captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "captage stockage carbone Garantir une utilisation en toute sécurité du et du du en Europe Agir pour le climat"

Transcription

1 Garantir une utilisation en toute sécurité du captage stockage carbone en Europe et du du Agir pour le climat

2 Le captage et le stockage du carbone (CSC) est une nouvelle technologie susceptible d apporter une contribution importante à la lutte contre le changement climatique. Comme pour toutes les nouvelles technologies, il est essentiel de bien prendre en considération ses effets potentiels sur l environnement et la santé humaine. En 2009, l Union européenne (UE) a adopté une législation 1 visant à garantir que la technologie CSC peut être utilisée en toute sécurité et, dans la mesure du possible, à prévenir et supprimer tout risque pour l environnement et la santé humaine. La présente brochure explique comment cette législation garantit l exploitation en toute sécurité de la technologie CSC en Europe. Qu est-ce que le captage et le stockage du carbone? La technologie CSC consiste à capter 1 le dioxyde de carbone (CO 2 ) émis par les centrales électriques ou les installations industrielles, à le transporter vers des sites désignés et à l injecter dans des formations géologiques dont il ne peut plus s échapper. Des formations géologiques appropriées peuvent être trouvées en mer ou sur terre, par exemple dans des champs de pétrole ou de gaz épuisés ou dans des aquifères salins, parfois à une profondeur de plusieurs kilomètres sous le niveau de la mer ou du sol. La directive CSC a été adoptée dans le cadre d un paquet de mesures dans le domaine de l énergie et du climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement planétaire, à renforcer la sécurité énergétique et à favoriser la transition vers une économie sobre en carbone. L UE souhaite que la technologie CSC devienne commercialement viable et puisse réaliser pleinement son potentiel en tant que technologie clé pour réduire les émissions de CO 2 dans l UE et dans le monde. L Europe se positionne clairement comme l un des chefs de file mondiaux dans le développement de la technologie CSC. Les procédés en tant que tels (captage, transport et stockage) n ont rien de nouveau. Le premier projet de démonstration de captage et de stockage du CO 2 a vu le jour en 1996, dans le champ gazier norvégien de Sleipner. Les États-Unis et le Canada comptent des milliers de kilomètres de conduites de CO 2. Le principal défi consiste à intégrer le captage, le transport et le stockage dans un cycle complet pouvant être appliqué à l échelle commerciale dans des centrales électriques ou des installations industrielles. C est dans cette optique qu ont été élaborés les programmes de démonstration cofinancés par l UE. Pour des raisons économiques, la technologie CSC devrait d abord être déployée dans le secteur de l électricité. Elle figure parmi les technologies à faible intensité de carbone et les mesures d efficacité énergétique sur lesquelles la Commission européenne compte s appuyer pour décarboniser le secteur de l électricité d ici à L application commerciale à grande échelle du CSC aux émissions générées par des installations industrielles telles que des installations sidérurgiques ou des usines de ciment devrait quant à elle débuter à partir de Directive 2009/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 avril 2009 relative au stockage géologique du dioxyde de carbone et modifiant la directive 85/337/CEE du Conseil, les directives 2000/60/CE, 2001/80/CE, 2004/35/CE, 2006/12/CE et 2008/1/CE et le règlement (CE) n 1013/2006 du Parlement européen et du Conseil. 2 COM (2011) 112: Feuille de route vers une économie compétitive à faible intensité de carbone à l horizon 2050 (8 mars 2011). Shutterstock, Gary Whitton

3 La communauté internationale a reconnu la nécessité de maintenir le réchauffement au-dessous de 2 C (3,6 F) par rapport à l ère préindustrielle afin d éviter une évolution dangereuse du climat. Pour ce faire, il faudra réduire de manière considérable les émissions mondiales de CO 2 et autres gaz à effet de serre (GES) au cours des prochaines décennies. Le CSC est l une des technologies susceptibles de contribuer à la réalisation de cet objectif. L UE, qui est actuellement responsable d environ 11 % des émissions mondiales de GES, a mis en place une législation contraignante visant à ramener ses émissions à 20 % sous les niveaux de 1990 d ici à L Europe propose également de porter son objectif de réduction à 30 % si les autres grandes économies du monde développé et en développement acceptent de contribuer à l effort mondial de manière équitable. À plus long terme, l UE s est engagée à réduire ses émissions de 80 à 95 % par rapport aux niveaux de 1990 d ici à 2050, dans le cadre des efforts supplémentaires demandés aux pays développés. En mars 2011, la Commission européenne a publié une feuille de route qui trace la voie à suivre pour assurer une transition au meilleur coût vers l économie européenne compétitive, à faible intensité de carbone, que cette réduction va exiger. La recherche et le développement dans le domaine du CSC, ainsi que la démonstration et la diffusion rapide de cette technologie revêtent une importance capitale pour garantir son application à grande échelle, de manière rentable et en toute sécurité. La directive CSC La directive établit un cadre juridique solide pour le stockage géologique du CO 2, en mettant en place des normes strictes destinées à la fois à garantir la sécurité et à aider l Europe à atteindre ses objectifs dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Elle donne la priorité à la protection de l environnement et de la santé humaine, en s efforçant de réduire les risques au minimum et de supprimer les éventuels effets néfastes. La directive se concentre avant tout sur l aspect «stockage», le captage et le transport étant couverts par d autres actes législatifs de l UE. 3 Sélection des sites de stockage Les États membres de l UE sont libres de choisir s ils souhaitent ou non autoriser le stockage géologique du CO 2 sur leur territoire. Les pays qui choisissent d autoriser cette activité sur leur territoire doivent se conformer à la directive. Ils doivent évaluer la capacité de stockage disponible dans des régions spécifiques ou sur l ensemble de leur territoire, notamment en autorisant l exploration. Les permis, sans lesquels l exploration ne peut être entreprise, sont délivrés sur la base de critères objectifs et transparents. Ces permis couvrent une zone limitée et leur durée de validité ne dépasse pas la durée nécessaire pour réaliser l exploration. La validité du permis peut toutefois être prorogée lorsque cela s avère nécessaire pour mener à son terme l exploration concernée. Courtesy of the Zero Emissions Platform La capacité d une formation géologique à servir de site de stockage est déterminée grâce à une caractérisation et à une évaluation approfondie du complexe de stockage potentiel et des environs au regard des critères énoncés dans la directive. Ceux-ci prévoient notamment le développement de modèles informatiques et de simulations d injection de CO 2, la réalisation d une évaluation des risques et l identification de tous les dangers potentiels, en particulier les fuites de CO 2. Les développeurs potentiels doivent tenir compte de la population vivant dans la région et garder à l esprit les intérêts des espèces locales et des habitats naturels. C est pourquoi ils sont tenus de procéder à une analyse des possibles conséquences sanitaires et environnementales. 3 Par exemple, la directive de 2008 sur la prévention et la réduction intégrées de la pollution (IPPC) se concentre sur l impact que peut avoir la capture du CO 2 émis par les installations relevant de son champ d application sur l environnement et la santé humaine. Toute injection de CO 2 dans des aquifères salins doit respecter la législation de l UE sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration.

4 Permis de stockage Le permis de stockage est un instrument essentiel pour garantir que le CSC soit mis en œuvre d une manière qui ne nuise pas à l environnement. Les sites de stockage ne peuvent pas être exploités sans permis. Les exploitants potentiels doivent être en mesure de prouver qu ils ont la compétence technique nécessaire pour exploiter un site de stockage en toute sécurité. Ils doivent fournir des données détaillées sur le site et le complexe de stockage afin de garantir qu une formation géologique ne sera choisie en tant que site de stockage qu à la condition qu il n existe pas de risque significatif de fuite de CO 2 ou de tout autre incidence néfaste sur la santé ou l environnement. La demande doit également contenir une description des mesures envisagées par l opérateur pour prévenir des irrégularités notables, une proposition de plan de surveillance, une proposition de mesures correctives en cas de nécessité, une proposition de plan de postfermeture, ainsi que la preuve que la garantie financière sera valable et effective avant le début de l injection de CO 2, cela afin de garantir que toutes les obligations juridiques pourront être respectées à tout moment et sans interruption. Statoil ou irrégularité notable susceptible d avoir des effets néfastes, notamment sur l eau potable, les communautés locales ou le milieu environnant. Les exploitants doivent établir un plan de surveillance, qui sera mis à jour tous les cinq ans pour refléter l évolution des techniques et des connaissances scientifiques, et communiquer leurs observations aux autorités nationales au moins une fois par an. Un permis de stockage ne peut être délivré que si toutes les exigences de la directive CSC et des autres législations de l UE pertinentes sont respectées. Le permis doit notamment indiquer l emplacement exact du site de stockage, la quantité maximale de CO 2 à injecter, le plan de surveillance approuvé et les mesures correctives envisagées en cas de problèmes. Les États membres ont la responsabilité de délivrer les permis, mais doivent transmettre les demandes de permis qu ils reçoivent, ainsi que les projets de permis qu ils prévoient de délivrer, à la Commission européenne pour examen. La Commission peut alors émettre un avis, que les autorités nationales ne sont toutefois pas obligées de suivre, pour autant qu elles justifient leur décision. Cette procédure vise à faire en sorte que la directive soit appliquée de façon cohérente et à renforcer la confiance du public dans la sécurité du CSC. Tout changement prévu dans l exploitation des sites de stockage doit être signalé aux autorités nationales 4, qui mettent à jour le permis de stockage si nécessaire. En cas de fuites de CO 2 ou de non-respect des autres conditions, les autorités peuvent retirer le permis de stockage et assumer temporairement la gestion du site, en récupérant tous les frais engagés auprès de l ancien exploitant. Tous les permis de stockage font l objet d un réexamen cinq ans après leur date de délivrance, puis tous les dix ans. Surveillance La surveillance du site de stockage est cruciale pour vérifier que le comportement du CO 2 stocké est conforme au comportement modélisé. Les exploitants sont donc tenus de surveiller attentivement certains paramètres spécifiques tels que la pression, la température et l activité sismique du complexe de stockage et, s il y a lieu, du milieu environnant afin de détecter toute fuite Inspections Les autorités nationales sont également chargées d organiser des inspections de routine ou ponctuelles sur tous les complexes de stockage. Des inspections de routine doivent être effectuées au moins une fois par an jusqu à trois ans après la fermeture du site et tous les cinq ans jusqu au transfert de la responsabilité à l autorité compétente. Des inspections supplémentaires devront être réalisées de manière ponctuelle, par exemple si les autorités reçoivent des plaintes sérieuses relatives à l environnement ou à la santé humaine, ou lorsque des fuites sont signalées. Les résultats de chaque inspection seront consignés dans un rapport rendu public dans les deux mois suivant l inspection. Mesures correctives En cas de fuite de CO 2 ou de tout autre problème, la directive oblige les exploitants à prendre immédiatement les mesures correctives nécessaires, notamment des mesures visant à protéger la santé humaine. Les exploitants sont également tenus d établir un plan de mesures correctives, qui doit être approuvé par les autorités compétentes. Si l exploitant d un site ne prend pas les mesures nécessaires, les autorités doivent intervenir et récupèrent, auprès de l exploitant, les frais engagés dans le cadre de cette action, y compris en recourant à la garantie financière. La responsabilité pour les dommages causés à l environnement (par exemple aux habitats naturels, aux eaux et aux sols) est régie par la directive sur la responsabilité environnementale 5. En cas de fuite de CO 2 dans l atmosphère, l exploitant du site de stockage doit restituer des quotas d émission dans le cadre du système d échange de quotas d émission de l Union européenne. 4 Tous les États membres doivent désigner une autorité qui sera chargée d exécuter les tâches définies par la directive. 5 Directive 2004/35/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 avril 2004 sur la responsabilité environnementale en ce qui concerne la prévention et la réparation des dommages environnementaux, JO L 143 du , p. 56.

5 Sécurité à long terme Après la fermeture d un site de stockage, l exploitant demeure responsable de la surveillance, de la communication d informations et des éventuelles mesures correctives. Ces obligations doivent être remplies sur la base d un plan de postfermeture, celui-ci étant d abord approuvé dans le cadre de la délivrance du permis de stockage puis mis à jour en fonction des besoins avant la fermeture du site. Enfin, au moins 20 ans après la fermeture du site, l exploitant peut transférer ses responsabilités à l autorité compétente. Des conditions spécifiques doivent être remplies. En particulier, le site doit avoir atteint une situation de stabilité à long terme et tous les éléments disponibles doivent tendre à prouver que le CO 2 stocké restera confiné parfaitement et en permanence. L exploitant doit établir un rapport démontrant que ces conditions sont respectées. Pour que le transfert soit effectif, le site doit également avoir été scellé et les installations d injection démontées. Lorsque toutes ces conditions sont réunies, l autorité peut approuver le transfert de responsabilité. Les projets de décisions de transfert doivent être transmis à la Commission européenne, qui émet un avis avant qu une décision finale ne soit rendue. Une fois le transfert de responsabilité intervenu, les inspections de routine cessent et la surveillance peut être réduite à un niveau permettant la détection des fuites de CO 2 ou des irrégularités notables. Si des fuites de CO 2 ou des irrégularités notables sont détectées, la surveillance doit être renforcée afin de déterminer l ampleur du problème et l efficacité des mesures correctives. Cependant, s il s avère que l exploitant a dissimulé des informations ou commis une faute, l autorité compétente peut récupérer, auprès de l ancien exploitant, les frais engagés après que le transfert de responsabilité a eu lieu. Garantie financière et contribution financière Il est essentiel que les exploitants disposent des ressources financières nécessaires pour pouvoir respecter toutes ces obligations, notamment après la fermeture du site et jusqu à ce que la responsabilité soit transférée. C est pourquoi les exploitants doivent, dans le cadre de leur demande de permis de stockage, fournir une garantie financière appropriée. Celle-ci doit être valable et effective avant le commencement de l injection et devra être adaptée pour tenir compte, notamment, de l évolution du risque de fuite durant l exploitation. Lorsqu un site est fermé et que la responsabilité est transférée à l autorité compétente, l exploitant doit également apporter une contribution financière couvrant au moins le coût de la surveillance du site pendant une période de trente ans. Le rôle de la Commission européenne pour promouvoir l utilisation sans risque du CSC Comme pour l ensemble de la législation de l UE, la Commission doit s assurer que les États membres transposent correctement la directive CSC dans leur droit national et l appliquent effectivement sur le terrain. La Commission a pris des mesures concrètes pour soutenir les États membres et les aider à appliquer la directive CSC. Elle a notamment créé un groupe d échange d informations destiné à faciliter l échange des informations et des bonnes pratiques entre les autorités des États membres. L objectif est de promouvoir une mise en œuvre cohérente de la législation dans l ensemble de l UE. La Commission a également publié quatre documents contenant des conseils techniques à l intention des États membres et des exploitants sur certaines questions spécifiques telles que la sécurité 6. Ces documents sont le fruit de discussions et de consultations menées avec les autorités nationales, l industrie, des ONG, des chercheurs et d autres parties prenantes 7. La directive impose à la Commission de réaliser, d ici le 31 mars 2015, un réexamen approfondi de la directive et d en proposer la révision si nécessaire. Ce réexamen devra se faire à la lumière de l expérience acquise jusque-là dans le CSC et en tenant compte du progrès technique et des connaissances scientifiques les plus récentes. Kim Laland, Statoil 6 Ces quatre documents (disponibles en anglais uniquement) sont les suivants: 1) «CO 2 storage life-cycle risk management framework»; 2) «Characterisation of the storage complex, CO 2 stream composition, monitoring and corrective measures»; 3) «Criteria for transfer of responsibility to the competent authority»; et 4) «Financial security and financial mechanism». 7 Voir (disponible en anglais uniquement).

6 ML FR-C Informations complémentaires: DG Action pour le climat: (disponible en anglais uniquement) Union européenne, Reproduction autorisée, moyennant mention de la source. Imprimé sur papier recyclé ayant reçu l écolabel européen pour le papier graphique ( doi /11919 ISBN

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION

NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION NORME D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Politiques, programmes et procédures de protection de l'environnement aux installations nucléaires de catégorie I et aux mines et usines de concentration d'uranium

Plus en détail

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE)

Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL. (Texte présentant de l intérêt pour l EEE) COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2015 COM(2015) 496 final 2015/0239 (COD) Proposition de RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL sur les statistiques européennes concernant les prix du gaz

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail 2 Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Index 1 Détermination du plan de

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1.

3/13. 5 https://eiopa.europa.eu/publications/administrative/jc201377 POG Joint_Position_.pdf. 6 JO L 335 du17.12.2009, p. 1. EIOPABoS16/071 FR Orientations préparatoires sur les modalités de gouvernance et de surveillance des produits par les entreprises d assurance et les distributeurs de produits d assurance 1/13 Introduction

Plus en détail

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014

Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Établissement de normes de déclaration obligatoire pour le secteur extractif Document de consultation : Printemps 2014 Enjeu Le gouvernement du Canada s est engagé à établir des normes de déclaration obligatoire

Plus en détail

Gestion des urgences nucléaires

Gestion des urgences nucléaires POLITIQUE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Gestion des urgences nucléaires P 325 Mai 2006 GENRES DE DOCUMENTS D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Les documents d application de la réglementation appuient

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2014/3 Distr. générale 18 février 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III

Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III Projet financé par l Union européenne PROJET EUROMED JUSTICE III Le concept Le projet EuroMed Justice III financé par l'ue avec un budget de 5 millions pour la période 2011-2014 entend poursuivre les succès

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l environnement

Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/72/41 14 avril 2014 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS :

1. CONTEXTE : 2. CADRE GENERAL DE L APPEL A PROJETS : Appel à projets Bâtiments Aquitains Basse Consommation REGLEMENT 1. CONTEXTE : Réduire la consommation d énergie est une nécessité pour répondre aux défis du changement climatique et à l épuisement des

Plus en détail

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle

La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle La gestion du travail pour optimiser la radioprotection professionnelle par B. Ahier* La radioexposition professionnelle dans le parc mondial de centrales nucléaires n a cessé de diminuer depuis le début

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE 1. Situation actuelle et tendances futures pour la réutilisation des

Plus en détail

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V.

Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés. conclu. entre. European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. Accord sur le Comité d Entreprise Européen d EADS NV et ses comités dérivés conclu entre European Aeronautic Defence and Space Company EADS N.V. et ses Représentants du Personnel Préambule Conformément

Plus en détail

Le développement durable de l industrie des gaz de schiste au Québec. Mémoire présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement du Québec

Le développement durable de l industrie des gaz de schiste au Québec. Mémoire présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement du Québec Le développement durable de l industrie des gaz de schiste au Québec Mémoire présenté au Bureau d audiences publiques sur l environnement du Québec Novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES Le Conseil régional

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Avant-propos. Peter Mandelson Commissaire européen chargé du commerce

Avant-propos. Peter Mandelson Commissaire européen chargé du commerce 954682_34CN28_FR 22-09-2005 11:00 Pagina 1 Avant-propos La priorité absolue pour le commerce aujourd hui consiste à restaurer une croissance et un emploi dynamiques et durables en Europe, afin de remettre

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail

Fiche conseil n 1. 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale. 4.2 : Politique de santé et sécurité au travail Fiche conseil n 1 POLITIQUE 1. Ce qu exigent les référentiels Environnement ISO 14001 EMAS 4.2 : Politique environnementale Annexe I.-A.2 : Politique environnementale SST OHSAS 18001 4.2 : Politique de

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Première Commission (A/58/462)] Nations Unies A/RES/58/51 Assemblée générale Distr. générale 17 décembre 2003 Cinquante-huitième session Point 73, d, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE EB.AIR/WG.1/2005/14 22 juin 2005 COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANE EXÉCUTIF DE LA CONVENTION SUR LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE À LONGUE

Plus en détail

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre

Règlement des sanctions SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre SwissGAP Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Principes et responsabilités... 2 2 Domaine d application... 2 3 Types de sanctions... 2 4 Procédure en cas de non-respect des exigences

Plus en détail

SRP-2.01-SP-11NNNN-033

SRP-2.01-SP-11NNNN-033 APPROUVÉ POUR UTILISATION INTERNE Rév. 000 Dossier n o 2.01 E-Docs n o 3425768 PROCÉDURES D EXAMEN POUR LE PERSONNEL : Demande de permis de préparation de l emplacement pour une nouvelle centrale nucléaire

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

Association des Economistes de l Energie

Association des Economistes de l Energie Association des Economistes de l Energie Position dans le cadre du Débat National sur la Transition Energétique pour le Cahier d Acteurs Cette note fournit des recommandations dans le cadre du Débat National

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE)

Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE) Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE) du 10 juillet 2012 (Etat le 1 er janvier 2016) Le Conseil municipal, sur la base du droit supérieur, sur la base du règlement

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Le marché européen du carbone

Le marché européen du carbone Le marché européen du carbone 1. Qu est-ce Que Le sceqe? 2. QueLLes sont Les défaillances du sceqe? 3. Les nantis du système d échange de Quotas d émission de co2 4. QueLs sont Les derniers développements

Plus en détail

Collège Doctoral Aix-Marseille Université. Principes de la formation doctorale CHARTE DE LA THESE DE DOCTORAT

Collège Doctoral Aix-Marseille Université. Principes de la formation doctorale CHARTE DE LA THESE DE DOCTORAT Collège Doctoral Aix-Marseille Université Principes de la formation doctorale CHARTE DE LA THESE DE DOCTORAT Approuvée par le Conseil Scientifique du 18 septembre 2012 Page 1 / 5 Collège Doctoral Aix-Marseille

Plus en détail

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB

GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB GUIDE APPEL D OFFRES CRÉATION SITE WEB Introduction Le présent document a pour but d aider les entreprises qui désirent procéder à un appel d offres, sur invitation, pour la réalisation d un site web.

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Note d information - 20 mai 2010 Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Une étude du Centre de recherche sur l industrie automobile

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE FR FR ANNEXE 26 03 77 02 Projet pilote «Gouvernance et qualité des codes logiciels Audit des logiciels libres et open source»

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Statuts PostFinance SA

Statuts PostFinance SA Statuts PostFinance SA Table des matières Section : 3 Raison de commerce, siège, durée, but, mandat de service universel 3 Section : 6 Capital-actions, actions, conversion, titrisation, registre des actions

Plus en détail

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE

CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE CONCILIER LE BIEN-ÊTRE DE NOS ANIMAUX D ÉLEVAGE ET LA COMPÉTITIVITÉ DE L INDUSTRIE Mémoire de La Coop fédérée dans le cadre des consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n

Plus en détail

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques

Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Réunions des comités régionaux Cadre de collaboration avec les acteurs non étatiques Rapport du Secrétariat aux comités régionaux 1. Le présent rapport est soumis aux comités régionaux pour faire suite

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement François Dandonneau, associé, Gowlings Jean M. Gagné, associé, Fasken Martineau 1, Place Ville-Marie, 37e étage

Plus en détail

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions

énergie Was ist das? C est quoi che cosa è? Qué es? ? Hablas ENERGIE? Do you speak Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions énergie Kezako che cosa è? C est quoi donc? Qué es? Was ist das??? Hablas ENERGIE? Do you speak ENERGIE?? Management de l énergie L ISO 50001 en 10 questions ? Management de l énergie L ISO 50001? SOMMAIRE

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Le Parlement et le Conseil de l Union européenne ont adopté le 17 juin dernier une directive relative aux déchets. La précédente directive du

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Lycée Pierre Paul Riquet 1. REMARQUE PRÉLIMINAIRE...2 2. CARNET DE BORD...2 3. CALENDRIER ET PLANNING :...2

Lycée Pierre Paul Riquet 1. REMARQUE PRÉLIMINAIRE...2 2. CARNET DE BORD...2 3. CALENDRIER ET PLANNING :...2 STI2D SIN PROJETS STI2D SIN : CONSIGNES ET CONSEILS SOMMAIRE /7 Lycée Pierre Paul Riquet PROJETS STI2D SIN CONSIGNES ET CONSEILS SOMMAIRE. REMARQUE PRÉLIMINAIRE...2 2. CARNET DE BORD...2 3. CALENDRIER

Plus en détail

Ordonnance MO-006-2016 obligeant à publier des manuels de mesures d urgence

Ordonnance MO-006-2016 obligeant à publier des manuels de mesures d urgence Dossier OF-Surv-Gen-08 Le 5 avril 2016 Destinataires : Toutes les sociétés détenant une autorisation de construire et d exploiter un oléoduc ou un gazoduc, ou une usine de traitement du gaz, réglementés

Plus en détail

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Note-réponse Points de vue et avis Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Projet de vision structurelle sur le gaz de schiste Le 18 septembre 2013,

Plus en détail

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004

EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO14001 : 2004 Référence de la publication EA-7/04 La conformité règlementaire dans le cadre de la certification accréditée ISO 14001 : 2004 OBJECTIF Le présent document a été élaboré par un groupe de travail sous la

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada?

Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? Juillet 2011 Note d information Le gaz naturel est-il une bonne solution pour contrer le changement climatique au Canada? par l Institut Pembina et la Fondation David Suzuki La Fondation David Suzuki et

Plus en détail

CCME. Canadian Council of Ministers of the Environment. Le Conseil canadien des ministres de l environnement

CCME. Canadian Council of Ministers of the Environment. Le Conseil canadien des ministres de l environnement Canadian Council of Ministers of the Environment CCME Le Conseil canadien des ministres de l environnement GUIDE DE L'ACCORD PANCANADIEN SUR L'HARMONISATION ENVIRONNEMENTALE Introduction Le Conseil canadien

Plus en détail

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne.

Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. Financer la lutte contre les changements climatiques : la responsabilité internationale de l Union européenne. En janvier 2009, la Commission européenne a publié sa «Communication Copenhague». Ce texte

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE INTRODUCTION > Chapitre 1 L environnement et le Développement durable 9 S engager > Chapitre 2 Principes de mise en œuvre 19 Comprendre Savoir-faire Partager

Plus en détail

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS

CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS CRÉATION D UN COMITÉ NATIONAL DANS VOTRE PAYS PLUS DE TRENTE COMITÉS NATIONAUX EXISTENT DÉJÀ. SEREZ-VOUS LE PROCHAIN PAYS? SOMMAIRE Guide de création d un comité national - 2 1. ÉTAPE 1 : MIEUX CONNAÎTRE

Plus en détail

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS Le ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) se fait un devoir de réduire les effets des activités d exploration et d exploitation des ressources

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/AWGLCA/2008/8 15 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL DE L ACTION CONCERTÉE À LONG TERME

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN

CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN DCCD Doc n o 18 17/4/09 Révision n o 1 20/4/09 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN (Montréal, 20 avril 2 mai 2009) PROJET DE CONVENTION RELATIVE À LA RÉPARATION DES DOMMAGES CAUSÉS AUX TIERS SUITE

Plus en détail

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT

RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.10.2009 SEC(2009) 1390 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la COMMUNICATION

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL 1.1. POUR LE MINISTERE FRANÇAIS DE L EDUCATION NATIONALE Le MEN, utilisant son expertise technique et pédagogique, sélectionne et met à disposition du Centre

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10

Protocole de vérification de conformité de la norme Afnor NF V 25-112 MAJ : 08/09/10 Protocole de vérification de conformité Norme Afnor NF V 25-112 - Bonnes pratiques d'évaluation des caractéristiques d'un lot de pommes de terre destiné au marché du frais Sommaire Page 1 DOMAINE D'APPLICATION...5

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014)

POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC. (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) POLITIQUE D ASSURANCE QUALITÉ DU FONDS MONDIAL POUR LES PRODUITS DE DIAGNOSTIC (publiée le 14 décembre 2010, amendée le 5 février 2014) PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Les crédits de subventions octroyés par

Plus en détail

Note des ONG sur la lutte contre l exploitation illégale du bois et le commerce lié

Note des ONG sur la lutte contre l exploitation illégale du bois et le commerce lié Note des ONG sur la lutte contre l exploitation illégale du bois et le commerce lié Règlement proposé concernant la mise sur le marché européen de bois et produits dérivés L exploitation illégale du bois

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne

Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Plateforme Forêts - Communauté européenne : Briefing Exploitation illégale des forêts : ce que dit le Plan d Action FLEGT de la Commission européenne Introduction En raison de la préoccupation internationale

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER

SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER SECURITE SANITAIRE ET PROTHESE SOUS TRAITEE A L ETRANGER Ce dossier a pour objectif d informer les professionnels de santé prescripteurs sur la sécurité sanitaire associée aux prothèses fabriquées par

Plus en détail