1. Rappels anatomiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Rappels anatomiques"

Transcription

1 1. Rappels anatomiques 1. Le colon Le gros intestin est un tube creux formant une partie du tube digestif. On l'appelle aussi intestin ou côlon. a. Structure Le côlon débute par le caecum, là où il se rattache à l'extrémité de l'intestin grêle (iléon). Les 6 derniers pouces du côlon sont du tissu rectal. Comme il n'y a pas de limite nette entre le côlon et le rectum, les cancers du côlon et du rectum sont groupés sous le terme cancer colorectal. 1

2 Le côlon se divise en 4 segments : côlon ascendant il débute par le caecum, là où il se rattache à l'extrémité de l'intestin grêle, et se prolonge vers le haut, du côté droit du corps, jusqu'au côlon transverse côlon transverse il relie le côlon ascendant au côlon descendant et traverse la partie supérieure de l'abdomen côlon descendant il relie le côlon transverse au côlon sigmoïde et longe le côté gauche du corps côlon sigmoïde il relie le côlon descendant au rectum b. Fonction Les principales fonctions du côlon et du rectum sont d'absorber l'eau et les éléments nutritifs des aliments qu'on ingère et d acheminer les résidus alimentaires hors du corps. Le côlon reçoit les aliments partiellement digérés de l'intestin grêle sous forme liquide. Les bactéries présentes dans le côlon (flore intestinale) décomposent certaines substances en plus petites parties. 2

3 L'épithélium absorbe l'eau et les éléments nutritifs. Il donne aux résidus qui restent une consistance semi-solide (matières fécales, ou selles). L'épithélium produit également un mucus à l'extrémité du tube digestif, ce qui facilite le passage des selles dans le côlon et le rectum. Certains segments du côlon se resserrent et se relâchent en alternance (péristaltisme), permettant ainsi de faire avancer les selles jusqu'au rectum. Le rectum sert de zone d'attente aux selles. Lorsqu'il est plein, il émet un signal au cerveau pour que celui-ci déclenche le déplacement des selles et leur expulsion par l'anus. 2. L intestin grêle L'intestin grêle fait partie de l'appareil digestif. C est un organe creux, en forme de tube, qui est fixé à l estomac à une extrémité et au gros intestin à l autre extrémité. L intestin grêle constitue la partie la plus longue du tube digestif, ou tractus gastro-intestinal, puisqu'il forme environ les trois quarts de l appareil digestif. On l appelle aussi petit intestin. a. Structure L'intestin grêle mesure de 4,75 à 6 mètres (15 à 20 pieds) de longueur par 2,5 centimètres (1 pouce) de diamètre en moyenne. Il présente des anses, est enroulé et occupe une partie importante de la cavité abdominale (espace dans l'abdomen qui contient les intestins et d'autres organes). L'intestin grêle se compose de 3 parties : duodénum - première partie de l intestin grêle qui se fixe à l estomac - partie la plus courte et la plus large de l intestin grêle - longueur d'environ 25 cm (10 pouces) - considéré comme le bol à mélanger et par lequel la plupart des enzymes digestives entrent dans l'intestin grêle 3

4 jéjunum - partie centrale de l'intestin grêle, entre le duodénum et l iléon - longueur d'environ 2,4 m (8 pieds) - la plus grande partie de la digestion chimique et de l absorption des éléments nutritifs s y fait - ses couches musculaires se contractent (se raidissent) pour aider à déplacer les aliments dans le tractus gastro-intestinal iléon - dernière partie de l'intestin grêle qui se fixe au gros intestin - longueur d'environ 3,6 m (12 pieds) - il absorbe les éléments nutritifs provenant des aliments digérés et vide son contenu dans le gros intestin b. Fonction La fonction principale de l'intestin grêle est de décomposer (digérer) les aliments et d absorber les éléments nutritifs, comme les électrolytes, les vitamines et les minéraux. L intestin grêle est l organe d'absorption le plus important du tractus gastrointestinal. Près de 90 % de l absorption des éléments nutritifs se déroule dans l intestin grêle. 4

5 2. Définition La NEC est une maladie aiguë très évolutive qui s observe principalement chez les prématurés. Elle apparait suite à une ulcération et une nécrose focale ou diffuse de l intestin grêle et du colon et est caractérisée par des plages de nécrose ischémique et hémorragique qui peuvent entrainer des ulcérations qui sont susceptibles d évoluer vers une perforation digestive. Il s agit d une urgence digestive médico-chirurgicale qui résulte de diverses agressions parfois méconnues. Dans la plupart des cas, les lésions ischémiques empêchent la production de mucus qui protège la muqueuse intestinale. En étant privé d oxygène, l intestin est plus sensible au développement des bactéries et, les germes qui entrent dans la paroi intestinale sécrètent de l hydrogène qui va s accumuler créant ainsi une pneumopathie intestinale visible radiologiquement. 3. Incidence Etant plus petits, les grands prématurés sont plus à risque. Diminution de la fréquence chez les prématurés de semaines d âge gestationnel car ils sont plus grand. L âge d apparition est inversement proportionnel au poids et à l âge de l enfant les enfants plus petits développeront la NEC plus tard et les plus grands la développeront plus tôt car les plus petits sont alimentés plus tard. Il n y a pas de différence entre les filles et les garçons. Taux de mortalité entre 9 et 28%. 4. Sièges des lésions Les lésions se trouvent le plus souvent au niveau de l iléon. La NEC peut compliquer une obstruction intestinale basse ou peut se développer suite à une chirurgie majeure à cœur ouvert, à imperforation anale répartition du flux sanguin au détriment du TD souffrance intestinale NEC. 5

6 5. Physiopathologie et facteurs de risque La physiopathologie de la NEC est multifactorielle. Il est important de retenir que l ischémie seule ne suffit pas à causer la NEC. Il s agit d une cascade d événements qui en est la cause. 1. La preḿaturite : Elle est la cause principale de la NEC. En effet, le prématurité est immature et a un système immunitaire moins compétent. De ce fait, la motricité et la barrière intestinale sont immatures ce qui diminue la sécrétion du mucus. En outre, chez le prématuré, on peut assister à des troubles de la perfusion intestinale. Ces différentes immaturités rendent la perméabilité intestinale aux bactéries accrues et les ischémies digestives plus fréquentes. Dans 50% des cas, les bébés à risque sont les prématurés qui pèsent moins de 1500 grammes. 2. L alimentation enteŕale : Les risques de la NEC augmentent avec l alimentation enteŕale. Un début d alimentation entérale retardée, c est-à-dire après les 4-7 ème jours de vie ou une augmentation trop brutale du volume de l alimentation qui est supérieur à ml/kg/j favorisent l apparition de la NEC. 6

7 De plus, les bébés qui sont alimentés à base de préparations lactées hyperosmolaires ou ayant eu une alimentation parentérale composée de solutés hypertoniques non adaptés au prématurés ou encore des médicaments hyperosmolaires de type Valium sont plus à risque de développer la NEC. Il est important de retenir que le lait maternel est la meilleure alimentation pour le bébé et le prématuré car il s adapte aux besoins de l enfant mais a également un rôle protecteur contre la NEC. Un bébé alimenté avec du lait maternel diminue par 3 le risque de développer la NEC. 3. Les agents infectieux : Dans 1/3 des cas des entérocolites, il est possible d identifier un germe. Les plus connus sont les staphylocoques, les entérobactéries, les entérocoques ou les virus. En effet, un lien peut être fait avec la pullulation des germes qui colonisent rapidement l intestin du nouveau ne après la naissance. La NEC serait également la conséquence d une altération de la flore intestinale déséquilibrée par l effet néfaste des antibiotiques et de l alimentation. Toute infection quelle qu elle soit (materno-foetale, septicémie, méningite) est un facteur de risque de la NEC. Retenons que l utilisation des probiotiques à rôle protecteur dans la NEC et est une très bonne prévention de cette maladie. 4. L hypoxie et l ischémie : L altération du flux sanguin mésentérique augmente le risque d entérocolite ulceŕonećrosante chez le prématuré. En effet, l hypoperfusion intestianle entraine des lésions ischémiques au niveau de la muqueuse qui est responsable d une intolérance alimentaire et de prolifération bactérienne. En cas d hypoxie, comme dans la souffrance fœtale aigue, dans les troubles hémodynamique, dans les cardiopathies congénitales, dans la persistance du canal artériel, dans les retards de croissance in utéro et lorsqu il y a des cathéters artériels ombilicaux, il est important d être prudent en ce qui concerne l alimentation. 7

8 5. Les médiateurs de l inflammation : L augmentation des me diateurs de l inflammation tels que le Platelet Activating Factor (PAF), le Tumor Necrosis Factor (TNF), l interleukine 1 et 6 et leur stimulation par les endotoxines bactériennes, sont responsables de l inflammation de l intestin et participeraient a la physiopathologie de la NEC en endommageant la muqueuse intestinale. 6. Diagnostic Le principal diagnostic est clinique car les signes radiologiques sont tardifs. 1. Diagnostic clinique Les symptômes principaux sont d ordres digestifs et généraux. a. Troubles digestifs 1. Un iléus 2. Un ballonnement abdominal 3. Une intolérance digestive avec de gros résidus gastriques 4. Des vomissements qui peuvent être bilieux 5. Des selles liquides et parfois rectorragies 6. Le nouveau-né fait des grimaces de douleurs 7. L examen clinique peut mettre en évidence une cellulite pariétale, une masse abdominale à la palpation, un abdomen tendu et douloureux. c. Signes généraux 1. Une altération brutale de l état général 2. Un teint grisâtre 3. Un malaise 4. Des apnées allant parfois jusqu'à une défaillance respiratoire 5. Une hypotonie 6. Une hypotension artérielle 7. De la température 8. Une acidose 9. Attention, le nouveau-né peut rapidement être en choc septique. 8

9 2. Diagnostic radiologique a. Abdomen sans préparation Il met en évidence des signes d iléus non spécifiques tels qu une distension des anses intestinales et un épaississement pariétal. Ensuite, on voit le signe spécifique de la NEC qui est la pneumatose intestinale. Elle se présente sous forme de double contour de la paroi intestinale qui correspond aux bulles d air. On peut voir aussi une pneumatose heṕato-portale qui constitue un signe de gravite. Il est important afin de voir l évolution, de répéter les clichés (toutes les 8 heures pendant 48 heures) b. Echographie intestinale Elle permet de diagnostiquer rapidement la pneumatose portale. Elle met également en évidence une collection liquidienne péritonéale qu elle soit importante ou discrète autour des anses. Elle peut aussi montrer un épaississement pariétal ou une masse voire une perforation intestinale. Les signes radiologiques sont tardifs, il s agit de : 1. Distension intestinale 2. Anse sentinelle (atteinte de la muqueuse focale/diffuse, anse intestinale Figée, dilatée) 3. Absence de mouvements intestinaux 4. Images bulleuses ou linéaires de pneumatose intestinale 5. Présence d air dans le système porte 6. Epaississements des plis intestinaux 7. Pneumopéritoine : image du dégagement de ballon Le noir = air entre les 2 paroies pneumatose NEC + perforation du feuillet intérieur (paroi interne). 9

10 Air au niveau du foie pneumopéritoine!! Bulles d air dans la zone du foi air dans le système porte perforation. 3. Diagnostic biologique 1. CRP élevée 2. Hyperleucocytose neutrophile ou inverse 3. Hyperglycémie 4. Perturbation des enzymes hépatiques 5. Hypoplaquettose (signes de C.I.V.D.) 6. Hémostase perturbée 7. Dans 11 à 37% des cas la NEC est due à une bactérie. Il y a donc une nécessité de réaliser une hémoculture avant de mettre en route les antibiotiques. 8. Selon une étude française, la calprotectine fećale est un marqueur inflammatoire qui est dosé dans les selles. Il s agit d un marqueur biologique de la NEC. Son dosage chez les prématurés permet de mettre en évidence la souffrance digestive durant le 1 er mois de vie. Des études plus précises doivent encore être menée afin de confirmer les taux seuils et de déterminer les taux prédictifs de l apparition des manifestations digestives. 7. Evolution L évolution peut se faire vers une guérison spontanée, une perforation ou une sténose intestinale. Dans un tiers des cas, elle est péjorative. Il est important de la prévenir et bien examiner les enfants tous les jours. 10

11 Du 1 er jour à la 4 ème semaine de vie, l évolution peut se faire de suit : 1. Présence de résidus importants, de régurgitations, de vomissements 2. Apparition d une distension abdominale douloureuse!! à la palpation abusive 3. Présence de selles hémorragiques et d un hématest positif 4. Dans 25% des cas, selles diarrhéiques 5. Coloration pourpre de l abdomen (ecchymotique voire nécrotique) 6. Occlusion intestinale 7. Léthargie 8. Apnées et bradycardies qui peuvent nécessiter une intubation 9. Des hyperglycémies 10. Une acidose sévère 11. Une septicémie 12. Une C.I.V.D 13. Un choc 8. Traitement Il est d abord médical avec mise au repos du tube digestif associe a une antibiothérapie a large spectre mais dans les cas les plus sévères, la chirurgie peut être nécessaire. 1. Traitement médical Son but est de maintenir les fonctions vitales et de stopper l évolution du processus digestif. Il est mis en place dès les premiers symptômes qui peuvent faire penser à une NEC. Il consiste a interrompre l alimentation avec mise en place d une sonde nasogastrique en aspiration douce afin d obtenir une décompression digestive. Il faut également poser une voie centrale car l urgence est de corriger et stabiliser l état hémodynamique de l enfant. De plus, via cette voie centrale l enfant pourra avoir une alimentation parentérale. Il faut également administrer des antalgiques et lutter contre l hypothermie. 11

12 a. Soutien hémodynamique Comme l objectif est de corriger et maintenir un état hémodynamique correct, il faut remplir l enfant avec du sérum physiologique. Si ce remplissage est insuffisant et en prévention du choc, on peut avoir recours aux catécholamines telles que la Dopamine. b. Antalgiques La NEC est une pathologie douloureuse qui justifie la mise en route d antalgique. Pour les formes peu douloureuses, un antalgique du pallier I suffit (paracétamol), mais pour les formes très douloureuses, on peut avoir recours à des antalgiques de pallier II ou III en fonction de la douleur du bébé. Le cas échant, il faut bien entendu prévenir les effets secondaires des morphiniques et de leurs dérivés et surveiller la fréquence respiratoire du bébé. c. Ventilation mécanique Dans les cas les plus graves, l intubation et donc la ventilation artificielle peut être nécessaire. Elle permet une analgésie efficace car elle permet une utilisation plus sécurisée des analgésiques du pallier II et III. Elle est indiquée dans les formes les plus graves en cas d apneés et/ou de détresse respiratoire, de troubles hémodynamiques, de distension abdominale importante ou en cas d utilisation des morphiniques. (PEP a + 4 cmh2o au moins et fréquence respiratoire supérieure ou égale a 40). d. Antibiotiques Le bébé doit être traité par une tri-antibiothérapie (céphalosporine de 3 ème geńeŕation, aminoside et me tronidazole afin de couvrir les germes aérobies et anaérobies. Ils sont administrés pendant 48 heures au moins puis leur arrêt sera décidé en fonction de la clinique et du bilan infectieux. 2. Traitement nutritionnel Comme l alimentation entérale doit être stoppée, la nutrition parentérale exclusive est de rigueur pour une durée comprise entre 2 a 3 semaines. L apport hydrique est de ml/kg/jour et glucidique d autant plus limite que la NEC est sévère. L apport en protéines doit être supérieur a 1g/kg/jour. 12

13 La reprise de l alimentation sera progressive et reprise a la moitie de la ration normale. Dans les formes les moins graves, la réalimentation sera reprise jours après. Le nouveau-né sera alimenté avec du lait maternel tiré ou par un hydrolysat de protéines via la sonde gastrique en continu. S il n y a pas d allaitement maternel, le lait artificiel standard ne pourra être réintroduit vers l âge de 3-4 mois. Dans les formes les plus graves, une iléostomie peut être réalisée, dans ce cas, l alimentation continue via une sonde gastrique sera reprise 3 semaines après l intervention et avec des petites quantités. Tout comme pour les formes les moins graves, les laits maternels et les hydrolysats de protéines seront favorisés. Ces laits seront suite à des pertes iléales de sodium de 12 mmol, supplémentée en sel per os ainsi qu en vitamines liposolubles. 3. Traitement chirurgical Celui-ci n est envisagé que dans les formes graves et chez les patients qui sont stables. a. Indications Le traitement chirurgical est nécessaire pour un tiers des patients qui souffrent de NEC. La chirurgie est principalement indiquée en cas d une dégradation importante de l état général sous traitement médical, en cas d une occlusion intestinale sur masse ou en cas de perforation intestinale ou de péritonite. b. Technique selon la gravité des lésions Il est conseillé de réaliser des dérivations peu étendues et non mutilantes sans résections ou des résections localisées avec entérostomies. c. Rétablissement de la continuité S il n y a pas de problèmes particuliers et que les examens radiologiques sont corrects, il se fait généralement entre 4 à 6 semaines âpres la déviation. 13

14 d. Mesures de précautions spécifiques La NEC est souvent la conséquence d une infection raison pour laquelle lorsqu elle est dépistée, il renforcer l'hygiène des mains du personnel soignant, porter de gants au contact avec les liquides biologiques et si plusieurs bébés sont concernés dans le même service, elle doit être considérée comme infection nosocomiale et il est donc nécessaire de mettre en place des mesures d isolement. De plus, afin de suivre l évolution il est important de faire un suivi radiologique toutes les 8 à 12 heures. 9. Complications Elles peuvent être aigues ou chroniques. 1. Aigues 1. Septicémies 2. Décès de l enfant si la NEC n est pas prise en charge suffisamment tôt. 3. Abcès 4. Péritonites 5. Méningites 6. C.I.V.D 7. Choc 8. Hypo ou hyperglycémies 9. Acidose 10. Choléstase 14

15 2. Chroniques Ces complications peuvent arriver parfois 1 an après la NEC, souvent dans les 60 jours qui la suivent. 1. La résection intestinale étendue entraine une malabsorption, des troubles du transit avec comme conséquence un retard de croissance. 2. Si la NEC est sévère, risque de retard neurodéveloppemental. 3. Dans 18 à 25% des cas risque de sténoses et/ou d atrésies post NEC, Ceci se traduira par des vomissements, une augmentation des résidus gastriques, une distension abdominale et le traitement est chirurgical. 10. Pronostic La mortalité de cette maladie peut atteindre les 30% ce qui est très important. Cette mortalité est plus élevée si la NEC se déclare en post exsanguinotransfusion. Le pronostic est plus grave si la maladie se déclare chez un enfant qui a moins de 7 jours (32% >< à 12 % si l enfant à plus de 7 jours.) 11. Conclusion L entérocolite ulcéro nécrosante est une atteinte grave pouvant menacer le pronostic vital. Elle entraine une morbidité et une mortalité importantes. Il s agit donc d une grande urgence me dico-chirurgicale. Elle peut être prévenue par des mesures simples telles que la surveillance digestive de la tolérance alimentaire et une asepsie rigoureuse tout au long de l hospitalisation. 15

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre

Le Nourrisson Vomisseur. Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Le Nourrisson Vomisseur Stéphanie FRANCHI-ABELLA et Cindy FAYARD et toute l équipe de radiopédiatrie de l hôpital Bicêtre Orientation diagnostique l Vomissements régurgitations l Âge, Intervalle libre

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

FACULTE de MEDECINE - UNIVERSITE LOUIS PASTEUR - STRASBOURG 31/03/00 Prof. Umberto SIMEONI Service de Pédiatrie Diarrhée aiguë du nourrisson

FACULTE de MEDECINE - UNIVERSITE LOUIS PASTEUR - STRASBOURG 31/03/00 Prof. Umberto SIMEONI Service de Pédiatrie Diarrhée aiguë du nourrisson Diarrhée aiguë du nourrisson U. Simeoni Les points essentiels La diarrhée aiguë est une affection fréquente et banale du nourrisson. On estime son incidence chez l enfant en bas âge de 1,3 à 2,3 épisodes

Plus en détail

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre

Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois. Dr Amina SAAD Pédiatre Alimentation du nouveau né et du nourrisson de 0 à 6 mois Dr Amina SAAD Pédiatre Agadir 2 Mai 2008 Introduction La nutrition du nouveau-né et du nourrisson à: - Suscité de nombreux travaux - Soulevé de

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans

Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Douleur épigastrique chez une obèse de 65 ans Enoncé Une femme de 65 ans, obèse, vous consulte en urgence pour une douleur épigastrique irradiant dans l épaule droite apparue brutalement il y a 3 heures

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE. L organe. Principe de l intervention Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE ET DÉRIVATION NON CONTINENTE DE TYPE BRICKER POUR VESSIE NEUROLOGIQUE Cette fiche d information, a été réalisée l Association Française d

Plus en détail

La gastrostomie endoscopique percutanée

La gastrostomie endoscopique percutanée La gastrostomie endoscopique percutanée Définition: Gastros: estomac Stomie: ouverture à la peau Percutanée: on traverse la peau Endoscopique: on va voir à l intérieur de l estomac avec un endoscope technique

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA

INVAGINATION Intestinale aiguë. Dr Aaron VUNDA INVAGINATION Intestinale aiguë Dr Aaron VUNDA 1 Invagination DEFINITION: L invagination intestinale survient lorsqu un segment intestinal et son mésentère pénètrent dans l intestin d aval et s y incarcèrent

Plus en détail

Préparation intestinale en chirurgie colique chez le grand enfant

Préparation intestinale en chirurgie colique chez le grand enfant Préparation intestinale en chirurgie colique chez le grand enfant 1. Rappel : anatomie et physiologie du côlon Le côlon fait suite à l intestin grêle et se termine au niveau du rectum. Il forme un cadre,

Plus en détail

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous

Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Infections Graves de la Peau et des Tissus Mous Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Anatomie Fonctionnelle Classification selon le type de l atteinte

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame

L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS. Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame L OCCLUSION INTESTINALE EN SOINS-PALIATIFS Renée Dugas MD. Soins-palliatifs, CHUM, Hôpital Notre-Dame CONSTIPATION OU OCCLUSION Constipation: c est le passage de selles dures et rares, un effort est requis

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL
P.C.P.V PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V SIGNES-DIAGNOSTICS-TRAITEMENT Dr NGUEKEU N. Steve Yanick Dr NANGA David Hôpital General de Reference de Panzi PLAN I. GÉNÉRALITÉS A. Définition B. Intérêt

Plus en détail

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé?

Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? Atelier n 4 : Que devient le pain une fois mangé? 1. OBJECTIFS. - Comprendre le fonctionnement du système digestif. - Pouvoir expliquer le trajet réalisé par le pain après sa mise en bouche. - Découvrir

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES

L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES L APPAREILLAGE DES FISTULES ENTERO CUTANEES Mme GANDOSSI Yannick Infirmière Réanimation Chirurgicale Digestive Hôpital St ANTOINE PARIS Je travaille à l hôpital St Antoine en réanimation chirurgicale digestive

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr

Sémiologie digestive pédiatrique. jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Sémiologie digestive pédiatrique jean-pierre.hugot@rdb.aphp.fr Troubles du transit intestinal Analyse du transit Selles de consistance normale Moulées Molles (sein, hydrolysats de protéines) Marron si

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ L HOMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) La lithiase biliaire (258) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des ictères - douleurs biliaires (colique hépatique) PCEM2 Biologique : exploration

Plus en détail

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015

Constipation. H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Constipation H.Lardy Séminaire du collège Paris septembre 2015 Un peu de physiologie Fonction défécatoire Physiologie ano-rectale Appareil recto-anal au repos: Rectum vide Continence assurée par: -sphincter

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique

accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique Cause rare d accd accès s de toux avec cyanose chez le nourrisson: le volvulus gastrique C. Hafsa, B. Hmida, R. Salem, MA. Jellali, M. Maatouk, M. Golli Service d imagerie d médicale m CHU Fattouma Bourguiba

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*)

Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*) Item 224 : APPENDICITE AIGUE DE L ENFANT (et de l adulte*) Objectifs pédagogiques : - Diagnostiquer une appendicite aigue chez l enfant et chez l adulte - Identifier les situations d urgence et planifier

Plus en détail

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique

Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Alimentation par sonde: de la théorie à la pratique Séminaire «Dispositifs médicaux et matériovigilance» P. Coti Bertrand 29 septembre 2009 Dénutrition sévère Indications Apports oraux insuffisants état

Plus en détail

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités?

Fiche Info-Patient CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) L organe. Principe de l intervention. Y-a-t-il d autres possibilités? Fiche Info-Patient Dernière mise à jour : mai 2012 CYSTECTOMIE TOTALE CHEZ LA FEMME (POUR TUMEUR DE LA VESSIE) Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie, est destinée aux

Plus en détail

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant :

Le nombre d ions d électrolytes par sachet reconstitué sous forme de solution de 125 ml est le suivant : RÉSUME DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Movolax 13,7 g, Poudre pour solution buvable, sachet 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque sachet contient les composants

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous-

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous- UE 5.8.S3 - PATHOLOGIES PRÉVALENTES DU SERVICE. Otho-rhino-laryngologie : En urgence : o Trachéotomie : il s agit d une intervention chirurgicale qui consiste à pratiquer une ouverture à la face antérieure

Plus en détail

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON

SEPTEMBRE 2015. Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON SEPTEMBRE 2015 Dr BOUVIER Aurélie Service de Chirurgie digestive CHU le Bocage DIJON Foie Vésicule biliaire Estomac Voies biliaires Duodénum Pancréas Canal de Wirsung Cholédoque Sphincter d Oddi eau 95%,

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 55 SOMMAIRE Les fibres Mieux connaître les fibres Focus sur les rôles des fibres Les apports conseillés Les sources de fibres Le Complément Alimentaire à Base

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009

K-SAIDANI. Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 K-SAIDANI Septième journée de la clinique médicale, Alger le 30 Avril 2009 Constipation : Plainte fréquente au cours de la grossesse et dans la période puerpérale; Elle peut survenir «de novo», aggraver

Plus en détail

Session du 21 juin 2008. Instructions à lire, avec attention, avant de répondre aux questions

Session du 21 juin 2008. Instructions à lire, avec attention, avant de répondre aux questions ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE LA SANTE www.momarrid.ma المملكة المغربية وزارة الصحة Epreuve écrite Session du 21 juin 2008 Durée : 3 heures Nom et prénom :... N de l examen :... N de la carte d identité

Plus en détail

Atonie = absence ou forte diminution du tonus

Atonie = absence ou forte diminution du tonus Atonie = absence ou forte diminution du tonus Elle est la conséquence d une paralysie de la fonction motrice du tractus gastro-intestinal avec dilatation organique, stase des et reflux et se manifeste

Plus en détail

LA CONSTIPATION DE L ENFANT

LA CONSTIPATION DE L ENFANT LA CONSTIPATION DE L ENFANT Dr Nabil CHAOUI POURQUOI CETTE PRÉSENTATION La constipation est courante mais mal appréciée Elle n est pas toujours reconnue, Pas toujours bien gérée, Fait souvent l objet d

Plus en détail

Pathologies Abdominales non traumatiques

Pathologies Abdominales non traumatiques Douleurs: Pathologies Abdominales non traumatiques Motif de 5 à 10% des consultations aux urgences Source d angoisse et de manifestations émotionnelles importantes Nécessite une hiérarchisation dans la

Plus en détail

QCM. Quelles sont les affirmations exactes sur le SII?

QCM. Quelles sont les affirmations exactes sur le SII? QCM Quelles sont les affirmations exactes sur le SII? - Prédominance féminine - C est une pathologie psychiatrique - C est une pathologie psycho-somatique - Son étiologie n est jamais retrouvée - 10 à

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur LES ANTIBIOTIQUES Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Rapide Historique Généralités Les grandes familles d'antibiotiques Surveillance Evaluation de l'efficacité du traitement Education

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système digestif Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système digestif Nom: Prénom: Groupe: Date: Classification des nutriments: 1) Protéines (protéïdes ou protides) 2) Glucides : Sucres 3) Lipides

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS

ATELIER NUTRITION ÉCOUTE ET INFORMATIONS Si la prise alimentaire devient trop difficile il pourra être envisagée une nutrition artificielle en parallèle ou exclusive. Le but sera de diminuer la souffrance que peut impliquer l alimentation par

Plus en détail

CHOIX ET POSE D UNE SONDE DE NUTRITION ENTERALE

CHOIX ET POSE D UNE SONDE DE NUTRITION ENTERALE CHOIX ET POSE D UNE SONDE DE NUTRITION ENTERALE QUELLE SONDE? QUEL MATERIAU? TECHNIQUE DE POSE 10, 11 et 12 octobre 2006 Philippe JACQUIN LES SONDES D ASPIRATION Les sondes simple courant type Levin :

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

CAT devant un ictère cholestatique

CAT devant un ictère cholestatique CAT devant un ictère cholestatique Dr N.Annane, L.Abid Service de chirurgie viscérale. Pr. L.Abid Hôpital de Bologhine Introduction, définition L ictère est un symptôme clinique coloration jaune des téguments

Plus en détail

En quoi consiste la Gastroentérologie?

En quoi consiste la Gastroentérologie? En quoi consiste la Gastroentérologie? Sur ces pages, le lecteur intéressé ou le patient personnellement concerné trouvent quelques indications sur des procédures typiques en Gastroentérologie. 1. En quoi

Plus en détail

CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF

CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF Pour fournir l énergie nécessaire au fonctionnement de toutes ces cellules, de tous ces tissus et des organes qui constituent ce complexe organisme vivant qu est notre corps,

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

Livret de l externe de 3ème année De médecine

Livret de l externe de 3ème année De médecine Livret de l externe de 3ème année De médecine Stage hospitalier de Médecine générale Période de stage Du / / Au / / Année universitaire : 20 20 1 2 IDENTIFICATION DE L ETUDIANT : Nom : Prénom : Date de

Plus en détail

constituant de la membrane externe des bactéries Gram

constituant de la membrane externe des bactéries Gram Deux types de toxines bactériennes 1) le LPS = endotoxine constituant de la membrane externe des bactéries Gram nature lipopolysaccharidique libéré pendant la croissance et les divisions bactériennes produit

Plus en détail

LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES

LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES LA NUTRITION DES PETITS HERBIVORES : PRINCIPES ET CONSEQUENCES Yaboumba 2008 Dr Véronique V Mentré La pathologie nutritionnelle une part majeure de nos consultations (directement ou non) une vraie attente

Plus en détail

Constipation de l enfant. Dr THOMASSIN Journée DES 28/01/2011

Constipation de l enfant. Dr THOMASSIN Journée DES 28/01/2011 Constipation de l enfant Dr THOMASSIN Journée DES 28/01/2011 Généralités Problème fréquent chez le NRS et l enfant (5 à 10%) ¼ des consultations en gastro-entérologie pédiatrique Fréquence normale des

Plus en détail

Les régimes des pathologies hépatiques

Les régimes des pathologies hépatiques Les régimes des pathologies hépatiques Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien toute

Plus en détail

Il peut être très difficile de composer avec la constipation.

Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Il peut être très difficile de composer avec la constipation. Qu est-ce que la constipation? La nourriture que nous mangeons traverse l appareil digestif afin d alimenter notre organisme, notre esprit

Plus en détail

constipation occasionnelle

constipation occasionnelle Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 constipation occasionnelle de l adulte constipation occasionnelle de l adulte Ce qu il faut savoir La constipation se définit

Plus en détail

SOMMAIRE. VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE

SOMMAIRE. VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE SOMMAIRE VOS COMPAGNONS PAGE 3 SYNTHESE PAGE 4 LE BALLON INTRA GASTRIQUE PAGE 5 à 7 LE PROGRAMME PAGE 8-9 CONSIGNES A RESPECTER APRES LA MISE EN PLACE DU BALLON PAGE 10 ACTIVITE PHYSIQUE PAGE 11 REGLES

Plus en détail

Sémiologie digestive. Dr ABED

Sémiologie digestive. Dr ABED Sémiologie digestive Dr ABED Troubles du transit Transit normal La durée normal : variable, durée moyenne 24 heures Nombre : Les selles normales sont émises 1 à 2 fois par jours Aspect : homogène et moulée

Plus en détail

Septembre 2014 NUTRITION PEDIATRIQUE

Septembre 2014 NUTRITION PEDIATRIQUE Septembre 2014 NUTRITION PEDIATRIQUE 1 INTRODUCTION Quelle que soit la prise en charge nutritionnelle, il est impératif que celleci respecte l oralité résiduelle de l enfant. 2 Septembre 2014 L ENRICHISSEMENT

Plus en détail

L APPAREIL DIGESTIF (suite)

L APPAREIL DIGESTIF (suite) BOYER Judith le 19.10.10 CHALOPIN Amélie Physio Karine MAHEO L APPAREIL DIGESTIF (suite) IV. L estomac (suite) 1. Motilité (suite) Les facteurs qui augmentent la force des contractions gastriques sont

Plus en détail

DIGESTIF Troubles du transit. Troubles du transit

DIGESTIF Troubles du transit. Troubles du transit 17/02/2014 HARIGNORDOQUY Margot L2 Digestif Pr. JC. Grimaud Relecteur 6 6 pages Troubles du transit Plan A. La constipation II. Interrogatoire III. Examen clinique et para clinique B. La diarrhée II. L'interrogatoire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Cornil. Christophe. Chirurgie de la ptose Mammaire CHIR URGIE. Esthétique

Cornil. Christophe. Chirurgie de la ptose Mammaire CHIR URGIE. Esthétique HIR C Chirurgie de la ptose Mammaire C 1 rue longchamp 06000 Nice - France - Tél : +33 (0)4 93 82 82 11 - Fax : +33 (0)4 93 82 82 12 - contact@docteurcornil.com Chirurgie de la ptose mammaire ou Plastie

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 sommaire Introduction : Problématique de la stomie Rôle infirmier Différents types de stomies Indications et complications Vie du stomisé conclusion Problématique

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

Recommandations conférence d experts. M. Thuong *, S. Leteurtre

Recommandations conférence d experts. M. Thuong *, S. Leteurtre Réanimation 12 (2003) 350 354 www.elsevier.com/locate/reaurg Recommandations conférence d experts Recommandations des experts de la Société de Réanimation de Langue Française Nutrition entérale en réanimation

Plus en détail

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte I. Physiopathologie II. Diagnostic III. Prise en charge d une appendicite aiguë OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une appendicite chez l

Plus en détail

TROUBLES HEMORROIDAIRES. comprendre, détecter et traiter

TROUBLES HEMORROIDAIRES. comprendre, détecter et traiter TROUBLES HEMORROIDAIRES comprendre, détecter et traiter 1 COMPRENDRE QU APPELLE-T-ON HEMORROIDES? Les hémorroïdes sont des structures normales, présentes chez chacun d entre nous, au niveau de l'anus.

Plus en détail

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques)

Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des maladies pancréatiques) UE 3 Appareil Digestif Professeur Ruszniewski Le 14/11/13 de 11h30 à 12h30 Ronéotypeuse : Clara Sekely Ronéolectrice : Pauline Sevrain Cours 32 : Sémiologie pancréatique (Circonstances de découverte des

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE

THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE THROMBOSE VEINEUSE PORTO-MÉSENTERIQUE De Jean-Baptiste DANSET DES (3ème semestre) Sous la direction du Docteur Aurélie PLESSIER Centre référence des maladies vasculaires du foie Service d Hépatologie Hôpital

Plus en détail

Travail de recherche UE 2.8 S3 : Processus Obstructif La lithiase biliaire (ou calcul biliaire)

Travail de recherche UE 2.8 S3 : Processus Obstructif La lithiase biliaire (ou calcul biliaire) Travail de recherche UE 2.8 S3 : Processus Obstructif La lithiase biliaire (ou calcul biliaire) Introduction Un processus est défini par plusieurs composantes qui sont: Facteurs favorisants (étiologie,

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Adénome de prostate et soins infirmiers

Adénome de prostate et soins infirmiers I Adénome de prostate Définitions, généralités Adénome de prostate et soins infirmiers Il touche plus les hommes de plus de 50 ans. On opère de plus en plus, ce qui augmente la durée de vie. Il est caractérisé

Plus en détail

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU

INFECTION URINAIRE. DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU INFECTION URINAIRE DR ELHADJI NDIAYE DIOP Chirurgien-urologue CS DE NDAMATOU I) INTRODUCTION C est un véritable problème de santé publique qui intéresse tous les acteurs. L infection urinaire est un terme

Plus en détail

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0.

A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations correctes: (0. «NB. Pour la correction et les notes, contacter le site web: svt-mounir.sitew.com» EXERCIE N O 1: A/ Chaque série d affirmations peut comporter une ou plusieurs réponse (s) exacte(s). Repérer les affirmations

Plus en détail

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales Jean-Luc Darrigol Tous les moyens naturels pour vaincre La constipation Hygiène vitale o Aliments stimulant le transit o Plantes médicinales o Compléments alimentaires Le tube digestif : anatomie et physiologie

Plus en détail

It s all about that Poop, bout that Poop, no worries

It s all about that Poop, bout that Poop, no worries It s all about that Poop, bout that Poop, no worries Marie-Eve Chartier, MDCM Fellow Gastroentérologie Pédiatrique CHU Sainte-Justine 23 Octobre 2015 Objectifs Reconnaitre certaines formes de diarrhées

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail