BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE 2008"

Transcription

1 BALANCE DES PAIEMENTS DE LA TUNISIE Septembre 2009

2

3 SOMMAIRE Pages Introduction 5 Evolution de l environnement international et de la conjoncture nationale 6 Les échanges et les paiements extérieurs de la Tunisie.. 13 I Aperçu général. 14 II Transactions courantes.. 15 A Marchandises.. 15 B Services 21 C Revenus de facteurs. 29 D Transferts courants III Opérations en capital et financières. 32 A Opérations en capital.. 33 B Investissements.. 34 C Capitaux d emprunt à moyen et long termes.. 39 IV Position extérieure globale. 43 A Investissements directs étrangers. 44 B Investissements de portefeuille 44 C Endettement à moyen et long termes.. 44 D Engagements à court terme. 45 E Avoirs de réserve. 46 V Répartition géographique. 47 A Analyse globale 47 B Principaux flux d échanges et de paiements extérieurs 50 Annexes statistiques Balance générale des paiements de la Tunisie : recettes... 68

4 - Balance générale des paiements de la Tunisie : dépenses 70 - Balance des paiements de la Tunisie par continent Balance des paiements de la Tunisie par groupe de pays Balance des paiements de la Tunisie par pays Balance des paiements de la Tunisie avec les organismes internationaux et les banques offshore Répartition par devise de l état des règlements 177 Graphiques Echanges commerciaux par groupe de produits Principaux services et revenus de facteurs Mouvements de capitaux Cours quotidiens moyens des principales monnaies de règlement exprimés en dinar Structures des recettes et des dépenses totales en Structures des recettes et des dépenses courantes en Structures des entrées et des sorties de capitaux en Répartition géographique des exportations et des importations de marchandises en Répartition géographique des recettes touristiques et des revenus du travail en Répartition géographique des entrées de capitaux d emprunt à moyen et long termes et du service de la dette en 199 Compositions des groupes de pays et d organismes internationaux et régionaux Nouvelles dispositions réglementaires concernant les paiements extérieurs

5 INTRODUCTION

6 EVOLUTION DE L ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL ET DE LA CONJONCTURE NATIONALE L économie mondiale a enregistré, en, un taux de croissance de 3,1% contre 5,1% en. La recrudescence, à partir de la mi-septembre, de la violente crise financière internationale apparue dès l été a, en effet, rapidement gagné l économie réelle avec, en particulier, l entrée de nombreux pays industrialisés en récession et ce, malgré les interventions massives et concertées des autorités de ces pays visant à fournir les liquidités nécessaires à l activité économique et soutenir une demande qui s est nettement contractée. Evolution de la croissance économique réelle mondiale En En% ,3 4,9 5 5,1 3, Pour l ensemble des économies avancées, le taux moyen de croissance s est, ainsi, limité à % contre 2,7% en. En particulier, l activité économique s est nettement ralentie aux Etats-Unis et dans la Zone Euro avec des taux de croissance respectifs de 1,1% et % en contre 2% et 2,7% en. De son côté, l économie japonaise a accusé une contraction de son PIB réel de % en après avoir progressé de 2,3% une année auparavant sous l effet conjugué de la faiblesse de la demande étrangère et l appréciation du taux de change du yen. Le repli du rythme de l activité économique a, également, touché les pays émergents et en développement en raison du ralentissement du commerce mondial, de la baisse des prix des produits de base durant la seconde moitié de l année après avoir culminé à des niveaux records jusqu au mois de juillet et de la contraction des entrées de capitaux extérieurs en raison du manque de liquidité. Toutefois, ces pays ont réussi à préserver un taux de croissance assez soutenu, même s il a été réduit à 6% en moyenne en contre 8,3% un an plus tôt. Ainsi, le taux de croissance de l économie chinoise a été ramené à 9% contre 13% en, ceux de l Inde et de la Russie sont revenus, d une année à l autre, de 9,4% et 8,1% à 7,3% et 5,6% respectivement. 6

7 Pour le continent africain, le taux de croissance s est également inscrit en baisse revenant à 5,2% en contre 6,2% en sous l effet, principalement, de la baisse significative des prix des produits de base au cours de la seconde moitié de l année. Corrélativement avec le ralentissement de l activité économique mondiale, le volume des échanges mondiaux de biens et services a accusé une décélération en évoluant au taux de 2,9% contre 7,2% en. La valeur des échanges, amplifiée par la hausse des prix des produits de base au cours du premier semestre de l année, a connu un ralentissement moins accentué que celui relevé pour le volume, évoluant au taux de 14,8% contre 16,1% en. 12 En % 8 4 Evolution du volume du commerce mondial de biens et services 1 7,4 9,2 7,2 2, S agissant du commerce mondial de biens, son volume a augmenté de 3,2% contre 6,6% une année auparavant pour une valeur qui a progressé à un rythme comparable à celui enregistré l année précédente (15,6% en contre 15,4% en ) traduisant, également, l impact de la hausse des prix, notamment, ceux des produits énergétiques et alimentaires qui a compensé et au-delà la baisse des quantités. Il en est résulté une amélioration des termes de l échange des pays émergents et en développement (+4,0%), notamment, ceux exportateurs de pétrole (+17,7%) au détriment des pays développés (-2,4%). En matière de services, les échanges internationaux ont accusé une décélération enregistrant un taux d accroissement de 12% contre 19% en pour une valeur de milliards de dollars. Cette évolution a surtout porté la marque du ralentissement de l activité touristique à travers la décélération des flux internationaux de touristes qui n ont augmenté que de 1,9% en contre 6,1% en pour atteindre 922 millions arrivées. L évolution des échanges de biens et services marquée par l envolée des prix des produits de base et la contraction de la demande, au cours du dernier trimestre de l année a, pour certains pays, permis de conforter la situation des paiements courants au détriment d autres. 7

8 Le surplus de 20 milliards de dollars de la balance courante de la Zone Euro ou % du PIB en a cédé la place à un déficit de 96 milliards de dollars ou % du PIB en. Ce résultat s explique par la diminution de l excédent de la balance des biens et services sous l effet de la détérioration des termes de l échange et l évolution défavorable des soldes de la balance des revenus de facteurs et de celle des transferts courants. Aux Etats-Unis, le déficit de la balance courante s est, en revanche, amélioré pour la deuxième année consécutive, revenant de 731 milliards de dollars ou 5,3% du PIB en à 673 milliards de dollars et 4,7% en. Cette évolution a porté la marque de la réduction du déficit de la balance commerciale américaine combinée à une amélioration de la balance des revenus de facteurs. Au Japon, l excédent des paiements courants a atteint 157 milliards de dollars en contre 211 milliards en. L excédent ainsi enregistré s explique, essentiellement, par l évolution favorable du solde positif des revenus de facteurs sous l effet du rapatriement par des entreprises japonaises des bénéfices de leurs filiales étrangères et par le surplus de la balance commerciale, en dépit de la détérioration des termes de l échange. Dans ce contexte de crise généralisée, les flux internationaux de capitaux se sont inscrits en baisse sous l effet conjugué de la pénurie de liquidité et de durcissement des conditions de financement. En particulier, les flux mondiaux d investissements directs étrangers (IDE) ont baissé de 14,2% en pour revenir à milliards de dollars contre milliards de dollars en. Ce repli est, surtout, relevé pour les investissements bénéficiant aux pays développés qui ont accusé une baisse de 29,2% pour se situer à 962 milliards de dollars en, soit à peine 57% des flux d IDE réalisés à travers le monde contre 69% en. C est le cas, notamment, de l Europe et du Canada avec des flux d IDE qui se sont inscrits en baisse de 42,2% et de 58,3% respectivement alors que, les entrées d IDE en faveur des Etats-Unis d Amérique ont augmenté de 16,6% pour se situer à 316 milliards de dollars en. S agissant des flux d IDE bénéficiant aux pays émergents et en développement, ils ont progressé de 18,5% pour atteindre 735 milliards de dollars. Plus du tiers de cette enveloppe a bénéficié à la Chine (108 milliards de dollars contre 84 en ), la Russie (70 milliards de dollars contre 55 en ), Hong Kong (63 milliards de dollars contre 54 en ) et l Inde (42 milliards de dollars contre 25 en ). S agissant du continent africain, il a bénéficié d investissements directs étrangers qui se sont inscrits en augmentation de 27,5% pour atteindre 88 milliards de dollars en. Ces investissements ont été, essentiellement, destinés aux secteurs liés à l extraction des produits de base dont l énergie et ce, 8

9 en relation avec la forte hausse des prix de ces produits au cours des dernières années et jusqu au terme du mois de Juillet de l année. Outre la baisse des flux d IDE, notamment, au profit des économies avancées, le climat de défiance des investisseurs et les craintes relatives à la détérioration des perspectives de l économie mondiale ont provoqué une forte volatilité des monnaies et une chute, durant le second semestre, des indices boursiers et des prix des produits de base. Sur les marchés internationaux des changes, le dollar a clôturé l année, en hausse de 5% vis-à-vis de l euro et en baisse de 19% par rapport au yen Japonais et ce, malgré les pertes subies jusqu à la mi-juillet contre la monnaie unique à cause, surtout, d un différentiel de taux d intérêt favorable à cette dernière alors qu il s est inscrit, durant la même période, en hausse par rapport au yen profitant des opérations de portage «Carry Trade». Au cours du second semestre et avec le déclenchement de la crise financière internationale, la tendance s est totalement inversée. Le dollar a, en effet, profité de son statut de valeur refuge, du besoin de refinancement des banques européennes et de la baisse des prix du pétrole pour se redresser et s apprécier par rapport à l euro. Il s est, en revanche, fortement déprécié vis-à-vis du yen à cause des opérations de débouchage massif des positions «Carry Trade». S agissant des marchés financiers, les indices boursiers ont connu de fortes baisses, en, sous l effet des retombées de la crise financière internationale avec, en particulier, les difficultés rencontrées par le système bancaire international et par les secteurs de l immobilier et des industries automobiles. D une fin d année à l autre, la baisse des indices boursiers s est située à 65% pour la bourse de Shanghai, 42% à Paris et Tokyo, 34% à New York et 31% à Londres. Une tendance similaire a été, également, enregistrée sur le marché mondial des produits de base. Après avoir enregistré une forte hausse durant le premier semestre, les cours mondiaux des produits de base ont, dans leur majorité, accusé de fortes baisses durant les derniers mois de l année, sous l effet du ralentissement de l activité économique et de la demande à l échelle internationale ainsi que le recul des mouvements spéculatifs. C est le cas, notamment, du pétrole brut dont le cours a enregistré au terme de une baisse de l ordre de 70% par rapport à son record historique atteint à la mi- Juillet à près de 150 dollars le baril. Le repli des cours mondiaux des produits de base a permis de réduire sensiblement, vers la fin de l année, les pressions inflationnistes, notamment, dans les pays industrialisés. Toutefois, les taux d inflation moyens enregistrés pour toute l année ont été plus élevés qu en, atteignant 3,8% aux Etats-Unis, 3,3% dans la Zone Euro et 1,4% au Japon. Dans les pays émergents, le taux d inflation est passé, d une année à l autre, de 6,4% à 9,3%, hausse qui 9

10 s explique, outre le renchérissement des produits de base au cours du premier semestre de l année, par la vigueur de la demande intérieure. La maîtrise, au cours des derniers mois de l année, des pressions inflationnistes a permis aux autorités monétaires de réduire d une manière sensible leur taux d intérêt directeurs et ce, afin de relancer l activité économique. La réserve fédérale a, ainsi, procédé en à la baisse de son principal taux directeur à sept reprises le ramenant de 4,25% à une marge entre 0 et 5%. La Banque Centrale Européenne a, de son coté, baissé quatre fois son taux directeur le ramenant à 2,5% à la fin de et à 2% seulement à partir du 15 janvier Quant à la Banque du Japon, elle a réduit son taux directeur à deux reprises de 20 points de base chaque fois pour le ramener à 0%. En dépit d une conjoncture internationale très difficile, l économie tunisienne a réussi à réaliser, en, un taux de croissance de 4,6% en termes réels contre 6,3% un an plus tôt. Evolutions de la croissance économique réelle, du taux d'inflation et du déficit budgétaire exprimé en % du PIB En % ,0 3,6 2,8 4,0 3,2 2,0 5,4 4,5 3,1 2,8 2, Croissance économique réelle Taux d'inflation Déficit budgétaire en % du PIB 6,3 5,0 4,6 1,2 L évolution du PIB est, surtout, attribuée au dynamisme des services marchands dont le taux a atteint 7,6% portant la marque de l affermissement de la valeur ajoutée des services des transports, du tourisme et surtout des communications. Quant à la croissance du secteur industriel, elle a connu une décélération pour revenir à 2,9% et ce, après une progression remarquable de 7,7% en. Le secteur de l agriculture et de la pêche a, en revanche, enregistré une baisse de sa valeur ajoutée de % contre une croissance de 3,3% une année auparavant, évolution qui a résulté des conditions climatiques défavorables. S agissant de l investissement, la FBCF s est accrue, en, de 14,8% contre 12,7% en pour dépasser 12,5 milliards de dinars portant le taux 10

11 d investissement rapporté au PIB à 24,9%, sachant que le secteur privé a consolidé sa part dans l investissement global pour se situer à 61,9% contre 60% en. Parallèlement, l épargne nationale a progressé de 11% contre 12,8% en. Ainsi, le taux d épargne exprimé par rapport au Revenu national disponible brut (RNDB) est passé, d une année à l autre, de 23,1% à 23,4%. En % ,3 22,8 562 Evolution du déficit courant, du taux d'épargne et du taux d'investissement 22,2 21, ,4 22, ,9 23, ,9 23, En MDT Déficit courant ( en MDT ) Taux d'épargne ( en % du RNDB) Taux d'investissement ( en % du PIB) Partant de l impact de l inflation importée, l augmentation des prix intérieurs a connu une accélération tant au stade de la production qu à celui du détail sous l effet conjugué de la hausse mensuelle des cours des produits de base durant le premier semestre de et de l accroissement de la consommation. Ainsi, le taux d inflation s est établi à 5% en contre 3,1% en. Sur le plan monétaire, l agrégat M3 a enregistré, au terme de, un accroissement de 14,4% en contrepartie d une consolidation importante des créances nettes sur l extérieur et un accroissement soutenu des concours à l économie alors que les créances nettes sur l Etat ont connu une augmentation modérée. Face à la situation de surliquidité qui en est résultée et qui a prévalu en, la Banque Centrale a dû, dans un premier temps, relever à deux reprises les taux de la réserve obligatoire avant de décider, à la fin de l année, de les baisser et ce, afin de soutenir l activité économique dans un contexte de crise internationale profonde et généralisée. Pour la même raison et considérant la tendance à la baisse du taux d inflation au début de l année 2009, elle a procédé à la baisse de son taux directeur de 75 points de base pour le ramener de 5,25% à 4,5% (février 2009). 11

12 Dans le domaine des finances publiques, les ressources propres de l Etat ont augmenté de 19,8% en contre 6,7% pour les dépenses, ce qui a permis de réduire le déficit budgétaire à 1,2% du PIB contre 2,9% en. Ce résultat est imputable à la progression des recettes fiscales de 19,1% en relation avec l affermissement de l activité économique, ce qui a représenté une pression fiscale de 22,5% contre 2% une année auparavant. S agissant des paiements extérieurs, la balance générale des paiements a dégagé un excédent appréciable de MDT, consolidant le niveau des avoirs nets en devises qui s est élevé, à la fin de, à MDT ou l équivalent de 139 jours d importation. Cette consolidation a résulté de l augmentation des entrées nettes de capitaux dont le niveau a plus que doublé par rapport à celui enregistré en pour atteindre MDT. En particulier, les flux reçus sous forme d IDE ont progressé de 64,1% pour s élever à MDT, niveau qui a permis de couvrir et au delà un déficit courant qui s est davantage creusé par rapport à celui enregistré une année auparavant en se situant à MDT ou 4,2% du PIB. La progression soutenue des IDE a, par ailleurs, permis de limiter le recours à l endettement extérieur et d alléger ses paramètres. Le taux d endettement extérieur a, en effet, diminué pour se situer à 42,6% du RNDB à la fin de contre 43,4% au terme de. Il en est de même pour le coefficient du service de la dette revenu, d une année à l autre, de 11,7% à 7,7%. 12

13 LES ECHANGES ET LES PAIEMENTS EXTERIEURS DE LA TUNISIE

14 I/ APERCU GENERAL La balance générale des paiements s est soldée en par un excédent appréciable qui a atteint MDT contre 883 MDT en et ce, en dépit des effets de la crise financière et économique internationale sur l équilibre du secteur extérieur. Ce résultat positif est attribuable à l accroissement notable des entrées nettes de capitaux notamment sous forme d investissements directs étrangers (IDE) alors que la balance courante a dégagé un déficit qui s est élargi par rapport à celui enregistré une année auparavant. EVOLUTION DES PRINCIPAUX S DE LA BALANCE DES PAIEMENTS (En MDT sauf indication contraire) Désignation A - Paiements courants Déficit courant/pib (en %) 1,6 2,0 2,6 4,2 - Marchandises (FOB) de facteurs B - Compte de capital et d opérations financières dont : - Opérations en capital Investissements Prêts-emprunts à moyen et long termes C - Opérations d ajustement (flux nets) Solde général PRINCIPAUX S DE LA BALANCE DES PAIEMENTS (EN MDT) Paiements courants Compte de capital et d'opérations financiè res Solde Général 14

15 II/ TRANSACTIONS COURANTES La balance des opérations courantes a dégagé, en, un déficit de MDT, soit l équivalent de 4,2% du PIB contre MDT et 2,6% en. Cette évolution est attribuable à l élargissement du déficit commercial qui, exprimé FOB-FOB, est passé, d une année à l autre, de MDT à MDT et à l'augmentation du déficit de la balance des revenus de facteurs de 256 MDT pour atteindre 675 MDT sous l effet, notamment, de l accroissement des dépenses engagées au titre de la rémunération du capital étranger. En revanche, le solde excédentaire de la balance des services s est davantage consolidé, pour atteindre MDT contre MDT une année auparavant. BALANCE DES OPERATIONS COURANTES (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes (en MDT) Variations annuelles (en %) 19,1 11,3 12,1 2 19,5 Dépenses (en MDT) Variations annuelles (en %) 15,8 1 13,9 21,1 21,8 Solde Evolution des principaux soldes de la balance courante ( En MDT ) Marchandises (FOB) Services Solde courant A/ MARCHANDISES Exprimé FOB- CAF, le déficit commercial s est creusé de MDT ou de 31,4% pour s élever MDT contre MDT en. Parallèlement le taux de couverture s est inscrit en baisse de 1,2 point de pourcentage pour se situer à 78,2% et ce, malgré la progression des exportations à un rythme plus soutenu que celui des importations, soit 23,8% et 21,8% respectivement en contre 22,2% et 24,8% une année auparavant. 15

16 EVOLUTION DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE Année Importations CAF Exportations FOB Déficit (En MDT sauf indication contraire) Taux de couverture des importations par les exportations (en %) , , , , , ,2 Evolution de la balance commerciale ( En MDT ) Importations de marchandises (CAF) Déficit commercial Exportations de marchandises (FOB) Source : INS L accroissement des exportations qui se sont élevées à MDT contre MDT en a porté la marque de l augmentation de la valeur des ventes de tous les produits à l exception de celle du secteur textile et habillement qui a accusé une quasi stagnation. C est que la forte hausse des prix des produits de base, essentiellement, ceux du secteur des mines, phosphates et dérivés et celui de l énergie durant la première moitié de l année a été à l origine de l accroissement de leurs exportations de respectivement 133,7% et 30% en contre 3% et 55,5% en contribuant ainsi à hauteur de 42,7% et 22,3% à la progression des exportations totales. Les exportations du secteur des industries manufacturières, qui occupe la première place parmi les secteurs exportateurs ont certes, continué à progresser mais à un rythme moins accéléré que celui enregistré en. En particulier, les ventes du secteur des industries mécaniques et électriques ont accusé une décélération (18,3% contre 3% en ) et ce, corrélativement avec la baisse de la demande étrangère, surtout européenne, faisant suite aux retombées négatives de la crise financière mondiale sur la sphère réelle au cours du dernier trimestre de l année. 16

17 Parallèlement et après avoir progressé de 16,4% en, la valeur des ventes du secteur textile et habillement s est maintenue, en, au même niveau qu une année auparavant, tandis que les quantités expédiées ont accusé une baisse de 6,9%. Outre la baisse de la demande étrangère, ce résultat s explique par l abandon en du système des quotas instauré pour la période pour atténuer l impact du démantèlement total des accords multifibres entré en vigueur au début de S agissant des importations qui ont atteint MDT contre MDT en, elles ont surtout porté la marque de l accroissement notable de la valeur des achats des produits énergétiques et des mines, phosphates et dérivés qui se sont accrues de 63,7% et 255,4% respectivement pour se situer à MDT et MDT sous l effet de la flambée des cours de ces produits sur les marchés internationaux. Quant aux importations du secteur de l agriculture et des industries agroalimentaires, elles ont, en revanche, accusé un ralentissement évoluant au taux de 26,8% contre 38,9% suite à l effet conjugué de l apaisement des prix (+2% contre +28,7% en ) et de la décélération des quantités (+4,9% contre +7,9% en ). Egalement, les achats du secteur des industries mécaniques et électriques ont subi la même tendance (14,3% contre 26,9% en ) sous l effet de l accalmie des prix de ces produits qui n ont progressé que de 6,7% contre 18,2% en. L effet net de l envolée des prix des produits de base à l export et à l import est évalué à environ 350 MDT en contre 380 MDT en contribuant à hauteur de 22% dans l accroissement du déficit commercial. Analysés par groupe de produits, les échanges commerciaux font apparaître une forte détérioration du solde de la balance énergétique qui a fortement affecté l équilibre de la balance commerciale en pour représenter 61,5% de l élargissement du déficit commercial. Egalement, la balance alimentaire et celle des biens d équipement ont dégagé des déficits qui se sont davantage élargis par rapport à. Quant à la balance des biens de consommation, elle a continué à dégager un excèdent appréciable qui s est, toutefois, inscrit en baisse. En revanche, le déficit de la balance des matières premières et demiproduits s est replié en relation avec la forte hausse des ventes du secteur des mines, phosphates et dérivés. 17

18 Evolution des soldes commerciaux par groupe de produits ( En MDT ) Denrées alimentaires Biens d'équipement Energie Matières premières et demi-produits Biens de consommation Source : INS Après avoir dégagé un excèdent de 136 MDT en, la balance énergétique s est soldée par un déficit de 834 MDT, accusant ainsi une détérioration de l ordre de 970 MDT sous l effet conjugué de la forte accélération des importations qui ont progressé de 63,7% et la décélération des exportations évoluant au taux de 30% contre respectivement 5% et 55,5% une année auparavant. Le taux de couverture est, par conséquent, revenu de 104,5% en à 83% en. Le ralentissement des exportations des produits énergétiques, qui ont atteint MDT, est attribuable, essentiellement, à la décélération des ventes du pétrole brut qui n ont augmenté que de 22,3% contre 68,3% en. La régression des quantités expédiées de 13,4% a, en effet, atténué l impact de la hausse des cours de ces produits L accroissement de la valeur des importations des produits énergétiques qui s est élevée à MDT en a concerné tous les produits, et ce, en relation avec la hausse des quantités achetées et l envolée des prix qui ont atteint en juillet des records historiques. En particulier, les achats des produits raffinés se sont accrus de 59,3% pour atteindre MDT. BALANCE ENERGETIQUE (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 11,5 52,7 14,8 55,5 30,0 Dépenses Variations annuelles (en %) 13,9 36,7 26,1 5,0 63,7 Solde

19 S agissant de la balance alimentaire, elle s est soldée par un déficit, qui s est davantage creusé pour atteindre 751 MDT contre 425 MDT en et ce, malgré l accélération des exportations qui ont progressé de 14,5% pour se situer à MDT. C est que les importations se sont accrues à un rythme plus soutenu, soit 27,4% pour s élever à MDT, progression qui a, surtout, porté la marque de la hausse des achats des huiles végétales (+116,3%) et du blé (+35%) suite à la montée des prix de ces deux produits. Il en est résultée une baisse du taux de couverture revenu, d une année à l autre, de 79,2% à 71,1%. BALANCE ALIMENTAIRE (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 116,8 29,7 1,1 14,5 Dépenses Variations annuelles (en %) 16,0 5,9 2 54,4 27,4 Solde Une évolution défavorable est également relevée pour la balance des biens d équipement qui a accusé un élargissement de son déficit de 247 MDT ou de 8,5% pour s établir à MDT. Le taux de couverture s est, néanmoins, amélioré de 1,4 point de pourcentage pour se situer à 45,3%. Les exportations ont, en effet, évolué à un rythme plus soutenu que celui des importations, soit 15,1% et 11,4% respectivement contre 35,1% et 25,6% en. Les deux flux ayant subi l impact négatif de la crise financière internationale et ce, à travers la baisse de la demande pour cette catégorie de produits relevée, surtout, au cours du dernier trimestre de l année. BALANCE COMMERCIALE DES BIENS D EQUIPEMENT (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 17,5 18,2 41,7 35,1 15,1 Dépenses Variations annuelles (en %) 15,7 3,8 2 25,6 11,4 Solde Quant à la balance des biens de consommation, elle a dégagé un excèdent de 902 MDT contre MDT en, résultat attribuable à une décélération plus importante des exportations comparée à celle des importations. Les exportations n ont, en effet, progressé que de 3,6% pour atteindre MDT contre 18,6% et MDT en, évolution qui a porté la marque de la quasi-stagnation des ventes du secteur textile et habillement soumis à une rude concurrence. Quant aux importations, elles ont augmenté de 5,8% pour s établir à MDT contre 15% et MDT en, décélération attribuable également, à la baisse des achats du secteur textile et habillement. Dans ce contexte, le taux de couverture a baissé de 2,5 points de pourcentage pour revenir à 113,4%. 19

20 BALANCE COMMERCIALE DES BIENS DE CONSOMMATION (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 8,4 7,0 2,5 18,6 3,6 Dépenses Variations annuelles (en %) 7,2 2,2 7,0 15,0 5,8 Solde En revanche, le déficit de la balance des matières premières et demiproduits s est contracté de 69 MDT pour se situer à MDT. Ce résultat s explique par l évolution des exportations à un rythme plus soutenu que celui des importations, soit respectivement 48,5% et 3% contre 23,9% et 27,3% en. L accroissement des exportations qui sont passées, d une année à l autre, de MDT à MDT est imputable à l accélération des ventes du secteur des mines, phosphates et dérivés qui ont augmenté de 133,7% faisant suite à la flambée des cours de ces produits reflétée par un indice des prix à l exportation qui a évolué de 625,5% alors que les quantités se sont inscrites en baisse. Egalement, la valeur des importations qui se sont situées à MDT, a été amplifiée par l accroissement notable de la valeur des achats du secteur des mines, phosphates et dérivés qui ont augmenté de 255,4% contre 8,7% en. BALANCE COMMERCIALE DES MATIERES PREMIERES ET DEMI-PRODUITS (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 27,0 11,6 13,7 23,9 48,5 Dépenses Variations annuelles (en %) 65,2 4,6 15,7 27,3 3 Solde L analyse de l évolution des échanges commerciaux par régime fait ressortir un élargissement du déficit sous le régime général et un accroissement de l excèdent sous le régime offshore. Le déficit commercial du régime général s est élargi de MDT ou de 23,5% pour se situer à MDT et ce, suite principalement à la détérioration du solde de la balance énergétique. Le taux de couverture s est, néanmoins, amélioré passant, d une année à l autre, de 46,6% à 5%. En effet, Les exportations ont continué à évoluer plus rapidement que les importations évoluant aux taux de 43,4% et 32,8% respectivement en contre 29,1% et 22,3% une année auparavant. 20

21 Quant à la balance commerciale du régime offshore, elle a continué à évoluer positivement en, dégageant un excédent de MDT contre MDT une année auparavant, en hausse de 12,7% attribuable, essentiellement, à l amélioration du solde de la balance du secteur des industries mécaniques et électriques. Le taux de couverture s est, dans ce contexte, redressé de 3,1 points de pourcentage pour s élever à 148,6% portant la marque de la progression des exportations à un rythme plus soutenu que celui des importations soit, 7,8% et 5,6% respectivement. B/ SERVICES L excédent de la balance des services s est consolidé de 2% ou de 558 MDT par rapport à celui enregistré en pour se situer à MDT, sous l effet de la progression des recettes à un rythme plus soutenu que celui des dépenses. BALANCE DES SERVICES (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) Dépenses Variations annuelles (en %) , , , , , , , , , ,6 Solde S agissant des recettes, elles se sont accrues de 17,8% pour se situer à MDT contre 10% et MDT en, évolution qui reflète, essentiellement, l augmentation des flux reçus au titre des transports de 26,8% et la progression de ceux générés par l activité touristique, principale composante des services, de 1%. Egalement, les dépenses ont augmenté à un rythme soutenu, soit 15,6% pour se situer à MDT contre MDT une année auparavant, augmentation attribuable, essentiellement, à l accroissement des dépenses au titre des frais de transport et des autres services. Evolution des recettes issues des exportations de services ( En MDT) Tourisme Transports Autres 21

22 1/ Transports : Après avoir dégagé un déficit de 29 MDT en, la balance des transports s est soldée par un excédent de 36 MDT en. Ce redressement est attribuable à l accélération des recettes à un rythme plus soutenu que celui des dépenses, soit 26,8% et 22,9% respectivement contre 11,2% et 13,8% une année auparavant. BALANCE DES TRANSPORTS (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en%) 21,6 29,4 12,3 11,2 26,8 Dépenses Variations annuelles (en%) 25,9 15,4 14,4 13,8 22,9 Solde L affermissement des recettes qui sont passées, d une année à l autre, de MDT à MDT est dû, essentiellement, à la progression des recettes relatives aux billets de passage, principale composante des flux reçus au titre des transports, qui ont évolué de 15,2% pour atteindre MDT contre 9,5% et MDT en et ce, en relation notamment avec l évolution favorable affichée aussi bien par l activité touristique que par les exportations de marchandises. En particulier, la compagnie nationale "Tunisair", principal opérateur tunisien en matière de transport aérien, est parvenue à augmenter ses recettes de billetterie qui se sont accrues de 16,7% pour se situer à 621 MDT en contre un repli de 5,5% et 532 MDT une année auparavant et ce, corrélativement avec l accroissement du nombre de passagers passé, d une année à l autre, de 3,6 à 3,8 millions de personnes. Les programmes d assainissement et de modernisation engagés par cette compagnie durant les dernières années lui ont, en effet, permis d améliorer sa compétitivité et son niveau d activité entraînant, par conséquent, un gain de part de marché qui est passée, d une année à l autre, de 34,7% à 35,4%. Ce résultat a été réalisé en dépit de l ouverture des vols réguliers aux compagnies tunisiennes privées, de la libéralisation progressive du ciel tunisien aux compagnies étrangères et de la montée de la concurrence en matière de transport aérien à l échelle mondiale. Quant aux recettes réalisées par la compagnie privée "Nouvelair", elles ont progressé de 21,7%. Spécialisée jusqu alors dans le trafic charter, cette société est parvenue, en, à achever l opération de fusion avec la compagnie "Karthago airlines". La nouvelle entité issue de cette opération dont le processus a débuté en pourra, ainsi, mieux faire face à la rude concurrence qui a caractérisé ce secteur en perpétuelle mutation. 22

23 Egalement, la Compagnie tunisienne de navigation (CTN), principal opérateur en matière de transport maritime, est parvenue, en, à consolider ses recettes de billetterie et ce, grâce aux efforts consentis par cette compagnie afin d adapter ses prestations aux exigences de la clientèle et de conquérir de nouvelles parts de marché en développant le tourisme maritime en basse et moyenne saison en plus de l amélioration des services offerts à sa clientèle en haute saison. Elle prévoit, également, l acquisition d un nouveau car-ferry en vue de consolider sa flotte actuelle destinée au transport des passagers et ce, dans le but d améliorer les conditions de transport de ses voyageurs et d agir sur le coût élevé de la location. Quant aux recettes au titre du fret, deuxième grande composante au niveau des recettes des transports, elles se sont accrues de 15,1%, en, pour s élever à 160 MDT contre 3,4% et 139 MDT en, tirant profit du dynamisme affiché par les exportations dont le transport est assuré en majorité par des compagnies tunisiennes dont, principalement, Tunisair, CTN et la société de transport de Kerkennah. Il est à signaler que la CTN envisage l acquisition de trois navires pour le fret de marchandises afin de faire face à la concurrence dans ce domaine. Concernant les recettes réalisées au titre de l affrètement aérien, elles se sont, également, inscrites en augmentation en, tirant profit du dynamisme affiché par les compagnies privées opérant dans ce domaine, en l occurrence Nouvelair et Karthago Airlines qui ont enregistré des recettes respectives à ce titre de l ordre de 69 MDT et 160 MDT, en, contre 52 MDT et 89 MDT une année auparavant. En matière de transport par gazoduc, la redevance-gaz perçue par l Etat tunisien au titre du passage des gazoducs transcontinentaux reliant l Algérie à l Italie s est accrue de 58,9% pour se situer à 653 MDT en contre 14,2% et 411 MDT une année auparavant, augmentation attribuable à la hausse des quantités de gaz naturel acheminées vers l Italie et à l accroissement des cours du gaz, notamment, durant le premier semestre de l année. La redevance-gaz perçue en espèces, constituant la part exportée par la Tunisie, a pratiquement doublé en pour se situer à 129 MDT contre 65 MDT une année auparavant. Sa part dans la redevance totale s est ainsi consolidée passant, d une année à l autre, de 15,8% à 19,8%. Celle en nature s est, également, inscrite en hausse de 51,4% pour s élever à 524 MDT contre 346 MDT en. Sa part dans le total s est, néanmoins, repliée revenant, d une année à l autre, de 84,2% à 8%. 23

24 EVOLUTION DE LA REDEVANCE-GAZ Année En espèces En nature Total En MDT En % du total En MDT En % du total en MDT , , , , , , , , , S agissant des dépenses au titre des transports, elles ont atteint MDT en, soit une progression de 22,9% contre MDT et 13,8% en. Cette accélération reflète celle des dépenses engagées au titre du fret et des autres frais de transport alors que celles inhérentes aux billets de passage ont pratiquement gardé leur niveau de, soit 120 MDT. Les dépenses au titre du fret se sont inscrites en hausse de 23,7% pour s élever à MDT contre 21,1% et MDT une année auparavant et ce, corrélativement avec l'accroissement des tarifs en relation avec la hausse des prix de carburants. De même, les autres catégories des dépenses de transport ayant trait, notamment, à la redevance aéronautique et à l affrètement d avions, ont enregistré une hausse de 26,1% pour se situer à 682 MDT contre 2,5% et 541 MDT en. 2/ Voyages La balance des voyages a continué, en, à s améliorer dégageant un excédent qui s est accru de 12,2% pour se situer à MDT contre 1% et MDT une année auparavant, évolution imputable à l effet conjugué de l accélération des recettes et de la décélération des dépenses. BALANCE DES OPERATIONS RELATIVES AUX VOYAGES Désignation Recettes (en MDT) Variations annuelles (en %) 2 13,2 9,0 9,0 1 Dépenses (en MDT) Variations annuelles (en %) 9,3 14,7 12,6 2,6 Solde (en MDT) En s élevant à MDT, les recettes des voyages ont augmenté de 1% contre 9% en. Principale composante au niveau des recettes, les flux générés par le secteur touristique se sont, en effet, inscrits en hausse de 1% pour s élever à MDT contre 8,9% et MDT en et ce, corrélativement avec l accroissement des entrées des non-résidents de 4,2% pour dépasser le cap de 7 millions de visiteurs et les nuitées de 1,5% contre respectivement 3,2% et 1,3% une année auparavant. L évolution favorable des indicateurs réels du secteur touristique témoigne des efforts consentis par les autorités afin de préserver la compétitivité de ce 24

25 secteur dans un contexte international difficile marqué par le déclenchement de la crise financière et économique mondiale et par la rude concurrence de la part d autres destinations du sud de la méditerranée et des pays de l Europe de l Est. En effet, afin de relancer ce secteur, les autorités ont adopté des actions de marketing axées sur la promotion de la destination Tunisie, la diversification du produit touristique et l amélioration de la qualité des services à travers la mise à niveau des unités hôtelières. En outre, un programme de redistribution des allocations a été mis en place afin de limiter les retombées de la crise mondiale dont les effets se sont déjà faits sentir durant les derniers mois de l année et de concentrer les efforts sur les marchés traditionnels. Une cellule de veille a été, également, créée pour suivre de près l évolution de la situation économique des pays émetteurs de touristes et entretenir des contacts permanents avec les principaux tours opérateurs. EVOLUTION DES PRINCIPAUX INDICATEURS DU SECTEUR TOURISTIQUE Désignation Unité Recettes touristiques MDT Variations annuelles % 2 14,0 8,2 8,9 1 Nuitées de non-résidents Millier d unités Variations annuelles % 21,2 9,5 1,5 1,3 1,5 Entrées de non-résidents 10 3 personnes Variations annuelles % 17,3 6,3 2,7 3,2 4,2 Sources : BCT et ONTT Evolution des principaux indicateurs touristiques ( En milliers d'unités ) ( En MDT ) Nuitées des non-résidents Entrées des non-résidents Recettes touristiques Source : BCTet ONTT S agissant des autres catégories des recettes des voyages, elles ont dans l ensemble, progressé pour se situer à 249 MDT contre 223 MDT en. En particulier, les recettes inhérentes aux soins médicaux ont continué à augmenter à un rythme soutenu pour s élever à 85 MDT en, soit un accroissement de 26,9% contre 67 MDT et 21,8% une année auparavant et ce, corrélativement avec l accroissement de plus de 20% du nombre d étrangers 25

26 ayant fréquenté les établissements hospitaliers tunisiens en pour s élever à plus de 125 mille patients originaires, principalement, des pays limitrophes et des pays européens. Outre la diversité et la qualité des services sanitaires offerts, l attrait de la Tunisie est largement favorisé par un tourisme de santé en pleine expansion et d une infrastructure alignée sur les standards internationaux. L avancée qu a connu le tourisme de santé tunisien a été, également, favorisée par un ensemble de mesures qui visent à renforcer la compétitivité de ce secteur et à promouvoir l initiative privée et encourager les investissements tunisiens et étrangers dans ce domaine. Il en est de même pour les recettes au titre des voyages professionnels qui se sont accrues de 9,7% pour s élever à 68 MDT contre 62 MDT en, suite à l effort de promotion du tourisme de congrès. Parallèlement, les recettes relatives aux études et stages ont progressé de 7,7% pour atteindre 28 MDT contre 26 MDT en. S agissant des dépenses au titre des voyages, elles ont enregistré une légère décélération évoluant de % pour se situer à 565 MDT contre 2,6% et 560 MDT en. Couvrant environ 57,3% du total des dépenses des voyages en, les frais engagés par des tunisiens au titre de leurs séjours touristiques à l étranger ont baissé de 2,1% par rapport à pour se situer à 324 MDT. En revanche, les dépenses ayant trait aux études et stages ainsi que ceux au titre des soins médicaux se sont accrues, en, pour s élever à 84 MDT et 11 MDT respectivement contre 81 MDT et 10 MDT en. De même, les dépenses engagées au titre des voyages professionnels et officiels ont augmenté de 4,6% pour se situer à 68 MDT contre 65 MDT une année auparavant. La majoration décidée au début de l année du plafond annuel de l allocation pour voyages d affaires "exportateur" de 50 mille pour le porter à 300 mille dinars 1, n a eu qu un impact limité sur la hausse de ces dépenses. 3/ Opérations gouvernementales : Après avoir accusé un repli en, le solde excédentaire de la balance des opérations gouvernementales s est consolidé en pour se situer à 49 MDT contre 15 MDT une année auparavant. Cette évolution est attribuable à l effet conjugué de l accélération des recettes et du repli des dépenses. 1 Cf. Circulaire de la BCT aux Intermédiaires agréés n -01 du 14 janvier. 26

27 BALANCE DES OPERATIONS GOUVERNEMENTALES (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 12,3 13,9 13,5 1 15,4 Dépenses Variations annuelles (en %) 9,8 4,1 2,6 16,1-2,2 Solde Les recettes, composées, essentiellement, des sommes perçues par les missions diplomatiques étrangères et les représentations d organismes internationaux installées en Tunisie, ont évolué de 15,4% pour atteindre 225 MDT contre 1% et 195 MDT en. Quant aux dépenses engagées par les missions diplomatiques et autres institutions gouvernementales tunisiennes à l étranger, elles se sont inscrites en baisse de 2,2% en pour revenir à 176 MDT contre une augmentation de 16,1% et 180 MDT au cours de l année précédente. 4/ Autres services : Après avoir dégagé un déficit au cours des deux dernières années, la balance des autres services s est soldée par un excédent de 98 MDT en et ce, suite à la progression des recettes à un rythme plus soutenu que celui des dépenses, soit 26,7% et 13,2% respectivement contre 11,6% et 6,5% une année auparavant. BALANCE DES OPERATIONS RELATIVES AUX AUTRES SERVICES (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en %) 15,3 2,0 6,1 11,6 26,7 Dépenses Variations annuelles (en %) 18,2 14,2 19,7 6,5 13,2 Solde Représentant 3% des recettes relatives aux autres services, les flux reçus dans le cadre des grands travaux et services techniques ont progressé de 48,6% pour se situer à 367 MDT contre 247 MDT en. Il s agit, essentiellement, des prestations rendues à l étranger par des opérateurs résidents sous forme de travaux de sous-traitance et de transformation ainsi que d expertise et d assistance technique. Parallèlement, les flux reçus au titre des frais commerciaux et négoce international, deuxième grande composante des recettes inhérentes aux autres services, se sont accrus de 13,6% en pour s élever à 234 MDT contre 9% et 206 MDT une année auparavant. L augmentation enregistrée est attribuable, principalement, à la progression des exportations de biens. 27

28 Egalement, les recettes au titre des services financiers ont enregistré une hausse de 17,8% pour s élever à 106 MDT en, portant la marque de la progression du volume des transactions avec l étranger. De même, les recettes ayant trait aux services de communication et celles inhérentes aux services informatiques et d information se sont inscrites en hausse de 17,5% et 29,4% respectivement pour s élever à 134 MDT et 44 MDT en. L affermissement, d une année à l autre, des flux drainés par ces secteurs est attribuable, essentiellement, aux avantages préférentiels offerts par la Tunisie qui dispose de ressources humaines compétentes, d'une infrastructure moderne et d'un environnement favorable à l'investissement. En outre, les autorités ont créé, en août, une nouvelle agence de promotion de la recherche et de l'innovation dans le domaine des TIC et prévoient la création d un pôle technologique "Tunis-Techshore" destiné aux services d'offshoring orientés vers les marchés extérieurs. Le groupe HP prévoit, également, la création prochaine d un centre de recherche pour développer ses activités au niveau du marché tunisien. Les efforts visant la consolidation du positionnement de la Tunisie en tant que destination technologique africaine et méditerranéenne et la promotion de la recherche et de l'innovation dans ce domaine ont été couronnés par le classement de la Tunisie au premier rang africain et au 35ème rang à l échelle internationale, selon le rapport de DAVOS consacré aux TIC (-). De même, le nombre des sociétés étrangères ayant investi dans ce domaine s est accru en. Quant aux flux reçus par les représentations d entreprises non-résidentes en Tunisie au titre de frais de bureau, ceux inhérents aux redevances et droits de licence ainsi que ceux ayant trait aux services personnels et culturels, ils se sont, également, accrus passant d une année à l autre de 115 MDT, 38 MDT et 4 MDT à 140 MDT, 40 MDT et 7 MDT respectivement. S agissant des dépenses relatives aux autres services, elles sont passées de 982 MDT en à MDT en, soit une progression de 13,2%. Prépondérants dans le total des dépenses, les frais engagés au titre des grands travaux et services techniques se sont inscrits en hausse de 17,7% pour s élever à 406 MDT en. Cette progression a été enregistrée suite, essentiellement, aux travaux de réalisation de grands projets d infrastructure tel que le projet du pont suspendu reliant Radès à la Goulette réalisé par une société japonaise et dont les travaux se sont achevés au début de Egalement, et corrélativement à l'accroissement du volume des transactions avec l étranger, les dépenses relatives aux primes et indemnités d assurance, aux frais commerciaux et négoce international et aux services financiers ont 28

29 augmenté de 21,6%, 12,4% et 1,1%, respectivement, pour s élever à 236 MDT, 145 MDT et 90 MDT. Portant sur des montants plus faibles, les dépenses engagées au titre des services de communication, celles relatives aux redevances et droits de licence et celles au titre des services personnels et culturels ont enregistré des hausses de 5 MDT, 2 MDT et 4 MDT pour se situer à 41 MDT, 15 MDT et 13MDT. En revanche, les dépenses réalisées au titre des services de l informatique et d information ont accusé une baisse de 13,8% pour revenir à 25 MDT alors que celles ayant trait aux frais de bureau ont gardé leur niveau enregistré une année auparavant, soit 17 MDT. C/ REVENUS DE FACTEURS : La balance des revenus de facteurs s est soldée, pour la quatrième année consécutive, par un déficit qui s est élevé à 675 MDT contre 419 MDT une année auparavant, accusant un élargissement de 61,1% par rapport à celui enregistré en et ce, suite à l accroissement des dépenses à un rythme plus accéléré que celui des recettes. S agissant des recettes, elles se sont inscrites en hausse de 7,5% pour atteindre MDT contre 15,8% et MDT en, décélération enregistrée malgré la progression des flux reçus au titre des économies sur salaires rapatriées par les tunisiens installés à l étranger, qui en constituent la principale composante au niveau des recettes. C est que les flux reçus au titre des intérêts sur placements des avoirs en devises ont accusé un repli malgré l augmentation des avoirs. La baisse des taux de rémunération et la volonté d assurer des placements sécurisés dans un contexte de crise et d incertitude ont largement affecté les produits de ces placements. Parallèlement, les dépenses au titre des revenus de facteurs ont enregistré un ralentissement en, évoluant au taux de 15% pour se situer à MDT contre 27,6% et MDT une année auparavant. Cette décélération a surtout porté la marque du ralentissement des transferts réalisés pour la rémunération des investissements directs étrangers, d une part, et de la baisse des remboursements des intérêts de la dette à moyen et long termes, d autre part. BALANCE DES REVENUS DE FACTEURS (En MDT sauf indication contraire) Désignation Recettes Variations annuelles (en%) 12,2 1,9 13,4 15,8 7,5 Dépenses Variations annuelles (en%) 15,7 31,8 27,6 15,0 Solde

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS المملكة المغربية Royaume du Maroc BALANCE DES PAIEMENTS 2010 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source Site

Plus en détail

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L

Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L Banque Centrale De Tunisie R A P P O R T A N N U E L 2013 Le mot du Gouverneur Le mot du Gouverneur La Tunisie a amorcé, depuis 2012, et après la récession de 2011, une reprise économique modérée grâce

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015. Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 juin 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2015 Aperçu de

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE EN TUNISIE

L EVOLUTION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE EN TUNISIE L EVOLUTION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE EN TUNISIE EVOLUTION GENERALE DE L ACTIVITE ECONOMIQUE L environnement mondial a été caractérisé en 2009 par la poursuite des retombées négatives de la crise financière

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC -=-=-=- OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- BALANCE DES PAIEMENTS 2008 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE 101 RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE Mai 2012 Bank of Algeria RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE SOMMAIRE INTRODUCTION... p.4 CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

CONJONCTURE INTERNATIONALE

CONJONCTURE INTERNATIONALE CONJONCTURE INTERNATIONALE Chute des cours des matières premières Le marché boursier chinois a plongé de façon spectaculaire ces dernières semaines. Cette correction fait suite à plusieurs trimestres d

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE SEPTEMBRE 2015

NOTE DE CONJONCTURE SEPTEMBRE 2015 NOTE DE CONJONCTURE Sommaire internationale Page 1 nationale Page 3 internationale Selon l OCDE, la croissance mondiale reculera, passant de 3,3% réalisé en 2014, à 3% estimé pour 2015, suite au recul

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

CONJONCTURE PERIODIQUE DE OCTOBRE 2013 N 101. Banque Centrale de Tunisie ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CONJONCTURE NATIONALE

CONJONCTURE PERIODIQUE DE OCTOBRE 2013 N 101. Banque Centrale de Tunisie ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CONJONCTURE NATIONALE Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE CONJONCTURE OCTOBRE 2013 N 101 ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Révision à la baisse par l OCDE des prévisions de la croissance économique mondiale attendue pour 2013

Plus en détail

Intensification de l activité dans la zone euro

Intensification de l activité dans la zone euro Patrick McGuire +41 61 28 8921 patrick.mcguire@bis.org 2. Marché bancaire Les achats de titres du secteur public ont soutenu l activité au troisième trimestre 22. Les banques de la zone déclarante BRI

Plus en détail

Rétrospective 1 er trimestre 2015. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.

Rétrospective 1 er trimestre 2015. AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com. Rétrospective 1 er trimestre 2015 AMEN INVEST Contact: Tel: (+216) 71 965 400 Fax: (+216) 71 965 426 E-mail: analyse@ameninvest.com.tn Rétrospective Boursière Le marché boursier maintient le cap en début

Plus en détail

EN NORD PAS-DE-CALAIS

EN NORD PAS-DE-CALAIS FÉVRIER 2015 LES ENTREPRISES EN NORD PAS-DE-CALAIS BILAN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 Sommaire CONTEXTE CONJONCTUREL... 3 SYNTHÈSE... 4 INDUSTRIE... 5 RAPPEL DU CONTEXTE CONJONCTUREL RÉGIONAL 2013 ET 2014...

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 1 D E C E M B R E 2015 DU 01/10/2015 AU 31/12/2015 DU 01/10/2014 AU 31/12/2014 AU 31/12/2015 AU 31/12/2014

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015

L a situation économique de Taiwan au 2ème semestre 2015 L a situation économique de Taiwan au ème semestre 1 Résumé L économie taiwanaise subit un ralentissement prononcé au ème trimestre, qui conduit le gouvernement à diviser par deux sa prévision de croissance

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTERIEURE GLOBALE DE LA TUNISIE Décembre 2014 BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DIRECTION GENERALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance Des Paiements et de la PEG

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Bilan de l exercice 2003

Bilan de l exercice 2003 Communiqué de presse concernant 23 mars 2004 le bilan de l exercice 2003 Bilan de l exercice 2003 Durant l exercice 2003, le groupe Swiss International Air Lines a enregistré un résultat d exploitation

Plus en détail

Communication financière du 27 mai 2014

Communication financière du 27 mai 2014 Communication financière du 27 mai 2014 Plan A. Présentation de SYPHAX Airlines B. Réalisations 2013 C. Contexte et perspectives D. Business Plan 2014-2017 Plan A. Présentation de SYPHAX Airlines B. Réalisations

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE

SUR LA SITUATION ECONOMIQUE Conférence de presse du 22 juillet 2010 SUR LA SITUATION ECONOMIQUE En vue de faire le point sur la conjoncture de l année 2010 et les tendances de 2011. Avant-propos Comme chacun sait, après plusieurs

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

APTBEF RAPPORT ANNUEL TOME II ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

APTBEF RAPPORT ANNUEL TOME II ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS الجمعية المهني ة التونسي ة للبنوك والمو سس ات المالي ة APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS التقریر السنوي 2006 RAPPORT ANNUEL TOME II 1 SOMMAIRE I-

Plus en détail

ANNEE 2004. Ainsi, le déficit courant est revenu à 1,6% du PIB au titre des onze premiers mois de 2004 contre 2,4% pour la même période de l'an passé.

ANNEE 2004. Ainsi, le déficit courant est revenu à 1,6% du PIB au titre des onze premiers mois de 2004 contre 2,4% pour la même période de l'an passé. ANNEE 2004 Décembre 2004 : Communiqué du Conseil d'administration de la Banque Centrale de Tunisie, réuni le 9 Décembre 2004 L'environnement international continue à être caractérisé par un ralentissement

Plus en détail

CONJONCTURE PERIODIQUE DE AVRIL 2013 N 99. Banque Centrale de Tunisie ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CONJONCTURE NATIONALE

CONJONCTURE PERIODIQUE DE AVRIL 2013 N 99. Banque Centrale de Tunisie ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CONJONCTURE NATIONALE Banque Centrale de Tunisie PERIODIQUE DE CONJONCTURE AVRIL 213 N 99 ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Révision à la baisse, par le FMI, du taux de la croissance économique mondiale attendu pour 213 et 214.

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

L économie tunisienne au premier trimestre 2011 Mai 2011 Une situation sous la pression de la révolution mais des perspectives s ouvrent à long terme

L économie tunisienne au premier trimestre 2011 Mai 2011 Une situation sous la pression de la révolution mais des perspectives s ouvrent à long terme MAC SA Intermédiaire en Bourse Département Recherches Green Center Bloc C, 2éme étage, 1053 Les Berges du Lac Tunis Tunisie Tél.: + 216 71 964 102 / + 216 71 962 472 Fax: + 216 71 960 903 Email: macsa@macsa.com.tn

Plus en détail

III. Commerce des services commerciaux

III. Commerce des services commerciaux III. Commerce des services commerciaux Les exportations de services commerciaux ont augmenté de 11 pour cent. Faits saillants de l évolution en 211: vue d ensemble Données commerciales Liste des tableaux

Plus en détail

REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE

REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE, MONÉTAIRE ET FINANCIÈRE Mai 2 REVUE MENSUELLE DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE, MONETAIRE ET FINANCIERE Mai 2 Le présent document a été préparé sur la base des

Plus en détail

II. Commerce des marchandises

II. Commerce des marchandises II. Commerce des marchandises En 2012, le commerce mondial des marchandises a augmenté de 2 pour cent en volume dans le contexte d une faible demande mondiale et d une baisse des prix. Cela est beaucoup

Plus en détail

SECTEUR BANCAIRE I - CADRE REGLEMENTAIRE ET LEGAL

SECTEUR BANCAIRE I - CADRE REGLEMENTAIRE ET LEGAL SECTEUR BANCAIRE L année 2005 a été marquée par la promulgation de la loi relative au renforcement de la sécurité des relations financières et le parachèvement du programme de restructuration du système

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années

Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations au cours des 20 dernières années mondiales de services commerciaux 1995 1 179 milliards 2005 2 516 milliards 2014 4 872 milliards mondiales de marchandises Le commerce des marchandises et des services a connu d importantes fluctuations

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION PICARDIE SEPTEMBRE 2009 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. Picardie Tendances régionales Numéro 20 Page 1 sur 8 Vue d ensemble

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores

CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores CHAPITRE 9 Le management à la japonaise : au-delà des mythes et des folklores Page 336 TABLEAU 9-1 Une appréciation de la performance économique du Japon Accroissement du volume du PIB Accroissement du

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2008-09. 5 août 2008

Résultats du 1 er trimestre 2008-09. 5 août 2008 Résultats du 1 er trimestre 2008-09 5 août 2008 Air France-KLM : faits marquants du trimestre Un résultat d exploitation largement positif malgré la forte hausse du pétrole et le ralentissement économique

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail