Bimestriel Magazine de la vie associative en Lorraine Gratuit L ASSOCIATIF. Mois de l économie sociale et solidaire en Lorraine novembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bimestriel Magazine de la vie associative en Lorraine Gratuit L ASSOCIATIF. Mois de l économie sociale et solidaire en Lorraine novembre 2011"

Transcription

1 Bimestriel Magazine de la vie associative en Lorraine Gratuit L ASSOCIATIF Mois de l économie sociale et solidaire en Lorraine novembre 2011 Numéro spécial en collaboration avec la Chambre régionale de l économie sociale de Lorraine # sociales et solidaires s engagent dans le quotidien 15structures des Lorrains Partenaires financiers de ce numéro spécial : travailler CONSOMMER SOIGNER ENTREPRENDRE éduquer PARTICIPER s évader SAUVEGARDER

2

3 Sommaire Dans ce numero : p5 Mon métier, médiateur artistique p 6 Consommer responsable p 8 Se divertir solidaire p 9 Sanitaire et médico-social : la non-lucrativité à sa place p 10 La Lorraine souhaite entreprendre autrement p 11 Entreprendre à plusieurs p 12 L éducation comme facteur de cohésion territoriale p 14 Porto Alegre au format mosellan p 15 Participation citoyenne à Metz p 16 Le tourisme associatif s organise p 18 Développer durablement un quartier Edito Pour une économie démocratique, durable et porteuse d intérêt général C est ce à quoi des hommes et des femmes œuvrent quotidiennement à travers leur engagement associatif, coopératif ou mutualiste. Soucieux de la démocratie, de l environnement et de l intérêt général, ces «acteurs de changement» croient en un monde plus solidaire et éloigné des simples préoccupations capitalistiques. L Économie sociale et solidaire propose une alternative crédible et réaliste à l économie libérale et de marché. La nature des structures agissant dans cette économie les oblige constamment à maintenir l équilibre entre leurs plus-values économiques et leurs plus-values sociales tout en donnant la priorité à l humain. Le rapport du parlementaire Francis Vercamer en avril 2010 et les États généraux de l Économie sociale et solidaire en juin dernier commencent à attirer l attention des élus politiques en mal de solutions socio-économiques. Aussi, le contexte actuel de crise financière renforce la place des entreprises dites sociales qui génèrent des profits répartis équitablement et rendent des services d intérêt généraux comme l intégration des personnes les plus fragilisées ou la non-délocalisation des emplois. Il est peut-être temps de faire confiance à cette économie qui fait ses preuves depuis plus de 10 ans et l aider à trancher la question des statuts juridiques, à développer des dispositifs d accompagnement et à adapter les financements. Le Mois de l Économie sociale et solidaire est l occasion de démultiplier des messages de changements voulus et débattus démocratiquement. Il était tout naturel que L Associatif s associe à cette initiative. Loin d être un concept, cette économie est bien réelle dans notre quotidien. Ce Numéro spécial, conjointement réalisé avec la Chambre régionale de l économie sociale en Lorraine (Cresl), met en exergue une liste non-exhaustive d engagements citoyens dans les domaines de notre vie quotidienne en Lorraine. Cédric Bonnot Directeur de la publication Ne ratez pas le prochain numéro de L Associatif, abonnez-vous! L Associatif, une initiative indépendante d Adevos Siège : 78, avenue du 69e RI Essey-Les-Nancy Directeur de la publication et rédaction : Cédric Bonnot Rédaction en chef : Cresl Rédacteurs : Cédric Bonnot, Julie Courty (Cresl), Marine Drapier (Plus) Directrice artistique : Anne Richir Composition / Mise en page : 100-sign.com Dépôt légal : à parution ISSN : Tirage : ex. Périodicité : bimestriel (hors numéros spéciaux et hors-série) Merci : à la Cresl, à toutes les personnes citées et à nos annonceurs

4 Mot d accueil 4 e édition du Mois de l Ess Marie-Madeleine Maucourt. Photo : Pierre Rebondy Sociale et solidaire, l économie qui sait où elle va La Chambre régionale de l économie sociale de Lorraine (Cresl), association de loi 1901, regroupe un ensemble d acteurs lorrains qui se reconnaissent et travaillent dans le secteur de l Économie sociale. Elle s exprime au travers et pour ses trois composantes historiques que sont les associations, les coopératives et les mutuelles. La Cresl a pour mission de rassembler les trois familles de l économie sociale, de les soutenir dans le développement de leurs actions et dans l émergence de projets et d initiatives tout en valorisant la solidarité de ces trois secteurs et utiliser au mieux leurs complémentarités. Elle assure ainsi une mission générale de représentation élargie de l ensemble du secteur de l économie sociale au niveau de la région (que ce soit auprès des pouvoirs publics, des réseaux nationaux et/ou de partenaires). La Cresl a également pour but de promouvoir l économie sociale en la rendant plus visible et plus lisible auprès des acteurs qui la composent mais aussi du grand public en valorisant cette autre façon d entreprendre. En novembre, la Cresl organise la 4 e édition du Mois de l Ess. Placé sous le signe de l économie sociale et solidaire, entreprises, salariés et militants organiseront des manifestations tout au long de ce mois pour mieux faire connaitre et comprendre ce secteur qui allie performance économique et efficacité sociale. Le Mois de l Ess en France est une initiative de l ensemble des Chambres régionales de l économie sociale pour faire découvrir au plus grand nombre, pendant un mois et au travers d initiatives les plus diverses possibles, une autre façon de concevoir l économie. Cette initiative réunit chaque année partout en France plus de citoyens autour de manifestations affichées sous un même logo (témoin d une labellisation d appartenance). Rassemblés sous le slogan «sociale et solidaire, l économie qui sait où elle va», les associations, coopératives, mutuelles et fondations illustreront par des exemples et des preuves leurs pratiques et leurs activités. L envie est grande d améliorer la notoriété et la visibilité de l économie sociale et solidaire auprès du grand public, des institutionnels, des entreprises et des journalistes. Enfin, l ensemble de ces manifestations doit permettre de fédérer et de se faire rencontrer les acteurs de l Économie sociale et solidaire afin de renforcer leur sentiment d appartenance au secteur. La Cresl et ses partenaires vous donnent rendez-vous tout au long du mois de novembre lors des évènements dont les dates sont consultables sur le site internet «www.lemois-ess.org. Marie-Madeleine Maucourt Présidente de la La Chambre régionale de l économie sociale de Lorraine (Cresl) Chiffres clés de l Économie sociale et solidaire En Lorraine : établissements employeurs, salariés 11.1% de l emploi régional (public et privé) Les salariés sont : 83 % issus d associations, 12% issus de coopératives, 3 % de mutuelles, 2 % de fondations. Source : publication Insee / Cresl Données clap 2009 En France : établissements employeurs, de salariés plus de 10% de l emploi Source : Insee 2009, traitement Observatoire National Ess Cncres 4 L ASSOCIATIF

5 TRAVAILLER n Mon métier : médiateur artistique La médiation artistique est un exemple concret d innovation sociale, concept au coeur de nombreux projets associatifs. Mais qu est ce exactement la médiation artistique? Nous avons rencontré l Atelier des Traverses qui utilise l expression artistique comme objet de médiation. De quoi parle-t-on? Quand on parle de médiation, on parle avant tout de faire se rencontrer et dialoguer deux ou plusieurs personnes qui sont souvent opposées de part leur identité propre (origine, âge, expérience etc.). Il convient alors d utiliser une personne intermédiaire qui permettra de nouer des liens entre ces personnes : le médiateur. Ce dernier va utiliser son domaine d expertise pour estomper des relations à priori «conflictuelles». La médiation artistique positionne donc un artiste dans un rôle de médiateur au sein d un groupe de personne. «De nombreux projets nécessitent un rapprochement de milieux éloignés comme la culture, le social, ou encore le soin dont les fonctionnements et les objectifs diffèrent, qui n ont pas le même langage et qui pourtant doivent travailler ensemble. Le médiateur artistique va les y aider» explique Delphine Berthod, médiatrice artistique et coordinatrice de l Atelier des Traverses. Et concrètement? Les ateliers de médiation artistique proposés par l Atelier des Traverses s inscrivent généralement dans des projets éducatifs ou thérapeutiques et s adressent à tous les publics. Les intervenants proposent alors des activités dans différentes disciplines artistiques comme l expression corporelle (mouvement, danse, relaxation), le théâtre, le chant, la musique, l écriture ou encore l image (photo, vidéo). «En tout état de cause, les interventions sont menées dans une double optique de développement personnel et de lien social» précise Delphine Berthod. Le médiateur artistique est là pour faciliter l émergence de la créativité, accueillir la parole et les affects des personnes participantes. L originalité de l Atelier des Traverses est également d être un centre de ressources et d accompagnement de la pratique de la médiation artistique. Delphine Berthod explique que «nous organisons des rencontres entre professionnels de la médiation artistique. Ces regroupements permettent de prendre du recul par rapport à ses pratiques. Les participants exposent un problème sur lequel ils butent. Chacun exprime alors son expérience pour aider à l analyse du problème et dégager des propositions concrètes». Un métier d avenir? Médiateur artistique est un métier complet, tantôt centré sur la communication, tantôt proche de la gestion. Il favorise la promotion d une œuvre artistique en organisant des rencontres avec les publics ou en mettant en place des services ou des projets culturels. Le médiateur artistique est au service d une association, d un théâtre, d un centre culturel, d une ville, d une entreprise culturelle ou d une fondation. Aussi, Delphine Berthod pense qu il s agit d un métier d avenir à condition qu il soit valorisé et accompagné. Même si la médiation artistique et plus largement culturelle, est incluse dans la loi du 1 er février 2005 pour «l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées» et dans le programme de l Agence nationale pour la cohésion sociale et l Égalité des chances, Delphine Berthod regrette le manque de réponses publiques aux difficultés de rémunération, de formation et d isolement des médiateurs artistiques. C est pourquoi l Atelier des Traverses tend à favoriser les coopérations entre médiateurs artistiques et à faire de cette pratique une source de revenu pour des artistes trop souvent en situation de précarité. L association travaille également sur une charte du médiateur artistique afin de donner plus de visibilité à ce métier aux multiples atouts pour celui ou celle qui le pratique et les publics qui en bénéficient. Contact : L Atelier des Traverses 9, rue d Alsace Jarville la Malgrange Delphine Berthod, coordinatrice / L ASSOCIATIF 5 Delphine Berthod déborde de projets pour valoriser le métier de médiateur artistique

6 consommer L Amap «Les petits légumes» distribue les produits de quatre producteurs à l école Saint Eucaire de Metz une fois par semaine. Tous acteurs de notre consommation Dans une société hyper-consommatrice, Attac Moselle (Association pour la taxation des transactions financières et pour l action citoyenne) offre des temps de pause pour réfléchir ensemble sur les conséquences de nos actes de consommation quotidien. L humain pour l humain Pour Matthieu Moriamez, président d Attac Moselle, «il est urgent de construire des alternatives aux logiques financières et de marché». Pour Attac, qui s oppose fermement à la standardisation des produits agricoles dans le monde, mieux prendre en compte les spécificités locales permettra de renouer avec des logiques d économie locale. «Nous défendons avant tout l humain au service de l humain avec l idée d égalité inconditionnelle et à tout point de vue entre chaque homme et femme qui composent nos sociétés actuelles» affirme Matthieu Moriamez. Mal logement, démantèlement du service public, piétinement des Droits de l Homme etc. sont au cœur de la mobilisation d Attac. Mais la consommation et le partage des richesses sont les priorités du mouvement. En Moselle, Attac propose deux Universités populaires pendant le Mois de l Ess : l une valorisant les Associations pour le maintien d une agriculture paysanne, l autre proposant un éclairage sur ce que pourrait être notre économie à l image de l Afrique. «Ces deux modèles de consommation nous rendent le pouvoir de choisir!» exprime Matthieu Moriamez. Consommer responsable Parmi les modèles alternatifs de consommation, les Amap (Associations pour le maintien d une agriculture paysanne) se développent au sein des grandes villes Lorraines (21 à ce jour). Il s agit alors de favoriser une agriculture de proximité et rémunératrice, loin des produits standardisés issus de systèmes ultra-libéraux. Et tout le monde s y retrouve : l agriculteur qui pérennise son exploitation et le consommateur qui profite de produits de saison, sains et tracés. Ce concept, qui fête ses 10 ans, se démocratise. Financièrement abordable, les familles mais aussi les célibataires bénéficient chaque semaine d un panier composé des produits uniquement disponibles. Ainsi les consommateurs deviennent solidaires de l agriculteur car ils assument et comprennent les difficultés de récolte et le manque de certains produits. Inutile de chercher dans le panier des kiwis lorrains en février! Selon les adhérents des Amap, ce système concrétise le développement durable sur la base d une consommation raisonnée et raisonnable. Partager les richesses Consommer responsable ce n est pas stopper les importations et se fermer au monde mais c est opérer des choix aux incidences positives sur le monde. Pour beaucoup, générer de l économie sur le principe de la solidarité, c est possible et l Afrique l a compris. A travers le film de Denys Piningre, «Africascop», trois coopératives du Burkina-Faso témoignent que la solidarité et le principe coopératif génèrent une économie. Mais cette coopération africaine a des limites : insolvabilité du marché local, difficultés pour aller à la rencontre d acheteurs étrangers, irrégularité de la production. C est ainsi, que nous, européens, pouvons consommer des produits exotiques sur la base du commerce équitable. Des réseaux de distribution associatif et militant existent comme Artisans du Monde. Pour ce réseau, né il y a 35 ans, le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Contact : Trouver une Amap près de chez soi Visionner le film «Africascope» de Denys Piningre Consommer équitable Contacter Attac 6 L ASSOCIATIF

7

8 Consommer Yann Pignon (g.) et Cyril Bouillet organisent des petits-déjeuners au cours desquels des structures de l Ess présentent leurs activités aux adhérents de Cezam Se divertir solidaire Cezam Lorraine, déclinaison nationale du réseau du même nom, regroupe les comités d entreprise et les organismes similaires de la fonction publique, mais aussi des syndicats, des associations, des petites et moyennes entreprises. Elle prône la mutualisation, l innovation et la solidarité. De par son fonctionnement, ses valeurs et ses actions, elle se revendique actrice de l Économie sociale et solidaire. Cezam Lorraine est en fait un inter-comité d entreprise. Grâce à son équipe de trois salariés et des élus engagés, Cezam Lorraine se positionne comme une association d appui, de conseils et de formations auprès des élus des Comités d entreprises. En effet, la particularité de cette association est de fédérer des comités d entreprises de petites tailles mais qui souhaitent faire bénéficier à leurs salariés-adhérents d autant d avantages que les comités d entreprises avec de plus gros budgets. La carte Cezam est une réponse. Cet inter-comité d entreprise négocient chaque année plus de 450 partenariats permettant des avantages tarifaires. «Mais pas n importe comment!», précise Cyril Bouillet, directeur de Cezam Lorraine et d ajouter «nous privilégions un large accès à la culture à travers l offre de proximité loin des importants centres culturels. En cela, nous préférons par exemple traiter avec des salles de spectacles indépendantes, car elles proposent aussi de très intéressantes programmations et qu elles ont besoin d être soutenues». Notons que Cezam Lorraine est sociétaire d une coopérative de promotion sociale et culturelle. Par ailleurs, Cezam Lorraine mettra en avant dans son guide régional des partenaires, ceux particulièrement acteurs de l Économie sociale et solidaire. En terme d innovation sociale, Cezam lorraine agit en faveur de l insertion sociale dans le cadre de son action «accès à l offre culturelle» (Aoc). Yann Pignon, chargé de développement et des activités à Cezam Lorraine explique «qu il s agit d un fond alimenté par les comités d entreprises qui est utilisé pour produire des spectacles ensuite revendus aux structures d insertion». C est ainsi que Cezam Lorraine fait bénéficier de spectacles de qualité à prix réduit à des personnes en situation d intégration. Pour Cyril Bouillet et les administrateurs de Cezam Lorraine «nous sommes heureux de pouvoir nous identifier à une économie alternative». En effet, Cezam Lorraine tente de placer l individu en tant que personne dans un collectif. Dans un souci d apporter constamment du fond et un sens aux actions des élus des comités d entreprise et de les aider à faire passer des messages à leurs salariés-adhérents, Cezam Lorraine s investit dans le Mois de l Ess. C est, pour l association, l occasion de sensibiliser ses adhérents au fait qu ils agissent au cœur d une économie alternative et qu ils peuvent, à leur niveau, agir positivement sur et à travers leur vie extra-professionnelle. Contact : Cezam Lorraine 20, rue des Glacis Nancy L ASSOCIATIF

9 SOIGNER Sanitaire et médicosocial : la non-lucrativité a sa place «Les associations du sanitaire et du médico-social proposent des services qualitatifs, de proximité et maintiennent la cohésion sociale et surtout, elles recrutent!» défend Sylvie Mathieu, directrice de l Uriopss. Les associations oeuvrant dans les champs du sanitaire et du médico-social sont nombreuses en Lorraine. Fédérées au sein de l Union régionale inter-fédérale des organismes privés sanitaires et sociaux, ces associations proposent des modèles socio-économiques permettant un accès sans distinction à des services de santé et d accompagnement des plus fragiles. Ne pas sacrifier la cohésion sociale Pour Sylvie Mathieu, directrice de l Uriopss, «les politiques publiques successives en matière de santé mettent en jeu la cohésion sociale». En effet, la santé, la dépendance des personnes âgées ou encore la petite enfance sont autant de secteurs concernés par la «marchandisation» de leurs services. Ce contexte de libéralisation des services à la personne pose la récurrente question de qui sera en capacité de payer l augmentation des tarifs. Dans ces conditions, les personnes qui seront solvables pourront bénéficier de services de qualité tandis que les autres seront à la charge du service public qui fera au mieux avec les moyens qu on voudra bien lui allouer. «Nous créons véritablement une mixité sociale au sein de nos structures d accueil tout en ayant des prestations qualitatives» défend Sylvie Mathieu. Aussi, l Uriopss active depuis plusieurs années un processus de lobbying pour que les associations réalisent convenablement leur travail de cohésion sociale. S organiser pour exister Consciente que l action isolée n a plus de place dans la cohésion sociale, l Uriopss mène un ambitieux programme de coopération inter-fédéral depuis plusieurs années. Premier résultat obtenu, celui de la mutualisation des moyens afin de proposer des services sur l ensemble du territoire. De plus, le réseau de l Uriopss est à l origine de la Charte associative lorraine des établissements d hébergement des personnes âgées dépendantes (Ehpad) qui garantie à la fois une couverture territoriale suffisante par l implantation adaptée des Ehpad et une écoute permanente des besoins des personnes âgées et de leurs familles. Désormais, l Uriopps s attaque à l épineux problème de l emploi. Avec la Fédération des établissements hospitaliers et d aide à la personne, à but non lucratif (Fehap) et la Fédération nationale des associations gestionnaires au service des personnes handicapées (Fegapei), l Uriopss a créé la «plateforme privée non lucrative» (2pnl). Maintenir l emploi Cette bannière commune, qui permet déjà d organiser la représentation des associations au sein l Ars (Agence régionale de la santé) vise à trouver des solutions à la pérennisation des emplois associatifs. Les associations employeuses du secteur médico-social, qui représentent emplois en Lorraine, s inquiètent de l état de leurs emplois. Même si ceux-ci se maintiennent dans le médico-social et l accompagnement des personnes âgées, le secteur de la petite enfance souffre du manque de financement. La disponibilité des personnels est aussi préoccupante. «Nous constatons que des services d accompagnement individualisé, sur le nord de la Moselle par exemple, ne peuvent être assurés, faute de personnels» souligne Sylvie Mathieu qui précise «que nous avons un véritable travail de fond à mener sur l attractivité des métiers du médico-social dans le milieu associatif». La plateforme 2pnl devrait intensifier ses actions dans ce sens dans les semaines à venir. Le premier rendez-vous régional est une journée de mobilisation autour de la question de «l emploi dans le secteur du médico-social : défis et enjeux pour la Lorraine» le 24 novembre Effectivement, au delà de l avenir du secteur, en dépend l aide aux populations les plus fragiles et les plus vulnérables. Contact : Uriopss 2, rue Joseph Piroux Jarville la Malgrange L ASSOCIATIF 9

10 ENTREPRENDRE La Lorraine souhaite entreprendre autrement L objectif de ce «collectif», en accord avec la Région Lorraine, est triple. Aussi, des réflexions ainsi conjuguées des structures, des actions de sensibilisations devront permettre le développement de l entrepreneuriat social lorrain. Le «collectif» cherche également à créer une dynamique de soutien et d accompagnement de l entrepreneuriat social. Enfin, il sera question d étudier l opportunité de la création d un fond de confiance en Lorraine permettant de répondre aux besoins financiers. Entrepreneuriat social en question Mais qu est que entrepreneuriat social? Pour l Agence de valorisation des initiatives socio économiques, le secteur de l entrepreneuriat social regroupe «les entreprises qui partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial au service de l Homme. Elles combinent leur projet économique avec une finalité sociale et/ou une gouvernance participative. Le Pôle lorrain de l utilité sociale (Plus) soutient et accompagne les acteurs de l Économie sociale et solidaire en Lorraine (Ess). Son rôle est de rassembler ces différents acteurs (associations, coopératives et mutuelles) afin de coordonner leurs actions, mais également de comprendre et d analyser leurs besoins, pour trouver ensuite les meilleures façons d y répondre. Entreprendre autrement Le Plus est une association née de la réflexion d un collectif d acteurs convaincus de la nécessité d avoir sur le territoire lorrain un espace dédié à l articulation entre les différents réseaux, un centre de ressources régional de l Ess, et un outil conçu pour répondre aux attentes des porteurs de projets et des acteurs publics et économiques. Le Plus participe ainsi à une politique régionale de développement et de soutien à l Ess. Il accompagne les évolutions, appuie et valorise toutes formes d initiatives, dès lors qu elles se fondent sur les principes et les valeurs qui animent cette économie. Aujourd hui, au delà des structures juridiques reconnues, d autres modèles se dessinent. A ce jour considéré cousin de l Ess, l entreprenariat social fait son entrée dans les réflexions autour de l entreprendre autrement. A l appel de la Région Lorraine, le Plus s est associé à l Union régionale des entreprises d insertion de Lorraine (Ureil), à l Union régionale des Scop (Urscop) de l Est et à Lorraine initiative (réseau lorrain des plateformes d initiatives locales) pour créer un «collectif» sur la thématique de l entrepreneuriat social. Nouveau logo pour une nouvelle visibilité du rôle et des missions du Pôle lorrain de l utilité social Pour elles, la réalisation de bénéfices ne constitue pas une fin en soi mais un moyen au service de leur projet sociétal». L entrepreneuriat social ainsi défini ne serait donc plus l unique affaire des associations (80% des structures de l Ess), des coopératives ou des mutuelles. Les entreprises d insertion s y retrouvent d autant plus qu elles n ont pas forcément une gouvernance plurielle. La finalité est bien d aider les personnes attirées par la création d entreprise vers l entreprendre autrement mais aussi à les aider à développer des projets socio-économiques viables, constituant une réponse intelligente, à la fois, à la demande sociale et au besoin de croissance économique. Tout l enjeu est donc de correctement définir l entrepreneuriat social mais aussi de trouver des réponses à comment l accompagner, le financer et d éviter de le «gadgétiser». Toutes ces questions seront débattues lors de la journée «entreprendre autrement en Lorraine» organisé par le Plus, en partenariat avec les étudiants du Master Aes de l Université Paul Verlaine de Metz, et avec le soutien de la Région Lorraine, le 10 novembre Contact : Pôle lorrain de l utilité sociale en Lorraine Maison Régionale des Sports de Lorraine BP rue Jean Moulin Tomblaine Marine Drapier, chargée de mission L ASSOCIATIF

11 ENTREPRENDRE Entreprendre à plusieurs Contact : Créée en 2004 sur le territoire de Forbach (57), la société coopérative d activités et d emploi Cap entreprendre est une Scop qui ne cesse de se développer grâce à l implication de ses entrepreneurs- salariés et de ses coopérateurs. Particulièrement innovante pour l époque, dans un bassin d emploi forbachois en crise, l initiative de porter la création d emplois sous statut d entrepreneur individuel a largement conquis les élus politiques. Expérimentée sur Forbach, la coopérative s est élargie à la Moselle et propose désormais son expertise et ses moyens aux meurthe-et-mosellans et aux vosgiens. «Le concept est simple et permet d entreprendre rapidement et en toute sécurité» résume Mathieu Vacon, responsable de l antenne de Nancy. Cap entreprendre propose un statut sous lequel un entrepreneur peut tester la viabilité de ses activités. Cet entrepreneur devient alors salariés de la Scop qui le rémunère sous forme de salaire proportionnel au chiffre d affaires qu il réalise. Mathieu Vacon précise que Cap entreprendre prend en charge les aspects administratifs et juridiques liés à la création d entreprise et à sa gestion, laissant l entrepreneur-salarié se concentrer sur la commercialisation de ses produits et services et la relation avec ses clients. De plus, Cap entreprendre accompagne l entrepreneur à travers un parcours de formation afin que celui-ci devienne totalement autonome. «C est ce qui nous différencie d une pépinière d entreprise» précise Mathieu Vacon. «L entrepreneur-salarié intègre la Scop de façon indéterminée, c est-à-dire qu il quitte Cap entreprendre quand lui seul le décide» explique Mathieu Vacon. C est pourquoi, Cap entreprendre vient parfois en relais des pépinières ou des couveuses d entreprises, qui limitent dans le temps leurs aides. L autre possibilité est que les entrepreneurssalariés deviennent des coopérateurs. Ces derniers, assimilés à des associés, sont alors partie prenante dans la gestion et l administration de Cap entreprendre et participent directement au capital de la Scop. «Il s agit d une opportunité intéressante pour les personnes qui souhaitent développer leurs activités sans pour autant salarier des collaborateurs ou faire appel à des sous-traitants» explique Mathieu Vacon. Le travail en réseau au sein de Cap entreprendre prend alors tout son sens. Il a permis notamment la création de Capécologis en Cette autre coopérative rassemble l ensemble des corps de métier de la construction et du bâtiment. Ainsi, les entrepreneurs individuels se rassemblent pour réaliser des chantiers dans leur ensemble. Mathieu Vacon justifie également cette initiative par «la nécessité de mutualiser les coûts comme celui de l assurance garantie décennale». Ralentie par le statut d auto-entrepreneur, l importance de Cap entreprendre, qui compte 120 entrepreneurs et coopérateurs, est grandissante car elle répond véritablement aux besoins fondamentaux des entrepreneurs : être accompagné et sécurisé. Cap entreprendre Siège social 12 place Robert Schuman à Forbach Etablissement secondaire 1 rue du Coëtlosquet à Metz Antenne de Nancy 8 rue de Metz à Maxéville Accueil et entretien sur rendez-vous au Une Scop est une société coopérative de type Sarl ou Sa, dont les associés majoritaires sont les salariés. Les décisions sont prises collectivement selon le principe coopératif «une personne = une voix», indépendamment du montant de capital détenu. Réunis autour d un même projet économique et des mêmes valeurs, ils s impliquent totalement dans l entreprise. Les Scop peuvent être créées dans tous les secteurs d activités : commerce, industrie, artisanat, services, multimédia et mêmes certaines professions libérales réglementées (architectes, géomètres-experts). La Scop se constitue un patrimoine propre (réserves financières impartageables). L impartageabilité des réserves (c est-à-dire l impossibilité de les incorporer dans le capital social ou de les distribuer) préserve la Scop d une prise de contrôle majoritaire par les investisseurs extérieurs et garantit ainsi son indépendance et sa pérennité. A noter qu une association a la possibilité de se transformer en Scop. Source Apce, agence pour la création d entreprises L ASSOCIATIF 11

12 éduquer La conférence organisée par la Ligue de l enseignement des Vosges est l occasion de relayer la campagne nationale autour de la vivacité, l inventivité, la modernité, et la fierté d appartenance des associations d éducation populaire. L éducation comme facteur de cohésion territoriale La Ligue de l enseignement existe pour soutenir la création en France d une école publique et laïque. Aujourd hui La Ligue est un réseau de associations locales agissant dans le sport, l accès à la citoyenneté, les loisirs, l environnement mais aussi sur l école et l éducation des jeunes. Éducation populaire La Ligue de l enseignement se revendique du mouvement de l éducation populaire par lequel elle milite pour le développement de chaque personne individuellement et dans un groupe afin qu elle puisse s épanouir et trouver sa place dans la société. Les actions des associations affiliées sont portées par des bénévoles et des salariés qui s engagent au niveau local et vise à apporter des connaissances mais aussi la possibilité d exprimer l engagement citoyen. Plus proche des jeunes, la Ligue de l enseignement accompagne à la scolarité du primaire au lycée. Dans sa charte nationale, il est défini l ensemble des actions visant à offrir l appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour réussir à l école. La Ligue de l enseignement accompagne également l enfant en dehors du temps scolaire en insistant sur l importance de décentrer l enfant du cadre scolaire pour que ce temps ne soit pas de «l école après l école». En cela, les militants de la Ligue prônent des actions en complément de l enseignement académique et institutionnalisé C est ainsi qu ils reconnaissent la culture dite populaire et croient à un système éducatif partagé. Pour en développer les principes, la Ligue de l enseignement des Vosges a décidé de travailler sur cette thématique en ayant recours aux compétences de Céline Taleb, en service civique. De l éducation partagée à la coéducation L éducation a depuis toujours été un fondement nécessaire à l intégration et à la promotion sociale dans une société. Traditionnellement cette éducation est assurée par l école et la famille avant même d intégrer l éducation populaire. Toutefois, l action d éduquer se retrouve dans d autres secteurs que l enfant côtoie quotidiennement dans ses activités extra-scolaires et familiales comme la culture et le sport. En cela, il est possible de parler d éducation partagée entre plusieurs acteurs sociaux notamment les communes et les associations. Or, il est possible que les contenus d apprentissage de certains acteurs ne soient pas en cohérence avec l avance qu à l enfant dans son propre apprentissage. L enjeu est bien de percevoir la globalité de l apprentissage à un instant déterminé pour que les acteurs éducatifs interviennent au plus proche des besoins de l enfant. Mais il est également indispensable d intégrer les parents dans cette éducation partagée notamment à travers l ensemble des aides à l exercice de la parentalité comme l action sociale des Caisses d allocations familiales. Aussi, pour la Ligue de l enseignement des Vosges, l enjeu est de dépassée l éducation partagée en construisant une véritable coéducation. C est ainsi qu à travers la coéducation il sera possible de réunir différents acteurs de l éducation pour tenter de proposer des activités dans une cohérence des modes d approche et surtout pas une uniformité des modes d intervention. C est pour y parvenir que la Ligue de l enseignement des Vosges a recueilli le témoignage vidéo de plusieurs parents qui introduiront les débats de la conférence «les enjeux de l éducation partagée» à Epinal, le 18 novembre, réunissant de nombreux professionnels et spécialistes de l éducation. Contact : Ligue de l enseignement des Vosges 15, rue Général de Reffye Epinal Céline Taleb L ASSOCIATIF

13 L associatif Le magazine de la vie associative en Lorraine n Abonné Nom / prénom / dénomination de la structure (indiquer «particulier» si personne physique) : Pensez à consulter notre site internet Téléphone / mail du contact : Adresse d envoi : Adresse de facturation (si différente de l adresse d envoi) : Fait à :... Le... Signature ou cachet Règlement 15 TTC pour 6 numéros J envoie un chèque à l ordre de ADEVOS Bulletin à renvoyer à ADEVOS 78, avenue du 69e RI Essey-les-Nancy Abonnez-vous! L ASSOCIATIF 13

14 participer Devenu universel, le slogan «un autre monde est possible» illustre parfaitement l engagement des Forums sociaux. Porto Alegre au format mosellan C est en janvier 2001, à Porto Alegre (Brésil), que c est tenu le premier Forum social mondial. Depuis, il a fait des petits partout dans le monde, y compris à Meisenthal au pays du verre et du cristal, en Moselle. Initié en 2005 et baptisé «Octobre verre», ce projet interassociatif se veut être le premier Forum social local et rural des petits «pays» qui croient en un projet d avenir fait de liens sociaux et de respect de l individu en tant que partie intégrante d une communauté vivante et active. Le Forum social mondial est un forum international ayant pour but de faire rencontrer des organisations citoyennes du monde entier sensibles à la cause altermondialiste. Traitant des principaux sujets de préoccupation des sociétés civiles, cet événement se présente comme une alternative sociale au Forum économique mondial annuel des Chefs d États. Depuis le premier Forum social mondial à Porto Alegre en 2001, les forums sociaux existent à toutes échelles et sont régis par la «Charte des principes du Forum social mondial», dont les principes les plus importants sont : l opposition à l ordre néo-libéral caractérisant la mondialisation actuelle, l ouverture à tous les courants idéologiques pour les projets alternatifs et l absence des partis politiques en tant que tels. Sans légitimité reconnue, les forums sociaux ne délivrent pas de déclaration finale, mais sont des espaces ouverts de débat d idées et d élaboration de projets. Pourquoi Meisenthal? C est avant tout une histoire locale forte de l industrie du verre, du cristal et de l optique. Ce bassin de vie incroyablement fertile socialement et économiquement a été très vite victime de l utra-libéralisme. Fermeture des usines, précarité des emplois, démantèlement du service publique, décroissance associative ont mis à mal l ensemble du tissu social de cette région où, malgré tout, les Hommes «meurent volontiers, mais ne se rendent jamais!». C est en 2005 qu un groupe de citoyens, acteurs associatifs pour la plupart, ont décidé de réagir fortement et de porter un coup de projecteur sur ce bassin lorrain dont les difficultés semblaient peu préoccupé les élus politiques. Adoptant la Charte de Porto Alegre, le premier forum social en Moselle était organisé. La volonté affichée est de permettre la réunion d un maximum de citoyens et d acteurs socio-économiques, politiques et associatifs du bassin pour échanger et trouver des alternatives devant les menaces d une mondialisation libérale «qui écrasent ce pays rural». Il s y passe quoi? Il s agit, pour les organisateurs, de susciter les idées en permettant aux participants d apprendre avant même de débattre et de proposer. Durant une semaine sont ainsi organisés des concerts, des débats/forums, des rencontres à thèmes «élus - citoyens», des expositions en tous genres, des ateliers et représentations théâtrales et d expression, des performances artistiques, un festival du cinéma social. Ce Forum est aussi l occasion de écouvrir le patrimoine local et d investir les lieux symboliques des luttes sociales du pays. Tous les sujets sont abordés : sanitaire (hôpital, service d urgences ), économie, services publics, vie associative et identité culturelle, démocratie et citoyenneté et environnement. L idée est de faire prendre conscience des liens existant entre la situation locale et mondiale dans l esprit du «comprendre globalement, agir localement». Il s agit également de s ouvrir en invitant d autres territoires ayant connu des situations similaires et ainsi enrichir les débats. Cette année la parole a été laissée aux spécialistes ( journalistes, économistes, écrivains, sociologues, maîtres de conférence etc.) sur la crise de la zone euro, les logiciels libres et la répartition des richesses. L aboutissement est alors la mise sous différentes formes des revendications et propositions (cahier de doléances, livre noir, actes) approuvés par l ensemble des participants au forum. Contact : Le collectif organisateur : Artopie, le fédération Culture et liberté de Moselle, les Piverts, Attac Vosges du Nord et le Domino s Bar En savoir plus : octobreverre.free.fr 14 L ASSOCIATIF

15 participer n Une programmation mensuelle pour faire participer les messins autour des questions de société mais aussi de la découverte des talents locaux. Participation citoyenne à Metz Née de la rencontre entre l association Pas Assez et Oriane Alaphilippe, le bar «La Chaouée», qui fête sa première année, est un lieu où se forge le débat citoyen autour des questions de société. A mi-chemin entre débats familiaux dominicaux et démocratie participative, l existence de ce bar associatif exprime la volonté de messins âgées de 30 à 40 ans de se retrouver pour débattre mais aussi apprendre ensemble. Trois fois par semaine, les adhérents se retrouvent autour de produits locaux pour échanger leurs savoirs et imaginer une société plus solidaire et plus engagée dans ses choix de vie. Dans la ligne droite de l Éducation populaire, les initiateurs de ce projet associatif ont imaginé un lieu à la fois simple et convivial où s affrontent toutes les tendances sociales et politiques dans le respect de l opinion de chacun et dans le désir d en apprendre plus sur ce qui fait bouger le monde. Tous les thèmes sont abordés, décortiqués, analysés avec l aide d intervenants pédagogiques et des experts. Tout un chacun est invité à exprimer son point de vue et ses idées pour mieux vivre ensemble. «Notre leit motiv reste toutefois la jeunesse» précise Oriane Alaphilippe, coordinatrice de la Chaouée. Soutenue par la Direction départementale de la Jeunesse et de la Cohésion sociale, la Chaouée propose aux jeunes de débattre de leur avenir avec des experts mais aussi d exposer leurs goûts artistiques. Des musiques et des peintures y sont en effet produites et mises à la portée de tous ceux et celles qui veulent passer une agréable soirée entre amis ou en famille. «Il était évident pour nous de participer au Mois de l Économie sociale et solidaire» explique Oriane Alaphilippe qui, pour elle, «est une formidable occasion de montrer notre attachement à des valeurs citoyennes et de solidarité locale». Pour la Chaouée, la citoyenneté s exprime par le sens des responsabilités envers autrui. C est pourquoi, proposer un débat sur la santé et la nutrition des jeunes est un acte responsable quant à l avenir de leurs assiettes. Embauchée dans le cadre du service civique, Adeline Tanne explique que «nous avons le devoir d informer les jeunes sur ce qu ils mangent afin qu ils réfléchissent sur ce qu ils sont prêts à consommer et éviter de ce faire imposer certains choix purement mercantiles souvent contraire à leur bonne santé». Ce débat, qui se déroule pendant le Mois de l Économie sociale et solidaire, est soutenu par la Fondation Simply qui multiplient les actions de responsabilisation vis-à-vis de l alimentation des jeunes. Selon, Adeline Tanne, «il s agit d apprendre à manger durable». Après un an d existence, la Chaouée se porte bien et ne cesse de proposer des soirées de débats en lien direct avec l actualité. C est pourquoi, après les «cafés pédagogiques» et les «cafés débats», les «Diabolo débats» devraient arrivés dans les prochains mois. Particulièrement destinés aux plus jeunes, ces débats seront centrés sur des sujets touchant de près les adolescents et leur permettront de saisir des clés pour agir positivement sur leur avenir. Ce lieu d expression citoyenne est certainement amené à devenir une véritable maison de la citoyenneté et aider à faire les bons choix pour les années prochaines. Contact : La Chaouée 1 rue du Champé Metz lachouee.fr L ASSOCIATIF 15

16 S évader Retrouvez l offre des associations de tourisme en Lorraine sur Le tourisme associatif s organise Permettre le départ en vacances du plus grand nombre et participer à l aménagement du territoire, tels sont les deux principaux objectifs du tourisme associatif. La délégation lorraine de L Union nationale des associations de tourisme (Unat) s attache à étudier les voies et moyens susceptibles de permettre à cette forme de tourisme de poursuivre son action d intérêt général. La Lorraine, terre du tourisme associatif La majorité de l activité touristique lorraine réside dans une offre complète d hébergement dictée par l engagement des associations au milieu des années soixante de développer des lieux de vacances accessibles à tous notamment à travers les fameuses colonies de vacances. Héritière des comités d entreprises sidérurgiques et métallurgiques, l offre lorraine représente 124 établissements associatifs pour une capacité d accueil de lits. Ces chiffres démontrent que l hébergement associatif représente 11% de la capacité d accueil régional, secteur marchand confondu. Notons que l activité d hébergement associatif lorrain génère 550 emplois et un budget consolidé de 11 millions d euros. A ce jour, l hébergement est présent à travers des villages vacances, des maisons familiales, des auberges de jeunesse qui accueillent bien entendu les plus jeunes mais aussi leurs familles en toute période de l année. Des enjeux bien présents L accès aux vacances pour les personnes âgées et les personnes handicapées sont de réelles attentes sociétales. L Unat de Lorraine s efforce d accompagner les associations de tourisme à démultiplier leur offre dans un souci constant d amélioration qualitative des prestations. La professionnalisation est une question centrale des associations de tourisme et l Unat tente d y répondre par la mise en place de formation à destination de leurs bénévoles comme de leurs salariés. Mais cela ne serait suffire. Accueillir des personnes handicapées demande des mises en conformité importante tout comme permettre à des personnes âgées, dont les revenus sont de plus en fragiles, de partir en vacances demande des efforts financiers. En s organisant autour de l Unat, les associations de tourisme sont capables de dialoguer d une seule voix avec les financeurs et les partenaires publics et de mettre en place des dispositifs. Une plate-forme de ressources Cependant, l Unat constate que les montages financiers sont complexes du fait de la diversité des financeurs intervenant dans la concrétisation des projets associatifs des associations de tourisme. «Le développement d une association de tourisme peut vite être bloqué du fait d un dossier mal ficelé» exprime Romain Laux, agent de développement à l Unat. «Même si nous intervenons auprès de nos adhérents pour les aider dans la rédaction de leurs dossiers, il est évident que la diversité des modalités d intervention des financeurs ne facilitent pas leurs montages» constate Romain Laux. Aussi, l idée de créer une plateforme des ressources d accompagnement et d en coordonner leurs intervention est devenu une évidence pour l Unat. Invités à se rencontrer pendant le Mois de l Ess, le 22 novembre précisément, les structures techniques et les financeurs seront amenés à dialoguer et à clarifier leur modes d intervention dans un souci de faire aboutir efficacement les projets associatifs en souffrance. «L idée, à terme, est d entrer dans un processus de prévention des risques et de déceler très tôt les difficultés à lever pour rendre viable les projets en les accompagnant dans leur globalité et non plus en partie» précise Romain Haux. Contact : Unat Lorraine Abbaye des Prémontrés 9 rue Saint Martin Pont à Mousson Romain Laux, agent de développement A lire également le prochain numéro de L Associatif consacré au tourisme associatif en Lorraine. 16 L ASSOCIATIF

17

18 SAUVEGARDER Serpil Laval et Guillaume Flocquet entrent dans une nouvelle dynamique associative Développer durablement un quartier Le Centre culturel d Anatolie, situé sur le quartier de Borny à Metz, est une association pluridisciplinaire tournée vers la valorisation de la culture turque. Avec l arrivé cette année de Guillaume Flocquet, médiateur social, l association entame un tournant. Explications. Une multitudes d activité L association existe par la volonté d aider la population d origine turque du quartier à s intégrer par le partage de sa culture avec les autres habitants mais aussi d avoir un relais social dans les démarches quotidiennes. C est ainsi que l association Anatolie pratique des activités de médiation sociale en accueillant toutes les personnes qui ont besoin de renseignements, d accompagnement ou de soutien dans les démarches du quotidien et administratives. La scolarité est également au cœur des préoccupations des bénévoles qui aident aux devoirs, après l école. Nouveauté en 2011, tous les dimanches des cours de Saz, luth à manche long ou court d origine turc, et des cours de danse folklorique sont dispensés par des professeurs qualifiés. Ces ateliers sont ouverts à tous les jeunes âgés de 12 à 17 ans habitant le quartier et ses environs. Les troupes d artistes en herbe participeront à plusieurs représentations aux cours de l année. Les femmes sont également accueillies au sein d espaces de discussion et d écoute. Enfin les questions de la famille et de l exercice de la parentalité anime de nombreux ateliers. Une volonté d intégrer par l action «Mais nous sommes à un tournant» explique Guillaume Flocquet. En effet, Anatolie juge nécessaire une appropriation par les habitants de l avenir du quartier. «Borny est en pleine mutation sociale de part ses nouveaux aménagements. Les questions de propreté publique et de traitement des déchets deviennent récurrentes et rejoignent notre mission de médiation» estime Guillaume Flocquet. C est pourquoi, l association Anatolie va organiser des ateliers sur le développement durable en complément des Ecolo Puces de la Mjc Metz-Borny. «Les enfants devraient influencer leurs parents sur la mise en pratique du tri sélectif sur le quartier» espère Guillaume Flocquet. Par ailleurs, avec l aide de l Espace info énergie de la Ville de Metz, l association va sensibiliser les parents sur la question des économies d énergie. «Il est évident que le développement durable reste une notion très floue pour nos adhérents, mais en utilisant des arguments comme celui des économies sur les factures d énergie, nous pensons que les personnes seront réceptives». Les dirigeants de l association estiment que des actions citoyennes comme le respect de l environnement doivent permettre une meilleure intégration des populations, en faisant d elles des acteurs de l avenir de leur quartier. Et pour cela, Anatolie voit loin, notamment par la réconciliation des habitants avec l exploitation des jardins ouvriers, par exemple. Contact Centre culturel d Anatolie 28 rue du Maine Metz Borny La Ville de Metz a mis à disposition de ses habitants un service d information sur les économies d énergie et les énergies renouvelables. Cet Espace info énergie (Eie) de Metz diffuse auprès du grand public des informations objectives, personnalisées et gratuites. En pratique, les conseillers énergie accueillent et renseignent le public sur des questions aussi diverses que le chauffage et l eau chaude domestique, l isolation, les équipements de l habitat, les énergies renouvelables ou encore les voitures propres. Les particuliers peuvent ainsi trouver des informations sur les aides financières auxquelles ils peuvent prétendre, ou encore des conseils pratiques sur les réflexes simples à adopter et sur les équipements ménagers à faible consommation d énergie. Situé au 144 route de Thionville, l Eie de Metz propose une permanence ouverte le mardi de 14h à 17h et le mercredi de 9h à 12h et de 14h à 17h. Les conseillers sont également joignable au numéro Azur (prix d un appel local) du lundi au vendredi de 13h30 à 19h et par mail : 18 L ASSOCIATIF

19

20

«Quand utilité sociale rime avec performance économique»

«Quand utilité sociale rime avec performance économique» L entrepreneuriat social en Lorraine : un projet pour vous «Quand utilité sociale rime avec performance économique» «Les entreprises sociales partagent une même ambition : mettre leur projet entrepreneurial

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE

OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2015-2016. GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE OFFRE DE FORMATION CONTINUE 205-206 GROUPE D APPUI DÉPARTEMENTAL AUX PROJETS ÉDUCATIFS TERRITORIAUX (PEdT) Logo LE SOMMAIRE THÉMATIQUE COORDINATION Le Groupe d Appui Départemental (GAD) du Gard, instance

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP»

Première édition du Prix Chorum «MUSIQUE ET HANDICAP» Appel à prix - Dépôt des candidatures jusqu au 25 février 2011 «Développer et favoriser des initiatives en vue de faciliter l ouverture des pratiques musicales aux personnes en situation de handicap» «Toute

Plus en détail

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs

Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Faire avancer la cause du handicap, pour l OCIRP, c est être capable d en assurer aussi le risque et d en mobiliser les acteurs Le Prix OCIRP Acteurs Économiques

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Prix. mobiliser les acteurs et assurer le risque OCIRP. pour faire avancer la cause du handicap. Acteurs Economiques & Handicap

Prix. mobiliser les acteurs et assurer le risque OCIRP. pour faire avancer la cause du handicap. Acteurs Economiques & Handicap Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire

1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire 1 er Village de l Economie Sociale et Solidaire Pour vivre et consommer autrement 28 & 29 novembre 2014 Espace Racine Rue de la République Châteauroux (36) L Economie Sociale et Solidaire, kézako? L ESS

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES»

PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES» 1 PROJET DE L ASSOCIATION «LES DEUX RIVES» 2 SOMMAIRE. I. Une Histoire...3 II. Les principes fondamentaux...3 III. Les objectifs...4 IV. Les actions...4 Actions envers les jeunes...4 Actions envers les

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013

Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Assises en territoires dès 2012 en France Rassemblement à Lyon du 5 au 7 mars 2013 Co-organisation : CFEEDD et GRAINE Rhône-Alpes www.assises-eedd.org L Education à l Environnement et au Développement

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2014 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES. Région Pays de la Loire APPEL À PROJETS 2014 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES VISUELLES Région Pays de la Loire Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime

Étude relative au développement d l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Étude relative au développement d de l économie sociale et solidaire Dieppe-Maritime Présentation au Bureau Communautaire 6 octobre 2009 Ordre du jour 1. ESS de quoi parle-t-on? 2. Synthèse du profil ESS

Plus en détail

CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES

CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES 1. Principes généraux La marque Proxim Services, dans ses conditions d octroi et d utilisation, est garante de ses trois piliers : la qualité des services rendus au client

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS

DOSSIER DE PRESSE. Vendredi 24 juillet 2015. Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS DOSSIER DE PRESSE Vendredi 24 juillet 2015 Le Grand Narbonne présente les 6 premiers mois d activités d IN ESS Le Grand Narbonne a fait du développement économique et de l emploi la priorité N 1 de ses

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014

Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 DE L AUDE RESEAU D ÉCOUTE, D APPUI ET D ACCOMPAGNEMENT DES PARENTS Cahier des charges de l appel à projets «soutien à la fonction parentale» 2014 Depuis la mise en œuvre dans l Aude, en 2001, du réseau

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire

CONCOURS PHOTOS. Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire CONCOURS PHOTOS Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Photographier le travail dans l'économie sociale et solidaire Partenaires historiques du secteur de l économie sociale en protection

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013

Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 Initiative Internationale d Istanbul sur le Vieillissement Document de référence 4-6 Octobre 2013 INITIATIVE INTERNATIONALE D ISTANBUL SUR LE VIEILLISSEMENT DOCUMENT DE REFERENCE Au cours de la dernière

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne

Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Défendre et représenter les intérêts des entreprises de Services à la Personne Rejoignez la 1 ère fédération de proximité d entreprises de Services à la Personne Dans les pas de Richard Binier qui a su

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012

Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012 Diagnostic Economie Sociale et Solidaire (ESS) Décembre 2012 Introduction : Eléments de définition de l ESS Des statuts : associations, coopératives, mutuelles et fondations Des pratiques et valeurs communes

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

APPEL A PROJETS JEUNES 2015

APPEL A PROJETS JEUNES 2015 APPEL A PROJETS JEUNES 2015 La Direction Départementale de la Cohésion Sociale, le Conseil Général, la Mutualité Sociale Agricole et la Caisse d Allocations Familiales du Gard souhaitent promouvoir des

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

I ORGANISATEUR I I PANORAMA DES ESPACES I

I ORGANISATEUR I I PANORAMA DES ESPACES I I ORGANISATEUR I La (association Loi 1901) est l organisation régionale représentante des entreprises, des fédérations et des syndicats d employeurs de l Économie Sociale et Solidaire (ESS) en Rhône-Alpes.

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

«Ouvrons les possibles, créons les conditions de l émancipation»

«Ouvrons les possibles, créons les conditions de l émancipation» «Ouvrons les possibles, créons les conditions de l émancipation» Eduquer pour s insérer durablement : Un droit à l éducation-formation tout au long de la vie Accompagner l émancipation : la mise en place

Plus en détail

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015

Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 PRÉFET DES LANDES Les rencontres recrutement de Mont de Marsan Trouvez un emploi aujourd hui, découvrez votre métier de demain Jeudi 17 septembre 2015 1 La Huitième édition de ce forum organisé par les

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif. ARHM : riche. de son passé et tournée vers l avenir

2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif. ARHM : riche. de son passé et tournée vers l avenir 2 0 1 1 > 2 0 1 5 Projet associatif ARHM : riche de son passé et tournée vers l avenir EDITO Montrer le chemin et rassembler Scriptum Née en 1950 de la volonté d un petit nombre de professionnels de la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre

Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Au service de toutes celles et ceux qui ont envie d entreprendre Business plan Formation Financement BPE Création Finances Commerce Édito Com des images / Région Picardie Les efforts réalisés depuis plusieurs

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION REPRESENTATION MISSIONS EMPLOYEURS QUALITE DE L EMPLOI INSTANCES LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION DES EMPLOYEURS DE L ECONOMIE SOCIALE EN REGION MISSIONS EMPLOYEURS REGION STRUCTURATION QUALITE DE L EMPLOI TERRITOIRES DELEGATION INSTANCES SYNDICATS ENJEUX REPRESENTATION

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010

Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire. L Economie. Sociale et Solidaire. Annemasse. 20 janvier 2010 Chambre Régionale de l Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire Annemasse 20 janvier 2010 1 Sommaire L économie sociale et solidaire : une autre culture d entreprendre Les entreprises

Plus en détail

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8

Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 Éducation nationale ÉDUCATION NATIONALE 1/8 ACTION DE LUTTE CONTRE LA DÉSCOLARISATION ET L EXCLUSION Objectifs de l action Accompagner les dispositifs de prévention de la déscolarisation. Mettre en place

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Orientation Relation école / entreprise. les CCI s engagent! CCI NORMANDIE

Orientation Relation école / entreprise. les CCI s engagent! CCI NORMANDIE Orientation Relation école / entreprise les CCI s engagent! CCI NORMANDIE Les actions en chiffres Au total, 27 000 personnes bénéficient chaque année des actions mises en place par les CCI en Haute-Normandie

Plus en détail