BULLETIN HUMANITAIRE Numéro septembre 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BULLETIN HUMANITAIRE Numéro 10 14 septembre 2010"

Transcription

1 BULLETIN HUMANITAIRE Numéro septembre 2010 Faits saillants humanitaires -Les Equipes d intervention d urgence prêtes à être mobilisées pour appuyer la mise en œuvre du plan d urgence; - Les personnes déplacées des camps à risque ciblées par les campagnes de sensibilisation à l alerte rapide par message court de l OIM et de la FICR; -Huit «camps fantômes» démantelés et fermés à Jacmel avec le soutien du DPC, du bureau du maire et de la communauté humanitaire. APERÇU DE LA SITUATION Planification d'urgence La communauté humanitaire dispose d équipes d intervention d urgence prêtes à être déployées pour appuyer le Département de la protection civile (DPC) dans la mise en œuvre du plan d'urgence en cas de catastrophes naturelles. Chaque cluster a sélectionné les membres faisant partie des Equipes de réponse aux incidents en temps de crise (CIRT). Il s agit d un mécanisme coordonné par OCHA qui comprend UNPOL et la MINUSTAH. Un plan national de prépositionnement de stocks d'urgence et un plan d urgence du Comité permanent interorganisations (IASC) ont été élaborés sous l égide du DPC. Le pré positionnement des stocks alimentaires est bien avancé. Au niveau ministériel, la planification d'urgence est en phase finale et devrait être achevée au cours de la semaine à venir. Le CIRT de Léogane a déjà répondu à un incident affectant 600 foyers en raison des inondations du 13 septembre de la rivière Royone. Le plan d'évacuation du DPC pour le Département de l Ouest devrait être approuvé cette semaine. L'OIM et le DPC ont cartographié les camps à risque du Département. Selon le DPC les données en matière d'évacuation se présentent comme suit: 20% de la population devraient être évacués dans des familles d'accueil; 20 à 25% de la population devraient trouver refuge dans des abris anti ouragan; 25 à 30% de la population resteraient dans des camps n étant pas à haut risque d'inondation ou de glissement de terrain; 30% de la population devrait être évacuées vers des terres plus élevées. Selon le DPC, le plan d'évacuation a encore besoin de ressources supplémentaires, à la fois financières et matérielles. Le DPC cite en en particulier un déficit de financement de dollars américains, la nécessité de disposer de cordes pour sécuriser les tentes et d'une aide alimentaire pour les familles qui devraient être évacuées dans des familles d'accueil. Faits et chiffres humanitaires Aperçu humanitaire INFORMATION CHIFFRES SOURCE Population Plus de 2 millions de Gouvernement d Haïti touchée personnes Maisons maisons Gouvernement d Haïti détruites ou endommagées Maisons expertisées bâtiments, dont résidences, ont été expertisés par le Ministère des travaux Ministère des travaux publics (UNOPS) 5 août

2 publics % ( ) Vert % (68 001) Jaune % (55 718) Rouge Personnes déplacées dans des sites de peuplement Personnes déplacées quittant le Département de l Ouest Sites de peuplement spontanés Gestion des camps Camps soumis à évaluation et à l atténuation des risques 1,3 million de personnes personnes (la majorité dans des familles d accueil) DPC/IOM Juin 2010 Gouvernement d Haïti sites DTM 5 août Sites répertoriés : dans les zones touchées Nombre de ménages : sites ont fait l objet d une évaluation de vulnérabilité en cas de tempêtes et d inondations. L objectif maintenant est d atteindre le chiffre de 300. Des travaux d atténuation des risques ont été achevés dans 29 sites. Analyses OIM 31 juillet OIM 10 août Construction d abris temporaires Financement de l appel éclair 13,073 abris temporaires ont été construits et abritent personnes. 633 sont en cours de construction et autres sont disponibles dans le pays. Financé à 70 % Cluster abri 12 août Service de suivi financier FTS. 6 septembre. Initiative de l OIM et de la Croix-Rouge américaine relative aux familles d accueil Un programme ciblant les communautés d accueil des zones n ayant pas été affectées par le tremblement de terre a été élaboré par l OIM et la Croix-Rouge américaine, de concert avec le Programme d action du Gouvernement d Haïti relatif au relèvement et au développement national. D une durée d un an, cette initiative vise à fournir une aide aux communautés et familles

3 d accueil des départements de l Artibonite, du Sud et du Nord en mettant en œuvre des projets dans les domaines notamment de la santé, de l agriculture, de l eau et l assainissement (WASH). MISES À JOUR HUMANITAIRES REGIONALES Gonaïves La planification d urgence a été au centre de l action humanitaire dans le département de l Artibonite. Les travaux de nettoyage des infrastructures de drainage à Ravine Duree et dans le delta de la rivière Bigot, par le biais du programme «rémunération contre travail» sont en cours comme l est la construction d'un système de buses en béton par les troupes de la MINUSTAH afin d atténuer les risques d'inondation à Gonaïves. À l'heure actuelle, le PAM dispose de tonnes de nourriture pré-positionnées. Par ailleurs, 17 abris temporaires susceptibles d accueillir personnes ont été identifiés par le DPC. Il faut toutefois y installer un système d approvisionnement en eau ainsi que d'autres services. Les partenaires du Cluster abri ont mis en commun leurs stocks de fournitures humanitaires qui seront disponibles au niveau des municipalités et des départements. À Saint-Marc, le DPC, les autorités locales, OCHA, l'oim et la MINUSTAH se sont réunis pour discuter de la réinstallation des familles déplacées vivant dans 151 colonies spontanées de l'artibonite. L'OIM et le Ministère des travaux publics sont chargés d'élaborer le plan de réinstallation de ces personnes et d identifier les modalités de réponse aux besoins en nourriture, eau potable et articles non alimentaires. Au cours du mois d'août, la FAO a distribué plants de bananiers dans les communes de Gros-Morne, Ennery, Terre Neuve et la Marmalade. La FAO distribue actuellement des outils et semences à familles et continue de soutenir les activités de pisciculture que mènent les personnes déplacées. Léogane La situation humanitaire à Léogane reste complexe. Il existe 293 sites de peuplement spontanés (48 à Gressier et 245 à Léogane) accueillant personnes déplacées. Beaucoup d entre elles étaient locataires mais elles ne disposent plus de sources de revenus et d alternatives durables pour se loger. L élaboration de programmes de réinstallation se poursuit. L ensemble d activités proposées comprend une aide à l'enlèvement des gravats, un abri transitoire, une aide en WASH construction de latrines, approvisionnement en eau potable et distribution de kits d'hygiène des articles non alimentaires, une aide alimentaire et une composante «moyen de subsistance» telle que la participation à un programme «rémunération contre travail. Les autres clusters, dont celui de la santé, de la protection, de l'agriculture et de l'éducation, doivent encore préciser quelle sera leur contribution. L identification des terres pour la réinstallation des personnes déplacées reste un défi. Les propriétaires fonciers protestent à chaque fois qu'un site de relocalisation approprié est choisi et que les travaux de préparation du site commencent. Les propriétaires fonciers disent ne pas avoir été informés par la mairie du processus d'expropriation des terres ou des travaux de préparation du site. Pour mieux faciliter la communication entre le bureau du maire et les propriétaires terriens, des panneaux d'information seront désormais installés sur les terrains envisagés pour l installation de sites de peuplement. Cette initiative, qui a été approuvée le 7 septembre par le maire de Léogane et le Ministre de l'environnement, en collaboration avec la communauté humanitaire, a pour but d'informer correctement les propriétaires des terres sans nuire à la préparation du site. L'enlèvement des gravats, la réhabilitation et la construction de structures publiques sont nécessaires pour rétablir les services de base tels que les écoles, les dispensaires et les sources

4 d'eau, entre autres. Les membres du Cluster éducation de Léogane et de Petit Goâve ont confirmé que Fonkoze, une fondation nationale de promotion du micro-crédit, avait financé des écoles non publiques dans le cadre d un programme soutenu par le Gouvernement d'haïti et des partenaires du Cluster éducation. L allocation des fonds à chaque école des quatre communes a commencé. Le déblaiement des canaux et des rivières est également essentiel en ce début de saison des ouragans. La MINUSTAH et le Ministère de l'environnement continuent de faire des progrès en la matière mais il reste encore beaucoup à faire. Le Cluster protection à Léogane a intensifié sa campagne de sensibilisation sur la protection des personnes vulnérables en cas de catastrophe naturelle, notamment les handicapés, les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes. Le coup d envoi de la campagne a été donné par une conférence de presse et le lancement d une caravane itinérante se rendant dans les zones à haut risque avec à son bord des groupes de discussion chargés de parler aux populations de la préparation aux inondations. Le Cluster protection s est attaché en particulier au camp de Shekinah Gressier où le propriétaire du terrain a récemment informé les résidents qu'ils disposaient d une semaine pour quitter les lieux. Le 13 septembre le comité du camp Shekinah a signalé que les 92 familles restantes s étaient déplacées sur le site Merger. Bien que rejeté par l'oim comme site de relocalisation, le camp Merger est une zone de réinstallation gérée par la communauté locale. Le site a besoin de disposer d infrastructures sanitaires. Oxfam facilite l'installation de douches, de latrines et l approvisionnement en eau. Le Cluster santé a appelé au lancement de programmes «rémunération contre travail» pour améliorer l état des routes, ce qui permettrait aux cliniques mobiles d offrir des services aux collectivités qui n'ont pas facilement accès aux services de santé. Les accidents de la route, qui sont l'une des principales causes de décès et de blessures dans la région, sont à la hausse entre Léogane et Petit Goâve. L état des routes, qui s est encore détériorée depuis le tremblement de terre, est en cause. L ONG Samaritain Purse, en collaboration avec la MINUSTAH, la Police nationale d'haïti (PNH), et les bureaux des maires élaborent une campagne de sensibilisation et d'autres initiatives afin de réduire le nombre d accidents de la route. Jacmel À ce jour, huit sites spontanés ont été évacués dans et autour de Jacmel. Ces camps «fantômes» ont été démontés avec le soutien de la mairie et du DPC. Selon l'oim, personnes déplacées se trouvent dans la commune de Jacmel et vivent dans cinq camps officiels et 15 sites spontanés gérés par l'oim. Les 173 familles qui résidaient dans le site de Pinchinat ont été réinstallées au nouveau camp Mayard dans le cadre d un processus s étant terminé le 11 août. Le site Mayard accueille 175 familles. La réinstallation a été réalisée avec l'appui logistique de la MINUSTAH, d'ocha, du bureau du maire, de la PNH et de tous les clusters. L'OIM continue de renforcer les tentes à Mayard qui ne dispose toujours pas d éclairage suffisant pour des raisons de sécurité. À ce jour, 505 abris ont été construits dans la ville. Le maire de Jacmel a interdit les abris à base de revêtements en plastique ou de bâches. La question des abris transitoires continue d'être un sujet important dans la commune. Le 27 août, un atelier de travail relatif aux plans de secours d urgence du département du Sud- Est a été organisé par le DPC, avec la participation des autorités locales, de la police, et de la communauté internationale. La nécessité pour les décideurs locaux d avoir recours au DPC afin de mieux assurer la protection des populations vulnérables pendant la saison des ouragans a été soulignée. Pour analyser les forces et les lacunes de la réponse en cas de crise, la MINUSTAH et des partenaires internationaux organiseront un exercice de simulation du 22 au 23 septembre. Le programme d'alimentation scolaire du PAM est en cours dans les camps et les écoles et se poursuivra jusqu'à la mi-octobre. Un total de enfants, y compris ceux qui habitent dans

5 des communes difficiles d'accès, devraient en bénéficier. Les efforts se poursuivent dans la lutte contre la malnutrition des enfants de Baie d'orange, Marbriole et Belle Anse. Le Cluster nutrition avec le soutien du Conseil national de la sécurité alimentaire (CNSA), le Ministère de la santé publique, Save the Children et les agences de l'onu ont organisé une mission d'établissement des faits dans ces domaines et ont publié les recommandations suivantes : fournir davantage de soutien à l'agriculture dans les zones montagneuses non-arides; la mise en œuvre d activités «vivres contre travail» et «travail contre rémunération» en appui à la production agricole; le lancement de travaux d'amélioration de la route de Belle Anse dans le cadre des programmes travail contre vivres et rémunération; et l'intensification des programmes de soutien nutritionnel pour les populations cibles des zones en question. Dans la commune de Jacmel, l'eau et les conditions sanitaires se sont considérablement améliorées ces derniers temps, en grande partie grâce aux efforts déployés par le cluster WASH et DINEPA. Toutefois, d'autres communes dans le département du Sud-Est n'ont pas bénéficié de ces améliorations, DINEPA ne couvrant que la commune de Jacmel. Dans d'autres zones, notamment Belle Anse, l'approvisionnement en eau et les conditions sanitaires doivent être renforcés. L'UNICEF et le PNUD ont suggéré d'étudier les mesures qui peuvent être prises pour renforcer le cluster WASH dans le département. En réponse à quatre viols de mineures dans la commune des Cayes-Jacmel, le FNUAP et la MINUSTAH ont lancé le 8 septembre une campagne de sensibilisation contre la violence sexuelle. Les partenaires du Cluster protection travaillent au renforcement d un service d'orientation des victimes de viol. Les partenaires du Cluster santé du Département du Sud-Est travaillent avec le Ministère de l'assainissement à l élaboration d une stratégie de transition vers des centres de santé fixes, tels que l'hôpital Saint-Michel. Cette stratégie sera rendue publique à la fin du mois de septembre. A l heure actuelle, le cluster met en œuvre un programme de distribution de moustiquaires en réponse à l'augmentation des cas de paludisme dans les communes de Jacmel, les Cayes- Jacmel, Bainet, et Anse-à-Pitres. A ce jour, moustiquaires ont été distribuées dans ces communes. Petit-Goâve Le déménagement forcé de personnes déplacées demeure une grave préoccupation à Petit- Goâve. Oxfam a publié une liste de sites de peuplement où il existe des conflits avec les propriétaires fonciers, comme c est le cas du site récréatif du barrage. Les autorités municipales souhaitent récupérer les terres de ce site mais n'ont pas encore fait de proposition pour reloger les déplacés qui y vivent. À ce jour, 200 familles, vivant dans quatre sites, sont menacées d'expulsion avant la fin octobre. Des discussions entre les autorités communautaires et les acteurs humanitaires sont en cours pour élaborer des programmes de construction d'abris transitoires et un ensemble d aides à la relocalisation des personnes déplacées. Ces discussions portent également sur l élaboration de stratégies pour passer de la coordination des camps à la coordination communautaire. Un total de familles devrait recevoir des abris transitoires dans les communes de Petit-Goâve et Grand Goâve. Les activités de protection à Petit-Goâve s attachent plus particulièrement aux cas de viols et d'abus de restaveks. Les partenaires du Cluster protection signalent une augmentation des cas, en particulier en ce qui concerne la protection des enfants et l'état de l unique orphelinat que compte la région. L ONG People in Need a mis sur pied des comités de protection qui orienteront les victimes vers les services pertinents et travailleront également à la problématique de la violence sexiste. En juillet, une équipe d ingénieurs américains ont signalé que 80 écoles avaient été détruites par le séisme. Les préoccupations pour l'année scolaire à venir portent sur l approvisionnement en eau et l'assainissement (WASH) dans les écoles qui fonctionnent. Les partenaires du Cluster WASH poursuivent leurs efforts pour mettre fin à l approvisionnement en eau par camions-

6 citernes, établir des infrastructures permanentes et réhabiliter le système urbain d'adduction d eau et les puits. Oxfam a lancé un programme visant à fournir de l'eau dans les collines des zones rurales et DINEPA s'emploie à renforcer les capacités au niveau communal. Selon les estimations en termes de planification d'urgence, et personnes seraient touchées respectivement à Grand et Petit-Goâve en cas d'un ouragan. La question du manque d'abris anti-ouragans n est toujours pas résolue, les bâtiments scolaires des communes n étant pas adaptés. Le camp Ruelle Northon a connu de fortes inondations dans la nuit du 8 septembre. Quelque 178 abris doivent être remplacés et des travaux de dégagement des systèmes de drainage sont nécessaires. L'OIM et ses partenaires humanitaires sur le terrain répondent aux besoins des personnes touchées. Les participants à la réunion du 23 août sur le sujet avaient alors recommandé l élaboration d une campagne de sensibilisation qui a été lancée dans les deux communes par la FIRC et le DPC. L'OIM et 150 personnes mènent des travaux de dégagement des systèmes de drainage dans les deux sites de Petit et Grand-Goâve. La MINUSTAH, par l intermédiaire de sa ligne de financement de projets à impact rapide, finance ces travaux. Enfin, les manifestations s étant déroulées le 6 septembre à Petit Goâve n ont pas permis aux acteurs humanitaires de travailler. Des barricades avaient été érigées dans les rues et des graffitis, modérément hostiles à une ONG travaillant localement, avaient été écrits. Aucune menace directe n avait été faite contre la communauté humanitaire. MISES À JOUR HUMANITAIRE: PAR CLUSTER Abri / articles non alimentaires (NFI) En date du 13 septembre, les partenaires du Cluster abri/ NFI ont assisté plus de personnes en construisant abris transitoires. Cet effort, ainsi que la distribution de tentes et bâches, a permis d aider plus de 2,2 millions de bénéficiaires depuis janvier Les abris ont été majoritairement construits en dehors de Port-au-Prince en raison des problèmes tels que les décombres, les questions de propriété foncière et la densité de la population. Un total de logements transitoires à construire ont reçu les financements nécessaires. Dans le cadre de la préparation aux catastrophes, les membres du Cluster abri / NFI et les organismes de gestion des camps ont mis au point plusieurs mesures d'atténuation des risques en cas d ouragans et d autres catastrophes naturelles potentielles, y compris l évaluation des camps à risque, la distribution de matériaux de construction imperméables, l amélioration des canaux d évacuation de l eau dans les camps et l'installation de latrines résistantes aux inondations. L'équipe de coordination du cluster a aidé 34 organisations à pré positionner des stocks d'urgence (kits abris, bâches, kits d'hygiène, ustensiles de cuisine et kits familiaux). Les zones du pays considérées comme vulnérables aux inondations et aux glissements de terrain ont été identifiées et ciblées. A l heure actuelle, le pré-positionnement de stocks est suffisant pour répondre aux besoins de familles. Le Cluster abri/ NFI continue de participer à la campagne de messagerie que mènent la Croix- Rouge haïtienne, la FICR et la Croix-Rouge américaine. Les gestionnaires des camps des organisations humanitaires ont également été formés à sensibiliser les habitants de 300 camps pendant la saison des ouragans. Les organisations humanitaires, dont la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, continuent d alterner les activités de construction d'abris transitoires et la redistribution de matériaux pour la construction d abris d'urgence, un défi de taille en raison de la saison des ouragans. Le Cluster abri/nfi souligne qu il est nécessaire de disposer de financements et d un soutien en matière de capacités de la part des bailleurs de fonds.

7 Coordination/gestion Camp / (CCCM) Le Cluster CCCM continue de travailler avec le Gouvernement d'haïti et les partenaires humanitaires à l élaboration d une stratégie pour permettre l allocation d un ensemble de mesures d aide au retour des personnes déplacées prêtes à rentrer chez elles sur une base volontaire. Les partenaires du Cluster continueront à soutenir les travaux d'atténuation des risques tels que les systèmes de drainage et autres travaux de génie civil dans les sites considérés à haut risque d'inondation, de glissements de terrain ou autre. Lors de l évaluation du niveau de vulnérabilité des sites, l Unité de planification des sites du Cluster CCCM a procédé à des évaluations conjointes avec les représentants du DPC à Port-au-Prince, Grand-Goâve et Petit Goâve. Les partenaires du cluster travaillent à promouvoir le transfert volontaire des personnes déplacées se trouvant dans des sites à haut risque. Le Cluster CCCM a presque achevé la rédaction d'un manuel sur la réduction des risques en cas de catastrophe soudaine que les partenaires peuvent utiliser dans les camps afin de sensibiliser et de renforcer les stratégies de réduction des risques. Au 20 août, 51 sessions de formation en CCCM ont été dispensées auprès de participants, dont 32 à Port-au-Prince et 19 dans d autres zones touchées. Les demandes en matière de formation à la protection, transparence et violence sexistes sont en augmentation constante. Education A ce jour, 360 écoles, plus d'un tiers des écoles détruites par le séisme, ont demandé une aide pour le déblaiement des gravats. Les partenaires du Cluster éducation et la MINUSTAH procèdent à l enlèvement des décombres. Un soutien financier supplémentaire est demandé. Le Gouvernement a accordé un rang prioritaire à l éducation et a souligné la nécessité pour les personnes déplacées de quitter les écoles qu ils occupent pour permettre aux élèves de retourner à leurs études. A Gressier, le DPC a demandé aux personnes déplacées qui occupaient l'ecole nationale de Gressier de se reloger temporairement hors des murs de l école. Ces personnes ont bénéficié d une aide à la réinstallation et, par la suite, au retour dans leur lieu d'origine. La réinstallation de ces familles s'est déroulée sans incident. À Petit-Goâve, des rapports ont fait état de l occupation de l'ecole apostolique. Les personnes déplacées qui s y trouvaient ont été convaincues de déménager volontairement pour retourner dans leurs régions d'origine, comme l'a confirmé en juillet le coordonnateur du Cluster éducation. CESVI, un partenaire du Cluster éducation, a signalé que l installation de camps pour personnes déplacées dans les écoles était préjudiciable au déroulement des activités WASH prévues dans ces écoles. Nutrition Diverses formations pour lutter contre la malnutrition ont été organisées à l'échelle nationale. La plupart d'entre elles portaient sur la nutrition des femmes enceintes ou allaitantes et le soutien psychosocial dans les tentes bébé. Environ femmes étaient enceintes lors du tremblement de terre et beaucoup d'entre elles souffrent maintenant de traumatismes psychosociaux à la suite de cet événement. Ces difficultés se traduisent souvent par une négligence de l'alimentation et de la nutrition des bébés et des enfants. Enfin, le Protocole national de la prise en charge de la malnutrition globale aiguë a été publié par le Ministère de la santé publique et de la population (MSPP). Ce guide tant attendu standardise toutes les procédures liées à la malnutrition. Santé Une deuxième campagne de vaccination a été nécessaire pour compléter une campagne de initiale contre diverses maladies dont la fréquence a augmenté depuis le tremblement de terre. Au cours de la campagne qui s'est terminée le 13 août, plus de personnes ont été

8 vaccinées contre la rougeole et la poliomyélite et plus de contre le tétanos. Cette deuxième campagne a été dictée par les mouvements de population dans des régions où sévit le virus de la poliomyélite autochtone, où l on assiste à une augmentation des blessures causées par des débris rouillés et où une baisse de l'hygiène personnelle des habitants des camps a été constatée. Après le tremblement de terre du mois de janvier, le Centre national de transfusion sanguine a été gravement endommagé. Le sang disponible et les équipements ont été perdus. Depuis le tremblement de terre, la Croix-Rouge américaine et d'autres organisations ont fourni unités de sang importées. Haïti s est appuyé également sur des dons de sang venant de l étranger mais les besoins en transfusions ne sont souvent pas satisfaits. Le Cluster santé, en coopération avec PAHO et la Banque de sang nationale centrale, a organisé une collecte de sang du 7 au 8 septembre dans le Rubb Hall de la base logistique de la MINUSTAH. Logistique Un exercice de simulation conjoint en cas d ouragans aura lieu simultanément à Jacmel et à Portau-Prince les 22 et 23 septembre. Tout comme l exercice de simulation organisé au mois de juin aux Gonaïves, celui-ci portera sur la planification d'urgence et la réduction des risques en cas de catastrophes, l identification des besoins non couverts et l amélioration de la réponse Dans l éventualité d une catastrophe naturelle, le Cluster logistique fait partie de l'e-joint, un mécanisme conçu par OCHA d échange rapide d informations fiables, de coordination et de secours en cas de crise au niveau national et sur le terrain. Les activités de pré-positionnement de conteneurs aux Gonaïves, Port-de-Paix et Cap-Haïtien sont presque achevées. Au mois d'août, plus de tonnes métriques de matériel d abris, WASH et logistique ont été livrées pour soutenir la communauté humanitaire. Le matériel a été transporté par la route aux Gonaïves, Jacmel, Jérémie, Léogane, Petit-Goave, et la zone de Port-au-Prince. Communication Depuis le début de la saison des ouragans, la planification d'urgence est un thème central de la communication humanitaire. Le 3 septembre, le groupe de travail sur la Communication avec les communautés touchées par une catastrophe (CDAC), en collaboration avec International Media Support (IMS), Internews et OCHA a organisé une série de réunions à Jacmel avec la participation du DPC, du bureau du maire, des acteurs humanitaires et des médias pour discuter de la communication d'urgence. Il s agit de la deuxième série de visites prévues dans les régions les plus exposées aux risques d inondations et aux ouragans. L'objectif est de déterminer la meilleure manière de communiquer en réponse à une catastrophe. Les conclusions de ces rencontres seront présentées au DPC le 14 septembre à Port-au-Prince. Une autre mission aura lieu aux Cayes les septembre. Une campagne SMS conjointe OIM-Digicel en préparation à une catastrophe éventuelle a eu lieu la dernière semaine du mois d'août et la première semaine de septembre. La campagne a été soigneusement synchronisée avec la campagne «Voilà» lancée par la Fédération internationale de la Croix-Rouge / Croissant-Rouge. Il s agissait donc d une initiative conjointe qui a obtenu un taux de couverture quasi total des réseaux de téléphonie mobile d Haïti. Le gouvernement a approuvé la stratégie de communication qui vise la sensibilisation des bénéficiaires par le biais de la messagerie SMS et par l intermédiaire d équipes de mobilisation communautaire, des organisations partenaires, et des points d'information situés dans les camps et les zones vulnérables. L'OIM et UNOPS mèneront cette campagne dans des camps qui ne disposent pas d association de gestion, tandis que des équipes distinctes d UNOPS et de l OIM formeront le personnel des ONG travaillant dans les camps pour leur permettre de mener la campagne eux-mêmes. Un exercice de simulation a été réalisé avec succès pour tester la capacité à atteindre un grand nombre de bénéficiaires des camps au cours d une période de 24 heures. L exercice portait sur la

9 diffusion de messages d'alerte en cas de conditions météorologiques extrêmes. Pendant la simulation, des messages sur la préparation en général ont été diffusés. Ils ont ensuite été remplacés par des messages contenant des informations de dernière minute sur la préparation et les conditions météorologiques en cas de conditions météorologiques extrêmes. Les équipes de supervision civilo-militaires et les équipes de mobilisation communautaire de l'oim et d UNOPS ont participé à l'exercice. Eau, assainissement (WASH) Le Cluster WASH élabore actuellement une stratégie de réponse WASH pour soutenir le retour des personnes déplacées dans leurs quartiers d origine. Un atelier s'est tenu le 8 septembre pour examiner les indicateurs WASH actuels et le cadre opérationnel stratégique dans le but de refléter les changements en cours. Les agences du Cluster WASH concentrent leurs efforts sur le maintien des infrastructures existantes et l augmentation des services pour répondre aux objectifs convenus. La livraison de l eau par camions-citernes doit prendre fin le 31 décembre. Le cluster élabore à l heure actuelle une stratégie de sortie afin de réduire le volume d eau livré au quotidien à travers le secteur municipal de Port-au-Prince, soit mètres cubes d'eau. World Vision commencera prochainement à fournir un soutien logistique et de gestion au site Truttier Dump pour l'élimination des eaux usées. Le Gouvernement d'haïti procède à l heure actuelle au déblaiement de la route d'accès au site pour permettre la construction de fosses septiques, la première devant être opérationnelle au cours des deux prochaines semaines. FINANCEMENT Système de traçage financier (FTS) Selon le FTS, l'appel humanitaire révisé de 1,5 milliard de dollars est financé à hauteur de 70%, soit 1,034 milliard de dollars. A cela s ajoute, plus millions de dollars en promesses de dons non engagés.

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

Title: Récapitulatif : Impacts, Réponses, Actions à suivre par secteur à la suite TS Isaac

Title: Récapitulatif : Impacts, Réponses, Actions à suivre par secteur à la suite TS Isaac Title: Récapitulatif : Impacts, Réponses, Actions à suivre par secteur à la suite TS Isaac Aperçu général Couverture des besoins humanitaires en cours Préparation de la réponse au risque de flambées du

Plus en détail

Opération Tremblement de terre en Haïti Résumé du plan d action

Opération Tremblement de terre en Haïti Résumé du plan d action Opération Tremblement de terre en Haïti Résumé du plan d action www.ifrc.org Sauver des vies, changer les mentalités. Table des matières Contexte 1 Aperçu 2 Pilier 1 : opération Tremblement de terre 4

Plus en détail

Le rapport complet a été transmis aux sociétés nationales le 19 décembre 2012.

Le rapport complet a été transmis aux sociétés nationales le 19 décembre 2012. Faits et chiffres Tremblement de terre en Haïti 3 ans après 20 décembre 2012 Réponse Croix-Rouge Croissant-Rouge Le présent document résume la performance collective de la Croix-Rouge Croissant-Rouge lors

Plus en détail

CHIFFRES CLES INDICATEURS SOCIO-ÉCONOMIQUES DÉMOGRAPHIE MORBIDITÉ*

CHIFFRES CLES INDICATEURS SOCIO-ÉCONOMIQUES DÉMOGRAPHIE MORBIDITÉ* Haïti avant le Contexte Haïti, première République noire, est devenu le premier Etat indépendant des Caraïbes lorsqu'elle a obtenu son indépendance de la France au début du XIXème siècle. Cependant, des

Plus en détail

Haïti: Tremblement de terre Rapport intérimaire

Haïti: Tremblement de terre Rapport intérimaire Haïti: Tremblement de terre Rapport intérimaire Appel d urgence n MDRHT008 GLIDE n EQ-2010-000009-HTI Le point sur les opérations n 24 29 janvier 2011 Période couverte par ce Rapport intérimaire : 1 er

Plus en détail

Haïti opération Relèvement Résumé du plan d action. Juillet 2011 Décembre 2012. www.ifrc.org. Sauver des vies, changer les mentalités.

Haïti opération Relèvement Résumé du plan d action. Juillet 2011 Décembre 2012. www.ifrc.org. Sauver des vies, changer les mentalités. Haïti opération Relèvement Résumé du plan d action Juillet 2011 Décembre 2012 www.ifrc.org Sauver des vies, changer les mentalités. Table des matières Sigles, acronymes et abréviations 3 Résumé 4 Généralités,

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

MATRICE DE SUIVI DU DEPLACEMENT (DTM) HAITI. Numéro 19, Juin 2014

MATRICE DE SUIVI DU DEPLACEMENT (DTM) HAITI. Numéro 19, Juin 2014 MATRICE DE SUIVI DU DEPLACEMENT (DTM) HAITI Numéro 19, Juin 2014 FAITS SAILLANTS 172 sites demeurent ouverts, correspondants à 28,134 ménages ou 103,565 individus déplacés. Une diminution de 33,978 ménages

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

Bulletin humanitaire Haïti. La campagne de vaccination orale contre le choléra en Haïti atteint ses objectifs. Au sommaire FAITS SAILLANTS

Bulletin humanitaire Haïti. La campagne de vaccination orale contre le choléra en Haïti atteint ses objectifs. Au sommaire FAITS SAILLANTS Bulletin humanitaire Haïti Numéro 44 Septembre 2014 Au sommaire FAITS SAILLANTS Lutte contre l épidémie de choléra : près de 185,000 personnes ont reçu le vaccin contre le choléra dans trois départements

Plus en détail

RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI. Un message de la Présidente-Directrice Générale

RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI. Un message de la Présidente-Directrice Générale RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI BILAN DES CINQ ANS JANVIER 2015 Un message de la Présidente-Directrice Générale Cinq années après le tremblement de terre mortel qui a dévasté Haïti, des millions

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 5 millions d enfants syriens auront besoin d être sauvés cette année Le 7 Juin 2013, les Nations Unies ont lancé l appel au don le plus

Plus en détail

GMS : Liste des indicateurs standards par cluster Juin 2015

GMS : Liste des indicateurs standards par cluster Juin 2015 GMS : Liste des indicateurs standards par cluster Juin 2015 Cluster : Abris et Non vivres 1 2015 # d articles non alimentaires de base prépositionnés à travers le pays (En dehors de Bangui) par les partenaires

Plus en détail

CONGO (République du)

CONGO (République du) CONGO (République du) Faits marquants Le HCR a achevé la vérification des réfugiés vivant dans le nord du pays. Plus de 131 000 réfugiés originaires de la République démocratique du Congo (RDC), vivant

Plus en détail

Description de l action

Description de l action Description de l action Quels sont les objectifs de l action? Améliorer les conditions sanitaires des populations sinistrées tout en favorisant la dynamique de retour vers les quartiers d origine. Quel

Plus en détail

NATIONS UNIES EN HAITI. HAïTI. pas à pas

NATIONS UNIES EN HAITI. HAïTI. pas à pas NATIONS UNIES EN HAITI HAïTI va de l avant pas à pas 2012 SOMMAIRE Préface de M. Mariano Fernández Amunátegui, Représentant spécial du Secrétaire général en Haïti 3 Introduction de M. Nigel Fisher, Représentant

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR À la fin de l année 2010, la Côte d Ivoire abritait près de 565 000 personnes relevant de la compétence du HCR, dont quelque 25 600 réfugiés libériens. Plus de 1 100 certificats de naissance ont été distribués

Plus en détail

REGIONAL CLUSTER MEETING. REGION des PALMES. Leogane 18 Septembre 2012

REGIONAL CLUSTER MEETING. REGION des PALMES. Leogane 18 Septembre 2012 REGIONAL CLUSTER MEETING REGION des PALMES Leogane 18 Septembre 2012 AGENDA 1_ Présentation de la mise à jour du DTM- Displacement Tracking Matrix d Août 2012. 2_ Présentation du rapport de réponse à la

Plus en détail

Bilan des activités menées en Haïti depuis le 12 janvier 2010 par le CECI

Bilan des activités menées en Haïti depuis le 12 janvier 2010 par le CECI Bilan des activités menées en Haïti depuis le 12 janvier 2010 par le CECI En date du 12 janvier 2012 HAÏTI, DEUX ANS DE BILAN Présent en Haïti depuis près de 40 ans, le CECI a été l une des premières organisations

Plus en détail

Survivre en fuite. Un camp de réfugiés à visiter. www.msf.lu. MSF Luxembourg 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg. Contact :

Survivre en fuite. Un camp de réfugiés à visiter. www.msf.lu. MSF Luxembourg 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg. Contact : MSF Luxembourg 68, rue de Gasperich L-1617 Luxembourg Tel: +352 33.25.15 Fax: +352 33 51 33 Survivre en fuite Un camp de réfugiés à visiter www.msf.lu Contact : Anthony Jacopucci Tel: 33.25.15-13 anthony.jacopucci@msf.org

Plus en détail

La Réforme Humanitaire

La Réforme Humanitaire La Réforme Humanitaire Edifier un système de réponse humanitaire plus efficace et prévisible é Lancée en 2005 par le Coordonnateur des Secours d Urgence ERC, USG Affaires Humanitaires. La réforme cherche

Plus en détail

Dans ce numéro. La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti. Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Dans ce numéro. La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti. Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population Juin 2014 Volume 13, numéro 4 La programmation 2014-2015 de la Section des Amériques en Haïti Dans ce numéro Activités avec le Ministère de la Santé Publique et de la Population - Mise en œuvre de la Politique

Plus en détail

Tremblement de terre en Haïti 2010. Rapport intérimaire un an après le séisme. www.ifrc.org. Sauver des vies, changer les mentalités.

Tremblement de terre en Haïti 2010. Rapport intérimaire un an après le séisme. www.ifrc.org. Sauver des vies, changer les mentalités. Tremblement de terre en Haïti 2010 Rapport intérimaire un an après le séisme www.ifrc.org Sauver des vies, changer les mentalités. Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge

Plus en détail

ALGÉRIE. Aperçu Environnement opérationnel

ALGÉRIE. Aperçu Environnement opérationnel ALGÉRIE APPE L GLOBAL Présence du HCR prévue en 2014 Nombre de bureaux 2 Total personnel 58 Effectif international 12 Effectif national 41 JEA 2 Volontaires des Nations Unies 3 Aperçu Environnement opérationnel

Plus en détail

Réduction des risques de catastrophes

Réduction des risques de catastrophes Réduction des risques de catastrophes FICHE-INFO ECHO shortage Faits & chiffres En 2014, 13 % des fonds humanitaires d ECHO ont été consacrés à des activités de réduction des risques de catastrophe (RRC),

Plus en détail

LES ENFANTS D HAïTI. Étapes marquantes et perspectives à l échéance de six mois

LES ENFANTS D HAïTI. Étapes marquantes et perspectives à l échéance de six mois LES ENFANTS D HAïTI Étapes marquantes et perspectives à l échéance de six mois SOMMAIRE Avant-propos 2 Vue d ensemble 4 En un coup d oeil 5 Réponses sectorielles Eau, Hygiène et Assainissement 7 Protection

Plus en détail

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 INFORMATION PRESSE URGENCE ASIE DU SUD Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 A ce jour, l'unicef France a fait parvenir un total de 40 millions d'euros en Asie du Sud. Le dernier envoi, d'un

Plus en détail

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition»

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Le défi de la sécurité alimentaire et de la malnutrition Ces deux dernières décennies,

Plus en détail

Stratégie Nationale D Abris

Stratégie Nationale D Abris Stratégie Nationale D Abris Contexte/Introduction Le déplacement des populations dans l est de la RDC a créé le besoin d une réponse concertée d'abris comprenant la gamme complète des options d'abris :

Plus en détail

Retour/Réinstallation des Déplacés Procédures Standard pour la Mise à Jour du Registre de Déplacement Juin 2011

Retour/Réinstallation des Déplacés Procédures Standard pour la Mise à Jour du Registre de Déplacement Juin 2011 Retour/Réinstallation des Déplacés Procédures Standard pour la Mise à Jour du Registre de Déplacement Juin 2011 CONTEXTE L enregistrement des personnes déplacées internement et affectées par le séisme

Plus en détail

Haïti 2015. Handicap International - Information Fédérale Fiche pays Haïti 2015 08 FR

Haïti 2015. Handicap International - Information Fédérale Fiche pays Haïti 2015 08 FR Haïti 2015 MANDAT Présente en Haïti avant le séisme de janvier 2010, Handicap International est intervenue dès le lendemain du tremblement de terre et de déployer des moyens considérables afin de venir

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization)

2. Bailleurs de fonds internationaux majeurs, coordination et possibilité de division du travail, exercices d évaluation conjointe (harmonization) DIREZIONE GENERALE PER LA COOPERAZIONE ALLO SVILUPPO Ufficio IV Cadre Pays Stream 2013-2015 BURKINA FASO 1. Contexte et finalités de la présence de la coopération italienne Le Burkina Faso est l'un des

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/60/503)] Nations Unies A/RES/60/138 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2006 Soixantième session Point 64 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Troisième

Plus en détail

Log Base, Bureau Shelter Cluster, 09h30 11h50. Réunion convoquée et facilitée par : Shelter Cluster. Shelter Cluster, CCCM, CMOs.

Log Base, Bureau Shelter Cluster, 09h30 11h50. Réunion convoquée et facilitée par : Shelter Cluster. Shelter Cluster, CCCM, CMOs. COMPTE RENDU DE LA REUNION SUR L APPLICATION DES CRITÈRES ET MÉTHODOLOGIE D ENQUÊTE RAPIDE POUR L INDIVIDUATION DES CAMPS PRIORITAIRES POUR LA DISTRIBUTION/RENFORCEMENTS DES ABRIS D URGENCE Port au Prince,

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI. Dr Max MILLIEN

CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI. Dr Max MILLIEN CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI Dr Max MILLIEN PLAN DE LA PRESENTATION Coup d œil sur les menaces et catastrophes naturelles en Haïti Vulnérabilité d Haïti par rapport

Plus en détail

Bulletin humanitaire Niger. Sécurité alimentaire: des villages des départements de Bosso et Goudoumaria sont en vulnérabilité

Bulletin humanitaire Niger. Sécurité alimentaire: des villages des départements de Bosso et Goudoumaria sont en vulnérabilité Bulletin humanitaire Niger Numéro 09 06 mars 2013 Au sommaire Sécurité alimentaire: Bosso et Goudoumaria LE NIGER ET LA CRISE MALIENNE Nb.de réfugiés 50.000 Nb.de ménages 10.000 sont en vulnérabilité modérée

Plus en détail

16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012.

16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012. 16/6 ou passer de anba tant à aba tant. Le Nouvelliste Publié le : 04 septembre 2012. Propos recueillis par Frantz Duval Le gouvernement veut en finir avec les logements précaires. Le programme 16/6 se

Plus en détail

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de Réunion Grenier a UNICEF - Mercredi, 18 Septembre 2013 09:00 11:00

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de Réunion Grenier a UNICEF - Mercredi, 18 Septembre 2013 09:00 11:00 Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de Réunion Grenier a UNICEF - Mercredi, 18 Septembre 2013 09:00 11:00 PARTENAIRES PRESENTS UNICEF, DGPC, DNACPN, DRH Gao, Cluster Abri/UNHCR,

Plus en détail

Fiche de Projet Programme conjoint pour la prévention des conflits et la cohésion sociale

Fiche de Projet Programme conjoint pour la prévention des conflits et la cohésion sociale Fiche de Projet Programme conjoint pour la prévention des conflits et la cohésion sociale 1. Le Projet en bref - Numéro de projet : 75749 - Période : Déc. 2009 Juin 2013 - Budget total : $US 7,000,000

Plus en détail

Madagascar : Mise à jour humanitaire nr. 14 sur les tempêtes tropicales Chedza et Fundi ainsi que la situation de sècheresse dans le Grand Sud

Madagascar : Mise à jour humanitaire nr. 14 sur les tempêtes tropicales Chedza et Fundi ainsi que la situation de sècheresse dans le Grand Sud Madagascar : Mise à jour humanitaire nr. 14 sur les tempêtes tropicales Chedza et Fundi ainsi que la situation de sècheresse dans le Grand Sud Jeudi, 12 février 2015 Points saillants Apres le passage de

Plus en détail

Réforme humanitaire: Série de dépliants d information de base 1 Mécanismes de financement

Réforme humanitaire: Série de dépliants d information de base 1 Mécanismes de financement Réforme humanitaire: Série de dépliants d information de base 1 Mécanismes de financement 1 Cette brochure fait partie d une série de dépliants produits par le Projet ONG et Réforme humanitaire pour fournir

Plus en détail

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES

EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge EVALUATION DE LA COMMUNICATION DES BÉNÉFICIAIRES Résumé Executif / Haiti / 2011 Avant-propos d Eduard Tschan, directeur de

Plus en détail

Conseil Général de l EURE/ Communes du District de TSIHOMBE

Conseil Général de l EURE/ Communes du District de TSIHOMBE Historique de la coopération Depuis 1998, le Conseil Général de l'eure est engagé dans des projets de coopération décentralisée avec le district de Tsihombe, dans la région Androy, au Sud de Madagascar.

Plus en détail

Tableau d'analyses - Cluster CCCM 05.12.2011 Informations démographiques sur sites (Plusieurs éléments)

Tableau d'analyses - Cluster CCCM 05.12.2011 Informations démographiques sur sites (Plusieurs éléments) 5.12.2 Status Informations démographiques sur sites (Plusieurs éléments) Période du 16 nov. au 5 dec. 2 Sources des données: Cluster CCCM OIM UNHCR Partenaires CCCM PDIs sur sites Nombre de sites Moyen-Cavally

Plus en détail

Niger Inondations Rapport de Situation 3 7 septembre 2009

Niger Inondations Rapport de Situation 3 7 septembre 2009 Niger Inondations Rapport de Situation 3 7 septembre 2009 Ce rapport a été préparé par OCHA/Niger. Il couvre la période allant du 6 au 7 septembre. I. Priorités Démarrage des travaux des sous-comités sectoriels

Plus en détail

Tremblement de terre en Haïti Rapport de situation trois ans après. Janvier 2013. www.ifrc.org Sauver des vies, changer les mentalités.

Tremblement de terre en Haïti Rapport de situation trois ans après. Janvier 2013. www.ifrc.org Sauver des vies, changer les mentalités. Tremblement de terre en Haïti Rapport de situation trois ans après Janvier 2013 www.ifrc.org Sauver des vies, changer les mentalités. La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge

Plus en détail

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise

Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Forum SMBV Pointe de Caux - Épouville Risque inondation : De l'information préventive à la gestion de crise Préfecture de la Seine-Maritime SIRACED PC - septembre 2011 le SIRACEDPC Service Interministériel

Plus en détail

SDC / T. Schacher. Appui à la réhabilitation et la reconstruction de logements dans le contexte post-séisme en Haïti : progrès et problématiques

SDC / T. Schacher. Appui à la réhabilitation et la reconstruction de logements dans le contexte post-séisme en Haïti : progrès et problématiques SDC / T. Schacher Appui à la réhabilitation et la reconstruction de logements dans le contexte post-séisme en Haïti : progrès et problématiques Janvier 2012 Le rapport ci-après s appuie sur les chiffres

Plus en détail

11 Evaluation de la situation sanitaire aux Gonaïves,OPS/OMS, Décembre 2004.

11 Evaluation de la situation sanitaire aux Gonaïves,OPS/OMS, Décembre 2004. 23 La couverture en assainissement est de 31,2% pour la totalité du pays, 43,4% pour le milieu urbain et 25,2% pour le milieu rural (2002). Il n'y a pas de réseaux publics de collecte des eaux usées, et

Plus en détail

70 Rapport global 2013 du HCR

70 Rapport global 2013 du HCR Une déplacée prépare à manger dans une cuisine de fortune installée sur le terrain de l église catholique romaine de Bossangoa (République centrafricaine). 70 Rapport global 2013 du HCR L engagement auprès

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

PENSEZ PROTECTION! UN OUTIL POUR AIDER LES ACTEURS HUMANITAIRES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO A METTRE EN PRATIQUE LA PROTECTION

PENSEZ PROTECTION! UN OUTIL POUR AIDER LES ACTEURS HUMANITAIRES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO A METTRE EN PRATIQUE LA PROTECTION PENSEZ PROTECTION! CLUSTER PROTECTION RDC UN OUTIL POUR AIDER LES ACTEURS HUMANITAIRES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO A METTRE EN PRATIQUE LA PROTECTION REALISER LES DROITS HUMAINS Dans une situation

Plus en détail

III Réunion - Comité Ministériel de Politiques. du Projet PNUE / UE. du Corridor Biologique dans la Caraïbe

III Réunion - Comité Ministériel de Politiques. du Projet PNUE / UE. du Corridor Biologique dans la Caraïbe III Réunion - Comité Ministériel de Politiques du Projet PNUE / UE du Corridor Biologique dans la Caraïbe 18-19 septembre 2012, Port-au-Prince, Haïti Ordre du Jour Annoté Préliminaire c/ José Mesón esq.

Plus en détail

CHECKLIST POUR L INTEGRATION ET LA DIFFUSION DE LA PROTECTION DANS LES PROGRAMMES DU SECTEUR EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGIENE (WASH)

CHECKLIST POUR L INTEGRATION ET LA DIFFUSION DE LA PROTECTION DANS LES PROGRAMMES DU SECTEUR EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGIENE (WASH) CHECKLIST POUR L INTEGRATION ET LA DIFFUSION DE LA PROTECTION DANS LES PROGRAMMES DU SECTEUR EAU, ASSAINISSEMENT ET HYGIENE (WASH) I. Introduction aux principes clés de protection Cette liste de vérification

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Rapport d Evaluation

Rapport d Evaluation Rapport d Evaluation Rapid Response Mechanism RRM Badounabi Kendo, Prefecture du Mbomou 20 27 Février, 2014 Photo de maison détruite à Banoudabi Kendo, Mbomou. Présenté par l équipe RRM ACTED République

Plus en détail

LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES

LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES LES ESPACES AMIS D ENFANTS LIGNES DIRECTRICES Introduction : les Espaces Amis d Enfants (EAE) sont des structures communautaires utilisées dans les situations d urgence comme première réponse aux besoins

Plus en détail

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES FORUM REGIONAL SUR LA POLITIQUE HUMANITAIRE Dakar 2-3 octobre

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

POINT DE PRESSE DES NATIONS UNIES Jeudi 18 août 2011

POINT DE PRESSE DES NATIONS UNIES Jeudi 18 août 2011 UNITED NATIONS United Nations Stabilization Mission in Haïti MINUSTAH NATIONS UNIES Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti POINT DE PRESSE DES NATIONS UNIES Jeudi 18 août 2011 Animé par

Plus en détail

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION

ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION ÉQUIPE SPÉCIALE INTERINSTITUTIONS POUR LA PRÉVENTION DES CATASTROPHES CADRE D ACTION POUR L APPLICATION DE LA STRATÉGIE INTERNATIONALE DE PRÉVENTION DES CATASTROPHES (SIPC) Juin, 2001 -2- TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP)

Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince : Martissant et Baillergeau (AIQIP) 1. Synthèse + plan Programme d aménagement intégré de quartiers informels de Port-au-Prince

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC

PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC MISE À JOUR - JUILLET 2014 MISE À JOUR DU PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC Le programme d aide de la Croix-Rouge vise à compléter l aide gouvernementale

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2011/183*

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2011/183* Nations Unies S/2011/183* Conseil de sécurité Distr. générale 24 mars 2011 Français Original : anglais Rapport du Secrétaire général sur la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti I. Introduction

Plus en détail

PLAN DES MESURES D URGENCE QU EST-CE QU UN PLAN DES MESURES D URGENCE

PLAN DES MESURES D URGENCE QU EST-CE QU UN PLAN DES MESURES D URGENCE PLAN DES MESURES D URGENCE QU EST-CE QU UN PLAN DES MESURES D URGENCE Définition Il s'agit d'une série intégrée de mesures qui permettent de vous préparer à répondre aux situations d'urgence et à reprendre

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Plan national d intervention

Plan national d intervention République d Haïti SYSTÈME NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES DÉSASTRES Plan national d intervention DOCUMENT DE TRAVAIL Décembre 2001 RÉPUBLIQUE D HAÏTI SYSTÈME NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET

Plus en détail

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES

APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES APERÇU DU PLAN MUNICIPAL DE PRÉPARATION AUX PANDÉMIES Le présent plan n est pas un document indépendant. Il faut le considérer dans le contexte du Plan d urgence de la ville de Moncton. 1 Préambule Le

Plus en détail

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation?

Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre. Qu est-ce que la Journée mondiale de l alimentation? Journée mondiale de l alimentation : le 16 octobre Cette activité pédagogique offre aux élèves un aperçu des 3 pays touchés par des crises alimentaires majeures de cette année : Le Pakistan, Haïti et le

Plus en détail

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE

DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE DOMAINES D INTERVENTION EN DEMANDE Critères valables pour toute affectation en tant que Volontaire des Nations Unies, pas uniquement pour les affectations en réponse à la crise du virus Ebola. Les exigences

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail

SITUATION GENERALE Description du phénomène

SITUATION GENERALE Description du phénomène BULLETIN N 007 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana Tanindrazana Fandrosoana ------------------- MINISTERE DE L INTERIEUR ------------------ BUREAU NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES CATASTROPHES -----------------

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/09/15 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires

cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires cnes / David Ducros-2005 emergesat un outil de gestion des crises humanitaires Emergesat : un conteneur humanitaire Emergesat est un conteneur conçu sur-mesure pour les besoins des équipes opérationnelles

Plus en détail

3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs

3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs 3 mars 2014 Journée internationale de l ouïe & des soins auditifs Comment CBM envisage les soins auditifs permettant d éviter une perte de l audition Cette année, le thème retenu par l'organisation mondiale

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Gestion des interventions d Urgence-Environnement Québec

Gestion des interventions d Urgence-Environnement Québec Gestion des interventions d Urgence-Environnement Québec Introduction Les municipalités sont les principaux et premiers responsables de l intervention d urgence sur leur territoire. Les autorités municipales

Plus en détail

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014

Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Réunion 14 janvier 2014 Cluster Éducation Mali Agenda : réunion 14 janvier 2014 1. Présentation des participants et validation de l agenda 2. Suivi des points d action de la réunion

Plus en détail

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional La consultation régionale du Sommet Humanitaire Mondial pour l'afrique de l Ouest et

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/07/14 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC

PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC MISE À JOUR - AOÛT 2013 MISE À JOUR DU PROGRAMME D AIDE EN SOUTIEN À LAC-MÉGANTIC Le programme d aide de la Croix-Rouge vise à compléter l aide gouvernementale

Plus en détail

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO.

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. PHASE II. PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES ENFANTS CHEFS DES MENAGES, DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. Juillet 2003- Juin 2004 Financement : Croix-Rouge Britannique. Karamagapenabir03 Révision

Plus en détail

UNITE NATIONALE DE GESTION D ABA GRANGOU (UNAG)

UNITE NATIONALE DE GESTION D ABA GRANGOU (UNAG) UNITE NATIONALE DE GESTION D ABA GRANGOU (UNAG) Présenté par : ATELIERS SUR LES FOOD VOUCHER Grande Anse, Jérémie Rapport de mission Frisnel DESIR Rédjino MOMPREMIER Responsable des Investissements agricoles

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail