Charte béninoise des services essentiels

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Charte béninoise des services essentiels"

Transcription

1 Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai Programme de mise en œuvre 5. Comité Directeur du Quadrilogue et adhérents 1

2 Code de gestion durable des services essentiels Préambule : Les services essentiels sont indispensables à tout individu, à toute communauté, pour garantir leurs droits sociaux fondamentaux à la liberté et l autonomie, à la santé, à la non-discrimination et à la protection de leur environnement de vie. Ils sont à la base de toute vie en société, ils constituent le terreau de la solidarité, ils permettent le développement des activités économiques qui assurent la subsistance de chacun. La définition, l organisation, la gestion et l évaluation des services essentiels sont l affaire de tous. Depuis 2002, une initiative internationale pour l accès de tous aux services essentiels, qui s est articulée autour de la Charte des services essentiels présentée lors du Sommet pour le Développement Durable de Johannesburg, a permis de coaliser un nombre croissant d acteurs internationaux pour identifier les principes fondamentaux d une gestion durable des services essentiels. Afin de correspondre aux enjeux de chaque environnement, cette initiative doit être déclinée localement partout où les acteurs sont prêts à se mobiliser pour apporter des solutions durables et partagées par tous pour améliorer les conditions d accès à ces services. La Charte béninoise des services essentiels résulte de la prise de conscience par tous les acteurs impliqués au Bénin de leur responsabilité collective à assurer l accès pour tous aux services essentiels. L accessibilité doit répondre à la double exigence de proximité géographique et d abordabilité économique. Tous les habitants ont droit à un accès équitable à ces services. Souscrivant à la Déclaration des droits de la Charte des services essentiels, l Etat, les autorités publiques locales, les opérateurs des services, les usagers des services, les organisations de la société civile et du monde du travail associent leurs efforts dans cette perspective, et se donnent volontairement les principes suivants pour l action : Répartition des responsabilités entre les parties prenantes Article 1 : Responsabilité publique générale Les autorités publiques, et d abord l Etat, ont la responsabilité première des politiques d accès aux services essentiels au titre du contrat social. Elles ont le devoir de s organiser et d associer tous les acteurs pertinents pour assurer la meilleure efficacité à ces politiques, notamment au travers de plateformes de dialogue mises en place aux niveaux de territoires adaptés. Ces plateformes, qui incluent nécessairement une représentation des usagers et de la société civile, participent à la définition des modalités d organisation, d exécution, de financement, et d évaluation des services essentiels. Les autorités publiques, et d abord l Etat, restent en dernier ressort garantes de l intérêt général. Article 2 : Rôle de l Etat et de la représentation nationale L Etat et la représentation nationale ont chacun pour ce qui les concerne la responsabilité de créer l environnement juridique propice à la gestion durable des services essentiels. Ils définissent par la loi les principes d organisation des services ; ils élaborent les normes sanitaires, sociales et 2

3 environnementales minimales, garantes de la qualité et de la pérennité des services ; ils favorisent l autonomie de chacun des acteurs en prévoyant les instruments et moyens adéquats pour leur permettre d assumer leurs responsabilités ; ils veillent à l efficacité générale des actions mises en œuvre par des mécanismes d évaluation et de contrôle. Article 3 : Rôle des autorités publiques locales Dans le cadre de la décentralisation politique, les autorités publiques locales sont les organisateurs légitimes des services essentiels. Elles doivent pouvoir se regrouper afin de les organiser de la manière la plus pertinente, selon des rationalités propres à chacun des services et des territoires. L Etat, grâce à ses capacités techniques et scientifiques, appuie et accompagne progressivement les autorités publiques locales dans l exercice de leurs compétences. Leur autonomie, définie juridiquement, doit être assise sur des moyens techniques et financiers adéquats, en compatibilité effective avec leur statut de maître d ouvrage. L autonomie locale comprend la liberté d adaptation des services dans les limites fixées par la loi de leurs normes, de leurs modalités d exécution, en fonction des caractéristiques locales qui émergent des dialogues locaux. L autonomie inclut la liberté de choix du mode de gestion des services essentiels. Article 4 : Rôle des opérateurs des services Les opérateurs des services sont les entités chargées de l exploitation des services, sous la responsabilité des autorités maîtres d ouvrage. De préférence, leurs missions sont définies par voie contractuelle, où sont détaillés pour une période déterminée les engagements de chacun et les indicateurs permettant d évaluer la réalité de ces engagements. Les opérateurs exploitent les services selon les principes de la performance de gestion et de la qualité de la prestation, en prêtant l attention requise aux attentes des usagers. Les opérateurs peuvent être publics, privés, mixtes, associatifs ; lorsqu ils sont publics, ils doivent être séparés des maîtres d ouvrage. Article 5 : Rôle des organisations représentant la population Les populations, représentés par des organisations communautaires, d usagers, de la société civile, participent au dialogue sur la définition, l organisation, l exécution et l évaluation des services essentiels. Le droit à l information leur est reconnu. En tant que bénéficiaires des services, et parce qu elles en supportent principalement le coût, elles jouent un rôle majeur pour l évaluation des performances des opérateurs. Financement des services essentiels Article 6 : Equilibre économique et financier des services essentiels Toutes les charges des services essentiels doivent être financées, sans quoi les services se dégradent. Le financement des charges d exploitation, de maintenance, de renouvellement, relève pour l essentiel de la contribution des usagers qui bénéficient directement des services. Sous la responsabilité des autorités publiques et après concertation avec les autres acteurs, les charges d investissement peuvent être réparties entre les usagers et les contribuables. 3

4 Article 7 : Investissements de premier établissement Le financement des investissements de premier établissement peut être réuni par les autorités publiques, par les opérateurs ou par d autres partenaires. Ce sont les ressources propres, les ressources de l emprunt, les dons. Les conditions d emprunt doivent être cohérentes avec la durée de vie de l investissement. L amortissement des investissements de premier établissement relève prioritairement de la contribution générale, par l impôt principalement, par les ressources dégagées par la coopération internationale ensuite. Article 8 : Principes de tarification La tarification est l instrument du financement par les usagers des services. Les structures de tarification sont différentes selon les services ; elles peuvent également varier selon les territoires. La tarification est un instrument de discrimination entre les usagers : elle peut introduire des taux d efforts différents selon les catégories d usagers ; à l intérieur d une catégorie d usagers, les niveaux de tarifs peuvent varier en fonction de la capacité contributive de chacun, dans le respect du principe d accessibilité. L ensemble des contributions perçues par la tarification doit permettre de financer les charges de fonctionnement, de maintenance et de renouvellement ; la création de catégories ou de niveaux tarifaires ne saurait remettre en cause l équilibre des services. Article 9 : Financement et solidarité Le financement des infrastructures fait appel à la solidarité entre les générations, entre les pays développés et les pays en développement, entre les contribuables. Les tarifs doivent être abordables pour tous. Des mécanismes de péréquations entre usagers du même service, entre usagers de services différents, peuvent être institués afin de graduer l effort contributif de chacun, en fonction de ses capacités. Ces mécanismes de péréquations doivent être transparents. Des subventions pour l accès ou pour le paiement des redevances peuvent également être instituées, si les péréquations sont insuffisantes. Ces subventions doivent être transparentes et neutres pour les revenus de l opérateur. Elles peuvent être versées à l usager ou à l opérateur. L autorité publique en charge de verser la subvention identifie cette charge dans son budget et en sécurise le montant prévisionnel. Association de toutes les parties prenantes Article 10 : Evaluation des performances Le principe de l évaluation doit être accepté par tous les acteurs comme faisant partie intégrante de toute action publique. L évaluation implique la participation de tous les acteurs selon des degrés différents : seule l évaluation multipartite a un sens. L autorité publique compétente pour l organisation des services essentiels s assure de consacrer les moyens adéquats à cet objectif d évaluation. 4

5 L évaluation repose sur l identification des besoins des parties prenantes et sur des objectifs de service. Elle se traduit par l élaboration participative d indicateurs de performance, qui doivent être simples à construire, à alimenter et à mesurer. Chaque indicateur doit permettre d identifier la responsabilité de chacun des acteurs impliqués : les éléments exogènes doivent être neutralisés. Les indicateurs doivent être la base d un système d incitations. La diffusion des résultats de l évaluation fait partie intégrante des objectifs de l évaluation. Cette diffusion doit servir à faire progresser les acteurs : elle ne peut être utilisée à des fins détournées. Article 11 : Partenariats à tous les niveaux La logique partenariale et coopérative doit primer sur les logiques hiérarchiques ou institutionnelles, afin de privilégier la mise en place de solutions pragmatiques répondant aux besoins particuliers constatés. L autorité publique est en charge du choix des partenaires : de la micro-entreprise à l entreprise multinationale, du secteur formel au secteur informel, de l association de riverains à l organisation nationale des consommateurs, le choix est déterminé en fonction de l enjeu auquel il s agit de répondre. Article 12 : Solutions techniques alternatives La mise en œuvre de solutions techniques alternatives est une réponse adaptée à l enjeu de l accès pour tous, à la condition de présenter des critères d accessibilité financière compatibles avec le caractère alternatif et provisoire de ces solutions. Elles doivent bénéficier de la même attention et de la même implication de la part de tous les acteurs que les autres solutions. Article 13 : Participation du secteur privé Les acteurs du secteur privé ont une rationalité différente de celle des acteurs publics. Leur participation doit être prévue et facilitée par le cadre normatif. Lorsqu une autorité publique s engage avec un acteur du secteur privé, elle veille au respect de ses engagements dans la durée, notamment en s assurant de la pérennité de la rémunération de l acteur privé. Ce dernier s engage à respecter les objectifs de performance qui lui sont assignés par l autorité publique. Les partenariats public-privé sont une forme parmi d autres des partenariats que l autorité publique peut choisir. Le choix d un partenariat public-privé est avant tout justifié par des motifs de gestion des services essentiels : le motif du financement des investissements doit être examiné avec précaution, selon la possibilité réelle de l économie du projet à supporter les critères applicables à un financement privé. Article 14 : Coopération décentralisée La coopération avec des acteurs étrangers de même rang (entre collectivités locales, entre organisations de consommateurs, entre entreprises locales ) représente des opportunités majeures en terme de transfert de connaissances : cette coopération doit être facilitée par un cadre juridique approprié. 5

6 Résolution du 24 mai 2006 Nous, représentant les autorités centrales, les autorités locales, les opérateurs des services, les usagers des services et la société civile, et les syndicats, Après nous être rencontrés les 23 et 24 mai 2006 à Cotonou pour un premier dialogue sur le thème de l accès pour tous aux services essentiels, Après avoir mesuré notre volonté commune de parvenir, dans les meilleurs délais, à l accès de tous aux services essentiels, et après avoir entendu les attentes et les contraintes spécifiques de chacun des acteurs présents pour atteindre cet objectif, Considérant les Objectifs du Millénaire pour le Développement, Considérant la résolution 20/5 du Conseil d Administration d ONU-Habitat du 8 avril 2005, en faveur de l accès pour tous aux services essentiels, Considérant la Charte des services essentiels portée par l Institut de la Gestion Déléguée, Considérant les premières orientations en vue de l adoption d une Charte des services essentiels au Bénin, Considérant les actes et synthèses de la réunion des 23 et 24 mai 2006 à Cotonou, Reconnaissons l intérêt des dialogues entre toutes les parties prenantes de la gestion des services essentiels comme une condition incontournable et durable d un accès de tous aux services essentiels que sont : l eau potable, l assainissement, l évacuation et le traitement des déchets solides, l énergie, les transports collectifs, et les télécommunications, Nous engageons à en favoriser l approfondissement, en promouvoir l organisation pour tous les services essentiels et à tous les niveaux territoriaux pertinents, Mettons en place une plateforme nationale baptisée «Quadrilogue pour l accès de tous aux services essentiels», composée des représentants des ministères techniques concernés, des représentants des collectivités locales, des représentants des opérateurs (publics, privés et associatifs), des représentants des usagers et de la société civile, et par ailleurs les syndicats, Désignons un Comité Directeur du Quadrilogue, dont la vocation est de porter à la connaissance de tous les objectifs et les résultats de ce «Quadrilogue», de mettre en œuvre les orientations décidées au sein du «Quadrilogue», d en assurer la pérennité et l évaluation. Le Président du Comité Directeur le Professeur Honorat AGUESSY, représentant la société civile et les usagers. Les autres membres du Comité Directeur sont : M. Segla LIHOUSOU, représentant les collectivités locales ; M. Modeste TOBOULA, représentant les administrations centrales ; M. Toussaint DJEGUEDE, représentant les opérateurs de services ; et par ailleurs, M. Taofick ADAM, représentant les syndicats. Le secrétariat de ce Quadrilogue est confié au Partenariat pour le Développement Municipal, appuyé en tant que de besoin par l Institut de la Gestion Déléguée, Nous décidons par ailleurs, 6

7 de nous réunir dans les trois mois à venir, afin de définir le calendrier précis des actions à mener pour donner corps à la volonté partagée par nous tous de créer les conditions favorables à l accès de tous aux services essentiels, d inviter toutes les parties prenantes, à titre individuel ou au sein de représentations, à adresser au Secrétariat du Quadrilogue leurs commentaires sur les premières orientations retenues par le Quadrilogue lors de sa réunion des 23 et 24 mai 2006, de poursuivre l objectif de l adoption d une Charte des services essentiels du Bénin, de favoriser la création et le développement de quadrilogues locaux au niveau de toutes les collectivités locales du Bénin, d engager des groupes de travail avec toutes les parties prenantes pour spécifier, service par service, les indicateurs de performance permettant une évaluation pluraliste et objective de la qualité des services essentiels, Enfin, nous sollicitons le gouvernement de la République du Bénin pour qu il accueille favorablement la mise en place des quadrilogues aux niveaux national et communal, et qu il soutienne la mise en œuvre de leurs propositions. Le 24 mai 2006 à Cotonou, 7

8 Programme de mise en œuvre Les chantiers prioritaires sont ceux nécessitant la collaboration de tous les acteurs. Des groupes de travail restreints pourraient aborder les problématiques concernant un, deux ou trois acteurs. Article Objectifs Actions Etat Collectivités locales Opérateurs Usagers et société civile Mise en œuvre des Pérenniser le quadrilogue quadrilogues national Article 1 : responsabilité publique générale Article 2 : rôle de l Etat et de la représentation nationale Clarification des responsabilités Définition des normes Effectivité de la décentralisation Evaluation Mettre en œuvre des quadrilogues pilotes au niveau local Assurer la cohérence entre les lois de la décentralisation et les attributions des ministères Elaborer les normes minimales sanitaires, sociales et environnementales Evaluer les transferts de charge résultant des lois de décentralisation Mettre en place des calendriers progressifs de transferts des compétences Favoriser la mutation des services de l Etat en services d appui Organiser l élaboration d indicateurs nationaux 8

9 Article 3 : rôle des autorités publiques locales Article 4 : rôle des opérateurs Article 5 : rôle des organisations représentant la population Article 7 : investissements de premier établissement Regroupement des maîtres d ouvrage Libre choix du mode de gestion Contractualisation entre les maîtres d ouvrages et les opérateurs Réactivité des services Représentation de la population Accès des collectivités à l emprunt Aide internationale Développer les possibilités de coopération intercommunale Créer les bases objectives d une évaluation des modes de gestion Disséminer l expérience de la contractualisation entre les opérateurs nationaux et les collectivités locales Elaborer des indicateurs contractuels de performance Améliorer l approche commerciale de la gestion des usagers Favoriser la présence des associations représentatives dans les instances de dialogue Structurer des associations représentatives à tous niveaux Faire connaître ces associations auprès des autorités publiques Clarifier les limites des domaines publics et privés des collectivités locales Assouplir les conditions d accès au crédit des collectivités locales Sécuriser les contreparties locales lorsqu elles conditionnent le décaissement de l aide 9

10 Article 9 : Financement et solidarité Article 10 : évaluation des performances Article 11 : Partenariats à tous les niveaux Article 13 : participation du secteur privé Article 14 : coopération décentralisée Mécanismes de subventions et de péréquations Elaboration des indicateurs Contractualisation avec tous les acteurs Neutralisation des débats Transfert de connaissances internationale Discuter l assouplissement des procédures des bailleurs internationaux Identifier ces mécanismes, évaluer leur coût Sécuriser un financement à l intérieur de chaque politique publique affecté à l évaluation Désigner un correspondant «évaluation» dans chaque administration Elaborer des indicateurs de résultats des politiques Créer des systèmes d incitations positives et négatives Améliorer la diffusion objective des résultats de l évaluation Poursuivre les efforts de contractualisation avec le secteur informel (eau/transports/déchets) Expliquer davantage dans le débat public les bonnes raisons conduisant au recours au secteur privé pour assurer un service Poursuivre la recherche de coopérations avec des villes comparables 10

11 Comité Directeur du Quadrilogue Président : Honorat AGUESSY (Institut du Développement et d Echanges Endogènes) Membres : Segla LIHOUSOU (Association Nationale des Communes du Bénin) ; Modeste TOBOULA (Ministère de l Environnement, de l Habitat et de l Urbanisme) ; Toussaint DJEGUEDE (Société Béninoise d Energie Electrique) ; ainsi que Taofick ADAM (Confédération Générale des Travailleurs du Bénin) Adhérents Etat et représentation nationale Collectivités locales Opérateurs Associations représentant la population Direction générale de l Hydraulique du Ministère des Mines, de l Energie et de l Eau Ministère du Développement, de l Economie et des Finances Ministère de l Environnement, de l Habitat et de l Urbanisme Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB) Maison des collectivités locales Mairie de Porto-Novo Mairie de Cotonou Société Béninoise d Energie Electrique (SBEE) Coordination des ONG de gestion des déchets solides et assainissement (COGEDA) Chambre de Commerce et d Industrie du Bénin Union des conducteurs de taxi-motos de Cotonou Confédération Générale des Travailleurs du Bénin Institut du Développement et d Echanges Endogènes (IDEE) «Que Choisir Bénin» «Aide à la mère et à l enfance malheureuse» Association des usagers de l eau de la région atlantique 11

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE L ÉTAT, LE MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SIGNÉE PAR LE PREMIER MINISTRE, LA PRÉSIDENTE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF, LE PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2

POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT. Sommaire. n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES... 2 POSITION DU CRID : L ACCÈS À L EAU POTABLE ET À L ASSAINISSEMENT Sommaire n LISTE DES ORGANISATIONS SIGNATAIRES....................... 2 n POURQUOI LE CRID PREND-IL POSITION SUR L ACCÈS À L EAU POTABLE

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020

PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2015-2020 FÉVRIER 2016 Mot du directeur général Avec son Plan d action de développement durable 2015-2020, SOQUIJ est fière de contribuer aux efforts de l administration

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux inet La formation des élèves administrateurs territoriaux Institut National des Études Territoriales Devenir administrateur territorial c est : être lauréat d un concours de haut niveau, intégrer la grande

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société

Propositions sur les 0-6 ans RFVE.txt Propositions des Assises Nationales pour l éducation. 0-6 ans : un enjeu de société Propositions des Assises Nationales pour l éducation 0-6 ans : un enjeu de société Un âge décisif pour l enfant : - Cette tranche d âge est décisive dans le développement et l épanouissement des enfants.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II 1. Les apports méthodologiques de la démarche des Fonds structurels pour la mise en œuvre des politiques

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels

Charte de PI des CTI. Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels Charte de Propriété Intellectuelle des Centres Techniques Industriels La présente Charte a été adoptée par le Conseil d Administration du Réseau CTI le 29 janvier 2009 1 Préambule L innovation et la recherche

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016

CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 1 CAHIER DES CHARGES DU CONTRAT LOCAL D'ACCOMPAGNEMENT A LA SCOLARITE 2015/2016 La procédure de l appel à projet change à compter de 2015. Nous vous invitons à prendre connaissance de la nouvelle procédure

Plus en détail

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local.

Les contreparties. Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. Avril 2005 Les contreparties Un élément concret de mixité s intégrant dans la cohérence du projet urbain et social local. L implication du 1% Logement dans le renouvellement urbain ne se limite pas au

Plus en détail

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)?

Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Vous pensez développer de nouvelles solutions d accueil pour la petite enfance (0-6 ans)? Document à l attention des collectivités territoriales LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL PARTAGE une étape incontournable,

Plus en détail

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires n 95.09 PB/GM Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Après cinq mois d intenses débats parlementaires, la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services

FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services FICHE DEMARCHE METHODOLOGIQUE La clause d insertion dans les marchés de travaux et de services Cette fiche a été réalisée dans le cadre du groupe de collectivités franciliennes pour une commande publique

Plus en détail

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015

Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Communauté d agglomération de Caen la mer Programme Local de l Habitat 2010-2015 Règlement précisant le champ d application, les modalités de calcul et les conditions de versements des aides financières

Plus en détail

CHARTE. Conseils de QUARTIER

CHARTE. Conseils de QUARTIER CHARTE Conseils de QUARTIER SOMMAIRE PREAMBULE 3 CHARTE DES CONSEILS DE QUARTIER 5 I. Nombre et périmètre des conseils de quartier 5 II. Missions et fonctions des conseils de quartier 5 III. Durée du mandat

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

Présentation de la gouvernance collégiale et participative de la commune de Saillans

Présentation de la gouvernance collégiale et participative de la commune de Saillans Présentation de la gouvernance collégiale et participative de la commune de Saillans Qui sommes-nous? Nous sommes des habitant(e)s et citoyen(ne)s de la commune de Saillans, concerné(e)s par l avenir de

Plus en détail

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement

Charte régionale de la commande publique responsable. La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Charte régionale de la commande publique responsable La Région des Pays de la Loire poursuit son engagement Préambule Dès 1987 la Commission Mondiale sur l Environnement et le Développement des Nations

Plus en détail

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants :

Préambule. Ce faisant, l ECPAR poursuit les objectifs suivants : Préambule L Espace québécois de concertation sur les pratiques d approvisionnement responsable (ECPAR) a pour mandat d optimiser les efforts des donneurs d ordres en vue de diffuser et de mettre en œuvre

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Charte de déontologie du CSTB

Charte de déontologie du CSTB Charte de déontologie du CSTB La présente charte définit et fait connaitre la déontologie que le CSTB s engage à respecter en tant que support d innovation et tiers de confiance. Dans cette perspective,

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 4 mai 2011 fixant le cahier des charges relatif au label national «Orientation pour tous - pôle

Plus en détail

développement durable des établissements et entreprises publics.

développement durable des établissements et entreprises publics. L Andra signe la charte développement durable des établissements et entreprises publics. Mercredi 2 avril, Marie-Claude Dupuis, Directrice Générale de l'andra, a signé, avec 32 autres organismes publics,

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux

Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux Projet de relevé de conclusions relatif à la modernisation des droits et moyens syndicaux Les Accords de Bercy sur la rénovation du dialogue social, signés le 2 juin 2008 par les ministres en charge de

Plus en détail

DELIBERATION CADRE : CREATION DU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN RHONE-ALPES

DELIBERATION CADRE : CREATION DU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN RHONE-ALPES CONSEIL REGIONAL RHONE-ALPES Délibération n 09.02.780 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL DELIBERATION CADRE : CREATION DU SERVICE PUBLIC REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN RHONE-ALPES Le Conseil régional

Plus en détail

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges

SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS. Cahier des charges SOUTIEN A LA DYNAMIQUE DES CLUSTERS Cahier des charges 1 Appel à projets L amélioration des perspectives de croissance et de compétitivité de l économie marocaine passe, notamment, par le soutien à l innovation

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 ENDA ECOPOP Complexe Sicap POINT E - Immeuble B, 2ème Etage Avenue Cheikh Anta DIOP Téléphone : +221 33 859 64 11 - Fax : +221 33 860 51 33 Email : ecopop@endatiersmonde.org

Plus en détail

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires

Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires Projet de loi n 1210 portant réforme de l hôpital et des dispositions relatives aux patients, à la santé et aux territoires PROPOSITIONS D AMENDEMENTS DE L UNASEA L UNASEA est favorable à l objectif affiché

Plus en détail

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire

Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Mise en œuvre du plan de soutien à l Économie Sociale et Solidaire Axe 2 : Accompagner l émergence d activités nouvelles, soutenir le développement de projets : Appel à projets 2015 «entreprendre autrement»

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Le diagnostic territorial participatif

Le diagnostic territorial participatif 1 Le diagnostic territorial participatif Eléments méthodologiques Le diagnostic territorial participatif de la situation des quartiers prioritaires au sein de l'intercommunalité est conjointement piloté

Plus en détail

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche

PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche DIRECTION DE L ACTION EDUCATIVE ET DE L ENFANCE MCPS/VM 2000/191.11 PEL CEL de PERPIGNAN Enjeux, méthode, démarche Préambule MCPS/VM 2000/259.12 La circulaire du 30 novembre 2000 (Bulletin Officiel de

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Picardie

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Picardie Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Picardie 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

CONVENTION VILLE DE SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE / OFFICE MUNICIPAL DES RELATIONS INTERNATIONALES

CONVENTION VILLE DE SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE / OFFICE MUNICIPAL DES RELATIONS INTERNATIONALES CONVENTION VILLE DE SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE / OFFICE MUNICIPAL DES RELATIONS INTERNATIONALES Entre la Ville de Saint Sébastien sur Loire, représentée par son Maire, Monsieur Joël GUERRIAU, agissant en

Plus en détail

Observatoire du développement durable

Observatoire du développement durable Observatoire du développement durable Volet économique décembre 2009 2 AGENDA 21 VOLET SOCIAL éditorial Le Grand Lyon a voulu se doter d un observatoire du développement durable articulé autour d un volet

Plus en détail

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation

Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation Examen des politiques de passation des marchés et des contrats Plan de consultation La Banque mondiale a entrepris de revoir ses politiques de passation des marchés et des contrats dans le cadre de ses

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3108 Convention collective nationale IDCC : 44. INDUSTRIES CHIMIQUES ET CONNEXES

Plus en détail

CHARTE POUR L INSERTION ET L EMPLOI LOCAL

CHARTE POUR L INSERTION ET L EMPLOI LOCAL CHARTE POUR L INSERTION ET L EMPLOI LOCAL 1/14 SOMMAIRE OBJECTIF N 1 : P.4 Recruter au sein des effectifs de Lyonnaise des Eaux des personnes éloignées de l emploi OBJECTIF N 2 : P.5 Inciter les sous-traitants

Plus en détail

Fonctionnement et charte partenariale

Fonctionnement et charte partenariale Fonctionnement et charte partenariale Un contexte d urgence économique, sociale et environnementale Les impacts générés par notre mode de développement actuel sont incontestables : diminution de la biodiversité

Plus en détail

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Mars 2011 L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Les hommes sont bien plus performants que les femmes dans les métiers techniques Les femmes s investissent

Plus en détail

Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes. Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord

Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes. Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord Appel à projets : favoriser la mobilité des Nordistes Jérôme Dezobry Directeur Général Adjoint en charge de l Aménagement Durable Département du Nord Introduction Favoriser la mobilité des Nordistes par

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N

PROJET SERVICE AXE AGIRC-ARRCO N Page 1 sur 8 PROJET SELECTIONNE PAR LE CCAH EMPLOI ET FORMATION APF INITY, le réseau favorisant l insertion professionnelle (Gard Languedoc Roussillon) La Délégation départementale APF du Gard crée et

Plus en détail