Economie et relations humaines

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie et relations humaines"

Transcription

1 BIMESTRIEL - N JANVIER-FÉVRIER t Economie et relations humaines P ACTUALITES Aides de minimis TVA 151 octies PDOSSIER Relations entre associés : comprendre et organiser le fonctionnement des groupements agricoles

2 Réalisés par des spécialistes en gestion sociétaire, les dossiers d Agriculture de groupe traitent chaque sujet sous différents aspects (juridiques, fiscaux, comptables, économiques) en tenant compte de la jurisprudence et des derniers textes réglementaires. Ils comprennent également une rubrique «Mises à jour» qui permet aux abonnés de réactualiser les dossiers précédemment parus. N 3 (1993) : Partage et imposition du résultat dans les sociétés N 6 (1993) : Les critères d agrément des GAEC N 14 (1994) : Entrée d associé : repenser l aspect relationnel N 16 (1995) : Les assurances en société N 25 (1996) : Les responsabilités civiles et financières en sociétés N 29 (1997) : Le règlement intérieur dans les sociétés agricoles N 30 (1997) : La gestion des charges professionnelles ou privées N 33 (1998) : L agrément des GAEC N 39 (2000) : Associations Loi 1901 en agriculture N 45 (2001) : Régimes matrimoniaux et sociétés N 47 (2002) : Décès d un associé N 50 (2003) : Constructions, plantations et autres améliorations (I) N 51 (2003) : Constructions, plantations et autres améliorations (II) N 52 (2003) : Sociétés agricoles démembrement de propriété (I) N 53 (2003) : Sociétés agricoles démembrement de propriété (II) N 56 (2004) : SCEA N 58 (2004) : La société civile immobilière N 59 (2004) : Guide des formalités des sociétés civiles agricoles N 60 (2005) : Loi rurale et agriculture de groupe N 61 (2005) : Dissolution des sociétés civiles d exploitation agricole N 62 (2005) : La fusion de sociétés agricoles N 64 (2005) : Augmentation et réduction de capital dans les sociétés N 65 (2005) : Loi d orientation de 2006 et sociétés N 66 (2006) : La société civile laitière N 67 (2006) : L EARL N 68 (2006) : La cession de parts sociales Chaque dossier est disponible à : GAEC & SOCIETES - 11, rue de la Baume Paris Tél Tarifs par numéro Du N 1 au N 25 = 9,91 Du N 26 au N 49 = 10,67 Du N 50 au N 53 = 12,00 Du N 56 au N 95 = 15,00 et les dossiers à partir du N 96 = 20,00. LES DOSSIERS DISPONIBLES N 69 (2006) : Le Groupement Foncier Agricole N 70 (2006) : Les transferts de DPU en société (I) N 71 (2006) : Les transferts de DPU en société (II) N 74 (2007) : Engagement de conservation et transmission de parts N 75 (2007) : Les statuts sociaux des membres N 76 (2007) : Les décisions collectives en société N 77 (2007) : Sociétés d exploitation agricole : Mises à disposition N 78 (2008) : L Impôt sur la fortune et les associés (I) N 79 (2008) : L Impôt sur la fortune et les associés (II) N 80 (2008) : Assolements en commun : analyse juridique et fiscale (I) N 81 (2008) : Assolements en commun : analyse juridique et fiscale (II) N 82 (2008) : Comptes d associés en sociétés agricoles N 83 (2008) : Transformation de sociétés agricoles N 84 (2009) : Retrait d associé en sociétés agricoles N 85 (2009) : La société par actions simplifiée N 86 (2009) : La société civile agricole face au contrôle fiscal N 87 (2009) : Activités photovoltaïques : Aspects Juridiques N 88 (2009) : Activités photovoltaïques : Aspects Fiscaux et Sociaux N 89 (2009) : Régime d exonération des plus-values N 90 (2010) : L IS appliqué aux sociétés civiles (I) N 91 (2010) : L IS appliqué aux sociétés civiles (II) N 92 (2010) : Sociétés agricoles et associés exploitants : quel régime d'exonération pour les plus-values? N 93 (2010) : Plus-values professionnelles sur parts sociales : reports d imposition spécifiques N 94 (2010) : L entrepreneur individuel à responsabilité Limitée N 95 (2010) : Les droits d enregistrement applicables aux sociétés agricoles N 96 (2011) : Relations entre associés : comprendre et organiser le fonctionnement des groupements agricoles BON DE COMMANDE Remise de 20 % sur la collection de 6 numéros, 30% sur la collection complète Frais de port : 10 = 1,75 ; > 10 = 3,15 Total dossiers =.. Remise =. Frais de port =. Net à payer (TTC) =.. M.... Adresse : Téléphone : Mél :... Commande. dossiers d Agriculture de groupe (cocher ci-dessus les cases correspondantes). Joint la somme de....à l ordre de GAEC & Sociétés par chèque ou par virement postal (CCP V020 45)

3 Éditorial sommaire Économie et relations humaines Nous entrons dans la quatrième année d une crise économique mondiale que certains annoncent terminée et d autres à peine commencée. Quoiqu il en soit ses effets sont là, les cours de nos productions, et nos coûts, subissent d importantes variations, dont l effet est accentué par un désengagement des pouvoirs publics lié entre autres aux orientations de l OMC et aux difficultés budgétaires des différents États membres de l Union européenne. La crise laitière de l année 2010 est de ce point de vue exemplaire. En effet la préparation de la sortie du régime des quotas laitiers, concomitante à la crise, a clairement désorganisé nos marchés et provoqué une baisse des prix, alors que les coûts de production augmentaient, dans un contexte aggravé par la concurrence intra-européenne. Si la situation s est depuis améliorée, il est prévisible qu elle se reproduise lorsque le régime de contractualisation aura remplacé le système des quotas. Pourtant il semble bien que l agriculture ait un avenir alors que la demande mondiale ne peut que progresser, que les concurrences non alimentaires sur le foncier s accroissent, et que la hausse des prix des matières premières, en partie, il faut en convenir, provoquée par la spéculation, provoque une renégociation des prix entre la grande distribution et ses fournisseurs, dont il est probable que ni les producteurs ni les consommateurs ne sortiront gagnants. Incertitude est donc le maître mot pour qualifier le contexte dans lequel nous devons tous les jours orienter nos stratégies d entreprise et prendre nos décisions. Il nous faut donc être à l écoute de nos marchés, de nos clients, des pouvoirs publics, mais aussi et surtout de nous même et de nos co-associés. En effet l agriculture de groupe a la capacité d affronter cette incertitude par son potentiel de développement vers de nouvelles productions, de nouveaux marchés ou de nouvelles méthodes de mise en marché, ainsi que par sa plus grande résistance aux crises. Mais la capacité financière et humaine du groupe à innover et amortir certains chocs est dépendante de la solidité du lien relationnel existant entre ses associés. C est la conscience que tous les membres du groupe ont de leur interdépendance et l énergie qu ils consacrent à l entretien de leurs relations qui les rend capables, le moment venu, d affronter les crises, d y résister et surtout d inventer des solutions pour les dépasser. C est l une des raisons qui motive le fait que l agriculture de groupe ait toujours considéré que les questions relationnelles sont au moins aussi importantes que les questions économiques. Nous devrons cette année encore rester vigilant quant à l évolution de nos marchés et à la pertinence de nos choix économiques, mais aussi continuer de travailler à l amélioration de la maîtrise des relations entre associés. Hubert Beaudot Édito 3 - Économie et relations humaines Économique Fiscalité Réglementation communautaire 4 des aides d État en matière agricole - Les aides de minimis TVA immobilière : 7 - Notion d assujetti en cas de cession d un terrain à bâtir Bailleurs de biens ruraux : 8 - Modalités d option pour la TVA : de nouvelles difficultés d application Notre dossier encarté Fiscalité Relations entre associés : comprendre et organiser le fonctionnement des groupements agricoles Apport en société 10 d une entreprise individuelle sous 151 octies : - Doit-on tout apporter? Vie quotidienne Vivre et travailler en équipe 12 - On n achète pas - Valeurs Juridique 14 Nos réponses à vos questions Petites annonces 14 AGRICULTURE de GROUPE N 373 / JANVIER-FÉVRIER

4 Économique Réglementation communautaire des aides d État en matière agricole : Les aides de minimis Questions-réponses pour mieux comprendre les règles applicables aux aides de minimis. Le règlement communautaire des aides de minimis, applicable dans le secteur de la production agricole, autorise les États membres à accorder aux exploitants agricoles des aides conjoncturelles sans avoir à les notifier à la Commission européenne. Le montant total des aides perçues dans ce cadre est plafonné à par exploitation sur une période de 3 exercices fiscaux. Dans ce domaine quelques principes essentiels doivent être connus. Les principes Qu est-ce qu une aide de minimis? Les aides octroyées par les États membres au moyen de ressources publiques, sous quelque forme que ce soit, qui faussent ou menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions sont incompatibles avec le marché commun, dès lors qu elles affectent les échanges entre les États membres (art. 107 du Traité sur le fonctionnement de l Union européenne (TFUE) (1), ex-art. 87 du Traité instituant l Union européenne [TUE] (2) ). Dans la pratique, toutefois, l intervention des États membres peut s avérer nécessaire pour permettre à leurs économies de fonctionner de manière normale et équitable. C est pourquoi, ceux-ci ont gardé la possibilité d attribuer, dans certaines situations, des aides d État, à condition d en solliciter l autorisation auprès de la Commission européenne préalablement à leur mise en œuvre (art. 108, 3 TFUE, ex-art. 88, 3 du TUE). À défaut, les aides accordées sont considérées comme illégales et leur récupération auprès des bénéficiaires peut être exigée soit par la Commission européenne, soit par les juridictions nationales saisies à cet effet. La Commission européenne peut par ailleurs adopter des règlements établissant la compatibilité avec le marché commun de certaines catégories d aides qui sont alors exemptées de l obligation de notification et peuvent donc être accordées sans autorisation préalable (3). Tel est le cas des aides dites de minimis qui, en raison de leur faible montant, ne sont pas de nature à fausser la concurrence entre entreprises et partant ne constituent pas des aides d État interdites. En matière agricole (production primaire), les aides de minimis sont régies par le règlement n 1535/2007 du 20 décembre 2007 (4). Notons que la définition européenne de l activité agricole diffère de celle prévalant en droit rural français (5). En effet, celle-ci, qui définit le champ d intervention des soutiens européens à l agriculture comme les aides à l installation cofinancées par le FEADER, ne vise que la production du sol, de l élevage, ainsi que les produits de première transformation qui sont en rapport direct avec ces produits. Ainsi certaines activités, comme les centres équestres ne relèvent pas des minimis agricoles alors même que le Code rural les classe dans les activités agricoles. Certaines aides de faible montant sontelles exclues du champ d application du règlement de minimis agricole? Sont exclues du bénéfice du règlement de minimis les aides suivantes, et ce quel que soit leur montant : - les aides dont le montant est déterminé en fonction du prix ou de la quantité des produits mis sur le marché ; - les aides en faveur d activités liées à l exportation ; - les aides subordonnées à l utilisation de produits nationaux de préférence aux produits importés ; - et les aides accordées à des entreprises en difficulté. Ces aides obéissent au régime de droit commun des aides d État. Quelles sont les personnes soumises au respect des règles de minimis? Seules les entreprises au sens communautaire (6) sont soumises à la réglementation des aides d État et a fortiori des aides de minimis. Les particuliers ne sont donc pas concernés par ces réglementations, ce qui somme toute est compréhensible, dès lors que ceux-ci ne sont pas soumis aux règles de la concurrence. Il n en demeure pas moins que les régimes fiscaux de faveur institués à leur profit peuvent tout de même constituer une aide indirecte soumise au règlement de minimis si le bénéficiaire effectif est une entreprise. Tel est le cas notamment de la réduction d IR (CGI, art. 199 terdecies-0 A) ou d ISF (CGI, art V bis) pour souscription au capital de PME. Mais il est vrai que le non- respect de ses obligations communautaires par l entreprise bénéficiaire des versements n aura alors aucune conséquence sur l avantage fiscal accordé au particulier qui pourra donc le conserver. Seule en effet la société bénéficiaire des souscriptions sera tenue de reverser l avantage perçu indûment. Quel est le plafond applicable? En matière agricole, le montant total des aides de minimis octroyées à une exploitation ne doit pas excéder sur une période de 3 exercices fiscaux. Ce plafond s applique quels que soient la forme et l objectif des aides. Dans le cadre du plan européen pour la relance économique, la Commission européenne a adopté fin 2008 un «cadre temporaire» permettant aux État membres d accorder des aides aux entreprises autres qu agricoles sans avoir à les notifier de manière individuelle, à condition que leur montant n excède pas un plafond fixé à (7). Ce cadre temporaire a été modifié le 28 octobre 2009 au bénéfice des entreprises agricoles. Cette décision a autorisé la France à octroyer aux exploitants agricoles, jusqu au 31 décembre 2010, des aides sous la forme de subventions directes, de bonifications d intérêts, de prêts bonifiés, ainsi que d aides aux paiements des cotisations de Sécurité sociale, pouvant aller jusqu à Soulignons que ce plafond spécifique de maximum par exploitation sur la période correspond au montant des aides placées sous le dispositif temporaire (8) additionné au montant des aides subordonnées au respect du plafond des aides de minimis (celui n étant pas modifié). Précisons enfin que les aides de minimis ne peuvent pas être cumulées avec des aides d État pour les mêmes dépenses admissibles si ce cumul conduit à un taux d intensité d aide dépassant le niveau fixé, dans les circonstances spécifiques de chaque cas, par une décision de la Commission ou le règlement d exemption sur le fondement duquel l aide d État est accordée. Comment apprécier le montant des aides de minimis? Le plafond applicable en la matière est exprimé sous la forme d une subvention. Autrement dit, pour les aides versées sous cette forme, il convient 4 N 373 / JANVIER-FÉVRIER 2011 AGRICULTURE de GROUPE

5 de prendre l intégralité de son montant pour calculer le plafond. Lorsqu une aide est accordée sous une forme autre qu une subvention, le montant de l aide est son Équivalent-Subvention Brut (ESB), qui correspond au montant de l aide avant impôts ou autres prélèvements (9). Il convient de noter que les aides payables en plusieurs tranches (amortissements exceptionnels, provisions réglementées...) doivent être actualisées à leur valeur au moment de leur octroi. Le taux d intérêt qui doit être utilisé à cette fin est le taux de référence applicable au moment de l octroi. Attention, le règlement s applique uniquement aux aides de minimis transparentes, à savoir les aides pour lesquelles il est possible d en déterminer préalablement et précisément le montant, «sans qu il soit nécessaire d effectuer une analyse du risque». Le calcul précis peut, par exemple, être réalisé pour des subventions, des bonifications d intérêts ou des exonérations fiscales plafonnées. Les modalités de mise en œuvre Comment apprécier la période d attribution des aides? La période de 3 ans prise comme référence doit être appréciée sur une base glissante, de sorte que, pour chaque nouvelle aide de minimis octroyée, il y a lieu de déterminer le montant total des aides de minimis accordées au cours de l exercice fiscal concerné, ainsi qu au cours des deux exercices fiscaux précédents, quelle que soit la durée effective de ces exercices. Exemples : - soit une période de 3 exercices N - 2, N - 1 et N coïncidant avec l année civile : aide accordée le 10 juin N : appréciation du plafond entre le 1 er janvier N - 2 et le 10 juin N ; aide accordée le 22 octobre N : appré ciation du plafond entre le 1 er janvier N-2 et le 22 octobre N ; - soit une entreprise dont l exercice ne coïncide pas avec l année civile. Clôture des exercices de 12 mois le 30 septembre : aide accordée le 15 juin N : appréciation du plafond entre le 1 er octobre N - 3 et le 15 juin N ; aide accordée le 15 octobre N : appré ciation du plafond entre le 1 er octobre N - 2 et le 15 octobre. À quelle date une aide doit-elle être considérée comme accordée? Le respect du plafond s apprécie au moment de l octroi de chaque nouvelle aide de minimis, c està-dire au moment où le droit légal de recevoir cette aide est conféré à l entreprise en vertu de la réglementation nationale applicable. Ainsi, pour les impôts qui sont recouvrés par voie de rôle (IR, contribution économique territoriale, taxe foncière), la date d octroi de l aide fiscale correspond à la date de mise en recouvrement du rôle figurant sur l avis d imposition. En ce qui concerne l IS, la date d octroi de l aide est la date légale limite de dépôt du relevé de solde de liquidation. Pour les autres impôts dont le montant est liquidé par l entreprise (droits d enregistrement et assimilés, imposition forfaitaire annuelle), il s agit de la date légale de dépôt de la déclaration sur laquelle l impôt concerné est liquidé ou, à défaut de déclaration, à la date de son paiement. Enfin, s agissant des crédits d impôts calculés sur une déclaration spéciale, la date d octroi de l aide est fixée à la date légale de dépôt de cette déclaration. Quelles sont les conséquences en cas de dépassement du plafond? Si le montant total des aides accordées excède le plafond de 7 500, celle qui conduit à ce dépassement doit être considérée pour l intégralité de son montant comme incompatible avec le règlement de minimis, et cela même pour la fraction qui ne dépasse pas le plafond. Soulignons que cette aide ne peut pas non plus être reportée sur l exercice suivant. Elle est donc, en principe, totalement et définitivement perdue. Néanmoins, on peut s interroger sur l éventualité d «auto-limiter» le montant de certaines aides, afin de profiter au moins partiellement de l avantage en cause tout en respectant le plafond de minimis. Il est en effet tout à fait envisageable pour les entreprises de minorer les bases déclarées à partir desquelles des allègements fiscaux peuvent leur être octroyés (tel que le crédit d impôt remplacement pour congés par exemple), de sorte que le montant des aides fiscales correspondantes soit inférieur au montant maximal auquel elles pourraient prétendre. Cette pratique devrait, à notre avis, être admise par l Administration. Quelles étaient les modalités d application du plafonnement sur la période ? Les modalités d application du plafonnement de minimis sont transposables à l encadrement communautaire temporaire mis en place. Concrètement, prenons le cas d une exploitation agricole qui a bénéficié en 2009 et en 2010 non seulement d aides fiscales restées soumises à l encadrement des aides de minimis, mais également d une ou plusieurs aides placées sous l encadrement temporaire. Dans un premier temps, celle-ci a dû s assurer qu elle respectait bien le plafond des aides de minimis sur la période glissante de 3 exercices fiscaux pour les aides soumises à l encadrement de minimis en 2009 et Pour 2009, le plafond de d aides a été apprécié sur la période ; pour 2010, la période considérée était Dans un second temps, notre exploitation agricole a dû vérifier qu elle respectait bien la condition selon laquelle le montant de l aide temporaire et des aides de minimis ne doit pas dépasser sur la période Ainsi, en 2009, le respect du seuil de s est apprécié en totalisant les aides de minimis reçues en 2008 et en 2009 (compte tenu, le cas échéant, du plafonnement spécifique qui leur était applicable), et la ou les aides placées sous le régime temporaire ayant été obtenues en Si ce total a atteint ou dépassé ce seuil de , l exploitation n a pu bénéficier du moindre allégement d impôt visé par ces encadrements en En 2010, le seuil de a été apprécié en totalisant les aides de minimis reçues par l entreprise en 2008, 2009 et en 2010 et la ou les aides placées sous le régime temporaire reçues en 2009 et en À la sortie du régime, les allégements soumis à l encadrement temporaire accordés en 2009 et 2010 ne seront pas pris en compte pour le calcul du plafond des aides de minimis accordées en 2011 et En revanche, à compter de 2011, les avantages obtenus au titre de ces régimes sont de nouveau soumis au règlement de minimis dans les conditions de droit commun. Comment les sociétés de personnes doivent-elle appliquer le plafond? Par principe, en matière fiscale, le bénéficiaire d une aide de minimis est le redevable légal de l impôt faisant l objet d un allégement. Or, tel n est pas le cas des sociétés de personnes n ayant pas opté pour l IS, puisque ce sont leurs associés qui possèdent cette qualité. En conséquence, s agissant des aides ayant pour effet de réduire l impôt sur les bénéfices dû AGRICULTURE de GROUPE N 373 / JANVIER-FÉVRIER

6 Économique à raison de l activité exercée par une société de personnes, les conditions d application du plafond et des règles du cumul doivent être appréciées au niveau des associés de cette société, dès lors que ceux-ci peuvent être qualifiés d entreprises au sens communautaire. Les associés n exerçant pas d activité professionnelle, tels que les associés «passifs» d une SCEA par exemple, devraient donc échapper à cette règle. Bien entendu, les associés doivent retenir pour le calcul du plafond qui leur est applicable, outre les allégements d impôt sur les bénéfices accordés à la société de personnes, toutes les aides de minimis dont ils sont personnellement bénéficiaires. Pour les autres dispositifs fiscaux de faveur qui bénéficient directement à la société de personnes (diminution de la contribution économique territoriale, de taxe foncière ou de droits de mutation par exemple), les conditions d application du règlement de minimis s apprécient au niveau de la société et non au niveau des associés. Il en est de même des conditions relatives aux secteurs d activité éligibles aux aides de minimis. Enfin, pour certains crédits d impôt, les conditions d application de la réglementation relatives aux aides de minimis doivent être satisfaites cumulativement aussi bien par les associés des sociétés de personnes non soumises à l IS que par ces sociétés. Il en est ainsi notamment du crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique (CGI, art. 144 quater L). Dans cette hypothèse, les associés peuvent utiliser le crédit d impôt proportionnellement à leurs droits si la société respecte elle-même les conditions fixées pour les aides de minimis et à la condition qu à leur niveau le plafond soit également respecté. Liste non exhaustive des aides de minimis en faveur de l agriculture existantes au 1 er janvier 2011 Aides de nature fiscale - Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique (CGI, art. 244 quater L) ; - Crédit d impôt remplacement pour congés (CGI, art. 200 undecies) - Exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties pour les hôtels, gîtes ruraux, meublés de tourisme et chambres d hôtes situés en zone de revitalisation rurale (CGI, art E bis) Aides de nature économique - aides au paiement des cotisations et contributions sociales des personnes non salariées des professions agricoles et des employeurs de main-d œuvre agricole Notons que l application de la règle de la transparence des GAEC est précisée au cas par cas pour chaque dispositif. Elle n est donc pas de droit. Notamment, celle-ci a été refusée en ce qui concerne l octroi de l aide à l agriculture raisonnée : une seule aide par GAEC est accordée au même titre que les autres formes sociétaires (Circulaire DGFAR/SDEA/C du 2 mai 2006). En revanche, elle joue pour l aide à l adaptation de l engraissement d animaux de la filière équine de la façon suivante : le plafond d aide de par exploitation peut être multiplié par le nombre d exploitations regroupées au sein du GAEC dans la limite de 3 (Note de service DG- PAAT/SDM/N du 2 juin 2010). Les modalités de contrôle Comment est assuré le suivi des aides perçues? Selon la réglementation communautaire, les États membres sont tenus de s assurer que le montant total des aides octroyées n excède pas le plafond de par bénéficiaire. Aussi, sous réserve de la mise en place d un registre central, l État qui accorde une aide de minimis doit-il informer l exploitation agricole concernée du montant de l aide octroyée et de son caractère de minimis, en faisant explicitement référence au règlement applicable. En outre, avant l octroi de l aide, il doit obtenir de l entreprise une déclaration, sur support papier ou sous forme électronique, concernant les autres aides de minimis qu elle a reçues lors de l exercice fiscal en cours et des deux exercices précédents. (Circulaire DGFAR/SDPS/C du 2 juillet 2007 ; circulaire SG/SAFSL/ SDTPS/C du 1er juin 2010) ; - aides à l adaptation de l engraissement d animaux dans la filière équine - période 2010/2012 (Note de service DGPAAT/ SDPM/N du 2 juin 2010) ; - soutien aux éleveurs de porcs touchés par les conséquences de la crise économique touchant ce secteur de production (Circulaire DGPAAT/SDPM/SDEA/C du 11 juin 2009) ; - aide pour compenser les pertes de production des aviculteurs victimes de la tempête Klaus du 24 janvier 2009 (Circulaire DGPAAT/SDPM/C du 19 février 2009). Enfin, il doit vérifier avec soin si la nouvelle aide ne porte pas le montant total des aides de minimis reçues au-delà des plafonds applicables. En pratique, aucune obligation déclarative n a été, pour l instant, mise à la charge des exploitants agricoles. Toutefois, il est à noter que la plupart des formulaires de demande d aides économiques comporte une ligne totalisant les aides déjà obtenues ou demande une «attestation sur l honneur et déclarative relative aux aides de minimis perçues au cours des 3 dernières années». Celles-ci sont par ailleurs recensées et vérifiées en principe par la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDT/DDTM) à l occasion de chaque demande d aide nouvelle. Qu advient-il des aides indûment perçues? Les aides octroyées «illégalement» doivent en principe être remboursées à l État par l entreprise bénéficiaire. Aussi, est-il vivement conseillé aux exploitants agricoles de tenir le décompte des aides reçues afin de ne pas dépasser les plafonds autorisés et pouvoir en justifier en cas de contrôle. Il convient de souligner que les États membres ont l obligation de tenir un registre compilant toutes les informations concernant l application du règlement communautaire afin de pouvoir vérifier si les conditions d octroi des aides de minimis ont bien été respectées. Ces informations doivent être conservées pendant 10 ans à compter de la date d octroi de l aide. (1) Traité signé le 13 décembre 2007 à Lisbonne et entré en vigueur le 1 er décembre (2) Aussi appelé Traité de Maastricht, signé le 7 février 1992 et entré en vigueur le 1 er novembre (3) Rappelons que les règlements communautaires sont d effet direct, ce qui implique que leur respect s impose même en l absence de toute mesure nationale contraignante en ce sens. (4) Deux autres textes régissent actuellement les aides de minimis : - le règlement n 1998/2006 pour toutes les aides hors production primaire agricole et pêche : ces aides de minimis sont plafonnées à par entreprise sur 3 exercices fiscaux. Les entreprises des secteurs de l agroalimentaire sont éligibles aux aides de ce règlement. - le règlement n 875/2007 pour la pêche, avec un seuil fixé à par entreprise sur 3 exercices fiscaux. (5) Article L du Code rural. (6) La CUJE définit l entreprise comme toute entité exerçant une activité économique, indépendamment du statut juridique de cette entité et de son mode de financement (CJCE, 23 avr. 1991, aff. 41/90, Höfner et Elser). (7) COM IP/08/1993 du 17 décembre (8) L article 14 de la première loi de finances rectificative pour 2009 (L. fin. rect. 2009, n , 4 févr ; JO 5 févr., p. 3032) a placé sous le régime d encadrement temporaire la majorité des allégements fiscaux (limitativement énumérés) qui étaient jusqu à présent soumis au respect des règles de minimis. Ces dispositifs fiscaux ne sont donc plus considérés comme des aides de minimis pendant la période considérée. (9) En principe, le montant de l ESB est transmis par l organisme ayant accordé l aide. Toutefois, si tel n est pas le cas, un logiciel permettant de calculer cet ESB est téléchargeable gratuitement sur le site suivant : 6 N 373 / JANVIER-FÉVRIER 2011 AGRICULTURE de GROUPE

7 Fiscalité TVA immobilière : Notion d assujetti en cas de cession d un terrain à bâtir L Administration a défini la notion d assujetti à la TVA «agissant en tant que tel» dans l hypothèse d un particulier qui réalise des opérations de lotissement et d un agriculteur qui cède un terrain de son exploitation. Rappelons que les cessions de terrains à bâtir qui interviennent depuis le 11 mars 2010, date d entrée en vigueur de la loi de finances rectificative pour 2010 (L. fin. rect. 2010, n , 9 mars 2010, JO p. 4746, art. 16), sont désormais soumises de plein droit à la TVA, lorsqu elles sont réalisées par des assujettis. Or, si elle n est pas nouvelle, la notion d assujetti agissant en tant que tel, critère déterminant de taxation, n en reste pas moins difficile à cerner. Particulier réalisant des opérations de lotissement Reprenant la jurisprudence communautaire constante sur ce point (voir notamment CJCE, 4 oct. 1995, aff. C-291/92, Dieter Ambrecht), l Administration considère, dans une réponse ministérielle en date du 12 octobre 2010 (Rép. min. à Ferrand, n 86408, JO AN Q. 12 oct. 2010, p ), qu un assujetti n agit pas en tant que tel lorsqu il réalise la cession d un élément de son patrimoine en dehors d un objectif d entreprise ou d un but commercial. Ce principe vaut pour la cession d immeubles, notamment de terrains à bâtir, qui de manière générale ne constitue pas une opération économique au sens de la directive, dès lors qu elle résulte de la seule propriété et ne constitue pas l exploitation de ces biens visant à produire des recettes ayant un caractère de permanence (voir également Instr. 22 sept. 2010, BOI 3 A-5-10, n 5). De l application de ce principe, il résulte qu un particulier qui cède des terrains qu il a recueillis par succession ou qu il a acquis pour un usage privé est présumé ne pas réaliser une activité économique. L Administration précise en outre que le fait que, préalablement à la cession, l intéressé procède au lotissement parcellaire du terrain pour en tirer un meilleur prix global n est pas, à lui seul, de nature à remettre en cause cette présomption, non plus que le nombre de parcelles vendues, la durée sur laquelle s étaleront les opérations ou l importance des recettes qu il en tire au regard de ses autres ressources. En revanche, cette présomption est renversée lorsque le cédant entre dans une démarche active de commercialisation foncière, acquérant les biens en dehors d une pure démarche patrimoniale et mobilisant des moyens qui le placent en concurrence avec les professionnels. Pour déterminer la qualité d assujetti du cédant, il convient donc de mettre en œuvre la méthode du faisceau d indices (importance et habitude de l activité ou bien engagement de dépenses d aménagement significatives...). L activité économique est alors caractérisée notamment lorsque les dépenses d aménagement sont prépondérantes dans la valeur des cessions. Agriculteur cédant un terrain de son exploitation Contrairement aux particuliers, les agriculteurs entrent de plein droit dans le champ d application de la TVA (CGI, art. 256 A). Aussi, en principe, les ventes de terrains à bâtir réalisées par les cédants redevables de la TVA sont-elles assujetties à la taxe. Cela étant, indique l Administration, les opérations que les agriculteurs réalisent n entrent dans le champ de la TVA que si elles sont effectuées dans le cadre de leur activité économique. Il n en va pas ainsi des opérations réalisées dans le cadre de la gestion de leur patrimoine, fussent-elles à titre onéreux (Rép. min. à Juihard, n 12909, JO Sénat Q. 4 nov. 2010, p ; voir également CE, 29 déc. 1995, n , Sudfer). Aisément, l Administration en déduit que la cession de foncier par un agriculteur en dehors de son activité agricole est considérée comme réalisée dans le cadre de la gestion de son patrimoine et, comme telle, non assujettie à la TVA. Mais celle-ci va plus loin dans la réponse Juihard, reprenant par la même sa position édictée dans une réponse de la Direction générale des Finances publiques à la FNSEA en date du 30 août 2010, puisqu elle traite de la même façon les cessions effectuées par un agriculteur concernant des terrains de son exploitation mais devenus constructibles du fait d une modification du plan local d urbanisme, que ceux-ci aient été conservés ou non dans son patrimoine privé (en application de l article 38 sexdecies D de l annexe III au CGI). La présomption ne suppose donc pas que le bien soit loué à un tiers ou qu il revête, par sa nature, le caractère d un investissement patrimonial au regard de l activité agricole du cédant. Elle concerne en fait les terrains constructibles affectés à l exploitation agricole du cédant. Attention toutefois : les cessions de terrains à bâtir, par un agriculteur qui a réalisé sur ces terrains des travaux de viabilisation et mis en œuvre des moyens de commercialisation avérés (publicité, démarchage), entrent de plein droit dans le champ d application de la TVA, au même titre que les cessions de terrains à bâtir qui auraient été spécifiquement acquis en vue de leur revente (voir également instr. 30 déc. 2010, BOI , n 13). BJ AGRICULTURE de GROUPE N 373 / JANVIER-FÉVRIER

LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS

LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS LA RÈGLE DU PLAFOND DE MINIMIS Les Etat membres de la Communauté européenne accordent des aides à leurs entreprises. Ces aides sont extrêmement diverses. Elles sont accordées par les Etat eux-mêmes mais

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Direction départementale des territoires Direction départementale des territoires et de la mer Direction de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Exonérations fiscales et droit communautaire (1)

Exonérations fiscales et droit communautaire (1) Exonérations fiscales et droit communautaire (1) Encadrement communautaire des aides d Etat : principes généraux Les aides de minimis Les aides à finalité régionale et les aides à l investissement et à

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A)

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) TEXTES CONSTITUTION GESTION Art 1845 à 1870-1 code civil Pas de capital social minimum Associés : minimum 2 associés ; associé mineur possible ; époux ou

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 E-6-01 N 69 du 10 AVRIL 2001 5 F.P. / 37 E 4211 INSTRUCTION DU 30 MARS 2001 BENEFICES AGRICOLES. LIQUIDATION ET MODALITES D IMPOSITION. DEDUCTION

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 29 DU 12 MARS 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 A-4-12 INSTRUCTION DU 9 MARS 2012 REGIME FISCAL DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Juillet 2014 Sommaire I. Régularisation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-3-04 N 124 du 4 AOÛT 2004 MUTATIONS A TITRE GRATUIT. SUCCESSIONS. EVALUATION DES BIENS. PRINCIPE. OBLIGATIONS DES REDEVABLES. DELAIS POUR

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique

Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique Crédit d impôt en faveur de l agriculture biologique Note d information et d analyse FNAB Paris, le 10 avril 2014 Mode d emploi du dispositif CI-Bio pour les exercices 2011 à 2014 (pour les déclarations

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle

CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle CONFERENCE ICC au PAVILLON LE DOYEN le 5 mai 2009 par Chantal JORDAN ISF : actualité législative et jurisprudentielle GENERALITES Modalités de souscription : Depuis l année dernière : 2 jeux de déclarations

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 87 DU 14 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 E-6-09 INSTRUCTION DU 6 OCTOBRE 2009 BENEFICES AGRICOLES. AMENAGEMENT DES DISPOSITIONS RELATIVES AUX DEDUCTIONS

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 I-1-03 N 118 du 7 JUILLET 2003 IMPOT SUR LES SOCIETES. DISPOSITIONS PARTICULIERES FUSIONS ET OPERATIONS ASSIMILEES (C.G.I., art. 54 septies,

Plus en détail

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR 1 Remarques introductives Statut mis en œuvre par la loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 Statut en vigueur à compter du 1er janvier 2009 Site internet : http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole

Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole Les différentes formes juridiques de l exploitation agricole Article juridique publié le 20/09/2015, vu 399 fois, Auteur : Portalis-25 Voici un petit résumé des différentes formes juridiques prévues pour

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 D-2-01 N 196 du 5 NOVEMBRE 2001 4 F.E. / 29 - B INSTRUCTION DU 29 OCTOBRE 2001 DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). AMORTISSEMENT

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

TVA IMMOBILIERE. Etude Fiscale SOMMAIRE. www.oec-paris.fr. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts)

TVA IMMOBILIERE. Etude Fiscale SOMMAIRE. www.oec-paris.fr. 2010, 4ème trimestre (Source : Infodoc-experts) TVA IMMOBILIERE Etude Fiscale SOMMAIRE Introduction Article de présentation générale Le plus de l expert Annexe : Références législatives et jurisprudentielles www.oec-paris.fr 2010, 4ème trimestre (Source

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 ( Les SCPI Fiscales ) URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 INTRODUCTION Par leurs multiples avantages, les SCPI, tant fiscales

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

TVA et locations de locaux et bâtiments

TVA et locations de locaux et bâtiments TVA et locations de locaux et bâtiments Dans le cadre des missions qui leur sont confiées par la loi (notamment en matière de développement économique ou d action sociale), ou tout simplement dans le cadre

Plus en détail

Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil. La défiscalisation près de chez vous

Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil. La défiscalisation près de chez vous Les opportunités de la localisation de l entreprise : le devoir de conseil La défiscalisation près de chez vous Intervenants Olivier PALAT Direction de la législation fiscale (bureau B1 fiscalité d entreprise)

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers

Panorama des principaux crédits et réductions d impôt en faveur des particuliers SYNTHESE Fiscal Textes et références Article 199 terdecies- 0 A du Article 885-O V bis du Article 200 du Article 199 tervicies du Article 199 sexvicies du Article 199 septvicies du Article 199 sexdecies

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR

Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Entreprendre avec la CCI de Bordeaux L AUTO ENTREPRENEUR Actualisé le 06/01/2014 1 Sommaire Définition de l auto-entreprise Qui peut être auto-entrepreneur? Activités exclues du régime Seuils de chiffre

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Vendre son entreprise

Vendre son entreprise Vendre son entreprise 1. La transmission de son entreprise par la vente de son fonds de commerce La vente du fonds de commerce, que vous exploitiez dans le cadre d une entreprise individuelle ou dans le

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

L auto-entrepreneur. D i r e c t i o n d u c o m m e r c e, d e s p r o f e s s i o n s l i b é r a l e s

L auto-entrepreneur. D i r e c t i o n d u c o m m e r c e, d e s p r o f e s s i o n s l i b é r a l e s L auto-entrepreneur D i r e c t i o n d u c o m m e r c e, d e l a r t i s a n a t, d e s s e r v i c e s e t d e s p r o f e s s i o n s l i b é r a l e s 3-5, rue Barbet de Jouy - 75353 Paris 07 SP T

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail