Pocket Guide. Les enjeux de la matière douanière en entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pocket Guide. Les enjeux de la matière douanière en entreprise"

Transcription

1 Pocket Guide Les enjeux de la matière douanière en entreprise

2 Pocket Guide Les enjeux de la matière douanière en entreprise Pocket Guide rédigé par Landwell & Associés, société d avocats Bertrand RABO Directeur - Douanes Stéphanie THOMAS Avocat, Associée Collection dirigée par Claude LOPATER Associé, responsable des Publications PwC Avril 2012

3 Les enjeux de la matière douanière en entreprise Pourquoi s intéresser aux questions douanières? En période de crise et de compétition de plus en plus acharnée sur les marchés internationaux, l enjeu douanier, notamment les pénalités d infraction à la réglementation, le montant élevé des droits payés et l importance des professionnels du dédouanement, ne peut en aucun cas être négligé. Pourtant, dans de nombreuses entreprises, la donnée douanière demeure encore mal connue des directeurs financiers, fiscaux ou logistiques. Quels sont les risques en matière douanière? Comment optimiser la fonction douane dans une entreprise? Comment profiter des opportunités douanières et minimiser ses droits de douane? Comment gérer au mieux un contentieux douanier? L ambition de ce Pocket Guide est d exposer ces principaux enjeux douaniers et de répondre à ces questions de manière pratique. Bertrand RABO

4 Sommaire L essentiel Pourquoi les entreprises doivent-elles s intéresser à leurs opérations douanières? 8 Le droit douanier : un droit communautaire avec de fortes spécificités nationales? 9 Comment optimiser les droits de douane payés par une entreprise? 10 Comment optimiser la fonction douane dans une entreprise? 11 Que faire en cas de contrôle douanier? 12 Quels sont les risques en matière douanière? 13 Gérer les risques en matière douanière La valeur en douane : quelle base taxable retenir à l importation? 16 Le classement tarifaire : que faire pour bien classer les marchandises? 18 L origine douanière des produits : comment l optimiser? 19 Comment gérer vos preuves à l exportation? 21 Biens à double usage : qu est-ce que c est? 22

5 Optimiser les flux Optimiser les flux : qu en disent les douaniers? 24 Quelles procédures choisir? 25 L Opérateur Économique Agrée (OEA) : faut-il y aller ou pas? 26 Les autres missions de la Douane Les accises : qu est-ce que c est? 30 Douane et environnement : la TGAP, qu est-ce que c est? 32

6

7 L essentiel

8 L essentiel Pourquoi les entreprises doivent-elles s intéresser à leurs opérations douanières? C est trop souvent à l occasion d un contrôle des opérations douanières par l administration des douanes que les responsables d entreprises découvrent les risques liés à une activité douanière mal maitrisée ou insuffisamment sécurisée. Le scénario pêche souvent par son manque d originalité : les opérations ont été confiées par l entreprise à un professionnel du dédouanement, transitaire ou commissionnaire en douane, qui n a pas eu les informations suffisantes, ou mises à jour, pour remplir la déclaration en douane conformément à la réglementation. A titre d exemple, des erreurs ont été commises en matière de classement parce que ce professionnel de la douane n avait pas tous les éléments techniques à sa disposition pour donner la bonne nomenclature douanière au produit, ou encore ce dernier était accompagné de documents d origine préférentielle à l import, alors qu il n aurait pas dû l être. Enfin, certains coûts qui auraient dû être intégrés à la base taxable qui a servi au dédouanement n ont pas été pris en compte. L administration des douanes, dotée de larges pouvoirs de contrôle, va redresser les importations faites sur les trois années passées et imposer des pénalités, car elle va considérer les erreurs déclaratives, commises par le professionnel du dédouanement au nom de l entreprise, comme des infractions. Au final, la facture risque d être lourde et les conséquences s avérer désastreuses, d autant que les montants réclamés par l administration par défaut d information n ont pas ou ont été mal provisionnés. La donnée douanière, du fait du risque qu elle fait peser sur l entreprise, les pénalités douanières en cas d infraction à la réglementation étant élevée, doit donc être appréhendée avec le plus grand soin, ce qui se traduit par une nécessaire revue des flux d informations liés aux échanges de biens transfrontaliers, une nécessaire contractualisation sur des 8 Pocket Guide PwC

9 bases claires avec les professionnels du dédouanement et du transport, et une meilleure prise en compte des paramètres douaniers dans les différentes fonctions de l entreprise concernées (finance, achats, logistique, etc.). Le droit douanier : un droit communautaire avec de fortes spécificités nationales? Fortement lié à la dynamique du Marché Unique et de la politique commerciale de la «Communauté Européenne», le droit douanier est essentiellement un droit communautaire qui s applique sur un territoire unique réunissant les territoires des 27 États membres. Il en découle qu une fois dédouanée en un point de ce territoire douanier, une marchandise peut d un point de vue strictement douanier circuler librement dans le reste de ce territoire. Il en découle également que par principe, les différentes administrations douanières des États membres ont une compétence liée vis-à-vis des décisions de Bruxelles et ne sont que le bras séculier d un corpus de normes commun et édicté par les institutions communautaires, ce d autant que les ressources douanières sont des ressources propres qui viennent alimenter directement le budget européen. De même, les douanes nationales ont en charge le bon fonctionnement de la Politique Agricole Commune (PAC), l une des premières politiques européennes intégrées. Toutefois, cette intégration européenne de la donnée douanière a ses limites. D abord parce que les États membres n ont pas renoncé à toutes leurs compétences en la matière. C est notamment le cas du contrôle et du traitement pénal des litiges douaniers dont les procédures et les pénalités prévues dépendent encore dans une large mesure des réglementations nationales. C est aussi, dans une moindre mesure, pourtant très visible à l œil nu des opérateurs qui font des opérations Les enjeux de la matière douanière en entreprise 9

10 L essentiel douanières dans plusieurs États membres, le cas de la pratique douanière qui varie d un pays à l autre. Le nouveau Code des Douanes Communautaire qui devrait entrer en application au plus tôt en 2013 ne changera pas grandchose à cet état de fait et pourrait faire peser des contraintes complémentaires sur les opérateurs français : ainsi, parce qu en droit français toute erreur de déclaration en douane reçoit une qualification pénale, la prescription qui est aujourd hui de trois années en matière douanière pourrait passer à dix ans conformément aux dispositions du nouveau Code. Comment optimiser les droits de douane payés par une entreprise? Contrairement à la TVA qui doit également être acquittée par les entreprises à l importation des marchandises sur le territoire communautaire, les droits de douane ne sont pas récupérables et représentent une charge pour les entreprises qui font des opérations d importation. Pour rappel, en Europe, il n y a pas de droits de douane à l exportation. Il y a donc tout intérêt pour ces dernières à optimiser les droits à l importation de composants ou de matière premières. Le Code des Douanes Communautaire prévoit une gamme variée de méthodes d optimisation qui présentent l inconvénient soit de nécessiter un agrément de l administration douanière, soit de devoir être préparées soigneusement et être correctement documentées pour éviter des redressements en cas de contrôles ultérieurs. L optimisation des droits de douane résulte de deux types de mesures : les unes concernent les éléments qui vont être intégrés à la déclaration en douane. Il s agira par conséquent de porter une attention toute particulière à la description des marchandises, à leur origine et à la valeur de celles-ci. Même si l identification de ces données semble à première vue évidente, la législation douanière rend les choses compliquées 10 Pocket Guide PwC

11 et il reste essentiel pour une entreprise qui a des flux réguliers d importation d optimiser mais également de sécuriser les données à déclarer à la douane. Autre type de mesures, celles qui nécessitent un agrément de l administration des douanes et qui sont davantage liées au flux ou à la situation de la marchandise sur le territoire communautaire. Il faudra ainsi envisager le stockage des marchandises ou les échanges avec les pays hors Union Européenne dans une perspective d optimisation des droits. Là aussi, de substantielles économies peuvent être réalisées. On le voit, chaque franchissement de frontière peut faire l objet d une optimisation des droits de douane dont les entreprises auraient tort de se priver! Comment optimiser la fonction douane dans une entreprise? Contrairement à ce qui se passe en matière de fiscalité, les opérations douanières d une entreprise sont dans la plupart des cas externalisées et confiées à un professionnel du dédouanement : commissionnaire en douane, transitaire lié au transport des marchandises. Cet état de fait se justifie dans bien des cas de par la spécificité et la complexité des formalités douanières à accomplir. Toutefois, l accomplissement de ces formalités par un prestataire n exonère pas l entreprise de sa responsabilité douanière. Cette responsabilité pourra être partagée par l entreprise et son professionnel de la douane ou être portée par l entreprise seule. Les conséquences du choix de l un ou l autre modèle ne sont évidemment pas neutres pour une entreprise. Elles l obligent ainsi à bien verrouiller la relation avec ce dernier à travers un effort de contractualisation pour parer aux mauvaises surprises en cas de contrôle de l administration des douanes. Les enjeux de la matière douanière en entreprise 11

12 L essentiel Attention! Le mandat douanier est un mandat de droit civil classique qui lie l entreprise et son prestataire douanier en matière de représentation en douane. Ainsi, il est particulièrement utile de préciser la relation entre les deux parties et les obligations de chacun, par exemple dans un cahier des charges pour éviter toute mauvaise surprise. Autres points d attention qui restent trop souvent négligés : le choix des Incoterms qui ne sont pas sans conséquence en matière de commerce international, la gestion des preuves d exonération de la TVA en cas d exportation qui repose sur une bonne gestion des documents douaniers, enfin, le contrôle nécessaire des droits de douane payés. Que faire en cas de contrôle douanier? Mal connu et mal appréhendé, le contrôle douanier peut avoir de redoutables conséquences pour les entreprises qui en font l objet. Ce type de contrôle, contrairement au contrôle fiscal, fait encore très peu de place au contradictoire. C est une des raisons pour lesquelles il faut être prudent si l administration des douanes a décidé d entreprendre une vérification douanière des opérations de votre entreprise. L administration des douanes disposent de pouvoirs importants d investigation, de saisies de documents et de visite des locaux de l entreprise. Pour rappel, l administration des douanes a le droit de contrôler les opérations douanières jusqu à trois ans avant la date du procès-verbal de début de contrôle. Ce procès-verbal peut prendre la forme d une simple demande d informations sur la société. La douane n est jamais tenue de préciser la portée de son contrôle ni les points qui seront examinés dans le cadre de ce dernier. Le contrôle va ensuite se poursuivre et l administration des douanes rédigera des procès-verbaux d enquête et de constat dans lesquels sont enregistrés les 12 Pocket Guide PwC

13 documents remis par la société ou saisis dans ses locaux, et les déclarations des salariés. A l issue du contrôle, l administration établira un Avis de résultat d Enquête qui permettra à la société contrôlée de connaître les griefs de l administration. Une attention toute particulière doit être portée aux réponses données aux questions de la douane et qui vont être reprises dans les procès-verbaux. Il ne faut pas hésiter à faire modifier la rédaction de ces réponses telle que proposée par l administration et, en cas de refus de cette dernière, faire les commentaires nécessaires dans la partie commentaires de la société réservée à cet effet. En cas de contestation du contentieux douanier devant les tribunaux, la rédaction des PV et les commentaires qui y sont portés par la société ont en effet une importance capitale. De la même manière, il conviendra de répondre à l Avis de Résultat d Enquête pour faire connaître à l administration la position de la société et commencer à bâtir une défense. Quels sont les risques en matière douanière? En France, la plupart des erreurs relevées par l Administration des douanes lors de ses contrôles reçoivent une qualification pénale même en dehors de toute qualification de fraude. Comme nous l'avons rappelé, l administration des douanes peut revenir sur les importations et les exportations réalisées jusqu à trois ans avant la date du procès-verbal d ouverture du contrôle. En l absence de toute fraude et malgré la bonne foi de l entreprise, celle-ci peut avoir commis des infractions douanières voire des délits douaniers. La douane réclamera donc le paiement des droits de douane et de la TVA qui auraient dû être acquittés, parfois sur plusieurs année et imposera des pénalités. Par ailleurs, du fait de Les enjeux de la matière douanière en entreprise 13

14 L essentiel cette qualification pénale, la responsabilité du dirigeant d entreprise pourra être mise en cause. En matière douanière, le montant maximal des pénalités prévu par le Code des douanes national peut paraître exorbitant. Il s agit dans la plupart des cas d amendes même si des peines de prison sont parfois prévues quand des fraudes avérées ont été commises. Dans la majorité des cas, notamment quand la société est de bonne foi, l administration des douanes va proposer à la société une transaction. Les montants des pénalités proposés sont alors bien en-deçà des montants prévus par le code des douanes, mais il faut savoir que l acceptation de la transaction vaut renonciation du droit de contester en justice le bien-fondé du redressement imposé par la douane. Cas pratique : La société Alpha importe depuis plusieurs années des écrans LCD que son transitaire au Havre déclare sous un code de nomenclature douanière à 0 % de droits de douane. A la suite d un contrôle par l administration des douanes, cette dernière conteste le classement retenu par le transitaire et considère que le droit de douane applicable était de 14 %. Elle redresse la société sur les trois années antérieures pour une valeur de 5 millions d euros, soit un montant total de droits éludés de euros. La douane ne conteste pas la bonne foi de l entreprise et lui propose par voie de transaction une pénalité de euros alors qu a priori, sur la base des articles 412 et 414 du code des douanes national, la douane aurait pu, dans un cas comme celui-là, réclamer plusieurs centaines de milliers d euros. La société Alpha qui a envisagé un moment de contester la décision de la douane devant les tribunaux renonce à le faire devant l incertitude du résultat final, et accepte la proposition de transaction de la douane. 14 Pocket Guide PwC

15 Gérer les risques en matière douanière

16 Gérer les risques en matière douanière La valeur en douane : quelle base taxable retenir à l importation? La valeur déclarée en douane pour les marchandises importées par une entreprise a une influence directe sur le montant de droits de douane payés à l importation. En effet, cette valeur sert d assiette au taux de droits de douane perçus sur les marchandises importées : par conséquent, plus la valeur en douane est élevée, plus le montant de droits de douane à payer sera élevé. D ordinaire, la valeur retenue dans la déclaration en douane est la valeur indiquée sur la facture à laquelle sont ajoutés par les transitaires en charge du dédouanement, les frais de transport jusqu à l arrivée dans la Communauté et les coûts d assurance. C est ce qu on appelle la valeur transactionnelle. Il faut toutefois, dans la déclaration de cette valeur éviter deux écueils : Le premier est de ne pas optimiser cette valeur déclarée soit que des éléments qui auraient dû y figurer n ont pas été pris en compte [c est souvent le cas par exemple de certaines redevances, des commissions à la vente ou du coût de certains apports (outillages par exemple)], soit qu au contraire la valeur aurait pu être minorée (meilleure prise en compte des coûts de transport, exclusion des commissions à l achat). De même, dans le cadre de ventes internationales successives, il est possible de retenir comme valeur en douane le prix de la première vente à l exportation sans tenir compte des ventes ultérieures, ce qui permet d éliminer de la base taxable les mark-ups et les marges des intermédiaires. 16 Pocket Guide PwC

17 Le second écueil est de retenir une valeur en douane non conforme aux prescriptions douanières. Ainsi, la valeur facturée dite «transactionnelle» ne s applique pas ou peut être remise en cause si les marchandises ne font pas l objet d une vente ou si la vente a lieu entre deux entités d un même groupe. Ainsi, en cas de vente entre des sociétés liées, le prix utilisé pour déterminer la valeur en douane doit répondre à certaines conditions et notamment ne pas être influencé par le lien entre les parties, ni par des restrictions ou conditions ultérieures à la vente. Il faudra, à défaut de pouvoir retenir la valeur transactionnelle, faire appel aux méthodes de substitution telles qu elles sont définies par le Code des douanes Communautaire en accord avec l administration douanière. Une attention particulière doit être apportée à la cohérence entre les conditions définies en matière douanière concernant le prix à utiliser pour déterminer la valeur en douane et les exigences auxquelles les entreprises doivent répondre en matière de prix de transfert. Il est en effet des cas, dans les échanges entre sociétés liées, où le respect des obligations en matière de prix de transfert et de règles douanières relève du casse-tête. Les deux systèmes reposent en effet sur des principes différents : les règles douanières cherchent à déterminer la valeur des marchandises sur la base de renseignements concernant la transaction individuelle au moment de l importation, alors que la fixation des prix de transfert détermine une valeur de la marchandise sur la base des renseignements disponibles pour l ensemble des transactions sur un ou plusieurs exercices. Les enjeux de la matière douanière en entreprise 17

18 Gérer les risques en matière douanière Le classement tarifaire : que faire pour bien classer les marchandises? La douane a une manière bien à elle de définir une marchandise donnée. Au niveau mondial, au sein de l Organisation Mondiale des Douanes, puis ensuite au sein des différents pays ou groupes de pays comme l Union Européenne, sont définis des codes numériques auxquels sont rattachés des descriptions de produits ou de types de produits. A chacun de ces codes correspond un droit de douane et l application éventuelle de mesures spécifiques de politique commerciale. Lors de l importation ou de l exportation d une marchandise, c est ce code à huit chiffres (pour l Union Européenne) que l opérateur devra impérativement saisir et qui permettra à la douane de contrôler l identité de la marchandise et de vérifier l application du bon taux de droits de douane. Cette opération qu on appelle le classement tarifaire, et qui est généralement confiée à un professionnel de la douane, transitaire ou commissionnaire en douane, peut dans la pratique s avérer délicate. Dans cette nomenclature de codes et de descriptions, il peut parfois être difficile de retrouver le produit importé ou exporté. La chose peut s avérer d autant plus risquée qu il peut exister une grande amplitude dans le niveau des droits de douane appliqués pour différents codes reprenant des types de produits de même famille. Il y a donc risque d erreur et, en la matière, la douane n hésite pas à contrôler le classement des marchandises et à redresser, parfois sur les années antérieures (dans la limite légale de trois ans), voire à appliquer des pénalités. Dans cette perspective, et devant les risques financiers encourus, une entreprise a son intérêt à contrôler le classement effectué par son prestataire douanier, qui n a pas toujours une bonne connaissance technique de la 18 Pocket Guide PwC

19 marchandise concernée et qui travaille souvent dans l urgence sans forcément optimiser les droits de douane payés par l entreprise. L inventaire s avère généralement payant, soit qu il permette de faire des économies en gérant au mieux le niveau des droits de douane, soit en évitant un risque qui peut s avérer à terme lourd de conséquences. L origine douanière des produits : comment l optimiser? L origine est une notion douanière essentielle et l un des trois piliers du dédouanement avec le classement tarifaire et la valeur. Mention obligatoire à l importation comme à l exportation, elle ne doit pas être prise à la légère, dès lors que l Union Européenne a voulu encourager les échanges internationaux avec certains pays tiers en consentant des réductions/exonérations de droits de douane pour les produits réputés originaires de ces pays. La difficulté de déterminer l origine des marchandises tient à la multiplicité et à la complexité des accords qui lient l Union Européenne avec ses partenaires commerciaux. Première confusion possible, l origine douanière n est pas toujours déterminée par la provenance de la marchandise. La notion d origine douanière fait en effet appel à des règles de contenu matière des produits, de valeur ajoutée et de procédés de fabrication. Deuxième source de confusion, il existe une origine dite «préférentielle» qui permet d obtenir une réduction/ exonération de droits de douane dans les échanges entre pays liés par un accord commercial et une origine de droit commun, dite «non préférentielle» qui devra à défaut être déclarée à chaque franchissement de frontière. Les enjeux de la matière douanière en entreprise 19

20 Gérer les risques en matière douanière L origine préférentielle a un impact direct sur les droits de douane payés par l entreprise et constitue donc une source d optimisation à ne pas négliger, mais ce genre de préférences est encadré par des conditions strictes visant à empêcher les fraudes et les détournements de trafics. Pour ce faire, les marchandises bénéficiant de la préférence devront être accompagnées d un certificat d origine en bonne et due forme ou d une mention sur facture ou sur document commercial mais dans ce cas, il s agit d une simplification qui doit être demandée à l administration des douanes et surtout, elles devront respecter des règles d origine dont l application est strictement contrôlée. En définitive, l optimisation et la sécurisation de l origine préférentielle concernent dans la plupart des cas l ensemble de la supply-chain et nécessitent la responsabilisation du couple vendeur/acheteur. A l importation, elle fait partie des données incontournables à prendre en compte dans une logique de localisation de la production. A l exportation, du fait des préférences tarifaires qui vont être attendues par le client dans son pays d importation, l origine préférentielle constitue un réel argument de vente. Dans les deux cas, du fait du contrôle strict exercé en ce domaine par les administrations, la démarche n est pas dépourvue de risques et doit être clairement maitrisée. 20 Pocket Guide PwC

21 Comment gérer vos preuves à l exportation? Une gestion sécurisée des opérations douanières peut aussi avoir un impact en matière de TVA à l importation comme à l exportation. Les livraisons de biens en dehors du territoire de l Union Européenne sont exonérées de TVA à condition que l opérateur soit en mesure de prouver la sortie effective du bien du territoire de l Union. La preuve-reine en la matière reste la déclaration d exportation dont les règles ont changé depuis le 1 er juillet En effet, il ne s agit plus de fournir aux agents du fisc l exemplaire 3 de la déclaration d exportation visé par le bureau de douane de sortie de l UE, mais depuis la dématérialisation des formalités d exportation et la mise en place de l Export Control System (ECS), la preuve est informatique et se présente sous la forme d un message électronique d apurement de la déclaration par le bureau de douane de sortie. Dans l hypothèse où les formalités douanières sont confiées à un prestataire douanier, il faudra s assurer de la correcte mise en place d'un système de suivi des apurements électroniques des messages ECS qui permette de fournir la preuve fiscale en cas de contrôle. Le Code général des Impôts laisse par ailleurs la possibilité de fournir des preuves alternatives : déclaration en douane dans le pays de destination, document de transport fournissant la preuve de la sortie des marchandises, etc. A défaut de satisfaire à ces exigences, la TVA sera due et les montants redressés seront assortis d une pénalité. On le voit, au final, l addition peut être lourde et même s il est prudent de conserver les preuves alternatives de sortie des marchandises, une bonne gestion par le prestataire douanier des formalités à l export sous le contrôle de son donneur d ordre demeure cruciale pour les entreprises. Les enjeux de la matière douanière en entreprise 21

22 Gérer les risques en matière douanière Biens à double usage : qu est-ce que c est? Le saviez-vous? L exportation d airbags, de boulons fluorés, de matériels équipés de cryptologie, pour ne prendre que ces exemples, peut être soumise à la réglementation des biens à double usage, c est-à-dire des matériels pouvant faire l objet d un usage potentiellement militaire. De plus en plus d entreprises se retrouvent avec des marchandises bloquées en douanes à l exportation et se voient infliger des amendes substantielles, pour avoir méconnu les dispositions légales en matière de biens militaires ou de biens à double usage civil et militaire. Conformément à cette législation, l exportation de ces biens est soumise à des formalités préalables spécifiques en raison de leur sensibilité. La règlementation en matière de contrôle des exportations de biens et technologies à double usage constitue en effet un outil de lutte contre la dissémination des armes conventionnelles et la prolifération des armes de destruction massive. En pratique, une grande partie de ces biens et technologies est destinée à des fins civiles mais pourrait néanmoins être utilisée à des fins militaires : des systèmes de navigation, des ordinateurs, des équipements nucléaires, des systèmes de propulsion, des produits chimiques,... sont quelques exemples de biens et technologies considérés à double usage civil et militaire selon cette législation. Chaque entreprise doit identifier, avant exportation, ses biens et/ou technologies soumis à la règlementation concernant les biens et technologies à double usage et demander des autorisations d exportation auprès de l administration préalablement à l expédition. A défaut, l exportation est purement et simplement interdite. Pour ce faire, une bonne connaissance des usages possibles et de la composition des biens et/ou technologies à exporter est impérative. Attention! Il est impératif d'anticiper ces démarches administratives car l administration dispose d un délai assez long pour statuer sur les demandes d autorisation. 22 Pocket Guide PwC

23 Optimiser les flux

24 Optimiser les fl ux Optimiser les flux : qu en disent les douaniers? Trop souvent négligées par méconnaissance des mesures existantes ou faute d un personnel administratif apte à les gérer, les optimisations douanières existent bel et bien et permettent souvent aux entreprises de réaliser de réelles économies en termes de cash. Elles ne concernent bien évidemment que les importations puisqu il n y a pas de droits de douane à l exportation en Europe. Les mesures existantes sont de deux natures différentes. Les premières sont liées à ce que l'on pourrait appeler la «carte d identité» du bien importé qui devra être documentée dans la déclaration en douane. Il s agit du code de la nomenclature utilisé pour définir la marchandise, de son origine et de sa valeur qui servira d assiette au calcul des droits de douane et de la TVA. La déclaration de ces éléments, qui peuvent sembler a priori aller de soi, doit en pratique être faite avec soin, ces différents éléments étant les sujets de prédilection de l administration des douanes lorsqu elle contrôle une entreprise. Autres mesures, celles qui sont liées aux flux des marchandises. En vue d optimiser les droits de douane à payer, il faudra examiner par exemple si les marchandises importées sont appelées à ressortir de l Union européenne après y avoir subi une transformation industrielle ou si elles sont destinées à être réexportées, ou encore si des marchandises exportées hors de l Union sont transformées en produits finis à l étranger, eux-mêmes réimportés dans un ou plusieurs pays de l Union. Dans ces différents cas de figure où des droits devraient normalement être perçus à chaque franchissement de frontière, un agrément devra être demandé auprès de l administration douanière en vue d optimiser ceux-ci. Attention là encore : si la douane ne fait pas de difficulté pour accorder ces agréments, l opérateur devra être vigilant dans la gestion de ces derniers et des documents douaniers qui s y rapportent, sous peine, en cas de contrôle, d être lourdement sanctionné. 24 Pocket Guide PwC

25 Quelles procédures choisir? La réglementation douanière ne se limite pas à contrôler les flux internationaux de marchandises et à assurer la perception de droits de douane. Elle vise aussi à encourager l activité économique sur un territoire, en liaison avec le commerce international de marchandises. Pour ce faire, il existe toute une panoplie de procédures et de régimes qui visent à faciliter les formalités douanières et à optimiser les droits de douane. Ces procédures ne sont en général pas utilisables de droit, mais sont soumises à une autorisation préalable de l administration des douanes dont la forme varie en fonction du type d avantage qui est sollicité. Le but pour la douane est d être en mesure de contrôler l utilisation du régime qui a été accordé et d éviter toute fraude. Description précise des opérations envisagées, garantie bancaire pour couvrir les droits suspendus et tenue d écritures de suivi du régime sont toujours des pré-requis exigés par la douane dans de tels cas. Il convient donc d identifier la procédure la plus appropriée pour répondre au(x) besoin(s) de l opérateur : s agit-il d un besoin de stockage suivi de ventes en Europe et de réexportations vers des pays hors Union Européenne, ou encore d achats de matières premières ou de composants dans des pays tiers pour fabrication en Europe et réexportation. Un industriel se fournit-il sur les marchés tiers parce que le produit dont il a besoin n est pas fabriqué dans l Union Européenne ou souhaite-t-il faire venir de l étranger des prototypes pour une foire ou un salon? La législation douanière fourmille de procédures qui permettent une optimisation des droits de douane. Encore faut-il identifier précisément le régime le plus adapté au besoin envisagé et ne pas oublier de suivre l utilisation du régime conformément aux exigences de la réglementation. En cette matière aussi, les contrôles de l administration des douanes sont sans pitié. Les enjeux de la matière douanière en entreprise 25

Un contrôle citoyen avec les entreprises

Un contrôle citoyen avec les entreprises Un contrôle citoyen avec les entreprises mai 2014 2 L objectif du plan d action La grande majorité des entreprises s inscrivent dans une démarche citoyenne et veillent à acquitter correctement leurs impôts.

Plus en détail

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance

Redefining The Importer/Custom Brocker relationship. Focus on compliance Redefining The Importer/Custom Brocker relationship Focus on compliance La mondialisation et la bataille libre-échange / protectionnisme Gatt et OMC sont les artisans du désarmement douanier Droits de

Plus en détail

La déclaration en douane doit s accompagner obligatoirement des documents ciaprès

La déclaration en douane doit s accompagner obligatoirement des documents ciaprès I. Le dossier de dédouanement : La déclaration en douane doit s accompagner obligatoirement des documents ciaprès : Facture domiciliée auprès d'une banque agréée en Algérie Copie du registre de commerce

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Optimisez vos formalités douanières à l export

Optimisez vos formalités douanières à l export Optimisez vos formalités douanières à l export À l heure de la mondialisation, exporter est devenu un enjeu majeur pour la plupart des entreprises. Expédier vos produits à l international et tenir vos

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE Université de Metz Année Universitaire 2010/2011 UFR Droit - AES TD DE DROIT FISCAL DES AFFAIRES M1 Droit AES Cours de Mme Corinne BOISMAIN TD de Maître Romain LANCIA TVA INTERNATIONALE ET COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

INTRODUCTION Nouvelle Loi

INTRODUCTION Nouvelle Loi INTRODUCTION Suite à une série de contentieux au sujet de la légalité de la cotisation annuelle à la Chambre de Commerce, le gouvernement luxembourgeois avait proposé un nouveau cadre législatif relatif,

Plus en détail

D.E.B. - Déclaration d Echange de Biens D.E.S. - Déclaration Européenne de Services

D.E.B. - Déclaration d Echange de Biens D.E.S. - Déclaration Européenne de Services D.E.B. - Déclaration d Echange de Biens D.E.S. - Déclaration Européenne de Services La Déclaration d Echange de Biens et la Déclaration Européenne de Services 1 Sommaire : 1 - Préambule 2 - La D.E.B. 3

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes

Cabinet Philippe de LA CHAISE Expert Comptable Commissaire Aux Comptes Expert Comptable Commissaire Aux Comptes 07/12/2015 Opérations sur les biens Généralités Acquisitions intracommunautaires : L acquisition par un assujetti d un Etat membre, d un bien meuble corporel qui

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

Typologies sur la fraude fiscale

Typologies sur la fraude fiscale Typologies sur la fraude fiscale Les transactions suspectes et les anomalies dans le fonctionnement des comptes peuvent révéler des infractions sous-jacentes relevant tant de la fraude fiscale que d autres

Plus en détail

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER

DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER DOM : LA RÉFORME ET LA SIMPLIFICATION DE L OCTROI DE MER Le 1 er juillet 2015, la réforme de la réglementation fiscale relative à l octroi de mer doit entrer en vigueur. Elle s inscrit dans le cadre de

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

Vu le Décret n 2009-1388 du 20 décembre 2009 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la Transition,

Vu le Décret n 2009-1388 du 20 décembre 2009 portant nomination du Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la Transition, REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana-Tanindrazana-Fandrosoana MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET. SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES DOUANES. ARRETE n 01410 /2010 /MFB/SG/DGD du 24 février 2010

Plus en détail

INFORMATION DE LA DGI

INFORMATION DE LA DGI INFORMATION DE LA DGI I- NATURE DES CONTROLES EFFECTUES PAR L ADMINISTRATION FISCALE IVOIRIENNE L administration fiscale ivoirienne met en œuvre trois types de contrôles : - Le contrôle sur pièces : qui

Plus en détail

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA?

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Des ressortissants de l Union Européenne Qui sont âgés de 22 ans révolus Qui présentent

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT

LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT 1) DEFINITION LA FACTURE COMMERCIALE EXPORT Fiche techniq Document comptable qui constate les conditions de vente de biens ou de services, elle est obligatoire pour toutes les ventes entre professionnels

Plus en détail

Madeleine Nguyen-The. Importer. Quatrième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3

Madeleine Nguyen-The. Importer. Quatrième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3 Madeleine Nguyen-The Importer Quatrième édition, 2002, 2004, 2007, 2011 ISBN : 978-2-212-54939-3 Sommaire Introduction... 1 PREMIÈRE PARTIE La place de l import dans les échanges internationaux Chapitre

Plus en détail

Le statut Exportateur agréé. Origine Préférentielle

Le statut Exportateur agréé. Origine Préférentielle Le statut Exportateur agréé Origine Préférentielle Audit l Conseil l Contentieux l Opérateur Economique Agréé l Dédouanement l Régimes douaniers l Accises l Exportateur Agréé l Entrepôt sous douane Pourquoi

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine

Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Hausse de la TVA dans les télécoms : un kit de l UFC-Que Choisir pour une résiliation sereine Le gouvernement a entériné, dans la loi de finances pour 2011, une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée

Plus en détail

Régimes Douaniers Economiques à caractère commercial

Régimes Douaniers Economiques à caractère commercial Régimes Douaniers Economiques à caractère commercial Les régimes douaniers commerciaux ont pour objectif de créer, de développer et de consolider des échanges commerciaux avec des partenaires étrangers,

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

1 Ainsi que de la TVA, en application des articles 277.A I et II et 291.I du code général des impôts (CGI).

1 Ainsi que de la TVA, en application des articles 277.A I et II et 291.I du code général des impôts (CGI). DIRECTION GÉNÉRALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS MONTREUIL, LE 16 AVRIL 2015 SOUS-DIRECTION E - COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU E3 POLITIQUE DU DEDOUANEMENT 11, RUE DES DEUX COMMUNES 93558 MONTREUIL CEDEX

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

LE CREDIT DOCUMENTAIRE

LE CREDIT DOCUMENTAIRE LE CREDIT DOCUMENTAIRE Le crédit documentaire est l engagement d une banque de payer un montant déterminé au fournisseur d une marchandise ou d une prestation, contre remise, dans un délai fixé, de documents

Plus en détail

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la

ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES. à la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 18 ANNEXE LIGNES DIRECTRICES SUR L'APPLICATION DU PRINCIPE DE PROPORTIONNALITÉ À LA RENONCIATION AU RECOUVREMENT DE CRÉANCES à la DÉCISION

Plus en détail

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Deuxième édition. Éditions d Organisation, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3168-0

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Deuxième édition. Éditions d Organisation, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3168-0 Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER Le guide Deuxième édition, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3168-0 Sommaire Introduction...1 Première partie LA PLACE DE L IMPORT DANS LES ÉCHANGES INTERNATIONAUX Chapitre 1. Enjeux

Plus en détail

Thèmes de formation en Droit fiscal

Thèmes de formation en Droit fiscal Thèmes de formation en Droit fiscal Actualisation des connaissances en droit fiscal (Formation organisée tous les ans) 2 Loi de finances 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 (Formation organisée

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Colloque responsabilité des donneurs d ordre du 14 mars 2012 Lutte contre la fraude à la sécurité sociale et lutte contre le travail illégal

Colloque responsabilité des donneurs d ordre du 14 mars 2012 Lutte contre la fraude à la sécurité sociale et lutte contre le travail illégal Colloque responsabilité des donneurs d ordre du 14 mars 2012 Lutte contre la fraude à la sécurité sociale et lutte contre le travail illégal Mme. Bérangère LE BOEDEC Agence Centrale des Organismes de recouvrement

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial

Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Le Pack Pro : Dirigeants de TPE, confiez l ensemble de vos problématiques juridiques à Judicial Présentation de Judicial 2013 I Pack Pro : la solution d accompagnement juridique pour les Dirigeants de

Plus en détail

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat

Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Hausse de la TVA dans les Telecoms Le prix de votre abonnement Internet augmente et vous résiliez votre contrat Cas concernés Vous disposez d un abonnement Internet. Votre opérateur vous a informé que

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise. Pavillon d Armenonville

Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise. Pavillon d Armenonville Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise Journée des Commissions 20 octobre 2009 Pavillon d Armenonville Commission Logistique & Transport L'Opérateur Economique Agréé

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3740-9 ISBN 13 : 978-2-7081-3740-0

Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER. Le guide. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2002, 2004, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3740-9 ISBN 13 : 978-2-7081-3740-0 Madeleine NGUYEN-THE IMPORTER Le guide Troisième édition, 2002, 2004, 2007 ISBN 10 : 2-7081-3740-9 ISBN 13 : 978-2-7081-3740-0 Sommaire Introduction...1 Première partie LA PLACE DE L IMPORT DANS LES ÉCHANGES

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA Pourquoi la TVA Livraison des biens: Opérations triangulaires Les affectations L Autoliquidation Autoliquidation:

Plus en détail

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés

Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés Article 60 : Fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant contracté des produits structurés I. - 1 Il est institué un fonds de soutien de 100 millions d euros par an pendant une durée maximale

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

FICHE 1. L installation de stockage temporaire (IST) fiche à l attention des opérateurs

FICHE 1. L installation de stockage temporaire (IST) fiche à l attention des opérateurs FICHE 1 L installation de stockage temporaire (IST) fiche à l attention des opérateurs 1. Les bases juridiques Articles 144 à 152 du Code des Douanes de l Union (règlement (UE) n 952/2013 du 9/10/2013)

Plus en détail

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité juridique par l instauration d une Relation de confiance PROTOCOLE

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy

Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Chambre de Commerce et d Industrie Moulins-Vichy Service Développement Local et Appui aux Entreprises Industrielles 1 Chambre de Commerce et d Industrie de Moulins-Vichy Service Développement Local et

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Gestion et Suivi de la situation des comptes sous RED. Rencontre ADII AMITH Casablanca, le 23/04/2014

Gestion et Suivi de la situation des comptes sous RED. Rencontre ADII AMITH Casablanca, le 23/04/2014 Gestion et Suivi de la situation des comptes sous RED Rencontre ADII AMITH Casablanca, le 23/04/2014 1 Gestion des comptes sous RED 2 THEMATIQUES Suivi en ligne de la situation des comptes RED Liquidation

Plus en détail

Sécurisez la rédaction r de vos contrats

Sécurisez la rédaction r de vos contrats Sécurisez la rédaction r de vos contrats Olivier COLNAT Michael DECORNY AUDIT CONSEIL DÉFENSE 1 INTRODUCTION De nombreux outils sont à la disposition des entreprises pour régir leurs relations avec les

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

LA FACTURE NORMALISEE

LA FACTURE NORMALISEE LA FACTURE NORMALISEE L Etat de Côte d Ivoire a adopté ces dernières années une série de mesures visant à moderniser et à rationaliser son système fiscal. L institution de la facture normalisée par la

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

AUTOLIQUIDATION DE LA TVA DUE A L IMPORTATION. SITL, mercredi 1 er avril 2015

AUTOLIQUIDATION DE LA TVA DUE A L IMPORTATION. SITL, mercredi 1 er avril 2015 AUTOLIQUIDATION DE LA TVA DUE A L IMPORTATION SITL, mercredi 1 er avril 2015 I - Les grands principes de la nouvelle mesure d'autoliquidation de la TVA due à l'importation. A/ Pourquoi instaurer l'autoliquidation

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Contactez-nous pour plus de détails. Les calendriers et tarifs sont disponibles auprès de nos équipes.

Contactez-nous pour plus de détails. Les calendriers et tarifs sont disponibles auprès de nos équipes. Servicing national est un organisme de formation agréé. Les modules proposés ont pr objectif de vs informer des dernières évolutions des réglementations import et export. Chaque année, notre équipe de

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L.

Commentaire. Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011. Mme Catherine F., épouse L. Commentaire Décision n 2011-161 QPC du 9 septembre 2011 Mme Catherine F., épouse L. (Sanction de la rétention de précompte des cotisations sociales agricoles) Le Conseil constitutionnel a été saisi, le

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

LE PETIT EXPORT. Les pratiques clés en 23 fiches. Ghislaine Legrand Hubert Martini

LE PETIT EXPORT. Les pratiques clés en 23 fiches. Ghislaine Legrand Hubert Martini LE PETIT 2014 EXPORT Les pratiques clés en 23 fiches Ghislaine Legrand Hubert Martini Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ADE : Avance en devises à l export ATAF : Association des transporteurs

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE MEDIAKOD

CONDITIONS GENERALES DE MEDIAKOD I. PREAMBULES : a) CONDITIONS GENERALES DE MEDIAKOD Nos conditions générales étant de stricte application, le co-contractant ne pourra les modifier unilatéralement et il ne pourra y être dérogé que par

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme Mesures de contrôle interne en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme 1. Organisation interne de l opérateur. L opérateur de ventes volontaires doit mettre en

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Entreprendre en franchise

Entreprendre en franchise Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

sarl au capital de 45000 - RC 388 928 772 - code APE 744B

sarl au capital de 45000 - RC 388 928 772 - code APE 744B GUIDE 2014-2015 COLLABORER AVEC L AGENCE Parc Athena Immeuble Thema 10 rue Jane Addams 14280 Saint Contest tél 02 31 39 70 60 fax 02 31 39 70 63 facebook.com/agencebingo bingo@agencebingo.fr www.agencebingo.fr

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE

PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE PUBLICITÉ & PROMOTION IMMOBILIÈRE En matière de publicité, la tromperie peut coûter très cher! Comment présenter ses opérations immobilières de la manière la plus favorable possible, sans pour autant encourir

Plus en détail

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS?

QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? QUE SAVEZ-VOUS SUR LES ASSOCIATIONS? Ces questions concernent toutes les associations loi de 1901. Concernant les associations sportives, des exigences particulières peuvent être demandées par vos fédérations

Plus en détail

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle

Dossier spécial réforme de la formation professionnelle Dossier spécial réforme de la formation professionnelle ABILWAYS vous propose un dossier spécial sur la réforme de la formation professionnelle. Issu de l Accord National Interprofessionnel du 14/12/2013

Plus en détail

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Au nom du peuple, Nous, Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne, L Assemblée Nationale

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Fiche pratique : La facturation

Fiche pratique : La facturation Journée d'information juridique du 2 décembre 2009 Le cumul d activités dans les secteurs artistiques : modalités et conséquences Fiche pratique : La facturation La notion de facture La facture est un

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ANNEXE 4 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION L accès et l utilisation du site de CDGP accessible à l adresse http://www.cdgp.fr (ci-après «le Site») et des services qui y sont proposés (ci-après «les Services»)

Plus en détail

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU)

L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) L entrepôt sous douane La Procédure de Domiciliation Unique (PDU) Audit l Conseil l Contentieux l Opérateur Economique Agréé l Dédouanement l Régimes douaniers l Accises l Exportateur Agréé l Entrepôt

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Comment exporter vers l Union européenne?

Comment exporter vers l Union européenne? Comment exporter vers l Union européenne? Export Helpdesk de l UE Commission européenne, DG Trade Qu est-ce que l Export Helpdesk? Un site web qui vous explique comment exporter vers l UE www.exporthelp.europa.eu

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre commerciale Audience publique du 15 mai 2007 Rejet N de pourvoi : 06-11845 Inédit Président : M. TRICOT AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail