Gagner. pour. Coût de revient, un outil de pilotage à redécouvrir. dossier. n 14 mai juin juillet Artisanat Commerce. 1,2,3, soldez!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gagner. pour. Coût de revient, un outil de pilotage à redécouvrir. dossier. n 14 mai juin juillet 2010. Artisanat Commerce. 1,2,3, soldez!"

Transcription

1 Artisanat Commerce GererServices Gagner pour n 14 mai juin juillet 2010 Le journal du Réseau CER FRANCE 1,2,3, soldez! dossier Coût de revient, un outil de pilotage à redécouvrir Locations meublées le statut de professionnel très encadré Saisonniers : ce qu il faut savoir CONSEIL - GESTION EXPERTISE COMPTABLE

2 sommaire n o 14 - mai, juin, juillet s informer L actualité en bref 4-5 vendre Solder n est pas jouer Connaître les règles qui protègent le consommateur Tout doit disparaître! Bien solder, c est avant tout, bien communiquer 6 optimiser Locations meublées : un régime plus encadré Obtenir le statut de loueur professionnel est difficile 7-12 dossier : coût de revient 7 Redécouvrir les vertus de l analyse des coûts 7-8 Émulsion de qualité à la mode gestion des coûts : Leztroy Restauration partage sa recette 9 Un coût peut en cacher un autre Des définitions à connaître pour savoir où vous allez Dessine-moi un coût de revient Comment s y prendre pour calculer un indicateur qui a du sens 12 Ce que mes coûts me disent Calculer ses coûts, c est accepter le changement 13 optimiser ISF : diversifier pour abaisser la pression Panorama des placements qui allègent la note fiscale 14 fi che pratique Saisonniers : remplir le contrat Ce qu il faut savoir pour employer des saisonniers en toute tranquillité 15 chiffres utiles 16 réussir Objectif Services : des premiers pas assurés Être pro pour tenir sur le long terme éditorial Sortie de crise? Les médias titrent souvent sur la sortie de crise. C est peut-être une réalité pour les grandes entreprises. Mais c est bien loin d être une généralité applicable pour les TPE, qui représentent 97 % des entreprises françaises. La réalité que nous vivons au quotidien près des chefs de petites entreprises reste encore très marquée par la gestion de la crise avec toutes ses conséquences financières, commerciales et humaines. Les TPE sont donc devant un nouveau défi en 2010 : survivre dans l attente d une réelle sortie de crise. Après avoir résisté en 2009, au prix de beaucoup d efforts et de capacités d adaptation, les TPE sont donc devant un nouveau défi en 2010 : survivre dans l attente d une réelle sortie de crise. C est sur ce challenge que tous les collaborateurs CER FRANCE restent entièrement mobilisés à vos côtés. Eric Vassail Directeur général du Conseil National du Réseau CER FRANCE Artisanat Commerce Gerer pour Services Gagner JOURNAL DU RÉSEAU CER FRANCE : CONSEIL - GESTION - EXPERTISE COMPTABLE Le Réseau National CER FRANCE s engage en faveur de la protection de l environnement. Ce journal est imprimé sur papier Eural 100% recyclé, obtenu sans traitement chimique et produit à base d énergies propres. L impression est assurée par une imprimerie labellisée Imprim vert, attestant de bonnes pratiques dans la récupération et le traitement des déchets dangereux. Éditeur : Conseil National du Réseau CER FRANCE - Association loi Siège social : 18 rue de l Armorique PARIS - Tél Fax Courriel : N o CPPAP G Tiré à exemplaires - ISSN Ce numéro comporte 16 pages. Parution trimestrielle : mai - juin - juillet Prix du n : 2,50 TTC - Dépôt légal à parution Abonnement annuel : 4 numéros : 10 TTC - Service abonnement - Tél ou Directeur de la publication : Christophe Lambert Directeur de la rédaction : Jean-Paul Le Brech Rédactrice en chef : Marie-Françoise Menguy Membres du comité de rédaction : Daniel Causse, Christophe Delestre, Fabien Johanny, Jacques Labit, Jean-Paul Le Brech, Thierry Lemaître, Bénédicte Le Masson, Élisabeth Le Morzadec, Jacques Mathé, Marie-Françoise Menguy, Pierre Passemard, Virginie Pingenot, Serge Thomas, Pierre Trémolet. Conception - réalisation : Image Plus - PIBS (Parc d Innovation Bretagne Sud) 2, allée N. Leblanc - CP Vannes - Tél Courriel : Impression : Cartoffset - P.A. la Biliais Deniaud - 12, rue Albert de Dion Vigneux de Bretagne Photographies : Conseil National CER FRANCE, Fotolia - Michael Nivelet, Image Plus, Phovoir.

3 s informer L actualité en bref Centres de formalités des entreprises : élargissement des prérogatives Les entreprises pourront souscrire auprès des centres de formalités des entreprises (CFE) l ensemble des formalités et procédures nécessaires à l accès et à l exercice de leur activité : les déclarations relatives à la création, aux modifications de situation ou à la cessation d activité des entreprises, les dossiers de demandes concernant les autorisations que l entreprise doit obtenir pour accéder à certaines activités et exercices (demandes d autorisation, de carte professionnelle, d inscription à un ordre, etc.). Autre nouveauté, les déclarants auront également la possibilité d accomplir toutes ces formalités par voie électronique. Régularisation de cotisations RSI Aide à l embauche d apprentis : c est fini le 30 juin! Une aide de euros par embauche est versée par Pôle emploi aux employeurs de moins de 50 salariés qui embauchent des apprentis entre le 24 avril 2009 et le 30 juin 2010, et dont l embauche a pour effet d accroître le nombre des contrats d apprentissage par rapport aux contrats d apprentissage en cours d exécution au 23 avril L aide est versée en deux fois : 1/3 à l issue des trois premiers mois d exécution du contrat, le solde à l issue du 6 ème mois. Pour bénéficier de l aide, un formulaire de demande doit être adressé à Pôle emploi services. Suite à la mise en place de l Interlocuteur Social Unique du RSI en janvier 2008, certains cotisants n ont pas reçu d appels de cotisations. Le RSI et les Urssaf ont précisé qu ils allaient résoudre ces difficultés et traiter au cas par cas la situation des intéressés. Ils précisent que ces dysfonctionnements ne causeront aucun préjudice aux assurés, en particulier en ce qui concerne l ouverture ou le maintien de leurs droits : Les droits à retraite seront validés à la hauteur des cotisations acquittées ou ultérieurement régularisées. Les remboursements des frais de santé seront assurés normalement et, en cas d arrêt maladie, une solution sera trouvée pour chaque situation particulière auprès de la caisse RSI compétente. Lors de la régularisation, les paiements seront échelonnés et les éventuelles pénalités de retard seront supprimées. Indemnité de rupture conventionnelle Le montant de l indemnité de rupture conventionnelle doit être au moins égal à celui de l indemnité légale de licenciement. En outre, si la convention collective prévoit une indemnité de licenciement plus favorable, c est ce montant plus favorable que l employeur doit verser au salarié, sauf pour les professions ne relevant pas de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 : professions libérales, secteur de l économie sociale, particuliers employeurs notamment. Rappel : contrairement à l indemnité de licenciement, l indemnité de rupture conventionnelle est à verser quelle que soit l ancienneté du salarié, même si celui-ci a moins d un an de présence. Gérance minoritaire ou majoritaire : les parts des Pacsés comptent Depuis mai 2009, les parts appartenant au partenaire lié par un Pacs au gérant sont retenues pour déterminer si la gérance est minoritaire ou majoritaire. Cette réforme s applique également aux gérances en cours. Ainsi, un gérant minoritaire qui serait devenu majoritaire suite à cette modification doit s immatriculer en tant que travailleur indépendant au Centre de Formalité des Entreprises. S il est bénéficiaire de l ACCRE, il conservera l exonération de charges sociales en tant que travailleur indépendant. Vente forcée et usufruit Locations meublées Les personnes qui louent ou souslouent une partie de leur habitation principale en meublé sont exonérées d impôt sur le revenu pour la totalité des recettes concernées, à deux conditions : les pièces louées doivent constituer la résidence principale du locataire, le prix du loyer annuel par mètre carré de surface habitable (charges non comprises) n excède pas 173 en Ile-de-France et 126 dans les autres régions. Hôtels-cafés-restaurants : 2 jours fériés supplémentaires Depuis le 1 er mars 2010, tous les salariés des hôtels-cafés-restaurants (permanents) ayant au moins un an d ancienneté bénéficient, en plus du 1 er mai, de 10 jours fériés par an au lieu de 8. Six jours fériés sont garantis : ils sont chômés et payés ou compensés en temps ou indemnisés, même si le salarié est en repos ces jours fériés. Les 4 autres jours sont accordés comme suit : si le jour férié est chômé, le salarié ne doit subir aucune réduction du salaire ; si l activité de l entreprise nécessite la présence du salarié, l intéressé bénéficie d un jour de compensation ; le jour férié coïncidant avec un jour de repos ne donne lieu ni à compensation ni à indemnisation. Au terme de l année civile, chaque employeur devra vérifier que le salarié a bénéficié des jours garantis. Si ce n est pas le cas, l employeur doit informer le salarié des droits qu il lui reste à ce titre. Si le salarié n a pas bénéficié de tout ou partie de ces jours, il pourra avec l accord de l employeur et dans les 6 mois suivants, soit les prendre isolément ou en continu (ce qui permet de se constituer ainsi une semaine de congés), soit être indemnisé des jours restants. Au terme de cette période de 6 mois, les jours restant dus sont obligatoirement rémunérés. Des adaptations sont par ailleurs prévues pour les établissements saisonniers, les salariés sous contrat saisonnier des établissements permanents, ainsi que pour les salariés à temps partiel. Le juge ne peut pas prononcer la vente forcée des biens appartenant à une personne faisant l objet d une procédure de liquidation si elle n en possède que l usufruit. La Cour de cassation a censuré la décision d un juge qui avait ordonné la vente de deux immeubles dont la personne surendettée détenait l usufruit, alors que le nu-propriétaire était opposé à cette vente. N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 3

4 vendre Jacques Labit, juriste 1, 2, 3, soldez! Les soldes, une occasion pour les clients de faire de bonnes affaires, et pour les commerçants de liquider leurs invendus. Solder n est pas jouer Étiquetage, publicité, garantie Voici quelques tuyaux pour solder en toute sérénité. à savoir Désormais, les commerçants doivent, par voie d affichage à l intérieur de leurs magasins ou par insertion d une mention dans leur catalogue ou sur leur site internet, indiquer les conditions préférentielles qu ils accordent à certaines catégories de consommateurs. Cela concerne les réductions liées à l âge ou à la possession d une carte de fidélité par exemple. Les règles relatives aux soldes visent à assurer une bonne information du consommateur. Les règles d étiquetage Vous devez indiquer le prix soldé et le prix de référence pour chaque produit ou service. Le montant de la réduction est déterminé à partir du prix pratiqué au cours des 30 derniers jours. Si vous pratiquez un taux unique de remise pour des produits ou des services parfaitement identifiés, la réduction peut être faite par escompte de caisse, à condition de l indiquer clairement. Attention aux publicités mensongères Si vous mentionnez sur une affiche des réductions de - 70 % à l intérieur d un magasin alors que les réductions en question ne concernent qu un petit nombre de produits, cela est considéré comme de la publicité mensongère. Toute communication relative à des soldes doit mentionner les dates de début et de fin de l opération. Si elle ne concerne pas tous les produits du magasin, vous devez aussi mentionner la nature des marchandises sur lesquelles elle porte. Une obligation de garantie Vous ne pouvez pas limiter les garanties sur les produits soldés. Un article acheté en soldes bénéficie des mêmes garanties concernant les défauts de fabrication non apparents. Ainsi, en cas de vice caché, vous êtes obligé de remplacer l article ou de le rembourser. En revanche, s il n y a pas de vice caché, vous n êtes pas tenu de le faire. Si habituellement, vous pratiquez les échanges ou les remboursements, il faut afficher la mention articles soldés ni repris, ni échangés dans le magasin ou sur le ticket de caisse. Soldes offi ciels, soldes choisis : des dates bien encadrées La vente en ligne aussi Les sites de vente en ligne doivent respecter la même législation en matière de soldes, sauf pour la règle du ni repris, ni échangé : le consommateur peut faire valoir son droit de rétractation et renvoyer l article dans un délai de 7 jours. L article L310-3 du Code de commerce définit les soldes comme les ventes qui sont accompagnées ou précédées de publicité et sont annoncées comme tendant, par une réduction de prix, à l écoulement accéléré de marchandises en stock ; elles ont lieu pendant des périodes définies. 2x5 semaines officielles Les deux périodes annuelles de soldes officiels durent cinq semaines chacune ; leurs dates et heures sont définies par décret. Les soldes d hiver débutent le 2 e mercredi du mois de janvier à 8 h et sont avancées au 1 er mercredi que le 2 e mercredi intervient après le 12 janvier. Les soldes d été débutent le dernier mercredi du mois de juin. Les dates de début et de fin des soldes officiels -contrairement aux dates de soldes choisis - sont communes à tous les départements, à l exception des zones touristiques ou frontalières qui peuvent bénéficier de lors- dérogations. Deux semaines choisies Le commerçant peut rajouter deux semaines de soldes choisies : soit une période supplémentaire d une durée maximale de deux semaines, soit deux périodes d une durée maximale d une semaine. Ces périodes s achèvent au plus tard un mois avant le début des soldes officiels. Une déclaration préalable Les périodes de soldes librement choisies sont soumises à déclaration préalable, un mois au moins avant la date prévue, par lettre recommandée adressée au prée à distance doivent informer le préfet du siège social de l entreprise. Cette déclaration peut être transmise par voie fet du département dans lequel se situe le magasin. Les entreprises de vente électronique. Pendant la période de soldes, le commerçant doit tenir à la disposition de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) l avis de réception de sa déclaration. Il doit pouvoir justifier que les marchandises ont été proposées à la vente depuis au moins un mois à la date de début des soldes. 4 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

5 Christophe Delestre, directeur commercial et communication vendre Ne négligez pas les soldes sur internet. C est un excellent moyen de dynamiser vos ventes. Univers Intérieur Déco, design, cuisine... ine... Vente flash Tout doit disparaître! jusqu à 3 > j en profite! Comment liquider vos stocks? Et vous débarrasser des rossignols? Tout se joue pendant les soldes. Quelques conseils pour les réussir. Les soldes. Chaque année, pendant 12 semaines, les invendus se retrouvent en première ligne, bradés, démarqués, jetés en vrac dans les bacs. Aucune marque, aucun commerçant, quel que soit son secteur d activité, ne peut s en passer. C est le moyen le plus classique, mais aussi le plus sûr, de vous débarrasser du surstock qui pèse lourdement sur les comptes de votre entreprise et envahit les réserves. Communiquez! C est la règle d or pour bien solder. 1 - Précédez et accompagnez vos soldes de publicité Tout commerce qui se respecte doit prévoir un budget communication ; c est un investissement indispensable, pour la réussite de vos soldes, bien sûr, mais aussi pour assurer la pérennité de votre activité. Quels que soient les supports de communication que vous utilisez, votre campagne de communication doit être basée sur l efficacité du message promotionnel. Attirer : pensez à l accroche pour interpeller vos clients, votre message publicitaire doit donner envie de venir. Intérêt : suscitez l intérêt de vos clients, montrez-leur que vos produits répondent à leurs besoins. Désir : provoquez le désir en mettant en avant les atouts de vos produits. Action : invitez-les à passer à l action en mettant en valeur la durée ou le stock limité 2 - Organisez des ventes privées Choisissez la facilité : commencez par travailler votre réseau, votre clientèle et votre entourage. Par exemple, invi- tez vos meilleurs clients à des ventes privées. 3 - Chouchoutez votre vitrine! Votre vitrine est le plus bel endroit qui existe pour valoriser vos produits. Prenez-en soin! Soignez les mises en scène, peaufinez la présentation, la propreté 4 - Souriez! Comme toute l année, l accueil est primordial en période de soldes : un client satisfait reviendra et parlera de vous! 5 - Osez vous aventurer sur internet! Ne négligez pas les soldes sur internet. C est un excellent moyen de dynamiser vos ventes. Il s agit de pousser intelligemment vos produits vers le consonaute dont vous avez suscité l intérêt tout au long de l année. Il existe de bonnes solutions en ligne permettant de varier vos offres et d accélérer vos ventes : proposer vos produits sur des sites qui organisent des ventes flash, vendre vos produits au coup par coup sur des sites de déstockage, ou ouvrir une boutique en ligne. Rossignols : une seconde vie Tailles extrêmes, couleurs démodées, matériel informatique obsolète, articles de décoration vieillots Après la dernière démarque, 10 à 15 % de la marchandise vous restent encore sur les bras. Les soldes, même bien organisés, suffisent rarement pour tout vendre. Que faire? Les détruire? Ou pire, remettre vos nanards en réserve et les ressortir aux soldes de l année suivante? Pour vous éviter des coûts de maind œuvre et de stockage, forcément trop élevés, le mieux est de passer par des filières spécialisées. Par exemple, vendez vos rossignols aux professionnels de fins de série, soldeurs ou liquidateurs. Autre solution, devenez fournisseur de professionnels ; une fin de série de textiles pourra peutêtre intéresser des retoucheries ou des couturières. N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 5

6 optimiser Locations meublées : un régime plus encadré Location meublée ou non meublée? Professionnelle ou non professionnelle? Depuis janvier 2009, les contours du régime fi scal des locations meublées ont été redéfi nis. Daniel Causse, expert-comptable On pourrait penser que le fait de mettre à disposition un logement meublé ou garni constitue d emblée une location meublée. Mais non. Fiscalement parlant, la réalité est très différente. Para-hôtellerie : ce n est pas de la location meublée Chambre d hôtes, gîte de séjour, séjour à la ferme Toutes ces activités sont considérées comme de la parahôtellerie car elles offrent, en plus du logement, un ensemble de services dans des conditions similaires à l hôtellerie : accueil, linge de maison, ménage régulier, petit déjeuner. La para-hôtellerie n est pas considérée comme de la location meublée ; c est une activité commerciale par nature qui entre, de surcroît, dans le champ d application de la TVA et des cotisations sociales. Gîtes ruraux et appartements : c est de la location meublée En revanche, la location de gîtes ruraux, d appartements meublés, reste de nature civile. Ce type de location ne comprend pas la fourniture de prestations accessoires ou bien les prestations fournies ne sont pas suffisamment complètes pour les caractériser de para-hôtellerie. La location meublée est, par principe, en dehors du champ d application de la TVA. Il faudrait que la facturation des services annexes dépasse le seuil de la franchise en base ( ) pour que ceux-ci soient soumis à TVA. Loueur professionnel ou non? Maintenant que vous savez si votre location est meublée ou non, nous pouvons introduire une deuxième distinction : votre location meublée est-elle considérée comme professionnelle ou non? Le loueur professionnel bénéficie, pour l administration, d un vrai statut d entreprise. Il se voit donc appliquer les mêmes règles, notamment celles qui concernent les plus-values et les déficits : Au-delà de 5 ans d activité et si son chiffre d affaires est inférieur à , le loueur est totalement exonéré des plus-values professionnelles lors de la vente ou la cession de l immeuble. Les charges (amortissements et intérêts d emprunts compris) sont souvent supérieures aux produits. Le déficit est imputable sur les autres revenus. Mais, obtenir le statut de loueur professionnel est difficile. Il faut remplir simultanément les trois conditions suivantes : Manifester votre intention par une inscription au Registre du commerce ; Vos recettes de locations meublées doivent dépasser par an ; Vos recettes de locations meublées doivent excéder les revenus professionnels des autres activités (salaires, Bénéfices Industriels et Commerciaux, Bénéfices Agricoles, Bénéfices Non Commerciaux ). Si ces conditions ne peuvent être satisfaites, le loueur est non professionnel : Les plus-values immobilières sont privées (exonération totale au terme de 15 ans de détention). Les déficits ne seront déduits que des bénéfices des locations meublées non professionnelles à venir. La para-hôtellerie, quant à elle, comme la location meublée professionnelle, suit les règles habituelles des entreprises commerciales. Locations meublées : les contours des régimes Nature juridique Qualification fiscale Loueur en meublé Para-hôtellerie Soumis à TVA Gîtes ruraux : hébergement sec ou avec services accessoires Civile Oui Non Non Chambres d hôtes Commerciale Non Oui Oui Gîte de séjour avec prestation para-hôtelière Commerciale Non Oui Oui 6 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

7 Coût de revient dossier Redécouvrir les vertus de l analyse des coûts La crise nous le rappelle chaque jour : produire moins cher que son prix de vente est la condition sine qua non de la survie de toute entreprise. Aujourd hui, nombre d entreprises sont prises en étau entre des prix de vente qui tendent à se comprimer et des charges difficilement compressibles. D un côté, l entreprise n a que peu de capacité d action sur les prix que lui imposent ses partenaires. De l autre, elle fonctionne déjà avec une structure légère. En fait, les critères de performance se modifient. Ces dernières années, l artisan était performant par la maîtrise de son savoir-faire, par sa capacité à tirer parti d une demande importante. Nul besoin d être toujours à cheval sur les prix. Il suffisait à l entreprise d être globalement compétitive. On pouvait même se faire plaisir, le boulot ne manquait pas. Désormais, il doit gérer ses charges au plus juste, centrer ses efforts sur les activités les plus rentables, optimiser son temps de travail ou encore raisonner ses investissements en fonction de leur rentabilité. Ce changement de paysage économique conduit à revisiter les façons de travailler et à redécouvrir des outils de pilotage un temps laissés de côté. Comme l indicateur coût de revient qui mesure la capacité de l activité à dégager des bénéfices. Cela exige de se (re)familiariser avec cet indicateur, d en définir les contours, de se donner les moyens de le mettre en place, de l analyser et surtout de l utiliser pour dégager de nouvelles sources de performance, au risque de devoir accepter de changer ses habitudes. Tout un programme, à découvrir dans notre dossier. Serge Thomas, conseiller d entreprise Reportage : Leztroy Restauration partage sa recette Émulsion de qualité à la mode gestion des coûts Lorsque l on fournit des repas à prépondérance bio pour les restaurants collectifs, gérer par les coûts de revient n est pas un choix. C est la seule voie pour ne pas s étrangler entre les achats d aliments bio ou locaux, plus chers que les produits industriels, et des prix de vente serrés et fi xés par contrat. Reportage en Haute-Savoie. Emmanuel Grange, conseiller d entreprise C est parce qu ils sont convaincus que restauration collective ne rime pas avec malbouffe que Serge Sandrin, Jean Rémy Oriol et Michel Grebot ont choisi de troquer un job plutôt confortable pour les habits de créateurs d entreprise. Ces professionnels de la restauration à eux trois, ils cumulent 65 années d expérience se sont associés en octobre 2008, pour fournir des repas à base de produits bio et locaux à la restauration collective. Et ça marche! Les chiffres parlent d eux-mêmes : 35 salariés, 7 cuisines de production, plus de 4000 repas en moyenne par jour, préparés et servis dans 27 restaurants scolaires. Leur philosophie, c est de remettre les cuisiniers derrière les fourneaux et privilégier un approvisionnement auprès de producteurs locaux. S ils se définissent eux-mêmes comme des épicuriens passionnés, les trois associés n en perdent pas pour autant le sens des réalités. Notre projet n a de sens que si nos repas se vendent. Nous ne pouvons pas faire abstraction des contraintes de prix que nous imposent nos clients et la concurrence. Pour réussir, ils doivent réussir l amalgame entre des produits bio ou locaux, plus chers que les produits industriels, et des prix de vente serrés et fixés par contrat. Conclusion, la gestion par les coûts de revient n est pas un choix mais une nécessité. > N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 7

8 dossier / coût de revient Concilier qualité et réduction des coûts, n est-ce pas réussir l alliance de la carpe et du lapin? > Retrouvez ce reportage dans l émission paroles d entreprise sur Demain TV : > à partir du lundi 7 juin 2010 à 07h20, puis M. 19h20 - Me. 21h30 J. 14h05 - V. 08h00 - S. 12h00 - D. 18h30 Rediffusion semaine suivante L. 18h30 - M. 07h20 - Me. 19h20 J. 21h30 - V. 14h05 - S. 08h00 - D. 12h00 Canalsat 173 TNT 21 ADSL Réseaux cablés Téléphonie 3G Internet : > carte d identité Sarl Leztroy Restauration Parc d activité Economique du Pays Rochois La Roche-sur-Foron Création 2 octobre 2008 Trois co-gérants Jean-Rémy Oriol, Serge Sandrin et Michel Grebot, qui cumulent 65 années d expérience dans la restauration Activité Restauration collective à base de produits biologiques (40 % des repas) et locaux Effectif 35 salariés > Faire preuve d imagination La maîtrise des coûts est leur préoccupation permanente. Et même plus : elle structure les choix de gestion et d organisation des trois dirigeants. Ils affirment que réduire les coûts ne signifie pas sacrifier la qualité, il faut faire preuve d imagination et ne pas hésiter à raisonner à contre-courant. En voici une illustration. S ils s étaient lancés dans la construction d une cuisine centrale dès le début de l activité, le coût de revient des repas aurait explosé, sans parler de la difficulté à mobiliser le financement. Qu à cela ne tienne! Nous proposons à nos clients de travailler en gestion concédée. La collectivité cliente fournit les locaux et nous apportons la main-d œuvre, les produits et notre savoir-faire. Cette formule n a pas que des avantages économiques ; elle permet aussi à nos clients de se rendre compte par eux-mêmes que nous respectons nos engagements. Autre question que se sont posée les créateurs : comment compenser le surcoût inévitable de notre approvisionnement? Solution : transformer et cuisiner des produits bruts en respectant le rythme des saisons, amortit en partie le surcoût. Les coûts sont affectés aux produits et au savoirfaire plutôt qu à la logistique et au conditionnement de plats préparés sous vide. À l inverse, le souci de travailler des produits frais et locaux ne doit pas conduire à des pratiques déraisonnables. Nous ne nous interdisons pas de travailler des produits surgelés, à condition qu ils soient conformes à nos exigences. Trier des petits pois ou des haricots pour repas ne serait pas raisonnable. Chaque site doit contribuer à la marge Ces choix d organisation doivent être validés en permanence. Pour cela, les associés se sont dotés d outils de suivi et d une organisation permettant de mesurer les coûts, mais aussi de se projeter d un mois sur l autre. Lorsque l on travaille avec des écoles, il faut tenir compte des périodes de vacances, des inscriptions des élèves à la cantine Autant de paramètres qui nécessitent une grande réactivité pour acheter juste ou gérer les besoins en personnel. D où le choix d organiser la gestion de l activité par site. Concrètement, chaque chef de site dispose d un budget, est responsable de ses achats et gère ses équipes. Tous les mois, nous faisons le point avec lui pour valider le respect des objectifs et prévoir le mois suivant. Sans cette responsabilisation, il ne serait pas possible de piloter aussi finement l activité, du côté financier et du côté de la qualité de repas. Cette gestion individualisée permet d appréhender la véritable performance de l entreprise. Là aussi, les dirigeants ont des objectifs clairs. Savoir que l entreprise est globalement bénéficiaire ne suffit pas, chaque site doit contribuer à la marge de la société. Pas question qu un site comble les pertes d un autre. Bien évidemment, la marge doit couvrir les charges de structure de la société et financer le besoin de fonds de roulement qui, compte tenu de notre croissance, est important. Car l ambition des Leztroy ne s arrête pas là. Le deuxième étage de leur fusée sera bientôt mis sur orbite : il s agit de l Atelier Rochois. En septembre 2010, nous proposerons notre concept du manger bon et sain auprès des cuisines satellites des crèches, écoles maternelles et primaires de Haute-Savoie en doublant nos effectifs d ici 2011 ; nous développerons une gamme traiteur, des légumes bio prêt-à-cuire et des produits prêts-àconsommer pour les magasins bio. Plus qu une cuisine, Jean-Rémi, Serge et Michel souhaitent faire de ce lieu un outil d insertion professionnelle des personnes handicapées. Comme ils le disent : la différence n est pas un handicap. Concrètement, chaque chef de site dispose d un budget, est responsable de ses achats et gère ses équipes. Avec ses 35 salariés, 7 cuisines de production, Leztroy prépare et distribue sur place et dans 27 restaurants scolaires environ 4000 repas par jour, tout en privilégiant un approvisionnement direct en produits du terroir et à prépondérance bio. Ici, l équipe du collège St-François à Ville-La-Grand. 8 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

9 Un coût peut en cacher un autre Diffi cile de s y retrouver entre coût de revient, de production À quel coût se fi er, à quoi correspondent ces différentes notions? Petit lexique pour y voir plus clair. Coût de production : les charges à couvrir Le calculer Le coût de production correspond à l ensemble des charges affectées à la réalisation d un bien ou d un service. Il est établi à partir de la comptabilité de l entreprise. Il intègre des charges directes et indirectes : Les charges directement liées à la production d un bien sont les plus simples à identifier : elles correspondent aux matières premières, à la maind œuvre productive À l inverse, les charges indirectes ne sont pas directement imputables au coût de production d un bien : travail du service administratif, entretien de l atelier où sont produits différents biens Ces charges devront être réparties en fonction du nombre de biens produits, des heures de travail productives L utiliser Le coût de production propose une approche essentiellement économique de l activité, il indique le seuil minimum de charges à couvrir. Coût de revient : la capacité bénéficiaire Le calculer Le coût de revient est une notion plus large que le coût de production car il intègre l ensemble des charges de l entreprise, et notamment ce que les spécialistes appellent les charges supplétives, telles que la maind œuvre familiale, le bénéfice attendu par le chef d entreprise ou encore la consolidation de la trésorerie de l entreprise. L utiliser Le coût de revient est le meilleur indicateur pour cerner la capacité bénéficiaire d une entreprise ou d une activité, dans la mesure où il intègre l ensemble des besoins et objectifs de l entreprise et du chef d entreprise. Il permet donc de mesurer les efforts à réaliser pour consolider la rentabilité : faut-il agir sur les coûts, ajuster les prix ou encore modifier l activité et/ou le fonctionnement de l entreprise? Coût d opportunité : les incidences d un changement Le calculer Le coût d opportunité mesure l impact d un changement dans l organisation de l entreprise sur le coût de revient et, par extension, sur la marge bénéficiaire. Il correspond donc au différentiel de coût de revient entre deux activités. L utiliser Prenons l exemple de M. Laverdure qui s interroge sur la rentabilité de son activité de création d espaces verts ; il est confronté à beaucoup de temps indirects, à la difficulté de facturer toutes les heures Il souhaite réorganiser son activité autour de l entretien d espaces verts. Le coût de revient de l activité création s élève à 39 par heure alors que le coût d opportunité de l activité espaces verts s élève à 33 par heure. En conséquence, le recentrage sur l entretien d espaces verts offre une opportunité de rentabilité plus importante. Coût marginal : l impact des volumes Le calculer Le coût marginal mesure l impact de l augmentation d un volume de production et se calcule en additionnant les coûts supplémentaires à engager pour réaliser ce supplément d activité. L utiliser Reprenons l exemple de M. Laverdure. Suite au recentrage de son activité sur l entretien d espaces verts, il souhaite développer ses contrats d entretien. Le coût marginal pour réaliser ce développement (salariés saisonniers supplémentaires, matériel de tonte) s élève à 27 /heure, alors que le coût de revient initial avoisine les 33. D où vient cette différence? Une large part des charges de structure n augmentera pas avec le supplément d activité (fournitures, assurances, honoraires ). Dans ce cas de figure, M. Laverdure peut se dégager de nouvelles marges de manœuvre en cas de tension sur les prix ou envisager de consolider sa marge bénéficiaire. Serge Thomas, conseiller d entreprise N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 9

10 dossier / coût de revient Dessine-moi un coût de revient Il est de coutume de construire le coût de revient d un produit ou d un service à partir des données comptables. Cette démarche est-elle vraiment suffi sante? Pas sûr Serge Thomas, conseiller d entreprise Il n y a pas un coût de revient, mais des coûts de revient. Selon l objectif poursuivi, la nature de l activité ou encore la méthodologie d analyse retenue, une même activité peut avoir différents coûts de revient. En restant pragmatique, le coût de revient peut être défini comme l ensemble des charges à couvrir pour réaliser une prestation de service ou vendre un produit. Cette définition est suffisamment large pour laisser la place à du sur-mesure. L objectif n est pas de coller à une méthode prête à consommer mais d adapter la méthode aux besoins et aux caractéristiques de l activité. Tant pis si pour cela il faut prendre quelques libertés avec les règles comptables. Analyser ses coûts, c est surtout l occasion de se donner une vision plus claire du fonctionnement de l entreprise. De la comptabilité à la gestion La comptabilité ne reflète pas forcément tous les coûts supportés par l activité d une entreprise artisanale ou commerciale (notamment lorsqu elle est exploitée sous forme individuelle). Le coût de revient comp- table est plus faible que le coût de revient de gestion. Plusieurs éléments expliquent ces distorsions. L exemple le plus flagrant concer- ne la rémunération de l exploitant. Ce n est pas une charge comptable. Pourtant, ne pas en tenir compte consisterait à conclure que le chef d entreprise n a pas besoin de se rémunérer Ce qui est évidemment aberrant. Dans le même ordre d idée, la comptabilité intègre plus ou moins bien le renouvellement des investissements. Les rubriques amortissements et frais financiers ne correspondent pas forcément à une réalité économique. Des matériels totalement amortis ne figurent plus en comptabilité. Pour autant, cela ne signifie pas qu ils ne devront pas être remplacés. Il peut être souhaitable de retraiter ces postes de charge pour avoir une vision plus cohérente du coût réel de ces matériels, notamment en raisonnant en termes de besoin financier à mobiliser pour renouveler les équipements de l entreprise. Ce retraitement aura deux mérites : inciter à réfléchir sur les matériels réellement nécessaires à l activité, s affranchir du mode de financement de ces équipements. En effet, si le chef d entreprise privilégie l autofinancement, les frais financiers seront inexistants ; il devra quand même être en mesure de mobiliser de la trésorerie pour assumer ses choix. Il en va de même en cas de faiblesse de la trésorerie. Si l entreprise à besoin de consolider sa trésorerie pour se donner plus de marges de sécurité, mieux vaut intégrer cet objectif dans la définition du coût de revient. > 10 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

11 > Regrouper les charges par famille Analyser ses coûts, c est surtout l occasion de se donner une vision La première étape est de séparer les coûts de production et les coûts de structure. plus claire du fonctionnement de l entreprise. En effet, le plan comptable raisonne à partir de numéros de compte. Cette approche a le mérite d établir une liste de charges. Mais elle ne permet pas d identifier clairement les différentes composantes du coût de revient. de l atelier, charges de personnels Premier niveau de difficulté : Mais là, on se heurte à une autre Là encore, la définition des familles de productifs, y compris les frais de dé- comment affecter les charges com- difficulté : cette information n est coûts doit coller au fonctionnement placement De même, elle peut dé- munes à chaque activité? Ou, plus que rarement disponible, ou très de l entreprise. tailler son coût de structure en frais clairement, comment affecter les approximative. Première étape : distinguer les coûts de personnel administratif, frais de loyers du hangar, les impôts et taxes, En fait, dans bien des cas, la mise de production, qui peuvent être di- bureau, frais de publicité les frais administratifs à chacune des en place d un indicateur coût de re- rectement affectés à la réalisation de l activité (achats, approvisionnements, transport sur achats, charges directes de main-d œuvre et d équipements) des coûts de structure (frais généraux, charges de personnels administratifs, charges de bureau ). Ensuite, cette première approche peut être affinée en découpant ces deux catégories en familles de coûts. Par exemple, une entreprise spécialisée dans la taille et la pose de charpente peut décomposer son coût de production en coût du matériel, coût Arbitrer et mettre en place des suivis Tant que l analyse du coût de revient reste globale (par exemple coût de revient par jour de travail), la démarche est assez simple. À l inverse, si le chef d entreprise souhaite aller jusqu à un coût de revient par heure facturée ou encore par activité par exemple un coût de revient par heure de tonte et heure de création de jardins pour un paysagiste les choses vont se compliquer. activités? Il faudra arbitrer, et ce choix peut faire varier de manière significative le coût de revient de chaque activité. Reprenons l exemple de notre paysagiste. Imaginez d abord que les frais généraux sont répartis en fonction du chiffre d affaires ; puis utilisez une autre clé de répartition, le temps de travail productif. L activité de création génère un chiffre d affaires plus important que la tonte (facturation de matières premières, de sous-traitance ), mais produit davantage de temps in- vient nécessitera de mettre en place des outils de suivi complémentaires, comme des fiches chantier pour mieux cerner les temps productifs et improductifs par activité, ou encore un suivi des écarts entre heures prévues au devis et heures réellement facturées. directs (préparation de chantier, devis, conception, approvisionnement ). Résultat : la répartition des coûts, et donc le coût de revient par activité, risque d être très différent selon la clé retenue. Pour notre paysagiste, il sera probablement plus judicieux de raisonner en fonction du temps consacré à chaque activité à retenir La définition du coût de revient implique au préalable une analyse complète de l entreprise et des besoins financiers qu elle doit mobiliser pour réaliser ses prestations, consolider sa structure financière mais aussi répondre aux besoins du chef d entreprise et de sa famille. Aller jusqu au coût de revient horaire suppose d estimer ses temps de travaux. N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 11

12 dossier / coût de revient Ce que mes coûts me disent Serge Thomas, conseiller d entreprise Quelle voie emprunter pour continuer à être performant? L analyse des coûts peut vous amener bien plus loin que vous ne l imaginiez au départ. Suivez le guide. Lorsque vos prix de vente se tendent, que les coûts des matières premières augmentent, que vous voulez anticiper avant que vos performances ne dégringolent, vous avez d abord besoin d y voir plus clair. Le calcul de votre coût de revient vous offre tout de suite des éléments de réponse : le simple fait d organiser les coûts par famille (coût de mécanisation, de structure, de commercialisation ) vous indique concrètement où passe l argent, quels sont les postes qui pèsent sur la rentabilité. Mieux connaître son entreprise Et c est là que le manque d information sur votre activité vous apparaît brutalement. Vous êtes artisan, vous voulez calculer votre coût de revient horaire, connaissez-vous le nombre d heures de travail que vous réalisez, vous et vos salariés? Sans parler de la répartition des heures entre le temps facturable, de déplacement, de rencontre client L analyse des coûts de revient peut entraîner une remise à plat complète du fonctionnement de votre entreprise. Le fameux pifomètre peut dépanner, mais reste bien sûr très approximatif. Il vous faudra alors mettre en place des outils de suivi et d analyse de votre activité. Rester en phase avec le marché Connaître son coût de revient est indispensable pour se positionner par rapport au prix de marché. Prenons un exemple. Vous vendez l heure de travail à 35 parce que le prix de marché se situe à ce niveau. Cela ne signifie pas pour autant que vous êtes aussi rentable que votre voisin. Encore faut-il que votre coût de revient soit inférieur à 35. Si ce n est pas le cas, la réponse facile consisterait à augmenter votre prix de vente. Mais votre clientèle l acceptera-t-elle? Rien n est moins sûr. Quels autres leviers utiliser? Réduire les coûts? Améliorer la productivité du travail? Cette analyse peut vous conduire à une remise en cause de vos habitudes : Faut-il acheter le matériel ou le louer parce que son temps d utilisation ne permet pas de l amortir correctement? Avoir un seul fournisseur ou plusieurs pour profiter de prix plus attractifs? Continuer à se rendre chez son fournisseur ou se faire livrer sur le chantier pour gagner du temps? On le voit bien, l analyse des coûts de revient peut entraîner une remise à plat complète du fonctionnement de votre entreprise. Vous êtes artisan, vous voulez calculer votre coût de revient horaire, connaissez-vous le nombre d heures de travail que vous réalisez, vous et vos salariés? Mesurer la rentabilité de ses activités L analyse des coûts peut révéler le manque de performance d une activité par rapport à une autre. Mais attention aux décisions trop rapides, la démarche a ses limites. Pour deux raisons : Une production à faible rentabilité peut contribuer à un équilibre globalement satisfaisant. Supprimer l activité moins rentable serait une aberration si vous ne pouvez pas augmenter le volume d affaires sur l activité la plus rentable. Disposer d une activité diversifiée peut jouer un rôle d amortisseur en cas de baisse d activité sur l une des productions. Comme le dit l adage, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Anticiper l échec d une fusion La réussite d un regroupement d entreprises passe par l analyse des motivations de chacun des futurs associés mais aussi par la cohérence économique des entreprises qui fusionnent. Si l analyse des coûts de revient de chacune des structures révèle d importantes différences, cela peut conduire à de futures tensions. En effet, il est probable que le dirigeant de l entreprise la plus performante verra d un mauvais œil le fait de perdre en performance, voire en revenu. Il est préférable que cette question soit identifiée en amont pour éviter de mauvaises surprises. 12 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

13 Michel Besançon, responsable service audit et gestion de patrimoine optimiser ISF : diversifi er pour abaisser la pression Certains d entre vous rempliront, en juin prochain, une déclaration d Impôt Sur la Fortune (ISF). L anticipation étant l une des clés de la réussite de l optimisation fi scale, voici quelques pistes de diversifi cation du patrimoine susceptibles d alléger la note! Au-delà des exonérations spécifiques liées à l outil professionnel, il est possible d abaisser la pression fiscale en diversifiant son patrimoine. Foncièrement intéressant Le foncier baillé long terme (18/25 ans), ou par bail cessible, permet de bénéficier d un abattement de 75 % jusqu à de foncier et 50 % au-delà. Si le foncier est loué à son conjoint, ascendant, descendant ou leur conjoint ainsi qu aux frères et sœurs, et qu ils y exercent leur activité principale, le bien est totalement exonéré. Ce dispositif est trop souvent oublié. Par ailleurs, ce principe d exonération s applique également au foncier détenu en GFA (Groupement Foncier Agricole). Les abattements peuvent être doublés en détenant des biens à la fois en GFA et à titre personnel. Faire feu de tout bois Si vous détenez des bois et forêts, il peut être judicieux de souscrire un plan de gestion. Les bois et forêts qui disposent d un plan de gestion simple trentenaire bénéficient d un abattement de 75 % sans plafonnement. Avoir le goût du risque Les investissements dans les entreprises de nature risquée (Fonds d Investissements de Proximité, Fonds Commun de Placement dans l Innovation, Fonds Commun de Placement à Risque) donnent droit à une réduction d ISF et à la suppression de l investissement de la base taxable pendant 5 ans. Ces investissements autorisent, dans la limite de , une réduction de l ISF à hauteur de 50 % du montant éligible. Prenons par exemple un FCPI éligible à la réduction ISF à hauteur de 60 %. Ce type de placement génère une économie d ISF de 30 % de l investissement (+ 10 % pour la réduction d impôt sur le revenu). L effet de levier fiscal obtenu au final peut donc s élever à 40 %. Diversifier vos contrats Tous les contrats (assurances vie, contrats de capitalisation) sont à déclarer à l ISF. Sauf les contrats non rachetables, qui sont exonérés. Les contrats à bonus fidélité sont à mentionner pour leur valeur d investissement, tout comme les contrats de capitalisation. Ce type d épargne est un moyen de stopper la progression de vos actifs taxables à hauteur de vos investissements. Les versements sur les contrats Madelin et PERP (Plan d Épargne Retraite Populaire) ne rentreront plus dans l actif taxable s ils ont été souscrits avant le 31 décembre En revanche, après cette date, ils devront avoir été alimentés pendant 15 ans avec des versements réguliers. Créer des réserves Le montant du compte-courant à retenir pour l ISF est la valeur au 31 décembre. Il est donc possible d agir sur le compte-courant d associé par décision d assemblée générale. En effet, le résultat affecté en réserve est exonéré. Comparez au préalable la perte éventuelle d optimisation fiscale et sociale avec le gain d ISF. Investir au capital d une entreprise Un dirigeant de PME soumis à l ISF est aujourd hui devant un eldorado d optimisation. En effet, il peut investir dans son entreprise et bénéficier d une réduction ISF à hauteur de 75 % de cet investissement dans la limite de Ceci, sous réserve de conserver les titres durant 5 ans. Pour les entreprises en régime de croisière, la réglementation des minimis* doit être respectée. En la matière, la réduction est limitée à sur trois années glissantes pour les activités agricoles. Bien plus qu une réduction d ISF, l augmentation de capital d une entreprise est l occasion d en vérifier les statuts, l adéquation aux projets du chef d entreprise et à la protection de sa famille. Cette démarche ne doit pas être considérée comme un simple ticket fiscal, mais bien être abordée comme une véritable réflexion patrimoniale. *La réglementation des minimis plafonne les allègements fiscaux à sur une période glissante de 3 exercices fiscaux. Elle exclut certains secteurs déjà aidés au niveau européen (pêche, construction navale, sidérurgie, agriculture, ). En 2008, un plafond de d aides a été autorisé pour les activités agricoles. Les plans de gestion forestière offrent des opportunités sur le plan fi scal. Des projets aux actes Exemple 1 : M. Dupont décide d investir dans le développement d une nouvelle activité professionnelle. Il paie d ISF au titre de ses actifs personnels. La constitution d une SARL est l occasion de souscrire un capital social de Ce capital social sera libérable en 3 fois. Ainsi, M. Dupont pourra réduire son ISF à hauteur de x 75 % = pendant 3 ans. Cette souscription peut être réalisée jusqu au dépôt de la déclaration ISF pour bénéficier immédiatement de la réduction. Exemple 2 : M. Durand est redevable d un ISF de / an. Il a réalisé en juin 2009 un résultat de Il dispose d un compte-courant d associé à hauteur de après affectation. Son conseiller lui propose de mettre en réserve du résultat et d augmenter le capital social, ce qui renforce les capitaux propres de l entreprise alors que la trésorerie baisse depuis 8 mois. Cette augmentation de capital social se monte à libérables en trois fois. La mise en réserve permet de réduire l ISF de 440, auquel il faut ajouter une réduction de Au final, M. Durand paiera un ISF de Il pourra ensuite bénéficier d une réduction en investissant dans un FIP (60 % d éligibilité ISF) à hauteur de pour supprimer totalement son ISF. N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 13

14 fi che pr atique Saisonniers : remplir le contrat Bientôt l été. Et ses saisonniers. Voici les conseils de Valérie Garcia, conseillère en droit social, pour être en règle et toucher les aides. Propos recueillis par Virginie Pingenot, chargée de communication notre conseil L aide TPE est réservée à l embauche d un CDD, saisonnier ou non, de plus d un mois. Ce dispositif exceptionnel s arrête au 30 juin Nous vous conseillons d anticiper votre embauche de saisonniers au 29 juin ; ainsi, vous bénéficierez de l aide TPE pour la durée du contrat, à savoir 188,13 mensuels pour un salarié au Smic. Cette aide est dégressive jusqu à un salaire de 1,6 Smic (2150,03 ). Pour quel type de travaux peuton conclure un contrat de travail saisonnier? Valérie Garcia : Il faut que les tâches correspondent aux saisons. Plus précisément, c est le caractère régulier, prévisible, cyclique de l activité, qui permet de caractériser le travail saisonnier et de le distinguer du simple accroissement d activité ou du CDD d usage. Les emplois saisonniers sont-ils limités à certains secteurs d activité? Valérie Garcia : Non, mais certaines branches sont davantage concernées : le tourisme, bien sûr, où les travaux sont étroitement liés aux saisons (moniteurs de ski, de planche à voile ) ; mais également les commerces, l hôtellerie, ; l agriculture et les industries agro-alimentaires, où il s agit de travaux liés à la récolte ou au conditionnement des différents produits (cueillette des fruits et légumes, vendanges, moisson, mise en conserve de légumes ou de fruits..). Concrètement, quel type de contrat de travail faut-il faire? Valérie Garcia : Il s agit d un contrat à durée déterminée un peu particulier. Il peut être conclu de date à date, ce qu on appelle à terme précis. Autre solution : le contrat à terme imprécis ; il prévoit une durée minimale et précise que la date de fin du contrat correspondra à la fin de la saison ; cette date sera notifiée au salarié par tous moyens, 48 heures à l avance. Il faut rédiger un contrat pour chaque saison, selon la règle un motif, un contrat. Y a-t-il une durée maximale à respecter? Valérie Garcia : Oui. Les contrats saisonniers ne peuvent excéder 8 mois sur un an et, lorsque le salarié est étranger, ils ne peuvent excéder 6 mois sur 12 mois consécutifs. Le saisonnier perçoit-il une indemnité de fin de contrat? Valérie Garcia : Normalement non. Les 10 % d indemnité de précarité ne sont pas dus, contrairement aux CDD classiques. Cependant, certaines conventions collectives prévoient quand même ce paiement. Y a-t-il des tâches qu on ne peut pas leur confier? Valérie Garcia : Oui. Trois types de tâches sont exclus. Les travaux dangereux, dont la liste est établie par arrêté ministériel ; les tâches nécessitant une certaine qualification (conduite d engins, travaux de maintenance, travaux sur machine dangereuse) ; et enfin les travaux exposant à certains risques (hauteur, manipulation de produits chimiques). Ce type de contrat bénéficie-t-il d aides à l embauche particulières? Valérie Garcia : Les employeurs peuvent cumuler deux aides, qui ne sont pas spécifiques aux saisonniers : la réduction Fillon, soit 377,60 mensuels pour un salarié au Smic à pleintemps, et l aide à l embauche pour les TPE, à condition d embaucher avant le 30 juin prochain. Cette aide exceptionnelle, destinée aux Très Petites Entreprises de moins de 10 salariés, est réservée à l embauche d un CDD, saisonnier ou non, de plus d un mois. Pour l embauche d étrangers, y a-til des démarches supplémentaires? Valérie Garcia : Non. Il faut respecter le cadre légal actuel, valable pour toute embauche de salariés étrangers, c est-à-dire que le salarié soit muni d un titre en cours de validité l autorisant à exercer une activité salariée en France. Sauf s il s agit de ressortissants de l Union européenne, de l Espace économique européen ou de la Suisse. 14 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

15 fi che pr atique Chiffres utiles Cotisations sociales sur les salaires bruts TAUX EN % en vigueur au 01/10/09 ASSIETTE MENSUELLE Plafond mensuel Sécurité Sociale 2010 = CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) déduc. Employeur 0 Salar. 5,10 Tranche ASSIETTE Montant MENSUELLE 97 % du salaire brut CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) non déduc. 0 2,40 97 % du salaire brut REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) 0 0,50 97 % du salaire brut SÉCURITÉ SOCIALE Assurance-maladie 12,80 0,75 Totalité du salaire SMIC horaire brut et minimum garanti (en ) Contribution de solidarité 0,30 0 Totalité du salaire 8,30 6,65 De 0 à 1 x PMSS (1) Assurance-vieillesse 1,60 0,10 Totalité du salaire Du 01/07/08 au 30/06/09 Du 01/07/09 au 31/12/09 Depuis le 01/01/10 Allocations familiales (sous réserve des exonérations prévues pour les entreprises situées en zone de revitalisation rurale et les entreprises nouvelles) Aide au logement 5,40 0 Totalité du salaire 0,10 0 De 0 à 1 x PMSS (1) 0,40 si > 20 salariés 0 Totalité du salaire Accident du travail Variable 0 RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Non-cadre (minimum) 4,50 3,00 A De 0 à 1 x PMSS (1) Non-cadre toutes entreprises 12,00 8,00 B De 1 à 3 x PMSS (1) Cadre (minimum) 4,50 3,00 A De 0 à 1 x PMSS (1) Cadre toutes entreprises (2) 12,60 7,70 B De 1 à 4 x PMSS (1) Cadre supérieur 12,60 7,70 C De 4 à 8 x PMSS (1) Contribution exceptionnelle (CET) 0,22 0,13 A, B, C De 0 à 8 x PMSS (1) APEC (cadre) 0,036 0,024 B De 1 à 4 x PMSS (1) AGFF Non-cadre et cadre 1,20 0,80 A De 0 à 1 x PMSS (1) ASSURANCE CHÔMAGE COTISATION FORMATION (variable selon activité) Cadre 1,30 0,90 B De 1 à 4 x PMSS (1) Non-cadre 1,30 0,90 B De 1 à 3 x PMSS (1) Assédic moins de 65 ans 4,00 2,40 A&B De 0 à 4 x PMSS (1) FNGS 0,40 0 A&B De 0 à 4 x PMSS (1) Moins de 10 salariés 0,55 0 Totalité du salaire Smic horaire Smic base 35 h Minimum garanti 8,71 8,82 8, , , ,80 3,31 3,31 3,31 Régime des heures supplém. au 01/01/10 (entreprises de 20 salariés ou moins) + de 35 h 43 h Au-delà de 43 h Sous réserve de la convention collective qui peut prévoir un taux différent. Imputation sur le contingent légal de 220 h dès la 36 e h Versé en principe en majoration de salaire + 25 % Imputation sur le contingent légal de 220 h + 50 % De 10 à 19 salariés 1,05 0 Totalité du salaire PARTICIPATION CONSTRUCTION 20 salariés et plus 1,60 0 Totalité du salaire À partir de 20 salariés 0,45 0 Totalité du salaire TAXE SUR CONTRIBUTION PATRONALE DE PRÉVOYANCE (entreprises de plus de 9 salariés) 8 0 Contributions (3) FORFAIT SOCIAL 4 0 Assiette (4) (1) Plafond Mensuel Sécurité Sociale. (2) Assiette mensuelle GMP 2010 : 309,41. (3) Contributions des employeurs et des organismes de représentation du personnel versées pour le financement des prestations complémentaires de prévoyance. (4) Assiette : éléments soumis à CSG/CRDS et non soumis à cotisations. Puissance fisc.(cv) Barème kilométrique (en /km) Jusqu à km à km Au-delà 4 0, (d x 0,262 ) 0, , (d x 0,287 ) 0,343 Taux de rémunération des livrets d épargne (sous réserve de modifications législatives) Taux en vigueur au 14/04/2010, susceptibles d évoluer. 3,5 % ou 2,5 % par an 1,75 % par an 2,25 % par an taux moyen pratiqué 1,25 % par an 1,25 % par an 0,75 % par an hors prime d épargne Livret A LDD PEL CEL LEP Livret Jeune Montant maximal 6 0, (d x 0,301 ) 0, , (d x 0,318 ) 0, , (d x 0,337 ) 0, , (d x 0,352 ) 0, , (d x 0,374 ) 0, , (d x 0,392 ) 0, , (d x 0,408 ) 0, et + 0, (d x 0,424 ) 0,492 d : distance parcourue à titre professionnel. Indice du coût de la construction 1 er trim. 2 e trim. 3 e trim. 4 e trim L indice sert principalement pour la révision des baux commerciaux. Indice de référence des loyers (nouvel indice depuis février 2008) 1 er trimestre 2 e trimestre 3 e trimestre 4 e trimestre Indice V annuelle Indice V annuelle Indice V annuelle Indice V annuelle ,12 + 1,81 % 116,07 + 2,38 % 117,03 + 2,95 % 117,54 + 2,83 % ,70 + 2,24 % 117,59 + 1,31 % 117,41 + 0,32 % 117,47-0,06 % ,81 + 0,09 % N 14 / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / Gérer pour gagner 15

16 réussir Objectif Services Des premiers pas assurés Objectif Services est une jeune société montpelliéraine (Hérault) spécialisée dans les services à la personne. Entretien avec Jean Daniel Regouffre et Audrey Fernandez, les deux créateurs de cette entreprise en pleine expansion. Virginie Pingenot, chargée de communication Deux ans après la création d Objectif Services, Audrey et Jean Daniel sont à la tête d une équipe de 19 salariés. Après diverses expériences, nous avons eu envie de nous impliquer ensemble dans un projet professionnel résument Audrey, ancienne commerciale et Jean Daniel, infographiste de profession. Pour pouvoir se lancer dans les services à la personne, les deux créateurs ont déposé une demande d agrément (1) auprès de la Direction départementale du travail. La démarche a pris beaucoup de temps. Nous avons dû attendre plusieurs mois pour décrocher notre agrément simple. À l époque, fin 2007, Audrey se retrouve à mi-temps et Jean Daniel est étudiant en infographie. En attendant le fameux sésame, Audrey commence à prospecter dans le quartier et Jean Daniel réalise les supports de communication. Lorsque nous avons reçu notre agrément en juin 2008, nous avions déjà un bon carnet de commandes d interventions, essentiellement pour du ménage et de la garde d enfants. Afin de limiter les coûts, ils réalisent eux-mêmes les missions. Leur appartement fait office de bureau. Urgence : embaucher Très rapidement, notre carnet de commandes a explosé grâce au bouche-à-oreille. Mais il y avait un hic : les interventions demandées nécessitaient, pour la plupart, un agrément qualité (2). Ne pouvant pas répondre à ces demandes spécifiques, Audrey et Jean Daniel déposent aussitôt un second dossier d agrément. En attendant, l activité soumise à l agrément simple continue à progresser. Il devient, pour eux, urgent d embaucher. Pour se différencier de leurs concurrents et consolider leur clientèle, les deux entrepreneurs misent tout sur la qualité du service. Or, comme ils ont pu le constater : ce n est pas évident de recruter des personnes qualifiées. Nous nous sommes rapidement aperçu que nos entretiens d embauche étaient inadaptés. Faire du ménage chez des particuliers, ce n est pas la même chose que de le faire chez soi. Un suivi des interventions Audrey et Jean Daniel professionnalisent alors leur démarche de recrutement, en alliant une série de questions sur la motivation et la capacité à assurer les missions. Ils évaluent même les candidats en les mettant en situation, deux heures durant, dans des appartements témoins : ménage, repassage De cette manière, nous pouvons juger leur technique et leur efficacité. Pour ces jeunes entrepreneurs, le challenge est en effet de tenir sur le long terme. Afin de fidéliser leurs clients, ils réalisent un suivi permanent des interventions. La fidélité du personnel est aussi un élément majeur de l image d Objectif Services. C est pourquoi toutes les embauches sont réalisées en Contrat en Durée Indéterminée. Audrey et Jean Daniel font également un point hebdomadaire avec chacun de leurs collaborateurs. Et, tous les deux mois, ils réunissent l ensemble du personnel, ce qui crée une cohésion et entretient la motivation. Tous deux attachent une grande importance à la communication et à la gratification dans leurs relations avec le personnel. Nous essayons d être à l écoute, d aménager le planning en fonction des contraintes des uns et des autres. Nous sommes aussi là pour les féliciter et, si besoin, les recadrer. 19 salariés Pour obtenir l agrément qualité, les deux dirigeants ont dû trouver un local permettant de répondre aux critères imposés. Nous avons emprunté pour financer les travaux d aménagement. Depuis avril 2009, date de l obtention de l agrément qualité, leur carnet de commandes ne désemplit pas. Nous avons vraiment bien fait de déposer notre demande d agrément qualité dès le lancement de l activité. Car, maintenant, cela devient difficile de l obtenir vu le nombre important de demandes. De plus, cela nous a permis de développer rapidement notre entreprise. Deux ans après la création d Objectif Services, Audrey et Jean Daniel sont à la tête d une équipe de 19 salariés. Et l aventure se poursuit : nous envisageons, d ici deux ans, d ouvrir une nouvelle agence. Dans cette perspective, ils s attachent à proposer un service de qualité, à créer un lien de confiance durable avec les clients et à entretenir un bel esprit d équipe. Un trio qui leur a, jusque-là, plutôt réussi! 1 : L agrément simple permet de garder des enfants de plus de 3 ans et d effectuer toutes les autres prestations : ménage, repassage 2 : L agrément qualité, délivré par le Conseil général, est obligatoire pour assurer des services auprès des personnes âgées souffrant de pathologie ou d un handicap, et les enfants de moins de 3 ans. Pour en savoir plus : 16 Gérer pour gagner / ARTISANAT - COMMERCE - SERVICES / N 14

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Espace FAQ du loueur en meublé

Espace FAQ du loueur en meublé Espace FAQ du loueur en meublé - Quels sont les avantages de l adhésion à un CGA? - Faut-il tenir une comptabilité? - Quelles sont les obligations suite à l adhésion à un CGA? - Comment bénéficier de la

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP)

Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP) Les statuts de loueur en meublé (LMP et LMNP) Je vous propose un feuilleton 2007 sur les thèmes relatifs à l investissement immobilier ; pour ce premier volet, je vous emmène ce trimestre, à la découverte

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition 2011 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition 2011 2 L auto-entrepreneur 3 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec des formalités

Plus en détail

Le statut de l auto-entrepreneur

Le statut de l auto-entrepreneur Artisans, commerçants et professions libérales Le statut de l auto-entrepreneur Édition 2009 2 Le statut de l auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce statut permet à toute personne de

Plus en détail

Artisans, commerçants et professions libérales. L auto-entrepreneur. Édition 2010

Artisans, commerçants et professions libérales. L auto-entrepreneur. Édition 2010 Artisans, commerçants et professions libérales Édition 2010 2 Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce statut permet à toute personne de créer, avec des formalités de déclaration simplifiée, une entreprise

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Artisans, commerçants et professions libérales. Édition 2010

L auto-entrepreneur. Artisans, commerçants et professions libérales. Édition 2010 Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

Circulaire DSS/SD5B n 2013-100 du 14 mars 2013 relative à l affiliation des loueurs de chambres d hôtes à la sécurité sociale

Circulaire DSS/SD5B n 2013-100 du 14 mars 2013 relative à l affiliation des loueurs de chambres d hôtes à la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, financement MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Info «travailleur indépendant»

Info «travailleur indépendant» Info «travailleur indépendant» Quels sont les avantages et les inconvénients pour une structure (client) de faire appel à un travailleur indépendant? L équipe permanente est forcément limitée en nombre

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

Impôts 2015. Loueurs en meublé non professionnels

Impôts 2015. Loueurs en meublé non professionnels Impôts 2015 Loueurs en meublé non professionnels Les loueurs en meublé non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous les éléments mobiliers indispensables

Plus en détail

Panorama des CONTRATS de travail

Panorama des CONTRATS de travail Janvier 2010 Panorama des CONTRATS de travail L essentiel contrat par contrat Choisir un contrat selon vos besoins Éléments clés pour gérer vos contrats L essentiel contrat par contrat Signes particuliers

Plus en détail

LES LOIS DE DEFISCALISATIONS DONNANT DROIT À DES RÉDUCTIONS D IMPOTS

LES LOIS DE DEFISCALISATIONS DONNANT DROIT À DES RÉDUCTIONS D IMPOTS Les Niches Fiscales Sommaire INTRODUCTION LES LOIS DE DEFISCALISATIONS DONNANT DROIT À DES RÉDUCTIONS D IMPOTS 1. La Loi Scellier 2. La Loi Girardin 3. La Location Meublée Professionnelle (LMP) 4. Le Loueur

Plus en détail

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1 CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1. La SCI en bref L essentiel sur la société civile immobilière (SCI) Une SCI est une société civile qui gère un patrimoine Immobilier. La

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Le loueur en meublé professionnel (LMP) François Longin 1 www.longin.fr Plan (1) Le statut LMP Juridique (location meublée)

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Assurance et Epargne long terme Sommaire 2009 N 1 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire I. Loi de finances pour 2009 Revalorisation des tranches du barème de l IR 2008 et des tranches du barème de l ISF

Plus en détail

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA Code adhérent : Nom et prénom / Raison Sociale : 0GID00 Informations Identification

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP

PARA HÔTELLERIE & LMP/LMNP BIENVENUE AU DOMAINE DU GRAND TOURTRE UN SÉJOUR DE VACANCES INOUBLIABLE 18 place de l Hôtel de Ville 16 210 CHALAIS Tel: +33(0)5 45 98 31 56 Fax: +33(0)5 45 98 31 55 Email: france@shelbournedevelopment.com

Plus en détail

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012

Artisans, commerçants et professionnels libéraux. L'auto-entrepreneur. Édition janvier 2012 Artisans, commerçants et professionnels libéraux L'auto-entrepreneur Édition janvier 2012 2 L auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce dispositif permet à toute personne de créer, avec

Plus en détail

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont :

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont : LOUEUR EN MEUBLES 23/07/2012 Selon les articles 632 et 633 du Code de commerce, l activité seule de loueur en meublé n est pas de nature commerciale et, hormis le cas où des prestations de service d hôtellerie

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL

NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL N 51355#02 NOTICE D INFORMATION RELATIVE A L INDEMNISATION DE L ALLOCATION SPECIFIQUE DE CHÔMAGE PARTIEL I. Objectif Attribuer une allocation destinée à compenser une partie de l indemnisation versée aux

Plus en détail

Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE

Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE Gestion de la Paie GESTION DE LA PAIE Gestion de la Paie SOMMAIRE Quelles sont les différentes modes de traitement des salaires? p.4 Pourquoi faire appel à un gestionnaire de paie? p.6 A quoi sert un gestionnaire

Plus en détail

Guide juridique et fiscal des meublés de tourisme

Guide juridique et fiscal des meublés de tourisme Dossiers numériques Guide juridique et fiscal des meublés de tourisme (Gîtes ruraux, meublés de tourisme, locations saisonnières) présentation, analyse et commentaires textes et circulaires administratives

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009

CGAHDF PRESENTATION DE LA LOI DE FINANCES 2009 CGAHDF PRESENTATION DE - LA LOI DE FINANCES 2009 16 Février 2009 Yves Granier - Martine Villers 1 IMPOT SUR LE REVENU Limites et seuils : Modifications Relèvement de 2,9 % des tranches Limite d exonération

Plus en détail

Édition du 10 mars 2014

Édition du 10 mars 2014 1 Édition du 10 mars 2014 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles sont les conditions relatives au jeune? 3 Quelles sont les caractéristiques

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR 1 Remarques introductives Statut mis en œuvre par la loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 Statut en vigueur à compter du 1er janvier 2009 Site internet : http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Adh. n Nom : Profession : 2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre PERIODE Date de

Plus en détail

Le vieillissement de la population: une évolution génératrice d opportunités d investissement!

Le vieillissement de la population: une évolution génératrice d opportunités d investissement! LA SILVER ECONOMY UNE OPPORTUNITE DE MARCHE Les retraités de demain seront de plus en plus nombreux à rechercher des logements adaptés au vieillissement: des résidences services séniors Le vieillissement

Plus en détail

Loueur en meublé professionnel (LMP) Conflit de définitions pour l impôt sur le revenu et pour l ISF

Loueur en meublé professionnel (LMP) Conflit de définitions pour l impôt sur le revenu et pour l ISF Loueur en meublé professionnel (LMP) Conflit de définitions pour l impôt sur le revenu et pour l ISF NEWSLETTER 15 260 du 5 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Mis à mal depuis la loi de finances

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Je voudrais préparer ma retraite

Je voudrais préparer ma retraite Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Catalogue de Formations

Catalogue de Formations Catalogue de Formations Notre équipe de spécialistes vous propose des formations personnalisées, adaptées à vos besoins pour vous faire gagner du temps au quotidien, évitez les erreurs fiscales et approfondir

Plus en détail

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire

Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire Centre de Gestion Agréé d Indre et Loire 20 rue Fernand Léger BP 62001 37020 TOURS CEDEX 1 Tel : 02.47.36.47.47 Fax : 02 47 38 70 90 cga37@cga37.fr http://www.cga37.fr N adhérent : Nom : Prénom : CP Ville

Plus en détail

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts?

7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE Comment alléger le poids de ses impôts? P.S. Des solutions sortant des sentiers battus! 7 SOLUTIONS OPTIMISATION FISCALE De vraies optimisations fiscales facilement applicables!

Plus en détail

Comment choisir son STATUT JURIDIQUE? édition 2015. Proposé par :

Comment choisir son STATUT JURIDIQUE? édition 2015. Proposé par : Comment choisir son STATUT JURIDIQUE? édition 2015 Proposé par : TABLE DES MATIÈRES 1. CRÉER SON ENTREPRISE, LE PROJET D UNE VIE 2. 3. 4. CHOISIR ENTRE ÊTRE AFFILIÉ À LA SÉCURITÉ SOCIALE OU DÉPENDRE DU

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES

LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Conseil - Experts Pack n N 52 Infodoc Régions LA LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES Document réalisé par le service de consultation téléphonique du Conseil supérieur de l Ordre

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

La fiscalité des meublés de tourisme. Serge THOMAS - CERFRANCE

La fiscalité des meublés de tourisme. Serge THOMAS - CERFRANCE 1 La fiscalité des meublés de tourisme Serge THOMAS - CERFRANCE 2 Définition fiscale du Loueur de Meublés TRAITEMENT FISCAL Non professionnelle Location meublée Professionnelle 3 Définition fiscale du

Plus en détail

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France.

ISF 2012. Règles d imposition : la territorialité En France : imposition sur l ensemble des biens situés en France et hors de France. ISF 2012 I. Principe L impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) est un impôt déclaratif. Les personnes physiques possédant un patrimoine d une valeur nette supérieure à 1,3 million euros au 1 janvier 2012

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, commerçants, industriels Le statut de votre conjoint Édition janvier 2012 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul des cotisations

Plus en détail

L autoentrepreneur P005. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

L autoentrepreneur P005. www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

Présentation du Statut LMP :

Présentation du Statut LMP : Présentation du Statut LMP : Pour tout investisseur, même non-imposable, le statut du Loueur Meublé Professionnel (LMP) est le dispositif qui encadre la location de logements meublés. Un investissement

Plus en détail

Cabinet Baubet Expert-comptable d.p.l.e Commissaire aux comptes Expert près de la Cour d Appel de Riom

Cabinet Baubet Expert-comptable d.p.l.e Commissaire aux comptes Expert près de la Cour d Appel de Riom Expert-comptable d.p.l.e Commissaire aux comptes Expert près de la Cour d Appel de Riom 10-201 LETTRE MENSUELLE FISCA L Les dernières précisions sur le régime MERE-FILLE 0 novembre 201 DANS CE NUMÉRO :

Plus en détail

La création d entreprise. Se donner les moyens de réussir

La création d entreprise. Se donner les moyens de réussir La création d entreprise de à Se donner les moyens de réussir Créer une entreprise, comment s y prendre? Deux approches sont envisageables : La méthode express : j y crois, j y vais et on verra La méthode

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Création d entreprise : du projet à la réalité, Les 5 questions à se poser!

Création d entreprise : du projet à la réalité, Les 5 questions à se poser! Création d entreprise : du projet à la réalité, Les 5 questions à se poser! 14 rue Crépet 13 juin 2013 Vos animateurs Grégory JARRIGE g.jarrige@aliantis.net Mickaël Marion m.marion@aliantis.net Introduction

Plus en détail

Tout individu, qu il soit salarié, étudiant, au chômage ou à la retraite peut devenir auto- entrepreneur.

Tout individu, qu il soit salarié, étudiant, au chômage ou à la retraite peut devenir auto- entrepreneur. immatriculation : FAQ auto-entrepreneur Questions-réponses sur le statut de l auto-entrepreneur introduction 1. qu est-ce qu un auto-entrepreneur? L auto-entrepreneur est une personne physique (donc pas

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures)

A - LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI (n 2013-504 du 14 Juin 2013) (Les principales mesures) EC CABIINET PESCE - LEBOUCHER 1. SOCIETE 2. D EXPERTISE COMPTABLE www.cabinetpesceleboucher.fr Le 25/09/2013 ACTUALITES SOCIALES 2013/2 EN BREF (quelques chiffres) valeurs inchangées : SMIC Horaire au

Plus en détail

Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production

Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production Formation co-financée par le Fonds Social Européen Bac Professionnel PLP Pilote de Ligne de Production en apprentissage ou en contrat de professionnalisation en 12 ou 24 mois Diplôme de l Education Nationale

Plus en détail

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec

Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION. En partenariat avec Réunion d information collective sur la création - reprise d entreprise PASS CREATION En partenariat avec Objectifs de la réunion Vous donner les éléments pour décider si vous vous lancez dans votre projet

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 4

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 4 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 63 Nov 2014 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015. Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale

L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015. Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale Claire Valérie L IMPOT SUR LE REVENU ET L ISF EN 2015 Avoir les bons réflexes pour améliorer sa situation patrimoniale LE SOMMAIRE 1. Que faire pour diminuer son IR 2. Maîtriser son ISF L IMPOT SUR LE

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle Réforme de la formation professionnelle Etat des lieux Initiée par l Accord National Interprofessionnel du 20 septembre 2003 (intégré dans l accord général du 5 décembre 2003), confirmée par la loi du

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après.

Il est fixé à 6% de la masse salariale en 2014 (contre 4% en 2013) de l entreprise selon un mode de calcul présenté ci-après. Crédit d Impôt Compétitivité et Emploi (CICE) : Base de calcul et Montant N hésitez pas à consulter la circulaire ci-jointe intitulée «CICE COMMENT L OBTENIR» celle-ci vous informant sur les modalités

Plus en détail

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial

La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Editorial La Lettre fiscale n 1 / Juin 2008 Sommaire Taxe professionnelle 2 Impôt de solidarité sur la fortune 4 Editorial Le cabinet Simon Associés s agrandit et développe un pôle fiscal en accueillant Pierrick

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail