Rénovation écologique d un corps de ferme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rénovation écologique d un corps de ferme"

Transcription

1 Ecole Nationale Supérieure de Lyon - Formation RENEC 2013 Mémoire - Soutenance du 10 janvier 2014 Rénovation écologique d un corps de ferme à Chassemy (Aisne) Mathilde Yzèbe, architecte DPLG courriel :

2 Table des matières INTRODUCTION 3 CHAPITRE 1 : ETUDE DU CONTEXTE Les propriétaires occupants Description de la propriété Différents bâtiments Analyse patrimoniale Situation géographique et climatique 7 CHAPITRE 2 : ETUDE THERMIQUE DE LA MAISON HABITEE Surfaces (SDO et SHON) Matériau de construction Murs extérieurs Fenêtres Toiture Plafonds Sols Murs intérieurs Système de chauffage Eau chaude sanitaire Ventilation Bilan énergétique de la maison habitée Analyse de la partie centrale 12 CHAPITRE 3. PROPOSITION DE RENOVATION ECOLOGIQUE Projet architectural Isolation Murs Fenêtres Plafond de la partie existante Toiture de la partie centrale Sols Ventilation Chauffage Eau chaude sanitaire Gestion de l eau Collecte et stockage des eaux de pluies Toilettes sèches Traitement des eaux usées Bilan énergétique Maison habitée Partie centrale Performance de l ensemble 20 CONCLUSION 21 Bibliographie 22 1

3 Introduction Cécile et Gregory sont propriétaires du corps de ferme depuis bientôt deux ans. Ils habitent les anciennes écuries, reconverties en habitation il y a 40 ans. La maison, outre quelques points de moisissures localisés, est en bon état général mais est très énergivore. Ils souhaitent agrandir leur espace de vie en prévision de l agrandissement de leur famille et en profiter pour améliorer le confort de leur maison, en faire baisser la consommation énergétique et retrouver la qualité visuelle de la pierre de taille constitutive des différents corps de bâtiments. Le projet comporte donc deux enjeux : - Rénover de manière performante un logement en bon état - Rénover un second bâtiment qui, lui, ne comporte que 4 murs et un toit S il semble aisé de rénover le second bâtiment en visant une performance énergétique d un niveau BBC rénovation, il semble plus incertain d atteindre ce même niveau de performance dans le logement existant en restant dans un contexte de travaux pièces par pièces. 3

4 Chapitre 1 : Etude du contexte 1.1. Les propriétaires occupants Les propriétaires, tous les deux enseignants, habitent la maison depuis deux ans. Dès le début, ils avaient en tête d agrandir la maison et ont déjà travaillé à vider de tout matériau superflu le bâtiment destiné à être annexé à la maison habité. Ils sont très sensibilisés aux notions de performances énergétiques, aux techniques d écorénovation, à la qualité sanitaire de leur logement. Ils disposent de temps et s orientent vers l autoconstruction. Ils ont peu de moyens financiers et seront amenés à rechercher des subventions Description de la propriété Différents bâtiments La propriété comprend plusieurs bâtiments, constitutifs de l'ancienne ferme: Anciennes écuries Partie centrale Petite maison Accès principal Bâtiments Agricoles Plan masse de la propriété 4

5 Une maison d habitation, dans les murs des anciennes écuries, transformées dans les années La maison est aujourd hui habitée. (en rouge sur le plan masse) La partie centrale : bâtiment, constitué de 3 pièces en enfilades en rez-de-chaussée. Les murs de pierres calcaires sont à nu, à l intérieur comme à l extérieur. Présence de combles. (en rose sur le plan masse) - La petite maison : maison constituée d'une cave voutée non enterrée au RdC, une pièce d'habitation au premier étage accessible par un escalier extérieur et des combles accessibles par un escalier intérieur. Les murs de pierres calcaires sont à nu, à l intérieur comme à l extérieur. (en vert sur le plan masse) - des bâtiments agricoles non utilisés (grange ) (en bleu sur le plan masse) Les bâtiments d habitations sont en limite de propriété côté nord-est et ouvert sur la cour intérieure côté sud-ouest. 5

6 Analyse patrimoniale Organisation des bâtiments Cet ensemble de bâtiment est typique de celui d une ferme traditionnelle soissonaise : les bâtiments sont enfermés dans un vaste clos, constitué de hautes murs de pierre ou des bâtiments eux mêmes. Ces murs avaient autrefois un rôle défensif mais assuraient aussi la fonction de protéger des vents et du froid. L'entrée de la ferme est monumentale avec un arc surbaissée typique du XVIII e s. Les bâtiments d'exploitations (granges, étables, bergeries et écuries) s'ordonnent autour de la cour. Ils ont un aspect uniforme. Les écuries sont placées à côté de l'habitation et la grange est à l'opposé, par crainte des incendies. Constructions de pierre On remarque la présence de pignons à redents en pierre de taille, non recouverts de pierre plate ou de tuile. La saillie du pignon aurait comme principaux avantages de permettre l'accès à la toiture, souvent en chaume à l'origine, et de servir de coupe-feu. On remarque également l abondance de pierre de taille. En effet, la région est riche en pierre calcaire. L extraction de la pierre de taille en galerie remonte au 12e s. et a très peu évolué jusqu'au 19e s. Les murs sont sonstitués soit uniquement de pierres de tailles, soit de moellons (épaisseur 55cm) sauf dans les points particuliers (angles, ouvertures). Aménagement intérieur des maisons Le bâtiment que nous appelons dans ce projet la partie centrale semble dater du XVIIIe siècle. Elle se compose de trois pièces : l une d une vingtaine de mètres carrés était la pièce principale. Il ne reste aujourd hui pas de trace de l emplacement du foyer. La seconde, plus petite, à côté de la pièce principale, servait de rangement ou de chambre pour les enfants. La troisième pièce, d un mètre quarante de large, ne se trouve pas habituellement dans ces corps d habitation. Les portes sont basses et les fenêtres petites. 6

7 La maison appelée dans ce projet petite maison est une maison surélevée. Le premier niveau vouté abritait des fonctions annexes à l'habitation ou de la profession (cellier, atelier, vendangeoirs). On accède à l'étage supérieur grâce à un escalier sous lequel était aménagée la niche du chien. L accès au comble se fait par l'intérieur Situation géographique et climatique La propriété étudiée se trouve dans le centre du village de Chassemy, village rural de 800 habitants situé en Picardie dans le département de l Aisne (02) à 15km de Soissons (28000 hab) et 50km de Reims ( hab). Il se trouve à une altitude de 70m, en plaine. Températures : Les hivers et les étés ne sont ni trop chauds ni trop froids (moyenne de 0 en février et 24 en août). On mettra dons l accent sur la protection contre le froid, plus que contre la chaleur. Précipitations: La pluviométrie, légèrement inférieure à la moyenne nationale, est d environ 600mm/m² en moyenne. Les vents sont faibles et viennent principalement de l ouest (vent moyen 2,6km/h, rafales à 37km/h). Ensoleillement : L ensoleillement est inférieur à la moyenne nationale (Heures d'ensoleillement en 2011 : heures soit l'équivalent de 80 jours de soleil). L énergie apportée par le soleil ne sera donc qu un appoint. 7

8 Chapitre 2 : Etude thermique de la maison habitée 2.1. Surfaces (SDO et SHON) Surface Ouvertures Surface Orientation Salon 29,12 m² 4,84 m² S-O Chambre 12,64 m² 1,82 m² N-O Bureau 13,76 m² 2,34 m² S-O Cuisine 9,83 m² 2,34 m² S-O Salle de Bain 5,13 m² 0,4 m² N-E WC 1,28 m² 0,4 m² S-O Cellier 4,62 m² 0,4 m² N-E Couloir 10,56 m² 1,89 m² (porte) S-O Surface dans l œuvre (SDO) : 86,94 m² Surface Hors Œuvre Nette (SHON) : 126,46m² 2.2. Matériau de construction Murs extérieurs Les façades sont composées pierre de taille calcaire pour les soubassements et le contour des ouvertures et en pierres de champs (pierre de grès) pour les murs. Mur1 : mur nord-est (sur rue), épaisseur ±55cm : Composition : 50cm de pierre, lame d air, briquette, plâtre U m1 : 1,42 W/m 2. C Mur2 : mu sud-ouest (sur cour) et nord-ouest (sur chemin rural), épaisseur ±60cm: Composition du Mur1 + 5cm d enduit ciment U m2 : 1,35 W/m 2. C Fenêtres 8

9 Fenêtres : simple vitrage, menuiserie bois U fen =6 W/m 2.K Toiture Toiture : tuiles mécaniques, charpente bois, non isolée Plafonds Plafond au dessus du salon : poutres structurelles apparentes en bois, sous plancher et 3cm de polystyrène, bois aggloméré U pf1 =0,86 W/m 2. C Plafond au dessus des chambres : plâtre, poutres structurelles bois, sous plancher, 10cm de laine de verre, bois aggloméré U pf2 =0,30 W/m 2. C Sols Il n y a pas de cave, ni vide sanitaire. Les fondations sont peu profondes. Les revêtements de sol sont en carrelage (salon, cuisine, couloir, salle de bain, cellier) et lino (chambre et bureau). U sol : 1,9 W/m 2. C Devant la maison, côté cour se trouve une dalle de ciment. Il n y pas de trace d humidité, d infiltrations ou de remontées capillaires excepté près de la porte près du mur de refend. 9

10 Murs intérieurs Le mur de refend qui sépare le salon du reste de la maison, monte jusqu en toiture et a une épaisseur de 80cm environ. Il est constitué de pierres. Les cloisons intérieures sont en carreaux de ciment recouverts de plâtre. Coupe avec compositions des différentes surfaces 10

11 2.3. Système de chauffage Chaudière au fuel dans local non chauffé, matériel ancien. Consommation 2013=1400L 1L de fuel équivaut à environ 10,4kWh. Donc consommation 2013 : 14560kWh Insert dans le salon, matériel ancien. Consommation 2013= 3 stères de bois 1 stère de bois (hêtre) équivaut à 2200kWh. Donc consommation 2013 : 6600kWh D après le calcul avec la boîte à outils, les besoins en chauffage sont de 367 kwh EF /m².an SDO D après les occupants, leur consommation pour couvrir les besoins de chauffage sont de 243 kwh EF /m².an SDO. Cette différence de 30% peut s expliquer par le fait que la maison est chauffée à 18 C et que le chauffage est au ralenti la nuit et en cas d absence Eau chaude sanitaire Ballon d eau chaude électrique non isolé, dans les combles Ventilation Pas de VMC mais une extraction d air dans la salle de bain, relié à un interrupteur électrique Bilan énergétique de la maison habitée Consommation en énergie primaire Ch+ECS+Elec et Aux : 408kWh/m²SHON.an Ce bâtiment se positionne en classe F. C est un bâtiment très énergivore. 11

12 2.7. Analyse de la partie centrale Les murs extérieurs sont en pierre de tailles sur les deux premières rangées de pierre au dessus du sol et autour des ouvertures. Le remplissage est en pierre des champs (pierre de grès). Les deux murs intérieurs de refend sont entièrement en pierre de taille. Ces murs sont présents uniquement au rezde-chaussée et ne monte pas dans les combles. Les fondations des bâtiments courants se limitaient autrefois à un empilage de pierres grossièrement équarries sans liant, enterrées à deux ou trois pieds. Cela semble être le cas de cette maison. Coupe de la petite maison avec compositions des différentes surfaces 12

13

14 Chapitre 3. Proposition de rénovation écologique 3.1. Projet architectural Les propriétaires souhaitent ajouter une ou deux pièces à leur maison. La possibilité d aménagement des combles est écartée car les combles ne possèdent pas de fenêtres et on ne peut pas en percer dans les pignons. D autre part, le désir des propriétaires est de réinvestir les anciens bâtiments aujourd hui inhabités, de profiter de la qualité de la pierre de taille. La rénovation du bâtiment de la partie centrale suffit à couvrir les besoins en surface supplémentaire. La petite maison fera donc l objet d une éventuelle rénovation ultérieure mais ne sera pas inclus dans le projet actuel. La maison n a pas de vide sanitaire et possède un petit local technique dans la partie centrale. Il est petit et mal placé. Le choix est fait de créer un nouvel espace technique dans le salon de l actuelle maison, adossé au mur nord. Le salon, deviendra une cuisine, et l ancienne cuisine une chambre. La maison de la partie centrale accueillera le nouveau salon. Un passage sera ouvert dans le mur mitoyen. Le rez-de-chaussée ayant une faible hauteur sous plafond (2,10m sous les poutres), mais une belle hauteur sous faitage (presque 6m avant isolation), on choisit de garder une partie couverte d une mezzanine et une partie cathédrale. Cette maison possède deux murs de refend dont un en pierre de taille qui sera conservé non habillé. L autre sera détruit pour agrandir la surface du salon. Deux espaces de bureaux seront prévus pour le couple d enseignant dans la petite maison : un au rdc derrière le mur de pierre et l autre sur la mezzanine. Une ancienne ouverture sera réouverte dans le mur sud-est de la nouvelle cuisine Isolation Murs a. isolation par l intérieur La maison possède deux façades sur rue, aujourd hui en pierres apparentes. Ces murs étant en limite de propriété, il est difficile de venir les isoler par l extérieur. La troisième façade est un mur mitoyen avec un autre bâtiment de la propriété. La quatrième façade, sur jardin, est aujourd hui enduite d un enduit ciment. Au vue de ce contexte, il semble cohérent d isoler les quatre façades par l intérieur. La pierre utilisée dans les constructions traditionnelles de la région est non enduite. Les murs extérieurs en pierre calcaire sont sujets à absorber des remontées capillaires venues du sol. Nous allons donc choisir un matériau isolant perspirant. 14

15 On trouve dans la région une production locale de lin (www.naturlin.fr). On s orientera donc vers un isolation à base de panneaux semi-rigides de laine de lin (λ= 0,037W/m. C, coeff μ : 1 à 2). Les murs existants étant déjà très épais, il semble judicieux d enlever l isolation existante (briquette) avant d installer les panneaux de laine de lin. On verra sur chantier s il est possible de venir réisoler la face intérieure des murs extérieurs au niveau des cloisons existantes sans engendrer trop de travaux de finitions. Tous les murs seront traités de la même manière. Les ponts thermiques entre les murs de refend ne sont pas traités. Nouvelle composition du mur : - pierre 50cm - panneaux de laine de lin 14cm - pare vapeur à coefficient Sd hygrovariable (ex : Pro Climat Intello ) - litelage - Fermacell. R mur= 5,15 m². C/W soit Umur=0,19 W/m². C b. enduit extérieur La façade sur jardin est enduite d un enduit ciment qu il sera judicieux d enlever afin de permettre au mur de mieux respirer et d évacuer l humidité. On pourra le remplacer par un enduit à base de chaux Fenêtres Toutes les fenêtres seront changées et placées dans l isolant. Côté sud ouest, les fenêtres seront en bois/aluminium, double vitrage lame argon. Uw :1,2 W/m2. C Côté nord (sur rue), les fenêtres seront en bois/aluminium, triple vitrage lame d air. Elles auront une ouverture oscillante permettant la surventilation nocturne mais d ouverture à la française pour des questions de sécurité et d intimité. Uw :0,9 W/m2. C Les fenêtres orientées sud-ouest qui possèdent des volets les conserveront. Les fenêtres de la partie centrale seront protégées par des brises soleils orientables. On vient réouvrir une ancienne porte dans le mur sud est de la nouvelle cuisine. 15

16 Plafond de la partie existante Les combles sont inhabités et il n est pas prévu de les aménager dans un futur proche. On prévoit d isoler le plancher des combles avec des bottes de pailles posées à plat, entre solivescaissons à rupture de ponts thermique (λ=0,07 pour ce sens de fibre). On prendra soin de placer un frein vapeur sous les bottes, au-dessus du sous-plancher. On posera ensuite des planches de bois au dessus des bottes pour permettre la circulation des personnes et le stockage d objets. Résistance du plancher à la surcharge des bottes de paille : Le poids de la paille est d environ 100kg par m3, soit dans notre cas, pour des bottes d une hauteur de 35cm, 35kg/m². D après ce que l on voit de la structure du plancher dans l ancienne cuisine, nous avons des solives de 55x125mm sur une portée de 2,20m, tous les 50cm. Chaque solive supporte donc une surface de 1,1m² et peut porter, selon les données d un tableau de solivage, plus de 400kg/m². Ceci est bien suffisant pour porter l isolation en bottes de pailles et les charges d exploitation. Nouvelle composition du plafond : - panneaux bois - bottes de paille ht :35cm - pare vapeur à coefficient Sd hygrovariable - sous plancher - poutres et solives - plaques de plâtre Rplafond= 5,35 m². C/W soit Uplafond=0,19 W/m². C Traitement du pont thermique jonction mur et plafond : Avant de poser les bottes, il serait souhaitable de retirer quelques lattes du sous plancher existant afin de venir isoler les murs périphériques au dessus du faux plafond et assurer une continuité du frein vapeur Toiture de la partie centrale La toiture de la partie centrale vient d être refaite à neuf. La couverture est en ardoise et un pare-pluie a été posé sous le contre litelage. La toiture est ventilée. Isolation avec laine de lin, 2 couches pour une épaisseur de 220mm et frein vapeur côté intérieur. Rtoit= 6,24 m². C/W soit Utoit= 0,16 W/m². C 16

17 Sols Sol de la maison habitée Le bâtiment est posé sur terre-plein. Il n est donc pas possible de venir isoler la dalle par-dessous. D autre part, il n est pas prévu de casser les cloisons intérieures de la maison. On aura dons à assumer des ponts thermiques. On envisage de poser dans chaque pièce 20mm de liège expansé supportant un parquet flottant. Il faudra retailler les portes. R sol= 0,97 m². C/W et U sol= 1,03 W/m 2. C Pour une bonne isolation, il faudrait accepter de perdre 10cm de hauteur dans les pièces. Cette solution est difficilement envisageable. Sol de la partie centrale En terre-plein, le béton chaux-chanvre a deux avantages majeurs : isolation thermique par le sol et régulation d'hygrométrie. On s orientera vers cette solution après avoir excavé environ 30cm de terre dans la maison. Composition du nouveau sol : Hérisson de 20cm ventilé Film géotextile anti remontées capillaires Béton de chanvre 20cm Chape à la chaux et carrelage en terre cuite Rsol= 2,6 m². C/W soit Usol=0,39 W/m 2. C 3.3. Ventilation L installation d une VMC double flux serait appropriée pour bien répartir l air chaud venant d un poêle à bois dans toute la longueur de la maison. Cependant, la VMC double flux ne fonctionne correctement que si sla maison est étanche à l air. Vu le contexte de rénovation (partie habitée dont on ne retirera pas toutes les cloisons ni le plafond), la réussite parfaite de cette étanchéité ne semble pas assurée. Il semble donc plus réaliste de s orienter vers une VMC simple flux. Hygro B microwatt. Elle sera très facile à installer car les pièces humides sont rassemblées autour du local technique. 17

18 3.3. Chauffage Choix du combustible : Le village de Chassemy ne dispose pas d'un réseau de gaz de ville. Nous nous orienterons donc vers un chauffage au bois. Renseignements pris auprès du Pôle Info Energie de Picardie : - il n existe pas aujourd hui de fournisseur de bois sous forme de granulés dans la région. Cependant il existe des distributeurs. Si la consommation ets faible, on, pourrait placer un stockage sous forme de big bag dans le local technique. - on trouve plusieurs fournisseurs de plaquettes dans l'aisne. Par contre, il n y a pas possibilité d un espace de stockage accessible par camion dans la maison. Cette solution est abandonnée. - on trouve plusieurs fournisseurs de bois bûches dans l'aisne. Les bûches peuvent être stockée en partie dans les bâtiments agricoles. On peut s orienter vers une chaudière bois bûche turbo à hydroaccumulation. Ce système demande un rechargement manuel une fois par jour en période de grand froid. Poêle simple ou à hydoaccumulation? La maison se développe en longueur. Avec une VMC simple flux, la chaleur ne pourra pas se répartir correctement dans les pièces. Si le poêle est dans le séjour/bureau (le plus grand volume et celui où on souhaite le meilleur confort) contre le mur de la cuisine, là où se trouve actuellement un conduit de cheminée, la chaleur absorbée par le mur se diffusera en partie dans le local technique plutôt que dans la cuisine... Il faudrait en outre installer des convecteurs électriques dans les chambres. Comme la maison est déjà équipée d'un réseau de radiateurs à eau chaude, il semble intéressant de rester sur un système de chauffage à eau. On peut soit s orienter vers un système de poêle à hydroaccumulation, (ou une chaudière à hydroaccumulation selon la puissance et le confort de chargement désirés) Eau chaude sanitaire La maison possède 90m² de toiture orientées sud-ouest, avec une inclinaison de 45, sans masques solaires. Le rendement des panneaux solaires thermiques peut atteindre 90% dans ces conditions. On prévoit 5m² de panneaux solaires thermiques et un ballon de 300L. On espère ainsi couvrir plus de 50% des besoins en ECS. Le système aura besoin d un appoint pour les journées d hiver ou les jours sans soleil. Dans l idéal, il sera branché sur la chaudière sinon sur un appoint électrique. 18

19 3.6. Gestion de l eau Collecte et stockage des eaux de pluies Précipitations moyennes : 600L/m².an Pour l alimentation des chasse d eau de toilettes et lave-linge : On souhaite récupérer l eau tombant sur les toits côté rue, proches du local technique. Pour un toit de 120m² (maison + partie centrale), avec un coefficient de perte de 0,9 (tuiles), on récupère annuellement L. Une famille de 4 personnes a besoin de 8800L/pers.an pour les WC et 3700L/pers.an pour le lavelinge, soit L d eau par an pour ces deux usages. Moyenne entre l'eau collectée et le besoin annuel ( ) / 2 =57 400L x (21/365) = L Une cuve de 3 500L est recommandée. Pour l alimentation du lave-linge uniquement, dans le cas de toilettes sèches. Une cuve de 1000L devrait être suffisante. Pour l arrosage du jardin On peut envisager de placer une seconde cuve du côté des bâtiments non exploités Toilettes sèches On envisage l installation de toilettes sèches. Le village ne possédant pas de réseau public de tout à l égout, l installation de toilettes sèches permettrait de supprimer les eaux vannes et donc de s affranchir d un système d assainissement lourd. Deux solutions sont envisagées : - Toilettes à séparations des urines. Ce système simple à installer, demande cependant un certain engagement de la part des habitants (connaissance du système, vidange des bacs tous les 2 à 3 semaines). Il est intéressant de le coupler avec un urinoir. - Toilettes unitaires à séparation gravitaire. Il n y a pas de vide sanitaire sous la maison ni possibilité d avoir une zone de compostage avec aération, dans la zone du local technique (toilettes type ecodoméo). Il faudrait alors s orienter vers des systèmes unitaires, lourd en implication de la part des propriétaires. Ces solutions sont abandonnées. 19

20 Traitement des eaux usées Le terrain est plat donc sans dénivelé et compte une surface de 700m² environ. Si la solution des toilettes sèches est retenue, on prévoira un traitement des eaux usées soit à travers une fosse de dégradation anaérobie puis un système d épandage soit un assainissement par filtres plantés avec une pompe de relevage. Si la solution des toilettes à eau est retenue, on prévoira une micro station Bilan énergétique Maison habitée Consommation globale en EP : 175 kwh/m²sdo.an Consommation en énergie primaire RT2005 : Ch+ECS+Elec et Aux : 138 kwh/m²shon.an avant déduction de la production photovoltaïque. Nous sommes loin de l objectif visé par le label BBC Effinergie Rénovation (80 kwh/m²shon.an). On a réduit par 3 les consommations énergétiques du bâtiment. Le résultat est plombé par la production d eau chaude sanitaire qui se fait en partie par énergie électrique et par une mauvaise isolation du sol. Les dépenses d énergie sont à peu près équilibrées sur chacun des usages. L orientation sud ouest de la maison n est pas non plus optimale car elle ne permet pas beaucoup d apport solaire. Mais ceci fait partie des contraintes du site Partie centrale Ce calcul est approximatif car il est difficile de séparer la production d eau chaude sanitaire. Consommation globale en EP : 112 kwh/m²sdo.an Consommation en énergie primaire Ch+ECS+Elec et Aux : 77 kwh/m²shon.an avant déduction de la production photovoltaïque. On entre dans les objectifs du label BBC Effinergie Rénovation Performance de l ensemble Consommation globale en EP : 160 kwh/m²sdo.an Consommation en énergie primaire RT2005 : Ch+ECS+Elec et Aux : avant déduction de la production photovoltaïque. 140 kwh/m²shon.an Ce résultat s explique par le fait qu en considérant l ensemble des deux bâtiments, la différence entre la SHON et la SDO est plus faible qu en étudiant chaque bâtiment séparément. 20

21 Conclusion Après étude des possibilités de rénovation de ces maisons, on s aperçoit que, malgré l amélioration notable de leurs performances énergétiques, il est difficile d atteindre les objectifs règlementaires. Les caractéristiques originelles de la maison (orientation, compacité, la présence ou non de vide sanitaire et de local technique) ainsi que l ampleur des travaux envisageables (possibilité d intervenir sur les façades, de déplacer des réseaux, etc) sont des éléments primordiaux de la performance d une réhabilitation énergétique. Le choix d une isolation par l intérieur ne peut se faire sans des travaux relativement conséquents puisqu ils impliquent de toucher aux surfaces existantes : déplacement des radiateurs, déplacement de lavabos/douche dans les salles de bain, de meubles dans la cuisine. Pour justifier de telles rénovations il faudra certainement avancer des arguments autres que ceux uniquement énergétiques tels que le gain de confort dans la maison, la diminution des infiltrations d air, l utilisation de matériaux naturels et d une ventilation qui apporteront une bonne qualité de l air et préserveront des risques de dégradations dus aux moisissures La rénovation du patrimoine bâti est une nécessité pour répondre aux enjeux de notre époque. Cependant il n existe pas de recettes applicables à tous les bâtiments et la rénovation énergétique parfaite reste un cas rare. Si la rénovation est abordée avec bon sens, connaissances et ambition, à l aide de matériaux sains, elle a toute les chances de permettre l amélioration de la performance énergétique du bâtiment et le bien être de ses habitants. 21

22 Bibliographie Architectures rurales en Picardie: le Soissonnais, par Denis Rolland La construction écologique par Jean-Claude Mengoni, éditions Terre vivante La construction bioclimatique par Samuel Courgey et Jean-Pierre Oliva, éditions Terre vivante Se chauffer autrement, par Romain Claret et J-M Groult, éditions Ulmer Guide de l assainissement écologique Ŕ Association Pierre et Terre (www.pierreetterre.org) Des toilettes sèches à la maison Ŕ Association Toilettes du monde (www.toilettesdumonde.org) 22

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Parc naturel régional L o i r e -A n j o u -T o u r a i n e Patrimoine bâti Les fiches techniques du Parc Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une grange semi-troglodytique Localisation

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Isolation écologique d une maison de maître du XIX e siècle Localisation

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Fiche d Information - Étude Thermique

Fiche d Information - Étude Thermique Fiche d Information - Étude Thermique 7, Grande Rue 84370 BEDARRIDES Tél. : 04.90.22.85.30 Fax : 04.90.22.85.31 e-mail : new-tec@orange.fr Site : www.new-tec.fr Références constructeur ou code avantage

Plus en détail

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier

Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements. Intégration Chantier Présentation générale (Labels) Acteur du projet Données économiques Techniques constructives et équipements Intégration Chantier Confort et santé Entretien et gestion Consommation Analyse du cycle de vie

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 14

Rapport action tuffeau. CAHIER n 14 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 14 Maison de bourg Langeais Figure 1-1 : Façade Nord/Ouest Date de visite : 22

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr La rénovation rénovation globale performante Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE Les coûts 1. POURQUOI RENOVER? 1.1. Contexte et chiffres clés 1.2. Typologies et consommations

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 12

Rapport action tuffeau. CAHIER n 12 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 12 Maison de maître Forges Figure 1-1 : Façade Ouest Forges Date de visite : 22

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

pour la transition énergétique : les travaux d extérieur

pour la transition énergétique : les travaux d extérieur Solutions bois pour la transition énergétique : les travaux d extérieur Le bois, acteur de la transition énergétique! La transition énergétique vise à transformer notre consommation d énergie pour l orienter

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une maison du XV ème siècle Localisation : La Maison des

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, tout en limitant ses impacts

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

Formation Référentiel régional QEB rénovation

Formation Référentiel régional QEB rénovation Formation Référentiel régional QEB rénovation Avril 2013 Présentation: Yves Doligez BET ADRET Jean-Baptiste Fleurent architecte Formation Référentiel QEB Rénovation Première journée Introduction Présentation

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Participez aussi au Prix National de la Construction Bois 2015 Inscrivez-vous directement sur : www.prixnational-boisconstruction.org Palmarès des constructions Bois de la Région

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

«VERITABLES MAISONS DE MAÇON» Maisons Y Rue des Joncs Quartier le Pereyras - 84500 BOLLENE. Tél. : 04.90.61.54.11 Email : contact@maisons-y.

«VERITABLES MAISONS DE MAÇON» Maisons Y Rue des Joncs Quartier le Pereyras - 84500 BOLLENE. Tél. : 04.90.61.54.11 Email : contact@maisons-y. teste te «VERITABLES MAISONS DE MAÇON» Maisons Y Rue des Joncs Quartier le Pereyras - 84500 BOLLENE Tél. : 04.90.61.54.11 Email : contact@maisons-y.fr SIRET : 380 708 040 00023 «Parce que nous pensons

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

RENOVATION DES BATIMENTS ANCIENS. Quelles pistes pour améliorer leurs performances énergétiques

RENOVATION DES BATIMENTS ANCIENS. Quelles pistes pour améliorer leurs performances énergétiques RENOVATION DES BATIMENTS ANCIENS Quelles pistes pour améliorer leurs performances énergétiques 2 exemples de rénovation BBC Louise RANCK Architecte, agence Latitude 48 Une passoire thermique labelisée

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle

Rénovation d une maison individuelle Rénovation d une maison individuelle typique ardéchoise au niveau basse conso (Mal)heureusement la technique ne peut pas tout résoudre Nos consommations d énergie dépendent des moyens techniques que l

Plus en détail

# 04 VAUX-SUR-MER (CHARENTE-MARITIME - 17) Performance énergétique CONSTRUCTEUR : MAISONS ELYSÉES OCÉAN RÉALISATION : LOTISSEMENT DE MAISONS BBC

# 04 VAUX-SUR-MER (CHARENTE-MARITIME - 17) Performance énergétique CONSTRUCTEUR : MAISONS ELYSÉES OCÉAN RÉALISATION : LOTISSEMENT DE MAISONS BBC # 04 VAUX-SUR-MER (CHARENTE-MARITIME - 17) CONSTRUCTEUR : MAISONS ELYSÉES OCÉAN RÉALISATION : LOTISSEMENT DE MAISONS BBC Famille Performance énergétique Consommation conventionnelle : 50 kwh EP /m 2.an

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse

16 IDEA 04 07 TRANSFORMATION D UNE ANCIENNE FERME À PRAZ/VULLY FR. Ferme lumineuse 16 IDEA 04 07 Ferme lumineuse Avec la rénovation de cette ancienne ferme située dans la région des Trois lacs de Morat, Neuchâtel et Bienne, l architecte Christophe Pulver voulait atteindre trois buts:

Plus en détail

Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques?

Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques? RECHERCHE DE SOLUTIONS THERMIQUES OPTIMALES Quels travaux pour atteindre les cibles énergétiques? Bertrand MILLS (Enerconcept) Jean-Marc JICQUEL (EDF R&D - département EnerBAT) RECHERCHE DE SOLUTIONS THERMIQUES

Plus en détail

Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments

Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Présentation des cas individuels Les cas présentés dans ce document visent à montrer des situations représentatives des s et ménages dans le parc

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Les bâtiments en tuffeau. L amélioration thermique du bâti ancien

Les bâtiments en tuffeau. L amélioration thermique du bâti ancien Les bâtiments en tuffeau L amélioration thermique du bâti ancien Journée technique 9 octobre 2012 L amélioration thermique du bâti en tuffeau Connaître le bâtiment ancien Savoir diagnostiquer les désordres

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange en gîte touristique Localisation : Gîte

Plus en détail

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse

SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse Connaissance des performances et du comportement thermique de bâtiments types du centre ancien de Bayonne, SIMULATIONS THERMIQUES DYNAMIQUES DU 22, RUE BOURGNEUF - Synthèse VILLE DE BAYONNE/ADEME Le contexte

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Concours Maison Econome Édition 2011. Présentation des projets lauréats

Concours Maison Econome Édition 2011. Présentation des projets lauréats Concours Maison Econome Édition 2011 Présentation des projets lauréats 3 catégories «particuliers» (3 vélos alloués) Construction : 5 candidats Rénovation : 4 candidats Prix spécial du jury Pas de candidat

Plus en détail

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées

Mise en place d une énergie renouvelable obligatoire en maison(s) individuelle et groupées Besoin bioclimatique inférieur au Bbio max Attestation à remettre au permis de construire Consommation d énergie primaire inférieure au Cep max Etude à finaliser avant le début de la construction Température

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle V 1.03 Audit Energétique En Maison Individuelle Date : 14/06/2012 Réf: AR 0000 613 Prescripteur : OPERATION RENOV EE Mr CORBIN ARNAUD 50 Rue des Paras 56 000 VANNES INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5,

Plus en détail

Projet de maison ossature bois isolation en paille et ouate de cellulose sur Commana SOMMAIRE

Projet de maison ossature bois isolation en paille et ouate de cellulose sur Commana SOMMAIRE Projet de maison ossature bois isolation en paille et ouate de cellulose sur Commana SOMMAIRE 1. Présentation... 2 2. Vues générales... 2 3. Vues de façade... 4 4. Plans... 6 5. Vues en coupe et détails

Plus en détail

Thermique du bâtiment RT 2012 : Etude d un bâtiment collectif

Thermique du bâtiment RT 2012 : Etude d un bâtiment collectif Thermique du bâtiment RT 2012 : Etude d un bâtiment collectif Table des matières I. Aspects généraux A. Organisation de l étude En premier lieu, il est impératif de prendre connaissance des plans du bâtiment

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie

Reproduction interdite. Propriété de BBC-EXPERTISE. Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie [BBC-EXPERTISE] Labellisation BBC Effinergie Rénovation BBC Immeuble 10 lots 38 E BBC-EXPERTISE Expert en Rénovation Enérgétique Certifié 1 Présentation Prestations [BBC-EXPERTISE] CHANGEMENT DE DESTINATION

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 9

Rapport action tuffeau. CAHIER n 9 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 9 Maison troglodyte Villaines les rochers Figure 1 1 : façade sud : Ancienne boulangerie

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Gros œuvre. 1.1 Les fondations et les réseaux

Gros œuvre. 1.1 Les fondations et les réseaux Projet de cahier de charge Proposition pour une maison à ossature en bois à très basse consommation d énergie Cahier de charge NON définitif Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Version modulaire de type «ECO 2» réalisée avec des matériaux naturels «ECO 2» + Label EFFINERGIE. Notice descriptive

Version modulaire de type «ECO 2» réalisée avec des matériaux naturels «ECO 2» + Label EFFINERGIE. Notice descriptive Proposition pour une maison à ossature en bois à très basse consommation d énergie Cahier de charge NON définitif Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux Ou mise en œuvre de techniques

Plus en détail

LA CONCEPTION ARCHITECTURALE

LA CONCEPTION ARCHITECTURALE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE Associer efficacement qualité architecturale performance énergétique logique économique respect du programme de l opération BECICE Bureau d études techniques L EQUILIBRE THERMIQUE

Plus en détail

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS COEFFICIENTS THERMIQUES/MODULES MURS COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS Panneaux de murs extérieurs avec isolation thermique de 300mm et coefficient U=0,140 W/m²K 1. Crépis décoratif 2. L entoilage en fibre

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE

MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE F3 MISE EN ŒUVRE D UNE DALLE ISOLANTE CHAUX - CHANVRE Groupement des producteurs de chanvre en Luberon Important : L utilisation de la chaux nécessite de toujours prendre la précaution d utiliser des gants.

Plus en détail

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010

Lecture de plan bâtiment. Mai 2010 Lecture de plan bâtiment Mai 2010 Représentation des volumes Du volume au plan... Plusieurs vues sont nécessaires pour comprendre et représenter une construction! Introduction La lecture de plan de bâtiment,

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES 149 Les ilots continus du bourg: alignement compacité et densité Orientation des faîtages Nord Sud;

Plus en détail

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES

vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES vendredi 21 novembre 2014 Hôtel Radio CHAMALIÈRES Pascal VALLADONT Directeur d HDL Rénovation basse consommation d un bâtiment existant : Espace Jean Jaurès à Besançon La basse énergie appliquée à la réhabilitation

Plus en détail

Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ. «Logement social : rénovation en basse consommation»

Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ. «Logement social : rénovation en basse consommation» Présentation réhabilitation Résidence TENNIS 50 logements collectifs à VILLENEUVE D ASCQ Cd2e «Logement social : rénovation en basse consommation» 22 février 2012 Avant La résidence se situe à VILLENEUVE

Plus en détail

Audit Energétique En Maison Individuelle

Audit Energétique En Maison Individuelle INOVEHA Bureau d Etudes Thermiques 5, rue Jean Marie Tullou 35740 PACE Tél : 02 99 85 16 45 Fax : 02 99 85 57 83 RCS : 494 300 619 Compagnie d assurance : GROUPAMA n 7950376/409 Audit Energétique En Maison

Plus en détail

A.V.A.P. d OLORON décembre 2013

A.V.A.P. d OLORON décembre 2013 PATRIMOINE ARCHITECTURAL et PERFORMANCES ENERGETIQUES RENOVATION du BATI ANCIEN «Ne pas nuire» A.V.A.P. d OLORON décembre 2013 Caractéristiques environnementales d OLORON Densité du bâti est forte en cœur

Plus en détail

nest Rénovation appartement en toiture à Anderlecht Renovatie dakappartement te Anderlecht

nest Rénovation appartement en toiture à Anderlecht Renovatie dakappartement te Anderlecht nest Rénovation appartement en toiture à Anderlecht Renovatie dakappartement te Anderlecht Bâtiment Exemplaire Energie & Eco-construction 2009, Min d Environnement Bxl RE - USE - Revitalisation tissus

Plus en détail

Présentation du concept

Présentation du concept Label THPE RT 2005 2 niveaux d isolation disponibles Maisons INOV en clos couvert avec garantie décennale Version B du 11 mail 2009 SOMMAIRE Présentation du concept... 3 Descriptif du clos couvert des

Plus en détail

Terrassement- Fondations - Egouttage

Terrassement- Fondations - Egouttage Terrassement- Fondations - Egouttage «Le terrassement débute et ne dure que quelques jours. Viennent ensuite les fondations, puis le réseau d égouttage. On peut remarquer la qualité du travail d égouttage

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

L isolation écologique d un bâtiment

L isolation écologique d un bâtiment L isolation écologique d un bâtiment Astuces et points d attention - expérience d'un entrepreneur spécialisé en la matière. Formation «Le choix écologique des matériaux de construction» 12 mai 2009 Limbourg

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

BÂTIMENTS EXEMPLAIRES: ENERGIE & ECO-CONSTRUCTION APPEL A PROJET 2007

BÂTIMENTS EXEMPLAIRES: ENERGIE & ECO-CONSTRUCTION APPEL A PROJET 2007 Une initiative de la Ministre bruxelloise de l'environnement et de l'energie BÂTIMENTS EXEMPLAIRES: ENERGIE & ECO-CONSTRUCTION APPEL A PROJET 2007 DOSSIER D EXECUTION De la passoire thermique à la très

Plus en détail

L implication des coopératives dans la construction durable

L implication des coopératives dans la construction durable L implication des coopératives dans la construction durable 9 opérations Les enseignements Innovation et expérimentation préparation pour la RT 2012 et avance sur la concurrence surcout compris entre

Plus en détail

Certifiée passive & BEPOS

Certifiée passive & BEPOS Texte et photos : Gwenola Doaré Maison individuelle en Alsace Certifiée passive & BEPOS expérimentale par son procédé constructif innovant, cette maison passive construite en Alsace à Dettwiller surprend

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail