FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015"

Transcription

1 FLASH SCLÉROSE EN PLAQUES SFN - NEUROSCIENCE 2015 CHICAGO, USA - 17 AU 21 OCTOBRE par Dr Richard Macrez, Université de Caen & Hôpital de Caen

2 CONGRES NEUROSCIENCES CHICAGO, USA Du 17 au 21 Octobre 2015 s est déroulée à CHICAGO (USA) la grande messe annuelle des neuroscientifiques du monde entier : le congrès international de la société américaine de neurosciences (SFN). La SFN réunit tous les ans, aux USA, plus de chercheurs en neurosciences (principalement en recherche fondamentale). Cette année encore, les chiffres faisaient tourner la tête : plus de chercheurs, plus de conférences affichées par poster, plus d un millier de conférences orales par des étudiants et plusieurs centaines de conférences orales par des chercheurs confirmés. Ce congrès s intéresse à toutes les neurosciences, à toutes les maladies neurologiques et bien entendu à la sclérose en plaques (plus de 200 conférences affichées par posters, plusieurs dizaines de conférences orales). Devant le nombre important de présentations et conférences, il a fallu sélectionner de manière fine les conférences comportant les mots-clés suivant : sclérose en plaques, barrière hémato-encéphalique, modèle expérimental, neuro-inflammation. Grâce à ces mots-clés, plus de 160 conférences apparaissaient dans le moteur de recherche du congrès. Ces conférences allaient du très fondamental (du gène) au plus intégré (effets de l exercice physique). Ici sont présentées les 3 conférences qui ont semblé être les plus pertinentes pour les personnes atteintes de SEP et en accord avec les thématiques de la Fondation ARSEP : l effet du sport, une cible thérapeutique pour les SEP secondairement progressives et les biomarqueurs de la démyélinisation. Le sport et la sclérose en plaques Effet de l exercice physique sur les processus physiopathologiques des patients atteints de SEP : étude chez l animal. (Étude réalisée par le groupe du Pr Centonze de l Université de Rome, Italie) La sclérose en plaques est une maladie neuro-inflammatoire et la cause la plus fréquente de handicap chez les jeunes adultes. Les approches thérapeutiques actuelles sont basées sur des traitements immunomodulateurs ou immunosuppresseurs, capables de fournir une récupération fonctionnelle. Des données cliniques et précliniques suggèrent fortement l effet bénéfique de l exercice physique chez les patients souffrant de sclérose en plaques mais les mécanismes impliqués sont encore mal compris. Au cours des dernières années un lien entre l inflammation et l altération de la synapse (zone fonctionnelle de contact entre 2 neurones ou un neurone et une autre cellule) dans plusieurs zones du cerveau, comme le cervelet, a été mis en évidence dans l encéphalomyélite auto-immune expérimentale (EAE), modèle animal de la SEP. En particulier, il a récemment été montré que la cytokine pro-inflammatoire interleukine 1-bêta (IL1-bêta), secrétée par les lymphocytes T, a un rôle crucial dans le déclenchement des dysfonctionnements synaptiques des neurones au niveau cérébelleux. p 2

3 Fait intéressant, les symptômes liés à la dysfonction cérébelleuse dans la SEP semblent être sensibles à l exercice physique. Les chercheurs du groupe du Pr. Centonze ont posé la question suivante : l exercice physique pourrait-il atténuer la réaction inflammatoire, conduisant ainsi à l amélioration de la pathologie du cervelet dans le modèle EAE? Pour répondre à cette question, la SEP a été induite chez des souris femelles. Les souris étaient ensuite placées soit dans des cages "standard" (avec juste eau et nourriture) soit dans des cages équipées de roues. L analyse quotidienne des symptômes cliniques chez les souris (via l utilisation d une échelle permettant de coter les déficits) a révélé une réduction significative de l invalidité liée à la maladie chez les souris SEP placées dans les cages où se trouvaient les roues d exercice. En outre, les tests permettant de mesurer la force des animaux ont montré une augmentation des fonctions neuromusculaires chez ces souris entrainées. Au pic de la maladie (21 jours après le début des symptômes), des prélèvements ont été effectués. Les chercheurs ont mesuré les niveaux d IL1-bêta libérées par les lymphocytes T périphériques chez les souris SEP entrainées et non entrainées : ils ont pu trouver que l exercice réduit systématiquement la quantité d IL1-bêta libérée par les lymphocytes T. Bien que préliminaires, ces résultats fournissent la preuve d un effet anti-inflammatoire de l exercice volontaire avec un impact potentiel sur l altération de la neurotransmission cérébelleuse, corroborant l hypothèse que l exercice physique est capable d interférer avec les mécanismes pathologiques de la sclérose en plaques. Une nouvelle cible thérapeutique pour les SEP secondairement progressives La Galectine-3 : Nouvelle cible thérapeutique chez les patients atteints de sclérose en plaques secondairement progressive. (Étude chez l animal par le groupe du Pr. KANDA de l université d UBE au Japon) Le groupe du Pr. Kanda a récemment démontré que des auto-anticorps dirigés contre les cellules endothéliales cérébrales formant la barrière hémato-encéphalique (BHE, barrière physique protégeant le cerveau et la moelle épinière des agressions) jouaient un rôle dans les processus physiopathologiques de la sclérose en plaques secondairement progressive (SEP-SP) et que ces auto-anticorps pourraient compromettre l intégrité de la barrière hémato-encéphalique. Dans cette étude, le groupe du Pr. Kanda a travaillé à partir d échantillons de sang de patients souffrant de SEP secondairement progressive (7 patients), de patients souffrants de SEP récurrente-rémittente (9 patients) et d échantillons de sang contrôles provenant de sujets souffrants de neuromyélite optiques (14 patients) et 20 échantillons de patients contrôles non malades. A l aide de différentes techniques de séparation des protéines et anticorps, les chercheurs ont pu identifier une protéine appelée galectine-3 comme un antigène cible dans le groupe de patients souffrant de sclérose en plaques secondairement progressive. En effet, ils ont découvert les patients SEP avaient un seuil de positivité significativement plus élevé pour cette protéine comparativement aux autres patients. De plus, ils ont pu mettre en évidence que seuls les patients atteints de sclérose en plaques secondairement progressive p 3

4 possédaient des anticorps anti-galectine-3 (aucune trace de ces anticorps dans le sang des autres patients testés). En essayant de diminuer l expression de cette protéine dans un modèle expérimental de BHE, les chercheurs ont montré qu ils étaient capables de protéger cette barrière hémato-encéphalique expérimentale. Les chercheurs du groupe du Pr. Kanda pensent donc que la galactine-3 et les anticorps anti-galactine 3 seraient une cible thérapeutique prometteuse pour la mise au point de nouveau traitement dans le cadre des SEP-SP. Biomarqueurs précoces de l inflammation : pouvoir prédire l évolution des lésions Biomarqueurs précoces de démyélinisation et de la neuro-inflammation dans l encéphalomyélite allergique expérimentale (EAE), modèle animal pour la sclérose en plaques. (Étude chez l animal par le groupe du Pr. CALZA de l université de Bologne en Italie) Ces travaux font échos au thème du dernier congrès scientifique organisé par la Fondation ARSEP en Juin dernier. La sclérose en plaques est une maladie très variable. Le profil de la maladie diffère fortement d une personne à l autre. Pour connaître le pronostic ou encore l efficacité d un traitement à préconiser, il serait utile de pouvoir disposer de paramètres ou de scores composites permettant d évaluer l évolution probable de la maladie. Même si l on connaît aujourd hui un certain nombre de facteurs pronostics dans de grands groupes de patients, il est impossible à l heure actuelle de les appliquer à l échelle individuelle. Plusieurs facteurs affectant l évolution de la maladie ont été identifiés, parmi lesquels : l âge d apparition de la maladie, l origine ethnique, l âge des premiers symptômes, l évolution au début de la maladie ou encore les résultats d imagerie. Les avancées technologiques améliorent la capacité prédictive de l IRM et de nouvelles techniques et mesures fournissent d autres moyens pour prédire l évolution de la maladie et la réponse au traitement. La recherche d un biomarqueur prédictif ou encore de facteurs génétiques sont des domaines de recherche très actifs mais les études préliminaires restent peu concluantes. Les biomarqueurs potentiels incluent l expression génique, la génétique ou encore les anticorps. L une des pistes prometteuses est la recherche de biomarqueurs prédictifs précoces de l inflammation et de la démyélinisation. En effet, l inflammation et la démyélinisation sont les principaux phénomènes pathologiques au cours de la SEP. Néanmoins, malgré les efforts réalisés dans le domaine des biomarqueurs pour déterminer les facteurs pronostics de l évolution clinique de la maladie, un biomarqueur permettant de définir une corrélation entre inflammation, démyélinisation et neurodégénérescence n existe pas encore. Dans cette étude menée dans un modèle animal de SEP, l équipe du Pr. Calza s est intéressée aux molécules se retrouvant dans le liquide céphalo-rachidien (LCR - liquide entourant le cerveau p 4

5 et la moelle épinière). Pour cela, après avoir induit la SEP chez l animal, les chercheurs ont recueilli le LCR des animaux à différents stades d évolution de la maladie. Une fois le LCR prélevé, ils ont effectué une quantification multiparamétrique de médiateurs de l inflammation. Afin de corréler ce qu ils retrouvaient dans le LCR avec des lésions des tissus, ils ont également prélevé les moelles épinières des animaux afin de faire des études de gènes. A la grande surprise, les chercheurs ont pu mettre en évidence non pas un seul biomarqueur mais six nouvelles protéines (au nom barbare) augmentées précocement et de manière significative dans le LCR des animaux atteints de SEP (avant le début de la maladie) comparativement aux animaux non malades. En ce qui concerne l expression des gènes, plusieurs gènes de myélinisation étaient fortement régulés à la baisse avant même le début de la maladie. De manière intéressante, cette diminution des gènes de la myélinisation était inversement proportionnelle à l augmentation significative de l expression des gènes des molécules inflammatoires. Les études histologiques ont permis de mettre en évidence une corrélation entre la présence de ces biomarqueurs précoces et l apparition de lésions tissulaires au niveau de la moelle épinière (avant même le début des symptômes). Ces études histologiques ont également permis de mettre en évidence les différents types cellulaires produisant ces biomarqueurs précoces (essentiellement par la microglie et les oligodendrocytes qui sont respectivement les cellules permettant la défense immunitaire du système nerveux central et la formation de la gaine de myéline autour des axones). Cette régulation des biomarqueurs précoces reflète bien la réponse immunologique et le processus de mise en route de la démyélinisation avant même l apparition des signes cliniques chez l animal. La découverte de ces biomarqueurs précoces spécifiques chez l animal reste à confirmer par d autres études chez l animal et chez l Homme afin de mieux comprendre les mécanismes qui régissent ces événements inflammation / démyélinisation précoces au cours d une SEP. Néanmoins, ces résultats prouvent que la piste des biomarqueurs est une piste extrêmement intéressante pour détecter au plus tôt la maladie et ainsi espérer agir plus vite. Fondation pour la recherche sur la sclérose en plaques 14 rue Jules Vanzuppe Ivry sur Seine service communication - Nov Fondation ARSEP - photos: Vaincre ensemble la SEP

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Février 20 CONFÉRENCE DE PRESSE LECMA / Vaincre Alzheimer ALZHEIMER : QUE CONNAÎT-ON DES MÉCANISMES DE LA MALADIE? OÙ EN EST LA RECHERCHE? QUELS SONT LES NOUVEAUX AXES

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

ECTRIMS 2010 13 16 Octobre 2010 Göteborg, Suède

ECTRIMS 2010 13 16 Octobre 2010 Göteborg, Suède brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage Tous les résumés ont été faits à partir des données publiées dans le livre des «Abstracts» édité par la revue «Multiple Sclerosis».

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques

Union pour la lutte contre la sclérose en plaques Union pour la lutte contre la sclérose en plaques UNISEP - 14 rue Jules Vanzuppe - 94 200 Ivry Sur Seine - Tel : 01 43 90 39 35 - Fax : 01 43 90 14 51 - www.unisep.org Pour fédérer recherche et aide aux

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques LT Mφ La sclérose en plaques une maladie auto-immune? LT Système immunitaire Mφ Facteurs génétiques étiques SEP Facteurs environnementaux nementaux Données épidémiologiques 60.000 patients en France Sujets

Plus en détail

La fatigue dans la sclérose en plaques

La fatigue dans la sclérose en plaques brochure destinée au patient atteint de sclérose en plaques ou à son entourage A. Catteau du CHU de Dijon T. Moreau président du CIRMA et vice-président du comité scientifique de la Fondation ARSEP et

Plus en détail

6 La maladie d Alzheimer

6 La maladie d Alzheimer 6 La maladie d Alzheimer Maladie neurodégénérative du tissu cérébral, la maladie d Alzheimer entraîne de manière progressive et irréversible la perte des fonctions mentales, dont la mémoire. C est une

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE 1- Question de synthèse (6 points) Au Nord du Pérou, on peut observer

Plus en détail

Le thème de ce nouveau bulletin de la fondation Charcot concerne deux problématiques

Le thème de ce nouveau bulletin de la fondation Charcot concerne deux problématiques FONDATION CHARCOT VAINCRE LA SCLÉROSE EN PLAQUES PAR LA RECHERCHE Numéro 38 Novembre 2015 La sclérose en plaques, l enfant, l adolescent, la femme BULLETIN Fondation Charcot Fondation d utilité publique

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

Décisions relatives aux BOURSES DE STAGIAIRES DE RECHERCHE

Décisions relatives aux BOURSES DE STAGIAIRES DE RECHERCHE Bureau national 250, rue Dundas Ouest Bureau 500 Toronto (Ontario) M5T 2Z5 Téléphone : 416 922-6065 Numéro sans frais : 1 866 922-6065 Telécopieur : 416 922-7538 scleroseen.ca Concours annuel de bourses

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP LES BASES GENETIQUES DE LA SEP Deux hypothèses sont possibles. Ou bien la SEP est liée à une anomalie génétique unique directement responsable de la maladie (dans ce cas il existe un gène de la SEP) ou

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Santé respiratoire : asthme et rhume des foins L obstruction des voies respiratoires et les symptômes de l asthme, ainsi que les manifestations similaires du rhume des foins,

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

La ponction lombaire :

La ponction lombaire : Brochure destinée aux personnes atteintes de SEP et à leur entourage Fondation pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques La ponction lombaire : Son rôle aujourd hui Pr Marc Debouverie CHU de

Plus en détail

UNIVERSITE DE BORDEAUX Référence GALAXIE : 143

UNIVERSITE DE BORDEAUX Référence GALAXIE : 143 UNIVERSITE DE BORDEAUX Référence GALAXIE : 143 Numéro dans le SI local : 568 Référence GESUP : 568 Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 69-Neurosciences Section 2 : Section

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1 / 5

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 1 / 5 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Première étude clinique au monde visant à évaluer un vaccin anti-abêta destiné à cibler les caractéristiques de type Alzheimer chez les personnes atteintes du syndrome de Down Etude

Plus en détail

Vivre avec la sclérose en plaques

Vivre avec la sclérose en plaques Fondation pour l aide à la recherche sur la sclérose en plaques Vivre avec la sclérose en plaques Par le Dr Sandrine Wiertlewski Sous la coordination du Pr Thibault Moreau brochure réalisée grâce au soutien

Plus en détail

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE INTERVIEW Dr K. MOUSSAYER Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques (AMMAIS) Pouvez vous nous définir les missions de l AMMAIS Les objectifs de l AMMAIS, créée en 2010

Plus en détail

LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE

LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE DOSSIER DE PRESSE - 27 MAI 2015 LE PROJET DE RECHERCHE MEDICALE LA POLYARTHRITE DE L ENFANT ET DU JEUNE ADULTE INTRODUCTION L inflammation aiguë est la première défense de l organisme lors d infections

Plus en détail

La recherche biomédicale, l espoir du futur! www.igbmc.fr

La recherche biomédicale, l espoir du futur! www.igbmc.fr La recherche biomédicale, l espoir du futur! www.igbmc.fr Trouver des moyens de régénérer des tissus ou des organes lésés Biologie du développement & cellules souches Les recherches de ce programme poursuivent

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Soin des articulations LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Soin des articulations Nos articulations subissent usure et déchirure avec l âge et les coussinets cartilagineux des surfaces articulaires se dégradent progressivement. Lorsque

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Régulations de la respiration, de la circulation et de la locomotion et applications aux pathologies du développement EA

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

L iste des techniques de soins

L iste des techniques de soins L iste des techniques de soins Aider le patient à comprendre et à être compris...57 Angiographie cérébrale ou artériographie...106 Conduite à tenir face à une crise d épilepsie...48 Électroencéphalographie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 12 juin 2012. CONTACT PRESSE Séverine VOISIN Tél. : 01 45 59 59 45 presse@arc-cancer.net DOSSIER DE PRESSE Mardi 12 juin 2012 NOUVEAU TRAITEMENT POUR LE CANCER DU POUMON ET LE MELANOME : LA FONDATION ARC POUR LA RECHERCHE SUR LE CANCER SOUTIENT LES TRAVAUX D UNE ÉQUIPE DE CHERCHEURS À MONTPELLIER

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

2 e Séminaire. InterCancéropôles - INCa. Impact du Cancer et des Traitements sur les Fonctions cognitives. 18 juin 2013 - Lille

2 e Séminaire. InterCancéropôles - INCa. Impact du Cancer et des Traitements sur les Fonctions cognitives. 18 juin 2013 - Lille 2 e Séminaire InterCancéropôles - INCa Impact du Cancer et des Traitements sur les Fonctions cognitives 18 juin 2013 - Lille Institut de Biologie de Lille Session Posters/Discussions : APPEL À COMMUNICATIONS

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. auto-évaluation

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. auto-évaluation Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission auto-évaluation Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

s installent les lésions cérébrales?

s installent les lésions cérébrales? 1 Comment s installent les lésions cérébrales? E Beaufi ls, K Mondon, C Hommet La maladie d Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative caractérisée sur le plan microscopique par la coexistence de

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, 22 octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, 22 octobre 2013 Roche obtient de la FDA l homologation de la nouvelle formulation sous-cutanée d ACTEMRA pour une utilisation chez des patients adultes atteints de polyarthrite

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

Livret imagé de la SEP

Livret imagé de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon SOMMAIRE Qui

Plus en détail

Résumés de recherche 2014

Résumés de recherche 2014 Résumés de recherche 2014 La Société canadienne de la sclérose en plaques (Société de la SP) fait tout en son pouvoir pour investir dans les travaux de recherche les plus susceptibles d améliorer la qualité

Plus en détail

Le rein un capital précieux à préserver

Le rein un capital précieux à préserver Le rein un capital précieux à préserver Le rein en médecine interne, un capital précieux à préserver en débat le 14 novembre 2015 à Casablanca L'association des médecins internistes du Grand Casablanca

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Quoi de neuf en génétique pour les personnes atteintes de trisomie 21 en 2010 «Prise en charge des patients» Pierre Sarda et David Geneviève

Quoi de neuf en génétique pour les personnes atteintes de trisomie 21 en 2010 «Prise en charge des patients» Pierre Sarda et David Geneviève Quoi de neuf en génétique pour les personnes atteintes de trisomie 21 en 2010 «Prise en charge des patients» Pierre Sarda et David Geneviève Education Pédagogie Psychothérapie Rééducation Pharmacologie

Plus en détail

Dossier de presse Sclérose en plaques : où en est la recherche?

Dossier de presse Sclérose en plaques : où en est la recherche? Paris, le 19 juin 2008 Dossier de presse Sclérose en plaques : où en est la recherche? Un focus sur les causes de la SEP et les perspectives thérapeutiques I - Qu est-ce que la sclérose en plaques? Aujourd'hui,

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Éric Toussirot, Nhu Uyen Nguyen, Gilles Dumoulin, Daniel Wendling Rhumatologie Explorations Fonctionnelles Rénales & Métaboliques Composition

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2013. Mesure 3, Action 3.6

APPEL A PROJETS 2013. Mesure 3, Action 3.6 APPEL A PROJETS 2013 Mesure 3, Action 3.6 Projets de recherche dans le domaine des approches multidisciplinaires de la modélisation des processus biologiques complexes appliqués au cancer (Biologie des

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel

L a radiothérapie forme avec la chirurgie et l oncologie médicale le trépied essentiel La radiothérapie adaptative dans les tumeurs cervico-faciales Pierre Castadot 1,4, John A. Lee 1, Xavier Geets 1,2, Benoît Macq 3, Vincent Grégoire 1,2 1 Laboratoire d Imagerie Moléculaire et de Radiothérapie

Plus en détail

Actualités Prévention Informations. Medi CMS

Actualités Prévention Informations. Medi CMS Actualités Prévention Informations Medi CMS Table des matières 1.1. Une nouvelle biothérapie contre le cancer et la perte de vision.... 3 2.1. En laboratoire, des cellules souches ont permis l'élaboration

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

LA REGENERATION CELLULAIRE PAR SES PROPRES CELLULES SOUCHES. Par Jacques Prunier

LA REGENERATION CELLULAIRE PAR SES PROPRES CELLULES SOUCHES. Par Jacques Prunier LA REGENERATION CELLULAIRE PAR SES PROPRES CELLULES SOUCHES Par Jacques Prunier Introduction Les algues ont été depuis longtemps utilisées comme nourriture et comme remèdes au fil des âges et de par le

Plus en détail

PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS

PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS PROJET DE FUSION ENTRE OSE PHARMA ET EFFIMUNE CRÉATION D OSE IMMUNOTHERAPEUTICS UN ACTEUR DE RÉFÉRENCE EN IMMUNOTHÉRAPIE D ACTIVATION ET DE RÉGULATION Février 2016 2 AVERTISSEMENT Informations importantes

Plus en détail

ATELIER VIDÉO-CONFÉRENCES

ATELIER VIDÉO-CONFÉRENCES Cursus philosophique moderne - Quatrième Cycle Université populaire de philosophie de Toulouse ATELIER VIDÉO-CONFÉRENCES LE 4ÈME JEUDI DU MOIS, DE 18H À 20H Projection et débats animés par Guy Torreilles

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Nutrition et inflammation intestinale de l'université de Rouen février 2008 Section des Unités de recherche Rapport du comité

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement :

Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances. Programme d enseignement : Master 2 : Mention Toxicologie Parcours Toxicologie Humaine, évaluation des risques, vigilances Semestre 3 Programme d enseignement : UE V1: Toxicologie d organes (Frédéric Baud, R. Maximilien; 3 ECTS)

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

LA SCLEROSE EN PLAQUES

LA SCLEROSE EN PLAQUES Fiche 4 LA SCLEROSE EN PLAQUES PRESENTATION Quelques généralités La sclérose en plaques est une maladie du système nerveux central dont les causes sont encore mal connues et qui empêche le cerveau de contrôler

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Titre: Alzheimer, diagnostiquer et annoncer la maladie Public : neurologues de niveau A2 Durée : 2 heures Objectif général : établir un diagnostic de la maladie d Alzheimer Mots-clés

Plus en détail

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens SENAT - Samedi 14 février 2015 Cancers Pédiatriques & Règlements Européens En France, 1700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année dans la population des enfants de moins de 15 ans et 800

Plus en détail

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose

Les Virades de l Espoir. Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose Les Virades de l Espoir Pour donner du souffle à la lutte contre la mucoviscidose GlaxoSmithKline Le Souffle de l engagement Acteur majeur de l industrie pharmaceutique mondiale, le laboratoire GlaxoSmithKline

Plus en détail

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Monsieur Paul ROBACH Je souhaite tout d abord remercier les organisateurs de ce symposium et

Plus en détail

L analyse du LCR dans le diagnostic de la sclérose en plaques. N. Gillain. Acorata Belgique Les Jeudis de Fleurus: 31 mai 2007

L analyse du LCR dans le diagnostic de la sclérose en plaques. N. Gillain. Acorata Belgique Les Jeudis de Fleurus: 31 mai 2007 L analyse du LCR dans le diagnostic de la sclérose en plaques N. Gillain. Acorata Belgique Les Jeudis de Fleurus: 31 mai 2007 Qu est-ce que la sclérose en plaques? C est une maladie inflammatoire du SNC

Plus en détail

La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée?

La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée? Décembre 2010. Volume 3, numéro 2 La génomique marque-t-elle l avènement de la médecine personnalisée? L annonce de la fin du Projet du génome humain, complété et publié il y a 10 ans, avait soulevé à

Plus en détail

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique

Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Lexique : Petit glossaire de terminologie épileptique et neurologique Asthénie : fatigue Céphalée : mal de tête Comitialité : épilepsie Co-morbidité : association de deux maladies Cortex : partie du cerveau

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

Dossier de presse L Institut de la vision ouvre ses portes

Dossier de presse L Institut de la vision ouvre ses portes Paris, le 19 mars 2008 Dossier de presse L Institut de la vision ouvre ses portes Premier centre de recherche européen intégré entièrement dédié aux maladies de l œil, le tout nouvel Institut de la vision,

Plus en détail

Master 2 (Professionnel ou Recherche) Neuropsychologie et Psychologie du Développement

Master 2 (Professionnel ou Recherche) Neuropsychologie et Psychologie du Développement Master 2 (Professionnel ou Recherche) Neuropsychologie et Psychologie du Développement M2 SHS Mention Psychologie SPECIALITE : «Neuropsychologie et Psychologie du Développement» Responsables : S. FAURE

Plus en détail

Présentation des lauréats des Bourses Leem Recherche 2005

Présentation des lauréats des Bourses Leem Recherche 2005 Présentation des lauréats des Bourses Leem Recherche 2005 Alexis Broisat 27 ans Grenoble Diplômes : Thèse de biologie (avril 2005) DEA de génie biologique et médical. Situation actuelle : En attente du

Plus en détail

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Yanai H, Tapia-Nieto R, Cherubini GB, et al. JAVMA 2015;246 :1222-1229 Cette étude rétrospective rapporte les résultats d examens IRM réalisés

Plus en détail

IntegraGen Résultats annuels 2014

IntegraGen Résultats annuels 2014 Clinical Genomics Experts COMMUNIQUÉ DE PRESSE - DIFFUSION IMMÉDIATE IntegraGen Résultats annuels 2014 Chiffre d affaires en augmentation de 12% Réduction des pertes de 59% Installation de la première

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

Actualités sur la Sclérose en Plaques

Actualités sur la Sclérose en Plaques Journée Rhône-Alpine de la Sclérose en Plaques Lyon, le 26 septembre 2015 Actualités sur la Sclérose en Plaques Pr. Sandra VUKUSIC Service de Neurologie A et Fondation Eugène Devic EDMUS sur la Sclérose

Plus en détail

EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE?

EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE? L'ARTHRITE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L'ARTHRITE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches contre l arthrite n ait encore été autorisé par Santé Canada ou la

Plus en détail

20 ans de recherche sur les leucodystrophies

20 ans de recherche sur les leucodystrophies Chronologie 20 ans de recherche sur les leucodystrophies 1992 1 er traitement de l adrénoleucodystrophie par l huile de Lorenzo chez l homme 1993 Identification du gène responsable de l adrénoleucodystrophie

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches

THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches L Academie Roumaine L Institute de Biologie et Pathologie Cellulaire Nicolae Simionescu THESE DE DOCTORAT Les mécanismes épigénétiques impliqués dans la différenciation des cellules souches Directeur de

Plus en détail

Application de la chimiométrie en recherche pharmaceutique

Application de la chimiométrie en recherche pharmaceutique Application de la chimiométrie en recherche pharmaceutique Lionel Blanchet Analytical Chemistry / Chemometrics Radboud University Nijmegen This study/ work was performed (partly) within the framework of

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux

Polyarthrite Rhumatoïde. Rémission. traitements médicamenteux Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission traitements médicamenteux Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Thème sécurité partie SVT

Thème sécurité partie SVT Thème sécurité partie SVT Place dans le sujet traité. intervention du collègue d Histoire Géographie Education civique : amène le sujet avec l ASSR (par exemple); «permis à points» : retraits de points

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Alzheimer et innovation thérapeutique. Dominique SOMME

Alzheimer et innovation thérapeutique. Dominique SOMME Alzheimer et innovation thérapeutique Dominique SOMME Domaine extracellulaire sapp bêta APP sappalpha: rôle neurotrophique Abêta Bêta sécrètase (BACE1) Abêta Pas de formation de Abêta Gamma sécrètase

Plus en détail

3 ème session: Nutrition préventive

3 ème session: Nutrition préventive Colloque PONAN - 12 octobre 2011 3 ème session: Nutrition préventive Martine CHAMP Directrice-adjointe du CRNH de Nantes Coordonnatrice du projet NUPEM 1 Le CRNH de Nantes Groupement d Intérêt Public rassemblant

Plus en détail

2 au 8 juin 2014. Journées de la Fondation pour la Recherche Médicale. Contacts presse FO N D AT I O N P O U R L A R E C H E R C H E M E D I C A L E

2 au 8 juin 2014. Journées de la Fondation pour la Recherche Médicale. Contacts presse FO N D AT I O N P O U R L A R E C H E R C H E M E D I C A L E FO N D AT I O N P O U R L A R E C H E R C H E M E D I C A L E Journées de la Fondation pour la Recherche Médicale 2 au 8 juin 2014 POUR QUE LA RECHERCHE BÉNÉFICIE À TOUS Contacts presse Fondation pour

Plus en détail

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires

NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires stage de formation 5 & 6 février 2015 atelier n 2 NetBioDyn et la modélisation des réactions immunitaires Nathalie Noris contact nathalie.davoust-nataf@ens-lyon.fr informations et ressources http://acces.ens-lyon.fr/acces/ressources/immunite-et-vaccination

Plus en détail

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013

Communiqué de presse. Bâle, le 1 Octobre 2013 Communiqué de presse Bâle, le 1 Octobre 2013 La FDA accorde une homologation accélérée à Perjeta, médicament Roche, pour une utilisation avant chirurgie lors de cancer du sein HER2-positif de stade précoce

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010

Comprendre la maladie d Alzheimer. Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 Comprendre la maladie d Alzheimer Dr Serge De NADAI Hôpital Médico-geriatrique «Le Kem» Thionville le 17/03/2010 1 Définition : qu est ce que la démence? C est un handicap Altération progressive de la

Plus en détail

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1

Les dispositifs non innovants. Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage. iso 10993-1 cahier spécial 45 Évaluation biologique : relations avec la validation du nettoyage Par Aurélien Bignon, BioM Advice Les dispositifs médicaux (DM) doivent suivre une procédure d évaluation biologique décrite

Plus en détail

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie

TISSU NERVEUX. Sommaire : CELLULES - Histologie. CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie. CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie TISSU NERVEUX Sommaire : CELLULES - Histologie CELLULES NERVEUSES - Anatomie - Physiologie CELLULES GLIALES - Anatomie - Physiologie SUBSTANCE GRISE et BLANCHE - Anatomie - Physiologie NEURONES et NERFS

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail