L ORDINATEUR ET LE SALARIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ORDINATEUR ET LE SALARIE"

Transcription

1 Université de Lille 2 Droit et santé Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales Ecole doctorale n 74 Mémoire pour l obtention du DEA Droit Social option santé en milieu du travail L ORDINATEUR ET LE SALARIE Présenté et soutenu publiquement par Alexandre CHABEAUD Sous la direction de M. Bernard BOSSU Professeur agrégé à l Université de Lille 2 Directeur du DEA Droit social Année universitaire

2 2

3 Université de Lille 2 Droit et santé Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales Ecole doctorale n 74 Mémoire pour l obtention du DEA Droit Social option santé en milieu du travail L ORDINATEUR ET LE SALARIE Présenté et soutenu publiquement par Alexandre CHABEAUD Sous la direction de M. Bernard BOSSU Professeur agrégé à l Université de Lille 2 Directeur du DEA Droit social Année universitaire

4 REMERCIEMENTS La rédaction d un mémoire universitaire est une tâche particulièrement difficile. Durant ce travail de longue haleine, j ai pu bénéficier au sein de l Université de Lille 2 d un encadrement sans faille. Je remercie donc chaleureusement M. le Professeur Bernard BOSSU pour sa disponibilité et ses conseils avisés. 4

5 SOMMAIRE L ORDINATEUR ET LE SALARIE 1 ère partie : l ordinateur, instrument puissant de libération du salarié Chapitre 1 : une libération opérée dans le cadre de la vie professionnelle Chapitre 2 : une libération envisageable dans le cadre de la vie personnelle 2 ème partie : l ordinateur, instrument dangereux de soumission du salarié Chapitre 1 : une soumission renforcée à la surveillance de l employeur Chapitre 2 : une soumission à de nouvelles hypothèses de licenciement 5

6 TABLE DES ABREVIATIONS : paragraphe Al. : alinéa Art. : article BS Lefebvre : bulletin social Francis Lefebvre Bull. Civ. : bulletin civil Cah. soc. barreau : cahiers sociaux du barreau Chap. : chapitre CNIL : Commission Nationale Informatique et Libertés CSS : code de la sécurité sociale C. civ. : code civil C. trav. : code du travail Cons. prud h. : conseil de prud hommes Cass. soc. : cour de cassation, chambre sociale D. : décret DARES : Direction de l Animation, de la Recherche, des Etudes et des Statistiques Dr. ouvrier : droit ouvrier Dr. soc. : droit social JO : journal officiel (lois et décrets) Liaisons soc. : liaisons sociales L. : loi NCPC : nouveau code de procédure civile Rev. jur. personnes et famille : revue juridique personnes et famille RJS : revue de jurisprudence sociale RPDS : revue pratique de droit social Semaine sociale : semaine sociale Lamy Sect. : section TMS : Troubles Musculo-Squelettiques TPS : travail et protection sociale 6

7 GLOSSAIRE Bande passante : capacité de transmission d une liaison de télécommunication. Elle se mesure en bits par seconde (BPS). Bogue : francisation de «bug». Erreur ou défaut informatique qui provoque un dysfonctionnement de l appareil ou d un programme. Cache : mémoire servant à stocker sur le disque dur les pages Web visitées et permettant à l internaute d accéder plus rapidement à une page déjà visitée. Courriel (ou ) : courrier adressé via Internet. Forum : site permettant des échanges et des discussions sur un thème déterminé. Forward : signifie «faire suivre». Permet à un internaute de transmettre un qu il a reçu à un autre internaute. Hacker : internaute cherchant à s introduire frauduleusement dans des systèmes informatiques. Html : langage informatique utilisé pour publier des documents sur Internet. Http : protocole gérant le transfert des informations des sites Web vers les ordinateurs des internautes. Chaque adresse Internet se trouve précédée de ce sigle. Intranet : réseau informatique interne fonctionnant sur le même principe qu Internet. Mailing list : liste sur laquelle l internaute peut s inscrire afin de recevoir de façon automatique des s d informations. 7

8 Pare-feu ou firewall : produit logiciel ou matériel assurant au minimum la protection d un réseau interne vis à vis d attaques externes. Il permet également la protection des réseaux internes les uns par rapport aux autres, le filtrage des communications, l authentification, le cryptage et le contrôle des accès utilisateurs par rapport aux réseaux. Il protège contre la propagation des virus, cookies, applets Java, ActiveX et les contenus Web indésirables. Proxy : permet de mémoriser les pages Web consultées par les internautes de sorte qu en cas de nouvelles requêtes vers ces sites ou les pages des sites précédemment consultés, il ne soit pas nécessaire d accéder au serveur distant, ce qui économise de la bande passante et permet une connexion beaucoup plus rapide. Webmaster : personne en charge d un site web. On dit également administrateur de site. www : signifie world wide web, c est-à-dire la toile d araignée étendue au monde entier. 8

9 INTRODUCTION Depuis la révolution industrielle, l homme n a cessé de créer des machines susceptibles de l aider, de le seconder, voire de le remplacer dans son travail. Ces instruments lui ont d abord permis la production massive de marchandises. Machines à tisser, engins d extraction puis chaînes complètes de production sont autant d illustrations des réalisations de l époque. Toutes ces innovations vont profondément modifier les conditions de travail des populations ouvrières, qui en étaient les principales utilisatrices. Ces nouveaux outils permirent dans un premier temps de soulager la peine des travailleurs, en facilitant l exécution de tâches répétitives et souvent ingrates. De ce point de vue, on peut considérer qu elles constituèrent un réel progrès avec notamment la machine à vapeur, «mille fois plus puissante que l homme». Mais ces machines, grâce à l électricité 1, pouvaient fonctionner vingt quatre heures sur vingt quatre, avec les inconvénients et les tentations que l on imagine pour l employeur : repousser toujours plus loin les limites du temps de travail. A cette époque, bien rares étaient les machines qui pouvaient se passer totalement de l intervention humaine. Dès lors, les faire tourner en permanence aurait pu signifier augmenter le temps de travail du personnel si le législateur n y avait pas prêté attention. La multiplication des accidents engendrés par le machinisme contraignit d ailleurs ce dernier à intervenir pour modifier la législation dès Il est vrai qu à l époque, les salariés ne disposaient que d un arsenal juridique limité pour obtenir réparation de leur préjudice. En effet, il se réduisait le plus souvent à l article 1382 du Code Civil. Or, il était bien difficile d apporter la preuve d une quelconque faute de l employeur quand une machine était à l origine de l accident. 1 Qui a bouleversé le salariat, en dissociant le rythme de travail de celui du soleil ou des saisons. Voir à ce sujet RAY (J-E), «De la sub/ordination à la sub/organisation», Dr. soc. janvier 2002, pp

10 Durant la première moitié du vingtième siècle, la construction de ces nouveaux outils se poursuivit avec des machines plus abouties, plus perfectionnées et de plus en plus indépendantes. Pourtant, malgré toutes ces évolutions technologiques, la situation resta sensiblement identique qu au début de l ère industrielle. Même si des progrès furent réalisés dans le domaine de la sécurité, ces machines restaient manipulées par les classes ouvrières. Il faudra attendre la seconde moitié du 20 ème siècle pour assister à une véritable révolution qui bouleversa toutes les catégories professionnelles. Avec l apparition des premiers ordinateurs, l informatique, permettant le traitement automatique de l information, voit le jour. Les premières machines ainsi créées occupent plusieurs pièces pour des performances somme toute très modestes. De plus, elles restent souvent l apanage de l armée et des universités. Pourtant, quelques années plus tard, l ordinateur va faire son apparition dans le monde de l entreprise. Bien sûr, jusque dans les années soixante-dix, l univers informatique reste dominé par de grosses machines qui n ont rien à avoir avec celles que nous connaissons aujourd hui. Mais grâce à la miniaturisation des composants et aux avancées technologiques continuelles, l ordinateur va peu à peu réussir à se diversifier et à se démocratiser. Aujourd hui, outre le classique «desktop» ou ordinateur de bureau, on trouve des ordinateurs portables, mais aussi des pocket pc, des agendas électroniques ou encore des téléphones portables, tous dotés de fonctions informatiques qui les rapprochent de leurs illustres aînés. Mais l ordinateur n a pas seulement évolué par la taille. Il s est aussi doté de nouvelles fonctions de communication. A l origine, le travailleur était branché à une machine et à une seule dont il pouvait utiliser une partie des ressources selon certaines procédures et dans certaines limites. Il travaillait en local. Dans le meilleur des cas, son terminal lui permettait de communiquer avec les autres terminaux reliés à la même machine dans le cadre d un réseau interne : l intranet 2. Désormais, avec le développement d internet dans les années 90, de nouvelles possibilités de travail sont offertes au salarié, plus ouvert sur le monde extérieur. 2 SUPIOT (A.), «Travail, droit et technique», Dr. soc., janvier 2002, n 1, pp

11 Maintenant démocratisé, l ordinateur fait partie intégrante du monde de l entreprise 3. Mais dans quelle proportion? Afin de mesurer la percée de l outil informatique dans le monde du travail, des enquêtes ont été réalisées en 1987 et en 1993 par la DARES lors de sondages sur la Technique et l Organisation du Travail 4. Il en est ressorti qu en mars 1993, quatre salariés sur dix (soit plus de sept millions de personnes) utilisaient personnellement un ordinateur au travail, alors qu en mars 1987 ils étaient seulement un sur quatre. Actuellement, ils seraient plus de dix millions. La diffusion de cet outil a donc été rapide, puisqu entre 1987 et 1993 et entre 1993 et 2002, la part de salariés utilisateurs s est à chaque fois accrue de moitié. Cette enquête a aussi permis de constater qu utiliser un ordinateur marque toujours l appartenance au groupe des cols blancs ou des diplômés. A chaque époque son outil : la société industrielle a créé des machines de production pour la classe ouvrière, la société de l information a créé les ordinateurs pour les cols blancs et les cadres. L ordinateur s est donc peu à peu imposé dans l entreprise comme un instrument de travail incontournable dont la maîtrise devient indispensable. Mais l ordinateur n est pas un outil comme les autres. Les possibles dérives dans son utilisation, régulièrement dénoncées par les médias, sont à l origine de contentieux juridiques de plus en plus fréquents. Le mensuel Liaisons Sociales s en est d ailleurs fait le relais dans deux articles aux noms évocateurs. 5 On y apprend que les ordinateurs peuvent être détournés de leur finalité première par des employeurs peu scrupuleux, qui trouvent en cet outil un instrument de surveillance redoutable pouvant être mis en œuvre à l insu des salariés. Les possibilités dans ce domaine sont en effet nombreuses : du logiciel Intellimouse qui mesure la productivité du salarié aux mètres parcourus par la souris à la lecture des correspondances électroniques du salarié stockées dans le serveur proxy de l entreprise, ou de l exploration du disque dur à distance au visionnage en temps réel de l écran de travail du salarié, le choix est conséquent. 3 Mais pas uniquement : cinq millions de foyers français sont équipés d un ordinateur. Voir RAY (J-E), Le droit du travail à l épreuve des NTIC, Collection «Droit vivant», 2 ème édition, Paris : Editions Liaisons, 2001, p Centre d études de l emploi, «Les salariés et l ordinateur», 4 pages, septembre 1994, n 5. 5 FOULON (S.), «Souriez, vous êtes pistés», Liaisons soc. magazine, octobre 1999, pp et BEAL (E.), «Productivité : un espion dans l ordinateur», Liaisons soc. magazine, octobre 1999, pp

12 Ces nouvelles pratiques tirent leur force de la méconnaissance par les salariés des possibilités de cybersurveillance offertes par ces nouveaux outils. La discrétion et parfois le mensonge des employeurs mettant en œuvre ce genre de procédés y sont aussi pour beaucoup. Derrière des arguments de nature sécuritaire se cache parfois une tentation trop forte de l employeur de vouloir, mais surtout de pouvoir, désormais tout contrôler. Comme l affirme Alain Weber de la commission libertés et informatique de la Ligue des droits de l homme, «entre avoir un outil de contrôle ou ne pas l avoir, les employeurs préfèrent la première solution. Et lorsqu ils le possèdent, la tentation est grande de l exploiter jusqu au bout». Ces nouveaux mouchards ont donc un potentiel de surveillance beaucoup plus fort que les anciens systèmes de vidéosurveillance. A s en tenir à cette approche, l ordinateur en tant qu outil de travail ne serait qu un instrument supplémentaire de soumission du salarié : à la surveillance de son employeur tout d abord ; à l ordre économique ensuite, sa non-adaptation pouvant aboutir à son licenciement. Mais cette vision n est-elle pas réductrice? L ordinateur ne pourrait-il pas parallèlement constituer un instrument de libération du salarié? Sur le plan professionnel, tout comme les machines avaient réduit la pénibilité du travail des ouvriers, l ordinateur améliore sans doute sensiblement les conditions de travail. Il permet notamment d effectuer plus facilement un certain nombre de tâches qui pouvaient s avérer laborieuses dans le passé. Il laisse donc un temps plus important pour des tâches plus intellectuelles, valorisant ainsi le travail à effectuer. Avec l obligation de formation pesant sur l employeur, les nouvelles technologies offrent aussi l opportunité d acquérir de nouvelles compétences qui, en terme d employabilité, s avèrent indispensables. En effet, près de 70% des salariés travaillent aujourd hui sur écran 6, ce qui n est pas rien. Et que penser du développement du télétravail? N est-ce pas, sur le papier au moins, un formidable instrument de libération du salarié? Qui aurait pu imaginer il y a quelques années encore que de telles modalités d organisation de l entreprise puissent un jour exister? 6 Source Crefac (Centre d étude et de formation). 12

13 Certes encore un peu marginal, le télétravail donne aujourd hui la possibilité au salarié d effectuer à domicile son activité professionnelle. Il introduit une véritable souplesse dans le travail, très appréciable pour les salariés ayant des enfants en bas-âge, qui peuvent ainsi organiser leur temps de travail tout en restant chez eux. Bien sûr, tous les salariés ne peuvent pas y accéder, certaines tâches s y prêtant plus que d autres. Encore faut-il que le télétravail ne se transforme pas en travail permanent, car à travailler chez soi, la distinction entre vie professionnelle et vie privée apparaît bien mince. Le développement de la vie personnelle au travail est d ailleurs un thème qui a été remis au goût du jour par le développement de l informatique mais surtout d Internet. Grâce à sa connexion, le salarié peut de son poste de travail envoyer des s, consulter des pages webs de toute nature, télécharger des fichiers ou encore participer à des forums de discussion pour des motifs qui ne sont pas toujours d ordre professionnel. Que penser de ces pratiques? Doit-on totalement les exclure? Doit-on les tolérer largement? Modérément? Peut-on effectuer un parallèle avec les expériences vécues dans l usage du téléphone et du minitel qui pouvaient être utilisés par le salarié de façon modérée? Comme le souligne P. WAQUET 7, «chaque partie au contrat de travail peut trouver dans les nouvelles technologies une arme redoutable, un instrument qui remet en question des équilibres, certes précaires, mais qui gouvernaient les relations sociales jusqu à une période récente». L ordinateur au travail présente donc pour le salarié une ambivalence : instrument puissant de libération (1 ère partie), l ordinateur n en constitue donc pas moins un instrument dangereux de soumission (2 ème partie). L intitulé de cette étude étant l ordinateur et LE salarié, nous ne nous intéresserons principalement qu aux aspects individuels de la relation de travail et nous n évoquerons que sommairement les aspects collectifs. 7 WAQUET (P.), «Propos liminaires», Dr. soc., janvier 2002, n 1, pp

14 1 ère partie : l ordinateur, instrument puissant de libération du salarié L ordinateur constitue avant tout un nouvel outil, un instrument de travail mis à la disposition du salarié par l employeur pour l exécution des tâches professionnelles au quotidien. A ce titre, il s agit d un atout indéniable qui, une fois maîtrisé, permet au salarié d effectuer un travail plus efficace. L assistance de l outil informatique lui donne ainsi la possibilité d améliorer à la fois ses performances et ses compétences professionnelles. De plus, cet instrument, grâce aux nouvelles possibilités qu il offre, est en passe de modifier des notions aussi essentielles que celles du lieu et du temps de travail en les assouplissant. Vu sous cet angle, l ordinateur permet d opérer une libération dans le cadre de la vie professionnelle du salarié (Chapitre 1). Mais l ordinateur n est pas un instrument de travail tout à fait comme les autres. Sa polyvalence lui permet en effet d être autre chose qu un simple outil professionnel. Ainsi, l ordinateur peut être utilisé comme instrument de travail au bureau et comme instrument de divertissement à domicile. Jeux, surf sur Internet, envoi de messages électroniques, tout est possible à partir d un ordinateur et ce d autant plus facilement qu il est connecté au réseau des réseaux. Dès lors que tout est envisageable avec un seul et même outil, la tentation est grande pour le salarié, possédant ou non un ordinateur chez lui, d utiliser celui de l entreprise pour vaquer à ses occupations personnelles. Si l interdiction d utiliser le matériel de l entreprise à des fins personnelles reste aujourd hui un principe, cette situation pourrait toutefois évoluer dans les prochaines années comme ce fut déjà le cas à l époque du minitel et du téléphone. Vu sous cet angle, l ordinateur permettrait d opérer une libération du salarié dans le cadre de sa vie personnelle (Chapitre 2). 14

15 Chapitre 1 : une libération opérée dans le cadre de la vie professionnelle L introduction de l outil informatique dans l entreprise constitue pour le salarié l occasion d acquérir de nouvelles compétences. Une fois le stade de l apprentissage dépassé, il est alors capable d utiliser efficacement cet instrument, avec de meilleures conditions de travail à la clef. L ordinateur conduit donc le plus souvent à une amélioration de la situation professionnelle du salarié (Section I). De plus, la miniaturisation et les possibilités de connexion à distance ont considérablement assoupli les notions de temps et de lieu de travail. A domicile ou au bureau, pendant les heures de travail ou en dehors, tout est désormais possible avec l informatique et le cadre strict engendré par ces deux piliers du contrat de travail est de plus en plus souvent mis à mal. L introduction de ce nouvel instrument semble donc avoir engendré un assouplissement des concepts de temps et de lieu de travail (Section II), contribuant encore un peu plus à la libération du salarié dans le cadre de sa vie professionnelle. Section I : l amélioration de la situation professionnelle du salarié Il ne suffit pas à l employeur d investir dans du matériel informatique pour espérer en récolter immédiatement les fruits. Encore faut-il que le personnel sache s en servir. Si ce n est pas le cas, il appartient alors à l entreprise de proposer les formations nécessaires pour permettre l adaptation des salariés à ces nouveaux outils L arrivée d un ordinateur, c est donc d abord la possibilité pour le personnel d améliorer ses compétences ( 1). Mais pas seulement : c est aussi un atout pour son travail quotidien, pouvant aboutir à une amélioration sensible de ses conditions de travail ( 2). 15

16 1 : une amélioration des compétences L introduction de l outil informatique dans l entreprise entraîne une obligation de formation à la charge de l employeur (A). Il convient en effet de permettre aux futurs utilisateurs de se servir correctement de ces nouveaux outils dont l usage n est pas toujours évident. Il en découle une meilleure employabilité des salariés (B) dans un marché de l emploi où la maîtrise de l informatique est un pré-requis quasi obligatoire. A) Une obligation de formation à la charge de l employeur L obligation de formation à la charge de l employeur repose sur des fondements à la fois théoriques et juridiques (1). Son contenu exact reste à préciser (2). 1) Les fondements de l obligation de formation Le premier fondement venant à l esprit est d ordre théorique : c est celui de la bonne foi, de la loyauté et du solidarisme contractuel. En effet, lorsque le salarié est entré au service de son employeur, celui-ci a mis à sa disposition des outils dont il avait la maîtrise et lui permettant d effectuer parfaitement les tâches qui lui étaient dévolues. Il a été recruté car il savait se servir de ces outils. Il était alors parfaitement adapté à son emploi. Or, la décision d introduire un nouveau matériel dans l entreprise est d origine patronale. En changeant les outils de travail, l employeur modifie les règles du jeu et prend le risque de rendre ses salariés inaptes à l emploi car incapables de se servir de ces nouveaux instruments. Depuis quelques années, les principes de loyauté et de solidarisme contractuel sont en train de renaître et de prendre une place importante dans le droit français avec l émergence de la notion de contrat moral 8. En témoigne notamment l introduction du tout nouvel article L du Code du Travail par la loi de modernisation sociale qui dispose que le contrat de travail doit être exécuté de bonne foi. 8 Voir notamment MAZEAUD D., «Loyauté, solidarité, fraternité : la nouvelle devise contractuelle?», Mélange Théré, 1999, p. 603 et FLECHEUX G., «Renaissance de la notion de bonne foi et de la loyauté dans le droit des contrats», Mélange Ghestin, p

17 Il découle de cette réintroduction de la morale dans le contrat un devoir de coopération qui implique que chacune des parties doit faciliter l exécution mais surtout le maintien du contrat. Dès lors, on comprend mieux pourquoi il incombe à l employeur de proposer toute formation permettant aux salariés de s adapter à leur nouvel outil de travail, afin que le contrat puisse se poursuivre dans de bonnes conditions. Ce fondement théorique a ensuite été relayé en jurisprudence. En effet, dans un arrêt du 25 février , la chambre sociale de la Cour de Cassation a posé le principe selon lequel «l employeur, tenu d exécuter de bonne foi le contrat de travail, a le devoir d assurer l adaptation des salariés à l évolution de leurs emplois.» En l espèce, une salariée responsable du fichier informatique avait été licenciée pour suppression d emploi, alors que l employeur recrutait dès le lendemain une facturière. La Cour de Cassation a dans cet arrêt bien pris en compte le fait que le changement est une constante de l entreprise. Mais elle met en valeur un devoir inhérent au contrat de travail : le devoir d adaptation du salarié à l évolution de son emploi 10. Elle confirmera par la suite sa position à maintes reprises 11. Enfin, la loi Aubry 2 12 est venue codifier cette obligation jurisprudentielle en insérant l article L al. 1 qui dispose désormais que «l employeur a l obligation d assurer l adaptation de ses salariés à l évolution de leurs emplois». Les fondements de cette obligation étant clairement dégagés, il convient maintenant d en déterminer le contenu. 2) Le contenu de l obligation de formation Dans l hypothèse de l introduction d ordinateurs dans une entreprise, le devoir d adaptation va consister la plupart du temps en une formation du salarié à ses nouvelles fonctions ou conditions de travail. Mais une adaptation jusqu où et dans quelle limite? 9 Cass. Soc. 25 février 1992, Dehaynain c/ SA Expovit, Dr. soc. 1992, p FAVENNEC-HERY (F.), «Le droit et la gestion des départs», Dr. soc., juin 1992, n 6, pp Cass. Soc. 1 er avril 1992 Bull. Civ. V, n 122 ; Cass. Soc. 08 avril 1992 Bull. Civ. V, n 258 ; Cass. Soc., 25 juin 1992 Bull. Civ. V, n L. n du 19 janvier

18 Dans le contexte plus général de l obligation de reclassement, la jurisprudence a répondu à cette question en affirmant que l adaptation n est pas la reconversion 13. L objectif est d assurer une formation de courte durée à un salarié possédant des capacités suffisantes d adaptation. Mais cela n est envisageable que s il y a suppression d emploi, et cela correspond finalement assez peu à notre hypothèse de travail dans laquelle il y a simplement ajout de l outil informatique dans le cadre de l exécution d un travail. Dans notre situation, la directive C.E.E. du 29 mai 1990 impose aux employeurs d assurer aux salariés une formation pour l utilisation de leur matériel informatique. Le salarié reste libre d accepter ou de refuser l offre de formation de l employeur. Il ressort de la jurisprudence qu il faut laisser au salarié le temps de s adapter aux nouvelles conditions de travail ou à son nouvel emploi. Il n y a pas, semble-t-il, d adaptation sans délai. Ainsi, un certain nombre de condamnations ont été prononcées à l encontre d employeurs ayant imputé de façon prématurée au salarié une insuffisance professionnelle 14. De même, pendant la période d adaptation, le pouvoir discrétionnaire de l employeur fondé sur l aptitude du salarié est suspendu 15. Il n y a pas non plus d adaptation sans expérimentation ni tâtonnement. Le contrôle effectué ne pourra porter que sur le contenu de la formation et l acquisition d une qualification. L issue de l adaptation ne dépend pas de l employeur et de ses pouvoirs mais du salarié, de son bon vouloir et de ses capacités. Par contre, le salarié qui aurait accepté la formation proposée par l employeur ne peut se soustraire à une évaluation Cass. Soc. 24 mars Paris 15 novembre 1983, D IR LYON-CAEN (A.), «Le droit et la gestion des compétences», Dr. soc., juin 1992, n 6, pp CA Montpellier 31 janvier Cass. Soc. 16 mars

19 B) Une meilleure employabilité du salarié La formation en informatique dont va bénéficier le salarié est source de nombreux avantages dont le plus important est sans doute de lui procurer une meilleure employabilité. Dans un monde du travail où disparaissent peu à peu les emplois ne nécessitant pas l usage d un ordinateur (1), il devient de plus en plus difficile d exercer une activité lorsque l on ne dispose que d un minimum de connaissance en ce domaine. Ce phénomène est renforcé par une présence de plus en plus forte de l informatique dans le travail salarié (2). 1) Une disparition progressive des emplois ne nécessitant pas l usage d un ordinateur Depuis de nombreuses années déjà, on constate un déclin des emplois du secteur industriel au profit du secteur des services qui, à l heure d Internet, est en train d exploser. Il y a donc un double mouvement : d une part, l ordinateur supprime des emplois dans le secteur secondaire ; d autre part il en crée dans le secteur tertiaire. Dans le domaine de l industrie, les machines que l on a commencé à concevoir dès le 19 ème siècle sont devenues tellement évoluées qu il est difficile de ne pas les considérer comme des ordinateurs à part entière. Le point commun avec l informatique, c est l automatisation des tâches à accomplir. Ces machines sont fiables, rapides et, quand elles fonctionnent correctement, ne font presque pas d erreur. Une grande étape a été franchie avec l apparition de robots dans le secteur de l automobile. A l ère de la P.A.O. 17, bon nombre d O.S. 18 n ont pas été capables de maîtriser ces machines ou ont été remplacés par elles 19. En effet, elles sont aujourd hui tellement efficientes et indépendantes que la présence humaine en est devenue presque inutile. Pour les O.S. qui continuent de travailler dans ce secteur, leur tâche essentielle consiste désormais principalement à surveiller le bon fonctionnement de ces machines et à en assurer la maintenance. 17 Production Assistée par Ordinateur. 18 Ouvriers Spécialisés. 19 LABBE (D.), «Nouvelles technologies, exclusion et insertion dans l industrie automobile», Dr. soc., juin 1992, n 6, pp

20 Parallèlement, le nombre d emplois a augmenté de façon considérable dans le secteur tertiaire, dans lequel l outil informatique a su parfaitement s intégrer. Ainsi, les commerciaux n hésitent plus à présenter leurs produits aux clients au moyen de vidéos sur l ordinateur portable fourni par l entreprise. De nouvelles professions liées à l Internet ont vu le jour comme celle d administrateur réseau ou encore celle de webmaster. De nos jours, quelle société de service n a pas son site Internet? D autres professions, comme celle de responsable du service informatique, programmeur ou concepteur de logiciels, se sont considérablement développées et ont pris une importance de taille au sein de l entreprise. Ce déclin des emplois ne nécessitant pas l usage d un ordinateur s accompagne d une présence de plus en plus forte de l informatique dans l emploi. 2) Une présence de plus en plus forte de l informatique dans l emploi Il serait faux de croire que l usage de l informatique est limité au secteur tertiaire et aux seules professions en contact direct et permanent avec les ordinateurs. Petit à petit, l informatique a envahi tous les secteurs de l emploi au point de réduire à une minorité le nombre de professions pouvant s en passer. Il est facile de multiplier les exemples en ce domaine : du garagiste, profession manuelle par excellence, qui gère désormais ses stocks de pièces détachées grâce à des fichiers informatiques, au routier qui est parfois équipé d un GPS 20 lui indiquant la direction à prendre ; des architectes, qui délaissent de plus en plus leur table de dessin au profit de logiciels de CAO 21 plus appropriés, aux secrétaires qui ont depuis longtemps déjà troqué leurs machines à écrire contre des ordinateurs bien plus pratiques à l usage, tout le monde semble s y mettre. Sans parler des cadres qui en sont presque tous équipés. Bien sûr, toutes ces professions recouvrent des réalités bien différentes et toutes n utilisent pas l informatique à la même fréquence. Pour le mécanicien, l usage d un ordinateur sera anecdotique. 20 Encore appelé ordinateur de bord. Il est relié à un satellite qui lui fournit les dernières informations routières ainsi que les plans des pays, des régions, des routes et des villes. 21 Conception Assistée par Ordinateur. 20

Lexique informatique. De l ordinateur :

Lexique informatique. De l ordinateur : De l ordinateur : Lexique informatique CD / Cédérom : CD (Compact Disc) contient des logiciels (dictionnaire, jeux, ) Clavier : permet de taper du texte, de la ponctuation, des chiffres et des symboles.

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES.

CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. DQ- Version 1 SSR Saint-Christophe CHARTE D UTILISATION DU SYSTÈME D INFORMATION ET EN PARTICULIER DES RESSOURCES INFORMATIQUES. I] INTRODUCTION L emploi des nouvelles technologies nécessite l application

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21 Distr. générale 9 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

Les déplacements du salarié

Les déplacements du salarié Les déplacements du salarié Aller d un lieu à un autre. Action bien anodine de la vie professionnelle source pourtant de situations génératrices de nombreux problèmes. Sait- on que près de 19 500 accidents

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Charte d'usage des TIC

Charte d'usage des TIC Schéma Informatique Ministériel Groupe Chartes d usage des TIC Introduction Charte d'usage des TIC Le développement et la diffusion au sein du MINEFI des nouveaux moyens de communication et d information

Plus en détail

Un point de vue technique sur la loi Internet et création

Un point de vue technique sur la loi Internet et création Un point de vue technique sur la loi Internet et création Fabrice Le Fessant Expert des systèmes distribués et des réseaux pair-à-pair Chercheur à l INRIA Saclay - Île-de-France (Institut National de Recherche

Plus en détail

A C T I V I T É S CE QUE JE CONNAIS CONTEXTE PROFESSIONNEL. Quel est l élément essentiel du poste informatique? ...

A C T I V I T É S CE QUE JE CONNAIS CONTEXTE PROFESSIONNEL. Quel est l élément essentiel du poste informatique? ... L informatique est devenue un outil indispensable dans les entreprises, et ce, quel que soit l emploi occupé. Aujourd hui, il est essentiel d en connaître les bases. A C T I V I T É S 1. DÉCOUVRIR SON

Plus en détail

Charte d utilisation d Internet et du matériel informatique

Charte d utilisation d Internet et du matériel informatique Charte d utilisation d Internet et du matériel informatique Préambule Présentation Cette charte qui a pour but de présenter l usage d Internet dans l espace multimédia de la médiathèque, complète le règlement

Plus en détail

Nota Bene module Professeur version 11. pour Windows 98 et supérieur. Manuel d utilisation. Edition du 18-04-06

Nota Bene module Professeur version 11. pour Windows 98 et supérieur. Manuel d utilisation. Edition du 18-04-06 Nota Bene module Professeur version 11 pour Windows 98 et supérieur Manuel d utilisation Edition du 18-04-06 Table des matières Chapitre 1 Nota Bene module Professeur...4 I. Installation de Nota Bene module

Plus en détail

CI3 ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION

CI3 ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION CI3 ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION PARTIE 4 NOTIONS DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE Objectif L OBJECTIF EST ICI DE : sensibiliser aux notions de sécurités en informatique 1 Les logiciels...................................................................................

Plus en détail

Charte d'utilisation des systèmes informatiques

Charte d'utilisation des systèmes informatiques Charte d'utilisation des systèmes informatiques I. Préambule Les outils informatiques mis à la disposition des agents de la commune de Neufchâteau se sont multipliés et diversifiés au cours de ces dernières

Plus en détail

Nota Bene module Professeur version 2011 pour Windows 2000 et supérieur. Manuel d utilisation Nota Bene Module Professeur

Nota Bene module Professeur version 2011 pour Windows 2000 et supérieur. Manuel d utilisation Nota Bene Module Professeur Nota Bene module Professeur version 2011 pour Windows 2000 et supérieur Manuel d utilisation Nota Bene Module Professeur Edition du 28/06/2011 1 Table des matières I. Préambule... 4 II. Chapitre 1 Nota

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009)

Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) Le permis de conduire des salariés dans les entreprises (mars 2009) L un de nos lecteurs membre du Club Porsche nous interroge sur la question des permis de conduire des dirigeants de sociétés qui ont

Plus en détail

1 /// 9 Les médias solutions

1 /// 9 Les médias solutions 1 /// 9 Les médias solutions 1. les médias la presse écrite le public le divertissement la maison de la presse le bureau de tabac le quotidien le tirage la publication les faits divers la nouvelle locale

Plus en détail

Convergence Grand public professionnelle

Convergence Grand public professionnelle Note de synthèse Convergence Grand public professionnelle Cette note synthétise les réflexions d une des tables rondes des entretiens Télécom de Mars 2006, organisés par Finaki. A cette table étaient à

Plus en détail

Retrouver de vieux programmes et jouer sur VirtualBox

Retrouver de vieux programmes et jouer sur VirtualBox CHAPITRE 3 Retrouver de vieux programmes et jouer sur VirtualBox Ce chapitre présente des notions avancées de VirtualBox. Elles permettront de réaliser des configurations spécifiques pour évaluer des systèmes

Plus en détail

Bien choisir votre PC Si vous envisagez d acheter un ordinateur ou de renouveler votre outil informatique existant par du matériel plus récent et

Bien choisir votre PC Si vous envisagez d acheter un ordinateur ou de renouveler votre outil informatique existant par du matériel plus récent et 1 Bien choisir votre PC Si vous envisagez d acheter un ordinateur ou de renouveler votre outil informatique existant par du matériel plus récent et équipé du dernier système d exploitation de Microsoft,

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE LGL

CHARTE INFORMATIQUE LGL CHARTE INFORMATIQUE LGL Selon la réglementation indiquée dans la charte informatique du CNRS, tout accès aux ressources informatiques du LGLTPE nécessite une authentification des personnels. Cette authentification

Plus en détail

Sécurité : les principaux risques et les moyens de protection associés

Sécurité : les principaux risques et les moyens de protection associés Sécurité : les principaux risques et les moyens de protection associés Les dangers sont très nombreux et divers. De plus, ils évoluent rapidement dans le temps. Néanmoins, les principaux risques pour les

Plus en détail

Vous allez changer d avis sur les ordinateurs

Vous allez changer d avis sur les ordinateurs Vous allez changer d avis sur les ordinateurs Michel & Jacqueline plongés dans leurs photos de voyage Nicole découvrant ses messages Patrick parcourant son journal sur Internet Daniel & Monique devant

Plus en détail

La Bibliothèque municipale a pour mission de contribuer aux loisirs, à l information, à l éducation et à la culture de tous.

La Bibliothèque municipale a pour mission de contribuer aux loisirs, à l information, à l éducation et à la culture de tous. REGLEMENT INTERIEUR BIBLIOTHEQUE ESPACE INFORMATIQUE DE ROHAN Tout usager par le fait de son inscription ou de l utilisation des services de la Bibliothèque et Espace informatique est soumis au présent

Plus en détail

Maîtrise des outils bureautiques et environnement de travail en cabinet comptable.

Maîtrise des outils bureautiques et environnement de travail en cabinet comptable. DONNEZ-VOUS LES MOYENS D EVOLUER Maîtrise des outils bureautiques et environnement de travail en cabinet comptable. L évolution rapide des NTIC (nouvelles technologies de l information et de la communication)

Plus en détail

La communication et la gestion de l'information

La communication et la gestion de l'information La communication et la gestion de l'information En informatique il existe plusieurs ressources matérielles qui permettent à un utilisateur de travailler, on appelle cet ensemble un poste de travail. Le

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment identifier ses. SAVOIR-FAIRE et. ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment identifier ses SAVOIR-FAIRE et ses QUALITÉS J ORGANISE MA RECHERCHE Avec le soutien du Fonds social européen Identifier ses savoir-faire et ses qualités, pour quoi faire? Vous ne

Plus en détail

Ateliers. Le planning. Informatique et Internet. l'ourcq Communauté de communes. Février - juillet 2014. Pays de

Ateliers. Le planning. Informatique et Internet. l'ourcq Communauté de communes. Février - juillet 2014. Pays de La Communauté de communes du Pays de l Ourcq vous propose des Ateliers Informatique et Internet Le planning Février - juillet 2014 Informations Paulo Belece et Patricia Péguy Tél. : 09 66 42 78 86 / 01

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Cahier n o 7. Mon ordinateur. Gestion et Entretien de l ordinateur

Cahier n o 7. Mon ordinateur. Gestion et Entretien de l ordinateur Cahier n o 7 Mon ordinateur Gestion et Entretien de l ordinateur ISBN : 978-2-922881-11-0 2 Table des matières Gestion et Entretien de l ordinateur Introduction 4 Inventaire du matériel 5 Mise à jour du

Plus en détail

ÉLABORER ET FAIRE APPLIQUER UNE CHARTE DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE

ÉLABORER ET FAIRE APPLIQUER UNE CHARTE DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE Lorraine ÉLABORER ET FAIRE APPLIQUER UNE CHARTE DE SÉCURITÉ INFORMATIQUE Une charte informatique définit les règles d utilisation du système d information (équipements, logiciels, messagerie, fichiers

Plus en détail

Focus sur. métiers du numérique. métiers. les. Contexte régional. La piste. des

Focus sur. métiers du numérique. métiers. les. Contexte régional. La piste. des La piste des métiers Focus sur les métiers du numérique D ans sa définition la plus large, la filière numérique regroupe les entreprises des secteurs producteurs de biens et services numériques : électronique

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation Page 1-2. Prestations.. Page 3-4-5-6. Tarifs.Page 7. Contact Page 8

SOMMAIRE. Présentation Page 1-2. Prestations.. Page 3-4-5-6. Tarifs.Page 7. Contact Page 8 SOMMAIRE Présentation Page 1-2 Prestations.. Page 3-4-5-6 Tarifs.Page 7 Contact Page 8 PRESENTATION Répar Ordi est une société de dépannage et de maintenance informatique qui apporte des services sur mesure

Plus en détail

À propos de cette page... 27. Recommandations pour le mot de passe... 26

À propos de cette page... 27. Recommandations pour le mot de passe... 26 Rebit 5 Help Table des matières Apprentissage... 1 Création du premier point de restauration... 1 Que fait le disque de sauvegarde Rebit 5?... 1 Fonctions de Rebit 5... 1 Création du premier point de restauration...

Plus en détail

Séminaire INTERNET. Nom de votre société. Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1

Séminaire INTERNET. Nom de votre société. Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1 Séminaire INTERNET Nom de votre société Séminaire Votre entreprise et INTERNET 1 Présentation du séminaire Introduction Historique Définitions Quelques chiffres Présentation d INTERNET Les composantes

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

TD n o 8 - Domain Name System (DNS)

TD n o 8 - Domain Name System (DNS) IUT Montpellier - Architecture (DU) V. Poupet TD n o 8 - Domain Name System (DNS) Dans ce TD nous allons nous intéresser au fonctionnement du Domain Name System (DNS), puis pour illustrer son fonctionnement,

Plus en détail

Guide de. l'utilisateur Ordi60. Premier partenaire de votre réussite

Guide de. l'utilisateur Ordi60. Premier partenaire de votre réussite Guide de l'utilisateur Ordi60 Premier partenaire de votre réussite Table des matières 1 - Règles de bon usage de votre Ordi60 2 - Présentation de votre Ordi60 L ordinateur La sacoche 3 - Vos premiers pas

Plus en détail

SÉCURISATION DES CONNEXIONS À DISTANCE SUR LES RÉSEAUX DE CONTRÔLE

SÉCURISATION DES CONNEXIONS À DISTANCE SUR LES RÉSEAUX DE CONTRÔLE PUBLICATION CPA-2011-102-R1 - Mai 2011 SÉCURISATION DES CONNEXIONS À DISTANCE SUR LES RÉSEAUX DE CONTRÔLE Par : François Tremblay, chargé de projet au Centre de production automatisée Introduction À l

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Utilisez Toucan portable pour vos sauvegardes

Utilisez Toucan portable pour vos sauvegardes Utilisez Toucan portable pour vos sauvegardes Préambule Toucan est un logiciel libre et gratuit, permettant de réaliser des sauvegardes ou synchronisation de vos données. Il est possible d automatiser

Plus en détail

VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris

VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris La question à traiter concerne le respect de la vie privée dans le monde du travail. Jusqu à quel point

Plus en détail

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER

B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER B2I COLLÈGE ACADÉMIE DE MONTPELLIER ESPAGNOL Propositions pour la mise en œuvre Le tableau suivant est l adaptation et le développement des pistes proposées par ailleurs sur le site de l Académie de Grenoble

Plus en détail

Éditeur ou traitement de textes?

Éditeur ou traitement de textes? Éditeur ou traitement de textes? Jacques BON pour Famasoft Décembre 2004 Résumé L outil texte le plus connu est le traitement de textes (Word, Abiword, Swriter etc.) Mais il n est pas le seul. Existent

Plus en détail

Administration de systèmes

Administration de systèmes Administration de systèmes Windows NT.2000.XP.2003 Copyright IDEC 2002-2004. Reproduction interdite. Sommaire... 2 Eléments logiques et physiques du réseau... 5 Annuaire et domaine... 6 Les utilisateurs

Plus en détail

L informatique au cabinet médical

L informatique au cabinet médical L informatique au cabinet médical Patrice MARIE Il n est plus possible d ignorer l informatique. L ordinateur est devenu un achat incontournable pour le médecin à l aube de sa carrière. L INFORMATISATION

Plus en détail

Livret des activités

Livret des activités Club MULTIMEDIA VERCEL Photo-Vidéo-Informatique Nouvelles Technologies 1 rue St Eloi 25530 VERCEL Email : club-multimedia@mairie-vercel.fr Livret des activités 2015/2016 1 2 Mot du président Nous avons

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

Emploi des mineurs et jobs d été

Emploi des mineurs et jobs d été Les évolutions relatives au travail des enfants se sont développées avec les dispositions législatives rendant la scolarité obligatoire. Ainsi les premières lois restreignant l admission des enfants sur

Plus en détail

B3 : Sauvegarder, sécuriser, archiver ses données en local et en réseau

B3 : Sauvegarder, sécuriser, archiver ses données en local et en réseau Domaine B3 B3 : Sauvegarder, sécuriser, archiver ses données en local et en réseau KARINE SILINI UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE SUPPORT DE COURS EN LIBRE DIFFUSION Version du 18 octobre 2009 Table

Plus en détail

PROXINFO-SERVICES. www.proxinfo-services.fr NOS TARIFS. Prix révisés le 01/03/2010

PROXINFO-SERVICES. www.proxinfo-services.fr NOS TARIFS. Prix révisés le 01/03/2010 PROXINFO-SERVICES 2010 www.proxinfo-services.fr NOS TARIFS Prix révisés le 01/03/2010 Installation de produits dans notre atelier Installation d'un disque dur, graveur, lecteur CD, DVD 18 Installation

Plus en détail

Lutter contre les virus et les attaques... 15

Lutter contre les virus et les attaques... 15 Lutter contre les virus et les attaques... 15 Astuce 1 - Télécharger et installer Avast!... 17 Astuce 2 - Configurer la protection de messagerie... 18 Astuce 3 - Enregistrer Avast!... 20 Astuce 4 - Mettre

Plus en détail

Sauvegarde et protection des documents

Sauvegarde et protection des documents Sauvegarde et protection des documents 16 avril 2013 p 1 Sauvegarde et protection des documents Sauvegarder un document consiste à en conserver une copie, pour le mettre à l abri ou pour y revenir ultérieurement.

Plus en détail

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités.

Charte informatique. Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Charte informatique Ce document n est qu un exemple. Il doit être adapté à chaque entreprise selon ses moyens et ses nécessités. Préambule L'entreprise < NOM > met en œuvre un système d'information et

Plus en détail

Centres d accès communautaire Internet des Îles LA CLÉ USB

Centres d accès communautaire Internet des Îles LA CLÉ USB Centres d accès communautaire Internet des Îles LA CLÉ USB Table des matières Document produit pour : Centres d accès communautaire Internet des Îles Par : Andrée-Anne Chevrier, stagiaire Pour infos :

Plus en détail

LES OUTILS DE LA MOBILITE

LES OUTILS DE LA MOBILITE L évolution du marché des assistants personnels, ainsi que la baisse des prix, permettent désormais à un plus grand nombre d entreprises de s équiper avec des outils technologiques performants. Avec l

Plus en détail

Sommaire. 1 Préparer les opérations 15. 2 Choisir les ordinateurs 37

Sommaire. 1 Préparer les opérations 15. 2 Choisir les ordinateurs 37 1 Préparer les opérations 15 1.1 Définir la taille de l entreprise... 26 1.2 Définir le budget... 27 1.3 Documenter son travail... 29 1.4 Créer un planning... 32 2 Choisir les ordinateurs 37 2.1 Choisir

Plus en détail

Le matériel informatique

Le matériel informatique Les Fiches thématiques Jur@tic Le matériel informatique Que choisir? Comment, pourquoi? Les Fiches thématiques Jur@TIC 1. Réfléchir avant d agir Votre matériel est usagé ou en panne, votre activité s étend

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Chaire Informations Personnelles Frontières privé/public à l ère du numérique L état du droit

Chaire Informations Personnelles Frontières privé/public à l ère du numérique L état du droit Chaire Informations Personnelles Frontières privé/public à l ère du numérique L état du droit 17 juin 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu - Sommaire - Accès aux fichiers

Plus en détail

E-réputation : protection des données en ligne. Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg

E-réputation : protection des données en ligne. Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg E-réputation : protection des données en ligne Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg CONTEXTE La cybersécurité est un facteur de productivité, de compétitivité et donc de croissance pour

Plus en détail

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin)

Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud. Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin. Bretagne 2012 (Marsouin) Enquête Individus 2014 : smartphone, tablette & cloud Nicolas Deporte Observatoire du GIS M@rsouin Evolution de l équipement 2011-2014 France 2011 (Credoc) Bretagne 2012 (Marsouin) France 2013 (Credoc)

Plus en détail

Créca. Ajout aux livrets d informatique. Hiver 2014

Créca. Ajout aux livrets d informatique. Hiver 2014 Créca Ajout aux livrets d informatique Hiver 2014 Table des matières 1. La mobilité 2. L Internet 3. Les appareils 4. Les logiciels et les applications 5. Le stockage des informations 1. Mobilité Le maître

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTALLATION Une équipe d experts informatiques dédiée à votre bien-être numérique. FORMATION MAINTENANCE CATALOGUE DES FORMATIONS Retrouvez tous les avis clients sur bdom.fr B dom est une entreprise de

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Communication : de quels droits disposez - vous?

Communication : de quels droits disposez - vous? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Communication : de quels droits disposez - vous? Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13 Tel : 01 55 56 62 18 Fax : 01 55 56 62 11 Introduction

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION

MANUEL D INSTALLATION Data Processing Commission Fast Advanced Software for Table soccer - v 1.0 Logiciel de gestion de tournoi de football de table MANUEL D INSTALLATION INSTALLATION INFORMATIQUE DE LA TABLE DE MARQUE & CONFIGURATION

Plus en détail

fichiers Exemple introductif : stockage de photos numériques

fichiers Exemple introductif : stockage de photos numériques b- La Gestion des données Parmi les matériels dont il a la charge, le système d exploitation s occupe des périphériques de stockage. Il s assure, entre autres, de leur bon fonctionnement mais il doit être

Plus en détail

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS

UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS Page 1 de 9 UTILISATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS CONTEXTE La Commission scolaire doit s assurer d un usage adéquat des ressources informatiques mises à la disposition des

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

Contrat de Maintenance Informatique

Contrat de Maintenance Informatique Contrat de Maintenance Informatique Une maintenance informatique efficace est une maintenance informatique préventive. La Ste S.H.J.P. peut intervenir à tout moment et anticiper les disfonctionnements

Plus en détail

Service de création de site Internet

Service de création de site Internet Service de création de site Internet 1 Service de création de site Internet Présence et Action culturelles Introduction Quand l Internet fut créé dans les années 80, personne n imaginait que ce réseau

Plus en détail

L informatique pour débutants

L informatique pour débutants L informatique pour débutants Etre à l aise face à son ordinateur Découvrir les clefs de l informatique Devenir un internaute averti Espace Public Numérique http://bibliotheque.nimes.fr bibliotheque.ecm@ville-nimes.fr

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Sécurisation des données

Sécurisation des données Sécurisation des données 1 Sommaire Introduction Les données informatiques et ce qu il faut savoir. Comment faire? Les solutions. Démo Présentation de deux logiciels Conclusion Pour conclure ce qu il faut

Plus en détail

Comment protéger ses systèmes d'information légalement et à moindre coût?

Comment protéger ses systèmes d'information légalement et à moindre coût? Se protéger légalement et à moindre coût. Comment protéger ses systèmes d'information légalement et à moindre coût? Thierry RAMARD Président d AGERIS Group SAS Président du Clusir Est mardi 19 juin 2012

Plus en détail

Invalidité et Inaptitude

Invalidité et Inaptitude Invalidité et Inaptitude Circulaire DRT n 94-13 du 21 novembre 1994 Ministère du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Direction des Relations du travail PLAN I. L EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE

Plus en détail

Activité : TP Durée : 6H00. Un PC d assemblage de marque NEC Un casque avec micro Une clé USB. Un CD de Windows XP professionnel

Activité : TP Durée : 6H00. Un PC d assemblage de marque NEC Un casque avec micro Une clé USB. Un CD de Windows XP professionnel Activité : TP Durée : 6H00 INSTALLATION ET CONFIGURATION D UN PC SOUS WINDOWS XP PROFESSIONNEL Moyens et ressources : Matériel et outillage : Cours, synthèses Logiciels Un PC d assemblage de marque NEC

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

KIELA CONSULTING. Microsoft Office Open Office Windows - Internet. Formation sur mesure

KIELA CONSULTING. Microsoft Office Open Office Windows - Internet. Formation sur mesure KIELA CONSULTING Microsoft Office Open Office Windows - Internet Formation sur mesure Bureautique L outil informatique et la bureautique sont devenus quasiment incontournables quelque soit votre métier

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Comment rendre les réunions plus productives

Comment rendre les réunions plus productives Comment rendre les réunions plus productives Comment rendre les réunions plus productives La majorité des employés de bureau ont le sentiment que les réunions sont parmi les éléments les plus grugetemps

Plus en détail

Dotez-vous des moyens de communication d une grande entreprise au prix d une petite entreprise. Avaya vous aide à atteindre vos objectifs.

Dotez-vous des moyens de communication d une grande entreprise au prix d une petite entreprise. Avaya vous aide à atteindre vos objectifs. Avaya vous aide à atteindre vos objectifs. Toute TPE-PME est à la recherche de solutions pour réduire ses coûts et améliorer son mode de fonctionnement. Comme n importe quelle entreprise, vous souhaitez

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

Découverte de l ordinateur. Partie matérielle

Découverte de l ordinateur. Partie matérielle Découverte de l ordinateur Partie matérielle SOMMAIRE I L ORDINATEUR ET SES PERIPHERIQUES... 3 1-1 : GENERALITES... 3 1-2 : LES PERIPHERIQUES D ENTREE ET DE SORTIE... 3 II L UNITE CENTRALE... 4 2-1 : GENERALITES...

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Internet haute vitesse - Guide de l utilisateur. Bienvenue. haute vitesse

Internet haute vitesse - Guide de l utilisateur. Bienvenue. haute vitesse Internet haute vitesse - Guide de l utilisateur Bienvenue en haute vitesse 1 Suivez le guide Cogeco :) Merci d avoir choisi le service Internet haute vitesse de Cogeco. En matière d expérience en ligne,

Plus en détail