Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002""

Transcription

1 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie, bronchopneumopathie chronique obstructive (COPD), résistances, exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC), quinolone, moxifloxacine Take Home Messages Les pneumonies sont des affections à prendre au sérieux, présentant un risque de mortalité situé entre 2 et 30%. Le diagnostic d'une pneumonie extra-hospitalière (CAP) repose sur la radiographie du thorax avec infiltrat, plus au moins deux symptômes cliniques typiques. Le score pronostique selon Fine, qui tient compte de l'âge, des co-morbidités, des caractéristiques cliniques et des valeurs de laboratoire, permet de décider si le patient peut être traité en ambulatoire ou s'il doit être hospitalisé. Chez les patients traités en ambulatoire, on recommande l'emploi de macrolides, amoxicilline/acide clavulanique, tétracyclines, céphalosporines et quinolones pour l'antibiothérapie. De nouvelles fluoroquinolones comme la moxifloxacine se distinguent par un large spectre d'action contre les germes typiques et atypiques. Les nouvelles quinolones sont indiquées lors de pneumonie sévère, de suspicion d'une résistance à la pénicilline lors de S. pneumoniae, de suspicion de légionellose et d'intolérance à l'égard d'autres antibiotiques. Alors que la bronchite aiguë n'impose généralement pas l'emploi d'antibiotiques, une antibiothérapie est souvent utile lors de l'exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC), comme une méta-analyse l'a montré. Entrent en ligne de compte lors d'eabc : amoxicilline/acide clavulanique, céphalosporines de la 2e et 3e génération, cotrimoxazole, doxycycline, macrolides et, comme réserve, les nouvelles quinolones. Pneumonie: une affection à prendre au sérieux Figure 1 : Selon les statistiques suisses des décès, la CAP était responsable en 1998 de 700 décès sur chez les personnes âgées de plus de 85 ans Chaque année en Suisse, près de personnes sont atteintes de pneumonie. La fréquence varie entre 2,6 et 16,8 par 1000 adultes par année. Vingt mille patients sont hospitalisés chaque année suite à cette maladie. La mortalité varie entre 2 % pour les pneumonies extra-hospitalières et 30% pour les pneumonies acquises à l'hôpital. Aujourd'hui, jusqu'à 20% des pneumocoques sont résistants contre les macrolides et les résistances à la pénicilline augmentent également. Dans 53 à 71% des cas, l'agent pathogène peut être identifié. Les agents pathogènes les plus fréquents sont: Streptococcus pneumoniae Haemophilus influenzae et des germes gram-négatifs ainsi que des germes atypiques comme Mycoplasma pneumoniae, Chlamydia pneumoniae et les légionelles. Près d'un quart des pneumonies extra-hospitalières sont virales. Plus de 80% des pneumonies peuvent être traitées en ambulatoire. Avec l'âge, le risque de mourir suite à une pneumonie extra-hospitalière (Community-Aquired Pneumonia = CAP) augmente drastiquement. Selon les statistiques suisses des décès, la CAP just-medical! 1

2 était responsable en 1998 de 700 décès sur chez les personnes âgées de plus de 85 ans. Les facteurs de risque de la CAP sont, à côté de l'âge, également la fumée, l'alcool, les co-morbidités ou l'immunosupression. Les habitants des EMS ou des homes pour personnes âgées sont particulièrement menacés. Le diagnostic de pneumonie La condition du diagnostic d'une CAP est une radiographie des poumons présentant un infiltrat plus au moins deux des symptômes suivants: fièvre, toux, production d'expectorations, dyspnée, accès de transpiration, douleurs thoraciques, hémoptysie ou myalgie, anorexie, céphalées, nausées, diarrhée. La coloration de Gram d'un échantillon d'expectorations ainsi qu'un examen des cultures des expectorations sont possibles, et en cas d'hospitalisation, il est recommandé d'effectuer une culture des expectorations. Des cultures de sang sont également recommandées lors d'hospitalisation. Un diagnostic sérologique n'est pas recommandé dans les cas de routine. La recherche d'antigènes dirigés contre les pneumocoques et les légionelles dans l'urine est souvent utile pour identifier l'agent pathogène. A l'exception peut-être du test d'antigènes urinaires et de la coloration de Gram des expectorations, les tests diagnostiques ne sont toutefois généralement pas assez rapides. C'est pourquoi une antibiothérapie empirique est nécessaire avant l'obtention des résultats des examens de laboratoire. Les expectorations obtenues ne sont d'ailleurs souvent pas de qualité suffisante : parmi les échantillons d'expectorations obtenus chez 105 patients dans le cadre d'une étude réalisée dans le canton de Neuchâtel, seuls 37 présentaient une qualité suffisante. Traitement de la pneumonie Figure 2 : Score pronostique selon Fine : Les patients peuvent être classés dans des catégories à risque afin de permettre de décider si le traitement peut se faire en ambulatoire ou si une hospitalisation s'impose Les patients peuvent être classés dans des catégories à risque à l'aide d'un score pro-nostique particulier (selon Fine), tenant compte de l'âge, des co-morbidités, des caractéristiques cliniques et des valeurs de laboratoire, afin de permettre de décider si le traitement peut se faire en ambulatoire ou si une hospitalisation s'impose. just-medical! 2

3 L'antibiotique adapté individuellement est choisi en fonction des circonstances particulières du patient. Selon les recommandations de l'union européenne : Chez les patients en ambulatoire : amoxicilline ou macrolides, tétracyclines, céphalosporines, quinolones Chez les patients jeunes durant des épidémies aux mycoplasmes : macrolides Chez les patients hospitalisés (soins généraux en médecine interne), céphalosporines de la 2e et 3e génération, amoxiciline/acide clavulanique avec ou sans traitement aux macrolides ou nouvelles quinolones comme la moxifloxacine Les nouvelles quinolones et leurs avantages Les nouvelles fluoroquinolones comme la moxifloxacine se distinguent par des caractéristiques particulières : un large spectre d'action contre les agents pathogènes typiques et atypiques une excellente biodisponibilité supérieure à 90 % seulement une faible toxicité un faible risque de sélection de résistance (par rapport aux quinolones de la première génération) Les nouvelles fluoroquinolones présentent une bonne efficacité contre: Streptococcus pneumoniae (également lors de résistance à la pénicilline et à l'érythromycine), contre Haemophilus influenzae (aussi bien bêta-lactame-positif que bêta-lactame-négatif), contre Mykoplasma pneumoniae, contre Chlamydia pneumoniae et contre les légionelles. Lors de CAP, l'emploi d'une nouvelle fluoroquinolone est recommandé, s'il s'agit d'une pneumonie sévère (classe Fine III à IV, co-morbidités, soins intensifs) lorsque l'on suspecte une résistance à la pénicilline chez S. pneumoniae lorsque l'on suspecte des légionelles lors d'intolérance à d'autres antibiotiques courants Les fluoroquinolones ne sont pas indiquées dans le traitement des infections des voies respiratoires supérieures. Exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC) La mortalité due à la bronchite chronique augmente elle aussi avec l'âge des personnes concernées. Près de 400 décès de personnes âgées de plus de 85 ans sur sont dus à une bronchite chronique. L'EABC est définie comme une aggravation des symptômes cliniques d'une bronchite chronique avec une augmentation de la toux, de la production d'expectorations et de la dyspnée. Des expectorations glaireuses, de la fièvre, des bronchospasmes et une insuffisance cardiaque droite sont d'autres signes possibles. Le diagnostic de l'eabc Le diagnostic repose sur une radiographie, des tests de la fonction pulmonaire et une mesure des gaz sanguins. La bactériologie des expectorations ne contribue généralement que très peu au diagnostic. De nombreux aspects de l'eabc restent obscurs : s'agit-il d'une inflammation ou d'une infection? L'infection est-elle bactérienne ou virale? Quels marqueurs de l'infection sont-il présents? Quels antibiotiques sont-il indiqués et à quel moment? Traitement de l'eabc just-medical! 3

4 La bronchite aiguë est généralement virale, et les antibiotiques ne sont pas indiqués dans ce cas. Par contre, pour l'eabc, de nombreux arguments permettent d'attribuer aux infections bactériennes un rôle dans la pathogenèse : dans plus de 50% des cas, la culture des expectorations est positive, et dans de nombreuses études, les antibiotiques ont permis d'obtenir une guérison clinique lors d'eabc. Cependant : des guérisons spontanées de l'eabc sont fréquentes, et lors de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (COPD), des colonisations bactériennes chroniques peuvent souvent être démontrées. Une méta-analyse de neuf études randomisées au cours desquelles des antibiotiques ont été testés lors d'eacb par rapport à un placebo a montré : dans le cadre de six études, l'antibiothérapie était significativement plus efficace que le placebo. Plus l'exacerbation est grave, plus le bénéfice est important. Aucune différence entre les divers antibiotiques n'a pu être constatée. Mais : il n'est pas possible d'en conclure qu'il existe une indication nette d'antibiothérapie lors D'EACB. Les antibiotiques qui entrent en ligne de compte sont : amoxicilline/ acide clavulonique, céphalosporines des 2e et 3e générations, cotrimoxazol, doxycycline, macrolides et à titre de réserve les nouvelles quinolones. Les céphalosporines des 3e et 4e générations sont recommandées chez les patients avec un volume respiratoire inférieur à 50 % et un âge supérieur à 60 ans ou lors de quatre exacerbations au moins par année ou des hospitalisations récentes ou fréquentes ou des expectorations glaireuses importantes ou une antibiothérapie récente ou déjà en cours. Lors de la présence de P. aeruginosa, on recommande ceftazidime, céfépime, pipéracilline-tazobactam ou ciprofloxacime. Cas typiques: Homme de 82 ans souffrant d'une bronchopneumopathie chronique obstructive Etat lors de l'examen: bon état général, pas de fièvre, pression artérielle 120/60 mmhg, pouls 76/min, eupnétique, râles crépitants fins aux 2 bases, souffle tubaire, miplage D, exipirium prolobé avec sibilance. Laboratoire: leucocytes : 25,2 (dév. G : 24 %) ; thrombocytes : 129, saturation en O2 94 %, CRP 117mg/l, créatinine 125 micromol/l. Radiographie: Confirmation d'une pneumonie Conformément au score pronostique selon Fine, le patient présente un score de 102 uniquement en raison de l'âge et du taux légèrement élevé de créatinine, et appartient par conséquent à la catégorie de risque IV. Il doit donc être hospitalisé. Traitement choisi: une nouvelle quinolone devrait être choisie lors de pneumonie associée à une COPD et à une hospitalisation. Evolution: la culture sanguine démontre la présence de Streptococcus pneumoniae. Poursuite du traitement avec pénicilline, lévofloxacine. Guérison sans complications. Après dix jours, sortie de l'hôpital. Durée du traitement : 15 jours. Femme de 27 ans avec une toux sèche à début aigu. just-medical! 4

5 Etat : La jeune femme avec un état général auparavant excellent souffre depuis 24 heures de toux sans expectoration, de frissons, de fièvre (39,8 C), de dyspnée, d'une douleur thoracique profonde dépendante de la respiration, d'accès de transpiration. La pression artérielle se monte à 90/70 mmhg, pouls: 130/min, fréquence de la respiration : 40/min souffle tubaire plage moyenne D. Laboratoire: leucocytes : 6,8 (dév. G : 30 %) ; saturation en O2 83 %, pression partielle d'oxygène: 58 mmhg, CRP 500 mg/l, reste sp. Radiographie du thorax : Pneumonie Conformément au score pronostique selon Fine, la femme présente un score de 57 (âge moins 10, fréquence respiratoire supérieure à 30/min (+20), pouls supérieur à 125/min (+10), pression partielle d'oxygène inférieure à 60 mmhg (+10)), appartient par conséquent à la catégorie de risque 2 et peut être traitée en ambulatoire. Traitement choisi: On suspecte une pneumonie bactérienne «typique», par conséquent antibiotique bêta-lactame (pénicilline ou céphalosporine). Evolution: hospitalisation, ceftriaxone 2g/jour i.v.. Culture sanguine stérile, test d'antigènes urinaires positif pour les pneumocoques. Fièvre persistante (38 à 39 C) durant 5 jours, puis après 7 jours passage à un traitement oral. Homme de 73 ans souffrant de COPD, hypertension artérielle, diabète et adiposité Dyspnée s'aggravant. Le médecin traitant pose le diagnostic de pneumonie et ordonne Augmentin (amoxicilline/acide clavulanique), après 24 heures frissons, fièvre, (39,8 C), hospitalisation. Etat: mauvais état général, sans fièvre, pression artérielle : 180/90 mmhg, pouls 118/min, fréquence respiratoire: 48/min, râles fins ddc, expirium prolonge avec quelques sibilances. Laboratoire: leucocytes 13,5 (dév. G : 15 %) ; saturation en O2 84 %, Na: 130 mmol/l, créatinine 193 micromol/l, CK: 680. Traitement choisi : On suspecte une pneumonie aux légionelles. Admission à l'unité des soins intensifs (score Fine 152, catégorie de risque V). Traitement antibiotique: ceftriaxone (2g/j i.v.) plus clarithromycine (2 x 500 mg/j i.v.) Evolution: test d'antigènes urinaires positif pour les légionelles, expectorations : PCR négatif, sérologie 1: 80 pour les légionelles. Evolution défavorable: intubation, insuffisance rénale (hémodialyse). Ceftriaxone a été arrêtée après cinq jours. Le patient s'est remis lentement. just-medical! 5

6 just-medical! 6

7 Referenz just-medical! 7

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 8 septembre 2005 (JO du 3 août 2007) TAVANIC 500 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire

Lignes directrices canadiennes en santé respiratoire Mon Plan d action MPOC _ Exemplaire du patient (Nom du patient) Date Lignes directrices MPOC Traitable. Évitable. Ce plan explique comment prendre soin de moi si j ai une exacerbation de ma MPOC. Ventilation

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 février 2000 (JO du 9 février 2000) AMOXICILLINE BIOGARAN 1 g, poudre

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

MISE AU POINT. Messages-clés

MISE AU POINT. Messages-clés MISE AU POINT Antibiothérapie par voie générale dans les infections respiratoires basses de l adulte Pneumonie aiguë communautaire Exacerbations de Bronchopneumopathie Chronique Obstructive Messages-clés

Plus en détail

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant

Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Particularités des pneumopathies communautaires de l enfant Khaled Menif ; Asma Bouziri Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis 19ème Congrès National STPI 24 et 25 Avril

Plus en détail

193-Détresse Respiratoire Aigue de l adulte. Module 11 Purpan Pr Michèle Génestal Année universitaire 2012-13

193-Détresse Respiratoire Aigue de l adulte. Module 11 Purpan Pr Michèle Génestal Année universitaire 2012-13 193-Détresse Respiratoire Aigue de l adulte Module 11 Purpan Pr Michèle Génestal Année universitaire 2012-13 Détresse Respiratoire Aigue Plan I- Diagnostic I-1- + d une DRA I-2- étiologique d une DRA:

Plus en détail

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Standards de pratique, déterminant ce qu il est approprié de faire, lors de la mise en œuvre de stratégies préventives, diagnostiques et/ou

Plus en détail

Uniformisons. notre communication

Uniformisons. notre communication VOUS AVEZ DIT ALLERGIE? Pr Robert Cohen Unité Court Séjour Petits Nourrissons Uniformisons GPIP notre communication 1 1 Vous devez prescrire un antibiotique pour une infection ORL chez un enfant A la première

Plus en détail

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Infections respiratoires basses chez le nourrisson Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Introduction Les infections respiratoires basses de l enfant constituent un problème

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE: infections respiratoires basses de l adulte

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE: infections respiratoires basses de l adulte ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE: infections respiratoires basses de l adulte METHODE GENERALE RECOMMANDATIONS ET ARGUMENTAIRE Réactualisation 2002 1 COMPOSITION DES GROUPES GROUPE

Plus en détail

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux

DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux Novembre 2007 ; N 8 ACTUALITE DE RESPIR.COM Activités et chiffres clés DOSSIER La bronchite aiguë Remerciements : Pr. JL. Pellegrin - Médecine Interne - CHU Bordeaux FICHE INFORMATIVE GRAND PUBLIC La bronchite

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

DOSSIER N 2 QUESTION 1

DOSSIER N 2 QUESTION 1 DOSSIER N 2 Dossier n 2 Interne de garde aux urgences de l hôpital, vous êtes appelé par le service de maladies infectieuses de cet établissement pour examiner Mme F., 45 ans, pour dyspnée d aggravation

Plus en détail

Item 78 : Coqueluche

Item 78 : Coqueluche Item 78 : Coqueluche Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une coqueluche... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique...1 1. 1. 1. 1 Forme

Plus en détail

Guide Guide pratique des Antibiotiques EHPAD. CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2013 1

Guide Guide pratique des Antibiotiques EHPAD. CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2013 1 Guide Guide pratique des Antibiotiques EHPAD en EHPAD CENTRE HOSPITALIER D HYERES Service Hygiène - 2013 1 L objectif de ce document est de rationaliser la prescription des antibiotiques sur le secteur

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

INFECTIEUX. Tours 22 janvier 2009. Dr Patrick POISSON

INFECTIEUX. Tours 22 janvier 2009. Dr Patrick POISSON INFECTIEUX Tours 22 janvier 2009 Dr Patrick POISSON Les cystites Données épidémiologiques Chez l adulte, l infection urinaire est très fréquente, au 2ème rang des infections après les infections respiratoires

Plus en détail

Infections pulmonaires de l adulte

Infections pulmonaires de l adulte Infections pulmonaires de l adulte Infections pulmonaires de l adulte 2009 Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté Infections pulmonaires de l adulte 2009 Bon usage de l antibiothérapie en Franche-Comté

Plus en détail

Pneumonies bactériennes communautaires de l enfant Difficultés diagnostiques et thérapeutiques

Pneumonies bactériennes communautaires de l enfant Difficultés diagnostiques et thérapeutiques Pneumonies bactériennes communautaires de l enfant Difficultés diagnostiques et thérapeutiques Dr Guillaume Thouvenin Service de pneumologie pédiatrique Hôpital Armand Trousseau Tlemcen, mai 2012 Inserm

Plus en détail

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie

4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie 4eme réunion régionale des référents en antibiothérapie des établissements de Haute-Normandie Infection pulmonaire du sujet âgé A. Barrel CH Darnetal Omedit Rouen 20 juin 2013 Cas clinique Mme H. Patiente

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE

INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE 1 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES DU NOURRISSON, DE L ENFANT et DE L ADULTE Manuel Tunon de Lara, Paul Léophonte et Alain Didier Référence du programme officiel MODULE 7 - SANTÉ ET ENVIRONNEMENT - MALADIES

Plus en détail

Dossier n 4 : questions

Dossier n 4 : questions Dossier n 4 : questions Dossier n 4 Énoncé Un homme de 65 ans, plombier à la retraite, est adressé aux urgences d un hôpital général, pour hémoptysie. Ses antécédents sont marques par un tabagisme estimé

Plus en détail

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire

Caractéristiques. Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Toux Caractéristiques Aiguë ou chronique Productive ou irritative Émétisante Syncopale Fuite urinaire Se méfier Présence de sang dans les expectorations Altération marquée de l état général Apparition

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

Item 86 : Infections bronchopulmonaires. l'enfant et de l'adulte

Item 86 : Infections bronchopulmonaires. l'enfant et de l'adulte Item 86 : Infections bronchopulmonaires du nourrisson, de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Bronchiolite du nourrisson...1 1. 1 Diagnostiquer une broncholite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 1 er février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 1 er février 2006 TAZOCILLINE 2 g/250 mg, poudre pour solution pour perfusion flacon B/1 (CIP : 369 192-1) TAZOCILLINE 4 g/500 mg, poudre pour solution

Plus en détail

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE

DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE D UNE PNEUMONIE A PNEUMOCOQUE Un homme de 70 ans, éthylo-tabagique, vous consulte pour une fièvre à 39 C d apparition brutale associée à des frissons, une toux, des expectorations

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197)

Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197) Infections broncho-pulmonaires de l adulte (item 86) Douleurs thoraciques aigües et chroniques (item 197) Dr T. GUY Service de Pneumologie tiphaine.guy@chu-rennes.fr Cas clinique Mr J. 55 ans est admis

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Le Suivi Systématique de la Pneumonie Acquise en Communauté. Présenté par. Daniel Brazeau, MD. Document révisé avec:

Le Suivi Systématique de la Pneumonie Acquise en Communauté. Présenté par. Daniel Brazeau, MD. Document révisé avec: Le Suivi Systématique de la Pneumonie Acquise en Communauté Présenté par Daniel Brazeau, MD Document révisé avec: Dr Steeve Goulet, pneumologue, CHRR Dr Harold Bernatchez, microbiologiste-infectiologue,

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis

CAS Cliniqiue. DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis CAS Cliniqiue DR Borgi Aida Service réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants Béchir Hamza de Tunis Nourrisson âgé de 2 mois hospitalisé pour dyspnée aigue. Antécédents personnels: Né par C/S,

Plus en détail

L usage rationnel des antibiotiques dans les infections communautaires

L usage rationnel des antibiotiques dans les infections communautaires L usage rationnel des antibiotiques dans les infections communautaires Pierre HAUSFATER Service d Accueil des Urgences, CHU Pitié-Salpêtrière, Paris, France I) Introduction La démarche conduisant un médecin

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) La Broncho-Pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Définition La définition scientifique de la BPCO est la suivante : «maladie chronique et lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?...

bpco La questiondu jo ur de plus en plus nombreux Existe-t-il un lien entre anxiété, dépression et BPCO? (9) Comment les poumons en fumée?... 4 N Le magazine de votre souffle Comment les poumons partent-ils (2,3) en fumée?... p3 bpco Prise en charge de quoi s agit-il exactement? (2)...... p 4 BPCO et poids : une relation étroite (4,5,6,7)...

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 82 : Grippe. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 82 : Grippe. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 82 : Grippe Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grippe... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique : forme typique de grippe saisonnière

Plus en détail

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter?

La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? La Bronchiolite du nourrisson : Quand faut-il s inquiéter? Une maladie virale épidémique La bronchiolite aigüe représente le tableau le plus fréquent de l infection respiratoire basse chez le nourrisson.

Plus en détail

ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE. Infections ORL et respiratoires basses

ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE. Infections ORL et respiratoires basses ANTIBIOTHÉRAPIE PAR VOIE GÉNÉRALE Infections ORL et respiratoires basses RECOMMANDATIONS 1 Les recommandations ont été établies par un groupe de travail multidisciplinaire, sous l égide de l Agence du

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges

Coqueluche. Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010. E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Coqueluche Argenton-sur-Creuse 17 mars 2010 E. Denes Service de Maladies Infectieuses CHU Limoges Histoire Passage de l'animal à l'homme Bordetella bronchiseptica B. pertussis & B. parapertussis Description

Plus en détail

Révision de la IV e Conférence de Consensus en Thérapeutique Anti- Infectieuse de la SPILF

Révision de la IV e Conférence de Consensus en Thérapeutique Anti- Infectieuse de la SPILF Révision de la IV e Conférence de Consensus en Thérapeutique Anti- Infectieuse de la SPILF Prise en charge des Infections des Voies Respiratoires Basses Président du Consensus : Y. MOUTON (Lille) Chargé

Plus en détail

GRIPPE A ET VIH : CE QU IL FAUT SAVOIR

GRIPPE A ET VIH : CE QU IL FAUT SAVOIR Grippe A et vih, un document d'information du TRT-5 GRIPPE A ET VIH : CE QU IL FAUT SAVOIR Ce document présente les éléments qui peuvent vous permettre de décider de lignes de conduite à adopter pour faire

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès

La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès La grippe A(H1N1) dans la région de Gabès Durant la période allant du mois de février 2013 au mois de mars 2013 : 8 cas de grippe A(H1N1) ont été colligés à l hôpital régional de Gabès. Le diagnostic de

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LES POUMONS www.european-lung-foundation.org

INFORMATIONS SUR LES POUMONS www.european-lung-foundation.org L objectif de cette fiche d informations est de montrer aux personnes atteintes de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), ainsi qu à leur famille et amis, qu il est possible de mener une vie

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Bronchiolites du Nouveau-Né

Bronchiolites du Nouveau-Né Bronchiolites du Nouveau-Né 4A Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2015 3.0 Table des matières Objectifs 3 I - Bronchiolite : définition

Plus en détail

Cas clinique infection ORL

Cas clinique infection ORL Cas clinique infection ORL... 1 Infections ORL... 2 Angine à streptocoque béta hémolytique du groupe A (SGA)... 2 Otite moyenne purulente... 3 Sinusites purulentes... 4 Cas cliniques bronchites... 4 Bronchites

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

L évaluation économique de la Sparfloxacine

L évaluation économique de la Sparfloxacine L évaluation économique de la Sparfloxacine RAPPORT DE FIN D ETUDE -1992- ROBERT LAUNOIS 1 (1) REES France - 28, rue d Assas - 75 006 Paris Email : reesfrance@wanadoo.fr - Site Internet : http://www.reesfrance.com

Plus en détail

Endocardite infectieuse.

Endocardite infectieuse. 1 Endocardite infectieuse. 2 3 4 5 6 7 8 9 Item 149. Endocardite infectieuse Diagnostiquer une endocardite infectieuse. Connaître les portes d'entrées et les agents infectieux les plus fréquemment en cause.

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux L3-UE9 Agents infectieux - Hôte C Leport Lundi 21/01/2013 16h30-17h30 Ronéotypeur : Quentin Gautier Ronéolectrice : Karen Bitton UE9 Agent infectieux Hôte Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent

Plus en détail

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Prévenir l aggravation de la maladie 2. Éviter l apparition de nouvelles sensibilisations à d autres allergènes (allergie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 décembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de cinq ans par arrêté du 18 janvier 2000 (JO du 26 janvier 2000) ZITHROMAX MONODOSE 250 mg,

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Validé par le Dr Jouneau Clinique - Syndrome infectieux : Fièvre Frissons VS Hyperleucocytose - Signes fonctionnels respiratoires : Douleur thoracique Dyspnée

Plus en détail

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives

Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Broncho-pneumopathies Chroniques Obstructives Dr SELMANI La Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) constitue un problème de santé publique majeur par le nombre de personnes touchées, le handicap

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

La FMOQ sous d autres cieux

La FMOQ sous d autres cieux La FMOQ sous d autres cieux du 21 au 28 novembre 2004 Nombre de places strictement limité à 75 participants Inscription avant le 27 août 2004 Frais d inscription, payables à la FMOQ (exempts de taxes)

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

L ANGINE. A Epidémiologie :

L ANGINE. A Epidémiologie : L ANGINE L angine est une inflammation aiguë des amygdales d origine essentiellement virale, et secondairement bactérienne. C est les streptocoque ß hémolytique du groupe A, qui est l agent responsable

Plus en détail

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales

Grippe A/H1N1 Situation actuelle et circuit de prise en charge. VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Grippe A/HN Situation actuelle et circuit de prise en charge VU HAI Vinh Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Dynamique de l épidémie pour la semaine du 4 au 20 sept 2009 -En médecine de ville

Plus en détail

La vaccination des personnes âgées

La vaccination des personnes âgées La vaccination des personnes âgées et les recommandations du calendrier vaccinal 2009 concernant les personnels et les résidents des EHPAD. Journée du CCLIN Paris Nord du 6 mai 2009 Dr Albert SCEMAMA Vaccination

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques?

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques? Une femme de 62 ans consulte en juillet son médecin généraliste pour une hypodermite de la jambe droite survenue dans un contexte d insuffisance veineuse ancienne des membres inférieurs. Il prescrit un

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

Rapport technologique numéro 20 novembre 2001

Rapport technologique numéro 20 novembre 2001 Rapport technologique numéro 20 novembre 2001 Les nouvelles fluoroquinolones dans le traitement de la pneumonie communautaire : évaluation clinique et économique Adresser les demandes de publications à

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

A propos de 144 patients hospitalisés au CH de Saint-Gaudens. Directeur de thèse : Mme. Le Docteur Rose-Marie ROUQUET.

A propos de 144 patients hospitalisés au CH de Saint-Gaudens. Directeur de thèse : Mme. Le Docteur Rose-Marie ROUQUET. Université Paul Sabatier Toulouse THÈSE POUR LE DIPLÔME D'ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE QUALIFICATION MÉDECINE GÉNÉRALE Présentée et soutenue publiquement le 25 Avril 2007 par Nicole CLOUZET COURET IMPACT

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail