COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES"

Transcription

1 COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

2 Introduction Motivation La physique est une science expérimentale Le LHC permet de produire des phénomènes n apparaissant qu à très haute énergie Pour confirmer/infirmer/découvrir de la nouvelle physique, il faut observer ces phénomènes Différentes collaborations ont donc construit des détecteurs autour des points d interaction J utiliserai ici l exemple du détecteur CMS (Compact Muon Solenoid) Collaboration de 4892 personnes (le 26/01/2015) Majoritairement des physiciens (dont 5 théoriciens) et ingénieurs A co-découvert le boson de Higgs Mais surtout, parmi laquelle l UCL est impliquée (38 membres) M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

3 Introduction Motivation M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

4 Introduction Le détecteur de CMS M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

5 Plan d attaque 1 Introduction 2 Comment peut-on voir une particule? 3 Les sous-détecteurs de CMS Pixel/Tracker Calorimètres Calorimètres Chambres à muons 4 Système d acquisition et GRID 5 Conclusion M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

6 Comment peut-on voir une particule? Principe de base Pour détecter une particule, elle doit interagir On veut que les particules venant d une collision produisent un signal électrique Signal ensuite lu par le système d acquisition Différents types de particules vont réagir différemment Particules chargées lourdes légères Particules neutres photons hadrons M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

7 Comment peut-on voir une particule? Particules chargées Les particules chargées peuvent interagir avec la matière via : Collisions avec les électrons ou les noyaux Réactions nucléaires (hadrons) Bremsstrahlung Radiation Cherenkov Ceci résulte en : Perte d énergie Déflexion de la particule incidente M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

8 Comment peut-on voir une particule? Les électrons La matière aura un effet très différent sur les particules légères (électrons) et lourdes (toutes les autres particules chargées) Les électrons ont la particularité de : facilement être défléchis rapidement émettre du bremsstrahlung les électrons sont les seuls à être aussi légers que... les électrons peut perdre toute son énergie en une seule collision avec un électron atomique Les électrons ont une portée beaucoup plus faible dans la matière que les autres particules chargées. M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

9 Comment peut-on voir une particule? Et les muons dans tout ça? Les muons sont 200 fois plus lourds que les électrons Presque pas de bremsstrahlung Perd peu d énergie par collision ne subit pas l interaction nucléaire très difficile à arrêter... M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

10 Comment peut-on voir une particule? Particules neutres - les photons Les photons interagissent avec les particules chargées de la matière principalement par : Effet photoélectrique Compton Production de paire Processus dominant dépend de l énergie et du matériau M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

11 Comment peut-on voir une particule? Particules neutres - les hadrons neutres Seule interaction possible : avec les noyaux de la matière σ relativement faible Besoin de détecteurs plus massifs sauf à basse énergie (détecteurs de neutrons au 10 B, etc.) M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

12 Comment peut-on voir une particule? Particules neutres - les neutrinos Les neutrinos n interagissent que par l interaction faible Bien nommée. À votre avis, Quelle épaisseur d acier aurait-on besoin pour faire interagir 50% d un faisceau de ν µ de 1GeV? 1 m? 1 km? 1000 km? M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

13 Comment peut-on voir une particule? Particules neutres - les neutrinos Réponse : de l ordre de 10 millions de km, soit plus ou moins 15 fois le rayon du soleil. I NB : si ils étaient de 5 MeV, il faudrait plusieurs années lumières... Conclusion : On ne peut pas détecter les neutrinos venant d un événement donné I Les expériences en physique des neutrinos ont des détecteurs gigantesques, un flux de neutrino énorme et peu de données... M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

14 Comment peut-on voir une particule? Conclusion Particules chargées Déposent de l énergie de manière continue Électrons :production de gerbe EM, portée faible Hadrons : production de gerbe had, portée moyenne Muons : pas de gerbe, portée très grande Particules neutres Premier dépôt aléatoire Photons : portée faible, production de gerbe EM ou de paire e + e Hadrons : portée moyenne, production de gerbe had Neutrino : haha, bonne chance M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

15 1 Introduction 2 Comment peut-on voir une particule? 3 Les sous-détecteurs de CMS Pixel/Tracker Calorimètres Calorimètres Chambres à muons 4 Système d acquisition et GRID 5 Conclusion M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

16 Le pixel et tracker Objectif Lors de l analyse de donnée, on veut pouvoir : Connaître la charge d une particule Reconstruire des objets s étant désintégrés Connaître la quantité de mouvement des objets Séparer différentes collisions Pour cela, on doit pouvoir reconstruire la trace des particules chargées au centre du détecteur Un champ magnétique intense (3.8T) permet de déterminer la quantité de mouvement M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

17 Le pixel et tracker Principe de fonctionnement On utilise des semi-conducteurs (bande de conduction et de valence très proche). En ajoutant des impuretés, les niveaux d énergie changent En changeant le type d impureté, on peut construire des diodes. M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

18 Le pixel et tracker Principe de fonctionnement Un détecteur au silicium est une grosse diode polarisée en mode inverse : En appliquant un champ électrique, on la vide de charges libres Le courant de fuite est très faible Quand une particule chargé passe, elle arrachera des électrons de la bande de valence w ep = 3.61eV Proton de 2.5GeV (MIP) : de = dx 713keV/cm On produit électrons par cm Permet de créer des détecteurs très fins (300µm 6000 electrons) M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

19 Le pixel et tracker M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

20 Calorimètres Motivation Les informations du tracker ne sont pas suffisantes On veut aussi connaître L énergie des particules L identité des particules Pour cela, on utilise des calorimètres M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

21 Calorimètres Principe de fonctionnement L élément central d un calorimètre est un scintillateur Un scintillateur est un matériau transparent qui, en se désexcitant, produit de la lumière En arrêtant une particule dans un scintillateur, on transformera son énergie en lumière Ensuite, la lumière produite doit être transformée en courant électrique On utilise des Avalanche PhotoDiodes (APD), dans lesquels le signal est amplifié M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

22 Calorimètres M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

23 Chambres à muons Le M de CMS Beaucoup de processus intéressants produisent des muons Il est donc important de bien les identifier bien mesurer leur quantité de mouvement M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

24 Chambres à muons Principe de fonctionnement Les chambres à muons utilisent différents types de détecteurs au gaz Un muon traversant le détecteur ionise le gaz qui crée une charge Comme il faut beaucoup d énergie pour ioniser un gaz et qu il est peu dense : Le signal, trop faible, doit être amplifié dans le détecteur Grand champ électrique M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

25 Chambres à muons M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

26 Les détecteurs de CMS M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

27 1 Introduction 2 Comment peut-on voir une particule? 3 Les sous-détecteurs de CMS Pixel/Tracker Calorimètres Calorimètres Chambres à muons 4 Système d acquisition et GRID 5 Conclusion M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

28 Système d acquisition, trigger et GRID Système d acquisition Le but du système d acquisition est simple : Il prend en entrée les signaux électriques venant des détecteurs Il enregistre ensuite ce qui est intéressant sur disque M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

29 Système d acquisition, trigger et GRID Pourquoi un trigger? La première étape avec ces données est d en jeter 99,99999% 1 milliard de collisions par seconde, enregistrement à 100Hz Définitif, aucun moyen de les récupérer Pourquoi tant de haine? Très peu d événements sont intéressants Par exemple, on produit un higgs tous les collisions On a pas le choix... 1Mb la collision 1Pb/s produit En utilisant des disques durs 3.5 de 8Tb, 1m 3 de DD remplis en 21 secondes Bonne chance pour analyser tout ça après... M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

30 Système d acquisition, trigger et GRID Comment fonctionne le trigger? Trigger en deux étapes Niveau 1 (L1) Carte d électronique Ne lit qu une partie des données Analyse rudimentaire Lepton isolé? Muon de haute énergie? a 3.6 µs pour décider Trigger de haut niveau (HLT) Readout complet du détecteur Reconstruction rapide Algorithmes complexes Présence d un muon isolé/de deux muons? Jet ressemblant à un tau/un b? etc. a quelques secondes pour choisir M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

31 Système d acquisition, trigger et GRID Comment peut-on analyser tout ça? L analyse de données requiert une énorme puissance de calcul Les processus sont trop complexes pour avoir une interprétation directe Besoin de simuler les données et les comparer à l expérience Données simulées Génération Monte-Carlo d un événement primaire Simulation de la réponse du détecteur Données du détecteur Enregistrement des données Reconstruction de l événement Identification des particules, quantité de mouvement etc. Ensuite, seulement, une analyse physique peut être effectuée par les utilisateurs Même analyse réalisée sur théorie et données Met en évidence différences ou limite les nouvelles théories M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

32 Système d acquisition, trigger et GRID Comment peut-on analyser tout ça? M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

33 1 Introduction 2 Comment peut-on voir une particule? 3 Les sous-détecteurs de CMS Pixel/Tracker Calorimètres Calorimètres Chambres à muons 4 Système d acquisition et GRID 5 Conclusion M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

34 Conclusion Pour analyser les collisions au LHC, besoin de détecteurs et de collaborations gigantesques On voit des particules grâce à leur interaction dans la matière produisant un signal électrique Un bon système de trigger est primordial L analyse de données n est possible que via des millions de lignes de codes Si vous êtes motivés, vous pourrez en faire partie un jour! M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche un détecteur 11 février / 34

Pourquoi une telle excitation?

Pourquoi une telle excitation? Pourquoi une telle excitation? Le Higgs R. Jacobsson 1 Qu est-ce que la physique des particules? Une quête pour comprendre: Les constituants fondamentaux de la matière- les particules de matière Les interactions

Plus en détail

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC

Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC Physique subatomique: zoom sur la physique au LHC 1 Sommaire La physique des particules Constituants élémentaires Forces et interactions Fondements théoriques Zoom sur le LHC Le LHC Le fonctionnement des

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 25 au 31 mars 2007 Ecole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris 1 Les systèmes de détection 2 Types de détecteurs On peut les classer

Plus en détail

Voyage au CERN. Loïc Quertenmont

Voyage au CERN. Loïc Quertenmont Voyage au CERN Loïc Quertenmont Université Catholique de Louvain & FNRS Center for Particle Physics and Phenomenology Voyage au CERN (Bac3) 05 Mars 2008 Introduction Vous êtes ICI 05/03/2009 - UCL - CP3

Plus en détail

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie

Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie. Julien/Renaud/Natalie Simulation de cascades électromagnétiques de haute énergie Julien/Renaud/Natalie Cascades/Gerbes Ensemble de particules crées par l interaction d'une particule incidente avec son milieu environnant. Electromagnétiques

Plus en détail

Ecole «techniques de base du détecteur» Oléron

Ecole «techniques de base du détecteur» Oléron Ecole «techniques de base du détecteur» Oléron Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie Introduction Les systèmes expérimentaux Les interactions des particules chargées Les interactions des particules

Plus en détail

Table des matières. Présentation du laboratoire 2

Table des matières. Présentation du laboratoire 2 Reconstruction d'électrons provenant du boson Z 0 dans l'expérience ATLAS auprès du LHC Rapport de Stage Auteur : Raphaël-David Lasseri Mai-Juin 2013 Responsable : Frédéric Derue Table des matières Présentation

Plus en détail

Cours de physique des particules expérimentale et tests du modèle standard et au-delà. Centre de Physique des Particules de Marseille.

Cours de physique des particules expérimentale et tests du modèle standard et au-delà. Centre de Physique des Particules de Marseille. Cours de physique des particules expérimentale et tests du modèle standard et au-delà Eric Kajfasz kajfasz@cppm.in2p3.fr Arnaud Duperrin duperrin@cppm.in2p3.fr Centre de Physique des Particules de Marseille

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Grâce au Lions Club, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre à Genève (et ses environs) afin de visiter le CERN (Organisation Européenne

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

Détecter les particules : exemple d ATLAS

Détecter les particules : exemple d ATLAS Détecter les particules : exemple d ATLAS Masterclasses 2015 N. Arnaud, N. Lorenzo Martinez, N. Makovec, E. Scifo Laboratoire de l Accélérateur Linéaire Plus : le boson de Higgs 2 3 ATLAS LHCb CMS Alice

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

introduction à la physique des particules

introduction à la physique des particules introduction à la physique des particules masterclasses de Strasbourg février 2010 les particules élémentaires... c est quoi? taille (mètre) 10-10 10-12 10-15 10-18 dépend des moyens expérimentaux pour

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA

GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS. Pr. S.SECK GASSAMA GENERALITES SUR LES RAYONNEMENTS Pr. S.SECK GASSAMA INTRODUCTION La terre et les êtres vivants qui la peuplent sont exposés de façon continue ou discontinue à différents types de rayonnements. Pour comprendre

Plus en détail

Commentaires pour le diaporama : Compte rendu du stage au CERN

Commentaires pour le diaporama : Compte rendu du stage au CERN Commentaires pour le diaporama : Compte rendu du stage au CERN Diapo 1 : Récit d une semaine de stage au CERN, pour donner un aperçu du contenu d une telle formation. Tous les diaporamas proposés par les

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Plan. Electronique et système d acquisition. I. Interaction particule-matière. 1) Particules lourdes chargées. 2) Particules légères chargées

Plan. Electronique et système d acquisition. I. Interaction particule-matière. 1) Particules lourdes chargées. 2) Particules légères chargées Plan I. Interaction particule-matière 1) Particules lourdes chargées 2) Particules légères chargées 3) Photons 4) Neutrinos II. Reconstruction des traces chargées III. Détection des photons IV. Identification

Plus en détail

Simulation en Imagerie Médicale

Simulation en Imagerie Médicale Simulation en Imagerie Médicale Fabien Baldacci LaBRI 15 Novembre 2012 Fabien Baldacci Simulation en Imagerie Médicale 1 / 37 Plan 1 Introduction 2 Principes de la simulation 3 Accélération des calculs

Plus en détail

Physique des particules

Physique des particules Physique des particules MASTER 1 de physique fondamentale Université Joseph Fourier Grenoble I http://lpsc.in2p3.fr/atlas/bclement/m1particules/ Detecteurs (auprès des collisionneurs) La détection de particules

Plus en détail

Accélérateurs et détecteurs

Accélérateurs et détecteurs Accélérateurs et détecteurs Yann Coadou Centre de physique des particules de Marseille Mars 2013 Pourquoi des accélérateurs de particules? Pour voir des objets plus petits, il faut une énergie plus élevée

Plus en détail

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels Mise en service du détecteur à pixels pour la recherche d un boson de Higgs léger avec l expérience ATLAS au LHC Cécile Lapoire Dirigée par A.Rozanov et L.Vacavant Séminaire des doctorants de 1 ère année

Plus en détail

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique.

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique. Université Joseph Fourier Grenoble 1 L3 physique, 2011-2012 Techniques Expérimentales de la Physique Physique Subatomique guillaume.pignol@lpsc.in2p3.fr 1 Chapitre 1 Généralités 1.1 Le monde subatomique

Plus en détail

Physique des Particules et Physique Nucléaire

Physique des Particules et Physique Nucléaire Physique des Particules et Physique Nucléaire PHYS-F305 Année 2016-2017 Première partie - L. Favart VI - Détection des particules 1 Contenu Chapitre VI VI. Détection des particules 1. Schéma général des

Plus en détail

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules Les outils du physicien expérimentateur Ou la grande chasse aux particules Chapitre1 : La traque, oucomment faire sortirles particulesde leurcachette... Le principe du réveil-matin Question n 1: Comment

Plus en détail

Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN

Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN LMCS 2014 Journée nationale pour la modélisation et la simulation 0D/1D Chatou, France Benjamin BRADU CERN, Genève, Suisse Organisation Européenne

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

Master 2 - PSA. Projet expérimental Mesure de la durée de vie du µ. Détecteur Cerenkov

Master 2 - PSA. Projet expérimental Mesure de la durée de vie du µ. Détecteur Cerenkov Université Joseph Fourier - Grenoble 1-2007/2008 Master 2 - PSA Projet expérimental Mesure de la durée de vie du µ Détecteur Cerenkov http ://lpsc.in2p3.fr/tpsubat/ Y. Arnoud, L. Derome & F. Mayet Principes

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

Interactions des rayonnements ionisants avec la matière

Interactions des rayonnements ionisants avec la matière UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Interactions des rayonnements ionisants avec la matière Pr Khalil EL GUERMAÏ Objectifs généraux g et spécifiques

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

Les rayons cosmiques primaires chargés

Les rayons cosmiques primaires chargés Les rayons cosmiques primaires chargés Historique de leur découverte Spectre en énergie Composition: abondance Electrons/positons Muons Antiprotons Processus d accélération Expériences Ballons (BESS) Satellites

Plus en détail

Ecole «techniques de base du détecteur» Cargèse

Ecole «techniques de base du détecteur» Cargèse Ecole «techniques de base du détecteur» Cargèse Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris Introduction Les systèmes expérimentaux Les interactions des particules chargées Les interactions

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE : JEUNE CHERCHEUR

RETOUR D EXPÉRIENCE : JEUNE CHERCHEUR RETOUR D EXPÉRIENCE : JEUNE CHERCHEUR Marlène Assié IPN Orsay Ecole «Nouveaux entrants» in2p3 PARCOURS / FORMATION Thèse (IPN Orsay) bourse ministérielle (MRT) + monitorat Post-doc (GANIL) CEA CR2 (IPN

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

CERN faq Guide du LHC LHC SPS CMS. LHCb ALICE ATLAS CNGS BOOSTER ISOLDE. n-tof LEIR. neutrinos. Gran Sasso. CTF3 e LINAC 2. neutrons.

CERN faq Guide du LHC LHC SPS CMS. LHCb ALICE ATLAS CNGS BOOSTER ISOLDE. n-tof LEIR. neutrinos. Gran Sasso. CTF3 e LINAC 2. neutrons. CERN faq Guide du LHC TI2 ALICE LHC TT10 TT60 CMS ATLAS North Area SPS TT40 TI8 TT41 LHCb CNGS neutrinos Gran Sasso TT2 n-tof neutrons AD p p LINAC 2 LINAC 3 Ions BOOSTER ISOLDE LEIR PS East Area CTF3

Plus en détail

Attention. Ne pas confondre. entropie. anthropique

Attention. Ne pas confondre. entropie. anthropique Attention Ne pas confondre entropie Et anthropique Tendance naturelle. Lorsqu elles sont laissées à elle mêmes, les choses ont tendance à se détériorer.. Ordre -> désordre Organisation -> désorganisation

Plus en détail

Notes sur la mesure de la vitesse des neutrinos dans l expérience OPERA

Notes sur la mesure de la vitesse des neutrinos dans l expérience OPERA Notes sur la mesure de la vitesse des neutrinos dans l expérience OPERA Éric Gourgoulhon Laboratoire Univers et Théories (LUTH) Observatoire de Paris / CNRS / Université Paris Diderot Meudon, France http://luth.obspm.fr/~luthier/gourgoulhon/

Plus en détail

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Masterclasses IPN Lyon, 2016 On a vu le Pourquoi, maintenant on va expliquer le Comment. La physique que l on veut comprendre aujourd hui est

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Boson de Higgs chronique d une découverte annoncée. Gautier HAMEL de MONCHENAULT CEA-Saclay Irfu/SPP

Boson de Higgs chronique d une découverte annoncée. Gautier HAMEL de MONCHENAULT CEA-Saclay Irfu/SPP Boson de Higgs chronique d une découverte annoncée Gautier HAMEL de MONCHENAULT CEA-Saclay Irfu/SPP Qu est-ce que le boson de Higgs? Les briques de la matière (=lepton) 1 mm ~10-9 m ~10-10 m ~10-14 m ~10-15

Plus en détail

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS. Masterclasses IPN Lyon, 2014, Seb. Viret

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS. Masterclasses IPN Lyon, 2014, Seb. Viret Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Masterclasses IPN Lyon, 2014, Seb. Viret Pourquoi fait-on tout ça? Unification ultime (Big-Bang): 1 interaction Niveau d énergie: 10 19 GeV (on

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier)

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) Physique des Hautes Energies pour Non Physiciens Stephan Narison CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) L échelle de l Univers : les deux infinis Qu est ce la Physique des Hautes Energies? Qu est ce la Physique

Plus en détail

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE I) NOTIONS GENERALES I.1) Définition : L effet de couronne se produit sur tous les conducteurs et lignes soumis à une haute tension. Dés que le champ électrique à la surface

Plus en détail

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle

CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS. Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle CHAPITRE 8 ANALYSE DE GAZ RESIDUELS Parfois il est utile de connaître la composition des gaz résiduels dans une enceinte à vide, car elle permet de comprendre l'interaction avec la croissance d'une couche

Plus en détail

Un géant pour l infiniment petit. Bruno Mansoulié, CEA/DAPNIA-SPP Fête de la Science, Oct

Un géant pour l infiniment petit. Bruno Mansoulié, CEA/DAPNIA-SPP Fête de la Science, Oct le LHC Un géant pour l infiniment petit Bruno Mansoulié, CEA/DAPNIA-SPP Fête de la Science, Oct 2007 1 La physique des particules en (très) bref La matière: constituants ( particules ) et interactions.

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 5 au 31 mars 007 Ecole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris 1 La détéction des neutres Les neutres Photons Effet photoélectrique Effet

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé

Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique. Cas d un piège à un faisceau focalisé Conditions de piégeage d une particule dans un piège optique Cas d un piège à un faisceau focalisé Faisceau laser z 0 r Faisceau laser z Faisceau gaussien TEM 00 θ z R r w 0 z Faisceau gaussien TEM 00

Plus en détail

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS Introduction à la physique des particules Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS La Physique avec un grand «P» Science tentant de comprendre, de modéliser

Plus en détail

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE

FSAB 1203 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE Physique Quantique FSAB 123 APE 12 Auteur(s) : VB, XG, ON, BN, JPR FSAB 123 : PHYSIQUE QUANTIQUE APE 12 : BARRIÈRE DE POTENTIEL, STRUCTURE PÉRIODIQUE, ATOME D HYDROGÈNE, SEMICONDUCTEURS BARRIERE DE POTENTIEL

Plus en détail

Introduction to particle detectors. Introduction aux détecteurs de particules

Introduction to particle detectors. Introduction aux détecteurs de particules Introduction to particle detectors Introduction aux détecteurs de particules Sandro Palestini CERN CERN Programme for Science Teachers June 2009 Partie I Détection: Partie I Interactions de particules

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010. Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE

UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010. Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE UNIVERSITE DE CAEN LMNO 6 avril 2010 Physique des particules et invariance de jauge C. LONGUEMARE Quelques repères historiques [1] électricité : Coulomb - Ampère 1827 Faraday-Maxwell 1861 [2] électron

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas. Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne

Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas. Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne Plan Présentation du LHC et d Atlas A quoi sert un calorimètre électromagnétique? Principe

Plus en détail

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température.

Le rayonnement thermique est un rayonnement électromagnétique émis par un corps dense qui dépend de sa température. Chapitre 1 : Ondes et particules, support d information Sources de rayonnements doc 1 : le rayonnement électromagnétique. Le Soleil, comme tous les corps célestes, émet des rayonnements électromagnétiques

Plus en détail

Principes & Techniques de la détection

Principes & Techniques de la détection Ecole IN2P3 Technique de base des Détecteurs Cargèse, 8 au 12 Avril 2013 Principes & Techniques de la détection Joël Pouthas LPC-ENSICAEN (Anciennement IPN Orsay et GANIL) pouthas@lpccaen.in2p3.fr 1 -

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

La physique des particules et le LHC. Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010

La physique des particules et le LHC. Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010 La physique des particules et le LHC Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010 La physique des particules Comprendre les mécanismes qui permettent aux constituants de

Plus en détail

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s

PANNEAUX SOLAIRES IN SITU : ÉNERGIE 2. Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s IN SITU : ÉNERGIE 2 PANNEAUX SOLAIRES Réalisation : Noël Faltas Scénario : Alain Lartigue CNDP, 1998 Durée : 02 min 55 s Ce film montre des applications pratiques des générateurs électriques que sont les

Plus en détail

ANTARES Un Télescope à Neutrinos. J. Carr (CPPM / IN2P3 / CNRS)

ANTARES Un Télescope à Neutrinos. J. Carr (CPPM / IN2P3 / CNRS) ANTARES Un Télescope à Neutrinos J. Carr (CPPM / IN2P3 / CNRS) l Astronomie Multi-Messagers Images du ciel Astronomie classique : lumière visible Observation des étoiles comme le soleil Astronomie Rayons

Plus en détail

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat I. Utilisation de l énergie solaire dans l habitat. Activité 1 : Le potentiel énergétique du Soleil sur Terre. L un des enjeux énergétiques majeurs

Plus en détail

Apparition et disparition de neutrinos à T2K

Apparition et disparition de neutrinos à T2K Apparition et disparition de neutrinos à T2K Sara Bolognesi (CEA-Saclay Irfu/SPP) Groupe Neutrino Accélérateur au SPP : S.B S.Emery SNLS E.Mazzucato G.Vasseur M.Zito Assemblée Générale de l'irfu le 3 juin

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Physique des particules

Physique des particules Les expériences du laboratoire Leprince- Ringuet Ecole polytechnique / IN2P3- CNRS Henri.Videau@in2p3.fr http://polywww.in2p3.fr 1 Astronomie gamma Physique des particules Un labo d'environ 100 personnes

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie

solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie solaire photovoltaïque, solaire thermique, Solaire thermodynamique, Mur à accumulation d énergie Le mur, placé sur une façade exposée sud, accumule l énergie solaire sous forme thermique durant le jour

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE CONTRÔLE MI-SESSION

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE CONTRÔLE MI-SESSION ELE2302 Circuits électroniques Solution contrôle, Hiver 2006 Durée : 2h00 Feuilles manuscrites et calculatrices autorisées ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE

Plus en détail

Particules et interactions

Particules et interactions Particules et interactions ν e e - W + d u La physique des particules recherche et étudie les particules élémentaires qui composent la matière et la manière dont elles interagissent entre elles. "élémentaire"

Plus en détail

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h

TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h NOM : PRÉNOM : CLASSE : TS1 - DST de Physique-Chimie 04/11/2013-2 h COMPETENCES EVALUEES (A = acquis ; E = en cours d acquisition ; N = non acquis) Ex1 Ex2 Ex3 Rédiger et présenter son devoir. Restituer

Plus en détail

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction

TP 1 : Détecteurs d'ondes et de particules - Correction TP : étecteurs d'ondes et de particules - Correction Objectifs : Extraire et exploiter des informations sur des sources d'ondes et de particules et sur un dispositif de détection. Pratiquer une démarche

Plus en détail

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique.

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique. Université Joseph Fourier Grenoble 1 L3 physique, 2011-2012 Techniques Expérimentales de la Physique Physique Subatomique guillaume.pignol@lpsc.in2p3.fr 1 TEP Physique subatomique : Plan Chapitre 1 Généralités

Plus en détail

L émergence de la masse : le boson de Brout-Englert-Higgs et les dernières découvertes du CERN. Jean-René Cudell

L émergence de la masse : le boson de Brout-Englert-Higgs et les dernières découvertes du CERN. Jean-René Cudell L émergence de la masse : le boson de Brout-Englert-Higgs et les dernières découvertes du CERN. Jean-René Cudell dép. AGO, Université de Liège 1/80 Physics Letters B Volume 716, Issue 1, 17 September 2012,

Plus en détail

Problèmes de précision dans la reconstruction de puissance dans les REP. G. Bruna

Problèmes de précision dans la reconstruction de puissance dans les REP. G. Bruna Problèmes de précision dans la reconstruction de puissance dans les REP G. Bruna Eléments de contexte La Réaction Nucléaire Neutron thermique U 235 92 E + Produits + de fission neutrons Génération de neutrons

Plus en détail

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE

CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE CHAPITRE 13- ANALYSE SPECTROSCOPIQUE 1-Les Objectifs du chapitre. Ce que je dois connaître Définition de absorbance, transmittance, nombre d'onde. La loi de Beer-Lambert notions de déplacement chimique

Plus en détail

Les futurs grands détecteurs souterrains: MEMPHYS et LENA

Les futurs grands détecteurs souterrains: MEMPHYS et LENA Les futurs grands détecteurs souterrains: MEMPHYS et LENA Jaime Dawson pour le groupe «Neutrinos» Biennale APC La Palmyre, 12 14 Octobre 2010 0 Neutrinos aujourd hui: Double Chooz La chasse à l angle de

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Sujets de mémoires Master Physique Institut de Physique Nucléaire (FYNU/CP3) Année Académique 2008-2009

Sujets de mémoires Master Physique Institut de Physique Nucléaire (FYNU/CP3) Année Académique 2008-2009 Sujets de mémoires Master Physique Institut de Physique Nucléaire (FYNU/CP3) Année Académique 2008-2009 FYNU/CP3 expérimental : Physique des interactions fondamentales et des particules élémentaires Le

Plus en détail

Revue expérimentale des résultats jets, hadrons et photons à haut p T. Astrid Morreale SUBATECH QGP France 2015

Revue expérimentale des résultats jets, hadrons et photons à haut p T. Astrid Morreale SUBATECH QGP France 2015 Revue expérimentale des résultats jets, hadrons et photons à haut p. Astrid Morreale SUBAECH QGP France 2015 Introduction 2 La matière produite dans des collisions d ions lourds est: 1. Opaque aux sondes

Plus en détail

Docteur ès Sciences. Matthieu Marionneau

Docteur ès Sciences. Matthieu Marionneau UNIVERSIÉ PIERRE E MARIE CURIE - PARIS 6 ED 57 : Particules, Noyaux et Cosmos H È S E pour obtenir le titre de Docteur ès Sciences de l Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 Présentée et soutenue

Plus en détail

Utilisation des semi-conducteurs pour la détection de particules

Utilisation des semi-conducteurs pour la détection de particules Utilisation des semi-conducteurs pour la détection Céline Lebel Étudiante au doctorat Université de Montréal lebel@lps.umontreal.ca Plan Qu est-ce qu un semi-conducteur? Qu est-ce que la physique? Comment

Plus en détail

1 Conducteurs et semi-conducteurs

1 Conducteurs et semi-conducteurs Séance de Spécialité n o 20 Diode et redressement Mots-clefs «conducteurs» et «semi-conducteurs». 1 Conducteurs et semi-conducteurs Les semi-conducteurs sont des matériaux qui ont une conductivité électrique

Plus en détail

Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS

Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS O. Bondu IPN Lyon 2010-11-21 - JJC O. Bondu (IPN Lyon) Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS 2010-11-21 - JJC 1 / 17 Plan 1 Introduction 2 CMS

Plus en détail

Univers de particules Espace visiteur du CERN

Univers de particules Espace visiteur du CERN Univers de particules Espace visiteur du CERN Français > Dans l Univers, tout est fait de particules. Mais d où viennent-elles? Quelle est l origine des lois de la nature? Au rez-de-chaussée du Globe de

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

Observation d une nouvelle particule à une masse de 125 GeV

Observation d une nouvelle particule à une masse de 125 GeV Observation d une nouvelle particule à une masse de 125 GeV Expérience CMS, CERN 4 Juillet 2012 Résumé Au cours d un séminaire commun entre le CERN et la conférence ICHEP 2012 [1] à Melbourne, les chercheurs

Plus en détail