Foire Aux Questions. Sommaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Foire Aux Questions. Sommaire"

Transcription

1 Foire Aux Questions Sommaire 1. Questions générales : Quelle différence entre habitat groupé et coopérative d habitants? La coopérative d habitants peut-elle être soumise au mécanisme de spéculation immobilière? Existe-t-il déjà des coopératives d habitants en France? Y-a-t-il un réseau, une fédération des coopératives d habitants en France? Y-a-t-il un soutien gouvernemental sur la question? Quel lien entre coopérative d habitants et autopromotion? Les coopératives d habitants concernent-elles uniquement de la construction neuve? Quelles sont les possibilités de création d une coopérative d habitants en milieux urbains? Montage du projet : Combien de temps faut-il pour monter un projet de coopérative? Qu est-il possible de mettre en commun au sein de la coopérative d habitants? Comment envisager une coopérative d habitants dans un village? Peut-on envisager d insérer un local professionnel dans une coopérative d habitant? Existe-t-il une méthodologie de projet? Y-a-t-il des architectes ressources en matière de coopératives d habitants? Existe-t-il une charte commune à toutes les coopératives, sur laquelle les nouvelles coopératives peuvent s appuyer? L autoconstruction par les habitants est-elle envisageable dans des projets de coopératives? Comment constituer un groupe projet? Les bailleurs sociaux sont-ils intégrés aux projets? Lorsqu un bailleur social est intégré au projet, qui est le maître d ouvrage? Composition et vie du groupe: Quelles sont les motivations des coopérateurs? Quelle est la taille idéale pour un groupe de coopérateurs? Combien de voix par ménage? Si les caractéristiques du logement ne sont plus adaptées aux besoins du coopérateur, peut-il changer de logement au sein de la coopérative? Y-a-t-il un système de modérateur élu chaque année pour la résolution de conflits au sein des projets? Comment les étudiants peuvent-ils accéder à la coopérative? Doivent-ils souscrire un emprunt pour acquérir la part sociale obligatoire? Si plusieurs coopérateurs partent en même temps, que se passe t-il pour la coopérative? Un coopérateur quitte la coopérative, comment est-il remplacé? Aspects juridiques : Doit-on déjà s être constitué en coopérative pour acheter le terrain ou l immeuble? Dans la phase de constitution du groupe, peut-on rester en groupe informel?...9

2 3.Est-il possible de monter une coopérative d habitants sous la forme d une SCI? Sur quel montage juridique la Cité Radieuse de Rezé a-t-elle été construite? Habicoop peut-elle réexploiter cette expérience? Comment éviter la faillite de la coopérative? Comment se passe la succession? Dans le cas d une liquidation de coopérative, qu adviendrait-il du bâtiment? Que se passe t-il à la fin du bail emphytéotique conclu sur le terrain? Est-il possible d être coopérateur sans être locataire? Parmi les différentes formes de sociétés coopératives pourquoi choisir la forme commerciale? Que se passe t-il lorsque les revenus d un habitant d un logement social viennent à dépasser le plafond légal? Peut-on transformer une copropriété en coopérative d habitants? Aspects financiers : Habicoop accompagne-t-elle à la recherche de financement? Existe-t-il un exemple de chiffrage de projet? Que recouvrent exactement la «redevance» mensuelle? Comment garantir que l argent investi par le coopérateur ne se déprécie pas? Quelle fiscalité s applique dans les coopératives d habitants? Les financements publics sont-ils possibles dans le cas d une société commerciale? Peut-on financer le projet par de l épargne privée? Comment garantir la bonne utilisation de l argent public au sein de la coopérative? La coopérative peut-elle constituer une réserve pour effectuer des travaux? Que faire si mon apport initial couvre la valeur de mon logement? A propos d'habicoop : De quels soutiens dispose Habicoop? Quel est le rôle d Habicoop? Face au modèle proposé par Habicoop, quels choix et libertés reste-t-il à un groupe projet?...14

3 Questions générales : 1. Quelle différence entre habitat groupé et coopérative d habitants? Le concept d habitat groupé est un terme générique, qui recouvre différents types de projets collectifs d habitat : sous la forme de copropriétés, de SCI (sociétés civiles immobilières), de collocations, etc. La coopérative d habitants s inscrit dans ce concept général d habitat groupé. Elle fait également partie de la grande famille des coopératives, encadrée par la loi de 1947 sur la coopération. La coopérative d habitants est donc une forme d habitat groupé qui implique un montage juridique et financier très spécifique, qui garantit les principes suivants : une personne = une voix, quel que soit le nombre de parts sociales détenu. double qualité du coopérateur : propriétaire de parts sociales et locataire de son appartement propriété collective du bien immobilier : le coopérateur ne paie pas au-delà du coût du projet déconnexion entre la valeur du bien et la valeur des parts, non spéculation. 2. La coopérative d habitants peut-elle être soumise au mécanisme de spéculation immobilière? Une coopérative d habitants entend précisément s émanciper du risque de spéculation immobilière en déconnectant la valeur des parts sociales de la coopérative de la valeur du bien immobilier. La forme coopérative permet de sortir durablement de la spéculation en offrant un coût de logement toujours identique relativement au coût de la vie. Notons toutefois que les cessions de parts sociales d une société coopérative peuvent s effectuer à prix libre. C est donc à l ensemble des coopérateurs de garantir la non spéculation par le mécanisme de l agrément des cessions. Le cadre légal de la coopération n a pas été pensé pour accueillir des projets d habitat en propriété collective, c est pourquoi Habicoop demande un encadrement légal du prix de cession pour renforcer la non spéculation. 3.Existe-t-il déjà des coopératives d habitants en France? Oui, la première coopérative d'habitants en France, le Village Vertical, a déposé ses statuts en décembre 2010, la construction devrait commencer au printemps Il existe d'autres projets en cours, et Habicoop travaille à leur donner un cadre. Un système similaire a existé en France auquel la loi Chalandon de 1971 a donné un coup d arrêt. Les coopérateurs ont alors dû choisir entre la propriété individuelle et un statut de locataire HLM. L esprit coopératif perdure cependant dans certains de ces immeubles. 4. Y-a-t-il un réseau, une fédération des coopératives d habitants en France? A l heure actuelle, plusieurs dynamiques à l échelle locale ou régionale travaillent à l émergence des coopératives d habitants en France. Habicoop participe à la création d un réseau national en lançant une dynamique de rencontres nationales régulières.

4 5.Y-a-t-il un soutien gouvernemental sur la question? En février 2009, le parlement a étudié un «Projet de loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l exclusion». Une centaine de sénateurs et députés à été approchée lors de la campagne nationale engagée par Habicoop et relayée par ses membres depuis septembre Habicoop a proposé plusieurs amendements à cette loi pour faire reconnaître les coopératives d habitants dans le système français. Le ministère du logement a demandé que les amendements soient retirés, préférant mener une étude complémentaire pour mieux comprendre les enjeux du montage juridique et financier des coopératives d habitants. A ce jour, un groupe de travail interministériel est en cours, menant une réflexion sur la viabilité du montage proposé par Habicoop. 6. Quel lien entre coopérative d habitants et autopromotion? La création de coopératives d habitants est un processus d'autopromotion à partir du moment où une partie des futurs habitants participe à la conception des logements et du projet. 7.Les coopératives d habitants concernent-elles uniquement de la construction neuve? Non, on peut imaginer indifféremment des coopératives d habitants en construction ou en rénovation. Il se trouve que dans l agglomération lyonnaise, les opportunités sont plutôt dans des ZAC (zones d aménagement concerté) où les politiques souhaitent attirer un public mixte. Les coopératives d habitants répondent à cette volonté. 8. Quelles sont les possibilités de création d une coopérative d habitants en milieux urbains? Les opportunités vont se trouver principalement dans les ZAC (Zones d Aménagement Concertées), car dans ces secteurs la collectivité conserve la maîtrise du foncier et peut mettre en œuvre une politique publique favorable à l implantation d une coopérative d habitants. Montage du projet : 1.Combien de temps faut-il pour monter un projet de coopérative? Les expériences à l étranger montrent qu une moyenne de 2 à 3, voire 4 années paraît raisonnable. En effet, qu il s agisse de réhabilitation ou de construction, il faut ajouter à la durée habituelle de construction, des délais inhérents au processus collectif et coopératif : Temps d échanges et de prise de décisions plus long. Montage plus complexe. Au-delà de 3 ans, le risque d essoufflement est plus élevé, d où l intérêt d établir un plan d action général, de se fixer des échéances auxquelles on essaiera de se tenir et de faire appel à un accompagnement.

5 2.Qu est-il possible de mettre en commun au sein de la coopérative d habitants? Voici quelques exemples de mutualisation : espaces communs : salle commune, salle de jeux, chambre d amis, bibliothèque, buanderie, atelier de bricolage, jardin-potager, terrasse de toit, parc à voitures et vélos, etc. services mutualisés : activités pour enfants, aide aux devoirs, autopartage, mise en place de circuits courts pour l alimentation, etc. 3.Comment envisager une coopérative d habitants dans un village? Habicoop n a pas encore eu l opportunité de réfléchir à cette question. Néanmoins, des projets sont en émergence dans des villages. 4.Peut-on envisager d insérer un local professionnel dans une coopérative d habitant? Oui c est possible, mais il est préférable que l activité professionnelle soit indépendante juridiquement, pour scinder les risques financiers. De plus, la présence d un local professionnel peut engendrer des conséquences fiscales lors du montage financier de l opération. 5.Existe-t-il une méthodologie de projet? Une méthodologie de projet est en construction par Habicoop avec sa commission composée d adhérents. Elle s inspire des exemples étrangers, notamment suisses et québécois. Elle sera bientôt en ligne sur l intranet Habicoop. Les fiches thématiques «groupes» sont déjà en ligne. 6.Y-a-t-il des architectes ressources en matière de coopératives d habitants? Il n y a pas d architectes spécialistes des coopératives d habitants. En revanche, certains architectes ou cabinets d architectes sont spécialisés dans l écoconstruction et ont de l expérience sur des projets environnementaux et avec des collectifs. L intérêt prononcé par l architecte pour la démarche collective ainsi que la méthode de travail qu il propose sont des critères de choix prépondérants. Quelques cabinets d architectes intéressés par la conception de coopératives d habitants sont référencés sur l intranet Habicoop. 7.Existe-t-il une charte commune à toutes les coopératives, sur laquelle les nouvelles coopératives peuvent s appuyer? Habicoop a écrit une charte avec ses adhérents. Les coopératives en développement peuvent également s inspirer des chartes des expériences existantes à l étranger. L étape de rédaction de la charte de la coopérative est une étape essentielle dans le projet. Elle permet au groupe de se souder et de clarifier ses propres objectifs et valeurs. Même si l on peut s appuyer sur des exemples, il est donc recommandé de rédiger soi-même sa charte.

6 8.L autoconstruction par les habitants est-elle envisageable dans des projets de coopératives? L autoconstruction soulève des questions : difficultés juridiques (travail au noir, assurance) difficultés techniques quand il s agit d un immeuble C est pourquoi les projets soutenus par Habicoop n envisagent actuellement qu un travail sur les finitions, intervenant après la livraison du bâtiment. Les coopérateurs peuvent se charger de certains travaux selon leurs compétences ou se former en prévision des travaux. Des chantiers participatifs peuvent être organisés avec des personnes compétentes extérieures au projet. L autoconstruction peut être valorisée au moment du montage financier du projet par un «apport travail» qui permet par exemple aux membres ayant un apport financier de départ inférieur à la moyenne, de combler ce différentiel en participant à la phase de construction. 9.Comment constituer un groupe projet? La constitution d un groupe projet peut se faire à l initiative d un groupe d habitants, qui une fois les bases du projet établies étoffent leur groupe. Par la suite ils vont à la rencontre des partenaires potentiels (collectivités, bailleurs...). L impulsion peut également être provoquée par une structure associative ou institutionnelle, en partant d une opportunité foncière ou immobilière. Le groupe se forme alors autour d un lieu prédéfini. 10.Les bailleurs sociaux sont-ils intégrés aux projets? Le projet pilote du Village Vertical avec lequel nous travaillons monte un partenariat avec un bailleur social, la coopérative HLM Rhône Saône Habitat. Ce partenariat concerne l assistance à maîtrise d ouvrage (en réalité c'est une délégation de maîtrise d'ouvrage) et le portage financier du projet. Il consiste également à monter une opération conjointe, avec un unique bâtiment divisé entre une partie Village Vertical et une partie produite par Rhône Saône Habitat pour de l accession sociale à la propriété. Ce montage permet de sécuriser l opération vis-à-vis de l aménageur : en cas d échec du Village Vertical, Rhône Saône Habitat récupère l intégralité de l îlot. Il garantit également des prix de sortie moins élevés, grâce à des économies d échelle. Rhône Saône Habitat participe pleinement à la réflexion globale sur le montage des coopératives d habitants, comme d ailleurs la fédération nationale des coopératives HLM. D autres types de partenariat peuvent être envisagés avec les bailleurs sociaux, comme la production de logements sociaux à l intérieur de la coopérative d habitants. Ce montage est en cours de validation pour le Village Vertical. 11.Lorsqu un bailleur social est intégré au projet, qui est le maître d ouvrage? Il est tout à fait possible de travailler en partenariat avec un opérateur HLM tout en conservant la maîtrise d ouvrage : la coopérative est le maître d ouvrage et le bailleur social peut intervenir en tant qu assistant à la maîtrise d ouvrage par exemple ou avec un contrat de promotion immobilière ou une délégation de maîtrise d ouvrage.

7 La maîtrise d ouvrage peut aussi être intégralement confiée au bailleur, l immeuble est alors acheté en vente en l état futur d achèvement (VEFA) par la coopérative. Composition et vie du groupe: 1.Quelles sont les motivations des coopérateurs? Les projets de coopératives demandent beaucoup d investissement et d implication de la part de chaque coopérateur. Ceux-ci sont donc souvent militants, engagés, impliqués et recherchent dans le projet un aspect collectif et alternatif fort. La motivation financière ne peut pas être la seule motivation. La réponse à une situation d urgence non plus car les projets sont souvent longs à concrétiser. Les avantages pour les coopérateurs sont les suivants : Implication des habitants Ils définissent collectivement leur projet d habitat : les caractéristiques de leurs logements et des espaces qu ils souhaitent partager, ainsi que les valeurs partagées et le fonctionnement de la coopérative. Par la suite, ils gèrent ensemble leur immeuble, en s appuyant au besoin sur des professionnels. Mutualisation des espaces Les espaces et services en communs facilitent la convivialité. Ils entraînent des économies pour chaque ménage, dans une optique de modération de la consommation. Un projet de voisinage La vie en coopérative encourage le développement des liens sociaux, les échanges et la solidarité entre voisins. La participation aux décisions communes encourage une véritable coopération de voisinage. Coût et constitution d épargne Société sans but lucratif, la coopérative propose des logements à leur coût réel. L implication des coopérateurs, les efforts de mutualisation de moyens et d espaces et la réduction des intermédiaires permettent l accès à un logement de qualité pour un prix raisonnable. A leur entrée, les coopérateurs doivent faire un apport initial. Ensuite, ils paient une redevance dont une partie est capitalisée sous la forme d achat de parts sociales de la coopérative, qui leur seront remboursées à leur départ. Prise de risque circonscrite L engagement dans une organisation coopérative suppose une prise de risque, saine contrepartie des avantages reçus. Mais plusieurs gardes fous permettent une certaines sécurisation des parcours. 2.Quelle est la taille idéale pour un groupe de coopérateurs? Entre 15 et 25 coopérateurs nous semble être une fourchette idéale. D un point de vue organisation et fonctionnement de groupe, cette fourchette permet de : Répartir les nombreuses tâches induites dans le montage puis la gestion de la coopérative. Regrouper des compétences et connaissances plus diverses et plus nombreuses au sein du groupe. Conserver la proximité et la convivialité entre les habitants. Instaurer la décision collective et les responsabilités partagées. Dans un trop petit groupe, chaque membre est essentiel et doit s investir beaucoup. De plus l affect y prend une place très importante rendant parfois l évolution du projet plus

8 délicat, notamment lors de départs. A contrario dans un plus grand groupe, l organisation et la gestion deviendrait plus lourde, perdant sans doute à force de l esprit de coopération. L anonymat et la taille du groupe encourage parfois le désengagement. 3.Combien de voix par ménage? L un des fondements d une coopérative réside dans le principe démocratique 1 personne =1 voix, indifféremment du nombre de parts sociales détenues. Faut-il dès lors que les parts sociales soient détenues par une seule personne par foyer? Chaque personne majeure? Les ou les adultes signataires du bail? Pour lever cette question, il convient d étudier avec attention les questions d héritage, de séparation, etc. 4.Si les caractéristiques du logement ne sont plus adaptées aux besoins du coopérateur, peut-il changer de logement au sein de la coopérative? Le fait que le coopérateur ne soit pas propriétaire de son logement facilite les échanges (changement de bail le cas échéant). Mais sous certaines conditions : s il s agit d un logement social il faut que le futur bailleur réponde aux critères sociaux, le changement de logement ne peut se faire qu au moment d un départ de la coopérative ou s il y a une opportunité d échange. 5.Y-a-t-il un système de modérateur élu chaque année pour la résolution de conflits au sein des projets? Ce peut être une bonne idée. Dans la coopérative des Voirets à Genève par exemple, le mécanisme de résolution de conflits a été rédigé très en amont. 6.Comment les étudiants peuvent-ils accéder à la coopérative? Doivent-ils souscrire un emprunt pour acquérir la part sociale obligatoire? Si l étudiant n a pas d apport initial et qu il répond aux critères du logement social, il est envisageable qu il intègre un logement géré par un bailleur social au sein de la coopérative. Dans ce cas il n a pas à fournir d apport initial. En Suisse, la Cigüe est une coopérative conçue spécialement pour les besoins des étudiants et jeunes travailleurs. On pourrait imaginer qu un modèle similaire soit mis en place en France. 7.Si plusieurs coopérateurs partent en même temps, que se passe t-il pour la coopérative? Dans les statuts, certaines clauses peuvent être prévues pour protéger la coopérative de départs trop rapprochés : on peut interdire que le capital social descende en dessous d un certain seuil, on peut également instaurer un délai de remboursement des parts sociales en cas de problèmes de trésorerie. La meilleure réponse à cette problématique est en cours de construction : il s agirait de trouver un produit bancaire adapté, qui permette à la coopérative de se réendetter à chaque entrée sortie pour être en mesure de rembourser immédiatement le ou les coopérateurs sortants. L enjeu est alors de pouvoir rééchelonner l emprunt principal pour éviter un empilement des emprunts. Pour pouvoir remplacer au plus vite le coopérateur sortant, la coopérative doit tenir à jour une liste d attente avec des ménages désireux de la rejoindre.

9 8.Un coopérateur quitte la coopérative, comment est-il remplacé? Le remplacement d un coopérateur s effectue par agrément, accordé par les coopérateurs, selon les règles qu ils se sont données dans leurs statuts. Il y a donc un risque de choisir le futur habitant selon des critères subjectifs d affinités. Les coopératives d habitants doivent trouver un équilibre entre l éthique de l ouverture et la nécessité de faire tenir un projet, donc de rassembler des personnes qui sont en accord sur un ensemble de valeurs. Concernant les logements sociaux au sein de la coopérative les obligations légales d attribution s appliquent, notamment s agissant des plafonds de ressources. En Suisse, les coopératives d habitants ont l obligation de tenir à jour une liste d attente et d étudier les candidatures par ordre d arrivée. Cette solution pourrait être envisagée afin d éviter les dérives d ordre discriminatoire lors du remplacement d un coopérateur. Aspects juridiques : 1.Doit-on déjà s être constitué en coopérative pour acheter le terrain ou l immeuble? Pas forcément. Il est possible de faire des actes de réservation en tant qu association, avant la constitution complète du groupe de coopérateurs, ou dans l attente des statuts définitifs. 2.Dans la phase de constitution du groupe, peut-on rester en groupe informel? Il est possible de rester longtemps informel. Se déclarer sous une forme ou une autre (association par exemple) n est pas forcement la première chose à effectuer. Néanmoins, pour l octroi de subventions, ou tout simplement pour des raisons de légitimité vis-à-vis des partenaires, il peut être nécessaire de constituer une structure légale, même temporaire. 3.Est-il possible de monter une coopérative d habitants sous la forme d une SCI? Une coopérative d habitants s inscrit dans le cadre de la loi de 1947 sur la coopération. Cette loi ne se suffit pas à elle même, il faut la croiser avec une forme juridique de type SARL, SCI, etc. La SCI est à responsabilité illimitée, donc en cas de faillite chacun des coopérateurs est responsable des dettes à proportion du capital qu il détient. Dans une SARL, la responsabilité est limitée, c est-à-dire que le coopérateur peut perdre les parts sociales qu il détient, mais il ne peut pas être poursuivi au-delà. En revanche même dans une SARL le banquier peut prendre des garanties, qui engagent alors les coopérateurs sur leurs biens propres. 4.Sur quel montage juridique la Cité Radieuse de Rezé a-t-elle été construite? Habicoop peut-elle réexploiter cette expérience? Extraits du site La Maison Radieuse était une société de location coopérative. Ce système permettait aux locataires de devenir propriétaires au bout de soixante-cinq ans. A ce terme, les coopérateurs devaient devenir propriétaires indivis de l immeuble ce qui empêchait alors toute spéculation extérieure et touchait à la vrai socialisation de l habitat.

10 Cette formule favorisait "l esprit maison", mais aussi permettait à chacun de se responsabiliser et de participer à la vie commune de l immeuble. Le principe une personne = une voix faisait partie du montage de la Cité Radieuse. Concrètement, l occupant apportait à l emménagement 15 % de la valeur de son logement, ce qui correspondait à la part non financée par les prêts d Etat. Ce versement se réduisait à 7,5 % pour les allocataires de la CAF, qui subventionnait l autre moitié. Dans les deux cas s ajoutaient un droit d entrée et des frais fixés à 1,5 %. Par ailleurs, chaque année, en contrepartie de son effort de loyer, le sociétaire recevait des actions nouvelles de la société. Après la loi Chalandon de 1971, la société de location coopérative a disparu par fusion avec la société HLM Loire Atlantique Habitations, et les coopérateurs ont du choisir entre l accès à la propriété individuelle et un statut de locataire HLM. Le montage d Habicoop est similaire à celui de la Cité Radieuse sur plusieurs points : principe une personne = une voix apport initial des habitants double qualité du coopérateur : locataire et sociétaire. 5.Comment éviter la faillite de la coopérative? Les risques majeurs encourus sont la dégradation du groupe, celle du bâtiment et la mauvaise gestion de la coopérative. Pour réduire les risques il convient donc de : fixer les règles du jeu concernant le règlement des conflits, la prise de décisions, etc. former le groupe à la fois concernant son fonctionnement et par rapport à la gestion de son bien faire des réserves pour les travaux fixer les règles de sortie du capital, dresser une liste d attente pour l occupation des appartements ne pas hésiter à avoir recours à un professionnel si nécessaire. 6.Comment se passe la succession? Dans le modèle envisagé par Habicoop, les parts sont nominatives : un coopérateur ne peut céder ses parts à un autre coopérateur ou à un tiers. qu avec l agrément de la coopérative. En cas de succession, l héritier devra donc être agréé pour intégrer la coopérative. S il ne souhaite pas devenir coopérateur ou si la coopérative lui refuse l agrément, les parts lui sont alors remboursées. 7.Dans le cas d une liquidation de coopérative, qu adviendrait-il du bâtiment? Le bâtiment est alors revendu sur le marché. Une fois les parts sociales remboursées aux coopérateurs et les dettes épurées, l argent qui reste, appelé boni de liquidation, ne peut être distribuée entre les coopérateurs. Il doit être reversé à un organisme d intérêt général ou à une autre coopérative. Ainsi, les coopérateurs n ont pas d intérêt financier à revendre le bien immobilier, ce qui est gage de stabilité.

11 8.Que se passe t-il à la fin du bail emphytéotique conclu sur le terrain? Dans un bail emphytéotique, il est souvent mentionné qu à échéance le terrain revient à son propriétaire, avec le bâtiment qui a été construit dessus. Certains baux indiquent que le terrain doit être rendu nu. Cette clause peut être discutée par la coopérative lors de la contractualisation. La durée du bail peut être très longue (jusqu à 99 ans), aussi convient-il de modérer les inquiétudes à ce sujet. 9.Est-il possible d être coopérateur sans être locataire? Oui, on peut imaginer des coopérateurs investisseurs, soit parce qu ils adhèrent au projet et veulent le soutenir, soit parce que ce sont d ex-habitants qui souhaitent laisser leur argent dans le projet. 10.Parmi les différentes formes de sociétés coopératives pourquoi choisir la forme commerciale? La SAS (société par actions simplifiée) est l une des formes possibles, cependant une coopérative d habitants peut tout à fait voir le jour sous une autre forme (SARL par exemple). Toute société coopérative régie par loi de 1947 est assujetti à l IS (impôt sur les sociétés), ce qui la contraint également à proposer des loyers au prix de marché d où les amendements que nous réclamons concernant un droit à faire varier la ristourne coopérative selon l'ancienneté des habitants. Cela serait une disposition propre à la famille "coopérative d'habitation" dont nous demandons la création en droit. L avantage de la SCI de pouvoir être en transparence fiscale, donc fixer les loyers librement, n est pas accessible en coopérative loi de Ne restent donc à la SCI que ses inconvénients, en l occurrence le fait que la responsabilité soit illimitée, c est-à-dire que les associés sont responsables des dettes de la société sur leurs biens propres. Dans une SAS au contraire, les associés peuvent au pire perdre toutes leurs parts sociales, mais pas au-delà, sauf garanties prises par le banquier. Une SAS a une nature commerciale, mais pas forcément un objet commercial... c est une nuance, mais de taille! Cela signifie que cette société peut avoir un objet civil tel que l habitat. 11.Que se passe t-il lorsque les revenus d un habitant d un logement social viennent à dépasser le plafond légal? Comme dans un logement social classique le coopérateur bénéficie du droit au maintien dans les lieux. Certes, cette disposition maintient dans des logements sociaux des personnes qui ne relèvent plus des plafonds légaux, mais elle répond à la volonté des habitants de conserver leur logement. L ensemble du mouvement HLM et des associations logement fait consensus pour garder ce fonctionnement. 12.Peut-on transformer une copropriété en coopérative d habitants? Il est imaginable de créer une coopérative à partir d un immeuble en copropriété, à condition que tous les copropriétaires revendent leur bien à la société coopérative. A noter que cette transformation entraînera des frais de notaire. Dans ce cas, un syndic n est plus obligatoire pour une coopérative, même s il peut être rassurant pour les partenaires et

12 investisseurs de savoir qu un intervenant professionnel assure une bonne gestion du bien. Aspects financiers : 1.Habicoop accompagne-t-elle à la recherche de financement? Habicoop peut donner des pistes de recherche de subvention. Le travail sur le budget du projet et son financement fait pleinement partie de l accompagnement. 2.Existe-t-il un exemple de chiffrage de projet? Il s agit du projet du Village Vertical. Exemple chiffrage pour un ménage : Pour un T3 et l accès aux espaces collectifs pour un ménage avec des revenus fiscaux inférieurs à : Le ménage apporte , avec lesquels il achète des parts sociales de la coopérative. Lorsqu il partira 10 ans plus tard, il vendra ces parts au nouveau coopérateur et la coopérative acceptera une cession à environ (qui correspond à une inflation de 2% par an). Chaque mois, le ménage paie une redevance de 730, dont 520 de loyer (possibilité d allocations logement) et 210 d apports en comptes courants + les charges. Au bout de 10 ans, il a accumulé d apports en comptes courants (soit 30% de sa redevance). Le délai de récupération de cette somme dépend des capacités financières de la coopérative. Financement du projet : Coût de l opération : 1,9 millions d environ tout compris. Coût de construction d environ 1360 / m2 HT Coût du foncier : 162 /m² SHON en PLS et 212/m² SHON en libre Prix de sortie : évalué à 2300 TTC /m² Apport du groupe actuel (10 ménages) : Que recouvrent exactement la «redevance» mensuelle? Le terme de «redevance» que nous utilisons vise l ensemble loyer + versement en compte courant d associé que le coopérateur doit payer chaque mois. Les versements en compte courant, contrairement au loyer, constituent une épargne bloquée que le coopérateur pourra récupérer à son départ de la coopérative immédiatement ou en différé selon l équilibre financier de la coopérative au moment du départ. 4.Comment garantir que l argent investi par le coopérateur ne se déprécie pas? Nous avons effectivement réfléchi aux différentes solutions pour que l argent investi ne se déprécie pas. Dans une coopérative, pour que la valeur des parts sociales augmente, il faut que la coopérative fasse des bénéfices. Après avoir alimenté les réserves impartageables, elle peut augmenter la valeur nominale des parts sociales, à condition de rester dans des limites fixées par la loi sur les coopératives. Ces bénéfices peuvent être constitués :

13 -En ayant davantage de recettes que de dépenses, donc des loyers supérieurs aux charges diverses (notamment d intérêt). -L autre solution est de constater comptablement l augmentation de valeur de l immeuble. Par ailleurs, lorsque le coopérateur part, au lieu de se faire rembourser les parts sociales à leur valeur nominale, il peut faire une cession, c est-à-dire vendre ces parts au nouveau coopérateur. Le prix est alors libre, mais nous demandons au législateur de le limiter. 5.Quelle fiscalité s applique dans les coopératives d habitants? Toutes les coopératives sont soumises à l impôt sur les sociétés. Pour plusieurs raisons nous demandons une exonération (voir l exposé des motifs de l amendement n 281 déposé mais non soutenu en février 2009). 6.Les financements publics sont-ils possibles dans le cas d une société commerciale? Les formes SARL (société à responsabilité limitée) ou SAS (société par actions simplifiée) sont effectivement commerciales, mais leur objet ne l est pas forcément : ce serait le cas pour une coopérative d habitants en SARL coopérative par exemple. Le fait que la société soit sous la forme commerciale ne l empêche pas d avoir accès à des financements, tels que l exonération de taxe foncière et la TVA réduite si la coopérative fait appel à des financements du logement social de type PLS. 7.Peut-on financer le projet par de l épargne privée? Faire appel à l épargne privée fait partie de nos objectifs, mais pour le moment nous n avons pas monté de structure ad hoc permettant de collecter l épargne et de l investir dans les coopératives d habitants. 8.Comment garantir la bonne utilisation de l argent public au sein de la coopérative? L argent public utilisé pour créer du logement social fait l objet d une gestion par des bailleurs sociaux agréés et d un strict contrôle. Nous souhaiterions obtenir que les coopérateurs participent à l attribution, pas qu ils la gèrent seuls. Concernant les autres financements qui pourraient être obtenus (subventions pour l innovation ou pour les investissements écologiques par exemple), chaque bailleur de fonds a ses propres procédures de contrôle. En outre, dans les amendements que nous avons rédigés, nous demandons l instauration d une révision coopérative, qui existe dans plusieurs familles de la coopération comme les SCOP (sociétés coopératives de production). Cette révision examine le bon fonctionnement de la société au regard de ses objectifs et de son mode de fonctionnement légaux. Cette révision est une précaution supplémentaire qui n existe pas dans les sociétés classiques. 9.La coopérative peut-elle constituer une réserve pour effectuer des travaux? Comme tout propriétaire-bailleur, la coopérative doit constituer une provision pour grosses réparations, il faut donc prendre en compte cette provision dans le calcul des loyers. Il faut noter qu aux yeux de l administration fiscale une telle réserve n est pas déduite du

14 bénéfice imposable au titre de l IS. C est pourquoi, Habicoop réclame des aménagements fiscaux à ce sujet. 10.Que faire si mon apport initial couvre la valeur de mon logement? La coopérative doit apporter environ 20% en fonds propres afin qu elle puisse faire un emprunt et que ses mensualités bancaires soient supportables. Ces fonds propres sont constitués grâce aux apports initiaux de chacun des coopérateurs. L apport initial se fait sous la forme d achat de parts sociales. Il se peut qu un coopérateur ait suffisamment d argent disponible pour financer intégralement son appartement et le prorata des espaces communs. Une partie de cet argent (par exemple 20%) est alors son apport initial et lui sert à acquérir des parts sociales. Le reste (80% ici) est apporté sous la forme de compte courant d associé : une sorte de prêt que le coopérateur fait à la coopérative, qui peut être bloqué et ne donne pas forcément droit à des intérêts. Chaque mois, le coopérateur verse un loyer au prix de marché (sinon, la coopérative est taxé d acte anormal de gestion). En échange, le compte courant lui est remboursé au fur et à mesure, pour un montant équivalent (hors charges). Il peut également être envisagé que le montant du loyer soit supérieur au remboursement du compte courant : ainsi le coopérateur participe par solidarité aux mensualités d emprunt de la coopérative. Le contrat qui définit les modalités du compte courant d associé peut prévoir des délais de remboursement en cas de départ du coopérateur, afin que celle-ci puisse emprunter la somme due. A propos d'habicoop : 1.De quels soutiens dispose Habicoop? Les fondateurs d Habicoop, notamment l URSCOP (union régionale des sociétés coopératives de production) Rhône-Alpes et la société coopérative financière la NEF ont permis à l association de bénéficier donc d une légitimité et d un appui institutionnel. Aujourd hui Habicoop a pour partenaires des collectivités, des organismes d insertion par la logement ; des bailleurs sociaux, etc. Elle dispose de soutiens financiers solides (Région Rhône-Alpes, Fondation de France, Grand Lyon, Fondation Abbé Pierre). 2.Quel est le rôle d Habicoop? Habicoop travaille à l émergence des coopératives d habitants en France, en développant plusieurs axes : Travailler sur le montage juridique et financier des coopératives d habitants. Proposer un accompagnement aux groupes porteurs de projets de coopératives d habitants : mise à disposition d outils méthodologiques et opérationnels et facilitation des démarches (montage financier, juridique, gestion du groupe, relations avec les institutionnels, etc.). L ensemble des outils méthodologiques n est pas encore terminé, Habicoop travaille sur son élaboration. Appuyer le développement de structures relais d accompagnement dans les régions de France où il existe des besoins. Les dernières rencontres nationales sur les coopératives

15 d habitants à Strasbourg de Novembre 2010 ont permis de formaliser ce souhait. 3.Face au modèle proposé par Habicoop, quels choix et libertés reste-t-il à un groupe projet? Habicoop propose une méthodologie et un cadre juridique. Un projet de coopératives d habitants reste avant tout aux mains du collectif qui le porte et le façonne en fonction de ses attentes, de ses objectifs, du contexte dans lequel s inscrit le projet. C est le groupe projet qui prend ses décisions et définit son projet. L équipe d Habicoop entend se situer en tant qu accompagnateur ressource en respectant les limites fixées par la démarche d autopromotion.

Les montages juridiques et financiers de. Contact : plevy@regain-hg.org

Les montages juridiques et financiers de. Contact : plevy@regain-hg.org Les montages juridiques et financiers de projets d habitat groupés Contact : plevy@regain-hg.org Ce qu on va voir 1. Quelques questions à se poser 2. Les montages en copropriété 3. Les montages en SCI

Plus en détail

HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION. Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010

HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION. Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010 HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010 Introduction Objet de la présentation De la constitution du groupe A l étude de faisabilité Origine Projet d habitat

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

HABITATS PARTICIPATIFS

HABITATS PARTICIPATIFS HABITATS PARTICIPATIFS habitats participatifs et coopératifs : de quoi parle t-on? CAUE 92-31.03.15 1. LES COOPERATIVES D HLM Un peu d histoire Une des trois familles composant le mouvement Hlm, issue

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Ateliers «Habitat participatif» de l ORHL BOITE A OUTILS. ORHL - Boîte à outils - 21/02/2013 p.1

Ateliers «Habitat participatif» de l ORHL BOITE A OUTILS. ORHL - Boîte à outils - 21/02/2013 p.1 Ateliers «Habitat participatif» de l ORHL BOITE A OUTILS ORHL - Boîte à outils - 21/02/2013 p.1 A - SYNTHESE DES 4 PROJETS PRESENTES 3 B - TYPOLOGIES DE PROJETS 5 C - LES PRINCIPAUX STATUTS JURIDIQUES

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES HOTELS D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Foire Aux Questions Cocagne Investissement

Foire Aux Questions Cocagne Investissement Foire Aux Questions Cocagne Investissement POURQUOI SOUSCRIRE?... 1 En quoi Cocagne Investissement est-il un fonds citoyen et solidaire?... 1 Quelles sont les modalités d intervention de Cocagne Investissement

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES

DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES CAHIER DES CHARGES DISPOSITIF RÉGIONAL ET DEPARTEMENTAL EN FAVEUR DES PÉPINIÈRES D ENTREPRISES Rappel du cadre général d intervention des 3 collectivités : Dans le prolongement du Schéma Régional de Développement

Plus en détail

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes Vous êtes jeunes Vous cherchez un logement à louer auprès d un particulier ou d un organisme social et vous devez faire face aux premières dépenses pour entrer dans les lieux? > Des aides peuvent vous

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif

Aides pour restaurer les parties communes des immeubles en copropriété. Aides pour restaurer un logement locatif DISPOSITIONS PRATIQUES OPAH COPROPRIETE RENNES Dans le cadre de l Opération programmée d amélioration de l habitat engagée par la Ville de Rennes sur le centre depuis mars 2007, pour une durée de cinq

Plus en détail

L intervention en copropriétés «dégradées» par COPROCOOP

L intervention en copropriétés «dégradées» par COPROCOOP L intervention en copropriétés «dégradées» par COPROCOOP Quelques données de cadrage La copropriété en France, c est : 560 000 copropriétés pour 6 680 000 logements (copro moyenne = 12 logements) 300 000

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

La Colocation mode d emploi

La Colocation mode d emploi 04-236 MCE 8 pages colocation V 26/04/06 10:42 Page 2 Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : www.hautsdevilaine.com g La Colocation mode d emploi

Plus en détail

S C P I. Le guide de l investissement en SCPI

S C P I. Le guide de l investissement en SCPI S C P I Le guide de l investissement en SCPI Version de Février 2013 Pourquoi ce guide? Jonathan DHIVER Fondateur de MeilleureSCPI.com En tant que spécialiste du conseil en investissement immobilier, nous

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels

Prêt Social de Location Accession PSLA. Marché Immobilier Social. Dernière mise à jour Mars 2013. Document réservé exclusivement aux Professionnels Prêt Social de Location Accession PSLA Marché Immobilier Social Dernière mise à jour Mars 2013 Document réservé exclusivement aux Professionnels Tout savoir sur le Prêt Social Location Accession Les principes

Plus en détail

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2007 LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL FINANTOIT est le premier outil d investissement

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Un outil de portage au service des copropriétés

Un outil de portage au service des copropriétés Un outil de portage au service des copropriétés Coprocoop : une coopérative d Hlm Un objectif : Créer un outil dédié au portage de lots en copropriétés dégradées. La réponse : Une SCIC Hlm réunissant l

Plus en détail

Nous présentons ici les caractéristiques communes aux deux dispositifs puis leurs spécificités à jour au 1 er septembre 2009.

Nous présentons ici les caractéristiques communes aux deux dispositifs puis leurs spécificités à jour au 1 er septembre 2009. Le Pass foncier Introduction Conçu par les partenaires sociaux du 1% logement et mis en place par une convention signée entre l UESL et l Etat en décembre 2006, le Pass foncier 1 est un mécanisme destiné

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ

LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ IMMOBILIER LOCATION LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ www.notaires.paris-idf.fr Location LE BAIL D HABITATION NOTARIÉ Lorsqu un propriétaire souhaite louer son bien immobilier, une des premières démarches à

Plus en détail

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 Comment bien choisir le financement de ses investissements? 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012 La détection du désir d investissement 3 2ème Assises FRHPA Rhône-Alpes 25-26 janvier 2012

Plus en détail

Développement de pôles et de maisons de santé pluri-professionnels

Développement de pôles et de maisons de santé pluri-professionnels Exco Clermont-Ferrand Audit Expertise Comptable - Conseil Développement de pôles et de maisons de santé pluri-professionnels Réunion d information sur le montage juridique des projets et les SISA 22 novembre

Plus en détail

Assemblée générale - 26 mars 2008 - Paris. Un outil de portage au service des copropriétés

Assemblée générale - 26 mars 2008 - Paris. Un outil de portage au service des copropriétés Assemblée générale - 26 mars 2008 - Paris Un outil de portage au service des copropriétés Coprocoop : Présentation Une volonté politique : créée à l initiative du monde Hlm et du monde associatif et de

Plus en détail

Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier

Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier Entre l Etat, représenté par le ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, le

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier

POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier BREST 28 et 29 NOVEMBRE 2013 POUR UN RENOUVEAU DU PARC IMMOBILIER DES ANNEES 50-70 De la requalification classique au portage immobilier Présentation de la SPLA SOREQA SPLA à vocation métropolitaine crée

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus

Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus Mode d emploi des formulaires de déclaration 2044 et 2044 Spéciale Mise à jour 2014 Chaque année, les propriétaires privés

Plus en détail

Louez en toute Sérénité

Louez en toute Sérénité MK IMMOBILIER.ADMINISTRATEUR DE BIENS Louez en toute Sérénité 57, rue du Rendez-vous 75012 Paris Tél: 01 44 74 74 74 Site: www.mk-immobilier.com Fax: 01 73 76 93 56 mkimmo57@gmail.com cotegestion@gmail.com

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

CLASSIFICATION STATUTS JURIDIQUES

CLASSIFICATION STATUTS JURIDIQUES CLASSIFICATION STATUTS JURIDIQUES Remarque : La 1ère partie du tableau concerne les statuts juridiques déjà codifiés: copropriété, SCI, SAS, etc qui peuvent être aménagés pour répondre aux principes coopératifs

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille

SCPI GEMMEO COMMERCE. L immobilier de commerce français en portefeuille SCPI GEMMEO COMMERCE L immobilier de commerce français en portefeuille AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après «SCPI»), vous devez tenir

Plus en détail

DOSSIER de présentation

DOSSIER de présentation Projet d Habitat Participatif intergénérationnel et écologique DOSSIER de présentation 2015 Sommaire Mots d Ecoravissants Présentation d Ecoravie Donnez du sens à votre argent Chiffres et dates Contact

Plus en détail

2005-2010. Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry

2005-2010. Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry 2005-2010 Charte pour le relogement des habitants dans le cadre du projet de rénovation urbaine de Chambéry mai 2006 > Sommaire Préambule 3 Les grands principes du relogement 4 1. Informer, concerter,

Plus en détail

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ...

LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION ... ... Contrat de location Soumis au titre Ier de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986 LOCAUX VIDES A USAGE D HABITATION

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION

LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION LE GUIDE PRATIQUE N 2 POUR CRÉER ET GÉRER UNE ASSOCIATION 2 3 AVANT-PROPOS Ce guide pratique s adresse aux groupes de jeunes qui se demandent s ils doivent créer une association pour réaliser leur projet.

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS

LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS LA LOI GIRARDIN POUR LES PARTICULIERS (Article 199 undecies A et B du CGI) D un placement sécurisé à forte rentabilité...... à un investissement patrimonial très avantageux - 1 - La LODEOM (Loi pour le

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER. Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations?

VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER. Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction VOUS ÊTES JEUNE VOUS CHERCHEZ UN LOGEMENT À LOUER Comment le trouver? Les aides financières? Quels sont vos droits et obligations? Adresses

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES. Réduisez vos impôts

Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES. Réduisez vos impôts Guide LOI PINEL NOUVEAUX AVANTAGES Réduisez vos impôts ÉDITO La loi Pinel enfin dévoilée! La loi Pinel est un dispositif fiscal en faveur de l investissement locatif. Elle vous permet de réduire vos impôts

Plus en détail

Vendre son entreprise

Vendre son entreprise Vendre son entreprise 1. La transmission de son entreprise par la vente de son fonds de commerce La vente du fonds de commerce, que vous exploitiez dans le cadre d une entreprise individuelle ou dans le

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang?

Q et R. Questions et réponses sur le financement de second rang. En quoi consiste le financement de second rang? Q et R Questions et réponses sur le financement de second rang En quoi consiste le financement de second rang? Le financement de second rang est un emprunt hypothécaire que contracte votre coopérative

Plus en détail

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion

Dossier de presse. Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion Dossier de presse Présentation des grandes lignes du projet de loi de Mobilisation pour le logement & la lutte contre l exclusion 1 Chapitre premier : Mobilisation des acteurs 1. Qu y a t-il de nouveau?

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT 2015 Cocher la case correspondante au prêt concerné Acquisition Construction Aménagement Jeune ménage À l installation

DEMANDE DE PRÊT 2015 Cocher la case correspondante au prêt concerné Acquisition Construction Aménagement Jeune ménage À l installation Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr DEMANDE DE PRÊT 2015

Plus en détail

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière

Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Mise en œuvre des opérations de restauration immobilière Schéma de procédure La déclaration d utilité publique L enquête organisée par préfet selon les dispositions du code de l expropriation Dossier 1)

Plus en détail

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT

FAQ N 70 : LE BAIL GLISSANT Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Logement/Reloref N/REF : DIEL/LOG/FM/EA/09/1009 Rédacteur : Florence GAUDEAU Date : 20/12/09 * Avec le soutien du ministère de l'immigration, de l'intégration,

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail

Baux agricoles ISSN 1812-318X

Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ORGANIZATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Rome, 2004 Baux agricoles Préface Les Notes sur les régimes fonciers publiées par la FAO

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0

L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 Communiqué de presse Paris, le 25 mars 2015 L HABITAT PARTICIPATIF UNE RÉPONSE POUR L HABITAT 2.0 SUR L ÎLE-SAINT-DENIS (93), L ARCHE EN L ÎLE INVENTE UN MODÈLE POUR L HABITAT DE DEMAIN EN RUPTURE AVEC

Plus en détail

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée

1 Taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Vous trouverez ci-après les principales dispositions nouvelles pour 2014 concernant la TVA et le CIDD. La loi de finances pour 2014 a été publiée au Journal Officiel du 30/12/2013. Elle officialise les

Plus en détail

XXVème séminaire de formation des directeurs de coopératives d Hlm. Cahier 4. La sécurisation Hlm

XXVème séminaire de formation des directeurs de coopératives d Hlm. Cahier 4. La sécurisation Hlm XXVème séminaire de formation des directeurs de coopératives d Hlm Cahier 4 La sécurisation Hlm La sécurisation Hlm en bref Extrait du «guide de la sécurisation Hlm», A.RE.COOP., mars 2008 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

BUT DU JEU Etre le seul joueur qui n ait pas fait faillite.

BUT DU JEU Etre le seul joueur qui n ait pas fait faillite. Si vous avez l habitude de jouer à Monopoly, vous pouvez maintenant faire des parties plus rapides! Une partie de jeu rapide est une vraie partie de Monopoly, à trois différences près : 1. Avant le début

Plus en détail

Démolition et relogement : le droit applicable

Démolition et relogement : le droit applicable Novembre 2005 Démolition et relogement : le droit applicable Direction juridique et fiscale Hervé des Lyons 4, rue Lord Byron - 75008 Paris Tél.: 01 40 75 68 68 - Fax: 01 40 75 68 10 djef@union-habitat.org

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

FICHE MÉTHODOLOGIQUE. Le logement communal : methode pour monter et réaliser une operation. Qu entend-on par «logement communal»?

FICHE MÉTHODOLOGIQUE. Le logement communal : methode pour monter et réaliser une operation. Qu entend-on par «logement communal»? FICHE MÉTHODOLOGIQUE Le logement communal : methode pour monter et réaliser une operation Qu entend-on par «logement communal»? Dans les petites communes, il s agit d un logement qui appartient au domaine

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

1. Peut-on comparer un compte courant à un compte bancaire?... 2. 2. Que comptabilise votre comptable sur votre compte courant?...

1. Peut-on comparer un compte courant à un compte bancaire?... 2. 2. Que comptabilise votre comptable sur votre compte courant?... Table des matières Avant-propos Partie 1. Qu est-ce qu un compte courant? 1. Peut-on comparer un compte courant à un compte bancaire?... 2 2. Que comptabilise votre comptable sur votre compte courant?...

Plus en détail

LOGEMENT : FOIRE AUX QUESTIONS

LOGEMENT : FOIRE AUX QUESTIONS Dois-je signer un contrat de location ou bail? Le contrat de bail écrit est obligatoire dans la mesure, s il constitue la résidence principale du locataire. (Télécharger un modèle de bail sur www.pap.fr

Plus en détail

Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement :

Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement : Puis-je bénéficier d une aide au logement de la CAF? Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement : l Aide personnalisée au logement

Plus en détail