Bulletin trimestriel de l UFIIB. Avril - Mai - Juin Protonthérapie et accélérateurs. Les Hautes Ecoles font de la recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin trimestriel de l UFIIB. Avril - Mai - Juin 2007. Protonthérapie et accélérateurs. Les Hautes Ecoles font de la recherche"

Transcription

1 Belgique - België P.P. - P.B BRUXELLES X BC30058 P Bulletin trimestriel de l UFIIB Protonthérapie et accélérateurs Les Hautes Ecoles font de la recherche L huile de palme comme carburant (2ème partie) Sensibilisation à la prévention incendie et à la sécurité Notre mère la Terre a de la fièvre Bulletin trimestriel édité par l UFIIB - Avenue Molière, Bruxelles Avril - Mai - Juin 2007 Editeur Responsable : Guy ZIJLMANS - Champ des buissons, Chaumont Gistoux

2 Participants Remerciements Merci chaleureusement à Stéphanie Greuse pour son implication dans l Ing. ainsi qu à Pierre Nuttin qui organise parfaitement le site UFIIB et sa section publicité et emploi. Comité de rédaction Bulletin trimestriel Edité par l UFIIB Avenue Molière, Bruxelles Editeur Responsable Guy ZIJLMANS Champ des Buissons, Chaumont Gistoux Guy Zijlmans (UFIIB) Christophe Bays (AIHy) Laurent Bosseler (ADISICHt) Vincent Brusten (AIIBr) Eric Croisy (AIECAM) Quentin Drèze (UILg) Stéphanie Greuse (ADISICHt) Nori Manderlier (UFIIB-AIIBr) Alain Marlière (AIAth) Serge Moureau (AIIH) Manuel Santiago (UG) Philippe Van Cleemput (AIIF-IMC) TIRAGE A EXEMPLAIRES Les articles sont édités sous l entière responsabilité de leurs auteurs. 2

3 Sommaire Mot du président L AIAth se présente Meurice R&D Brainstorming Evolution de la projection cartographique Belge vers le Lambert 2005 Sensibilisation à la prévention incendie et à la coordination sécurité Intérêt de l utilisation d un réseau neuronal dans la détection médicale d une fibrose hépatique Emploi et globalisation TFE à blanc 2007 L huile de palme comme carburant (2ème partie) La Haute Ecole Rennequin Sualem s investit dans la recherche en matière d énergie Protonthérapie et développement d un nouvel accélérateur C400 Notre mère la Terre a de la fièvre ERRATUM Une erreur s est glissée dans. n 2, le bulletin de l UFIIB. En effet, nous avons publié le draft de l article de M. Anciaux «La formation d Ing. après la réforme de Bologne» et non pas la version définitive! Nous assumons l entière responsabilité de cette erreur, M. Anciaux, veuillez accepter nos sincères excuses. Le bon article est actuellement disponible sur le site de l UFIIB Nous republierons cet article dans le prochain numéro, l Ing. n 4, le bulletin de l UFIIB SERVICES EXPRESS ANTWERPEN OOSTENDE GENT Over België - 14 printshops - En Belgique ZAVENTEM BRUXELLES BRUSSEL WAVRE NAMUR SCHAERBEEK SCHAARBEEK BRUXELLES BRUSSEL IXELLES ELSENE AUDERGHEM OUDERGEM UCCLE UKKEL NOOIT GEZIEN IN BELGIE PRINTSHOP COPYSHOP IMPRIMERIE DRUKKERIJ BELGIUM & EUROPE 74 nieuwe printers sinds januari gloednieuwe kleurenprinters in Self-Service 60 Specialisten verdeeld over 13 winkels in België JAMAIS VU EN BELGIQUE Ixelles-Elsene Bld Général Jacques 135 l 1050 Bruxelles Generaal Jacqueslaan 135 l 1050 Brussel ) Antwerpen Gent Schaerbeek Zaventem Auderghem Bruxelles Centre Uccle-Ukkel Wavre Z.N Oostende Namur nouvelles imprimantes depuis janvier nouvelles imprimantes couleur en Self-Service 60 spécialistes à votre disposition en Belgique 3

4 UFIIB Mot du président Guy Zijlmans, Ing., Président UFIIB Pour pouvoir rester compétitives et réussir à exporter, nos sociétés délocalisent de plus en plus. Si nous voulons que nos enfants aient encore du travail en Belgique, ce ne sera que grâce à la recherche, au développement de nouveaux produits, aux innovations que nous serons à même de générer. La production en série me semble condamnée sous nos latitudes, il ne nous reste donc que les travaux de haut niveau. Pour cela, il nous faut des chercheurs (je sais vous préféreriez aussi des trouveurs...), des ingénieurs, des techniciens spécialisés mais nous constatons une diminution de l intérêt des étudiants pour ce genre de professions car il est vrai que ce sont des études qui réclament beaucoup de travail dans un monde où l on encense plutôt la facilité... Sommes-nous capables d inverser cette tendance? Nous ne sommes pas les seuls préoccupés et la meilleure preuve en est le site «Ingénieurs et Métiers» que nous sommes en train de réaliser avec la FABI, subsidié par Madame la Ministre Simonet, par Agoria, par les recteurs d Universités et diverses sociétés dont vous pourrez voir les logos sur ce site d ici peu. Ce site s adresse aux jeunes en mal d orientation. Nous essayons d y décrire la réalité de l ingénieur qu il soit industriel ou civil en le montrant dans l accomplissement de sa mission. Nous y montrons les grandes réalisations des ingénieurs. Dès que ce site sera prêt, nous vous donnerons son adresse et attendrons avec impatience tous vos commentaires pour l améliorer. UFIIB 4 84 avenue Molière 1190 Bruxelles

5 AIAth Présentation A.I.Ath Alain Marlière, Ing., Président A.I.Ath Pour présenter notre association d ingénieurs diplômés d Ath de notre «Pays vert», l autre pôle wallon de l enseignement supérieur agronomique, j aimerais ouvrir le livre de notre histoire. «Pour entamer la chronologie de l enseignement supérieur agricole à Ath, c est en 1950 que fut créée l école Spéciale d Ingénieurs Techniciens. La première promotion des ingénieurs techniciens fut proclamée en 1953 avec 6 lauréats. Notre Association d ingénieurs diplômés d Ath sera créée début 1957 et fête donc ses 50 ans cette année. A l époque, et jusqu à la création du diplôme d ingénieur industriel en 1977, les études étaient réparties sur trois années, deux années communes et le choix de l option en troisième. En 1976, la section Ingénieurs techniciens a 25 ans mais la restructuration devient de plus en plus préoccupante. La loi du 18 février 1977 entraîne la création d un seul Institut Supérieur Industriel Provincial dont le siège est à Charleroi, avec deux antennes, l une à Tournai, l autre à Ath, qui malgré une population plus importante, une spécificité reconnue à travers tout le pays et à l étranger, n obtiendra que les deux dernières années, celles de l ingéniorat, Les étudiants entamèrent le nouveau cycle, 2 années de candidature (polyvalente) et 2 années d ingéniorat spécialisé. En 1986, le 75ème anniversaire de l Institut Agricole permit une nouvelle fois de se rendre compte de sa renommée. Dans le cadre notamment du projet européen ERASMUS, nos étudiants ont l occasion de se former en Italie, en Espagne, en France, en Angleterre et aux Pays-Bas, ce qui permet des contacts fructueux entre étudiants d abord et professeurs ensuite. L installation à Maffl e, en septembre 1992, dans des locaux rénovés permet de regrouper en un site unique les auditoires et laboratoires modernes adaptés aux exigences de l évolution technologique de notre domaine. En 1995, la Communauté française de Belgique modifi a fondamentalement l organisation de tout l enseignement supérieur en créant les Hautes Ecoles. C est ainsi que l enseignement supérieur agricole de type long situé à Maffl e devint en septembre 1996, l une des six catégories de la Haute Ecole Provinciale de Charleroi Université du Travail. Au départ à la retraite de J. HEMPTINNE, le Pouvoir Organisateur demanda à M. VAN KONINCKXLOO, directeur du graduat agricole et technique, puis directeur de catégorie agronomique et technique au Hainaut occidental, d assurer la coordination pédagogique de cette nouvelle entité éducative. Dans cette section agriculture, l Institut athois organise toutes les fi nalités et options prévues par la loi. L année 1998 marque un tournant important dans nos relations internationales, dix-huit universités étrangères collaborent avec trois catégories de notre nouvelle Haute Ecole sous la responsabilité d un seul coordinateur, notre confrère athois, le professeur J.-Ph. LAHOUSTE. L autre fait marquant de cette année 1998 est l ouverture, par décret, du deuxième cycle de l ingénieur industriel aux diplômés du graduat sur base d une passerelle personnalisée, prélude à la future uniformisation des études supérieures en Europe (3-5-8 années). L ingéniorat de Maffl e a ouvert en septembre 2001 une toute nouvelle formation internationale de spécialisation en «Fermentation» axée sur la brasserie, l œnologie - viticulture et les produits laitiers fermentés, en partenariat avec l Ecole Nationale des Ingénieurs des Travaux Agricoles de Bordeaux et l Université du Piémont oriental en Italie. Et maintenant voici la création du Master en 5 ans, le grade académique à délivrer au terme du 1er cycle de trois ans sera Bachelier en sciences agronomiques et le Grade à délivrer au terme du second cycle de type long: (organisé en deux ans) sera Master en sciences de l ingénieur industriel en agronomie avec le titre professionnel d Ingénieur Industriel «Ing.» Mieux connaître: nos Ingénieurs diplômés formés en un demi-siècle à Ath : Aujourd hui, 1000 ingénieurs «athois» sont dispersés dans le monde. Les débouchés offerts par le diplôme de niveau universitaire de type long, l ingénieur industriel, sont en fait nombreux et variés. 85% des diplômés habite la Belgique, 8% en France, 4% en Afrique.. C est ici que je referme le livre de l histoire de notre association, et ainsi nous réaliserons un de nos objectif: porter haut et loin la renommée de l Ecole des ingénieurs d Ath!» 2007, AIAth (association des ingénieurs diplômés d Ath), 54 promotions, 1000 diplômés, 150 membres dispersés en Belgique et dans le monde, notre fl ash purleux, notre site et ses offres d emplois, notre Assemblée Générale annuelle suivi d un repas convivial, la remise des diplômes fi n juin, nous permettent de garder des contacts entre les diplômés. Nous répondons de façon optimale aux requêtes de nos membres, nous défendons notre titre Ing., avec le soutien de l U.F.I.I.B. (Union francophone des Ingénieurs Industriels de Belgique). AIAth c/o I.S.I.P.H. rue de l Académie, Maffl e (Ath) 5

6 AIIF-IMC Meurice R&D Une ASBL de recherche et de développement au service des entreprises Un peu d histoire L Institut Meurice, reconnu dans le monde industriel chimique belge comme un excellent centre de formation d ingénieurs industriels en chimie et en biochimie, a cherché il y a dix ans maintenant à mieux gérer ses interactions avec ce monde industriel. Meurice R&D est donc une association sans but lucratif née à l Institut Meurice. Elle apporte un plus à cet institut au sens large, mais aussi au tissu industriel environnant, c est-à-dire Bruxellois, dans un premier temps, puis belge, mais aussi européen voire canadien et américain La formation d ingénieurs industriels (depuis 1977), techniciens (avant 1977), ou même encore bien avant cela (puisque l Institut Meurice est plus que centenaire) a toujours été indissociable de la recherche, et de la recherche appliquée en particulier et de la collaboration avec le monde industriel. On ne saurait trop rappeler ici une fi liation peu connue, mais quand on se penche sur l histoire du prestigieux secteur pharma d UCB (les autres ont d ailleurs été vendus et ont changé de nom), on y retrouve les laboratoires pharmaceutiques Meurice!!! Avec le temps, l Institut Meurice ne peut pas se passer d une interface propre destinée à gérer de manière indépendante de son volet formation organisé par la Commission Communautaire Française, ses relations avec le tissu industriel chimique et biochimique, que cela soit pour des recherches ponctuelles ou de plus longue durée ou tout simplement pour du service. En 1995 naît donc l ASBL Meurice Recherche et Développement (en plus court Meurice R&D) sous l impulsion de Jo Jannes (professeur de physique et de catalyse à l Institut Meurice). Il est soutenu dans sa démarche par Patrick Dysseler, Directeur de l Institut Meurice, et encouragé par deux des demandeurs les plus pressants d une telle structure, Alain Debourg (responsable du service de Fermentation et Brasserie) et Jean-Paul Simon (responsable de l Unité de Biotechnologie). L administration actuelle de Meurice R&D Aujourd hui Meurice R&D s est élargi pour satisfaire une demande de l Institut de Recherche Jean-Marie Wiame, et pour consolider notre partenariat avec l ULB. Les statuts ont donc été légèrement relookés et le Conseil d Administration a été élargi. Les administrateurs (au nombre de 9 avec des mandats d une durée de 3 ans) se choisissent parmi eux un Président (actuellement c est le Professeur Arsène Burny, qui a succédé il y a deux ans à Guy Martens, lequel a offi cié durant neuf ans) et un Administrateur Délégué (actuellement et depuis le début, c est logiquement le Professeur Jannes qui occupe ce poste). Une partie des administrateurs sont élus (ceux représentant les promoteurs de projets de recherche, en bref, des enseignants et des chercheurs de cet institut), d autres siègent de plein droit et représentent le pouvoir politique dont dépend notre institut, la haute école Lucia de Brouckère et l Institut de Recherche Jean-Marie Wiame. Objectifs et fonctionnement de cette structure Les statuts de l association expriment assez clairement ses objectifs : L association a pour but de promouvoir la recherche appliquée à l Institut Meurice et à l Institut Wiame, de collaborer avec des laboratoires, des entreprises, des instituts ou des centres de recherche, à des projets de recherche et de développement, de conseiller ou d assister les personnes, les sociétés privées et les organismes publics qui font appel à ses services, notamment dans les domaines de la recherche, du développement ou de la formation. [ ] L ASBL sert donc d interface entre l Institut en tant qu unité de formation, d enseignement et de recherche et l extérieur, typiquement le milieu industriel. En effet, les compétences qu ont acquises nos enseignants et nos chercheurs peuvent être valorisées dans le monde industriel, et y seront même parfois transmises. Les demandes industrielles sont d ailleurs en augmentation au moment où l ASBL est 6

7 AIIF-IMC créée, et elles se diversifi ent. Elles portent tantôt sur du service comme c est le cas de l identifi cation par GCMS, du dosage de traces métalliques par ICP, de perceptions organoleptiques en analyse sensorielle, tantôt sur de la formation continuée, tantôt sur de la recherche appliquée à court, moyen et long terme, tantôt même sur de la production précompétitive en petite quantité Dans tous les cas, évidemment, des conventions de confi dentialité peuvent être signées avec le partenaire industriel. Elles sont pour lui une garantie! Types de recherche visés Meurice R&D administre deux types de recherche. Il y a d abord celle qui se réalise grâce aux contacts privilégiés qu un chercheur (au sens large) a établis avec une entreprise demandeuse d une réponse à une question plus ou moins précise : c est ce qu on appelle recherche commanditée. Ensuite, il y a des recherches subsidiées par des pouvoirs publics (Région Wallonne, Bruxelloise, Commission Européenne, ) mais le plus souvent avec un parrain ou un partenaire industriel qui est intéressé par les résultats de cette recherche, et qui donne du poids au dossier auprès des pouvoirs qui subsidient. On les appelle recherches subsidiées. Ces deux types de recherche se réalisent toujours, pour l essentiel de leur durée, dans nos murs. Résultats financiers On peut dire que cette ASBL a trouvé un créneau et que son démarrage a été prometteur. Une baisse de régime en 2003 et 2004 a été observée, mais le redressement amorcé en 2005 s est prolongé en 2006, et si les chiffres sont officialisés, on pourra même dire que 2006 est la meilleure année depuis la création de l asbl. Le chiffre d affaire des douze exercices réalisés à ce jour sont les suivants : Estimé à 2 M et utilisation de ces moyens Tout d abord, si on regarde cette rentrée d argent et qu on la rapporte au nombre d étudiants, elle est du même ordre de grandeur que le fi nancement apporté par la Communauté Française. Cela a donc un double effet particulièrement positif : celui de maintenir un pôle de compétences actualisées et bénéfi ques à la formation dispensée à nos étudiants et aussi de préserver et même d améliorer l équipement scientifi que disponible à l Institut Meurice. En comparaison de ce qui se passe autour de nous, il faut savoir que ces collaborations avec des industries atteignent un niveau similaire à celui des différentes facultés des sciences appliquées en Belgique. Personnel et conduite des recherches Les recherches sont réalisées dans les différents services de l Institut Meurice et de l Institut de Recherche Jean-Marie Wiame, par notre personnel ou par du personnel engagé par l asbl pour des projets de plus longue durée. Elles s articulent aujourd hui autour de huit pôles, en plus de la formation continuée, à savoir : un pôle agro-alimentaire un pôle analyse un pôle chimie fi ne un pôle environnement un pôle fermentation un pôle procédés un pôle microbiologie un pôle santé Informations complémentaires Tout renseignement complémentaire peut être obtenu auprès de notre secrétariat (Sonia Guéritte ) ou via notre site actuellement en construction, mais qui sera bientôt abrité sur le domaine meurice.org. 7

8 UFIIB - Brainstorming Brainstorming Réflexions à mi-parcours Olivier Hourez, Ing. Nous savions que les étudiants ingénieurs étaient moins nombreux. Néanmoins, nous n avions pas de relevé précis. Le constat est que le nombre total d inscrits en première candidature a diminué de 50 % en 15 ans dans la francophonie, alors que les inscriptions dans les facultés des sciences humaines, sociales et économiques ont augmenté de 15 à 34% selon les cas. Si, en fin de formation, le nombre de diplômés Ing. n a pas autant diminué, il faut noter que les ingénieurs Civils ont été moins touchés. Ces constatations nous ont amené une réfl exion plus globale sur les relations et la place qu occupent les ingénieurs, les individus, les instituts de formation ISI, les associations de diplômés, les entreprises et le pouvoir politique actuel. Un groupe de jeunes diplômés des différentes associations de l UFIIB a été constitué afi n de se pencher sur la question. La complexité, l étendue du cadre et le temps alloué ont suggéré d utiliser la méthode de travail dite du brainstorming. Il a été défi ni, comme suit, 10 thèmes de réfl exion pour couvrir l ensemble de la matière : 1. Les débouchés de l ingénieur ; 2. Devenir un ingénieur ; 3. L avenir des instituts de formations (ISI) ; 4. Valoriser le titre d ingénieur ; 5. Devenir membre d une association ; 6. Organiser les associations ; 7. L infl uence que l institut a sur l association ; 8. Les adéquations et synergies entre la formation et l entreprise ; 9. La fi erté d être ingénieur ; 10. Les types d ingénieurs. Des intervenants extérieurs ont été invités aux réunions, tels qu un responsable des ressources humaines et un journaliste, afi n de nous faire partager leurs réfl exions. Ainsi, il apparaîtrait que l ingénieur s orienterait davantage vers des fonctions d expertise et de qualité plutôt que vers la production. Ceci pourrait expliquer l engouement actuel pour les bio-ingénieurs et la diversifi cation dans les métiers de l ingénieur. Il a été mis en évidence que les ingénieurs tiennent de plus en plus compte des préoccupations du grand public, telles l écologie et la qualité environnementale. Le grand public ignore cependant complètement les distinctions entre les différents types d ingénieurs (Ir et Ing). En ce qui concerne le recrutement en entreprises, depuis peu de temps, on constate que certaines fonctions sont accessibles aussi bien à des ingénieurs civils, qu à des ingénieurs industriels ou des gradués disposant d expérience. Le choix s effectuerait davantage sur la personnalité des candidats, que sur leur diplôme de base. Ce point montre que les différences entre les gradués, les ingénieurs industriels et ingénieurs civils ne sont pas aussi claires qu il n y paraît pour les entreprises. Néanmoins, le recrutement d un ingénieur représenterait une garantie, du point de vue des connaissances, des capacités à évoluer et de l acquisition rapide d expertise dans de nombreux domaines. Les lignes qui précèdent rassemblent quelques-unes des constatations que l on peut tirer à mi-parcours des réunions du groupe de bainstorming. Les prochaines réunions aborderont l avenir, et plus précisément ce que l on pourrait attendre de la profession, de la formation (existence, ou non d un modèle idéal de formation) et du marché de l emploi pour l ingénieurs, y compris les synergies possibles entre l entreprise et les instituts de formation. Elles tiendront également compte des éléments différenciateurs qui pourraient encore faire les spécifi cités des Ir. et des Ing. dans un cadre plus global : européen voire mondial. Contact: Merci à Vinçotte qui nous accueille au sein de ses nouveaux locaux sur le site Créalys des Isnes. FLASH INFO: Shuji Nakamura et le prix du Millénium de technologie Les innovations (1) de S. Nakamura ont généré un nouveau secteur dans les recherches des semi conducteurs émetteurs de lumière et son travail de développement permet de produire de manière industrielle les lumières LEDs peu consommatrices d énergie de par leur performance et leur durée de vie. Il crée en outre la possibilité de mettre en place des applications aptes à améliorer les qualités de vie. Ces nouvelles sources de lumière s adaptent parfaitement à l énergie solaire et peuvent donc être utilisées dans les zones isolées des pays en développement. Une des applications possible est la stérilisation effi cace et peu coûteuse des eaux potables au moyen des LEDs ultraviolettes. L utilisation des lasers bleus sur le stockage et le transfert des données quintuplera le volume des données stockées sur CDs et DVDs par rapport aux techniques actuelles. (1) LEDs émettant une lumière bleue brillante, verte et blanche et le rayon laser bleu. 8

9 Bienvenue à l Espace Vinçotte! Espace Vinçotte, idéalement implanté au centre de la Wallonie, au croisement de deux grands axes routiers (E42 et E411), met à votre disposition pour l'organisation de réunions, de formations, de conférences, de séminaires, de colloques ou d évènements divers : 2 auditoires modulaires pour 35 à 200 personnes 3 salles de formation/réunion pour 10 à 25 personnes 2 espaces de réception pour 100 à 400 personnes 1 vaste parking Vous souhaitez plus d'information? Vous souhaitez visiter l Espace Vinçotte? Alors, adressez-nous un courriel avec vos coordonnées ou appelez Madame Christelle DONY sur le 081/ A bientôt! Baudouin LITT, ing Commercial Manager Espace Vinçotte Parc Scientifique Créalys - Rue Phocas Lejeune Les Isnes Tél : 081/ Fax : 081/ Courriel :

10 ADISIM Evolution de la projection cartographique belge vers le Lambert 2005 Beaucoup ne le savent pas, mais notre pays dispose depuis quelque temps d un nouveau référentiel : le BeRef. Celuici a conduit à développer une nouvelle projection cartographique, en vigueur depuis peu, qui clôture ainsi offi ciellement un travail commencé voici plus de vingt ans. En 1987, EUREF, sous-commission pour l Europe de l association internationale de géodésie, et CERCO, Comité Européen des Responsables de la Cartographie Offi cielle, ont pris la résolution d établir un nouveau système de référence géodésique basé sur GPS. Cette nouvelle référence, ETRS89 (European Terrestrial Reference System), fut réalisée en 1989 et est utilisable pour toute application géodésique, géophysique ou cartographique dans l Europe entière. Se fondant sur ce nouveau cadre de référence européen, l Institut Géographique National a revu et densifi é notre réseau géodésique, entre 1989 et 2002, via des observations GPS. Cette composante belge du système ETRS89 a reçu le nom de Belgian Reference frame (BeRef). La projection liée au système BeRef est la nouvelle projection Lambert 2005, qui est devenue cette année la représentation nationale offi cielle. Historique Dans un système géocentrique tridimensionnel, les coordonnées, associées au système de référence européen ETRS89 et exprimées comme longueurs, largeurs et hauteurs ellipsoïdales, doivent assurer une cohérence centimétrique. Le réseau de référence belge d origine comportait trente-six points, desquels quatre points faisaient partie de l Euref Permanent Network. L écart standard sur les coordonnées variait de 3,5 à 5,6 mm. L IGN a densifi é ce canevas à environ quatre mille points en y intégrant sept points de l EPN. L écart standard sur les coordonnées varie désormais de 8 à 17 mm. En outre, les coordonnées des stations permanentes des réseaux Walcors, Flepos et GPSBru ont été déterminées dans le système de référence BeRef. Depuis quelques années déjà, tout utilisateur professionnel du GPS s appuye sur le BeRef bien que le système géodésique belge offi ciel reste momentanément encore le Belgian Datum 72 et la projection cartographique y associée le Lambert 72. C est pour cette raison que le département Géodésie de l Institut Géographique National a déterminé les paramètres mathématiques nécessaires à la conversion entre l ETRS89 et le BD72, à terme périmé. Ces paramètres sont mis à la disposition des utilisateurs sur le site Grâce à cette conversion mathématique, une compatibilité entre le «vieux» BD72 et le nouveau système BeRef existe. Elle représente la transition entre le passé et le présent. Cependant, lorsque cette conversion est appliquée à un positionnement précis via GPS, la mise en correspondance des coordonnées GPS avec les coordonnées d objets déjà intégrées dans une base de données induit inévitablement des déformations, aussi petites soient-elles. En vue d exploiter au mieux les qualités du nouveau système BeRef, a été développée une nouvelle projection sur base du GRS80, l ellipsoïde lié au système GPS. Pour une utilisation cartographique de ce nouveau système géodésique, une projection conique conforme Lambert a été choisie. Elle est appelée Lambert 2005 (LB05). Le rythme auquel s opérera la transition du LB72 vers le nouveau LB05 est laissé aux mains des utilisateurs ; l IGN continuera à mettre à leur disposition les coordonnées LB72. Il est toutefois recommandé de passer aussi vite que possible au LB05, les applications topographiques et cartographiques y gagneront en précision. L IGN met gratuitement à disposition des aides pour réaliser les conversions simples si cela s avère nécessaire. Les paramètres de la projection ont été choisis de façon telle qu aucune confusion ne puisse exister avec les coordonnées LB72. L écart entre ces dernières et les nouvelles coordonnées LB05 avoisine en effet le kilomètre, aussi bien en x qu en y. Une projection conforme respecte les directions (angles), mais induit des déformations linéaires, qui dépendent uniquement du degré de latitude. Le long des deux parallèles automécoïques, l échelle est correcte, entre les deux parallèles, les corrections d échelle sont négatives et audelà des deux parallèles, les corrections sont positives. Ces corrections d échelle en fonction du degré de latitude sont disponibles sur le site de l Institut Géographique National. 10

11 ADISICHt Sensibilisation à la prévention incendie et à la coordination sécurité Salvatore Salomone, Ing. Depuis plus de dix ans, le législateur a inséré dans le monde du travail des Conseillers en prévention d abord et des Coordinateurs sécurité et santé ensuite. Que ce soit en entreprise ou sur chantier temporaire et mobile, la volonté était d arriver à inverser une tendance croissante des coûts liés aux accidents du travail, essentiellement grâce à la prévention. Le secteur de la construction était particulièrement visé, puisqu il constituait, à lui seul, 20% des accidents graves alors que le secteur ne concerne que 7% des travailleurs. En Belgique, le secteur emploie personnes et est le premier employeur privé du Royaume. C est dès la fi n de mes études d ingénieur industriel à l ISICHt en 2004 qu une formation de Conseiller en prévention à la Faculté Polytechnique de Mons m a sensibilisé au bien-être de tout un chacun. Les répercussions de cette formation sont positives au sein de l entreprise immobilière qui m emploie et au sein de ma propre entreprise de services et de consultance. Outre le titre de Conseiller en prévention, la formation m a permis d être également Coordinateur sécurité et santé et de me spécialiser dans la prévention incendie. L objectif de ces quelques lignes est de présenter deux domaines sous-estimés par les ingénieurs et leurs employeurs : la prévention incendie dans les entreprises et la coordination sécurité et santé pour les chantiers. Le désormais obsolète Règlement Général pour la Protection des Travailleurs est petit à petit vidé de son contenu et est progressivement remplacé par des textes insérés dans le Code du bien-être depuis Pour la plupart de ces nouveaux textes constitutifs du Code, ils sont directement inspirés de Directives européennes dont la rédaction se veut radicalement moins prescriptive, laissant place par exemple aux analyses des risques. Même si la législation ne fait pas l objet de nombreuses heures de cours dans la formation de l ingénieur, celle-ci demeure trop souvent le seul moyen de convaincre certains responsables et employeurs, c est pourquoi sa bonne connaissance est incontournable et devrait faire l objet d une préparation des jeunes ingénieurs. La prévention est sujette à de nombreux clichés récurrents auprès des différents agents de notre économie, que ce soit l ouvrier de chaîne ou le Directeur d usine. Elle est par exemple considérée comme une perte de temps et d argent, ce qui est en partie vrai lorsqu elle découle d une application minimaliste et inadaptée des différents arrêtés royaux du Code du bien-être. Cette attitude est contreproductive et n aide assurément pas à améliorer la sécurité et les conditions de travail des travailleurs. Le Conseiller en prévention d une entreprise doit apprendre à dépasser une fonction souvent trop administrative. Son action au sein d une entreprise doit être de veiller et d assurer le bien-être de toute personne intervenant au sein de l entreprise. Pour cela, il devra demander des moyens humains, techniques et fi nanciers adaptés et équilibrés pour l amélioration des conditions de travail. Pour ce faire, il devra analyser le comportement de chacun, les besoins, les impératifs de production et tout autre paramètre infl uençant le travailleur dans ses tâches et ce, à l aide de méthodes et d outils pour lesquels les qualités de l ingénieur sont requises. Parce qu il s agit bien de cela de rechercher et d atteindre des équilibres entre moyens et résultats. L application minimaliste des obligations entraîne des dépenses importantes mais probablement inutiles car ineffi caces. Le placement de pictogrammes au dessus d un extincteur situé dans un coin d un couloir est un parfait mauvais exemple, tandis qu il serait plutôt utile d indiquer la direction vers cet extincteur à partir du couloir! Développons quelque peu le thème de la prévention incendie Les «Normes de base» sont la référence réglementaire en la matière. Nous avons tous déjà entendu parler de portes coupe-feu, de la notion de résistance au feu des différents éléments constitutifs d un bâtiment On retrouve une série de prescriptions pratiques très intéressantes pour la prévention incendie mais certains aspects essentiels sont ignorés. Les Normes de base ne font par exemple pas état de la charge calorifi que, qui représenterait la puissance d un incendie au sein du bâtiment ou tout simplement la proximité d une caserne de pompiers, Dès les années 60, des méthodes d analyse de risques ont été développées et permettent aujourd hui de tenir compte d un nombre tel de paramètres, qu elles permettent de prévoir les conséquences techniques et fi nancières d un incendie. Une de ces méthodes est particulièrement intéressante pour les entreprises parce qu elle consiste à calculer les risques d incendie pour les biens, les personnes et les activités. L idée de base de la méthode repose sur le fait qu il faut obtenir un équilibre entre les dangers et les protec- 11

12 ADISICHt tions! Les risques restants sont alors tolérés. Cette recherche d équilibre dans les moyens à mettre en œuvre permet une utilisation optimalisée des moyens fi nanciers en la matière. De plus, la quantifi cation des risques permet d établir des comparaisons entre différentes solutions à un problème, le «prescriptif» est enfi n dépassé, des alternatives sont désormais possibles si un niveau de risques satisfaisant est atteint. Financièrement et humainement, une entreprise ne peut se permettre de sous-estimer le risque d incendie, c est une question de survie de celle-ci. Il est possible via la méthode d analyse de risques Kinney, très connue, de justifi er (ou non) l investissement pour la prévention incendie par rapport aux coûts que représenteraient la destruction partielle ou totale des biens, la perte de vies humaines (malheureusement chiffrée), ainsi que la perte d activité momentanée voire défi nitive si le préjudice entraîne la société en faillite. Nous restons via cette méthode dans une démarche où la performance est préférée à la conformité. La prévention incendie est un investissement pour la «santé» de l entreprise et de ses travailleurs. Tant qu à engager des budgets pour être conformes, autant les utiliser de manière performante! La coordination sécurité et santé Il faut faire appel à un coordinateur sécurité et santé dès qu au moins deux entrepreneurs, même s ils n interviennent pas en même temps, travaillent sur le chantier d une nouvelle construction, de travaux d entretien, de réparation ou de rénovation. Il faut savoir qu aux yeux de la loi, un entrepreneur est simplement un numéro de TVA. Le secteur de la construction est soumis à une concurrence de plus en plus rude et les exigences en termes de délais sont de plus en plus sévères, délaissant souvent le bien-être des travailleurs. De plus, un chantier est à chaque fois un prototype!! Il est unique et nécessite donc à chaque fois la mise en place d une nouvelle structure et d une nouvelle organisation! Souvent limité à une poignée d hommes, tous étant complémentaires, la blessure de l un d eux peut causer des problèmes graves à la suite des travaux de construction : retards, défauts de construction (travailleur spécialisé), erreurs de montage,... Selon les Arrêtés royaux du 25 janvier 2001 et du 19 janvier 2005, un coordinateur doit être désigné pour les phases de projet et de réalisation du chantier. Dès le début du projet, un coordinateur - projet doit pouvoir participer à la conception, c est-à-dire bien avant l introduction d une demande de permis au service de l urbanisme! Son rôle est d introduire les principes de sécurité au plus tôt dans le projet. C est essentiel pour le budget du futur bâtisseur et surtout, pour réfl échir à la facilité d entretien ultérieur de la part du propriétaire ou d un professionnel (accès à la cheminée, nettoyage des lucarnes et vitrages en hauteur,...). Il veille également à la bonne coordination des différents intervenants de manière à faciliter la transmission des informations et des outils de travail (plans, cahiers de charges). Le coordinateur - réalisation est quant à lui «en service» dès le début de la phase d exécution du chantier, assez de temps avant le début du chantier, de manière à pouvoir contacter les différents intervenants (dès l obtention du permis d urbanisme). Le but est clairement de veiller au bien-être des travailleurs et de continuer le travail de prévention du coordinateur - projet. Outre cela, le coordinateur prépare un dossier (DIU) permettant au propriétaire du bien de connaître les différentes caractéristiques des équipements placés, matériaux, entrepreneurs,... de manière à faciliter l entretien ou le remplacement de certaines pièces. Ce dossier doit être tenu à jour et remis aux nouveaux propriétaires en cas de vente. Cette dernière n est d ailleurs plus possible sans ce dossier. La désignation des coordinateurs (pouvant être la même personne) se fait par les auteurs de projet pour les petits chantiers (moins de 500m²), c est-à-dire l architecte. L Arrêté Royal sur les Chantiers temporaires et mobiles exige que ces désignations soient effectuées pratiquement juste après la signature des conventions d architecture et interdit à l auteur de projet de continuer sa mission tant que la désignation n est pas acceptée par le maître d ouvrage. Les coordinateurs disposent de trois outils réglementés (pour les chantiers inférieurs à 500m²) : - Le Plan de Sécurité et de Santé (PSS) : destiné aux différents intervenants. Il reprend les différentes analyses de risques et mesures particulières d exécution. - Le Journal de Coordination : reprend les remarques du coordinateur pendant la durée du chantier. - Le Dossier d Interventions Ultérieures (DIU) : indispensable pour la vente d un bien. Un notaire refusera de procéder à tout acte sans ce dernier. Ce dossier est utile pour la vie du bien (plans corrects, références des différents matériaux et équipements, ). Le contenu minimal de ces dossiers est repris dans l Arrêté Royal. La non-désignation des coordinateurs peut entraîner : - L impossibilité de vendre le bien. - Des sanctions fi nancières et pénales : 12

13 ADISICHt Sanctions maximales au 30/4/2003 Emprisonnement!! Amende pénale Amende administrative TOTAL Phase Projet 1 an Phase réalisation 1 an TOTAL 2 ans Suivant l article 80 (chap.11) de la loi du Bien-être, l inspection du travail peut à tout moment (sans accident) procéder à des sanctions dont les plus lourdes sont reprises ci-dessus D autres soucis de justice peuvent être entamés par votre organisme assureur, Vous pouvez par exemple être poursuivi pour coups et blessures involontaires ou homicide involontaire!!!!!! Un coordinateur peut aider à la résolution de certains litiges (via les obligations légales de chacun) et permet au maître d ouvrage non expérimenté d avoir le conseil d un professionnel supplémentaire. Très brièvement, pour les chantiers plus importants, de plus de 500m², le coordinateur peut être directement désigné par le maître d ouvrage et joue un rôle plus important sur le chantier, via son obligation de mettre en place une structure de coordination. Vous l aurez compris, la prévention nécessite la mise en œuvre de moyens humains, techniques et fi nanciers importants. Mon espoir est de vous avoir sensibilisés à la recherche d équilibres entre ces différents moyens pour atteindre des résultats effi caces et rentables pour votre société! Le langage est différent, l attitude devra l être aussi, en n ayant plus en tant que responsables, le réfl exe de rechercher la conformité aux lois. Salvatore SALAMONE,.Ing Services & Consultance Gestion de projets techniques (ascenseurs, contrôle d accès) ou relatifs au Code du Bien-être, prévention incendie, plans d évacuation, coordination sécurité et santé, Pour de plus amples informations : tel: 0478 / FACULTÉ POLYTECHNIQUE DE MONS SCIENCES DE L INGÉNIEUR INGÉNIEUR CIVIL Formation continue universitaire à Mons et à Charleroi Formations continues Certificat d université de Conseiller en Prévention de niveau 1 CAPAES Master complémentaire en Gestion Totale de la Qualité Certificat d'université en Management de l'innovation Master Ingénieur civil en Informatique et Gestion Formations de courte durée (sur demande) Techniques environnementales Risques et Sécurité Sciences des Matériaux Gestion de la Qualité, Inscriptions et renseignements : Secrétariat des Formations continues - 56, rue de l Épargne MONS Tél.: 065/ Fax: 065/

14 AIIBr Intérêt de l utilisation d un réseau neuronal dans la détection médicale d une fibrose hépatique Dr. V. Hanappe, Dr Ir R. Keymeulen, Ing. R. Dehou Intérêts et domaines d application des réseaux neuronaux Les réseaux neuronaux s imposent de plus en plus dans la mise en œuvre des systèmes de gestion de processus complexes quelle que soit leur nature : industrielle (système de contrôle commande, entretien préventif, ), économique (gestion prévisionnelle, ), médicale (aide au diagnostic, ), et bien d autres activités humaines. Les avantages offerts par l utilisation de ces réseaux, mentionnés ci-dessous, justifi ent l intérêt qu ils ont suscité et susciteront encore : - La prise en compte d un grand nombre de variables externes au processus, qui décrivent comment ce processus évolue dans environnement. - La possibilité d établir, par une méthode cognitive d apprentissage, un ensemble de relations de dépendance fonctionnelles entre les variables qui sollicitent le processus considéré (et donc susceptibles d infl uencer son évolution), d une part, et ses réactions correspondantes. - La prise en compte de l expérience acquise par le personnel de desserte, soit en simulateur, soit in situ. - La capacité d auto-adaptation du système de commande et de régulation, ce qui permet de préserver la qualité de fonctionnement du processus, nonobstant les variations des paramètres du processus. - La rapidité du diagnostic en cas de conditions anormales de fonctionnement et la défi nition de l intervention appropriée. Le Laboratoire d Automatique de l I.S.I.B. appartenant à la Haute Ecole Paul-Henri SPAAK, a été amené à intégrer les concepts de base de cette nouvelle approche scientifi que et technologique dans son enseignement et à développer quelques applications qui lui ont été suggérées par la pratique. Plus particulièrement, la conception de réseaux neuronaux basée sur les algorithmes de Widrow-Hoff (encore appelé back propagation algorithme ) et Hoppfi eld (ou réseaux à mémoire auto-associative) a été abordée jusqu ici lors de travaux de fi n d études d Ingénieur Industriel. Cet article décrit plus particulièrement une application médicale imaginée et conçue par le Dr. V. HANAPPE lors de l élaboration son travail de fin d études en quatrième année de doctorat en médecine à la Faculté de Médecine de l ULB, et développée au sein du Laboratoire d Automatique. L intérêt de cette application est d éviter des méthodes invasives lourdes et onéreuses de diagnostic d une fi brose hépatique débutante chez un patient, méthodes habituellement mal acceptées. Description de l application médicale : quantifi cation du degré d une fi brose hépatique La liste ci-dessous reprend, à titre d exemples, quelquesunes des applications fréquentes de ces réseaux : - le diagnostic médical assisté, - l identifi cation d images et de signaux visuels ou acoustiques, la reconnaissance de caractères alphanumériques ou de la parole, la détection de tentative de fraude, - la simulation et la modélisation de processus industriels, la maintenance préventive d équipements, - l analyse et la synthèse de données numériques en vue de leur classement, de leur visualisation, d élaboration de prévisions fi nancières, La fibrose hépatique est la conséquence de maladies chroniques du foie. Les symptômes en sont habituellement la fatigue, l ictère, la rétention hydro sodée, des démangeaisons cutanées, ainsi que des troubles gastro-intestinaux et hématologiques. Le degré de fi brose hépatique chez un patient est un paramètre objectif quantifiable, dont la connaissance est indispensable pour une prise en charge médicale adéquate. Classiquement, cette mesure nécessite la mise en œuvre d une démarche diagnostique lourde et donc diffi cilement supportée par le patient. A ce jour, la meilleure méthode de mesure de ce paramètre repose sur la biopsie du foie, examen douloureux, non dépourvu de risques et de complications cliniques, diffi cilement accepté par le patient. Ces aspects sont perçus d une manière défavorable, ce qui a incité les chercheurs à entreprendre l élaboration et le développement de méthodes cliniques non invasives, telles que le fibrotest, l APRI,, basées sur la mesure de quelques paramètres biologiques, tels que le dosage des enzymes du foie, le temps de coagulation du sang, le taux de certaines protéines sanguines,, obtenus par une 14

15 AIIBr simple analyse sanguine. Ces méthodes, qui nécessitent une analyse statistique (régression statistique) des données obtenues, présentent malheureusement l inconvénient de ne pas pouvoir détecter une fi brose débutante. L idée du Dr. V. HANAPPE est de parvenir à établir un ensemble de relations quantitatives non explicites, permettant d associer le degré de fi brose hépatique d un patient, d une part, à l ensemble de ses paramètres biologiques, d autre part, et ce, par l utilisation d un calculateur numérique spécialisé dont la structure est un réseau neuronal. L apprentissage du réseau est effectué en prenant en compte les mesures des paramètres biologiques, obtenus par analyse sanguine, d une bonne centaine de patients, d une part, et le degré de fi brose correspondant de chacun d eux, obtenu par une biopsie hépatique, d autre part. La comparaison des méthodes actuelles, basées sue l analyse statistique des données, avec la méthode mettant en œuvre un réseau neuronal, montre la pertinence de cette dernière et permet d espérer que, l expérience aidant et le nombre de patients examinés augmentant, elle pourrait se révéler plus performante dans les cas de fi broses débutantes. Ce diagramme montre l évolution, au cours de la phase d apprentissage, de l erreur quadratique entre la valeur metavir du degré de fi brose hépatique obtenue par une ponction du foie (biopsie), d une part, et la valeur générée par le calculateur neuronal spécialisé, d autre part. Contact et information: Institut Supérieur Industriel de Bruxelles (I.S.I.B.) R. Dehou J.-P. Muret 15

16 Dossier emploi - AIECAM La globalisation du marché de l emploi Eric Croisy, Ing. Comme promis dans le dernier numéro de ce bulletin, je reviens vers vous pour vous parler du marché de l emploi appliqué aux ingénieurs. Le thème d aujourd hui est consacré à la globalisation, un thème souvent abordé dans les milieux économiques. Appliquée aux ressources humaines, la globalisation va de pair avec mobilité. Tout le monde parle de globalisation et ce, à tous les niveaux. Grâce à elle, on peut répondre en Belgique à un cahier des charges émis aux Etats-Unis ou en Inde. C est une bonne chose dans la mesure où cela ouvre les marchés à une plus grande concurrence. Grâce à ces ouvertures des marchés et à des coûts de transport (encore) bon marché, on peut aussi manger des fraises en hiver. Je ne sais pas si c est une véritable avancée sur le plan humain, mais mon objectif n est pas de philosopher sur le sujet de la globalisation ni sur ses infl uences écologiques. Cette rubrique est orientée emploi. Ce qu on sait moins, c est que la globalisation est un phénomène qui touche également les ressources humaines. Depuis des années, il n est pas rare, au sein d une entreprise multinationale de rencontrer un cadre étranger venant d une fi liale étrangère. Beaucoup d entreprises font de la mobilité un outil de gestion des ressources humaines et de développement des compétences individuelles. Beaucoup d entre vous ont déjà travaillé en dehors de nos frontières. Pour certains, c était un choix personnel. Pour d autres, c était une «invitation» de la direction à laquelle il n était pas de bon ton de refuser. Mais quelles que soient les motivations, une expérience internationale, de courte durée ou à long terme, est toujours génératrice d ouverture d esprit et de création de valeur. Dans ces cas, on ne parle pas à véritablement parler de globalisation, mais le marché de l emploi, car il s agit bel et bien d un marché, évolue. Dans le dernier numéro de l Ing., je faisais allusion au manque de compétences auxquelles les sociétés font face actuellement. On l a vu, il n y a pas assez d ingénieurs avec les bonnes compétences et la bonne expérience. Plutôt que de former des ingénieurs généralistes, beaucoup d entreprises vont rechercher les compétences là où elles sont. Si une brasserie recherche une machine d embouteillage qui n existe pas en Belgique, elle va aller la chercher dans les pays voisins et, si nécessaire, bien plus loin comme en Pologne où en Chine. Ce phénomène devenu courant pour des objets ou des outils devient l objet d une réfl exion pour les compétences. Qui n a pas entendu parler de la fuite des cerveaux, attirés au Canada ou aux Etats-Unis moyennant des conditions fi nancières particulièrement intéressantes? Il y a bien sûr des exceptions, mais le Belge, et donc aussi l ingénieur belge, est relativement peu mobile. Très casanier, il ne veut pas trop voyager pour des raisons professionnelles. Même en Belgique, les déplacements entre domicile et lieu de travail sont bien moindres qu en France par exemple. Le Plombier polonais En Europe de l Est, ou dans certains pays émergeant comme l Inde, le Brésil ou la Chine, les mentalités sont différentes. Ces pays ont d excellentes Universités et Ecoles d Ingénieurs. Ceux qui en sortent sont avides d expérience. Beaucoup d entre eux sont tout à fait ouverts à émigrer vers un autre pays. C est non seulement une expérience culturelle et une valorisation de leur CV, mais c est aussi souvent une assurance de mieux gagner leur vie que dans leur pays d origine. Il ne faut pas sombrer dans l angoisse du mythe du plombier polonais qui vient en Belgique pour trouver le travail qui n existe pas en Pologne. C est bien un mythe. A niveau de vie égal, le vrai plombier polonais gagne aussi bien sa vie que son homologue belge. Alors pourquoi faire appel à lui? Mais tout simplement parce qu il n a pas peur de travailler et ne fera pas le difficile quand il devra mettre la «main à la pâte». Ne croyez pas que je pense que nos plombiers locaux ne sont pas courageux. Il n y en a simplement plus assez et les jeunes sont réfractaires à se lancer dans ce métier dit «sale» malgré qu il soit bien rémunéré par la simple loi de l offre et de la demande. Alors, bientôt des Ingénieurs polonais? Plus que probablement, mais aussi des Hongrois, des Tchèques, Et plus tard, ce sera au tour des Roumains ou des Indiens. Ils ont les compétences et la volonté de travailler. Ils sont très flexibles et s accommodent très bien d horaires décalés. Et s il leur manque une compétence pour un poste, ils vont l assimiler en dehors des heures, à leurs frais. Ils considèrent cela comme un investissement. Finalement, c est un bon investissement personnel. Les aspects culturels et linguistiques sont bien sûr plus critiques quand il s agit de confi er la gestion d un département à un étranger. Un Ingénieur hongrois, même s il parle parfaitement l Anglais, ne s intègrera pas facilement dans une équipe constituée de Belges. Il sera perçu tout à fait différemment quand il aura assimilé une (ou plusieurs) des langues nationales et qu il aura démontré ses compétences. Une société bien gérée ne se préoccupe pas des nationalités de ses collaborateurs mais de leurs contributions à ses résultats. 16

17 Dossier emploi - AIECAM Positionnement de l Ingénieur belge Dans un avenir proche, nous verrons affl uer des ingénieurs étrangers. Certains viendront spontanément, avec armes et bagages, et parfois même avec leur famille, en espérant décrocher un job. Ceux-là auront diffi cile à s intégrer et auront tendance à rester entre eux. D autres auront été attirés par les entreprises elles-mêmes qui recherchent ailleurs les compétences qu elles ne trouvent pas en Belgique. Et ne pensez pas que les entreprises font appel à eux pour des raisons fi nancières. Les salaires proposés sont similaires pour un belge ou un étranger. Comment se positionner face à cette émergence de compétences étrangères? Se plaindre ne sert à rien. Et ne voyez pas ces nouveaux confrères comme des concurrents mais plutôt comme des partenaires avec lesquels vous allez pouvoir collaborer et desquels vous pourrez apprendre de nouvelles choses. Il faut certes réagir et se positionner en mettant en valeur ses propres compétences, mais surtout en veillant à en acquérir de nouvelles. On dit souvent que les études d ingénieur, c est apprendre à apprendre. Alors, continuez à apprendre. Et ne vous contentez pas des formations organisées par votre employeur. Voyez plus large. Partagez vos expériences. Lisez, suivez des formations spécifi ques en cours du soir. Vous n en serez que mieux armés. Communiquez aussi vers votre employeur. Montrez-lui que vous investissez du temps personnel à apprendre et que c est tout bénéfi ce pour lui aussi. Vous n en aurez que plus de valeur à ses yeux. Un conseil en passant. Ne sombrez pas trop vite dans la cupidité en réclamant une augmentation ou des compensations fi nancières à votre investissement. Mettez d abord vos nouvelles compétences en pratique et démontrez-en la valeur ajoutée. Etre Ingénieur, c est créer de la valeur. Et c est de création de valeur qu ont besoin nos entreprises. Etre Ingénieur, c est être créatif et imaginer de nouvelles solutions. Pensez «out of the box». Etre Ingénieur, c est démontrer ses capacités de leader. Si vous ne voulez pas subir le monde, participez à sa construction et à son évolution. Etre Ingénieur, c est partager les compétences pour favoriser le groupe plutôt que l individu. Mais pour partager, il faut aussi savoir communiquer. J en profi te pour annoncer le thème de la rubrique «énieur et le marché de l emploi» de notre prochain bulletin : «énieur et la Communication» Je vous souhaite beaucoup d épanouissement dans votre environnement professionnel. Eric Croisy, Ing. ECAM 84 - Cher(e)s confrère(s), «TFE à blanc 2007» de l ECAM Pour la session 2006, l équipe TFE à blanc a obtenu des résultats inattendus. La séance d information organisée pour préparer les étudiants à la soirée avait permis une qualité de participation remarquable: vingt-quatre étudiants inscrits et dix autres venus assister aux présentations. Pour les ingénieurs habitués des TFE à blanc, malgré le franc succès de la version 2006, on a déploré un trop faible nombre de spectateurs. Les soirées se sont souvent terminées aux petites heures. Alors, comme l équipe remet le couvert pour 2007 et compte bien dépasser la qualité et la participation de 2006, venez prendre plaisir à écouter ces jeunes pleins d inquiétudes face au passage devant le grand jury et à leur apporter votre expérience. Ces soirées sont la copie conforme de l examen de fi n d études dans une ambiance chaleureuse et ludique. Pour nos jeunes, c est le moment de présenter et défendre leur TFE et démontrer leur maturité technique. C est souvent surprenant! Outre le plaisir de la découverte de thèmes parfois étonnants, venez aider ces futur(e)s ingénieurs à améliorer la présentation de leurs transparents et échantillons, leurs attitudes et leur confi ance en eux à la présentation finale, Enfi n, c est un moment de rencontre entre toutes les générations d ingénieurs issus de l ECAM On y (re)découvre parfois de vieux amis (parfois) un peu oubliés. Lieu: AIECAM, avenue Molière, Bruxelles Dates: vendredis 4, 11, 18 et 25 mai 2007 Heure: 20 h Inscriptions (pour présentation de TFE): Venez nombreux! La présentation à blanc du TFE est réservée aux étudiants de l ECAM. La participation à la soirée est quant à elle ouverte aux ingénieurs des autres associations. Au plaisir de vous y voir. Pierre (ECAM - CO83) et Gabriel (ECAM - EE79) Vanderdonck - Equipe TFE à blanc 17

18 consult, business partner Services Resssources Humaines pour l Engineering, l Industrie & les Hautes Technologies L Industrie évolue et a besoin de ressources créatives. Les entreprises recherchent des compétences de plus en plus pointues. Les meilleurs profils sont rares. Les collaborateurs constituent un investissement. consult votre partenaire privilégié depuis 2000 : Recrutement, Gestion des compétences, Formations, Retention Management, Evaluations, Coaching, Eric Croisy, Ingénieur ECAM, dispose de plus de 20 ans d expérience en Management et en Ressources Humaines. Faites appel à un spécialiste des RH et de l Industrie Eric Croisy, consult 4 Clos du Moulin Linard, 1440 Braine-le-Château, Belgique Tél. :

19 L huile de palme comme carburant 2ème partie A. Ergo, Ing., Président d honneur de l UFIIB AIHy La crise des années 30 frappe durement la colonie comme la métropole d ailleurs. Si on a judicieusement utilisé dans certaines régions les formes d énergie disponibles (hydroélectrique, bois, ) sur l immense réseau routier du Nord-Est, le trafi c automobile (55 millions de tonnes kilométriques) de la colonie est totalement dépendant d approvisionnements extérieurs et celle-ci est obligée d importer les carburants et les lubrifi ants ( tonnes d huiles minérales). Cela permet de comprendre pourquoi Léopold II s acharnait à essayer d avoir une sortie sur le Nil. Le problème est assez préoccupant pour qu on crée, au Département des Colonies, une Commission des carburants composée de professeurs d université (Chavanne ULB, Connerade Mons, Coppens et Mertens UCL) du major Damman et de représentants du Ministère des Colonies (Léonard, Van den Abeele et l ingénieur Frédéric), dont la mission sera l étude systématique de la production et de l utilisation de carburants extraits de produits locaux. Le problème est complexe, il faut créer un carburant bon marché, facile d utilisation, sans devoir construire des véhicules ou des moteurs nouveaux. Le professeur Chavanne préconise la transformation de l huile de palme par traitement chimique et plus particulièrement son alcoolyse par des alcools à faible masse moléculaire, le méthanol ou l éthanol. La Commission choisit l éthanol après que des essais de fabrication en laboratoire se soient montrés favorables. Il fut décidé alors de passer à la fabrication semi-industrielle, de faire des essais sur route puisque c est le trafi c routier qui constitue le problème le plus urgent, et enfi n d imaginer des unités de production d huile de palme et d alcool éthylique sur un même site. L installation pilote semi-industrielle devait être suffi samment importante pour permettre de calculer les rendements et les prix de revient, la qualité des matériaux à utiliser et la durée des différentes phases de fabrication. La Commission opta pour une installation capable de fabriquer 5 tonnes de carburant avec une capacité journalière de production de 100 kilos. Que se passe t-il dans une réaction d éthanolyse d un glycéride en présence d acide sulfurique concentré? On a la production d un ester et de glycérine; c est l ester qui nous intéresse car son poids moléculaire et son point de fusion sont nettement inférieurs à ceux du glycéride. Exemple: C 15 H 31 -CO 2 -CH 2 H 2 C-OH C 15 H 31 -CO 2 -CH + 3 C 2 H 3 -OH -> 3 C 15 H 31 -CO 2 -C 2 H 5 + HC-OH C 15 H 31 -CO 2 -CH 2 H 2 C-OH tripalmitine éthanol palmitate d éthyle glycérine Le poids moléculaire de la tripalmitine ( un des glycérides de l huile de palme) est de 806 et son point de fusion de 65 C;ceux du palmitate d éthyle sont respectivement de 284 et 24 C. Tous les glycérides de l huile de palme ( solides à température normale, point de fusion 27 C) réagissent de cette façon et les esters produits sont liquides à température normale ( point de fusion 7.8 C) Cette réaction est réversible. Il faut donc travailler en surplus d éthanol (plus de 3 fois la quantité requise) mais il faut également que ce dernier soit très concentré car l eau qu il contiendrait provoquerait une hydrolyse. Ainsi avec le palmitate d éthyle on aurait : C 15 H 31 -CO 2 -C 2 H 5 + H 2 O -> C 15 H 31 -CO 2 H + C 2 H 5 -OH réaction réversible avec production d eau. Acide gras libre éthanol La présence d acides gras libres dans le carburant serait la cause d inconvénients majeurs en provoquant des corrosions. L huile de palme utilisée doit donc contenir le moins possible d acides gras libres (< à 5%) On s est également aperçu que la réaction d éthanolyse était favorisée par l élévation de la température; il est donc intéressant de chauffer jusqu à un certain point car une forte augmentation de température occasionne des pertes d alcool. Le schéma de fabrication est relativement simple. 1. dans une autoclave ( 4 atmosphères), chauffer indirectement pendant 5 heures à 100 C,40 Kg d huile, 50 litres d éthanol à 99.5% et 800 grammes d acide sulfurique; 19

20 AIHy - UILg 2. distiller pour obtenir 33 litres d alcool à 98%, des eaux glycérineuses et du carburant brut 3. Ce carburant brut va subir 2 lavages le premier avec 50 litres d eau pendant 2 heures et le second avec la même quantité d eau pendant 4 heures avec élimination chaque fois de l eau de lavage et de l écume 4. sédimentation du carburant brut lavé pendant un mois puis décantation pour éliminer les glycérides incomplètement transformés 5. blanchîment du carburant pendant 4 heures à 80 C en présence de borate de manganèse 5 pour mille et d air comprimé puis centrifugation pour éliminer le catalyseur, les impuretés et l eau 6 obtention de 30 Kg de carburant propre. Des essais sur moteurs statiques ( Miesse et 2 moteurs Brossel) ont été réalisés au laboratoire de l Institut de Thermotechnique de l Université de Louvain. Ils ont donné les résultats suivants : 1. le rendement moteur au gasoil et à l huile de palme éthanolysée est pratiquement le même 2. la consommation spécifi que en poids est de 14.6% plus élevée avec l huile de palme éthanolysée 3. aucune modifi cation n a dû être apportée aux moteurs 4. aucun signe de dérangement n a été observé 5. la valeur marchande de l huile de palme éthanolysée égale fois celle du gasoil de pétrole (dans l expérience) 6. la qualité d infl ammation de l huile de palme éthanolysée est supérieure à celle des gasoils de pétrole. Des essais sur route ( km) ont été réalisés entre Louvain et Bruxelles sur des bus équipés de moteur Miesse ( 8,25 tonnes à vide; 13 tonnes en pleine charge; 6 cylindres dm²; 90 CV, 1700 tours). Les résultats sans qu il y ait de modifi cations ni de dérangement furent les suivants : 1. le démarrage à froid fut plus facile avec l huile de palme éthanolysée 2. le fonctionnement est plus silencieux avec l huile de palme éthanolysée 3. les surfaces de frottement des cylindres et pistons-moteurs sont restées lisses 4. l huile de palme éthanolysée a produit un dépôt moins épais mais plus lourd que le gasoil sur les parois des chambres de compression 5. l huile de palme éthanolysée détériore davantage les surfaces de portée des soupapes 6. les pompes d injection ont travaillé avec la même effi cacité dans les deux cas 7. les injecteurs ont plus souffert avec l huile de palme éthanolysée 8. la consommation d huile de palme éthanolysée dépasse de 5.3% en poids et de 3.2% en volume celle du gasoil. Pendant la seconde guerre mondiale des tas de brevets ont été pris aux E-U chez du Pont de Nemours ( et ), chez Colgate Palmolive ( , , , , , ) et chez bien d autres. Pour revenir à la colonie, on a imaginé des plantations mixtes palmier à huile-manioc dans les provinces du Nord, de manière à avoir en un seul endroit les matières premières pour créer de l huile de palme (Elaeis) éthanolysée (manioc). Le programme n a pas été développé davantage après la guerre, période durant laquelle le prix du gasoil était très bas. Mais l hétérogénéité de la colonie au point de vue des sources de forces motrices, avait forcé les Belges a être pionniers en la matière. La Haute Ecole Rennequin Sualem s investit dans la recherche en matière d énergie Gabrielle Masy, Ir., Virginie Nicolaï, Ing. En décembre 2005, la Région Wallonne lançait un appel à projets pour des activités de recherche relatives à l énergétique des bâtiments. Ce programme, appelé MI- NERGIBAT, encourage les initiatives visant à minimiser la consommation énergétique des bâtiments. Le projet de la Haute École Rennequin Sualem, présenté ci-après, fut le seul retenu parmi les projets présentés par les Hautes Ecoles. Il s intitule SISAL, pour Simulation de Systèmes Accessible en Ligne, et vise à améliorer l effi - cience énergétique des bâtiments via la mise à disposition, sur réseau, d un logiciel de simulation dynamique simplifi é permettant l évaluation des consommations ainsi que le confort offert par les bâtiments. Sont ainsi évalués l effi cience énergétique, les aspects coût effi cacité, l utilisation durable de l énergie et la production d énergie via les composants passifs et actifs. L outil d évaluation intègre donc : les systèmes constructifs pour le bâtiment, permettant une effi cience énergétique élevée pour un coût modeste, intégrant la construction, les équipements et leur gestion ; les aspects spécifi ques du logement social pourraient par exemple être abordés ; les composants actifs et passifs : l isolation thermique, les vitrages, mais aussi la ventilation, le chauffage et l eau chaude sanitaire, la production combinée de chaleur et d électricité à l échelle du bâtiment, la climatisation, l éclairage des bâtiments, les capteurs solaires, les appareils électroménagers ; l utilisation des énergies renouvelables comme par exemple l énergie solaire ; les systèmes de gestion énergétique du bâtiment et des appareils domestiques. 20

Evaluation du bachelier en Ergothérapie 2012-2013

Evaluation du bachelier en Ergothérapie 2012-2013 Evaluation du bachelier en Ergothérapie 2012-2013 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Haute Ecole Louvain en Hainaut (HELHa) Comité des experts : Mme Marie-Laure KAISER, présidente Mme Maria Manuela ALVES FERREIRA,

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

Profil d enseignement

Profil d enseignement Profil d enseignement Catégorie Agronomique Bachelier en Agronomie Spécialisation Secteur 3. Sciences et techniques Domaine 18. Sciences agronomiques et ingénierie Biologique Niveau CFC Bachelier professionnalisant,

Plus en détail

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F)

RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DURABLE EN MATIERE D ENERGIE (M/F) BRUXELLES SPF ECONOMIE, PME, CLASSES MOYENNES ET ENERGIE AFG07004 Contexte de la fonction Le Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TEXTES OFFICIELS RELATIFS AU B.T.S. Décret n 95-665 du 9 mai 1995 Portant règlement général des B.T.S. B.O. n 23 du 8 juin 1995 Décret n 96-195 du 8

Plus en détail

Maîtrise en administration des affaires Éducation permanente et Faculté d administration

Maîtrise en administration des affaires Éducation permanente et Faculté d administration Maîtrise en administration des affaires Éducation permanente et Faculté d administration Atteignez de nouveaux sommets! www.umoncton.ca/mbaenligne Atteignez de nouveaux sommets! Souhaitez-vous occuper

Plus en détail

Licence professionnelle Logistique globale

Licence professionnelle Logistique globale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Logistique globale Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

Stage en informatique de gestion 8STA420 (3cr) Guide

Stage en informatique de gestion 8STA420 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Stage en informatique de gestion 8STA420 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES

Plus en détail

Conférence de Presse du 29 novembre 2012

Conférence de Presse du 29 novembre 2012 Conférence de Presse du 29 novembre 2012 La FABI Fédération belge d associations d ingénieurs civils et bioingénieurs, l UFIIB Union Francophone des associations d ingénieurs industriels de Belgique et

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION ET D INSCRIPTION

DOSSIER D INFORMATION ET D INSCRIPTION DOSSIER D INFORMATION ET D INSCRIPTION Enseignement secondaire et secondaire technique Admission au stage pour les lycées et lycées techniques pour l année scolaire 2015/2016 Tous les postulants aux fonctions

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web

Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web Cometik, le partenaire incontournable de la communication Web www.cometik.com 2010-2011 SOMMAIRE CARTE D IDENTITE COMETIK GROUP COMETIK GROUP EN QUELQUES MOTS p 2 p 3 De deux associés à plus de 120 collaborateurs,

Plus en détail

7944 Baccalauréat en génie électrique

7944 Baccalauréat en génie électrique 7944 Baccalauréat en génie électrique Environnement programme Présentation du programme Le programme de génie électrique vise à former des ingénieurs polyvalents ayant une solide formation générale axée

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité

PROFIL D ENSEIGNEMENT. Bachelier en Publicité PROFIL D ENSEIGNEMENT Bachelier en Publicité Une formation aux couleurs de la HELHa L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant en lui permettant, d une part,

Plus en détail

L. 11-09-1933 M.B. 27-09-1933

L. 11-09-1933 M.B. 27-09-1933 Lois 04171 p.1 Loi sur la protection des titres d'enseignement supérieur L. 11-09-1933 M.B. 27-09-1933 modifications: L. 21-11-38 (M.B. 21-12-38) L. 06-03-40 (M.B. 07-07-40) L. 04-05-49 (M.B. 09-07-49)

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE

Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE AIDE JURIDIQUE L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE Fiche Info L ADMISSION AUX ETUDES SUPERIEURES AIDE JURIDIQUE Fédération des Étudiants Francophones ASBL - 20 rue de la Sablonnière,1000 Bruxelles - tél

Plus en détail

ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F)

ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F) ATTACHES METIER : INGENIEUR INDUSTRIEL, OPTION ELECTRICITE, MECANIQUE, ELECTROMECANIQUE, ELECTRONIQUE ET TELECOMMUNICATIONS (M/F) MINISTERES ET CERTAINS ORGANISMES D INTERET PUBLIC DE LA REGION WALLONNE

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les lauréats de concours du second degré, affectés dans l Académie de Besançon. Besançon, le 16 juin 2015

Mesdames et Messieurs les lauréats de concours du second degré, affectés dans l Académie de Besançon. Besançon, le 16 juin 2015 Mesdames et Messieurs les lauréats de concours du second degré, affectés dans l Académie de Besançon Besançon, le 16 juin 2015 Rectorat Division des personnels enseignants Référence CM/CF Dossier suivi

Plus en détail

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole Sommaire 1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole p5 3.1. Une Haute Ecole, c est quoi? p5 3.2. Les organes participatifs de la Haute Ecole & les différents conseils

Plus en détail

Procédure VAE pour le doctorat de recherche

Procédure VAE pour le doctorat de recherche Procédure VAE pour le doctorat de recherche Vu les articles L 613-3 et L 613-4 du code de l éducation, Vu le décret n 2002-590 du 24 avril 2002 pris pour l application du premier alinéa de l article L

Plus en détail

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE

TRAVERSIÈRE ÉCOLE. jury & admission JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE ÉCOLE TRAVERSIÈRE JURY CENTRAL & ADMISSION À L UNIVERSITÉ I SOUTIEN SCOLAIRE jury & admission Ecole Traversière asbl Place de l Université 25-1348 Louvain-la-Neuve - Tél.: 010/246.369 www.traversiere.be

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Sciences-technologies-santé. Protection de l environnement TRAITEMENT DES EAUX ET DES DÉCHETS

Sciences-technologies-santé. Protection de l environnement TRAITEMENT DES EAUX ET DES DÉCHETS 01-016 Niveau : LICENCE PROFESSIONNELLE eme année Domaine : Mention : Spécialité : Sciences-technologies-santé Protection de l environnement TRAITEMENT DES EAUX ET DES DÉCHETS LP 180 ES Volume horaire

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III

GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III GESTIONNAIRE DE PAIE Formation intensive à temps plein Titre certifié par l État de niveau III Arrêté du 11/01/2012 publié au JO du 19/01/2012 BIENVENUE DANS LE MONDE DES POSSIBLES www.formationcontinue.groupe-igs.fr

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Mémoire de l OAQ Mai 2012 INTRODUCTION Présentation de l Ordre des

Plus en détail

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs

E nquête Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs civils, agronomes et bioingénieurs, sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises en matière de formation et la satisfaction des

Plus en détail

Licence professionnelle Management de la qualité du service

Licence professionnelle Management de la qualité du service Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management de la qualité du service Université Toulouse III - Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

NANCY, le 17 septembre 2015

NANCY, le 17 septembre 2015 NANCY, le 17 septembre 2015. Les IEN STI de l Académie Nancy-Metz Aux enseignants STI de la voie professionnelle Aux chefs de travaux Sous couvert du chef d établissement Rectorat IEN Secrétariat des IEN

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

Conclusions du Colloque 1

Conclusions du Colloque 1 56 MATHS A VENIR 2009 Conclusions du Colloque 1 Ces conclusions ont été rédigées par le comité de programme du colloque MATHS A VENIR 2009, comprenant des représentants des sociétés savantes, Société Française

Plus en détail

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School 2 Bienvenue à l Iteem! Vous êtes curieux, dynamique, ingénieux? Vous avez

Plus en détail

Le M.B.A. professionnel

Le M.B.A. professionnel Le M.B.A. professionnel Un M.B.A. à temps partiel pour les professionnels qui travaillent un programme unique Le nouveau M.B.A. professionnel de la Faculté de gestion Desautels de l Université McGill est

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) C3A36 QUE DEVEZ-VOUS FAIRE?

DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) C3A36 QUE DEVEZ-VOUS FAIRE? DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) document d information Version 1 01.04.2015 C3A36 Cette feuille info vous offre un aperçu

Plus en détail

Objet : Lettre de rentrée Mathématiques-Sciences 2011-2012

Objet : Lettre de rentrée Mathématiques-Sciences 2011-2012 Mesdames et Messieurs les Professeurs de Mathématiques et de Sciences Physiques s/c de Madame, Monsieur le Chef d établissement des lycées professionnels publics et privés sous contrat Rectorat Collège

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE -

RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Le 23 mai 2013 RAPPORT SEMESTRIEL SUR LES CONDITIONS D APPLICATION DE LA CONVENTION D ASSURANCE CHOMAGE - SYNTHESE - Présentation du rapport semestriel sur les conditions d application de la convention

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION destiné aux formateurs en hygiène et salubrité alimentaires autorisés par le ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation Table des matières 1. LE PROGRAMME DE

Plus en détail

INGENIEUR INDUSTRIEL (CHAUFFAGE) (M/F)

INGENIEUR INDUSTRIEL (CHAUFFAGE) (M/F) INGENIEUR INDUSTRIEL (CHAUFFAGE) (M/F) ARLON REGIE DES BATIMENTS AFG08015 Contexte de la fonction La Régie des Bâtiments est un organisme d intérêt public. Elle assure l hébergement des fonctionnaires

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Vie et de la Santé. Nutrition et Santé

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la Vie et de la Santé. Nutrition et Santé Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la Vie et de la Santé Spécialité : Nutrition et Santé 120 ES Volume horaire étudiant : 200 h 100 h 0 h 0 h 260 h 560

Plus en détail

SEMINAIRE DE MANAGEMENT DE GILBERT RICHARD MBALA LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

SEMINAIRE DE MANAGEMENT DE GILBERT RICHARD MBALA LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT SEMINAIRE DE MANAGEMENT DE GILBERT RICHARD MBALA LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT Savoir mener un entretien d embauche c est d abord savoir mener un entretien d investigation (du côté

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience (V.A.E.) Guide du candidat

Validation des Acquis de l Expérience (V.A.E.) Guide du candidat Validation des Acquis de l Expérience (V.A.E.) Guide du candidat (document d information non contractuel) La Validation des Acquis de l Expérience est d abord un enjeu social : c est la reconnaissance

Plus en détail

Quelle formation pour l accueil des très jeunes enfants?

Quelle formation pour l accueil des très jeunes enfants? Quelle formation pour l accueil des très jeunes enfants? Quels constats peut-on tirer de l analyse des compétences et titres requis aujourd hui pour être reconnu comme professionnel de la petite enfance

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

Maîtrise en ingénierie profil professionnel (1709) GUIDE DE STAGE

Maîtrise en ingénierie profil professionnel (1709) GUIDE DE STAGE PROGRAMMES DE CYCLES SUPÉRIEURS EN INGÉNIERIE Maîtrise en ingénierie profil professionnel (1709) Projet d intervention en entreprise (6MIG890) GUIDE DE STAGE Version février 2015 DÉPARTEMENT DES SCIENCES

Plus en détail

SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES

SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES MINISTÈRE DU TRAVAIL DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Direction générale de l action sociale Sous-direction de l animation territoriale et du travail social Bureau des professions sociales et

Plus en détail

Ecole SUPimage. Communication et création graphique prennent du sens Coopération et écologie au cœur des études

Ecole SUPimage. Communication et création graphique prennent du sens Coopération et écologie au cœur des études Dossier de presse 2014 / Press book 2014 Ecole SUPimage Communication et création graphique prennent du sens Coopération et écologie au cœur des études L école-agence : un nouveau concept de coworking

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Conception, gestion, valorisation de l opération archéologique

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Conception, gestion, valorisation de l opération archéologique www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Conception, gestion, valorisation de l opération archéologique Former des archéologues aux compétences polyvalentes Ce master professionnel prépare les étudiants

Plus en détail

Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine

Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine Formations et diplômes Rapport d évaluation Master Droit notarial, immobilier et du patrimoine Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sociologie Université de Bordeaux Sciences Po Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sociologie Université de Bordeaux Sciences Po Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sociologie Université de Bordeaux Sciences Po Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie

Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Etude prospective sur l évolution des emplois et des métiers de la métallurgie Synthèse - Septembre 2012 Une étude pour anticiper les besoins en compétences à horizon 2015-2020 Contexte économique et opportunités

Plus en détail

DISPOSITIONS STATUTAIRES

DISPOSITIONS STATUTAIRES REGLEMENT MUNICIPAL APPLICABLE AUX AGENTS TERRITORIAUX SPÉCIALISÉS DES ÉCOLES MATERNELLES PRÉAMBULE Le présent règlement a pour but de rassembler les dispositions applicables aux Agents Territoriaux Spécialisés

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Fiche 1 Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Bien dans ses baskets ou besoin d air? Non, entrer dans l enseignement ce n est pas entrer en religion! Votre dévouement

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction

Profil professionnel. Section : Bachelier en construction Section : Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions qui, d une part

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N

accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N accueil bulletin officiel [B.O.] n 39 du 28 octobre 2004 - sommaire MENP0402363N Personnels PERSONNELS ENSEIGNANTS Attribution aux personnels enseignants des premier et second degrés relevant du MEN d

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET

PRÉSENTATION DU PROJET PRÉSENTATION DU PROJET S.I.R.E (SAFE INVESTMENT IN REAL STATE) Ce nouveau produit a été mis au point avec les acteurs intervenant dans le marché immobilier pour répondre à la volonté de tout un chacun

Plus en détail

VILLE DE BRUXELLES Département Instruction publique

VILLE DE BRUXELLES Département Instruction publique VILLE DE BRUXELLES Département Instruction publique Bruxelles, le 27 février 2014 MF 2013/2014 01/40 Aux Chefs des institutions scolaires et parascolaires, Chère Collègue, Cher Collègue, L Académie royale

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in Nursing Sciences. Règlement

Master ès Sciences en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in Nursing Sciences. Règlement Master ès Sciences en sciences infirmières / Master of Science (MSc) in Nursing Sciences Règlement 2012 Approuvé par le Conseil de la Faculté de biologie et de médecine de l Université de Lausanne le 13

Plus en détail

Evaluation du bachelier et du master en sciences informatiques 2011-2012

Evaluation du bachelier et du master en sciences informatiques 2011-2012 Evaluation du bachelier et du master en sciences informatiques 2011-2012 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Université Libre de Bruxelles Comité des experts: M. Ramon PUIGJANER, président M. Thierry BINGEN, M.

Plus en détail

Lycée RASPAIL Paris 17 mars 2008

Lycée RASPAIL Paris 17 mars 2008 BTS ELECTROTECHNIQUE Lycée RASPAIL Paris 17 mars 2008 L objectif de la réunion Faire le point sur les conditions de mise en place du diplôme rénové dans l inter académique, tant du point de vue de l organisation

Plus en détail

Dossier de Validation des Acquis de l expérience

Dossier de Validation des Acquis de l expérience Dossier de Validation des Acquis de l expérience Etape : 2 Guide de réalisation du dossier de présentation de V.A.E. Demande concernant le Diplôme de l Ipag Diplôme de Formation Supérieure au Management

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OCTROI ET DE SUIVI DES CONVENTIONS INDUSTRIELLES DE FORMATION PAR LA RECHERCHE - CIFRE -

CONDITIONS GENERALES D OCTROI ET DE SUIVI DES CONVENTIONS INDUSTRIELLES DE FORMATION PAR LA RECHERCHE - CIFRE - CONDITIONS GENERALES D OCTROI ET DE SUIVI DES CONVENTIONS INDUSTRIELLES DE FORMATION PAR LA RECHERCHE - CIFRE - Le ministère chargé de la recherche conduit une politique de rapprochement du système de

Plus en détail

Défi d innovation. Page 1 de 6

Défi d innovation. Page 1 de 6 Défi d innovation Résumé Afin d encourager la réflexion et l action à travers toute l organisation, nous avons le plaisir de lancer ce défi national! Ce défi unique en son genre est offert aux membres

Plus en détail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail

PROCESSUS DE RECONNAISSANCE. Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail PROCESSUS DE RECONNAISSANCE Programme de reconnaissance des fournisseurs de services de formation en santé et en sécurité au travail INTRODUCTION Travail sécuritaire NB offre un programme de reconnaissance

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Expérience en entreprise ou en administration

Expérience en entreprise ou en administration Automne 2013 Expérience en entreprise ou en administration Etudiant e s en Master APAS Faculté des SSP, Géopolis, 1015 Lausanne Personnes de contact : Madame Isabelle Genton Conseillère aux études pour

Plus en détail

Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne

Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne INFO 102 Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne 1) Entrer l'adresse www.sem.admin.ch dans la barre d'adresse du navigateur Internet 2) Sélectionner l'onglet "Entrée et

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Le Pôle Hainuyer un partenariat dynamique en matière dʼenseignement

Le Pôle Hainuyer un partenariat dynamique en matière dʼenseignement Le Pôle Hainuyer un partenariat dynamique en matière dʼenseignement Créé au début de l année académique 2009-2010, le Pôle Hainuyer regroupe autour de l Université de Mons (UMONS), les deux institutions

Plus en détail

INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE

INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE INGENIEUR ENSAIA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE PAR APPRENTISSAGE ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D AGRONOMIE ET DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES 1 SINCE 1893 570 élèves-ingénieurs 156 diplômés en 2014 70 enseignants-chercheurs

Plus en détail

Département Informatique Antenne Universitaire de Blois

Département Informatique Antenne Universitaire de Blois Antenne Universitaire de Blois UFR Sciences & Techniques Université François Rabelais Tours www.info.univ-tours.fr Organisation Université UFR Sciences & Techniques Département Informatique Licence Informatique

Plus en détail

Master professionnel Procédés fermentaires pour l agroalimentaire (vin, bière, produits fromagers)

Master professionnel Procédés fermentaires pour l agroalimentaire (vin, bière, produits fromagers) Master professionnel Procédés fermentaires pour l agroalimentaire (vin, bière, produits fromagers) OBJECTIFS Spécialité internationale réalisée dans trois pays de l Union Européenne : France, Belgique,

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCEDURE DE VAE POUR L OBTENTION DU TITRE D ARCHITECTE D INTERIEUR/ DESIGNER

GUIDE DE LA PROCEDURE DE VAE POUR L OBTENTION DU TITRE D ARCHITECTE D INTERIEUR/ DESIGNER QUEL TITRE?... 2 LE REPERTOIRE NATIONAL DES CERTIFICATIONS PROFESSIONNELLES (RNCP) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION... 2 Intitulé... 2 Niveau et/ou domaine d'activité... 2 II (Nomenclature de 1969)...

Plus en détail

Le programme de la Start Academy

Le programme de la Start Academy Qu est-ce que la Start Academy? La Start Academy for Young Entrepreneurs est un concours de projets de création d entreprises accessible à tous les étudiants des universités et hautes écoles francophones.

Plus en détail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail

Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Agent de prospection et de marketing, Milieux de travail Supérieur hiérarchique : Type d emploi Emplacement : Clôture de l affichage : Directrice, Initiatives de prévention et de promotion Permanent, temps

Plus en détail

La Filière Maturité Suisse La Maturité Suisse

La Filière Maturité Suisse La Maturité Suisse La Filière Maturité Suisse La Maturité Suisse Bilingue Anglais/Français ou en Français Choix de Filière et d Options 2015-2016 Table des Matières La Filière de la Maturité Suisse Les projets d études professionnelles

Plus en détail

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs.

Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Le référentiel de compétences à l'université, outil d'une politique Qualité : exemple en formation d ingénieurs. Philippe Bouillard 1, Frédéric Robert 2, Nadine Postiaux 3 1 BATir (Building, Architecture

Plus en détail

PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION LAITIÈRE

PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION LAITIÈRE PLAN DE RÉMUNÉRATION DES EMPLOYÉS AGRICOLES DE LA PRODUCTION LAITIÈRE Mars 2004 Ce document a été réalisé par le Comité sectoriel de main-d'œuvre de la production agricole grâce à la contribution financière

Plus en détail

EXPERTS ICT HELPDESK (M/F)

EXPERTS ICT HELPDESK (M/F) EXPERTS ICT HELPDESK (M/F) POUR TOUS LES SERVICES PUBLICS FÉDÉRAUX, LES ORGANISMES D INTÉRET PUBLIC, LES SERVICES PUBLICS DE SÉCURITÉ SOCIALE, LES ÉTABLISSEMENTS SCIENTIFIQUES FÉDÉRAUX ET LE MINISTÈRE

Plus en détail

Licence professionnelle Droit et gestion immobiliers

Licence professionnelle Droit et gestion immobiliers Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Droit et gestion immobiliers Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

«Physique nucléaire et applications»

«Physique nucléaire et applications» UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 UFR de PHYSIQUE MASTER DÉLOCALISÉ A HANOI (avec le soutien de l Agence universitaire de la Francophonie) «Physique nucléaire et applications» ANNÉE UNIVERSITAIRE 2008-2009 RÉSUMÉ

Plus en détail