Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest"

Transcription

1 PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS D EQUIPEMENT DES NATIONS UNIES (FENU) SPECIAL UNIT FOR MICROFINANCE (SUM) MicroSave-Africa/West Africa Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest (Bénin, Burkina Faso, Ghana, Guinée, Mali et Togo) Tome 1 - Rapport de synthèse (version finale) Février - Mars 1999 Gilles GOLDSTEIN (IRAM) Issa BARRO (DCEG) avec la collaboration de Dominique GENTIL (IRAM) DCEG Dakar Consulting & Engineering Group 103, ave. Peytavin Immeuble Air France 3 è étage B.P DAKAR-PONTY (SENEGAL) Tél : (221) & Fax : (221) IRAM Institut de Recherches et d'applications des Méthodes de Développement 49, rue de la Glacière PARIS (France) Tél : (33.1) Fax : (33.1)

2 Sommaire RESUME...iv 1. AVANT PROPOS OBJECTIFS ET DÉROULEMENT DE LA MISSION LES ENSEIGNEMENTS DU SECTEUR AUTONOME/INFORMEL LA PRÉPONDÉRANCE DU SECTEUR AUTONOME TYPOLOGIE ET DESCRIPTION DES SYSTÈMES D'ÉPARGNE DU SECTEUR AUTONOME L'épargne en nature La thésaurisation Les Tontines Les banquiers ambulants Les clubs "Libériens" Les caisses de solidarité ESSAI D'INTERPRÉTATION L ANALYSE COMPARATIVE DES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS LA TYPOLOGIE DES RÉSEAUX ANALYSE COMPARATIVE DES RÉSEAUX Les réseaux de type Les réseaux de type Les réseaux de type LES DISPOSITIFS AU GHANA LES PRODUITS ET LES SERVICES D ÉPARGNE LES CATÉGORIES DE L ÉPARGNE Catégorie 1 : l épargne volontaire Catégorie 2 : l épargne obligatoire Catégorie 3 : l épargne liée à un service particulier Le coût de collecte de l épargne Analyse des produits et des services d épargne LES FACTEURS EXPLICATIFS DU DÉVELOPPEMENT DE L ÉPARGNE LES MOTIVATIONS POUR ÉPARGNER LES DÉTERMINANTS DE L ÉPARGNE LES LIMITES AU DÉVELOPPEMENT DE L ÉPARGNE STRATÉGIES ET INCITATIONS POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L ÉPARGNE LE RÔLE ET L IMPACT DE L ÉPARGNE LA STRATÉGIE D ÉPARGNE AU NIVEAU DES BÉNÉFICIAIRES La stratégie d épargne des femmes La stratégie d épargne des hommes LE RÔLE ET L IMPACT DE L ÉPARGNE POUR LES BÉNÉFICIAIRES DES SYSTÈMES L ÉPARGNE DANS LE PROCESSUS D INSTITUTIONNALISATION LE LIEN ENTRE ÉPARGNE ET PAUVRETÉ...60 i

3 8. LES RECOMMANDATIO NS ET LES PROPOSITIONS POUR DE NOUVEAUX PRODUITS AUGMENTER LE TAUX D INTÉRÊT EST-IL UNE SOLUTION? LES NOUVEAUX PRODUITS LES NOUVELLES ALLIANCES SYSTÈME D INFORMATION ET D ÉTUDES CONCLUSION...67 TABLEAUX TABLEAU 1 - LES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES RENCONTRES LORS DE LA MISSION TABLEAU 2 - LE POIDS DES SFD PAR RAPPORT AU SYSTEME BANCAIRE ET A LA POPULATION ACTIVE TABLEAU 3 - LA SITUATION DE LA CNE PAR RAPPORT AUX SFD TABLEAU 4 - SITUATION DES DISPOSITIFS DE TYPE 1 - LES GRANDS RESEAUX MUTUALISTES TABLEAU 5 - SITUATION DES DISPOSITIFS DE TYPE 2 - LES RESEAUX MUTUALISTES AVEC LIGNES DE CREDIT TABLEAU 6 - SITUATION DES DISPOSITIFS DE TYPE 3 - LES SYSTEMES AVEC CREDIT PREALABLE ET EPARGNE TABLEAU 7 - LA SITUATION DES SYSTEMES DE CREDIT AU GHANA TABLEAU 8 - LES CARACTERISTIQUES DE L EPARGNE A VUE TABLEAU 9 - LES CARACTERISTIQUES DE L EPARGNE A TERME TABLEAU 10 - LES CARACTERISTIQUES DE L EPARGNE OBLIGATOIRE TABLEAU 11 - LE DEGRE D IMPLANTATION DES PRINCIPAUX SYSTEMES VISITES ANNEXES ANNEXE 1 -TERMES DE REFERENCE DE LA MISSION ANNEXE 2 - PROGRAMME DE LA MISSION ANNEXE 3 - LISTE DES PERSONNES RENCONTREES ANNEXE 4 - BIBLIOGRAPHIE ii

4 LISTE DES SIGLES AFD Agence Française de Développement. BAD Banque Africaine de Développement. BCEAO Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest. BOAD Banque Ouest Africaine de Développement. BNDA Banque Nationale de Développement Agricole. CANEF Centre d Appui Nutritionnel et Economique des Femmes. CBDIBA Centre Béninois pour le Développement des Initiatives à la Base. CGAP Consultative Group to Assist the Poorest CMG Crédit Mutuel de Guinée. CNCA Caisse Nationale de Crédit Agricole. CNE Caisse Nationale d Epargne. CRG Crédit Rural de Guinée. CVECA Caisse Villageoise d Epargne et de Crédit Autogérée. DCEG Dakar Consulting & Engineering Group. FAARF Fonds d Appui aux Activités Rémunératrices des Femmes. FECECAM Fédération des Caisses d Epargne et de Crédit Agricole Mutuel. FENACREP Fédération Nationale des Caisses Rurales d Epargne et de Crédit. FENU Fonds d Equipement des Nations Unies. FUCEC Fédération des Unions Coopératives d Epargne et de Crédit. IRAM Institut de Recherches et d applications des Méthodes de Développement. MSA MicroSave - Africa ONG Organisation Non Gouvernementale. PARMEC Projet d Appui à la Réglementation sur les Mutuelles d Epargne et de Crédit. PASSEF Projet d Association et d Entraide des Femmes. PNUD Programme des Nations Unies pour le Développement. RCPB Réseau des Caisses Populaires du Burkina. ROSCAS Rotating Savings and Credit Association. SA Société Anonyme. SFD Système Financier Décentralisé. SOCODEVI Société de Coopération pour le Développement International. SUM Special Unit for Microfinance. SYNORSEC Synergie Nord-Sud pour l Epargne et le Crédit. UEMOA Union Economique et Monétaire de l Afrique de l Ouest WAGES Women and Association for Gain Both Economic and Social. WWBG Women World Banking Ghana. iii

5 Résumé de l étude Introduction L étude avait pour objectifs de comprendre comment les pauvres épargnent en Afrique de l Ouest et à partir de l analyse des services et produits d épargne offerts aux populations concernées, de voir comment les institutions de microfinance mais aussi les systèmes du secteur informel, répondent à cette question. Ce travail s inscrit dans la dynamique engagé par le PNUD et le Département pour le Développement International (DfID) d œuvrer ensemble à la promotion des services d épargne pour les pauvres en Afrique par l intermédiaire d un projet dénommé MicroSave Africa. Afin d avoir des éléments de comparaison sur les stratégies de mobilisation de la microépargne dans les pays d Afrique de l Est et de l Ouest, SUM (Special Unit for Microfinance) a décidé de conduire les mêmes études de base en Afrique de l Est à travers MSA / East Africa et en Afrique de l Ouest à travers MSA / West Africa. Cette étude, qui s est déroulée du 7 février au 10 mars 1999, devait permettre de réaliser une étude comparative sur les pratiques d épargne en Afrique de l Ouest. A cet effet, 4 pays de la zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine) ont été retenus (Bénin, Burkina Faso, Mali et Togo), un pays anglophone (Ghana) et un pays en dehors de la zone franc (Guinée). Les enseignements du secteur informel Contrairement aux idées reçues, le secteur autonome de l'afrique de l'ouest fait preuve d'un très grand dynamisme en matière de mobilisation de l'épargne. Celle-ci ne sert pas seulement à des opérations familiales ou sociales mais satisfait également des besoins liés à des activités économiques. La finance autonome est un excellent révélateur d'un grand besoin d'épargne, de l'imbrication de celle-ci avec d'autres fonctions économiques (investissement, crédit, assurance) et sociales (confiance, convivialité, proximité,...) et des modalités spécifiques de sa mobilisation. Son adaptation et sa diversité permettent d'atteindre une large gamme de public et de répondre à des motivations multiples. Malgré sa réussite le secteur autonome a cependant des moyens limités et souvent des coûts et des risques élevés. Ceci rend d'autant plus nécessaire le développement d'un secteur intermédiaire, qui s'adresse, pour l'essentiel au même public, mais qui vient compléter et amplifier les services financiers demandés, en principe à moindre coût et à moindre risque. iv

6 L analyse comparative des systèmes financiers décentralisés Des principales évolutions constatées au cours de ces dernières années, quelques idéesforces se dégagent. L épargne continue à croître à un rythme très rapide dans les réseaux de Coopec. Il est presque toujours supérieur à 20% par an pour les plus anciens (20 ans) et de l ordre de 30 à 40% pour ceux de moins de dix ans. Mais cette croissance est plus extensive (c est le nombre d épargnants qui augmente) qu intensive (l épargne moyenne par membre n augmente que faiblement). Grâce à des innovations en termes de produits (comme le tout petit crédit aux femmes de la FECECAM) ou en terme d organisation (4 ème dimension au Burkina) ces réseaux étendent leur sociétariat. L épargne préalable n est plus un dogme, ce qui permet d atteindre un nombre croissant de femmes. Au delà des Coopec, tous les autres réseaux s intéressent d une manière croissante à l épargne. Dans les zones peu développées ou avec des populations urbaines ou rurales à faibles revenus, l épargne est la ressource essentielle, même si elle est complétée par des refinancements. Même dans les réseaux qui ont démarré par le crédit et qui ont une clientèle majoritairement féminine, la collecte de l épargne volontaire ou par prélèvement sur le crédit, s intensifie. L épargne apparaît donc de moins en moins comme une fonction réservée aux couches moyennes et aux hommes. Les produits et les services d épargne Les principaux produits et services d épargne offerts par les réseaux en Afrique de l Ouest semblent avoir été généralement guidés par les besoins des populations cibles soucieuses avant tout de mettre leurs économies dans un lieu sûr et de pouvoir les retirer, partiellement ou en totalité, dès qu elles le désirent. Ce sont des produits peu sophistiqués et bien adaptés au contexte socio-culturel des zones d implantation caractérisées par un faible niveau de scolarisation et de faibles revenus. Les réseaux ont très peu diversifié leurs produits d épargne, mais cela ne semble pas avoir limité pour autant leur capacité de mobilisation de l épargne, celle-ci s étant accrue au cours des dix dernières années. Ainsi, il semble que les quelques produits actuels soient suffisants pour la grande majorité des sociétaires. Mais le financement des crédits à moyen terme va exiger maintenant la création de nouveaux produits d épargne longue, qui intéresseront sans doute davantage les nouveaux usagers plutôt que les sociétaires. Les facteurs explicatifs du développement de l épargne La motivation essentielle de l épargne reste, dans tous les réseaux, l accès au crédit, même si d autres motivations (sécurité, précaution,...) existent. Les volumes d épargne collectée tiennent beaucoup au type de clientèle des réseaux (urbaines ou rurales, absence ou présence de fonctionnaires et de gros commerçants, particularité du public féminin, zone d implantation) mais aussi à la politique de crédit, au climat de confiance et à la possibilité d accès à un refinancement. Le taux de rémunération de l épargne semble, pour le moment, rester un facteur secondaire. v

7 Des stratégies d incitation et de développement de l épargne commencent à se mettre en place mais reposent davantage sur une extension de nombre de caisses et de membres que sur des nouveaux produits ou des alliances avec le secteur autonome. Le rôle et l impact de l épargne Les stratégies d épargne des hommes et des femmes sont très différentes. Les femmes utilisent à la fois le secteur intermédiaire et le secteur autonome et arbitrent à tout moment entre besoins de consommation, besoins sociaux et activités économiques. Outre son intérêt économique pour les bénéficiaires, l épargne joue un rôle décisif pour l institutionnalisation des systèmes, en leur fournissant des ressources autonomes à moindre coût. Contrairement aux idées reçues, l épargne avec les nouvelles pratiques actuelles, n est plus un frein à l accès aux SFD. Grâce à un effet de levier, elle donne accès au crédit pour développer les activités économiques des sociétaires/clients. Elle permet également de mieux faire face aux risques. Cependant certaines catégories sociales, comme les hommes pauvres, ont beaucoup de difficultés, pour le moment, à accéder aux SFD. Les recommandations et les propositions pour de nouveaux produits Même si, jusqu'à présent, du fait de la croissance forte et spontanée de l épargne dans tous les réseaux, il n était pas indispensable d avoir une stratégie précise de mobilisation, cette situation est en train de changer, notamment du fait d une concurrence accrue entre les différents acteurs des systèmes financiers décentralisés. Inventer de nouveaux produits et développer des alliances avec le secteur autonome et le secteur bancaire sont des voies à explorer. Par ailleurs, l amélioration des systèmes d observation et d études, devrait permettre d affiner les stratégies et d en suivre les effets. Conclusion De cette analyse rapide menée auprès des principaux systèmes financiers décentralisés de six pays de l Afrique de l Ouest, quelques tendances fortes semblent se dégager de l évolution de ces dernières années. Les systèmes bancaires continuent, sauf rares exceptions, à être extrêmement concentrés dans les capitales et les grandes villes secondaires et à être sélectifs sur la clientèle. Dans la majorité des cas, plus de 90% de la population sont exclues des banques. Le secteur autonome/informel est toujours aussi vivace et l immense majorité de la population y a recours. C est un excellent révélateur de la demande réelle et des normes économiques et sociales appropriées. Malgré son adaptabilité et son inventivité, ses moyens restent relativement limités et ses services souvent coûteux et parfois risqués. Le secteur intermédiaire des systèmes financiers décentralisés (SFD) ou de la microfinance se développe et se diversifie. En renonçant, dans certains cas, à l épargne préalable et en créant de nouveaux produits ou d autres formes d organisations, ils arrivent à atteindre une part croissante du public féminin. Les autres types de SFD mobilisent de l épargne locale et la complètent par un refinancement externe ou utilisent au départ des lignes de crédit mais développent de l épargne concomitante. La croissance est également soutenue dans ces deux autres vi

8 types de systèmes. Alors que les produits de crédit sont relativement diversifiés, les produits d épargne, volontaires ou plus ou moins obligatoires, sont peu nombreux et peu sophistiqués. Les dépôts à vue restent prédominants. La législation PARMEC entraîne cependant une réflexion et un début d expérimentation sur l épargne longue. La motivation essentielle de l épargne est l accès au crédit. Les volumes dépendent beaucoup des catégories sociales et des zones concernées. Le taux de rémunération reste, pour le moment, un facteur explicatif secondaire. Avec les formes diversifiées de collecte de l épargne, celle-ci ne constitue plus un obstacle pour les populations pauvres d accéder aux SFD. L épargne, même minime au départ, permet aux pauvres d avoir accès au crédit, à une masse d argent critique nécessaire à la création ou à la consolidation d activités génératrices de revenus et à la limitation de leurs dépendances externes. Un effort important reste à faire pour développer de nouveaux produits, passer de nouvelles alliances avec le secteur autonome et avec le système bancaire et mieux comprendre les pratiques de l épargne selon les catégories sociales. La majorité des pays d Afrique de l Ouest connaît une certaine stabilité monétaire et a une longue tradition de mobilisation de l épargne. Avec les innovations récentes des anciens réseaux et avec les nouvelles approches n exigeant pas une couverture totale des crédits par l épargne, les nouvelles institutions financières peuvent atteindre les différentes catégories sociales, même celles à revenu limité. Outre son intérêt économique, travailler avec l épargne des membres, usagers ou bénéficiaires permet à ceux-ci de maîtriser, au moins partiellement, leurs institutions financières et de veiller à l adaptation des produits et services selon leurs propres critères. Le refinancement, par le secteur bancaire ou par des financements extérieurs, se fait sous une forme contractuelle et non par une imposition des normes de ceux qui viennent avec l argent. Et le pouvoir de décision reste sous le contrôle des usagers et non des apporteurs de capitaux qui voient parfois dans la microfinance une occasion de réaliser avant tout des profits. Mais ces avantages ont aussi leurs limites et leurs revers : rôle trop important des sociétaires conduisant à des politiques hasardeuses de crédit, difficultés de faire face aux impayés, manque de rigueur de gestion, difficultés de prendre à temps les décisions douloureuses, conflits entre sociétaires et techniciens,... Les crises de certains systèmes au Burkina Faso (UCECB) et en Guinée (Crédit Mutuel) et les difficultés rencontrées actuellement par certains réseaux anciens montrent qu il n est pas suffisant, pour être efficace, de travailler avec les propres ressources de la population et d avoir une approche mutualiste. vii

9 1. AVANT PROPOS L'Afrique de l'ouest est réputée pour l'ancienneté de ses réseaux de coopératives d'epargne et Crédit (Ghana en 1956, Togo en 1969, Burkina en 1972, Bénin en ) et pour la vigueur et la diversité de son secteur autonome/informel (tontines, banquiers ambulants, caisses de solidarité, clubs d'investisseurs,...). Mais cette richesse d'expériences est relativement peu connue et peu appréciée. Aucun Réseau Coopec ne figure dans le "Top 21", soit les 21 institutions du Microfinance Network, considérées comme "Modèles" des "meilleures pratiques", à vocation universelle. Cette situation a de multiples explications. Une des principales est sans doute le faible intérêt accordé jusqu'à présent au secteur autonome/informel et l'image des Coopec comme institutions financières adaptées aux "classes moyennes". L'épargne préalable, à partir de laquelle le crédit peut être octroyé, interdirait aux pauvres et aux femmes, de participer réellement aux Coopec. Si les Coopec ne sont pas un outil essentiel de la lutte contre la pauvreté et ne contribuent pas à la transformation des rapports de genre, elles n'ont donc qu'un intérêt limité par rapport aux grands enjeux définis par les conférences internationales ou le CGAP 1. Cette étude comparative dans 6 pays, même si elle a été effectuée avec des moyens limités, s'efforce de comprendre les évolutions, à la fois des réseaux anciens et des nouvelles formes de la microfinance et de restituer la mobilisation de l'épargne par rapport à son public, à ses motivations, à son importance économique et institutionnelle. Après une réflexion sur les enseignements du secteur autonome, ce rapport établit une typologie des réseaux, présente les facteurs explicatifs du développement de l'épargne, analyse son impact et fait quelques propositions d'amélioration. En définitive cette étude cherche à faire tomber quelques idées reçues et à ouvrir de nouvelles perspectives d'analyses et d'actions. 1 CGAP : Consultative Group To Assist the Poorest. 1

10 2. Objectifs et déroulement de la mission Au sein du Groupe Consultatif d Assistance aux Plus Pauvres (CGAP), s est créé depuis 1996, un Groupe de travail Mobilisation de l épargne qui s est fixé comme objectif principal de diffuser les expériences acquises dans le domaine de la mobilisation de la petite épargne et de la micro-épargne. Ce groupe auquel appartient le PNUD a organisé en février 1998 à Kampala (Ouganda), une conférence africaine sur l épargne dans le contexte de la microfinance qui a permis des réflexions sur les expériences et stratégies africaines de mobilisation de l épargne. Suite à la conférence de Kampala, le PNUD et le Département pour le Développement International (DfID) ont pris l initiative d œuvrer ensemble à la promotion des services d épargne pour les pauvres en Afrique par l intermédiaire d un projet dénommé MicroSave Africa. Afin d avoir des éléments de comparaison sur les stratégies de mobilisation de la microépargne dans les pays d Afrique de l Est et de l Ouest, SUM (Special Unit for Microfinance) a décidé de conduire les mêmes études de base en Afrique de l Est à travers MSA / East Africa et en Afrique de l Ouest à travers MSA / West Africa. MSA / West Africa est logé au sein du Guichet Microfinance pour l Afrique de l Ouest, projet du PNUD/FENU/BOAD basé à la BOAD à Lomé, pour réaliser les activités suivantes : étude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des IMF en Afrique de l Ouest ; étude comparative des Coopec de l Afrique de l Ouest et de l Afrique de l Est à travers leur stratégie de mobilisation de l épargne, leurs produits et services, leur clientèle et leur impact ; étude sur le rôle des Caisses d Epargne et des Chèques Postaux dans la mobilisation de l épargne nationale ; organisation conjointe avec MSA / East Africa d un séminaire bilingue à Kampala ; recherche - action en vue de concevoir et de développer de nouveaux produits d épargne. Ces activités conduiront au développement d un programme complet et durable en vue de renforcer la capacité des SFD désireux de fournir des services d épargne sûrs et de haute qualité aux pauvres. La mission avait pour objectifs 2 de : faire comprendre et connaître comment les pauvres épargnent en Afrique de l Ouest ; analyser les services et produits d épargne offerts par les secteurs formel et informel ; examiner les termes et conditions de ces services d épargne (disponibilité, liquidité, coût de transaction, taux d intérêt, etc.) ; analyser les techniques de marketing et de promotion mises en œuvre par les systèmes formel et informel ; examiner l utilisation que les populations pauvres font des différents services et produits d épargne offerts actuellement ; analyser le rôle et la stratégie d épargne des bénéficiaires des systèmes formel et informel. La mission devait mettre l accent sur la diversité des services et produits d épargne des secteurs autonome (informel) et intermédiaire (systèmes financiers décentralisés) utilisés 2 Termes de référence en annexe 1. 2

11 par les populations. Elle devait examiner également les avantages et inconvénients de ces services et produits d épargne afin de comprendre la manière dont les ménages les utilisent pour gérer leurs revenus et leurs dépenses. Enfin, elle devait analyser aussi les effets de la disponibilité des produits d épargne et services d épargne sur le niveau de la demande de crédit et sur la qualité du portefeuille de prêts. Cette étude, qui s est déroulée du 7 février au 10 mars 1999, devait permettre de réaliser une étude comparative sur les pratiques d épargne en Afrique de l Ouest. A cet effet, 4 pays de la zone UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine) ont été retenus (Bénin, Burkina Faso, Mali et Togo), un pays anglophone (Ghana) et un pays en dehors de la zone franc (Guinée). Les deux consultants qui ont réalisé la mission, ont passé 6 à 9 jours dans les pays concernés 3. Le temps imparti pour le travail dans ces pays a permis d avoir une vue d ensemble sur la problématique de l épargne. Il sera nécessaire de compléter cette étude exploratoire par des analyses plus fines notamment sur les questions touchant à l impact des produits et des services financiers sur la vie et le budget des ménages des populations pauvres. Dans l ensemble des pays et dans la majorité des cas, les personnes rencontrées 4 appartenant aux SFD (bénéficiaires, élus, gérants, salariés, cadres des réseaux) et aux systèmes autonomes/informels, les consultants spécialistes de la microfinance, les autorités monétaires et financières (Ministère des Finances, Banque Centrale), et les différents responsables régionaux du FENU et du PNUD, ont permis la réalisation de la mission dans de bonnes conditions. Cependant, le travail au Ghana s est déroulé dans un contexte assez défavorable, marqué par : l absence de l Administrateur de Programme du PNUD-GHANA chargé des questions de microfinance et qui aurait pu être une personne-ressource appréciable compte tenu du faible niveau d informations dont nous disposions sur ce pays au démarrage de la mission ; l organisation et la tenue d un Séminaire Régional sur la Microfinance (Capacity Building for Microfinance Networks in Africa) les 16, 17 et 18 février et qui a mobilisé les principaux acteurs de la microfinance au Ghana (Ministère des Finances, Bank of Ghana, le Réseau national des Institutions de Microfinance, les dirigeants des Institutions de Microfinance, etc.) ; la quasi-absence d appui logistique du PNUD Ghana. 3 4 Programme de la mission en annexe 2. Liste des personnes rencontrées en annexe 3. 3

12 Le déroulement de la mission Après un briefing au siège du Guichet Microfinance de l Afrique de l Ouest à la BOAD à Lomé du 8 au 10 février 1999 qui a été consacré à l élaboration de la méthodologie et à la programmation, la mission s est rendue du 11 février au 7 mars 1999 dans les pays suivants : Issa BARRO Ghana : du 11 au 19 février 1999 Guinée : du 20 au 27 février 1999 Burkina Faso : du 28 février au 7 mars 1999 Gilles GOLDSTEIN Togo : du 11 au 18 février 1999 Bénin : du 19 au 28 février 1999 Mali : du 1 er au 7 mars 1999 Des visites ont été organisées auprès de 21 systèmes financiers décentralisés (liste cidessous). Elles ont permis de rencontrer des bénéficiaires, des élus, des salariés de terrain et des cadres des réseaux. Un rapport complémentaire (tome 2) présente la description de chacun des systèmes rencontrés lors de la mission. Tableau 1 : Les systèmes financiers décentralisés rencontrés lors de la mission Bénin Burkina Faso Ghana FECECAM RCPB WWBG PASSEF LINKAGE CITI SAVINGS & FENACREP FAARF LOANS COMPANY CBDIBA AJUMAKO ENYAN ESSEM Guinée Mali Togo Crédit Mutuel Kondo Jigima FUCEC Crédit Rural Nyésigiso WAGES YETE MALI MISELI SYNORSEC CANEF SOCODEVI An niveau des systèmes autonomes/informels, des membres des tontines et des banquiers ambulants ont été rencontrés par la mission ainsi que le responsable du dispositif nommé Tontine71-96 au Bénin et des bénéficiaires de ce système. En fin de mission, une restitution au siège du Guichet Microfinance de l Afrique de l Ouest a été organisée. Un debriefing avec le Deputy Resident Representative de Lomé s est déroulé dans les bureaux du PNUD. 4

13 3. Les enseignements du secteur autonome/informel 3.1 La prépondérance du secteur autonome A côté du secteur bancaire, qui ne concerne qu'une clientèle très limitée et d'un secteur intermédiaire, regroupant les diverses institutions de la microfinance, les activités du secteur financier "informel" ont été longtemps considérées comme relativement marginales et cantonnées à des "affaires sociales", permettant une solidarité pour faire face à des frais de funérailles, de maladie ou de scolarité,... Les pratiques de crédit usuraire étaient censées disparaître grâce à la libéralisation et à la privatisation des systèmes financiers et au développement du crédit "moderne". Cependant, plusieurs études économiques et sociologiques ont montré l'importance de ce secteur en termes de public et de flux financiers. En général plus de 80% de la population utilisent les services financiers informels et les sommes drainées sont souvent aussi importantes que celles qui passent par le secteur bancaire, comme le montrent plusieurs études comparant les banquiers ambulants et les banques classiques au Ghana 5. Par ailleurs, le secteur dit informel obéit à des modalités bien définies et à des règles sociales souvent très strictes. Le secteur informel est loin d'être "informe". Il est donc sans doute préférable d'utiliser d'autres mots plus appropriés. L'idée de secteur autonome permet de souligner le caractère endogène de ses modalités d'épargne, de crédit et d'assurance, c'est à dire de création et de fonctionnement en dehors de toute intervention extérieure. Le secteur "autonome" est lui même caractérisé par son extrême diversité. Au niveau de l'épargne, il faut souligner l'importance de l'épargne en nature (grenier, bétail, or, armes, matériel,...) et des garde-monnaies, personnalités riches comme les commerçants ou connues pour leur moralité, comme certains notables, chez qui il est possible de déposer son épargne, sans intérêt. Les prêts personnels, très fréquents, peuvent se faire dans des conditions dites usuraires, avec des taux d'intérêt de l'ordre de 10 à 20% par mois ou à des taux apparemment nuls auprès de parents, voisins ou amis : les prêts peuvent faire l'objet d'autres types de compensations, sociales ou en travail. 5 Ernest Aryeetey, A study of informal finance in Ghana, february

14 3.2 Typologie et description des systèmes d'épargne du secteur autonome. En un temps si court (environ une semaine par pays), il n'a pas été possible de collecter des informations vraiment nouvelles ou quantitatives sur les différentes modalités d'épargne dans le secteur autonome. Mais la documentation existante permet d'en retracer les principales caractéristiques L'épargne en nature Même si elle est difficilement quantifiable, l'épargne en nature (grenier, bétail, or, armes, matériels et équipements divers) est de très loin la forme prédominante de l'épargne, surtout en période d'inflation ou de monnaie dévaluée. Une de ses caractéristiques essentielles est de pouvoir être revendue facilement en cas de besoin social ou d'opportunité économique. Pour les stocks de céréales ou les achats de bétail, s'y ajoute une motivation forte de rentabilité économique. La vente spéculative ou l'activité d'embouche, malgré certains risques, ont des taux de rémunération du capital largement supérieurs à ceux des banques et des Coopec. Il n'y a donc pas des gisements considérables d'épargne qu'un secteur "moderne" pourrait facilement mobiliser mais une partie pourrait sans doute rejoindre des institutions financières La thésaurisation La fameuse épargne "sous les matelas" et "dans les canaris" est elle aussi difficile à quantifier, même si elle apparaît parfois au cours d'opérations de changement de monnaie (par exemple 1986 en Guinée) ou de billets. Celle-ci est sans doute plus facilement mobilisable, si on arrive à répondre aux deux motivations qui expliquent la thésaurisation : le manque de confiance et le souci de confidentialité Les Tontines Les tontines, d'abord en travail puis en argent ont plusieurs siècles d'existence. Elles restent le socle du secteur financier autonome. Il en existe plusieurs formes : Les tontines simples les tontines mutuelles C est une forme très répandue notamment chez les femmes ayant ou non une activité génératrice de revenus. Elle a un caractère plus social qu économique et est basée sur le principe de réciprocité. Son principe général de fonctionnement est le suivant : des personnes habitant le même quartier, le même village ou exerçant la même activité, ou ayant des liens d amitié ou familiaux décident de constituer ensemble une tontine au sein de laquelle elles vont effectuer des versements périodiques (journaliers, hebdomadaires ou mensuels) ; à des échéances prédéterminées, chaque membre de la tontine va pouvoir lever les fonds ainsi épargnés à tour de rôle ; la tontine s arrête normalement lorsque chaque membre a levé ses fonds, mais très souvent, les membres peuvent décider d en mettre en place une nouvelle. 6

15 les Nnoboa groups Au Ghana, en plus de la tontine mutuelle traditionnelle, il existe une autre forme de tontine que l on rencontre surtout parmi les paysans en milieu rural : les Nnoboa groups. Le principe est le suivant : plusieurs femmes s organisent en un groupe de 15 à 100 personnes et épargnent en numéraire et/ou en nature. Les ressources collectées sont prêtées à certaines d entre elles qui doivent réaliser des activités génératrices de revenus ; afin de leur permettre d avoir assez de fonds pour pouvoir rembourser le crédit (principal et intérêts), les autres membres du groupe ont l obligation d acheter les produits fabriqués par les bénéficiaires de crédit à un prix supérieur à celui du marché ; en contrepartie, à la fin de chaque journée, les bénéficiaires de crédit doivent déclarer au groupe les bénéfices réalisés. Ainsi, non seulement les Nnoboa groups permettent d accéder au crédit, mais ils facilitent la commercialisation des produits pour pouvoir rembourser. Les tontines complexes la tontine aux enchères Il existe une forme de tontine dite tontine aux enchères régie par un principe de spéculation : les membres de la tontine cotisent périodiquement et ces cotisations sont portées à leur crédit ; contrairement à la tontine simple, ici, le tour de chaque membre est défini par l enchère. les clubs d investisseurs Dans les clubs d investisseurs, les membres cotisent et peuvent emprunter en cas de besoin, mais ils doivent rembourser avec un taux d intérêt parfois élevé ; le club peut également prêter à des non-membres à des conditions évidemment plus dures (taux d intérêt plus élevé). A la fin de la tontine, les membres récupèrent leur épargne majorée des intérêts perçus sur les crédits distribués au prorata de leurs cotisations Les banquiers ambulants On les retrouve en grand nombre surtout au Ghana, au Bénin et au Togo où on leur donne des appellations différentes : susu, yes yes, etc. Ils gardent les économies de leurs clients moyennant une rémunération fixée au préalable et acceptée par ceux-ci. Leur activité est basée sur la confiance dont ils jouissent au sein de la communauté. Dans certains pays comme le Ghana, ils mobilisent environ 70 milliards de cedis (près de 18 milliards de FCFA) et représentent donc un élément important dans la mobilisation de l épargne nationale. Les banquiers ambulants proposent un seul produit d épargne : le dépôt à vue non rémunéré, facilement accessible, simple, dénué de toute contrainte en termes de paperasserie et adapté aux préoccupations et contraintes professionnelles des épargnants ; de plus, les banquiers ambulants peuvent consentir des avances à leurs bons clients. Le système fonctionne de la manière suivante : une personne jouissant d un certain capital de confiance au sein de son quartier, de son voisinage, etc. propose à quelques personnes de lui confier quotidiennement leurs économies qu il s oblige à leur restituer après un mois ; ainsi, tous les jours, à partir d une certaine heure (par exemple à midi pour laisser le temps à ses clients (es) de réaliser quelques opérations), le banquier ambulant se présente et collecte une somme fixée à l avance (aussi petite que 100 FCFA ou aussi grande que FCFA voire plus) ; cette somme est alors inscrite sur la carte du client au jour de la collecte (c est cette carte qui sert en fait de reçu de versement et de matérialisation de la 7

16 créance du client) ; après avoir reçu pendant un mois les versements, le banquier ambulant restitue le capital à son client en prélevant un jour de collecte en rémunération du service ainsi fourni et du risque qu il assume. Le banquier ambulant essaye de minimiser les risques de vol en ouvrant un compte auprès d une agence de banque proche de son lieu d intervention dans lequel il reverse quotidiennement les sommes collectées. Le mode opératoire des banquiers ambulants va à l encontre de la rationalité économique généralement énoncée en matière d épargne et de taux d intérêt, à savoir que la motivation des épargnants est liée au taux d intérêt pratiqué. Dans le cas des banquiers ambulants, non seulement l épargne n est pas rémunérée, mais en plus les clients payent le service d épargne (une commission égale à un jour par mois de collecte est perçue par ce dernier) ; en payant une commission, les clients s obligent à épargner chaque jour puisque dans tous les cas la rémunération du banquier ambulant est de 1 jour par client et le client ayant sauté des jours paye plus cher que celui qui a épargné chaque jour (la commission correspond à 1/30 ième si le client a épargné tous les jours du mois, 1/15 ième s il n a épargné que pendant 15 jours, etc.). Le fait de payer un service d épargne est éloquent et indique à quel point le besoin d épargner est grand au niveau des populations Les clubs "Libériens" Dans les clubs libériens, que l on retrouve aussi en Guinée, plusieurs personnes créent un club dont les droits d adhésion sont fixés à 200 FG par bras. Ils s engagent à verser, toutes les semaines pendant 52 semaines, une certaine somme d argent (fixée à FG par mois pour un bras, mais chaque membre peut avoir plusieurs bras selon ses moyens). L épargne ainsi accumulée peut être prêtée aux membres selon les conditions suivantes : durée de 4 mois et taux d intérêt de 20% par mois. Des non-membres peuvent également obtenir des prêts, mais dans ce cas les taux d intérêt sont plus élevés et les durées de remboursement plus courtes. Il est également possible de réaliser des opérations commerciales avec cet argent (par exemple achat et revente de produits agricoles). En fin d année, le capital et les bénéfices (intérêts et profits sur les opérations réalisées) sont répartis entre les membres Les caisses de solidarité De nombreuses caisses de solidarité, autonomes ou liées aux tontines ont une fonction d assurance, notamment pour le cas de décès et de maladies ou pour financer les frais de scolarité. Elles se développent au fur et à mesure que les prestations de l Etat en matière d éducation et de santé diminuent. La caisse sociale peut apporter son secours en payant les frais (par exemple le rapatriement des corps de la ville au village) ou en prêtant de l argent sans intérêt ; mais, dans d autres cas, ces caisses de solidarité, outre leurs fonctions d assurance, octroient aussi des prêts, généralement avec intérêt assez élevé, pour développer les activités économiques. On pourrait bien sûr multiplier les exemples. Le secteur financier autonome se caractérise par la grande diversité de ses fonctions et de ses publics, par sa souplesse et ses capacités d adaptation. Il permet de voir comment les paysans et les urbains s organisent sans interventions extérieures : quelles sont leurs priorités, les modes d organisations, l imbrication entre économique et social, les coûts et les modes de rémunération, la gestion des risques? 3.3 Essai d'interprétation 8

17 Le secteur autonome rend un certain nombre de services, parfois limités et risqués, souvent coûteux, à la majorité de la population. Agissant en dehors d'interventions extérieures, il apparaît de surcroît, comme un excellent révélateur de la demande réelle et des modalités pratiques de réponses adaptées. En ce qui concerne l'épargne, plusieurs éléments importants peuvent être relevés. Il existe une réelle demande d'épargne. Si les populations déposent leur épargne, sans rémunération, chez des gardemonnaies ou sont prêtes à payer une commission relativement importante (3% par mois) à des banquiers ambulants, avec le risque non négligeable que certains partent avec l'argent 6, personne ne peut nier l'existence d'un besoin d'épargne. De plus, celui-ci vient de toutes les couches de la population, hommes et femmes, urbains et ruraux et atteint, en cumulé, des montants significatifs. A ces montants, on peut encore rajouter l'épargne en nature (bétail, or...) et la thésaurisation, dont les volumes, mal connus, l'emportent de loin sur ceux qui transitent par les systèmes financiers. L'épargne "encastrée" 7 Dans l'inconscient de tout ancien étudiant d'économie il existe un graphique où la courbe de l'offre de capitaux rencontre la demande de capitaux, avec le taux d'intérêt qui est le facteur explicatif du point de rencontre. Il y a donc deux catégories d'acteurs, ceux qui ont de l'argent et veulent le placer et ceux qui ont besoin d'argent pour investir. La tontine simple peut représenter la figure emblématique d'un autre mode de comportement. Elle regroupe des membres, en général d'une même catégorie sociale et économique, ayant tous besoin d'une somme importante d'argent. La cotisation égalitaire et régulière des membres permet à chacun, à tour de rôle, de bénéficier du "tour". Le désir des économistes classiques de ramener la tontine à un air connu (le premier bénéficiaire du tour reçoit un crédit qu'il rembourse en plusieurs échéances et les derniers épargnent) rend méconnaissable la spécificité du phénomène. On n'épargne pas pour placer ses capitaux ou obtenir une rémunération, on épargne pour avoir un crédit ou réaliser un investissement. Une autre fonction apparaît de plus en plus, c'est celle de l'assurance. En cas de maladie, décès ou autres problèmes, le tour de la tontine sera affecté au membre en difficulté, ou il aura des cotisations supplémentaires ou des caisses de solidarités (pour le rapatriement des corps, pour les maladies, pour l'éducation...) seront constituées à l'intérieur de la tontine. Dans un univers à risques élevés, le besoin d'assurance, de sécurité, reste également très lié à l'épargne. Dans le domaine économique, l'épargne est donc très liée au crédit, au besoin d'investissement, à l'assurance. L'ensemble est comme une corde à plusieurs brins. Mais l'encastrement ou l'imbrication ne concerne pas seulement la liaison entre diverses fonctions économiques. Il doit également souligner les rapports étroits entre économique et social. La tontine est tout autant un groupe social, avec ses règles, ses rituels, ses fêtes 8 qu'une institution financière. Les règles de base sont fondées sur la connaissance réciproque, la proximité géographique et sociale, la confiance,... Autant de facteurs qui permettent de diminuer les coûts d'intermédiation (besoin d'information, Cf. par exemple : A. Touré, Les petits métiers d'abidjan, Karthala, Il n'existe pas de bonne traduction en français pour le mot "embedded" : Imbriquée, enchâssée... L'idée de base soulignée notamment par K. Polyani. " La grande transformation" 1944 (Réédition Gallimard 1988) est de montrer que pendant longtemps la sphère économique n'était pas autonome par rapport aux autres institutions sociales. A. Henry, G.H. Tchente, Ph. Guillerme-Dieumegard, Tontines et banques au Cameroun. Les principes de la Société des amis, Karthala,

18 évaluation des risques, procédures de dépôts, d'octroi et de récupération...) pour reprendre le langage des économistes. La même analyse pourrait être faite pour les autres modalités (banquiers ambulants, caisses de solidarité...) de la finance autonome. Les modalités de l'épargne Sans être exhaustif, quelques points méritent d'être soulignés : L'épargne passe par l'accumulation régulière de petites sommes. Il est possible même quand les revenus sont faibles, d'épargner chaque jour 200 FCFA chez les banquiers ambulants, de cotiser 500 FCFA à sa tontine hebdomadaire ou d'acheter chaque mois quelques briques ou un sac de ciment pour construire sa maison. Ceci sera un réel défi pour la gestion et les systèmes comptables du secteur intermédiaire et explique aussi l'absence d'intérêt des banques pour ce public. L'épargne ne se fait pas facilement, spontanément. Elle a besoin d'un certain nombre de contraintes, venues du groupe (les réunions régulières des tontines) ou de l'extérieur (la venue du banquier ambulant). L'épargne de garantie, ou obligatoire prélevée sur le crédit dans certains réseaux (cf Infra), peut donc être acceptée quand les règles sont transparentes et discutées. L'"argent ne doit pas dormir". L'expression est très fréquente, surtout dans la bouche des femmes. Les besoins d'investissement économiques, souvent à forte rentabilité, étant nombreux, ou ne va pas épargner pendant plusieurs mois, dans l'attente hypothétique d'un futur crédit. On préférera acheter un animal, transformer des produits agricoles, faire du commerce. C'est certainement une des raisons essentielles, pour le moment, du faible intérêt de la majorité des femmes pour les Coopec classiques. Si on dispose d'un peu plus d'argent, on laissera cependant une petite partie de son capital, dans la Coopec en sécurité, pour faire face à des imprévus et dans l'attente d'un hypothétique crédit. Ceci explique les comptes inactifs, les seuils d'épargne par membre et aussi la forte croissance de l'épargne quand le crédit devient plus accessible (cf infra) 9. 9 Le placement des excédents de trésorerie des systèmes financiers dans les banques, pour des raisons de sécurité, est souvent mal vu par les sociétaires qui souhaitent obtenir satisfaction à leurs besoins de crédit. 10

19 L'adaptation aux publics et aux motivations Le secteur financier autonome est étranger à l'idée d'une corrélation stricte entre un type d'institution financière et une catégorie sociale prédéterminée, ou, dit plus clairement, d'une institution ou de modalités visant explicitement et exclusivement "les pauvres". La tontine est surtout pratiquée par les femmes urbaines, mais elle fonctionne aussi bien chez les hommes, en milieu rural, chez les commerçants, les paysans ou les fonctionnaires. La cotisation peut être minime, de l'ordre de 100 FCFA, mais peut atteindre plusieurs millions chez les gros commerçants Bamiléké. Il est fréquent de participer à plusieurs tontines et de participer à d'autres systèmes, comme les banquiers ambulants, les caisses de solidarité ou les institutions du secteur intermédiaire. Selon l'évolution de son revenu, de son statut ou de l'"environnement", on pourra changer de tontine ou de système financier 10. La "finance autonome" obéit à des motivations diverses : épargne pour se prémunir contre des risques futurs, pour réaliser un investissement, identifié ou non, très proche ou encore un peu lointain (comme se préparer à la retraite), pour obtenir du crédit, pour réaliser des bénéfices ou obtenir soi-même du crédit (club d'investisseurs). La raison d'être des tontines simples est principalement de permettre aux membres de disposer, à tour de rôle, d une somme d argent consistante pour faire face à des besoins d ordre familial et/ou social. Les tontines complexes ont des motivations tout à la fois sociales et économiques : elles sont mises en place pour permettre aux membres de disposer des fonds selon l urgence de leurs besoins (dans le cas des tontines aux enchères) ou d accéder au crédit (dans le cas des clubs d investisseurs) pour réaliser des activités génératrices de revenus. Les banquiers ambulants quant à eux ont des objectifs purement économiques : en collectant l épargne de leurs clients, ils recherchent un gain (commission prélevée sur l épargne). De leur côté, les clients sont guidés par le souci de pouvoir épargner pour faire face à des besoins futurs ; ils recourent aux susu parce qu il y a un caractère contraignant qui les oblige à épargner malgré les sollicitations familiales et/ou sociales. Les stratégies obéissent à une logique sociale ou d affaires selon les systèmes. Les tontines sont basées sur le sociétariat qui tient compte de critères tels que l appartenance à une même localité ou une même famille, l exercice d une même activité, l amitié, etc. Elles possèdent une forme de structuration plus ou moins élaborée avec un règlement intérieur (écrit ou non) et un bureau (structures de décision, de gestion et de contrôle). Elles reposent sur le versement périodique (quotidien, hebdomadaire ou mensuel) d une certaine somme fixée à l avance et parfois, elles exigent un droit d adhésion. Elles sont concernées par le devenir de chacun des membres et reposent sur un mécanisme de répartition équitable des ressources (soit tournant dans le cas des tontines simples, soit une répartition en fin de cycle en fonction bien entendu des apports de chacun). Les banquiers ambulants ont une stratégie toute autre : ce sont des opérateurs individuels qui proposent un service de garde-monnaie à leurs clients sans qu il soit nécessaire d avoir un quelconque lien social avec eux. Les relations avec leurs clients sont basées sur la confiance que ceux-ci leur portent et leur possibilité de réaliser des gains. Les opérations se font dans une totale discrétion entre le client et son banquier ambulant. Il peut arriver que le banquier consente des avances à ses 10 Une explication souvent entendue chez les commerçantes de Lomé ou Cotonou, clientes des banquiers ambulants, est que l'affaiblissement de l'observation des règles sociales en ville rendait les tontines difficiles (et notamment la fin du cycle de cotisation). 11

20 clients, mais il est le seul décideur du montant de l avance, de sa durée et du taux d intérêt. Contrairement aux idées reçues, le secteur autonome de l'afrique de l'ouest fait preuve d'un très grand dynamisme en matière de mobilisation de l'épargne. Celle-ci ne sert pas seulement à des opérations familiales ou sociales mais satisfait également des besoins liés à des activités économiques. La finance autonome est un excellent révélateur d'un grand besoin d'épargne, de l'imbrication de celle-ci avec d'autres fonctions économiques (investissement, crédit, assurance) et sociales (confiance, convivialité, proximité,...) et des modalités spécifiques de sa mobilisation. Son adaptation et sa diversité permettent d'atteindre une large gamme de public et de répondre à des motivations multiples. Malgré sa réussite le secteur autonome a cependant des moyens limités et souvent des coûts et des risques élevés. Ceci rend d'autant plus nécessaire le développement d'un secteur intermédiaire, qui s'adresse, pour l'essentiel au même public, mais qui vient compléter et amplifier les services financiers demandés, en principe à moindre coût et à moindre risque. 12

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002

LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES. Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 LA MOBILISATION DE L EPARGNE PAR LES IMF : QUAND? COMMENT? COUTS ET AVANTAGES Makarimi A. ADECHOUBOU 28 mai 2002 IMPORTANCE DE LA MOBILISATION DE L EPARGNE DES ETUDES ET RECHERCHES ONT ETABLI QUE : LES

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ;

Etat des lieux. Des structures plus ou moins formalisées et diverses ; 1 Etat des lieux 2 Qu est-ce que c est? La Microfinance est l offre permanente de services financiers à grande échelle aux populations démunies. La Microfinance est apparue vers les années 1970 en Afrique

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

LA PROBLEMATIQUE DE LA MOBILISATION DE L ÉPARGNE AU SEIN DES IMF.

LA PROBLEMATIQUE DE LA MOBILISATION DE L ÉPARGNE AU SEIN DES IMF. 1 LA PROBLEMATIQUE DE LA MOBILISATION DE L ÉPARGNE AU SEIN DES IMF. AUJOURD HUI, TOUTES LES APPROCHES EN MATIERE DE MICROFINANCE RECONNAISSENT LE RÔLE ET LA PLACE DE L ÉPARGNE DANS L INSTITUTIONNALISATION

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres réglementaires et de contrôle solides 9 e Consultation téléphonique : 26 mars 2015 «Mutuelles, coopératives et organisations

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso

L expérience de la Mutuelle de santé régionale de Sikasso L expérience de la p Mutuelle de santé régionale de Sikasso La MUSARS La MUSARS (Mutuelle de santé régionale de Sikasso) offre des produits d assurance maladie: basés sur un mécanisme d entraide, de solidarité

Plus en détail

Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest

Etude sur le rôle et l impact des services et produits d épargne du secteur informel et des institutions de microfinance en Afrique de l Ouest PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT (PNUD) FONDS D EQUIPEMENT DES NATIONS UNIES (FENU) SPECIAL UNIT FOR MICROFINANCE (SUM) MicroSave-Africa/West Africa Etude sur le rôle et l impact des services

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012

Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Durabilité financière des organisations paysannes Les OP peuvent-elles être financièrement plus autonomes? CSA 30/11/2012 Principales idées et conclusions issues de l Atelier OP AgriCord organisé à Cotonou,

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Quels services financiers pour les plus pauvres?

Quels services financiers pour les plus pauvres? Quels services financiers pour les plus pauvres? Cette préoccupation devient de plus en plus importante dans l objectif de renforcer l économie rurale ; elle a toujours été présente dans le champ du développement

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions

Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Etude des origines des problèmes de trésorerie des associations et recherche de solutions Synthèse des conclusions Décembre 2009 avec le soutien du Ministère du Travail, des Relations Sociales, de la Famille,

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Rôle de l épargne dans le développement.

Rôle de l épargne dans le développement. 1 Rôle de l épargne dans le développement. L ensemble des acteurs économiques participant aux politiques de développement s accordent à reconnaître, depuis une quinzaine d années, l échec des politiques

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Besoins de gestion des risques. comment yrépondre au mieux: CAS DES IMF DE LA CIF. Par : Oumar SAVADOGO Coordonnateur projet de micro assurance

Besoins de gestion des risques. comment yrépondre au mieux: CAS DES IMF DE LA CIF. Par : Oumar SAVADOGO Coordonnateur projet de micro assurance Besoins de gestion des risques pour les clients des IMF et comment yrépondre au mieux: CAS DES IMF DE LA CIF Par : Oumar SAVADOGO Coordonnateur projet de micro assurance 1 Contenu de la présentation Présentation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Etude Sur Le Rôle Et L impact Des Services Et Produits D épargne Du Secteur Informel Et Des Institutions De Microfinance En Afrique De l Ouest

Etude Sur Le Rôle Et L impact Des Services Et Produits D épargne Du Secteur Informel Et Des Institutions De Microfinance En Afrique De l Ouest Etude Sur Le Rôle Et L impact Des Services Et Produits D épargne Du Secteur Informel Et Des Institutions De Microfinance En Afrique De l Ouest (Bénin, Burkina Faso, Ghana, Guinée, Mali et Togo) Tome 2

Plus en détail

Finances Sans Frontières (F.S.F.)

Finances Sans Frontières (F.S.F.) Finances Sans Frontières (F.S.F.) Conseils et Formations en Banque & Finance Direction générale: 202 Bd du Haho - Tél : +228 22 26 31 31 Courriel : fsf.formation@yahoo.fr Lomé Togo Objet : séminaire de

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633.

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633. SUSCRIPTIN DE DEPT A TERME CHEZ GAMIFI SA La Gabonaise de Microfinance Etablissement de 2ème catégorie Agrément N 122/CI/09 /CNC Libreville, le.. mars 2010 bjet : Proposition de placements en dépôts à

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES COOPERATIVES D HLM ET LA FEDERATION NATIONALE DU CREDIT AGRICOLE EN FAVEUR DE L ACCESSION SOCIALE SECURISEE A LA PROPRIETE DES COOPERATIVES

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE D INTERVENTION DANS LE SECTEUR PRIVE ET DES PROCEDURES Y RELATIVES Avril 2014 TDR pour l élaboration d une stratégie d intervention dans le secteur

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr guide clarté Epargne 18-25 ans ÉPARGNEZ À PARTIR DE 15 PAR MOIS. www.creditmutuel.fr une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel vous parle d épargne

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours)

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'emprunt des collectivités locales... 4 La réglementation

Plus en détail

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé LA POLITIQUE DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT 2 A. INTRODUCTION Le Conseil d Administration du RESEAU MUCREFAB

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail