AFRICAN EXPORT-IMPORT BANK BANQUE AFRICAINE D'IMPORT-EXPORT (AFREXIMBANK) LE RÔLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AFRICAN EXPORT-IMPORT BANK BANQUE AFRICAINE D'IMPORT-EXPORT (AFREXIMBANK) LE RÔLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE"

Transcription

1 AFRICAN EXPORT-IMPORT BANK BANQUE AFRICAINE D'IMPORT-EXPORT (AFREXIMBANK) LE RÔLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE PAR J.L. EKRA VICE PRESIDENT EXECUTIF (AFREXIMBANK) CAIRE, EGYPTE A L'OCCASION DE LA CONFERENCE SUR LE DEVELOPPEMENT DE L'ASSURANCE CREDIT EN AFRIQUE ET EN MEDITERRANEE ORGANISEE PAR LA CONFERENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DEVELOPPEMENT ET LE CENTRE DU COMMERCE INTERNATIONAL TUNIS, TUNISIE OCTOBRE 2000 TUNIS OCTOBRE 2000

2 LE ROLE D'AFREXIMBANK DANS LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION EN AFRIQUE 1. INTRODUCTION C'est pour moi un immense plaisir de saisir cette opportunité qui m'est offerte de prendre la parole à cette importante conférence. L'Assurance Crédit à l'exportation est un sujet qui retient toute l'attention de l'afreximbank, une EXIM bank régionale qui a pour objet la promotion du commerce intra et extra régional. Depuis le démarrage de ses opérations en 1994, la Banque étudie sérieusement les conditions d'une mise en place réussie d'un produit aussi important. Certains participants à cette conférence se souviendront qu'au mois de mai dernier la Banque aurait organisé ici même à Tunis une Table Ronde sur l'assurance crédit sous l'égide de son Groupe de Conseil sur le Financement du Commerce et le Développement des Exportations en Afrique. L'objectif était de stimuler un débat sur certaines des préoccupations qui ont été exprimées au sujet de la viabilité d'un mécanisme d'assurance crédit à l'exportation à l'échelle continentale. Il est donc naturel que cette conférence revête un caractère important pour l'afreximbank qui se réjouit de pouvoir ainsi partager son expérience avec les participants. Dans ma présentation, Mesdames et Messieurs, je parlerai brièvement en introduction de l'afreximbank et de ses facilités avant de parler un peu plus en détail d'un produit que l'afreximbank a développé pour soutenir les assureurs crédit à l'exportation dans leur couverture de risques africains. Le reste de ma présentation s'articule comme suit: La section 2 donne des informations sur la Banque et les programmes et facilités qu'elle offre pour soutenir les exportations africaines. La section 3 présente la facilité de garantie de risque pays pour les assureurs crédit à l'exportation, tandis que la section 4 conclut la présentation. 1

3 2. AU SUJET DE L'AFREXIMBANK 2.1. Bref rappel historique La Banque Africaine d'import-export, basée au Caire, Egypte, est une EXIM bank internationale qui a été créée en octobre 1993 sur la base d'un concept de partenariat mondial. La Banque qui a l'objectif large de promotion du commerce intra et extra Africain doit ses origines à la Banque Africaine de Développement (BAD). Il s'agissait de prendre en compte une situation qui prévalait dans les années 80 et qui était marquée par: - Un très faible niveau du commerce intra-africain (alors environ 8% du commerce total) - Le déclin des flux financiers en direction de l'afrique - La perte de part de marché de l'afrique dans le commerce mondial avec à l'époque environ 2,2% du commerce mondial - La détérioration de la situation de la dette extérieure de nombreux pays africains et le retrait des grandes banques internationales du marché du financement de l'afrique. Les ministres des Finances africains qui avaient chargé la BAD d'étudier la question étaient alors convaincus de la nécessité de créer une institution régionale pour promouvoir l'expansion du commerce africain. La Banque a été créée sur la base de 2 instruments constitutifs à savoir l'accord signé par les états membres et qui confère à la Banque le Statut d'organisation internationale et les Statuts signés par tous les actionnaires qui donnent le cadre général de gouvernance de la Banque. Les actionnaires de la Banque se répartissent en 3 catégories. Le capital autorisé de la Banque est de $EU 750 million. 2

4 2.2 Opérations Etant donné que le mandat/mission de la Banque peut être globalement classifié comme l'extension de services de crédit, de prise de risque et de conseil/information, la Direction a dû faire un choix délibéré des services que la Banque pouvait offrir dès sa création. Après une analyse méticuleuse des différents choix, la Banque a décidé de démarrer ses opérations en offrant des services de crédit qui semblait être le domaine où la demande était la plus importante. L'octroi d'assurance crédit était remis à plus tard parce que les analyses ont démontré que la majeure partie des exportations africaines étaient destinées à des pays de l'ocde perçus comme de faibles risques. Les exportations allaient essentiellement à des sociétés de premier ordre ou étaient couvertes par des lettres de crédit ouvertes ou confirmées par des banques de premier ordre dans les pays de l'ocde; la plupart des produits exportés étaient des biens de consommation plutôt que des biens d'équipement et par conséquent n'étaient pas propices à l'extension de crédit à longue échéance. Donc, la Banque a soutenu les exportations en utilisant les programmes de crédits suivants: a) Programme de ligne de crédit (PLC) Ce programme a été mis en place pour permettre à la Banque de soutenir les exportateurs de petite et moyenne dimension dont la taille et le chiffre d'affaires à l'exportateur ne leur permettait pas d'être éligible à un financement direct de la Banque. Grâce à ce programme la Banque offre des lignes de crédits avec ou sans décaissement de fonds à des banques présentant une bonne solvabilité et qui ont été désignées Intermédiaires du Financement du Commerce (IFC) et qui à leur tour font des prêts à des sous emprunteurs. Comme l'indique le tableau 2 ce programme a représenté la plus grosse part de toutes les approbations de crédit de la Banque qui était d'utiliser les banques comme support pour à la fois atténuer les risques et atteindre les exportateurs de taille moyenne. Les approbations cumulées au titre de ce programme se sont élevées à $EU 1255,5 millions au 30 juin

5 b) Programme de Financement Direct (PFD) Par le biais de ce programme, la Banque propose des financements pre et post expédition à des conditions intéressantes directement à des entreprises justifiant d'un total de bilan d'au moins $EU 2 millions et ayant un chiffre d'affaires à l'exportation d'au moins $EU 10 millions. Les approbations cumulées au titre de ce programme ont atteint $EU millions à fin juin 2000 (Tableau 2). c) Programme de Financement lié aux Projets La Banque a élaboré ce programme afin de développer la capacité d'exportation de produits manufacturés de l'afrique en soutenant l'importation de biens d'équipement nécessaires à la transformation de produits d'exportation et en soutenant aussi les projets dits essentiels. Le tableau 2 indique que les approbations cumulées au titre de ce programme étaient de l'ordre de $EU 20 millions à fin juin d) Programme de Syndication Il s'agit d'un programme de partage de risques utilisés par la Banque pour lever des fonds pour le financement du commerce et des projets sur le continent. En collaboration avec d'autres banques internationales, la Banque a pu drainer des fonds internationaux substantiels vers l'afrique dans le cadre de ce programme. Depuis sa création, jusqu'à juin 2000 la Banque a arrangé ou co-arrangé 90 transactions pour un montant total de $EU millions et pour lesquelles elle a décaissé $EU 525 millions. Ainsi pour chaque dollar décaissé par la Banque durant cette période elle a pu drainer $EU 7,1 de la part du marché financier international. e) Programme de Risques Spéciaux - Le Programme de Risques Spéciaux est un programme élaboré par la Banque pour rassurer les banques internationales qui octroient des facilités à des Etats, des banques et des sociétés africaines en transférant certains 4

6 risques sur le risque de crédit de l'afreximbank. Dans sa conception, le programme devrait inclure les facilité suivantes: i. Facilité de Garantie de Risque Pays ii. Facilité d'assurance Crédit à l'exportation iii. Facilité de Garantie de fluctuation de Prix et de Taux de change iv. Facilité d'escompte/financement et refinancement d'effets commerciaux v. Facilité de Garantie de transactions d'échanges marchandises Cependant, l'accent a été mis sur la Facilité de Garantie de Risque Pays par laquelle la Banque soutient les opérations de prêts des banques internationales en Afrique. La facilité qui est essentiellement un engagement par signature (hors bilan) a permis à des banques internationales de confirmer des lettres de crédits de leurs clients africains sans exiger de deposits en garantie comme c'est souvent le cas en l'absence de la facilité de garantie de la Banque. La facilité est aussi utilisée pour promouvoir le commerce intra africain. Les engagements cumulés de la Banque au titre de ce programme s'élevaient à $EU millions à fin juin e) Forfaitage La Banque a introduit la facilité de forfaitage en 1997 comme l'un de ses instruments à double recours qu'elle a mis en œuvre pour gérer les risques découlant du fait qu'elle opère dans un environnement économique difficile. Avec la facilité de forfaitage, la Banque est en mesure de soutenir l'importation de biens d'équipement pour des activités génératrices d'exportation et des projets dits essentiels. Cette facilité est aussi utilisée pour soutenir les importations de biens de consommation essentiels en Afrique. Les approbations cumulées au titre de ce programme s'élevaient à $EU millions au 30 juin

7 3. LA PROMOTION DU COMMERCE AFRICAIN PAR LE SOUTIEN DU CREDIT A L'EXPORTATION 3.1 Alors que la Banque mettait en œuvre ses facilités de crédit et de garantie, la situation en Afrique évoluait ce qui nécessitait l'ajustement et l'élargissement de la gamme de produits offerts. L'une des initiatives prises par la Banque en réponse à l'environnement en mutation fut l'extension de sa facilité de garantie de risque pays aux assureurs de crédits à l'exportation. Ceci était considéré comme un prélude à l'entrée de la Banque dans une activité complète de crédit à l'exportation. L'idée était d'utiliser un produit test pour acquérir une expérience qui serait utile quand finalement elle lancerait un mécanisme d'assurance crédit. Les évolutions auxquelles il a été fait allusion ci-dessus comprennent: i. L'augmentation de la valeur des exportations africaines en direction de marchés plus risqués en dehors de OCDE. Par exemple, le Tableau 3 indique que le total du commerce intra-africain a augmenté de 36% entre 1994 et 1999 pour atteindre $EU 25.1 milliards. Ceci est la résultante de flux commerciaux plus importants du fait du retour de l'afrique du Sud dans la communauté internationale et des efforts incessants pour la promotion de la coopération régionale. ii. iii. Il découle du point (i) ci-dessus que le volume croissant du commerce doit s'accompagner de conditions de paiement différé étant donné que ce crédit est destiné à des marchés africains des pays en développement. Le crédit, même à court terme, constitue un instrument de concurrence sur de tels marchés. Le volume croissant du commerce intra africain et du commerce à destination du marché comportant un risque plus élevé veut aussi dire que des instruments de paiement plus sûrs doivent être élaborés. La figure 1 indique que plus de 95% des exportations vers l'afrique se font sur la base de paiement au comptant ou par lettre de crédit. Un mécanisme d'assurance crédit viable peut donc aider à la promotion du commerce 6

8 puisqu'il peut réduire la nécessité d'une confirmation des lettres de crédit de banques africaines par des banques résidant dans les pays de l'ocde. iv. Suite à l'émergence de l'afrique du Sud et la capacité technologique croissante des économies africaines relativement plus avancées, l'afrique commence à développer ses exportations de biens d'équipement. De tels produits sont habituellement échangés avec des conditions de paiement à tempérament faisant du crédit à l'exportation un important instrument de promotion de leurs exportations. C'est pourquoi, les sociétés d'assurance crédit émergent de plus en plus dans des pays africains qui connaissent une croissance de leurs exportations vers des marchés à plus haut risque. En outre les compagnies d'assurance crédit des principaux pays développés commence à accepter des couvertures sur un certain nombre de pays africains. Un certain nombre de facteurs sont venus entraver la dynamique observée cidessus: a) Certaines des sociétés d'assurance crédit émergeant en Afrique sont des sociétés privées et par conséquent n'ont pas les avantages des compagnies publiques d'assurance crédit à l'exportation qui sont généralement soutenues par des fonds pour la couverture de risque politique mis en place par leur gouvernement. Par conséquent, ces organismes ne sont en général pas en mesure d'offrir une couverture de risque souverain. b) Le manque de capacité sur le marché pour réassurer les risques souverains africains. Ce problème a freiné l'accès d'entités africaines à une assurance du risque pays à la fois sur le marché local et international. Cette situation vient aggraver le problème identifié ci-dessus (a) et limite les activités des assureurs du crédit à l'exportation sur le continent. c) La structure économique généralement mauvaise qui résulte des précédentes périodes de mauvaise gestion macroéconomique fait que les assureurs de crédit à l'exportation ne disposent pas de suffisamment de marge de manœuvre 7

9 pour diversifier leurs engagements en matière de risque souverain en Afrique. En général, les assureurs utilisent la loi des grands nombres pour limiter les risques de faillite mais dans une situation où les structures économiques dévoilent une apparente concentration de risques (avec une distribution largement dominée par les mauvais risques) il est difficile aux assureurs de crédit à l'exportation de soutenir le commerce africain. 3.2 Objet et avantages de l'extension de la facilité aux Assureurs de Crédit à l'exportation L'objet de l'extension de la facilité de garantie de risque pays aux Assureurs de Crédit à l'exportation est de créer par eux la capacité d'assurer le risque pays africain en leur permettant de transférer certains risques au risque de l'afreximbank. Ceci vise à permettre: a) A des assureurs de crédit à l'exportation africains et non africains d'assumer plus de risque africain permettant aux banques de prêter plus à l'afrique en créant une opportunité sérieuse d'atténuation du risque souverain dans de telles transactions; b) Aux assureurs de crédit à l'exportation africains privés qui ne bénéficient pas du soutien du gouvernement et qui font face à une faible capacité de réassurance de leurs risques pays de commencer à être plus actifs dans la couverture de crédits dans le cadre du commerce intra-africain. Ceci devrait faciliter de manière significative l'augmentation des flux du commerce intra africain; c) L'amélioration du crédit des emprunteurs africains permettant ainsi l'allègement des conditions draconiennes qui accompagnent les activités de prêts en Afrique. 8

10 3.3 Risques Couverts Les risques suivants sont couverts dans le cadre de la facilité de garantie de risque pays; a) Réglementation du contrôle de change susceptible de créer des risques de convertibilité et de transfert; b) Moratoires sur le paiement de la dette; c) Changement dans la loi ou la politique qui accepte le timing, la devise ou la façon dont la dette est payée; d) Confiscation par le gouvernement d'intrants ou de production ou expropriation d'entreprise; e) Imposition avec effet retroactif de restrictions à l'importation ou à l'exportation. Tous les risques ci-dessus sont essentiellement des risques de politique qui sont sous le contrôle des gouvernements. Ceci est important car les obligations imposées par le traité aux états membres d'afreximbank, traité sur lequel repose la sûreté de l'afreximbank, donnent des actions déraisonnables de la part des gouvernements qui viendraient menacer les transactions couvertes par la garantie. 3.4 Modalités d'opération Une entité de Crédit à l'exportation peut souscrire à une assurance de risque politique et obtenir une garantie pour couvrir tout ou partie des évènements de risques pays pour lesquels elle a couvert ses clients. Les assureurs de crédit peuvent, d'un autre côté, recevoir la garantie comme sûreté de la part de leurs clients qui l'auraient obtenu directement de la Banque. 9

11 3.5 Durée La facilité est assortie d'une échéance maximale de 720 jours. 3.6 Transactions Eligibles Les assurances de crédit à l'exportation émise pour couvrir le commerce d'articles éligibles dans des pays éligibles (sections 3.7 et 3.8 ci-après). 3.7 Articles Eligibles Tous les biens et services excepté a) armes, munitions et autres équipements militaires b) drogues psychotropes et narcotiques c) Tous les articles dont le commerce international est prohibé pour des raisons écologiques ou pour des conventions internationales; et d) Articles pornographiques ou obscènes. De plus la Banque respecte les politiques dans les pays éligibles et donc dispose de listes négatives spécifiques par pays faisant état des articles prohibés au commerce international dans les pays éligibles. 3.8 Pays éligibles Etats participants de l'afreximbank. Il s'agit de pays ayant signé ou accédé à l'accord portant création de la Banque. Les montants d'engagements sont limités aux plafonds disponibles pour chaque pays. 3.9 Pricing Une commission déterminée sur la base de la tarification par pays de la Banque en vigueur au moment de la transaction. 10

12 3.10 Informations Requises Détail des transactions assurées y compris des informations sur les articles financés, les conditions du crédit sous-jacent et les parties en présence Avantages comparatifs de la Banque dans l'octroi de la Garantie La Banque est détenue en partie par des pays africains qui sont signataires de l'accord de la Banque. En vertu de l'accord, les biens, actifs et opérations de la Banque dans son Etat participant sont libres de toute restriction, réglementation, suspension, contrôle, moratoire et autres restrictions administratives, fiscales ou monétaires de quelque nature que ce soit (Article IX de l'accord portant création de l'afreximbank. L'Afreximbank jouit du statut de créancier privilégié dans les pays membres. 4. CONCLUSION Cette présentation a traité du rôle que joue l AFREXIMBANK dans le soutien aux exportations africaines. En particulier elle a présenté sa facilité de garantie de risque pays étendue aux assureurs de crédit à l'exportation après un examen des évolutions récentes qui ont nécessité l'introduction de la facilité. En tant qu'institution pour le développement du commerce à orientation commerciale, elle va continuer à répondre aux exigences du marché en déterminant la meilleure manière de développer ses activités d'assurance crédit. Avec la sophistication progressive du marché financier africain et la croissance e son commerce avec ellemême, il est à espérer que la demande d'assurance de crédit pour l'exportation va s'accroître ouvrant opportunités et défis pour les institutions de financement du commerce opérant sur le continent. L'Afreximbank continuera d'être présente pour répondre aux attentes d'une telle évolution. AFREXIM/EVP/IN/DCIA&MED/TUN/ AFREXIMBANK CAIRO, EGYPT OCTOBER, IE:My Documents\Conference\Conftun-F

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA)

Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA) Guide d adhésion à I Agence Pour I Assurance du Commerce en Afrique (ACA) 1 NOTRE VISION Faire de l Afrique une destination privilégiée pour le commerce et les investissements. NOTRE MISSION Transformer

Plus en détail

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités

Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Arrêtons: Chapitre 1er - De l'agrément et du plan d'activités Règlement grand-ducal pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances précisant les modalités d'agrément et d'exercice des entreprises de réassurances Nous Henri,

Plus en détail

Guide de Guaranties des investissements. GARANTIR LES INVESTISSEMENTS r ASSURER LES OPPORTUNITÉS

Guide de Guaranties des investissements. GARANTIR LES INVESTISSEMENTS r ASSURER LES OPPORTUNITÉS Guide de Guaranties des investissements GARANTIR LES INVESTISSEMENTS r ASSURER LES OPPORTUNITÉS MIGA: DES ATOUTS UNIQUES POUR SES CLIENTS L Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA),

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Guide de garantie des investissements

Guide de garantie des investissements Guide de garantie des investissements Agence multilatérale de garantie des investissements Groupe de la Banque mondiale La MIGA: des atouts uniques au service de ses clients L Agence multilatérale de garantie

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

SOUS-FONDS PUBLICATIONS EVENEMENTIELLES SERIES ACCORDS HORS UE SOUS-SERIES COTONOU DOSSIERS : PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS LINGUISTIQUES :

SOUS-FONDS PUBLICATIONS EVENEMENTIELLES SERIES ACCORDS HORS UE SOUS-SERIES COTONOU DOSSIERS : PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS LINGUISTIQUES : BEI PUBLICATIONS ACCORDS HORS UE COTONOU 20000 623 2000 FR8 FONDS BEI SOUS-FONDS PUBLICATIONS SERIES EVENEMENTIELLES SOUS-SERIES ACCORDS HORS UE DOSSIERS : COTONOU PIECES : 20000623 DATES 2000 VERSIONS

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST

Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Conditions générales d assurance pour les assurances de crédit de fabrication pour les crédits aux sous-traitants CGA FA-ST Valables à partir du 31 mars 2012 (Version 2.1/2012) Table des matières 1 Objet

Plus en détail

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation Conditions générales La présente demande ainsi que le crédit documentaire ouvert par la Banque sont régis par les Règles et Usances uniformes de la Chambre

Plus en détail

S-3 Concepts pour l analyse de la dette

S-3 Concepts pour l analyse de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-3 Concepts pour

Plus en détail

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE

ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Page 153 ACCORD SUR LES MESURES CONCERNANT LES INVESTISSEMENTS ET LIEES AU COMMERCE Les Membres, Considérant que les Ministres sont convenus, dans la Déclaration de Punta del Este, que "à la suite d'un

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011. Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ

N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011. Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2011-398 du 14 avril 2011 portant transposition de la directive

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.

LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i. Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance. Noël KODIA - Le franc Cfa : un instrument de domination économique? LE FRANC CFA : UN INSTRUMENT DE DOMINATION ÉCONOMIQUE? i Par Noël KODIA Critique littéraire et essayiste http://blog.ifrance.com/noelkodia

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Lexique des termes de l industrie *

Lexique des termes de l industrie * Lexique des termes de l industrie * Ac t i o n o r d i n a i r e Action détenue dans une enterprise Ac t i o n s p r i v i l é g i é e s Actions d une compagnie qui comprennent les droits préférentiels

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6221 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 mai 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mai 2011 TEXTE

Plus en détail

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD")

ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS L'ACCORD) ACCORD EUROPÉEN SUR UN CODE DE CONDUITE VOLONTAIRE RELATIF À L'INFORMATION PRÉCONTRACTUELLE CONCERNANT LES PRÊTS AU LOGEMENT (CI-APRÈS "L'ACCORD") L'accord a été négocié et adopté par les associations

Plus en détail

COMMUNIQUÉ pour diffusion immédiate LA BANQUE LAURENTIENNE DÉCLARE UN BÉNÉFICE NET LE 1 ER JUIN 2007

COMMUNIQUÉ pour diffusion immédiate LA BANQUE LAURENTIENNE DÉCLARE UN BÉNÉFICE NET LE 1 ER JUIN 2007 COMMUNIQUÉ pour diffusion immédiate LE 1 ER JUIN 2007 LA BANQUE LAURENTIENNE DÉCLARE UN BÉNÉFICE NET DE 20,7 MILLIONS $ POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE 2007 La Banque Laurentienne du Canada a déclaré un bénéfice

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit.

Annexe 2 : MICROCREDIT. Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Annexe 2 : MICROCREDIT Partie n I : Description de l Instrument Financier pour le microcrédit. Les expressions utilisées ci-dessous doivent avoir le même sens que celles utilisées dans l Appel à Manifestation

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

inférieur par rapport aux créances de tous les autres créanciers et ne seront remboursés qu'après règlement de toutes les autres dettes en cours à ce

inférieur par rapport aux créances de tous les autres créanciers et ne seront remboursés qu'après règlement de toutes les autres dettes en cours à ce Règlement grand-ducal du 10 janvier 2003 portant modification du règlement grand-ducal du 14 décembre 1994 pris en exécution de la loi modifiée du 6 décembre 1991 sur le secteur des assurances et précisant

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Programme d appui aux investissements des PME

Programme d appui aux investissements des PME Programme d appui aux investissements des PME MIGA : apporter aux clients des atouts sans pareil L Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA) a pour mission de promouvoir l investissement

Plus en détail

Les paiements de détail : enjeux stratégiques

Les paiements de détail : enjeux stratégiques Les paiements de détail : enjeux stratégiques Sean O Connor L e système de paiement des transactions de détail joue un rôle crucial dans l activité commerciale au Canada. Grosso modo, ce système regroupe

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

Les instruments de règlement à l international

Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international Les instruments de règlement à l international En fonction du degré de confiance que vous accordez à votre client ou à votre fournisseur, BMCE Bank vous propose

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Annexe 3 : PRÊT D AMORÇAGE. Partie n I de l Annexe 3 : Description de l Instrument Financier de Prêt d amorçage.

Annexe 3 : PRÊT D AMORÇAGE. Partie n I de l Annexe 3 : Description de l Instrument Financier de Prêt d amorçage. Annexe 3 : PRÊT D AMORÇAGE Partie n I de l Annexe 3 : Description de l Instrument Financier de Prêt d amorçage. 1. Introduction : L'objet de l instrument de financement est double : 1) fournir de la liquidité

Plus en détail

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE

RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Comité économique et social européen RÉSEAU DES ACTEURS ÉCONOMIQUES ET SOCIAUX UE-AFRIQUE 4 et 5 mars 2014, Bruxelles DÉCLARATION FINALE Des représentants des acteurs économiques et sociaux de l'union

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Agence temporaire de relocalisation EPI C 9 ème étage 15, avenue du Ghana BP 323 Tunis Belvédère 1002, Tunisie Département des statistiques

Plus en détail

Le Réseau et Centre Africain de Technologies et Finances Climatiques (ACTFCN)

Le Réseau et Centre Africain de Technologies et Finances Climatiques (ACTFCN) Le Réseau et Centre Africain de Technologies et Finances Climatiques (ACTFCN) Dr. Giorgio Gualberti Banque Africaine de Développement CTCN Forum Régional pour les Entités Nationales Désignées 24-26 Juin

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Argumentaire SGAM. Société de Groupe d'assurance Mutuelle

Argumentaire SGAM. Société de Groupe d'assurance Mutuelle Argumentaire SGAM Société de Groupe d'assurance Mutuelle 1. Le contexte en 2001 : Le statut juridique de la SGAM a été créé en 2001 dans un contexte de fort mouvement de concentration dans de nombreux

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE

ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE ACCORD INTERNATIONAL SUR LA VIANDE BOVINE Les Parties au présent accord, Convaincus qu'une coopération internationale plus grande devrait s'exercer de manière à contribuer à accroître la libéralisation,

Plus en détail

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION PRÉSENTÉE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 73 BIS DU RÈGLEMENT, sur la proposition

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013

Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013 Banque africaine de développement États financiers et rapport du commissaire aux comptes Exercice clos le 31 décembre 2013 Bilan 98 Compte de résultat 100 État du résultat global 101 État des variations

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Orientations relatives à la prolongation de la période de rétablissement dans des conditions défavorables exceptionnelles

Orientations relatives à la prolongation de la période de rétablissement dans des conditions défavorables exceptionnelles EIOPA-BoS-15/108 FR Orientations relatives à la prolongation de la période de rétablissement dans des conditions défavorables exceptionnelles EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

Risques et sécurité des paiements

Risques et sécurité des paiements Dans le commerce intérieur, les partenaires commerciaux se reposent sur les lois et les règlements nationaux. En cas de non-paiement, des poursuites peuvent être entamées. L'économie bénéficie également

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

JPMorgan Liquidity Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office:

JPMorgan Liquidity Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office: JPMorgan Liquidity Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office: European Bank & Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand

Plus en détail

Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.3196 - BELGIUM CA - AGRICAISSE - LANBOKAS / CREDIT AGRICOLE BELGIQUE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CEE) n 4064/89 SUR LES CONCENTRATIONS

Plus en détail

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle / Avril 2014 1 Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Le nouveau Règlement sur l assurance responsabilité

Plus en détail

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS Société Anonyme au capital de 515 592 876 euros Siège social : 45, rue de Villiers - 92526 Neuilly-sur-Seine 552 059 024 RCS Nanterre www.thalesgroup.com Note d information émise à l occasion de la mise

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Les principaux outils de soutien public à l export

Les principaux outils de soutien public à l export Les principaux outils de soutien public à l export Panorama des grands outils disponibles Un ensemble d instruments financiers couvrant la totalité du cycle et coordonnés entre eux PROSPECTION DU MARCHE

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Conditions Générales ING Life Optima

Conditions Générales ING Life Optima Conditions Générales ING Life Optima Table des matières I. Description de l'assurance 1. Constitution du capital 2. Capitalisation de la prime 2.1. Taux d'intérêt garanti 2.2. Participation bénéficiaire

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 09/2007/CM/UEMOA PORTANT CADRE DE REFERENCE DE LA POLITIQUE D'ENDETTEMENT PUBLIC ET DE GESTION

Plus en détail

Manuel du service de la dette

Manuel du service de la dette Manuel du service de la dette Division de la comptabilité des prêts Département du contrôle financier Version : 2011 Manuel du service de la dette B.P. 323-1002 Tunis Belvédère Tunisie Tél.: (+216) 71

Plus en détail

JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office:

JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office: JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office: European Bank & Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand Duchy of Luxembourg R.C.S. Luxembourg

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX US 2 Profitez de la hausse potentielle des taux de l économie américaine et d une possible appréciation du dollar américain (1). (1) Le support Conservateur

Plus en détail

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Me David Lemieux Fasken Martineau 22 mai 2007 Première Étape : Déterminer les besoins de l entreprise 1. Plan d affaires 2. Projections financières

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

Directives pour les candidats. Soutenir la Transition Énergétique

Directives pour les candidats. Soutenir la Transition Énergétique Directives pour les candidats Soutenir la Transition Énergétique Copyright IRENA janvier 2015 Sauf indiqué autrement, le matériel de cette publication peut librement être utilisé, partagé ou réimprimé,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle

Fiche Technique n 2. Le cycle de projet à la Banque Mondiale. Étapes du cycle Fiche Technique n 2 Le cycle de projet à la Banque Mondiale Étapes du cycle Stratégie d'assistance au pays La Banque reconnaît que l'assistance fournie dans le passé, y compris par ses propres services,

Plus en détail

AVIS DE MARCHE SERVICES

AVIS DE MARCHE SERVICES Département de publication : 75 Annonce No 14500000 Service Date de mise en ligne 27/10/2014 AVIS DE MARCHE SERVICES Directive 2004/18/CE. SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) Nom, adresses et point(s)

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales Conditions générales applicables aux accords de prêt, de garantie et de dons de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement Banque africaine de développement

Plus en détail