par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "par Sophie Delisle Médecine nucléaire Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire Fiches de médecine nucléaire n 11-1-"

Transcription

1 Fiches de médecine nucléaire n Médecine nucléaire par Sophie Delisle Fiche n 11 : La gestion des déchets en médecine nucléaire La gestion des déchets hospitaliers respecte une réglementation très stricte. Celle concernant le tri des déchets selon la classification DAOM : déchets assimilés aux ordures ménagères et DASRIA : déchets d activité de soins à risque infectieux et assimilés remonte aux années 70. Cependant à ce tri historique des déchets hospitaliers s ajoute la sélection selon la caractérisation de matières dangereuses, la possibilité de valorisation et de recyclage de certains matériaux Dans les services de Médecine Nucléaire, une attention particulière est portée aux déchets radioactifs en termes de gestion. En effet le risque d exposition et de contamination radiologique de l environnement et des travailleurs est prépondérant sur l ensemble des autres risques et nécessite une gestion spécifique de l ensemble des déchets contaminés ou susceptibles de l être issus de ces secteurs d activité. Une présentation de la réglementation, en vigueur actuellement et les attentes de la certification V2010 permettent de mieux appréhender la gestion spécifique des déchets radioactifs d une part et des autres déchets d autre part dans les services de Médecine Nucléaire. Règlementation La réglementation générale à la gestion des déchets hospitaliers : Définition : «Selon le code de l environnement, un déchet est le résidu d un processus de production, de transformation ou d utilisation ainsi que toute substance, matériau produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l abandon.» 1 Tri et conditionnement des déchets : Depuis les années 90, la réglementation en matière de gestion des déchets d activité de soins évolue, elle précise et encadre la notion de risque à travers plusieurs textes 2 : - Décret du 4 mai 1994 relatif à la protection des travailleurs contre les risques résultant de leur exposition à des agents biologiques et modifiant le code du travail - Circulaire DGS/96/296 du 30 avril 1996 relative au conditionnement des déchets d activités de soins à risques infectieux et assimilés et à l application du règlement pour le transport des matières dangereuses par route. 1 La gestion des déchets dans les établissements de Santé, Guide de la MeaH 2 Direction générale de la Santé, Déchets d activité de soins à risques 2009 Comment les éliminer?, Guide DASRI 2009

2 n Décret n du 6 novembre 1997 relatif à l élimination des déchets d activités de soins à risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques - Circulaires DH/S12-DGS/V53 n 554 du 1 er septembre 1998 et n 34 du 11 janvier 2005 relatives à la collecte des objets piquants, tranchants, souillés et aux recommandations d utilisation des collecteurs - Arrêté du 7 septembre 1999 relatif aux modalités d entreposage des déchets d activités de soins à risques infectieux et assimilés et des pièces anatomiques - Arrêté du 24 novembre 2003 modifié relatif aux emballages des DASRI et assimilés et des pièces anatomiques d origines humaines - Circulaire DHOS/DGS/DRT n 34 du 11 janvier 2005 relative au conditionnement des déchets d activités de soins à risques infectieux et assimilés En termes de valorisation, la loi du 13 juillet 1992 prévoyait que dans les dix ans, «les déchets devraient être valorisés autant que faire se peut. Seuls les déchets ultimes seraient mis en décharges.» 3 S il reste encore des efforts à faire, les établissements de santé développent des politiques de recyclage. Les exigences de la certification : La référence 7 de la certification V2010, sur «la qualité et la sécurité de l environnement» concerne la gestion des déchets dans le critère 7.e : «gestion des déchets.» 4 Ce critère prévoit que : - la production de déchets et d effluents soit catégorisée et quantifiée - la politique en matière de déchets soit déterminée en concertation avec les instances - des procédures de gestion des déchets adaptées soient établies Les actions à mettre en oeuvre sont : - réaliser le tri des déchets - organiser la sensibilisation et/ ou la formation des professionnels - mettre en application des mesures de protection du personnel pour la collecte et l élimination des déchets L évaluation et l amélioration de ces actions portent sur : - l identification et l analyse des dysfonctionnements en matière d élimination des déchets - la conduite d action d évaluation et d amélioration relatives à la gestion des déchets - l identification des filières locales de valorisation des déchets Ce critère formalise la politique de tri et de valorisation des déchets dans les établissements de santé. Il rappelle la responsabilité du producteur vis à vis de ses déchets. «L objectif de cette démarche est de garantir le respect de la réglementation en vigueur et d optimiser le dispositif de gestion des déchets en intégrant l enjeu environnemental.» 5 La réglementation spécifique à la gestion des déchets radioactifs : Dans un service de Médecine Nucléaire, la production de déchets et d effluents radioactifs implique le respect d une réglementation spécifique. Arrêté du 30 octobre 1981 relatif aux conditions d emploi des radioéléments à des fins médicales Il détermine les caractéristiques des locaux du service, y compris le local d entreposage des déchets contaminés. Il fixe aussi les limites réglementaires d activité des effluents liquides ou gazeux. 3 Eric CHARLES, La gestion des déchets hospitaliers, Revue de l infirmière n 54 Novembre 1999, p Manuel de certification des établissements de santé, HAS, juin 2009, p.31 5 Manuel de certification des établissements de santé, HAS, juin 2009, p.31

3 n L activité autorisée d un service de Médecine Nucléaire prend en compte l activité en cours d utilisation ou de stockage et l activité résiduelle sous forme de déchets et effluents contaminés. Circulaire n DGS/SD7D/DHOS/E4/2001/323 du 9 juillet 2001 relative à la gestion des effluents et des déchets d activités de soins contaminés par des radionucléides Elle fixe les valeurs guides auxquelles doivent satisfaire les résultats des mesures d'activité sur les prélèvements réalisés à l'émissaire de l'établissement. Arrêté du 23 juillet 2008 portant homologation de la décision n DC-0095 de l Autorité de Sûreté Nucléaire du 29 janvier 2008 fixant les règles techniques auxquelles doit satisfaire l élimination des effluents et des déchets contaminés par les radionucléides, ou susceptibles de l être du fait d une activité nucléaire, prise en application des dispositions de l article R du Code de la Santé Publique Les modalités réglementaires appliquées à la gestion des déchets contaminées doivent être formalisées dans le plan de gestion des déchets et effluents contaminés sur l établissement. L application de cette réglementation spécifique aux déchets et effluents contaminés nécessite la mise en oeuvre de procédures spécifiques aux services de Médecine Nucléaire pour séparer les déchets à risque radiologique et les identifier. Applications en médecine nucléaire Les services de Médecine Nucléaire gèrent leurs déchets jusqu à élimination, ils produisent différents types de déchets, dont des déchets d activité de soins à risque infectieux auxquels viennent s ajouter le risque radiologique qui lors de la production est le risque prioritaire. Gestion des déchets radioactifs Les radionucléides utilisés en Médecine Nucléaire ont des périodes courtes : < 100 jours, les déchets et effluents contaminés sont donc gérés en décroissance par le service producteur. Les professionnels des services sont formés à la gestion des déchets : tri, décroissance, contrôle de non contamination, traçabilité. Déchets solides La gestion des déchets radioactifs est formalisée dans le plan de gestion des effluents et déchets contaminés mais aussi dans les procédures du service qui reprennent les modalités de tris, de stockages et d élimination des déchets contaminés. Les modalités de tris effectuées dans le service mentionnent la nature et la période du radioélément. En effet, les déchets produits sont identifiés et stockés dans des poubelles plombées adaptées en fonction de l énergie et de la période du radionucléide utilisé. Les catégories couramment identifiées en Médecine Nucléaire sont : - période < 8 jours, basse et moyenne énergie, type : 99m Tc, 201 Tl, 123 I, 111 In... - période < 8 jours, haute énergie, type : 18 F - période > ou = 8 jours, haute énergie, type : 131 I Les déchets de soins contaminés sont identifiés et stockés dans un local de décroissance adapté avant de pouvoir être éliminés dans la filière des DASRIA après vérification de la non contamination radioactive par frottis ou comptage externe. L ensemble des déchets stockés en décroissance fait l objet d une traçabilité adéquate et un registre permet de signaler l entrée en décroissance et l évacuation après contrôle des déchets du service.

4 n En sortie d établissement, une balise de détection permet de vérifier l absence de contamination radiologique de l ensemble des déchets produits sur le site. En cas de contamination, le container incriminé est placé en décroissance dans un local dédié, il fait l objet d une identification du radionucléide et d une mesure du débit de dose. Après décroissance, il est de nouveau contrôlé avant d être évacué dans la filière appropriée. Effluents gazeux Les produits radioactifs sont manipulés dans des enceintes plombées dédiées, leur circuit de ventilation est relié à des filtres à charbon actif qui évitent la contamination atmosphérique. Le taux de renouvellement horaire de la ventilation des locaux doit permettre de limiter au niveau le plus faible possible les rejets d effluents gazeux contaminés dans les ambiances de travail. Effluents liquides Les services de Médecine Nucléaire sont dotés de système de cuves- tampons (photo 1) pour contenir les effluents liquides. Les éviers susceptibles d être contaminés par des radionucléides sont reliés à ces cuves qui fonctionnent en alternance : remplissage / décroissance. Photo 1: cuves- tampons pour la décroissance des effluents contaminés Les effluents en provenance des chambres d hospitalisation pour traitement à l iode 131 sont gérés en décroissance dans un système de cuves spécifique à cette activité. Elles contiennent les urines (WC séparateurs : photo 2), l eau des douches et lavabos. 60 à 80% de l activité ingérée par les patients hospitalisés est éliminée dans les 2 jours suivants dans les urines. Photo 2: WC séparateur à destination des chambres de thérapie à l 131 I

5 n Le temps de décroissance doit être au moins égal à dix fois la période du radioélément qui a la plus longue période. Un prélèvement lors de la fermeture de la cuve permet de connaître l activité volumique contenue et de déterminer le temps nécessaire à la décroissance, sachant que les valeurs guides sont de 10 Bq par litre pour l ensemble des radionucléides, et de 100 Bq par litre pour les effluents liquides issus des chambres de patients traités à l iode 131 à la sortie de la cuve lors de la remise à l égout. Les WC des services sont reliés à une fosse septique qui ralentit l écoulement vers le système général des eaux usées et permet une décroissance sur une période d au moins 24 h des urines des patients qui viennent réaliser leur examen. La réglementation impose à l établissement de réaliser un contrôle des eaux usées au niveau de l émissaire pour s assurer que les valeurs des effluents rejetés dans l environnement ne dépassent pas les limites réglementaires. Cas particuliers : les sources scellées Les sources scellées servent généralement au contrôle qualité des appareils. Elles sont autorisées pendant une période maximale de 10 ans. Au terme de leur utilisation, elles doivent être reprises par le fournisseur (article du Code de la Santé Publique R ). La gestion des déchets radioactifs fait l objet d une organisation spécifique dans les services de Médecine Nucléaire, les contrôles effectués sont conservés et font l objet de contrôles. Les personnels sont formés à cette gestion et utilisent les moyens de protection adaptés (gants, collecteurs adaptés) afin d éviter tout risque de contamination. Le stockage dans le local de décroissance limite l exposition. Les autres déchets Si la gestion des déchets radioactifs est spécifique des services de Médecine Nucléaire, ils produisent aussi d autres types de déchets. DAOM / DASRIA L activité diagnostique des services engendre le risque radiologique pour l ensemble des DASRIA qui seront traités en décroissance, considéré comme contaminés ou susceptibles de l être. Par contre les poubelles DAOM situées en zone réglementée reçoivent les emballages non contaminés, le papier... Ces déchets sont évacués vers la filière adaptée, après avoir bénéficié d un contrôle de non contamination avant évacuation. Valorisation du plomb Les radio pharmaceutiques sont transportés dans des pots plombés. Si les fournisseurs de produits marqués au 18 F consignent leur conditionnement, les autres produits génèrent des déchets que les services doivent gérer. Lorsque le stock de pots est conséquent, le service fait appel à une société externe qui sera en mesure d assurer le recyclage de ce matériau. Après un contrôle de non contamination, les emballages vides peuvent être évacués par la filière spécifique d enlèvement des déchets plombés. Les autres filières de tris Aujourd hui, au tri des déchets radiologiques s ajoute les tris spécifiques. Lors des contrôles de qualité des radio pharmaceutiques, des solvants sont utilisés. Ces produits, après utilisation, doivent intégrer la filière des déchets toxiques pour être éliminés. Les déchets recyclables, type : carton, papier, piles usagées... doivent faire l objet d un tri adapté afin de favoriser leur valorisation. L informatisation des services génère aussi des déchets informatiques qui font l objet d une collecte particulière au sein des établissements de santé.

6 n Conclusion La Médecine Nucléaire est concernée à la fois par le tri des déchets et le risque d exposition et de contamination radiologique engendré par ses déchets, le risque ionisant prime sur les autres risques générés par les déchets d activité de soins : risque infectieux. La gestion des déchets radioactifs est formalisée par des procédures, l ensemble des déchets est soumis à un contrôle systématique de non contamination avant évacuation vers la filière appropriée afin d éviter de contaminer l environnement ou d exposer des personnes : travailleurs ou public. La réglementation en matière de gestion de déchets et les exigences de la certification s appliquent aux services de Médecine Nucléaire comme à l ensemble des secteurs d activités des établissements de santé. Si la politique de tri radiologique est parfaitement respectée et appliquée, la valorisation des autres déchets est un enjeu pour les services de médecine Nucléaires et les établissements de santé. Bibliographie Arrêté du 23 juillet 2008 portant homologation de la décision n 2008-DC-0095 de l'asn du 29 janvier 2008 fixant les règles techniques auxquelles doit satisfaire l'élimination des effluents et des déchets contaminés par les radionucléides, Déchets d activité de soins à risques 2009 Comment les éliminer?, Direction générale de la Santé, Guide DASRI 2009 La gestion des déchets dans les établissements de Santé, Panorama réglementaire et propositions pratiques de mise en oeuvre, Guide de la MeaH, mise à jour 2008 Manuel de certification des établissements de santé, HAS, juin 2009 Revue de l infirmière n 54 Novembre 1999

Les déchets hospitaliers

Les déchets hospitaliers Les déchets hospitaliers C est l ensemble des sous-produits des activités de soins. L établissement est responsable de l élimination des déchets. Les points importants sont le tri à la source et l approche

Plus en détail

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Docteur Fabien Squinazi Médecin biologiste Ancien Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Membre du comité

Plus en détail

COLLOQUE «Hygiène hospitalière et développement durable» Jeudi 12 mai 2011. Les déchets, en prendre soin

COLLOQUE «Hygiène hospitalière et développement durable» Jeudi 12 mai 2011. Les déchets, en prendre soin COLLOQUE «Hygiène hospitalière et développement durable» Jeudi 12 mai 2011 Les déchets, en prendre soin Estelle HAGMEYER Référent Développement Durable Hôpitaux Universitaires de Strasbourg DECHETS HOSPITALIERS

Plus en détail

Décret n 2008-1007 en date du 18 août 2008 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux

Décret n 2008-1007 en date du 18 août 2008 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux 18-8-2008 - Décret n 2008-1007 portant réglementation de la gestion des déchets biomédicaux 1 Ministère de la Santé et de la Prévention Décret n 2008-1007 en date du 18 août 2008 portant réglementation

Plus en détail

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 Monsieur le Docteur Centre Hospitalier de Charleville 45, Avenue de Manchester

Plus en détail

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

Je vous communique ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 10 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-023737 Monsieur le directeur (du CH de Sarreguemines) Hôpital de Freyming-Merlebach Service de Médecine Nucléaire

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2016-016704 Nantes, le 29 Avril 2016 Service de médecine nucléaire Centre hospitalier de Saint Brieuc 22027 SAINT BRIEUC CEDEX 1 Objet : Inspection

Plus en détail

LES POINTS DE VIGILANCE

LES POINTS DE VIGILANCE Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) LES POINTS DE VIGILANCE Délégation territoriale de l Essonne / département de Veille et de Sécurité Sanitaire / Contrôle et Sécurité

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 juillet 2012XXXXXX N/Réf. : Codep-Lyo-2012-040828 CERMAV CNRS Domaine universitaire 601 rue de la Chimie 38400 SAINT-MARTIN D HERES Objet : Inspection

Plus en détail

Les contrôles de radioprotection

Les contrôles de radioprotection Les contrôles de radioprotection Présentation de l arrêté du 26 octobre 2005 définissant les contrôles de radioprotection (JO du 27 novembre 2005) Application par les utilisateurs et les organismes agréés

Plus en détail

JOURNÉE DE SENSIBILISATION AU TRI DES

JOURNÉE DE SENSIBILISATION AU TRI DES JOURNÉE DE SENSIBILISATION AU TRI DES DÉCHETS HOSPITALIERS EHUOran, 27 Février 2013 Prof. N. Midoun Problématique Le thème à traiter pour cette journée concerne les DASRI, il a été choisi parce que la

Plus en détail

PLAN DE GESTION INTERNE POUR LES EFFLUENTS ET DECHETS RADIOACTIFS

PLAN DE GESTION INTERNE POUR LES EFFLUENTS ET DECHETS RADIOACTIFS PLAN DE GESTION INTERNE POUR LES EFFLUENTS ET DECHETS RADIOACTIFS Octobre2013 1 SOMMAIRE INTRODUCTION I Le Service de Médecine Nucléaire I-1) Radionucléides utilisés par le service de Médecine Nucléaire

Plus en détail

PLAN DE GESTION DES EFFLUENTS ET DES DECHETS CONTAMINES UNITE DE SCINTIGRAPHIE V4 Fev.1616

PLAN DE GESTION DES EFFLUENTS ET DES DECHETS CONTAMINES UNITE DE SCINTIGRAPHIE V4 Fev.1616 PLAN DE GESTION DES EFFLUENTS ET DES DECHETS CONTAMINES UNITE DE SCINTIGRAPHIE V4 Fev.1616 I. PRESENTATION SITE ET DISPOSITIONS GENERALES a) Description du site Le service de médecine nucléaire est la

Plus en détail

par des radionucléides ides Retour d expérience en milieu médical

par des radionucléides ides Retour d expérience en milieu médical Gestion des déchets d contaminés par des radionucléides ides Retour d expérience en milieu médical Sylviane PREVOT, Cadre médico-technique PCR Claude TOUZERY, Physicien médicalm Service du Pr François

Plus en détail

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE

JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP. 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION. Etude de postes pour le document unique. Françoise ROUSSILLE JOURNEE RECHERCHE ET SANTE SFRP 9 novembre 2010 ETUDES DE POSTE ET RADIOPROTECTION Etude de postes pour le document unique De la maitrise des risques à l étude de postes Maitriser les risques professionnels

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux

Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE DIRECTION DE L HYGIENE DU MILIEU ET DE LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Formation sur la gestion des DASRI : besoins et thèmes principaux Présenté par

Plus en détail

Bordeaux, le 12 octobre 2015. N/Réf. : CODEP-BDX-2015-041531

Bordeaux, le 12 octobre 2015. N/Réf. : CODEP-BDX-2015-041531 REPUBLIQUE FRANCAISE DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 12 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-BDX-2015-041531 Service de médecine nucléaire Hôpital Purpan Place du Docteur Baylac 31039 TOULOUSE cedex 9 Objet :

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

CHAPITRE 12 DECHETS. Marie-Hélène Hours Centre Hospitalier Bourgoin Jallieu Isabelle Poujol C.CLIN Sud-Est Pierre-Bénite

CHAPITRE 12 DECHETS. Marie-Hélène Hours Centre Hospitalier Bourgoin Jallieu Isabelle Poujol C.CLIN Sud-Est Pierre-Bénite CHAPITRE 12 DECHETS Coordonnateurs et Auteurs Marie-Hélène Hours Centre Hospitalier Bourgoin Jallieu Isabelle Poujol C.CLIN Sud-Est Pierre-Bénite Guide Technique d'hygiène Hospitalière 2004 C.CLIN Sud-Est

Plus en détail

Révision de la nomenclature. des installations classées. du secteur du traitement des déchets. Eric GAUCHER

Révision de la nomenclature. des installations classées. du secteur du traitement des déchets. Eric GAUCHER Révision de la nomenclature des installations classées du secteur du traitement des déchets Eric GAUCHER Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la

Plus en détail

Surveillance des effluents à l émissaire des établissements de soins. Présentation effectuée par L. Lavergnas société ALGADE

Surveillance des effluents à l émissaire des établissements de soins. Présentation effectuée par L. Lavergnas société ALGADE Surveillance des effluents à l émissaire des établissements de soins Présentation effectuée par L. Lavergnas société ALGADE Origine des effluents liquides radioactifs dans des établissements de soins Élimination

Plus en détail

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale

NOVA RADIOPROTECTION. Solutions de consultance en radioprotection médicale Solutions de consultance en radioprotection médicale 1021, Avenue de Toulouse - Espace ARC-EN-CIEL (Hall 3) 34070 MONTPELLIER - www.nova-radioprotection.com courriel : contact@nova-radioprotection.com

Plus en détail

Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri?

Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri? 10 e Rencontre de Prévention du Risque Infectieux Nosocomial de l Océan Indien - Vendredi 26 avril 2013 Déchets d activité de soins à risque infectieux : Quelle logique de tri? Hélène Boulestreau Service

Plus en détail

2. Selon l article R1335-2 du Code de la santé publique, la responsabilité des DASRI produits incombe à :

2. Selon l article R1335-2 du Code de la santé publique, la responsabilité des DASRI produits incombe à : CORRECTION 1. Que sont les DASRI? - Les Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux - Les Déchets d Activités de Soins à Risques d Incendie - Les Déchets d Activités de Soins à Risques d Insomnie

Plus en détail

Exemple du Service de Médecine Nucléaire de l Hôpital Sud-Francilien de Corbeil-Essonnes.

Exemple du Service de Médecine Nucléaire de l Hôpital Sud-Francilien de Corbeil-Essonnes. 13. INTERETS DE L ORGANISATION DE LA GESTION DES SOLIDES RADIOACTIFS ET DE LEUR INTEGRATION DANS LES FILIERES D ELIMINATION DES HOSPITALIERS C. Herain 1 * ;L. Savanier 2* ; G. Richardot 2* ; C.Benhabib

Plus en détail

Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés

Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés Bonnes pratiques de gestion des canalisations d effluents contaminés Retour d expériences sur des incidents de fuite de canalisation dans des services de médecine nucléaire (irathérapie) Céline GUERVILLE,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Gestion des Déchets Hospitaliers. DU Hygiène Hospitalière 2011-2012 Aurélie Boucherat

Gestion des Déchets Hospitaliers. DU Hygiène Hospitalière 2011-2012 Aurélie Boucherat Gestion des Déchets Hospitaliers DU Hygiène Hospitalière 2011-2012 Aurélie Boucherat 1 De quoi parlons nous? Déchet: au regard de la Loi Tout résidu issu d un processus de production, de transformation

Plus en détail

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine

recommandations de Gestion des ProdUits de santé soumis À La chaîne du Froid entre +2 c et +8 c À L officine RECOMMANDATIONS recommandations de GESTION DES PRODUITS DE SANTÉ SOUMIS À LA CHAÎNE DU FROID ENTRE +2 C ET +8 C À L OFFICINE édition de décembre 2009 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Respect des engagements

Plus en détail

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques

Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Lecture et explication du Décret 2-09-139 Relatif à la Gestion des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques Pr DERRJI S S. Derraji 18/01/2011 1 Plan Introduction Historique Décret 2-09-139 - CHAPITRE 1 : Objectifs,

Plus en détail

Afth. Rejets des boues DÉCHET : DISTINCTION DES DÉCHETS :

Afth. Rejets des boues DÉCHET : DISTINCTION DES DÉCHETS : Réglementation sur le rejet des boues Argicur, Thierry FERRAND Installation de traitement des boues Aix les Bains, M. BIENVENU Installation de recyclage des boues Neris, M. JEANNOT Codef, J.B. BARDET DÉCHET

Plus en détail

Dangers chimiques, risques chimiques et développement durable

Dangers chimiques, risques chimiques et développement durable Dangers chimiques, risques chimiques et développement durable Philippe Parvy Chargé de mission risque chimique et écologie hospitalière Hôpital Necker Enfants Malades, AP-HP philippe.parvy@nck.aphp.fr

Plus en détail

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS

ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS ORGANISATION D UNE COLLECTE DE DÉCHETS DE LABORATOIRE «ÉTAPE PAR ÉTAPE» FORMATION DU JEUDI 26 NOVEMBRE 2015 BRUXELLES ENVIRONNEMENT SOMMAIRE 1. Retour d expériences 2. Bonnes pratiques pour une gestion

Plus en détail

15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR

15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR La gestion des déchets Médicaux et Pharmaceutiques 15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR Généralités Activités de soins génèrent une quantité croissante de déchets Certains de ces déchets présentent un

Plus en détail

Usure et. entretien du matériel

Usure et. entretien du matériel Usure et entretien du matériel 23 Usure et entretien du matériel Un pneumatique est constitué de caoutchouc (naturel et artificiel), d adjuvants chimiques (soufre, noir de carbone, huiles, etc.) et de

Plus en détail

La gestion des déchets hospitaliers et d activités de soins en Tunisie Management of hospital wastes and care activities in Tunisia

La gestion des déchets hospitaliers et d activités de soins en Tunisie Management of hospital wastes and care activities in Tunisia Proceedings of International Symposium on Environmental Pollution Control and Waste Management 7-10 January 2002, Tunis (EPCOWM 2002), p.915-924. La gestion des déchets hospitaliers et d activités de soins

Plus en détail

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux

Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux Annexe 2 Les technologies de traitements et d élimination des déchets de soins médicaux (171) Le choix d une technologie de traitement et d élimination des déchets de soins médicaux doivent toujours être

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2

BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES. Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015. PARTIE PERMANENTE Administration Centrale. Texte 2 BULLETIN OFFICIEL DES ARMÉES Édition Chronologique n 28 du 25 juin 2015 PARTIE PERMANENTE Administration Centrale Texte 2 DIRECTIVE N 3535/DEF/CAB mesures de prévention face aux risques d exposition à

Plus en détail

A l Université de Rouen, nous pouvons avoir des déchets solides et des effluents liquides. Aucun rejet gazeux n est produit.

A l Université de Rouen, nous pouvons avoir des déchets solides et des effluents liquides. Aucun rejet gazeux n est produit. 1. Champs d application et référence réglementaire Cette procédure regroupe la gestion des déchets radioactifs de l Université de Rouen. Elle concerne les déchets produits par les unités/départements détenteurs

Plus en détail

La recherche en Nord-Pas-de-Calais Radioprotection des travailleurs. Bilan 2011-2013 de la Division de Lille de l ASN

La recherche en Nord-Pas-de-Calais Radioprotection des travailleurs. Bilan 2011-2013 de la Division de Lille de l ASN La recherche en Nord-Pas-de-Calais Radioprotection des travailleurs Bilan 2011-2013 de la Division de Lille de l ASN Jeudi 1 er octobre 2015 Autorité de sûreté nucléaire Division de Lille Claire LENGLET

Plus en détail

Du traitement des déchets par les infirmiers(ères) libéraux

Du traitement des déchets par les infirmiers(ères) libéraux Du traitement des déchets par les infirmiers(ères) libéraux Plan : Introduction Quelques principes Responsabilités Types de déchets Tri Collecte Délais entre la production «effective» et le traitement

Plus en détail

Radioprotection opérationnelle d un service de médecine m

Radioprotection opérationnelle d un service de médecine m Radioprotection opérationnelle d un service de médecine m nucléaire cas au Cliniques universitaires St Luc Michel De Spiegeleer Expert agréé de contrôle physique Service de radioprotection UCL Table des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Arrêté du 21 mai 2010 portant homologation de la décision n o 2010-DC-0175 de l Autorité de sûreté nucléaire du 4 février

Plus en détail

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques

1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques 1- Evolution de la réglementation relative au contrôle de l exposition professionnelle aux agents chimiques Raymond VINCENT Direction Déléguée aux Applications INRS, Centre de Lorraine raymond.vincent@inrs.fr

Plus en détail

DECHETS HOSPITALIERS : TYPOLOGIE RISQUES SANITAIRES ET ENVIRONNEMENTAUX TRAITEMENT REGLEMENTATION

DECHETS HOSPITALIERS : TYPOLOGIE RISQUES SANITAIRES ET ENVIRONNEMENTAUX TRAITEMENT REGLEMENTATION DECHETS HOSPITALIERS : TYPOLOGIE RISQUES SANITAIRES ET ENVIRONNEMENTAUX TRAITEMENT REGLEMENTATION Brigitte CHARDON - CEDDES - FRANCE LES DECHETS D ACTIVITES DE SOINS «Les déchets d activités de soins sont

Plus en détail

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Association canadienne de radioprotection Reconnaissance et agrément professionnels PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Préparé par : Révisé par : Gary Wilson B.Sc., RTNM, MEd. Comité des professionnels

Plus en détail

Politique réglementaire de l agroalimentaire

Politique réglementaire de l agroalimentaire PRÉSENTATION POWER POINT Politique réglementaire de l agroalimentaire Jacques VALANCOGNE, Consultant (France) Approvisionnement de l Europe par des pays non membres et approche filière L approvisionnement

Plus en détail

Pour le Pr. J. Janssens, Président, Le secrétaire,

Pour le Pr. J. Janssens, Président, Le secrétaire, SPF SANTE PUBLIQUE, Bruxelles, le 11/05/2006 SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Direction générale de l Organisation des Etablissements de Soins CONSEIL NATIONAL DES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS BIOMEDICAUX DANS LE DISTRICT SANITAIRE DE HOUNDE (BURKINA FASO)

LA GESTION DES DECHETS BIOMEDICAUX DANS LE DISTRICT SANITAIRE DE HOUNDE (BURKINA FASO) LA GESTION DES DECHETS BIOMEDICAUX DANS LE DISTRICT SANITAIRE DE HOUNDE (BURKINA FASO) Une formation au métier de Logisticien de Santé Document Resolog Juillet 2013 François Nabarou GNANE Lecture et mise

Plus en détail

TABLE DES MATIERES +, -./0 "12 3 +

TABLE DES MATIERES +, -./0 12 3 + ! "#$#"%# #&#'#() TABLE DES MATIERES +, -./0 "12 3 + 1.1. Contexte et objectifs de l etude 1 1.2. Déchets concernés 2 1.3. Membres du Comité de Pilotage 2 1.4. Acteurs 2 1.5. Enjeux 3 1.6. Coordination

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Nettoyage Cette fiche concerne les activités de nettoyage industriel, de nettoyage de bureau et le lavage des vitres. L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de nettoyage

Plus en détail

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité

Centre de stockage de déchets d non dangereux ou dangereux. Les obligations réglementairesr abilité 12 octobre 2012 Centre de stockage de déchets d ultimes non dangereux ou dangereux Les obligations réglementairesr en matière de conception et de traçabilit abilité Présentation de l inspection des installations

Plus en détail

LE MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES

LE MINISTRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Ministère de la santé, de la famille et des personnes handicapées Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-Direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé

Plus en détail

La gestion des d chets de lõexploitation foresti re

La gestion des d chets de lõexploitation foresti re La gestion des d chets de lõexploitation foresti re Avril 2011 I Fiche technique n 3 L exploitation forestière comme toute activité génère des déchets. Selon leur type et leur quantité, ils présentent

Plus en détail

Pour une gestion interne normalisée des Déchets Médicaux Pharmaceutiques Cas du CHU de Marrakech

Pour une gestion interne normalisée des Déchets Médicaux Pharmaceutiques Cas du CHU de Marrakech Atelier de «Sensibilisation sur les exigences réglementaires et la gestion interne des Déchets Médicaux et Pharmaceutiques au sein des établissements de santé Pour une gestion interne normalisée des Déchets

Plus en détail

Roche Diagnostics France. Gestion des déchets dangereux

Roche Diagnostics France. Gestion des déchets dangereux Roche Diagnostics France Gestion des déchets dangereux GESTION DES DECHETS DANGEREUX Ce document a pour but de vous accompagner dans votre politique de gestion et de traitement de vos déchets générés lors

Plus en détail

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech

Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech 1 Prise en compte de l environnement au CNPE de Golfech La politique environnementale 2 Chaque année, la Direction s engage sur une politique environnementale en choisissant quelques objectifs prioritaires.

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Electricité L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants.

Plus en détail

Lʼindustrie Française: Une chance pour lʼhôpital vert

Lʼindustrie Française: Une chance pour lʼhôpital vert Lʼindustrie Française: Une chance pour lʼhôpital vert Lʼindustrie française, une chance pour lʼhôpital vert Pourquoi? 1 million de tonnes de déchets Les différents types de déchets Les obligations Lʼindustrie

Plus en détail

Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile. F. Taillardas CDS hygiéniste

Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile. F. Taillardas CDS hygiéniste Gestion des Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux lors des soins à Domicile F. Taillardas CDS hygiéniste Présentation HAD du littoral 3 antennes: Berck sur mer, Boulogne sur mer et Fruges Prise

Plus en détail

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application :

MODE OPERATOIRE NORMALISE : Date d application : 1 / 14 Prénom / Nom Date, signature Rédacteur : Tony Jamault Vérificateur : Anthony Loussouarn Approbation : Isabelle Calard Table des matières 1 OBJECTIF DU MODE OPERATOIRE ET DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification

Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Directive cadre sur les déchets : un texte de clarification Le Parlement et le Conseil de l Union européenne ont adopté le 17 juin dernier une directive relative aux déchets. La précédente directive du

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

Formation Bâtiments Durables: DÉCHETS DE CONSTRUCTION

Formation Bâtiments Durables: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Formation Bâtiments Durables: DÉCHETS DE CONSTRUCTION Bruxelles Environnement PRINTEMPS 2013 Législation en matière de déchets de construction en RBC Pierre Willem team@ecorce.be www.ecorce.be OBJECTIFS

Plus en détail

ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES

ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Commune de ARRETE N REGLEMENT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ASSIMILES Le maire de la commune de.. Vu les directives européennes Vu la loi n 75-633 du 15 juillet 1975 Vu le code général des collectivités

Plus en détail

Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN

Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN Radioprotection : enjeux, réglementation, inspections de l ASN Laurent DEPROIT, chef de la division de Marseille de l ASN Réunion plénière du 3 juin 2015 1 Sommaire 1. Les missions de l ASN 2. Les principales

Plus en détail

Aide mémoire pour les expéditions des matières radioactives

Aide mémoire pour les expéditions des matières radioactives Aide mémoire pour les expéditions des matières radioactives Odile KIMMEL Hervé VIGUIER - Marc AMMERICH Cet aide mémoire est destiné aux personnes compétentes devant expédier des matières radioactives.

Plus en détail

GESTION DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES

GESTION DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES GESTION DES DECHETS DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Pascale LHOEST, Conseillère en prévention, Fédération Wallonie Bruxelles pascale.lhoest@cfwb.be 0486/09 04 25 Ixelles, le 26 novembre 2015 1 DECHETS

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG. Notice à l attention des établissements

Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG. Notice à l attention des établissements ANNEXE 4 Volet santé-environnement des conventions tripartites ARS EHPAD CG Notice à l attention des établissements Ce volet couvre le champ de la prévention des risques légionelles, amiante, radon et

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Objet : Lettre de suite de l'asn concernant l'inspection en radioprotection réalisée le 1 er juillet 2011 dans votre établissement.

Objet : Lettre de suite de l'asn concernant l'inspection en radioprotection réalisée le 1 er juillet 2011 dans votre établissement. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE CODEP MRS 2011 043072 Marseille, le 30 août 2011 Clinique de l Ospédale RN 198 Carrefour de l Ospédale 20137 PORTO-VECCHIO Objet : Lettre de suite de l'asn concernant

Plus en détail

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique

Rappel de la hiérarchie des textes officiels. Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Prévention des accidents d exposition au sang (AES) : le cadre juridique Annie LEPRINCE, Institut national de recherche et de sécurité, Centre de Paris 1 Rappel de la hiérarchie des textes officiels Domaine

Plus en détail

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX

LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX LA GESTION DES PRODUITS DANGEREUX Les produits présents dans l entreprise peuvent être une source de dangers pour les salariés et l environnement que ce soient des produits entrants, des produits fabriqués

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 mai 2010 N/Réf. : CODEP-PRS-2010-027150 Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection Installation : Coronarographie Identifiant de la visite

Plus en détail

Synthèse réglementaire : Amiante V1 02/10/2012

Synthèse réglementaire : Amiante V1 02/10/2012 Préambule : La présente synthèse fait référence au décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante et à l arrêté du 23 février 2012 définissant les modalités de formation des

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

OBJET : Inspection de la radioprotection n INSNP-OLS-2015-0264 du 16 septembre 2015 Installation de radiologie

OBJET : Inspection de la radioprotection n INSNP-OLS-2015-0264 du 16 septembre 2015 Installation de radiologie RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-039269 Orléans, le 25 septembre 2015 SELARL Radiodiagnostic du Giennois 18 rue des Relais 45190 BEAUGENCY OBJET : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Obligations des producteurs d équipements électriques et électroniques

Obligations des producteurs d équipements électriques et électroniques > Dossier Obligations des producteurs d équipements électriques et électroniques Le 27 janvier 2003, deux directives communautaires concernant les équipements électriques et électroniques étaient adoptées

Plus en détail

DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX

DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX L élimination des déchets comprend: DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX En amont: la collecte, le stockage provisoire et le transport En aval: leur valorisation, leur stockage et leur traitement Selon art.7

Plus en détail

Modalités de conditionnement des déchets générés par les chantiers d assainissement

Modalités de conditionnement des déchets générés par les chantiers d assainissement Document interne z Q Identification SP NT ASSP 1 0-0002 Nom du FDR Arborescence Émetteur Dl/SP Repère support/secrétaire Date d origine Page 1/23 Modalités de conditionnement des déchets générés par les

Plus en détail

Communauté de communes. de la Baie du Kernic

Communauté de communes. de la Baie du Kernic Communauté de Communes de la Baie du Kernic Communauté de communes de la baie du Kernic REGLEMENT DE SERVICE DES DECHETS MENAGERS COLLECTE DES DECHETS MENAGERS Vu les délibérations du Conseil de la Communauté

Plus en détail

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP Guide du curriculum Ce document peut être utilisé comme guide lors de l'élaboration de matériel didactique afin de satisfaire les compétences requises. Ce n est pas l intention de l association de dicter

Plus en détail

Clauses particulières en environnement

Clauses particulières en environnement Clauses particulières en environnement Annexe Description du projet Pérennité zone industrile Titre du projet Il 1. n'y Généralités a pas de clauses particulières additionnelles autres que les clauses

Plus en détail

N/Réf. : Codep-Lyo-2016-017973 Mme le directeur délégué du centre hospitalier de Tarare L hôpital Nord-Ouest 1, bd J.B. Martin 69170 TARARE

N/Réf. : Codep-Lyo-2016-017973 Mme le directeur délégué du centre hospitalier de Tarare L hôpital Nord-Ouest 1, bd J.B. Martin 69170 TARARE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon le 02/05/2016 N/Réf. : Codep-Lyo-2016-017973 Mme le directeur délégué du centre hospitalier de Tarare L hôpital Nord-Ouest 1, bd J.B. Martin 69170 TARARE Objet

Plus en détail

'()*++*,-.%./;0++D.%&%

'()*++*,-.%./;0++D.%&% '()*++*,-.%./;0++D.%&% Code : 15 01 10* Nomenclature : Emballages contenant des résidus de substances dangereuses Les emballages souillés sont considérés comme tant qu ils n ont pas fait l objet d un nettoyage

Plus en détail

Collecte, tri et élimination des déchets d activités de soins à risque.

Collecte, tri et élimination des déchets d activités de soins à risque. HOPITAL DE SOULTZ N S.PT.S.001.2 Collecte, tri et élimination des déchets d activités de soins à risque. SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 1 : ADMINISTRATION CLASSEUR 2 : SERVICE DE SOINS INFIRMIERS CLASSEUR

Plus en détail

Déchets médicaux les déchets à risques potentiels les déchets sans risques.

Déchets médicaux les déchets à risques potentiels les déchets sans risques. Gestion des déchets Déchets médicaux L OMS définit les déchets médicaux comme le flux total des déchets provenant d un établissement de santé ou de recherche, comprenant: les déchets à risques potentiels

Plus en détail

Plan régional d élimination des déchets d activités de soins en Bretagne

Plan régional d élimination des déchets d activités de soins en Bretagne Plan régional d élimination des déchets d activités de soins en Bretagne MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de production des Industries Chimiques : niveau III* Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification * le niveau auquel il est fait référence est celui

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 définissant les modalités de contrôle de radioprotection en application

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-022353 Lyon, le 18 Avril 2013 CERMEP 59 boulevard Pinel 69677 BRON Cedex Objet : Inspection de la radioprotection du 29 mars 2013 Installation

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Charte Sûreté Nucléaire

Charte Sûreté Nucléaire Charte Sûreté Nucléaire LA SÛRETÉ NUCLÉAIRE UN IMPÉRATIF ABSOLU Le maintien du plus haut niveau de sûreté a toujours constitué pour AREVA un impératif absolu : il en est ainsi pour la sûreté de nos produits,

Plus en détail