THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES"

Transcription

1 THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES Présenté par Monsieur Grégoire LAOUROU Président de la commission des finances et des échanges Ancien Ministre de l Economie et des Finances du Bénin OUIDAH, le 14 MAI 2013

2 Monsieur le président Mesdames et Messieurs Chers participants Le contrôle de l'action gouvernementale est l'une des fonctions clés du Parlement. Il est donc indispensable pour les parlementaires de bien cerner le contour de toutes les actions du gouvernement pour que le contrôle soit efficace.

3 Entres autres besoins de connaissance des actions du Gouvernement, on peut citer la notion de "politiques publiques" ainsi que son processus d'élaboration et d'évaluation. - Comment définir la notion de "politiques publiques"? - De quels instruments de contrôle dispose le parlement dans la mise en œuvre et l'évaluation des "politiques publiques"? - quelles recommandations concrètes peut-on formuler pour le renforcement desdits instruments?

4 I- Définition- Objectifs- Moyens de mise en œuvre des politiques publiques Les politiques publiques (ou stratégies publiques) se définissent comme un ensemble d'actions coordonnées, mises en œuvre avec pour objectif d'obtenir un changement ou la modification d'une situation donnée.

5 Les politiques publiques sont mises en œuvre par les institutions politiques ou les administrations publiques. Les politiques publiques qui sont différentes de la notion de service public sont une stratégie conduite par les institutions publiques ou les administrations publiques avec un ensemble de moyens (humains, financiers et matériels)

6 pour agir sur une situation structurelle ou conjoncturelle déterminée (infrastructure, santé, famille, logement, emploi, recherche, crise, déficit) afin d'atteindre un ensemble d'objectifs préalablement fixés (égalité, justice, santé publique, bien être social résorption d'une crise) dont l'évaluation est faite sur la base de la qualité et de l'opportunité de l'intervention publique.

7 En un mot, on peut dire que les politiques publiques visent essentiellement deux objectifs majeurs: 1- l'amélioration de la condition humaine; 2- la satisfaction de l'intérêt général.

8 A- Les moyens de mise en œuvre des politiques publiques Pour les institutions publiques, les moyens de mise en œuvre des politiques publiques sont de deux ordres: - la création ou l'augmentation de certains impôts et taxes; - l'allocation de dotations budgétaires à des organismes, des agences, ou des services afin de leur permettre de réaliser certains objectifs prédéterminés et biens précis.

9 B- L'évaluation des politiques publiques L'évaluation consiste à analyser les réalisations d'une intervention publique pour savoir si celleci a atteint les objectifs qui lui étaient assignés. Plus largement, l'évaluation vise à la construction d'un jugement sur la valeur de l'intervention publique qui se fonde sur "ses résultats, ses impacts et les besoins que cette intervention cherche à satisfaire" et s'appuyant sur des données empiriques collectées et analysées spécifiquement à cet effet.

10 II- Moyens de contrôle du Parlement sur les politiques publiques Au regard des constats faits, on peut affirmer que les méthodes anciennes d'élaboration, d'évaluation des politiques publiques par le Gouvernement et de leur contrôle par le Parlement ont montré leurs limites. C'est ce qui a conduit à l'introduction de nouveaux outils dans le domaine tant au niveau national, régional que continental.

11 De plus en plus, l'élaboration des budgets de moyens est en train d'être abandonnée au profit de la gestion axée sur les résultats qui emporte des exigences tant au niveau de l'exécutif qu'au niveau parlementaire.

12 A- La Pratique de la GAR Au Bénin elle s'est matérialisée avec la mise en place des budgets programmes qui s'est effectués avec l'appui d'un nouveau mécanisme de prêt de la Banque mondiale, le crédit d'ajustement pour la réforme des Dépenses Publiques (PERAC).

13 L'introduction des Budgets-Programmes au Bénin a permis à partir des années 2000 de faire de la culture de la Gestion Axée sur les Résultats une exigence majeure en matière d'élaboration du Budget Général de l'etat. Selon une définition proposée par l'acdi la Gestion Axée sur les Résultats est:

14 " un moyen d'améliorer l'efficacité et la responsabilité de la gestion en faisant intervenir les principaux acteurs: à la définition des résultats escomptés de façon réaliste; en évaluant les risques; en suivant les progrès vers l'atteinte des divers résultats escomptés;

15 - en intégrant les leçons apprises dans les décisions de gestion et les rapports sur le rendement. Elle met en œuvre des ressources qui sont les intrants directement ou indirectement investis (humains, organisationnels, intellectuels et matériels) en vue de l'atteinte des résultats.

16 Le résultat, c'est un changement descriptible ou mesurable (observable, constatable, tangible) opéré par une relation de cause à effet. Quels sont les éléments essentiels de la GAR? Il s'agit de:

17 - la participation des principaux intervenants (le Gouvernement, le parlement, les partenaires non étatiques); - la définition des résultats escomptés; - la détermination des hypothèses et des risques; - le choix des indicateurs de rendement; - la collecte des informations sur le rendement; - les rapports sur le rendement.

18 Les résultats escomptés sont convenus mutuellement par un processus d'établissement d'un consensus impliquant les principaux intervenants. Les partenaires intervenants sont davantage engagés à atteindre les résultats qu'ils ont contribué à définir et pour lequel il sont pleinement responsables.

19 Pour se faire, les partenaires doivent se poser les questions principales que sont: - quel est le but du projet? - quels résultats prévoyons-nous d atteindre en fonction des ressources investies? - Qui sont les bénéficiaires du projet? - Quelles sont les meilleures façons de mettre en œuvre ce projet?

20 Toutes les réponses à ces questions sont basées sur une relation de cause à effet des intrants, activités et des résultats

21 INTRANTS organisationnels politiques administratif intellectuels Ressources humaines Ressources physiques, matérielles Processus de transformati on Activités RESULTATS Extrants Effets Impacts

22 Cependant, dans la pratique, l'approche de la gestion axée sur les résultats peine à s'ancrer dans les habitudes de l'administration publique de sorte que les résultats soient liés aux crédits de dépenses.

23 Reconnaissons toutefois que le Gouvernement s'est engagé dans la systématisation et la législation de l'approche GAR. A cet effet, le projet de loi organique relative aux lois de finances a été finalisé et transmis à l'assemblée Nationale. Ce projet a été mis en cohérence avec les nouvelles directives de l'uemoa.

24 Dès l'adoption de cette loi, le Gouvernement, le Parlement et les partenaires non étatiques ont un certain nombre d'obligations:

25 B- LES INTERVENTIONS DU PARLEMENT ET DES PARTENAIRES NON ETATIQUES (PNE) 1- Le débat d'orientation budgétaire C'est ce que nous avons appelé plus haut, la participation des intervenants à la définition des résultats escomptés. Ce n'est plus le Gouvernement seul qui détermine les objectifs mais avec la participation des parlementaires et les PNE.

26 2- LA GAR Après l'adoption de la nouvelle Loi Organique, la culture de la gestion axée sur les résultats devrait être la règle de l'élaboration du Budget Général de l'etat. Avec cette règle de la GAR, le Parlement disposera de tous les éléments nécessaires à sa mission de contrôle des politiques publiques.

27 3- LA RESPONSABILISATION MUTUELLE ET LA REDEVABILITÉ: Des efforts doivent être faits pour associer les parlementaires et les acteurs non étatiques à l'élaboration et à l'évaluation des stratégies de développement aujourd'hui, cette approche souffre: - de la non participation effective des députés; - de l'absence des faitières des Organisations de la Société Civile (OSC)

28 3- LA RESPONSABILISATION MUTUELLE ET LA REDEVABILITÉ: Des efforts doivent être faits pour associer les parlementaires et les acteurs non étatiques à l'élaboration et à l'évaluation des stratégies de développement. Aujourd'hui, cette approche souffre: - de la non participation effective des députés; - de l'absence des faitières des Organisations de la Société Civile (OSC).

29 En ce qui concerne les donneurs, ils ne fournissent pas encore en temps voulu les informations sur leurs apports d'aide ce qui ne facilite pas la traçabilité des aides.

30 Pour leur permettre de jouer convenablement leur mission de contrôle de l'action gouvernementale les parlementaires doivent exiger l'élaboration et l'évaluation des politiques publiques sur les règles et principes de la GAR comme l'exige le projet de loi organique relative aux lois de finances.

31 CONCLUSION L'approche nouvelle de la GAR n'est pas seulement à mettre en œuvre au Bénin ou dans les pays de l'uemoa mais également dans tous les pays africains.

32 En témoigne les efforts en cours pour la construction de la Communauté Africaine des Pratiques sur la Gestion Axée sur les Résultats de Développement (AfcoP-GRD) A cet effet des journées de réflexions ont eu lieu en Décembre 2012 à Tunis, et en Avril 2013 à Ouagadougou

33 Je vous remercie pour votre aimable attention.

REPUBLIQUE DU BENIN ******** ASSEMBLEE NATIONALE ********

REPUBLIQUE DU BENIN ******** ASSEMBLEE NATIONALE ******** REPUBLIQUE DU BENIN ******** ASSEMBLEE NATIONALE ******** COMMUNICATION SUR LE ROLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L'ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES.

Plus en détail

LA GAR DANS L'ELABORATION DU BUDGET DE L'ETAT ET LES POLITIQUES NATIONALES

LA GAR DANS L'ELABORATION DU BUDGET DE L'ETAT ET LES POLITIQUES NATIONALES FORMATION PRATIQUE "GESTION AXÉE SUR LES RÉSULTATS (GAR) : IMPACT DES PRINCIPES DE LA GAR APPLIQUÉS AUX RÔLES DU PARLEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU BÉNIN DANS LE PROCESSUS BUDGÉTAIRE" LA GAR DANS L'ELABORATION

Plus en détail

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT

Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT Module I COMPRENDRE L ENJEU, POLITIQUE, PRINCIPES ET CONTEXE DE LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS DU DEVELOPPEMENT 1 Les valeurs à partager pendant l

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

La GAR et le Travail Parlementaire dans un Pays de l'uemoa: Cas du Niger. Présenté par GADO BOUREIMA

La GAR et le Travail Parlementaire dans un Pays de l'uemoa: Cas du Niger. Présenté par GADO BOUREIMA La GAR et le Travail Parlementaire dans un Pays de l'uemoa: Cas du Niger Présenté par GADO BOUREIMA PLAN I. RAPPEL: DEFINITIONS RESULTATS SELON OCDE (2002) ET ENTENTE MARRAKECH (2004) II. LES ACTEURS DE

Plus en détail

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN

Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives. Richard Georges SINSIN Problématique des politiques publiques au Bénin: défis et perspectives Richard Georges SINSIN 1 Objectifs de la présentation Permettre aux participants : de mieux comprendre les politiques publiques mises

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue. Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014

Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue. Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014 COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue Le Conseil a adopté les conclusions suivantes: Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014 "1. L'Union européenne et

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui

L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui L Audit Interne est une ACTIVITE indépendante et objective qui donne à une organisation une ASSURANCE sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses CONSEILS pour les améliorer et contribue

Plus en détail

linguiste. De cette façon nous pourrons définir un aspect fondamental de la Linguistique Appliquée.

linguiste. De cette façon nous pourrons définir un aspect fondamental de la Linguistique Appliquée. RÉSUMÉ EN FRANÇAIS Cette thèse a deux objectifs principaux qui, compte tenu de leur complémentarité, nous pouvons les combiner dans un seul but qui est le suivant: l'étude de la formation à la communication

Plus en détail

Le présent document a été réalisé par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport. Coordination et rédaction Direction générale des régions.

Le présent document a été réalisé par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport. Coordination et rédaction Direction générale des régions. Le présent document a été réalisé par le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport. Coordination et rédaction Direction générale des régions. Révision linguistique et édition Sous la supervision

Plus en détail

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?)

(Quels résultats dans les services publics pour mieux affronter les défis du développement économique et social?) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Observatoire des Fonctions Publiques Africaines Gouvernement de la République du Bénin VERS UNE ADMINISTRATION ET UNE

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Efficacité du développement

Efficacité du développement Efficacité du développement Pour une véritable responsabilité mutuelle Par Mary Robinson Nous présentons ici une version abrégée de l allocution d ouverture prononcée par Mary Robinson au Forum de haut

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds Nations Unies Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets

Plus en détail

Rapport de monitoring

Rapport de monitoring Référence du monitoring Date du rapport Titre du Projet Rapport de monitoring MR-145226.01 05/11/2012 TOGO: Projet d'appui à la Société Civile et à la Réconciliation Nationale I. Données de l'intervention

Plus en détail

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 ENDA ECOPOP Complexe Sicap POINT E - Immeuble B, 2ème Etage Avenue Cheikh Anta DIOP Téléphone : +221 33 859 64 11 - Fax : +221 33 860 51 33 Email : ecopop@endatiersmonde.org

Plus en détail

Suivi du rapport de la Commission de la fonction publique de 2009 sur la vérification de la dotation des ressources humaines de l ASFC

Suivi du rapport de la Commission de la fonction publique de 2009 sur la vérification de la dotation des ressources humaines de l ASFC Suivi du rapport de la Commission de la fonction publique de 2009 sur la vérification de la dotation des ressources humaines de l ASFC Mars 2012 TABLE DES MATIÈRES Sommaire 2 1.0 Introduction... 7 1.1

Plus en détail

LA GESTION INTÉGRÉE DES BASSINS VERSANTS. par. Jean Burton Ph.D. Centre Saint-Laurent Environnement Canada. Décembre 1992

LA GESTION INTÉGRÉE DES BASSINS VERSANTS. par. Jean Burton Ph.D. Centre Saint-Laurent Environnement Canada. Décembre 1992 LA GESTION INTÉGRÉE DES BASSINS VERSANTS CADRE DE RÉFÉRENCE par Jean Burton Ph.D. - Centre Saint-Laurent Environnement Canada Décembre 992 f i.0 INTRODUCTION Le contexte Plusieurs conférences internationales

Plus en détail

Huitième reconstitution Réforme des ressources humaines: une stratégie du FIDA pour les personnes Liz Davis Directrice des ressources humaines 8-9

Huitième reconstitution Réforme des ressources humaines: une stratégie du FIDA pour les personnes Liz Davis Directrice des ressources humaines 8-9 Huitième reconstitution Réforme des ressources humaines: une stratégie du FIDA pour les personnes Liz Davis Directrice des ressources humaines 8-9 juillet 2008 Réforme de la gestion des ressources humaines

Plus en détail

Fortnation à la gestion des banques céréalières

Fortnation à la gestion des banques céréalières Fortnation à la gestion des banques céréalières Approvisionnement, stockage et cession des céréales PROGRAMME tj@o~tjœj Appui associatif et coopératif aux initiatives de développement à la base Bureau

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative CONFÉRENCE de PRESSE «Présentation du nouveau site grippe aviaire» -Jeudi 16 octobre

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA

SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission ------------ SEMINAIRE SUR LA MISE EN PLACE D UNE FISCALITE DE DEVELOPPEMENT AU SEIN DE L UEMOA DISCOURS DE SON EXCELLENCE

Plus en détail

L entreprise : fonction Qualité. La fonction Qualité

L entreprise : fonction Qualité. La fonction Qualité La fonction Qualité Sommaire 1. Définition... 1 La qualité externe... 1 La qualité interne... 1 L'objet de la qualité... 1 2. La non-qualité... 2 3. Notion d'amélioration permanente... 2 4. Démarche qualité...

Plus en détail

Pilotage de la politique du personnel. Examen de la gestion des ressources en matière de personnel

Pilotage de la politique du personnel. Examen de la gestion des ressources en matière de personnel Département fédéral des finances DFF Office fédéral du personnel OFPER 2 septembre 2014 Pilotage de la politique du personnel. Examen de la gestion des ressources en matière de personnel Rapport établi

Plus en détail

La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008

La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008 La gestion axée sur les résultats Énoncé de principe 2008 Préparé par la Direction de la gestion du rendement, Direction général des politiques stratégiques et du rendement, Agence canadienne de développement

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT

PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT PLATEFORME DE DIALOGUE POLITIQUE DE HAUT NIVEAU UE-AFRIQUE SUR LA SCIENCE, LA TECHNOLOGIE ET INNOVATION NOTE DE CONCEPT Juillet 2011 1 CONTEXTE 1. Une étape très importante a été franchie à Lisbonne, au

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009

Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone. Janvier 2009 Examen des pratiques de gestion du Secteur des traités et du gouvernement autochtone Janvier 2009 1 Objectifs de l examen L'examen des pratiques de gestion vise les objectifs suivants : aider les gestionnaires

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

RÉSOLUTION EUROPÉENNE

RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 93 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mars 2014 RÉSOLUTION EUROPÉENNE sur le Mécanisme de résolution unique : nouvelle étape de l Union bancaire. Est devenue résolution du Sénat, conformément

Plus en détail

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne P7_TA(0)008 Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne Résolution du Parlement européen du mars 0 sur la lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne (0/9(RSP)) Le Parlement

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

CREDITS SUPPLEMENTAIRES 2011 (SUPPLEMENT I) 11.020

CREDITS SUPPLEMENTAIRES 2011 (SUPPLEMENT I) 11.020 CREDITS SUPPLEMENTAIRES 2011 (SUPPLEMENT I) 11.020 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d un projet de décret concernant le premier supplément au budget 2011 (supplément I 2011) (20 avril

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg

Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg Evaluation de l Accord Cadre 2010-2012 de SOS Villages d Enfants Monde asbl Luxembourg Rapport final Facsheet Contexte de l évaluation Stratégie de l accord cadre Accord cadre 2010-2012 signé entre le

Plus en détail

L ÉVALUATION EN TANT QU OUTIL D AIDE À LA DÉCISION: EXAMEN DE QUELQUES DÉFIS MAJEURS

L ÉVALUATION EN TANT QU OUTIL D AIDE À LA DÉCISION: EXAMEN DE QUELQUES DÉFIS MAJEURS Articles et Chapitres 2014-03-FR Décembre 2014 L ÉVALUATION EN TANT QU OUTIL D AIDE À LA DÉCISION: EXAMEN DE QUELQUES DÉFIS MAJEURS Marie-Hélène Boily, Hervé Sokoudjou 1 1. Problématique La gestion axée

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Projet de feuille de route pour l élaboration d une stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) au Cameroun

Projet de feuille de route pour l élaboration d une stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) au Cameroun ATELIER PARIS21 - STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS BAMAKO, FÉVRIER 2005, SIÈGE D AFRISTAT. Atelier PARIS 21 sur la Stratégie nationale de Développement de la Statistique SNDS

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS 2009-2012

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS 2009-2012 CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS 2009-2012 Entre : le Ministère de l'emploi, de la Cohésion Sociale et du Logement, Direction générale de l'action sociale, représenté par son Directeur Général, M.

Plus en détail

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007

Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Présentation au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 2007 Le Conseil canadien de développement social (CCDS) a le plaisir de présenter ses arguments devant le Comité permanent de

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

SECRETARIAT D ETAT AU LOGEMENT. LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA SECRETAIRE D ETAT AU LOGEMENT à

SECRETARIAT D ETAT AU LOGEMENT. LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA SECRETAIRE D ETAT AU LOGEMENT à SECRETARIAT D ETAT AU LOGEMENT CIRCULAIRE N INTD0200119C Paris, le 3 mai 2002 LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA SECRETAIRE D ETAT AU LOGEMENT à MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS MONSIEUR LE PRÉFET DE POLICE

Plus en détail

NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM)

NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM) NDIORO NDIAYE DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE L ORGANISATION INTERNATIONALE POUR LES MIGRATIONS (OIM) Siège: 17 route des Morillons C.P. 71 CH-1211 Genève 19 Suisse Téléphone: +41.22.717 91 11 Télécopie:

Plus en détail

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES

CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE DISCOURS D OUVERTURE DU DSRSG/RC/HC DES NATIONS UNIES CONSULTATION MULTI PARTIES PRENANTES SUR L EFFICACITE DE L AIDE Enquête 2011 combinée sur l efficacité de l aide (Déclaration de Paris) et sur l engagement international dans les États fragiles - 12 avril

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC)

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) ATELIER DE CLOTURE DE LA PHASE OPERATIONNELLE Yaoundé, CCIMA 26 27 août 2015 ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. GILBERT DIDIER

Plus en détail

CEREMONIE OFFOCIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, Prix du Meilleur Agent de la Direction Générale des Impôts

CEREMONIE OFFOCIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, Prix du Meilleur Agent de la Direction Générale des Impôts CEREMONIE OFFOCIELLE D INAUGURATION DU SCANNER A RAYON X, Prix du Meilleur Agent de la Direction Générale des Impôts PORT AUTONOME D ABIDJAN, 28 MAI 2008 Discours de Monsieur le Ministre de l Economie

Plus en détail

Rapport du Président aux Actionnaires. prévu par l Article L. 225-37 du Code de Commerce

Rapport du Président aux Actionnaires. prévu par l Article L. 225-37 du Code de Commerce Rapport du Président aux Actionnaires prévu par l Article L. 225-37 du Code de Commerce Exercice 2005 Sommaire R apport du Président aux Actionnaires prévu par l Article L. 225-37 du Code de Commerce Rapport

Plus en détail

DISCOURS. M. Marcello MORI Conseiller. Programme d appui au plan national en matière de démocratie et droits de l homme

DISCOURS. M. Marcello MORI Conseiller. Programme d appui au plan national en matière de démocratie et droits de l homme DISCOURS M. Marcello MORI Conseiller Programme d appui au plan national en matière de démocratie et droits de l homme Hôtel la Tour Hassan Rabat - Maroc 3 décembre 2008 Monsieur le Premier Ministre, Monsieur

Plus en détail

ENAP vendredi 19 septembre 2014

ENAP vendredi 19 septembre 2014 Discours de Mme Isabelle Gorce, directrice de l administration pénitentiaire, à l occasion de la cérémonie de clôture de la 6 ème promotion d élèves directeurs pénitentiaire d insertion et de probation

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité

Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité Vérification de la formation et de l apprentissage : cadre visant à favoriser l intégrité de l information financière et non financière l intégrité de l information financière et non financière Mars 2012

Plus en détail

CONVOCATION DE LA CONSTITUANTE

CONVOCATION DE LA CONSTITUANTE CONVOCATION DE LA CONSTITUANTE La convocation de la Constituante, voulu par le peuple, donne une opportunité à Halte aux Déficits d ancrer dans la nouvelle Constitution des principes et des mécanismes

Plus en détail

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de

Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de Promotion des droits des femmes, de l approche genre et de l égalité femmes-hommes dans le monde Décembre 2012 La défense des droits des femmes et de l égalité femmes-hommes est une priorité de l action

Plus en détail

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET

2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET 2 ème APPEL A CANDIDATURES INTERNATIONAL POUR LE RECRUTEMENT D UN EVALUATEUR DE PROJET Le programme conjoint MDG-F Culture et développement au Sénégal dont l objectif est d appuyer la mise en œuvre des

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN

----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- LOI N 008-2013 /AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 008-2013 /AN PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS Cat. 2.600.214 LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS M e Roger Lefebvre, vice-président M e Claire Bernard, conseillère juridique Allocution présentée, le 14 avril

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE POUR LA GESTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (1990)

CHARTE INTERNATIONALE POUR LA GESTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (1990) CHARTE INTERNATIONALE POUR LA GESTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (1990) Préparée par le Comité International pour la Gestion du Patrimoine Archéologique (ICAHM) et adoptée par la 9ème Assemblée Générale

Plus en détail

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme

La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme La publication de brochures et guides par les Offices de Tourisme L article L. 133-3 du Code du tourisme, dispose : «L'office de tourisme assure l'accueil et l'information des touristes ainsi que la promotion

Plus en détail

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada 12 2 Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Table des matières Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Résumé...227 Contexte...229 Affaires étrangères

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

---------------------

--------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SYMPOSIUM DE L ABCA SUR LE THEME «LES BANQUES CENTRALES ET LEUR ROLE DANS LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX : COOPERATION ET ECHANCE D EXPERIENCES»

Plus en détail

MEMORANDUM 2014 FÉDÉRATION

MEMORANDUM 2014 FÉDÉRATION MEMORANDUM 2014 FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES Recommandations de Child Focus Fondation pour Enfants Disparus et Sexuellement Exploités CONTENU INTRODUCTION 1 1 2 1. CONSIDÉRATIONS POUR LE MINISTRE DE L'AIDE

Plus en détail

Encouragement spécifique de l'intégration: une tâche commune Confédération - cantons. Document-cadre du 23 novembre 2011 en vue de la

Encouragement spécifique de l'intégration: une tâche commune Confédération - cantons. Document-cadre du 23 novembre 2011 en vue de la Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral des migrations ODM Encouragement spécifique de l'intégration: une tâche commune Confédération - cantons Document-cadre du 23 novembre 2011 en

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Les principes de la Déclaration

Les principes de la Déclaration LA BUDGÉTISATION SENSIBLE AU GENRE Comment l aide peut-elle être sensible au genre dans le contexte des nouvelles modalités d aide? Leçons tirées des efforts de budgétisation sensible au genre Les principes

Plus en détail

- Monsieur le Représentant de la Commission de la CEDEAO - Monsieur le Secrétaire Exécutif de l Organisation du Corridor Abidjan Lagos (OCAL)

- Monsieur le Représentant de la Commission de la CEDEAO - Monsieur le Secrétaire Exécutif de l Organisation du Corridor Abidjan Lagos (OCAL) MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT SUR LE CORRIDOR ABIDJAN - LAGOS ATELIER RELATIF A LA METHODOLOGIE DE COLLECTE DES INDICATEURS DU MEMORANDUM D ENTENTE D

Plus en détail

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF

Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF Sites Pilotes Nationaux Document de Travail 5 Résumé Mars 2008 Groupe ICF L Intégration de la Performance Energétique dans les Logements Sociaux Numéro de Rapport: Contrat CE : EIE/05/027/SI2.41860 www.epi-soho.eu

Plus en détail

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs

Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Services météorologiques, hydrologiques et climatologiques: compétences requises des formateurs Au sein d un Service météorologique et hydrologique national (SMHN) ou d un service apparenté, différents

Plus en détail

MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE «UN CONSEIL DE LA JUSTICE, OUI. MAIS POUR QUOI FAIRE?»

MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE «UN CONSEIL DE LA JUSTICE, OUI. MAIS POUR QUOI FAIRE?» H OGE R AAD VOOR DE J USTITIE C ONSEIL S UPERIEUR DE LA J USTICE Stephaniesquare Louizalaan - avenue Louise 65 b1 1050 Brussel - Bruxelles Tel. 02/535.16.16 - Fax 02/535.16.20 MOTION DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

es services éducatifs

es services éducatifs Les services éducatifs es services éducatifs Il y a une quinzaine d années, le milieu associatif et quelques parents isolés ont lancé le débat sur l intégration en classe ordinaire des élèves handicapés.

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka

Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka Président du Conseil Economique, Social et Environnemental Séminaire sur «Une nouvelle perspective pour l égalité de genre au Maroc : quelle responsabilité

Plus en détail

L approche du cadre logique

L approche du cadre logique REPUBLIQUE DE GUINEE UNION EUROPEENNE Réunion d information sur l appel à propositions AUTORENFOR : initiatives concrètes des OSC en matière de gouvernance locale L approche du cadre logique (voir documents

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

Séminaire Webhelp MAROC

Séminaire Webhelp MAROC Séminaire Webhelp MAROC Courbe de montée en compétence Juin-2013 1 Pour démarrer POUR DEMARRER, lancer l audio via le bouton : Animé: Akram BOUGARNE Responsable Support SI & Reporting RH Bienvenue! Réalisé:

Plus en détail

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en

Le guide. pratiques. entreprise. des bonnes. à l intégration en Le guide des bonnes pratiques à l intégration en entreprise La réussite d intégration dans une entreprise dépend essentiellement de deux acteurs : le nouvel embauché et son attitude pour réussir son intégration,

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)13 du Comité des Ministres aux Etats membres sur la gouvernance et la gestion du patrimoine universitaire et son Rapport explicatif (adoptée

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE

POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE POLITIQUE D INTÉGRITÉ EN RECHERCHE Référer à la : SECTION I PRÉAMBULE Préambule 1. La Politique d intégrité en recherche (ci-après appelée la «présente politique») découle de la Politique institutionnelle

Plus en détail

I. Allocution d ouverture. de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie

I. Allocution d ouverture. de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie I. Allocution d ouverture de Roger DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la Francophonie ALLOCUTION DE ROGER DEHAYBE Administrateur général de l Agence intergouvernementale

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

L expérience d une commission spéciale de la Chambre des représentants, par rapport à la crise financière

L expérience d une commission spéciale de la Chambre des représentants, par rapport à la crise financière L expérience d une commission spéciale de la Chambre des représentants, par rapport à la crise financière Après la première crise financière de 2008, et suite au sauvetage par le gouvernement belge de

Plus en détail