Problèmes liés aux radiations spatiales

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Problèmes liés aux radiations spatiales"

Transcription

1 Problèmes liés aux radiations spatiales R. Ecoffet (DTS/AQ/EQE/ER)

2 Sommaire Effets des radiations sur les composants Spécificités des convertisseurs DC/DC Recommandations Retours d expérience actuels

3 Effets singuliers Effets de déplacements atomiques Effets de dose cumulée Ions Protons Protons Electrons Rayons cosmiques Eruptions solaires Ceintures de radiations R. ECOFFET DTS/AQ/EQE/ER

4 p+ Cartographie indicative (pas à l échelle) Galileo/GPS Polaire e- ions p+ Interplanétaire Géostationnaire Jason / constellations

5 Les effets sur les composants Dose cumulée d ionisation e-, p+ Dérives paramétriques Globales Tous composants Bipolaires : ELDRS Déplacements atomiques p+ Dérives paramétriques Globales Locales Tous composants opto CCD, APS SET Composants actifs Effets singuliers p+, ions Perturbations fonctionnelles SEU SEL SEB/SEGR Composants logiques Composants CMOS MOSFET de puissance

6 Dose cumulée d ionisation Particules responsables - e-, p+, γ de freinage / simulés par irradiateurs γ Avantages / inconvénients des moyens de test - les irradiateurs γ permettent d irradier des assemblages fermés - irradiation en parallèle, on peut tester des lots Problèmes spécifiques - essais accélérés : débit de dose >> débits spatiaux - guérison (ou pas) à l ambiante ou en T - spécificité des technologies bipolaires : ELDRS = enhanced low dose rate sensitivity - recommandation de débit pour bipolaires : < 300 rad/h - tenue dépend de la polarisation / utilisation

7 Déplacements atomiques Particules responsables - p+ MeV~100MeV / simulés par faisceaux p MeV Avantages / inconvénients des moyens de test - les faisceaux forte énergie pénètrent des assemblages fermés - à plus faible énergie, évaluer l écrantage Problèmes spécifiques - les p+ déposent aussi de la dose cumulée - activation des pièces, radioprotection

8 Evénements singuliers Particules responsables - p+ 10MeV~100MeV / simulés par faisceaux p MeV - ions 1~1000MeV/n simulés par faisceaux d ions 1-10 MeV/n Avantages / inconvénients des moyens de test - les ions utilisés ne pénètrent pas des assemblages fermés - il faut exposer les puces pour les essais aux ions - chambres d essais sous vide pour les essais aux ions Problèmes spécifiques - test fonctionnel déporté

9 Bestiaire des événements singuliers SET = single event transient - collection de charge (id. principe de détection des particules) - impulsion de courant (jusqu à 20µs, Vcc) - amplificateurs, comparateurs, ref de tension, régulateurs, - logique combinatoire - impact dépend du schéma électrique (filtrage, etc ) SEU = single event upset - verrouillage d un SET dans une bascule ou registre - changement de valeur logique 0/1 ou 1/0 - tous circuits numériques ou mixtes - impact dépend de la fonction

10 Bestiaire des événements singuliers SEL = single event latch-up - déclenchement d un thyristor parasite - sur-consommation (court-circuit) - circuits CMOS - peut conduire à la destruction du composant par effet Joule - protection : couper alimentation et isoler le composant SEB = single event burn-out - passage en avalanche d une diode parasite - sur-consommation - MOSFETs de puissance - peut conduire à la destruction du composant par effet Joule - protection : derating sur la tension d utilisation du MOS et/ou conditions d utilisation (cyclage, charges)

11 Bestiaire des événements singuliers SEGR = single event gate rupture - claquage diélectrique de la grille d un MOS - destruction immédiate du composant (trou dans la grille) - MOSFETs de puissance - protection : derating sur la tension d utilisation du MOS

12 Moyens d essais utilisés par le CNES Dose cumulée - ONERA/DESP : irradiateurs Co60 faible et fort débit Accélérateurs de protons - Université Catholique de Louvain la Neuve (UCL, B) : 60 MeV, CNES - Paul Scherrer Institut (PSI, CH) : 300 et 60 MeV, ESA - Centre de Protonthérapie d Orsay : 200 MeV, CNES mais accès en standby Accélérateurs d ions - Institut de Physique Nucléaire (Orsay) : CNES, accès via ONERA/DESP - Université Catholique de Louvain la Neuve (UCL, B) : ESA Coordination de l accès aux sources et faisceaux - ONERA/DESP : Sophie Duzellier, - CNES : Françoise Bezerra,

13 Spécificités des convertisseurs DC/DC Un convertisseur DC/Dc est un cocktail de composants divers Tous les effets sont possibles : - dose cumulée - bipolaires : effets aggravés à faible débit de dose - optocoupleurs : dégradations en déplacements atomiques - composants analogiques (amplis, ref de tension,...) : SET - composants logiques : SEU - composants en technologie CMOS : latch-up - MOSFETs de puissance : burn-out ou SEGR Situation analogue à celle d une carte ou d un équipement La qualification radiations d un CV est un problème complexe

14 Recommandations Liens entre gamme de sélection et tenue aux radiations - sauf produits spéciaux garantis rad-hard : - aucun lien entre la gamme (commercial, militaire, spatial) et la tenue aux radiations : deux problèmes indépendants Produits à tenue «garantie» - attention aux produits «garantis» : être très prudent - beaucoup de fabricants américains «garantissent» par ex. 100 krad sur la base de normes de test fort débit (MIL ) applicables au CMOS mais pas au bipolaire ou assemblages - crédibilité de la «garantie» : ex. Interpoint, vendus pour 100 krad et défaillance à 6 krad (mauvais composant).

15 Recommandations Savoir ce qui se trouve dans le convertisseur - traçabilité des lots et représentativité des essais vs. pièces de vol - définition des tests à effectuer - optimisation des conditions d essais Tests de durée de vie (dose cumulée et déplacements atomiques) : - dans tous les cas, tests en dose à débit < 300 rad/h - évaluation : conditions pire cas ou abaques dans divers cas - qualification : la plus proche possible de l application Tests fonctionnels (SET, SEU, SEB, SEGR) - idem quant à conditions d utilisation - si problème constaté avec des p+, s arrêter là

16 Retour d expérience Peu de retours à ce jour sur DC/DC intégrés, mais pas mal de problèmes... GAIA : - approvisionnement stratégique avec unicité de lot pour µsat - composants commerciaux - test en cours, résultats peu encourageants mais à approfondir INTERPOINT : alerte NASA sur tenue optocoupleurs : ont été changés : problème Jason, traité par CNES et JPL (ESA associé) vendu pour 100 krad, tenue avec tests classiques 6 krad ce n est pas un problème d ELDRS responsable = driver MOS de très basse qualité

Vulnérabilité des équipements électroniques. aux effets singuliers des particules

Vulnérabilité des équipements électroniques. aux effets singuliers des particules Vulnérabilité des équipements électroniques aux effets singuliers des particules Page 1 Effet singulier Un effet singulier est induit par une seule particule de type: Ion lourd Proton Neutron Alpha Un

Plus en détail

Convertisseur DC/DC CMS 4W pour les applications spatiales

Convertisseur DC/DC CMS 4W pour les applications spatiales Convertisseur DC/DC CMS 4W pour les applications spatiales Présentation Principales fonctionnalités Technologie Performances obtenues Qualifications à réaliser Disponibilité et coût Tel : (33) 05.57.92.12.80

Plus en détail

Utilisation des Rayonnements Ionisants par les Industriels du Spatial

Utilisation des Rayonnements Ionisants par les Industriels du Spatial 9 ème journée du réseau des acteurs en radioprotection Midi-Pyrénées Utilisation des Rayonnements Ionisants par les Industriels du Spatial Françoise BEZERRA 8 Octobre 2012 Hôpital Joseph DUCUING, Toulouse

Plus en détail

Environnement radiatif et effets sur les composants électroniques: --- Moyens de simulation sol.

Environnement radiatif et effets sur les composants électroniques: --- Moyens de simulation sol. Environnement radiatif et effets sur les composants électroniques: --- Moyens de simulation sol. Françoise BEZERRA CNES DCT/AQ/EC Sommaire Les particules à simuler et les phénomènes associés. Les spécifications

Plus en détail

Co-financé Onera/Région PACA

Co-financé Onera/Région PACA Études théorique et expérimentale des effets singuliers induits par les muons atmosphériques sur les technologies numériques d'échelle nanométrique Pierre LI CAVOLI Doctorant 1 ère année ONERA, Département

Plus en détail

Transistors MOSFET haute tension haute température

Transistors MOSFET haute tension haute température G. TOULON 1 Introduc)on Circuits intégrés de puissance Composants haute tension U)lisa)on à haute température Conclusion G. TOULON 2 2 L'électronique dans l'automobile Contraintes Source : V. Von Tils,

Plus en détail

Séminaire sur les mémoires émergentes

Séminaire sur les mémoires émergentes Séminaire sur les mémoires émergentes Résultats des Tests radiatifs effectués sur des Fe-RAMs FM18L08 & FM20L08 de RAMTRON Plan de la présentation Présentation des bancs de tests Résultats des Essais radiatifs

Plus en détail

Le carbure de silicium la base des semi-conducteurs. puissance futurs

Le carbure de silicium la base des semi-conducteurs. puissance futurs Le carbure de silicium la base des semi-conducteurs de haute puissance futurs Au cours de la prochaine décennie, le silicium sera très probablement utilisé de manière croissante à côté du carbure de silicium,

Plus en détail

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Durée : 5 jours Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Réf : (Elec 01) capables de : - Comprendre et mettre en œuvre les différentes méthodes de tests des composantes

Plus en détail

Variateur de vitesse à haute fréquence Curtis PMC 1204 aux normes CEE (86/663/CEE) Table des matières

Variateur de vitesse à haute fréquence Curtis PMC 1204 aux normes CEE (86/663/CEE) Table des matières Variateur de vitesse à haute fréquence Curtis PMC 1204 aux normes CEE (86/663/CEE) Table des matières 1. Le transistor Mosfet 2. Le variateur de vitesse Curtis PMC 1204 3. Présentation 4. Caractéristiques

Plus en détail

Atelier INTENS, Novembre, Université Montpellier 2

Atelier INTENS, Novembre, Université Montpellier 2 1 Atelier INTENS, 14-15 Novembre, Université Montpellier 2 Les ceintures de radiation A. Sicard-Piet (ONERA/DESP) 2 Atelier INTENS, 14-15 Novembre, Université Montpellier 2 Environnement spatial: un milieu

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Dosimétrie en vol (avions de ligne): REX et perspectives frequent flyers

Dosimétrie en vol (avions de ligne): REX et perspectives frequent flyers 14 ème journée du réseau des acteurs en radioprotection Midi-Pyrénées Dosimétrie en vol (avions de ligne): REX et perspectives frequent flyers Françoise BEZERRA 28 Novembre 2014 Institut Universitaire

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des rayonnements ionisants (OIMRI) du 7 décembre 2012 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al. 2, 16, al. 2, 17,

Plus en détail

Les contrôles de radioprotection

Les contrôles de radioprotection Les contrôles de radioprotection Présentation de l arrêté du 26 octobre 2005 définissant les contrôles de radioprotection (JO du 27 novembre 2005) Application par les utilisateurs et les organismes agréés

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

Fiabilité des Composants et Systèmes Electroniques Hyperfréquences. Aspects fiabilité de la qualification de la technologie GaN 0.

Fiabilité des Composants et Systèmes Electroniques Hyperfréquences. Aspects fiabilité de la qualification de la technologie GaN 0. Fiabilité des Composants et Systèmes Electroniques Hyperfréquences Aspects fiabilité de la qualification de la technologie GaN 0.25µm d UMS Laurent Brunel 01/04/2015 Plan Introduction Pourquoi le GaN?

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation de IONISOS Description des rayonnements ionisants. Sources de rayonnements ionisants

SOMMAIRE. Présentation de IONISOS Description des rayonnements ionisants. Sources de rayonnements ionisants Sophie ROUIF, Responsable R&D Chimie sous rayonnements - sophie.rouif@ionisos.fr Les modes d exposition sous rayonnement : mise en œuvre et les avantages des installations industrielles Lyon / 29 septembre

Plus en détail

Int 1 2 R. Int 2. Figure 1

Int 1 2 R. Int 2. Figure 1 Examen partiel Electronique I 19.03.2003 Systèmes de Communications (Prof. A.M. Ionescu) Durée : 1h45 heures P1 : Soit le circuit de la Figure 1, ci-dessous : 2 M Int 1 A 2 2 N 2 Int 2 U U Figure 1 B Q1

Plus en détail

Le transistor MOS en mode commuté et l interface numérique à analogique

Le transistor MOS en mode commuté et l interface numérique à analogique Laboratoire 4 ELE2302 - Circuits électroniques Département de Génie Electrique Hiver 2012 Titre Le transistor MOS en mode commuté et l interface numérique à analogique Chargé de laboratoire Nom Mohammed

Plus en détail

Offre de Fonderie Silicium Technologies Signaux Mixtes CMOS 0.5µm durcies aux radiations

Offre de Fonderie Silicium Technologies Signaux Mixtes CMOS 0.5µm durcies aux radiations Offre de Fonderie Silicium Technologies Signaux Mixtes CMOS 0.5µm durcies aux radiations Une solution Flexible et Adaptée pour vos besoins de conception de circuits spatiaux «Full-Custom» Atelier CNES/CCT

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Fonctionnement des électrovannes de suspension

Fonctionnement des électrovannes de suspension Fonctionnement des électrovannes de suspension Le calculateur de suspension décide d agir sur la suspension suite à l analyse des informations fournies par les différents capteurs. Pour ce faire il peut

Plus en détail

Dosimétrie Passive versus Dosimétrie Opérationnelle: Situation en Europe. Filip Vanhavere SCK-CEN, Mol, Belgique

Dosimétrie Passive versus Dosimétrie Opérationnelle: Situation en Europe. Filip Vanhavere SCK-CEN, Mol, Belgique Dosimétrie Passive versus Dosimétrie Opérationnelle: Situation en Europe Filip Vanhavere SCK-CEN, Mol, Belgique SFRP: La dosimétrie individuelle des travailleurs et des patients Paris Mai 28 th, 2008 Utilisation

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAIS N SD 16 00 33

PROCES VERBAL D ESSAIS N SD 16 00 33 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon DPMES Laboratoire Dispositifs Actionnés de Sécurité Route de la Chapelle Réanville CD 64 CS22265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 63 82 Télécopie 33 (0)2

Plus en détail

Composants commerciaux organisation, exigences, expérience

Composants commerciaux organisation, exigences, expérience 1 CCT 5; 15; 18 Atelier Composants commerciaux pour l'informatique embarquée Composants commerciaux organisation, exigences, expérience Philippe LAY CNES DTS/AQ/QCP/PR Direction des Techniques Spatiales

Plus en détail

EP 2 141 741 A2 (19) (11) EP 2 141 741 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.01.2010 Bulletin 2010/01

EP 2 141 741 A2 (19) (11) EP 2 141 741 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.01.2010 Bulletin 2010/01 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 141 741 A2 (43) Date de publication: 06.01. Bulletin /01 (21) Numéro de dépôt: 0916496.0 (1) Int Cl.: H01L 27/07 (06.01) H01L 21/761 (06.01) H01L 29/861 (06.01)

Plus en détail

Irradiateurs industriels: Panorama des équipements, applications et perspectives. Francis MARTIN Conseil en Irradiation Industrielle 5 juin 2015

Irradiateurs industriels: Panorama des équipements, applications et perspectives. Francis MARTIN Conseil en Irradiation Industrielle 5 juin 2015 Irradiateurs industriels: Panorama des équipements, applications et perspectives Francis MARTIN Conseil en Irradiation Industrielle 5 juin 2015 Sommaire 1 - Généralités 2 - Les accélérateurs 3 - Les applications

Plus en détail

INFORMATION DU PERSONNEL. INSTALLATION ALCYON (SOURCE SCELLEE DE 60 Co).

INFORMATION DU PERSONNEL. INSTALLATION ALCYON (SOURCE SCELLEE DE 60 Co). 1 INFORMATION DU PERSONNEL. INSTALLATION ALCYON (SOURCE SCELLEE DE 60 Co). Risques encourus par le personnel. * Il s agit de la défaillance de la sécurité de barrière qui n arrête pas l irradiation en

Plus en détail

CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL

CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL APPLIED PHYSICS CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DU PHÉNOMÈNE DE LATCHUP INDUIT DANS LES CIRCUITS INTÉGRÉS EMBARQUÉS DANS UN ENVIRONNEMENT RADIATIF SPATIAL NADJIM MERABTINE, DJAOUIDA SADAOUI, MALEK BENSLAMA Laboratoire

Plus en détail

UNITROL F Systèmes d excitation pour machines synchrones avec et sans excitatrice tournante

UNITROL F Systèmes d excitation pour machines synchrones avec et sans excitatrice tournante UNITROL F Systèmes d excitation pour machines synchrones avec et sans excitatrice tournante Copyright 2000 Photodisc, Inc. UNITROL F Vue d ensemble du système Fig. 1: Configuration principale du système

Plus en détail

OFFRE DE STAGE D'ETUDES 2015/2016

OFFRE DE STAGE D'ETUDES 2015/2016 N Alias : NB10306960 Titre du stage : Etude, réalisation d'un convertisseur à découpage DC/DC pour application satellite, assurant la fourniture d un réseau électrique secondaire en 28Volts à partir d

Plus en détail

Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection

Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection Ordonnance sur les formations et les activités autorisées en matière de radioprotection (Ordonnance sur la formation en radioprotection) du 15 septembre 1998 (Etat le 1 er janvier 2008) Le Département

Plus en détail

2014 Alimentation haute tension à commande TTL + - 500 V en 4 groupes + - 800 v en 2 groupes Patrick Favre 2014

2014 Alimentation haute tension à commande TTL + - 500 V en 4 groupes + - 800 v en 2 groupes Patrick Favre 2014 2014 Alimentation haute tension à commande TTL + - 500 V en 4 groupes + - 800 v en 2 groupes Patrick Favre 2014 Les explications qui suivent sont reprises du premier projet de construction pour Ulrich

Plus en détail

ALARA à la conception de l EPR

ALARA à la conception de l EPR ALARA à la conception de l EPR Patrick Jolivet Ingénieur d études chimie des fluides et radioprotection Expert AREVA 5èmes Journées SFRP, Saint-Malo, 29 septembre 2010 Qu est-ce que l EPR? Réacteur nucléaire

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques

J AUVRAY Systèmes Electroniques LE TRANITOR MO Un transistor MO est constitué d'un substrat semiconducteur recouvert d'une couche d'oxyde sur laquelle est déposée une électrode métallique appelée porte ou grille (gate).eux inclusions

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail

TECHNOLOGIES ROBOTIQUE PROGRAMMATION

TECHNOLOGIES ROBOTIQUE PROGRAMMATION Electronique TECHNOLOGIES ROBOTIQUE PROGRAMMATION MANUEL DE L UTILISATEUR KIT SUMOBOT Partie 2 Association Evénement de l association Esieespace, association d électronique et de robotique de ESIEE Paris

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 12 00 44

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 12 00 44 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Département Feu et Environnement Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 33 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 68 PROCES

Plus en détail

1. Objectifs de régulation : Le régulateur numérique RG 750 agit sur le pont redresseur de façon à régler le courant d excitation de l alternateur

1. Objectifs de régulation : Le régulateur numérique RG 750 agit sur le pont redresseur de façon à régler le courant d excitation de l alternateur 2 1. Objectifs de régulation : Le régulateur numérique RG 750 agit sur le pont redresseur de façon à régler le courant d excitation de l alternateur Soit pour maintenir sur son point de consigne la valeur

Plus en détail

S131-22F Détecteur de mouvement LS filaire, 90

S131-22F Détecteur de mouvement LS filaire, 90 S131-22F Détecteur de mouvement LS filaire, 90 FR Guide d installation 804704/B Sommaire 1. Présentation...2 2. Préparation...3 2.1 Ouverture...3 2.2 Options de fonctionnement...3 3. Pose du détecteur...4

Plus en détail

BEP ET Leçon 25 Le transformateur monophasé Page 1/8 I 2 N 2 U 2

BEP ET Leçon 25 Le transformateur monophasé Page 1/8 I 2 N 2 U 2 BEP ET Leçon 25 Le transformateur monophasé Page 1/8 1. DESCRIPTION I 1 I 2 N 1 N 2 U 1 U 2 Schéma électrique I 1 I 2 U 1 U 2 Un transformateur est constitué : D une armature métallique servant de circuit

Plus en détail

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ TRANSSTORS bipolaires, MOS et à effet de champ Deux transistors sont principalement utilisés en électronique : le transistor bipolaire et le transistor MOS. Dans une proportion moindre, on trouvera également

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

Descriptif de module. Page Nuria Pazos. 5 septembre 2015

Descriptif de module. Page Nuria Pazos. 5 septembre 2015 RS430.100.15. 1/6 La description de module définit les conditions cadres du déroulement de l enseignement des matières du module. Filière(s) Orientation Public Informatique (INF) Informatique Industrielle

Plus en détail

Le grand livre de l électricité

Le grand livre de l électricité Le grand livre de l électricité Thierry GALLAUZIAUX David FEDULLO Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11535-0 Les bases Figure 4 : Les groupements dʼéléments 17 Le grand livre de l'électricité Exemple :

Plus en détail

Transmission sur ligne téléphonique

Transmission sur ligne téléphonique SYSTEME DE SURVEILLANCE ET SECURITE Transmission sur ligne téléphonique Ce document prend support sur un extrait du sujet national d Etude de Système Technique du BTS électronique (99), merci aux auteurs

Plus en détail

PIR9822 DETECTEUR D INTRUSION PASSIF A INFRAROUGE

PIR9822 DETECTEUR D INTRUSION PASSIF A INFRAROUGE PIR9822 D INTRUSION PASSIF A INFRAROUGE 1. Description Le PIR9822 utilise la technologie Double-Twin Optics et la logique de sécurité est livrée par le processeur ASIC (Application Specific Integrated

Plus en détail

1. PRÉSENTATION. 1.1 Caractéristiques essentielles des techniques analogiques et numériques.

1. PRÉSENTATION. 1.1 Caractéristiques essentielles des techniques analogiques et numériques. 1. PRÉSTATIO Il faut se rendre à l évidence : Le traitement d une information électrique s effectue de plus en plus souvent sous forme numérique, au détriment des techniques analogiques classiques. C est

Plus en détail

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION Thierry PRIEM Salon de la méthanisation en Lorraine CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 14 OCTOBRE 2014 MÉTHANISATION ET COGÉNÉRATION PAGE 2 LE PRINCIPE DE LA COGÉNÉRATION

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

TRANSISTOR EN COMMUTATION

TRANSISTOR EN COMMUTATION age 1 I/ ITRODUCTIO TRASISTOR E COMMUTATIO Un transistor bipolaire est constitué de semiconducteur dopé et de façon à former deux jonctions. Selon l'agencement de ces couches et on réalise un transistor

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 3: Le MOSFET

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 3: Le MOSFET GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 3: Le MOSFET Contenu du chapitre Fonctionnement du MOSFET On verra comment le MOSFET fonctionne, et comment l utiliser dans des circuits simples. Fonctionnement dynamique

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 11 00 52 A Additif n 1 au procès verbal initial n SD 11 00 52

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 11 00 52 A Additif n 1 au procès verbal initial n SD 11 00 52 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Département Feu et Environnement Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 33 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 68 PROCES

Plus en détail

LE TRANSISTOR MOS. Introduction. Description structurelle. Description comportementale. Quelques développements Analytiques. Exemples d'utilisation

LE TRANSISTOR MOS. Introduction. Description structurelle. Description comportementale. Quelques développements Analytiques. Exemples d'utilisation LE TRANSISTOR MOS Introduction Description structurelle Description comportementale Quelques développements Analytiques Exemples d'utilisation 1 INTRODUCTION Avant Actuellement Transistor à effet de champ:

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS

I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS 1 I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS Définition Un semi-conducteur est un solide qui est isolant au zéro absolu et conducteur à la température ambiante. Propriétés Dans un semi-conducteur, tout

Plus en détail

Convertisseur CAL23DmA rev0. AMDEC Détaillée

Convertisseur CAL23DmA rev0. AMDEC Détaillée Convertisseur CAL23DmA rev0 AMDEC Détaillée DATE 20-09-2010 WRITTEN BY CHECKED BY NAME P.DUMOULIN R.KIEFFER SAFETY CHECKED BY APPROVED A.CURULLA D.CURULLA REFERENCE LG REV SH/SH END AMDEC CAL23DmA rev0

Plus en détail

DECISION D'APPROBATION DE MODELE n 97.00.852.002.2 du 10 mars 1997. --------------- Opacimètre TECNOTEST modèle FLEX ---------------

DECISION D'APPROBATION DE MODELE n 97.00.852.002.2 du 10 mars 1997. --------------- Opacimètre TECNOTEST modèle FLEX --------------- Ministère de l Industrie, de la Poste et des Télécommunications SOUS-DIRECTION DE LA MÉTROLOGIE DA 13-1317 DECISION D'APPROBATION DE MODELE n 97.00.852.002.2 du 10 mars 1997 --------------- Opacimètre

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

Chargeur solaire pour batterie

Chargeur solaire pour batterie IUT GEII Etudes et Réalisations ER2-S3 Université Bordeaux 1 Chargeur solaire pour batterie On se propose d étudier et de réaliser un chargeur autonome pour batterie d accumulateurs (Pb-acide, NiCd, )

Plus en détail

Composants à semi conducteurs : Transistor à effet de champ MOS

Composants à semi conducteurs : Transistor à effet de champ MOS Électronique 1 Composants à semi conducteurs : Transistor à effet de champ MOS 1 Transistor MOS (ou MOS FET) MOS : Metal Oxyde Semi-conducteur FET : Field Effect Transistor Transistor à canal N : Transistor

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants

SOMMAIRE Thématique : Rayonnements ionisants et non ionisants SOMMAIRE... 2 1 SOMMAIRE Sécurité rayonnements électromagnétiques - Formation RNI... 3 Préparation HCA contrôleur en radioprotection... 4 Bases en radioactivité... 5 Risque en rayonnements ionisants...

Plus en détail

Electronique de puissance et vitesse variable

Electronique de puissance et vitesse variable L électronique de puissance au service de la vitesse variable Ce cours utilise de nombreux ouvrages et sites web sur lesquels j ai repris des photos ou des diagrammes. Je tiens à remercier toutes les personnes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 définissant les modalités de contrôle de radioprotection en application

Plus en détail

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 13 00 50

PROCES VERBAL D ESSAI N SD 13 00 50 Pôle européen de sécurité CNPP-Vernon Département Feu et Environnement Route de la Chapelle Réanville CD 64 - BP 2265 F 27950 SAINT MARCEL Téléphone 33 (0)2 32 53 64 33 Télécopie 33 (0)2 32 53 64 68 PROCES

Plus en détail

Fiabilité de l'électronique face à l'effet de dose

Fiabilité de l'électronique face à l'effet de dose 10 Décembre 2013 Fiabilité de l'électronique face à l'effet de dose Jérôme BOCH jboch@um2.fr 1 Résumé Les radiations induisent la dégradation des systèmes électroniques. Sur le long terme, la contrainte

Plus en détail

GUIDE DE POCHE CH DÉTECTEURS DE PRÉSENCE ET DE MOUVEMENT GUIDE DE POCHE

GUIDE DE POCHE CH DÉTECTEURS DE PRÉSENCE ET DE MOUVEMENT GUIDE DE POCHE GUIDE DE POCHE CH DÉTECTEURS DE PRÉSENCE ET DE MOUVEMENT GUIDE DE POCHE DÉTECTEURS DE PRÉSENCE ET DE MOUVEMENT LÉGENDE DES PICTOGRAMMES Alimentation 230 V AC Alimentation 12-24 V DC Alimentation 12-36

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Électronique de puissance

Électronique de puissance Guy Séguier Francis Labrique Philippe Delarue Électronique de puissance Structures, commandes, applications 10 e édition Couverture AudreyPS-istock.com Dunod, Paris, 2004, 2011, 2015 5 rue Laromiguière,

Plus en détail

PARTIE 2 PROJET ELECTRICITE. Répondre sur des copies différentes de celles utilisées pour la partie Projet Mécanique.

PARTIE 2 PROJET ELECTRICITE. Répondre sur des copies différentes de celles utilisées pour la partie Projet Mécanique. PARTIE PROJET ELECTRICITE Répondre sur des copies différentes de celles utilisées pour la partie Projet Mécanique. AVERTISSEMENT Il est rappelé aux candidats qu'ils doivent impérativement utiliser les

Plus en détail

CONVERSION DE DONNEES

CONVERSION DE DONNEES CONVERSION DE DONNEES Baccalauréat Sciences de l'ingénieur A1 : Analyser le besoin A2 : Composants réalisant les fonctions de la chaîne d information B1 : Identifier la nature de l'information et la nature

Plus en détail

Gamme d Alimentations Electriques de Sécurité.

Gamme d Alimentations Electriques de Sécurité. Gamme d Alimentations Electriques de Sécurité. La gamme AES fournit l énergie permanente d alimentation et de secours pour vos installations. Systèmes de Détection Incendie et Centrales de Mise en Sécurité

Plus en détail

1. Définitions et classifications

1. Définitions et classifications MASTER ISIC Les Alimentations 1 1. Définitions et classifications Une alimentation est un convertisseur d énergie. Une alimentation électrique transforme une énergie mécanique, chimique, électrique et

Plus en détail

Notice de branchement et de programmation. Coffret PIC 4410 230V (Monophasé)

Notice de branchement et de programmation. Coffret PIC 4410 230V (Monophasé) Notice de branchement et de programmation N 1700 N 9110 Coffret PIC 4410 230V (Monophasé) 09/15 Moteur Axial - Tubulaire - Optimax 133 (Document réservé aux installateurs) Sommaire Matériel nécessaire

Plus en détail

UH28C Appareil de contrôle en haute tension. Fiche technique

UH28C Appareil de contrôle en haute tension. Fiche technique Fiche technique UH28C Appareil de contrôle en haute tension ETL Prüftechnik GmbH Telefon: +49 711 83 99 39-0 E-Mail: info@etl-prueftechnik.de Lembergstraße-Straße 23 D-70825 Korntal-Münchingen Telefax:

Plus en détail

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 C1 Ondes et particules : supports d information En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 L échelle logarithmique permet de réduire l échelle des valeurs caractérisant les séismes possibles. a ) Qualités : -Très grande

Plus en détail

Applications de capteur laser

Applications de capteur laser Capteurs numériques à laser polyvalents de série LV Applications de capteur laser SOMMAIRE Capteurs réfléchissant avec petit spot Faisceau coaxial LV-H35 rectiligne Spot lumineux LV-H32 réglable longue

Plus en détail

AERONEF TELEPILOTE HELICOPTERES MULTIROTORS DOSSIER TECHNIQUE N donnez une référence à votre dossier. Scénario(ii) envisagé(s) : S2 S3 S4 (voir V)

AERONEF TELEPILOTE HELICOPTERES MULTIROTORS DOSSIER TECHNIQUE N donnez une référence à votre dossier. Scénario(ii) envisagé(s) : S2 S3 S4 (voir V) AERONEF TELEPILOTE HELICOPTERES MULTIROTORS DOSSIER TECHNIQUE N donnez une référence à votre dossier Note : joindre au présent dossier les manuels d utilisation et d entretien de l aéronef. Constructeur

Plus en détail

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection

Comparaison entre les législations européenne et suisse en radioprotection B Eidgenössische Kommission für Strahlenschutz und Überwachung der Radioaktivität Commission fédérale de protection contre les radiations et de surveillance de la radioactivité Commissione federale della

Plus en détail

Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques

Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques Le partenaire de l électronique industrielle http://www.deltest.com/ Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques Les outils d analyse et de test pour la réparation des cartes

Plus en détail

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE I) NOTIONS GENERALES I.1) Définition : L effet de couronne se produit sur tous les conducteurs et lignes soumis à une haute tension. Dés que le champ électrique à la surface

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

Aquariums et capteurs de niveau

Aquariums et capteurs de niveau http://club2a.free.fr/site/article.php3?id_article=477 Aquariums et capteurs de niveau mercredi 9 mai 2007, par Bricoleau Cet article a pour but de présenter les éléments de base, qui permettent de se

Plus en détail

Mention complémentaire vendeur spécialisé en produits techniques pour l habitat RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

Mention complémentaire vendeur spécialisé en produits techniques pour l habitat RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES 1. Définition Vendeur spécialisé dans plusieurs familles de produits, le titulaire de la mention complémentaire «vendeur spécialisé en produits techniques pour

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 Edms 335813 TIS IS 48 Publié par : TIS/GS Date de Publication : juin 2001 Original : Anglais PREVENTION DES INCENDIES

Plus en détail

Prise en compte de la nouvelle procédure de raccordement ERDF-PRO-RAC-14E Adaptation du titre de la note

Prise en compte de la nouvelle procédure de raccordement ERDF-PRO-RAC-14E Adaptation du titre de la note Direction Réseau Communication de données d étude dans le cadre de la présentation d une solution de raccordement d une installation individuelle au réseau public de distribution géré par ERDF Identification

Plus en détail

Compensation d énergie réactive

Compensation d énergie réactive Compensation d énergie réactive Condensateurs et armoires de rephasage Panoramique de gamme Infos & conseils Aide au choix Compensation tarif jaune Gamme ENERCAPTJ Compensation tarif vert Gamme ENERPACK

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

"Mesure du DAS de signaux apériodiques"

Mesure du DAS de signaux apériodiques "Mesure du DAS de signaux apériodiques" Journée WHIST ANR Projet MULTIPASS 05/02/2010 Plan Contexte Problématique de la mesure de signaux apériodiques Banc de caractérisation des sondes actuels Les solutions

Plus en détail

2. Analyse des performances et du comportement.

2. Analyse des performances et du comportement. 2. Analyse des performances et du comportement. Question 2.1: Calculer la valeur du paramètre "délai de démarrage" minimum à programmer dans la machine pour faire coïncider l'arrivée du paquet et l'étiquette

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

1. PROJET TECHNOLOGIQUE. 1.3 Description et représentation LES DIODES

1. PROJET TECHNOLOGIQUE. 1.3 Description et représentation LES DIODES 1. PROJET TECHNOLOGIQUE 1.3 Description et représentation Page:1/11 Objectifs du cours : Ce cours traitera essentiellement les points suivants : - présentation et symbolisation de la diode - fonctionnement

Plus en détail

Surveillance dosimétrique des travailleurs exposés aux RI Evolutions à l horizon 2014 Arrêté du 17 juillet 2013 et évolutions de SISERI

Surveillance dosimétrique des travailleurs exposés aux RI Evolutions à l horizon 2014 Arrêté du 17 juillet 2013 et évolutions de SISERI Surveillance dosimétrique des travailleurs exposés aux RI Evolutions à l horizon 2014 Arrêté du 17 juillet 2013 et évolutions de SISERI Pascale SCANFF pascale.scanff@irsn.fr Journée réseau radioprotection

Plus en détail

Effet des radiations : Mesure de la contrainte

Effet des radiations : Mesure de la contrainte Effet des radiations : Mesure de la contrainte Jean-Roch VAILLÉ Université de Nîmes, IES Groupe RADIAC Sommaire Pourquoi mesurer la contrainte Unités et ordres de grandeur Les grandes familles de détecteurs

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Bertrand DENIS Défi nergie 66200 ELNE Diagnostic de Performance Energétique Audit & optimisation énergétique Etude d ensoleillement - Thermographie infrarouge

Plus en détail