La Viscoélasticité des Polymères

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Viscoélasticité des Polymères"

Transcription

1 La Viscoélasticité des Polymères ISITV, 2ème année Franck Sosson Ingénieur d étude / Expert Matériaux Docteur en Chimie et Physico Chimie des polymères SMAC, soucieux d améliorer constamment la qualité de ses produits, peut faire évoluer les spécifications sans préavis. Document non contractuel. Tous droits réservés SMAC

2 La Viscoélasticité des Polymères Plan de cours Introduction à la viscoélasticité La viscoélasticité au quotidien Définition Notion de module Comment caractériser la viscoélasticité Appareil DMA Mobilité moléculaire Température de transition vitreuse Théorie du volume libre Moyens expérimentaux Notion du temps de relaxation Mobilité Equivalence Temps Température Vieillissement des polymères Généralité Le vieillissement accéléré Modèle Arrhenius Relation Structure Propriétés Différentes familles de polymères Influence de la chimie et de la microstructure Notion de formulation Loi de mélange 2

3 La Viscoélasticité des Polymères Plan de cours Mobilité moléculaire Introduction à la viscoélasticité La viscoélasticité au quotidien Définition Notion de module Comment caractériser la viscoélasticité Appareil DMA Température de transition vitreuse Théorie du volume libre Moyens expérimentaux Notion du temps de relaxation Mobilité Equivalence Temps Température Vieillissement des polymères Généralité Le vieillissement accéléré Modèle Arrhenius Relation Structure Propriétés Différentes familles de polymères Influence de la chimie et de la microstructure Notion de formulation Loi de mélange 3

4 Introduction à la Viscoélasticité La viscoélasticité au quotidien Le Chewing Gum Le «Silly Putty» Les adhésifs Les Polymères Les pneus temps courts [T< 1s] élastique temps longs [T=24H] visqueux 4

5 Introduction à la Viscoélasticité Définition Solide Liquide Elastique pur----viscoélastique ----Visqueux pur Retour à la position initiale Solide de Hooke = E.ou = G. Ecoulement Liquide Newtonien = Comportement intermédiaire dépend de Contrainte, Déformation, Vitesse de sollicitation 5

6 Introduction à la Viscoélasticité Notion de «Module» Changements de formes, de volumes des matériaux sous l action de contraintes Module : mesure de la résistance à la déformation d un matériau sous l aciton d une force/contrainte externe Module Conta int e Déplacement (MPa) 3 types de modules peuvent être définis : Module élastique de traction (Module d Young) E Module élastique de cisaillement (Module de Coulomb) G Module de compression hydrostatique (Bulk modulus) B 6

7 Introduction à la Viscoélasticité Notion de «Module» Young s Modulus Shear Modulus Bulk Modulus E = G = B = hyd V/V o s = contrainte uniaxiale de traction ou compression t = contrainte de cisaillement s hyd = contrainte hydrostatique de traction ou compression e = déformation normale g = déformation de cisaillement DV/V o = contraction/expansion volumique 7

8 Introduction à la Viscoélasticité Notion de «Module» Coefficient de Poisson déformation axiale Rapport de la déformation transverse sur la z l z -l 0z l 0z = z l y l y -l 0y l 0y = y Si le volume de l échantillon reste constant : υ = 0,5 exemples : liquides, nombreux élastomères l z l 0z l 0y En général : augmentation du volume sous l effet de la déformation dv/v o = (1 2υ).ε z = y z dv = augmentation du volume initial V o 8

9 Introduction à la Viscoélasticité Notion de «Module» Material E(GPa) Steel Copper Glass Granite Polystyrene Polyethylene Natural Rubber E = 2G(1 + ) = 3B(1 + 2)=(9KG)/(G+3K) 9

10 Introduction à la Viscoélasticité Caractériser la viscoélasticité Relaxation = Déformation imposée et fixe, on suit la force Fluage = Force imposée et fixe, on suit la déformation Analyse Mécanique Dynamique = on impose une déformation sinusoïdale, on regarde les modes et le déphasage 10

11 Introduction à la Viscoélasticité L essai de Relaxation Relaxation = Déformation imposée et fixe, on suit la force Le solide hookéen : Emmagasine l'énergie mécanique fournie La restitue intégralement et instantanément en l'absence de contrainte Retour à l'état d'équilibre 0 Le fluide newtonien : S'écoule indéfiniment Pas d'état d'équilibre Déformation irréversible t Energie entièrement dissipée (chaleur, mouvement) 0 t 0 t 11

12 Introduction à la Viscoélasticité L essai de Fluage Fluage = Force imposée et fixe, on suit la déformation Le solide hookéen : Emmagasine l'énergie mécanique fournie La restitue intégralement et instantanément en l'absence de déformation Retour à l'état d'équilibre 0 Le fluide newtonien : S'écoule indéfiniment Pas d'état d'équilibre Déformation irréversible t0 Energie entièrement dissipée (chaleur, mouvement) 0 t o 0 t o 12

13 Introduction à la Viscoélasticité Fluage Recouvrance Réponse du matériau viscoélastique réel Déformation croissante sous charge (fluage) Déformation décroissante à la décharge (recouvrance) Fluage 0 Recovery = 0 (après état d équilibre) Déformation plastique t 0 temps la vitesse de déformation décroit dans les premiers temps puis atteint un stade stationnaire le fluide viscoélastique se détend et atteint éventuellement un équilibre fonction de la déformation max atteinte 13

14 Introduction à la Viscoélasticité Fluage Recouvrance Creep 0 Recovery = 0 (after steady state) / More Viscous More Elastic t 1 t 2 time 14

15 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Permet de déterminer des propriétés mécaniques Modules Amortissement des matériaux viscoélastiques en fonction dutemps de la fréquence delatempérature de la déformation Permet de mettre en évidence des mouvements (macro)moléculaires (relaxations, changement de phase, ) Permet d établir des relaxations entre propriétés - structure ou morphologie des matériaux (mélange, cristallinité, ) 15

16 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Impose une sollicitation sinusoïdale Force ou déformation Echantillon normalisé solicitation Mesure de la réponse Force ou déformation Response Mesure du déphasage Energie dissipée phase angle 16

17 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Solide de Hooke Purement élastique Matériau viscoélastique = 0 Liquide newtonien Purement visqueux 0 < < 90 = 90 17

18 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Essai oscillant écriture complexe Sollicitation mécanique : déformation sinusoïdale / temps ε(t) = ε0 cos (ωt) =Re [ε0.ei(ωt)] = Re [ε(t)] εo : amplitude de la déformation de cisaillement ω : pulsation en rad/s Domaine de viscoélasticité linéaire Réponse sinusoïdale, déphasée de δ par rapport à ε(t) (t) = o.cos (ωt + δ)= Re [0.ei(ωt+)] = Re [(t)] 18

19 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique (t) et ε(t) sont reliés par E*, module dynamique complexe : *(t) = E*(t).ε*(t) avec E*(t) = E + i.e E module élastique ou de stockage E module dissipatif ou de perte E* = o.ei(ωt+) /o.εi(ωt) E*= o/εo.ei On vérifie bien que : D où par identification : E = o/ εo. cos E"= o/ εo. sin δ=0 E = o/ εoet E"=0 matériau purement élastique δ=π/2 E =0 et E"= o/ εo matériau purement visqueux 19

20 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Module dynamique : mesure de la résistance globale / déformation E* ou G* = contrainte/déformation Module élastique : aptitude du matériau à stocker l énergie mécanique fournie E ou G = (contrainte/déformation).cosδ Module visqueux : aptitude du matériau à dissiper l énergie (sous forme de châleur) E ou G = (contrainte/déformation).sinδ tan δ : Energie dissipée lors d un cycle de sollicitation, mesure de l amortissement tan δ = G /G énergie perdue énergie stockée -restituée 20

21 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Balayage déformation Déformation Mode instrument : multi strain Méthode : équilibre à... C isotherme pdt...min strain sweep Paramètres essai : fréquence : fixe amplitude : variable Sollicitation du matériau à constantes fréquence température amplitude croissante Applications temps domaine viscoélastique linéaire résistance à la rupture 21

22 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique domaine linéaire : module indépendant de la déformation domaine non linéaire : module fonction de la déformation E' ou G' Stress NON VALIDE POUR LA CARACTERISATION EN DMA c = déformation critique déformation (amplitude) 22

23 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Balayage isochrone, isotherme Déformation Mode instrument : multifréquences Méthode : équilibre à... C isotherme pdt...min Paramètres essai : fréquence amplitude : domaine linéaire Temps Sollicitation du matériau à fréquence température constantes amplitude Applications suivis de réticulation suivis de dégradation 23

24 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Balayage fréquence Déformation Mode instrument : multifréquences Méthode : équilibre à... C isotherme pdt...min balayage en fréquences Paramètres essai : fréquences amplitude : domaine linéaire t Sollicitation du matériau à fréquence croissante température amplitude Applications constantes suivi des modules à basse et grande vitesse mise en œuvre des polymères (taux de cisaillement croissant) équivalence temps température 24

25 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique exemple sur un polymère amorphe région terminale plateau caoutchoutique transition domaine vitreux 1 2 Loss Modulus (E" or G") log Fréquence (rad/s ou Hz) 25

26 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Rampe en température Rampe linéaire imposée Réponse du matériau à fréquence constante et amplitude constante time between data points m = ramp rate ( C/min) Denotes Oscillatory Measurement temps (min) 26

27 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Région vitreuse Zone de transition Plateau caoutchouctique Zone terminale N existe pas pour les matériaux réticulés Storage Modulus (E' or G') Loss Modulus (E" or G") 27

28 Introduction à la Viscoélasticité Analyse Mécanique Dynamique Exercice = Représenter le comportement au fluage relaxation du polymère dans chaque zone visco élastique Région vitreuse Zone de transition Plateau caoutchouctique Zone terminale Storage Modulus (E' or G') Loss Modulus (E" or G") 28

29 Analyse Mécanique Dynamique Appareil Rhéomètre ou DMA échantillon capteur de déplacement mesure des déformations Force (contrainte) appliquée via moteur 29

30 Appareillage Analyse Mécanique Dynamique SAMPLE BIFILAR-WOUND FURNACE CLAMPS LOW MASS, HIGH STIFFNESS CLAMPING FIXTURES AIR BEARING AIR BEARING SLIDE OPTICAL ENCODER DRIVE MOTOR 30

31 Analyse Mécanique Dynamique Méthodologie Echantillon Mode de déformation Raideur (taille et forme de l échantillon) Type d outil (taille et forme de l échantillon) Force statique / Force suiveuse 31

32 Analyse Mécanique Dynamique Méthodologie Géométrie de l échantillon : une mesure précise et reproductible de module est lié à une géométrie adaptée de l échantillon (rapport longueur / section transverse cohérent) Différents modes de déformation : E (traction, compression, flexion), G (cisaillement) Raideur : Gamme de la machine (DMA 2890) : N/m La raideur est liée aux dimensions de l échantillon (longueur, épaisseur, largeur) et peut limiter les possibilités d analyse (/ dimensions outil) 32

33 Analyse Mécanique Dynamique Raideur (K) Mesure fondamentale en DMA : raideur (k) K = force appliqué / amplitude de déformation Pendant une expérience : signaux bruts = force et amplitude Calibrations appliquées à ces signaux bruts Module déduit par multiplication avec le facteur de forme (geometry factor GF) adéquat : Module = raideur * Geometry factor = K * GF Contraintes et déformations calculées à partir des forces et amplitudes respectivement 33

34 Analyse Mécanique Dynamique Contrôle contrainte / Rampe T Exemple : importance rapport raideur matériau/force max raideur, K Amplitude de déformation imposée Contrainte Température 34

35 Analyse Mécanique Dynamique Contrôle contrainte / Rampe T Force Max. atteinte pour la raideur max. Max. Force atteinte raideur, K déformation impossible à suivre contrainte Température 35

36 Analyse Mécanique Dynamique Raideur vs Module un échantillon épais peut avoir la même raideur qu un échantillon fin F = 1 N x = 10 mm matériau à haut module F = 1 N x = 10 mm matériau à faible module un échantillon épais peut avoir le même module qu un échantillon fin F = 1 N x = 10 mm matériau de faible raideur F = 1 N x = 2 mm matériau de forte raideur 36

37 Analyse Mécanique Dynamique Choix des outils outil tension film Dual/single cantilever 3P bending Compression Shear shandwich 37

38 Analyse Mécanique Dynamique Dual Cantilever Mode échantillon outil mobile outil fixe Adapté à de nombreux matériaux (élastomères, thermoplastiques) Matériaux très amortissants Adapté au suivi de réticulation 38

39 Analyse Mécanique Dynamique Gamme d utilisation Dual Modulus (Pa) GF = 1 F 3 L 192I S(1+ ) L 2A mm long 10 mm wide 4 mm thick 35 mm long 12.5 mm wide 3.2 mm thick 35 mm long 12.5 mm wide 1.75 mm thick 8 mm long 12.5 mm wide 0.1 mm thick Geometry Factor (1/mm)

40 Analyse Mécanique Dynamique Single Cantilever Mode Sample Stationary Clamp Movable clamp Adapté à de nombreux matériaux (thermoplastiques) Préférable / dual pour la matériaux non renforcés 40

41 Analyse Mécanique Dynamique Flexion 3 points Sample Stationary Fulcrum Moveable Clamp Force Adapté aux matériaux de haut module Préférable/dual pour éliminer les effets dus aux serrage (mode de déformation pur) ASTM 41

42 Analyse Mécanique Dynamique Tension Stationary Clamp Sample (film, fiber,or thin sheet) Movable clamp Adapté aux matériaux sous forme de films ou fibres (échantillons à haut module) Mode TMA à force constante, ou rampe en force («mini-traction») Force constante possible 42

43 Analyse Mécanique Dynamique Movable Clamp Sample Stationary Clamp Double Cisailleemnt Echantillons carrés : mode pur de déformation en cisaillement modules de cisaillement : G*, G, G et G(t) Adapté pour matériaux mous (gels, adhésifs, élastomères au dessus de la Tg) Utilisable pour matériaux très visqueux 43

44 Analyse Mécanique Dynamique Compression Stationary Clamp Sample Movable clamp Mode adapté pour les matériaux de modules moyens (gels, élastomères) Outils adaptalbes pour l expansion thermique ou la pénétration 44

45 Analyse Mécanique Dynamique Calcul des modules L appareil applique toutes les calibrations et mesures les raideurs brutes (stockage et perte) Ks Module= raideur * Geometry factor = K * GF Dual Cantilever : Single Cantilever : 3-Point Bend : GF = GF = 1 F GF = 1 F L 48I 3 L 192I 3 L 12I 3 S(1+ S(1+ S(1+ ) L 2 A ) L 2A ) L 2A L = longueur échantillon ou distance entre mors I = Moment géométrique = 1 / 12 T 3.w pour échantillons rectangulaires A = section transverse = coeff. de Poisson F = Facteur d outil (~ 0.9) S = facteur de cisaillement (~1.5) 45

46 Analyse Mécanique Dynamique Choix de l amplitude Balayage en déformation ou rampe en force pour déterminer le domaine viscoélastique linéaire Choisir une large gamme Facteurs à prendre en compte : Niveau de force (gamme du TA 2980 : -18N, N) Seuil (fluage) : déformation irréversible si force statique ou dynamique trop élevée Bruits : grande amplitude = bruit plus faible Comportement à considérer sur toute la gamme de fréquences et de déformations 46

47 La Viscoélasticité des Polymères Plan de cours Introduction à la viscoélasticité La viscoélasticité au quotidien Mobilité moléculaire Température de transition vitreuse Définition Notion de module Comment caractériser la viscoélasticité Appareil DMA Théorie du volume libre Moyens expérimentaux Notion du temps de relaxation Mobilité Equivalence Temps Température Vieillissement des polymères Généralité Le vieillissement accéléré Modèle Arrhenius Relation Structure Propriétés Différentes familles de polymères Influence de la chimie et de la microstructure Notion de formulation Loi de mélange 47

48 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α La transition vitreuse ou relaxation principale α Transition de phase du 2nd ordre (elle ne s'accompagne pas d'un changement d'état) : le matériau est solide (par opposition à liquide ou gazeux) et il le reste. Passage de l'état vitreux (à basse température : cassant) à un état caoutchouteux, et concerne la phase amorphe. Dépend du temps d observation (temps de relaxation) / Equivalence temps-température 48

49 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α En dessous de la Tα, les polymères amorphes sont rigides Module > 109 Pa A l état vitreux : énergie thermique insuffisante pour franchir les barrières de potentiel, segments «gelés» dans les positions fixes Au dessus de la Tα, les polymères amorphes sont souples Module caoutchoutique de l ordre de 105 à106 Pa Chute d environ 4 ordres de grandeur du module entre l état vitreux et l état caoutchoutique au passage de la Tα 49

50 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α La Tα est associée à des mouvements coopératifs hiérarchisés à longue portée de segments moléculaires dans la phase amorphe En général, tout facteur qui affecte la mobilité des segments moléculaires affecte la Tα Nature des segments Rigidité de la chaîne Gène stérique Volume libre 50

51 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α Chute de E Phénomène initial (plus bas en température) Onset associé à des pertes mécaniques Pic de E Phénomène à une température intermédiaire Lié aux changements de propriétés physiques (accroissement de mobilité moléculaire) Pic du tan δ A plus haute température : utilisé dans la littérature comme le point intermédiaire entre l état vitreux et l état caoutchoutique La forme et la hauteur du pic changent avec la proportion/nature de la phase amorphe qui relaxe 51

52 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α Relation entre Tg et Tα Tg phénomène purement thermique (activation thermique) Tα phénomène thermo-mécanique Tg à 10 C/mn Tα à1 C/minet1Hz Sample: FS Size: x x mm Method: TTS DMA File: Z:...\TTS_FS _090410_1 Operator: F. Sosson Run Date: 09-Apr :12 Instrument: 2980 DMA V1.4O Storage Modulus (MPa) 100 Tan Delta Temperature ( C) 52 Universal V4.1D TA Instruments

53 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α Aux temps courts (hautes fréquences) Réponse de type solide Aux temps longs (basses fréquences) Réponse de type liquide Temps court Fréquence élevé τrelax Temps élevé Fréquence faible temps Pas de mouvement possible Etat vitreux Comportement solide Mouvement possible Etat caoutchoutique 53

54 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α Aux temps courts (hautes fréquences) Haute température Aux temps longs (basses fréquences) Basse température Barrière énergétique Théorie du volume libre A 0 K, le volume d un cristal réel inclut des «trous» qui permettent des mouvements limités des éléments de la structure maillée. Cette possibilité de mouvement en tous sens augmente avec la température 54

55 Mobilité Moléculaire Relaxation principale α Les différents moyens dont on dispose pour augmenter le volume libre Augmenter le nombre de chaînes, donc de groupes terminaux (diminution de la masse moléculaire) ; Augmenter le nombre ou la longueur des chaînes latérales (plastification interne ); Faciliter les mouvements des chaînes principales en introduisant chimiquement dans ces chaînes des segments de faible empêchement stérique, donc de grande mobilité (plastification interne ); Insérer entre les chaînes un composé ayant une bonne affinité pour le polymère et de relativement faible masse moléculaire (plastification externe ). 55

56 Mobilité Moléculaire Relaxations secondaires β, γ, Relaxations secondaires Transition de phase du 2nd ordre Mouvement de faibles énergies (moins de volume libre) Mouvements locaux au sein d une rotations intramoléculaires (4-6 atomes) Mouvement de groupement latéraux avec mouvement coopératifs de la chaîne principale Mouvements internes au sein d un groupement latéral sans interférence avec les autres groupements Mouvement de petites molécules dans le polymères (ex : plastifiants). Dépend du temps d observation (temps de relaxation) / Equivalence temps-température 56

57 Mobilité Moléculaire Dépendance en fréquence La Tg est une transition cinétique : elle est donc fortement influencée par la vitesse ou la fréquence de l essai La vitesse des mouvements moléculaires dépend de la température Lorsque la fréquence augmente, les relaxations associées à la Tg ne peuvent se produire qu à plus haute température 57

58 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température TTS : relation empirique Basé sur l observation : courbes viscoélastiques à différentes températures sur une gamme de fréquences superposables par un simple décalage horizontal (at) Applicable à la relaxation de contrainte, fluage et les mesures dynamiques Valable sur une gamme de températures autour de la Tα Exemple de loi : Williams Landels Ferry (WLF) C 1 et C 2 : constantes «universelles» 58

59 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température Aux temps courts (hautes fréquences) / Basses températures Réponse de type solide Aux temps longs (basses fréquences) / Hautes températures Réponse de type liquide (E' or G') (E" or G") (E' or G') (E" or G") log Frequency Temperature 59

60 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température Principe TTS : relation empirique c-à-d basée sur l observation Les courbes obtenues à différentes températures peuvent être exactement jointes les unes aux autres, en les faisant glisser en abscisse le long de ces axes. On obtient alors une courbe unique appelée Courbe Maîtresse. Applicable à la relaxation de contrainte, fluage et les mesures dynamiques Valable sur une gamme de températures autour de la Tα A quoi sert-elle??? Comportement d'un matériau à des fréquences hors du domaine de mesure de l'instrument Prédiction du comportement des matériaux à long terme Fluage : comportement des matériaux sous charge Relaxation de contrainte : stabilité dimensionnelle dans le temps 60

61 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température Choix d une température de référence (utilisation) Informations souhaitées à très hautes fréquences (temps courts) Balayages sur la gamme de fréquences de l appareil, à plus basses températures 61

62 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température 62

63 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température 63

64 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température La superposition temps température ne s utilise pas : - S il y a une certaine cristallinité, surtout si le matériau fond sur la gamme en température qui nous intéresse. - Si la structure change avec la température : décomposition, réticulation, - Si le matériau est un copolymère à bloc (TTS ne fonctionnera que sur une gamme de température limitée). - Si le matériau est un composite de plusieurs polymères. Quelques fois il ne faut pas utiliser le loi WLF (même s il semble que cela fonctionne) : - Si T > Tg C - Si T < Tg et que le matériau n est pas élastomérique - Si la gamme en température est petite, les constantes C1 et C2 ne pourront pas être déterminer précisément. - Dans ces cas, il vaut mieux utiliser une loi d Arrhenius : Ln (a T ) = (Ea/R)(1/T-1/T 0 ) 64

65 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température Relaxation secondaire suit une loi Arrhénius Mouvement localisé sur une dizaine d unités de répétition La vitesse des mouvements moléculaires dépend de la température Lorsque la fréquence augmente, les relaxations associées à la Tβ ne peuvent se produire qu à plus haute température 65

66 Mobilité Moléculaire Equivalence Temps Température β moins énergétique que α Dépendance en fréquence plus importante pour β 66

67 La Viscoélasticité des Polymères Plan de cours Introduction à la viscoélasticité La viscoélasticité au quotidien Définition Notion de module Vieillissement des polymères Généralité Le vieillissement accéléré Modèle Arrhenius Comment caractériser la viscoélasticité Appareil DMA Mobilité moléculaire Température de transition vitreuse Théorie du volume libre Moyens expérimentaux Notion du temps de relaxation Mobilité Equivalence Temps Température Relation Structure Propriétés Différentes familles de polymères Influence de la chimie et de la microstructure Notion de formulation Loi de mélange 67

68 Vieillissement des Polymères Généralités Définition «On appel vieillissement toute évolution au cours du temps des propriétés relatives aux fonctionnalités de l objet considéré résultant d une modification de la microstructure ou de la composition du matériau constitutif sous l effet de son instabilité propre, de l interaction avec l environnement, de sollicitations mécaniques ou de la combinaison de plusieurs de ces causes» (Verdu, 1990) Classe de vieillissement des polymères

69 Vieillissement des Polymères Généralités Pourquoi? Cinétique de dégradation lente des élastomères dans leurs conditions réelles d utilisation Temps d observation trop grands (de 1 à 10 ans voire plus) Nécessité d évaluer et quantifier le vieillissement en laboratoire Principe Réaliser des essais isothermes en enceinte Des prélèvements systématiques permettent d étudier la cinétique de réaction Utilisation de lois simples (Arrhenius, WLF, ) Tous les types d analyse sont envisageables (chimique, mécanique, physicochimique, ) Avantage Agrandir la fenêtre de temps d observation Méthode simple et rapide Matériel accessible et peu onéreux Possibilité de réaliser des essais dans des fluides ou à hygrométrie contrôlée 69

70 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Equation d Arrhenius t t 0. exp E RT T : Température de vieillissement t : temps d apparition du critère de fin de vie t0 : temps caractéristique E : Energie d activation (relié au critère de fin de vie) R : Constante molaire des gaz parfaits Plus la température de vieillissement est importante, plus le temps d apparition du critère de fin de vie diminue Température Ex : Critère de fin de vie 200% d allongement Réalisation d une courbe d endurance ou d une courbe maîtresse 70

71 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Prédiction de la durée de vie d un matériau Courbe d endurance Réaliser le vieillissement suivant au moins 3 température Choisir un critère de fin de vie Déterminer le temps où apparaît le critère de fin de vie pour les trois températures Mettre sur un graphique le logarithme du temps en fonction de l inverse de la température de vieillissement Extrapoler le temps suivant la température désirée 71

72 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Prédiction de la durée de vie d un matériau Réalisation de l équation d Arrhenius Si on observe une droite 1 mécanisme sur toute la gamme de température = comportement arrhénien Si on n observe pas de droite il peut exister plusieurs mécanismes de dégradation suivant la température = comportement non arrhénien 72

73 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Prédiction de la durée de vie d un matériau Allonger le temps d observation Réaliser le vieillissement suivant au moins 3 température Choisir une courbe de référence Tref (température de fonctionnement de la pièce) Faire glisser chaque courbe afin d obtenir des points coïncidant avec une courbe de référence T < Tref, vers les temps cours T > Tref, vers les temps long Quand tous les points définissent une seule est même courbe le glissement est parfait = courbe maîtresse 73

74 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Prédiction de la durée de vie d un matériau Coefficient de glissement log τ log 1 2 a a b T 1 b T 2 log 2 E 1 log a R T2 1 T1 log a T Ea R T2 1 T 1 Si on observe une droite 1 mécanisme sur toute la gamme de température = comportement arrhénien Si on n observe pas de droite il peut exister plusieurs mécanismes de dégradation suivant la température = comportement non arrhénien 74

75 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Comment choisir les températures de vieillissement - Les températures dépendent de la nature de l élastomère - Les températures doivent être supérieures (ou égale pour les courbes maîtresses) à la température en service du matériau - L intervalle de température ne doit pas comporter de transitions (Tg, Tf) car ces dernières se manifestent très souvent par un changement de régime cinétique, - Même profil de courbe quelle que soit la température - L intervalle entre la température de vieillissement accéléré la plus faible et la température d utilisation ne doit pas excéder 20 C si possible Elastomère Température de vieillissement ( C)* Naturel (40) Exemple Butyl (50) Polychloroprène (50) Nitrile (60) * les températures doivent être ajustées suivant la température de référence 75

76 Vieillissement des Polymères Méthode Arrhenius Autre cas de glissement : le fluage Toute propriété viscoélastique peut être représentée par une courbe maîtresse Principe d équivalence temps-température 76

77 La Viscoélasticité des Polymères Plan de cours Introduction à la viscoélasticité La viscoélasticité au quotidien Relation Structure Propriétés Différentes familles de polymères Influence de la chimie et de la microstructure Notion de formulation Loi de mélange Définition Notion de module Comment caractériser la viscoélasticité Appareil DMA Mobilité moléculaire Température de transition vitreuse Théorie du volume libre Moyens expérimentaux Notion du temps de relaxation Mobilité Equivalence Temps Température Vieillissement des polymères Généralité Le vieillissement accéléré Modèle Arrhenius 77

78 Relation structure propriétés Etude des polymères Matériaux polymères largement utilisés Pour la plupart des applications : importance des propriétés mécaniques et thermomécaniques Nécessité de connaître leur propriétés initiales Nécessité de comprendre les évolutions de ces propriétés en fonction de facteurs extrinsèques (T, vitesse, ) et intrinsèques (structure, composition chimique, ) Le DMA permet de mesurer les propriétés mécaniques des polymères en les reliant aux différences de composition et structure moléculaire (différences physiques et chimiques) 78

79 Relation structure propriétés Etude des polymères Transition vitreuse Transitions secondaires Cristallinité Poids moléculaires Réticulation Séparation de phase (mélanges, copolymères ) Composites Vieillissement (chimique, physique) Suivi de réticulation Orientation des chaînes macromoléculaires, des charges ou des fibres Influence des aditifs 79

80 Relation structure propriétés Composition Chimique vs Tg 80

81 Relation structure propriétés Famille de polymères 81

82 Relation structure propriétés Effet de la cristallinité Polymères cristallins : systèmes multiphasés constitués de phase amorphe comportant des cristallites dispersés La phase cristalline restreint la mobilité moléculaire des zones amorphes avoisinantes Cas général pour les semi-cristallins, une augmentation de la cristallinité implique : Augmentation de la Tα Diminution de l intensité de la relaxation α Un élargissement de la zone de Tα 82

83 Effet de la cristallinité sur la Tg Relation structure propriétés Effet de la cristallinité AMORPHOUS PET CRYSTALLINE PET x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x 1.0 x x x x x x x 10 Tan 0.1 x x x x Tan 0.1 x x x x x x x x x x x x x x xx x x Temperature ( C) Temperature ( C) Thompson and Woods, Trans. Faraday Soc., 52, 1383 (1956) 83

84 Relation structure propriétés Effet de la cristallinité Effet des cristallites : jouent le rôle de nœud de réticulation dans la matrice polymère la cristallinité affecte principalement la réponse mécanique dans la gamme de température entre Tα et Tf (Effet faible en dessous de Tα) Le module d un polymère semi-cristallin est proportionnel au degré de cristallinité indépendant de la température si le taux de cristallité reste constant 65% 40% 25% 0% Crystallinity (100% Amorphous) Temperature M. P. 84

85 Relation structure propriétés Effet de la cristallinité Bouteille en Polyethylene terepthalate Pressed PET Bottle Resin PET After Temperature Ramp Scan (Cold Crystallization) 85

86 Relation structure propriétés Effet de la cristallinité Bouteille en Polyethylene terepthalate 2ème cycle G 1.000E10 Repeat Run After Cold Crystallization 1.000E9 G' (Pa) 1.000E8 Initial Scan on Pressed Resin 1.000E7 Temperature Ramp at 3 C/min. Frequency = 1 Hz Strain = 0.025% Cold Crystallization 1.000E temperature (Deg C)

87 Relation structure propriétés Effet d un traitement thermique Unannealed Sample Annealed Sample Storage Modulus (MPa) Tan Delta Temperature ( C) Universal V2.1A TA Instruments 87

88 Relation structure propriétés Effet du Mw Peu d effet sur le module en dessous de Tg Tg et la chute de module sont quasi-indépendant de Mw si Mw est très élevées Plateau caoutchoutique fortement dépendant de Mw à l exception des polymères à très faible Mw (< Mc, pas d enchevêtrements) En l absence de nœuds de réticulation, le comportement est déterminé par les enchevêtrements La longueur du plateau caoutchoutique est fonction du nombre d enchevêtrements par macromolécule 88

89 Relation structure propriétés Effet du Mw Glassy Region MW has practically no effect on the modulus below Tg Transition Region Rubbery Plateau Region Low MW Med. MW High MW Temperature 89

90 Relation structure propriétés Effet du Mw 90

91 Relation structure propriétés Effet de la réticulation Polymère linéaires reliés par des nœuds chimiques «thermodurs» (réticulation thermiquement activé) Présence de points d enchevêtrement : augmentation de la densité Réduction de la mobilité moléculaire Augmentation de Tg Pour des faibles taux de réticulation : Tg augmente linéairement avec le nombre de nœuds Pour des forts taux de réticulation, la Tg est large et mal définie 91

92 Relation structure propriétés Effet de la réticulation M = MW between c crosslinks , Temperature 92

93 Relation structure propriétés Effet de la réticulation, Frequency = 1Hz Amplitude = 20 microns MPa 10 Storage Modulus (MPa) [ ] Temperature ( C) [ ] Loss Modulus (MPa) Time (min) 93 Universal V2.6D TA Instruments

94 Relation structure propriétés Effet de l orientation Matériaux anisotropes fréquents : Fibres, Polymères amorphes orientés Pièces moulées par injection Composites renforcés fibres Polymères semi-cristallins (avec cristaux orientés) Nombre de modules indépendants fonction du degré de symétrie du système 94

95 Relation structure propriétés Effet de l orientation Ex : Composite UD à matrice polyester renforcée fibres de verre 1.0E5 Fibers Parallel to Length Fibers Perpindicular to length 1.0E5 Storage Modulus Storage Modulus (MPa) 1000 Loss Modulus 1000 Loss Modulus (MPa) 100 Notes: Frequency = 1 Hz Amplitude = 40 microns Force Track = 150% Ramp Rate = 3 C/min. length Temperature ( C) Universal V2.6D TA Instruments 95

96 Relation structure propriétés Effet de l orientation Ex : Composite UD à matrice polyester renforcée fibres de verre C Fibers Parallel to Length Fibers Perpindicular to Length C Notes: Frequency = 1 Hz Amplitude = 40 microns Force Track = 150% Ramp Rate = 3 C/min. Tan Delta length Temperature ( C) Universal V2.6D TA Instruments 96

97 Relation structure propriétés Effet du vieillissement Effet du vieillissement sur une couverture de toit en PVC 0.4 Tan Delta 0.3 PVC - Initial Condition PVC - Aged for 90 days PVC Aged for 150 days C 150 days C Temperature ( C) Initial 90 days C Universal V2.4D TA 97

98 Relation structure propriétés Effet des plastifiants Plastifiants : aditifs organiques de bas poids moléculaire généralement Plastifiants utilisés pour deux raisons Diminution de Tα (meilleur comportement à froid) Polymère plus souple Amélioration de la mise en oeuvre Fonction : faciliter les changements de conformation moléculaires Effet sur les thermogrammes : Diminution de la Tα Elargissement du pic de tan δ Antiplastifiants Diminution (voire annulation) des mouvements liés à la relaxation β Diminution du pic tan δ de la relaxation β Pas d influence sur la position en température du pic β Pas d influence sur la relaxation α 98

99 -2 Relation structure propriétés Mélange de polymères Mélanges incompatibles : 2 transitions observables Polymères compatibles : une seule Tα intermédiaire entre les Tα respectives de chacun des polymères (loi des mélanges) 10 9 Shear modulus, G, (Nm ) Mélange PS/SB Logarithmic decrement Temperature ( C) 99

100 Relation structure propriétés Mélange de polymères 100

101 Relation structure propriétés Mélange de polymères 101

102 Relation structure propriétés Mélange de polymères 1 relaxation 1 relaxation 1 relaxation 2 relaxations 102

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite

SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Titre : SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculé[...] Date : 03/08/2011 Page : 1/6 SDLS08 - Modes propres d'une plaque carrée calculés sur base réduite Résumé : Ce cas test a pour objectif de

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Premier principe : bilans d énergie

Premier principe : bilans d énergie MPSI - Thermodynamique - Premier principe : bilans d énergie page 1/5 Premier principe : bilans d énergie Table des matières 1 De la mécanique à la thermodynamique : formes d énergie et échanges d énergie

Plus en détail

Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement

Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement Relations structure-propriétés dans les élastomères fortement chargés A. AZOUG a, A. CONSTANTINESCU a, R.M. PRADEILLES-DUVAL a, R. NEVIÈRE b a. Laboratoire de Mécanique des Solides - CNRS UMR 7649, École

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SÉRIE SCIENTIFIQUE ÉPREUVE DE SCIENCES DE L INGÉNIEUR ÉPREUVE DU VENDREDI 20 JUIN 2014 Session 2014 Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient 4,5 pour les candidats ayant choisi un

Plus en détail

PROPRIÉTÉS TECHNIQUES DU SYSTÈME NEOWEB

PROPRIÉTÉS TECHNIQUES DU SYSTÈME NEOWEB TECHNIQUES DU SYSTÈME NEOWEB Propriétés techniques Neoweb V 2.5 SYSTÈME DE CONFINEMENT CELLULAIRE 3D CLASSIFICATION POLYMÈRE TYPE Neoloy Technologie de pointe nano-composite MÉCANIQUES DU SYSTÈME Module

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB

Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010. Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif acrylique VHB Dual Lock 250 Système de fixation ouvrable et refermable Fiche technique Mai, 2011 Dernière version : Oct 2010 Description du produit Produits transparents : SJ 3460 : non adhésif SJ 3560 : Muni d un adhésif

Plus en détail

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs Les accidents qui touchent les mains sont la première cause d accidents avec arrêt de tra- tuer tous les gestes de notre quotidien et sont également un outil essentiel dans notre travail. Préservons-les,

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Monitoring et suivi du comportement des chaussées

Monitoring et suivi du comportement des chaussées Monitoring et suivi du comportement des chaussées Pierre Hornych Juliette Blanc IFSTTAR - LAMES 1/xx MONITORING ET SUIVI DU COMPORTEMENT DES CHAUSSÉES DÉVELOPPEMENTS RÉCENTS ET PERSPECTIVES Introduction

Plus en détail

Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader.

Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader. Des innovations avec des matériaux plastiques haute performance. La gamme complète en PTFE, une gamme leader. Nos solutions d ingénierie en PTFE : elles montrent la voie. Vaste et complète : notre gamme

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites

Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites Etude de l influence d une agression thermique sur les propriétés mécaniques résiduelles de matériaux composites M. Ropital, T. Rogaume, D. Halm Institut Pprime, UPR 3346 CNRS, ISAE-ENSMA, Université de

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

NOTICE DOUBLE DIPLÔME

NOTICE DOUBLE DIPLÔME NOTICE DOUBLE DIPLÔME MINES ParisTech / HEC MINES ParisTech/ AgroParisTech Diplômes obtenus : Diplôme d ingénieur de l Ecole des Mines de Paris Diplôme de HEC Paris Ou Diplôme d ingénieur de l Ecole des

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L-70

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L-70 SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L-70 PIECES EN CAOUTCHOUC POUR ORGANES DE SUSPENSION, DE TRANSMISSION ET D ENTRAINEMENT EDITION: 2005 Version 12/07/2005 ST L70 -Version

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Mini_guide_Isis_v6.doc le 10/02/2005 Page 1/15

Mini_guide_Isis_v6.doc le 10/02/2005 Page 1/15 1 Démarrer... 2 1.1 L écran Isis... 2 1.2 Les barres d outils... 3 1.2.1 Les outils d édition... 3 1.2.2 Les outils de sélection de mode... 4 1.2.3 Les outils d orientation... 4 2 Quelques actions... 5

Plus en détail

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle

Série 77 - Relais statiques modulaires 5A. Caractéristiques. Relais temporisés et relais de contrôle Série 77 - Relais statiques modulaires 5A Caractéristiques 77.01.x.xxx.8050 77.01.x.xxx.8051 Relais statiques modulaires, Sortie 1NO 5A Largeur 17.5mm Sortie AC Isolation entre entrée et sortie 5kV (1.2/

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

Mesure de la dépense énergétique

Mesure de la dépense énergétique Mesure de la dépense énergétique Bioénergétique L énergie existe sous différentes formes : calorifique, mécanique, électrique, chimique, rayonnante, nucléaire. La bioénergétique est la branche de la biologie

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

La présente fiche technique décrit les exigences auxquelles doit répondre le Système Barofor Round.

La présente fiche technique décrit les exigences auxquelles doit répondre le Système Barofor Round. 1 Objet La présente fiche technique décrit les exigences auxquelles doit répondre le Système Barofor Round. Le système complet comprend les éléments suivants: Panneaux Poteaux Accessoires tels que fixations

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29

Semi-conducteurs. 1 Montage expérimental. Expérience n 29 Expérience n 29 Semi-conducteurs Description Le but de cette expérience est la mesure de l énergie d activation intrinsèque de différents échantillons semiconducteurs. 1 Montage expérimental Liste du matériel

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

Exemples de dynamique sur base modale

Exemples de dynamique sur base modale Dynamique sur base modale 1 Exemples de dynamique sur base modale L. CHAMPANEY et Ph. TROMPETTE Objectifs : Dynamique sur base modale réduite, Comparaison avec solution de référence, Influence des modes

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

SYSTÈME DE GAINES À SPIRALE ET RACCORDS TOURNANTS

SYSTÈME DE GAINES À SPIRALE ET RACCORDS TOURNANTS SYSTÈME DE GAINES À SPIRALE ET RACCORDS TOURNANTS SPIRAL PVC CONDUIT SYSTEMS AND REVOLVING FITTINGS Gaines a Spirale Matufless...page 190 Matufless spiral PVC conduit Raccords Tournants Matufless...page

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX 1. EXPERIENCE 1 : APPLICATION DE LA LOI FONDAMENTALE DE LA DYNAMIQUE a) On incline d un angle α la table à digitaliser (deuxième ou troisième cran de la table).

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations

Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations Valérie Pommier-Budinger Bernard Mouton - Francois Vincent ISAE Institut Supérieur de l Aéronautique et de

Plus en détail

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS

ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS ANALYSE ET TRAITEMENT DES DONNÉES PROVENANT DU MONITORING DES PONTS PAR LA TECHNOLOGIE OSMOS Chakib Kassem 1, Louis Crépeau 2 1 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec 2 OSMOS Canada inc., Montréal, Québec

Plus en détail

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov

MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES. Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov 1 MOTORISATION DIRECTDRIVE POUR NOS TELESCOPES Par C.CAVADORE ALCOR-SYSTEM WETAL 2013 10 Nov Pourquoi motoriser un télescope? 2 Pour compenser le mouvement de la terre (15 /h) Observation visuelle Les

Plus en détail

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Mokhfi Takarli Laboratoire de Génie Civil et Génie Mécanique - INSA de Rennes - 20 Avenue

Plus en détail

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme

1. Introduction 2. Localiser un séisme 3. Déterminer la force d un séisme 4. Caractériser le mécanisme de rupture d un séisme Partie II Les paramètres des séismes Séisme: libération d énergie destructrice à partir de la magnitude 5 Prévision sismique: déterminer l aléa sismique Étude du mécanisme de rupture de la faille 1. Introduction

Plus en détail

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES

CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES COURS DE CONSTRUCTION PARASISMIQUE VOLUME 2 CONCEPTION PARASISMIQUE DES BATIMENTS (STRUCTURES) INTRODUCTION A LA DYNAMIQUE DES STRUCTURES Introduction à la conception PS des structures - Approche qualitative

Plus en détail

CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA

CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA CALIBRES OMEGA CO-AXIAL DESCRIPTION ECHAPPEMENT CO-AXIAL REGLAGE OMEGA Table des matières Page Lexique 3 Description de l échappement Co-Axial 5 Fonctions de l échappement Co-Axial 6 Avantages de l échappement

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Analyse statique d une pièce

Analyse statique d une pièce Analyse statique d une pièce Contrainte de Von Mises sur une chape taillée dans la masse 1 Comportement d un dynamomètre On considère le dynamomètre de forme globalement circulaire, excepté les bossages

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Mini_guide_Isis.pdf le 23/09/2001 Page 1/14

Mini_guide_Isis.pdf le 23/09/2001 Page 1/14 1 Démarrer...2 1.1 L écran Isis...2 1.2 La boite à outils...2 1.2.1 Mode principal...3 1.2.2 Mode gadgets...3 1.2.3 Mode graphique...3 2 Quelques actions...4 2.1 Ouvrir un document existant...4 2.2 Sélectionner

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN.

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. TD 6 corrigé - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/1 Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. Question : Réaliser le graphe de structure, puis compléter

Plus en détail

Mousses acoustiques : STRASONIC

Mousses acoustiques : STRASONIC MOUSSES ACOUSTIQUES : STRASONIC Mousses acoustiques : STRASONIC Innovation for your future Mousses acoustiques : STRASONIC Sommaire I - LA MOUSSE ACOUSTIQUE II - FICHES II.1 Mousses de polyuréthane 841000-841010

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

*EP001039352A1* EP 1 039 352 A1 (19) (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39

*EP001039352A1* EP 1 039 352 A1 (19) (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP001039352A1* (11) EP 1 039 352 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 27.09.2000 Bulletin 2000/39

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P

Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statiques SOLITRON MIDI, Commutation analogique, Multi Fonctions RJ1P Relais statique CA Multi fonctions - 5 sélections de modes de fonctionnement: angle de phase, trains d ondes distribuées et

Plus en détail

Fauteuil dentaire monté vers le haut, Modèle CARE-22

Fauteuil dentaire monté vers le haut, Modèle CARE-22 Fauteuil dentaire monté vers le haut, Modèle CARE-22 Fauteuil dentaire monté vers le haut, Modèle CARE-22 Réf. SOC-RYS-301017 Caractéristique : Système d exploitation à main monté vers le haut, design

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux diélectriques»

Plan du chapitre «Milieux diélectriques» Plan du chapitre «Milieux diélectriques» 1. Sources microscopiques de la polarisation en régime statique 2. Etude macroscopique de la polarisation en régime statique 3. Susceptibilité diélectrique 4. Polarisation

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail