Guide d utilisation des standards GS1 pour les produits de santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide d utilisation des standards GS1 pour les produits de santé"

Transcription

1 Guide d utilisation des standards GS1 pour les produits de santé

2

3 Ce guide décrit les différentes étapes de mise en œuvre du système GS1 dans une entreprise. Il s adresse à l ensemble des acteurs du secteur des produits de santé : les industriels, les hospitaliers, les grossistes répartiteurs, les responsables d officines, etc. Il ne contient que les informations validées par les groupes de travail ; les réflexions en cours seront ajoutées dans ce document dès leur validation. Les aspects techniques liés à ces différentes étapes font l objet de documents spécifiques disponibles auprès de GS1 France ou sur le site Ce guide suit les recommandations internationales du groupe GS1 Healthcare User Group dont les objectifs sont d assurer la sécurité du patient et de diffuser pour cela une solution complète de traçabilité applicable dans les différents pays. Créé en mai 2005, le GS1 Healthcare se réunit trois fois par an avec un taux de participation croissant (environ 160 participants à chaque réunion) et une implication forte des ministères de la santé dans différents pays. L objectif du GS1 Healthcare est de répondre à des réglementations de plus en plus nombreuses au moyen de solutions standardisées globales, et non nationales ou régionales, voire individualisées. Pour plus d informations :

4

5 Sommaire Introduction Particularités des produits de santé Les produits Les modes de distribution Les standards GS1 applicables aux produits de santé Le GTIN Global Trade Item Number ou code article Structure de codification du GTIN Structure des informations assurant la traçabilité des produits Choix du code à barres Mise en place des standards GS1 Qui doit codifier? L identification des produits de santé Les médicaments Les dispositifs médicaux Quand doit-on changer de code? Lieux-fonctions - GLN Contenu de la base de données Informations produits Informations partenaires Les liens à créer Transmission de l information-produit Comment échanger les informations? Unités logistiques et unités d expédition L identification des unités logistiques standard homogènes Gestion de la codification des unités d expédition Le numéro de colis (SSCC) Gestion des livraisons dans la plate forme e-procurement des CHU, L etiquette logistique Contenu Annexe 1 Calcul de la clé de contrôle Annexe 2 Le système de numérotation GS1-128 Annexe 3 Les principales étapes de gestion des standards GS

6 Introduction Pour vendre ses produits ou services, une entreprise a besoin de communiquer avec ses clients. Si dans son univers habituel elle peut se satisfaire d un langage sectoriel, dès lors qu elle souhaite étendre ses marchés ou ses clients, elle devra choisir un langage commun de communication international et reconnu de l ensemble de ses partenaires. Le système GS1 est un ensemble de standards qui permet une gestion efficace des chaînes d approvisionnement multi-industries, au niveau mondial en identifiant de façon unique les produits, les unités d expédition, les biens, les lieux et les services intervenant dans les échanges commerciaux. Il accompagne la mise en œuvre du commerce électronique et assure la traçabilité des produits jusqu au bout de la chaîne. 6 Ces standards sont internationaux, neutres et non significatifs. Ils facilitent la circulation de l information entre tous les partenaires commerciaux de la chaîne d approvisionnement, les fournisseurs de matières premières, les fabricants, les grossistes, les transporteurs et prestataires logistiques, les distributeurs, les magasins, les établissements de soins, la restauration, jusqu aux clients finaux consommateurs ou patients. Ils permettent d automatiser la saisie et le traitement des données, d accélérer la transmission de l information tout en améliorant sa fiabilité mais également de diminuer les coûts de transactions. À la diversité des systèmes se substitue donc un mode de traitement unique et logique des informations, qui s adapte aux pratiques commerciales et réglementaires. Ce système repose sur des numéros représentés sous forme de codes à barres ou intégrés dans des puces RFID (radiofréquence) pour assurer le suivi des marchandises en tout point de la chaîne d approvisionnement. Les numéros sont également échangés dans des documents commerciaux électroniques puisqu ils constituent des informations relatives aux marchandises et sont conservés pour assurer la traçabilité. Le système est conçu pour pouvoir être utilisé dans tous les secteurs : industrie, commerce ou service public, et ce, quelle que soit la taille des entreprises. L application des standards GS1 entraîne une amélioration significative des opérations logistiques, une réduction des coûts administratifs, une diminution des délais de commande et de livraison, une précision accrue et une meilleure gestion de l ensemble de la chaîne d approvisionnement, une clé pour la traçabilité. Les entreprises qui ont adopté le système GS1 réalisent chaque jour des économies substantielles car elles utilisent le même système pour communiquer avec l ensemble de leurs partenaires commerciaux, tout en gardant la pleine latitude de développer des applications internes en fonction de leurs besoins. Les symbolisations GS1 sont des normes ISO et CEN.

7 Particularités des produits de santé Les principes de codification des produits selon les standards GS1, même s ils s appliquent à tous les secteurs d activités, doivent prendre en compte des spécificités sectorielles et s adapter à des systèmes de codification existants ; à plus forte raison si ceux-ci ont un caractère réglementaire. C est le cas des produits de santé, pour lesquels différents choix de codification et de marquage des produits par code à barres sont possibles. Les produits On distingue plusieurs types de produits de santé. Les médicaments Ils sont soumis à une autorisation de mise sur le marché, avec l attribution d un code à 13 caractères depuis le 01/01/08, plus communément appelé le code AMM, délivré par l Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAP) préalablement à la vente. 7 En France, ces produits ne peuvent être vendus que dans un circuit de distribution sélectif et sont soumis à des contraintes réglementaires spécifiques. En 2006, l AFSSAPS a fait paraitre au JO un avis indiquant qu à compter du 1er janvier 2009 les codes AMM seraient attribués selon une structure GS1 et qu à compter du 1er janvier 2011 les boîtes de médicaments devront comporter ce code complété d un numéro de lot et d une date de péremption dans un code à barres à 2 dimensions, le DataMatrix, pour en assurer le suivi et la traçabilité. Avis au JO du / SAN M V disponible sur le site du Journal Officiel Les dispositifs médicaux Ces produits couvrent une large gamme, depuis le coton, les pansements, seringues, cathéters, implants et prothèses jusqu au matériel médical de type scanner. Ces produits ne sont pas soumis à l autorisation de mise sur le marché mais sont également associés à des circuits de distribution spécifiques et soumis à des contraintes réglementaires de traçabilité importantes. Ces produits sont également identifiables selon les règles internationales d identification des produits. Certains d entre eux font d ores et déjà l objet de recommandations ou de réglementations, comme pour l AFNOR avec la norme expérimentale XP S pour l identification et le suivi unitaire des instruments de chirurgie. Des réglementations en cours dans d autres pays sont également à prendre en compte, elles sont généralement suivies par d autres pays dans la mesure où elles utilisent les standards GS1.

8 Les produits de cosmétologie Ceux-ci peuvent être vendus dans tous les circuits de distribution et suivent alors les règles d attribution standard d identification. Les modes de distribution Il existe trois modes de distribution des produits de santé : l établissement de santé ; l officine ; la grande distribution. Certains produits peuvent être présents dans un, deux ou trois de ces circuits mais les contraintes réglementaires sont différentes d un circuit à l autre. L établissement de santé 8 La particularité de ce circuit est que les produits sont administrés aux patients sur prescription médicale et ne sont pas soumis à l étiquetage d une vignette de remboursement pour la sécurité sociale. En effet, à l hôpital, le remboursement des produits est effectué par le canal de l agrément aux collectivités à l intérieur d une enveloppe globale. Ces produits sont par ailleurs utilisés dans le cadre d interventions chirurgicales et répondent à des contraintes de disponibilité immédiate et de traçabilité. L établissement de santé peut également être le fabricant. Dans ce cas, il couvre les fonctions de fabricant et distributeur. Il peut également, dans certains cas, rétrocéder des médicaments à des patients ambulatoires. Quelques hôpitaux utilisent aujourd hui des systèmes de lecture de codes à barres sur les produits pour leur gestion de stocks et pour assurer cette traçabilité. Les préoccupations actuelles de traçabilité des produits favorisent l émergence d applications utilisant la lecture optique pour fiabiliser les données et leur traitement. Ces projets sont de plus en plus généralistes et doivent prendre en compte non seulement les spécificités des produits de santé, du type médicaments ou dispositifs médicaux, mais également de tous les produits consommés par les autres fonctions de l hôpital : administrative, hôtelière, logistique, Dans le cadre de la solution e-procurement des CHU (plate forme d échanges d informations entre industriels et 17 CHU français) la CNDG (Conférence Nationale des Directeurs Généraux de CHU) a retenu l utilisation des standards GS1. La plate-forme doit être en mesure de gérer les transactions commerciales pour les différents secteurs d activité que sont l alimentaire, l hôtelier, les médicaments, les dispositifs médicaux stériles et non stériles, etc. Pour plus d informations sur la plate-forme

9 L officine La bonne réalisation des échanges suppose donc l utilisation de standards et de référentiels communs pour l identification des produits et des unités logistiques. Le portail e-procurement permet également d assurer la traçabilité interne de la demande d approvisionnement, la traçabilité externe de la commande, la traçabilité interne et externe des processus de réception et facturation. L utilisation d un référentiel commun et des standards GS1 permettra aux établissements d aborder la traçabilité des produits sereinement. Le contrat de bon usage paru en août 2005 renforce ce souci de maîtrise de la traçabilité et du choix d un référentiel commun. Son objectif est «d engager les établissements de soins dans une démarche qui favorise le bon usage du médicament et des dispositifs médicaux dans la perspective d une amélioration continue tant de la qualité que de la sécurité des soins». Pour une bonne partie des produits vendus dans ce circuit, une prescription médicale est nécessaire. Dans ce cas, les produits sont remboursés par la sécurité sociale et doivent donc comporter une vignette spécifique. 9 Les officines sont livrées plusieurs fois par jour par des grossistes répartiteurs et ne disposent donc que d un stock très faible. Elles vendent également des produits de cosmétologie, qui peuvent être présents dans d autres circuits et déjà identifiés par un code GS1. Les officines transmettent de plus en plus leurs commandes par voie électronique et souhaitent gérer leur stock de façon automatique par lecture d un code à barres contenant des informations de traçabilité. D ici 2009, on devrait donc voir apparaître les premiers emballages avec un code à barres à deux dimensions, le DataMatrix, et contenant le code du produit, son numéro de lot et sa date de péremption. Ces données pourront être enregistrées et conservées dans le dossier médical du patient et faciliter d éventuels rappels de lots. La grande distribution En France, ce circuit n est pas autorisé à vendre des médicaments, mais il propose des îlots de produits de parapharmacie et de cosmétologie à sa clientèle. Même si la majorité des produits autres que les produits de santé sont d ores et déjà identifiés par des codes GS1 (produits alimentaires, fournitures diverses, linge, ), il n en reste pas moins que pour beaucoup de ces produits, les conditionnements utilisés pour leur livraison dans les hôpitaux sont différents de ceux rencontrés dans la grande distribution.

10 Les standards GS1 applicables aux produits de santé Le GTIN Global Trade Item Number ou code article Le GTIN permet l identification unique des articles partout dans le monde. En règle générale, le GTIN identifie une unité commerciale qui est une unité dont le prix peut être fixé, qui peut être commandée, livrée ou facturée aux fins d échanges commerciaux en n importe quel point de toute chaîne d approvisionnement. Dans le cadre des produits de santé, le GTIN doit également être défini pour une unité de dispensation, unité qui va être administrée au patient ou utilisée lors de son séjour et qu il est nécessaire de tracer. Cette unité de dispensation peut également être un produit fabriqué par l établissement, une préparation magistrale par exemple. 10 Les différents cas d attribution d un GTIN aux produits de santé sont décrits dans le document «règles d attribution du GTIN pour les produits de santé» disponible sur le site de GS1 France en français et en anglais, Exemples : un tube de dentifrice ; un carton de 16 tubes de dentifrice ; une palette de 12 cartons de 16 tubes ; un sachet de compresses, une boîte de 20 sachets de compresses ; un carton de 10 boîtes de 20 sachets de compresses ; une palette de 12 cartons de 10 boîtes. un instrument de chirurgie ; une prothèse ; une boîte de médicament, un comprimé ; etc Cette définition s étend des matières premières aux produits finis destinés à l utilisateur. Elle concerne également les services, pour autant qu ils aient des caractéristiques prédéfinies. Structure de codification du GTIN Le GTIN est un code à 13 caractères qui se construit selon une structure internationale : GTIN Préfixe entreprise GS1 et référence article N 1 N 2 N 3 N 4 N 5 N 6 N 7 N 8 N 9 N 10 N 11 N 12 Caractère de contrôle C En France, la structure du code GTIN est la suivante : Préfixe Pays Identification Entreprise Identification Produit Clé Attribué par GS1 Attribué par GS1 France Attribué par l entreprise Calculée par un algorithme

11 Le préfixe Pays Il identifie le pays de codification ; il est attribué par GS1 international. Cet indicatif n implique pas systématiquement que le produit soit fabriqué ou même distribué dans le pays. Pour la France, ce préfixe est le chiffre 3, suivi obligatoirement d un chiffre compris entre 0 et 7. L identification entreprise En France, GS1 France attribue un code national unique fabricant (CNUF) au moment de l adhésion de l entreprise. Ce code identifie l entreprise responsable de la codification, propriétaire de la marque commerciale des produits. Il commence par un chiffre compris entre 0 et 7. Sa longueur variable compte, selon les besoins de codification et la taille de l entreprise, entre 5 et 8 chiffres. Le préfixe pays associé à l identification de l entreprise (CNUF en France) constitue le préfixe international de l entreprise ou GCP dans nos documentations pour Global Company Préfix. Ce préfixe international permet d assurer l unicité des codes articles mais aussi des lieux et des unités d expédition. Le GCP intègre le préfixe pays et l identification entreprise. 11 L identification Produit L entreprise attribue ensuite un Code Interface Produit. L entreprise responsable de la codification attribue un seul et unique code à chaque article. Selon la longueur du CNUF qui lui a été attribué, l entreprise définit des codes produits à 6, 5, 4 ou 3 chiffres. La longueur de chaque zone n a d intérêt qu à la création du code. Pour assurer l unicité et le caractère international des codes, les partenaires doivent gérer les 13 chiffres en une seule zone. La Clé de contrôle Elle sert à fiabiliser la lecture optique et se calcule en fonction des douze chiffres précédents. Cf. Annexe 1 pour l algorithme de calcul de la clé de contrôle. Le code doit être utilisé comme un tout. Le traitement des données ne doit jamais s effectuer sur une partie d un GTIN. Dans les bases de données, le GTIN doit être géré sur 14 caractères et calé par un zéro à gauche. Dans le cas des produits de santé, le GTIN n est pas suffisant pour assurer la traçabilité des produits jusqu au patient. Des informations complémentaires de type numéro de lot ou de série et date de péremption lui seront donc associées.

12 Structure des informations assurant la traçabilité des produits Les codes à barres devront comporter en complément de l identification du produit, le numéro de lot de fabrication, la date de péremption, et pour les implants ou les instruments de chirurgie et prothèses, un numéro de série pour en assurer la traçabilité. Exemple de code à barres GS1-128 intégrant les éléments de traçabilité des produits. Le GTIN du produit est introduit dans le symbole par l identifiant d application AI Cet identifiant d application est reconnu par les lecteurs optiques. Numéro de lot (10) (01) (17)100201(10)X Cette information gérée par lecture automatique permet d assurer la traçabilité des produits, d effectuer des rappels de lots et d être intégré dans le dossier du patient. La structure du numéro de lot est un code à 20 caractères libres, alphanumérique, et dont l identifiant d application AI - est 10. Numéro de série (21) La structure du numéro de série est un code à 20 caractères libres, alphanumérique, et dont l identifiant d application AI - dans un code à barres GS1-128 est 21. Le numéro de série est généralement utilisé pour les dispositifs médicaux et les implants qui doivent être tracés de façon unitaire. Date de péremption (17) La structure de la date de péremption est un code à 6 caractères au format AAMMJJ dont l identifiant d application AI - est 17. Pour plus d informations sur les identifiants, liste disponible sur le site

13 Choix du code à barres Il est important de ne pas confondre codification (un code est attribué au produit ou à l unité logistique) et symbolisation (le code est symbolisé, sous forme de codes à barres linéaires ou à 2 dimensions). L attribution d un numéro d identification à l unité commerciale et l apposition physique d un code à barres sur ladite unité commerciale sont deux opérations distinctes. Le choix du type de code à barres dépend notamment de la surface disponible et du type d information à symboliser (n de lot, date de péremption, etc.). Le système GS1 reconnaît différentes symbologies de codes à barres : EAN-13 (qui ne permet pas d assurer à lui seul la traçabilité des produits), le GS1-128, le DataMatrix et le DataBar. Selon la taille et le type de produit, on choisira la symbologie la plus adaptée. Ainsi, les professionnels du secteur du médicament ont retenu le DataMatrix sur les emballages primaires et secondaires, le GS1-128 pour la partie logistique ou si la taille du produit le permet. Exemple de DataMatrix GTIN : Lot : X245 Date per : Exemple de GS1 - DataBar GTIN : Lot : X245 Date per : Exemple de GS1-128 Pour plus d informations sur la structure du GS1-128, du DataMatrix et du DataBar, consulter les guides techniques sur le site Le choix du marquage se fera en fonction du type de produit et des éventuelles réglementations en vigueur les médicaments devront notamment comporter un DataMatrix dès janvier De la même façon, pour certains produits, il sera difficile d imprimer un code à barres. Dans ce cas, il sera possible de faire appel à d autres technologies telles que la RFID. La photo de gauche présente un instrument de chirurgie doté d une puce intégrée dans le métal ; celle de droite un instrument avec un DataMatrix gravé dans le métal.

14 Mise en place des standards GS1 Qui doit codifier? La règle générale Il appartient à l entreprise qui détient la marque commerciale du produit d attribuer les GTIN, quels que soient le lieu de fabrication et de distribution du produit. C est donc : 14 Exceptions le fabricant ou le fournisseur - s il fabrique ou fait fabriquer le produit (en France ou à l étranger) et le commercialise sous une marque qui lui appartient ; l importateur ou le grossiste - s il fait fabriquer le produit (en France ou à l étranger) et le commercialise sous une marque qui lui appartient ; - s il transforme le produit (par exemple en en modifiant le conditionnement) ; l établissement de santé - s il est fabricant et ou distributeur (rétrocession, production interne) le distributeur - s il fait fabriquer le produit (en France ou à l étranger) et le commercialise sous une marque qui lui appartient. Si l article n est pas codifié à la source par le détenteur de la marque, l importateur ou le grossiste peut lui attribuer un GTIN temporaire et se substituer au propriétaire de la marque, l objectif étant de faire en sorte d inciter ce dernier à identifier lui-même les produits. L identification des produits de santé Compte tenu de l évolution de la réglementation sur la traçabilité des produits et des systèmes d information hospitaliers, il devient nécessaire d identifier l ensemble des produits de santé selon des standards internationaux applicables pour les différents intervenants du secteur. La règle générale (qui peut ne pas toujours s appliquer compte tenu des particularités des produits de santé et de leur mode de distribution) est d attribuer un GTIN distinct à chaque unité différente. Une unité se définit par rapport à ses caractéristiques. Voici une liste non exhaustive des caractéristiques des produits de santé : le type du produit ; la marque ; le code AMM, s il y a lieu ; les dimensions du conditionnement ; le dosage de produit ;

15 s il s agit d un regroupement, le nombre d unités distinctes qu il contient et leur répartition en sous-conditionnements, ainsi que la nature du regroupement (set ou kit, carton, palette, caisse palette, palette plate ) ; les différents niveaux d identification d une unité. Pour les produits de santé, les réflexions entre les partenaires de santé ont défini les différents niveaux d identification des produits. Exemple de hiérarchie logistique : A un produit doit correspondre une entité physique unitaire dénommée Unité Commune de Dispensation (UCD) dans le circuit hospitalier (ex : un comprimé) à partir de laquelle, par multiplication (boîte de x comprimés) ou division (1/4 de comprimé), tous les conditionnements ou états des produits pourront être décrits. Même si la division d une unité ne concerne pas strictement les besoins de l approvisionnement, il est important qu elle puisse être supportée par le concept d unité, cela afin de prolonger la chaîne de dispensation et le recueil de l information jusqu au patient. L identification des unités doit permettre de répondre aux besoins de la chaîne commande/livraison/prescription/dispensation/administration/facturation. 15 Descriptif des différents niveaux d identification pour une unité et ses regroupements : Niveaux Palette Carton Sur emballage Multiple Boîte Boîte de 12 comprimés Unité de consommation Unité Commune de Dispensation (UCD) Comprimé unitaire Code 1 code 1 code 1 code 1 code 1 code Application Unité d expédition Unité Logistique et de stockage Unité de Stockage Unité d achat Unité d achat et dispensation Circuit de distribution Tous circuits Tous circuits Tous circuits Officines Hôpitaux Circuits non sélectifs Professionnels de santé Hôpitaux Les médicaments Cas général Ces produits sont identifiés par un code AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) par type de présentation : boîte de 10 comprimés de x doses à y milligrammes de principe actif, boîte de 20,. Le décret de l AFSSAPS - JO du / SAN M V stipule que le code AMM est attribué selon une structure GS1 avec un préfixe 3400 dès janvier 2008 avec une table de correspondance sur le code AMM à 7 caractères. Dès janvier 2011, les médicaments devront

16 comporter un code DataMatrix intégrant le code AMM sur 13 caractères, le numéro de lot et la date de péremption. Pour plus d informations sur le aspects réglementaires : Le code AMM des médicaments est construit selon la structure suivante définie en accord avec GS1 : Préfixe Caractère libre Code AMM Clé 3400 X AMM C Le préfixe 3400 permet l identification unique «des médicaments à usages humains ou vétérinaires et produits susceptibles d être distribués dans le circuit pharmaceutique de manière exclusive ou non.» 16 X est un caractère libre utilisé par les organisations en charge de l attribution du code AMM pour distinguer les différentes natures de produits. Les partenaires devront alors faire un lien dans leur système de gestion interne entre le code AMM à 7 caractères et le code à 13 caractères afin qu à la lecture du code, le système puisse retrouver les différentes informations attachées au produit. NB : S agissant du médicament, et en l absence d un organisme de référence international pour l attribution des codes AMM, plusieurs pays (Suisse, Autriche, Espagne, États Unis, ) ont été amenés à passer des accords similaires à ceux conclus en France. Les fournisseurs doivent donc prendre contact avec les organisations GS1 nationales afin de connaître la structure de la codification retenue. Des fournisseurs internationaux ont également pris l option d identifier leurs produits par un GTIN, selon la structure internationale GS1, et de faire apparaître en clair sur l emballage les codes réglementaires nationaux. Le lien dans les fichiers assure l unicité du code. L unité Commune de Dispensation En ce qui concerne les médicaments, l hôpital consomme non pas des boîtes, mais des unités de produit comprimé - appelées Unités Communes de Dispensation (UCD) ou doses unitaires. Ces unités relèvent également des standards GS1. Compte tenu de leur taille réduite, le symbole reste à définir par les professionnels sachant que pour certains produits, l identification unitaire ne sera pas toujours suivie d un marquage par code à barres. L information sera donc intégrée dans la base de données et utilisée notamment pour la commande et la dispensation selon le mode de fonctionnement de chaque établissement. Pour plus d informations sur les travaux concernant la dispensing unit, consulter le site

17 Les dispositifs médicaux Ces produits ne sont pas soumis à l attribution d un code d Autorisation de Mise sur le Marché (AMM). Ceux qui sont vendus dans les officines ont été identifés par l organisation ACL. Pour ces produits, l accord passé entre GS1 et ACL stipule que les industriels auront le choix de codifier leurs produits par un GTIN et leur préfixe entreprise attribué par l organisation GS1 locale, ou un code à 13 caractères respectant la structure GS1 avec un préfixe Le code, une fois défini, sera ensuite imprimé sur le produit selon les standards de symbolisation GS1 reconnus dans le secteur de la santé et utilisant les identifiants d applications AI tel qu indiqué dans le document du GS1 Healthcare Global User Group. «AIDC applications standards» disponible sur le site Quand doit-on changer de code? Les règles d attribution et de changement de code selon les différents niveaux d emballages ou modification des produits sont précisées dans le document du GS1 Healthcare group. «Règles d attribution des GTIN pour les produits de santé» en français et anglais sur le site 17

18 Lieux-fonctions - GLN CHU Grand Ouest Chu Ouest Services economiques Quai Ouest Un lieu-fonction désigne une entreprise ou tout service d une entreprise qui participe au titre d une ou plusieurs fonctions à la réalisation d une transaction commerciale ou d un acte de soin. Cette fonction peut être administrative, commerciale, logistique, financière (service commandes, service facturation, service comptabilité, service expédition, lieu de réception,...) ou médicale (unité de soins). Ce lieu fonction est identifié par un code international à 13 positions, appelé Global Location Number (GLN). Ces codes lieux-fonctions identifient sans ambiguïté l émetteur et le destinataire d un flux : document, message, livraison physique, activité, etc. Un lieu-fonction est défini par : l appartenance à une organisation (juridique, administrative, commerciale...) ; une adresse physique et/ou postale ; une ou des fonctions exercées. 18 Réception médicaments Quai Sud Parmi les codes lieux-fonctions d une entreprise, il est possible de distinguer : le code lieu-fonction Membre. C est le code à 13 chiffres qui identifie l entreprise en tant que telle et qui est attribué par GS1 France lors de l adhésion. Lorsque l entreprise décide de créer d autres lieux-fonctions, c est à ce lieu-fonction Membre que ceux-ci seront rattachés, tant dans la base de données nationale des lieuxfonctions, maintenue par GS1 France, que dans les déclarations aux partenaires. Structure de codification internationale des entreprises Réception produits alimentaires La structure des GLN suit la même logique que celle du GTIN ; un préfixe entreprise GCP un code lieu et une clé de contrôle. Structure internationale à 13 chiffres Chu Ouest Préfixe Pays Identification Entreprise Lieu-fonction Clé Attribué par GS1 Attribué par GS1 France Attribué par l entreprise C Service comptabilité Les établissements de soins doivent alors transmettre aux fournisseurs les lieuxfonctions, des différents services qui interviennent dans le service économique, les quais de réception, les unités de soins, Les GLN définis par les établissements de soins peuvent avoir deux objectifs : la gestion des échanges internes à l établissement (identification d une unité de soins émetteur de la demande d approvisionnement et destinataire de la livraison ; circuit des instruments de chirurgie entre le bloc opératoire et le service de stérilisation centrale, etc.), la gestion des échanges externes entre l établissement et ses fournisseurs (commandes, livraisons, factures, etc.).

19 Contenu de la base de données Informations produits Le code article, GTIN, permet l identification unique d une unité commerciale ou de dispensation. Cette unicité est garantie quelle que soit la structure de codification utilisée. Cette structure doit être insérée dans un champ de données de 14 chiffres afin de rester compatible avec l identification des unités de regroupement qui peut se faire selon plusieurs options. Tous les codes doivent être justifiés à droite dans un champ de 14 caractères complété par des zéros à gauche si le nombre comporte moins de 14 chiffres. Le GTIN est la clé d accès à toutes les données relatives à l unité de base, stockées dans les bases de données ou utilisées dans les messages électroniques. Le GTIN imprimé dans un code à barres respectant la structure des identifiants GS1-128 (identifiant d application) est à 14 caractères. 19 Informations partenaires La base interne comporte tous les lieux-fonctions déclarés par les entreprises. Pour chaque lieu-fonction, il est recommandé de gérer les informations suivantes : le code lieu-fonction membre auquel il est attaché ; le nom ou la raison sociale ; l adresse ; les dates d application ; la ou les fonctions exercées (commandé par, livrer à,...) ; le nom du correspondant ou du service concerné ; le téléphone auquel peut être joint ce correspondant ; le domaine d activité (fournisseur, transporteur,...) ; le rôle économique (service administratif, entrepôt, unité de soins,...) ; le cas échéant, la nature du service. Peuvent également être attachés au lieu-fonction : le numéro de télécopie ; le SIREN ; le complément SIRET ; les références bancaires ; le code activité (NAF) ; le code FINESS (code identifiant les différents types d établissements de santé); le lieu-fonction GLN membre du ou des groupes auxquels il est rattaché ; les horaires d ouverture.

20 Les liens à créer Le GTIN du produit étant la clé d accès à toutes les informations qui sont rattachées à ce produit, la base de données doit donc contenir au minimum : les codes règlementaires associés (code AMM ou ACL correspondant, etc.) ; le code DCI (Dénomination Commune Internationale, classification des principes actifs, à laquelle tous les médicaments sont rattachés et qui est utilisé dans les appels d offres) ; les liens entre l unité commerciale et ses différents niveaux de regroupement pour la maîtrise des stocks et le contrôle des réceptions ; toute information permettant d assurer le suivi et l approvisionnement du produit ; les lieux-fonctions concernés par ce produit. 20 Un document «traçabilité dans les systèmes d information hospitaliers» est en cours de réalisation, il recense les différentes données nécessaires pour être en mesure de répondre aux différents objectifs de traçabilité : financière, logistique, scientifique et sanitaire. Ces différents termes sont également décrits dans le «guide de traçabilité» sur le site de l association Europharmat dans le cadre de l accord de collaboration signé avec GS1 France.

Logistique et traçabilité. Guide pratique de mise en œuvre des standards EAN UCC

Logistique et traçabilité. Guide pratique de mise en œuvre des standards EAN UCC Logistique et traçabilité Guide pratique de mise en œuvre des standards EAN UCC Créé en 1972 à l initiative d industriels et de distributeurs, GS1 France (anciennement Gencod EAN France) diffuse depuis

Plus en détail

Le code à barres EAN 13 mes premiers pas...

Le code à barres EAN 13 mes premiers pas... Le code à barres EAN 13 mes premiers pas... k étape 1 Vous venez d adhérer à GS1 France, Vous souhaitez connaître les démarches à suivre pour mettre en place un code à barres sur vos emballages. Ce guide

Plus en détail

Identification automatique

Identification automatique Identification automatique et commerce électronique pour une logistique optimisée La logistique, une fonction transversale Dans toute chaîne d approvisionnement, la logistique permet d optimiser la circulation

Plus en détail

Les standards GS1 pour sécuriser la chaîne d approvisionnement du secteur des produits de santé. Valérie Marchand - responsable santé GS1 France

Les standards GS1 pour sécuriser la chaîne d approvisionnement du secteur des produits de santé. Valérie Marchand - responsable santé GS1 France Les standards GS1 pour sécuriser la chaîne d approvisionnement du secteur des produits de santé Valérie Marchand - responsable santé GS1 France GS1 : Une organisation internationale GS1 est une organisation

Plus en détail

Évolution de la codification et du marquage des produits de santé

Évolution de la codification et du marquage des produits de santé n 3 juillet 2009 Évolution de la codification et du marquage des produits de santé Contributeurs / Auteurs Ce document est le résultat du travail des partenaires de la chaîne de distribution des produits

Plus en détail

Assistance Fournisseurs Déploiement P.I.M. E-mail : fiche_produit_fr@carrefour.com

Assistance Fournisseurs Déploiement P.I.M. E-mail : fiche_produit_fr@carrefour.com La dématérialisation de la Fiche Produit Département B2B Groupe Assistance Fournisseurs Déploiement P.I.M. E-mail : fiche_produit_fr@carrefour.com Gestion administrative des Fournisseurs France Data Synchronisation

Plus en détail

l étiquette logistique

l étiquette logistique Guide de l étiquette logistique pour le transport EAN UCC the global language of business Sommaire Editransport et Gencod EAN France ont signé le 16 mars 2000 un accord de coopération visant à faciliter

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION AMÉRICAINE DE LA FDA : L UDI POUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX

LA RÉGLEMENTATION AMÉRICAINE DE LA FDA : L UDI POUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX LA RÉGLEMENTATION AMÉRICAINE DE LA FDA : L UDI POUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX GRANDS PRINCIPES ET BONNES PRATIQUES Alexandre Rieucau - Chef de projet secteur santé GS1 : Une organisation internationale

Plus en détail

Principes du système GS1

Principes du système GS1 Principes du système GS1 Fonctionnement du système GS1 dans la chaîne d approvisionnement Ensemble pour créer des valeurs 7 612345 001708 > GS1 Suisse Principes du système GS1 Le système GS1 Informations

Plus en détail

Mise en œuvre de la traçabilité du Médicament

Mise en œuvre de la traçabilité du Médicament n 2 décembre 2008 Mise en œuvre de la traçabilité du Médicament Questions - Réponses Contributeurs / Auteurs Ce document est le résultat du travail du groupe Projet composé des professionnels suivants

Plus en détail

INFOLOG Suite. Comment transformer une contrainte réglementaire en avantage concurrentiel? INFOLOG GTS Goods Traceability System 16 mars 2006

INFOLOG Suite. Comment transformer une contrainte réglementaire en avantage concurrentiel? INFOLOG GTS Goods Traceability System 16 mars 2006 Comment transformer une contrainte réglementaire en avantage concurrentiel? INFOLOG GTS Goods Traceability System 16 mars 2006 1/34 INFOLOG Solutions des progiciels pour la supply chain Infolog R.M.S.

Plus en détail

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités

Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Enquête 2010 sur la mise en œuvre d outils de traçabilité par les fabricants de dispositifs médicaux : contraintes et opportunités Rose LEVAST Responsable des Statistiques Professionnelles et Economie

Plus en détail

Traçabilité Du besoin à la mise en oeuvre

Traçabilité Du besoin à la mise en oeuvre 20/09/2007 Traçabilité Du besoin à la mise en oeuvre Joseph FELFELI, PDG Groupe ACTEOS 1 PRESENTATION ACTEOS Éditeur de progiciels et intégrateur de technologies avancées pour la synchronisation et l optimisation

Plus en détail

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI

Plan. A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Plan A partir de l exemple du circuit sécurisé des DMI Retour sur le processus, les acteurs, les messages, les informations, le SIH Analyse des causes déterminantes du circuit: focus sur les échanges d

Plus en détail

(epc) Conformité avec les Global Trade

(epc) Conformité avec les Global Trade Des solutions de gestion des informations produit Pour vous aider à atteindre vos objectifs métier IBM WebSphere Product Center Points forts Offre une solution globale de gestion des informations produit

Plus en détail

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens

LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Définitions et moyens THEME 9 LA LOGISTIQUE COMMERCIALE * * * * * Chapitre 1 Définitions et moyens L'ASLOG (Association française pour la logistique) définit la logistique comme étant "l'art et la manière de mettre à disposition

Plus en détail

Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux. 7 octobre 2008

Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux. 7 octobre 2008 Journée A.P.H.R.O.C. La traçabilité des Dispositifs Médicaux 7 octobre 2008 Contexte Traçabilité fabricant / fournisseur Matériovigilance : loi du 4 mars 2002 Directive européenne transposée en droit français

Plus en détail

«OID» parlez-vous cybersanté?

«OID» parlez-vous cybersanté? «OID» parlez-vous cybersanté? Savoir de quoi on parle RefData propose un tour d horizon de la cybersanté Au service de la communauté de cybersanté RefData confie à e-mediat la mise en place et l exploitation

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS. Point presse MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Point presse Suppression de la vignette pharmaceutique au 1 er juillet 2014 Mardi 20 mai DOSSIER DE PRESSE -----------------------------------------------

Plus en détail

Bonnes pratiques de mise en œuvre des standards GS1 dans la filière amont du secteur vitivinicole

Bonnes pratiques de mise en œuvre des standards GS1 dans la filière amont du secteur vitivinicole Bonnes pratiques de mise en œuvre des standards GS1 dans la filière amont du secteur vitivinicole PREMIÈRE ÉDITION - NOVEMBRE 2013 Remerciements GS1 France remercie les entreprises suivantes pour leur

Plus en détail

ORDER TO CASH Gagnez du temps et de l argent avec GS1 ecom

ORDER TO CASH Gagnez du temps et de l argent avec GS1 ecom ORDER TO CASH Gagnez du temps et de l argent avec GS1 ecom Commander, livrer et facturer plus efficacement grâce à Order to Cash. Order to Cash Order to Cash est une application de GS1 ecom qui réfère

Plus en détail

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion)

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion) Module Vigilance et traçabilité Traçabilité Plan 08h30-09h00 09h00-09h20 09h20-10h00 Apports théoriques Stupéfiants (discussion) Retrait de lot (discussion) Traçabilité Définition «Aptitude à retrouver

Plus en détail

U. D. I. Identification unique & codification standardisée des Dispositifs Médicaux Implantables à l échelle internationale

U. D. I. Identification unique & codification standardisée des Dispositifs Médicaux Implantables à l échelle internationale U. D. I. Identification unique & codification standardisée des Dispositifs Médicaux Implantables à l échelle internationale J. Guillou Directeur Réglementation Remboursement & Logistique des marchés E.

Plus en détail

La symbologie GS1-128. Le code à barres logistique pour les unités commerciales et de transport. Ensemble pour créer des valeurs

La symbologie GS1-128. Le code à barres logistique pour les unités commerciales et de transport. Ensemble pour créer des valeurs La symbologie GS1-128 Le code à barres logistique pour les unités commerciales et de transport Ensemble pour créer des valeurs GS1 Suisse La symbologie GS1-128 Le système GS1 Les bases du système GS1 Le

Plus en détail

Le circuit des dispositifs médicaux

Le circuit des dispositifs médicaux Le circuit des dispositifs médicaux Dr Olivier BOUX GCS EMOSIST Franche-Comté 14 jan 2010 7ème formation MOA L univers du DM Les acteurs Les fonctions Les domaines Les applis médecin ( chir) cadre ( de

Plus en détail

Table des matières 05/03/2007. Recomman dations. Pages ETI.1 OTL.1. 210 x 148. Étiquette code à barres. 210 x 148. Étiquette de rechange ETI.

Table des matières 05/03/2007. Recomman dations. Pages ETI.1 OTL.1. 210 x 148. Étiquette code à barres. 210 x 148. Étiquette de rechange ETI. 1 Table des matières Étiquettes Dimensions Recomman dations Pages Étiquette code à barres 210 x 148 ETI.1 OTL.1 4 Étiquette de rechange 210 x 148 ETI.3 5 Identification Unitaire des Produits ETI.4 6 Recommandations

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRADE/C/WP.7/2006/20/Add.1 29 novembre 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DU COMMERCE Groupe de

Plus en détail

Université Abdelmalek Essaadi Faculté Polydesciplinaire de Tétouan Management, Logistique et Transport

Université Abdelmalek Essaadi Faculté Polydesciplinaire de Tétouan Management, Logistique et Transport Université Abdelmalek Essaadi Faculté Polydesciplinaire de Tétouan Management, Logistique et Transport Année 2008-2009 Introduction I. Chapitre 1: 1. Qu est que le code à barres? 2. À quoi sert le code

Plus en détail

Cahier des charges GS1 2009. > Avis d'expédition - DESADV

Cahier des charges GS1 2009. > Avis d'expédition - DESADV Cahier des charges GS1 2009 > Avis d'expédition - DESADV Profil cahier des charges DESADV GS1 France 2009 2 Ce cahier des charges a été créé à l'initiative des distributeurs, dont vous trouverez les logos

Plus en détail

Sécurité des consommateurs : qualité, traçabilité, gestion de crise

Sécurité des consommateurs : qualité, traçabilité, gestion de crise Sécurité des consommateurs : qualité, traçabilité, gestion de crise Bertrand DOYELLE Arnaud POPILLE Qualité, traçabilité et sécurité consommateur : un sujet ECR L exigence de sécurité : une nouvelle attente

Plus en détail

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE

L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L UGAP LANCE DES SOLUTIONS DE TRACABILITE CODE-BARRES ET DE MOBILITE POUR LE MONDE DE LA SANTE L'augmentation de la demande de sécurisation des clients du secteur médical conduit l UGAP, la centrale d

Plus en détail

ASPECTS LOGISTIQUES LIES A LA MISE EN PLACE DES EQUIPEMENTS DE LA NOUVELLE PUI

ASPECTS LOGISTIQUES LIES A LA MISE EN PLACE DES EQUIPEMENTS DE LA NOUVELLE PUI ASPECTS LOGISTIQUES LIES A LA MISE EN PLACE DES EQUIPEMENTS DE LA NOUVELLE PUI 1 SOMMAIRE 1. Descriptif de la nouvelle Pharmacie 2. Plan de la plateforme 3. Macro-processus logistiques 4. Pilotage des

Plus en détail

Catalogues électroniques : mes premiers pas...

Catalogues électroniques : mes premiers pas... Catalogues électroniques : mes premiers pas... Tournée 2008 des Catalogues Electroniques : les distributeurs parlent d une même voix En janvier 2008, la distribution française en partenariat avec les industriels

Plus en détail

Aesculap Service Systems Instacount

Aesculap Service Systems Instacount Aesculap Service Systems Instacount 1 er choix pour la gestion de l instrumentation Nos solutions Votre succès NOTRE LOGICIEL INSTACOUNT Parc d instruments L instrumentation chirurgicale, les optiques,

Plus en détail

CONDITIONS D ADHESION GENFA

CONDITIONS D ADHESION GENFA GENFA regroupe les fabricants et importateurs désireux de mener des actions collectives en vue d'améliorer la productivité de leurs opérations et notamment des opérations qu'ils réalisent avec leurs partenaires

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

traçabilité en milieu médical

traçabilité en milieu médical traçabilité en milieu médical SOLUTIONS - EFFICACITÉ - SÉCURITÉ la traçabilité, pourquoi? Améliorer la sécurité du patient et la qualité des soins Améliorer la qualité des soins de santé est un enjeu majeur

Plus en détail

Le système de réapprovisionnement en double casier RFID. Des idées Des ressources de

Le système de réapprovisionnement en double casier RFID. Des idées Des ressources de Le système de réapprovisionnement en double casier RFID Des idées Des ressources de Des idées Des connaissances Logi-D a été initialement créée à titre de groupe conseil en matière de chaîne d approvisionnement

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2

LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS. Atelier n 2 LES DIFFERENTS SYSTEMES DE MARQUAGE DES INSTRUMENTS Atelier n 2 UNITES DE SOINS MCJ PRE-DESINFECTION Transport UTILISATION Dossier médical informatisé du patient Logiciel de traçabilité du processus de

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

Manuel Codification. Belgium & Luxembourg

Manuel Codification. Belgium & Luxembourg Manuel Codification Belgium & Luxembourg Manuel Codification mars 2008 Préface Les entreprises trouveront dans ce manuel d utilisateur une introduction simple et conviviale aux spécifications internationales

Plus en détail

Qualiac Stocks et Logistique

Qualiac Stocks et Logistique Qualiac Stocks et Logistique Qualiac Stocks et Logistique offre à tout moment une vision permanente et actualisée du niveau de stocks. Grâce à ses fonctions de contrôles rigoureux, Qualiac Stocks et Logistique

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF 315 NF Petite Enfance PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de

Plus en détail

GS1 Data Excellence, INC. CONDITIONS DU CONTRAT DE PARTICIPATION DES PARTENAIRES COMMERCIAUX HORS DES ÉTATS-UNIS

GS1 Data Excellence, INC. CONDITIONS DU CONTRAT DE PARTICIPATION DES PARTENAIRES COMMERCIAUX HORS DES ÉTATS-UNIS GS1 Data Excellence, INC. CONDITIONS DU CONTRAT DE PARTICIPATION DES PARTENAIRES COMMERCIAUX HORS DES ÉTATS-UNIS Les conditions du présent Contrat de participation (le «Contrat de participation») de GS1

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

Guide d implémentation des ISBN à 13 chiffres

Guide d implémentation des ISBN à 13 chiffres Guide d implémentation des ISBN à 13 chiffres International ISBN Agency Berlin 2004 Première édition 2004 by International ISBN Agency Staatsbibliothek zu Berlin Preussischer Kulturbesitz Permission est

Plus en détail

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes

DES DMS Exemple du CHU de Nîmes PLATEFORME LOGISTIQUE ET CIRCUIT DES DMS Exemple du CHU de Nîmes L ensemble des illustrations a été supprimé en raison de la taille du fichier incompatible avec la diffusion sur le site euro-pharmat.com.

Plus en détail

LE CHAMP DE LA PROCEDURE

LE CHAMP DE LA PROCEDURE 1 Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports ------ Direction générale de la santé ------- Direction de la sécurité sociale GUIDE PRATIQUE pour l inscription des produits de santé autres que les

Plus en détail

APPLICATIONS EAN-GENCOD GLOSSAIRE. Octobre 1997 Copyright GENCOD-EAN

APPLICATIONS EAN-GENCOD GLOSSAIRE. Octobre 1997 Copyright GENCOD-EAN APPLICATIONS EAN-GENCOD GLOSSAIRE Octobre 1997 Copyright GENCOD-EAN Liste générale des termes définis dans ce glossaire Donnée Page Acte 10 AI (Application Identifier) 10 Allegro 10 Allotissement 10 Boîte

Plus en détail

Comment composer une étiquette logistique?

Comment composer une étiquette logistique? Comment composer une étiquette logistique? La société Ronny s Honey désire vendre ses produits dans la grande distribution et doit par conséquent identifier ses unités logistiques de manière unique. Cela

Plus en détail

Charte Supply. des palettes et colis. Novembre 2005. version 1.0

Charte Supply. des palettes et colis. Novembre 2005. version 1.0 Charte Supply des palettes et colis Novembre 2005 version 1.0 Sommaire Cette charte a pour objectif de définir les attentes en terme de marquage des unités logistiques (palettes et colis) pour les produits

Plus en détail

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Rôle dans le système de gestion de la qualité La gestion de l approvisionnement, la gestion des achats et des stocks est une composante

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Chaîne logistique & TIC

Chaîne logistique & TIC Chaîne logistique & TIC (from commerce to e-commerce to c-commerce). 1 2 3 4 Les Les méthodologies méthodologies m ECR ECR Mise Mise en en œuvre œuvre d une d une d chaîne chaîne logistique intégrée. grée.

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

SESSION DE FORMATION. Gestion Commerciale 1. Session formation NIVEAU 1 (2 ème Journée)

SESSION DE FORMATION. Gestion Commerciale 1. Session formation NIVEAU 1 (2 ème Journée) SESSION DE FORMATION Gestion Commerciale 1 SOMMAIRE Les Clients... 4 Fiche CLIENT... 4 Fiche CLIENT- Paramètres... 4 Fiche CLIENT- Contacts... 5 Fiche CLIENT- banque... 5 Fiche CLIENT- Tarifs... 5 Fiche

Plus en détail

Comment créer mon premier code à barres?

Comment créer mon premier code à barres? omment créer mon premier code à barres? GANDA ANDY La société Ganda andy désire vendre ses produits dans la distribution et doit par conséquent identifier ses produits de manière unique. est pour cette

Plus en détail

Les standards GS1. Conférence CRITTBOIS. Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015

Les standards GS1. Conférence CRITTBOIS. Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015 Les standards GS1 Conférence CRITTBOIS Service Marketing Stratégique, GS1 France 01 Juillet 2015 Le saviez-vous? 6 milliards de searchs par jour 6 milliards de bips par jour 2 GS1, organisation internationale

Plus en détail

Les étiquettes RFID. Thierry Adam TAD 2012-06

Les étiquettes RFID. Thierry Adam TAD 2012-06 Les étiquettes RFID Thierry Adam TAD 2012-06 Présentation Etilux Présentation Réferences Identification Introduction Qu est-ce que la RFID? La chaîne du froid : les étiquettes intelligentes Case studies

Plus en détail

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : OPERATIONS DE MAGASINAGE DES MATERIELS

DOMAINE D'ACTIVITE 1 : OPERATIONS DE MAGASINAGE DES MATERIELS FICHE 6 INGENIERIE : RÉFÉRENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION REFERENTIEL D ACTIVITES REFERENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITE et TACHES COMPETENCES ASSOCIEES AUX ACTIVITES ET TACHES COMPETENCES

Plus en détail

Référence CNRFID : AO 006. Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 -

Référence CNRFID : AO 006. Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 - Référence CNRFID : AO 006 Cahier des charges Démonstrateur pour la traçabilité de matériaux composites - V5 du 4 avril 2011 - Table des Matières 1. Introduction... 3 2. Synthèse du besoin... 3 2.1 Suivi

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

LOGICIEL Gestion et traçabilité fruits & légumes. I-Station. Logiciel de gestion & traçabilité multi sociétés, multi sites, multi produits

LOGICIEL Gestion et traçabilité fruits & légumes. I-Station. Logiciel de gestion & traçabilité multi sociétés, multi sites, multi produits Page 1 sur 8 Apports brut de cueille I-Station Logiciel de gestion & traçabilité multi sociétés, multi sites, multi produits Edition des fiches prévisionnelles de cueille (avec code à barres pour une réception

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES 1. CHAMP D ACTIVITÉ 1.1. Définition L agent logisticien, titulaire du baccalauréat professionnel «logistique» prépare et réalise les opérations liées à la réception,

Plus en détail

Les dispositifs d ostéosynthèse peuventils être livrés stériles? Point de vue de l'industriel

Les dispositifs d ostéosynthèse peuventils être livrés stériles? Point de vue de l'industriel Congrès de de stérilisation, Lille, Avril 2010 Les dispositifs d ostéosynthèse peuventils être livrés stériles? Point de vue de l'industriel Claire Jégou, Responsable Affaires Réglementaires Medtronic

Plus en détail

Logipharma. Approvisionnement des services de soins du CHU Produits Généraux / Pharmacie. UF Logipharma

Logipharma. Approvisionnement des services de soins du CHU Produits Généraux / Pharmacie. UF Logipharma Logipharma Approvisionnement des services de soins du CHU Produits Généraux / Pharmacie Logipharma Localisation Quelques dates Ouverture LGP: Démarrage Activité PG Démarrage Médicaments Purpan Démarrage

Plus en détail

Chaîne logistique efficace pour le Facility Management et l intendance. Réduire les coûts et créer des plus-values grâce à des processus optimisés

Chaîne logistique efficace pour le Facility Management et l intendance. Réduire les coûts et créer des plus-values grâce à des processus optimisés Chaîne logistique efficace pour le Facility Management et l intendance Réduire les coûts et créer des plus-values grâce à des processus optimisés Nos services vos avantages Fondée en 1913, Electro-Matériel

Plus en détail

SPECIFICATION GS1 POUR L IDENTIFICATION ET LA TRAÇABILITE DES FRUITS, LEGUMES ET POMMES DE TERRE

SPECIFICATION GS1 POUR L IDENTIFICATION ET LA TRAÇABILITE DES FRUITS, LEGUMES ET POMMES DE TERRE SPECIFICATION GS1 POUR L IDENTIFICATION ET LA TRAÇABILITE DES FRUITS, LEGUMES ET POMMES DE TERRE GS1 Belgium & Luxembourg Identification et traçabilité des fruits, légumes et pommes de terre Page 1 TABLE

Plus en détail

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé

Healthcare * sdv.com. Logistique. Imagination. *Santé Healthcare * sdv.com Logistique. Imagination. *Santé SDV, un service de proximité et une performance assurée La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité

Plus en détail

LA BANANE DES ANTILLES

LA BANANE DES ANTILLES La traçabilité de la chaîne d information appliquée à un produit transporté en multimodal : Un produit agroalimentaire du producteur au consommateur LA BANANE DES ANTILLES Par Emmanuel Bencteux Chef des

Plus en détail

Les principales nouveautés de la version 14 portent sur les points suivants.

Les principales nouveautés de la version 14 portent sur les points suivants. Nouveautés de la version La version 14 du programme Sage Gestion commerciale Ligne 100 dispose de fonctionnalités nouvelles qui faciliteront l utilisation du programme tout en le rendant conforme aux directives

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

Intégration d un logiciel DC et GI

Intégration d un logiciel DC et GI Intégration d un dun logiciel de documentation de charge et de gestion des instruments Intégration d un logiciel DC et GI Situation initiale Documentation exhaustive exigée notamment par: Recommandation

Plus en détail

Février- Mars 2014. Projet : Traçabilité des containers fil. Cahier des charges. Destiné aux fournisseurs de solution RFID. Strictement confidentiel.

Février- Mars 2014. Projet : Traçabilité des containers fil. Cahier des charges. Destiné aux fournisseurs de solution RFID. Strictement confidentiel. Février- Mars 2014 Projet : Traçabilité des containers fil Cahier des charges Destiné aux fournisseurs de solution RFID Strictement confidentiel Contenu Présentation de l entreprise 3 1 Généralités 3 11

Plus en détail

L ergonomie a été notre premier souci et la personnalisation et donc son appropriation nous ont guidés tout au long de l élaboration de ce produit.

L ergonomie a été notre premier souci et la personnalisation et donc son appropriation nous ont guidés tout au long de l élaboration de ce produit. ERP GPMI.net + Logiciel de scanners pour WMS et suivi fabrication Configurateur pour la génération des numéros de lots et de série Passerelles EDI de et vers GPMI Successeur du logiciel GPMI installé sur

Plus en détail

Les Editions CoMPAGNoNS Une gamme d outils malicieux pour les utilisateurs Sage

Les Editions CoMPAGNoNS Une gamme d outils malicieux pour les utilisateurs Sage Les Editions CoMPAGNoNS Une gamme d outils malicieux pour les utilisateurs Sage EDITION 2011 37, rue Paule Raymondis 31200 Toulouse France Tél. : +33(0)5.61.26.71.64 Fax : +33(0)5.61.26.80.42 Contact commercial

Plus en détail

Référentiels d Interopérabilité

Référentiels d Interopérabilité INFORMATION HOSPITALIERE STANDARDISEE Formation Maîtrise d Ouvrage Hospitalière Informatisation du circuit du médicament & des dispositifs médicaux Référentiels d Interopérabilité 7 ème édition : 14 janvier

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Cahier des charges Remontée des ventes

Cahier des charges Remontée des ventes DIFFUSEURS INFOS SERVICES Cahier des charges Remontée des ventes VERSION DU 09/06/00 - Préambule - Règles techniques 3 - Règles de gestion 4 - Indice de fiabilité des remontées des ventes 5 - Remontée

Plus en détail

OCP hôpital, l entité OCP au service des établissements de santé.

OCP hôpital, l entité OCP au service des établissements de santé. OCP hôpital, l entité OCP au service des établissements de santé. OCP hôpital, l entité dédiée à la distribution du médicament aux établissements publics et privés. Vocation Depuis 2005, OCP hôpital met

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

Conditions spécifiques de vente Lettre suivie

Conditions spécifiques de vente Lettre suivie Les présentes conditions spécifiques de vente de la Lettre suivie dérogent aux conditions générales de vente des prestations «Courrier - Colis» de La Poste, lesquelles restent applicables pour tout ce

Plus en détail

PAD Portail d Approvisionnement Dématérialisé des établissements de santé La plateforme PAD au service des fournisseurs

PAD Portail d Approvisionnement Dématérialisé des établissements de santé La plateforme PAD au service des fournisseurs PAD Portail d Approvisionnement Dématérialisé des établissements de santé La plateforme PAD au service des fournisseurs Adhésion fournisseurs 15 avril 2015 1 Présentation de PAD Portail d Approvisionnement

Plus en détail

Par Marianne TUDESQ LP Alexandre Dumas Cavaillon. Programme de CAP AEM.doc

Par Marianne TUDESQ LP Alexandre Dumas Cavaillon. Programme de CAP AEM.doc Par Marianne TUDESQ LP Alexandre Dumas Cavaillon Programme de CAP AEMdoc 1 POLE ENTREPOSAGE ET MESSAGERIE Remarques et conseils pour la mise en place des séquences Ce fichier est élaboré après plusieurs

Plus en détail

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP

DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP DOSSIER EVALUATION D UN DISPOSITIF MEDICAL STERILE (DMS) COMITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX STERILES (CODIMS) CENTRAL AP-HP Préambule important aux industriels: ne pas déposer de dossier directement auprès

Plus en détail

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet AFPHB Meux, 25 novembre 2010 Plan de l exposé Introduction Intérêt d un programme

Plus en détail

CQP Inter-branches Agent Logistique. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Agent Logistique. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Agent Logistique Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches (CQPI) «Agent Logistique».

Plus en détail

Manutention Coffrets cadeaux Façonnage Manuel

Manutention Coffrets cadeaux Façonnage Manuel TRANSPORT Manutention Coffrets cadeaux Façonnage Manuel Co-packing Mise sous film Print On Demand Mise en Box & PLV Coffrets cadeaux Manutention Façonnage mécanique BOX MENSUEL Notre atelier de production

Plus en détail

5. Liste de contrôle (version août 2012)

5. Liste de contrôle (version août 2012) 5. Liste de contrôle (version août 2012) Cette liste de contrôle est destinée aux pharmacies d officine. Elle peut toutefois aussi s avérer utile pour la période d assistanat effectuée à l hôpital. Comment

Plus en détail

ANNEXE 5-A au CCTP PRESTATIONS DU TITULAIRE DU MARCHE

ANNEXE 5-A au CCTP PRESTATIONS DU TITULAIRE DU MARCHE ANNEXE 5-A au CCTP PRESENTATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU PORTAIL EPROCUREMENT DES CHU 1. Objectif PRESTATIONS DU TITULAIRE DU MARCHE Le groupement de 17 Centres Hospitaliers Universitaires (CHU)

Plus en détail

Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires

Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires Note technique Concernant les modalités d application au niveau départemental de la convention conclue entre l EPRUS et des établissements

Plus en détail

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL

GPAO bloc opératoire Retour d expérience : CHPL 1/ 35 GPAO bloc opératoire Francis REYMONDON freymondon@chpl.fr http://www.chpl.fr Présentation : Francis REYMONDON 2/ 35 Formation : Ingénieur INSA spécialité Génie Industriel Fonction CHPL : Responsable

Plus en détail

Procédure d utilisation de la fonction TELETRANSMISSION

Procédure d utilisation de la fonction TELETRANSMISSION Procédure d utilisation de la fonction TELETRANSMISSION I.Qu est-ce que la Télétransmission?... 1 II.Paramétrages préalables... 2 1. Saisie des Grands Régimes... 2 2. Codes Télétransmission... 4 3. Paramétrage

Plus en détail

Guichet ONEGATE. Cahier des charges informatique à l attention des Déclarants Directs Généraux

Guichet ONEGATE. Cahier des charges informatique à l attention des Déclarants Directs Généraux Guichet ONEGATE Cahier des charges informatique à l attention des Déclarants Directs Généraux Relevé des Transactions Économiques avec des non-résidents RTE ORGANISATION ET INFORMATIQUE Correspondant Banque

Plus en détail

Dossier Gestmag 2007. Livre IV. Gestion des clients et fournisseurs

Dossier Gestmag 2007. Livre IV. Gestion des clients et fournisseurs Dossier Gestmag 2007 Livre IV Gestion des clients et fournisseurs Domiciel Inform@tique Page 1 Avril 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. Généralités 3 2. Gestion des fournisseurs 3 2.1 La fiche fournisseur 3 2.1.1

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail