Chapitre n 3 : LE GAZ PARFAIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre n 3 : LE GAZ PARFAIT"

Transcription

1 Chimie - 6 ème année - Ecole Européenne Chapitre n 3 : LE GAZ PARFAIT I) Modèle du gaz parfait : 1) L'état gazeux : Dans l'état gazeux, les atomes sont généralement associés en molécules déformables, très faiblement liées entre elles et séparées par de grands espaces vides. Le volume qu'elles occupent est beaucoup plus petit que celui qui leur est offert. Exemple : Dans 1 cm 3 d'air à la pression de 1 atmosphère, il y a environ 3, molécules. C'est-à-dire que chaque molécule a, à sa disposition, en moyenne, un volume 3 1 cm V = = cm ,3.10 moléc Chaque molécule ayant des dimensions de l'ordre 3, cm, occupe un volume d'environ v = (3, ) 3 = cm 3. Le volume dont dispose chaque molécule est donc 600 fois plus grand que le volume d'une molécule. La distance moyenne d entre les molécules (supposées régulièrement espacées) est égale à l'arête du cube de volume V. Soit : d = 3 V = = cm = 3 nm. Dans le volume libre disponible, les molécules d'un gaz sont en perpétuelle agitation en tous sens. Elles subissent des collisions entre elles et avec les parois du récipient qui les contient; elles peuvent être déformées et vibrer. On peut simplifier l'étude d'un gaz réel en définissant le modèle du gaz parfait. 2) Le modèle du gaz parfait : Le gaz parfait est un gaz idéal, un modèle, dans lequel les molécules sont supposées rigides et totalement indépendantes les unes des autres. Les seules interactions qu'elles peuvent subir lors de leur agitation sont les chocs élastiques entre elles ou avec les parois du récipient contenant le gaz. Nous supposerons désormais que les gaz étudiés sont des gaz parfaits. Le gaz parfait est un modèle de gaz très simple. Il permet de comprendre les comportements des gaz réels. II) Notion de température et de pression : 1) Agitation thermique et température absolue : On peut imaginer que les molécules d'un gaz (parfait) sont animées de mouvements incessants en tous sens avec des vitesses quelconques. Les trajectoires sont des lignes brisées : segments de droites interrompus par des collisions élastiques des molécules entre elles ou avec les parois. Pour décrire un tel système, on définit une mesure de vitesse moyenne v des molécules et par suite une énergie cinétique moyenne E C = 21.m.v 2 (m étant la masse d'une molécule) puis on introduit une nouvelle grandeur notée T (à l'échelle macroscopique), appelée température absolue, proportionnelle à E C. Ecole Européenne de Francfort Page 49

2 Le gaz parfait Le mouvement désordonné des molécules est donc décrit par une vitesse moyenne v (grandeur moléculaire) à laquelle on fait correspondre une température T (grandeur macroscopique). On appelle agitation thermique le mouvement désordonné des molécules. Dans un gaz la distance moyenne que parcourt une molécule entre deux chocs est appelée libre parcours moyen l (ne pas confondre avec la distance moyenne d entre molécules). Le libre parcours moyen dépend de la dimension des molécules et de la densité du gaz. Exemple : Pour l'oxygène sous la pression atmosphérique : l = cm = 50 nm. A la température ordinaire, la vitesse moyenne des molécules d'oxygène est v = 450 m.s 1, on trouve qu'une molécule a : n = v/l = chocs par seconde!!! Remarque : Ce nombre considérable explique la rapidité avec laquelle un équilibre statistique peut s'établir au sein d'un gaz. La température absolue, notée T, s'exprime en kelvin (symbole K). Si le mouvement est nul, l'énergie cinétique moyenne est nulle et la température absolue également T = 0 K. Le zéro absolu est une température limite que l'on ne peut pas atteindre. Inversement, une température T très élevée correspond à une agitation thermique intense. Dans la pratique, on utilise généralement une autre échelle de température que l'échelle absolue : l'échelle Celsius. Elle est définie par la grandeur θ telle que : T (K) = 273,15 + θ ( C) L'unité de cette échelle est le degré Celsius (ou C). Remarque : Il est important de noter que seule l'échelle absolue a un sens physique (l'agitation thermique). L'échelle Celsius est purement arbitraire (il existe d'ailleurs d'autres échelles : Fahrenheit, Réaumur,...) : elle attribue la valeur θ = 0 C à la température de la glace fondante, et la valeur θ = 100 C à celle de l'eau bouillante. Ceci, sous la pression normale (la pression normale est définie par la suite). Remarque : Bien que les échelles soient différentes : 1 C = 1 K ce qui n'est pas le cas pour les échelles Fahrenheit ou Réaumur. 2) Pression dans un gaz et interprétation microscopique : On considère une force F agissant perpendiculairement et uniformément (force répartie) sur une surface plane S. On appelle pression p la quantité : F P = S Dans le système international (SI), la pression s'exprime en pascal (symbole Pa), 1 newton 1 pascal =, mais pour les gaz, on utilise généralement le bar ou le millibar (1 mb, 2 1 m appelé également hectopascal) : 1 bar = 10 5 Pa et 1 millibar = 10 2 Pa = 1 hpa F( N) P(Pa) = S( m 2 ) Dans un gaz, l'agitation thermique fait que les molécules ont de très nombreux chocs sur les parois du récipient qui le contient : la pression est l'effet statistique à l'échelle macroscopique des innombrables chocs des molécules sur les parois. Les instruments utilisés pour mesurer la pression des gaz s'appellent des manomètres. Le principe est très simple : il s'agit d'équilibrer l'action du gaz par une force extérieure. Pour mesurer la pression atmosphérique on utilise un manomètre à vide ou baromètre. Page 50 Christian BOUVIER

3 Chimie - 6 ème année - Ecole Européenne En 1643, le physicien Torricelli ( ) a montré l'existence de la pression atmosphérique en utilisant un baromètre à mercure. Il procédait comme l'indique la figure : (1) - Le tube AB est rempli de mercure et bouché avec le doigt. (2) - Le tube AB est retourné au-dessus d'une cuve contenant du mercure. (3) - L'extrémité A du tube étant sous le niveau du mercure de la cuve et le doigt enlevé, le mercure reste soulevé sur une hauteur de 76 centimètres environ. A l'extrémité B, audessus du mercure, on a le vide. Le baromètre à mercure est précis mais difficilement transportable (presque 1 m de hauteur, lourd, fragile et son support doit être stable). On utilise fréquemment un baromètre à capsule anéroïde (vidé d'air). L'organe sensible permettant la mesure est la capsule de Vidie. Exemple : A cause de l'atmosphère, une surface de 1 m 2, au niveau de la mer, subit une force voisine de celle provoquée par une masse de 10 tonnes. Cela représente une force de N (newtons) par mètre carré c'est-à-dire une pression p 0 de Pa (pascals) ou hpa (hectopascals) ou mb (millibars). Exemple : Lorsque le baromètre à mercure indique une hauteur de 76 cm de mercure, on a : P 0 = ρ Hg.g.h = 13600x9,8x0,76 = Pa = 1013 hpa Exemple : La pression atmosphérique varie avec l'altitude : entre 0 et 600 m, elle diminue de 1 hpa chaque fois que l'on s'élève de 8,5 m. Interprétation moléculaire : Analysons le mécanisme du choc à l'échelle des molécules. Supposons pour simplifier que toutes les molécules (masse m) ont la même vitesse, la vitesse moyenne v. Raisonnons avec une molécule : sur la paroi, le choc est élastique, la molécule arrivant avec la vitesse v rebondit et repart dans la direction symétrique par rapport à la normale; sa vitesse est alors v '. Avant le choc sa quantité de mouvement est : p = m. v Après le choc, sa quantité de mouvement est : p ' = m. v ' La variation de la quantité de mouvement est : p = p ' p 0 Ecole Européenne de Francfort Page 51

4 Le gaz parfait La quantité de mouvement n'est donc pas conservée lors du choc. Nous savons que cela signifie que le système (ici la molécule) n'est pas isolé : une force f intervient. Effectivement, le contact de la molécule avec la paroi lors du choc supprime cet isolement et tout se passe comme si une force f modifiait cette quantité de mouvement. Le raisonnement fait pour une molécule peut être repris pour l'ensemble des molécules : les nombreux chocs, de toutes les molécules, contribuent à une force F somme des forces f. Si le gaz est enfermé dans un récipient muni d'un piston mobile de surface S, on constate qu'il faut exercer une force F ' pour compenser l'action F des molécules du gaz. Nous avons donc F + F ' = 0 le gaz exerce sur le piston la pression : F F' P = = S S La pression paraît constante en tous les points de la paroi du récipient (pour une température donnée) car l'observation est faite à l'échelle macroscopique sur un très grand nombre d'événements que sont les chocs élastiques en tous les points de la paroi. La pression sera d'autant plus grande que le nombre de chocs sera plus important pour une durée donnée (fréquence des chocs) et que la quantité de mouvement des molécules sera plus élevée (masse et vitesse moyenne des molécules). La pression d'un gaz parfait est due aux innombrables chocs des molécules sur les parois. Elle dépend du volume du récipient, du nombre de molécules et de la température. III) Loi des gaz parfaits : 1) Loi de Boyle-Mariotte : A mesure qu'un ballon sonde rempli d'hélium monte dans l'atmosphère, son volume augmente parce que la pression extérieure diminue graduellement. Inversement, quand on diminue le volume enfermé dans une pompe en enfonçant le piston, on augmente la pression du gaz enfermé. Au XVII e siècle, le chimiste irlandais Robert Boyle a étudié le comportement des gaz. En 1776, Edme Mariotte, un physicien français énonce en même temps que lui, la loi. La loi de Boyle-Mariotte dit que le volume d'une masse donnée (quantité de matière n) de gaz maintenu à température constante est inversement proportionnel à sa pression : V = k 1. P 1 ou P.V = k1 à T et n constants Ainsi pour une masse de gaz donnée dans des conditions de pressions (P 1 et P 2 ) et de volumes (V 1 et V 2 ) différents, mais à température constante, on aura : P 1.V 1 = k 1 = P 2.V 2 Page 52 Christian BOUVIER

5 2) Loi de Gay-Lussac-Charles : Chimie - 6 ème année - Ecole Européenne L'expérience montre que pour une masse donnée de gaz à pression constante, le volume augmente si la température augmente et le volume diminue si la température diminue. En fait le rapport quantitatif entre les variations de volume et de température est remarquablement constant : en extrapolant la droite obtenue pour une pression donnée jusqu'au volume zéro, celle-ci coupe l'axe des températures à 273,15 C. (zéro absolu!!). En 1848, le physicien écossais, lord William Thomson Kelvin, comprit la signification de cette température (le zéro absolu). Jacques Charles et Joseph Gay-Lussac, deux scientifiques français furent les premiers à étudier cette relation. La loi de Charles dit que pour une masse donnée de gaz maintenu à pression constante, le volume V du gaz est directement proportionnel à sa température absolue T : V = k2 à P et n constants T Pour une masse de gaz donnée dans des conditions de températures (T 1 et T 2 ) et de volumes (V 1 et V 2 ) différents, mais à pression constante, on aura : V 1 V = 2 k2 = T1 T2 Une conséquence de la Loi de Gay-Lussac-Charles est que pour une masse donnée de gaz maintenu à volume constant, la pression P du gaz est directement proportionnelle à sa température absolue T : P = k3 à V et n constants T Les deux expressions V P = k2 et = k3 correspondent à la même loi T T Ecole Européenne de Francfort Page 53

6 3) Loi d'avogadro : Le gaz parfait Le travail du scientifique italien Amedeo Avogadro compléta les recherches de Boyle, de Charles et de Gay-Lussac. En 1811, il propose l'hypothèse suivante : A la même température et à la même pression, des volumes égaux de gaz différents contiennent le même nombre de molécules. Le volume d'un gaz donné est proportionnel à la quantité de matière qu'il contient : V = k 4.n à P et T constants Ou n est la quantité de matière (nombre de moles) et k 4 est la constante de proportionnalité. 4) Equation des gaz parfaits : La loi de Boyle : P.V = k 1 (à T = c te et n = c te ) La loi de Charles : V = k 2.T (à P = c te et n = c te ) ou P = k 3.T (à V = c te et n = c te ) La loi d'avogadro : V = k 4.n (à P = c te, et T = c te ) Nous pouvons combiner ces trois lois : P.V = k 3.T.k 4.n = k 3.k 4.n.T, on pose k 3.k 4 = R La loi des gaz parfaits s'écrit : P.V = n.r.t P est la pression du gaz (exprimée en Pa), V est le volume de gaz (exprimé en m 3 ), n est la quantité de matière de gaz (exprimée en mol), T est la température absolue du gaz (exprimée en K) et R est la constante des gaz parfaits. Dans le système international (S.I.) la constante des gaz parfaits prend la valeur : R = 8,32 Pa.m 3.mol 1.K 1 IV) Applications : 1) Conditions normales, conditions standards et conditions ambiantes : En thermodynamique, on rencontre deux pressions de référence : - la pression standard P = 1 bar = 10 5 Pa 750 mm Hg, recommandée par l'iupac. - la pression normale : P 1 atm = 1, Pa 760 mm Hg. Il n'y a pas de température standard. Il convient donc de préciser la température considérée : - les conditions normales de température et de pression (CNTP) spécifient une température T = 0 C = 273,15 K et une pression de P = 1 atm = 1013,25 hpa = 1,01325 bar. - les conditions ambiantes de température et de pression (CATP) spécifient une température de T = 25 C = 298,15 K et une pression de P = hpa = 1 bar. 2) Volume molaire des gaz : Dans les conditions normales (CNTP) : V 0 = 2, m 3.mol 1 = 22,4 L.mol 1 Dans les conditions ambiantes (CATP) : V S = 2, m 3.mol 1 = 24,8 L.mol 1 Page 54 Christian BOUVIER

7 Chimie - 6 ème année - Ecole Européenne A RETENIR I) Modèle du gaz parfait : 1) L'état gazeux : Dans l'état gazeux, les atomes sont généralement associés en molécules déformables, très faiblement liées entre elles et séparées par de grands espaces vides. Le volume qu'elles occupent est beaucoup plus petit que celui qui leur est offert. 2) Le modèle du gaz parfait : Le gaz parfait est un gaz idéal, un modèle, dans lequel les molécules sont supposées rigides et totalement indépendantes les unes des autres. Les seules interactions qu'elles peuvent subir lors de leur agitation sont les chocs élastiques entre elles ou avec les parois du récipient contenant le gaz. II) Notion de température et de pression : 1) Agitation thermique et température absolue : On appelle agitation thermique le mouvement désordonné des molécules. La température absolue, notée T, s'exprime en kelvin (symbole K). La température Celsius est définie par la grandeur θ telle que : T (K) = 273,15 + θ ( C) L'unité de cette échelle est le degré Celsius (ou C). 2) Pression dans un gaz et interprétation microscopique : F( N) P(Pa) = S( m 2 ) La pression d'un gaz parfait est due aux innombrables chocs des molécules sur les parois. Elle dépend du volume du récipient, du nombre de molécules et de la température. III) Loi des gaz parfaits : 1) Loi de Boyle-Mariotte : Le volume d'une masse donnée (quantité de matière n) de gaz maintenu à température constante est inversement proportionnel à sa pression : V = k 1. P 1 ou P.V = k1 à T et n constants 2) Loi de Gay-Lussac-Charles : Pour une masse donnée de gaz maintenu à pression constante, le volume V du gaz est directement proportionnel à sa température absolue T : V = k2 à P et n constants T Pour une masse donnée de gaz maintenu à volume constant, la pression P du gaz est directement proportionnelle à sa température absolue T : P = k3 à V et n constants T Ecole Européenne de Francfort Page 55

8 3) Loi d'avogadro : Le gaz parfait A la même température et à la même pression, des volumes égaux de gaz différents contiennent le même nombre de molécules. Le volume d'un gaz donné est proportionnel à la quantité de matière qu'il contient : V = k 4.n à P et T constants 4) Equation des gaz parfaits : La loi des gaz parfaits s'écrit : P.V = n.r.t P est la pression du gaz (exprimée en Pa), V est le volume de gaz (exprimé en m 3 ), n est la quantité de matière de gaz (exprimée en mol), T est la température absolue du gaz (exprimée en K) et R est la constante des gaz parfaits. Dans le système international (S.I.) la constante des gaz parfaits prend la valeur : R = 8,32 Pa.m 3.mol 1.K 1 IV) Applications : 1) Conditions normales, conditions standards et conditions ambiantes : Deux pressions de référence : - la pression standard P = 1 bar = 10 5 Pa 750 mm Hg, recommandée par l'iupac. - la pression normale : P 1 atm = 1, Pa 760 mm Hg. Il convient de préciser la température considérée : - les conditions normales de température et de pression (CNTP) spécifient une température T = 0 C = 273,15 K et une pression de P = 1 atm = 1013,25 hpa = 1,01325 bar. - les conditions ambiantes de température et de pression (CATP) spécifient une température de T = 25 C = 298,15 K et une pression de P = hpa = 1 bar. 2) Volume molaire des gaz : Dans les conditions normales (CNTP) : V 0 = 2, m 3.mol 1 = 22,4 L.mol 1 Dans les conditions ambiantes (CATP) : V S = 2, m 3.mol 1 = 24,8 L.mol 1 Page 56 Christian BOUVIER

9 I) Cocotte-minute. Chimie - 6 ème année - Ecole Européenne POUR S'ENTRAÎNER Une cocotte-minute de capacité V = 8,0 L, contient un litre d'eau. On visse le couvercle. L'air intérieur est à la pression atmosphérique P 0 = 1, Pa; l'ensemble est à la température θ = 20 C. On chauffe le tout jusqu'à la température θ' = 112 C. Une masse m = 6,0 g d'eau s'est vaporisée. a) Quelle quantité de matière d'air est enfermée dans la cocotte? b) Quelle quantité de matière d'eau s'est vaporisée? c) Quel est le volume V' occupé par l'air et la vapeur d'eau à la température θ' = 112 C? d) Quelle est la pression P' qui règne à l'intérieur de la cocotte-minute à cette température? On donne : masse molaire moléculaire de l'eau : M H2O = 18 g.mol 1. constante des gaz parfaits : R = 8,32 S.I. II) Pompe de bicyclette. A l'aide d'une pompe, un cycliste gonfle son pneumatique de volume constant V 1 = 3200 cm 3. L'air admis dans le corps de pompe est à la pression atmosphérique P 0 = 1013 mbar et à la température T 0 = 293 K. Le corps de pompe à un volume V = 80 cm 3 : c'est donc le volume d'air admis dans la pompe, à la pression atmosphérique, quand le cycliste tire sur le piston. C'est cet air qui est poussé dans le pneumatique quand le cycliste enfonce le piston. a) Quelle est la quantité de matière d'air entrant dans le pneumatique à chaque coup de pompe? b) Le cycliste donne 60 coups de pompe. En admettant qu'à la fin de l'opération l'air dans le pneumatique est toujours à la température T 0 = 293 K, quelle est alors la pression de l'air dans le pneumatique? c) La pression maximale admissible dans le pneumatique est P max = 1,7 bar. A quelle température devrait être l'air atmosphérique pour atteindre cette pression? On donne : Constante des gaz parfaits : R = 8,32 S.I. III) Cycle de transformations. On réalise l'expérience suivante. Dans un cylindre muni d'un piston, on enferme 0,1 mole d'air sous la pression P 0 = 1,0 bar et la température normale T 0 = 273 K (point A). a) Quel est le volume V 0 de cette quantité d'air dans le cylindre? On donne la constante des gaz parfaits R = 8,32 J.K 1.mol 1. b) Grâce à un dispositif de chauffage, on élève la température de ce gaz en maintenant son volume constant et égal à V 0 jusqu'à ce que la pression atteigne la valeur P 1 = 2 bars (point B). Calculer la température T 1 correspondante. c) L'état du gaz étant pression P 1, et température T 1, on augmente alors le volume de V 0 à V 2 = 2.V 0 en maintenant la pression constante P 1 (point C). Calculer la nouvelle température T 2. d) En refroidissant le gaz à volume constant V 2 (point D), puis en réduisant son volume à pression constant P 0, on revient à l'état initial (point A). L'air a alors décrit le cycle ABCD. Calculer la température T 3 correspondant au point D. Ecole Européenne de Francfort Page 57

10 Le gaz parfait IV) Loi des gaz parfait, formule du soufre gazeux. La formule moléculaire du soufre gazeux change avec la température. On veut étudier cette formule moléculaire à 445 C puis à 1000 C. a) Sachant que la masse volumique de l'air est µ 0 air = 1,293 kg.m 3 dans les conditions normales de températures et de pression (T 0 = 273,15 K et P 0 = Pa), calculer sa valeur à la pression normale P 0 et à 445 C (µ 445 air) puis à 1000 C (µ 1000 air). b) La densité du soufre gazeux par rapport à l'air, sous la pression normale est d 445 soufre = 6,6 à 445 C et d 1000 soufre = 2,2 à 1000 C. Calculer dans ces deux cas les masses volumiques du soufre : µ 445 soufre et µ 1000 soufre puis les masses molaires moléculaires correspondantes du soufre M 445 soufre et M 1000 soufre. c) En déduire les formules moléculaires de la vapeur de soufre à 445 C puis à 1000 C, sachant que la masse atomique du soufre est M S = 32 g.mol 1. Page 58 Christian BOUVIER

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques

Introduction à la description des systèmes thermodynamiques Introduction à la description des systèmes thermodynamiques 1. Définitions et généralités : La Thermodynamique est l étude des échanges d énergie ou de matière. La thermodynamique ne délimite a priori

Plus en détail

PRESSION. Rq2 : L HYDROSTATIQUE étudie les propriétés des fluides en équilibres, toutes les parties étant parfaitement immobiles (Archimède, Pascal)

PRESSION. Rq2 : L HYDROSTATIQUE étudie les propriétés des fluides en équilibres, toutes les parties étant parfaitement immobiles (Archimède, Pascal) PRESSION 1 1. GENERALITES 1.1. Définition : pression exercée par une force r F agissant uniformément et perpendiculairement à une surface de grandeur S UNITE SI : le Pascal [ Pa ] ou [ N.m -2 ] p = F S

Plus en détail

F p. Par définition : S. F p = P x S avec F p en Newton (N) P en Pascal (P) et S en m 2

F p. Par définition : S. F p = P x S avec F p en Newton (N) P en Pascal (P) et S en m 2 Physique : 2 nde Exercices d application : Les gaz CORRECTION I. Force pressante et pression : Exercice 1 : 1. a) Calculer la valeur F p de la force pressante exercée par l air atmosphérique sur une vitre

Plus en détail

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS

LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS LIQUIDES, GAZ, SOLUTIONS UE3 I) Niveaux d organisation de la matière A. Caractéristiques des 3 états de la matière 1 er niveau = atome. 2 ème niveau = molécule (H2O ; Buthane ; ADN). 3 ème niveau = état

Plus en détail

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations

TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations TD 4 : Systèmes, paramètres d'état et transformations Applications de cours Thermodynamique Application 1 : échelles de température Le physicien allemand D.G. Fahrenheit établit en 1724 son échelle de

Plus en détail

Daniel Bernoulli 1700 1782

Daniel Bernoulli 1700 1782 Capacités C1 mesurer la pression à l aide d un manomètre ; C2 calculer une pression et la convertir en bar ou en pascal ; C3 vérifier expérimentalement la loi de Boyle-Mariotte (pv = n RT ); C4 calculer

Plus en détail

Thermodynamique des gaz parfaits

Thermodynamique des gaz parfaits Chapitre 24 Sciences Physiques - BTS Thermodynamique des gaz parfaits 1 Le modèle du gaz parfait 1.1 Définition On appelle gaz parfait un ensemble de molécules sans interaction entre elles en dehors des

Plus en détail

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut,

ρ = d = (sans unité) eau Un fluide est en équilibre dans le champ de pesanteur. Dans un repère O, i, j, k avec l'axe des z orienté vers le haut, Pour mettre en mouvement un objet, déformer un objet, modifier le mouvement d'un objet ; il est nécessaire de faire subir à celui-ci une action mécanique (avec ou sans contact). Pour décrire cette action

Plus en détail

Chapitre 5.2 La pression d un gaz

Chapitre 5.2 La pression d un gaz Chapitre 5.2 La pression d un La pression d un Lorsqu on emprisonne un dans un ballon, le applique une force sur la du ballon, car celle-ci se déforme à mesure que le entre dans le ballon. Ainsi, un comprimé

Plus en détail

Thermodynamique. Plan du cours 3. Théorie cinétique des gaz : Calcul de la pression. Température et Energie. Dégrés de liberté d'une molécule

Thermodynamique. Plan du cours 3. Théorie cinétique des gaz : Calcul de la pression. Température et Energie. Dégrés de liberté d'une molécule Thermodynamique Plan du cours 3. Théorie cinétique des gaz : Calcul de la pression Ludwig Boltzmann (1844-1906), Température et Energie Dégrés de liberté d'une molécule Equation d'état du gaz parfait Théorie

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations

4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ. 4.1 Échelles d observations et fluctuations 4 THÉORIE CINÉTIQUE DES GAZ 4.1 Échelles d observations et fluctuations On s intéresse à un volume V de gaz très grand : qq m 3 dans les conditions normales de température et de pression. Au sein de ce

Plus en détail

Les gaz: caractéristiques

Les gaz: caractéristiques Les gaz Les gaz: caractéristiques les gaz épousent le volume et la forme de leurs contenants les gaz sont compressibles alors que les liquides et les solides le sont très peu des gaz déversés dans un même

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

1. Les états de la matière et la théorie cinétique des gaz. 4. Les calculs mettant en application la loi générale des gaz

1. Les états de la matière et la théorie cinétique des gaz. 4. Les calculs mettant en application la loi générale des gaz Chapitre 11 Le comportement des gaz 1. Les états de la matière et la théorie cinétique des gaz 2. La pression et le volume des gaz 3. Les gaz et les variations de température 4. Les calculs mettant en

Plus en détail

Le modèle du gaz parfait

Le modèle du gaz parfait Table des matières 1 : énergie interne, équation d état 1.1 Hypothèses........................................... 1. Énergie interne d un GPM................................... 1.3 Équation d état du GPM....................................

Plus en détail

k_bodet_lycée_heinrich_haguenau 1

k_bodet_lycée_heinrich_haguenau 1 k_bodet_lycée_heinrich_haguenau 1 STI2D-STL CH. N..MECANIQUE DES FLUIDES 1. INTRODUCTION : Un fluide peut être considéré comme étant formé d'un grand nombre de particules matérielles, très petites et libres

Plus en détail

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE

mini INTERROS de Prépas & Deug SUP-SPÉ Thermodynamique Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE mini INTERROS de Prépas & Deug MPSI-PCSI-PTSI SUP-SPÉ Thermodynamique MP-MP*-PC-PC*-PT-PT* Roland Bouffanais Collection dirigée par Éric MAURETTE Nassim MOKRANE pages 1. Introduction à la thermodynamique.......................

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

Phys. N 11 La Pression. Exercices.

Phys. N 11 La Pression. Exercices. Phys. N 11 La Pression. Exercices. Moteur de Recherche sur le site Rechercher Recherche personnalisée Mode d'emploi Recherche générale Entrez les termes que vous recherchez. Envoyer un formulaire de recherche

Plus en détail

Thermodynamique : les fondamentaux

Thermodynamique : les fondamentaux Thermodynamique : les fondamentaux Extrait du programme Thermodynamique : fondamentaux Notions et contenus Capacités exigibles Énergie interne U d un système Vocabulaire et définitions : système, état

Plus en détail

Définition La thermodynamique est la description macroscopique des propriétés de la matière en termes de grandeurs physiques spécifiques

Définition La thermodynamique est la description macroscopique des propriétés de la matière en termes de grandeurs physiques spécifiques Thermodynamique du grec Thermos: chaud du grec Dunamis: puissance Pr. Alfonso San Miguel Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et Nanostructures Bât L. Brillouin Définition La thermodynamique

Plus en détail

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien

Perfectionnement depannezvous.com. Électricien r Richard Roy Perfectionnement depannezvous.com Électricien Mécanicien Vous présente Électrotechnicien Électromécanicien r Richard Roy Technique du vide r Richard Roy Pression La pression est une force

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques

1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques 1. Gaz parfait et transformations thermodynamiques Pour l'air : r = R / M = 0,871 kj / (kg.k), avec M masse molaire c p =1,005 kj/kg K, c v = 0,718 kj/kg K = 1.93 kg / m 3 à 0 C et à 1013 mbars Pour un

Plus en détail

ELEMENTS DE THERMODYNAMIQUE ET THERMIQUE. I - Thermodynamique

ELEMENTS DE THERMODYNAMIQUE ET THERMIQUE. I - Thermodynamique Université Pierre et Marie Curie Année 2008/2009 Licence de Mécanique - L2 ELEMENTS DE THERMODYNAMIQUE ET THERMIQUE I - Thermodynamique Frédéric Doumenc Version 2.4 Université Paris VI Licence de mécanique

Plus en détail

Étude des gaz. La loi de Boyle-Mariotte La loi de Charles La loi d Avogadro

Étude des gaz. La loi de Boyle-Mariotte La loi de Charles La loi d Avogadro La loi de Boyle-Mariotte La loi de Charles La loi d Avogadro Adaptation d extraits tirés du guide d apprentissage Étude des gaz, SOFAD, janvier 1999. La loi de Boyle-Mariotte Lorsqu on comprime un gaz,

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Physique Fiche3 3eme. Intesité de la tension du 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5. ressort (N) 0 1 2 3 4 5 6 7 Allongement (cm)

Physique Fiche3 3eme. Intesité de la tension du 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5. ressort (N) 0 1 2 3 4 5 6 7 Allongement (cm) Physique Fiche3 3eme Exercice 1 On dispose d'un ressort de longueur à vide 8 cm. Une boule en fer de masse 500 g, est accrochée à ce ressort. L'ensemble est posé sur un plan lisse et incliné. l'équilibre,

Plus en détail

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S

D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S THERMODYNAMIQUE Lycée F.BUISSON PTSI D U G A Z P A R F A I T M O N O A T O M I Q U E A U X F L U I D E S R E E L S E T A U X P H A S E S C O N D E N S E E S Ce chapitre pourrait s appeler du monde moléculaire

Plus en détail

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique

PROBLÈME 1 : Étude de l'eau en physique Banque «Agro» A - 0304 PHYSIQUE Durée : 3 h 30 L usage d une calculatrice est autorisé pour cette épreuve L usage d abaques et de tables est interdit pour cette épreuve Les trois problèmes sont indépendants

Plus en détail

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT

MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT MAINTENANCE D UNE CHAÎNE DE BAINS DE TRAITEMENT Une entreprise est spécialisée dans le traitement de surface par trempage de pièces métalliques de tailles diverses. Un pont roulant permet de faire progresser

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT.

TD 1. On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. TD 1 1: On considère une mole de gaz (CO 2 ) qui obéit à l'équation de Van der Waals. (p + a/v 2 ) (v-b) = RT. 1) Etablir l'expression du travail reçu par le gaz, au cours d'une compression isotherme réversible

Plus en détail

Chaleur, température, pression, gaz parfait, diffusion,... v 7

Chaleur, température, pression, gaz parfait, diffusion,... v 7 9 Chaleur, température, pression, gaz parfait, diffusion,... v 7 1 La Température T Instrument de mesure type: le thermomètre à Hg. Calibration: échelle Celsius de température: 0 C l'eau gèle 100 C l'eau

Plus en détail

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011

UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 UE 303 - Thermodynamique - 2010/2011 Contrôle Continu du 03/11/2010. Durée: 2h00mn Exercice 1 : On suppose que l atmosphère est un gaz réel en équilibre dans le champ de pesanteur. L équation d état de

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie. 1 ere S Chapitre P8 2008-2009

Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie. 1 ere S Chapitre P8 2008-2009 Chapitre P8 : Le travail : un mode de transfert de l'énergie I) Comment le travail du poids peut-il modifier la vitesse d'un corps : -) Relation entre le travail du poids et la vitesse : Voir TP 7 de physique

Plus en détail

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits.

cours n 4 : Chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. 1 er cycle universitaire. BS. C. Haouy, professeur de hysique Appliquée Cours de hermodynamique n 4 : chaleur, travail et énergie interne des gaz parfaits. Mise à jour du 21-02-07. Colonne de gauche =

Plus en détail

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES

LA OTIO DU TRAVAIL E SCIE CES PHYSIQUES L OTIO DU TRVIL E SCIE CES PHYSIQUES Par nne artini 1. Travail et énergie Dans la vie courante, il y a des termes qui sont souvent utilisés et dont la signification fait penser à celle donnée aux concepts

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

Thermodynamique et gaz parfaits

Thermodynamique et gaz parfaits Université Paris 7 PCEM 1 Cours de Physique Thermodynamique et gaz parfaits Étienne Parizot (APC Université Paris 7) É. Parizot Physique PCEM 1 ère année page 1 Résumé du cours précédent : travail énergie

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE. Durée : 2 heures. Les calculatrices sont autorisées * * * SESSION 2006 EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP CHIMIE Durée : 2 heures Les calculatrices sont autorisées * * * NB : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320

12 Mélanges de gaz. m = m 1 + m 2 +... + m ns = m i. n = n 1 + n 2 +... + n ns = n i. 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 20 mars 2003 Généralités et mélanges de gaz parfaits 320 12 On s est principalement limité jusqu à présent à l étude des substances pures. Or, bon nombre de problèmes thermodynamiques font intervenir des

Plus en détail

L atmosphère. Température, pression, composition de l airl. Laurent Borrel (ENM/RP), Yann Esnault (SaE)

L atmosphère. Température, pression, composition de l airl. Laurent Borrel (ENM/RP), Yann Esnault (SaE) L atmosphère Température, pression, composition de l airl Laurent Borrel (ENM/RP), Yann Esnault (SaE) Où s arrête l atmosphère? Qu est-ce qui change avec l altitude? Plus on s élève, plus il fait froid

Plus en détail

NOTIONS DE PHYSIQUE TABLE DES MATIÈRES

NOTIONS DE PHYSIQUE TABLE DES MATIÈRES NOTIONS DE PHYSIQUE TABLE DES MATIÈRES 1 CORRESPONDANCES ENTRE LES UNITÉS DE BASE 2 2 LA FORCE 2 3 LA MASSE 3 4 LE POIDS 3 5 LA MASSE VOLUMIQUE 4 6 LA DENSITÉ 4 7 LA PRESSION 4 8 NOTIONS D HYDROSTATIQUE

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

INTRODUCTION. CTD 29 / Formation N4 23/10/2010. Physique Cours n 1 (Pression, Mariotte, Charles)

INTRODUCTION. CTD 29 / Formation N4 23/10/2010. Physique Cours n 1 (Pression, Mariotte, Charles) INTRODUCTION 1 Éléments de physique & rappels 2 Compressibilité des gaz : principe et applications à la plongée 3 Influence de la température : principe et application à la plongée 4 Exercices complémentaires

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide.

A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. : Constitution de la matière: Différentes phases de la matière: A l échelle macroscopique, une phase est une quantité de matière homogène, on distingue la phase gazeuse, liquide et solide. o Phase gazeuse:

Plus en détail

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015

1 Chambre froide : CORRECTION G.I.M. 2. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 2015 IUT de Saint Denis Module THERM3 CORRECTION G.I.M. Contrôle de thermodynamique du vendredi 30 janvier 015 1 Chambre froide : 1. Les pressions d'évaporation et de condensation sont données par la table

Plus en détail

S 4 F I) Pression dans les gaz : 1) Interprétation macroscopique :

S 4 F I) Pression dans les gaz : 1) Interprétation macroscopique : Chapitre 3 : LA PRESSION S 4 F I) Pression dans les gaz : 1) Interprétation macroscopique : Considérons une force F qui agit perpendiculairement et uniformément (force répartie) sur une surface plane S.

Plus en détail

CONCOURS D ADMISSION 2010

CONCOURS D ADMISSION 2010 A 2010 Chimie PSI ECOLE DES PONTS PARISTECH, SUPAERO (ISAE), ENSTA PARISTECH, TELECOM PARISTECH, MINES PARISTECH, MINES DE SAINT-ETIENNE, MINES DE NANCY, TELECOM BRETAGNE, ENSAE PARISTECH (FILIERE MP)

Plus en détail

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11

Energétique et exergétique de la combustion. D après Borel, Favrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 Energétique et exergétique de la combustion D après Borel, avrat Thermodynamique et énergétique PPUR chap 11 1 Notations Nous utilisons les règles de notation suivantes : toute quantité de substance exprimée

Plus en détail

Problème 1 : masse volumique de la glace.

Problème 1 : masse volumique de la glace. Problème 1 : masse volumique de la glace. Quelques résolutions de problèmes en seconde. Schéma 1 Schéma 2 Schéma 3 n place de l'eau dans une éprouvette (schéma 1). n y plonge ensuite un glaçon (schéma

Plus en détail

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a)

Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Figure 1 : 2)a) 3)a) Chapitre 14 : Transferts macroscopiques d'énergie I- La matière du macroscopique au microscopique Si l existence des atomes a été imaginée dès l Antiquité par les grecs Leucippe, Empédocle et Démocrite

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 :

P = F S S.BINET FORCES PRESSANTES 1/5. relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : ACTIVITE 1 : relation Pression / Force / Surface. forces pressantes : Les solides : Cas n 1 : cas n 2 : Mousse Mousse 1. Placez la masse sur le morceau de mousse. Que se passe t-il à l équilibre? La mousse

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Chapitre C 02. L'air qui nous entoure

Chapitre C 02. L'air qui nous entoure Chapitre C 02. L'air qui nous entoure I. L'air est-il un corps pur? Un corps est dit ''corps pur'' s'il est constitué d'un seul type de molécules. S'il y a plusieurs types de molécules, il s'agît d'un

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

Travaux dirigés de thermodynamique

Travaux dirigés de thermodynamique Travaux dirigés de thermodynamique IUT - GTE - Marseille 2012-13 1 Chapitre 2 : le gaz parfait Exercice 1 Combien y a t-il de molécules dans un volume de 1 cm 3 d un gaz parfait pris dans les conditions

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane 16/10/2015 www.udppc.asso.fr Si vous repérez une erreur, merci d envoyer

Plus en détail

Problème de l'agrégation de chimie 1976

Problème de l'agrégation de chimie 1976 Problème de l'agrégation de chimie 1976 COMPOSITION DE CHIMIE (Durée : 6 heures) Cette épreuve comporte deux parties. La première étudie le modèle des solutions strictement régulières qui permet l'évaluation

Plus en détail

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique

Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Cours SGE «Modélisation de la pollution atmosphérique» Dynamique Christian Seigneur Cerea Plan Structure verticale de l atmosphère Atmosphère libre et couche limite atmosphérique Transport et dispersion

Plus en détail

Section 2.2 Le comportement des gaz

Section 2.2 Le comportement des gaz 6. Dans un gaz, les particules sont très espacées et se déplacent librement dans toutes les directions, ce qui fait que le désordre dans cette phase est extrêmement élevé. ar contre dans un liquide ou

Plus en détail

Travail d une force Correction

Travail d une force Correction Travail d une force Exercice 1 : Deux jumeaux de même masse m=75,0 kg montent au 5ème étage d'un immeuble en partant du rez-de-chaussée. Le jumeau A emprunte l'ascenseur et le jumeau B l'escalier. La distance

Plus en détail

GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008. EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE

GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008. EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008 EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE Date : mai 2008 Durée : 3 heures Matériel mis à disposition

Plus en détail

Physique Niveau Ⅳ Première Partie

Physique Niveau Ⅳ Première Partie Physique Niveau Ⅳ Première Partie Les pressions. La Flottabilité Archimède. La compressibilité des gaz Mariotte. Le gonflage des bouteilles. Son et Lumière en plongée. Exercices d application. Les pressions

Plus en détail

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques

Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques S3 PMCP 2015/2016 D de thermodynamique n 5 Conséquences des deux principes Machines thermiques Potentiels thermodynamiques 1 Cycle avec une seule source de chaleur. Soit un système pouvant, pendant un

Plus en détail

Chapitre 4 Statique des fluides

Chapitre 4 Statique des fluides Chapitre 4 Statique des fluides Un fluide est corps liquide (état compact et désordonné) ou gazeux (état dispersé et désordonné). On ne s intéresse ici qu à une partie de la statique des fluides : la notion

Plus en détail

La pression. 1. Trois personnes qui ont le même poids, marchent sur une couche de neige fraîchement tombée

La pression. 1. Trois personnes qui ont le même poids, marchent sur une couche de neige fraîchement tombée Unité 3 LA PREION Un corps peut se déformer s il est soumis à une force pressante, c est-à-dire, une action de contact répartie sur sa surface. Ainsi, si on fixe une affiche sur un mur à l aide d une punaise,

Plus en détail

L EAU LA VAPEUR D EAU ET L HYDRONIQUE

L EAU LA VAPEUR D EAU ET L HYDRONIQUE Roger Cadiergues L EAU LA VAPEUR D EAU ET L HYDRONIQUE * (Guide RefCad : nr51.a) La loi du 11 mars 1957 n autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l article 41, d une part que les «copies ou reproductions

Plus en détail

Expérience 1 : Compression d une canette

Expérience 1 : Compression d une canette Expériences visant à montrer les effets de la pression : Expérience 1 : Compression d une canette Objectifs de l expérience: - Présenter le phénomène des pressions. - Ses implications. Matériel Requis

Plus en détail

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1

I. BUT DE LA MANIPULATION II. INTRODUCTION ET PHENOMENOLOGIE T 2 T 1 C. Cycle de Stirling. BUT DE LA MANPULATON Etude du cycle thermodynamique de Stirling, relevés des cycles. Mesure du rendement d'un moteur à air chaud pour différents régimes de rotation. Etude des rendements

Plus en détail

La compressibilité des gaz Loi de Mariotte cours N4

La compressibilité des gaz Loi de Mariotte cours N4 La compressibilité des gaz Loi de Mariotte cours N4 - Historique - Énoncé et formule - Applications 2004 Gérard DOMINÉ IR MF2 BEES1 Moniteur Nitro / Recycleur SCR Formateur TIV Nous savons que bien avant

Plus en détail

Loi de Boyle et Mariotte

Loi de Boyle et Mariotte Loi de Boyle et Mariotte Deux plongeurs ont réalisé une expérience: ils ont utilisé une seringue fermée à une extrémité (le bout a été fondu). Dans la seringue il y a, sous pression atmosphérique (environ

Plus en détail

Fiche d UE4 e-paces n 1

Fiche d UE4 e-paces n 1 Fiche d UE4 e-paces n 1! Métrologie! Ecriture des nombres! Températures Cette fiche a pour but de vous faciliter l apprentissage du premier polycopié d UE4, elle s étend jusqu à la moitié de ce dernier.

Plus en détail

Chapitre 17 : La pression

Chapitre 17 : La pression 1. Les gaz 1.1. Le modèle microscopique Chapitre 17 : La pression Définitions : - Un modèle permet de représenter un phénomène ou une situation de manière schématique, il n est pas la réalité mais permet

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Mécanique...2 I.Mise en équations...2 II.Résolution...4 III.Vérifications...4 IV.Aspects énergétiques...4 Optique...5 I.Interférences

Plus en détail

Energie Mécanique. On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Ressort tendu de flipper pouvant lancer une bille.

Energie Mécanique. On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Ressort tendu de flipper pouvant lancer une bille. Energie Mécanique 1 - Energie Exemples : On dit qu'un système possède de l'énergie lorsqu'il peut fournir du travail. Eau d'un barrage pouvant faire tourner une turbine. Ressort tendu de flipper pouvant

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures ***

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures *** SESSION 003 PCP1006 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC PHYSIQUE 1 Durée : 4 heures L'utilisation des calculatrices est autorisée. Les deux problèmes sont indépendants Une feuille de papier millimétré devra

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

comportement thermique d'un plancher chauffant

comportement thermique d'un plancher chauffant comportement thermique d'un plancher chauffant Dans le plancher d'un local de surface S= 16 m² on a incorporé un système de chauffage maintenant la température ambiante à T a =20 C. Le système de chauffage

Plus en détail

Chapitre 2 : Quelles sont les propriétés de l air?

Chapitre 2 : Quelles sont les propriétés de l air? Chapitre 2 : Quelles sont les propriétés de l air? Plan : 1. Peut-on comprimer l air? 2. Qu est ce qu une pression? 3. Comment mesure t on une pression? 4. Comment exprime t on une pression? 5. L air possède

Plus en détail

Chapitre 1 : L air qui nous entoure

Chapitre 1 : L air qui nous entoure Version élèves Chapitre 1 : L air qui nous entoure. L atmosphère terrestre Document A p14 Réponses aux questions en cours, sauf la numéro 5 : 1/ Qu est ce que l atmosphère terrestre? Où se situe t-elle?

Plus en détail

Accompagnement personnalisé

Accompagnement personnalisé 1 Les fractions Accompagnement personnalisé O. Lader Propriété 1.1. Simplification dans une fraction : a x b x = a b Exemples. 4 6 = 3 = 3, 15 5 = 3 5, 1x x = 1 x. Propriété 1.. Pour tous nombres a, b,

Plus en détail

B - COURANT ELECTRIQUE

B - COURANT ELECTRIQUE B - COURANT ELECTRIQUE B - I - DEFINITION DE L'INTENSITE D'UN COURANT ELECTRIQUE La propriété des conducteurs solides d'avoir des électrons libres correspond à l'échelle des atomes à un déplacement permanent

Plus en détail