ENQU SUR LES ESTHÉTICIENNES À DOMIC LE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENQU SUR LES ESTHÉTICIENNES À DOMIC LE"

Transcription

1 Page 1/5 ENQU SUR LES ESTHÉTICIENNES À DOMIC LE Devant le manque d'informations et de statistiques sur notre métier, un premier questionnaire a ctc soumis aux esthéticiennes à domicile, afin de mieux les connaître. 174 esthéticiennes à domicile ont accepté de répondre aux questions. par Isabelle BENMANSOUR, Esthéticienne, Coach et Formatrice pour les esthéticiennes a domicile, Redactrice du blog http//estheticienneadomicile.net Quel est le niveau de qualification des esthéticiennes à domicile? Faut-il avoir de l'expérience? Où faut-il s'installer et jusqu'où doit-on se déplacer pour réussir? Combien de clientes ont-elles 9 Quels sont les moyens de prospection utilisés? Quel sera le coût de leur installation? Et surtout, quel est le revenu d'une esthéticienne à domicile en moyenne? Beaucoup de questions dont voici les premières réponses QUALIFICATION DES ESTHÉTICIENNES À DOMICILE ET NIVEAU DE FORMATION BM Bac pro BTS ONT-ELLES UNE FORMATION COMPLÉMENTAIRE? 79 % des sondées ont choisi de faire une formation complémentaire, tous diplômes confondus Et 58 % des esthéticiennes qui poursuivent leur formation sont majoritairement des titulaires du CAP Cependant, elles se forment aux techniques de soins et pas vraiment aux connaissances liées a la gestion d'entreprise ou au marketing. FORMATION COMPLÉMENTAIRE / DIPLÔME On pourrait s'attendre à ce que les esthéticiennes à domicile se lancent dans la création d'entreprise après avoir obtenu un diplôme les y préparant davantage qu'un CAP. Même s'il est tout à fait possible de créer une entreprise en tant qu'esthéticienne avec le CAP, il faut au moins le BP pour être formée à la gestion d'entreprise Or, il n'en est rien 54 % d'entre elles ont un CAP et se lancent dans le domicile! CAP BP BM Bac pro BTS Ce sont les diplômées en CAP et en BP qui se forment le plus après leur cursus. Ce sont, de nouveau, les titulaires du CAP qui ont le plus de formations différentes, avec les titulaires du Bac Pro.

2 Page 2/5 LE STATUT DES ESTHETICIENNES À DOMICILE STATUTS O* 20% «I formation supplémentaire 3 formations supplémentaires KOX, 60% i formations supplémentaires 4 formations supplémentaire et plus Au palmarès des formations figurent les soins du corps, le massage et les techniques de spa praticienne pour pres de la moitié (49 %) Vient ensuite la formation de prothésiste ongulaire pour 34 % des formations choisies. TYPE DE FORMATIONS SUMES Massages esthétique: spa praticienne, soin du corps Prothés ste ongula te Beauté du cils (extension, mascara semi permanent ) lumière puisée relooking maquillage permanent, manager LPG, technique cf amincissement EXPÉRIENCE DES ESTHETICIENNES À DOMICILE 37 % des esthéticiennes à domicile sont en reconversion professionnelle et 35 % d'entre-elles se sont lancées directement sans expérience en institut. D'ailleurs, 43 % des esthéticiennes qui se sont lancées à domicile ont peu ou pas d'expérience en institut : -22% des sondées n'ont jamais travaillé en institut, - 21 % ont moins d'un an d'expérience. Il semble que le manque d'expérience ne freine pas l'installation des esthéticiennes dans cette manière d'exercer. Il faut aussi noter que le manque d'emploi sur le marché les incite à s'installer faute de mieux, maîs est-ce vraiment la solution 7 EXPERIENCE sans expérience expérience < lan en cours d'immatriculation Micro entreprise Entreprise individuelle portage salarial «SASU/SARL en couveuse Sans grande surprise, c'est l'auto-entreprise qui l'emporte haut la mam. Il est vrai que c'est un moyen simple rapide et peu risque de commencer. Cependant, l'auto-entreprise n'est pas toujours le statut adéquat pour exercer en tant qu'esthéticienne a domicile En effet, même si l'on garde les trois quarts de son chiffre d'affaires comme bénéfice, cela n'est pas synonyme de revenu ll faut aussi prévoir la trésorerie pour racheter les produits et matériels nécessaires à l'activité, et aussi retirer les frais de déplacements, de publicité, etc. Souvent, ces points-la sont oubliés et )'ai des esthéticiennes qui, lors des coachings que je fais, se rendent compte qu'il leur reste moins dans leur poche que si elles avaient choisi un autre statut Chaque cas est particulier, et c'est l'étude financière liée à votre étude de marché qui déterminera la meilleure option. ANCIENNETÉ DE LEUR ACTIVITÉ 4 % des esthéticiennes seulement sont installées depuis plus de 5 ans Est-ce lié a l'activité qui a du mal a être pérenne ou est-ce qu'elles finissent par créer leur institut? Une étude plus approfondie pourrait repondre à cette question, à l'avenir. Dans tous les cas, 85 % sont installées depuis moins de trois ans, et pres de la moitié depuis moins d'un an. L'esthétique a domicile serait-elle une activité sans lendemains 9 INSTALLEE DEPUIS. g moins de I an entre I et 3 ans entre 3 et 5 ans entre 5 et 10 ani plus de 10 ans entre let Sans plus de 5 ans LINVESTISSEMENT DE DEPART On se demande souvent combien il faudra investir pour s'installer Ce que l'on constate c'est que l'écart est assez conséquent. Certaines n'investissent aucun euro au lancement de leur installation Elles se lancent sans même

3 Page 3/5 prévoir un budget minimum a l'achat de leur matériel, des produits ou de la publicite. Elles achètent peut-être au fur et à mesure et freinent, par conséquent, leur réussite. A contrario, d'autres n'hésitent pas à dépenser des sommes assez importantes pour se lancer. 56 % des esthéticiennes à domicile investissent moins de 2 DOO dans leur affaire. Il est vrai que le domicile demande moins d'investissement qu'un institut, maîs beaucoup ne conçoivent pas leur activité comme une création d'entreprises et dépensent le moins possible quitte à mettre la réussite de leur activité en danger ll y a peu d'entreprises qui réussissent en faisant de la création au rabais. Un minimum de budget est à prévoir pour mettre toutes les chances de son côté. Le budget peut être plus ou moins conséquent, mais il doit être en rapport avec le chiffre d'affaires que vous espérez atteindre. INVESTISSEMENT À L'INSTALLATION LES MOYENS DE PROSPECTION UTILISÉS flyers Facebook site partenaires/commerçants rn bouche à oreille 154 1% salon/foire 1% flocage voiture annuaire I magazine/annonce On constate que le bouche-à-oreille reste le moyen de prospection le plus utilisé. Viennent ensuite les flyers et la page Facebook. Quant au site Internet, il ne prend que la quatrième place au classement des moyens de trouver de la clientèle. Beaucoup n'ont pas encore pris conscience de l'importance de leur présence sur le Net. Il faut aussi retenir que l'un des moyens de faire face à la concurrence est de se faire connaître. On pense souvent à la fidéhsation, maîs avant de fidéliser ses clientes il faudrait déjà en avoir. Si une concurrente fait plus de bruit que vous, qu'elle est partout où on la cherche, elle aura plus de chance d'avoir des clients. C'est le bon mixage de tous ces moyens de prospection qui augmentera la réussite. Au-delà du choix du moyen de prospection, il y a aussi l'usage qu'on en fait. Les flyers ne sont pas forcément déposés dans les bons endroits ou au bon moment, ou ne sont pas tres vendeurs. La page Facebook sert d'«auto-promo» et d'informations sur les prestations alors que c'est le site qui devrait jouer ce rôle La conséquence est que le retour client est presque infime. La page Facebook perd son rôle de dialogue entre les clientes et l'esthéticienne. Aussi certains moyens de prospection ne sont pas trop utilises malgré leur faible coût, comme les partenariats par exemple FOCUS SUR LES PARTENAIRES Ce qui est étonnant dans ce résultat c'est que lorsqu'on demande les moyens de prospection, 11% d'entre-elles pensent aux partenaires, alors qu'au final 44 % des esthéticiennes a domicile en ont un, voire plusieurs. Les partenaires sont un moyen de trouver des clients, au même titre que les flyers Je reste dubitative devant cette vision du partenariat. TYPE DE PARTENAIRES C'est la grande bête noire de toutes entreprises. Et ça l'est d'autant plus quand on n'a pas de vitrine dans une rue passante. Les techniques sont nombreuses. Certaines fonctionneront pour l'une et pas pour l'autre C'est une question d'emplacement, de personnalité, de clientèle, d'offre, de communication et j'en passe.. LES PRESTATIONS Au même titre que pour les instituts, l'épilation reste le fer de lance de l'esthétique Prestation n 1 demandée par les clientes, les soins du visage sont aussi apprécies devant les prestations pour ongles. Cela montre aussi qu'il est important de bien choisir les marques de soins, car cela représente un quart de demandes, sans compter qu'il est

4 Page 4/5 plus facile de vendre un produit après un soin du visage qu'après une épilation. LES PRESTATIONS LES PLUS PRATIQUEES épilation ongles La majorité d'entre elles ont moins de 50 clientes en fichier et il faut compter plus de 150 clientes en fichier pour commencer à avoir un chiffre d'affaires supérieur à 1500, et plus de 200 pour obtenir un revenu correct. soin visage maquillage massage esthétique/soins du corps nombre de clientes -CA LE CHIFFRE D'AFFAIRES RÉALISÉ PAR LES ESTHÉTICIENNES À DOMICILE 31 % des esthéticiennes réalisent moins de 250 de chiffre d'affaires par mois et ont moins de 50 clientes en portefeuille. Moins de 24 % font plus de 1 DOO de chiffre d'affaires par mois, dont à peine 5 % arrivent à générer plus de 2 DOO par mois. Sachant que 84 % des esthéticiennes à domicile sont des auto-entrepreneures, sur ces 2 DOO de chiffre d'affaires, il restera de bénéfices. L'on parle bien de bénéfices et non de revenu, car il faudra également retirer les coûts de fonctionnement inhérents à l'activité comme le déplacement, le rachat de produits, la publicité, etc., pour obtenir le revenu final. Autant dire que peu d'entre elles arrivent à vivre de leur activité, la moyenne du chiffre d'affaires étant de 730 par mois. Soit un bénéfice de 540 (hors coût de fonctionnement) qui ont entre entre entre >2000 un CA de 2 50 et 500 et 1000 et moins de 500 fc looot LIEUX D'EXERCICE 35% i 3. 25% 20» 10% qui ont un entre 250 entre 500 entre entre plus de CA de et 500 et et 2000 et 3000 moins de LE NOMBRE DE CLIENTES EN FICHIER NOMBRE DE CLIENTES EN FICHIER 40% 36% Les esthéticiennes sont plus nombreuses à s'installer en Ile de France, en Midi-Pyrénées et en Rhône-Alpes. Le Nord-Pas-de-Calais est aussi assez attractif. Le Poitou-Charentes et la Provence-Alpes-Côte d'azur arrivent, cependant, en tête en terme de chiffre d'affaires. En revanche, des régions comme l'alsace, la Franchecomté ou encore la Haute-Normandie et l'auvergne ne sont pas les plus dynamiques pour ce type d'activité. En effet, peu d'esthéticiennes à domicile sont présentes et leur chiffre d'affaires fait partie des plus bas, n'excédant pas les 450. ' 21% 17% 5% moins de 10 entre 10 et entremet entre 100 et plus de 300 clientes SO clientes IOU clientes 300 clientes

5 Page 5/5 Île-de-France Midi-Pyrénées Rhône-Alpes Nord-Pas-de-Calais Provence-Alpes-Côte d Azur Pays de la Loire Picardie Bourgogne languedocroussillon Bretagne Centre Aquitaine Champagne- Ardenne Basse-Normandie La Reunion Lorraine Auvergne Limousin Poitou-Charentes Alsace Franche-Comté Haute-Normandie esthéticienne/ région 12,1 % 10.3% 10,3 % 8,6 % 6,9 % 5,7 % 5,2 % 4,6 % 4,6 % 4,0 % 4,0 % 2,9 % 2,9 % CA/ Région ,9 % des esthéticiennes se déplacent en grande agglomération uniquement. 20,2 % se déplacent uniquement dans les villages, la ville étant à plus de 30 km. Et 64,9 % vont dans les villages tout en étant proches d'une grande agglomération. Le chiffre d'affaires moyen quelle que soit la zone d'exercice va de 716 à 788. Il n'y a donc pas un grand écart de chiffre d'affaires entre celles qui sont en ville et celles qui sont en village. J'entends souvent les esthéticiennes dirent qu'elles ne peuvent pas faire de prix trop haut car elles sont en village Le resultat de l'enquête démontre qu'il n'en est rien. Et qu'il n'est pas toujours pertinent de baisser ses prix parce que sa clientèle réside dans les villages En revanche, il semblerait que plus elles s'éloignent et plus elles augmentent leur chiffre d'affaires. CA CONCLUSION Cette première enquête donne un regard plus précis sur les esthéticiennes à domicile. Certes, cela demande à être approfondi par une autre etude dans le futur Maîs l'on peut déjà dresser le portrait de l'esthéticienne à domicile : - elle a un CAP, - elle est auto-entrepreneur, - elle a peu ou pas d'expérience en institut, - elle gagne environ 730 par mois, - elle a moins de 50 clientes en fichier, - elle exerce majoritairement dans les villages à proximité des grandes villes, - elle n'hésite pas a faire 30 km pour augmenter son chiffre d'affaires, - elle a plus de chance de réussir si elle habite l'ile de France ou le Midi-Pyrénées - elle pratique essentiellement des épilations et des soins du visage, - elle investit environ pour créer son entreprise, - elle prospecte essentiellement via les flyers et la page Facebook (même si ce ne sont pas les meilleurs moyens), - elle travaille majoritairement en partenariat avec les coiffeurs, - elle est installée depuis moins de 3 ans, - elle complète son cursus essentiellement par les formations de massages esthétiques et de spa praticienne Sur ce dernier point, il faut noter que la preoccupation première est bien d'apprendre de nouvelles techniques professionnelles. Aucune n'aura cité des formations liées à leur entreprise comme le marketing, la vente, la gestion administrative et comptable. Certes, les diplômes préparent à la creation d'entreprises dans le but d'ouvrir ou de prendre la responsabilité d'un institut ou d'un point de vente Toutefois, le domicile est très particulier et demande, aujourd'hui, de connaître d'autres savoirs. Le regime de l'auto-entrepreneur facilite l'installation faisant oublier que devenir esthéticienne à domicile est une véritable création d'entreprise. Il faut l'envisager aussi sérieusement et de façon aussi préparée que si l'on ouvrait un salon. reste chez elle <10km <20km <30ktn > de 30km -CA Il existe des difficultés liées à l'exercice de ce métier dans un environnement assez éloigné de ce que l'on apprend à l'école ou de ce que l'on trouve dans le confort de son institut. Pour réussir, l'improvisation n'a pas sa place. 26 % des esthéticiennes ont également aménage une pièce chez elle, et ont en moyenne 67 clientes en fichier, contre 83 clientes pour celles qui se déplacent exclusivement. Celles qui ont une pièce chez elles ont moins de clientes en fichier, mais génèrent plus 100 de CA supplementaire par mois.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes. F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Douanes : Commerce Extérieur

Douanes : Commerce Extérieur Données commentées Année 2015 SOMMAIRE ❶ Evolution des balances par zone d import/export :... 2 ❷ Evolution des balances par région administrative :... 3 ❸ Importations et exportations par région administrative.

Plus en détail

Enquête sur l orientation des étudiants

Enquête sur l orientation des étudiants Enquête sur l orientation des étudiants Les principaux enseignements de l enquête Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas, Directeur du département Corporate et Management lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen:. UPC-S2-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par bonne réponse,

Plus en détail

Base de données sociales

Base de données sociales Base de données sociales Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque AFB et groupes mutualistes : > Effectifs de la profession

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité

Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité Première L 2010-2011 DS4 quartiles et diagrammes en boîtes plages de normalité NOM : Prénom : Exercice 1 : Elections régionales 1999 Le tableau ci-dessous donne les pourcentages des voix obtenues par le

Plus en détail

Base de données sociales

Base de données sociales Base de données sociales Observatoire des métiers, des qualifications et de l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la banque AFB et groupes mutualistes : > Effectifs de la profession

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

ANI mène l'enquête: les résultats

ANI mène l'enquête: les résultats ANI mène l'enquête: les résultats Pour la première fois une enquête a été réalisée sur le métier d iconographe. 235 personnes ont répondu au questionnaire alors que nous estimons le nombre d iconographes

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français

Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Le TOP TEN des 10 plus grandes villes préférées des Français Sondage réalisé auprès d un échantillon de plus de 6400 Français Sondage réalisé pour la presse régionale et publié dans la presse régionale

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

ANNEXE. Liste des métiers ouverts dans l'ensemble des régions françaises. Ile de France

ANNEXE. Liste des métiers ouverts dans l'ensemble des régions françaises. Ile de France ANNEXE Liste des métiers ouverts dans l'ensemble des régions françaises Code Rome Domaine professionnel 32321 Informaticien d'étude (dont chef de projet) Ile de France 29 métiers 32321 Informaticien d'étude

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire

EXPÉRIENCE CLIENT. Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire EXPÉRIENCE CLIENT Saison 1 # Baromètre du secteur bancaire Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en avril 2014 sur un échantillon représentatif de la population française de 1002 panélistes

Plus en détail

STATISTIQUES 2011 PROVEMPLOI - Le Salon pour Vivre et Travailler en Province. Octobre 2011

STATISTIQUES 2011 PROVEMPLOI - Le Salon pour Vivre et Travailler en Province. Octobre 2011 STATISTIQUES 2011 PROVEMPLOI - Le Salon pour Vivre et Travailler en Province Octobre 2011 PRINCIPAUX CHIFFRES 4 121 visiteurs cette année +50% par rapport à 2010 +18% par rapport à 2009 +4% inscriptions

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 644 Juin 215 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Premier trimestre 215 OBSERVATION ET STATISTIQUES énergie Le parc éolien français atteint une puissance

Plus en détail

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France

Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France NATIONAL - N 18 Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France Synthèse du «Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d entreprises en France» Altares, Février 2014 Objectifs o Eclairer

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des aides-soignants diplômés d Etat

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des aides-soignants diplômés d Etat F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des aides-soignants diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources Documentaires

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2009

RAPPORT DE BRANCHE 2009 RAPPORT DE BRANCHE 2009 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie Convention Collective Nationale n 3240 Données 2008 2 SOMMAIRE SOMMAIRE-I Perimetre de l étude SOMMAIRE...3 Précisions méthodologiques...5

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 584 Novembre 214 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 214 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La puissance du parc éolien français s

Plus en détail

«Représentation statistiques»

«Représentation statistiques» Scénario indexé dans http://www.educnet.education.fr/ http://www.educnet.education.fr/bd/urtic/maths/ «Représentation statistiques» Evolution de populations : Comparer des séries «Les TICE pour traiter

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Prix d'un site Internet ou e-commerce professionnel

Prix d'un site Internet ou e-commerce professionnel Prix d'un site Internet ou e-commerce professionnel Lors de vos recherches concernant le prix d'un site Internet, vous avez dû voir un peu tout et n'importe quoi. Des sites Internet (soi-disant) gratuits.

Plus en détail

Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi?

Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi? Métiers en tension / Emplois vacants Rôle des agences d emploi? Le PRISME représente les agences d emploi L intérim en 2012 Le recrutement en 2012 Nombre d'intérimaires en équivalent emplois temps plein

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes

Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes Diagnostic des caractéristiques quantitatives et qualitatives de l emploi salarié en Rhône-Alpes Rapport d'étude - version de mars 2012 Chef de projet : Alain Dupré Chargée d'études : Laurence Labosse

Plus en détail

PRESIDENT DE LA FIEPPEC juillet 2006 à janvier 2012

PRESIDENT DE LA FIEPPEC juillet 2006 à janvier 2012 PRESIDENT DE LA juillet 2006 à janvier 2012 Fédération Internationale de l Enseignement Professionnel de la Parfumerie et de l Esthétique-Cosmétique 1 - Certifications de l Education Nationale : les diplômes

Plus en détail

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI Situation du 1 er juillet 21 au soir Indicateurs de la cellule Nombre d optants: données issues des régions 12151 personnes ont opté au 1/7/21 (données

Plus en détail

LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale

LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Qui est commanditaire des "enjeux

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale Présentation Générale moteur expert de simulation paramètres interactifs Comme dans la réalité, la chance existe mais elle n'a pas de rôle prépondérant. Si votre entreprise vend mal, c'est parce que vous

Plus en détail

Dossier de Candidature «FRANCHISE»

Dossier de Candidature «FRANCHISE» Dossier de Candidature «FRANCHISE» PHOTO I. ETAT CIVIL Nom Prénom(s) Date de naissance Lieu Adresse Code postal Ville N Tel N Portable N Fax Adresse email Situation familiale : Célibataire Marié(e) Veuf(ve)

Plus en détail

SERVICES AUX PARTICULIERS

SERVICES AUX PARTICULIERS PICARD Chiffres clés du secteur ATLAS Les chiffres du secteur 2011 2010 2011 2010 (actifs au 31 décembre) 21 413 20 495 967 996 928 176 % du parc 16,5 16,4 16,6 16,5 salariés 34 990 36 234 1 874 209 1

Plus en détail

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6

Introduction p.3. Méthodologie p.4. Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Evaluation de la campagne 2012 1 Sommaire Introduction p.3 Méthodologie p.4 Profil des répondants - Le public p.6 - Les musiciens p.6 Pratiques d écoute - du public - fréquentation des lieux de musique

Plus en détail

Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Avril 2014

Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Avril 2014 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Avril 2014 Analyse des charges et ressources SIH (Systèmes d Information Hospitaliers)

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des infirmiers diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources Documentaires

Plus en détail

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise?

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Une étude réalisée par OpinionWay àl occasion du 6 ème Salon des Entrepreneurs Lyon Rhône-Alpes (17 & 18 juin 2009 - Palais des Congrès

Plus en détail

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace

Les 5 points clés d une. Communication professionnelle efficace Les 5 points clés d une Communication professionnelle efficace Communiquez comme une multinationale avec le budget d une TPE! www.communication-professionnelle.com wwwwww La communication est un volet

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires thermiques 1 Juillet 2013 Sommaire Préambule

Plus en détail

Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité

Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité UPA-APCMA : 225 réponses au questionnaire (au 7 septembre 2015) Questions préliminaires

Plus en détail

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014

LE BAROMETRE TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 11 décembre 2014 TENDANCE AU 2 EME TRIMESTRE 2014 L activité de l emploi à domicile hors garde d enfants est en repli depuis le 1 er trimestre 2012 La dégradation

Plus en détail

Le profil du E- Commerçant

Le profil du E- Commerçant Le profil du E- Commerçant Etude Oxatis 01/2009 Conférence de Presse FEVAD Du 28 janvier 2009 Marc SCHILLACI Président du Directoire Objectifs et Méthodologie Contexte Dans un marché en plein développement,

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013 Service émetteur : Direction de l efficience de l offre de soins Professionnels de santé, Bureau du comité régional de l ONDPS Affaire suivie par : Mireille ALONSO Amandine ROUSSEL Jean-Louis COTART Courriel

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Déploiement du DMP 18 octobre 2011. Journée Nationale des Industriels

Déploiement du DMP 18 octobre 2011. Journée Nationale des Industriels Déploiement du DMP 18 octobre 2011 Journée Nationale des Industriels Analyse des freins et leviers au déploiement du DMP Retour d expérience des régions Amorçage (Alsace, Aquitaine, Franche Comté, Picardie)

Plus en détail

Le service d assainissement en France : principales données 2008

Le service d assainissement en France : principales données 2008 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 210 Avril 2011 Le service d assainissement en France : principales données 2008 OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT La quatrième enquête sur les services

Plus en détail

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON N 4 - Avril 23 QUITTER L ÉCOLE SANS LE BAC EN LANGUEDOC-ROUSSILLON Magalie DINAUCOURT En 1999,132 jeunes Languedociens de 15 à 29 ans étaient sortis du système scolaire sans le baccalauréat. Parmi eux,

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2014 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

Les Français et la domotique

Les Français et la domotique Titre du document Les Français et la domotique Principaux résultats de la deuxième enquête «HABITANTS, HABITATS & MODES DE VIE» réalisée avec le Credoc en juillet 2014 Conditions de réalisation de l enquête

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel,

LES APPRENTIS. Niveau V Préparation d un diplôme de second cycle court professionnel, 5 LES APPRENTIS 5 5.1 Les effectifs des centres de formation d apprentis : évolution 152 5.2 Les apprentis par région et académie 154 5.3 L'apprentissage dans le second cycle professionnel 156 5.4 Les

Plus en détail

Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 2011

Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 2011 Analyse financière des entreprises d'hébergement et restauration en 211 EEn comme au niveau national, les établissements de restauration sont plus nombreux que ceux d'hébergement. Toutefois, la part des

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE

TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE TABLEAU DE BORD TRIMESTRIEL DE LA CONSTRUCTION NEUVE Service économique & financier 45 40 35 30 25 20 15 10 milliers de logements par MARCHE DU LOGEMENT NEUF FRANCE METROPOLITAINE 120 110 100 90 80 70

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Programme Réunions d information TIC

Programme Réunions d information TIC Programme Réunions d information TIC Avril - Juillet 2012 PREAMBULE La Chambre de Métiers et de l Artisanat des Pyrénées-Atlantiques vous propose d Avril à Juillet 2012, plusieurs réunions sur différentes

Plus en détail

Dans un secteur en pleine croissance devenez Ambassadrice d un produit d excellence! www.couleur-cle.fr - 06.67.78.92.71 - contact@couleur-cle.

Dans un secteur en pleine croissance devenez Ambassadrice d un produit d excellence! www.couleur-cle.fr - 06.67.78.92.71 - contact@couleur-cle. Dans un secteur en pleine croissance devenez Ambassadrice d un produit d excellence! www.couleur-cle.fr - 06.67.78.92.71 - contact@couleur-cle.fr La vente à domicile Qu est ce que c est? La vente à domicile

Plus en détail

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires

Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Santé des entreprises : Créations et Procédures Judiciaires Année 2013 SOMMAIRE ❶ Répartition du nombre d entreprises et de salariés... 2 Répartition du nombre d établissements et du nombre de salariés

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Moins de 50 salariés dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux économiques et concurrentiels

Plus en détail

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP)

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) TOUT SAVOIR SUR LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE LE CFP? Les agents de la Fonction

Plus en détail

Tableau de bord des pôles de compétitivité

Tableau de bord des pôles de compétitivité Tableau de bord des pôles de compétitivité dition 2012 Ensemble des pôles 1. Carte des pôles en 2011 Part des effectifs des établissements membres dans les effectifs de la zone d'emploi (en %) 7,5 et plus

Plus en détail

Il peut comporter un service de restauration. Il est exploité toute l année en permanence ou seulement pendant une ou plusieurs saisons.

Il peut comporter un service de restauration. Il est exploité toute l année en permanence ou seulement pendant une ou plusieurs saisons. HÔTELLERIE Au 1er janvier 2005, 18 114 hôtels sont classés, représentant plus de 604 000 chambres et 185 millions de nuitées par an. Ils emploient 172 000 salariés et réalisent un chiffre d'affaires annuel

Plus en détail

LeBonCommerce.fr aide les petits commerces à devenir séduisants... et incontournables!

LeBonCommerce.fr aide les petits commerces à devenir séduisants... et incontournables! LeBonCommerce.fr aide les petits commerces à devenir séduisants... et incontournables! Si l'e-commerce est en plein boom, on remarque que d'après les statistiques, cela ne se fait pas au détriment des

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Master Gestion de patrimoine

Master Gestion de patrimoine Faculté des Sciences Economiques et de Gestion 28/29 Master Gestion de patrimoine Lieu de formation : Clermont-Ferrand Références de l'enquête : 46 diplômés issus de la promotion 29 de master ( femmes

Plus en détail

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes

Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Les charges de copropriété de l année 2005 en Rhône-Alpes Bourg en Bresse, Lyon et Saint Etienne Les charges de l année 2005 L Observatoire National de Charges de Copropriété de la CNAB s est assigné trois

Plus en détail

Pharmacies et Pharmaciens d Officine

Pharmacies et Pharmaciens d Officine s et s d Officine Ces professions sont également disponibles dans les D.O.M. - T.O.M. Source, Mise à jour Une équipe de plus de 60 personnes exclusivement dédiée aux mises à jour en temps réel de nos bases

Plus en détail

1 er guide PDF. Comment démarrer?

1 er guide PDF. Comment démarrer? 1 er guide PDF Comment démarrer? Bonjour, vous avez décidé de faire carrière dans les Relations Humaines. Et vous avez choisi Kapler Magazine. Bravo, c est le meilleur choix. Voyons maintenant comment

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

MY ADVERTISING PAYS. Comment ça marche?

MY ADVERTISING PAYS. Comment ça marche? MY ADVERTISING PAYS Comment ça marche? My ADVERTISING PAYS est une SOCIETE REGIE Publicitaire qui PARTAGE 95% de son CHIFFRE d'affaire avec ses MEMBRES. La société est enregistrée dans l état du Mississipi

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : FINANCEMENT NATIONAL DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA MODERNISATION DE L APPRENTISSAGE Version du 07/10/2014 à 08:46:07 PROGRAMME 787 : RÉPARTITION RÉGIONALE

Plus en détail

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV)

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête Participation culturelle & sportive de mai 2003 (EPCV) Liste des s Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV) Index des s : AGEDPR : Age de la personne de référence (8 modalités)... 3 AGEPR : Age de la personne de référence...

Plus en détail

Le spécialiste de l accompagnement en vente et management

Le spécialiste de l accompagnement en vente et management Accompagnement individuel, groupes et formations sur mesure Formations Accompagnement Individuel Le spécialiste de l accompagnement en vente et management 30% Théorie 70% Pratique Coaching Conseils en

Plus en détail

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être

Le concept. Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être Le concept Des prestations «chic à prix mini» proposées dans des espaces Beauté Bien Être 1 Séduction, Evasion et Performance sont réunis dans un cadre haut de gamme pour accueillir aussi bien les femmes

Plus en détail

Accueil Satisfaction Impact

Accueil Satisfaction Impact Soucieux de vous offrir un service de qualité et afin de mieux répondre à vos attentes, nous vous invitons à remplir ce questionnaire de satisfaction. A cette occasion, tentez de gagner de nombreux lots.

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

E T U D E M U L T I C L I E N T

E T U D E M U L T I C L I E N T E T U D E M U L T I C L I E N T IIDC France : 124, Bureaux de la Colline, 92213 Saint-Cloud Cedex, France. Téléphone : 33.1.55.39.61.00 Fax : 33.1.55.39.61.01 L e M a r c h é d e s L o g i c i e l s e

Plus en détail

VOTRE NOUVEAU METIER CONSEILLER(E) EN IMAGE. STYLE REVELATION Centre de formation et agence de conseil en image

VOTRE NOUVEAU METIER CONSEILLER(E) EN IMAGE. STYLE REVELATION Centre de formation et agence de conseil en image VOTRE NOUVEAU METIER CONSEILLER(E) EN IMAGE STYLE REVELATION Centre de formation et agence de conseil en image 74 rue de la crête 59650 Villeneuve d Ascq Tél : 06.82.04.99.48 www.style-revelation.fr Siret

Plus en détail