Table des Matières SIGLES & ABREVIATIONS... 3 TABLEAUX... 5 FIGURES & SCHEMAS RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS... 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des Matières SIGLES & ABREVIATIONS... 3 TABLEAUX... 5 FIGURES & SCHEMAS... 6 1. RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS... 8"

Transcription

1 1

2 Table des Matières SIGLES & ABREVIATIONS... 3 TABLEAUX... 5 FIGURES & SCHEMAS RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS LA DEMARCHE METHODOLOGIQUE LA PROBLEMATIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA MICRO FINANCE LE CONTEXTE REFERENTIEL DE LA DEMANDE DE MISSION BUT ET OBJECTIF DE LA MISSION RESULTATS ATTENDUS LA METHODOLOGIE D INTERVENTION GROUPES CIBLES IMPLIQUES CONFECTION DES OUTILS DE COLLECTE DES DONNEES TECHNIQUES ET METHODES DE COLLECTE DES DONNEES TRAITEMENT ET ANALYSE DES DONNEES LES RESULTATS DU DIAGNOSTIC EXHAUSTIF LE CADRE MACRO ECONOMIQUE BREF APERÇU SUR LE TOGO SECTEUR FINANCIER AU TOGO LE SECTEUR DE LA MICRO FINANCE AU TOGO ANALYSE DES FORMULES ET MECANISMES EXISTANTS SECTEUR DE LA MICRO FINANCE ANALYSE DU SECTEUR DE LA MICRO FINANCE APPUI DES BANQUES CLASSIQUES APPUI DES FONDS DE GARANTIE EXISTANTS ANALYSE DE LA DEMANDE DE FINANCEMENT DES IMF SITUATION GENERALE BESOINS EN FINANCEMENT DES INSTITUTIONS D EPARGNE ET DE CREDIT BESOINS EN FINANCEMENT DES INSTITUTIONS DE CREDIT DIRECT BESOINS EN FINANCEMENT DES ORGANISATIONS DE DEVELOPPEMENT A VOLET CREDIT BESOINS EN FINANCEMENT DES IMF ISOLEES (NON AFFILIEES) ANALYSE DE L OFFRE DE FINANCEMENT AUX IMF LES ACTEURS DU FINANCEMENT LES OUTILS DU FINANCEMENT LA COLLECTE DE L EPARGNE CONTRAINTES ET GAPS ENTRE DEMANDE ET OFFRE DE FINANCEMENT CONTRAINTES LIEES AU FINANCEMENT DES IMF GAPS ENTRE DEMANDE ET OFFRE DE FINANCEMENT

3 4. PROPOSITIONS DE FORMULES ET MECANISMES PRINCIPES D INTERVENTION STRATEGIE D INTERVENTION PREMIER AXE STRATEGIQUE D INTERVENTION DEUXIEME AXE STRATEGIQUE D INTERVENTION FORMULES ET MECANISMES DE GARANTIE ET DE REFINANCEMENT PROPOSES ALTERNATIVE 1 : ARTICULATION DES LIGNES ALTERNATIVE 2 : MISE EN PLACE D UN FONDS DE RENFORCEMENT INSTITUTIONNEL (FRI) ANALYSE DES FORMULES ET MECANISMES AVANTAGES/INCONVENIENTS DE L «ALTERNATIVE 1» AVANTAGES/INCONVENIENTS DE L «ALTERNATIVE 2» RECOMMANDATION ET CHOIX DE LA FORMULE APPROPRIEE PROCEDURE DE LA FORMULE RETENUE FORMULE DE COURT/MOYEN TERMES PRINCIPES DE BASE MECANISME DE FONCTIONNEMENT FORMULE DE LONG TERME PRINCIPE DE BASE ORGANISATION/FONCTIONNEMENT FACTEURS DE SUCCES LES DEFIS POUR L AVENIR RECOMMANDATION GENERALE ANNEXES Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des 2

4 SIGLES & ABREVIATIONS AFD : Agence Française de Développement APIM ASJD BCB BCEAO BEI BIA BIDC BM BOA BTD CAS-IMEC : Association Professionnelle des Institutions de Microfinance : Association Jeune Développement : Banque Commerciale du Burkina : Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest : Banque Européenne d'investissement : Banque Internationale pour l'afrique : Banque d Investissement et de Développement de la CEDEAO : Banque Mondiale : Bank of Africa : Banque Togolaise de Développement : Cellule d'appui et de Suivi des Institutions Mutualistes et Coopératives d'epargne et de Crédit CECA : Coopératives d'epargne et de Crédit des Artisans CET : Caisse d'epargne du Togo CGAP : Groupe Consultatif d Assistance aux Pauvres CIDR : Centre International de Développement et de Recherche CMECF : Caisse Mutuelle d'epargne et de Crédit pour les Femmes CNCA : Caisse Nationale de Crédit Agricole CT : Court Terme DAT : Dépôt A Terme FONAGA : Fonds National de Garantie et d Assistance aux PME FB : Financial Bank FBB : Financial Bank Benin FCFA : Franc de la Communauté Financière Africaine FENU : Fonds d'equipement des Nations unies FG : Fonds de Garantie FIDA : Fonds International pour le Développement Agricole FIG : Fonds International de Garantie FP : Fonds Propres FPD : Fonds Populaire de Développement -Coopérative d'epargne et de Crédit FRI : Fonds de Renforcement Institutionnel FSA : Fonds de Solidarité Africain FUCEC-TOGO : Faîtière des Unités Coopératives d'epargne et de Crédit du Togo Fonds GARI : Fonds de Garantie des Investissements Privés en Afrique de l Ouest GEC : Groupement d'epargne et de Crédit GFRI : Guichet Fonds de Renforcement Institutionnel GIE : Groupement d'intérêt Economique GMG : Guichet Mécanisme de Garantie IDH : Indice du Développement Humain 3 Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des

5 IFI IMF MF M&LT MPE/PME ODD OF OHADA OMD ONG PAR PARE PARMEC PASNAM PIB PNUD RH SA SCAC SFD SIAB SOFIGAM SIG SNMF SOCODEVI SOFIGIB TGA TIMPAC TVA UA U-CMECS UE UEMOA UMECTO UMOA URCLEC UTB WAGES : Institution Financière Internationale : Institution de Micro Finance : Micro Finance : Moyen et Long Terme : Micro et Petites Entreprises /Petites et Moyennes Entreprises : Organe Directeur de Décision : Organes Financiers : Organisation pour l'harmonisation en Afrique du Droit des Affaires : Objectifs du Millénaire pour le Développement : Organisation Non Gouvernementale : Portefeuille A Risque : Programme d'ajustement et de Relance de l'economie : Projet d'appui à la Réglementation sur les Mutuelles d'epargne et de Crédit : Programme d'appui à la Stratégie Nationale de Microfinance : Produit Intérieur Brut : Programme des Nations Unies pour le Développement : Ressources Humaines : Société Anonyme : Service de Coopération et d Action Culturelle : Système Financier Décentralisé : Société Interafricaine de Banques : Société Financière de Garantie et d Assistance à la Microfinance : Système d'information et de Gestion : Stratégie Nationale de Micro Finance : Société de Coopération pour le Développement International : Société Financière de Garantie Inter Bancaire : Taxe Générale sur les Affaires : Tous Impliqués dans la Mobilisation des ressources Locales et Promotion des Actions Communautaires : Taxe sur la Valeur Ajoutée : Union Africaine : Union des Caisses Mutuelles d'epargne et de Crédit des Savanes : Union Européenne : Union Economique et Monétaire Ouest Africaine : Union des Mutuelles d Epargne et de Crédit du Togo : Union Monétaire Ouest Africaine : Union Régionale des Caisses Locales d'epargne et de Crédit : Union Togolaise de Banque : Women and Associations for Gain both Economic and Social 4 Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des

6 TABLEAUX Tableau 1 Cadre logique du mandat Page 17 Tableau 2 Evolution des SFD selon le Statut juridique Page 28 Tableau 3 Répartition géographique des SFD Page 28 Tableau 4 Evolution des membres et bénéficiaires Page 29 Tableau 5 Evolution de l encours d'épargne et de Crédit Page 29 Tableau 6 Evolution de la qualité du portefeuille Page 30 Tableau 7 Evolution de la rentabilité et de la viabilité des IMF Page 30 Tableau 8 Evolution des principaux indicateurs des IMF au Togo ( ) Page 37 Tableau 9 Evolution des principaux indicateurs de TIMPAC Page 38 Tableau 10 Evolution des principaux indicateurs de WAGES Page 38 Tableau 11 Résumé des types d'interventions en faveur de la micro finance Page 43 Tableau 12 Fonds de garanties : Objectif - Mécanisme - Conditions Page 51 Tableau 13 Avantages /Inconvénients de l' << Alternative 1>> Page 56 Tableau 14 Avantages /Inconvénients de l'<< Alternative 2>> Page 57 Tableau 15 PAR à 90 jours et autonomie opérationnelle des IMF au 31/12/04 Page 61 Tableau 16 Estimations des besoins en fonds de crédit des IMF (en millions de F.CFA) Page 61 Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des 5

7 FIGURES & SCHEMAS Figure 1 Mécanisme de garantie Page 52 Figure 2 Mécanisme de fonctionnement de la formule «base d emprunts» Page 53 Figure 3 Mécanisme de fonctionnement de la formule de court/moyen terme Page 60 Figure 4 Représentation schématique de la structure proposée Page 63 Figure 5 Structure Organisationnelle de la SOFIGAM Page 64 Graphique 1 Evolution des encours d'épargne et de crédit : Page 45 Graphique 2 Evolution des crédits en souffrance: Page 45 Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des 6

8 1. RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS 7 Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des

9 1. RESUME - CONCLUSIONS - RECOMMANDATIONS 1. Les SFD dans le financement des activités de micro et petites entreprises se heurtent à des problèmes dus à la mauvaise préparation, au manque de moyens pour atteindre les objectifs poursuivis. Or ils assurent un rôle prépondérant dans le financement de l économie nationale. La plupart disparaissent par manque de soutiens financiers et techniques de la part des donateurs et promoteurs. Afin de remédier à ces problèmes, le PASNAM cherche des formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des IMF au Togo. 2. L identification des banques et IMF grossistes et l analyse de la pertinence des formes de garantie par ces dernières en matière de financement des structures de micro finance constituent un défi majeur à relever. Ainsi la proposition d un mécanisme cohérent d un fonds de garantie efficace et souple pouvant permettre aux IMF et leurs partenaires en amont et en aval de réaliser aisément leurs activités de financement avec partage de responsabilité s avère indispensable. 3. Pour y parvenir un diagnostic exhaustif des expériences et mécanismes de garantie et de refinancement des IMF au Togo et en Afrique a été conduit à travers une méthodologie basée sur l approche concertée. Ce qui a permis d avoir des propositions plus originales des différentes Institutions et partenaires du secteur. La collecte des données est réalisée à partir de guides d entretien bien structurés tenant compte des groupes cibles. Les techniques et méthodes de collecte des données sont la recherche et l étude documentaire, les entretiens, les discussions, les entrevues et les observations directes sur le terrain. 4. Situé en bordure du golfe de Guinée, le Togo s étend sur environ km2. Avec un taux de croissance démographique de 4,2% en 2003, il compte environ 5 millions d habitants répartis en une quarantaine d ethnies. On note une chute de la croissance du PIB par habitant du fait de l accélération de la croissance démographique et du ralentissement de la croissance économique. Cette situation, couplée à la dévaluation du franc CFA en 1994, a entraîné l appauvrissement continu de la population. A cela, s ajoute la crise économico-politique de qui a provoqué l effondrement de tous les secteurs de l économie. Illustration peut en être faite du taux d endettement public de 126% du PIB en 1999 et un montant du service de la dette de 24,4 milliards en Le pays est desservi par deux systèmes financiers : - le système financier formel constitué des institutions financières bancaires et les institutions non bancaires représentées en majorité par les compagnies d assurances ; - le système financier informel constitué des institutions semi formelles (COOPEC) et les groupes d épargne mutuelle, associations d entraide, tontines, dont l émergence s explique par le fait que le secteur bancaire formel est, d une part inaccessible à la majeure partie de la population et, d autre part incapable de mobiliser l épargne des micro et petits entrepreneurs. 5. Le système financier formel est contrôlé par l UEMOA qui définit la législation monétaire bancaire, les politiques monétaires, les mécanismes de crédit et le taux de change pour tous les pays membres à 8 Etude pour la mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des

10 travers la BCEAO par son siège à Dakar et ses directions nationales. 6. Le secteur de la micro finance dominé par la FUCEC-TOGO, regroupe près de 150 institutions servant un peu plus de clients dont plus de 50% de femmes. Il peut être totalement rentable si l Etat met les moyens qu il faut à la disposition de la CAS-IMEC pour lutter contre l anarchie et promouvoir la professionnalisation du secteur. Le secteur est régi par des dispositions spécifiques et d autres plus générales. Le dispositif légal et réglementaire comprend : la reconnaissance, la convention cadre et l agrément. Dans son application, la réglementation dans le secteur révèle des contraintes liées à certains ratios prudentiels et à des dispositions particulières pour les IMF non mutualistes. L évolution de la réglementation prévue et entamée par la BCEAO pourra prendre en compte la constitution des SA de micro finance demandée par plusieurs acteurs et la fin de la reconnaissance des GEC. En plus, la BCEAO précisera les règles particulières de gestion financière applicables aux IMF. 7. L analyse du secteur de la micro finance révèle trois principaux types de structures : les institutions mutualistes ou coopératives d épargne et de crédit, les institutions de crédit direct et les ONG ou projet à volet épargne/crédit. On dénombre au 31/12/ institutions dont 83,33% sont agréées, 16,90% ayant signé une convention, le reste étant tout simplement reconnu tacitement. La FUCEC occupe une position de leader sur le marché avec plus de 76% de l encours d épargne et plus de 65% de l encours de crédit. 8. Au sein des IMF, il n existe pas de mécanisme de garantie et de refinancement si ce n est au sein de la FUCEC dont la Caisse Centrale refinance les Unités Coopératives affiliées. Mais il est évident, de par la couverture de l encours de crédit par l encours d épargne, que le problème de refinancement ne se pose pas en terme de déficit mais plutôt en terme de garantie. 9. Jusqu alors, les banques classiques ne se sont pas encore hasardées sur ce pan de marché et se méfient énormément des IMF bien qu ayant compris qu il s agit là d un marché potentiellement énorme. Elles exigent plus de professionnalisme des IMF et leur reprochent leur fragilité financière. Néanmoins, certaines banques ont diversement fait des expériences avec les IMF ou projettent d en faire : BTD, UTB, BIA au Togo, FBB et BCB, BOA au Bénin. Les approches d interventions peuvent se résumer en trois groupes : liens commerciaux banques - IMF, cellule micro finance interne à la banque, filiale financière spécialisée. 10. A côté de l intervention des banques classiques, on peut signaler l appui des fonds de garantie permettant le refinancement des IMF. A ce propos, le FIG a appuyé WAGES et TIMPAC pour bénéficier de refinancement auprès de la BIA pour WAGES et de l UTB pour TIMPAC. Bien que partielle, cette initiative doit être encouragée. 11. L analyse de la demande de refinancement des IMF révèle que les besoins sont liés au processus de développement (démarrage, croissance, maturité) et au type d IMF. Celles-ci s adressent, soit aux bailleurs pour financer les besoins en fonds de crédit, les équipements et/ou l assistance technique, soit au marché financier selon les cas. Mais sur le marché, les IMF se trouvent confrontées au problème de garantie à offrir aux investisseurs. 12. La priorité pour les institutions financières est la mobilisation en volumes des ressources du marché à 9

11 des coûts réduits en vue de pérenniser leurs activités de financement. Ainsi, des appuis financiers et techniques visant à faciliter la mobilisation initiale des ressources du marché s avèrent indispensables, tout en tenant compte des IMF présentant des perspectives de viabilité réalistes et en évitant de fausser la concurrence. Pour ce faire deux axes stratégiques d intervention sont identifiés : (i) fluidifier et sécuriser le marché financier en intervenant en financement et en garantie ; (ii) définir et mettre en place un mécanisme de gestion des actions de renforcement des capacités. 13. Or les résultats du diagnostic exhaustif ont montré que la plupart des IMF ont en priorité un besoin de renforcement des capacités (besoin d assistance technique, de conseil, et d outils de gestion plus performants). En tenant compte des axes stratégiques, des principes de la professionnalisation des IMF et des expériences de certains pays de la sous région, deux alternatives sont envisagées : (i) articulation des lignes de garantie et du mécanisme de fonds de garantie ; (ii) mise en place d un fonds de renforcement institutionnel. La formule retenue permettra de définir les procédés et les procédures de garantie et de refinancement des IMF. 14. Après analyse des avantages et des inconvénients que présentent les deux alternatives envisagées plus haut, une formule qui combine les deux est indispensable. La procédure de mise en œuvre de la formule proposée prévoit deux approches d intervention. 15. La première approche d intervention préconise une solution de court/moyen termes étant entendu le contexte, les exigences, les attentes du secteur et les résultats attendus. 16. La solution de court terme devra servir de pont entre la situation actuelle telle que décrite dans le diagnostic et la solution de long terme qui est la création au plan national d une structure avec deux principaux guichets : - un guichet «Mécanisme de Garantie» (GMG) qui comprend trois produits à savoir : la ligne de garantie, le fonds de garantie et la formule de base d emprunts ; - un guichet «Fonds de Renforcement Institutionnel» (GFRI) qui s articule essentiellement autour de la notation qui se focalisera sur une amélioration des aspects suivants de la gestion des IMF: les systèmes de contrôle tant internes qu externes ; les systèmes d information de gestion (SIG) ; la formation des ressources humaines et leur renforcement ; le marketing et la conception de nouveaux produits financiers. 17. La structure proposée est une Société Anonyme (SA) à caractère financier, type établissement financier. Elle est dénommée : «Société Financière de Garantie et d Assistance à la Microfinance (SOFIGAM)». Sa mission est double : (i). gérer des fonds de garantie des crédits bancaires (à moyen terme surtout) faits aux IMF. Elle peut être ouverte aux MPE/PME ; (ii). gérer des fonds de renforcement institutionnel des IMF. 18. Les clients de la SA seront les IMF (notamment la FUCEC-TOGO), les banques et établissements financiers qui en seront en même temps les principaux actionnaires. 19. Pour une meilleure mise en œuvre en vue des résultats escomptés, il est recommandé une large concertation entre les acteurs de la finance et de la micro finance aux fins de consensus. 10

12 20. En prélude à cette concertation, la mission recommande l organisation d un atelier qui devra être articulé autour des trois principaux points suivants : - restitution et validation des formules et mécanismes de garantie et de refinancement des IMF proposés ; - réflexion sur les différentes formes d articulation IMF/Banques ; - définition de la forme d articulation qui garantisse une intégration du secteur de la micro finance aux systèmes bancaires et financiers classiques dans le contexte togolais en partant des formules et mécanismes proposés et des résultats de la réflexion sur les différentes formes d articulation IMF/Banque. 11

13 2. LA DEMARCHE METHODOLOGIQUE 12

14 2. LA DEMARCHE METHODOLOGIQUE 2.1 LA PROBLEMATIQUE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA MICRO FINANCE La recherche de moyens efficaces de lutte contre la pauvreté dans nos milieux a orienté ces derniers temps les actions de plusieurs organisations gouvernementales et non gouvernementales vers la distribution de petits crédits pour soutenir la promotion de micro entreprises. Ce financement est souvent accompagné de collecte de l épargne et d un encadrement spécifique des populations bénéficiaires. Elles reçoivent souvent l appui des donateurs pour développer leurs activités. Malheureusement, très peu d institutions ont réussi à traduire réellement dans les faits la visée des promoteurs, des donateurs et des responsables politico administratifs en charge du développement, c est-à-dire, mettre à la disposition des populations déshéritées un outil financier capable de répondre efficacement aux besoins de financement de leurs projets. La disparition récente de jeunes structures de financements décentralisés mal préparées et peu outillées pour assumer cette fonction, a montré l inadéquation de la pratique de la micro finance telle qu on l observe actuellement dans beaucoup de structures. La leçon principale tirée de cette expérience est la valorisation des techniques de gestion modernes dans la conception, l exécution et le suivi des actions de promotion et de financement des petits crédits. Certes, la place qu occupent les SFD dans le financement de l économie dans nos régions est de plus en plus prépondérante. Ils se retrouvent souvent dans certaines zones, et dans un rayon de 50 voire 100 Kms, les seules institutions financières face à des populations démunies en quête de sources de financement de leurs activités de survie. Cependant, la pratique de l activité financière par ces structures, à base traditionnelle, très peu enclines au respect des normes de gestion, dans un environnement économique concurrentiel encore dominé par les spécialistes en la matière, demeure très complexe. Les structures nouvelles de financement, malgré leur bonne volonté éprouvent encore d énormes difficultés à se conformer aux normes d une bonne pratique de la profession bancaire. Plusieurs tentatives sont vouées à l échec si elles ne demeurent pas longtemps soutenues par les donateurs et promoteurs. La question d autonomie financière reste un défi pour la grande majorité des structures de financement décentralisées ; tout comme la professionnalisation du métier est un pari pour les promoteurs et les dirigeants de ces structures. De la réalisation de ces deux grands défis (autonomie financière et professionnalisation) dépend l affirmation des SFD comme outil financier durable pouvant jouer efficacement le rôle que leur confient, aujourd hui, aussi bien les donateurs que les populations bénéficiaires de leurs services. Aussi, le PASNAM est-il conçu et devra-t-il être mis en œuvre dans cette dynamique, parce que devant répondre efficacement à cette double vision de développement du secteur de la micro finance. Ce processus de mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des IMF au Togo, constitue l un des préalables fondamentaux pour y arriver LE CONTEXTE REFERENTIEL DE LA DEMANDE DE MISSION Le secteur de la micro finance au Togo est caractérisé par une multitude d institutions ayant des approches différentes, des niveaux de développement, de maturité et de professionnalisme inégaux, et des statuts juridiques variables. Ce secteur fournit des services financiers et non financiers aux populations en marge du secteur financier classique. Malgré sa grande diversité, le secteur de la micro finance au Togo demeure marqué par un nombre très limité d institutions qui affichent un réel professionnalisme et une meilleure 13

15 performance. La majorité d IMF est concentrée dans les zones urbaines et oriente davantage ses financements vers le commerce et les activités de services. Il convient de signaler la présence d un grand réseau, la Faîtière des Unités Coopératives d Epargne et de Crédit du TOGO (FUCEC- TOGO), qui couvre tout le territoire national avec une forte présence en milieu rural. Malheureusement, ce réseau a traversé ces dernières années une période un peu difficile liée à la gestion de son portefeuille et est en plein redressement. D autres institutions sont présentes sur le marché de la micro finance avec un niveau d influence relatif. Malgré la multitude des IMF, on note que seulement une minorité est officiellement autorisée. Aussi, l organisation du secteur est-elle devenue une préoccupation pour l Etat, les praticiens et les partenaires au développement qui apportent leur appui technique et financier. Ce constat est justifié par le fait que ce secteur a été l objet, depuis au moins cinq années, d une attention particulière qui a conduit à l élaboration d un document de Stratégie Nationale de Micro Finance (SNMF) et à la mise en place d un programme d appui à la mise en œuvre de cette Stratégie. Car, la micro finance, pour le gouvernement togolais et les acteurs concernés par ce secteur, est un instrument qui, bien utilisé, contribue à la réduction de la pauvreté en favorisant l accès des couches défavorisées au financement de leurs activités. La SNMF s appuie sur le diagnostic réalisé dans le secteur avec l appui technique et financier du FENU et du PNUD. Elle vise à asseoir un secteur de la micro finance viable et pérenne, privé, intégré au marché financier national, diversifié sur les plans de la forme institutionnelle et de l offre de produits et services, innovateur, assurant une couverture géographique satisfaisante de la demande solvable de produits et services de micro finance, et opérant dans un cadre politique, légal, réglementaire et fiscal adapté et favorable. Le PASNAM s inscrit dans la dynamique de cette stratégie nationale et contribue à la réduction de la pauvreté et à l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Il a comme objectif de développement de favoriser l accès accru des ménages pauvres ou à faibles revenus et des micro entrepreneurs à des services financiers pérennes et de proximité grâce à des IMF viables et intégrées dans le marché financier national, par un appui à la réalisation des axes suivants de la SNMF : - le développement d un cadre légal, réglementaire et institutionnel pour un développement harmonieux et sécurisé du secteur de la micro finance ; - la professionnalisation des IMF et le développement d une offre pérenne de produits et services diversifiés et en expansion, notamment dans les zones non couvertes, par des IMF professionnelles. La présente mission de mise en place de formules et mécanismes appropriés de garantie et de refinancement des IMF au Togo se justifie par deux impératifs, notamment le résultat N 2 du PASNAM et le produit intermédiaire n 2.3. Précisément, il s agit à terme : - des IMF potentiels leaders qui vont devenir viables ou renforcer leur viabilité et développer ainsi une offre pérenne de produits et services financiers, y compris dans les zones insuffisamment couvertes mais à demande solvable ; - de la mise en place d un fonds de promotion du secteur de la micro finance fonctionnel en vue de renforcer les capacités financières des IMF contractuelles. Le fonds de promotion du secteur de la micro finance cherchera, entre autres, à développer les instruments suivants : - la mise en place de dépôts de garantie pour une couverture dégressive des risques dans le cadre de financement des IMF par des banques locales ou des IMF grossistes telles que la FUCEC-Togo, avec une commission 14

16 fixe et une commission variable en fonction du risque à prendre ; - des prêts à des taux proches de ceux du marché BUT ET OBJECTIF DE LA MISSION Telle qu indiquée dans les termes de référence (voir annexe 1), la mission répond au souci partagé du PNUD et de ses partenaires de professionnaliser, de viabiliser et de pérenniser les interventions et les actions des structures intervenant dans le secteur de la micro finance au Togo. Spécifiquement, elle poursuit les objectifs suivants : identifier les banques et IMF grossistes et analyser la pertinence des formes de garantie exigées par les IMF grossistes et les banques de la place en matière de refinancement aux structures de micro finance ; proposer un mécanisme cohérent d un fonds de garantie PASNAM, efficace et souple qui permettra aux IMF et banques qui le désirent d accorder des fonds ou lignes de crédits aux IMF qui les sollicitent. Ce mécanisme doit prendre en compte la responsabilité progressive à la fois d un bailleur et du demandeur du crédit. Ce mécanisme doit préciser : - la relation entre le montant du crédit et la quote-part garantie ainsi que la dégressivité du risque pris par le bailleur ; - les modalités et conditions de la garantie ; - le logement du fonds ; - les participations des IMF sollicitant le fonds ; - les procédures de fonctionnement ; - les conditions et procédures d activation du fonds ; - les responsabilités des partenaires (banques, IMF, CGP PASNAM) 2.4. RESULTATS ATTENDUS Les principaux produits attendus à l issue de cette mission sont indiqués dans le cadre logique du tableau 1. 15

17 Tableau 1. Cadre Logique du mandat Objectif principal Objectifs spécifiques Résultats attendus Indicateurs Aider à (i). Identifier les banques (i). Un diagnostic (i). Rapport de professionnaliser, et IMF grossistes et exhaustif des expériences diagnostic disponible viabiliser et pérenniser analyser la pertinence de garantie et de les interventions et les des formes de garantie refinancement d IMF au actions des structures exigées par les IMF TOGO et en Afrique intervenant dans le grossistes et les banques établi. secteur de la micro de la place en matière de finance au Togo refinancement aux structures de micro finance (ii). Proposer un mécanisme cohérent d un fonds de garantie PASNAM, efficace et souple qui permettra aux IMF et banques qui le désirent d accorder des fonds ou lignes de crédits aux IMF qui les sollicitent (ii). Un Manuel de procédures pour le fonds de garantie et le refinancement par le PASNAM élaboré. (ii). Manuel de procédures disponible qui indique : - un mécanisme simple et adapté de fonds de garantie PASNAM ; - une procédure idoine de refinancement PASNAM 2.5. LA METHODOLOGIE D INTERVENTION Au regard des résultats attendus tels qu indiqués au tableau 1, la démarche méthodologique basée sur l approche concertée a été privilégiée. Elle nous a permis d amener les IMF, les banques, les fonds de garantie existants et tous les autres acteurs et partenaires impliqués à faire des propositions les plus originales qui prennent en compte le nécessaire remboursement et un recyclage optimal des fonds. Notre intervention, en effet, est articulée autour d un processus en quatre étapes à savoir : - identification des groupes cibles ; - élaboration des outils et techniques de collecte de données ; - collecte de données ; - traitement des données et rédaction de rapports Groupes cibles impliqués Les groupes cibles qui ont été contactés et/ou associés à notre démarche sont composés essentiellement de six catégories d'acteurs : les responsables de PASNAM/PNUD/FENU, commanditaires de la présente mission. Il s agit principalement de l équipe technique de coordination du PASNAM ; les Responsables et Dirigeants des IMF et des réseaux d IMF, en l occurrence APIM TOGO, FUCEC TOGO, WAGES, UMECTO et TIMPAC. Ils ont été étroitement associés à toutes les phases et étapes de notre démarche parce qu étant les premiers concernés et utilisateurs des résultats de cette mission ; les institutions financières intervenant dans le secteur bancaire classique. Elles ont été associées au même titre que les IMF et leurs réseaux parce qu elles recherchent des emplois sécurisés par des ressources stables. Il s agit notamment : 16

18 - au Togo : de la BTD, de l UTB, d ECOBANK, de la BIA et de la SIAB ; - au Bénin : de la BOA et de FB ; - au Burkina : de la BCB ; les fonds de garantie existants : parce qu étant aussi des acteurs à la recherche d emplois sécurisés par des ressources stables. Ainsi nous avons rencontré : - au Togo : le Fonds Gari et la BIDC ; - au Bénin : le FONAGA et le FIG ; - au Burkina : l un des Consultants qui ont conduit l étude qui a abouti à la création de la SOFIGIB ; les institutions de tutelle et de la réglementation, notamment la CAS- IMEC et la BCEAO ; les autres partenaires et acteurs du secteur de la micro finance. Il s'agit essentiellement des bailleurs et partenaires (PNUD, AFD..) et des autres acteurs de développement impliqués aux niveaux national, régional ou local dans le développement de la micro finance au Togo. Leur implication dans le processus a permis d envisager la synergie à développer en vue des actions cohérentes et concertées. La liste des acteurs rencontrés dans le cadre de cette mission se trouve en annexe 2 du présent rapport Confection des outils de collecte des données Il s'agit principalement des guides d'entretien structurés. Ils sont conçus par groupe cible en tenant compte des informations recherchées et des résultats attendus et ont ainsi servi de lignes directrices aux entretiens/discussions. Les exemplaires des guides d entretien sont en annexe Techniques et méthodes de Collecte des données Elles ont constitué l étape la plus cruciale de la mission. Des outils et techniques variés mais complémentaires suivants sont conçus et utilisés à cet effet. Recherche et Etude documentaire Les informations disponibles sur les formules, les mécanismes, les expériences et les pratiques en matière de garantie et de refinancement des IMF au Togo, au Bénin, au Burkina - Faso et dans l espace UEMOA ont été analysées essentiellement à travers les différents rapports d'études, de recherches, de suivi et d'évaluation et les publications sur les sites Web. Entretiens / discussions, entrevues et observations directes sur le terrain Ils ont constitué la technique privilégiée ayant permis la collecte des données auprès des différentes catégories d acteurs susmentionnés Traitement et analyse des données Les données collectées au moyen des différents outils et techniques sont soumises à un traitement et à une analyse puis compilées en un document. L analyse a reposé essentiellement sur le dépouillement des données collectées. L'analyse documentaire par exemple a été effectuée à l'aide de fiches de notes bibliographiques qui sont établies au cours des différentes lectures. Les rapports sont produits suivant deux étapes : - un rapport provisoire est produit après l étape de collecte de données et a fait l objet d un atelier de restitution aux acteurs impliqués ; - le rapport provisoire a été ensuite revu et finalisé au regard des résultats de l atelier de restitution. 17

19 3. LES RESULTATS DU DIAGNOSTIC EXHAUSTIF 18

20 3. LES RESULTATS DU DIAGNOSTIC EXHAUSTIF 3.1. LE CADRE MACRO ECONOMIQUE Bref aperçu sur le Togo Situation géographique, administrative et politique Situé en bordure du Golfe de Guinée, le Togo s étend sur km2. Par sa forme allongée, il relie les pays enclavés du Sahel à l Océan Atlantique. Sur le plan climatique, il comporte deux zones distinctes : au Sud, un climat de type subéquatorial avec deux saisons de pluies alternées avec deux saisons sèches. Au Nord, un climat de type soudanien avec une saison de pluie et une saison sèche. La pluviométrie varie entre 850mm et 1650mm. Sur le plan administratif et politique, le pays est doté de cinq régions, (Maritime, Plateaux, Centrale, Kara et Savanes) elles-mêmes subdivisées en Préfectures qui sont passées de 21 à 30 actuellement lors de l avènement de la Démocratie. Avec un taux de croissance démographique de 4,2% à partir de 2003, le Togo compte en 2006 environ 5,300 millions d habitants répartis en une quarantaine d ethnies. Sur le plan international, le Togo est membre des Nations Unies depuis 1960 et appartient également à plusieurs organisations politicoéconomiques régionales et continentales telles que l UEMOA, la CEDEAO et l UA (Union Africaine). Sur le plan politique, le Togo a amorcé, à partir d octobre 1990, son entrée dans la voie de la démocratisation par l institution de la liberté de la presse écrite. Cette étape a été suivie en 1991 par la création des partis politiques, la mise en place des organes de la Transition et la marche vers des élections pluralistes. Les troubles sociopolitiques intervenus dans cette période ont sérieusement perturbé l activité économique au Togo. Entamée avec les élections législatives de février mars 1994, la longue marche du Togo vers la mise en place d un système démocratique s est poursuivie en 1996 comme en 1995, à un rythme mesuré. Aux votes de la loi sur le statut des magistrats (14 mai 1994) et de celle sur la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (14 juin 1994), ont succédé les votes de lois sur la Commission Nationale des Droits de l Homme (7 novembre) et la Cour Suprême (31 décembre 1994). Le retour des réfugiés s est poursuivi normalement dans le cadre de la politique de réconciliation prônée par les Autorités avec l adoption d une loi d amnistie en décembre 1994 et confirmée par la signature d un accord avec le Haut Commissariat des Réfugiés en août La Commission des Droits de l Homme de l ONU a décidé en avril 1996 de rayer le Togo de la liste des pays sujets à un examen particulier. La Commission Européenne a repris progressivement son aide (mars 1995) qui est restée à un niveau limité en Le dialogue critique se poursuit également avec les Etats-Unis dont la coopération avec le Togo reste suspendue. La France a repris son aide dès septembre La République Fédérale d Allemagne a maintenu une coopération très limitée. 19

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ----------------------

BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST ---------------------- DEPARTEMENT DES ETUDES ECONOMIQUES ET DE LA MONNAIE ---------------------- Direction de la Recherche et de la Statistique APPUIS

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

REVUE DU SECTEUR FINANCIER TOGO VERSION FINALE EDITÉE: NOVEMBRE 2006

REVUE DU SECTEUR FINANCIER TOGO VERSION FINALE EDITÉE: NOVEMBRE 2006 38146 REVUE DU SECTEUR FINANCIER TOGO VERSION FINALE EDITÉE: NOVEMBRE 2006 Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized BANQUE MONDIALE

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel?

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel? Rencontre d échanges d expériences entre acteurs sociopolitiques sur les défis et la portée de la protection sociale dans un contexte de grande pauvreté : cas des pays en développement Bamako, 17 & 18/11/2011

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER

PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PROCEDURE D AGREMENT EN QUALITE DE BANQUE ET ETABLISSEMENT FINANCIER PREFACE Dans le cadre de la mise en œuvre et du renforcement de la politique d'intégration sous-regionale, le Conseil des Ministres

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 PERSPECTIVES DES MARCHES D ASSURANCES AFRICAINS Présenté par Jean Claude Ngbwa, Secrétaire Général de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème qui nous a été confié porte sur les

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

rapport annuel D activites 2011

rapport annuel D activites 2011 73 OBJECTIF OPÉRATIONNEL 3 ASSURER EFFICACEMENT LE SUIVI DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS INTERNATIONALES ET ORGANISMES DE COOPÉRATION A CARACTÈRE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER & & & Le dispositif de suivi

Plus en détail

Stratégie Nationale de la

Stratégie Nationale de la REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité - Justice Stratégie Nationale de la Microfinance Stratégie adoptée lors du Conseil des Ministres du 19 novembre 2003 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATION...

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé

L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN. Le secteur privé L AGENCE FRANÇAISE DE DÉVELOPPEMENT AU CAMEROUN Le secteur privé LE SECTEUR PRIVE : UN VECTEUR ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT Promouvoir une croissance durable et partagée... La croissance économique est un

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

ETUDES SUR LES INSTRUMENTS DE GARANTIE ET LE MARCHE DES GARANTIES BANCAIRES DANS LA ZONE DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

ETUDES SUR LES INSTRUMENTS DE GARANTIE ET LE MARCHE DES GARANTIES BANCAIRES DANS LA ZONE DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) ETUDES SUR LES INSTRUMENTS DE GARANTIE ET LE MARCHE DES GARANTIES BANCAIRES DANS LA ZONE DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT AGENCE FRANÇAISE

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

Table des matières 1 INTRODUCTION.. 1

Table des matières 1 INTRODUCTION.. 1 Table des matières Liste des tableaux. VI Liste des schémas. IX Liste des graphiques. X Liste des abréviations... XII Summary and Conclusions... XIV Zusammenfassung und Schlussfolgerungen... XXI 1 INTRODUCTION..

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DE MICROFINANCE ET PLAN D ACTIONS 2012-2016

STRATEGIE NATIONALE DE MICROFINANCE ET PLAN D ACTIONS 2012-2016 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ========== BURKINA FASO ============= Unité - Progrès - Justice STRATEGIE NATIONALE DE MICROFINANCE ET PLAN D ACTIONS 2012-2016 Version finale Janvier 2012 Stratégie

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 CAISSE LE SALUT Janvier 2013 RAPPORT DE STAGE Faire des pauvres de vrais partenaires de développement Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 Sommaire REMERCIEMENT... 1 INTRODUCTION... 2 DEVELOPPEMENT...

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LE FONDS DE GARANTIE

LE FONDS DE GARANTIE CENTRE DE RECHERCHES, D ETUDES ET D APPUI A L ANALYSE ECONOMIQUE À MADAGASCAR LE FONDS DE GARANTIE Auteur Version date Maholy RAKOTOARISOA - Assistant chercheur finale Octobre 2003 Critère de diffusion

Plus en détail

Le rôle de la société civile

Le rôle de la société civile Le rôle de la société civile Bruxelles 15 décembre 2011 Les mutuelles de santé au Burkina Faso Inégalité d accès aux soins de santé au Burkina Faso La majorité de la population vit en dessous du seuil

Plus en détail

Introduction en bourse de l'imf Compartamos

Introduction en bourse de l'imf Compartamos Introduction en bourse de l'imf Compartamos BIM n - 03 juillet 2007 Frédéric PONSOT Les actionnaires de Banco Compartamos, une IMF mexicaine récemment constituée sous forme bancaire ont mis en vente 30

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam

Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes. Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Développement de la microassurance au Vietnam : quelques expériences intéressantes Grégoire Chauvière Le Drian Adjoint au directeur ADETEF Vietnam Atelier du Forum économique et financier Hanoï, 10 et

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique

Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique Note d information N o 91 Décembre 2013 Corinne Riquet et Christine Poursat Gérer les faillites d institutions de microfinance collectrices d épargne : l expérience des autorités de supervision en Afrique

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Guide méthodologique du contrôle interne des SFD dans les pays de la zone UEMOA

Guide méthodologique du contrôle interne des SFD dans les pays de la zone UEMOA Guide méthodologique du contrôle interne des SFD dans les pays de la zone UEMOA A destination des organes d administration, de contrôle, de gestion et de surveillance des SFD Guide méthodologique de contrôle

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

BILANS ET COMPTES DE RESULTATS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS

BILANS ET COMPTES DE RESULTATS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS BILANS ET COMPTES DE RESULTATS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS UMOA 2004 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 839 05 00 Télécopie : +221 823 93 35 Télex : BCEAO

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Trophées des Banques et Etablissements financiers des PME/PMI

Trophées des Banques et Etablissements financiers des PME/PMI Trophées des Banques et Etablissements financiers des PME/PMI =============================================== PREMIERE EDITION =============================================== Communication sur le thème

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES Avril 2015 «GIM-UEMOA» GIE au capital de 9 528 790 000 F CFA RCCM : SN-DKR-2004-B-8649 NINEA : 24209832

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

Appels à Investissement:

Appels à Investissement: Africa Label Group S.A Faire mieux. Donner plus. Appels à Investissement: ALG Academy (E-learning): $ 150,000 ImaginAfrica (Solutions TIC): $ 50, 000 Investir dans un groupe en pleine expansion. Des secteurs

Plus en détail

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA

AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT. Commission de l UEMOA NCO NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPERATION AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT Commission de l UEMOA Projet d appui à l extension de la couverture du risque maladie dans les États membres de l UEMOA

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Planification stratégique

Planification stratégique Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage LEÇON 3 Planification stratégique Objectif: Présenter la logique de la segmentation du marché et expliquer de quelle façon la décision relative

Plus en détail