Comment préserver la biodiversité dans un objectif de développement durable?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment préserver la biodiversité dans un objectif de développement durable?"

Transcription

1 Comment préserver la biodiversité dans un objectif de développement durable? Bassin de rétention abritant une station de Stratiote faux-aloès Stratiotes aloides, espèce protégée en Haute- Normandie (photos prises en Seine-Maritime) (Clichés Baptiste Regnery). Baptiste Regnery Prix Etudiant-EpE Metro 2010

2 Remerciements Je souhaite remercier Nathalie FRASCARIA-LACOSTE pour ses relectures et son soutien dans la réalisation de ce mémoire. Je remercie également Pauline BLUGEON, Matthieu DUBOSC, Gaëlle REGNERY, Charlotte RIZZO et Matthieu LORTHIOIS pour leurs précieux conseils.

3 Formulaire de remise de dossier au Prix Etudiant EpE-Metro 2010 Merci de nous indiquer : Votre nom : Regnery Votre prénom : Baptiste Votre âge au 31/12/2010 : 24 ans La formation que vous suivez en 2009 / 2010 et le(s) établissement(s) correspondant(s) : Master II Écologie, Biodiversité, Évolution parcours Ingénierie écologique et gestion des écosystèmes (École normale supérieure, Université Paris 11, Université Paris 6, AgroParisTech, Muséum national d histoire naturelle) Votre cursus antérieur (au-delà du baccalauréat) : Master I de Biologie parcours Écologie, évolution, génétique (École normale supérieure) Licence Sciences de la Vie, de la Terre et de l Environnement parcours Écologie et biologie des organismes (Université de Rouen) BTS Gestion et protection de la nature parcours Gestion des espaces naturels Un résumé synthétique de votre rapport (20 lignes maximum) : La biodiversité est notre capital naturel. Par les biens et services qu elle fournit à l Homme (services d auto-entretien, de prélèvement, de régulation et services culturels), la biodiversité est en interaction quotidienne avec nos sociétés. Pourtant, notre développement repose sur son érosion : nous créons des richesses au détriment de la diversité biologique, et non avec. Il est donc urgent de changer nos comportements par des solutions qui vont au-delà de la simple atténuation des impacts. Des solutions existent pour inventer un nouveau mode de développement plus écologique, plus économique et plus social. L ingénierie écologique permet de créer de nouveaux écosystèmes durables et réhabiliter des fonctions écologiques en valorisant la biodiversité. Les entreprises et les collectivités peuvent innover dans des systèmes de production et des aménagements qui préservent les processus écologiques sur le long terme. L éducation à la biodiversité, notamment dans les écoles, peut promouvoir des comportements écologiques stables. Notre fiscalité peut internaliser les enjeux de biodiversité en basculant les régulations du travail et de l entreprise vers les consommations de nature. Les avantages à préserver le tissu vivant sont multiples : maintien des besoins vitaux, régulation du climat, amélioration de la qualité de vie, etc. Pour cela, il faut mobiliser l ensemble des connaissances et des acteurs pour construire une gestion collective et durable. Les quatre mots clés qui ressortent de votre réflexion : 1 biodiversité 2 ingénierie écologique 3 service écologique 4 développement durable Le nombre de signes (espaces compris) de votre rapport, qui ne doit pas excéder : Les coordonnées où vous joindre (réponse à votre convenance) : Tel : Mail : Adresse : 2 rue Campo Formio, PARIS Comment avez-vous pris connaissance de ce concours : Affichage à l AgroParisTech

4 Table des matières INTRODUCTION... 1 I. LES ENJEUX AUTOUR DE LA PRESERVATION DE LA BIODIVERSITE... 2 I.1. LA BIODIVERSITE, UN DECOR DYNAMIQUE ET FONCTIONNEL... 2 I.2. LES SERVICES RENDUS PAR LA BIODIVERSITE... 3 I.3. LES MENACES PESANT SUR LA BIODIVERSITE... 4 II. DES MOYENS NOUVEAUX POUR PRESERVER LA BIODIVERSITE... 5 II.1. POUR LES HOMMES ET LA NATURE : L INGENIERIE ECOLOGIQUE... 5 II.2. LA NECESSITE DE NOUVELLES COMPETENCES... 6 II.3. COMMENT PROMOUVOIR DES COMPORTEMENTS ECOLOGIQUES?... 8 II.4. VERS UNE ECONOMIE DES ECOSYSTEMES III. QUELQUES RECOMMANDATIONS POUR LES ENTREPRISES, LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LES CONSOMMATEURS III.1. ACTIVITE INDUSTRIELLE ET PRESERVATION DE LA BIODIVERSITE : C EST POSSIBLE! III.1.A. S INSPIRER DES SYSTEMES VIVANTS III.1.B. REMISE EN ETAT ECOLOGIQUE: QUEL ETAT? III.1.C. FAIRE DE LA BIODIVERSITE UNE IMAGE DE MARQUE III.2. DES COLLECTIVITES AU SERVICE DE LA BIODIVERSITE III.2.A. VERS UNE GESTION COLLECTIVE III.2.B. TRAME VERTE ET BLEUE : QUELQUES PRECONISATIONS III.2.C. INVENTER LA VILLE DE DEMAIN III.3. CONSOMM ACTION RIME AVEC PRESERVATION CONCLUSION Références bibliographiques Glossaire

5 INTRODUCTION 2010 est l année internationale de la biodiversité, l année du vivant. Un geste fort qui marque une évolution considérable des prises de conscience quand nous savons qu il y a 20 ans, avant la Convention sur la diversité biologique, la biodiversité était à peine évoquée en France et dans le monde. Aujourd hui, la sauvegarde de la biodiversité est devenue une priorité tant au niveau mondial (Convention sur la diversité biologique en 1992, Sommet mondial pour le développement durable en 2002) qu au niveau communautaire et national. En 2001, l Union européenne s était fixé l objectif «d enrayer la diminution de la biodiversité dans l Union européenne à l horizon 2010». En dépit des efforts consentis jusqu'ici, l érosion de la faune, de la flore et des habitats naturels maintient le rythme d une sixième crise d extinction, emportant avec elle l ensemble des biens et services qui sous-tendent notre prospérité économique, notre bien-être et notre qualité de vie. L Union européenne a d ores et déjà déclaré le 19 janvier 2010 à Bruxelles qu elle n'atteindra pas son objectif de stopper la perte de biodiversité d ici la fin de l année. Cependant, les efforts n ont aucune raison de s amoindrir car les enjeux sont importants et l envie de changement est en pleine effervescence. Les administrations publiques et les entreprises montrent de plus en plus d intérêt pour la biodiversité et des actions concrètes commencent à voir le jour. Les entreprises s engagent entre autres à restaurer des écosystèmes, à compenser leurs impacts, à financer des actions de protection et de gestion des espaces naturels ou encore à participer aux débats nationaux. Enfin, les consommateurs aussi veulent promouvoir un développement durable qui tienne compte de la biodiversité. Témoins et acteurs de la dégradation du tissu vivant, nous pouvons tous changer nos comportements. La situation actuelle n est ni inéluctable, ni irréversible. Nous pouvons changer de paradigme : passer d une logique seulement fondée sur le traitement des impacts à une logique de réduction des besoins de traitement par une meilleure utilisation des processus naturels. Dans cette approche, la nature ne serait plus considérée comme une contrainte exogène mais comme l alliée incontournable de notre développement. Il ne s agirait plus seulement de produire en altérant les systèmes vivants d une part, et compenser les impacts d autre part, mais plutôt d instaurer des modes de gestion durables qui s appuient d abord sur les processus écologiques. Ce mémoire tente de montrer, à la lumière des dernières connaissances scientifiques, comment nous pouvons construire un développement durable qui préserve le vivant et recèle d opportunités économiques et sociales. 1

6 I- Les enjeux autour de la préservation de la biodiversité I.1. La biodiversité, un décor dynamique et fonctionnel Le mot «biodiversité» est un néologisme composé à partir des mots «biologie» et «diversité». Pris au sens le plus simple, ce terme désigne la diversité des organismes vivants. Plus précisément, depuis la Convention sur la diversité biologique du 5 juin 1992, la biodiversité comprend la diversité au sein des espèces, entre espèces et entre les écosystèmes. De fait, préserver la biodiversité implique nécessairement de préserver ces trois composantes de la diversité biologique - génétiques, spécifiques, écosystémiques. Cependant, la biodiversité n est pas seulement une somme de gènes, d espèces ou d écosystèmes. Elle est aussi un ensemble d interactions. Dans les écosystèmes, les espèces vivent en interactions avec leur milieu de vie, physique et vivant, et ces interactions génèrent souvent des effets fonctionnels multipliés. Les interactions symbiotiques entre les champignons et les plantes améliorent la croissance végétale. Une grande biodiversité tend à augmenter la productivité des plantes (Hector et al. 1999), augmente la rétention des nutriments dans les écosystèmes (Loreau et al. 2002), accroît la résistance aux espèces envahissantes (Kennedy et al. 2002) et génère encore bien d autres fonctionnements. La biodiversité est plus que la somme des parties, ce qui la rend dynamique - elle change au cours du temps - et fonctionnelle. C est pourquoi pour préserver des espèces, il est indispensable de préserver non pas seulement les espèces d intérêt mais l ensemble du réseau d interactions dans lequel elles s inscrivent. Nous accordons souvent beaucoup d attention à la nature décorative alors que le maintien des interactions et des fonctions est en vérité seul garant d une préservation de la biodiversité à long terme. Nos sociétés humaines, même les plus développées, sont elles aussi en interactions quotidiennes avec la biodiversité (Chevassus et al. 2009). La biodiversité est partout, de l industrie chimique à nos tenues vestimentaires, de l alimentation à la médecine, des intérieurs de nos habitations à nos moyens de transports, en passant par les loisirs. L Azuré des mouillères (Maculinea alcon alcon) Le cycle de développement de l Azuré des mouillères est associé à une plante, la Gentiane pneumonanthe et une fourmi rouge, Myrmica ruginodis ou Myrmica scabrinodis. L été, les femelles pondent sur diverses parties des gentianes. A l éclosion, les chenilles pénètrent dans la corolle puis dans les ovaires fécondés après avoir consommé les étamines. Après trois semaines, elles ressortent des fleurs et tombent au sol où elles sont prises en charge par des ouvrières de fourmi rouge qui les emportent dans leur fourmilière. Les chenilles sont alimentées par régurgitation par les fourmis et restent dans la fourmilière du mois d août au mois de juillet de l année suivante. Les papillons prennent leur envol en sortant de la surface de la fourmilière. Ainsi pour protéger l Azuré des mouillères, il faut aussi protéger la Gentiane pneumonanthe et les fourmis! Cliché DIREN Bretagne 2

7 I.2. Les services rendus par la biodiversité Les interactions entre espèces génèrent des fonctions multiples : régulation de la composition chimique de l air, de la température, stockage et rétention d eau, production de nourriture, etc. Les services que nos sociétés humaines retirent de ces fonctions naturelles sont des «services écologiques» (Millenium Ecosystem Assessment 2005). Nous distinguons quatre types de services écologiques : les services d auto-entretien, qui conditionnent le bon fonctionnement des écosystèmes (recyclage des nutriments, production primaire) ; les services de prélèvement, qui conduisent à des biens appropriables (aliments, matériaux et fibres, eau douce, bioénergies) ; les services de régulation, c'est-à-dire la capacité à moduler dans un sens favorable à l homme des phénomènes comme le climat, l ampleur des maladies ou différents aspects du cycle de l eau (crues, étiages, qualité physico-chimique) ; les services culturels, à savoir l utilisation des écosystèmes à des fins récréatives, esthétiques et spirituelles. Ces services constituent le socle de notre économie et contribuent à la sécurité, à la résilience, aux relations sociales, à la santé et à la liberté de choix et d action de nos sociétés. Nombre d études voient actuellement le jour sur la valeur économique de ces services. Une récente étude publiée dans la revue Ecological Economics (Gallai et al. 2009) a permis d établir la valeur des services des pollinisateurs à 150 milliards d euros. Au-delà des pollinisateurs domestiques tels que l abeille domestique Apis mellifera, les pollinisateurs sauvages (abeilles sauvages, papillons diurnes et nocturnes, guêpes mais également certains oiseaux et chauves-souris) jouent un rôle crucial pour cette production agricole (Klein et al ; Balmford et al. 2008) ainsi que pour la flore sauvage, qui assure bien d autres services écologiques. La perte de biodiversité a donc un coût économique : si rien n est fait, la dégradation des services écologiques pourrait représenter milliards d euros par an en 2050, soit 7 % du Produit intérieur brut (PIB) mondial (étude COPI 2008). Cliché Baptiste Regnery Figure 1. Nos terres humides nous rendent des services écologiques évalués à plus de dollars par hectare et par an. 3

8 La biodiversité conditionne ces services, elle est notre capital naturel, «l assurance-vie de la vie elle-même» (McNeil et Shei, 2002). Comme l eau ou l atmosphère, la biodiversité est une ressource renouvelable. L uniformisation du vivant, l artificialisation et la simplification des processus écologiques sont voués à l échec tant ils s externalisent de la biodiversité qui les a vus naître. Des solutions existent, d autres sont à inventer. Pour préserver la biodiversité et notre avenir, nous devons clairement rechercher des écosystèmes vivants, donc diversifiés (Houdet 2008). Une évaluation monétaire du capital naturel Depuis des décennies, la ville de New York doit son eau potable à la qualité des bassins versants de Croton et Catskill/Delaware qui alimentent 90% des besoins en eau de la ville. La qualité de cette eau non filtrée était jadis parmi les meilleures des Etats-Unis, avant de diminuer sérieusement suite au développement de l agriculture dans les années 80. La ville dû faire un choix pour se mettre aux normes : installer des équipements de filtrations des eaux ou concevoir un plan de protection de ses bassins versants. L installation de nouveaux équipements était estimée à 6-10 milliards de dollars auxquels il fallait ajouter 300 millions de dollars par an (Aronson et al. 2007). La ville estima que pour 1 milliard de dollars seulement, elle pouvait mettre en place un plan de protection des eaux de ses bassins versants. Aujourd hui, la qualité des eaux s est nettement améliorée et New York a montré qu il était possible de préserver notre capital naturel à moindres frais. Pour en savoir plus : nyc.gov. I.3. Les menaces pesant sur la biodiversité La diversité biologique et les services qu elle rend s appauvrissent en France comme dans le monde. Les causes principales de son érosion sont (Stratégie nationale pour la biodiversité 2010): la fragmentation, la dégradation et la destruction des écosystèmes ; l exploitation excessive des ressources biologiques ; la pollution de l eau, de l air et des sols ; la propagation d espèces envahissantes ; le changement climatique de la planète. Ces cinq grandes causes d érosion de la biodiversité agissent en synergie ce qui augmente encore le rythme de cet effondrement. Par exemple, la dégradation des écosystèmes favorise l exploitation excessive des ressources biologiques ainsi que les invasions biologiques (Kennedy et al. 2002). Les pollutions rendent les espèces plus vulnérables aux perturbations et aux changements environnementaux tels que le changement climatique. En 2009, sont menacés d extinction un oiseau sur huit, un mammifère sur quatre, deux amphibiens sur cinq (Vié J-C et al. 2009). 4

9 II- Des moyens nouveaux pour préserver la biodiversité II.1. Pour les hommes et la nature : l ingénierie écologique L émergence récente des menaces de notre développement sur la biodiversité, et par ricochet sur notre propre bien-être, a fait émerger une nouvelle question : comment concilier le développement agricole, industriel, urbain et touristique avec une gestion durable de la qualité environnementale et de la biodiversité? Cette interrogation a suscité la création d une nouvelle approche issue de l écologie scientifique et ouverte sur les questions économiques, sociales et politiques : il s agit de l ingénierie écologique. L ingénierie écologique désigne «la gestion de milieux et la conception d aménagements durables, adaptatifs, multifonctionnels, basés sur les mécanismes qui gouvernent les systèmes écologiques» (Gaié 2010). Elle vise à proposer des solutions écologiques aux problèmes techniques liés aux activités humaines. Les objectifs de l ingénierie écologique sont : - la réhabilitation d écosystèmes dégradés, la restauration de communautés fonctionnelles, la réintroduction d espèces Les mesures de réhabilitation et de restauration écologique sont devenues une obligation réglementaire pour tous les grands projets d aménagements (création de nouvelles voies de transports, ouverture de sites industriels, etc.). Les mesures compensatoires de l extension du port autonome du Havre (Port 2000) ont permis de reconstituer des surfaces intertidales et des habitats fonctionnels pour les oiseaux (Aulert et al. 2009). Près de Shangaï (Chine), un projet d ingénierie écologique a permis de restaurer la dynamique et l écologie des systèmes fluviaux endommagés par la création d un aéroport, à un coût dix fois moins élevé que des travaux de génie civil (Li et al. 2006). - la création de nouveaux écosystèmes durables qui ont une valeur pour l Homme et pour la biosphère Grâce aux avancées récentes dans le domaine de l écologie des écosystèmes modifiés, il devient possible de créer de nouveaux écosystèmes durables. Les réaménagements de carrières peuvent créer de nouveaux habitats, très riches en biodiversité, avec un nouvel usage pour les sociétés (cf. encadré ci-dessous). Les recherches à l interface de l écologie et de l agronomie identifient des leviers d action permettant de manipuler l habitat pour le rendre moins favorable aux pullulations des bioagresseurs (organisation spatiale des parcelles agricoles, maintien des connectivités entre habitats, choix des rotations de cultures, sélection des variétés cultivées, etc.). Des recherches menées en France, Angleterre, Espagne et Italie montrent que la production agroforestière peut augmenter de manière significative les rendements avec des effets bénéfiques pour la biodiversité (Dupraz et al. 2005). - la mise au point d outils biologiques pour résoudre des problèmes de pollution, rétablir ou maximiser un service écosystémique La préservation de la biodiversité passe nécessairement par une évaluation fine des impacts des perturbations sur le vivant. Il existe plusieurs indicateurs d état et de suivi tels que le Suivi temporel d oiseaux communs ou les tests d inhibition sur des organismes vivant (Daphnies, plantes supérieures) qui permettent d évaluer la toxicité de l eau pour la biodiversité (Laffont-Scwob et al. 2009). Cependant, ces indicateurs sont encore peu développés et surtout peu utilisés en comparaison des mesures physico-chimiques, qui n évaluent pas l impact sur le vivant. La biodiversité peut aussi être utilisée pour résoudre des 5

10 problèmes de pollution (e.g. dépollution des sols, purification de l air par les plantes). Une meilleure connaissance des espèces et de leurs interactions pourrait permettre d optimiser des fonctions et des services écologiques. L ingénierie écologique est une main tendue vers le développement durable des écosystèmes et une réconciliation avec la nature. Elle peut permettre à nos sociétés de quitter le rapport de force instauré avec la biodiversité pour apprendre à "faire équipe avec la vie" (Barbault 2006), "produire avec" et non "produire contre la nature". La spécialisation de nos systèmes de production n est pas une fatalité, il nous faut sortir de cette opposition entre espaces de production et espaces de protection. La biodiversité recèle de potentialités, de ressources et de services sur lesquels il est possible de s appuyer sur le long terme. Les moyens et les méthodes sont à inventer mais les perspectives sont déjà grandes. Une ancienne carrière devenue site d intérêt national pour les oiseaux La réserve ornithologique de la Grande Noë, située dans le département de l Eure, est une ancienne carrière en eau dont l exploitation remonte aux années 60. La gestion du site fut confiée au Groupe ornithologique normand (GONm) en Depuis, le GONm entreprend des actions d ingénierie écologique associant la «non-intervention» à la «gestion». Des îlots boisés sont volontairement conservés, d autres sont défrichés, des boisements sénescents sont préservés, d autres sont entretenus (débroussaillages, tailles), les berges abruptes alternent avec les berges aménagées en pente douce... Le GONm assure également la gestion des mares, l entretien des radeaux artificiels, etc. Aujourd hui, la réserve de la Grande Noë abrite la seule colonie normande de mouette mélanocéphale, la deuxième plus grande colonie française de grand cormoran (sousespèce continentale Phalacrocorax carbo sinensis) et certaines années, la Grande Noë arrive au deuxième rang français dans l accueil des fuligules milouins en hiver, juste derrière la Camargue. Ouverte au public, la Réserve est aussi devenue un site d intérêt scientifique par la mise en place de programmes de baguages des oiseaux (ci-contre une bécassine des marais capturée en 2009). Cliché Matthieu Lorthiois II.2. La nécessité de nouvelles compétences Pour préserver la biodiversité, nous avons besoin d experts capables d intervenir dans des domaines aussi variés que l ingénierie écologique, la conservation de la biodiversité, la lutte biologique, le développement d une agriculture plus respectueuse de l environnement, le fonctionnement des écosystèmes, etc. Ces experts sont en mesure d évaluer l état de la biodiversité à partir d inventaires floristiques, faunistiques et d indicateurs biologiques, de diagnostiquer les menaces qui pèsent sur la biodiversité, et de proposer des stratégies de gestion pour y remédier. Ils font remonter les informations collectées sur le terrain et conseillent les décideurs qui doivent en tenir compte dans leurs stratégies de développement. Les entreprises et les collectivités locales pourraient accueillir ces compétences en créant des services «biodiversité», tant ces questions sont devenues une préoccupation d intérêt général. Les experts (techniciens de l environnement, ingénieurs écologues, scientifiques) auraient un rôle essentiel pour : 6

11 Anticiper les impacts Sur le terrain, la prise en compte des enjeux est souvent réactive à l apparition de contraintes nouvelles. Les aménageurs sont informés dans l urgence de la présence de certaines espèces rares sur leur site d exploitation, alors que les Plans Locaux d Urbanisme (PLU) sont déjà validés et que les travaux d aménagements sont en cours... De même, l amenuisement des ressources biologiques et des services écologiques n est pas toujours évalué à l avance. Economiser les coûts En plus des impacts sur la biodiversité, l arrivée tardive des informations engendre des surcoûts financiers pour la maîtrise d ouvrage. La suspension des activités, la révision des phasages d exploitation ou encore la mise en place de mesures compensatoires fait perdre du temps et de l argent aux acteurs économiques qui n avaient pas suffisamment intégré ces enjeux. Ajuster les mesures de gestion Il n existe pas une solution unique pour préserver la diversité biologique mais plutôt des solutions qui dépendent du contexte. Par exemple, une forte pression de pâturage a souvent un effet positif sur la diversité végétale dans un écosystème productif, et négatif dans un écosystème peu productif (e.g. pelouse sèche). La gestion de la biodiversité appelle une démarche «adaptative» où les choix de gestion doivent tenir compte des exigences du milieu de vie, de sa dynamique et de son fonctionnement. Un suivi sur plusieurs années, voire plusieurs décennies, doit permettre de confirmer le succès des mises en œuvre. Améliorer les connaissances Il existe actuellement une série de données sur la biodiversité, en France comme en Europe. Ces données sont informatives (e.g. atlas floristiques et faunistiques, Zones naturelles d intérêt écologique, floristique et faunistique [ZNIEFF]) ou peuvent avoir un statut réglementaire (e.g. Réserves naturelles, Arrêté de protection de biotope, sites Natura 2000). Actuellement, ces informations sont insuffisantes, en particulier dans un contexte de changements globaux où les répartitions des espèces changent. Ces dernières années, des espèces plutôt méditerranéennes ont montré une spectaculaire extension vers le nord comme le héron gardeboeufs, qui niche désormais en Picardie, ou le guêpier d'europe (ci-contre) qui a rejoint la frontière belge. Les outils de connaissance des milieux et des espèces nécessitent des mises à jour régulières. En intégrant pleinement les enjeux de biodiversité, les entreprises et les collectivités pourraient apporter une contribution importante aux efforts d inventaires nationaux et à l amélioration des connaissances sur la biodiversité. Favoriser les collaborations Des services «biodiversité» faciliteraient l établissement de partenariats avec les professionnels de l environnement (e.g. associations de protection de la nature, parcs naturels régionaux) mais aussi tous les autres acteurs socio-économiques. Cliché oiseaux.net 7

12 La préservation de la biodiversité s est longtemps focalisée sur des milieux à faible pression anthropique et visait souvent à réduire encore cette pression (e.g. réserves, parcs nationaux). Depuis la Déclaration de Rio (1992), les pays du monde entier ont pris conscience que ces enjeux ne pouvaient plus être conduits isolément, à l écart des écosystèmes urbains et exploités. Afin d intégrer la biodiversité dans tous les secteurs d activités, les entreprises et les collectivités territoriales pourraient développer de nouvelles compétences internes par la création de services «biodiversité». La préservation de la faune et la flore, au même titre que la prévention contre les risques industriels et la gestion des ressources (eau, énergie, etc.), nécessite des compétences scientifiques et techniques approfondies. Les entreprises et les collectivités pourraient internaliser ces compétences dans l objectif de promouvoir un développement durable à tous les échelons. Cliché Baptiste Regnery Figure 2. La présence du bleuet Centaurea cyanus (premier plan) est souvent corrélée à celle d autres espèces rares II.3. Comment promouvoir des comportements écologiques? Si l éducation aux enjeux de biodiversité a pris une place importante dans les activités éducatives de loisir (découvertes de milieux naturels par les associations et les parcs naturels, expositions scientifiques innovantes, etc.), elle reste peu développée dans les écoles. Pourtant, elle est essentielle pour faire prendre conscience de la complexité des problèmes posés. Nous avons tous tendance à protéger ce que nous admirons. L admiration de la " L'émerveillement est le premier pas vers la connaissance et le respect des êtres vivants " Nicolas Hulot nature est toujours en éveil chez les enfants; elle pourrait être stimulée, cultivée et valorisée à l école. La biodiversité est présente partout y compris dans la cour de recréation, au pied des marronniers où peuvent pousser une dizaine d espèces végétales. En haut de l arbre, des oiseaux vont et viennent chercher leur nourriture. Les enfants le savent! Malgré cet intérêt dès le plus jeune âge, le temps scolaire consacré aux observations sur le terrain et à l étude de la nature est insignifiant. Les enseignants peuvent désormais utiliser les Agendas 21 d établissements scolaires pour sensibiliser au développement durable mais il 8

13 s agit de plans d actions non obligatoires, sans objectifs définis en matière de biodiversité. Pourquoi ne pas rendre obligatoires les sciences de la nature au même titre que les mathématiques, l anglais ou le sport dès l école primaire? Cela permettrait aux enfants et aux adolescents de mieux connaître leur environnement, à commencer par la «nature ordinaire», sans négliger l acquisition de concepts transversaux (concepts d espaces, de temps, notions de relations et d interactions, approches expérimentales). L école a aussi le rôle important de susciter la motivation intrinsèque. En psychologie, la motivation intrinsèque définit les comportements motivés par la satisfaction qu ils procurent directement, sans attendre de récompense ni chercher à éviter un quelconque sentiment de culpabilité. Des recherches ont montré que plus les comportements sont régulés de manière autonome, plus ils sont stables, effectués avec attention et qualité, et s accompagnent d un vécu positif (Ryan et Deci 2000). Un individu qui possède une motivation intrinsèque a de fortes chances de manifester et maintenir des comportements écologiques. Il y aurait trois conditions au développement de la motivation intrinsèque (Markland et al. 2005): le besoin de se sentir compétent pour agir (confiance dans ses capacités et possibilité d influer sur les résultats) ; le besoin de se sentir autonome dans ses actions ; le besoin de se sentir en lien avec les autres et d avoir des relations sociales satisfaisantes. Comment l école peut faire naître la motivation intrinsèque? En intégrant les sciences de la nature dans les programmes (ornithologie, botanique, pédologie, etc.) mais aussi en intégrant les enjeux de biodiversité dans d autres matières tels que le français ou les mathématiques. Certaines écoles québécoises ont intégré l environnement dans l enseignement des matières générales car le simple fait de devoir commenter un texte sur la biodiversité génère des idées, responsabilise l individu et l incite à agir (Pelletier 2004). Les projets tutorés permettent de faire prendre conscience des enjeux tout en laissant une large marge d autonomie aux élèves. Les élèves apprennent à travailler ensemble et à prendre des décisions éco-citoyennes sans perdre leur «sentiment de liberté» (Gondran 2004). L école peut éduquer, sensibiliser et initier des comportements autonomes qui préserveront le vivant pour toute la vie. Bien entendu, l éducation à la biodiversité ne peut être du seul ressort de l école. Pour voir émerger un comportement collectif, il ne faut oublier personne. La création de forum d acteurs sur internet favorise l échange d informations et d expériences entre les acteurs publics et privés. Le développement de campagnes d actions ou de suivis de la biodiversité avec les citoyens permet d enclencher une dynamique de valorisation des compétences et d échanges réciproques. En 2006, l association Noé Conservation et le Muséum national d histoire naturelle ont lancé «l observatoire des papillons des jardins». Depuis, tous les utilisateurs de jardins sont invités à observer les papillons, les identifier et transmettre leurs informations aux scientifiques du muséum. L observatoire a permis d établir un réseau de surveillance des espèces communes de papillons tout en sensibilisant par la participation et l autonomie d action. Une démarche doublement gagnante! Le Citron (Gonepteryx rhamni) Cliché Baptiste Regnery 9

14 II.4. Vers une économie des écosystèmes Héritée d un passé où la biodiversité était présente en abondance, notre économie s est construite au détriment du capital naturel. D ailleurs, la destruction de la biodiversité continue d'accroître notre PIB... Toutefois, la pression qui s exerce sur le prix des produits de base, et plus généralement, les coûts de plus en plus élevés portés par tous les acteurs économiques, rappellent la dépendance de l économie envers les ressources naturelles. Pour reprendre les termes de l économiste Pavan Sukhdev, «il n y a pas d économie sans environnement, mais il existe des environnements sans économie». Pour stopper l érosion de la biodiversité - et de l économie mondiale -, il faut instaurer des régulations fondées sur le capital naturel et investir massivement dans la recherche et l innovation de nouveaux moyens de production. Pour atteindre une gérance appropriée des ressources, il faut inventer un système dans lequel la création de richesses est issue du maintient ou de l amélioration du potentiel naturel (Weber et Barbault 2008). Cela consisterait à basculer les régulations du travail et de l entreprise (taxation du travail, du capital humain et du capital manufacturier) vers les consommations de nature (Weber et Barbault 2008). Les entreprises ne seraient plus taxées sur la base de leurs revenus ou de leur production, mais sur la base de leurs impacts sur la biodiversité: énergie par volume de production, consommation de polluants, impacts sur les indices de biodiversité, etc. En Suède, l instauration d une écotaxe en 1988, accompagnée d une baisse de l impôt sur le revenu des personnes physiques, a permis de diminuer significativement les émissions de dioxyde de souffre. Des aides incitatives, quotas, licences, etc., peuvent atténuer les impacts et protéger durablement les services rendus par les écosystèmes. Figure 3. Relation entre la richesse spécifique et l âge des arbres (Branquart et al. 2005). L exemple illustre des échelles de temps à deux vitesses : une échelle économique, qui nécessite une exploitation précoce de l arbre, et une échelle écologique. Ici, l exploitant doit être soutenu financièrement pour préserver la biodiversité. Des recherches sont indispensables pour encourager le développement de nouvelles technologies et de moyens de production plus sobres. Les dépenses publiques consacrées à la recherche ont considérablement chuté au cours des deux dernières décennies. Pourtant, les investissements dans le secteur de l environnement sont devenus une vraie nécessité. Il faut absolument développer des moyens de production qui puissent relever les nouveaux défis posés à nos sociétés. Aux Pays-Bas, une étude menée en verger expérimental a montré que la présence de mésanges charbonnières (Parus major) réduit l abondance de chenilles indésirables et augmente les rendements de pommes de 4,7 à 7,8 kg par arbre (Mols et Visser 2002). L utilisation de toits réfléchissants et le maintien d espaces verts a permis à la ville de Sacramento (Californie) de réduire ses coûts énergétiques de 26 millions de dollars par an et de réduire les concentrations lors des pics d ozone de 6,5 % (Foley et al. 2005). L ingénierie écologique est porteuse d espoir et source d économies financières! 10

15 Notre économie agit sur la biodiversité et la santé des écosystèmes qui en retour, agissent sur notre économie et notre bien-être. Une étude en cours, dirigée par l économiste Pavan Sukhdev, compare le coût mondial de l inaction avec le coût d actions efficaces pour stopper l érosion de la biodiversité. Les résultats paraîtront en octobre 2010 à l occasion de la réunion de la Conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique. Toutefois, les premiers chiffres révélés par la presse appellent dès maintenant à un nouveau modèle économique centré sur une production, une distribution et un échange de biens et services qui préservent le capital naturel. 11

16 III- Quelques recommandations pour les entreprises, les collectivités territoriales et les consommateurs III.1. Activité industrielle et préservation de la biodiversité : c est possible! III.1.A. S inspirer des systèmes vivants Dans leurs fonctionnements, les écosystèmes et les systèmes industriels montrent des analogies: en effet, les deux systèmes consomment de la matière et fournissent des produits et des services. Par contre, là où les écosystèmes sont capables d utiliser la matière morte comme ressource à la base des chaînes alimentaires, les systèmes industriels ont encore du mal à se débarrasser des déchets... En 2007, la dépense nationale de gestion des déchets représente 12,8 milliards d euros soit un tiers de la dépense nationale de protection de l environnement (Commission des comptes et de l économie de l environnement 2009). Ce coût de la gestion des déchets a triplé depuis La solution idéale serait de tendre vers le fonctionnement quasi cyclique des flux de matières et d énergie des écosystèmes... Et pourquoi pas? L écologie industrielle recherche les synergies organisationnelles entre les acteurs économiques pour recréer une gestion optimale des ressources. Si nous arrivons à instaurer une coopération entre les systèmes industriels, où les effluents des uns serviraient de matière première aux autres, il serait théoriquement possible de produire et recycler à l image des systèmes vivants (Erkman 2004 ; Schalchli et al. 2008). Plusieurs projets d application des principes de l écologie industrielle sont en cours aux Etats-Unis (e.g. Eco-Industrial park of Devens, Massachusetts), au Canada (e.g. Burnside industrial park as an ecosystem, Halifax) mais aussi en Asie, aux Pays-Bas, et bientôt en France. Au Danemark, la symbiose du parc éco-industriel de Kalundborg est un succès environnemental, économique et social, connu du monde entier (cf. encadré ci-après). Il est important de noter que la première motivation ayant poussé les décideurs industriels de Kalundborg à mettre en place une politique de gestion collective était avant tout économique. De plus, cette coopération s est faite spontanément, à l initiative des entreprises. Situation actuelle Ressources illimitées Rejets illimités Situation de transition Ressources limitées Rejets limités Situation souhaitable Figure 4. Bouclage des flux de matière et d énergie. D après Allenby Ressources renouvelables Jusqu à présent, l approche traditionnelle de réduction des impacts repose sur l opposition entre les systèmes industriels et les écosystèmes. Les déchets et les pollutions apparaissent 12

17 encore souvent comme une fatalité à régler à l interface entre deux entités antinomiques. Dans cette approche, l attention se focalise principalement sur les impacts industriels. Au contraire, l écologie industrielle considère l activité des industries comme un cas particulier d écosystème, une sous-composante de la biosphère (Schalchli et al. 2008). Dès lors, la solution ne repose plus seulement sur une gestion individuelle et sectorielle des rejets, plus coûteuse et plus étroite (e.g. quelle est la contribution du traitement de l eau en terme d émissions de gaz à effet de serre et de production de boues d épuration?), mais également sur une gestion collective. La symbiose du parc industriel de Kalundborg Dans le parc industriel municipal de Kalundborg (Danemark), plusieurs entreprises ont créé un réseau interdépendant où les rejets industriels des uns deviennent des intrants pour d autres. Par exemple, la raffinerie de pétrole Statoil ne rejette plus l eau dans la rivière, mais la transmet à la centrale électrique Asnaevaerket qui l utilise comme eau de refroidissement. Échange de bons procédés, la centrale fournit de la vapeur à la raffinerie ainsi qu à d autres entreprises et aux habitants, qui se chauffent avec. Asnaevaerket recycle également ses émanations de dioxyde de soufre et les transforme en gypse qui sera utilisé comme matériau de construction par un fabricant de placoplâtre. Plus récemment, une ferme piscicole est venue s installer, attirée par la fourniture d eau tiède Grâce à la coopération et le partage des ressources, les industriels de Kalundborg ont trouvé le moyen de réduire leur impact sur l environnement (diminution de la consommation annuelle de tonnes de gaz carbonique, de m 3 d eau, etc.) tout en augmentant leurs bénéfices. Les revenus annuels dégagés par les économies de ressources et la vente de déchets sont évalués à 10 millions de dollars par an avec un retour sur investissement inférieur à 5 ans. Pour en savoir plus: symbiosis.dk. III.1.B. Remise en état écologique: quel état? Les opérations de remise en état écologique visent à restituer des espaces de nature après perturbations, le plus souvent suite à une activité industrielle ou un projet d aménagement (mines, centres d enfouissements techniques, créations de réseaux ferrés, etc.). Ces aménagements sont souvent une obligation réglementaire, à l image des installations classées soumises à autorisation préfectorale. Cependant, les entreprises manifestent de plus en plus la volonté d aller au-delà des seules obligations réglementaires. Les carriers ont été parmi les premiers à afficher une politique de remise en état écologique ambitieuse. La prise en compte des questions de diversité biologique dès l ouverture des carrières permet de restituer des espaces parfois très riches en biodiversité (e.g. carrières de Sandrancourt, écopôle du Forez, Réserve ornithologique de la Grande Noë - cf. partie II.1). Néanmoins, si les aménagements écologiques s imposent aujourd hui comme une nécessité absolue, les objectifs écologiques à atteindre ne sont pas toujours clairement définis et les milieux aménagés manquent encore de suivis scientifiques (Aronson 2010). Tel qu il est utilisé couramment, en particulier dans le droit de l environnement, le terme «remettre en état» signifie, dans l écologie scientifique, réhabiliter, restaurer ou réaffecter des écosystèmes. Les objectifs sont différents selon ces remises en état (Aronson 2010). Réhabilitation et restauration font référence à un écosystème préexistant. La réhabilitation vise la récupération des processus écologiques tels que la productivité et les services écologiques. La restauration vise aussi à récupérer ces processus mais également à rétablir l intégrité biotique de l écosystème (composition spécifique et structure des communautés). Enfin, la réaffectation, vise à donner un nouvel usage au site (e.g. la transformation d un 13

18 espace agricole en une zone humide suite à l extraction de sables alluvionnaires). Ces opérations appellent le plus souvent aux techniques de l ingénierie écologie. Cliché Baptiste Regnery Figure 5. La restauration des fossés permet de retrouver des corridors écologiques favorables aux déplacements d espèces aquatiques. Remettre en état un écosystème soulève plusieurs questions : quel est l objectif écologique (réhabilitation, restauration ou réaffectation)? Quels sont les moyens à mettre en œuvre? Comment évaluer le succès des aménagements? Quelle est la durabilité de ces aménagements? Pour y répondre, il est important de bien définir les objectifs et les mesures dès la genèse du projet d implantation ou de production d une entreprise. De plus, la remise en état comporte toujours un degré d imprévisibilité car les écosystèmes ne sont pas statiques (cf. partie I.1). Par conséquent, il est très difficile de prévoir l évolution des processus sur le long terme. L évaluation des aménagements sur plusieurs années, voire plusieurs décennies, est nécessaire pour assurer le bon fonctionnement des écosystèmes et des services qu ils rendent (Aronson 2010 ; Hellou et Gallet 2010). CDC Biodiversité: un tiers de confiance CDC Biodiversité est une filiale de la Caisse des dépôts et consignation dédiée à la préservation de la biodiversité. Elle vise à mettre en oeuvre, à la demande des maîtres d ouvrages, l intégralité des mesures compensatoires imposées par les services de l Etat. Lors des travaux de construction d infrastructures ou d extension urbaine, la CDC propose des opérations foncières, des suivis scientifiques, des accompagnements en communication... sur des périodes comprises entre 20 et 60 ans. La CDC joue ainsi le rôle de tiers de confiance entre les entreprises et collectivités, souhaitant compenser leurs impacts sur la biodiversité, et les gestionnaires de nature. Un programme de restauration de la végétation steppique de la Crau a débuté en septembre 2008; il comprend, entre autres, une gestion par pâturage ovin d une durée de 30 ans. Il est réalisé en partenariat avec le Ministère chargé de l écologie, les collectivités territoriales, les associations de protections de la nature, les scientifiques, les professionnels et les usagers locaux. Pour en savoir plus: cdc-biodiversite.fr. 14

19 III.1.C. Faire de la biodiversité une image de marque Il y a plusieurs avantages pour les entreprises à préserver la biodiversité : meilleure durabilité des activités de production, amélioration de la qualité de vie, possible amélioration de la productivité, etc. Un avantage qui tend à s intensifier est le renforcement de l image de marque qui intervient dans l accès à de nouveaux marchés. En effet, la clientèle et les actionnaires sont de plus en plus sensibilisés aux enjeux écologiques. Les investisseurs interpellent plus fréquemment les dirigeants d entreprises sur leurs stratégies environnementales. La biodiversité devient donc une donnée fondamentale pour les entreprises, au même titre que la sobriété énergétique. Loin d être une contrainte, la prise en compte de la biodiversité devient un outil d anticipation et de différenciation. L entreprise peut valoriser ses engagements de diverses manières : intégration de la biodiversité dans le rapport annuel ou dans le journal interne, publication de plaquettes, rédaction de manuels d informations, etc. La biodiversité peut générer un avantage concurrentiel, il serait dommage de s en priver! «Save your logo» L opération «Save your logo» permet à des entreprises de s engager pour la sauvegarde ou la défense de l animal que représente leur logo. Le Fonds pour l environnement mondial, la banque mondiale et l Union internationale pour la conservation de la nature sont à l origine de cette initiative lancée en octobre Les programmes de protection sont définis et suivis par un comité de pilotage composé de représentants institutionnels et associatifs. Lacoste, MAAF et Val d Isère sont les premières marques à s être engagées pour préserver le symbole de leur logo : le crocodile, le dauphin et l aigle royal. La société Lacoste et l assurance MAAF ont déjà investit 1,5 millions d euros dans la sauvegarde du gavial du Gange (Gavialis Gangeticus), un crocodile gravement menacé qui vit au Népal. Des discussions sont actuellement en cours avec de nombreuses autres entreprises intégrant des espèces animales ou végétales dans leurs logos. Pour en savoir plus : noahworld.org. III.2. Des collectivités au service de la biodiversité III.2.A. Vers une gestion collective Le domaine vital d une espèce est rarement restreint à une petite surface telle qu une parcelle agricole, un boisement ou un bras de rivière. Durant leur cycle de vie, il est vital que les espèces puissent se déplacer d un milieu à l autre, échanger de la matière, de l énergie et de l information, coopérer ou s affronter. Le maintien de la biodiversité passe par le maintien des interactions et des fonctions entre écosystèmes et non seulement au sein des écosystèmes. Des études récentes montrent qu il existe des interactions complexes entre l organisation de l espace et les processus écologiques locaux (Loreau et al. 2003, Tscharntke et al. 2005). La figure 6 montre que la diversité végétale de parcelles agricoles dépend fortement du type de paysage (simple vs. complexe). En paysage simple, c est-à-dire homogène, les pratiques culturales (extensives vs. intensives) ont une grande influence sur la diversité végétale des parcelles témoins. Au contraire, en paysage complexe, hétérogène (comportant plusieurs systèmes de cultures, des haies et d autres écosystèmes), le choix des pratiques agricoles a 15

20 peu d effet sur la diversité des parcelles. Ceci incite à réfléchir à une échelle de gestion supérieure à celle de la parcelle. Agriculture extensive Richesse spécifique Agriculture intensive Simple Complexe Type de paysage Figure 6. Diversité des graines d adventices en relation avec la gestion agricole locale (extensive vs. intensive) et la composition paysagère (simple vs. complexe). D après Tscharntke et al Les collectivités territoriales ont un rôle particulièrement important en matière de gestion paysagère car elles autorisent et interdisent des utilisations du sol. En s appuyant sur les outils existants, en particulier les Schémas de cohérence territoriale (SCOT) et les Plans locaux d urbanisme (PLU), les collectivités territoriales peuvent orienter les paysages vers plus d hétérogénéité et de fonctionnalités biologiques. Elles peuvent utiliser les PLU pour «identifier et localiser les éléments de paysage [ ], sites et secteurs à protéger, à mettre en valeur ou à requalifier pour des motifs d ordre culturel, historique, écologique et définir, le cas échéant, les prescriptions de nature à assurer leur protection» (article L du Code de l urbanisme). Elles peuvent aussi réaliser des acquisitions foncières, notamment les conseils généraux qui disposent de deux outils spécifiques : un outil juridique, le droit de préemption et un outil financier, la Taxe départementale sur les espaces naturels sensibles. Cliché Baptiste Regnery Figure 7. Exemple de paysage «complexe» comportant des cultures, des prairies, des haies, des jardins et des boisements 16

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015

Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris. Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 Intégration du grand cycle de l eau dans le Grand Paris Forum territorial des rivières d Ile-de-France 05 février 2015 A l origine de l étude, un triple constat établi par l AESN, la DRIEE et la DRIEA

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012

STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE. Août 2012 STRATEGIE REGIONALE DE LA BIODIVERSITE SAUVAGE Août 2012 Projet sectoriel Cadre réglementaire et orientations politiques Etat des lieux Amélioration de la connaissance Préservation de Valorisation de la

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur

Jeu de l ingénierie écologique. mémo du joueur Jeu de l ingénierie écologique mémo du joueur Contexte Qu est-ce que l ingénierie écologique? L ingénierie écologique peut être définie par une action par et/ou pour le vivant. Plus précisément, le vivant

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées :

Afin d intégrer aux mieux les enjeux auxquels le territoire est confronté, les contributions suivantes peuvent également être apportées : D A MIXTE D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DU PAYS DE BRAY Contribution à l élaboration de la stratégie régionale du futur programme opérationnel et du futur programme de développement rural de la Haute-Normandie.

Plus en détail

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Syndicat des Cramades La malle Cantal'Eau - Découvrir et agir l'eau c'est la vie! - Grand public Agence de l eau Adour Garonne 1 Le Syndicat

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage»

Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Guide pratique Données scientifiques relatives au «Vol libre & Faune sauvage» Public cible Toute personne impliquée dans un projet de mise en œuvre, que ce soit en tant que conseiller professionnel et

Plus en détail

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France

Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Les mesures compensatoires des atteintes à la biodiversité en France Paris, 22 septembre 2010 SIFEE Delphine MORANDEAU Chargée de mission biodiversité Ministère de l écologie, de l énergie, du développement

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council

CBBC Canadian Business & Biodiversity Council CBBC Canadian Business & Biodiversity Council Centre de la Science de la Biodiversité du Québec 72 chercheurs et 350 étudiants en thèse distribués sur un réseau de 8 partenaires universitaires et 2 institutions.

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Notre Avenir, Notre Choix

Notre Avenir, Notre Choix Environnement 2010: Notre Avenir, Notre Choix 6 ème programme communautaire d action pour l Environnement 2001-2010 Commission Européenne Note Ni la Commission européenne, ni aucune personne agissant en

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Quels sont les enjeux prioritaires de la biodiversité dans le bâtiment? (Préservation, dépendance, impacts positif et négatif)

Quels sont les enjeux prioritaires de la biodiversité dans le bâtiment? (Préservation, dépendance, impacts positif et négatif) Délégation Développement Urbain et Cadre de Vie Direction Planification et Politiques d Agglomération Service Ecologie et Développement Durable Unité Développement Durable Lyon, le 2 Février 2015 Votre

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives

Septembre 2013. Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Septembre 2013 Le schéma des carrières de la Guadeloupe enjeux et perspectives Si le recours aux matériaux recyclés ou aux déchets inertes progresse, les secteurs d activité du bâtiment ou des travaux

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020

Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 Stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 Sommaire Page 4 Introduction 6 Une vision pour agir 9 Une ambition commune 10 Agir ensemble 12 La biodiversité en France 15 Les 20 objectifs de la SNB

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h

Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Square Patriarche et place Jean-Jaurès À PARTIR DE 11 h Édito En route pour la COP21! Dans six mois, le 30 novembre 2015, le coup d envoi de la 21 e conférence internationale pour le climat sera donné

Plus en détail

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON

LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Prix 2013 «Infrastructures pour la Mobilité et Biodiversité» LIDO DU PETIT ET DU GRAND TRAVERS A MAUGUIO-CARNON Aménagement et renaturation d un site naturel remarquable Psammodrome d Edwards Une dégradation

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10

INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES... 10 Rapport d avancement des travaux de lla Commiissiion Localle de ll Eau du bassiin du Loiiret ANNÉE 2004 INTRODUCTION... 2 CALENDRIER... 3 TRAVAUX DE L ANNEE 2004... 4 BUDGET REALISE 2004... 8 ANNEXES...

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

N abandonnons pas notre héritage commun.

N abandonnons pas notre héritage commun. N abandonnons pas notre héritage commun. Chaque semaine, 200 fermes disparaissent en France. Disparition des surfaces agricoles, spéculation foncière : nous pouvons agir. Grâce à vous, Terre de liens acquiert

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol

De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol De GenoSol à GenoBiome, mise en place d une structure analytique pour évaluer l état biologique du sol Lionel RANJARD, Samuel Dequiedt, Pierre-Alain Maron, Anne-Laure Blieux. UMR Agroécologie-plateforme

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE?

CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? CHAPITRE 7: QUELS INSTRUMENTS ÉCONOMIQUES POUR LA POLITIQUE CLIMATIQUE? Notions essentielles du programme de Première et Terminale - Externalités, biens collectifs, institutions marchandes, droits de propriétés,

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie

Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Le 10 ème programme (2013-2018) de l Agence de l eau Seine-Normandie Les aides aux activités économiques Franck LEROY Responsable du Service Investissements Collectivités et Industrie Direction Seine Aval

Plus en détail

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015

CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 CHARTE ALTERNATIBA DIJON 2015 Par la présente charte, le collectif Alternatiba Dijon définit les objectifs et les modalités d organisation d un «village des alternatives» à Dijon, pour prendre part à la

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre)

Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre. Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Compte Rendu Journée de lancement PCT Cœur de Flandre 103 participants au matin Introduction de la journée de lancement Michel GILLOEN (Président Pays Cœur de Flandre) Le Plan Climat Territorial s intègre

Plus en détail

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse

La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse La Charte des jardins collectifs du Pays de Grasse Auribeau-sur-Siagne Grasse Mouans-Sartoux Pégomas La Roquette-sur-Siagne Préambule... Le besoin de retrouver ses racines, une alimentation plus sûre,

Plus en détail

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Présentation en vidéo-conférence Mois de l abeille urbaine à Montréal Marc Wollast marc.wollast@apisbruocsella.be www.apisbruocsella.be Apis Bruoc Sella Bruxelles

Plus en détail

ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT

ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT STATISTIQUES ÉCOLOGIE, ENVIRONNEMENT REPERTOIRE D EMPLOIS Sur les 78 diplômés entrant dans le champ d enquête (de nationalité française et en formation initiale), 66 ont répondu au questionnaire soit un

Plus en détail

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France Coorganisées par la région Ile de France et l Agence de l eau Seine Normandie Journées des animateurs territoriaux d Ile de France Les CONTRATS avec

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010

chiroptères Monts du matin Sommaire n 1 Bulletin d information Andrea Iacovella Eté 2010 n 1 Bulletin d information Eté 2010 Site Natura 2000 Tunnels à Bulletin d information Bulletin d information chiroptères Monts du matin Monts du matin Edito Le patrimoine naturel constitue aujourd hui

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONFEDERATION INTERNATIONALE DU CREDIT AGRICOLE ZURICH - SUISSE Birmensdorferstrasse 67 - Téléphone 0041/12910575 - Téléfax 0041/12910766 XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE HANOI 12-14 NOVEMBRE 2001 Jean Kerouedan

Plus en détail

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008

METAMORPHOSE un projet pour Lausanne. Vevey / 20 mai 2008 METAMORPHOSE un projet pour Lausanne Vevey / 20 mai 2008 Programme de législature: une continuité Quatre thématiques principales : 1 Les équipements sportifs à Lausanne 2 Les quartiers à haute valeur environnementale

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS

LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS LA TRAME VERTE ET BLEUE DU NORD-PAS DE CALAIS 1 Les objectifs opérationnels de la Trame Verte et Bleue Connaître Observer Evaluer Restaurer, préserver et gérer les cœurs de nature La Trame Verte et Bleue,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche

DOSSIER DE PRESSE. Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Centre Beautour la biodiversité en Pays de la Loire Animateur de réseaux et catalyseur de projets de recherche Inauguré en juin 2013, le centre régional pour la biodiversité Beautour redonne vie à l héritage

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

À titre d organisation vouée au développement économique de la métropole montréalaise, Tourisme Montréal vise à :

À titre d organisation vouée au développement économique de la métropole montréalaise, Tourisme Montréal vise à : GUIDE DU BUREAU VERT TOURISME MONTRÉAL 3 e édition Janvier 2010 Introduction Les défis de la gestion environnementale représentent des enjeux de taille pour toutes les organisations dans le monde d aujourd

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité Architecture et Société - TA 3 anglaise Architecture et durabilité Le secteur de la construction joue un rôle clé dans toute politique visant un développement durable pour le 21ème siècle. L environnement

Plus en détail

Fiscalité environnementale

Fiscalité environnementale Secrétariat général Fiscalité environnementale Février 2009 La réforme de la fiscalité environnementale, adoptée dans la loi de finances pour 2009 et la loi de finances rectificative pour 2008, concrétise

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

Exposition zones humides. Dossier de Presse

Exposition zones humides. Dossier de Presse Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE - EXPOSITION ZONES HUMIDES 2015 Panneaux d expositions Conception graphique : Séverine Soury Textes : Aurélie Matrot - AVEN Crédits photographiques Aurélie Matrot, Sarah

Plus en détail

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles?

Pacte électrique breton d après les dernières données institutionnelles? 1. Connaissez-vous le Collectif GASPARE? Oui 2. Êtes-vous pour ou contre le projet de CCCG - Centrale thermique à cycle combiné à gaz - à Landivisiau, où ailleurs? Je défends le pacte électrique breton

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Département de la Loire-Atlantique (44) Commune de La Plaine sur Mer PLAN LOCAL D URBANISME Réunion publique de concertation 14 janvier 2013 Les étapes de l élaboration du PLU Prescription (DCM) 11/06/2009

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail