Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris"

Transcription

1 Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Compte rendu de la réunion publique du 15 ème arrondissement 16 octobre 2014, Mairie du 15 ème arrondissement, 31, rue Péclet Intervenants Philippe Goujon, Maire du 15 ème arrondissement, Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme, de l'architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité, Claire de Clermont-Tonnerre, conseillère de Paris chargée de la coordination générale et de l urbanisme, Eric Jean-Baptiste, chargé de la sous-direction des études et des règlements d'urbanisme à la direction de l urbanisme de la ville de Paris, Gwenaëlle d Aboville, agence Ville Ouverte, chargée de la mise en œuvre de la concertation. Programme Introduction des élus Temps de présentation : Qu est ce qu un PLU et pourquoi le modifier? Les grands thèmes de la modification Comment contribuer à la modification du PLU? Temps de questions / réponses avec la salle Environ 110 personnes participent à la réunion publique. Pour plus de détails, vous pouvez consulter le diaporama de présentation sur le site imaginons.paris, rubrique Participer > Les réunions publiques > 15 ème arrondissement (ici) Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

2 Mot d accueil de Philippe Goujon, Maire du 15 ème arrondissement Malgré son adoption au Conseil de Paris, la procédure de modification du PLU a été majoritairement rejetée par le 15 ème arrondissement. Les élus défendaient l idée d une révision générale qui aurait permis un débat plus large. La nécessité de mener une procédure rapide, avant le transfert de la compétence en urbanisme réglementaire à la métropole, est à prendre en compte. Mais il faut être vigilant car le Programme Local de l Habitat (PLH) avait été l objet d une précipitation similaire en Or, il est à nouveau en cours de modification. La vision portée par le 15 ème arrondissement sur les objectifs du PLU est la suivante : Construction de logements et protection de l environnement. Le 15 ème n est pas opposé à la construction de logements sociaux et l a prouvé au cours de la mandature précédente. Il atteint quasiment les 20% de logement social. Toutefois, la poursuite de cet effort s avère complexe. En effet, l arrondissement dispose d un tissu urbain dense. Une question se pose alors : comment atteindre à la fois les objectifs de construction de logements et ceux de végétalisation des rues? Le 15 ème a pris part à cet objectif à travers la mise en œuvre de jardins partagés et de micro-jardins, le développement de toitures végétalisées, la protection du réservoir de Grenelle, l aménagement de la petite ceinture et l extension du Parc Citroën. Il est aussi primordial de réserver une part des logements pour l accession sociale à la propriété, pour les familles et les classes moyennes. L équipe municipale prône un urbanisme équilibré, qui coordonne les besoins d une capitale économique tout en répondant aux demandes de ses habitants. Les projets portés par la Mairie du 15 ème arrondissement : au cours de la mandature, plusieurs projets pour le 15 ème pourront être étudiés, par exemple l agrandissement du conservatoire Frédéric Chopin, la réalisation d un pôle culture (le carré Brassens-Brancion), l ouverture d une seconde maison des associations, de nouvelles crèches et la rénovation des plus vétustes, la transformation des anciens bains-douches rue Castagnary en espace multi-activités, la restructuration du groupe scolaire Brancion qui est une priorité de la mandature, l ouverture d un neuvième collège, l extension du Parc Suzanne Lenglen sur l héliport, la rénovation des parcs Citroën et Brassens, la mise en place d un plan piscine, le réaménagement des Berges, la végétalisation et le réaménagement de l enceinte des Fermiers Généraux, la ferme maraîchère urbaine dans la rue Castagnary Mobilité des habitants et attractivité économique. De nombreuses places de parking ont été supprimées et sont aujourd hui manquantes dans l arrondissement. Cette situation entraine une augmentation du stationnement irrégulier et des retraits en fourrière. La requalification de la place Cambronne est indispensable suite l aménagement d un parking rue de Frémicourt. La requalification de la porte Brancion participe de la même logique. L élaboration d un plan vélo et l aménagement de places pour les deux-roues motorisés sont également nécessaires. Enfin, les mesures qui seront prises pour compenser la suppression du COS (Coefficient d Occupation des Sols) posent des questions : comment élaborer un système de pourcentage emploi/habitant sans limiter l attractivité économique du 15 ème arrondissement? Le PLU fixe le cadre économique et social de Paris pour les dix années à venir. C est pourquoi la rédaction de ce document requiert toute notre attention. Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

3 Mot d accueil de Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme, de l'architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité. Force est de constater qu il y a une très grande contradiction à demander d un côté la création d équipements publics toujours plus nombreux et à simultanément vouloir diminuer le budget et les personnels municipaux. «L urbanisme équilibré», c est une aspiration de l actuelle municipalité, en termes de mixité sociale, de mixité des fonctions, de réponse en matière d équipements publics, de ville durable. C est le sens des actions menées depuis 2001 et cela reste l engagement de la Maire de Paris. Derrière ses aspects techniques, le PLU traduit un choix de vie qui engage sur de nombreuses années. Pour accompagner la réflexion de la Ville, des outils de concertation ont été mis au point sur internet. La plateforme et la carte interactives permettent aux Parisiens de faire leurs propositions et leurs suggestions directement depuis chez eux. Il faut par ailleurs rappeler qu à l instar de Paris, de nombreuses communes de la métropole, quelles que soient leurs couleurs politiques, ont entamé une modification de leur PLU, à défaut d une révision qui est une procédure plus longue dans sa mise en œuvre. La métropole aura pour rôle de coordonner l ensemble des documents d urbanisme réglementaire. Il n y a donc pas de précipitation mais la volonté d appliquer le programme pour lequel les parisiens nous ont élus. L objectif premier est de favoriser le logement pour tous. C est l un des enjeux majeurs de la modification du document d urbanisme. Et il s agit d aborder la densité de façon pragmatique. Paris est une ville dense mais il reste des endroits peu denses à Paris sur lesquels on peut construire la Ville sur la Ville. Ce sont des friches ferroviaires, des friches hospitalières, des sites industriels même, notamment certaines emprises RATP dans le 15 e comme l a évoqué Philippe GOUJON. Il reste également à des échelles plus réduites des parcelles très peu construites et densfiables, et elles le sont d ores et déjà potentiellement davantage depuis la suppression du COS. Les nouvelles règles viseront à mieux accompagner les projets de surélévations, comme il y en a toujours eu à Paris. Par ailleurs, un rééquilibrage à l échelle de Paris est nécessaire en matière de mixité sociale, notamment au sujet de l implantation de logement social. Le fléchage de parcelles à réserver pour du logement intermédiaire, nouvelle disposition du PLU, pourra aussi répondre à cet enjeu. La Ville de Paris s est également engagée à produire 1000 logements étudiants par an, sujet pertinent pour un arrondissement comme le 15 ème et nous en faisons notamment rue Castagnary. Le deuxième objectif est l enjeu environnemental. La modification du PLU est l occasion d une mise en conformité du PLU avec les lois et règlements environnementaux. Il faut aujourd hui repenser les équilibres entre espaces verts et espaces minéraux dans la ville. Paris est une ville dynamique sur le plan économique. Le «plan incubateur» développé durant la mandature précédente fait de Paris une des villes européennes disposant du plus grand nombre d espaces réservés à la nouvelle économie, aux startups et à l économie de l innovation. Au-delà des objectifs de mixité sociale, la lutte contre la mixité fonctionnelle et la mono-activité ont également leur importance. Par exemple, la Défense souffre aujourd hui de ne disposer que d immeubles de bureaux. Paris doit être composé de quartiers mixtes (bureaux, logements, équipements publics de proximité, loisirs, culture, espaces verts, commerces) et aux espaces publics avenants pour mieux accueillir les piétons, les vélos et les voitures. Les modes de fonctionnement de la ville changent. Nous devons nous adapter à ces grandes évolutions. Nous voulons protéger les commerces de proximité (librairie, commerce de bouche ) mis en péril par le e-commerce qui se développe. Il y a d autres conséquences, notamment sur la circulation : aujourd hui six véhicules de transport de marchandises sur dix livrent des particuliers alors que le e-commerce ne correspond qu à 10% du marché. Sa croissance va se poursuivre et c est pourquoi le système de logistique urbaine doit être repensé. La Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

4 création d une nouvelle catégorie au sein des CINASPIC (Constructions et Installations Nécessaires Aux Services Publics ou d'intérêt Collectif) va être proposée. Des centres logistiques de proximité permettront ainsi de faciliter l acheminement des marchandises «au dernier kilomètre» par des modes de déplacement doux. Enfin, il est nécessaire d intégrer au PLU la question de l utilisation des sous-sols de la ville. Les plans locaux d urbanisme ont longtemps ignoré cette dimension. A Paris, l exploitation de ces espaces par des data-centers, de la logistique de proximité doit être intégrée au PLU. Dans le cadre de cette concertation, la Ville signale des enjeux mais n arrive pas avec des idées préconçues. Nous serons attentifs aux suggestions et propositions des Parisiens. Présentation, par Eric Jean-Baptiste, sous direction des études et des règlements d urbanisme à la direction de l urbanisme Pourquoi modifier le PLU? La modification permet de répondre aux trois objectifs que la Ville s'est fixés : produire des logements pour tous ; protéger l'environnement, favoriser la nature et la biodiversité ; favoriser l'attractivité de la ville. Elle permet aussi de s'adapter aux documents de planification de niveau supérieur et au cadre législatif pour répondre aux objectifs nationaux. Les étapes de la modification Juillet 2014 : modification engagée par délibération au Conseil de Paris Septembre à février 2015 : constitution du dossier d enquête avec proposition de nouvelles règles Mars 2015 : enquête publique Mai à septembre 2015 : commission d enquête et ajustement du document Octobre 2015 : approbation du PLU modifié par le Conseil de Paris Il est possible de contribuer à deux moments durant la modification. 1- Durant la première phase de concertation, informelle, de septembre à décembre Elle permet d entretenir des échanges avec les habitants et les techniciens qui peuvent faire remonter leurs contributions. En décembre 2014, un événement de restitution sera l occasion de rendre compte de la manière dont les contributions ont été prises en compte. 2- Durant l enquête publique en mars Elle mettra à disposition des registres en mairies d arrondissement et des expositions de la proposition de modification du PLU par la Ville, puis donnera lieu à un rapport de la commission d enquête. La modification du PLU intervient dans un calendrier tendu puisque la métropole se verra, en principe, transférer la compétence en matière d urbanisme règlementaire à partir du 1 er janvier Les grandes orientations du Projet d Aménagement et de Développement Durables sont maintenues, mais le PLU évolue pour permettre de concrétiser les nouvelles volontés politiques. Les évolutions envisagées : - doivent respecter les objectifs définis dans le Projet d Aménagement et de Développement Durables ; Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

5 - ne peuvent réduire des espaces boisés classés, des zones naturelles, agricoles ou forestières ; - doivent tenir compte des dispositifs de protection des sites ou des paysages ou des milieux naturels ; - ne peuvent présenter de risques de nuisance. La modification du PLU ne permet pas de faire évoluer les plafonds des hauteurs. Les documents du PLU susceptibles d évoluer dans le cadre de la modification sont le Règlement et les Orientations [diapositive 14]. Les modifications apportées se déclinent selon trois thématiques : Produire des logements pour tous - Intensifier le rythme de la production de logements [diapositives 19 et 20] - Favoriser la mixité sociale [diapositives 21 et 22] Protéger l environnement - Favoriser la nature, la biodiversité [diapositives 24 et 25] - Engager la transition énergétique [diapositives 26 et 27] - Améliorer le cadre de vie [diapositive 28] - Améliorer la logistique urbaine en ville [diapositive 29] Favoriser l attractivité de la ville - Développer l attractivité économique des quartiers [diapositive 31] - Protéger le commerce et l artisanat [diapositives 32 et 33] Pour permettre aux Parisiens de contribuer à la modification du PLU, la Ville de Paris a mis en place la plateforme participative Plusieurs dispositifs permettent de s'informer et de contribuer tout au long de la procédure de modification : Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

6 Temps d échanges avec la salle Les questions ou contributions retranscrites dans le compte-rendu ont été exprimées soit oralement soit par écrit à l aide de bulletins mis à la disposition des participants. Les objectifs de la modification - [Association Respiration Paris15] L objectif de la modification est de densifier alors que Paris est la ville la plus dense d Europe et la sixième ville la plus dense au monde. Cela génère des difficultés énormes, notamment pour les déplacements, mais on continue à vouloir construire. Jean-Louis Missika. La densité n est pas un objectif en soi. Paris est dense mais il y a des endroits à Paris qui ne sont pas denses. Il faut regarder pragmatiquement et en fonction des besoins des parisiens mais aussi des riverains. La densité c est aussi pour permettre des équipements publics. Mais il y a aussi un enjeu de logement et dans une densité raisonnée, bien insérée, il est possible de construire des logements sociaux, intermédiaires et des logements étudiants, afin d atteindre le premier des trois objectifs fixés par la Maire de Paris. - Le COS, qui vient d être supprimé, était l outil essentiel de régulation des plans d urbanisme. Il était par exemple utilisé pour éviter la spéculation autour du Parc Georges Brassens. Quels outils ou procédures envisagez-vous si les mesures de substitution s avèrent pernicieuses ou jouent de façon différente par rapport à ce que vous aviez prévu? Nous sommes dans le flou par rapport à la souplesse du règlement. De plus, les réservoirs de la centrale de chauffage urbain sont modifiés à cause d une circulaire européenne, qui demande le passage du fioul au gaz : aujourd hui, la CPCU (Compagnie Parisienne du chauffage Urbain) libère la moitié de son emprise. Ici encore, des opportunités s ouvrent dans le temps et je souhaite savoir à quel moment et comment procède-t-on pour intégrer de la souplesse dans ce document d urbanisme? Jean-Louis Missika. Le PLU est un outil qui doit s adapter à ce type de situation et c est pourquoi il est nécessaire de le modifier régulièrement même si cela s inscrit dans des procédures qui prennent plusieurs mois car il est bien nécessaire, notamment, de concerter avec les habitants. Il est donc difficile de modifier rapidement les fléchages de parcelles pertinentes pour l aménagement de la ville car les procédures de modification, comme celle qui nous concerne ici, s étalent sur environ un an. Il faudrait disposer de possibilités d adaptation plus rapides. Ce problème dépasse largement la question du PLU. La culture de la régulation (softlaw) n est pas encore ancrée en France. Un bâtiment devrait pouvoir se reconvertir et vivre plusieurs vies. Il faut à la fois protéger le patrimoine bâti de Paris et faire en sorte qu il perdure à travers de nouvelles activités. La Municipalité s oppose à la muséification de Paris. La protection du commerce et de l artisanat - [Gérard Gayet, adjoint au Maire chargé du commerce, de l artisanat, des métiers d art et des professions libérales] Nous ne disposons pas d outils réglementaires pour protéger les commerces. En 2006, lors de la création du Plan Local d Urbanisme, nous avions demandé le classement de la rue du Commerce et la proposition avait été rejetée. Pourrait-on obtenir, pour cette modification, le classement des linéaires commerciaux de la rue du Commerce et de la rue Saint-Charles? Eric Jean-Baptiste. Le Code de l urbanisme permet de protéger certaines destinations qu il identifie : logement, bureau, CINASPIC (constructions et installations nécessaires aux services publics ou d'intérêt collectif), commerce et artisanat, mais pas spécifiquement le commerce de proximité. Le PLU actuel protège en indiquant les rues où les locaux de commerce et d artisanat situés en rez-de-chaussée ne peuvent pas être transformés en autre chose (logement par exemple). Cette protection existe sur plus de 200 kilomètres de voies. Sur certaines d entre elles, seul l artisanat est protégé empêchant ainsi d autres reconversions. L objectif est d éviter la Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

7 transformation d un boucher ou d un poissonnier en banque ou en commerce vestimentaire. La loi Pinel ouvre désormais la possibilité de parvenir à des distinctions plus fines, mais nous sommes dans l attente de décrets d application. Concernant les critères d attribution des protections, une analyse menée entre 2004 et 2006 avait ciblé les linéaires de commerces des rues comportant au moins douze commerces par cent mètres de linéaire de voie. Aujourd hui, ce travail technique doit être reconduit et affiné, et doit prendre en compte le point de vue des habitants. La liste des linéaires protégés sera actualisée. L environnement - [Conseil de quartier Alleray-Procession] Pourquoi réserve-t-on des parcelles pour les jardins partagés (exemple du terrain rue Paul Barruel)? Leur intérêt est discutable et on pourrait construire à la place de petits immeubles avec des jardins partagés sur les toits comme à New-York. Même remarque pour la ferme urbaine rue Castagnary : le terrain est bâtissable et on préfère y cultiver des salades pour quelques retraités Philippe Goujon. Nous menons une politique qui consiste à développer et à multiplier les jardins partagés. Elle répond aux objectifs de le Ville de Paris concernant les trames vertes, l amélioration de la qualité de l air et la production de cultures en ville. Ces initiatives sont très appréciées et mobilisent beaucoup d habitants. Concernant le projet de ferme urbaine de la rue Castagnary, la problématique est la même. Cette rue souffre d un contexte urbain complexe, avec une concentration forte de logements sociaux et la proximité des voies ferrées. La Ville a le projet d y construire deux-cents logements étudiants. Implanter une ferme urbaine serait tout à fait compatible avec ce programme. Des études ont été réalisées et ont démontré la faisabilité d un tel projet. Cette initiative au même titre que d autres, telles l AMAP de la Maison Communale, sont une bonne opportunité pour l arrondissement. Marie Toubiana. Les jardins partagés répondent à une attente des habitants et nous sommes très heureux d en avoir créé une douzaine. - [Conseil de quartier Alleray-Procession] Certains immeubles des années 1970 ne peuvent pas être isolés par l extérieur à cause des protections patrimoniales. Comment rendre compatible la protection du patrimoine et les objectifs de transition énergétique? Eric Jean-Baptiste. Ce n est pas une question directement liée au Plan Local d Urbanisme, cependant un article 15 pourrait être créé dans le règlement afin de traiter la question de la performance énergétique des bâtiments. On découvre aujourd hui l intérêt patrimonial d un certain nombre de bâtiments des années 1970, qui peuvent avoir des problèmes d isolation. Des solutions sont recherchées pour permettre leur isolation par l extérieur pour assurer leur bonne performance énergétique tout en respectant leur caractère patrimonial. La Ville et son administration ne sont pas seules à arbitrer sur les questions patrimoniales. Les Architectes des Bâtiments de France sont régulièrement consultés sur ces sujets. - [Marie Toubiana, adjointe chargée des espaces verts, de la nature et de la préservation de la biodiversité] Concernant les espaces verts, je demande : - la suppression de la réserve pour l aire d accueil des gens du voyage dans le square Sarrabezolles ; - l inscription en espace vert protégé du jardin de la résidence Croix Nivert-Convention ; - l intégration des deux allées autour du square Pierre-Adrien Dalpayrat en zone urbaine verte ; - l inscription en espace vert protégé du jardin de l Hôpital Necker ; - l inscription en espace vert protégé du futur jardin de Boucicault. Jean-Louis Missika. Nous avons beaucoup de demandes en matière d espace vert dans tous les arrondissements. Elles seront analysées et traitées. Un travail complexe de priorisation va être réalisé et le Conseil de Paris en décidera. Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

8 Le patrimoine - [Président de l Association Monts14] Je suis surpris que personne ne parle de patrimoine dans cette modification du PLU. Je veux ajouter qu il ne faut pas hésiter à signaler les éléments de patrimoine à protéger sur la plateforme. - Je suis excédé de voir des bâtiments comme on en voit actuellement. Par exemple la «verrue verte» de la rue de la Croix-Nivert ou les logements sociaux oranges de l autre côté. C est intolérable de voir des bâtiments qui défigurent une jolie ville comme Paris. Avez-vous encore beaucoup de projets de ce type à nous imposer? Jean-Louis Missika. La protection du patrimoine est une dimension très structurante d ores et déjà dans le PLU de Paris. Des dispositifs spécifiques ont même été créés comme les Protections Ville de Paris. Il est possible de protéger le patrimoine même si ce n est pas l objectif principal du PLU et de cette modification. Les différentes associations de protection du patrimoine peuvent signaler des constructions. La Maire comme l exécutif municipal n ont pas de mauvaise intention envers le patrimoine parisien! Nous souhaitons et nous saurons protéger ce qui fait le charme et la beauté de cette ville et ce n est pas incompatible avec la volonté soutenir l architecture contemporaine. Paris ne doit pas devenir une «ville musée». Equipements et services - [Comité de Défense Beaugrenelle - Front de Seine - Charles Michels] La réponse aux besoins des habitants doit être le premier objectif de la modification du PLU. Dans le 15 ème la question la plus importante est celle des soins et de la santé. Nous avons besoin d un centre médical ou d un centre de santé. Philippe Goujon. Le centre de santé a été fermé et il est nécessaire qu il soit remplacé. Pour le moment, il est envisagé d ouvrir un nouveau centre dans l EHPAD Anselme Payen. Le stationnement - [Comité de Défense Beaugrenelle - Front de Seine - Charles Michels] La suppression des parkings est une nécessité, mais dans le secteur nous avons beaucoup de parkings et sommes envahis par les voitures. Comment régler cette question? Philippe Goujon. La création du centre commercial a apporté son lot de nuisances que nous tentons de limiter. Les flux de circulation et le stationnement restent des problèmes difficiles à gérer. - La Mairie de Paris peut-elle réfléchir aux problèmes de stationnement que rencontrent les automobilistes? Les immeubles n ont pas de parking. On est obligé de se garer dans la rue, ce qui crée des conflits. La Mairie devrait faire en sorte que l on puisse se garer. Jean-Louis Missika. A Paris, les moteurs diesel des automobiles sont responsables de 90% des émissions de particules fines et très fines. Ces particules sont à l origine de l accroissement du nombre de cancers. La lutte contre le diesel est un impératif de santé publique. Le PLU ne peut pas agir directement sur ce problème mais la réduction des normes concernant l obligation de créer les places de stationnement participe à cette politique de réduction de l automobile dans Paris. La mesure est d autant plus justifiée que 60% des Parisiens ne possèdent pas de voitures. En 2001, 96% de l espace public était réservé aux automobiles, pour transporter au total moins de 10% des Parisiens. La question du partage de l espace public se pose : nous y répondons par la création de pistes cyclables et de couloirs de bus, ainsi que par la piétonisation des rues. On tend à passer d un «véhicule propriété» à un «véhicule partagé». C est d ailleurs ce que propose Autolib. La Mairie mène une politique de réduction de la place de l automobile à Paris. C est un enjeu pour toutes les métropoles. C est aussi une grande réussite de la mandature précédente et c est un choix assumé de la nouvelle municipalité. Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

9 - Vous parlez de supprimer des places de stationnement dans Paris. Mais les places réservées aux personnes handicapées sont trop peu nombreuses. Il n y a pas de vraie politique sur les places destinées aux personnes handicapées dans les endroits où elles sont très sollicitées (centres de soins, lieux de travail, courses, ). Jean-Louis Missika. C est une excellente suggestion. Nous allons réfléchir sur la manière dont la modification du PLU peut permettre de traiter cette question, de signaler les emplacements où il est nécessaire, pour des raisons de soins ou de travail, de prévoir et de réserver davantage de places pour le stationnement des personnes handicapées. Les projets du 15 ème arrondissement - [Association Respiration Paris 15] Le Réservoir de Grenelle est menacé de disparaitre pour y construire des logements. Quid de la mise en place d un plan de sauvegarde? Il était question d espaces de respiration dans les objectifs de la Ville : c est un espace de respiration! Jean-Louis Missika. Je ne sais pas d où viennent ces informations. D après mes informations la Mairie de Paris n a pas pour intention d y faire des constructions importantes et de les démolir. Il y a déjà sur le site des bâtiments construits autour du réservoir. Il n est pas interdit de regarder leur rénovation, leur transformation ou leur reconstruction mais il n est pas question de démolir les réservoirs. C est d ailleurs le sens d un vœu de l exécutif municipal, voté récemment et qui a réaffirmé l enjeu de l eau non potable et des réservoirs. Philippe Goujon. La mandature précédente avait un projet de suppression des réservoirs et de construction d immeubles. C est une très bonne chose que la mobilisation des associations et des habitants et que le nouveau regard porté par la municipalité aient abouti à ce résultat. - [Conseil de Quartier Pasteur-Montparnasse] Est-il envisageable de couvrir les voix ferrées de la gare Vaugirard pour réaliser des terrains de sport et des jardins? Comment trouver un accord avec la SNCF pour construire un mur anti-bruit végétalisé le long des voies ferrées de la gare Vaugirard, côté rue André Gide? Gwenaëlle d Aboville. Ce type de propositions peut être signalé sur la carte interactive imaginons.paris. Celles-ci seront transmises et étudiées par les services de la Ville de Paris. - Une rumeur dit qu un projet immobilier va être réalisé sur l entrepôt RATP de la rue Lecocq, qui sert actuellement à entreposer les bus. Qu en est-il réellement? Philippe Goujon. Le 15 ème accueille des entrepôts de la RATP destinés à deux activités : une des entrées est située rue Charles Lecocq et l autre rue de la Croix-Nivert. Sous la mandature précédente, le projet était de libérer la parcelle de la rue Lecocq pour y construire cinq-cents logements, projet auquel la Mairie d arrondissement s était opposée. La RATP a eu un autre projet, qui consistait à construire par-dessus l entrepôt. Le projet n a pas évolué pour le moment mais la RATP devra se montrer convaincante. Il faut faire attention à ce qu on construira sur ce secteur. Si les dépôts de bus partaient, pourquoi ne pas faire un jardin d hiver? Concernant l entrepôt côté Croix-Nivert, il assure les activités de réparation des métros de la ligne 12. La RATP a un projet de construction de deux-cent logements privés et sociaux sur une partie des entrepôts, avec l aide de ses filiales. La question est attentivement étudiée par la Ville et l Arrondissement. Autres questions et interventions publiques Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

10 Quid de l adaptabilité des équipements? On investit comme si tout devait rester figé dans les années à venir alors que la population francilienne augmente. Qu attend-on pour adapter le Parc des Expositions? - [Président de l Association Monts14] La porte de Versailles n est ni un nœud de transports, ni un «pôle d intercommunalité» nécessitant de bénéficier d un signal fort. C est un lieu à éviter, qui souffre de congestion chronique. Il sera bientôt surchargé par la Tour Triangle, qui constituera une barrière de plus dans cet espace. Il faut que le Conseil de Paris se mobilise les 17et 18 novembre contre le déclassement de la parcelle qui permettrait la construction de la Tour Triangle. - [Conseil de quartier Alleray-Procession] Pourquoi le passage souterrain qui relie le parc André Citroën au parc Georges Brassens n est-il pas utilisé? On ne peut pas circuler à vélo puisqu on est obligé d emprunter des escaliers. - [Comité de Défense Beaugrenelle-Front de Seine - Charles Michels] En 2006, le Front de Seine a bénéficié de dérogations liées au COS, disposant alors d un statut juridique particulier. Avec la disparition du COS, comment va être traitée la dalle du Front de Seine? Clôture de la réunion Gwenaëlle d Aboville remercie les participants et indique que les personnes qui souhaitent laisser leurs coordonnées seront informées de la suite de la démarche et notamment de la date de l événement de restitution. Ce dernier sera l occasion de restituer l ensemble des contributions des Parisiens et de rendre compte de la manière dont celles-ci ont nourri le travail de la direction de l urbanisme. Lors de cette réunion, les participants seront également tenus informés des modalités de l enquête publique qui aura lieu au printemps Concertation sur la modification du Plan Local d Urbanisme de Paris Réunion publique 15 ème arrondissement

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST

PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST PROJET DE PÔLE COMMERCIAL SAINT-LOUIS A BREST ENQUÊTE PUBLIQUE DE DÉCLASSEMENT DE LA PORTION DE LA RUE DES HALLES SAINT-LOUIS SITUÉE AU DROIT DE LA RUE DUQUESNE NOTICE EXPLICATIVE 1 LE DECLIN DES HALLES

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête

L avenir de notre ville, parlons-en. publique. Projet de. hôtel de ville. Enquête L avenir de notre ville, parlons-en Projet de > Enquête publique 5 MARS > 5 AVRIL 2012 hôtel de ville QU EST-CE QUE LE PLU? 2 3 AMÉNAGEMENT ET DÉVELOPPEMENT DURABLE LES OBJECTIFS DU PADD (Projet d aménagement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Borne électrique test. Installation de la 1 ère borne de rechargement électrique test à Arras

DOSSIER DE PRESSE Borne électrique test. Installation de la 1 ère borne de rechargement électrique test à Arras DOSSIER DE PRESSE Borne électrique test Installation de la 1 ère borne de rechargement électrique test à Arras SOMMAIRE UN PREMIER TEST 4 L UN DES TEMPS FORTS DES RENCONTRES CLIMAT 6 UN PROJET DE VILLE

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe SOGARIS en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Christophe RIPERT, Directeur immobilier, SOGARIS Cette présentation porte sur des exemples concrets d

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations

Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations Questionnaire à destination des professionnels de l urbanisme, mandataires et organisations DÉFIS Climat 1. Pensez-vous que ce soit utile de réduire nos déplacements afin de lutter contre les changements

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

DRAVEIL élabore son PLU

DRAVEIL élabore son PLU DRAVEIL élabore son PLU Réunion publique de quartier DANTON -LA VILLA DOMAINE DE VILLIERS Plan Local d Urbanisme VILLE DE DRAVEIL 10 JUIN 2010 La ville dans son contexte Situation géographique 19kmausuddeParis

Plus en détail

Atelier-débats Le jeudi 26 mars 2015, à 19h Mairie du 12 ème arrondissement

Atelier-débats Le jeudi 26 mars 2015, à 19h Mairie du 12 ème arrondissement Atelier-débats Le jeudi 26 mars 2015, à 19h Mairie du 12 ème arrondissement 2 Catherine Baratti-Elbaz Maire du 12 e arrondissement 3 Christophe Najdovski Adjoint chargé des transports, de la voirie, des

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

Développer sa commune

Développer sa commune N 18 juin 2008 Développer sa commune Les documents d urbanisme (1) quel document pour quel projet de territoire? Imaginer l avenir d un territoire communal ou intercommunal dans une vision durable de son

Plus en détail

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 16 : NOISY CHAMPS < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 17 : LE BOURGET RER < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 14 : MAIRIE DE SAINT-OUEN < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE BLEUE) DOSSIER

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

Grand Angoulême Rencontres de l électromobilité. La mobilité électrique à Paris 25 octobre 2012. Patrick LE CŒUR. État des lieux et perspectives

Grand Angoulême Rencontres de l électromobilité. La mobilité électrique à Paris 25 octobre 2012. Patrick LE CŒUR. État des lieux et perspectives Grand Angoulême Rencontres de l électromobilité La mobilité électrique à Paris 25 octobre 2012 État des lieux et perspectives Patrick LE CŒUR Pôle Mobilité Electrique Direction de la Voirie et des Déplacements

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Commune de Givry Communauté d Agglomération Chalon Val de Bourgogne Plan Local d Urbanisme Modification simplifiée n 1 Notice Révision approuvée le 27 septembre 2012 Modification simplifiée n 1 Le 10 ème

Plus en détail

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels Présentation des projets de plans directeurs sectoriels 20.05.2014 Le plan sectoriel transports (PST) Sommaire Considérations générales Le PST, ses éléments réglementaires et mise en conformité des PAG

Plus en détail

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 1. Situation et contexte urbain 2.

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Leviers d action publics pour le projet Hefbomen van de overheid bij stedelijke projecten

Leviers d action publics pour le projet Hefbomen van de overheid bij stedelijke projecten Leviers d action publics pour le projet Hefbomen van de overheid bij stedelijke projecten TABLE RONDE / RONDE TAFEL Colloque PRDD/ Colloquium GPDO Flagey > 10.02.2013 4 objectifs prioritaires applicables

Plus en détail

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret

CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville et nouveau Quartier du Vigneret UNE VOIRIE POUR TOUS Se déplacer autrement dans les petites et moyennes agglomérations 15 novembre 2011 CHATEAURENARD Une juste place pour la voiture Les leviers d une politique communale Centre ville

Plus en détail

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008.

Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre des élections municipales de 2008. TOULOUSE, le 7 février 2008 Aux adhérents de l Association Vélo Assemblée Générale du 9 février 2008 Réponse de Jean Luc Forget, candidat du MoDem, aux questions envoyées par l association dans le cadre

Plus en détail

D Ismaël RAMI à Henri- Francis DUFOUR Marie-Christine BINOUX-REMY Christine LEBOCQ-CESTAN Khalil HENNI Amélie PASCAL

D Ismaël RAMI à Henri- Francis DUFOUR Marie-Christine BINOUX-REMY Christine LEBOCQ-CESTAN Khalil HENNI Amélie PASCAL D Ismaël RAMI à Henri- Francis DUFOUR Marie-Christine BINOUX-REMY Christine LEBOCQ-CESTAN Khalil HENNI Amélie PASCAL Montbéliard, le 4 Mars 2011 Objet : Compte-rendu de la réunion en mairie de Vieux Charmont

Plus en détail

CACHAN DANS LE. grand. paris. express S U P P L É M E N T D U M AG A Z I N E M U N I C I PA L

CACHAN DANS LE. grand. paris. express S U P P L É M E N T D U M AG A Z I N E M U N I C I PA L cahier n 1 CACHAN DANS LE S U P P L É M E N T D U M AG A Z I N E M U N I C I PA L DANS LE GRAND PARIS EXPRESS CACHAN CACHAN AN DANS LE Un projet dans la ville pour les habitants Orbival, un temps d avance!

Plus en détail

Modification d un permis délivré en cours de validité

Modification d un permis délivré en cours de validité Demande de Modification d un permis délivré en cours de validité N 13411*01 1/6 * Informations nécessaires à l instruction du permis Informations nécessaires au calcul des impositions Informations nécessaires

Plus en détail

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Bureau de la Protection des Locaux d'habitation Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement

Plus en détail

acérola - plessis-grammoire

acérola - plessis-grammoire acérola - plessis-grammoire oap aménagement Le secteur d Acérola se situe au cœur de la commune du Plessis-Grammoire et couvre une surface d environ 5 hectares au coeur du tissu urbain. Il est délimité

Plus en détail

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité

Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Etudes préalables à la création d une ZAC multisites «Vallée du Thérain» à Beauvais (60) Volet «mobilité» > PHASE3 : préfiguration et faisabilité d un pôle logistique de proximité Réunion du 7 mai 2014

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'urbanisme Sous-Direction de l Action Foncière 2014 DU 1005 Aménagement 2-6, rue Gerty Archimède (12 e ). Réalisation d un programme de bureaux et d un équipement public sportif. Cession

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique

Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique Réforme de la fiscalité de l aménagement Présentation synthétique 1 Réforme de la fiscalité de l aménagement Article 28 de la loi n 2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010 (Loi

Plus en détail

CONSEIL DE QUARTIER BUERS CROIX-LUIZET CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES

CONSEIL DE QUARTIER BUERS CROIX-LUIZET CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES CONSEIL DE QUARTIER BUERS CROIX-LUIZET CONTRIBUTION AUX RÉFLEXIONS VISANT À RÉVISER LE PLU-H - FICHES THÉMATIQUES CIRCULATION : DEVELOPPER LES MODES DOUX >Favoriser la circulation >Rendre les ronds points

Plus en détail

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE

Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Concertation sur la requalification des places MABIT et PRESSENSE Diagnostic sur les lieux - 8 mars 2012 Balade urbaine - 29 mars 2012 Enjeux de requalification - 5 avril 2012 Adoption des fondamentaux

Plus en détail

3. UN URBANISME RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT REPOSANT NOTAMMENT SUR

3. UN URBANISME RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT REPOSANT NOTAMMENT SUR 3. UN URBANISME RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT REPOSANT NOTAMMENT SUR LA MAÎTRISE DES DÉPLACEMENTS. Pour assurer un aménagement et un développement durable, la Ville de Boulogne- Billancourt souhaite mener

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne

Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Stratégie et développement du groupe Sogaris en logistique urbaine pour l agglomération parisienne Logistique urbaine : Sogaris imagine des solutions adaptées à la ville de demain Le 16 avril 2014 Contacts

Plus en détail

Les enjeux du projet Cœur de Quartier sont :

Les enjeux du projet Cœur de Quartier sont : Communiqué de presse 23 avril 2014 Établissement public d aménagement de La Défense Seine Arche 55 Place Nelson Mandela 92024 Nanterre Cedex L Etablissement Public d Aménagement de La Défense Seine Arche

Plus en détail

FAVORISER LES DEPLACEMENTS ET LES TRANSPORTS LES MOINS POLLUANTS EXEMPLES, PROJETS, PROSPECTIVES

FAVORISER LES DEPLACEMENTS ET LES TRANSPORTS LES MOINS POLLUANTS EXEMPLES, PROJETS, PROSPECTIVES L EXEMPLE DE LA VILLE DE FRIBOURG ET DU QUARTIER VAUBAN EN ALLEMAGNE Responsables de 40 % des émissions de CO 2,, les transports routiers ont un impact non négligeable sur le réchauffement planétaire,

Plus en détail

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes

TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes TAXES & PARTICIPATIONS : quelques outils à la disposition des communes La loi n 2000-1028 du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbain, dite «loi SRU», avait instauré une participation

Plus en détail

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau

Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Sundgau Promouvoir des modes de déplacement alternatifs Compte rendu de l atelier A1 Mardi 02 Mars 2010 - Pays du Ordre du jour Définition des objectifs Acteurs locaux présents Albert KRAFFT Jérémy RIEGEL Jean

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011

Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 Fiches de Lecture SCoT Colmar-Rhin-Vosges approuvé le 28 juin 2011 1. La ville centre de Colmar 2. Les villes couronnes 3. Les pôles pluri-communaux 4. Les pôles secondaires 5. Les villages 6. En zone

Plus en détail

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme Entrée en vigueur le 1 er octobre 2007 Toute demande d autorisation déposée le 1 er octobre sera soumise au nouveau dispositif. Tout dépôt de déclaration

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux

pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux pour un pacte écologique local : questions aux futurs élus locaux Préserver la biodiversité dans la commune La commune dispose-t-elle d'un inventaire du patrimoine écologique local? Quelle part de budget

Plus en détail

Ville de Roanne Quartier Saint Clair Groupe scolaire Mayollet et ses abords

Ville de Roanne Quartier Saint Clair Groupe scolaire Mayollet et ses abords Ville de Roanne Quartier Saint Clair Groupe scolaire Mayollet et ses abords Square G Brassens Groupe Scolaire Centre Social Rue de Villemontais Une nouvelle centralité pour le quartier Saint Clair Impasse

Plus en détail

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014

BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 DOSSIER DE PRESSE BOULEVARD URBAIN SUD (B.U.S) LANCEMENT DE LA CONCERTATION PRÉALABLE 27 JUIN 2014 Service Presse MPM Tél. : 04 88 77 62 54 / 06 32 87 51 18 / contact.presse@marseille-provence.fr BOULEVARD

Plus en détail

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL

2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL 2- AFFIRMER ET ASSURER UN DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EQUILIBRE ET DURABLE DU TERRITOIRE COMMUNAL Projet d Aménagement et de Développement Durable Dossier de PLU approuvé 13/26 Face à l augmentation du prix

Plus en détail

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30

Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 CONSEIL DE QUARTIER DU GUICHET Mercredi 10 juin 2015 20h30-22h30 ORDRE DU JOUR 1- Présentation du budget de la ville 2015 : serré et responsable. 2- Révision du Plan Local d Urbanisme : objectifs, cadre

Plus en détail

Annexe D-301 : Planologie stratégique

Annexe D-301 : Planologie stratégique C719 E.I. CU + CE Jardins de la Chasse Page - 1 - Annexe D-301 : Planologie stratégique Le Plan de Déplacement de la Région de Bruxelles-Capitale IRIS 2 (Stratec 2001 2006) La politique de transport et

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

quartier.lamartinette@fonsorbes.fr

quartier.lamartinette@fonsorbes.fr Composition du bureau : Présidente : Samira Didi Vice-Présidente : Sandrine Lemaistre Secrétaire : Laurence Frassetto Composition du bureau : Président : Philippe Serre Vice-Président : Gregory Montalban

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif

La contribution est articulée autour de propositions et principes ayant pour objectif La qualité des Parcs d activités ème du 21 siècle Contribution du Conseil de développement de Lille métropole Contribution adoptée en séance plénière le 14 décembre 2011 1 Lille Métropole élabore une Charte

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS Avis de motion donné le 18 janvier 2010 Adopté le 1 er février

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

Réforme de la fiscalité de l aménagement

Réforme de la fiscalité de l aménagement Réforme de la fiscalité de l aménagement Architectes 8 juin 2012 Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages

Plus en détail

Introduction. 1. Les engagements de McGill

Introduction. 1. Les engagements de McGill Introduction L Université McGill remercie le Conseil municipal et l Office de consultation publique de Montréal de tenir des consultations publiques sur le projet du Plan de protection et de mise en valeur

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER

REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REVISION SIMPLIFIEE DU P.L.U. Z.A.C. DU DOMAINE DE CAYLUS : CREATION D UN ECOQUARTIER REUNION PUBLIQUE DU 8 MARS 2012 Architecte/urbaniste Agence A. Garcia-Diaz Bureau d Etudes Techniques SERI SITUATION

Plus en détail

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006

Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban. Forum ANRU du 28 mars 2006 Conduite du Projet de Rénovation Urbaine de Montauban Forum ANRU du 28 mars 2006 1 Préambule Montauban, face à un enjeu classique : devenir une banlieue de Toulouse ou s affirmer comme pôle d équilibre

Plus en détail

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Lundi 3 novembre 2014 Pavillon de l Arsenal (4 ème ) Discours de Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris en charge de l urbanisme, de l architecture, du Grand Paris, du développement économique

Plus en détail

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire.

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire. Le lundi 28 octobre 2013 à 20h00, réunion du Conseil Municipal suivant convocation du 18 octobre 2013 remise ou envoyée aux conseillers municipaux et affichée ce même jour en mairie. Ordre du jour : -

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5

Sommaire SOMMAIRE 3 UN CADRE DE VIE ET UN ENVIRONNEMENT PRESERVE ET VALORISE 13 INTRODUCTION 5 Sommaire SOMMAIRE 3 INTRODUCTION 5 UN CENTRE BOURG REDYNAMISE 7 CONFORTER LA VOCATION D HABITAT 7 METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE STATIONNEMENT AMBITIEUSE ET COHERENTE 7 RENFORCER L OFFRE EN EQUIPEMENTS,

Plus en détail

Du diagnostic au Plan d Actions

Du diagnostic au Plan d Actions PDU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE ROYAN ATLANTIQUE (CARA) 2013-2022 Du diagnostic au Plan d Actions Réunions Publiques Automne 2012 1 Déroulé de la séance Rappel de la démarche (loi, diagnostic,

Plus en détail

Le Fort d Issy Présentation à l Association des Maires des Hauts de Seine. juillet 2012

Le Fort d Issy Présentation à l Association des Maires des Hauts de Seine. juillet 2012 9876 Le Fort d Issy Présentation à l Association des Maires des Hauts de Seine juillet 2012 Sommaire 1. La méthodologie 2. Les dates clefs 3. Les chiffres clefs 4. Les principaux acteurs 5. Organisation

Plus en détail

Pays Vallée de la Sarthe

Pays Vallée de la Sarthe PLAN D ACTIONS POUR LE CLIMAT ET LA TRANSITION ENERGÉTIQUE Contact Adeline Charré - 0 43 94 80 80 energie@vallee-de-la-sarthe.com Pourquoi se mobiliser contre le changement climatique? Une charte : pourquoi?

Plus en détail

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 ign.fr En partenariat avec Accélérer les projets de géoservices des PME 1 ère ÉDITION JUILLET 2014 Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 Nicolas Lambert (IGN) Eric Dubois (Cap Digital) LE PROGRAMME

Plus en détail

Travaux du Grand Paris Express PRÉSENTATION DE LA FUTURE GARE DE SAINT-DENIS PLEYEL EN PRÉSENCE DE KENGO KUMA

Travaux du Grand Paris Express PRÉSENTATION DE LA FUTURE GARE DE SAINT-DENIS PLEYEL EN PRÉSENCE DE KENGO KUMA COMMUNIQUE DE PRESSE Travaux du Grand Paris Express PRÉSENTATION DE LA FUTURE GARE DE SAINT-DENIS PLEYEL EN PRÉSENCE DE KENGO KUMA Saint-Denis, mardi 22 septembre 2015 Philippe Yvin, président du directoire

Plus en détail

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports Luc Adolphe RÉDUCTION DES BESOINS ÉNERGÉTIQUES DANS LES TRANSPORTS. Contexte : Densité, Mobilité Réduire

Plus en détail

HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION. Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010

HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION. Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010 HABITAT GROUPÉ : INTRODUCTION A L AUTOPROMOTION Les HabILeS Atelier du 12 Avril 2010 Introduction Objet de la présentation De la constitution du groupe A l étude de faisabilité Origine Projet d habitat

Plus en détail

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR La ville de Dubrovnik prend part à l Europan 11 pour questionner la manière d inplanter un parking conséquent voué à subvenir aux nécéssités d accueil générées par une ville classée au patrimoine mondiale

Plus en détail

Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière

Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière Le projet du campus universitaire d Outremont Résumé de l analyse de faisabilité technique et financière Bureau de gestion des grands projets Direction du développement économique et urbain Février 2011

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME Département de la Loire-Atlantique (44) Commune de La Plaine sur Mer PLAN LOCAL D URBANISME Réunion publique de concertation 14 janvier 2013 Les étapes de l élaboration du PLU Prescription (DCM) 11/06/2009

Plus en détail

Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement

Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement COMPTE RENDU DE L ATELIER DE CONCERTATION: TRANSPORT ET DEPLACEMENTS 15 JUIN 2010 Circulation Sécurité Mobilité douce Stationnement Agenda 21 de la ville de Poussan Zammit Sarah, chargée de mission Tél.

Plus en détail

PROJET MASSENA-BRUNESEAU

PROJET MASSENA-BRUNESEAU PROJET MASSENA-BRUNESEAU FICHE DOCUMENTAIRE N 1/3 EN VUE DES ATELIERS PARTICIPATIFS DU 14 MAI ET DU 11 JUIN 2009 établie par l agence Ville Ouverte en charge de l animation des ateliers, avec la SEMAPA

Plus en détail

Plan Climat Énergie Territorial

Plan Climat Énergie Territorial Plan Climat Énergie Territorial Présentation des actions 2012-2020 2 avril 2012 1 1 de 2011 à 2020, poursuivre la dynamique de co-construction Nov.2010-Mai 2011 Diagnostics Février-Mai 2011; publication

Plus en détail

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC

COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC COMPTES-RENDUS DES ATELIERS THÉMATIQUES JUIN 2010 - PHASE DE DIAGNOSTIC AGENDA 21 COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS AUBENAS VALS ATELIER N 1 «STRATÉGIE TERRITORIALE ET AMÉNAGEMENT» Animateur des ateliers thématiques

Plus en détail

2015 SG 14 Aménagement des berges de Seine liaison Bastille/Tour Eiffel (1e, 4e, 7e, 12e) PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2015 SG 14 Aménagement des berges de Seine liaison Bastille/Tour Eiffel (1e, 4e, 7e, 12e) PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Secrétariat Général de la Ville de Paris 2015 SG 14 Aménagement des berges de Seine liaison Bastille/Tour Eiffel (1e, 4e, 7e, 12e) - Approbation des objectifs poursuivis - Approbation des modalités de

Plus en détail

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX

TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX TITRE II CHAPITRE V DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE UX CARACTERE ET VOCATION DE LA ZONE UX Il s agit d une zone d activité créée à l Est de l agglomération, sous la forme d un lotissement dont les règles

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Réunion du Bureau du Conseil de Quartier Centre

Réunion du Bureau du Conseil de Quartier Centre Réunion du Bureau du Conseil de Quartier Centre Lundi 14 mars 2011 19h30 salle du Conseil Mairie du 4 Présents : François VIDALIN, Antoine IAFRATE, Dominique VITAL DURAND, Thierry TOULLEC, Jean Jacques

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Agen coeur battant. vu par Vélocité en Agenais

Agen coeur battant. vu par Vélocité en Agenais Agen coeur battant vu par Vélocité en Agenais Rappel des objectifs du projet Assurer la prospérité du centre ville 1) Renforcer l attractivité et l accessibilité du centre ville a) Renforcer l offre commerciale

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles

Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles Suppression du COS et de la superficie minimale des terrains constructibles La loi d accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) modifie l article L. 123-1-5 du code de l urbanisme et supprime le coefficient

Plus en détail

Valorisation du site emblématique de l ancien Pensionnat Notre-Dame de France : la future ZAC «Quartier du Pensio».

Valorisation du site emblématique de l ancien Pensionnat Notre-Dame de France : la future ZAC «Quartier du Pensio». Rue des Capucins Boulevard Saint-Louis Rue des Frères Théodore Rue Latour-Maubourg Chemin de la Clède Rue Jean Barthélémy Rue de la Ronzade PLAN MASSE DU PROJET DE ZAC DU «QUARTIER DU PENSIO» Valorisation

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs

Avec vous, pour vous. Vienne. pour. Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive. avec Thierry Kovacs élections municipales 23 et 30 mars 2014 Avec vous, pour vous pour Vienne Chapitre 01 Avec vous, construisons une ville encore plus dynamique et attractive avec Thierry Kovacs Édito Chère Madame, Cher

Plus en détail

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu

Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu Elaboration du Plan Local d Urbanisme Commune de Parmilieu RÉUNION PUBLIQUE N 1 PRÉSENTATION DU DIAGNOSTIC TERRITORIAL 8 Avril 2015 1 ORDRE DU JOUR 1. Qu est-ce que le Plan Local d Urbanisme 2. Présentation

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. En présence de : ville de boulogne-billancourt - saem val de seine aménagement

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. En présence de : ville de boulogne-billancourt - saem val de seine aménagement L opération ile seguin-rives de seine présentée au mipim 2009 Pour la troisième année consécutive, la Ville de Boulogne-Billancourt et la SAEM Val de Seine Aménagement participeront au MIPIM, Marché international

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES Ministère de l Écologie, de l Énergie du Développement durable et de la Mer PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES Reunion du 20 janvier 2014 aux Chapelles Direction régionale de l Environnement,

Plus en détail

COMPTE RENDU REUNION PUBLIQUE SECTEUR B

COMPTE RENDU REUNION PUBLIQUE SECTEUR B COMPTE RENDU REUNION PUBLIQUE SECTEUR B Jeudi 18 octobre 2012 20h Salle Saint Joseph La Madeleine INTRODUCTION DE MONSIEUR LE MAIRE «Notre volonté de répondre aux besoins des Guérandais en matière de proximité,

Plus en détail

u est-ce qu on peut faire?

u est-ce qu on peut faire? u est-ce qu on peut faire? Y a quelque chose qui tourne pas rond! Le sujet sur lequel nous les enfants du CME voulons travailler tourne autour de l environnement. Pour commencer, Loïc (de l Agence Citexplic)

Plus en détail

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92)

CENSI BOUVARD. Residhome Apparthotel Paris Nanterre. Nanterre (92) CENSI BOUVARD 2014 (92) o Prootant du dynamisme de La Défense et de l'attractivité d'une vraie vie de quartier, la résidence Résidhome Paris se situe sur une place bordée de commerces et de restaurants.

Plus en détail