LE VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. LE VIEILLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. LE VIEILLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS."

Transcription

1 LE VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. LE VIEILLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS. Philippe CAILLET Département de Médecine Interne et Gériatrie. Hôpital Albert Chenevier Créteil

2 Le vieillissement.! Détérioration progressive des capacités et du vieillissement d un «objet» avec le temps.! Ensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de l organisme à partir de l âge mûr.! Processus lent et progressif maladies.! Phénomène complexe et multifactoriel.! Tous les mécanismes ne sont pas élucidés!

3 PLAN de l exposé :! Vieillissement cellulaire.! Vieillissement des organes et des fonctions de l organisme.

4 Rappel : la CELLULE.

5 VIEILLISSEMENT CELLULAIRE. 2 HYPOTHÈSES :! Génétique : Les gènes s expriment de façon différente au cours du temps = «programme» de développement et de vieillissement.! Somatique : Accumulation d erreurs, au hasard : réplication et transcription de l ADN, oxydation des protéines, des lipides, selon l environnement, le mode de vie,

6 Hypothèse génétique. 1. Programmation génétique. 2. Altération de l ADN. 3. Différents types de cellules. 4. Télomères = «horloges biologiques» 5. Conséquences.

7 1. Programmation génétique.! Les durées de vie diffèrent selon chaque espèce animale.! Les «vrais» jumeaux (monozygotes) ont des durées de vie plus proches que les «faux» jumeaux (dizygotes).! Chez les centenaires, certains génotypes sont plus fréquents que chez des sujets plus jeunes.! Il existe des syndromes de vieillissement accéléré liés à certains gènes.

8 2. Altération de l ADN.! " importante de la fréquence des altérations de l ADN (délétions, mutations) et des anomalies de réparation de l ADN avec l âge (ADN mitochondrial).! Nombreux facteurs : radiations, radicaux libres, division cellulaire,

9 3. Différents types de cellules.! Cellules à faible capacité de renouvellement (neurones, cellules musculaires ), qui ont l âge de la personne : Accumulation de pigment (lipofuschine), résultat de la dégradation d organites intracellulaires.! Cellules renouvelables dont les possibilités de renouvellement ne sont pas illimitées : Elles sont proportionnelles à la longévité de l espèce, avec des écarts entre les individus d une même espèce.

10 4. Les télomères = «horloge biologique».! Séquence de nucléotides (TTAGGG) pouvant se répéter plusieurs milliers de fois.! Marquent la fin des chaînes d ADN! Permettent la stabilité de l ADN et évitent la fusion entre les chromosomes.! A chaque réplication de l ADN, perte de nucléotides terminaux # raccourcissement des télomères.! Lorsque le télomère a une longueur minimale # divisions impossibles.

11 5. Conséquences de l altération de l ADN.! Modifications de l expression de certains gènes.! Modifications de la synthèse des protéines commandée par ces gènes.! Perturbation du cycle cellulaire.

12 Hypothèse somatique. 1. Radicaux libres et stress oxydatif. 2. Glycation non enzymatique des protéines.

13 1. Radicaux libres.! Atomes ou molécules instables avec électron libre (O OH ) issus du métabolisme de l oxygène.! Puissants agents oxydants.

14 Radicaux libres et oxydation. Oxydation de l ADN noyau Oxydation des acides gras membranaires

15 Radicaux libres et stress oxydatif.! La production des radicaux libres augmente avec le métabolisme.! Il existe des systèmes anti-oxydants : Vitamines : A, E, C ; Nombreuses enzymes (SOD, ). $ Le vieillissement se traduit par : - " radicaux libres (mitochondries ++), - % systèmes anti-oxydants.

16 2. Glycation non enzymatique des protéines.! Les protéines de demi-vie longue subissent des modifications au contact du glucose : protéines glucose AGE products (advanced glycation end products)! Les protéines de la matrice extra-cellulaire (de durée de vie très longue) sont très touchées par la glycation # résistance à la protéolyse, & du renouvellement.

17 Au total :! Le vieillissement cellulaire résulte des effets intriqués de facteurs génétiques et environnementaux auxquels est soumis l organisme.! Le vieillissement touche l ensemble des constituant de la cellule : ADN, membranes et protéines.

18 VIELLISSEMENT DES ORGANES ET FONCTIONS.! Les modifications biologiques s accompagnent d une diminution des capacités fonctionnelles de l organisme.! Cette diminution des réserves fonctionnelles induit une réduction de la capacité de l organisme à s adapter aux situations d agression : # augmentation de la susceptibilité aux maladies, aboutissant au décès.

19 Vieillissement des organes et des fonctions : Vieillissement : 1. cardiovasculaire. 2. de l appareil respiratoire. 3. du système nerveux. 4. de l appareil locomoteur. 5. du métabolisme. 6. de l appareil digestif. 7. des organes des sens. 8. de l appareil urinaire. 9. des organes sexuels. 10. de la peau et des phanères. 11. du système immunitaire.

20 1/4 Vieillissement cardiovasculaire. Le vieillissement des artères se caractérise par :! modifications de l élastine,! rigidification du collagène (glycation),! altération de la vasomotricité artérielle. Conséquences :! " de la rigidité des artères (= % compliance),! " de la pression artérielle systolique avec l âge.

21 2/4 Vieillissement cardiovasculaire. Le vieillissement du cœur se caractérise par :! % du nombre de cellules musculaires cardiaques,! plages de fibrose disséminées en dehors de tout infarctus du myocarde,! modifications qualitatives du collagène (glycation).! % de la sensibilité du cœur aux catécholamines.

22 3/4 Vieillissement cardiovasculaire. Conséquences anatomiques :! " de la masse cardiaque globale,! " de l épaisseur de la paroi ventriculaire (= hypertrophie ventriculaire gauche ++).

23 4/4 Vieillissement cardiovasculaire. Conséquences fonctionnelles :! défaut de relaxation du ventricule gauche,! moins bon remplissage du ventricule gauche, # débit cardiaque : stable au repos, un peu % à l effort.! Réduction de la fréquence cardiaque maximale à l effort.

24 Vieillissement de l appareil respiratoire. Se caractérise par :! % compliance pulmonaire,! % compliance de la paroi thoracique,! % des muscles respiratoires. # réduction de la capacité ventilatoire. On note aussi une % de la capacité de diffusion de l oxygène et donc une % de la pression partielle en O 2 du sang artériel (PaO 2 ).

25 1/4 Vieillissement du système nerveux. front Nombreuses modifications neuropathologiques et neurobiologiques du système nerveux central : % du nombre de neurones corticaux, % de la substance blanche, % de certains neurotransmetteurs intracérébraux (acétylcholine ++).

26 2/4 Vieillissement du SN central.! " des temps de réaction.! % modérée des performances mnésiques (acquisitions d informations nouvelles), qui n explique pas les troubles de la mémoire ayant un retentissement sur la vie quotidienne.! % et déstructuration du sommeil (% sécrétion de la mélatonine # désorganisation des rythmes circadiens).! % sensibilité des récepteurs de la soif (osmorécepteurs) # % de la sensation de soif des SA.

27 3/4 Vieillissement du SN périphérique. % du nombre de fibres fonctionnelles, # " des temps de conduction des nerfs périphériques, # % de la sensibilité proprioceptive (hypopallesthésie), # instabilité posturale et risque de chute.

28 4/4 Vieillissement du SN autonome.! Hyperactivité sympathique (" taux plasmatique des catécholamines);! Mais réduction des réponses sympathiques en raison d une diminution de la sensibilité des récepteurs aux catécholamines. Ex. : la tachycardie normalement induite par l effort est moins marquée chez les SA.

29 1/3 Vieillissement de l appareil locomoteur.! Muscles squelettiques : Sur le plan microscopique : % de la densité des fibres musculaires ; Sur le plan anatomique : % de la masse musculaire (= sarcopénie). # % de la force musculaire.

30 2/3 Vieillissement de l appareil locomoteur.! Squelette = os : % de la densité minérale osseuse (= ostéopénie), surtout chez la femme = ostéoporose. % de la résistance mécanique osseuse. # " du risque de fracture.

31 3/3 Vieillissement de l appareil locomoteur.! Cartilage articulaire : % du contenu en eau, % du nombre des chondrocytes. # amincissement du cartilage et altération de ses propriétés mécaniques # fragilité.! fragilité " avec l arthrose.

32 1/2 Vieillissement du métabolisme.! Modification de la composition corporelle : à poids constant : % réduction de la masse maigre " augmentation de la masse grasse! Besoins alimentaires qualitatifs et quantitatifs similaires à ceux des sujets jeunes, à niveau d activité physique identique : 30 à 40 kcal / kg de poids / jour 1 à 1,5 g de protides / kg de poids / jour

33 2/2 Vieillissement du métabolisme.! Réduction de la tolérance à la charge en glucose, témoignant d un certain degré de résistance à l insuline.! Réduction de la capacité de l organisme à s adapter aux situations de stress.

34 Vieillissement de l appareil digestif.! Modifications bucco-dentaires.! % du flux salivaire.! % de la production d acide chlorhydrique par l estomac.! Ralentissement du transit intestinal par % du péristaltisme.

35 Vieillissement des organes des sens.! Œil : Réduction de l accommodation = presbytie. Opacification progressive du cristallin = cataracte.! Audition : Perte progressive de l audition (sons aigus) = presbyacousie.! Les modifications du goût et de l olfaction sont plus controversées.

36 1/3 Vieillissement de l appareil urinaire. Concerne surtout le rein : % modérée de la taille des reins, % du nombre de néphrons fonctionnels, $%de la filtration glomérulaire, % des capacités d élimination du rein. Production d urine : % le jour, " la nuit.

37 2/3 Vieillissement de l appareil urinaire. Un sujet âgé est un insuffisant rénal jusqu à preuve du contraire. # Toujours penser à adapter la dose des médicaments à la fonction rénale, (estimée par le calcul de la clairance de la créatinine formule de Cockroft). (140 âge) x poids CL créat. = créatinine poids en kg créatinine en µmol/l. x k k = constante : 1,04 chez la femme 1,25 chez l homme

38 3/3 Vieillissement de l appareil urinaire. Ex. : créatinine 80 µmol/l et poids = 60 kg : # Femme de 40 ans : CL = 78 ml/mn ; # Femme de 85 ans : CL 43 ml/mn. Insuffisance rénale sévère si CL < 30 ml/mn.

39 Vieillissement des organes sexuels.! Chez la femme : à la ménopause : & de la sécrétion ovarienne (œstrogènes), & des cycles menstruels, Involution de l utérus et des glandes mammaires.! Chez l homme : % progressive de la sécrétion de testostérone persistance de la spermatogénèse " du volume de la prostate.

40 1/2 Vieillissement de la peau et des phanères.! Peau : altération du tissu élastique, épaississement fibreux du derme, aplanissement de la jonction dermo-hypodermique, % du nombre de mélanocytes. Ces modification sont plus prononcées sur les zones découvertes, exposées aux rayons UV.

41 2/2 Vieillissement de la peau et des phanères.! Phanères : % de la croissance des cheveux et des ongles avec l âge. % des mélanocytes # grisonnement des cheveux.! Glandes : % de l activité des glandes sébacées et sudoripares # sécheresse de la peau.

42 Vieillissement du système immunitaire.! Retard de la réponse immunitaire par rapport au sujet jeune.! Réponse moins spécifique de l agent infectieux.! L immunisation par vaccination n est pas altérée chez le sujet âgé «en bonne santé», même si les taux d anticorps produits sont inférieurs à ceux produits chez le sujet jeune.

43 CONCLUSION (1/2).! Les mécanismes à l origine du vieillissement restent encore mal connus.! Le vieillissement résulte des effets intriqués de facteurs génétiques et environnementaux auxquels est soumis l organisme tout au long de sa vie.

44 CONCLUSION (2/2).! La connaissance du vieillissement permet : de mieux comprendre les symptômes, de mieux connaître l évolution de certaines maladies, de mieux adapter la prise charge thérapeutique, et d améliorer la prise en charge globale des sujets âgés. MERCI DE VOTRE ATTENTION!

45 Pour me contacter :

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie.

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Public cible Ce cours fait partie du tronc commun obligatoire à toutes les thérapies Aperçu de la formation (Définition) L anatomie est la connaissance

Plus en détail

Vieillissement. Pr. J.HELENE PELAGE Septembre 2014

Vieillissement. Pr. J.HELENE PELAGE Septembre 2014 Vieillissement Pr. J.HELENE PELAGE Septembre 2014 Préparation UEMG Berlin 27 Aout 2014 Introduction Vieillissement de l organisme : ensemble des modifications se produisant au cours de l avancée en âge

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Théories et mécanismes du vieillissement

Théories et mécanismes du vieillissement Théories et mécanismes du vieillissement Pr Athanase Bénétos SGE 23/11/2006 Nancy Finalité de la médecine chez le Sujet Âgé : Longévité sans incapacité Pourquoi vieillit-on? Mécanismes cellulaires du vieillissement

Plus en détail

PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012

PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012 PROGRAMME DE L ANNEE PREPARATOIRE AUX ETUDES DE MASSO KINESITHERAPIE (APEMK) 2011-2012 U.E. 1 : Atomes - Biomolécules - Génome - Bioénergétique - Métabolisme 10 ECTS BIOCHIMIE Acides aminés/peptides/protéines

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

Sciences de la nature

Sciences de la nature Sciences de la nature VISÉES PRIORITAIRES Se représenter, problématiser et modéliser des situations et résoudre des problèmes en construisant et en mobilisant des notions, des concepts, des démarches et

Plus en détail

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment

Diabète et obésité. Un état qui progresse constamment Diabète et obésité Un état qui progresse constamment Dans nos sociétés industrielles, l obésité, naguère exceptionnelle, puis plus courante, suit une telle progression qu elle pourrait bien, à terme, constituer

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH

PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2. Sam BAYAT MCU-PH PHYSIOLOGIE DE LA CIRCULATION I. La fonction Cardiaque 2 Sam BAYAT MCU-PH Le débit cardiaque et son contrôle Le débit cardiaque = Fréquence cardiaque x Volume d'éjection systolique : Q & = Fc Ves La Fc

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques

Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Chapitre 3 : La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques Introduction Les neurones et les hématies sont des cellules ultra spécialisées qui ne consomment que du glucose. L approvisionnement

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

Vie et survie des parasites intracellulaires Enzymes et Métabolisme Le codage de l'information sensorielle Le coeur humain L'homéostasie glucidique

Vie et survie des parasites intracellulaires Enzymes et Métabolisme Le codage de l'information sensorielle Le coeur humain L'homéostasie glucidique BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE CELLULAIRES, BIOLOGIE MOLECULAIRE, LEUR INTEGRATION AU NIVEAU DES ORGANISMES OPTION A SESSION 2005 Leçons portant sur le programme de spécialité A Etudes expérimentales des fermentations

Plus en détail

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse

Modèle à deux. B. Compartiments. 2) Masse maigre. 1) Masse grasse I_ Introduction Compartimentation du corps A. Modèles Le corps peut être décrit selon des compartiments ( ou des masses ) qui sont des éléments du corps ayant des valeurs physiologiques voisines, mais

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.

LES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION DES VITAMINES ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2. LES VITAMINES Unité 2 - volet 4 ATTENTES DU VOLET «VITAMINES» (2.4) Différencier les vitamines lipo-solubles et les vitamines hydro-solubres et expliquer comment leur solubrité affecte leur absorption,

Plus en détail

Portail de la biologie de la reproduction

Portail de la biologie de la reproduction Portail de la biologie de la reproduction www.bio-courses.jimdo.com Auteurs : Yasmina ANTEUR Licence : Module : Biologie du développement Les mécanismes de différenciation cellulaire I. Introduction -

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006 Besançon 02 décembre d 2006 Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Besançon 02 décembre d 2006 CYCLISME FEMININ

Plus en détail

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes.

Atomes. Molécules. Tissu : Cellules. Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Tissus. Organes. Atomes Molécules Tissu : Ensemble de cellules dotées d une structure et d une fonction communes. Cellules Tissus Organes Systèmes 1. Le tissu épithélial: Les épithéliums Membrane basale Formés de cellules

Plus en détail

Le Système Vasculaire

Le Système Vasculaire Le Système Vasculaire II/ Les différentes portions du système vasculaire 1. Les artères 2. Les capillaires 3. Les veines 4. Les lymphatiques : un système à part. LES ARTERES I. Anatomie des artères II.

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCEMIE

REGULATION DE LA GLYCEMIE REGULATION DE LA GLYCEMIE Approvisionnement continu en glucose cellules activité métabolique normale. Constance remarquable de la glycémie : 4-6 mmol/l (0,7-1,1 g/l) Régulation étroite. Exemple : SNC Besoins

Plus en détail

Le vieillissement. Docteur MEDJADJI Gériatre SSR LA FERE. Décembre 2015

Le vieillissement. Docteur MEDJADJI Gériatre SSR LA FERE. Décembre 2015 Le vieillissement Docteur MEDJADJI Gériatre SSR LA FERE Décembre 2015 Généralités Le vieillissement représente une étape de la vie ou le corps subit des modifications C est une suite programmée qui évolue

Plus en détail

CHAPITRE I : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; ASPECTS BIOLOGIQUE, PREVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE FONCTIONNEL ET RELATIONNEL

CHAPITRE I : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; ASPECTS BIOLOGIQUE, PREVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE FONCTIONNEL ET RELATIONNEL CHAPITRE I : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; ASPECTS BIOLOGIQUE, FONCTIONNEL ET RELATIONNEL PREVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE I- Introduction II- Aspect biologique du vieillissement III- Effet du vieillissement

Plus en détail

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 SOMMAIRE Tronc commun scientifique Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)....... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 Tronc Commun des Lettres et Sciences humaines Unité1 : L eau : Source

Plus en détail

Devoir de contrôle N 3

Devoir de contrôle N 3 Devoir de contrôle N 3 M : Hakim 4 ème sciences expérimentales 2009-2010 Première partie : restitution des connaissances (12 points) A // QCM (4 points) Pour chacune des questions suivantes il peut y avoir

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Le métabolisme phosphocalcique

Le métabolisme phosphocalcique Le métabolisme phosphocalcique 1 Métabolisme du calcium et du phosphore : 1.1. Calcium : Métabolisme : Répartition : 99% dans les dents et dans le squelette. 1% dans le reste de l organisme. Le métabolisme

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Monsieur Paul ROBACH Je souhaite tout d abord remercier les organisateurs de ce symposium et

Plus en détail

La diététique du rugby

La diététique du rugby La diététique du rugby UFR APS Jeudi 23 avril 2015 1 L alimentation au cœur de la performance 2 «De deux athlètes d égale valeur et d entraînement identique, l athlète ayant la meilleure performance est

Plus en détail

Chapitre 4 : le tissu cartilagineux

Chapitre 4 : le tissu cartilagineux Chapitre 4 : le tissu cartilagineux Les tissu cartilagineux sont des tissus conjonctifs qui sont d origine mésenchymateuse, ils sont constituées de cellules appelées les chondrocytes. Ces chondrocytes

Plus en détail

UPMC / 2008-2009 LV340

UPMC / 2008-2009 LV340 UPMC / Licence des sciences et technologie mention «sciences de la vie», année universitaire 2008-2009 LV340 Physiologie Cardiovasculaire: Régulations de la pression artérielle Introduction : présentation

Plus en détail

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION

LES OMÉGA-3 LE CONSTAT : NOTRE ALIMENTATION EST DEVENUE TRÈS CHARGÉE EN OMÉGA-6 ET TRÈS CARENCÉE EN OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION LES OMÉGA-3 LES OMÉGA-3 LA RÉALITÉ SUR NOTRE ALIMENTATION Notre mode d alimentation a beaucoup changé. Malgré que nous soyons très sensibilisés, notre alimentation occidentale contemporaine est désormais

Plus en détail

2015/2017. Ce qu il applique est reproductible et basé sur des observations de la physiologie globale.

2015/2017. Ce qu il applique est reproductible et basé sur des observations de la physiologie globale. PROGRAMME du 0/0 Fruit de plus de 0 années d expérience, l enseignement de Robert MASSON résulte d observations rationnelles, de plusieurs milliers de consultations et conseils prodigués à ses patients

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP

Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP Trisomie 21 et vieillissement Analyse des conséquences au niveau transcriptionnel et traductionnel de la surexpression des gènes SOD-1 et APP INTRODUCTION La trisomie 21 Description clinique Trisomie 21

Plus en détail

Extrait cours svt 3e. semaine 3

Extrait cours svt 3e. semaine 3 Extrait cours svt 3e semaine 3 Chapitre 1 : Tous parents, tous différents Le titre du chapitre est «tous pareils, tous différents». Le même chapitre, repris plus en détails en Terminale est «tous parents,

Plus en détail

D evoir de contrôle n 3

D evoir de contrôle n 3 Lycées G aafour 2 Professeur: M E SSA O U D I M ohsen D evoir de contrôle n 3 25/04/201 2014 4 èm e èm e Sc.E xp E preuve : sciences de la vie et de la terre D urée : 2 H Coefficient : 4 Partie I (12 points)

Plus en détail

Le système endocrine : définitions-généralités

Le système endocrine : définitions-généralités Chapitre 01 : Introduction aux médicaments du système endocrine Page 1 sur 12 Le système endocrine : définitions-généralités Endocrinologie: Science de la régulation à distance des fonctions cellulaires

Plus en détail

L enfant et le sport

L enfant et le sport Spécificités de l enfant L enfant et le sport Croissance L enfant n est pas un adulte en miniature Petite enfance : première année de vie Enfance: de une année à l adolescence Adolescence: correspond au

Plus en détail

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves)

Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) Progression CBSV (2h30/semaine : une classe de 15 élèves) dates Connaissances Capacités 1.1 Les organismes vivants présentent une unité et une diversité 7/9 L observation des organismes vivants témoigne

Plus en détail

Physiologie de la circulation coronaire

Physiologie de la circulation coronaire Physiologie de la circulation coronaire Dr. KERMICHE 1 Les objectifs du cours A la fin du cours l étudiant doit: Expliquer la raison d être de la circulation coronaire et de nommer les principales ramifications

Plus en détail

UE2.1 Biologie Fondamentale

UE2.1 Biologie Fondamentale Institut de Formation en soins infirmiers Université de Bordeaux UE2.1 Biologie Fondamentale Juillet 2013 Durée de l épreuve : 45 minutes Recommandations Le sujet comporte 8 pages (page de garde comprise)

Plus en détail

LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES. Dr. Walter S. Marcantoni

LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES. Dr. Walter S. Marcantoni LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES Dr. Walter S. Marcantoni OBJECTIFS Définir l homéostasie Expliquer comment l hypothalamus assure le contrôle homéostatique Décrire la fonction du système

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

suppléments naturels Le caractère distinctif des femmes ne se manifeste pas uniquement au niveau de notre apparence physique.

suppléments naturels Le caractère distinctif des femmes ne se manifeste pas uniquement au niveau de notre apparence physique. suppléments naturels POUR LA FEMME Le caractère distinctif des femmes ne se manifeste pas uniquement au niveau de notre apparence physique. Les besoins de notre organisme et nos complexités émotionnelles

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Maladie de Fabry Génétique

Maladie de Fabry Génétique Déficit en α-galactosidase Maladie héréditaire lysosomale (transmission liée à l X) Accumulation de globotriaosylceramide (Gb-3) dans l endothélium vasculaire et autres tissus Deuxième maladie lysosomale

Plus en détail

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez

Énergie et nutrition. Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez Énergie et nutrition Le corps humain et vieillissement. 101-1AA-JQ Esteban Gonzalez L alimentation dans le monde Bcp de maladies liées à notre type d alimentation Malnutrition Excès ou carence de nutriments

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF CAP ESTHETIQUE / BAC PRO/BTS ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE

TABLEAU COMPARATIF CAP ESTHETIQUE / BAC PRO/BTS ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE TABLEAU COMPARATIF CAP ESTHETIQUE / BAC PRO/BTS ESTHETIQUE COSMETIQUE PARFUMERIE CAP BAC PRO BTS S1 - Biologie S1 - Biologie humaine appliquée C) BIOLOGIE 1. ORGANISATION GENERALE DU CORPS HUMAIN 1. Les

Plus en détail

Foire aux questions. www.nutreine.fr

Foire aux questions. www.nutreine.fr Foire aux questions PHILOBIO est un programme de complémentation alimentaire biologique à base de farine de lin, de sarrasin et de fenouil, de fibres solubles d agave et de polyphénols de raisin et de

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session Septembre 2014 - Métropole GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION

Bac S - Sujet de SVT - Session Septembre 2014 - Métropole GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION Bac S - Sujet de SVT - Session Septembre 2014 - Métropole 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION A la suite des résultats d une analyse de sang, un médecin a proposé

Plus en détail

Les tissus cartilagineux

Les tissus cartilagineux Les tissus cartilagineux Introduction Pr. P. Dubus Les tissus cartilagineux Tissus conjonctifs spécialisés appartenant avec les tissus osseux aux tissus squelettiques. Les tissus cartilagineux sont composés

Plus en détail

L ALIMENTATION SOMMAIRE

L ALIMENTATION SOMMAIRE L ALIMENTATION SOMMAIRE I. Conception de base de la nutrition du sportif II. Les calories III. Les lipides 1. Le tissu adipeux 2. Les acides gras saturés 3. Les acides gras mono saturés 4. Les acides gras

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

COMPARTIMENTS LIQUIDIENS, HOMEOSTASIE ET REGULATION

COMPARTIMENTS LIQUIDIENS, HOMEOSTASIE ET REGULATION I- Introduction COMPARTIMENTS LIQUIDIENS, HOMEOSTASIE ET REGULATION 1) Définition physiologie Physiologie = étude de la nature. Science qui étudie le fonctionnement normal d un organisme vivant et des

Plus en détail

EQUILIBRE ALIMENTAIRE

EQUILIBRE ALIMENTAIRE EQUILIBRE ALIMENTAIRE Sommaire Pourquoi mange t'on? Qu'est ce qui influence notre alimentation? Pourquoi manger équilibré? Comment manger équilibré? Les différents groupes d'aliments. La composition des

Plus en détail

LE STRESS I. DEFINITION BIOLOGIE DU STRESS. II.1. Prise en charge du stresseur. II.2. Le syndrome général d adaptation

LE STRESS I. DEFINITION BIOLOGIE DU STRESS. II.1. Prise en charge du stresseur. II.2. Le syndrome général d adaptation I. DEFINITION I. DEFINITION LE STRESS Le stress est un terme très largement utilisé dans le langage commun et qui est par le fait galvaudé. Le stress est un terme emprunté à la physique désignant la contrainte

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

http://www.xtremepapers.net M05/4/BIOLO/SPM/FRE/TZ0/XX+ BIOLOGIE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 Mercredi 11 mai 2005 (après-midi) 45 minutes

http://www.xtremepapers.net M05/4/BIOLO/SPM/FRE/TZ0/XX+ BIOLOGIE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 Mercredi 11 mai 2005 (après-midi) 45 minutes IB BIOLOGIE NIVEAU MOYEN ÉPREUVE 1 DIPLOMA PROGRAMME PROGRAMME DU DIPLÔME DU BI PROGRAMA DEL DIPLOMA DEL BI M05/4/BIOLO/SPM/FRE/TZ0/XX+ 22056022 Mercredi 11 mai 2005 (après-midi) 45 minutes INSTRUCTIONS

Plus en détail

Evaluation de l'état nutritionnel :

Evaluation de l'état nutritionnel : Evaluation de l'état nutritionnel : la composition corporelle de l'homme Nathalie LOOS Activités recherche : Laboratoire Périnatalité & Risques Toxiques (PériTox) EA 4285 - UMI 01 Unité mixte INERIS --------------------------------

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale.

A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. R16 = L OBESITE R16 = L OBESITE A l heure d aujourd hui, l obésité est considérée comme une épidémie mondiale. Définition : Selon l OMS, l obésité se caractérise par «une accumulation anormale ou excessive

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte

Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte C est un travail très précieux pour tous les enseignants et étudiants, réalisé par l équipe Académique dirigé par F.Bergé avec

Plus en détail

RÉGULATION de la GLYCÉMIE

RÉGULATION de la GLYCÉMIE Physiologie Moléculaire Cours06 02/04/08 FEUGEAS RÉGULATION de la GLYCÉMIE I. VALEURS USUELLES ET REGULATION PHYSIOLOGIQUE : A. Valeurs et variations usuelles : glycémie à jeun (sans apport alimentaire

Plus en détail

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0.

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0. «NB. Pour la correction et les notes, contacter le site web: svt-mounir.sitew.com» EXERCIE N O 1: A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations

Plus en détail

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE

CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE CHAPITRE IV : ENERGETIQUE CELLULAIRE : ATP IV 1 QUELQUES DEFINITIONS IV 2 L ATP OU ADENOSINE TRIPHOSPHATE IV 2.1 STRUCTURE DE L ATP IV 2.2 ROLE DE L ATP IV 2.3 SYNTHESE DE L ATP IV 2.3.1 CATABOLISME DU

Plus en détail

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL

METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL CHEOPS 4 Novembre 2010 METHODES D EVALUATION DE L ETAT NUTRITIONNEL Dr Michel BUGEON CRRF André LALANDE 23300 NOTH ETATS D AGRESSION (traumatisme, infections, inflammation) anorexie Dépenses énergétiques

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

Plan. nergétique. Vue d ensemble d

Plan. nergétique. Vue d ensemble d Bioénerg nergétique * Vue d ensemble d du métabolismem PACES 2011-2012 Dr. A. Boullier Plan Introduction Bioénergétique Cycle de Krebs Chaîne respiratoire Métabolisme des glucides Métabolisme des lipides

Plus en détail

La cellule. Partie de la cellule ADN. Membrane nucléaire. Noyau. Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire. Définition de la cellule :

La cellule. Partie de la cellule ADN. Membrane nucléaire. Noyau. Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire. Définition de la cellule : La cellule Définition de la cellule : Partie de la cellule Rôle ADN Membrane nucléaire Noyau Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire 54 Les différents niveaux d organisation du corps humain

Plus en détail

EVALUATION NORMATIVE S3

EVALUATION NORMATIVE S3 Date: dimanche 10 novembre 2013 Benjamin Beaugé PROCESSUS OBSTRUCTIF 2.8 EVALUATION NORMATIVE S3 Question 1: Expliquer le mécanisme physiopathologique de l embolie pulmonaire. /1 Question 2: Expliquer

Plus en détail

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS.

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. 1) LA PAROI VASCULAIRE. Les capillaires qui sont les vaisseaux les plus petits présentent une paroi simple qui est appelée endothélium. La paroi

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

CHAPITRE I. Interdépendance entre nature biochimique et exigence nutritionnelle de l Homme

CHAPITRE I. Interdépendance entre nature biochimique et exigence nutritionnelle de l Homme CHAPITRE I Interdépendance entre nature biochimique et exigence nutritionnelle de l Homme A. Introduction «Il faut manger pour vivre» Cet adage concerne, quel que soit le moyen d y parvenir, tous les êtres

Plus en détail

Par Catherine Gandelin

Par Catherine Gandelin MARQUEURS OSSEUX INTRODUCTION Par Catherine Gandelin L'os est soumis à un renouvellement physiologique permanent grâce aux activités des ostéoblastes et des ostéoclastes. Le remodelage osseux est ainsi

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 Dr BOGGIO L équilibre hydrique, électrolytique et acido-basique 2.1 S1 Biologie fondamentale IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 13 Equilibre hydrique, électrolytique et acidobasique Fonction essentielle

Plus en détail

La pression artérielle rielle n est n grandeur strictement régulr

La pression artérielle rielle n est n grandeur strictement régulr La pression artérielle rielle n est n pas une grandeur strictement régulr gulée. Elle doit être à tout moment suffisante pour que le débit d local de chaque organe soit ajusté à ses besoins métaboliques.

Plus en détail

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois Dr Amina SAAD Pédiatre Agadir 2 Mai 2008 Introduction La nutrition du nouveau-né et du nourrisson à: - Suscité de nombreux travaux - Soulevé de

Plus en détail

Avant- propos. La physiologie en BTS diététique : les exigences du programme

Avant- propos. La physiologie en BTS diététique : les exigences du programme Avant- propos Le présent ouvrage a pour but de faciliter l enseignement de la physiologie dans le cadre du BTS diététique. Pour ce faire, nous avons respecté scrupuleusement le cadre du programme d enseignement

Plus en détail