etre Responsable Formation

GRH1: Etre Responsable Formation 10 FORMATION ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES GRH1: Etre Responsable Formation - Présenter les enjeux et politiques de la fonction de responsable - Avoir une vision globale du métier et de ses évolutions

Plus en détail

CENTRE 7 Signataire de la charte de la diversité

CENTRE 7 Signataire de la charte de la diversité CENTRE 7 Signataire de la charte de la diversité Secteur d activité : industrie papiers / cartons Nombre de salariés : 65 Date de signature de la charte : Juin 2004 Bilan Diversité 2011 Le Bilan diversité,

Plus en détail

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences

DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences DIVERSITÉ Ensemble, valorisons nos différences Promouvoir la Diversité en luttant contre toute forme de discrimination et en valorisant chaque individu dans le respect des différences Pourquoi? Dans un

Plus en détail

Démarche RSE esh & Groupe Polylogis. Daniel BIARD

Démarche RSE esh & Groupe Polylogis. Daniel BIARD Démarche RSE esh & Groupe Polylogis Daniel BIARD RHF 2013 Plan de l intervention 2. Présentation Le Groupe Polylogis en quelques mots Un secteur en Mouvement L engagement du secteur professionnel Pourquoi

Plus en détail

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire

Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Fonds Social Européen Gestion des âges "Du dire au faire" Résultats des enquêtes terrain secteur bancaire Panels 1374 sur trois banques en France (banques A, B et C) et une banque en Europe (la D) (1).

Plus en détail

NOS FORMATIONS POUR 2015 GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

NOS FORMATIONS POUR 2015 GESTION DES RESSOURCES HUMAINES NOS FORMATIONS POUR 2015 GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1 GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Réf Intitulé du séminaire Population cible Objectifs du séminaire Montant Durée (en jrs) Date RH150 L analyse

Plus en détail

Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Résultats du Volet "salariés-parents" 26 avril 2013

Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale. Résultats du Volet salariés-parents 26 avril 2013 Baromètre 2013 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale Résultats du Volet "salariés-parents" 26 avril 2013 Sommaire Note technique 3 Synthèse des enseignements 4 Tableau de bord 6

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH du GPNI. Réunion de lancement du 11 février 2010. Résultats de l enquête de Maturité RH

Parcours Dyn@mique RH du GPNI. Réunion de lancement du 11 février 2010. Résultats de l enquête de Maturité RH Parcours Dyn@mique RH du GPNI Réunion de lancement du février 00 Résultats de l enquête de Maturité RH Rappel du contexte et des objectifs La volonté du GPNI: mettre en œuvre une démarche proactive pour

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE

ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE ATTENTES ET DEMANDES DU GRAND PUBLIC VIS A VIS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN REGION CENTRE Synthèse des principaux résultats Conseil Régional du Centre Septembre 2003 BVA OPINION 191 avenue du Général

Plus en détail

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS

- CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS CHAPITRE 20 - CENTRES D APPELS - MAXIMISER LE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT BUSINESS Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Les points de référence de performance 4 étapes pour transformer les enquêtes

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014

L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014 L impact de l innovation sur l emploi vu par les salariés du privé Rapport d étude Octobre 2014 BVA Opinion Adélaïde Zulfikarpasic- Directrice 01 71 16 90 96 Conseil d Orientation pour l Emploi Laurence

Plus en détail

DIVERSITE, DISCRIMINATION ET EGALITE DES CHANCES DANS LE VAL D OISE. - Présentation - Mai 2006

DIVERSITE, DISCRIMINATION ET EGALITE DES CHANCES DANS LE VAL D OISE. - Présentation - Mai 2006 LA PREFECTURE DU VAL D OISE DIVERSITE, DISCRIMINATION ET EGALITE DES CHANCES DANS LE VAL D OISE - Présentation - Mai 2006 1 Sommaire Fiche Technique I. La diversité II. Les discriminations III. L égalité

Plus en détail

assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services

assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services assistanat tout savoir, tout comprendre, pour mieux manager CDI-Intérim Experts Search & Selection Solutions RH Inhouse Services l assistant au cœur de l entreprise niveau d implication des assistants

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite

Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco. 2 - Code de conduite Code de conduite 1 Edition Juin 2015 Propriété de Charvet la Mure Bianco 2 - Code de conduite Sommaire CODE DE CONDUITE RESPECT - RESPONSABILITE - EXEMPLARITE Message du Président Qu est-ce que le Code

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail

les pratiques de la discrimination et de la diversité research en entreprise training operational consulting recruitment w w.ceg o s.

les pratiques de la discrimination et de la diversité research en entreprise training operational consulting recruitment w w.ceg o s. wwww.cegos.com w w.ceg o s.co m training les pratiques operational consulting de la discrimination recruitment et de la diversité research en entreprise Juin 2011 SOMMAIRE Synthèse de l enquête Méthodologie

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE CURRICULUM VITAE ANONYME n LC 203 Décembre 2009 - 3 - LE CURRICULUM VITAE ANONYME Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DU GROUPE UMANIS Grands principes appliqués dans les pratiques professionnelles d Umanis

CHARTE ETHIQUE DU GROUPE UMANIS Grands principes appliqués dans les pratiques professionnelles d Umanis CHARTE ETHIQUE DU GROUPE UMANIS Grands principes appliqués dans les pratiques professionnelles d Umanis Avant-propos Chers collaborateurs, Umanis, en tant qu entreprise cotée en Bourse, affirme une volonté

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Nos atouts pour vous accompagner

Nos atouts pour vous accompagner Formations Les effets de seuils sociaux Tableaux de bord sociaux et pilotage social Assistance à la mise en place d accords d entreprise Audit social d optimisation / de conformité / de sécurisation Rupture

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

La question RH du mois

La question RH du mois La question RH du mois Septembre 2015 Embargo : Jeudi 1 er octobre 18h 15 place de la République 75003 Paris Laurent Bernelas Directeur de l activité Corporate & Management 15, place de la République 75003

Plus en détail

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés

Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Communiqué de presse Paris, le 7 avril 2014 Les arrêts maladie représentent en moyenne l équivalent de 40 emplois à temps plein dans une entreprise de 1 000 salariés Malakoff Médéric qui assure la santé

Plus en détail

RH-Newsletter. Editorial. Expert RH. Soyez raisonnables! Demandez-nous l'impossible. Former des Leaders & Non des Masters RH!

RH-Newsletter. Editorial. Expert RH. Soyez raisonnables! Demandez-nous l'impossible. Former des Leaders & Non des Masters RH! RH-Newsletter Soyez raisonnables! Demandez-nous l'impossible. Septembre 2013 Dans ce numéro : Editorial Expert RH Nos Partenaires : Editorial NAITECH Consult RH-Newsletter est une publication en ligne

Plus en détail

Risques psychosociaux (RPS)

Risques psychosociaux (RPS) Risques psychosociaux (RPS) Une approche pour la prévention. Des repères pour l action. Contexte actuel de «Montée» des RPS dans : Les évolutions du travail et de son contexte (logiques financières et

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LE COLLEGE BILAN ET

LES FRANÇAIS ET LE COLLEGE BILAN ET LES FRANÇAIS ET LE COLLEGE BILAN ET PERSPECTIVES - Sondage de l'institut CSA - N 1100267B Avril 2011 Contact : Jérôme Sainte-Marie Directeur du département Politique-Opinion Tel : 01 44 94 59 10 / 59 11

Plus en détail

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas»

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» Les valeurs Depuis sa fondation en 2001, l Action de l aisbl Accompagner, et celle de l asbl «Les Amis d Accompagner» qui lui a succédé sur le terrain,

Plus en détail

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les principaux enseignements FD/EP N 113392 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

L Epargne Collective : Un marché d opportunités

L Epargne Collective : Un marché d opportunités L Epargne Collective : Un marché d opportunités Estimé par la Banque de France à 8.325 milliards d en 2005, le patrimoine des ménages français a augmenté de 44% depuis 2001. Chaque année, les flux d épargne

Plus en détail

Le Benchmarking CallCenter

Le Benchmarking CallCenter Pourquoi un benchmarking? Placé au cœur de la stratégie de la Relation Client, le centre d'appels est un outil majeur de différentiation pour les entreprises. Conjuguer qualité de service, satisfaction

Plus en détail

1- De l idée au concept 2- Notre offre 3- Nous rejoindre

1- De l idée au concept 2- Notre offre 3- Nous rejoindre Rejoignez le 1 er réseau de développement commercial pour les TPE/PME DOSSIER D INFORMATION 1- De l idée au concept 2- Notre offre 3- Nous rejoindre Forts de plusieurs constats Les difficultés des dirigeants

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3031 Convention collective nationale IDCC : 897. SERVICES DE SANTÉ AU TRAVAIL

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire 1. Groupe BAU CHEVALLIER & Associés...4 1.1. Structure juridique...4 1.2. Ressources Humaines...4 1.3. Organe de Direction...6 2. Procédures d audit Gestion des risques...6

Plus en détail

Le regard des 18-35 ans sur les sites et applications de rencontre

Le regard des 18-35 ans sur les sites et applications de rencontre NOTE DETAILLÉE Le regard des 18-35 ans sur les sites et applications de rencontre Sondage Harris Interactive pour Glamour Enquête réalisée en ligne du 20 au 22 et du 27 au 29 octobre 2015. Échantillon

Plus en détail

LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING

LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING LES ENTREPRISES PARLENT DU COACHING Juin 2004 Syndicat Syntec des Conseils en Evolution Professionnelle 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Contexte de l étude Questionnaire de 15 questions adressé aux clients

Plus en détail

Gestion prévisionnelle du personnel au XXIème siècle Les défis d un processus-clé de la GRH

Gestion prévisionnelle du personnel au XXIème siècle Les défis d un processus-clé de la GRH Page 1 sur 6 Gestion prévisionnelle du personnel au XXIème siècle Les défis d un processus-clé de la GRH Prof. Y. Emery, responsable de la Chaire «Management public et ressources humaines», IDHEAP, Lausanne

Plus en détail

RESULTATS QUESTIONNAIRE

RESULTATS QUESTIONNAIRE RESULTATS QUESTIONNAIRE PRESENTATION DE L ECHANTILLON Nous avons mené notre analyse auprès de 270 personnes qui ont répondu à l enquête suivante «Quelles sont mes attentes au travail et mon entreprise

Plus en détail

Etude. Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir. (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas,

Etude. Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir. (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Etude Fidélisation des salariés : les clés pour l avenir Etude internationale menée auprès de 2 627 DRH de huit pays (France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique, Pays-Bas, Grande-, ) mai 2002 Contact :

Plus en détail

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Perception des enjeux de santé et de bien-être Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Un taux de participation record 97% Une excellente représentativité de la fonction RH au Une enquête

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

MANAGER 35 CCI Formation Rennes Bretagne

MANAGER 35 CCI Formation Rennes Bretagne MANAGER 35 OBJECTIFS Comprendre l environnement de l entreprise, ses activités et ses enjeux Définir le rôle et les missions du manager Appréhender le comportement du manager Maîtriser les outils du management

Plus en détail

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer

Les Français et Alzheimer. Vivre au quotidien avec la maladie. Synthèse des résultats. Septembre 2012. Les Français et Alzheimer Vivre au quotidien avec la maladie Synthèse des résultats Septembre 2012 TNS Sofres Rozenn BOUVIER - 01 40 92 33 20 Zein SAWAYA - 01 40 92 27 61 Espace éthique Alzheimer Grégory EMERY - 01 44 84 17 54

Plus en détail

La prévention des risques psychosociaux

La prévention des risques psychosociaux La prévention des risques psychosociaux MIEUX CONNAITRE LES RISQUES : DÉFINITIONS Les risques psychosociaux La notion de risques psychosociaux correspond, selon le Ministère du travail, aux risques professionnels,

Plus en détail

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE

3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE 3ANALYSER LES INFORMATIONS DES FICHIERS DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES (GRH) : ÉLÉMENTS DE MÉTHODOLOGIE P. 35/42 FICHE N 10 : Les conditions d une exploitation des fichiers de GRH P. 43/49 FICHE N

Plus en détail

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés

Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés n 58 novembre 2010 ISSN 1967-6158 Près d'un établissement sur deux satisfait à l'obligation d'emploi Données 2008 emploi formation insertion Franche-Comté La loi du 10 juillet 1987 relative à l obligation

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN -

Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Communication de la France «Refonder l éducation prioritaire» présentée par Mme Nadine Prost Correspondante nationale du MEN pour la CONFEMEN - Réunion-débat de la CONFEMEN, Dakar 17 au 19 mars 2014 «Éducation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3117 Convention collective nationale IDCC : 843. BOULANGERIE-PÂTISSERIE (Entreprises

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Étude annuelle «Famille et Entreprises» pour La Maison Bleue et Le Figaro économie

Étude annuelle «Famille et Entreprises» pour La Maison Bleue et Le Figaro économie Étude annuelle «Famille et Entreprises» pour La Maison Bleue et Le Figaro économie Étude Viavoice auprès des dirigeants d entreprise et des DRH Viavoice Paris. Études & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Paris.

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES AU SEIN D ELECTRICITE DE STRASBOURG

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES AU SEIN D ELECTRICITE DE STRASBOURG ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES AU SEIN D ELECTRICITE DE STRASBOURG ENTRE LES SOUSSIGNES Électricité de Strasbourg, société anonyme au capital de

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES 1 2 Erasmus + un atout pour l employabilité, une force pour les entreprises L Union Européenne investit 16,4 milliards d euros dans

Plus en détail

Programme type à personnaliser

Programme type à personnaliser Programme type à personnaliser Module 1... 2 Présentation Phase 1 Phase 2 Module 2.... 5 Présentation Module 2.1 Module 2.2 Module 2.3 Module 2.4 Module 2.5 Module 2.6 Module 2.7 Module 2.8 Module 2.9

Plus en détail

Observatoire du travail : 8 ème édition La diversité en entreprise

Observatoire du travail : 8 ème édition La diversité en entreprise Climat Social Janvier 2006 Observatoire du travail : 8 ème édition La diversité en entreprise Ce sondage est réalisé pour en partenariat avec I. Méthodologie 2 Méthodologie Échantillon de 1405 salariés

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* NOTE DETAILLEE Les attentes des catégories populaires Sondage Harris Interactive pour L Humanité Dimanche Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 janvier 2012. Echantillon de 639 individus membres des catégories

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès?

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Cycle Innovation & Connaissance 81 petit déjeuner Stéphanie CHASSERIO, Professeure SKEMA

Plus en détail

Piloter les objectifs et l activité

Piloter les objectifs et l activité PARCOURS CL.01 Piloter les objectifs et l activité Fixer des objectifs, mobiliser une équipe, réaliser un suivi d activité, c est le moins qu on puisse attendre d un manager. Pour autant, le pilotage ne

Plus en détail

OUTILS D AIDE AU RECRUTEMENT. Définition du profil de poste. A remplir par RH et Manager avant de lancer le recrutement

OUTILS D AIDE AU RECRUTEMENT. Définition du profil de poste. A remplir par RH et Manager avant de lancer le recrutement Définition du profil de poste A remplir par RH et Manager avant de lancer le recrutement NECESSAIRE SOUHAITABLE SERAIT UN PLUS REDHIBITOIRE Formation Expérience Compétences Langues Savoir-être Pré-sélection

Plus en détail

Le climat social, révélateur de la performance des organisations

Le climat social, révélateur de la performance des organisations Le climat social, révélateur de la performance des organisations Avec la décroissance constante des conflits sociaux en France, le désengagement des salariés est devenu une forme plus qu émergente d expression

Plus en détail

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE

L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Copyright Photo Alto L EMPLOI ET LA FORMATION DANS LA BRANCHE Le phénomène de concentration continue d impacter le nombre des entreprises de la branche mais n a pas d incidence négative sur l emploi puisque

Plus en détail

Perception du travail temporaire et du management de transition dans le monde

Perception du travail temporaire et du management de transition dans le monde Perception du travail temporaire et du management de transition dans le monde Perceptions, pratiques et tendances dans 17 pays Une étude internationale de Étude internationale 2 Étude internationale SOMMAIRE

Plus en détail

Marketing & Coaching : une combinaison inédite pour oser le changement Année 2016

Marketing & Coaching : une combinaison inédite pour oser le changement Année 2016 Code Siret 79177443300019 Code APE 7022Z Marketing & Coaching : une combinaison inédite pour oser le changement Année 2016 Sommaire La cible prioritaire Les origines de la prestation, ou la naissance d

Plus en détail

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Sommaire Présentation de PIC FORMATION p 3 Le contexte de votre bilan de compétences p 4 Les objectifs p 5 Le déroulement p 6 Comment en

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

Cabinet Solucom Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Rapport de situation comparée 2012/13 Plan d action 2013/16

Cabinet Solucom Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Rapport de situation comparée 2012/13 Plan d action 2013/16 Cabinet Solucom Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Rapport de situation comparée 2012/13 Plan d action 2013/16 Table des matières 1. Préambule... 3 2. Bilan chiffré 2012/13... 4 2.1.

Plus en détail

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays

L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays L Internet of Everything (IoE) Les 10 points essentiels tirés de l étude sur l IoE menée par Cisco auprès de 7 500 décideurs dans 12 pays Joseph Bradley Jeff Loucks Andy Noronha James Macaulay Lauren Buckalew

Plus en détail

PSA Peugeot Citroën face au testing. Daniel Bouchard

PSA Peugeot Citroën face au testing. Daniel Bouchard Numéro 5 Juillet 2007 PSA Peugeot Citroën face au testing Daniel Bouchard Daniel Bouchard est responsable du service gestion des compétences et recrutement de PSA Peugeot Citroën. De formation École supérieure

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013

RAPPORT FINAL. Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI. 13 mars 2013 Enquête sur la formation professionnelle dans les ETI RAPPORT FINAL 13 mars 2013 Version finale 13/03/2013 RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE ÉLECTRONIQUE 2 Introduction Le questionnaire diffusé par l ASMEP-ETI auprès

Plus en détail

Présentation de l édition 2013

Présentation de l édition 2013 Présentation de l édition 2013 Pour commander l étude : 01 82 69 69 09 ou mobicadres.fr p. 1 5 818 décideurs, en hausse constante depuis la création de l étude en 2007 MobiCadres 60% du panel appartient

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail