Label écologique européen: quels impacts sur les choix de consommation?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Label écologique européen: quels impacts sur les choix de consommation?"

Transcription

1 Label écologique européen: quels impacts sur les choix de consommation? Catherine Rousseau Research Director Fondation d'utilité publique Rue des Chevaliers Bruxelles REPRODUCTION AUTORISEE MOYENNANT ACCORD PREALABLE DE L EDITEUR ET MENTION DE LA SOURCE.

2 Des choix de consommation plus durables CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC Depuis le début des années 1990, et la conférence de Rio, il est admis que les modes de production et de consommation des pays dits développés sont responsables de pollutions et d épuisement des ressources naturelles, non soutenables à terme. Dès lors, les politiques environnementales se sont orientées progressivement vers des politiques centrées sur les produits et la consommation, en visant d'abord la phase d utilisation (réduction de la consommation d électricité, par exemple) ou la phase de rejet (tri des déchets). Mais il est apparu que, les solutions préventives étant préférables aux solutions curatives, les mesures devaient également viser à modifier les choix de consommation. Dans ce cadre, l information aux consommateurs joue un rôle très important. Et les labels écologiques constituent un type d information susceptible d influencer les choix de consommation. En effet, la quantité de produits mise sur le marché ne cesse de croître ainsi que les possibilités et les invitations/pressions à consommer. Le marché dans lequel les consommateurs doivent prendre leurs décisions quotidiennes devient de plus en plus complexe. Les labels environnementaux peuvent aider les consommateurs à repérer les produits plus respectueux de l'environnement. Le principe de labellisation écologique consiste à fournir aux consommateurs un nouvel outil d'appréciation et de comparaison des produits, concernant des attributs de qualité qu'ils ne pourraient pas évaluer par eux-mêmes : le respect de l'environnement tout au long du cycle de vie. Depuis une dizaine d années, de tels schémas de labellisation se sont développés dans le monde entier 1. Créé en 1992 par la Commission européenne, le label écologique européen ou écolabel a pour objectif d encourager les producteurs à mettre sur le marché des produits plus respectueux de l'environnement et de permettre aux consommateurs de les identifier facilement. Aujourd hui, l écolabel couvre 21 catégories de produits et environ 400 licences. Néanmoins dans l'ensemble, la labellisation écologique n'a jusqu'à présent rencontré qu'un succès modeste. Une des raisons pouvant expliquer ce faible intérêt est la prolifération des labels, entraînant une certaine confusion chez les consommateurs (3). Depuis décembre 2001, la commission européenne met en œuvre un programme de travail destiné à renforcer la promotion et la pénétration sur le marché de l écolabel et à accroître le nombre de catégories de produits intégrées dans ce système. Où en est-on aujourd'hui? Les consommateurs connaissent-ils et utilisent-ils l'écolabel? Comment le critère «respect de l environnement» intervient-il dans les choix? Est-ce que les consommateurs considèrent leurs choix de consommation comme une stratégie environnementale efficace? ACHATS ECOLOGIQUES : PLUS NOMBREUX MAIS ENCORE LIMITÉS Le sondage effectué en 2001 par l Observatoire Thalys dans 7 pays européens (Allemagne, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, France) révèle qu un tiers des consommateurs européens privilégie régulièrement les produits comportant une mention ou un label "respect de l'environnement". Un autre tiers le fait occasionnellement. Les Allemands (45%), les Italiens (42%) et les Français (35%) le font davantage. A l'inverse, près d'un tiers des Britanniques (30%), des Belges (26%) et des Espagnols (24%) n'y attachent aucune importance. Les femmes donnent plus facilement et plus souvent la préférence à des produits "labellisés" : ainsi 70,5% d'entre elles le font régulièrement ou occasionnellement contre 63% des hommes. De la même manière, 70% des ans et des ans 1 Voir notamment le site web du Global Ecolabelling Network : 2

3 disent acheter ces produits régulièrement ou occasionnellement, alors que les plus jeunes (18-24 ans), bénéficiant d'un pouvoir d'achat moindre, ne sont que 49,5%. (1) L Eurobaromètre 2002 montre que l achat de produits respectueux de l environnement n est pas le comportement environnemental le plus fréquemment adopté par les Européens, qui portent leurs efforts davantage sur les économies d énergie, d eau et le tri des déchets. Les Belges se distinguent parmi les Européens dans le domaine du tri des déchets. Les femmes économisent l énergie, trient les déchets ménagers, achètent des produits moins polluants et utilisent les transports en commun, tandis que les hommes contrôlent l émission de gaz des véhicules et diminuent la vitesse de roulage. Le tri des déchets ménagers, l utilisation des transports en commun et le contrôle du niveau d émission de gaz des véhicules augmentent avec le degré d urbanisation. A l inverse, la fabrication de compost avec ses déchets végétaux ou ménagers et la diminution de la vitesse adoptée en voiture diminuent avec le degré d'urbanisation. En Belgique, l enquête sur les comportements de consommation, effectuée par le CRIOC, indique que les critères éthiques (respect des conditions de travail, du bien-être des animaux, de l environnement et du commerce équitable) connaissent en 2004 une avancée importante. L'intérêt pour les conditions de production éthique est en croissance constante depuis CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 3

4 Éthique : évolution CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 42% 32% 35% 32% % de répondants citant des critères éthiques comme importants 40% 30% 27% 47% 65% 63% 58% 58% Conditions de travail Commerce équitable Respect du bien être des animaux Respect de l environnement L intérêt pour les conditions de production éthiques est en croissance constante depuis Manifestement, les produits non alimentaires éthiques commencent à rencontrer un intérêt de la part du consommateur. En effet, les critères éthiques sont cités par plus de 50% des consommateurs comme critères intervenant dans leur choix d un produit non alimentaire (et c est aussi le cas pour les produits alimentaires). Choix d un produit non alimentaire Top of mind Importance Additif 59 % Qualité 92% Solidité 87% Sécurité 84% Prix 80 % Disponibilité 75% Bien être des animaux 65 % Environnement 63 % Conseils des vendeurs 62 % Commerce équitable 58% Conditions de travail 58% Confiance marque 55 % Label 52 % Spontané Variété 81 % Emballage pratique 73% Info emballage 73% aidé Quand vous achetez un produit non alimentaire, quels sont vos critères de choix? Qualité, solidité, sécurité, variété et prix sont les critères les plus importants (> 80 %). La disponibilité, la praticité de l emballage (en ce y compris son information) sont cités 3 fois sur 4 le souci du bien-être des animaux et de l environnement sont cités deux fois sur trois. Les critères éthiques dépassent pour la première fois, le seuil des 50%. Base : Interrogés Les Flamands sont particulièrement attentifs à la qualité de l information sur l emballage (81%), à son aspect pratique (91%) et à la solidité du produit (91%) ainsi qu aux informations reçues du vendeur (69%)

5 Les Bruxellois sont davantage intéressés par la variété (92%), la confiance en la marque (81%), la solidité (95%), la présence d un label (82%), la qualité (97%), la sécurité (96%), l absence d additifs dangereux (90%), les conditions de travail (84%), le commerce équitable (78%), l environnement (82%) et le bien-être des animaux (86%). Les Wallons font confiance en la marque (66%) et portent leur attention sur la présence d un label (65%), les conditions de travail (71%), le commerce équitable (70%), l environnement (75%) et le bien-être des animaux (79%). L'intérêt pour les conditions de production éthiques est très élevé quel que soit l'âge du consommateur. L'intérêt pour les conditions de production éthiques est corrélé avec le groupe social. Quand le consommateur appartient à un groupe social supérieur, il est plus attentif à une consommation éthique. Groupe social et éthique 53% 55% 54% 51% % de répondants citant des critères éthiques comme importants 66% 62% 57% 58% 58% 66% GS inf GS moyen GS sup Conditions de travail Commerce équitable Respect du bien être des animaux Respect de l environnement 72% 72% L intérêt pour les conditions de production éthiques est corrélé avec le groupe social. Quand le consommateur appartient à un groupe social supérieur, il est plus attentif à une consommation éthique. Ce changement d attitude constaté parmi les groupes sociaux supérieurs est à mettre en relation avec l augmentation (importante) de l intérêt des critères éthiques dans le choix d un produit non alimentaire. L'intérêt pour les conditions de production éthiques intervient également dans le choix d'un magasin de produits non alimentaires. Depuis 1999, le CRIOC observe les comportements d éco-consommation en Région wallonne. En 5 ans, le taux de personnes qui ont modifié leur comportement et achètent des produits respectueux de l environnement a presque doublé (93%). Malgré cette croissance importante, l achat de produits respectueux de l environnement demeure limité. (8) 38 CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 5

6 Achat de produits respectueux de l environnement CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 57% 28% 43% 44% 38% 37% 24% 15% 50% 56% 15% 19% 19% 26% 28% Je ne le fais pas Je le fais parfois Je le fais régulièrement : données extrapolées 23 En 2003, 28% des consommateurs déclarent acheter régulièrement des éco-produits, 56% parfois et 15% jamais. Ce sont les femmes, les habitants de banlieue et les plus âgés qui déclarent plus souvent acheter des produits respectueux de l environnement. Par contre, pour les moins de 26 ans, les non responsables d'achat et les habitants des villes centrales, ce comportement est moins répandu. (7) VARIABLES INFLUENÇANT LE CHOIX DE PRODUITS RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT. De multiples variables interviennent dans le choix de produits respectueux de l environnement. Nous les aborderons, dans la partie qui suit, sous l angle de l individu qui doit faire face à des choix de consommation sur un marché pléthorique. L approche traditionnelle, basée sur un consommateur qui prend des décisions de manière rationnelle dans un système stable et bien défini de préférences, est aujourd hui abandonnée au profit de modèles plus dynamiques et complexes, orientés par des variables sociologiques (l'âge, la situation familiale, la profession, le style de vie, la position socio-économique ), psychologiques (personnalité, motivation, perception, apprentissage, attitudes ) et situationnelles (circonstances dans lesquelles s inscrivent les décisions d achat). Une étude qualitative, effectuée en 2002 et 2003 dans le cadre du Programme d'appui Scientifique au Développement Durable (PADD) de la Politique Scientifique belge (22) est parvenue aux conclusions suivantes : - La plupart des consommateurs ne sont guère concernés par les caractéristiques environnementales des produits. Leurs choix résultent d'interactions entre leurs motivations personnelles, leurs besoins profonds et les possibilités de satisfaction qu'offre le marché, dans lesquelles les critères environnementaux n interviennent pas (ou pas encore) de manière déterminante. 6

7 - La motivation du choix d un écoproduit ne résulte pas ou pas forcément du respect de l environnement mais plus souvent du besoin de réaliser des économies, d'une priorité donnée à la santé, du besoin de se distinguer, de la recherche prioritaire de la facilité ou du besoin de se sentir intégré dans un groupe social. - Quand un produit plus respectueux de l environnement est disponible, il n est pas évident que les consommateurs le choisissent délibérément car d autres facteurs peuvent intervenir et conduire à des choix moins bons pour l environnement mais qui sont sous d autres aspects de meilleurs produits. Par exemple, dans le domaine des lave-linge, il existe des appareils performants et durables qui économisent les ressources. Leur coût plus important à l achat est normalement compensé sur la durée par une réduction des coûts liés à l utilisation. Mais l idée de garder plus longtemps une machine ne séduit pas tous les consommateurs. Certains préfèrent payer moins, changer plus souvent et bénéficier du progrès technologique. - Selon les participants à l enquête, les questions environnementales concernant les produits restent sous la responsabilité des autres acteurs de marché, principalement les producteurs. Il est difficile pour les consommateurs de sélectionner des produits sur base de leurs caractéristiques environnementales. Le concept d écoproduit reste flou. En outre, ils estiment que tous les produits mis sur le marché doivent être respectueux de l environnement et pour cela, respecter des normes fixées et contrôlées par les pouvoirs publics. - Mis à part la catégorie de consommateurs qui cherchent à se démarquer des autres en adoptant des comportements plus écologiques ou à réaliser le meilleur rendement au niveau du prix, par exemple, les autres catégories ont besoin davantage de s identifier à un groupe et d agir dans le cadre d'une norme. En termes de produits, ceci peut s interpréter de la manière suivante : les écoproduits deviendront des choix possibles lorsque l offre en écoproduits sera abondante, clairement visible et diversifiée (plusieurs options, plusieurs marques), présentant une qualité comparable et un prix acceptable. Très peu de produits sont achetés pour respecter l environnement. Les critères environnementaux restent périphériques à ce que les consommateurs veulent atteindre au travers de leurs achats et ne font pas l'objet d une forte implication. Néanmoins, les consommateurs semblent de plus en plus nombreux à être conscients des impacts environnementaux liés à la production, l utilisation et le rejet des biens qu ils achètent. Ils sont également nombreux à se déclarer volontaires pour réduire l impact environnemental de leur consommation. Dans le scénario mental d un consommateur concerné par l environnement, relatif à l achat de certains biens, il se peut qu il y ait une séquence «choisis l alternative la plus respectueuse de l environnement dans le set de considérations» (21). Différents auteurs arrivent à la conclusion que les variables de personnalité sont associées plus étroitement au comportement écologique que les variables démographiques et socio-économiques, sans toutefois établir de lien solide. (17) En outre, il est difficile d'affirmer l'existence d'un comportement écologique général aussi bien en ce qui concerne les comportements d'achat que les comportements post-achat. Différentes études montrent qu il n existe qu une faible corrélation entre les divers comportements écologiques étudiés. Une personne peut recycler ses déchets ménagers et utiliser une automobile consommant beaucoup d'essence, de même qu'elle peut recycler les bouteilles en plastique et pas celles en verre. (17) Quelles sont les motivations des consommateurs qui passent à l'acte et recherchent des produits plus respectueux de l'environnement? Attitude proactive vis-à-vis de la protection de l environnement Une relation existe entre l attitude et le comportement si bien que l on utilise souvent l attitude pour prédire certains comportements. L attitude d un consommateur est sa prédisposition à réagir de manière cohérente, favorablement ou défavorablement, à un objet donné. Cette prédisposition est le résultat d'un apprentissage. (23) CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 7

8 La mesure des attitudes des consommateurs vis-à-vis d un produit ou des attributs d un produit est à la base de nombreuses stratégies de segmentation de marché. Mais elle peut se révéler très utile également pour des buts d éducation du consommateur. Il s agit alors de mieux comprendre ce qu il y a «derrière» les comportements pour mieux encourager leur changement. Il est clairement établi que des attitudes proactives en matière d environnement accroissent la propension des consommateurs à acheter des éco-produits. A l inverse, plus quelqu un croit qu il est difficile de faire beaucoup pour protéger l environnement, moins il est volontaire pour faire quelque chose dans ce domaine. (21) CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC Il est aussi démontré que les attitudes sont influencées par les valeurs de l individu et que celles-ci interviennent dans l élaboration d attitudes, positives ou négatives, vis-à-vis de la protection de l environnement. (17) Les valeurs concernent les buts importants que la plupart des gens recherchent. La valeur est une croyance qui a un caractère durable; elle établit une hiérarchie entre différents buts; elle exprime également des préférences d'un point de vue social ou individuel pour tel ou tel type de comportement. (23) L Eurobaromètre mesure les attitudes des Européens en matière d environnement. "Mon action individuelle peut-elle avoir un impact sur l'environnement?" Les Européens sont partagés sur la question: mi-optimistes, mi-pessimistes. Le "civisme environnemental" a de nombreux adeptes, surtout au nord de l'europe, mais n'a pas encore conquis une majorité de citoyens. Les Belges font partie du groupe de citoyens confiants dans leurs capacités à changer les choses. (11) Actif oui! Mais pas tout seul! Pour 65% des Européens, la solution passe par l'addition des actions individuelles de chacun. 8

9 L'attitude de l'action conjointe (efforts mais seulement si les autres en font aussi) est plus fréquente au Danemark (74%), en Grèce (74%), en Belgique (72%) et en France (72%). Les personnes qui ont un niveau d'études élevé adoptent davantage une attitude d'action conjointe que celles qui ont peu étudié. Les plus jeunes (15-24 ans) adoptent plus souvent une attitude de refus que leurs aînés. En Région wallonne, 4 consommateurs sur 5 estiment qu ils font des efforts pour protéger l environnement. Ce taux demeure relativement stable au cours des dernières années. (8) Perception générale de l action individuelle 2% 4% 4% 1% 3% 20% 18% 19% 78% 78% 95% 78% Je ne suis pas prêt à faire un effort Je suis prêt à faire un effort Je fais déjà un effort 14 CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 9

10 Recherche d'information sur les caractéristiques environnementales des produits Dans son rapport sur l'étiquetage écologique, l'ocde affirme qu'une prise de conscience des questions environnementales est un prérequis à la bonne marche d'un programme d'écolabellisation. (3) CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC Il semble qu'il existe bien une relation entre connaissance de l'environnement et comportement écologique mais on ne peut pas conclure qu'une plus grande connaissance amène systématiquement un changement dans le comportement écologique. (17) Dans une enquête effectuée en Allemagne, Italie, Espagne et Norvège, 4000 personnes ont été interrogées à propos de 3 produits et services : lave-linge, papier absorbant pour la cuisine et installations touristiques. (20) La plupart des répondants déclarent rechercher de l'information sur les caractéristiques environnementales des produits lorsqu'ils sont en situation d'achat. Néanmoins cette recherche ne se fait pas avec la même intensité selon les catégories de produits concernées. Dans le nord de l'europe, les personnes cherchent davantage d'information environnementale sur le papier absorbant et le lave-linge; dans le sud, ils s intéressent davantage aux installations touristiques. Cela reflète probablement les efforts qui ont été faits pour promouvoir l'écolabel pour des produits comme le papier ou les lave-linge dans le nord et l'importance des problèmes environnementaux liés à l'industrie touristique dans le sud. La raison la plus souvent invoquée pour expliquer la non recherche d'information est le manque d'intérêt pour ce type d'information. Les répondants qui agréent l affirmation "I do what is right for the environment, even when it costs more money or takes more time" (considéré comme l expression d une attitude proactive vis-à-vis de la protection de l'environnement) recherchent davantage d'information que les autres. En Allemagne et en Italie, les acheteurs cherchent davantage que les non acheteurs. En Allemagne et en Norvège, le groupe d'âge cherche davantage que les plus jeunes. En Italie et en Espagne, les pensionnés cherchent moins que les autres groupes d'activité. La Norvège est le seul pays où il y a une relation entre le genre, l'éducation et la recherche d information environnementale : les femmes et ceux qui ont un haut niveau d'éducation cherchent davantage que les hommes et ceux qui ont un niveau d'éducation primaire. Variétés des supports L information sur les caractéristiques environnementales des produits peut être apportée aux consommateurs sous divers formats, comme les labels écologiques, les tests de produits et les magazines d'organisations de consommateurs, l information fournie par les producteurs sur les emballages, via internet, le personnel de vente ou la publicité... Les labels écologiques se déclinent eux-mêmes en différentes catégories : labels réglementaires, labels de type ISO I (labels écologiques proprement dits), ISO II (auto-allégations), ISO III (éco-profils) et autres. 10

11 Dans l étude mentionnée ci-dessus, concernant l Allemagne, la Norvège, l Italie et l Espagne, les répondants qui recherchent de l'information, préfèrent une large variété de formats. La majorité des répondants souhaitent disposer de l'information sous plus d'un format. Les consommateurs préfèrent une variété d'instruments d'information mais considèrent que les écolabels sont des instruments importants. (20) En Belgique (2004), la demande d information est également multisupports, tant pour l'information générale préalable aux achats que l'information fournie sur le produit ou au moment de l'achat. (5) Mode d information souhaitée Sous quelle forme désirez-vous être informé? 34% Lieu de vente Internet Pub. GS Emballage 51% 58% 84% 82% 73% Guide Logos explicites Médias La demande est multisupports et touche à la fois l information générale préalable aux achats et l information sur le produit ou au moment de l achat. 8 consommateurs sur 10 recherchent une information sur l emballage ou dans les médias, 7 sur 10, dans les publicités des grandes surfaces, 6 sur 10 des logos plus explicites et un sur deux, un guide facile à emporter lors des achats ou un site internet qui donne une information détaillée. A peine un consommateur sur trois demande un panneau informatif sur le lieu de vente. 84% souhaitent que l'information leur soit fournie sur l'emballage ou dans les média, 73% via les publicités des grandes surfaces, 60% demandent des logos plus explicites, 50% un guide facile à emporter. Seuls 34% des consommateurs demandent un panneau informatif sur le lieu de vente. Des logos plus explicites sont demandés surtout par les Wallons, ceux qui habitent à la campagne et les groupes sociaux inférieurs. Lors des achats, en particulier pour les produits de consommation courante, les consommateurs ne lisent pas les étiquettes préalablement à l achat; il faut donc que les signes indiquant qu il s agit d un produit plus respectueux de l environnement se remarquent tout de suite. (22) Demande, connaissance et compréhension des labels Les labels environnementaux ne peuvent être utiles dans le cadre de politiques environnementales que s ils sont recherchés, reconnus par les consommateurs, compris, perçus comme fiables et appréciés comme instruments d aide à la décision. Connaître un label est un pré-requis pour l utiliser dans une décision d achat et le comprendre est un pré-requis pour l utiliser correctement. Connaître un label signifie savoir qu il existe, le reconnaître et savoir ce qu il signifie. CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 11

12 En effet, la reconnaissance d'un label n'entraîne pas forcément la compréhension de celui-ci. Dans un environnement surchargé d informations, pour qu un consommateur accorde de l attention aux écolabels, il faut en outre qu il croit que ce label peut l aider à atteindre un objectif (dans ce cas, environnemental) et qu il soit à la recherche de produits plus respectueux de l environnement (ou qu il attribue d autres avantages aux produits respectueux de l environnement). En effet, il est peu vraisemblable qu un consommateur accorde de l attention à un écolabel s il ne pense pas que l achat de produits écolabellisés permet de protéger l environnement ou s il ne croit pas que l information véhiculée par le label peut être utile dans ce cadre. CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC D autres facteurs peuvent encore influencer l attention que l on porte aux écolabels, notamment : - la disponibilité en produits écolabellisés dans les magasins, - des facteurs relevant de la personnalité : surtout la "perceived consumer effectiveness", c est-à-dire la perception que le consommateur a de sa capacité à influencer le résultat recherché (protéger l environnement, dans ce cas). (21) Une enquête quantitative (2000) réalisée en Grande Bretagne, Irlande, Allemagne de l Ouest et Allemagne de l Est indique qu une forte majorité de répondants portent attention aux écolabels, au moins de temps en temps. L attention portée aux écolabels varie avec l importance personnelle attribuée à la protection de l environnement et avec la "perceived consumer effectiveness" vis-à-vis des problèmes environnementaux. (21) La connaissance des écolabels et la disponibilité en produits écolabellisés sur les lieux de vente sont deux variables fortement corrélées. Les écolabels existants sont probablement la source la plus importante de connaissance sur les écolabels. On enregistre une meilleure connaissance des labels écologiques dans les pays où ces labels connaissent un développement plus important. Dans l enquête (2002) réalisée en Allemagne, Norvège, Italie et Espagne, seuls 1-2% des répondants évoquent l'eu Flower quand on leur demande de citer des écolabels. En Allemagne et en Norvège, 75% des répondants peuvent citer au moins un label, en Espagne seulement 25% peuvent le faire et moins encore en Italie : 5%. Les labels les plus souvent cités sont : l'ange bleu en Allemagne, Le cygne blanc en Norvège, le triangle du recyclage en Italie et le point vert en Espagne! Différents auteurs suggèrent que les écolabels et les produits écolabellisés, ainsi que leur environnement immédiat dans les magasins, sont les sources les plus importantes d apprentissage à propos des écolabels ; la connaissance des écolabels dépendrait donc de la disponibilité de produits écolabellisés dans les magasins. La présence de nombreux produits écolabellisés fait qu un consommateur peut les remarquer plus aisément, ce qui facilite son apprentissage. (21) Selon le Crédoc (2003), seuls 8% des Français reconnaissent la norme NF et 11% le label européen. Il n est pas étonnant que 73% des répondants pensent ainsi que l information sur les éco-produits est insuffisante. (18) En Belgique, l évaluation de la perception des labels effectuée par le CRIOC (2004) indique qu en moyenne, 1 consommateur sur 3 estime que la présence d'un label ou d'une certification est un critère important dans la sélection d'un produit. Pour les produits non alimentaires, ils sont un sur cinq à estimer que la présence d un label est un critère important de choix. 12

13 Label et choix d un produit non-alimentaire 82% Important 18% Pas important La demande de labels varie en fonction des profils. Un consommateur sur cinq estime que la présence d un label ou d un certificat est un critère important dans la sélection d un produit nonalimentaire. Ce taux est moins élevé que pour les produits alimentaires. Répondants : répondants ayant déclaré que la présence d un label sur un produit non alimentaire était important. L'âge, la localisation régionale, la taille du noyau familial et l'appartenance à des groupes sociaux déterminés peuvent influencer l'intérêt pour un label. Un consommateur plus jeune est moins attentif aux labels. Avec l'âge, la présence d'un label devient plus importante dans le choix des produits. Un consommateur membre d'un groupe social inférieur déclare être plus attentif à la présence d'un label même si, paradoxalement, il ne les achète pas. (5) CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 13

14 Age et Label CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 20% % de répondants citant la présence d'un label comme critère important 26% 25% 24% 8% ans ans ans ans 65 ans et + Région et label % de répondants citant la présence d'un label comme critère important 16% 20% 22% Flandre Bruxelles Wallonie L intérêt pour la présence d un label ou d une certification sur un produit non-alimentaire varie avec l âge du consommateur. L intérêt pour la présence d un label ou d une certification dans un magasin alimentaire est étroitement corrélé avec l âge du consommateur. Quand le consommateur vieillit, l importance du label augmente, exception faite des ans. L intérêt pour un label sur un produit non-alimentaire est perçu différemment selon l origine géographique du répondant. L intérêt croît au fur et à mesure du déplacement du Nord au Sud du pays. 14

15 Groupe social et label % de répondants citant la présence d'un label comme critère important 27% 24% 22% GS inf GS moyen GS sup Dans cette même enquête, un volet a été consacré à la fleur européenne. L intérêt pour un label sur les produits non-alimentaires est corrélé avec le groupe social. Quand le consommateur appartient à un groupe social inférieur, il est plus demandeur de la présence d un label. Par contre, plus la position sociale augmente, plus l intérêt diminue. Près d'un consommateur belge sur trois identifie le label écologique européen. Label écologique européen 72% Connu Pas connu 28% Près d un consommateur sur trois identifie le label écologique européen. Sans doute la symbolique du logo rappelle-t-elle la dimension européenne et le consommateur assimile-t-il celle-ci au logo Ce taux nous semble surestimé vu le nombre réduit de produits présents sur le marché belge. Le label est mieux connu parmi les Bruxellois (56 %), les ménages composés de 3 personnes (38 %). Le label est moins connu chez les couples sans enfant (20%). CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 15

16 La reconnaissance du label est étroitement corrélée avec l'âge du consommateur. Quand le consommateur vieillit, la reconnaissance du label augmente, exception faite après 65 ans. CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 16% Age et label écologique européen % de répondants reconnaissant le label 27% 31% 36% 28% ans ans ans ans 65 ans et + La reconnaissance du label écologique varie avec le groupe social. La reconnaissance augmente avec le statut social du répondant. 19% La reconnaissance du label est étroitement corrélée avec l âge du consommateur. Quand le consommateur vieillit, la reconnaissance du label augmente, exception faite après 65 ans. Groupes sociaux et label écologique européen % de répondants reconnaissant le label 30% 37% GS inf GS moyen GS sup La reconnaissance du label écologique européen est corrélée par rapport aux groupes sociaux. Quand le consommateur appartient à un groupe social inférieur, il reconnaît moins souvent le label. La reconnaissance augmente avec le statut social du répondant. 16

17 A peine 1 consommateur sur 4 est capable de préciser correctement le rôle du label. Ce sont les groupes sociaux inférieurs qui se trompent le plus souvent. Label écologique européen 28% Protection de l environnement Absence additifs dangereux pour la santé Absence d OGM 33% Correcte Erronée Salaire min. décent aux producteurs 1/3 monde Conditions travail du personnel de l entreprise Perception 23% Partielle Sans réponse 16% A peine un consommateur sur quatre est capable de préciser correctement le rôle du label. Un sur cinq donne quelques éléments de réponse. Un sur trois se trompe. Un sur trois déclare ne pas savoir répondre à la question. Ce sont les groupes sociaux inférieurs qui se trompent le plus souvent. Base : connaissent le label Label écologique européen Ce label garantit 1% 32% 11% 69% 22% Manifestement, le label écologique européen est perçu comme garantissant la protection de l environnement. Toutefois de nombreux répondants exagèrent sa portée. Un risque de confusion entre la symbolique européenne utilisée et la portée du label apparaît. Base : connaissent le label CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 17

18 Confiance : le maître mot! Pour que les consommateurs portent attention aux écolabels et les utilisent dans leurs choix de consommation, il faut qu ils aient confiance dans ce type d information ; les écolabels doivent donc être gérés de manière à rencontrer la confiance des consommateurs et la communication doit se développer de manière à construire cette confiance. CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC La confiance des consommateurs dans un label est un facteur essentiel de son succès car les consommateurs «ordinaires» ne sont pas capables de vérifier les données scientifiques à la base des critères et d'évaluer si un produit est réellement meilleur pour l'environnement. Le consommateur n utilisera un label que s il a confiance dans le message qu il véhicule. Or de nombreux consommateurs sont sceptiques par rapport aux allégations écologiques, véhiculées par les étiquetages et la publicité. De nombreuses études concluent dans le même sens : vu le nombre de labels, allégations et autres pictogrammes, les consommateurs sont incapables de distinguer les informations fiables des informations plus fantaisistes et cela réduit leur confiance dans l ensemble des labels. L intervention des autorités et d organismes comme l ISO semble avoir un impact sur les allégations écologiques et la confiance des consommateurs dans les écolabels augmente ces dernières années. (21) La confiance varie en fonction de l attitude du consommateur. L étude (2000) menée en Grande Bretagne, Irlande, Allemagne de l Ouest et Allemagne de l Est indique une corrélation entre la confiance dans les labels et l attitude proactive en matière d environnement : l influence de l attitude proactive vis-à-vis de l attention portée aux écolabels est plus grande chez ceux qui font confiance aux écolabels. Un facteur très important de cette confiance concerne le mode de gestion et le contrôle du label. De nombreuses études montrent que les consommateurs font davantage confiance aux organismes indépendants, aux organisations de consommateurs, aux organisations d environnement ou aux autorités publiques plutôt qu aux producteurs et distributeurs. La confiance des Norvégiens, des Allemands, des Italiens et des Espagnols va aux scientifiques et aux organisations de consommateurs et d'environnement tandis que ce sont les industries de la production et de la distribution qui inspirent le moins leur confiance. Les Allemands pensent que ce sont les organisations d'environnement et de consommateurs qui doivent gérer les labels et ils leur font confiance. En Italie, Espagne et Norvège, les répondants pensent que c'est au gouvernement national à jouer le rôle de leader dans le domaine de l'environnement, mais en même temps ils n'accordent que peu de confiance aux informations fournies par ces gouvernements. Les Européens accordent davantage de confiance aux autorités nationales ou européennes qu aux industries, mais moins qu aux ONG. (20) En ce qui concerne la Belgique, près d'un consommateur sur 2 a confiance dans le label écologique européen, davantage parmi les Bruxellois (84%), les ans (52%), les groupes sociaux supérieurs (37%) et moyens (38%). 18

19 Label écologique européen 54% Ce label inspire confiance Oui Non 46% Près d un consommateur sur deux place sa confiance dans le label écologique européen. Plus parmi les Bruxellois (84 %), les ans (52 %), les groupes sociaux inférieurs (71 %). Moins en Flandre (31 %), parmi les ans (18 %) et les groupes sociaux moyens supérieurs (37 %) et moyens (38 %). Dès lors, connaissant les taux de notoriété, de perception et de confiance, on peut calculer le taux d efficience du label écologique européen. Notoriété 72% 28% Efficience du label écologique européen Perception 21% 4% 7% Confiance Le taux d efficience du label EU Flower atteint 4%. Trois filtres d efficacité existent : La notoriété : sans notoriété, le label ne peut être reconnu et utilisé. La perception : si le consommateur lui attribue des fonctions erronées, il ne peut l utiliser à bon escient. La confiance : si le consommateur ne lui fait pas confiance, il ne l utilisera pas. Au travers de ces trois filtres, le taux d efficacité du label atteint 4 % Répondants : connaissent le label, son rôle et lui font confiance Efficience : % de consommateurs capables de reconnaître le label et son rôle La confiance des consommateurs en l information véhiculée par un label repose également sur le niveau des critères : il faut que le label apporte une garantie de qualité supplémentaire. CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC 19

20 Dans les différentes enquêtes compilées dans cette synthèse, les répondants témoignent d une grande confiance en la science ; dès lors, il semble évident que les critères des écolabels doivent être fondés scientifiquement. En outre, ils doivent atteindre un haut niveau, de telle manière que le produit qui y répond, soit réellement plus respectueux de l environnement. CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC CRIOC Le BEUC a comparé les critères définis pour les diverses catégories de produits couvertes par l'écolabel aux normes fixées par les réglementations. D'une manière générale, on peut affirmer que l'écolabel introduit des exigences nettement supérieures à celles imposées par les réglementations. Soit il fixe des limites plus strictes que celles définies dans les directives, soit il fixe des limites pour des produits qui ne font pas partie du champ d application de ces directives, soit il est tout à fait précurseur en fixant des critères là où la législation est inexistante. Le BEUC conclut de la manière suivante : l écolabel apporte un avantage clair et facilement compréhensible au consommateur qui est assuré de la protection de sa santé (et de l environnement) en choisissant un produit écolabellisé. L écolabel limite l exposition des consommateurs aux produits chimiques dangereux, il garantit un produit moins dangereux au consommateur final, alors que la législation ne sert souvent qu à informer le consommateur sur la dangerosité d une substance. CONCLUSIONS Des diverses études consultées dans le cadre de cette synthèse, il ressort que les consommateurs sont de plus en plus conscients des impacts environnementaux liés à la production, l utilisation et le rejet des biens qu ils achètent. Dès lors ils se déclarent volontaires pour intégrer les critères environnementaux, comme d autres critères éthiques dans leurs choix de consommation. Dans ce cadre les labels écologiques sont des outils capables d aider le consommateur à prendre des décisions. Une information de bonne qualité à propos des biens et des services joue un rôle important pour développer des modes de consommation plus durables. Une bonne information encourage les consommateurs à demander des produits de meilleures performances et, en conjonction avec d autres mesures, elle peut aider à modifier le marché vers des normes environnementales et sociales de plus haut niveau. Pour que les labels écologiques influencent les choix, il faut néanmoins que certaines conditions soient remplies. Le consommateur doit être convaincu qu en modifiant ses choix, il peut réellement contribuer à la protection de l environnement. Il doit ensuite apprendre à reconnaître et à connaître les labels fiables. Différentes mesures peuvent y contribuer : - Comme la meilleure source de connaissance et d apprentissage des labels écologiques est la proximité de nombreux produits écolabellisés, on peut attendre de l augmentation de l offre en écoproduits un effet boule de neige. Les autorités publiques ont un rôle à jouer dans ce sens, en encourageant les producteurs à mettre sur le marché davantage de produits écolabellisés. - La multitude d informations écologiques en tout genre semble mettre en péril la crédibilité des labels écologiques ; les consommateurs ne savent pas les repérer, identifier leur origine, les distinguer des informations plus fantaisistes. C est de nouveau aux autorités publiques qu il convient de mettre bon ordre, notamment en édictant des règles en matière d autoallégations et en définissant les conditions auxquelles doit répondre tout label. - Les procédures d établissement de critères, d attribution et de contrôle du label doivent se faire de telle manière qu elles développent un sentiment de confiance chez les consommateurs, préalable incontournable au succès des labels. Ces procédures doivent notamment être transparentes : en particulier les "cahiers de charges" doivent être facilement accessibles à tout un chacun ; elles doivent faire intervenir un tiers certificateur indépendant, être l objet de contrôles effectifs et associer l ensemble des stakeholders. Le label écologique européen répond à ces conditions. 20

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES

DIALOGUE AVEC LES CONSTRUCTEURS DE VEHICULES CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT 2 rue André Pascal, F-75775 PARIS CEDEX 16 TEL. 33 (0)1 45 24 97 10 / FAX: 33 (0)1 45 24 97 42 e-mail: ecmt.contact@oecd.org

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004 votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004 ISO L ISO (Organisation internationale de normalisation) est la source des familles ISO 9000 et ISO 14000 de normes de management de la qualité ou

Plus en détail

Marchés publics & Développement durable

Marchés publics & Développement durable Avec liste de contrôle Ce qu il faut savoir Marchés publics & Développement durable www.igoeb.ch CIEM Cette brochure s adresse aux administrations publiques qui souhaitent s engager, par leurs politiques

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES?

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER DANS LES ECOLES? 1. CONSOMMATION DE PAPIER Les écoles primaires et secondaires bruxelloises consomment chaque année 250 millions de feuilles A4, soit environ

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet.

Pour les principaux résultats de cette étude, découvrez notre résumé. Tous les tableaux et les chiffres se trouvent dans le rapport complet. Signaux de vente... En 2010, les commerciaux continuent de batailler sur tous les fronts. En suivant cette idée, Krauthammer, avec l'aide du Groupe ESC Clermont, a réalisé trois rapports d étude de «l'état

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement

JECO journée des éco-entreprises. Présentation de l événement JECO journée des éco-entreprises Présentation de l événement Atelier Valoriser sa démarche environnementale UN LEVIER DE CROISSANCE POUR L ENTREPRISE Objectifs Faire un panorama des différents référentiels

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR

ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR ECONOMIE D ENERGIE DES APPAREILS ELECTROMENAGERS : POURQUOI PAYER PLUS POUR CONSOMMER MOINS? ENQUETE ET PROPOSITIONS DE L UFC-QUE CHOISIR L enquête L UFC-Que Choisir vient de réaliser une enquête sur les

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

2008-1-TR1-LEO05-03203. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=4678

2008-1-TR1-LEO05-03203. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=4678 pratiques de contrôle environnemental de la pollution pour les décideurs et les experts environnementaux / Staff 2008-1-TR1-LEO05-03203 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise

La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Du mardi 3 décembre au vendredi 6 décembre 2013 La certification pour améliorer l organisation de votre entreprise Eric PIBOYEUX Président de la commission Jeunes FEDEREC Anne-Claire BEUCHER Responsable

Plus en détail

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes

M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes M-Tourisme et réseaux sociaux : les pratiques des clientèles européennes SOMMAIRE LES CONSTATS... 3 LA METHODOLOGIE... 3 CE QU IL FAUT RETENIR... 4 Google? Oui, mais pas que...4 Connectés, même en vacances!...4

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Des changements dans les habitudes mais des investissements coûteux

Des changements dans les habitudes mais des investissements coûteux n o 11 - décembre 2010 RÉUNION Pratiques environnementales Des changements dans les habitudes mais des investissements coûteux Des pratiques emblématiques liées à l environnement comme le tri des déchets,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant :

Art. 2. Les vérificateurs environnementaux, tels que définis à l article 2, point 20) du règlement (CE), relèvent du régime suivant : Projet de loi portant certaines modalités d application et sanction du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations

Plus en détail

Une histoire sans fin. Rockpanel certifié BRE Global A+ / A

Une histoire sans fin. Rockpanel certifié BRE Global A+ / A Une histoire sans fin Rockpanel certifié BRE Global A+ / A Rockpanel : la durabilité dans les gènes Le Groupe Rockpanel fait partie de Rockwool International, de par nature, attache une importance primordiale

Plus en détail

QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE?

QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE? QUELLE VISION ONT LES TPE-PME DE L ECONOMIE CIRCULAIRE? Découvrez les résultats de l enquête de l observatoire FUSION! L Observatoire FUSION, au service de l économie circulaire Le projet FUSION regroupe

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

URGENCE : PAS DE FUMÉE SANS DÉTECTEUR

URGENCE : PAS DE FUMÉE SANS DÉTECTEUR URGENCE : PAS DE FUMÉE SANS DÉTECTEUR Fondation d'utilité publique Boulevard Paepsem 20 1070 Bruxelles REPRODUCTION AUTORISEE MOYENNANT ACCORD PREALABLE DE L EDITEUR ET MENTION DE LA SOURCE. Introduction

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé

INTERNET ET SANTÉ. Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé QUESTIONS REPONSES INTERNET ET SANTÉ Proposition de titre : La certification : un moyen d améliorer la qualité des sites dédiés à la santé LE CONTEXTE Dispose t-on de données relatives à la fréquentation

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Etude Bosch 2006 sur la sécurité et l ESP : Les conducteurs connaissent-ils leur ange gardien?

Etude Bosch 2006 sur la sécurité et l ESP : Les conducteurs connaissent-ils leur ange gardien? Etude Bosch 2006 sur la sécurité et l ESP : Les conducteurs connaissent-ils leur ange gardien? P Préface lus de sécurité sur les routes! C est l affaire de tous et une priorité pour Bosch. En étroite collaboration

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl

GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl GUIDE ECO-EVENEMENT Petzl facteurs de reussite DES ENJEUX... DES ACTIONS ACTIONS DE COMMUNICATION AUTO EVALUATION DD-GUID-005 indice 1 GUIDES POUR UNE COMMUNICATION RESPONSABLE Charte Petzl pour une communication

Plus en détail

Communiqué de presse. Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages

Communiqué de presse. Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages Communiqué de presse Le moteur à explosion traditionnel continue à récolter tous les suffrages La voiture électrique demande une stratégie à long terme et le soutien des pouvoirs publics Les fausses idées

Plus en détail

Prévention des déchets lors d événements

Prévention des déchets lors d événements Prévention des déchets lors d événements Prévention des déchets lors d événements Wallonie 2008 Étude réalisée avec le soutien de la Région wallonne Objectifs Chaque année, le CRIOC réalise une enquête

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

GARANTIES ET SERVICES : LES ATTENTES DES SALARIES ET DES ENTREPRISES

GARANTIES ET SERVICES : LES ATTENTES DES SALARIES ET DES ENTREPRISES Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie GARANTIES ET SERVICES : LES ATTENTES DES SALARIES ET DES ENTREPRISES Anne FRONTEAU-LOONES Marie-Odile SIMON Septembre 2002 Département

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS

ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS ÉCO-GUIDE OBJETS PROMOTIONNELS GUIDE DE CHOIX FACTEURS DE RÉUSSITE GUIDE MATIÈRES AUTO ÉVALUATION DD-GUID-012 indice 1 GUIDES POUR UNE COMMUNICATION RESPONSABLE Charte Petzl pour une communication responsable

Plus en détail

La situation de la sécurité des clés USB en France

La situation de la sécurité des clés USB en France La situation de la sécurité des clés USB en France Synthèse Sponsorisé par Kingston Technology Préparé indépendamment par Ponemon Institute LLC Date de publication : novembre 2011 Rapport d'étude du Ponemon

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU

POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU POURQUOI ET COMMENT CONSOMMER MOINS DE PAPIER AU BUREAU 1. CONSOMMATION DE PAPIER La consommation mondiale de papier augmente de 20% chaque année! En Région de Bruxelles- Capitale (RBC), quelques 60 000

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda. Service de la qualité République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Commerce Direction du Commerce Wilaya de Skikda Service de la qualité Produits Chimiques L'action entreprise par la Communauté européenne dans

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

Le Belge et les investissements durables.

Le Belge et les investissements durables. Le Belge et les investissements durables. BANQUE & ASSURANCES Le Belge préfère les placements durables même s il ne sait pas précisément ce que cela signifie Préface Investir de manière socialement responsable,

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Guide «Organisation d une manifestation éco-responsable»

Guide «Organisation d une manifestation éco-responsable» Guide «Organisation d une manifestation éco-responsable» L éco-responsabilité va dans le sens du développement durable, «le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité

Plus en détail

SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE

SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE Annexe 3 Bulletin officiel n 12 du 22 mars 2012 SCIENCES DE GESTION - CLASSE TERMINALE SPÉCIALITÉ : MERCATIQUE Introduction La mercatique est «l ensemble des techniques et des actions grâce auxquelles

Plus en détail

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats

Utilisation d Internet pour les approvisionnements dans les grandes entreprises suisses (situation 2000) Bilan des résultats Université de Berne Institut d Informatique Economique Service de Gestion de l Information Prof. Dr. Joachim Griese Engehaldenstrasse 8, 3012 Berne Tél. +41 (0)31-631 47 85 Fax +41 (0)31-631 46 82 E-Mail:

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96

DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 CONFERENCE DES REPRESENTANTS DES GOUVERNEMENTS DES ETATS MEMBRES Secrétariat CONF 3980/96 Bruxelles, l (OR.dk) LIMITE NOTE DE TRANSMISSION Objet : Protection des consommateurs Les délégations trouveront

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES

CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES CODE d AUTODISCIPLINE ET DE DEONTOLOGIE EN MATIERE DE COMMUNICATION ET DE COMMERCIALISATION DES BOISSONS ALCOOLISEES Dans le souci du respect et de la recherche d une commune et loyale application des

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Diriger nos business de façon durable

Diriger nos business de façon durable Code de bonne conduite Diriger nos business de façon durable Afin de guider et soutenir les parties prenantes du marché dans leur démarche d excellence et de création de valeur dans le long terme, les

Plus en détail

I. Les mesures... 2. II. Le DAS dans les magasins et l e-commerce... 3. III. La publicité... 6

I. Les mesures... 2. II. Le DAS dans les magasins et l e-commerce... 3. III. La publicité... 6 Nouvelles règles relatives à la vente de téléphones mobiles Guide pratique pour les vendeurs et les distributeurs I. Les mesures... 2 1. En quoi consistent précisément ces mesures?... 2 2. Quelle est la

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS n LC 142 Janvier 2005 - 3 - L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS Sommaire Pages NOTE DE

Plus en détail

Dépenses d affranchissement

Dépenses d affranchissement Dépenses d affranchissement Bien les connaître, mieux les maîtriser Livre Blanc Machine à affranchir Livre blanc machine à affranchir : pourquoi et pour qui? Ce livre blanc a pour premier but d analyser,

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Les entreprises familiales vues par les actifs Français.

Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Les entreprises familiales vues par les actifs Français. Janvier 2014 Chaire Entrepreneuriat Familial et Société entre pérennité et changement Contacts : Noémie Lagueste Chargée d études Chaire Entrepreneuriat

Plus en détail

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Juin 2014 France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Pour les commerçants français, American Express et Diners Club doivent être traités de la

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire CCE 2013-1270 DEF Avis concernant un projet d arrêté royal relatif à la mise sur le marché des substances

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail