EDITORIAL. VEILLE SECTORIELLE / 2 ème TRIMESTRE 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDITORIAL. VEILLE SECTORIELLE / 2 ème TRIMESTRE 2012"

Transcription

1 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 2 ème TRIMESTRE 22 Le début de l année 22 aura été une période de grandes incertitudes politiques pour la République Démocratique du Congo (RDC). Six mois après la présidentielle, certaines tensions politiques subsistent. A l Est du pays où depuis le mois de mars 22 les troupes gouvernementales et le groupe rebelle du M23 se font face, les violences sont encore montées d un cran ; ce qui relance la question de l insécurité qui perdure depuis déjà des décennies dans cette zone. Cette situation laisse encore des doutes auprès des acteurs et ralentit la marche du développement du pays. Ces doutes semblent toutefois atténués par le gouvernement qui affiche beaucoup de volonté politique pour la reconstruction nationale, et notamment dans le cadre du programme de la révolution de la modernité du pays. Sur le plan économique, après avoir enregistré un léger repli en fin 2 (6.9%), le PIB pourrait s établir à 7,, et ce sous l impulsion du secteur minier. Quant au taux d inflation qui est repassé à 5,4% en fin 2, il pourrait baisser à 7,6 % à fin 22. Pour autant, la pauvreté reste généralisée : la croissance économique enregistrée depuis 2 ne s est pas véritablement accompagnée d une amélioration substantielle des conditions de vie de la population. Par ailleurs le climat des affaires reste défavorable pour faciliter l attrait des investissements. La RDC occupe le 78 ème rang sur 83 pays dans le classement Doing Business 22 de la Banque Mondiale, soit deux places de moins par rapport au classement de l'année 2. L adhésion du pays, en septembre dernier, à l Organisation pour l harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) devrait rassurer les investisseurs, notamment en matière d arbitrage et de droit des sûretés. Par ailleurs, les autorités espèrent donner de la visibilité au pays et de la confiance aux investisseurs étrangers à l occasion du 4 ème sommet international de la francophonie d octobre. Dans le secteur bancaire marqué par une présence croissante des filiales de banques étrangères et particulièrement les banques panafricaines, on note une bonne tendance des principaux indicateurs. En effet, le secteur qui compte depuis 2 vingt banques, a réalisé une croissance en termes de total actif, passant de 2,5 milliard d USD en fin 2 à 3,2 milliard d USD en juin 22, soit une évolution de 28%. En outre, les dépôts bancaires, constitués à 9,% des dépôts à vue, se sont accrus de % sur la période, pour s établir à,9 milliards d USD. Les crédits bruts à la clientèle ont connu une évolution de 7% et se sont chiffrés à 2, milliards d USD. Le secteur privé a été le premier bénéficiaire de ces crédits. On note que le secteur devient de plus en plus concurrentiel et la plupart des banques commencent à s orienter vers la clientèle PME et les particuliers. Cette tendance favorise une transition vers un modèle des banques universelles qui financent l économie sur le long terme. Cependant, le secteur reste fortement concentré dans les villes de Kinshasa et Lubumbashi. Dans le secteur de la microfinance, la croissance a été plutôt faible. Les statistiques provisoires montrent qu entre fin 2 et juin 22 le l encours d épargnes n a évolué que de 6%, s établissant à 32 millions d USD. De même, l encours de crédits a connu une évolution de 4%, s établissant à 79 millions d USD. La couverture géographique du secteur reste inégale ; environ 77% des institutions et plus de 9% des épargnants sont concentrés dans la ville de Kinshasa et les provinces du Nord et Sud Kivu. Ce secteur souffre de plusieurs maux institutionnels que connaissent bon nombre d institutions. Cette situation a conduit à la fermeture de nombreuses institutions, notamment dans le cadre du programme d assainissement engagé par la Banque Centrale du Congo. Dans ce contexte, un risque systémique se profile dans le secteur du fait de la taille de certaines institutions opérant dans les provinces du Nord et Sud Kivu. Le FPM, qui est un acteur majeur pour le secteur, joue un rôle essentiel dans l atténuation de ce risque. A travers ses actions, il vise de faire émerger un noyau d institutions fortes offrant des services de qualité en RD Congo. C est dans ce cadre qu il exécute 8 projets d assistance technique directe au profit des 8 institutions partenaires financières. Le FPM a aussi poursuivi ses activités de financement et lancé deux programmes de formation et trois études de marché couvrant 9 provinces du pays. Enfin, il sied de signaler que le secteur a été doté d une association professionnelle (APROCEC). La mise en place de cette dernière devrait avoir un impact positif sur le secteur, surtout en termes d échanges et de circulation des informations entre acteurs évoluant dans ce secteur en RDC.

2 ECONOMIE VEILLE SECTORIELLE / 2 ème TRIMESTRE 22 SOMMAIRE Économie Après une période des tensions, la RDC table sur une croissance du PIB de 7, à fin 22, contre 6,9% en 2 Forte tension des prix après l introduction de la TVA Marché de change relativement stable Plusieurs défis sociaux à relever Amélioration du climat des affaires : le pays s engage à réussir le pari Tenue du XIX ème sommet de la francophonie Banques Un secteur en pleine évolution, mais encore limité en terme de couverture géographique Un secteur qui attire de plus en plus des acteurs diversifiés, et notamment des groupes étrangers Une transition vers un modèle des banques universelles qui financent l économie Microfinance Faible croissance des activités d épargnes et de crédits Un secteur fortement concentré géographiquement à l Est du pays Risque systémique lié aux maux institutionnels de certaines institutions Restructuration du secteur ECONOMIE Après une période de tensions, la RDC table sur une croissance du PIB de 7, en fin 22, contre 6,9% en 2 Après un bon démarrage, l'année 2 s'est conclue sur un léger recul de la croissance avec un taux 6.9% contre 7% en 2. Et pour cause, les tensions politiques qui ont accompagné les élections présidentielles et parlementaires organisées en novembre 2. Le pays a dû également faire face aux tensions sociales causées par la présence des groupes rebelles opérant à l Est, dont le M23 actif depuis mars 22. Cette situation a fortement influé sur l activité économique du pays. Cependant, les perspectives pour la fin 22 selon le Gouvernement restent prometteuses. En effet, les autorités tablent sur une croissance économique de 7, à fin 22. Cette croissance devrait être à la faveur du secteur minier, de commerce de gros et de détail et de bâtiment et travaux publics. Évolution du taux de croissance du PIB Source: BCC 6,3 6,2 2,8 7 6,9 7,2 Le secteur extérieur s est beaucoup amélioré grâce à l allégement de la dette au titre de l Initiative PPTE, mais la RDC reste soumise à un risque élevé de surendettement en raison de sa forte dépendance à l égard des importations de produits alimentaires et de biens d équipement, et au champ limité des produits exportés. Forte tension des prix sur le marché après l introduction de la TVA La mise en œuvre au début de l année 22 de la Taxe sur la valeur ajoutée a provoqué de «fortes tensions des prix sur certains biens et services sur le marché» suite à une mauvaise application de cette taxe par les opérateurs économiques, à travers une double imposition ICA-TVA. Ainsi, le taux d'inflation réalisé en fin juin 22 s'est situé à 5, % contre une cible de 5,2 %. Quant au taux d'inflation anticipé en fin décembre 22, il devait s établir à 3,% contre une cible annuelle de 9,9%, toutes choses restant égales par ailleurs. Évolution du taux d inflation ,8 Source : BCC 27,2 53,4 9,8 5,44 Marché de change relativement stable 3, Depuis le début de l année, le franc congolais est resté remarquablement stable par rapport au dollar américain. Le Gouvernement compte maintenir cette stabilité en poursuivant une politique monétaire et budgétaire restrictive et prudente. Par ailleurs, il s est engagé à la «dédollarisation» des transactions monétaires. C est dans ce sens qu il oriente progressivement les transactions de l Etat, la passation des marchés publics, le paiement des imports et taxe en Franc congolais 2

3 ECONOMIE VEILLE SECTORIELLE / 2 ème TRIMESTRE Évolution du taux de change CDF/USD Source: BCC 52,9 92,7 639,2 9 Des défis sociaux à relever 93 9 Certes, les résultats économiques de la RD Congo se sont nettement améliorés durant ces dernières années, mais les progrès dans la lutte contre la pauvreté ont été lents. Le PIB par habitant était de 4, de dollars US en 2, soit l un de plus bas du monde. En outre, le chômage est endémique, surtout pour les jeunes (7%), et parallèlement l accès à l eau et à l éducation est très réduit. En considération du Rapport Mondial sur de Développement Humain (RMDH) de 2 publié par le programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le pays est classé au 87 ème rang, soit l un des niveaux le plus bas. étape importante pour pallier à l'inadaptation du droit des affaires de la RDC. Elle devrait apporter donc d importantes améliorations dans la conduite des affaires, si toutefois les autres conditions requises pour sa mise en œuvre sont réalisées. Tenue du XIXème sommet de la francophonie La RDC, l un des premiers pays de langue française du monde, a été désignée pour accueillir le XIX ème sommet de la francophonie du 2 au 4 d octobre 22. Pour les autorités du pays, ce sommet a constitué un moyen de remettre en confiance les investisseurs étrangers. En outre, il a permis à la Communauté internationale d être encore plus sensible aux difficultés que traverse le pays, notamment la situation sécuritaire à l Est. Amélioration du climat des affaires : le pays s engage à réussir le pari Le climat des affaires est peu propice au développement et reste une contrainte à la mobilisation de l investissement. La RDC occupe le 78 ème rang sur 83 pays dans le classement Doing Business 22 de la Banque Mondiale, soit deux places de moins par rapport au classement de l'année précédente. Aussi, l engagement du gouvernement à mettre fin aux obstacles à l amélioration du climat des affaires est ferme. La phase active de l adhésion de la RDC à l OHADA au mois de septembre de cette année est une 3

4 BANQUES VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 22 BANQUES Un secteur en pleine évolution, mais encore limité en terme de couverture géographique Le secteur a réalisé une croissance en termes de total actif. Ce dernier a atteint 3,2 milliard d USD en juin 22, ce qui représente une augmentation de 28% depuis fin 2. Vu de manière individuelle, le total actif par banque se présente comme suit : Total bilan par banque en fin 2 (en Millions de dollars US) RAWBANK BCDC BIAC TMB BIC STANBIC PCB ECO Bank CITI BGFI Bank AFRILAND ACCESS BOA BYBLOS SOFIBANK ADVANS Mining BC UBA, 2, 4, 6, D autres évolutions ont été enregistrées dans ce secteur, et notamment sur ces principaux segments d activités, à savoir l épargne et le crédit. Évolution de dépôts et des crédits en Millions de dollars US En fin juin 22, les dépôts de la clientèle se sont accrus de 7% par rapport à fin 2, pour s établir à 2, milliards d USD. La structure de ces dépôts est dominée par les dépôts à vue qui représente 9% de ceux-ci, soit 83% des comptes courants et 7% des comptes d épargne. Les dépôts à terme ne représentant que %. Répartition par type des dépôts Quant aux crédits octroyés, ces derniers ont atteint,9 milliards d USD fin juin T2 22 Crédit Dépôts 22, ce qui représente une augmentation de % par rapport à la fin 2. Constitué à 66% des crédits à court terme, cet encours des crédits se compose de 55% des crédits de caisse, 4% de découverts bancaires et 4% de crédits documentaires. Comptes d'épargn e7% Le secteur privé a été le premier bénéficiaire de ces crédits, avec notamment le commerce de gros, de détail et biens personnels. Répartition par catégorie des crédits Crédits docum entair es 4% Décou verts 4% Comptes courants 83% DAT % Crédits décais sés 55% Toutefois, le réseau d exploitation des banques reste limité. En effet, les 24 agences et guichets qui constituent le secteur sont tous concentrés dans une même zone géographique, à savoir la ville de Kinshasa (56%). Elle est suivie des provinces du Katanga et du Bas- Congo qui représentent respectivement 3% et %. Répartition géographique des agences et guichets Bas-Congo % Katanga 3% Kinshasa 56% Equateur Nord Kivu 8% Sud Kivu 4% Province Or 7% Le secteur bancaire, traditionnellement orienté grandes entreprises, fait face une concurrence. Aussi, pour un meilleur positionnement dans le temps, les banques s orientent de plus en plus vers le segment des particuliers et des PME. Le marché à fort potentialité et qui présente plusieurs opportunités pour les banque, c est celui de la PME. Il sied par ailleurs de noter que le marché des particuliers ne présente que trop peu de potentialités en termes à la fois d opportunités des ressources et de capacité d absorption des crédits. Ce sera très bientôt saturé à cause de la présence des plusieurs concurrents. Les graphes ci-dessous montrent comment est dirigée l orientation du marché bancaire en RDC. Pour ce qui est de la rentabilité, la plupart des banques () ayant 5 ans d existence était rentable en 2, comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous sur le rendement des fonds propres (ROE) de l ensemble des banques du secteur : ROE des banques en fin 2 BYBLOS STANBIC RAW BANK BCDC MINING BC -4,% -3,% -2,% -,%,%,% 2,% 3,% Un secteur qui attire de plus en des acteurs diversifiés, et notamment des groupes financiers étrangers Depuis près de 5 ans, le secteur connait l implantation de plusieurs nouvelles banques, à l image des «Greenfield» comme Bank of Africa, Advans Bank, BGFIBank, Acces Bank... On note également le rachat de certaines banques locales par des groupes financiers étrangers, dont certains groupes panafricains qui ambitionnent d'étendre la couverture de leur réseau bancaire dans la région. En effet, ces UBA BOA ADVANS BGFIBANK ACCESS SOFIBANK CITI FIBANK PCB TMB BIAC AFRILAND BIC ECO 4

5 MICROFINANCE VEILLE SECTORIELLE / 2 ème TRIMESTRE 22 derniers capitalisent sur leurs expériences dans plusieurs pays africains, le cas notamment de la First Bank of Nigeria qui a racheté la BIC. Répartition des banques par nature des actionnariats à juin 22 américain Gr sud-africain des bailleurs de fonds internationaux 3 libanais nigérian Familles d origine étrangère 4 Une transition vers un modèle des banques universelles qui financent l économie Traditionnellement orienté vers les grandes entreprises, le secteur fait face à une concurrence accrue avec l arrivée de nouvelles banques sur ce segment étroit. Il est remarqué une forte tendance à s intéresser aux PME au sein des banques traditionnelles. Cette tendance favorise la transition des banques d un modèle transactionnel vers un modèle universel de financement de l économie (PME). panafricain 7 MICROFINANCE Faible croissance des activités de crédit et d épargne Le secteur de la microfinance n a pas connu de croissance significative. Sur base des statistiques provisoires de juin 22, l épargne globale du secteur s établit à 32 Millions d USD contre 24 Millions d USD en 2, soit une évolution de 6%. Cette évolution résulte principalement du dynamisme de certaines institutions à mobiliser de l épargne et notamment FINCA, le réseau MECRECO, NYAWERA et CODEFI. Ces institutions représentent près de 57% du marché en termes d épargne. Évolution de l encours de d épargne (en Millions d USD) Source : FPM La même tendance est constatée au niveau de l encours de crédit qui passent de 76 Millions d USD en fin décembre 2 à 79 Millions d USD en fin 22, soit une évolution de 4%. Cette augmentation est tirée par FINCA et le réseau MECRECO qui représentent 5 du marché du secteur. Évolution de l encours des crédits (en Millions d USD) Source : FPM 32 2 T2/ % +4% 79 2 T2/22 Un secteur fortement concentré géographiquement à l Est du pays L'inégale couverture géographique du pays par les IMF est très frappante. On note en effet une concentration des institutions dans la ville de Kinshasa (26%) et l est du pays, notamment au Nord et Sud Kivu (5%) au détriment des autres provinces faiblement desservies (23%). Répartition géographique des IMF Bandundu 8% Kasaï or Bas- Congo 8% Nord Kivu 28% Katanga Kinshasa 26% Kasaï oc % Sud kivu 23% Maniema Cette tendance est également observée au niveau des épargnes, 9% du total de celles-ci est concentré dans la ville de Kinshasa () et les provinces du Nord et Sud Kivu (7%). Répartition du nombre d épargnants par province Kasaï or,7% Kasaï oc % Bandundu,66% Nord Kivu 32,3% Kinshasa 2,8 Bas-Congo,66% Sud kivu 38,% Maniema,89% Plusieurs éléments contribuent à ce déséquilibre observé parmi lesquels on citera l esprit entrepreneurial qui est solidement ancré dans la culture des populations de la partie Est du pays. Risque systémique lié aux maux structurels de certaines institutions Beaucoup reste encore à faire pour construire un secteur solide. En effet, bon nombre d institutions locales souffrent de maux institutionnels, dont les plus récurrents sont liés à la gestion 5

6 de la gouvernance, aux produits qui sont peu diversifiés, à une mauvaise gestion de crédit, la déficience du système de gestion d information et à la qualité des ressources humaines, etc. Comme conséquence directe de ces maux, l agrégation de l ensemble des portefeuilles des institutions de microfinance du secteur fait ressortir un portefeuille à risque à 3 jours (PAR 3) à plus de 2%, largement supérieur à la norme acceptée à l international (5%). Cette situation a un impact direct sur la rentabilité et la liquidité des institutions avec un impact direct sur les fonds propres. Actuellement un grand nombre des institutions ont des fonds propres négatifs. Aussi, en vue de promouvoir un secteur sain, la BCC a procédé à la fermeture de plus de institutions entre 2 et 22, et compte continuer sur cette lancée. Dans ce contexte général, certaines institutions à l est du pays présentent un risque systémique pour le secteur ; leur fermeture engendrerait une crise du fait de leur taille. Le FPM, qui est un acteur majeur pour le secteur, joue un rôle essentiel dans l atténuation de ce risque. A travers ses actions, il vise de faire émerger un noyau d institutions fortes offrant des services de qualité en RD Congo. C est dans ce cadre qu il exécute 8 projets d assistance technique directe au profit des 8 institutions partenaires financières. Le FPM a aussi poursuivi ses activités de financement et lancé deux programmes de formation et trois études de marché couvrant 9 provinces du pays. Le FPM joue un rôle essentiel en finançant et en apportant son expertise avérée en assistance technique au secteur. Il aide ainsi à construire un noyau d institutions fortes offrant des services de qualité en RD Congo. Le FPM totalise à ce jour un total d encours de prêt 6 millions USD. Hors de Kinshasa, le FPM est actif dans 8 autres provinces de la RD Congo (Bas Congo, Bandundu, les 2 Kivu, Equateur, Province Orientale et Maniema) et compte au total 8 partenaires d assistance technique directe. Restructuration du secteur Au cours de cette année, la Banque centrale a renforcé la supervision par l'adoption des normes prudentielles alignées aux standards internationaux et la rénovation de son cadre légal et réglementaire qui comprend actuellement notamment une loi relative à l'activité et au contrôle des établissements de crédit, une loi sur les coopératives d'épargne et de crédit ainsi qu'une réglementation sur les Institutions de Microfinance. Après le nouveau référentiel comptable vulgarisé par la Banque Centrale du Congo, le secteur de la microfinance, vient d être doté d une Association Professionnelle pour les Coopératives d épargne et de crédit «APROCEC». Cette association, créée conformément aux dispositions légales sur les associations professionnelles du secteur en RDC, est un des facteurs importants pouvant favoriser le développement du secteur. Il contribuera notamment aux échanges et à la circulation des informations sur le secteur. Reste la mise en place de l association pour les institutions de microfinance (IMF) dont le processus est en cours. 6

RAPPORT TRIMESTRIEL. Quatrième trimestre 2013 08/05/2014

RAPPORT TRIMESTRIEL. Quatrième trimestre 2013 08/05/2014 RAPPORT TRIMESTRIEL Quatrième trimestre 2013 08/05/2014 FPM ASBL Villa n 5, Avenue Bandoma; Q/GB, Commune Ngaliema Kinshasa, RD CONGO Tel. +243 (0) 99 200 61 39 www.fpm.cd PARTIE DESTINEE AU PUBLIC RAPPORT

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE

Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 10 mars 2011 Résultats 2010 du GROUPE LA POSTE DES RESULTATS EN PROGRES UN MODELE STRATEGIQUE SOLIDE DES POSTIERS ASSOCIES A LA QUALITE DE SERVICE ET A LA PERFORMANCE Réuni

Plus en détail

LIVRE BLANC. Note de synthèse 2012-2021. Initiative pour le D éveloppement Economique Et Social IDEES. pour la TUNISIE. www.idees-tunisie.

LIVRE BLANC. Note de synthèse 2012-2021. Initiative pour le D éveloppement Economique Et Social IDEES. pour la TUNISIE. www.idees-tunisie. LIVRE BLANC Note de synthèse Système bancaire en Tunisie Etat des lieux et perspectives 2012-2021 IDEES Initiative pour le D éveloppement Economique Et Social www.idees-tunisie.com Cette note de synthèse

Plus en détail

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent

La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent La Première Conférence Panafricaine sur la Transformation et l Emergence du Continent QUEL ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, QUEL ENCADREMENT REGLEMENTAIRE ET QUEL ENTREPRENARIAT NATIONAL A DEVELOPPER POUR ATTIRER

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation

Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation 1 Numéro 201, juin 2013 Les crédits à l habitat renouent avec la croissance contrairement aux crédits à la consommation I) Immobilier : un premier trimestre en forte croissance Une partie de la croissance

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL

BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL BUSINESS MEETING : PLUS DE 1,5 MILLIARDS DE DOLLARS POUR FINANCER LE SECTEUR AGRICOLE EN RDC ÉCRIT PAR CELLCOM. PUBLIÉ DANS ACCUEIL C est un pari gagné pour le Ministre de l Agriculture, Pêche et élevage,

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD

Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Quels échanges promouvoir en lien avec le développement de l économie malgache? Point de vue de l AFD Conférence de Coopération Régionale, décembre 2014 1. Situation : l héritage de plus de 40 ans de déclin

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS

HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS Communiqué de presse 22 février 2016 HSBC FRANCE RESULTATS ANNUELS 2015 ET FAITS MARQUANTS Le Conseil d'administration de HSBC France, réuni le 8 février 2016, a arrêté les comptes de l'exercice 2015 du

Plus en détail

BMCE BANK EN EUROPE ET EN ASIE

BMCE BANK EN EUROPE ET EN ASIE 72 BMCE BANK EN EUROPE ET EN ASIE RAPPORT ANNUEL 2010 73 BMCE Bank International UK BMCE Bank en Europe et Asie 74 BMCE Bank International UK Dans un contexte de crise financière internationale, BMCE Bank

Plus en détail

Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites et moyennes entreprises

Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites et moyennes entreprises 07T4 08T1 08T2 08T3 08T4 09T1 09T2 09T3 09T4 10T1 10T2 10T3 10T4 11T1 11T2 11T3 11T4 12T1 12T2 12T3 12T4 13T1 13T2 Indice = 100 Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites

Plus en détail

L évolution du marché des fonds à fin décembre

L évolution du marché des fonds à fin décembre L évolution du marché des fonds à fin décembre Le marché de la gestion collective plie de -4,5% en décembre, l équivalent de 38,9 milliards d euros de moins par rapport à fin novembre. L encours total

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Résultats du 3ème trimestre 2013

Résultats du 3ème trimestre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Boulogne-Billancourt, le 6 novembre 2013 Résultats du 3ème trimestre 2013 Forte croissance de l activité en France mais impact des dépréciations exceptionnelles Boursorama en France

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

La part des banques dans le financement des entreprises

La part des banques dans le financement des entreprises Le financement bancaire des entreprises en Polynésie française AGENCE DE PAPEETE NUMERO 1 Janvier 08 Note expresse Établissement public Dotation 000 000 - SIRET 78 430 111 0 APE 651 A Siège social : 5

Plus en détail

EXTRAITS DU RAPPORT ANNUEL

EXTRAITS DU RAPPORT ANNUEL CONTRIBUER à l émergence économique EXTRAITS DU RAPPORT ANNUEL 211 RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Les dépôts (en millions de CDF) Les crédits par décaissement (en millions de CDF) 25 237 743 12 118 26

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016

RÉSUMÉ ANALYTIQUE RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016. 13 avril 2016 13 avril 2016 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE - AVRIL 2016 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les risques qui pèsent sur la stabilité financière mondiale se sont intensifiés depuis l édition d octobre

Plus en détail

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------------------------- Un Peuple-Un But-Une Foi ------------------------------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN -------------------------------------

Plus en détail

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions

Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010. Principales conclusions Perspectives des technologies de l information de l OCDE, édition 2010 Principales conclusions Le secteur des TIC se relève de la crise économique et les marchés mondiaux des TIC se déplacent vers les

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis

Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Ivry, le 17 février 2016 Progression des résultats en 2015 La Fnac en position très favorable pour aborder de nouveaux défis Stabilité du chiffre d affaires consolidé en 2015 Poursuite de la croissance

Plus en détail

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances

Les idées peuvent bâtir le Canada. Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Les idées peuvent bâtir le Canada Consultations du budget 2016 Mémoire soumis à la Chambre des communes Comité permanent des finances Août 2015 1 Les idées peuvent bâtir le Canada Les défis auxquels font

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant

Plus en détail

6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels

6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels Montie Brewer, président et chef de la direction Joshua Koshy, vice-président général et chef des Affaires financières 1 6 e conférence annuelle de l Est à l'intention des investisseurs institutionnels

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 COMMUNIQUÉ DE PRESSE ACTIVITÉS ET RÉSULTATS 2014 LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 UNE BANQUE LEADER SUR SON TERRITOIRE CONQUÉRANTE SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS INNOVANTE DANS SES SERVICES ET TOUJOURS PROCHE DE

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com

COMMUNIQUÉ. 1080, chemin Saint-Louis, Sillery, C. P. 1907, succursale Terminus, Québec (Québec) G1K 7M3 www.inalco.com COMMUNIQUÉ L INDUSTRIELLE ALLIANCE TERMINE L ANNÉE 2002 EN FORCE : AUGMENTATION DU REVENU DE PRIMES DE 20 % ET RENDEMENT ANNUALISÉ SUR LES CAPITAUX PROPRES DE 14,5 % POUR LE QUATRIÈME TRIMESTRE Québec,

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

Le Groupe BANK OF AFRICA

Le Groupe BANK OF AFRICA Le Groupe BANK OF AFRICA Une vision, une histoire, une stratégie Mars 2010 1 L origine La vision, dès 1982, d une banque panafricaine, accessible à tous, impliquée dans le développement économique, avec

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires.

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. Décembre 2015 I LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE AU CŒUR DU MODELE BANCAIRE FRANCAIS 2 Un modèle de banque universelle au service de tous les clients

Plus en détail

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010

Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 COMMUNIQUE DE PRESSE - DIFFUSION IMMEDIATE Les Nouveaux Constructeurs - Rapport d'activité 2010 Chiffre d affaires 2010 : 540 m - Réduction de l'activité en immobilier d'entreprise Hausse du carnet de

Plus en détail

Résultats du 4ème trimestre et de l année 2004

Résultats du 4ème trimestre et de l année 2004 C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Service Presse - 1, Sq. de Meeûs 1000 Bruxelles - Tél. : 02 222 49 95 - Fax : 02 222 90 90 - pressdexia@dexia.be Nr. Cpte: 068-2113620-17 - RPM Bruxelles TVA BE 0458.548.296

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Portée et performances financières des Institutions de Microfinance d Afrique Centrale : quel commentaire?

Portée et performances financières des Institutions de Microfinance d Afrique Centrale : quel commentaire? Portée et performances financières des Institutions de Microfinance d Afrique Centrale : quel commentaire? Zacharie ELOUNDOU OWONA 1 Consultant au GRASSENT 2, Unité microfinance eloundouo@hotmail.com /

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Economie et opportunités d affaires en Tanzanie

Economie et opportunités d affaires en Tanzanie Economie et opportunités d affaires en Tanzanie Présentation àla Chambre de Commerce et d Industrie de la Réunion 17 décembre 2014 Un positionnement stratégique Des disparités territoriales Des potentiels

Plus en détail

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal

Les coûts dans le rapport Doing Business cas du Sénégal REPUBLIQUE DU SENEGAL Ministère du Plan Centre d Etudes de Politiques pour le Développement B u l l e t i n d u C E P O D I S S N 0 8 5 0-1 3 2 7 Deuxième trimestre 2014 http://www.cepodsn.org Les coûts

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

RENCONTRE ACTIONNAIRES MARCQ EN BAROEUL 25 MARS 2015

RENCONTRE ACTIONNAIRES MARCQ EN BAROEUL 25 MARS 2015 RENCONTRE ACTIONNAIRES MARCQ EN BAROEUL 25 MARS 2015 UNE BANQUE UNIVERSELLE AVEC 3 GRANDS METIERS COMPLEMENTAIRES 2014 : UNE ANNEE DE TRANSFORMATION INTENSE ET REUSSIE VIE DU TITRE, POLITIQUE DE DIVIDENDE,

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE

PERSPECTIVES DE CROISSANCE DU TOURISME CONTEXTE PERSPECTIVES DE CONTEXTE Le tourisme est un vaste secteur à croissance rapide qui a de profondes répercussions sur l économie nationale. Toutefois, le Canada ne tire pas le meilleur parti des perspectives

Plus en détail

Intervention économique 20 novembre 2013

Intervention économique 20 novembre 2013 20 novembre 2013 Au troisième trimestre le PIB a reculé de 0,1% après une hausse de 0,5 % au deuxième trimestre. Pour l année 2013, la croissance est estimée à 0,1 %, soit la deuxième année consécutive

Plus en détail

22% Jusqu à. FIP Avantage PME III. de réduction d impôts sur l investissement * Fonds d Investissement de Proximité (FIP)

22% Jusqu à. FIP Avantage PME III. de réduction d impôts sur l investissement * Fonds d Investissement de Proximité (FIP) FIP Avantage PME III Jusqu à 22% de réduction d impôts sur l investissement * Dans le cadre d un blocage des parts pendant 8 ans et jusqu à 10 ans sur décision de la société de gestion, soit jusqu au 30/06/2021

Plus en détail

Introduction. 18 février 2016

Introduction. 18 février 2016 18 février 2016 Évaluation de la notification par la Belgique conformément à l article 458, paragraphe 9, du règlement (UE) n 575/2013 concernant la prorogation d une mesure nationale plus stricte pour

Plus en détail

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE

EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» TERMES DE REFERENCE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES EN TERME «D ANCRAGE DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE DANS LA SPHERE ECONOMIQUE DES PAUVRES» I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE Dans le cadre de l Initiative

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN

LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN LE MANIFESTE DES COOPÉRATIVES ACTIVES DANS L INDUSTRIE ET LES SERVICES POUR LES ÉLECTIONS 2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN CECOP est la Confédération européenne représentant environ 50,000 coopératives et autres

Plus en détail

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Activité et résultats Dexia 4 e trimestre et année 2007 Résultats solides et excellente qualité des actifs Capacité à saisir des opportunités commerciales croissantes

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------ Travail-Liberté-Patrie ------------- Discours d ouverture de : Son Excellence Kwesi Séléagodji AHOOOMEY-ZUNU Premier Ministre, Chef du Gouvernement au Forum

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des

2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Service du développement des affaires et des 2010 Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Analyse conjoncturelle de l économie et de l industrie de la construction résidentielle Prévisions économiques

Plus en détail

Les partenaires de l étude

Les partenaires de l étude Les partenaires de l étude VIVAPOLIS est la marque ombrelle visant à fédérer les acteurs français publics et privés qui veulent promouvoir, à l international, une ambition partagée d un développement urbain

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2005

PREMIER TRIMESTRE 2005 PREMIER TRIMESTRE 2005 RAPPORT TRIMESTRIEL POUR LA PÉRIODE SE TERMINANT LE 31 JANVIER 2005 MESSAGE AUX ACTIONNAIRES La Banque Laurentienne du Canada déclare un revenu net de 17,3 millions $ pour le premier

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

Conférence sur l économie coopérative

Conférence sur l économie coopérative Conférence sur l économie coopérative Bruxelles, Belgique 30 janvier 2013 Bernard Brun, Directeur Relations gouvernementales Mouvement Desjardins Plan de la présentation 1. Contexte 1.1 Contexte québécois

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail