La Cour d appel décide des effets d une renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Cour d appel décide des effets d une renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers"

Transcription

1 Bulletin CCH juriste de février 2011, Volume 13, No 2 Le Bulletin CCH juriste de février 2011, Volume 13, No 2, comprend les articles suivants: La Cour d appel décide des effets d une renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers Copropriété divise: les vices affectant les parties communes et la vente des parties privatives Un avis aux adhérents n est pas nécessaire en cas de modification d une police d assurance collective Publié par CCH à 08:54 La Cour d appel décide des effets d une renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers Par Me Murielle Drapeau, avocate Droit de la famille , 2010 QCCA 2233, juges Dalphond, Kasirer et Cournoyer. L article 469 du Code civil du Québec précise qu une renonciation au partage des acquêts doit être faite par acte notarié en minute ou par une déclaration judiciaire dont il est donné acte. Cette renonciation doit être inscrite au registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM), à défaut d inscription dans un délai d un an à compter du jour de la dissolution, l époux est réputé accepté. Au Bulletin CCH Juriste de septembre 2010, nous vous avions signalé l affaire Droit de la famille 10828, 2010 QCCS Rappelons le contexte de cette affaire. Alors que le jugement de divorce des parties contenait une ordonnance prévoyant que dans le cas où la demanderesse demanderait le partage des acquêts du défendeur ou ne renoncerait pas à ce partage de la façon prévue au Code civil, elle devra payer à son ex-époux la somme de ,50 $ avec intérêts au taux légal et l indemnité additionnelle à compter du 4 mars 2003, voilà que la demanderesse a renoncé par acte notarié au partage des acquêts, mais a publié cette renonciation au-delà du délai d un an prévu à l article 469 C.c.Q. Considérant que par cette inscription tardive la demanderesse est réputée ne pas avoir renoncé au partage de la société d acquêts, l ex-époux a procédé à une saisie-exécution pour obtenir le paiement de la somme de ,50 $, plus intérêts. La demanderesse a déposé une opposition à la saisie invoquant qu elle a renoncé à la société d acquêts. Pour décider du bien fondé ou non de la saisie, le juge de première instance, l Honorable Pierre Journet devait décider si la renonciation aux acquêts était opposable à l ex-époux même si la renonciation fut publiée tardivement. De son analyse, le juge Journet concluait que la présomption d acceptation en cas de défaut d inscrire la renonciation dans le délai prescrit à l article 469 C.c.Q. ne peut être invoquée que par des tiers. Même non publiée, la renonciation liait l ex-époux du renonçant. L ex-époux a porté ce jugement en appel. L analyse de la Cour d appel Dans Droit de la famille , 2010 QCCA 2233, la Cour d appel ne partage pas l avis du premier juge.

2 Premièrement, la Cour d appel souligne qu en l espèce, comme la renonciation au partage des acquêts est exécutée par madame devant le notaire, en minute, cette renonciation est «un acte juridique abdicatif et unilatéral». Ainsi, l ex-époux du renonçant, non partie à l acte, doit être considéré comme un tiers à l acte. Deuxièmement, la Cour d appel met en lumière l article 2938, alinéa 2 C.c.Q. qui prévoit que la renonciation au partage des acquêts est un acte soumis à la publicité des droits, l article 2941 C.c.Q. qui prévoit que la publicité rend opposable les droits aux tiers et l article 2963 C.c.Q. qui précise que l avis donné ou la connaissance acquise du droit non publié ne supplée jamais le défaut de publicité. De ces dispositions, la Cour d appel conclut: «[16] Lus ensemble, les articles 469, al. 2, 2938, al. 2, 2941 et 2963 C.c.Q. signalent que la renonciation au partage des acquêts doit être inscrite au registre des droits personnels et réels mobiliers dans un délai d un an, à compter du jour de la dissolution du régime matrimonial, pour la rendre opposable à tous. L époux du renonçant peut, selon les circonstances, être une de ces personnes.» Des faits en l espèce, la Cour d appel conclura que l ex-époux et toutes autres personnes intéressées sont en droit de considérer que l ex-épouse a accepté le partage des acquêts en raison de la présomption absolue édictée à l article 469, alinéa 2 C.c.Q. Soulignons que cette affaire illustre une situation où la renonciation aux acquêts est exécutée par un acte juridique unilatéral, devant notaire, portant minute, sans la participation de l ex-époux du renonçant qui est alors considéré par la Cour d appel comme un tiers à l acte. Chaque cas est un cas d espèce. Il faut nuancer cette analyse dépendamment des circonstances. Par exemple, il y a la situation où dans le cadre d une convention sur les mesures accessoires, les parties ou l une ou l autre renoncent au partage des acquêts et demandent au tribunal, par déclaration judiciaire, de prendre acte de cette renonciation, le tout tel que le permet le premier alinéa de l article 469 C.c.Q. Dans cette situation, les deux ex-époux sont «juridiquement au fait» de l acte, ils ne sont pas étrangers à l acte, ils ne sont pas des tiers. Si cette renonciation aux acquêts par déclaration judiciaire n était pas inscrite dans le délai prescrit au registre des droits personnels et réels mobiliers, bien que pour les tiers, il serait réputé avoir acceptation des acquêts, la renonciation lierait les ex-époux, non étrangers à l acte. Publié par CCH à 09:25 Libellés : Droit de la famille Copropriété divise: les vices affectant les parties communes et la vente des parties privatives Par Me Mario Naccarato, avocat Bourret c. Brixi, 2010 QCCQ 7730, juge Claude H. Chicoine. Nature de la cause Il s agit d une action en diminution de prix intentée par les acheteurs d unités suite à la constatation de vices affectant les parties communes. À cette action, les défendeurs présentent une requête en irrecevabilité au motif que les demandeurs n ont pas l intérêt requis pour intenter pareille action, celleci relevant uniquement du syndicat des copropriétaires envers le constructeur. Les faits

3 Les demandeurs ont chacun acheté une unité de copropriété divise des défendeurs. Des expertises auraient été effectuées pour le compte du syndicat révélant des défauts affectant les parties communes. Cette expertise était connue des demandeurs au moment de l achat. Aussi, les défendeurs auraient déclaré aux acheteurs que des infiltrations d eau s étaient déjà produites dans le garage mais que ces problèmes avaient été réglés. Or, à la suite de la prise de possession, les parties assistent à une assemblée des copropriétaires pour apprendre que le problème d infiltration d eau déclaré par les vendeurs n a jamais été réglé mais que bien au contraire des travaux majeurs étaient à venir et nécessiteraient de la part de tous les copropriétaires une cotisation spéciale. Prétentions des parties Les requérants allèguent que le syndicat seul peut poursuivre l architecte et le constructeur. Aussi, les requérants allèguent qu une quote part ou une cotisation spéciale réclamée aux demandeurs ne peut constituer un dommage pouvant faire l objet de cette réclamation. En revanche, les demandeurs plaident essentiellement que les problèmes affectant l immeuble devaient être ou avaient été corrigés selon les dires des vendeurs et que s ils les avaient avertis que la réparation de ces vices allaient leur coûter de à $, ils n auraient jamais acheté l immeuble. Aussi, la somme réclamée correspond exactement à la valeur de la diminution de prix à laquelle ils ont droit. Enfin, ils prétendent que la somme réclamée ne trouve pas son fondement dans les défauts de construction et de conception mais plutôt dans le dol par réticence dont ils ont été victimes. Jugement Le tribunal rejette la requête en irrecevabilité et permet que les causes soient entendues au mérite. Motifs À ce stade-ci des procédures, le tribunal doit tenir les faits allégués pour avérés. Il est vrai que le recours est fondé sur le dol par réticence même si en apparence ces recours semblent fondés sur un problème de vice caché. Du consentement des parties, il fut mis en preuve le compte-rendu d une assemblée extraordinaire des copropriétaires à laquelle assistaient les parties lors de laquelle un vote a été tenu pour procéder à la réfection des parties communes et se partager les coûts selon la règle des quote parts. On a évidemment tenu compte de la solvabilité de l entrepreneur ayant construit l immeuble. Le tribunal fait une analyse de la jurisprudence en la matière tout en distinguant les particularités de chaque jugement. Le tribunal s arrête sur l affaire Belcourt Construction c. Creatchman, 1979 C.A. 595 et cite les extraits suivants: «[20] Il ressort de ces articles que les administrateurs ont vis-à-vis les copropriétaires certains devoirs. Ils doivent notamment entretenir les parties communes de l immeuble suivant leur destination et ils ont la charge de toutes les opérations d intérêt commun. Fait donc partie de leurs devours (sic) l exécution des réparations aux parties communes qui rendent les parties exclusives impropres à l usage des copropriétaires. Si, par suite d un manquement à cette obligation d entretenir ou réparer les parties communes, un propriétaire d une partie exclusive subit un dommage, il pourra toujours rechercher les administrateurs responsables en leur qualité d administrateur et le montant de la condamnation se répartira alors entre tous les copropriétaires selon les dispositions de l article 442 C.C.

4 [21] Mais, je ne vois rien dans ces articles qui restreint le droit individuel de chaque copropriétaire de poursuivre son vendeur pour vices cachés, soit en annulation de vente, soit en diminution du prix. Il me semble évident que chacun des copropriétaires a, en l espèce, l intérêt suffisant selon l article 55 C.P.C. pour exercer ce droit fondamental. Or, en l absence d un texte clair et précis ayant pour effet d en priver le copropriétaire, je ne vois pas qu on puisse, par simple inférence, conclure que les administrateurs pourraient, à l exclusion des copropriétaires, exercer un recours en annulation de la vente ou en diminution de son prix alors qu ils ne soit (sic) aucunement partie à la vente. Le recours récursoire auquel fait allusion l article 441z n a trait qu aux dommages résultant du défaut d entretien ou du vice de construction, mais je doute fort qu il puisse avoir pour objet une action en annulation de vente elle-même entre le vendeur et le copropriétaire ou une action en diminution de son prix. ( )». (par. 26 du jugement) Aussi, le tribunal cite un article de doctrine faisant une étude exhaustive de la jurisprudence en semblable matière. Voici un extrait de la citation: «Malgré deux décisions isolées, Lemire c. Arcand et Poirier c. Spagnolo, l état du droit au Québec n a pas changé. La ratio de l arrêt Belcourt c. Creatchman a été suivie et les droits individuels des copropriétaires préservés. Cela est parfaitement naturel et justifié du simple fait que chaque copropriétaire, pris individuellement, demeure propriétaire indivis d une quote part des parties communes. Qui plus est, il serait difficile d interdire aux copropriétaires le recours en annulation de la vente, particulièrement dans le contexte de Société d habitation et de développement de Montréal c. Bergeron. Nous croyons que cet arrêt de la Cour d appel règle la question quant au recours en annulation, et pour ce qui est des autres recours en dommages et en diminution de prix, l arrêt Belcourt c. Creatchman et les décisions de première instance susmentionnées militent en faveur du maintien du droit individuel du copropriétaire de poursuivre.»(1) Commentaires Ce jugement ne se prononce pas sur le fond mais agit avec prudence dans le traitement d une requête pour rejet afin de permettre aux parties de plaider leur cause au mérite. De surplus, le recours, en l espèce, est fondé sur le dol et non seulement en diminution de prix en raison de vices cachés. Ce jugement nous paraît conforme à la jurisprudence citée par le juge Chicoine. Il faut garder à l esprit que la fraction constitutive de la copropriété divise comprend à la fois une partie privative et une quote part indivise dans les parties communes. Bien que les parties communes ne puissent être aliénées individuellement, leur entretien est à la charge des copropriétaires divis selon la règle de la quote part. Il nous paraît ainsi tout à fait approprié de permettre à des parties à qui on n aurait pas dévoilé l existence de vices affectant les parties communes, susceptibles de leur imposer une cotisation spéciale, de pouvoir poursuivre leur vendeur pour réclamer une somme égale à cette cotisation. 1. P.-G. Champagne, «Les recours du copropriétaire pour vices cachés affectant les parties communes: étude comparative France-Québec» dans Développements récents en droit de la copropriété divise (2008), Service de la formation continue du Barreau du Québec, 2008, EYB 2008 DEV 1448, cité au paragraphe 26 du jugement. Publié par CCH à 08:32 Libellés : Droit immobilier Un avis aux adhérents n est pas nécessaire en cas de modification d une police d assurance collective Par Me Geneviève Faribault Fortier c. Sun Life du Canada, compagnie d assurance-vie, 2010 QCCS 4923, juge Geneviève Marcotte. Jacques Fortier est chirurgien dentiste. Dans le cadre du régime d assurance collective de l Association dentaire canadienne, il bénéficie d une assurance invalidité. Le 25 octobre 1997, il est victime d un accident de la route; il cesse

5 alors de travailler pour une période de huit mois. Pendant cette période de huit mois d invalidité totale, il reçoit des prestations d invalidité de $ par mois. En novembre 1997, l Association dentaire canadienne lui transmet un feuillet explicatif sur la façon de calculer le revenu mensuel moyen gagné avant l invalidité. Ce calcul sera nécessaire si dans le futur, le Dr Fortier est en mesure de travailler à temps partiel. Selon le feuillet, le revenu mensuel moyen peut être fait en prenant soit: 1. la moyenne la plus élevée de n importe quelle période de six mois consécutifs au cours d une période de 18 mois immédiatement avant le mois durant lequel l invalidité a commencé; ou, 2. la moyenne la plus élevée de toute période de deux années consécutives au cours de la période de 5 ans immédiatement avant le mois durant lequel l invalidité a commencé. Le choix entre les deux façons de calculer le revenu mensuel moyen est laissé à l entière discrétion du Dr Fortier. Dans le présent cas, le Dr Fortier opte pour le second mode de calcul et ce, en fonction des années 1993 et Au mois de juin 1998, le Dr Fortier est en mesure de retourner travailler à temps partiel. Il reçoit alors la visite du représentant de la Sun Life; ce dernier informe le Dr Fortier que la police d assurance a été modifiée en date du 1er janvier 1997, à savoir dix mois avant que ne survienne l accident du Dr Fortier. Cette modification est lourde de conséquences pour le Dr Fortier. En effet, le calcul du revenu mensuel moyen gagné est désormais établi uniquement en fonction de la première façon à savoir la moyenne la plus élevée de n importe quelle période de six mois consécutifs au cours d une période de 18 mois immédiatement avant le mois durant lequel l invalidité a commencé. Le revenu moyen du Dr Fortier pour les 24 mois précédent l invalidité est largement inférieur aux revenus de la période initialement choisie comme période de référence soit les années 1993 et Une des questions en litige dans le présent cas est de déterminer si la modification apportée à la clause du revenu mensuel moyen gagné est opposable au Dr Fortier. Selon le Dr Fortier, cette modification ne lui est pas opposable puisque la Sun Life avait l obligation de l informer du changement apporté en janvier 1997 et ne l a pas fait. En plus, en novembre 1997, le Dr Fortier a reçu un feuillet explicatif de l Association dentaire canadienne; ce feuillet reproduisait le fait que le calcul mensuel moyen pouvait être fait de deux façons et cela, au choix du Dr Fortier. Enfin, le Dr Fortier souligne que la modification a été portée à l attention des membres de l Association dentaire canadienne qu en décembre 1998, à savoir, près de deux ans après la modification. Dans son jugement, la juge révise la loi applicable ainsi qu une certaine jurisprudence. Entre autres, elle note ce qui suit: a. En assurance collective, il y a une relation tripartite entre le preneur (un employeur, une association, un syndicat, etc.), l assureur et l adhérent. Dans cette relation tripartite, les véritables interlocuteurs sont le preneur et l assureur; de son côté, l adhérent n a aucun pouvoir de négociation. b. Certains auteurs suggèrent qu il existe une obligation de l assureur de divulguer les modifications importantes apportées à la police d assurance collective dans les cas où l adhérent a le choix d adhérer ou non à la police. Selon ces auteurs, l adhérent ne devrait pas subir un préjudice des suites d une modification dont il n a jamais pu prendre connaissance. c. En général, les tribunaux évitent de pénaliser l adhérent lorsqu il s agit d une erreur administrative surtout si cette erreur a pour effet de priver l adhérent d une prestation à laquelle autrement il aurait eu droit. Selon la juge, le changement relativement au calcul de la prestation dans le présent cas ne vise pas l admissibilité du Dr Fortier au régime d assurance collective; ce changement n a donc pas pour conséquence de le priver d une couverture d assurance malgré le fait que les primes aient été payées. Le changement a seulement trait à la façon de calculer le revenu mensuel moyen.

6 La juge constate également qu aucune preuve n a été faite quant au délai généralement exigé d un assureur pour informer les adhérents des changements apportés à leur couverture. Par conséquent, selon le tribunal, le Dr Fortier n a pas prouvé qu il y ait eu faute de la part de la Sun Life ni de la part de l Association dentaire canadienne. Cependant, il est vrai qu en novembre 1997, le feuillet transmis au Dr Fortier reproduisait les anciennes dispositions de la police collective; ce geste a laissé croire au Dr Fortier qu il avait le choix entre deux façons de calculer son revenu; le Dr Fortier a donc été induit en erreur. Malgré cela, la juge conclut que le fait d avoir transmis une information erronée au Dr Fortier ne suffit pas à rendre cette modification inopposable au Dr Fortier. En effet, la modification apportée à la police n est pas la cause du préjudice invoquée puisque la situation du Dr Fortier était cristallisée depuis le jour de l accident d automobile. Publié par CCH à 10:14 Libellés : Assurance de personnes Inscription à : Messages (Atom)

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

CONFÉRENCE PRÉPARÉE POUR L AMCQ ET LE RCAESICQ

CONFÉRENCE PRÉPARÉE POUR L AMCQ ET LE RCAESICQ NOVEMBRE 2008 CONFÉRENCE PRÉPARÉE POUR L AMCQ ET LE RCAESICQ Par: Maître Paul Gouin de l étude Gouin & Associés 407, boul. Saint-Laurent, bureau 200 Montréal (Québec) H2Y 2Y5 Téléphone: 514-848-0707 Télécopieur:

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ

VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ c h a p i t r e 1 VOUS ALLEZ ACQUÉRIR UN LOGEMENT EN COPROPRIÉTÉ A Précautions avant d acheter Vous venez de visiter un appartement situé dans un immeuble en copropriété qui vous plaît à tous points de

Plus en détail

La renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers

La renonciation au partage des acquêts non publiée au registre des droits personnels et réels mobiliers Bulletin CCH juriste de septembre 2010, Volume 12, No 9 Le Bulletin CCH juriste de septembre 2010, Volume 12, No 9, comprend les articles suivants: La renonciation au partage des acquêts non publiée au

Plus en détail

Martin c. Dulude 2012 QCCS 189 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE SALLY GOODMAN, J.C.S. JUGEMENT

Martin c. Dulude 2012 QCCS 189 COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE SALLY GOODMAN, J.C.S. JUGEMENT Martin c. Dulude 2012 QCCS 189 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE QUÉBEC DATE : 29 JUIN 2012 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE SALLY GOODMAN, J.C.S. ANTHONY MARTIN Demandeur c. BERNADETTE

Plus en détail

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015.

Divorce et sort des enfants. Analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_46/2015. Tribunal fédéral 5A_46/2015 Newsletter septembre 2015 II ème Cour de droit civil Arrêt du 26 mai 2015 (f) Garde des enfants, entretien, revenu Résumé et analyse hypothétique Proposition de citation : Olivier

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême).

13 Madame S a formé un pourvoi en cassation contre cet arrêt devant le Högsta domstolen (cour suprême). Isabelle Chaumont Avocate Au Barreau de Lyon Lettre d actualité Mars 2008 DROIT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE DROIT DE LA CONSOMMATION DROIT BANCAIRE RECOUVREMENT DE CREANCES CIVILES ET COMMERCIALES PROCEDURES

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

SCP Monod, Colin et Stoclet, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Monod, Colin et Stoclet, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 8 octobre 2014 N de pourvoi: 13-18150 ECLI:FR:CCASS:2014:C301167 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Monod, Colin

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

CODE CANADIEN DU TRAVAIL PARTIE II SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL. Syndicat canadien de la fonction publique Section locale 375

CODE CANADIEN DU TRAVAIL PARTIE II SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL. Syndicat canadien de la fonction publique Section locale 375 CODE CANADIEN DU TRAVAIL PARTIE II SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL Terminus Racine (Montréal) Ltée demandeur et Syndicat canadien de la fonction publique Section locale 375 syndicat Décision n 05-005 Le 20

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 B. G. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 831 Date : Le 30 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-164 DIVISION D APPEL Entre: B. G. Demandeur et Commission de

Plus en détail

DEVANT LA COMMISSION D APPEL DES PENSIONS LE RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA. - et - LE MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES.

DEVANT LA COMMISSION D APPEL DES PENSIONS LE RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA. - et - LE MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES. DEVANT LA COMMISSION D APPEL DES PENSIONS LE RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA ENTRE : BRIAN WILLISTON Appelant - et - LE MINISTRE DU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - et - CAROL DENYES Intimé Tierce

Plus en détail

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-13087 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale. Audience publique du 22 septembre 2015. N de pourvoi: 13-26.032 ECLI:FR:CCASS:2015:SO01392. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre sociale. Audience publique du 22 septembre 2015. N de pourvoi: 13-26.032 ECLI:FR:CCASS:2015:SO01392. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 22 septembre 2015 N de pourvoi: 13-26.032 ECLI:FR:CCASS:2015:SO01392 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président Me Occhipinti,

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Recours 12/08 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (1 ère section) Décision du 28 juin 2012 Dans l affaire enregistrée sous le n 12-08 ayant pour objet un recours introduit le 29 février 2012 pour

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

Maître Christophe LENOIR loco Maître Roland FORESTINI - pour la requérante. Maître Nicolas BERCHEM loco Maître Dominique LEONARD - pour l Etat Belge

Maître Christophe LENOIR loco Maître Roland FORESTINI - pour la requérante. Maître Nicolas BERCHEM loco Maître Dominique LEONARD - pour l Etat Belge Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 5 novembre 2004 - Rôle n 2000/11722/A Exercice d'imposition 1994 Note : Ou de l imputation d un remboursement d impôts sur une dette d impôts contestée

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : K. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 101 Appel n o : GE-14-945 ENTRE : K. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-19729 ECLI:FR:CCASS:2014:C101250 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Batut (président), président Me Le Prado,

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 Pourvoi n 12-29063 Pourvoi n 13-11448 Publié au bulletin Rejet Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 12 juin 2014 N

Plus en détail

Citation : D. I. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 970 D. I. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : D. I. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 970 D. I. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : D. I. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 970 Date : Le 10 août 2015 Numéro de dossier : AD-15-314 DIVISION D APPEL Entre: D. I. et Demanderesse Commission

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE

N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE LETTRE RECTIFICATIVE N 3116 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 janvier 2011. LETTRE RECTIFICATIVE au projet de loi (n 2494) relatif

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : K. R. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 1 ENTRE : K. R. N o d appel : 2013-0701 Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE

ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE ASSIGNATION VISA DE L'ARTICLE 47 DU CODE DE PROCEDURE CIVILE L An Deux Mille DIX et le A la demande de : Monsieur Christian NOGUES, né le né le 3 mai 1956 à Chambéry (73), de nationalité française, demeurant

Plus en détail

Tribunal administratif

Tribunal administratif Nations Unies AT/DEC/1195 Tribunal administratif Distr. limitée 30 septembre 2004 Français Original : anglais TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 1195 Affaire No 1290 : NEWTON Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Boulloche, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Boulloche, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-27397 ECLI:FR:CCASS:2015:C300101 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Baraduc, Duhamel

Plus en détail

1 of 5 17.04.13 23:37

1 of 5 17.04.13 23:37 N dossier: CCC.2009.147 Autorité: CCC Date 27.01.2010 décision: Publié le: 12.05.2010 Revue juridique: Art. 172ss CC Art. 10 LDIP Art. 62 LDIP Art. 65 LDIP Articles de loi: Titre: Compétence du juge des

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Réponses aux questions 6.1 Le Code civil du Québec reconnait l'existence des

Plus en détail

ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil

ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil ISP ENM 2013 Correction cas pratique de droit civil Plusieurs observations liminaires doivent être produites avant qu un guide de correction vous soit proposé. Le sujet est particulièrement long, voire

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Recours 10/67 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le no 10/67 ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

Les délais de livraison

Les délais de livraison Les délais de livraison I-Délai de livraison en cas de vente directe en magasin On distingue selon que le bien ou la prestation de service à un coût inférieur, égal ou supérieur à 500. A-Prix supérieur

Plus en détail

Les successions et la fiscalité

Les successions et la fiscalité Ministère du Revenu du Québec www.revenu.gouv.qc.ca Les successions et la fiscalité Cette publication vous est fournie uniquement à titre d information. Les renseignements qu elle contient ne constituent

Plus en détail

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 C. N. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : C. N. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 737 Date : Le 15 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-698 DIVISION D APPEL Entre: C. N. Demanderesse et Commission

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 19 FÉVRIER 2015 F.14.0061.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.14.0061.F ÉTAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, en la personne

Plus en détail

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre.

N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. N 21 / 08. du 22.5.2008. Numéro 2500 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mai deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président

Plus en détail

A R R E T. copie non corrigée

A R R E T. copie non corrigée Numéro du rôle : 3081 Arrêt n 102/2005 du 1er juin 2005 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives aux articles 34, 1er, 1 et 1 bis, et 39, 1er, du Code des impôts sur les revenus 1992,

Plus en détail

Numéro du rôle : 3444. Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T

Numéro du rôle : 3444. Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T Numéro du rôle : 3444 Arrêt n 170/2005 du 23 novembre 2005 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 299, 300 et 1429 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance

Plus en détail

Me Blondel, SCP Baraduc et Duhamel, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Blondel, SCP Baraduc et Duhamel, SCP Odent et Poulet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 11 juillet 2013 N de pourvoi: 12-24722 ECLI:FR:CCASS:2013:C201244 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Blondel, SCP Baraduc

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick Page 1 de 5 inc. a droit à des sommes de retraite régis par la Loi sur (nom du Rentier en caractères d'imprimerie) les prestations de pension du et désire transférer ces sommes dans un fonds de revenu

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE CANADIEN DU TRAVAIL, PARTIE I (L.R. (1985), ch. L-2) AUTOCARS ORLÉANS EXPRESS INC.

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE CANADIEN DU TRAVAIL, PARTIE I (L.R. (1985), ch. L-2) AUTOCARS ORLÉANS EXPRESS INC. ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE CANADIEN DU TRAVAIL, PARTIE I (L.R. (1985), ch. L-2) ENTRE : ET : ET : AUTOCARS ORLÉANS EXPRESS INC. UNION DES EMPLOYÉS ET EMPLOYÉES DE SERVICE, SECTION LOCALE 800 RICHARD

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC.

ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC. ARBITRAGE EN VERTU DU CERTIFICAT DE GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ ENTRE : LES PROJETS EUROPA INC. (L «ENTREPRENEUR») ET : LA GARANTIE DES IMMEUBLES RÉSIDENTIELS DE L APCHQ INC. (L «ADMINISTRATEUR»)

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 130 Loi modifiant la Loi sur l assurance médicaments et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par M. Philippe Couillard

Plus en détail

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. G. P., 2015 TSSDA 653. Commission de l assurance-emploi du Canada G.P.

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. G. P., 2015 TSSDA 653. Commission de l assurance-emploi du Canada G.P. Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. G. P., 2015 TSSDA 653 Date : 27 mai2015 Dossier : AD-13-1175 DIVISION D APPEL Entre: Commission de l assurance-emploi du Canada Appelante et G.P.

Plus en détail

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012)

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) Juin 2012 v1 Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) La renonciation à une renégociation d un contrat de prêt est elle un acte anormal de gestion? Une société acquiert

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES CADRES (R-3.1)

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES CADRES (R-3.1) VILLE DE MONTRÉAL RÈGLEMENT 11-001 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES CADRES (R-3.1) Vu l article 45 de la Charte de la Ville de Montréal (L.R.Q., chapitre C-11.4) et les articles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 11 février 2014 N de pourvoi: 13-11197 ECLI:FR:CCASS:2014:C300194 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - 1. Cession de créance Notification dans la citation introductive d instance

- JURISPRUDENCE - 1. Cession de créance Notification dans la citation introductive d instance 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (7 ième chambre ) 12 février 2002 1. Cession de créance Notification dans la citation introductive d instance

Plus en détail

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013

Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 jeudi 5 septembre 2013 Cour de cassation Chambre sociale Arrêt 10 juillet 2013 Mme X. / Vacances Carrefour DISCUSSION Sur le moyen unique Attendu, selon l arrêt attaqué (Versailles, 8 septembre 2011),

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 04/12/2015 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 13 septembre 2011 N de pourvoi: 09-70305 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Favre (président), président Me Carbonnier,

Plus en détail

Chambre des huissiers de justice du Québec

Chambre des huissiers de justice du Québec Chambre des huissiers de justice du Québec 507, Place d Armes, bureau 970 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone: (514) 721-1100 Télécopieur: (514) 721-7878 chjq@chjq.ca TARIF D HONORAIRES DES HUISSIERS DE

Plus en détail

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER

Cour d'appel fédérale. Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Cour d'appel fédérale Federal Court of Appeal LE FONDEMENT DE L ARRÊT GRENIER Allocation prononcée à la Conférence du 40 e anniversaire des Cours fédérales, Ottawa, le 28 octobre 2011 Le fondement de l

Plus en détail

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 17 mars 2010 N de pourvoi: 09-12196 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Peignot

Plus en détail

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ;

Vu le décret n 2005-215 du 4 mars 2005 relatif à la haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité ; Délibération n 2010-53 du 1 er mars 2010 Refus d assurance âge recommandation Un assureur refuse de couvrir le risque chômage au-delà de 55 ans. Interrogé par la haute autorité, il explique que cette situation

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

Pour parler de ces garanties il faut faire référence au Code civil du Québec et de la loi de la protection du consommateur.

Pour parler de ces garanties il faut faire référence au Code civil du Québec et de la loi de la protection du consommateur. LES GARANTIES AU QUÉBEC : Le présent texte a été écrit par VE2CYJ Me Jacques Savard ce texte a pour but d informer la communauté radio amateur du Québec. La garantie légale versus la garantie conventionnelle

Plus en détail

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00481 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 12VE00585 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre Mme COËNT-BOCHARD, président Mme Sylvie MEGRET, rapporteur Mme BESSON-LEDEY, rapporteur public SCP VAILLANT &

Plus en détail

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Michel Favre

Composition Président: Adrian Urwyler Jérôme Delabays, Michel Favre Kantonsgericht KG Rue des Augustins 3, case postale 1654, 1701 Fribourg T +41 26 304 15 00, F +41 26 304 15 01 www.fr.ch/tc 102 2015 188 Arrêt du 14 septembre 2015 II e Cour d appel civil Composition Président:

Plus en détail

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE

METTRE EN ŒUVRE UNE MESURE D EXÉCUTION FORCÉE Quelles sont les étapes obligées qu un justiciable doit franchir pour pouvoir contraindre un débiteur au paiement de sa dette? Si chaque État européen doit veiller à ce que tout justiciable bénéficie du

Plus en détail

1980 C. Entscheidungen der Scìmldbetreibungsde

1980 C. Entscheidungen der Scìmldbetreibungsde 1980 C. Entscheidungen der Scìmldbetreibungsde surveillance écarta ce recours et confirma la saisie du 2 novembre. Elle fondait son prononcé sur les considérants suivants : L indemnité que la loi genevoise

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 11 février 2014 N de pourvoi: 12-35323 ECLI:FR:CCASS:2014:C300208 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP

Plus en détail

RÉSIDENCE D UNE FIDUCIE

RÉSIDENCE D UNE FIDUCIE 1 Dossier LA DÉCISION FUNDY SETTLEMENT : LE «NOUVEAU» CRITÈRE D ÉTABLISSEMENT DE LA RÉSIDENCE D UNE FIDUCIE Alexandra Fortin Avocate, LL.M. fisc. Hardy, Normand & Associés, s.e.n.c.r.l. afortin@hardynormand.com

Plus en détail

Numéro du rôle : 5815. Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5815. Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5815 Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 145 24, 1er, 1, du Code des impôts sur les revenus 1992, tel qu il était

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes

Conditions Générales de Ventes Conditions Générales de Ventes Les présentes conditions générales sont relatives à l utilisation du Site web www.izzyworld.eu et à la vente des produits de la société à responsabilité limitée CTC Craft,

Plus en détail

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s)

Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, SCP Odent et Poulet, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 septembre 2014 N de pourvoi: 13-21339 ECLI:FR:CCASS:2014:C101057 Non publié au bulletin Rejet Mme Bignon (conseiller doyen faisant fonction de

Plus en détail

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces

Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Hypothèque Mobilière sur les Créances Pécuniaires : Nouvelle Sûreté en Vertu du Code Civil pour le Nantissement en Espèces Maxime B. Rhéaume, Associé T: 514.871.5461 E: mbrheaume@millerthomson.com LES

Plus en détail

ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998)

ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998) Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage

Plus en détail

L office juridique commente des décisions actuelles

L office juridique commente des décisions actuelles L office juridique commente des décisions actuelles Heidi Walther Zbinden, avocate, Office juridique, Direction des travaux publics, des transports et de l énergie Les changements dans la procédure d octroi

Plus en détail

LE CONSEIL D AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

LE CONSEIL D AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT CA-2006-16 MODIFIANT LE RÈGLEMENT NUMÉRO 98-4250 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POMPIERS SALARIÉS DE LA VILLE DE LONGUEUIL DE L ANCIENNE VILLE DE LONGUEUIL LE CONSEIL D AGGLOMÉRATION DÉCRÈTE

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

Des services hors du commun au conjoint : un enrichissement injustifié compensé

Des services hors du commun au conjoint : un enrichissement injustifié compensé Bulletin CCH juriste de juin 2011, Volume 13, No 6 Le Bulletin CCH juriste de juin 2011, Volume 13, No 6, comprend les articles suivants: Des services hors du commun au conjoint : un enrichissement injustifié

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 06MA01524 Inédit au recueil Lebon M. GUERRIVE, président Mme Sylvie CAROTENUTO, rapporteur Mme BUCCAFURRI, commissaire du gouvernement SELARL BURLETT PLENOT SUARES

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110

Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Paris, le 28 avril 2015 Décision du Défenseur des droits MSP-2015-110 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

Axée sur l efficience, notre but est d améliorer : votre efficacité votre rendement votre autonomie

Axée sur l efficience, notre but est d améliorer : votre efficacité votre rendement votre autonomie Axée sur l efficience, notre but est d améliorer : votre efficacité votre rendement votre autonomie Nous sommes heureux de faire partie de votre réussite professionnelle info@actionjuriplus.com www.actionjuriplus.com

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MARS 2014 C.13.0477.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.13.0477.F J. B., avocat au barreau de Bruxelles, agissant en qualité de curateur à la faillite de la société privée à responsabilité limitée

Plus en détail

ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs LRQ B.1.1-r.02

ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs LRQ B.1.1-r.02 ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs LRQ B.1.1-r.02 Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre Canadien d Arbitrage Commercial

Plus en détail

Solutions des Marchés des groupes à affinités

Solutions des Marchés des groupes à affinités Solutions des Marchés des groupes à affinités Guide du conseiller : Comment aider les clients qui présentent une demande de règlement Assurance invalidité et Indemnités d hospitalisation Protection Accidents

Plus en détail

------------------------------------------------

------------------------------------------------ A.A.A.D.F.Q. COUR D APPEL MARS 2013 Me Christiane Lalonde POINTS MARQUANTS : Rappel des quatre critères pour obtenir la suspension de l exécution provisoire en appel (Droit de la famille 13485); L enfant

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 2 avril 2014 N de pourvoi: 13-11025 ECLI:FR:CCASS:2014:C100359 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES AUX FINS D ÉLABORER UNE STRUCTURE

LIGNES DIRECTRICES AUX FINS D ÉLABORER UNE STRUCTURE LIGNES DIRECTRICES AUX FINS D ÉLABORER UNE STRUCTURE DE CONVENTION D ASSURANCE EN QUOTE-PART Les lignes directrices qui suivent ont été élaborées par la Compagnie d assurance Sun Life du Canada afin d

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC «Division administrative et d appel»

COUR DU QUÉBEC «Division administrative et d appel» St-Cyr c. Résidence Le Monaco inc. 2013 QCCQ 830 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL «Chambre civile» N : 500-80-023920-128 COUR DU QUÉBEC «Division administrative et d appel» DATE : LE 14 février

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 18 février 2014 N de pourvoi: 12-87629 ECLI:FR:CCASS:2014:CR00011 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président Me Le

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur

Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Formule T1 Requête présentée par le locataire pour obtenir un remboursement dû par le locateur Directives Section A : Quand utiliser cette formule.. p. 1 Section B : Comment remplir cette formule p. 2

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC Section des affaires sociales En matière d'indemnisation Date : 26 janvier 2009 Référence neutre : 2009 QCTAQ 01356 Dossier : SAS-Q-129787-0608 Devant les juges administratifs

Plus en détail

Citation : M. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 859 M. P. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : M. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 859 M. P. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : M. P. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 859 Date : 9 juillet 2015 Dossier : AD-14-279 DIVISION D APPEL Entre: M. P. et Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail