Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002"

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002""

Transcription

1 Dr. med. Eric Breitenstein Vidy-Med SA, Schweiz Formation continue "Traiter au mieux les infections des voies respiratoires au cabinet médical. La thérapie antibiotique moderne 2002" Keywords: pneumonie, bronchopneumopathie chronique obstructive (COPD), résistances, exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC), quinolone, moxifloxacine Take Home Messages Les pneumonies sont des affections à prendre au sérieux, présentant un risque de mortalité situé entre 2 et 30%. Le diagnostic d'une pneumonie extra-hospitalière (CAP) repose sur la radiographie du thorax avec infiltrat, plus au moins deux symptômes cliniques typiques. Le score pronostique selon Fine, qui tient compte de l'âge, des co-morbidités, des caractéristiques cliniques et des valeurs de laboratoire, permet de décider si le patient peut être traité en ambulatoire ou s'il doit être hospitalisé. Chez les patients traités en ambulatoire, on recommande l'emploi de macrolides, amoxicilline/acide clavulanique, tétracyclines, céphalosporines et quinolones pour l'antibiothérapie. De nouvelles fluoroquinolones comme la moxifloxacine se distinguent par un large spectre d'action contre les germes typiques et atypiques. Les nouvelles quinolones sont indiquées lors de pneumonie sévère, de suspicion d'une résistance à la pénicilline lors de S. pneumoniae, de suspicion de légionellose et d'intolérance à l'égard d'autres antibiotiques. Alors que la bronchite aiguë n'impose généralement pas l'emploi d'antibiotiques, une antibiothérapie est souvent utile lors de l'exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC), comme une méta-analyse l'a montré. Entrent en ligne de compte lors d'eabc : amoxicilline/acide clavulanique, céphalosporines de la 2e et 3e génération, cotrimoxazole, doxycycline, macrolides et, comme réserve, les nouvelles quinolones. Pneumonie: une affection à prendre au sérieux Figure 1 : Selon les statistiques suisses des décès, la CAP était responsable en 1998 de 700 décès sur chez les personnes âgées de plus de 85 ans Chaque année en Suisse, près de personnes sont atteintes de pneumonie. La fréquence varie entre 2,6 et 16,8 par 1000 adultes par année. Vingt mille patients sont hospitalisés chaque année suite à cette maladie. La mortalité varie entre 2 % pour les pneumonies extra-hospitalières et 30% pour les pneumonies acquises à l'hôpital. Aujourd'hui, jusqu'à 20% des pneumocoques sont résistants contre les macrolides et les résistances à la pénicilline augmentent également. Dans 53 à 71% des cas, l'agent pathogène peut être identifié. Les agents pathogènes les plus fréquents sont: Streptococcus pneumoniae Haemophilus influenzae et des germes gram-négatifs ainsi que des germes atypiques comme Mycoplasma pneumoniae, Chlamydia pneumoniae et les légionelles. Près d'un quart des pneumonies extra-hospitalières sont virales. Plus de 80% des pneumonies peuvent être traitées en ambulatoire. Avec l'âge, le risque de mourir suite à une pneumonie extra-hospitalière (Community-Aquired Pneumonia = CAP) augmente drastiquement. Selon les statistiques suisses des décès, la CAP just-medical! 1

2 était responsable en 1998 de 700 décès sur chez les personnes âgées de plus de 85 ans. Les facteurs de risque de la CAP sont, à côté de l'âge, également la fumée, l'alcool, les co-morbidités ou l'immunosupression. Les habitants des EMS ou des homes pour personnes âgées sont particulièrement menacés. Le diagnostic de pneumonie La condition du diagnostic d'une CAP est une radiographie des poumons présentant un infiltrat plus au moins deux des symptômes suivants: fièvre, toux, production d'expectorations, dyspnée, accès de transpiration, douleurs thoraciques, hémoptysie ou myalgie, anorexie, céphalées, nausées, diarrhée. La coloration de Gram d'un échantillon d'expectorations ainsi qu'un examen des cultures des expectorations sont possibles, et en cas d'hospitalisation, il est recommandé d'effectuer une culture des expectorations. Des cultures de sang sont également recommandées lors d'hospitalisation. Un diagnostic sérologique n'est pas recommandé dans les cas de routine. La recherche d'antigènes dirigés contre les pneumocoques et les légionelles dans l'urine est souvent utile pour identifier l'agent pathogène. A l'exception peut-être du test d'antigènes urinaires et de la coloration de Gram des expectorations, les tests diagnostiques ne sont toutefois généralement pas assez rapides. C'est pourquoi une antibiothérapie empirique est nécessaire avant l'obtention des résultats des examens de laboratoire. Les expectorations obtenues ne sont d'ailleurs souvent pas de qualité suffisante : parmi les échantillons d'expectorations obtenus chez 105 patients dans le cadre d'une étude réalisée dans le canton de Neuchâtel, seuls 37 présentaient une qualité suffisante. Traitement de la pneumonie Figure 2 : Score pronostique selon Fine : Les patients peuvent être classés dans des catégories à risque afin de permettre de décider si le traitement peut se faire en ambulatoire ou si une hospitalisation s'impose Les patients peuvent être classés dans des catégories à risque à l'aide d'un score pro-nostique particulier (selon Fine), tenant compte de l'âge, des co-morbidités, des caractéristiques cliniques et des valeurs de laboratoire, afin de permettre de décider si le traitement peut se faire en ambulatoire ou si une hospitalisation s'impose. just-medical! 2

3 L'antibiotique adapté individuellement est choisi en fonction des circonstances particulières du patient. Selon les recommandations de l'union européenne : Chez les patients en ambulatoire : amoxicilline ou macrolides, tétracyclines, céphalosporines, quinolones Chez les patients jeunes durant des épidémies aux mycoplasmes : macrolides Chez les patients hospitalisés (soins généraux en médecine interne), céphalosporines de la 2e et 3e génération, amoxiciline/acide clavulanique avec ou sans traitement aux macrolides ou nouvelles quinolones comme la moxifloxacine Les nouvelles quinolones et leurs avantages Les nouvelles fluoroquinolones comme la moxifloxacine se distinguent par des caractéristiques particulières : un large spectre d'action contre les agents pathogènes typiques et atypiques une excellente biodisponibilité supérieure à 90 % seulement une faible toxicité un faible risque de sélection de résistance (par rapport aux quinolones de la première génération) Les nouvelles fluoroquinolones présentent une bonne efficacité contre: Streptococcus pneumoniae (également lors de résistance à la pénicilline et à l'érythromycine), contre Haemophilus influenzae (aussi bien bêta-lactame-positif que bêta-lactame-négatif), contre Mykoplasma pneumoniae, contre Chlamydia pneumoniae et contre les légionelles. Lors de CAP, l'emploi d'une nouvelle fluoroquinolone est recommandé, s'il s'agit d'une pneumonie sévère (classe Fine III à IV, co-morbidités, soins intensifs) lorsque l'on suspecte une résistance à la pénicilline chez S. pneumoniae lorsque l'on suspecte des légionelles lors d'intolérance à d'autres antibiotiques courants Les fluoroquinolones ne sont pas indiquées dans le traitement des infections des voies respiratoires supérieures. Exacerbation aiguë de la bronchite chronique (EABC) La mortalité due à la bronchite chronique augmente elle aussi avec l'âge des personnes concernées. Près de 400 décès de personnes âgées de plus de 85 ans sur sont dus à une bronchite chronique. L'EABC est définie comme une aggravation des symptômes cliniques d'une bronchite chronique avec une augmentation de la toux, de la production d'expectorations et de la dyspnée. Des expectorations glaireuses, de la fièvre, des bronchospasmes et une insuffisance cardiaque droite sont d'autres signes possibles. Le diagnostic de l'eabc Le diagnostic repose sur une radiographie, des tests de la fonction pulmonaire et une mesure des gaz sanguins. La bactériologie des expectorations ne contribue généralement que très peu au diagnostic. De nombreux aspects de l'eabc restent obscurs : s'agit-il d'une inflammation ou d'une infection? L'infection est-elle bactérienne ou virale? Quels marqueurs de l'infection sont-il présents? Quels antibiotiques sont-il indiqués et à quel moment? Traitement de l'eabc just-medical! 3

4 La bronchite aiguë est généralement virale, et les antibiotiques ne sont pas indiqués dans ce cas. Par contre, pour l'eabc, de nombreux arguments permettent d'attribuer aux infections bactériennes un rôle dans la pathogenèse : dans plus de 50% des cas, la culture des expectorations est positive, et dans de nombreuses études, les antibiotiques ont permis d'obtenir une guérison clinique lors d'eabc. Cependant : des guérisons spontanées de l'eabc sont fréquentes, et lors de la broncho-pneumopathie chronique obstructive (COPD), des colonisations bactériennes chroniques peuvent souvent être démontrées. Une méta-analyse de neuf études randomisées au cours desquelles des antibiotiques ont été testés lors d'eacb par rapport à un placebo a montré : dans le cadre de six études, l'antibiothérapie était significativement plus efficace que le placebo. Plus l'exacerbation est grave, plus le bénéfice est important. Aucune différence entre les divers antibiotiques n'a pu être constatée. Mais : il n'est pas possible d'en conclure qu'il existe une indication nette d'antibiothérapie lors D'EACB. Les antibiotiques qui entrent en ligne de compte sont : amoxicilline/ acide clavulonique, céphalosporines des 2e et 3e générations, cotrimoxazol, doxycycline, macrolides et à titre de réserve les nouvelles quinolones. Les céphalosporines des 3e et 4e générations sont recommandées chez les patients avec un volume respiratoire inférieur à 50 % et un âge supérieur à 60 ans ou lors de quatre exacerbations au moins par année ou des hospitalisations récentes ou fréquentes ou des expectorations glaireuses importantes ou une antibiothérapie récente ou déjà en cours. Lors de la présence de P. aeruginosa, on recommande ceftazidime, céfépime, pipéracilline-tazobactam ou ciprofloxacime. Cas typiques: Homme de 82 ans souffrant d'une bronchopneumopathie chronique obstructive Etat lors de l'examen: bon état général, pas de fièvre, pression artérielle 120/60 mmhg, pouls 76/min, eupnétique, râles crépitants fins aux 2 bases, souffle tubaire, miplage D, exipirium prolobé avec sibilance. Laboratoire: leucocytes : 25,2 (dév. G : 24 %) ; thrombocytes : 129, saturation en O2 94 %, CRP 117mg/l, créatinine 125 micromol/l. Radiographie: Confirmation d'une pneumonie Conformément au score pronostique selon Fine, le patient présente un score de 102 uniquement en raison de l'âge et du taux légèrement élevé de créatinine, et appartient par conséquent à la catégorie de risque IV. Il doit donc être hospitalisé. Traitement choisi: une nouvelle quinolone devrait être choisie lors de pneumonie associée à une COPD et à une hospitalisation. Evolution: la culture sanguine démontre la présence de Streptococcus pneumoniae. Poursuite du traitement avec pénicilline, lévofloxacine. Guérison sans complications. Après dix jours, sortie de l'hôpital. Durée du traitement : 15 jours. Femme de 27 ans avec une toux sèche à début aigu. just-medical! 4

5 Etat : La jeune femme avec un état général auparavant excellent souffre depuis 24 heures de toux sans expectoration, de frissons, de fièvre (39,8 C), de dyspnée, d'une douleur thoracique profonde dépendante de la respiration, d'accès de transpiration. La pression artérielle se monte à 90/70 mmhg, pouls: 130/min, fréquence de la respiration : 40/min souffle tubaire plage moyenne D. Laboratoire: leucocytes : 6,8 (dév. G : 30 %) ; saturation en O2 83 %, pression partielle d'oxygène: 58 mmhg, CRP 500 mg/l, reste sp. Radiographie du thorax : Pneumonie Conformément au score pronostique selon Fine, la femme présente un score de 57 (âge moins 10, fréquence respiratoire supérieure à 30/min (+20), pouls supérieur à 125/min (+10), pression partielle d'oxygène inférieure à 60 mmhg (+10)), appartient par conséquent à la catégorie de risque 2 et peut être traitée en ambulatoire. Traitement choisi: On suspecte une pneumonie bactérienne «typique», par conséquent antibiotique bêta-lactame (pénicilline ou céphalosporine). Evolution: hospitalisation, ceftriaxone 2g/jour i.v.. Culture sanguine stérile, test d'antigènes urinaires positif pour les pneumocoques. Fièvre persistante (38 à 39 C) durant 5 jours, puis après 7 jours passage à un traitement oral. Homme de 73 ans souffrant de COPD, hypertension artérielle, diabète et adiposité Dyspnée s'aggravant. Le médecin traitant pose le diagnostic de pneumonie et ordonne Augmentin (amoxicilline/acide clavulanique), après 24 heures frissons, fièvre, (39,8 C), hospitalisation. Etat: mauvais état général, sans fièvre, pression artérielle : 180/90 mmhg, pouls 118/min, fréquence respiratoire: 48/min, râles fins ddc, expirium prolonge avec quelques sibilances. Laboratoire: leucocytes 13,5 (dév. G : 15 %) ; saturation en O2 84 %, Na: 130 mmol/l, créatinine 193 micromol/l, CK: 680. Traitement choisi : On suspecte une pneumonie aux légionelles. Admission à l'unité des soins intensifs (score Fine 152, catégorie de risque V). Traitement antibiotique: ceftriaxone (2g/j i.v.) plus clarithromycine (2 x 500 mg/j i.v.) Evolution: test d'antigènes urinaires positif pour les légionelles, expectorations : PCR négatif, sérologie 1: 80 pour les légionelles. Evolution défavorable: intubation, insuffisance rénale (hémodialyse). Ceftriaxone a été arrêtée après cinq jours. Le patient s'est remis lentement. just-medical! 5

6 just-medical! 6

7 Referenz just-medical! 7

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE

L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE L ANTIBIOTHERAPIE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES ACQUISES DE L ADULTE TRAITEE EN VILLE Les infections des voies respiratoires basses sont fréquentes, elles viennent au premier rang des infections

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 INVANZ 1g, poudre pour solution à diluer pour perfusion Flacon, B/1 et B/10 Laboratoires Merck SHARP & Dohme-Chibret

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 3 Les maladies infectieuses Les maladies infectieuses 198 Les maladies infectieuses W. Michielsen, R. Peleman Les personnes âgées sont plus susceptibles aux infections

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012

Présentation de cas clinique. Agapitou Eleni 16.03.2012 Présentation de cas clinique Agapitou Eleni 16.03.2012 Anamnèse Patiente de 87 ans, résidente en EMS. Anamnèse actuelle: Depuis 3 semaines: - BEG. -Douleurs abdominales diffuses. -Pas d état fébrile, elle

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère

Antibiotiques. Bien peser l indication Préférer un antibiotique de. 1 intention. Recommandations de (1) Bonne Pratique. ère Recommandations de (1) Bonne Pratique Bien peser l indication Préférer un antibiotique de 1 intention Une surconsommation inexplicable Pour 1000 habitants par jour 35 30 25 20 15 10 Others J01B+J01G+J01X

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Les infections respiratoires chez la personne âgée. Dr Serge Félix CDC Service de Gériatrie et Réadaptation gériatrique

Les infections respiratoires chez la personne âgée. Dr Serge Félix CDC Service de Gériatrie et Réadaptation gériatrique Les infections respiratoires chez la personne âgée Dr Serge Félix CDC Service de Gériatrie et Réadaptation gériatrique Vignette Vous êtes appelé par l infirmière de l EMS dont vous êtes médecin responsable

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière

Définitions IRC-IRA. Physiopathologie IRC. Définitions. Physiopathologie. Evolution. E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Définitions IRC-IRA Capacité de gérontologie Cours du 6 fevrier 2007 E Orvoën-Frija Pitié-Salpêtrière Insuffisance respiratoire chronique(irc): incapacité du système respiratoire à assurer l oxygénation

Plus en détail

PNEUMONIE ACQUISE EN COMMUNAUTE (PAC)

PNEUMONIE ACQUISE EN COMMUNAUTE (PAC) Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours PNEUMONIE ACQUISE EN COMMUNAUTE (PAC) A.Rudaz 1, S.Emonet 2, G.Gex 3 1 Service de médecine

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Opacités parenchymateuses hétrogènes non systématisées à contours flous; prédominance périhilaire et dans les régions supérieures

Opacités parenchymateuses hétrogènes non systématisées à contours flous; prédominance périhilaire et dans les régions supérieures Femme 32 ans, obèse, détresse respiratoire aiguë subfébrile avec mise sous oxygène au masque à 50%. Apparition progressive des symptômes sur plusieurs jours. Test diagnostic grippe A positif. Lymphopénie

Plus en détail

MabThera. rituximab. Qu est-ce que MabThera? Dans quel cas MabThera est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public

MabThera. rituximab. Qu est-ce que MabThera? Dans quel cas MabThera est-il utilisé? Résumé EPAR à l'intention du public EMA/614203/2010 EMEA/H/C/000165 Résumé EPAR à l'intention du public rituximab Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière l

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011

TRAITEMENT de L ANGINE. Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 TRAITEMENT de L ANGINE Dr Isabelle MISSOTTE Service de pédiatrie CHT Nouméa 13.12.2011 Definitions Angine = inflammation des amygdales, plus ou moins étendue au pharynx L angine à streptocoque ß hémolytique

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Âge (années) Sexe (cocher la case) M. F. Inconnue

Âge (années) Sexe (cocher la case) M. F. Inconnue Section A- Informations sur le déclarant Nom Date de la déclaration Email/n de tél. inscrire ici votre email et/ou votre n de tél. Section B- Informations sur le patient Identification Initiales Initiales

Plus en détail

Actualisations récentes

Actualisations récentes Consensus de Prise en Charge des Infections Urinaires Communautaires SPILF 2014-15 Intérêts et Limites, pour quels Résultats? Dr Stéphane CHADAPAUD CH de Hyères Actualisations récentes IU C : Actualisation

Plus en détail

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO)

Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO) Dr Brès 09 octobre 2013 jacques.bres@chi-eureseine.fr 1 Plan Définitions, épidémiologie Causes Obstruction bronchique Clinique Examens complémentaires

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des endocardites à hémocultures négatives et à germes rares

Prise en charge thérapeutique des endocardites à hémocultures négatives et à germes rares Prise en charge thérapeutique des endocardites à hémocultures négatives et à germes rares Journée des Endocardites d Aquitaine Dr E.Lazaro CHU de Bordeaux Des endocardites rares mais des germes nombreux

Plus en détail

MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS

MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MESURES DE PRISE EN CHARGE MEDICALE DES MALADES ATTEINTS DE GRIPPE ET DE LEURS CONTACTS Annexe réalisée en collaboration avec l AFSSAPS et le GTA d après un document de la

Plus en détail

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP

Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Quelles indications aujourd'hui pour la radio du thorax? Dr Cédric CARBONNEIL Chef de projet HAS-SEAP Contexte et méthode d évaluation 2 Une évaluation par la HAS : Pourquoi? Mars 2005: lancement effectif

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO

CONFÉRENCE DE PRESSE. Campagne de sensibilisation à la BPCO CONFÉRENCE DE PRESSE Campagne de sensibilisation à la BPCO Sion, jeudi 18 novembre 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 18 NOVEMBRE 2010 Ensemble contre la BPCO : des partenaires valaisans unissent leur force

Plus en détail

communautaires Les éléments pour comprendre 1 Infections respiratoires basses

communautaires Les éléments pour comprendre 1 Infections respiratoires basses 3 1 Infections respiratoires basses communautaires É. Catherinot, C. Bron, É. Rivaud, L.-J. Couderc Service de pneumologie Hôpital Foch - Suresnes Les éléments pour comprendre 1. Définition d une infection

Plus en détail

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique?

Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? Quels antibiotiques utiliser chez l enfant allergique? (aux ßlactamines) Gaëlle LE MANAC H Service de pneumo-allergologie Hôpital des Enfants Généralités Pneumopathies Infections ORL Infections cutanées

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques

Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Antibiothérapie des infections courantes: aidez-nous à sauver les antibiotiques Quoi de Neuf au HNFC 7 Juin 2016 Vincent GENDRIN, service des Maladies Infectieuses Antibio-résistance: un péril grave Texte

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

M. Simple Chambre : 2309

M. Simple Chambre : 2309 M. Simple Chambre : 2309 AVC Dr Ruth Consignes Faire une lecture personnelle de la situation clinique. Souligner les éléments importants ou ceux qui ont besoin d être clarifiés. Répondre aux questions

Plus en détail

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie

Formation Continue IAL 16.04.2015. Présentation de cas. Dr. Borbala Pazar Maldonado. Service d Immunologie et Allergie Formation Continue IAL 16.04.2015 Présentation de cas Dr. Borbala Pazar Maldonado Service d Immunologie et Allergie Mme C. L, patiente de 76 ans Antécédents: Dépression chronique récurrente Fracture déplacé

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques

Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Fiche d information Prestations ambulatoires dans les hôpitaux et les cliniques Berne, 20.05.2014. La croissance des prestations des hôpitaux et des cliniques dans le secteur ambulatoire est due aux raisons

Plus en détail

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 . Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 Pr Hanene Tiouiri Benaissa Service des maladies infectieuses CHU La Rabta La résistance aux antibiotiques

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Dr Claire KANY 29 janvier 2015 SAMU CHU de Besançon

Dr Claire KANY 29 janvier 2015 SAMU CHU de Besançon Dr Claire KANY 29 janvier 2015 SAMU CHU de Besançon Plan Généralités Epidémiologie Clinique Diagnostic Traitements Complications Personnes à risques Prévention Epidémie 2014-2015 Et aux urgences Généralités

Plus en détail

PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL

PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL PARCOURS PATIENTE PRESENTANT UN SYNDROME GRIPPAL ACCUEIL URGENCE DE MATERNITE Si syndrome grippal : port d un masque obligatoire en salle d attente EXAMEN BOX 1 - Prélèvement ( cf protocole ) o Ecouvillon

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIES DES PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES

EPIDEMIOLOGIES DES PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES EPIDEMIOLOGIES DES PNEUMOPATHIES COMMUNAUTAIRES Zouhaier JERBI * I - INTRODUCTION : Les infections respiratoires dites basses continuent à poser un réel problème de santé par leur fréquence et leur gravité

Plus en détail

Guide Pratique du Souffle

Guide Pratique du Souffle Programme d information sur les maladies respiratoires chroniques : asthme, broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO)... Guide Pratique du Souffle Ce guide appartient à : Nom :......... Prénom

Plus en détail

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie Tularémie : diagnostic et traitement A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie CAS CLINIQUE - Homme - 28 ans - ATCD :0 - Métier : Médecin - Séjour de 15 jours en Amérique du sud

Plus en détail

Exercices sur les échanges gazeux 1

Exercices sur les échanges gazeux 1 Exercices sur les échanges gazeux 1 1. ph 7.35-7.45 7.58 Alcalose pco2 35-45 23 Alcalose PO2 75-100 175 HCO3 21-28 30 alcalose Saturation artérielle 0.92-0.98 0.99 Glucose 3.9-6.0 5.5 1.1 Interprétez le

Plus en détail

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement

HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement HYPERNATREMIE des sujets âgés Mécanismes, Prévention, Traitement Pr Muriel Rainfray, Pôle de Gérontologie Clinique, CHU Bordeaux Cas clinique 1 Le contexte Mr A. 82 ans vit à son domicile avec son épouse.

Plus en détail

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent

Question 1 Le diagnostic proposé est celui d infection urinaire. Quels arguments tirés de l énoncé permettent Énoncé D1-2007 Une femme de 68 ans, tabagique non sevrée, est hospitalisée pour altération de l état général. À l arrivée, la tension artérielle est à 140/80 mmhg, le pouls à 110/ min, elle a une polypnée

Plus en détail

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME

AUTRES AFFECTIONS FRÉQUENTES ASTHME L asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies aériennes, caractérisée par une obstruction bronchique variable dans le temps. Sous-diagnostiqué et insuffisamment pris en charge dans la population

Plus en détail

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009

Plan. Les BPCO. Quand évoquer le diagnostic? Les facteurs de risque 30/11/2009 Plan Les BPCO Cours du 23/11/2009 Diagnostic positif et différentiel Epidémiologie Prise en charge à l état stable Prise en charge en urgence Les traitements "préventifs " Place de la chirurgie dans le

Plus en détail

Actualités thérapeutiques des

Actualités thérapeutiques des Actualités thérapeutiques des infections cérébro-méningées Cours du collège Septembre 2011 Pr Ag N Kaabia Introduction Méningites purulentes (adulte+++) Méningo-encéphalites à liquide clair Abcès du cerveau

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 20 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 novembre 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 20 janvier 1999 (J.O. du

Plus en détail

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey

situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey Récit d une d situation complexe en ambulatoire Cas de Fièvre Q Présent senté le 15 Janvier 2009 Giovanni Audrey 1) Introduction Patient de 50 ans Vu en consultation avec son épouse Motif : Fièvre persistante

Plus en détail

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15

INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...11 TÉMOIGNAGE D UNE MÈRE...13 CHAPITRE 1 QU EST-CE QUE L ASTHME ET COMMENT LE DIAGNOSTIQUER?...15 Par Denis Bérubé Une maladie très fréquente...15 Physiopathologie et

Plus en détail

Les antibiotiques en pratique de ville

Les antibiotiques en pratique de ville Les antibiotiques en pratique de ville Albert Sotto mars 2005 Validité jusqu au 30 Septembre 2005 Infections ORL 1 Angines Épidémiologie 9 à 11 millions d angines Dg en France 75 à 80% = origine virale

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte

Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Recommandations 2015 de bonne pratique pour la prise en charge et la prévention des Infections Urinaires Associées aux Soins (IUAS) de l adulte Diapositives réalisées par le groupe de travail et revues

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION

PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION PNEUMOPATHIE A HERPES EN REANIMATION SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PNEUMOPATHIE A HSV DE L IMMUNOCOMPETENT EN REANIMATION Mythe ou réalitr alité? SAINT-LEGER MélanieM

Plus en détail

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique Dyspnée Aiguë Au SAU Echographie Cardio Thoracique Dr Jean-Philippe REDONNET Pôle Anesthésie Urgences Réanimation CH LOURDES INTRODUCTION Motif de recours aux urgences fréquent Diagnostic étiologique difficile

Plus en détail

Vous aussi, protégez-vous contre la grippe. La grippe? Nous sommes vaccinés.

Vous aussi, protégez-vous contre la grippe. La grippe? Nous sommes vaccinés. Vous aussi, protégez-vous contre la grippe La grippe? Nous sommes vaccinés. Qu est-ce qu une grippe? La grippe, provoquée par le virus Influenza, est une maladie virale qui, dans certaines circonstances,

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de

www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de www.stop-copd.ch Avec le précieux soutien de Un projet de Testez VOTRE RISQUE DE BPCO AVANT DE PERDRE LE SOUFFLE. Apprenez l essentiel sur cette affection pulmonaire incurable qu est la bpco. Editorial

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement...

Infections à. Chlamydia. Épidémiologie... 1. Prévention et contrôle... 2. Manifestations... 2. Diagnostic... 3. Prise en charge... 5. Traitement... Infections à Chlamydia Mise-à-jour : janvier 2010 Étiologie... 1 Épidémiologie... 1 Prévention et contrôle... 2 Manifestations... 2 Diagnostic... 3 Prise en charge... 5 Traitement... 5 Prise en considération

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD

Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Bon usage de l antibiothérapie en EHPAD Absence de conflit d'intérêt pour le sujet traité Bernard Pradines, spécialiste en gériatrie, formation et conseil http://www.geriatrie-albi.fr/ fragilité Ce qui

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand?

Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Les tests de diagnostic rapide (TDR) pour la grippe : Pourquoi? Comment? Quand? Dr. Ilka Engelmann Laboratoire de Virologie, Pôle Biologie Pathologie Génétique, CHRU de Lille EA3610, Université Lille 2

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement.

PLAN D ACTION POUR. Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. PLAN D ACTION POUR copie : patient (nom du patient) JE ME SENS BIEN Je me sens essoufflé(e) : J ai des sécrétions à tous les jours. Non Oui, couleur : Je tousse régulièrement. Non Oui JE ME SENS MOINS

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 décembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 décembre 2010 ONBREZ BREEZHALER 150 microgrammes, poudre pour inhalation en gélule Boîte de 10 gélules avec inhalateur (CIP : 399 821-7) Boîte de 30 gélules avec inhalateur

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Syndrome post-thrombotique et compression élastique Quoi de neuf?

Syndrome post-thrombotique et compression élastique Quoi de neuf? Syndrome post-thrombotique et compression élastique Quoi de neuf? Dr Ahmed BOUKER Confronté à une TVP des MI, le clinicien a 2 soucis : - Traiter pour éviter une embolie pulmonaire - Prévenir le syndrome

Plus en détail

L hypertension artérielle, la pré-éclampsie et la grossesse

L hypertension artérielle, la pré-éclampsie et la grossesse L hypertension artérielle, la pré-éclampsie et la grossesse Jusqu à 10% des femmes enceintes souffrent d hypertension artérielle pendant leur grossesse. Jusqu à 2% des complications associées aux troubles

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble

Prise en en charge des pneumonies communautaires. communautaires. J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble Prise en en charge des pneumonies communautaires communautaires J.P. Stahl Université J. Fourrier et CHU Grenoble 1 Les scores de gravité Utilisation en pratique 2 RÉDUCTION DE LA MORTALITÉ EN CIBLANT

Plus en détail