Moyens d'exploration tissulaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Moyens d'exploration tissulaires"

Transcription

1 27/10/2014 SABEG Marine L2 (Relecteur : Hamza Berguigua) BTIME Pr. Charpin 12 pages Moyens d'exploration tissulaires Plan A. Examen macroscopique B. Examen microscopique de base C. Techniques complémentaires parfois nécéssaires au diagnostic histologique standard I. test immunohistochimiques II. hybridation in situ III. test génomiques Introduction : L'anatomie pathologique (anapath) est une spécialité médicale et non pas biologique. Le diagnostic d une lésion néoplasique maligne (cancers) est basé sur l évaluation de prélèvements tissulaires et cellulaires effectués dans le cadre d une prise en charge multidisciplinaire des patients. L examen des tissus se fait sur des fragments tissulaires soit larges, on parle de pièces opératoires pouvant mesurer jusqu à plus de 30 cm (ou des «exérèses» plus petites, de l ordre de 0,5 à 2-3 cm), soit très petits et c'est le cas des biopsies (de l ordre de 1 mm et souvent moins). CR : Pour être étudiés au microscope ces éléments sont traités de la même manière, en effet il faut préserver le tissu avec des fixations. Un petit bout demande environ 24h de traitement, plus l'échantillon est gros et plus le temps d'attente sera long. Ce n'est donc pas comme en biologie ou les analyses (souvent sanguines) sont rapides, en anatomo-pathologie c'est long et cela demande la présence obligatoire de spécialiste. Dans un certain nombre de cas, le diagnostic peut être abordé sur des prélèvements cytologiques (d où le nom d'anatomie cytologie pathologique ACP) encore plus petits. Les éléments cellulaires non visibles à l œil nu sont en suspension : Cytoponctions ou aspiration de liquide de lavage ( thyroïde, col utérin, LCR ou par "tuyauterie" ex : bronches, colon, péritoine...). Dans le cadre clinique pratique de routine, les prélèvements tissulaires sont effectués par les chirurgiens ou endoscopistes pour identifier : - Des néoplasies (tumeurs) bénignes ou malignes (tumeurs malignes = néoplasies malignes = cancers) A distinguer : - des processus tissulaires pseudo-tumoraux, ex : remaniements fibrokystiques du sein. - et des lésions inflammatoires ou dysfonctionnelles (comme l hyperplasie ou l hypertrophie d un tissu) qui peuvent donner cliniquement des tuméfactions comme les vraies néoplasies. Le diagnostic lésionnel par l Anatomo-Pathologiste (= «Pathologiste» ) est capital dans le cadre de la prise en 1/12

2 charge multidisciplinaire des malades (généraliste, radiologue, chirurgien, pathologiste, radiothérapeute et oncologue médical) en cancérologie car il : 1. affirme et confirme exclusivement les diagnostics de bénignité ou malignité avant tout geste thérapeutique lourd. Il n'a pas le droit au faux positif ( on ne peut pas annoncer à une personne qu'elle à un cancer alors que l'on en est pas sur! ). 2. établit des pronostics en fonction des caractéristiques des tumeurs. 3. détermine le type de geste chirurgical et de la prise en charge oncologique post-chirurgicale dans les cas les plus standards (recommandations nationales et internationales). 4. Cet examen est particulièrement important en pathologie tumorale. Le diagnostic sur prélèvement tissulaire est le seul (dans les conditions cliniques courantes) qui permet de façon formelle de décider d un traitement chirurgical, d une radiothérapie ou chimiothérapie. Le temps d'analyse est en général d'environ 24h mais plus la pièce est grosse plus la prise en charge sera longue et compliquée. Comme il y a beaucoup de domaines différents, en général un pathologiste est spécialisé dans une branche. L examen des tissus sur pièces opératoires et exérèses comporte deux étapes (qui se font exclusivement et seulement par spécialiste diplômé : Anatomo-Pathologiste/Pathologiste ) les autres professionnels comme les radiologues par ex ne peuvent que l'orienter : Une étape dite «macroscopique» qui consiste à l examen à l œil nu des spécimens opératoires et de leur dissection. (ex utérus et ses annexes ) Et de l examen histologique effectué au microscope = Examen «microscopique», sur de très fines coupes de tissus déposées sur des lames de verre. Un résultat, un Compte-Rendu Standardisé (CRS) pour chaque "cancer" / néoplasie maligne d organe, utilisé dans les réunions de prise en charge multidisciplinaire des patients, (dans les Institutions habilitées à prendre en charge les «cancers») comporte obligatoirement ces deux types de données macroscopiques et microscopiques / histologiques fournies par l anatomo-pathologiste. Le CRS est à la base de la prise en charge du patient. Les étapes du diagnostic sur pièce opératoire s effectuent en deux temps : 1. L examen macroscopique 2. L examen microscopique standard (selon une procédure identique dans tous les cancers) Les techniques complémentaires (microscopiques aussi) utilisées en plus sont : l'immunohistochimie l'hybridation in situ les techniques de biologie moléculaire : génomique et cytogénétique. Ces étapes du diagnostic sont sous la responsabilité et la compétence seules de l Anatomo-Pathologiste qui fait le diagnostic (et signe un CRS, notamment de cancer, et engage sa responsabilité pénale). CR :L'examen des «morceaux» de patient est une approche très personnalisée comme un examen clinique. Dans l'interprétation des pièces opératoires c'est une sémiologie morphologique (clinique) qui permet l'analyse. Il faut faire très attention dès le départ il y a une partie pré-analytique : On fait tout dès le départ pour éviter les erreurs ( étiquetages des pièces, bonne sélections des coupes... ). Elles sont compliqués à gérer car, contrairement à la biologie, les pièces opératoires sont uniques on peut alors perdre des informations précieuses (on dit que la pièce est massacrée). 2/12

3 A. Examen macroscopique : En urgence il se fait sur pièces opératoires dites «fraîches» (dans les minutes qui suivent une résection) : C'est le cas lors de diagnostics urgents effectués pendant que le malade est endormi (anesthésié) quand le chirurgien ne dispose pas d'une biopsie au préalable ou lorsque l'analyse de celle-ci n'a pas été concluante. On prend l'exemple d une tumorectomie du sein, pour guider le geste chirurgical c est l examen extemporané qui doit être effectué très rapidement (5-20 minutes) et qui va permettre au chirurgien de moduler son geste thérapeutique. Moins de 10 % des pièces opératoires nécessitent cet examen extemporané qui est en pratique diagnostique. C est à cette étape aussi que les fragments de tissus tumoraux seront prélevés et congelés ( à l'aide de bombes à refroidissement ) le plus rapidement possible à - 80 pour bio-collections (pour recherche différée d anomalies génomiques et identification de cibles thérapeutiques). L examen extemporané requiert une technique sommaire car ultra-rapide (3-4 minutes) fournissant des préparations (coupes de tissu) de qualité médiocre mais suffisante en urgence pour apporter des informations majeures pour moduler le geste chirurgical (malignité, limites d exérèse saines par exemple). Dans la majorité des cas (90 %), l examen macroscopique est différé, il s effectue sur tissus fixés au formol, 24 à 48 H, voire 3-4 jours après l exérèse. La fixation a pour but d éviter la lyse tissulaire (qui détruit les tissus ne permettant plus aucun examen microscopique), de permettre un examen complet différé adéquat en tissu dont la structure est préservée. Le formol étant toxique, l examen macroscopique est fait par un pathologiste sous hotte aspirante avec masque/ gants/tablier/lunettes de protection. Cet examen permet de mesurer, peser et surtout d identifier des lésions tumorales et non tumorales selon des protocoles pré-établis spécifiques à chaque organe et tumeur faisant l objet de recommandations nationales et internationales et conditionnant l examen histologique qui va s en suivre. Dans d'autres cas (en dehors de l'examen extemporané) la macroscopie ne s effectuera pas sur tissus fixés. Exemples des bio-collections ou bio-banques pour les recherches (avec consentement préalable du patient), des études de marqueurs tumoraux, de mutations, de maladies génétiques, ces prélèvements se font dans des conditionnements adéquats pour les transférer aux laboratoires où vont se faire leur étude (ils sont congelés). L examen macroscopique va conduire à la sélection d échantillons (on sélectionne les zones d'intérêts par exemple les zones suspectées d'être des extensions de la tumeur) prélevés dans la pièce opératoire même. Ce nombre d échantillons tissulaires est réduit, et nécessaire à l examen histologique microscopique (on obtient en général une trentaine de lames ). Cette sélection demande une compétence spécifique du pathologiste car globalement moins de 1 % des grosses pièces opératoires feront l objet d un examen au microscope. Seuls ces petits fragments prélevés secondairement sur tissu fixé, à partir d une pièce opératoire, seront archivés, le reste de la pièce opératoire étant détruit en incinérateur et avec les déchets toxiques (liquides). Le reste des pièces opératoire sont tout de même conservées environ un mois jusqu à ce que l'on soit sur que le patient est bien encadré. Figure 1 et 2 : Prise en charge des pièces opératoire : exemple d'une mastectomie. 3/12

4 L examen macroscopique va donc au total définir et cibler les lésions observées pour lesquelles un patient a été opéré : taille (plus la tumeur est grosse moins le pronostic sera bon), aspect, limitation (position par rapport aux limites d exérèse), multifocalité, et procéder à un échantillonnage limité d une pièce opératoire, ces seuls échantillons sont examinés au microscope pour faire un diagnostic lésionnel précis et final. Figure 3: tumeur kystique ovarienne bilatérale. au centre : l'utérus sur les cotés : tumeurs vidées de leur liquide Les tumeurs de l'ovaire peuvent être énormes car elle disposent de beaucoup de place dans la cavité pelvienne. Le diagnostic est souvent tardif car il n'existe aucun test de dépistage. À l'examen clinique douleur, lourdeur, pic de douleur du a des torsions. La plupart des kystes de l'ovaire sont anodins et ne donne pas de tumeur. Quand il y a la présence de végétation endo-kystiques. Elles peuvent aussi atteindre le péritoine, le colon... Figure 4 : ovaire complètement détruit a cause d'une grosse tumeur. Figure 5 : tumeur avec adhérence colique. Atteinte ganglionnaire, du péritoine... B. Examen microscopique de base : L examen microscopique va porter sur : Les sous-fragments tissulaires résultant de l échantillonnage fait pour l'examen macroscopique d une pièce opératoire ou exérèse. Des petits prélèvements ou biopsies de tissu immédiatement fixés après résection et effectués par examen endoscopique : Prélèvement passant le plus souvent par les cavités naturelles (sans ouverture chirurgicale directe du corps) permettant de prélever sous contrôle visuel des petits fragments de tissu accessible. Exemples : endoscopie bronchique, hystéroscopie (pour biopsie de l endomètre), cœlioscopie (pour biopsie des ovaires et du péritoine), coloscopie (pour biopsie du 4/12

5 colon), gastroscopie (estomac), cystoscopie (de vessie), etc ou directement sur les tissus de surface, notamment les biopsies cutanées. Des prélèvements dits cytologiques encore plus simplifiés, portant sur des cellules isolées non agencées en tissus, issues de ponctions (de kyste ou de nodule palpable, nodule thyroïdien, kyste ovarien, tumeur du sein ), «lavages» péritonéaux ou bronchiques. Ces prélèvements feront l objet soit d étalements manuels sur lames, soit de préparations dites en couche mince où les cellules sont traitées pour être apposées sans superposition sur des lames de verre permettant un examen plus précis par un appareil spécifique (on utilise aussi des méthodes de centrifugation). L examen microscopique est effectué sur coupes de tissus fixées après traitement spécifique (déshydratation dans de l'alcool à 95 et inclusion dans un support approprié : la paraffine à 60 C la paraffine est liquide on la laisse refroidir à température ambiante ou dans le réfrigérateur à 4 C déposées sur une lame de verre (4μm), et colorées par une coloration standard utilisant trois colorants qui vont fixer le noyau, le cytoplasme des cellules et le tissu interstitiel (surtout le collagène). Ces techniques ne coûte vraiment pas cher comparé aux examen en biologie par exemple!! Figure 6 : prise charge des pièces opératoire : exemple d'une mastectomie (suite). Figures 7 et 8 : technique histologique : l'inclusion en paraffine. On fait couler la paraffine liquide (60 C). Il existe ce que l'on appelle des orientations d'inclusion pour savoir exactement par où couper pour gagner du temps ( ex : si on veut examiner la tête du schtroumpf c'est plus rapide de commencer par le chapeau que par les semelles ). Remarque : cas particulier des examens extemporanés : Du fait de l urgence diagnostique, l examen microscopique effectué au bloc opératoire en urgence après l examen macroscopique, se fera sur tissu durci 5/12

6 par la congélation rapide du tissu, d une coupe plus épaisse de 8 à 10 microns, avec coloration simplifiée (un seul colorant bleu), rapide pendant 2-3 mn. Cet examen sommaire d urgence ne fournit que 50 % des informations nécessaires à la prise en charge du patient. Les coupes de tissus étudiées (4μm d'épaisseur) sont effectuées par des Techniciens de laboratoire à l aide d appareillages spécifiques (microtomes) mais attention la technique est manuelle et non automatisée comme en biologie. Les examens microscopiques ou histologiques sont effectués uniquement par l Anatomo-Pathologiste spécialiste! Figure 9 : Technique histologique : la coupe. Elle se fait en tournant une manivelle. Le pathologiste obtient une succession de coupes fines de 4 μm d'épaisseur ( elle marche à l'image d'une machine à découper le jambon ) Figure 10 : Technique histologique : la coupe ( suite) Il faut bien étaler les lames afin de tout voir correctement. Pour la coloration, dans un premier temps on enlève la paraffine pour mettre ensuite les colorants. L examen microscopique sur tissu fixé a pour but de fournir toutes les données (100 %) concernant une pièce opératoire (contre 30 % à 50 % pour l examen extemporané). Il va : Affirmer ou confirmer un diagnostic de malignité d une tumeur. Et donc éliminer des diagnostics différentiels d une tumeur maligne : Tumeurs bénignes, pseudo tumeurs. Définir le type de la tumeur : Un carcinome qui est une néoplasie maligne développée à partir des cellules épithéliales, ou un sarcome à partir des cellules non épithéliales mésenchymateuses et son niveau de progression : Les carcinomes devront être enlevés avec les ganglions de drainage de l organe où ils se développent, ce qui n est pas le cas des sarcomes. En effet, les carcinomes peuvent donner des métastases ganglionnaires contrairement aux sarcomes. Le carcinome «in situ» (ou général débutant) qui ne franchit pas la membrane basale d un épithélium (par 6/12

7 exemple sous l épithélium de revêtement épidermoïde du col utérin) ne peut envahir ni les vaisseaux et donc ne peut pas donner de métastases. Figure 11 : cancer du sein. Il est in situ intra galactophorique ( intra épithélial) car pas de rupture de la membrane basale donc pas de métastases possibles. Pas besoin de faire un curage axillaire qui est délétère car à proximité des vaisseaux et lymphatiques. La qualité de survie est majeure quelque soit l'âge de la patiente. Il faut faire attention à la fonction des membres supérieurs. Pour l'analyse on enlève qu'un ganglion : le ganglion sentinelle. S'il est négatif on arrête le curage car s'il n'y a rien dans le premier ganglion il n'y aura rien dans les autres. Figure 12 : biopsie du sein. Ici aussi la lame basale est intacte donc tumeur in situ donc pas de possibilité de métastases. Le carcinome invasif qui franchit la membrane basale, envahit le tissu où se développe le cancer (néoplasie maligne, ex : estomac, sein, colon, etc) et pénètre les vaisseaux pour diffuser à distance du site initial et produire de nouveaux sites tumoraux «lointains» : Ce sont les métastases qui se produisent dans les organes vitaux très vascularisés comme le foie, le cerveau, le poumon et qui sont mortelles. A noter que les sarcomes sont toujours d emblée invasifs car développés à partir de cellules non épithéliales (donc dans des structures tissulaires sans membrane basale comme dans les structures épithéliales). Définir des grades histopronostiques à partir de la gravité des anomalies ou atypies cellulaires et nucléaires des cellules tumorales.(comment réagissent les cellules est ce qu'elles se multiplient ou pas et à quel rythme. Plus il y a de mitoses plus le grade est élevé. Si elles sont perturbés ou pas trop : tumeur bien ou non différenciée ). Déterminer le stade ptnm : classification internationale pronostique des tumeurs, intéressant T la taille tumorale (taille histologique ), N l invasion ganglionnaire dans le cas des carcinomes et M la présence de métastases à distance, après évaluation au microscope (= p pour Pathologie / Anatomie Pathologique ) d une pièce opératoire, de la taille tumorale (micromètre monté sur le microscope) et des métastases ganglionnaires (TNM établi par ptnm). Évaluer les limites d exérèse : exérèse faite à distance de la néoplasie en tissu sain pour éviter 7/12

8 récidives et essaimage. Évaluer la multifocalité d un «cancer». Figure 13 : tumeur avec invasion autour. Figure 14 : tumeur mal différentiée. Figure 15 : coupe d'une tumeur. On marque le contour à l'encre noire (encre de chine ) pour être sur des vraies limites de l'exérèse. ( quand on coupe on choisit le bord le plus proche de la tumeur. Tous ces paramètres sont fournis par le Pathologiste aux praticiens prenant en charge (prise en charge multidisciplinaire) les malades porteurs de cancers et sont écrits obligatoirement dans les comptes rendus dits standardisés dont le contenu a été établi selon des recommandations nationales et internationales régulièrement actualisées. L examen cytologique pour certains organes a une valeur fondamentale surtout pour le dépistage des cancers. Figure 16 : cancer du col utérin Toutes les femmes sont infectées par les papilloma virus mais seules certaines développent un cancer du col de l'utérus. Ce sont des cancers épidermoïdes, ils sont in situ, ils ne dépassent pas la membrane basale donc pas de métastases. Le dépistage est très important il est significatif sur le 8/12

9 nombre de mort. (dans les pays en développement beaucoup de femmes meurent du cancer du col de l'utérus du fait de l'absence de ce dépistage) l'infection par ces papilloma virus peut aussi être à l'origine de signes pathologiques autres que le cancer ( sortes de verrues ). Les hommes sont aussi porteurs mais seule une portion minime développent un cancer car ils ont une meilleur protection au niveau de leur appareil génital que les femmes au niveau de la muqueuse cervicale de l'utérus. Parmi les co-facteurs on retrouve : le tabac, des co-infections comme le HIV, la dénutrition... Exemple : dépistage du cancer du col utérin par frottis de la jonction endo-exocervicale (zone où se développent les néoplasies malignes du col utérin, très fréquentes). Elle peut avoir une valeur diagnostique lorsque le prélèvement tissulaire n est pas faisable : malades inopérables, avec néoplasie très avancée non réséquable, ou patients très âgés. Au total : Tous les prélèvements correspondant à des pièces opératoires et exérèses sont examinés selon les deux étapes macro et microscopiques standards. Les examens microscopiques de biopsies ou de cellules (cytologies) s effectuent directement sans examen macroscopique qui n est pas possible sur ces très petits prélèvements. C. Les techniques complémentaires parfois nécessaires au diagnostic histologique standard : Les tests dits immunohistochimiques : Consistent à identifier avec des anticorps spécifiques des protéines intra tissulaires ou cellulaires sur coupes de tissu. La réaction antigène anticorps est révélée par une réaction enzymatique qui produit, si la réaction est positive, un précipité colore visible au microscope. C est donc un test qui met en jeu une réaction immuno-enzymatique qui identifie : soit des molécules (=antigènes) de fonction de la cellule tumorale (ex. thyroglobuline dans une métastase prévalente d une néoplasie maligne thyroïdienne), soit des molécules de structure cellulaire (antigène de membranes ou antigène des filaments intermédiaires, tels que les kératines ou la vimentine très largement utilisées en pratique diagnostique) ou encore antigènes nucléaires, qui permettent de faire le diagnostic précis de cancer, de définir son type et son origine (si non connue en cas de métastase prévalente comme une métastase ganglionnaire cervicale par un cancer de l estomac). Ces tests sont aussi une aide à l évaluation pronostique permettant l identification de cibles thérapeutiques utilisées par les oncologues en post-chirurgie (comme les récepteurs hormonaux dans les cancers du sein). Ces tests ne seront effectués que dans 20 à 30 % des cas en complément de l examen microscopique standard (décrit précédemment). Leur coût est 10 à 15 fois supérieur au coût des techniques standards et elles sont un peu plus longues. (les colorations de base sont de coût très bas). On l appelle aussi la thérapie à la carte. Dans un tiers des cas en moyenne, ces tests sont indispensables en pratique diagnostique en cancérologie (souvent pour affirmer la nature maligne d une néoplasie et sont type). Exemple de l'anti CD-20 qui est très efficace contre certains lymphomes. Autre exemple : Certaines tumeurs se développent grâce à l'action des œstrogènes. On freine alors la progression tumorale en bloquant les œstrogènes du patient. C'est ce que l'on appelle la castration chimique qui utilise des compétiteurs des œstrogènes qui ont plus d'affinité que ces derniers pour les récepteurs. On bloque donc leur action qui booste la croissance tumorale ( hormonothérapie ). 9/12

10 Figure 17 : technique d'immunohistochimie : mise en évidence des récepteurs d'une cellule. Hybridations in situ : Elles consistent à identifier à l aide de sondes d ADN (et non pas d anticorps) dans le noyau des cellules, une amplification de gènes (plusieurs copies du gène avec multiplication du signal visualisé à l état normal) portant sur un chromosome donné (ex : chromosome 17 pour l HER-2 par exemple et chromosome 7 pour l EGFR par exemple). L amplification détectée dans les cancers de certains gènes correspond à l identification d une cible thérapeutique. L utilisation dans ces tumeurs de molécules en thérapies spécifiques ciblées bloque les conséquences de l amplification du gène, c'est-à- dire la sur expression des protéines codées qui sont le plus souvent des facteurs de croissance tumoraux, exemple : HER-2, oncogène amplifié dans 10 % des cancers du sein (qui sont les plus fréquents des cancers chez la femme). Génomique : Les prélèvements tissulaires ciblés, intéressant des petits fragments tumoraux, peuvent faire l objet d études du génome d une tumeur donnée chez un patient donné, qui se font le plus souvent sur fragments de tissu congelé stockés dans biocollection lors des interventions chirurgicales. Il existe actuellement des classifications génomiques des tumeurs qui, (indépendamment et en plus des facteurs histopronostiques fournis par l examen macro et histologique standard), vont permettre de classer les tumeurs dans des catégories plus ou moins agressives, déterminant un pronostic affiné et une prise en charge plus adaptée à une tumeur donnée. Exemple dans les cancers du sein avec cinq types identifiés : Luminal A (bon pronostic), luminal B, basal-like / triple négatif (mauvais pronostic), HER-2 amplifié, normal-like. Ces tests sont extrêmement coûteux, donc les indications en sont très limitées en pratique clinique pour des raisons économiques et non remboursés par la Sécurité Sociale (leur coût ne peut être assumé par la Santé Publique actuelle en France), et appartiennent plutôt au monde de la recherche bien qu ils soient très probablement d avenir. D où l intérêt majeur des techniques immunohistochimiques et d hybridation in situ acceptables en pratique diagnostique par leur coût (50 fois moins coûteux). 10/12

11 L étude génomique en biologie moléculaire s adresse non seulement à : L amplification de certains gènes (nombre de copies augmentées, supérieur à 2, alors que la normalité est la diploïdie = 2) Mais aussi à des mutations, inactivant certains gènes (notamment gènes dits suppresseurs de la tumeur et responsables de cancers) ou activant des gènes générateurs de cancers. L identification de mutations va permettre d identifier des cibles thérapeutiques spécifiques. Dans certains cas même, d autres anomalies génomiques (ex. : translocation, réarrangements divers de gènes) permettent de faire le diagnostic même d une lésion néoplasique maligne : Actuellement, les sarcomes (10 à 15 % des néoplasies malignes non épithéliales) se classent autant selon des critères de génétique moléculaire que phénotypiques morphologiques (anatomie pathologique). Enfin, la génétique moléculaire identifie des gènes responsables de familles à cancers car transmissibles : mutation BRCA1 dans les cancers du sein qui représentent 5 à 10 % des cancers du sein du tout venant et qui sont des néoplasies malignes intéressant la femme jeune, à rechercher systématiquement dans le collatéraux, ascendances, et descendances. Où exemple, dans le syndrome de Lynch, adénocarcinome du colon familiaux avec mutation de gènes régulateurs, comme MSH2, MSH6, MLH1. technique de bio pathologie : Hybridation in situ cibles thérapeutiques ( mutations, translocations, amplification d'oncogènes ) pour traitements innovants validés ou essais thérapeutiques. Banque de tissus ou bio collections pour les recherches ou déstockage de tumeurs primitives en cas de métastases. Puces tissulaires recherche et validation d'anticorps nouveaux. Microscope électronique : «has been». Il est plus utilisé pour la recherche et l'histologie car c'est plus long et on obtient plus de résultat avec les autres méthodes. 11/12

12 CONCLUSION : L examen microscopique va permettre sur prélèvements cellulaires tissulaires ou : De jouer un rôle majeur dans le cadre du dépistage : exemple cancer du col utérin (cytologie de dépistage). D identifier des lésions pré-néoplasiques et débutante in situ et de les traiter à un stade avant toute gravité avant l invasion des tissus adjacents au travers des membranes basales des épithéliums. De faire des diagnostics précis de lésions réséquées par une chirurgie primaire adaptée (meilleure survie, voire guérison des stades ptnm débutants). L examen microscopique ne peut être fait que par le pathologiste et va permettre de fournir des données pour la prise en charge post- chirurgicale des malades. Il va classer les tumeurs malignes dans la classification ptnm en établissant un pronostic et caractérisant une tumeur donnée, soit par les techniques standards, soit par les techniques immunohistochimiques, soit dans des cas rares par les techniques de la biologie moléculaire qui permet de classer encore mieux les tumeurs d une part, et d identifier des cibles thérapeutiques permettant de mieux traiter les cancers d autre part. 12/12

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral

Cliquez pour modifier le style des soustitres. Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Patiente 37 ans qui consulte pour un suivi de contraceptif oral Antécédents PR a 13 ans 2 accouchements normaux à terme Chir=0 Med=0 Fam= 2 sœurs

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein

Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012. TP n 6. Pathologie mammaire. Dystrophie et Cancer du sein Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 6 Pathologie mammaire Dystrophie et Cancer du sein Lames virtuelles TP 6 Mastose Carcinome mammaire HES 1 Carcinome mammaire HES 2 Carcinome mammaire

Plus en détail

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014 Référentiel régional cancer du sein Christelle LEVY CAEN, 4 Novembre 2014 A quoi peuvent servir les référentiels? Définir le traitement optimal pour chaque patiente Homogénéiser les prises en charge sur

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Micrométastases, ganglion sentinelle

Micrométastases, ganglion sentinelle Micrométastases, ganglion sentinelle 3- Marqueurs spécifiques d organes, utiles si métastases inaugurales Carcinome métastatique d origine inconnue biopsie du site métastatique (os, poumon, foie, ) ex.

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE

Importance de la stadification médiastinale en cas de cancer du poumon ONCOLOGIE THORACIQUE ONCOLOGIE THORACIQUE Peer-reviewed article Stadification ganglionnaire médiastinale du cancer du poumon: nouveaux concepts Kurt G. Tournoy Oncologie thoracique, Onze-Lieve-Vrouw Ziekenhuis Aalst; Universiteit

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE Validé le 23/02/2012 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70 Fax : 05.49.44.37.73

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) Tumeurs primitives de la plèvre Mésothéliome malin Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières Préambule... 3 1. Prérequis... 3 2. Mésothéliome malin... 3 2.1. Généralités...

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER

CHAPITRES DU COURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER CHAPITRES DU COURS GENERALITES SUR LES TUMEURS LE TISSU CANCEREUX ET CELLULES CANCEREUSES HISTOIRE NATURELLE ET BASES MOLECULAIRES DU CANCER MOYENS DE DIAGNOSTIC ANATOMOPATHOLOGIQUE DU CANCER 1 OBJECTIFS

Plus en détail

La cellule cancéreuse et son microenvironnement

La cellule cancéreuse et son microenvironnement UE 5 Cours du 8 Novembre 2012 La cellule cancéreuse et son microenvironnement I/ Cancer : Généralités Du au dérèglement de la division de quelques unes des milliards de cellules qui constituent les êtres

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants Françoise Collin Les grands classiques Microbiopsie Biopsie chirurgicale Pièce opératoire Diagnostic AP classification OMS 2002 > 50 types

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003

Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 Cancers de la thyroïde Docteur Olivier CHABRE Avril 2003 1. Introduction La plupart des cancers thyroïdiens ont une évolution lente, une extension le plus souvent locoregionale, et un bon pronostic. Cependant

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

On en vient maintenant au test lui-même.

On en vient maintenant au test lui-même. On en vient maintenant au test lui-même. 6 Avant d envisager la technologie elle-même, quelques mots sur le diagnostic prénatal non invasif qui est réalisé historiquement à partir du sang maternel. On

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Testing moléculaire RER/MSI

Testing moléculaire RER/MSI Atelier Instabilité Microsatellitaire 26 avril 2014, Bordeaux Testing moléculaire RER/MSI Isabelle Soubeyran Unité de Pathologie Moléculaire Institut Bergonié Bordeaux PGMC d Aquitaine Système RER = système

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

Cancers gynécologiques : à chaque cible, sa stratégie

Cancers gynécologiques : à chaque cible, sa stratégie 20 Cancers gynécologiques : à chaque cible, sa stratégie Les cancers gynécologiques frappent l appareil reproducteur féminin : le col ou le corps de l utérus et les ovaires. Ils surviennent le plus souvent

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre - janvier 2012 - Circonstances diagnostiques Le diagnostic de cancer de l endomètre est suspecté devant des métrorragies, après exclusion

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

Cours 14 Synthèse de cas cliniques, préparation à l examen

Cours 14 Synthèse de cas cliniques, préparation à l examen UE 2: Cancérologie 25/10/13 8h30-10h30 Professeurs: Bertheau, De Cremoux, Faivre Ronéotypeur: Julien Deconihout Ronéoficheur: Mathilde Surun Cours 14 Synthèse de cas cliniques, préparation à l examen Ce

Plus en détail

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN

A. GAMOUDI. H. BOUSSEN CLASSIFICATION MOLECULAIRE DU CANCER DU SEIN: ETUDE RETROSPECTIVE DE 1514 CAS A L INSTITUT SALAH AZAIEZ DE TUNIS ET REVUE DE LA LITTERATURE. A. GAMOUDI. H. BOUSSEN INTRODUCTION Cancer du sein: 1 ère pathologie

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

Les tumeurs épithéliales

Les tumeurs épithéliales VINSONNEAU Laura DUTERTRE Florence 25/02/11, anapath, N. Rioux-Leclerc I. Introduction Les tumeurs épithéliales A. Epithéliums Les tumeurs épithéliales malignes : carcinome sont les tumeurs les plus fréquentes

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

À qui s adresse cet ouvrage?

À qui s adresse cet ouvrage? DOSSIER DE PRESSE À qui s adresse cet ouvrage? Cet ouvrage a été rédigé pour un public très large : Les personnes atteintes de maladie cancéreuse au premier chef, bien sûr. Nous espérons qu elles trouverons

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF

Référentiel SFORL Société Française ORL & CCF Référentiel Société Française ORL & CCF THEME : BILAN PRETHERAPEUTIQUE DES CARCINOMES DES VADS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l optimisation du bilan pré thérapeutique des carcinomes épidermoïdes

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Comptes rendus d anatomopathologie : données minimales à renseigner pour une tumeur primitive

Comptes rendus d anatomopathologie : données minimales à renseigner pour une tumeur primitive traitements, soins et innovation Comptes rendus d anatomopathologie : données minimales à renseigner pour une tumeur primitive Dispositif d autorisation des établissements de santé pour la pratique de

Plus en détail