Valse-hésitations juin 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Valse-hésitations juin 2015"

Transcription

1 Valse-hésitations juin 2015 Prélude à une gabegie planifiée : Chez M. Piaget 4 à 5 carreaux supplémentaires sonnent creux depuis l'année dernière. De plus les piliers des balcons se dégradent, le carrelage se décolle à cet endroit. (..) M. Piaget souhaite faire des travaux. JPN propose que les copropriétaires prennent en charge le carrelage et la PPE l'étanchéité. Il propose également de rembourser l'étanchéité à M. Degoumois qui a fait les travaux précédemment (..) Source : Helios & Grecos, extraits du procès-verbal de «l'assemblée générale », page 3 Cela fera sept déjà, le huit novembre prochain, que M. Philippe Vasserot, architecte expert mandaté par les deux PPE, a préconisé la solution nécessaire et suffisante la plus appropriée pour la réparation de nos balcons. À toutes fins utiles le coût des travaux envisagés en vue de contenir l expion du phénomène de décollement des carrelages n avait rien d'excessif, un argument crucial favorable aux copropriétaires d'appartements en attique, soucieux de prévenir tous risques de corrosion des armatures de la dalle et des parapets de leur balcon. Toujours est-il que jusqu'ici rien n'a été entrepris. Cet état de fait révèle, au sein même de la copropriété, des pratiques contraires aux règles de la bonne foi : présumant un «degré élevé d'altération des dalles et des parapets», diffusant un signal très pessimiste sur l état du support des carrelages posés, les membres d'un petit comité - séduits par un «système de revêtement synthétique, de conception censément moderne (tel que les dalles composite bois-résine)» - ont tenté de contraindre la communauté des propriétaires d'étages au financement outrancier d'une réfection totale du sol de tous les balcons. Un tel comportement pernicieux, tendant à ignorer les conseils avisés d'un expert compétent, n'est pas s conséquences. Il a conduit au «non respect du droit de chacun des copropriétaires», une maladresse regrettable qu'il a bien fallu récuser. Il est aussi à l'origine des très mauvaises décisions emportées en cascade par une majorité devant l'assemblée générale de la PPE. Mauvaises décisions dont la pire d'entre elles est encore celle qui n'a pas été prise : réaliser la réparation conformément aux directives de M. Vasserot pour moins de CHF l'unité. Il s'agit bien sûr d'une réfection usuelle, mais par ailleurs susceptible d'améliorer considérablement les performances du joint en matière d adhérence et de durabilité sur tout le pourtour du balcon, pour une durée de. Aujourd'hui la question d'un «revêtement neuf et dispendieux» censé intervenir (sic) «d l'intérêt général de la sauvegarde de notre immeuble» refait surface, alors que le coût d'une réparation devrait toujours rester marginal. Par référence à la durée de vie moyenne des équipements, dire qu'il apparaît peu judicieux de vouloir entamer des travaux pour améliorer - après seulement douze d'existence de l'ouvrage - l'évacuation des eaux de pluie sur l'un ou l'autre balcon¹, serait un euphémisme. Les carreaux d'origine en grès cérame étant d'excellente qualité leur durée de vie est voisine de : ils peuvent être déposés, nettoyés et réutilisés. Quant à l'aspect du dallage rien n'empêche les propriétaires mécontents d'en poser un neuf, à leur frais évidemment, sur toute la surface du balcon. Tabelle d'amortissement commune aux associations de bailleurs et de locataires À titre indicatif une liste de référence² de la durée de vie moyennes des installations et des équipements de qualité ordinaire, d un contexte d usure normale, fait l'objet des dernières pages de ce document. Antony Degoumois ¹ Le support devrait être reprofilé pour mettre le maximum de pente en fonction des trois déversoirs centraux et latéraux. Ces travaux exigent toutefois un investissement considérable, la reprise des pentes s avérant parfois difficile à réaliser sur une chape de faible épaisseur. ² Constatant le nombre important de litiges relatifs à la réparation et à la trformation des locaux et installations, la Fédération romande immobilière (FRI) et l Association suisse des locataires (ASLOCA-Fédération romande) ont souhaité disposer d une référence indicative proposant des durées d amortissement précises. Service de publication en ligne Techniques de l information - Rue du Cudeau-du-Haut 4 - CH-2035 Corcelles NE

2 GRECOS-INFO.CH HISTOIRE DE BALCONS

3 grecos-info 2013 Histoire de balcons Avant-propos Quand les meuniers s entendent sur les prix le boulanger se fait rouler d la farine La notion de défauts cachés (SIA 118) est désormais prescrite : du pain béni pour les opportunistes de tous bords! Une aubaine pour ceux qui, par intérêt ou par peur, propagent les demi-vérités et les faux bruits perçus ici ou là et mènent une campagne des plus équivoque en faveur de réalisations coûteuses, inappropriées, voire même parfois inutiles. «Trêve de beaux discours, étayés par les conseils prétendument gratuits des professionnels de la construction ou des services du bâtiment, qui ne proposeraient à notre administrateur qu une solution toute faite, à adopter dès maintenant, s que les membres de l assemblée des copropriétaires ne la leur aient jamais demandée». Trop, c est trop! Un copropriétaire La maquette de couverture a été crée, dessinée et réalisée par Francine Erard, CH-2732 Reconvilier Le modèle de mascotte est propriété de CristalXp.net Services de publication en ligne Techniques de l information - Rue du Cudeau-du-Haut 4 - CH-2035 Corcelles NE

4 Histoire de balcons PPE Helios & Grecos Construits en Entretien des balcons : pose d une plinthe avec bande de dilatation remontante pour empêcher le phénomène de décollement local des carrelages et prévenir tous risques de corrosion des armatures. Pour réparer les défauts visibles sur la plupart des balcons les experts indépendants recommandent l application du mortier élastique «Mapelastic», typiquement conçu pour l imperméabilisation et la protection des chapes et enduits de ciment (1) : Image 2 : appliqué en couche mince continue sur le support (chape et parapets) appelé à recevoir les bandes de dilatation remontantes en fibre polyester caoutchoutée «Mapeband», ce mortier élastique améliore de beaucoup les performances du joint en matière d adhérence et de durabilité sur le pourtour du balcon Balcon 3ème ouest résidence Grecos, septembre 2011 Image 1 : en présence d une liaison dalle-parapet rigide réalisée par recouvrement d armatures avec bétonnage du joint, la réparation préconisée empêche l humidité de gagner la chape et de se propager par capillarité (2) d le mortier-colle, sous les carrelages en grès cérame. Image 3 : étendue sur le pourtour des parapets, la plinthe avec bande de dilatation remontante élimine de facto tous risques de corrosion des armatures aux endroits critiques, là où les variations de température extérieure pourraient entraîner déformation et fissures. Cette réparation économique (CHF par balcon) a fait ses preuves. Elle se réfère au devis numéro de l entreprise Zucchet Chapes SA du 30 octobre Documentation et rédaction Antony Degoumois Techniques de l information (1) Le mortier élastique bi-composant «Mapelastic» est destiné à la protection et l imperméabilisation du béton, des balcons, des terrasses, des douches et des piscines. Source : Mapei Suisse SA (2) La capillarité caractérise la tendance naturelle d un liquide, ici de l eau, à se déplacer vers le haut d un milieu poreux tel que la tige des fleurs, la pierre, les mortiers. Ref 1/11 Juin 2012 Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeau-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE

5 Octobre 2008 CHAPES CIMENT ZUCCHET CHAPES SA CHAPES ANHYDRITE Le coût des travaux envisagés ici pour contenir l expion du phénomène de décollement des carrelages n est pas disproportionné par rapport à l intérêt des copropriétaires désirant prévenir tous risques de corrosion des armatures de leur balcon. Ref 2/11

6 Novembre 2008 Les observations de l expert laissent entendre qu il s agit, à ce stade, d un problème mineur, s gravité et facile à réparer. les conseils d un expert mandaté par la PPE. Le risque de dommages est grand où l eau stagne! «Avant de vous préconiser la solution la plus appropriée pour la réparation de vos balcons, j aimerais revenir sur les causes de ces décollements qui peuvent provenir de plusieurs facteurs. 1- Retrait de la chape de mortier : lorsque les carreaux céramiques se décollent, la faute en est le plus souvent à leur support. 2- Délitage dû au gel (1) dont souffrent les carrelages céramiques des balcons et terrasses : l origine peut être attribuée aussi bien à une faute commise par le concepteur ou l exécutant qu à un défaut du matériau. Au nombre de ces fautes, il y a surtout la pente trop faible donnée au sol, car le risque de dommages est grand où l eau stagne. 3- Un autre cas est celui des défauts caractéristiques du matériau : ce sont de petits trous d la glaçure des carreaux céramiques. Si l eau de pluie ne s écoule pas rapidement en surface, elle s introduit par ces petits trous capillaires jusqu à l intérieur de la matière, qui est à grand pouvoir d absorption et que le gel fait éclater. 4- La pose au mortier-colle peut également provoquer un décollement des carreaux si celleci n est pas répartie de manière uniforme et en quantité suffisante sur le carreaux. [...] En ce qui concerne le mode réparation, j ai constaté que l entreprise Zucchet Chapes SA envisage la pose d un mortier élastique bi-composant «Mapelastic». J ai entendu de bon échos sur les produits «Mapei», mais je n ai pas eu l occasion de les utiliser. A mon avis, il est certain que compte tenu de la faible pente des balcons il serait souhaitable d avoir une étanchéité côté parapet du balcon, là où l eau peut stagner. Je vous conseillerais, avant de prendre votre décision, de faire appel au conseiller technique de la maison «Mapei» pour lui soumettre votre cas». Lettre de M. Philippe Vasserot, architecte expert, envoyée le 8 novembre 2008 à la PPE, extraits (1) Les carrelages en grès cérame sont non gélifs. La chape ciment, coulée sur la dalle, possède de toute évidence les propriétés de solidité et de durabilité qu exigent les normes de construction en vigueur. Par conséquent seul le mortier-colle pourrait se déliter sous les carrelages et se trformer peu à peu en un support humide, d une consistance friable, d la mesure où les joints périphériques de dilatation ne sont pas suffisamment efficaces. ndr Ref 3/11

7 Un projet hors de propos : Les directives de M. Vasserot, architecte expert mandaté par la PPE, n ont malheureusement suscité que bien peu d intérêt. En réalité, à l écoute d émissaires diffusant un signal très pessimiste sur l état du support des carrelages posés, l administrateur de la PPE envisage déjà très sérieusement la réfection totale des revêtements du sol de tous les balcons! Juin 2009 faire confiance à ceux qui profitent de la crédulité d autrui serait, en l occurrence, une belle preuve de courage! «L état de nos balcons est jugé mauvais mais ne nécessite pas de mesure d urgence. On peut encore tenir deux ou trois mais pas plus». Selon M. Python (1), vice-président de la société Setimac SA, les copropriétaires sont condamnés à mettre de l étanchéité (résine polyuréthanne ou similaire) sur toute la surface de leur balcon. Source : rapport de l administrateur du 12 juin 2009 «Une action doit être entreprise par la PPE, d le courant des deux prochaines années, pour stopper la dégradation des balcons. Il est décidé de constituer une commission (4) qui devra statuer sur la répartition des frais entre PPE et copropriétaires, et également sur le moment de réalisation des travaux». Source : procès-verbal de l Assemblée Générale du 23 juin 2009, pages 3 et 4 (1) A la suite du passage de M. Python de la société Setimac SA, un rapport alarmiste en ce qui concerne l état des balcons éveille de grosses craintes parmi une majorité de copropriétaires : «Nos joints en ciment ne sont pas étanches et permettent à l eau de pénétrer d la chape puis progressivement d la dalle. Le premier signe de ce phénomène est le carrelage qui sonne creux (2). Le deuxième signe est la trace de salpêtre (3) qui suinte le long du parapet. Ces deux signes sont déjà bien visibles chez nous. L eau qui pénètre va évacuer progressivement le sel et le ciment. Il ne va rester à la longue que du sable». Source : rapport de l administrateur de la PPE du 12 juin 2009, extraits (2) Des réparations effectuées sur un balcon (Grecos, 3ème ouest, septembre 2011) ont bien mis en évidence qu après avoir enlevé le carrelage (sonnant creux) un support humide à trempé (d une consistance friable) apparaît. Cependant, malgré une chape humidifiée, voire mouillée par endroit sous les carreaux en grès, aucun signe de désagrégation n a pu être décelé. (3) Le salpêtre et les sels minéraux qui cristallisent sur l enveloppe des constructions neuves sont les effets secondaires des remontées d humidité par capillarité d les matériaux. Le salpêtre est aussi le résultat de la perte d eau de cristallisation du nitrate de potassium qui forme une couche pulvérulente blanchâtre sur les vieux murs humides. (4) La commission se compose de 4 membres et de l administrateur de la PPE, tous copropriétaires. Aucun d entre eux n est un professionnel du bâtiment. ndr Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeaux-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 4/11

8 Bien que Grecos compte à peine huit d existence : «La commission s engage à soumettre des offres concrètes à l assemblée générale des copropriétaires pour que les travaux puissent débuter en été 2011». Source : procès-verbal de l Assemblée Générale 2010, page 3 Février 2011 La liberté c est le respect des droits de chacun, l ordre c est le respect des droits de tous! «Le financement de l opération devrait être réparti sur l ensemble des copropriétaires selon l avis de la majorité des 5 membres de la commission». «Les fonds d immeuble sont largement insuffisants car il avoisinent les CHF 25'000.- par PPE et le coût global sera 2 à 3 fois supérieur». Source : procès-verbal de la séance du 14 février 2011, commission des balcons règlement PPE «Une augmentation de 160% de l attribution au fonds de rénovation d immeuble a été approuvée par la majorité des copropriétaires de Grecos pour le financement des travaux de réfection prévus sur tous les balcons». (*) Source : procès-verbal de Assemblée Générale 2011, page 6 (*) Art. 8 let. i, balcons : Les copropriétaires qui bénéficient de la jouissance d un balcon doivent le maintenir en parfait état d entretien. D le cas où des emplacements pour grils de balcon seraient prévus, avec les canaux d évacuation des fumées, seuls les combustibles pour grillades seront tolérés. Il ne sera pas autorisé d incinérer des déchets ou autres. Les copropriétaires d un balcon sont responsables de tout dommage (fissure, fuites, etc.) provenant directement ou indirectement de leur fait et supporteront les frais de remise en état. En cas de carence de leur part, les travaux seront commandés à leur frais par l administrateur. Seuls les gros travaux résultant d une vétusté normale seront à la charge de la communauté. Source : Règlement de la communauté des propriétaires d étages de l immeuble Grecos Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeaux-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 5/11

9 Septembre 2011 Les travaux de réparation préconisés par M. Vasserot, selon le devis de l entreprise Zucchet Chapes SA du 30 octobre 2008, ont été réalisés sur le balcon de M. Degoumois, immeuble Grecos, 3ème étage ouest. «La dépose des carreaux a dûment montré que l eau ne s écoule pas sous le revêtement céramique et que, par conséquent, la chape et la dalle ne présentent pas les formes de dégradation qui ont été décrites et esquissées sur plan en juin 2009». La liberté est le droit de faire tout ce que permet le règlement (*) «Nous constatons donc que la situation qui a été décrite aux copropriétaires en 2009 reposait sur de fausses allégations». [... ] «Grâce à l argumentation de notre assuré, le vote concernant les travaux à entreprendre sur tous les balcons a été reporté. Toutefois, les copropriétaires ont accepté de créditer le fonds de rénovation de CHF 15'000,00». «Ce crédit a donc été versé s motif ou à tout le moins sur des motifs injustifiés. Il convient donc de le restituer à chaque copropriétaire». Source : Lettre du 21 octobre 2011 de «Protekta assurance» à l administrateur de la PPE, extraits Les faits, tout comme les chiffres, parlent d eux-mêmes! (*) Monsieur, Par la présente nous portons à votre connaissance que nous sommes chargés de la défense des intérêts juridique de notre assuré M. Degoumois. Source : Lettre du 21 octobre 2011 de «Protekta assurance» à l administrateur de la PPE, extraits «A titre de rappel, M. Degoumois a ajourné les travaux prévus suite à votre suggestion de modifier à la charge de la communauté l aspect et le revêtement du sol de tous les balcons d un délai de deux, et ceci en violation de l art. 8 let. i du règlement de la copropriété». «En effet, cet article stipule clairement que les copropriétaires qui bénéficient de la jouissance d un balcon doivent le maintenir en parfait état d entretien et sont responsables de tout dommage provenant directement ou indirectement de leur fait et supporteront les frais de remise en état. Seuls les gros travaux résultant d une vétusté normale seront à la charge de la communauté». «Pourtant, nous doutons fortement de la vétusté de l immeuble après seulement huit d existence». «Tout au plus, une expertise aurait dû être engagée afin de déterminer d une part la vétusté ou non de l immeuble et d autre part, quels travaux étaient envisageables». «Par la violation de cette disposition, vous engagez votre responsabilité d la mesure du préjudice subi par M. Degoumois». Source : Lettre du 28 novembre 2011 de «Protekta assurance» à l administrateur de la PPE, extraits Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeaux-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 6/11

10 Octobre 2011 Les copropriétaires ont été dupés (*) La prévention des risques de corrosion naturels impliquent, de la part des membres de la commission des balcons, une intégrité surnaturelle! «L entreprise Zucchet SA a confirmé l état satisfaisant de la chape du balcon. Ceci est d ailleurs signalé sur la facture du 6 octobre 2011 adressée à notre client». Source : Lettre du 21 octobre 2011 de «Protekta assurance» à l administrateur de la PPE, extraits (*) Une démarche qui va de soi! Quand un sérieux problème de maintenance semble se poser et qu on tient à ce qu il soit réglé proprement, ce n est pas à grand renfort d informations trompeuses et de demi-vérités qu on tente de le résoudre. Le bon sens veut qu on s approche du concepteur de l ouvrage : c est à l architecte qui a suivi toute l exécution des travaux qu il convient de poser les questions. Lui seul est en mesure de formuler la bonne réponse et de conseiller la meilleure solution. ndr Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeaux-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 7/11

11 Novembre 2011 Les références aux actes écrits et aux documents techniques devraient toujours être indiquées d un rapport pour en conforter l authenticité. De toute évidence, les explications données ici ne semblent pas très convaincantes! (sic) La commission s est à nouveau réunie pour avoir un nouvel avis, neutre et objectif, de l état des balcons. Monsieur Mauro Zuttion, directeur général de l entreprise Zuttion SA, a eu la gentillesse de nous faire bénéficier de sa grande connaissance du secteur de la construction. «Le meilleur système consiste à poser des dalles composites bois-résine ou similaires sur taquets (1), s chape à même la dalle sur l étanchéité, ce qui permet à l eau de pluie de s évacuer plus facilement du balcon pour autant que les pentes soient bonnes»! crédibilité «En dehors du problème du carrelage qui se décolle, nous sommes en face d un autre problème important : la présence d un parapet préfabriqué en dur. Il possède des point d ancrage en fer d la dalle qui vont avec le temps se détériorer. La rapidité et l importance de la corrosion de l armature ne peuvent pas être vraiment estimées précisément. On parle de 15 à voire plus. On a néanmoins encore du temps avant que les balcons s effondrent... car des signes avant-coureurs se manifesteront». «La pose de plinthes sur la face inférieure du parapet n a aucun effet sur une meilleure étanchéité. Cela permet simplement de reporter un peu le problème d le temps» (2) Source : rapport (décembre 2011) de la séance de la commission des balcons du 21 novembre 2011, extraits (1) Taquet : petite pièce de bois-résine ou similaire destinée à maintenir ou soutenir les dalles composites. (2) La plinthe réalisée sur le balcon de l immeuble Grecos, 3ème ouest, selon les directives des experts, assure une étanchéité efficace et durable sur tout le pourtour des parapets. Ces mesures préventives stoppent toute infiltration d eau et minorent par conséquent les risques d émergence du phénomène de corrosion des armatures aux endroits critiques, là où les variations de température pourraient entraîner déformations et fissures. Où est le problème? ndr Ref 8/11 Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeaux-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE

12 «C est l ensemble des membres de la commission qui a pris les décisions lors des différentes séances que nous avons tenues. J-P. Neuenschwander n a fait que rapporter par écrit nos conclusions et nos décisions qui ont toujours été prises à l unanimité». Décembre 2011 «Nous tenons à préciser que nous n avons jamais eu l impression que notre rapport était alarmiste et n avons pas l impression d avoir été influencés par l avis de notre administrateur ou qui que ce soit d autre». Les membres de la commission assument leur responsabilité (1) pour lever le discrédit pesant sur l administrateur qui menace de remettre son mandat! Source : lettre du 6 décembre 2011 de la commission des balcons à M. Degoumois, copropriétaire, extraits La seule conclusion qui s impose est que les travaux recommandés et soumis au vote de l Assemblée Générale 2011 par les membres de la commission des balcons n étaient pas conformes aux normes de construction en vigueur et que leur financement ne respectait pas le règlement PPE! Les conclusions du rapport de la commission des balcons ont été trmises à tous les copropriétaires avant le 20 juin ce qui a permis à chacun de l analyser et d exprimer son avis lors de l Assemblée Générale du 23 juin Source : lettre du 6 décembre 2011 de la commission des balcons, MM. Abplanalp, Jeanneret, Margiotta et Piaget à M. Degoumois, copropriétaire, extraits (1) N.B : le coût global des travaux envisagés par la commission des balcons, réalisés d toutes les règles de l art, pourrait bien atteindre les CHF 100'000.- en tenant compte du reprofilage des supports, rien que pour les six balcons de la résidence Grecos qui compte à peine 8 d existence. A titre comparatif, ce montant de CHF 100'000.- correspond à la somme des contributions annuelles versées pendant par tous les copropriétaires de Grecos d le fonds de rénovation d immeuble! ndr Question qu on se pose : «Aucun problème de carrelages n ayant été signalé par les copropriétaires d les cinq premières années après réception de l ouvrage, est-il bien raisonnable d avancer comme probable une altération non accidentelle des revêtements, à seule fin de justifier sur la forme, par ce motif, la rénovation des carrelages, étanchements et chapes de tous les balcons de l immeuble, d les trois années qui suivent?» Un copropriétaire, Grecos Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeaux-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 9/11

13 D le cadre de ses investigations l expert a contacté un technicien de MAPEI au sujet de la mise en œuvre des mortiers utilisés pour la réparation qu il préconise. ndr Conclusions de l expert, extraits : 1- Quelle crédibilité faut-il accorder au rapport de l administrateur de la PPE du 12 juin 2009? Selon moi, M. Python de la société Setimac a un avis très pessimiste de l état du support des carrelages posés. Au 3ème alinéa, je suis très sceptique quant à la prise des taux et valeurs d humidité contenue d les dalles. Par contre, le fait d ôter le carrelage et de concevoir l application d une étanchéité me parait être une bonne solution. Cependant, un mortier élastique type «Mapelastic» ou similaire me semble mieux adapté et moins onéreux qu une étanchéité en résine synthétique polyuréthane type «Sikafloor-400» ou similaire. Il est clair que le mortier élastique doit être accompagné de bandes de dilatation remontantes type «Mapeband» ou similaire contre les parapets. Enfin il est important, après la pose des plinthes, de traiter tout le pourtour du balcon avec un joint silicone et de l entretenir régulièrement. [... ] 2- La construction du bâtiment Grecos, et en particulier celle des balcons, respectet-elle les normes de construction SIA? Après avoir consulté l architecte qui a suivi toute l exécution des travaux, les pl (architecte & ingénieur) ainsi que la visite des lieux (appartement de M. Degoumois), oui les normes SIA ont été respectées, hormis peut-être les pentes minimales de 2.0%. [... ] Par contre, au niveau de la corrosion des armatures du balcon je n ai visuellement rien remarqué d anormal. Après avoir consulté les pl de l ingénieur ainsi que les directives de pose mentionnées sur ceux-ci, je ne vois pas de danger concernant la corrosion, surtout en prévoyant la mise en conformité et l entretien à court terme (partiel) au minimum, comme chez M. Degoumois. De toute évidence, pour être certain à 100%, seuls des carottages prélevés là où il y aurait des doutes devraient être préconisés et suivis d analyses en laboratoire (EPFL par exemple). Source : Société Expertibat Neuchâtel, dossier 11'033, février 2012 Eviter déformations et fissures : lorsque la liaison dalle-parapet est rigide - par exemple d le cas d une liaison par recouvrement d armatures avec bétonnage du joint - le parapet ne devrait pas dépasser les 2,5 m afin d éviter que les variations de température n entraînent des dommages. L utilisation de fixations spécialement conçues pour les parapets - par exemple des appuis élastomères absorbant les déplacements dûs aux variations de température - permet d allonger considérablement la longueur de ces éléments. Source : Construire en béton, conception des bâtiments en béton armé Friedbert Kind-Barkauskas 2006, ISBN: Techniques de l information Services en ligne Rue du Cudeau-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 10/11

14 faire valoir des arguments trompeurs, étayés par un document à caractère technique qui servirait de référence, est un bon moyen d induire le «syndrome du délabrement» chez un copropriétaire presque s le faire exprès : il semblerait que l expérience acquise en la matière par certains professionnels du marché de la construction, toujours prêts à relever ce genre de défi, s avère cruciale pour contrer les oppositions et atteindre un objectif! Annexes juin 2009 mystification Ce plan n est pas conforme à la réalité : l isolation en SAGEX de 2 cm n existe pas (le parapet est bétonné contre la dalle). L eau de pluie ne «s écoule» pas sous la chape, ni même sous le carrelage, pas plus d ailleurs qu elle ne peut entrer au contact direct des armatures métalliques en s infiltrant jusqu au bac de récupération placé sous la dalle du balcon. ndr Le type d étanchéité proposé correspond à un domaine d utilisation pour lequel les exigences requises sont bien plus sévères que pour un simple balcon : de l avis des experts, en raison de la trop lente évacuation des eaux de pluie, le support devrait être reprofilé pour mettre le maximum de pente en fonction des trois déversoirs centraux et latéraux. Cette option exige un investissement considérable s que, pour autant, le revêtement soit garanti de longue durée, puisque la reprise des pentes s avère parfois difficile, voire même impossible à réaliser sur une chape de faible épaisseur. La conformité du support est pourtant la condition sine qua non qui permettrait de conclure au succès d une telle réalisation qui, le cas échéant, pourrait bien ne pas respecter les normes de construction en vigueur! ndr Techniques de l information Rue du Cudeau-du-Haut 4 CH-2035 Corcelles NE Ref 11/11

15 Annexes avril 2011 Recommandations de la commission et plan de financement des travaux de rénovation des balcons Vouloir financer à court terme les travaux recommandés par la commission en sollicitant les fonds de rénovation d immeubles est une absurdité! Il faudrait faire la différence entre un balcon s habitation au-dessous et une terrasse située sur une habitation! Techniques de l information - Services de publication en ligne - Cudeau-du-Haut 4 - Corcelles NE Ref 1/g

16 Les mesures préventives seraient bien suffisantes! (1)? La perspective d un découvert de CHF 12'600.- est bel et bien la preuve explicite de l inadéquation d un tel projet! Ce genre de considérations est hors de propos : le fonds de rénovation d immeuble n a pas vocation à subventionner les travaux d entretien planifiés sur des unités privées PPE! (2) (1) Les balcons sont des unités privées PPE au niveau des revêtements, carrelage, étanchement et chape. L entretien d une telle unité est à la charge de son propriétaire. (2) Ce plan de financement ne respecte pas le taux de croissance planifié du fonds de rénovation Grecos ( 0,2% de la couverture d assurance ECAP ) : outre les provisions nécessaires à l entretien des balcons les disponibilités du fonds devraient atteindre les CHF 44'400.- en La contribution serait alors d environ CHF par copropriétaire au cours des 3 années de dotation. Ce chiffre correspond à une hausse totalement démesurée de 500%! Techniques de l information - Services de publication en ligne - Cudeau-du-Haut 4 - Corcelles NE Ref 2/g

17 Le fonds de rénovation n est pas un compte courant alternativement créditeur et débiteur pour octroyer un prêt de courte durée aux propriétaires de balcon! s rénovation des balcons (3) 3 x 5' ' % % (accepté à la majorité le 29 juin 2011) Selon le règlement PPE la décision de financer et de réaliser des travaux de rénovation sur les balcons ne peut être prise qu à l unanimité : une disposition qui, de toute évidence, ne s impose pas d elle-même à certains copropriétaires! (3) Il va de soi que le règlement PPE veille précisément à ce que les copropriétaires investissent exactement la même somme d argent pour des travaux identiques effectués sur leur balcon respectif. D ce cas, la part individuelle des copropriétaires ne doit pas être prise en compte. Techniques de l information - Services de publication en ligne - Cudeau-du-Haut 4 - Corcelles NE Ref 3/g

18 Tabelle d amortissement commune aux associations de bailleurs et de locataires AVERTISSEMENT INTRODUCTIF Constatant le nombre important de litiges relatifs au rafraîchissement, à la réparation et à la trformation des locaux et installations mis en location ainsi qu à la répartition de la charge financière liée à de tels travaux, La Fédération romande immobilière (FRI) et l Association suisse des locataires (ASLOCA-Fédération romande) ont souhaité mettre à disposition un outil permettant, tant aux locataires qu aux bailleurs, de disposer d une référence indicative proposant des durées d amortissement précises. La présente tabelle d amortissement n a aucune force contraignante et ne permet à aucune des parties d en tirer un droit. Elle donne, à titre indicatif, des durées de vie moyennes pour des installations et des équipements de qualité ordinaire, d un contexte d usure normale. Les droits et obligations des locataires et des bailleurs, fondés sur les dispositions du Code des obligations et des dispositions paritaires cantonales, ainsi que sur la jurisprudence, se déterminent de cas en cas, en fonction de l usure effective et des défauts préalablement établis. Les parties signataires forment le vœu que ce document prévienne les litiges et permettent aux locataires et bailleurs de Suisse romande de régler leurs différends à l amiable. La présente tabelle entre en vigueur le 1 er mars 2007 pour une durée de deux. Elle se renouvellera pour deux et ainsi de suite, sauf avis de résiliation donné par l'une ou l'autre des parties au moins six mois avant l'échéance. Fédération romande immobilière Roland Niklaus Président Philippe Leuba Secrétaire général ASLOCA Fédération romande Alain Berset Président Carlo Sommaruga Secrétaire général Reconnu par : Union suisse des professionnels de l immobilier Francis M. Godel Olivier Feller Président Secrétaire général 1. Chauffage / ventilation / climatisation Chaudière Brûleur Commande Pompe de circulation Cheminée : Acier chromé Vitrocéramique Pompe à chaleur Convertisseur, pour chauffage à distance, incluant les frais de raccordement Capteur solaire Chauffage au sol Radiateurs / parois chauffantes : Radiateur Radiateur porte-linges Conduites cuivre/ acier/ fonte Peinture en résine synthétique Vernis en résine synthétique thermolaqué Installation électrique de la chaufferie Citerne à mazout / combustible : Intérieure à l immeuble Enterrée Installation de protection contre les fuites Instruments de mesure : Compteurs de chaleur, de volume, de débit Répartiteur des frais de chauffage Vannes : Vannes thermostatiques des radiateurs Vannes ordinaires des radiateurs Climatiseur individuel pour une seule pièce Ventilation : Ventilation contrôlée du logement Canaux de ventilation 2. Production d eau chaude Chaudière combinée Pompe de circulation Installation électrique du système de production d eau chaude Instruments de mesure, compteurs électroniques Chauffe-eau (boiler) :

19 Chauffe-eau combiné avec le chauffage Chauffe-eau électrique Appareil à gaz 3. Cheminée Cheminées : Cheminée, poêle 25 Revêtement en briques réfractaires 15 Foyer à air chaud 25 Ventilateur pour l évacuation de la fumée 20 Moteurs électriques : Pour foyer à air chaud 20 Pour récupération de chaleur 20 Pare-feu, treillis métallique, verre 20 Isolation du toit, du grenier et de la cave Tablette d appui de la fenêtre, adaptée suite à l isolation du bâtiment Joints élastiques extérieurs Fenêtres à double vitrage, double vitrage bois Fenêtres à vitrage isolant : Fenêtres plastiques, bois, bois/métal, à isolation thermique et phonique Fenêtres métal à isolation thermique et phonique Peinture à huile, émail synthétique ou acryl sur cadres et tablettes de fenêtres Joints caoutchouc, pour les fenêtres Volets roulants : Plastique Bois Métal, aluminium Stores à lamelles : Plastique Extérieurs, métal Intérieurs, aluminium ou plastique Sangles, pour volets à rouleaux ou stores 8 4. Enveloppe du bâtiment Isolation du bâtiment, fenêtres, volets roulants, stores à lamelles, toit, auvent Isolation compacte : Polystyrène (sagex) 25 Panneaux isolants en laine de verre 30 Isolation ventilée des façades : Revêtement en bois 30 Plaques 30 Revêtement, bardeaux en éternit 40 Crépis : Crépis minéral pour façade, sur maçonnerie 40 Enduit synthétique, sur maçonnerie 25 Peinture silicate, sur crépis de façade (purement minéral) 25 Dispersion extérieure, revêtement minéral pour couche de fonds 20

20 Volets : Bois Bois, avec nouvelle peinture Métal, aluminium Moteurs, pour stores en tissu, à lamelles, volets roulants Manivelles : Manivelles Support pour manivelle, métal Support pour manivelle, plastique 5 Toit plat : Couverture en gravier aggloméré Revêtement en plaques de ciment Toit en pente : Tuiles, éternit 50 Tuiles, éternit avec nouvelle isolation thermique 50 Ferblanterie : Peinte ou zinguée Cuivre, titane, zinc Acier, uginox, cuivre Auvent : Construction métallique Construction en bois Couverture en verre armé Couverture en verre composite de sécurité Couverture en tuile ou similaire Couverture en tôle ou similaire 5. Plafonds / murs/ portes / boiseries Travaux de menuiserie, plâtrerie et tapisserie Tapisseries : Qualité moyenne, ingrain, imprimé ou peint brut Bonne qualité, lisse, lavable Tapisserie en fibre de verre pouvant être peinte Peinture des revêtements de mur et plafond / crépis : Dispersion, peinture à la colle, acryl (blanc-fix, blanchi) 8 Peinture de résine alkyde, résine synthétique Enduits : Enduit en matière plastique Enduit brut, rustique, etc., minéral Enduit blanc Lambris : Paroi brute, revêtement Enduit d une lasure Peint Lasure / peinture de couverture (huile, acryl ou résine synthétique) sur lambris Plafonds : En métal, suspendu, y compris les éclairages encastrés En bois, lambrissé En bois, suspendu Parois de séparation, de construction légère, alu avec panneaux en verre, revêtement plastique Armoires murales : Aggloméré Bois massif Garnitures (serrures et gonds) Peinture à l huile ou en résine synthétique, sur armoires Portes, extérieures et intérieures : Bois massif Matériaux en fibre de bois, aggloméré Métal Peinture à l huile ou synthétique, pour portes et cadres de portes Châssis pour vitres de portes Garnitures (serrures et gonds), pour les portes Joints de portes en caoutchouc Portes coulissantes / parois pliantes : Aggloméré ou bois massif Rouleaux Cadres, encadrements, seuils de portes : Intérieurs, en bois Intérieurs, en métal, pierre naturelle ou artificielle Rebords de fenêtres, intérieurs, laqués, peints à l huile, en acryl ou en résine synthétique Installation de fermeture, automatique Serrures : Porte palière Portes intérieures Joints 6. Revêtements de sols : Sols : PVC, novilon, etc. Caoutchouc Linoleum Revêtement en liège vitrifié Revêtement laminé (parquet synthétique) : Qualité médiocre, classe 31 Qualité moyenne, classe 32 Qualité supérieure, classe 33 Parquet : Parquet collé, en bois massif, lames de petit format (parquet mosaïque), rénovable jusqu à 6 fois Lames en bois dur, parquet massif, rénovable jusqu à 4 fois Lames en bois tendre, parquet couches multiples Parquet plaqué, bois véritable ou lamellé (couche d usure en bois ne correspondant pas à un véritable parquet), généralement non rénovable et surface supérieure traitée d usine 35 12

Tableau paritaire des amortissements commune aux associations de bailleurs et de locataires

Tableau paritaire des amortissements commune aux associations de bailleurs et de locataires Tableau paritaire des amortissements commune aux associations de bailleurs et de locataires AVERTISSEMENT INTRODUCTIF Constatant le nombre important de litiges relatifs au rafraîchissement, à la réparation

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE APPARTEMENTS

DESCRIPTIF TECHNIQUE APPARTEMENTS DESCRIPTIF TECHNIQUE APPARTEMENTS CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE EN PPE A SAULES BÂTIMENT B - UNITE C LIEU : Saules PARCELLE : article 1709 Ch. de la Grève 3a 2025 Chez-le-Bart Tél. 032 846 45 95 Fax 032 846

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE MARINADOUR 25 Allées Marines 64100 BAYONNE NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Bâtiment B2 Edition du 27/06/2013 Page 1 sur 9 A/ APPARTEMENTS Gros œuvre : 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations des

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement tout ce qu il faut savoir! sommaire Entrée et cuisine... p.- Pièce à vivre... p.- Salle de bain, wc... p.- Immeuble collectif... p. Maison individuelle...

Plus en détail

RÉPARATIONS LOCATIVES

RÉPARATIONS LOCATIVES LE GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES Décret Liste non limitative des réparations locatives Décret - du août pris en application de l article de la loi n -0 du décembre tendant à favoriser l investissement

Plus en détail

Appartements PPE à FARVAGNY-LE-PETIT CHEMIN DES CHÊNES

Appartements PPE à FARVAGNY-LE-PETIT CHEMIN DES CHÊNES 251658240 Appartements PPE à FARVAGNY-LE-PETIT CHEMIN DES CHÊNES Situation Informations de vente Listes de prix Plans Façades Descriptif de la construction Maître de l'ouvrage: LIAG Land und Immo AG Hauptstrasse

Plus en détail

www.defiscalisation.com

www.defiscalisation.com DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE Commune De Fort de France Quartier Beauséjour Jambette «Domaine de Bélize» 57 Appartements 60 Garages DESCRIPTIF DE VENTE www.defiscalisation.com 1/5 1 - CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Plus en détail

DESCRIPTIF DES TRAVAUX

DESCRIPTIF DES TRAVAUX DESCRIPTIF DES TRAVAUX MAISON BASSE ENERGIE 27-02-2012 I. Gros-oeuvre fermé I.1. Gros-oeuvre Terrassement, fondations, maçonnerie, plancher et seuils Citerne eau de pluie de 6000 litres I.2. Ossature Ossature

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

Catalogue de répartition frais entretien - investissements (Etat au 01.01.2010)

Catalogue de répartition frais entretien - investissements (Etat au 01.01.2010) Département des finances, des institutions et de la sécurité Service cantonal des contributions Section des personnes physiques Departement für Finanzen, Institutionen und Sicherheit Kantonale Steuerverwaltung

Plus en détail

«RESIDENCE AVENUE DU MONT- BLANC» Construction d un bâtiment de 18 logements et de lots commerciaux avec parking souterrain à Gland Descriptif général des travaux Canalisations : - Canalisations en PVC

Plus en détail

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr

LES GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMBLE. QUI FAIT QUOI DANS LE LOGEMENT? Point par point. www.ophmontreuillois.fr S GUIDES DU BIEN VIVRE ENSEMB QUI FAIT QUOI DANS LOGEMENT? Point par point www.ophmontreuillois.fr Les installations de chauffage en détail Les installations de plomberie en détail Convecteur électrique

Plus en détail

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire

«La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON. Descriptif commercial sommaire «La Palmeraie» 1279 avenue de la Résistance 83000 TOULON Descriptif commercial sommaire A) CARACTERISTIQUES GENERALES 1. Gros Œuvre Infrastructure : - Implantation. - Fouilles en rigoles pour fondations.

Plus en détail

VILLA INDIVIDUELLE A CHATEL-SAINT-DENIS PLANIFICATION ET REALISATION ARCHITECTURE NILTON GUERREIRO

VILLA INDIVIDUELLE A CHATEL-SAINT-DENIS PLANIFICATION ET REALISATION ARCHITECTURE NILTON GUERREIRO VILLA INDIVIDUELLE A CHATEL-SAINT-DENIS PLANIFICATION ET REALISATION ARCHITECTURE NILTON GUERREIRO "ang" architecture nilton guerreiro - chemin de la Meunière 16-1008 Prilly www.architecture-ang.ch - info@architecture-ang.ch

Plus en détail

RESIDENCE 74450 LE GRAND BORNAND

RESIDENCE 74450 LE GRAND BORNAND UNE REALISATION JEAN BASTARD-ROSSET PROMOTEUR CONSTRUCTEUR RESIDENCE 74450 LE GRAND BORNAND Bâtiments A & B NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Octobre 2011 Notice descriptive sommaire p. 2 1 TERRASSEMENT GROS

Plus en détail

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster Villa de style classique à Bourglinster page 1 de 19 A. INFORMATIONS GENERALES 1. SITUATION L'immeuble construit en 2005 est érigé sur un terrain situé 11a, rue d'imbringen à L-6162 Bourglinster. La place

Plus en détail

DOSSIER DE VENTE PROMOTION NOVAVILLA. CONSTRUCTION D IMMEUBLES " LES FOURCHES " BATIMENTS MINERGIE A NOVILLE Propriétaire RTB Corvaglia Sàrl

DOSSIER DE VENTE PROMOTION NOVAVILLA. CONSTRUCTION D IMMEUBLES  LES FOURCHES  BATIMENTS MINERGIE A NOVILLE Propriétaire RTB Corvaglia Sàrl DOSSIER DE VENTE PROMOTION NOVAVILLA CONSTRUCTION D IMMEUBLES " LES FOURCHES " BATIMENTS MINERGIE A NOVILLE Propriétaire RTB Corvaglia Sàrl Type I Résidence de 6 appartements Octobre 2010 RTB CORVAGLIA

Plus en détail

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude

Phase de processus Poste période Activité stable Activité évolutive. d étude ou de bureau d étude Répertoire des activités de travail exposant aux cancérogènes GISCOP93 Université Paris 13 (Bobigny) Page 1 sur 11 Parmi les postes répertoriés, beaucoup de postes sont cités une seule fois. Pour eux,

Plus en détail

NOTICE D EQUIPEMENT. Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE

NOTICE D EQUIPEMENT. Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE NOTICE D EQUIPEMENT Résidence «L Anaphore» 3/3Bis rue Clément & 4/ rue du Dauphiné 38000 GRENOBLE MAITRE D OUVRAGE SAS DAUPHINE et CLEMENT c/o COGECO IMMOBILIER Le Temporis ZAC de Champfeuillet BP 96 38503

Plus en détail

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX

LE PRÊT AGRI-TRAVAUX SECTEUR AGRICOLE LE PRÊT AGRI-TRAVAUX Le prêt agri-travaux, c est quoi? Le prêt agri-travaux est un prêt délivré par Action logement, qui finance les travaux d'installation ou d'amélioration dans votre

Plus en détail

Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection

Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection Normes de subventionnement pour travaux de conservation et restauration des bâtiments mis sous protection CFC GENRE DE TRAVAIL SUVBENTIONNALBE 0 TERRAIN 04 Financement avant le début des travaux 05 Conduites

Plus en détail

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR!

guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! guide pratique Entretien et réparations dans votre logement TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR! sommaire Entrée et cuisine... p.4- Pièce à vivre... p.-7 Salle de bain, wc... p.8-9 Immeuble collectif... p.10 Maison

Plus en détail

Appartements T2 T3 T4

Appartements T2 T3 T4 Appartements T2 T3 T4 GROS ŒUVRE Terrassements généraux Fondations adaptées en fonction de l étude de sol et calcul Bureau d Étude Technique (BET). Refend séparatif entre logements : B.A. de 18 cm en RDC

Plus en détail

Résidences Pierre-Grise à Courtaman

Résidences Pierre-Grise à Courtaman Résidences Pierre-Grise à Courtaman Immeuble de 6 appartements de 3,5 pièces et 3 appartements de 2,5 pièces Immeuble A: article 52 RF DESCRIPTIF GENERAL CONTACT : DESCRIPTIF TECHNIQUE TERRASSEMENTS Les

Plus en détail

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur /Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur /Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la réglementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

Résidence Les chemins de Berroueta

Résidence Les chemins de Berroueta Résidence Les chemins de Berroueta Quartier Berroueta 64122 URRUGNE DESCRIPTIF SOMMAIRE DU COLLECTIF Edition du 20/03/2014 1 A)APPARTEMENTS Gros oeuvre 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations

Plus en détail

VETROZ RESIDENCE. Opus

VETROZ RESIDENCE. Opus VETROZ RESIDENCE Opus RESIDENCE Opus Baigné de soleil, au cœur du Valais central, le village de Vétroz est situé aux portes de Sion. Avec ses châteaux, sa vieille ville, ses rues piétonnes, sa riche activité

Plus en détail

A l extérieur du logement

A l extérieur du logement Travaux et entretien du logement Locataire bailleur, qui fait quoi Locataire / bailleur, qui fait quoi? octobre 00 Fiche n sept. 00 Fiche n A l extérieur du logement 6 3 4 7 5 Fiche n Travaux et entretien

Plus en détail

CONSTRUCTION DE 56 VILLAS LOT 5, 2 ème EXTENSION SPRING CORCORDIA 97150 SAINT MARTIN

CONSTRUCTION DE 56 VILLAS LOT 5, 2 ème EXTENSION SPRING CORCORDIA 97150 SAINT MARTIN CONSTRUCTION DE 56 VILLAS LOT 5, 2 ème EXTENSION SPRING CORCORDIA 97150 SAINT MARTIN NOTICE DESCRIPTIVE I CARACTERISTIQUES TECHNIQUES GENERALES DE L IMMEUBLE 1.1 - INFRASTRUCTURE 1.1.1 - Fondations Les

Plus en détail

CONSTRUCTION du chalet «Le Nidwaldien 1291» Crans-Montana Rte des Bâlois

CONSTRUCTION du chalet «Le Nidwaldien 1291» Crans-Montana Rte des Bâlois CONSTRUCTION du chalet «Le Nidwaldien 1291» Crans-Montana Rte des Bâlois DESCRIPTIF DE CONSTRUCTION PARCELLE DE BASE Parcelle de base avec une surface à construire de 1104 m2. Chalet représentant 330 m2

Plus en détail

Entretien du logement

Entretien du logement Entretien du logement Le locataire s engage à tenir les lieux loués en parfait de la location. CONSEILS D ENTRETIEN UTILISATION DES FENÊTRES ET BALCONS Il est interdit de planter des arbres (manguier,

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi

GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT. Qui fait quoi GUIDE D ENTRETIEN ET DE REPARATION DANS VOTRE LOGEMENT Qui fait quoi Guide et démarches La réparation vous concerne? LES DEMARCHES A SUIVRE Faites appel à l entreprise de votre choix et/ou effectuez vous-même

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE - 1 - CARRE GROUCHY St ETIENNE 59 logements sur 4 immeubles NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE - 2 - Renseignements généraux Maître d ouvrage LOTIR RHONE-ALPES Immeuble «Le Diamant» Rond Point Auguste Colonna

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

adapto solutions de bureau dynamiques technologie modulaire

adapto solutions de bureau dynamiques technologie modulaire adapto solutions de bureau dynamiques technologie modulaire 2 5 FLEXIBLE 1 3 6 2 3 «adapto» NOUS AVONS PENSE A TOUT Vous créez une nouvelle société ou votre entreprise 1 Bâtiment administratif Réalisation

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

Qui a la charge de l entretien

Qui a la charge de l entretien Toute transformation (clôtures, portails et abris de jardin soumis à accord de la commune, changement de sol, démolition de cloisons, modifications d appareil sanitaire, etc.) doit préalablement faire

Plus en détail

PROCES VERBAL DE DESCRIPTION

PROCES VERBAL DE DESCRIPTION SELARL SICARD MORIN Huissiers de Justice Associés près le Tribunal de Grande Instance de SAINTES 15-17, Faubourg Taillebourg BP. 14 17412 SAINT JEAN D ANGELY Tél : 05 46 32 04 98 Fax : 05 46 32 11 28 PROCES

Plus en détail

Général. Cuisine Salle de bains et toilette Murs et plafonds Fenêtres Revêtements de sol Extérieurs Divers

Général. Cuisine Salle de bains et toilette Murs et plafonds Fenêtres Revêtements de sol Extérieurs Divers Cuisine Salle de bains et toilette Murs et plafonds Fenêtres Revêtements de sol Extérieurs Divers Général Attirer l attention de l équipe de déménageurs sur les mesures de précaution à prendre Prévoir

Plus en détail

RESIDENCE «LES PERCE-NEIGE» Morgins Troistorrents Val d Illiez Portes du Soleil

RESIDENCE «LES PERCE-NEIGE» Morgins Troistorrents Val d Illiez Portes du Soleil Architecture Promotion Alberto Alberti Architecte EPF-SIA Place de l Hôtel de Ville 1a CH-1870 Monthey Tel +41 (0) 24 471 76 16 Michaud Mariaux SA Génie-civil et Bâtiments Z.I. Les Ilettes 34 / CP 171

Plus en détail

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété Inspections régionales Inc. http://www.inspectionsregionales.com/ courriel: info@inspectionsregionales.com Téléphone : 819-893-3460 (Gatineau) Téléphone : 514-312-8240 (Montréal) Télécopieur : 1-855-587-8858

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

LANCY SQUARE PPE2 PLAQUETTE DE VENTE

LANCY SQUARE PPE2 PLAQUETTE DE VENTE LANCY SQUARE PPE2 PLAQUETTE DE VENTE Table des matières 1. Situation géographique 2. Plan des appartements 3. Descriptif succinct 4. Planification 5. Prix de vente 6. Contact / visites IMMEUBLE D HABITATION

Plus en détail

Lieu dit : Champs Colomb -05100 - BRIANCON. DESCRIPTIF SOMMAIRE DES PRESTATIONS ETABLI LE 07 OCTOBRE 2005 modifie le 31 07 2008

Lieu dit : Champs Colomb -05100 - BRIANCON. DESCRIPTIF SOMMAIRE DES PRESTATIONS ETABLI LE 07 OCTOBRE 2005 modifie le 31 07 2008 Lieu dit : Champs Colomb -05100 - BRIANCON DESCRIPTIF SOMMAIRE DES PRESTATIONS ETABLI LE 07 OCTOBRE 2005 modifie le 31 07 2008 Appartements traditionnels de bonne qualité, d'architecture «Montagne» avec

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Drainage de maches anti-remontée à l humidité. Pour la pose de carreaux en céramique et de pierres naturelles/dalles sur des escaliers extérieurs.

Drainage de maches anti-remontée à l humidité. Pour la pose de carreaux en céramique et de pierres naturelles/dalles sur des escaliers extérieurs. Drainage de maches anti-remontée à l humidité Pour la pose de carreaux en céramique et de pierres naturelles/dalles sur des escaliers extérieurs. Goutte par goutte, le désastre prend forme. Comme ils ne

Plus en détail

Je souhaite recevoir les contacts suivant : 1. Je choisi les contacts dans la liste jointe en annexe

Je souhaite recevoir les contacts suivant : 1. Je choisi les contacts dans la liste jointe en annexe Bulletin d adhésion aux services sud-devis.fr (à retourner par mail à contact@sud-devis.fr ou par courrier : 18 chemin du Puits de Carrère 47310 Estillac) Nom de l Entreprise : Siret : Responsable : Fonction

Plus en détail

Entretenir pour mieux vivre dans votre logement

Entretenir pour mieux vivre dans votre logement Entretenir pour mieux vivre dans votre logement PATREAM 10, rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris tél. : 01 78 91 91 00 - fax : 01 78 91 91 09 email : contacts-locataires@diocese-paris.net www.patream.fr

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

Isolation en façade FICHE TECHNIQUE

Isolation en façade FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Isolation en façade 2 4 6 7 CONNAÎTRE > Les techniques d isolation > Les différents systèmes REGARDER > L emploi de l isolation > La pose de l isolation > Le traitement des points singuliers

Plus en détail

Isolation de conduites à base d'amiante

Isolation de conduites à base d'amiante *F01 Cordons, anneaux d'étanchéité et bandes d'isolation électrique en amiante Des cordons à haute teneur en amiante ont souvent été utilisés comme joints anti feu dans des poêles à mazout ou en aïence,

Plus en détail

Bâtiment. en briques terre cuite ou en agglomérés de ciment y compris linteaux et accessoires. Relevés, études géotechniques

Bâtiment. en briques terre cuite ou en agglomérés de ciment y compris linteaux et accessoires. Relevés, études géotechniques Remarques générales Bâtiment Le présent descriptif est applicable à l ensemble du projet, pour autant qu aucune mention spécifique ne soit faite. L exécution des travaux sera conforme aux normes VSS et

Plus en détail

Préavis n 15/14 au Conseil communal

Préavis n 15/14 au Conseil communal COMMUNE D AUBONNE Municipalité Préavis n 15/14 au Conseil communal Travaux de mise à jour des bâtiments rue de l'industrie 8 et 10 Délégué municipal : - M. Michel Crottaz, municipal Aubonne, le 21 octobre

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

DEVIS MAISONS SEMI-DÉTACHÉS

DEVIS MAISONS SEMI-DÉTACHÉS DEVIS MAISONS SEMI-DÉTACHÉS EXTÉRIEUR Fondation béton armé Murs de charpente 2 x 6 au 16 Revêtement extérieur tel que plan. Façade en maçonnerie à 50, aluminium pour le reste Toiture en aspenite OSB 15/32

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

Résidence «Les Alizés»

Résidence «Les Alizés» Résidence «Les Alizés» BORDEAUX Quai Hubert Prom / Cours Dupré Saint Maur NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Edition du 03.05.2013 A/ APPARTEMENTS Gros œuvre 1) Démolition, nettoyage du terrain. 2) Fondations

Plus en détail

Fiche technique de l USM TK 005

Fiche technique de l USM TK 005 1 Fiche technique de l USM TK 005 Percements de membranes de toits Union Suisse du Métal Association professionnelle construction métallique, Seestrasse 105, Case postale, 8027 Zurich Tél. 044 285 77 77,

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

FORMULAIRE ETUDE THERMIQUE ET DEVIS GRATUIT

FORMULAIRE ETUDE THERMIQUE ET DEVIS GRATUIT MERCI DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES : Vos coordonnées personnelles : Les coordonnées du chantier : Société : Nom : Prénom : Rue : Code postal : Ville : Téléphone : Adresse email : Fax : Type de Construction

Plus en détail

Estimation de la valeur vénale

Estimation de la valeur vénale Estimation de la valeur vénale Immeuble locatif Grande Rue 10001 Lausanne "L'expert" Table des matières 1. Généralités 3 2. But 4 3. Terrain 4 3.1. Registre foncier 4 3.2. Description du terrain 4 3.3.

Plus en détail

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES RÉPARATIONS LOCATIVES L entretien et les menues réparations dans votre logement Informations données à titre indicatif. Pour plus de précisions, renseignez-vous auprès du personnel de proximité

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Guide simplifié du locataire

Guide simplifié du locataire mais assez complêt Guide simplifié du locataire OBLIGATIONS ET CONSEILS EN MATIÈRE D ENTRETIEN DE VOTRE LOGEMENT Nous voulons vous aider à récupérer votre dépôt de garantie LOGICIEL DE GESTION LOCATIVE

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR solutions résidentielles en isolation www.greensun.be Greensun: la société Isolez avec Greensun L isolation de votre habitation ou appartement, par l intérieur

Plus en détail

PRÉAVIS N o 13/14 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N o 13/14 AU CONSEIL COMMUNAL COMMUNE DE SAINT-SULPICE MUNICIPALITÉ PRÉAVIS N o 13/14 AU CONSEIL COMMUNAL DEMANDE D UN CRÉDIT DE CHF 2'700'000.- POUR LA RÉNOVATION DU BÂTIMENT DES CRÊTES RUE DU CENTRE 60 Saint-Sulpice, le 13 octobre

Plus en détail

DESCRIPTIF DE VENTE. LES BUISSONNETS rue de l'eglise 36 - Rixensart

DESCRIPTIF DE VENTE. LES BUISSONNETS rue de l'eglise 36 - Rixensart DESCRIPTIF DE VENTE LES BUISSONNETS rue de l'eglise 36 - Rixensart La société Osmosis Development S.A. vous propose une résidence de charme de 4 logements neufs :! A côté du Château de Rixensart! Construction

Plus en détail

Le Clos Boissy. Descriptif sommaire

Le Clos Boissy. Descriptif sommaire 16 Rue de Boissy 95320 Saint Leu La Forêt Février 2013 Le Clos Boissy Descriptif sommaire Résidence de 70 logements en R+3+Combles répartis en 2 immeubles sur un terrain de 3385m² entouré de verdure et

Plus en détail

SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze. Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» Dossier N : 500032751 42000 SAINT-ETIENNE

SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze. Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» Dossier N : 500032751 42000 SAINT-ETIENNE SCI DE FOURETON 1 rue Chantelauze Etablissement : 1 / 2 DOMAINE CHÂTEAU DU BUISSON «Le Buisson» REVISION D'ESTIMATION EN VALEURS D ASSURANCE Date de relevé : 07/06/2010 Date de valeur : 01/01/2010 SCI

Plus en détail

GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES

GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES GUIDE DES REPARATIONS LOCATIVES Du locataire ou de l'office, qui fait quoi? Qui répare? Qui entretient?? Office 66 - Office Public de l'habitat des Pyrénées-Orientales 7 rue Valette - BP 60440 * 66004

Plus en détail

PROCÈS VERBAL DE CONSTAT D'ÉTAT DES LIEUX

PROCÈS VERBAL DE CONSTAT D'ÉTAT DES LIEUX Maître N d'étude : Tél. : Fax : email : @ PROCÈS VERBAL DE CONSTAT D'ÉTAT DES LIEUX Référence du dossier : xxxxxxxxxxxxxx Page 1/8 PROCÈS VERBAL DE CONSTAT L'AN DEUX MILLE DOUZE ET LE VENDREDI NEUF NOVEMBRE

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

SNC KAUFMAN ET BROAD PROMOTION OPERATION MILLERY GELTINES TRANCHE 2. Ensemble de 11 villas Rue traversière 69 390 MILLERY

SNC KAUFMAN ET BROAD PROMOTION OPERATION MILLERY GELTINES TRANCHE 2. Ensemble de 11 villas Rue traversière 69 390 MILLERY SNC KAUFMAN ET BROAD PROMOTION OPERATION MILLERY GELTINES TRANCHE 2 «Les patios de Millery» Ensemble de 11 villas Rue traversière 69 390 MILLERY NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DES MAISONS (document non contractuel

Plus en détail

1111 LA NEUVEVILLE «Le Montagu» 1 2 3 4 5 parking souterrain 6 7 8 9 5.10 m2 8.55 m2 cave F 8.55 m2 cave C 7.83 m2 cave H cave D 8.55 m2 cave B 7.83 m2 cave E REZ-DE-CHAUSEE ET PARKING 8.55 m2 cave G ascenseur

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE

CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE Royaume du Maroc Ministère de l Habitat et de la Politique de la Ville CAHIER DES CHARGES DES PRESCRIPTIONS MINIMALES ARCHITECTURALES ET TECHNIQUES RELATIVES AU LOGEMENT DESTINE A LA CLASSE MOYENNE Ministère

Plus en détail

CONSTRUCTION RI-MAR DEVIS DES ÉLÉMENTS INCLUS MAISON URBAINE EXTÉRIEUR

CONSTRUCTION RI-MAR DEVIS DES ÉLÉMENTS INCLUS MAISON URBAINE EXTÉRIEUR EXTÉRIEUR Brique et pierre façade Cannexel côtés et arrière (étage) Balcon privé 9'x10' Rampes extérieur en aluminium noir vitrée verre clair en façade Rampes extérieur en aluminium noir avec barreaux

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

CONSTAT D'ETAT DES LIEUX ENTRANT Dressé contradictoirement entre les soussignés

CONSTAT D'ETAT DES LIEUX ENTRANT Dressé contradictoirement entre les soussignés CONSTAT D'ETAT DES LIEUX ENTRANT Date : Dressé contradictoirement entre les soussignés Etabli par non renseigné EDL CB REUNION 1C Rocade de l'oasis Résidence Le Lotus Bleu, Appt 29 97400 SAINT DENIS Tel

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures

Rénover et construire à Westmount Page 1. 3. Toitures Rénover et construire à Westmount Page 1 3. Toitures Conserver tout trait distinctif d importance d une toiture existante ou d un élément de cette toiture. Conserver la toiture aussi longtemps que possible

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON 1 PREMIÈRE PRISE DE CONNAISSANCE DE LA MAISON La maison est-elle bien raccordée au réseau d assainissement? Si

Plus en détail

Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration dans notre bâtiment.

Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration dans notre bâtiment. CONSULTATION DANS LE CADRE DE L AMENAGEMENT DE LA SALLE DE REUNION DU 1 ER ETAGE AU CTIG (INRA DE JOUY EN JOSAS) 1 OBJET DE LA MISSION Nous souhaitons réaliser des travaux d aménagement et de décoration

Plus en détail

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair

LES RÉPARATIONS. locatives. Le petit mémo pour y voir plus clair LES RÉPARATIONS locatives Le petit mémo pour y voir plus clair En matière de réparations locatives, les obligations du bailleur et celles du propriétaire sont définies par le Décret du 26 aôut 1987 et

Plus en détail

2013 04 / OGOZ DESCRIPTIF TECHNIQUE. Architecte. Hekuran EJUPI Rue de la Berra 48 1630 Bulle hekuran_e@hotmail.com 078 / 806 41 71

2013 04 / OGOZ DESCRIPTIF TECHNIQUE. Architecte. Hekuran EJUPI Rue de la Berra 48 1630 Bulle hekuran_e@hotmail.com 078 / 806 41 71 2013 04 / OGOZ Architecte Hekuran EJUPI Rue de la Berra 48 1630 Bulle hekuran_e@hotmail.com 078 / 806 41 71 DESCRIPTIF TECHNIQUE Bulle, le 18 juillet 2013 INDEX 1. Canalisations 2. Structure, maçonnerie

Plus en détail

VEFA ETAT DES LIEUX REMISE DES CLEFS

VEFA ETAT DES LIEUX REMISE DES CLEFS VEFA ETAT DES LIEUX REMISE DES CLEFS INTRODUCTION Ce document est une check-list des choses à vérifier lorsque l on reçoit un appartement en VEFA (donc sur plan). AFFAIRES A APPORTER : 1stylo 1bloc dur

Plus en détail

DESCRIPTIF DES TRAVAUX

DESCRIPTIF DES TRAVAUX DESCRIPTIF DES TRAVAUX CARNIERES Rue du Pairois PHASE 2 Lotissement de 24 maisons unifamiliales Valables pour les lots 11 à 16 Descriptif des travaux du GROS-ŒUVRE. FONDATION Le type de fondation est déterminé

Plus en détail

MAISONS MODULAIRES ESPAGNOLES Qualité Européenne

MAISONS MODULAIRES ESPAGNOLES Qualité Européenne MAISONS MODULAIRES ESPAGNOLES Qualité Européenne Les MAISONS PRÉFABRIQUÉES ADOSABLES sont basées sur une structure résistante qui intègre un forgé métallique à double pente et des piliers; fermeture à

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DESCRIPTIF

PROCÈS-VERBAL DESCRIPTIF ANGOULÊME COGNAC RUFFEC VILLEBOIS-LAVALETTE 52, rue René Goscinny B.P. 1211 16006 ANGOULEME Cedex 10, rue du Port B.P. 164 16105 COGNAC Cedex 3, place d'armes B.P 93 16700 RUFFEC 52, Grand'Rue B.P. 2 16320

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

RESIDENCE LE MARTINET Avenue du Grand-Saint-Bernard 59, 1920 Martigny

RESIDENCE LE MARTINET Avenue du Grand-Saint-Bernard 59, 1920 Martigny RESIDENCE LE MARTINET Avenue du Grand-Saint-Bernard 59, 1920 Martigny www.iviewer.ch/lemartinet SITUATION Vivre au pied des Alpes, proche des grands axes Montreux/Sion/Aoste La Résidence Le Martinet est

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail