L'exclusion des personnes handicapées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'exclusion des personnes handicapées"

Transcription

1 L'exclusion des personnes handicapées

2 SOMMAIRE Introduction page 1 Le problème au niveau local.... page 3 Moyens mis en œuvre..... page 6 Analyse page 17 Solutions page 22 Conclusion page 23

3 INTRODUCTION Définitions : - exclusion : se définit comme un rejet, une mise à l écart, marginalisation d un certain nombre de personnes par la collectivité. L exclusion sociale regroupe tous ceux qui sont privés de droits sociaux et toutes les personnes ou ménages qui se situent au dessous d un niveau déterminé de revenus financiers, tous les individus en marge d une norme sociale dominante, ou encore tous ceux qui cumulent des handicaps susceptibles de les précipiter au moindre accident dans le cercle vicieux de la pauvreté et de la non identité sociale. Le terme d exclusion a deux sens principaux : l acte de chasser quelqu un d un endroit où il avait précédemment sa place (ex : reclassement professionnel) ou de le priver de certains droits d une part (ex : le priver de travail, d école, de certains loisirs ), et celui de le tenir à l écart en interdisant un accès d autre part (ex : lieux publics ou privés inaccessibles). - handicap (selon OMS) : manque ou anomalie durable ou transitoire, d origine organique ou psychique provoquant une diminution essentielle. Les causes peuvent être : - congénitales : maladie héréditaire, pathologies durant la grossesse ou prise de substances toxiques ou tératogènes, souffrance cérébrale par anoxie lors de l accouchement ; - acquises : accident de la circulation, cardio vasculaire, problèmes neurologiques ou infectieux - moteur : qui donne le mouvement. - locomotion : fonction qui assure le mouvement de la marche, qui permet à l individu de se déplacer. - handicap locomoteur : perte d autonomie liée à une difficulté ou incapacité à se déplacer et à effectuer les actes de la vie quotidienne. Cette diminution entraîne un phénomène d exclusion. En effet, le «handicapé» a encore trop souvent une image négative : perçu comme une personne différente des autres, dépourvue de quelque chose d essentiel, avec qui il est difficile de communiquer, qui sera assistée toute sa vie, voire inutile. Pour toutes ces raisons, les valides ont encore parfois des comportements de fuite ou d évitement, par peur de celui qui est différent ou de ce qui pourrait arriver ou crainte de mal faire. Les personnes handicapées suscitent plus de compassion, de révolte, d inquiétude et d angoisse pour les personnes valides.

4 En effet, face au handicap locomoteur, il y a une révolte qui se manifeste, liée à un sentiment d injustice et d impuissance face au sort. L angoisse et l inquiétude apparaissent chez les personnes valides car elles ont peur de se retrouver un jour handicapées et elles appréhendent les interactions éventuelles avec les personnes handicapées. Historique : Le terme handicap a aujourd hui remplacé ceux d infirme, anormal, aliéné, retardé, inadapté L évolution des attitudes à l égard des intéressés s est faite de façon lente et discontinue, mais va peu à peu dans le sens du droit à la vie et à la dignité. A l époque des Lacédémoniens, on supprimait les nouveaux- nés mal formés. Pendant de nombreux siècles, il revient aux familles, aux clans, aux voisins, de s occuper des malades, des personnes âgées, des inaptes au travail. Les solitaires sans famille trouvent issue dans la mendicité. Au moyen âge, tandis que l église brûle les fous, on assiste à la création d œuvres charitables. Puis Louis XIV crée l Institution des invalides pour héberger les vétérans devenus inaptes au travail. En 1898, la loi met à la charge de l employeur une assurance spécifique permettant le versement d une indemnisation au titre des infirmités acquises dans le cadre du travail. La fin du XIXe siècle marque un tournant dans le statut social du handicapé qui va évoluer vers la forme que nous lui connaissons mieux, grâce à la médecine qui maintient de plus en plus en vie les sujets fragiles. En 1905, la loi demande à ce que les vieillards, les infirmes et incurables soient accueillis sans distinction d âge ou de handicap, dans les hospices et les asiles. Le handicap commence à exister comme objet et les sujets commencent à pouvoir bénéficier de nouvelles structures, les familles ne suffisant plus à leur offrir un abri adapté. Mais c est après la 1 ère guerre mondiale, qui laisse beaucoup de mutilés, que sortent des lois : : emplois réservés aux mutilés de guerre : droit à une rééducation à 1993 : barème d évaluation des handicaps subits par les victimes de la 1 ère guerre mondiale pour verser des pensions d invalidité. Crée en 1919, utilisé jusqu en : emploi obligatoire des personnes handicapées : sécurité sociale qui permet d assurer l ensemble des salariés contre les conséquences de maladies et d accidents non liés au travail, mais les privant de leurs «capacité de gains» : loi sur le reclassement professionnel : suite aux problèmes de logements qui commencent à être pris au sérieux= loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées moteurs juin 1975 : Loi d orientation en faveur des personnes handicapées qui accorde à celles ci un véritable statut en leur reconnaissant un certain nombre de droits ;

5 éducation, soins, travail, ressources, hébergement Cette loi complète la déclaration des droits de l homme. Cette loi a permis la mise en place d actions telles que : - prévention et dépistage des handicaps - éducation pour les enfants et les adolescents - accès des personnes handicapées aux institutions ouvertes à l ensemble de la population. Elle a été complétée par des circulaires favorisant l intégration scolaire des enfants handicapés. - juillet 1987 : loi qui impose aux entreprises d embaucher des personnes handicapées ou de verser une contribution à l AGEFIPH (Association de Gestion des Fonds pour l Insertion professionnelle des Personnes Handicapées) - juillet 1990 : loi qui punit toute personne refusant un bien ou un service en raison d un handicap ou d une maladie.

6 ETUDE DE L IMPORTANCE DU PROBLEME DE L EXCLUSION DES PERSONNES HANDICAPES LOCOMOTEURS AU NIVEAU LOCAL (CANNES-GRASSE-ANTIBES) : D un point de vue démographique : Les personnes handicapées locomoteurs ne sont pas recensées d où des difficultés de mettre des aides et des actions en place. En 2000, personnes sont handicapées moteurs dont ont le macaron GIC. Sur Cannes, on recense 4582 personnes qui bénéficient de l aide du CCAS pour le maintien à domicile mais ce chiffre comprend les personnes âgées, les personnes handicapés locomoteurs et mentales. Sur Antibes, les données n ont pas été précisées. En France, à personnes handicapées sont hébergées dans des institutions spécialisées mais une grande majorité vit en domicile ordinaire. En région PACA, personnes bénéficient de l AAH. Près de 5000 personnes, en 1995, travaillent en CAT et plus de 2000 travailleurs handicapés logent dans des foyers de vie, des MAS ou des foyers à double tarification. D après un recensement de l INSEE de novembre 2000, les déficiences motrices affectent 1% des jeunes enfants, la moitié des octogénaires et 2/3 des nonagénaires. D un point de vue sociologique : - L accessibilité : C est le problème principal puisque la plupart des voies d accès ne sont pas adaptées aux personnes handicapées locomoteurs. En effet, la plupart des trottoirs sont trop hauts ; l entrée de certains magasins ou bâtiments publics ne sont accessibles que par marches parfois trop étroites pour le passage d un fauteuil roulant. La plupart des vieux immeubles n ont pas d ascenseurs ou sont trop étroits, tout comme les appartements, inadaptés. Pour les nouveaux logements, il existe une commission d accessibilité sensée valider les plans de construction en faveur des personnes handicapées locomoteurs qui n est pas respecté au niveau local. Concernant les guichets, ils sont pratiquement tous trop hauts pour que la personne handicapée puisse voir son interlocuteur. Les parkings sont insuffisamment adaptés pour permettre la sortie du fauteuil roulant en toute sécurité (données nationales en 2000 : 46% mesurent moins de 3 mètres alors que la loi dit au moins 3,30 mètres.). Selon un sondage IFOP de 1999, 1 français sur 6 dit se garer sur une place handicapé. Il s agit le plus souvent d hommes que de femmes.

7 - Les transports : Les transports en commun ne sont pas adaptés aux personnes handicapées locomoteurs bien qu il existe des bus qui leur sont réservés mais l individualisation du transport de la personne handicapée participe au phénomène de l exclusion. De plus, les transports représentent malgré tout des inconvénients car ils sont en nombre limité (1 à Cannes, entre 1 et 3 à Antibes et 1 à Grasse) et ne fonctionnent que localement. Par ailleurs, le trajet se cantonne à un parcours identique, limitant les amplitudes de déplacement. Il en est de même si la personne désire prendre un taxi spécialisé puisqu elle doit le réserver au moins 24 heures à l avance. Pour finir, les tarifs sont plus élevés que pour les bus de la ville. - L emploi : Selon la loi de 1987 : «Toute entreprise privée occupant au moins 20 salariés est tenue d employer 6% de travailleurs handicapés sur l effectif total des salariés.» Cependant, des solutions alternatives ont été trouvées pour contourner l emploi direct comme passer des contrats de sous-traitance avec les ateliers de travailleurs protégés ce qui ne favorise pas l intégration dans un milieu de travail ordinaire ; conclure un accord de branche ou d entreprise sur l emploi et l insertion des personnes handicapées ; cotiser à l Association de gestion des fonts pour l insertion professionnelle des handicapés (AGEFIPH) ressemblant plus à une amende qu à une aide à l embauche de la part des entreprises, rapportant 1 milliard de francs par an à l AGEFIPH. Or, le taux d emploi direct ou indirect des personnes handicapées est estimé à 4% ou 4,5% seulement, ce qui nous amène à penser que les entreprises préfèrent suivre ces alternatives plutôt que d embaucher des personnes handicapées. Il y a un manque de CAT pour les handicapés locomoteurs, en effet il n en existe qu un dans le département situé à Vence, ville excentrée des pôles urbains. - La scolarisation : Au niveau du département, les enfants handicapés représentent 1,2% des enfants scolarisés. Selon la DDASS, la région est très mal dotée au niveau accueil et places dans les établissements scolaires. En effet, lors de la dernière rentrée scolaire, certains enfants handicapés n ont pu être scolarisés. Le problème est complexe. D une part, il faut un certain temps à la CDES pour évaluer la capacité de l enfant à s adapter à un milieu scolaire ordinaire ou à l orienter vers un établissement spécialisé. D autre part, la liste d attente dans les établissements spécialisés est longue du fait de leur nombre restreint ainsi que du nombre limité de places. Malgré l aptitude de certains enfants à suivre leur scolarité, ils sont confrontés à d autres obstacles que sont le sous-effectif des auxiliaires de vie scolaire (15 en primaire, 9 en collège et 13 en lycée) ; le manque de formation et de sensibilisation des enseignants à prendre en charge un enfant handicapé ; l inaccessibilité des locaux. Par ailleurs, en 2001, 283 enfants étaient en attente de placement sur le département. Au niveau de Cannes-Grasse-Antibes, il existe 3 CAMSP et 1 IMP qui ne sont pas spécifiques au handicap locomoteur mais à tous les handicaps. De plus, on ne compte aucun établissement pour déficients moteurs, les plus proches étant situé à Nice au nombre réduit de 2.

8 - Les loisirs : Les associations sportives sont peu nombreuses et n offrent pas tous les sports. Concernant les établissements de la vie culturelle, à Antibes et à Grasse, aucun cinéma n est accessible ; à Cannes, il n y a que «le Star». Il n existe par ailleurs, aucun recensement des sites accessibles aux personnes handicapées locomoteurs. - Les vacances : Les enfants handicapés sont confrontés à la difficulté de trouver des places en colonies de vacances par manque de personnel formé et de structures d accueil adaptées. D un point de vue de santé publique : Les démarches pour accéder aux cartes d invalidité et aux allocations spécifiques (AAH, APL, etc.) sont très longues et contraignantes nécessitant de nombreux déplacements dans des lieux différents et éloignés. Les foyers d hébergements et d accueil sont au nombre insuffisant de 3 (1 à Grasse pour tous les handicaps, 1 à Vence pour handicapés moteurs et 1 au Cannet) et nécessite une longue attente. Par rapport au coût de la prise en charge d une personne handicapée locomoteur, celui-ci se révèle être une lourde charge financière pour les familles comme pour l Etat. En effet, le budget social du handicap est estimé, pour l année 2000, à 160 milliards de francs tout handicap confondu.

9 MOYENS MIS EN OEUVRE POUR ATTENUER LE PHENOMENE DE L EXCLUSION ET REPONDRE AUX BESOINS DE SANTE La prévention primaire concerne la lutte contre les causes : - héréditaires : thérapie génique. - congénitales : vaccinations contre la rubéole ; dépistage de la toxoplasmose, de l incompatibilité fœto-maternelle. - périnatales : amélioration des conditions d accouchement. - générales : lutte contre les accidents, réadaptation précoce. La prévention secondaire et tertiaire : Le dépistage permet d éviter le sur-handicap et de limiter les séquelles. Les traitements précoces, les réadaptations et rééducations fonctionnelles, les ré-entraînements à l effort ont pour but de limiter l incapacité et par suite le désavantage social. L accessibilité : C est une obligation nationale régie par la loi du 30 juin 1975, dite loi d orientation en faveur des personnes handicapées. En réalité, l entrée en vigueur de cette obligation a nécessité un délai beaucoup plus important que prévu. Il a fallu attendre 1991 pour voir apparaître en France le 1 er texte législatif exclusivement consacré à l accessibilité et fixant un cadre précis les installations neuves ouvertes au public devant être accessibles aux personnes handicapées. Les installations existantes doivent être aménagées progressivement pour devenir accessibles. Récemment, l obligation d accessibilité a été étendue aux lieux de travail. Pour les transports, des aménagements ont été prévus mais il reste beaucoup à faire, pour rendre par exemple le métro ou le bus accessible. Les règles d accessibilité s appliquent à toutes les installations ouvertes au public, qu elles soient privées comme les cinémas, les restaurants ou les hôtels, ou publiques comme les bureaux de poste, les mairies ou les commissariats de police. Dans les agglomérations de plus de 5000 habitants, un plan d adaptation de la voirie publique, notamment des trottoirs, doit être établi. Ce plan fixe les dispositions permettant de rendre accessible aux personnes handicapées l ensemble des circulations piétonnières et des aires de stationnement automobile. Sur Cannes, Euros/an sont attribués pour aménager un quartier par an. Deux quartiers, autour du Centre René Labreuil et dans la République, ont déjà été équipés (trottoirs-bateaux, feux sonores...) et cette année, il s agit d une partie de la rue d Antibes allant de la Gare au Festival. A Antibes, des mesures ont été adoptées en l an 2000 pour l accessibilité à la voirie.

10 Dans les agglomérations de plus de habitants, une partie de la voirie publique, notamment les trottoirs, doit être adaptée pour créer un ou plusieurs cheminements praticables desservant les principaux équipements publics ou privés ( selon art. 2 loi du 13 juillet 1991). Le décret du 31 Aout 1991 fait référence aux mesures à prendre concernant les feux de signalisation, les trottoirs-bateaux, le cheminement, les escaliers, le stationnement, les emplacements réservés et les postes d appel d urgence. Sur la commune d Antibes, le nombre de places de stationnement pour les handicapés est respecté ; sur Cannes, on compte 168 emplacements réservés. Les transports : Selon la loi du 30 juin 1975 : «Afin de faciliter les déplacements des handicapés, des dispositions sont prises par voie réglementaire pour adapter les services de transport collectif ou pour aménager progressivement les normes de construction des véhicules de transport collectif, ainsi que les conditions d accès à ces véhicules, ou encore pour faciliter la création et le fonctionnement de services de transport spécialisé pour les handicapés, ou à défaut, l utilisation des véhicules individuels». Pour aller dans ce sens, différentes mesures ont été mises en place : La carte d invalidité : Elle est délivrée soit pour une période déterminée, soit à titre définitif. Elle procure des avantages dans les domaines de la fiscalité, des transports, du stationnement des véhicules et du logement. Les macarons GIC ou GIG : Ils permettent d utiliser les places réservées de stationnement et de bénéficier des disponibilités prises en faveur des personnes handicapées par les autorités compétentes en matière de circulation et de stationnement. La carte européenne : Au 1 er janvier 2000, elle remplace le macaron. Elle est nominative et personnalisée. Le permis de conduire : Il est délivré pour 5 ans maximum. Le sujet soit subir une visite médicale d aptitude. Le renouvellement du permis à la préfecture doit être fait par le sujet. Les contrôles médicaux sont gratuits. Les «équipements du véhicule» : Le sujet doit informer son assureur des modifications du véhicule. Les taxis : Les personnes à mobilité réduite bénéficient d une priorité d accès aux taxis en cas de file d attente à la sortie des gares et aéroports. Certains taxis sont aménagés. Le prix de la course doit être identique à celui d une personne valide. L avion : Il est accessible mais la place est réduite. Handibus : Il faut faire une réservation 48 heures à l avance. Le train : Les places réservées dans les parking sont les plus proches de l entrée. En cas d assistance nécessaire pour l accès, la montée ou la descente du train, il convient d aviser la gare de départ 48 heures à l avance.

11 Les transports maritimes et fluviaux : Les bâtiments sont accessibles par réservation sur appel téléphonique. La réservation d une cabine de 1ére classe, spécialement aménagée aux conditions tarifaires de la 2 ème classe pour les personnes en fauteuil roulant. Actuellement, les bateaux peuvent être pilotés par des personnes tétraplégiques. Au niveau local, on compte 1 à 3 Mouviplus à Antibes, qui est un taxi allant du domicile à l endroit désiré ; 1 Mobiplus à Cannes et 2 sont prévus pour Avec les contraintes que nous avons vu précédemment. L emploi : Fin juin 2000, personnes handicapées sont demandeurs d emplois ce qui représente 5% des demandeurs d emploi total. - COTOREP (Commission Technique d Orientation et de Reclassement Professionnel) : C est un organisme compétent pour les adultes handicapés âgés de plus de 20 ans et les adolescents à partir de 16 ans exerçant une activité professionnelle. Sa mission est d évaluer l incapacité de décider de l ouverture des droits qui y sont rattachés, de reconnaître la qualité de travailleurs handicapés et de se prononcer sur leur orientation. Elle a des compétences en matière d aptitude du travail et d orientation professionnelle des personnes handicapées. Elle se prononce sur l attribution des différentes allocations, l orientation en établissement et l attribution de la carte d invalidité. - PDITH ( Programmes Départementaux d Insertion des Travailleurs Handicapés) : Ils portent sur l orientation, la formation, le maintien dans l emploi, le placement et l accompagnement en milieu protégé dans sa mission de préparation en milieu ordinaire. - AGEFIPH (Fonds pour l Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées) : C est une association privée agréée en 1988 par le ministre chargé de l emploi. Elle est chargée de collecter les contributions financières volontaires des entreprises qui ne satisfont pas à l obligation d emploi des travailleurs handicapés, et qui n atteignent pas le quota d emploi de 6% défini par la loi de Les fonds collectés doivent être redistribués et servir à financer, par le biais de subvention ou d aides des actions favorisant l embauche, le maintien dans l emploi et la formation professionnelle des personnes handicapées en milieu ordinaire de travail.

12 - Les aides de l Etat favorisant l emploi en milieu ordinaire : Il s agit d aides versées par l Etat visant à favoriser la formation, l embauche et le maintien dans l emploi des travailleurs handicapés. - Les contrats d insertion : Aides de l Etat pouvant être accordées dans le cadre de contrats d insertion. L employeur bénéficie d une exonération des cotisations patronales de Sécurité Sociale. - SIFE (Stage d Insertion et de Formation à l Emploi) : Stage prévu par la loi contre l exclusion qui met en place des mesures pour améliorer l insertion professionnelle des personnes handicapées. - Structures de travail protégé : Elles emploient des personnes handicapées dont la capacité de travail est au moins égale à 1/3 de la capacité d un travailleur «valide» effectuant les mêmes taches. Ils reçoivent des adultes sur décision de la COTOREP. - Les Centres de Distribution de Travail à Domicile (CDTD). - Les CAT (Centre d Aide par le Travail) : Ils permettent la mise au travail, accompagné d un soutien médico-social des personnes handicapées, qui en raison de leur handicap ne peuvent travailler dans un autre cadre. Le passage en CAT a aussi pour objectif de faciliter à terme, l intégration en atelier protégé et en milieu ordinaire de travail, les travailleurs concernés. - La Télé-travail : Elle offre de nouvelles possibilités d intégration professionnelle. C est une modalité d organisation et/ou d exécution d un travail exercé à titre habituel par une personne physique, dans les conditions cumulatives suivantes : ce travail est effectué à distance ou au moyen de l outil informatique et/ou des outils de télécommunications. Ce travail s organise au domicile ou dans un bureau de proximité ou dans les centres de services partagés qui réunissent dans un même lieu des équipements électroniques (ordinateurs, imprimantes...), souvent à proximité des lieux de résidence. Dans la région, certaines entreprises comme Balitran, Décathlon, Darty emploient des personnes handicapées locomoteurs. De plus, il existe un seul CAT à Vence spécialisé dans ce type de handicap. Concernant l accessibilité des locaux de travail, des progrès ont été réalisés. Avant la loi de 1991, l obligation d accessibilité existait sur les lieux de travail uniquement pour les locaux sanitaires. Après la loi de 1991, cette obligation a été étendue à tous les lieux de travail. Lorsqu un bâtiment est prévu pour recevoir un effectif compris entre 20 et 200 personnes, au moins un niveau doit être aménagé pour permettre de recevoir des travailleurs handicapés ; lorsque l effectif est supérieur à 200 personnes, tous les locaux d usage doivent être aménagés. L AGEFIPH peut financer des projets d aménagement de locaux de travail et l adaptation des postes de travail.

13 Si le taux d incapacité est trop élevé, il existe des mesures pour y remédier : - L AAH (Allocation Adulte Handicapé) : Elle est destinée au plus de 20 ans ou au plus de 16 ans si l adolescent n est plus à charge de ses parents. C est une aide financière différentielle qui complète les revenus du bénéficiaire. En 1976, il y avait bénéficiaires tandis qu en 1999, ils étaient ACTP (Allocation Compensatrice de Tierce Personne) : Elle est délivrée sous condition de ressources. Elle concerne les personnes de moins de 60 ans reconnues adultes handicapées par la COTOREP avec un taux minimum d invalidité de 80 %. - Carte d invalidité : Pour le bénéficiaire, c est le moyen légal de prouver son invalidité. Prise en charge de l enfant handicapé : - CDES (Commission Départementale de l Education Spéciale) [annexe 1] : Elle a été créée par la loi d orientation du 30 juin 1975, en faveur des personnes handicapées, compétente à l égard de tous les enfants et adolescents handicapés physiques, sensoriels ou mentaux, de leur naissance jusqu à leur entrée dans la vie active ou jusqu à 20 ans. Elle statue sur les mesures concernant la prise en charge des enfants et adolescents handicapés. C est elle qui fixe le taux d incapacité de l enfant ou de l adolescent et qui décide de l attribution de l AES (Allocation d Education Spéciale). L accueil des enfants de moins de 6 ans handicapés est possible grâce à différents intervenants: - Les pouponnières à caractère sanitaire : Elles accueillent les enfants dont l état de santé exige des soins médicaux particuliers. - CAMSP : rôle de dépistage, cure ambulatoire et rééducation des enfants de 1 er et 2 ème âge qui présentent des déficits sensoriels, moteurs ou mentaux, en vue d une adaptation sociale et éducative dans leur milieu naturel. Ils exercent des actions préventives spécialisées. Il y en a 1 à Grasse prenant en charge les enfants de 0 à 6 ans, 1 à Cannes et 1 à Antibes. - SAFEP (Service d Accompagnement Familial et d Education Précoce) : Il prend en charge les déficiences sensorielles graves. - RASED (Réseau d Aide Spécialisé aux Elèves en Difficulté). - GAPP (Groupes d Aide Psycho-Pédagogique).

14 - SESSAD (Services d Education Spécialisée et de Soins A Domicile). - SSEFIS (Services de Soutien à l Education Familiale et à l Intégration Scolaire) : Ils s occupent des déficiences auditives. La scolarisation est possible dans les établissements relevant du ministère de l Education Nationale : - CLIS (Classes d Intégration Scolaire) : 1200 élèves handicapés en Elles accueillent de façon différenciée, dans certaines écoles élémentaires, des élèves handicapés physiques, sensoriels ou mentaux qui peuvent tirer profit, en milieu scolaire ordinaire, d une scolarité adaptée à leur âge et à leurs capacités, à la nature et à l importance de leur handicap. La CLIS permet à ces élèves de suivre totalement ou partiellement un cursus scolaire ordinaire. L effectif des classes, confiées à des enseignants spécialisés, est limité à 12 élèves. C est la CLIS 4 qui s occupe des enfants atteints d un handicap moteur. A Antibes, il existe un CLIS 4 au collège et au lycée. - SEGPA (Section d Enseignement Général et Professionnel Adapté) : Elle assure aux élèves, dans le cadre des 3 cycles du collège, une formation commune qui les prépare à accéder à des parcours ouverts de formation qualifiante. - EREA (Etablissements régionaux d Enseignement Adapté) : Créés par la circulaire du 6 février LEA (Lycées d Enseignement Adapté) : Créés par la circulaire du 6 février UPI (Unités Pédagogiques d Intégration) : Elles existent au niveau de certains collèges et sont destinées aux pré-adolescents ou adolescents dont le handicap a été reconnu par la CDES ou par la CCSD. - IEM (Institut Educatif Moteur) : Il s agit d un établissement pour handicapés moteurs. Dans la région, il en existe un à Nice avec 62 places dont 52 en semiinternat (accueil de jour) et 22 places en service d éducation spécialisée en soins à domicile. - CNED (Centre National d Enseignement à Domicile) : Il offre une formation professionnelle dans différents domaines en utilisant les cours à distance. Par ailleurs, Handiscol est intégré au sein du futur conseil départemental consultatif des personnes handicapées pour coordonner et faciliter les actions des différents partenaires concernés par la scolarisation des jeunes handicapés et pour assurer la cohérence du dispositif global d intégration et d éducation. La circulaire du 28 janvier 1982 et celle du 6 septembre 1991 sont en faveur d une politique d intégration des enfants et des adolescents handicapés.

15 La circulaire du 17 mai 1995 donne les conditions de la mise en œuvre de l intégration scolaire dans les collèges et les lycées. La scolarisation est également possible dans les établissements relevant du ministère de l emploi et de la solidarité : - Pour les enfants présentant une déficience motrice : accompagnement des familles et de l entourage habituel de l enfant ou de l adolescent. surveillance médicale, soins, maternage et appareillage nécessaires. éducation motrice ou rééducations fonctionnelles nécessaires. éveil et développement de la relation entre l enfant et son entourage selon des stratégies individualisées faisant appel à des techniques éducatives ou palliatives (domaine de la locomotion). - AES (Allocation d Education Spéciale) : C est un complément de ressources destiné à toute personne ayant la charge effective d un enfant ou adolescent de moins de 20 ans, quelle que soit la nature du handicap. Par contre, l enfant doit présenter une incapacité permanente dont le taux est au moins égal à 80% ou une incapacité dont le taux est compris entre 50% et 80%, s il fréquente un établissement d éducation spéciale ou s il a recours à des services de soins adaptés. - Les auxiliaires d intégration collective : Elles interviennent dans les établissements scolaires qui accueillent de manière permanente des élèves handicapés. Elles apportent une aide d ensemble à l équipe éducative, afin de lui permettre de mieux prendre en compte la présence de ces élèves au sein de l établissement. Elles ont un rôle d accompagnement dans les classes spécialisées, dans les séquences individuelles d intégration, en dehors du temps d enseignement, durant les sorties scolaires. Il s agit le plus souvent d aides éducateurs recrutés par le ministère de l Education Nationale. Dans les Alpes-Maritimes, elles sont au nombre de 15 en primaire, 9 en collège et 13 en lycée. - Les auxiliaires d intégration individuelle : Elles sont affectées auprès d un élève qu elles accompagnent au cours de sa journée scolaire. Le transport scolaire spécialisé est organisé sous la responsabilité du département, pour les élèves handicapés qui présentent un taux d incapacité égal ou supérieur à 50%. Un transport individuel adapté peut être mis en place pour la durée de l année scolaire. Chaque élève handicapé, lorsqu il remplit ces conditions, bénéficie d un transport aller et retour par jour de classe. Si la famille assure elle-même le transport de l élève handicapé, elle peut bénéficier d une indemnisation par le développement sous réserve des mêmes conditions.

16 Logement et hébergement : Les personnes handicapées peuvent bénéficier d aides particulières leur permettant de vivre dans leur propre logement. Les mesures d aide se développent et favorisent le «maintien à domicile». Lorsque le handicap est trop important ou lorsque le maintien à domicile s avère impossible, il existe des lieux et des modes d hébergement spécifiques. Afin de maintenir une personne handicapée dans son environnement, il est possible d obtenir différentes aides : - Aide visant à l adaptation et à l accessibilité au logement : L aménagement intérieur doit être adapté (étagère, cuisine, salle de bains...). La loi du 30 juin 1975 régie ces dispositions réglementaires pour les constructions de logements qui font l objet d une demande de permis de construire. Tout logement neuf doit être accessible aux fauteuils roulants (porte, ascenseurs, rampe...). - Aides financières : Il s agit d aides à l amélioration de l habitat. - Allocations d aide au logement. - Aides en personnel d assistance (aide ménagère, auxiliaire de vie, aide d une tierce personne) : C est la CDES (Commission Départementale d Education Spéciale) et la COTOREP qui décident l attribution d une aide par une tierce personne. Sur la ville de Cannes et sur Antibes, le CCAS s implique dans le maintien à domicile. Il a été mis en place des services d aide à domicile, portage des repas (comme pour les personnes âgées). Le CCAS est aidé dans cette tache par de nombreuses associations sur le secteur (APF, Handisport...). En effet, la mairie de Cannes subventionne certaines associations pour faire le relais entre la mairie et les personnes handicapées. Pour les personnes sévèrement handicapées ou celles qui, pour une raison quelconque, ne peuvent avoir un logement individuel, il existe différentes structures d hébergement : - Les logements foyers : Ils sont soit de type classique regroupant les logements dans un même ensemble de bâtiments, soit de type foyer soleil répartissant les logements dans les immeubles autour d un foyer central. - Les foyers d hébergement : Ils accueillent en fin de journée et en fin de semaine, les personnes handicapées qui travaillent soit en CAT soit en milieu ordinaire. Ils sont souvent annexés à un CAT. - Les foyers de vie ou occupationnels : Ils s adressent aux personnes qui disposent d une certaine autonomie ne justifiant pas leur admission en maison d accueil spécialisée. Ils ont une autonomie suffisante pour se livrer à des occupations quotidiennes.

17 - Les Foyers à Double Tarification (FDT) pour adultes handicapés lourds : Leur financement est pris en charge à la fois par l Assurance Maladie et par le département. Les personnes hébergées dans ces foyers souffrent de déficiences physiques ou de déficiences mentales ou sont atteintes de handicaps associés. Elles sont inaptes à toute activité professionnelle et ont besoin de l assistance d une tierce personne pour la plupart des actes essentiels de l existence, d une surveillance médicale et de soins constants. - Les MAS (Maisons d Accueil Spécialisé): Elles accueillent des personnes handicapées n ayant pu acquérir un minimum d autonomie et dont l état nécessite une surveillance médicale et des soins contants. Elles souffrent d une déficience intellectuelle, d une déficience motrice, d une atteinte somatique ou des trois associées. Leur vocation primordiale est l accueil à temps complet mais elles peuvent pratiquer l accueil de jour. Au niveau local, on retrouve une implication des mairies de Cannes et d Antibes afin de mettre en place un réseau d aide avec des personnes handicapées (aide ménagère, auxiliaire de vie...) et des logements foyers. Les améliorations de la vie quotidienne : - Le téléphone : Le support des combinés, des composeurs automatiques de numéros et téléphones «mains-libres». - Téléalarme : Elles sont d ouverture plus large avec absence de porte et téléphone placé plus bas pour pouvoir être atteint en étant assis sur un fauteuil roulant. - Cabine téléphonique : Il s agit d un boîtier porté par la personne handicapé, celui-ci étant activé en cas de problèmes et envoie un signal au centre de secours le plus proche. Les loisirs : - Les musées : Ceux qui ont la carte d invalidité ainsi que l accompagnateur ont droit à des entrées gratuites dans les musées nationaux. Certains musées organisent des visites conférences à tarif préférentiel. Il faut présenter une attestation du directeur de l organisme ayant réservé la visite pour avoir l entrée gratuite.

18 - Les théâtres et cinémas : Dans la région, seul le cinéma du Star à Cannes est accessible aux personnes handicapées locomoteurs. - La peinture : Ceux qui peignent avec la bouche et avec les pieds vendent leurs œuvres. - Le sport : De plus en plus de personnes handicapées pratiquent un sport en milieu ordinaire ou en milieu adapté. Sur Cannes et Antibes, on compte 2 associations et sections Handisport. Il existe par ailleurs, un fauteuil permettant à la personne handicapée locomoteur d aller se baigner. Cannes en dispose un et Antibes, trois. - Les voyages : Les centres de vacances pour personnes handicapées sont soumis à autorisation préfectorale. Les préfets, par l intermédiaire des DDASS, ont pour mission de visiter les sites d accueil afin de s assurer des conditions de sécurité, de confort et d hygiène. Ils vérifient que l encadrement est suffisant et que toutes les précautions ont été prises pour assurer d'éventuels traitements médicaux et l accès aux soins. Protection contre les discriminations : - Le cadre législatif : Depuis 1972, la législation a successivement réprimé les agissements discriminatoires fondés sur la race, le sexe, la situation de famille et les mœurs. Ce n est qu en 1989 (loi du 13 janvier 1989, JO du 14 janvier 1989) qu elle a commencé à sanctionner le refus de fourniture d in bien ou d un service fondé sur le handicap. En 1990, la loi du 12 juillet, relative à la protection contre les discriminations envers les personnes malades ou handicapées, a complété la réglementation en précisant les cas d infractions passibles de peine de prison. - Le refus du bénéfice d un droit : Toute personne dépositaire de l autorité publique ou chargée de mission de service public, ayant refusé dans l exercice de ses fonctions le bénéfice d in droit accordé à une personne en raison de son handicap, est passible d un emprisonnement de 2 mois à 1 an et/ou d une amende de 3000 à francs (art du Code Pénal). L auteur du refus doit être un fonctionnaire d autorité ou une personne investie des prérogatives d autorité publique (ex. : agent assermenté de la SNCF, expert judiciaire...). La victime du refus peut être aussi bien une personne physique qu une personne morale. Le refus doit être opposé sciemment, et ce peut être, par exemple, le refus de délivrance d un titre, le refus d une promotion ou d une nomination, le refus d accès à la fonction publique.

19 - Le refus de fourniture d un bien ou d un service : Le fait de refuser ou de subordonner un bien ou un service à une personne en raison de son handicap est passible d un emprisonnement de 2 mois à 1 an et/ou d une amende de 2000 à francs (art er et e du Code Pénal). L auteur du refus peut être un particulier, un commerçant, un artisan, un industriel ou un prestataire de service (ex. : est considéré comme une discrimination le fait pour un restaurateur de ne pas servir un client handicapé au motif de son handicap.). La victime du refus peut être un particulier ou une personne morale. La loi incrimine le refus de fournir ou d offrir un bien ou un service, mais également de soumettre son offre à un condition fondée sur l état de santé ou le handicap (ex. : est considéré comme discriminatoire le fait pour une compagnie aérienne de refuser aux personnes sans mobilité, ainsi que celui de faire embarquer la personne handicapée à bord de l avion moyennant la signature d une décharge.). Mais la prestation peut toujours être refusée pour motif légitime (ex. : un loueur de voiture peut refuser de louer un véhicule à une personne sont l état physique s oppose à un conduite en toute sécurité.). - L entrave à l exercice d une activité économique : Est passible des mêmes peines toute personne dépositaire de l autorité publique qui contribue par son action ou son omission à rendre plus difficile l exercice d une activité économique à une personne en raison de son handicap. S il s agit d une personne privée, la peine encourue est de 2 mois à 1 an d emprisonnement et/ou 2000 à francs d amende (art et du Code Pénal). - Le refus d embauche et le licenciement : Un employeur peut être poursuivi pour discrimination s il refus d embaucher un candidat ou s il sanctionne ou licencie un salarié du seul fait de son handicap (art du Code Pénal). Cependant, cette disposition n est pas applicable lorsque le refus d embauche ou le licenciement sont fondés sur une inaptitude au travail constatée par le médecin du travail. Si ce dernier émet un avis d aptitude, l employeur ne peut se fonder sur l état de santé ou le handicap du candidat pour refuser l embauche (art du Code du Travail). Le licenciement fondé sur de telles discriminations est nul et permet la réintégration du salarié concerné. - Exclusion de certains contrats d assurance : La loi permet à un assureur de refuser de souscrire un contrat d assurance ou de prévoyance ayant pour objet la couverture décès, des risques portant atteinte à l intégrité physique ou des risques d invalidité et d incapacité de travail, à une personne handicapée, sous prétexte de son état de santé (Code Pénal, art.416). - Le rôle des associations : Les associations de défense des malades et des handicapés pourront, avec l accord de la victime ou de son représentant légal, exercer les droits reconnus à la partie civile pour les délits de discrimination, à condition d avoir 5 ans d existence au moment des faits (art. 187, 416 et 415 du Code Pénal).

20 - Les sanctions complémentaires : Les tribunaux pourront prononcer, en plus des peines d amende et d emprisonnement, des peines complémentaires : privation temporaire, pour 5 ans maximum, des droits d éligibilité, d accès aux fonctions de juré, d accès à la fonction publique ou d exercice de ces fonctions ; affichage de la décision du tribunal ; publication intégrale ou partielle de cette décision ou d un communiqué, au Journal Officiel ou dans plusieurs journaux ou périodiques désignés par le tribunal. Association : - APF (Association des Paralysés de France) : C est une association qui a pour vocation initiale de tout faire pour que chaque personne handicapée puisse vivre sa citoyenneté au quotidien en choisissant son lieu et son mode de vie. Le chemin est encore long et parsemé d embûches. L APF est un mouvement national, présent dans tous les départements qui réunit des personnes handicapées et des personnes valides au service des personnes handicapées. Il compte adhérents à jour de cotisation et bénévoles. L APF, c est un siège national, 97 délégations départementales, donateurs (ayant fait au moins un don en 2000) et 82 établissements et services médicoéducatifs. L APF revendique l intégration de la personne handicapée dans la société afin d éviter l isolement, à toutes les étapes de son existence, en tous lieux et en toutes circonstances ; la prise en compte des préoccupations des familles dès l annonce du handicap, quelle qu en soit l origine ; l égalité des chances par la compensation humaine, technique et financière des conséquences du handicap, afin de permettre à la personne handicapée d acquérir une pleine autonomie ; la mise en œuvre d une politique de prévention et d information de la société sur les réalités du handicap. L APF développe une dynamique d insertion pour une plus grande ouverture sur l extérieur, par les possibilités qu elle donne d entrer en relation avec le monde et par les partenaires qu elle instaure ; une égalité effective entre toutes les personnes handicapées, quel que soit leur lieu de résidence ; la solidarité entre personnes, handicapées et valides ; l accueil et l écoute des personnes handicapées et des familles. L APF agit par l intermédiaire d auxiliaires de vie qui font un lien entre CCAS et personnes handicapées à domicile. Elles apportent les repas, tiennent compagnie et aident aux taches ménagères. Les bénévoles sont également très actifs en effectuant des visites à domicile, en proposant des sorties, en collectant du linge et en le redistribuant aux personnes handicapées dans le besoin. Elles organisent des ventes lors de kermesses pour pouvoir collecter des fonds pour les aides financières.

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale

Livret. Maison. handicapées. Maison. de prestations. des personnes. départementale Livret de prestations Maison départementale des personnes handicapées Vous informer, vous orienter, évaluer vos besoins, suivre vos prestations Maison départementale des personnes handicapées PYRÉNÉES-ATLANTIQUES

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

L enfant handicapé : orientation et prise en charge

L enfant handicapé : orientation et prise en charge 1 ère partie : modules transdisciplinaires - Module 4 : Handicap. Incapacité. Dépendance - Objectif 51 : L enfant handicapé : orientation et prise en charge Rédaction : C Aussilloux, A Baghdadli - Actualisation

Plus en détail

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A

c[jjedi#bw [d fbwy[ fekh gk[ Y^WYkd LOI jhekl[ iw fbwy[ HANDICAP Contact > Le guide de la loi www.handicap.gouv.fr vril 2006 A > Le guide de la loi > Sommaire La loi du 11 février 2005 - les grandes avancées 3 Le droit à compensation - le financement du projet de vie 4 La scolarité - l insertion en milieu ordinaire 6 L emploi

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI

TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI Novembre 2010 TRAVAILLEURS HANDICAPES OBTENIR OU CONSERVER UN EMPLOI www.mdph77.fr Maison Départementale des Personnes Handicapées de Seine et Marne 16, rue de l Aluminium 77 543 SAVIGNY LE TEMPLE Cedex

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés 2012 Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos La scolarisation des élèves handicapés constitue une priorité nationale. Dans ce domaine, des progrès considérables ont

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans)

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Enfants/Jeunes (0-20 ans) Tampon dateur de la Formulaire de demande(s) auprès de la Enfants/Jeunes (0-20 ans) Vous formulez une demande auprès de la pour votre enfant Nom de naissance : I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I I

Plus en détail

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS

D 4. Handicap COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS D 4 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Les spécificités urbanistiques du territoire vélizien soulignent l enjeu de l accessibilité de la ville aux personnes à mobilité

Plus en détail

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés

Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents handicapés Avant-propos Une nouvelle loi, de nouveaux principes La loi du 11 février 2005 relative à l égalité des droits et des chances, la participation

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés

FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés FICHE PRATIQUE Les obligations liées à l emploi de travailleurs handicapés I. QUELLES OBLIGATIONS? UNE OBLIGATION A PARTIR DE 20 SALARIES Tous les employeurs occupant au moins 20 salariés (l effectif s

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

La reconnaissance du handicap

La reconnaissance du handicap Information La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Le logement social à Suresnes

Le logement social à Suresnes Logement La ville de Suresnes a signé le 7 novembre 2001 la «Charte Ville- Handicap» avec les associations de la Plate-forme Inter Associative des Personnes Handicapées des Hauts-de-Seine. Par cet engagement,

Plus en détail

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap

Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap Fiche technique n 96 créée en avril 2013 Les aides pour l adaptation du véhicule au handicap La conduite d un véhicule n est pas incompatible avec le handicap. Cependant, des aménagements sont parfois

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap. Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014

VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap. Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014 VIE QUOTIDIENNE et DROITS SOCIAUX DES JEUNES ADULTES en situation de handicap Sophie MENU - Assistante sociale Réseau VADLR Juin 2014 PLAN L accès à la majorité, le changement de statut - 18 ans la majorité

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

Une exposition : «Les services à la personne»

Une exposition : «Les services à la personne» Une exposition : «Les services à la personne» Pour tous vos forums, salons, espaces d'accueil de public, une exposition itinérante en 4 panneaux (100 x 40 cm) disponible gratuitement. Un aperçu des activités,

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Du S.S.I.A.D de Chartres

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Du S.S.I.A.D de Chartres RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Du S.S.I.A.D de Chartres Décret N 2003-1095 du 14 novembre 2003 Circulaire DGAS/2 C n 2005-111 du 28 février 2005 1. PRINCIPES D ORGANISATION Les missions du S.S.I.A.D Les S.S.I.A.D.

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres

LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain. Géré par le Home des Flandres HOME DES FLANDRES 355, Boulevard Gambetta 59200 TOURCOING 03.20.24.75.78 Fax : 03.20.11.02.49 LIVRET D ACCUEIL De la maison d enfants Brun Pain Géré par le Home des Flandres 337 bis rue du Brun Pain 59200

Plus en détail

Le Foyer d Hébergement

Le Foyer d Hébergement Le Foyer d Hébergement Résidences Strada et Vittoz du Complexe de Braconnac - Les Ormes Complexe de Braconnac - Les Ormes Jonquières - 81440 LAUTREC - Tél. 05 63 82 10 70 - Fax. 05 63 82 10 79 - e.mail

Plus en détail

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH

Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH Tampon dateur de la MDPH Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH N 13788*01 A - Identification de l enfant ou de l adulte concerné par la demande Nom de naissance : Nom d épouse ou nom d usage : Prénom(s)

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Les Cahiers du DESS MRH

Les Cahiers du DESS MRH DESS Management des Ressources Humaines http://www.dessmrh.org ➎ Les Cahiers du DESS MRH Les travailleurs handicapés dans L entreprise 6 - L accompagnement du travailleur handicapé http://www.e-rh.org

Plus en détail

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3)

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3) II.3 - AIDES TECHNIQUES () SITES DE VIE AUTONOME (SIVA) Les sites de vie autonome sont des lieux uniques d accueil et de traitement des demandes de personnes handicapées portant sur les aides techniques

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Cadre réservé au service

Cadre réservé au service Cadre réservé au service Numéro de dossier : N 14069*02 Le demandeur Monsieur Madame : : Date de naissance : Nationalité : Française Union européenne Hors Union européenne Situation familiale : Célibataire

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

UIDE ESSENTIEL. Pour tout savoir sur. le handicap. Pour nous, l essentiel c est vous

UIDE ESSENTIEL. Pour tout savoir sur. le handicap. Pour nous, l essentiel c est vous LE UIDE ESSENTIEL Pour tout savoir sur le handicap P R O T É G E R S A S A N T É Avant-propos Vivre avec une déficience, survenue brutalement ou pas, ne s apparente pas au cours d un long fleuve tranquille.

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Formulaire de demande(s)

Formulaire de demande(s) Formulaire de demande(s) auprès de la MDPH A - Identification de l enfant (1) ou de l adulte (1) concerné par la demande (1) rayer la mention inutile Nom de naissance : Nom d épouse ou nom d usage : Prénom(s)

Plus en détail

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées

Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Date de la demande : ae ae azze Inscription en établissements et services pour personnes adultes handicapées Accueil de jour Foyer de vie Foyer d accueil médicalisé Maison d accueil spécialisée Unité pour

Plus en détail

Prénom : Date de naissance : Commune de résidence : M.D.A. Maison Départementale de l'autonomie DOSSIER DE DEMANDES POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

Prénom : Date de naissance : Commune de résidence : M.D.A. Maison Départementale de l'autonomie DOSSIER DE DEMANDES POUR LES PERSONNES HANDICAPEES Identification du demandeur Nom : Prénom : Date de naissance : Commune de résidence : M.D.A. Maison Départementale de l'autonomie Dossier à retourner au : Service autonomie de la Maison du Conseil général

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels)

- Evaluation de la situation sur dossier ou à domicile (vous pouvez être amené à rencontrer différents professionnels) Maison Départementale des Personnes Handicapées du Haut-Rhin CG 68 - Direction de la Communication - Dessins réalisés par des usagers des établissements pour personnes handicapées du Haut-Rhin Qu est-ce

Plus en détail

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction L adaptation du LOGEMENT aux personnes handicapées Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils Les aménagements

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

Liaison Bac Pro ASSP - BTS

Liaison Bac Pro ASSP - BTS Brigitte Rougier IEN SBSSA Sandrine Martinez PLP STMS Sarah Zemmouri PLP STMS L élaboration du plan de formation en Baccalauréat professionnel Liaison Bac Pro ASSP - BTS Baccalauréat professionnel «Accompagnement,

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI

L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI L ACCESSIBILITÉ DU CADRE BÂTI Les ERP «ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC» Le nouveau dispositif réglementaire Première partie CONTEXTE ET POLITIQUES PUBLIQUES Le contexte Le point de départ L accessibilité

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

1. Procédure d admission

1. Procédure d admission Direction générale de l action sociale SD2/SD3 Document de travail MESURE 18 : HEBERGEMENT DES MALADES JEUNES ADMISSION D UNE PERSONNE AGEE DE MOINS DE 60 ANS DANS UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales.

Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. Classifier le handicap épileptique avec ou sans autres déficiences associées. Réponses médico-sociales. 1 Les outils de mesure existants et description du handicap épileptique Il ne s agit pas ici de mesurer

Plus en détail

Des ressources internes pour agir

Des ressources internes pour agir CHAPITRE F Des ressources internes pour agir > L agent chargé de la mise en œuvre des règles d hygiène et de sécurité... 112 > L assistant de service social/l assistant social... 113 > Le chef de service...

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative

Règlement d aide sociale facultative. C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS. 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Règlement d aide sociale facultative C.C.A.S. de DIVONNE LES BAINS 1 Opportunités d un règlement d aide sociale facultative Le présent règlement d aide sociale facultative précise les règles selon lesquelles

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique»

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique» DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle activité vient de voir le jour «Le BTP Gériatrique» Adapt 06 est une société de travaux tout corps d état, spécialisée dans l adaptation des logements pour les personnes

Plus en détail

II. GARANTIR À LA PERSONNE HANDICAPÉE UNE COMPENSATION INTÉGRALE AFIN DE LUI PERMETTRE DE RÉALISER PLEINEMENT SES CHOIX DE VIE

II. GARANTIR À LA PERSONNE HANDICAPÉE UNE COMPENSATION INTÉGRALE AFIN DE LUI PERMETTRE DE RÉALISER PLEINEMENT SES CHOIX DE VIE - 48 - II. GARANTIR À LA PERSONNE HANDICAPÉE UNE COMPENSATION INTÉGRALE AFIN DE LUI PERMETTRE DE RÉALISER PLEINEMENT SES CHOIX DE VIE Tout en reconnaissant les acquis de la loi d orientation du 30 juin

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Action Sociale I janvier 2013 I Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Plan d actions personnalisé Aides d urgence : ARDH et ASIR Logement et cadre de vie Secours exceptionnels Le

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Secrétariat du Grand Conseil P 1798-B Date de dépôt : 11 janvier 2013 Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil sur la pétition pour rendre accessibles les écoles aux personnes à mobilité réduite Mesdames

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON Pourquoi une structure innovante pour jeunes adultes autistes dits «évolués»? L association Sésame-Autisme Rhône-Alpes souhaite offrir aux

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

Synthèse. Emploi et chômage des personnes handicapées. Nadia Amrous. Numéro 01 Novembre 2012

Synthèse. Emploi et chômage des personnes handicapées. Nadia Amrous. Numéro 01 Novembre 2012 Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 01 Novembre 2012 Emploi et chômage des personnes handicapées Nadia Amrous Meriam Barhoumi Numéro 01 - novembre 2012

Plus en détail

auremar - Fotolia.com

auremar - Fotolia.com auremar - Fotolia.com Bien vivre chez soi Différents dispositifs permettent aux seniors giffois de rester chez eux avec des repas à domicile, des aides ponctuelles comme le ménage, le repassage, les courses

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap

LIVRET D ACCUEIL. Solidarité Doubs Handicap LIVRET D ACCUEIL POLE MEDICO-SOCIAL Services Accueil de Vie Services Habitat et Social Animation Socio-Culturelle POLE TRAVAIL PROTEGE Edition du 30 juin 2014 Solidarité Doubs Handicap SOLIDARITE DOUBS

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010

Réunion C.T.B. CNRS. Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Réunion C.T.B. CNRS «Les 10èmes rencontres» Accessibilité et Handicaps : où en sommes-nous? Novembre 2010 Des chiffres clé sur l emploi dans le milieu ordinaire du travail Dans le secteur privé assujetti

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.

NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite. NEGRIER & Fils S.A.R.L 12120 SALMIECH Tél : 05.65.46.74.51 Fax : 05.65.46.78.83 negrier-electricite@wanadoo.fr www.negrier-accessibilite.fr Qui est concerné? «Toutes les personnes ayant des difficultés

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

La réglementation «accessibilité» en vigueur

La réglementation «accessibilité» en vigueur La réglementation «accessibilité» en vigueur Eric Heyrman Chargé de mission auprès de la déléguée ministérielle à l'accessibilité Ministère de l Écologie, du développement Durable, des Transports et du

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes QUESTIONNAIRE D ENQUETE SUR LES BESOINS RELATIFS A L ACCUEIL DES ENFANTS DEFICIENTS INTELLECTUELS Ce

Plus en détail

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES LE DIETETICIEN AU SEIN DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Sommaire : Les missions page 2 Les secteurs d interventions page 2 Les contacts privilégiés page 3 Les cibles : A La restauration collective 1. Objectifs

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

CARCEPT ACTION SOCIALE 05/2011

CARCEPT ACTION SOCIALE 05/2011 05/2011 : POUR LES PARTICIPANTS ACTIFS ET RETRAITÉS Cette présentation de l concerne les cotisants de la 2 SOMMAIRE Première partie : Les participants actifs. Deuxième partie : Les participants retraités.

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail