L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques"

Transcription

1 LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

2 Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires du 8 mars 2077, du 28 mars 2007 relatives à la filière gériatrique et du 15 mai 2007 relative au référentiel d organisation national des réseaux de santé «Personnes âgées» organisent les réseaux de santé.

3 Les réseaux de santé gériatriques ont pour missions de : Améliorer le parcours de soins, Promouvoir la recherche du meilleur parcours de vie possible, Favoriser le maintien à domicile, Améliorer la qualité des soins,

4 Favoriser l éducation des personnes prises en charge, en soins, Améliorer la connaissance sur les différents acteurs du champ gériatrique et gérontologique, Favoriser et diffuser la culture gérontologique par l amélioration des pratiques professionnelles, Soutenir les aidants professionnels et naturels.

5 Un réseau: pour qui? Le réseau de santé «personnes âgées» s adresse prioritairement à des personnes de soixante quinze ans et plus, vivant à leur domicile et répondant aux situations suivantes : des patients gériatriques «se caractérisant par la coexistence de plusieurs pathologies chroniques invalidantes à l origine d une dépendance physique et/ou psychique», rendant critique le maintien à domicile ou le retour à domicile dans les suites d une hospitalisation ;

6 des personnes se trouvant dans une situation de rupture socio-sanitaire nécessitant le recours à des aides venant à la fois du champ sanitaire et social ; des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou d une maladie apparentée

7 UN RÉSEAU DE SANTÉ, COMMENT?

8 Un PPSA peut être Une consultation spécialisée, Une hospitalisation programmée, De l aide à domicile, L intervention d auxiliaires paramédicaux (SSIAD, IDEL, pédicure, ) De l aménagement du logement,

9 Mais aussi L accès à des droits élémentaires (SS, CMU, complémentaire santé, ) Des actions de prévention ou d éducation, Une protection des majeurs vulnérables,.

10 L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

11 1 er cas: Signalement de la Cs mémoire de Charleville Mr A. habite avec son épouse à une vingtaine de kilomètres de Charleville. Il présente une démence avec une grande agitation, des troubles du comportement important sur fond d exogènose. Il conduit toujours sa voiture.

12 Sa femme est épuisée par la maladie de son mari, maladie qu elle ne comprend pas, qu elle refuse et qui transforme la vie quotidienne en calvaire: Activité de la vie quotidienne stérile, incapacité à conduire une activité artistique et autodidacte de toujours, La grille de fragilité est à 9

13

14

15

16

17

18

19

20 Sa belle-fille travaille dans un EHPAD. Il y a une pression à faire appel à cet EHPAD pour un placement de Mr A. Il y est admis en hébergement définitif de façon précipitée. Face à un comportement très agressif et des tentatives de fugues, il est hospitalisé de longues semaines au CH Bélair. Retour à la maison et Accueil de Jour 5*/ semaine dans un autre EHPAD

21 Je propose à Mme de la documentation sur la maladie d Alzheimer et de participer à la formation des aidants organisée par France Alzheimer. Accord de Mme qui y ira avec sa fille. L accueil de jour, s il soulage Mme, fait l objet d adaptation. De 5 jours en continu, il comporte une pause en milieu de semaine mais Mr le fréquente le samedi. Le dispositif est insuffisant mais Mme a des réticences à un hébergement permanent

22 Je lui propose alors: ode visiter l EHPAD et pouvoir poser toutes les questions qui la font hésiter sur une nouvelle tentative d entrée en institution ode travailler un hébergement temporaire tel que Mr reste en EHPAD le lundi soir, jeudi et/ou vendredi.

23 L EHPAD contacté propose de «geler» alors un lit d hébergement temporaire pour expérimenter Sur une période de 15 jours, Mr A. va passer 15 jours en hébergement sans troubles du comportement incompatibles avec la vie du service. A l heure actuelle, forte de cette expérience, Mme attend une place en hébergement permanent et Mr fréquente 7 jours / 7 l accueil de jour où il a trouvé ses marques n acceptant plus que ces allers et retours comme voyage en voiture.

24 2ème cas: Mme B. Elle vit dans une maison dont elle est propriétaire. Elle est veuve sans enfant. C est elle qui appelle sur la demande son médecin traitant pour améliorer la vie à domicile. Elle est dépressive depuis longtemps et présente une maladie de Parkinson. La grille de fragilité est à 15

25 On note un perte d appétit, des chutes fréquentes, une marche et des transferts difficiles, une difficulté sur AIVQ Elle a des aides à domicile pour lever, coucher, repas 3*/ jour, courses, et ménage et promenades Elle gère seule son traitement et l IDEL vient 3*/ semaine pour des pansements.

26 Elle se plaint beaucoup de solitude et sollicite le médecin traitant très souvent. Le projet entrée en EHPAD se fait jour. Mais il fait l objet de grandes hésitations, virevoltes de Mme. 6 mois après l interpellation du Réseau, Mme B. entre en hébergement permanent sans être sure d y rester.

27 Mais Mme B. aura eu besoin d un accompagnement assez important tant sur la préparation d entrée en EHPAD que de la transmission de «témoin» avec l équipe. Mme appelait souvent le Réseau pour des questions d ordre matériel. Nous n avons plus de nouvelles de cette dame depuis 1 an.

28 Quelques réflexions L entrée en EHPAD est un long processus de la personne concernée mais aussi de son entourage, Entrer en EHPAD, mais pour quoi? Ce lieu qui est encore assorti de terribles représentations

29 Entrer en EHPAD? Le plus tard possible. Pourtant. Entrer en EHPAD au dernier moment n est certainement pas gage de trouver l équilibre et l épanouissement qu on peut y trouver Le recours à un va-et-vient entre domicile historique et EHPAD permet d éroder ces représentations et de voir que dans un EHAPD, on y vit aussi en attendant le dernier souffle

30 Un lieu où la personne finira sa vie. Cet EHPAD, c est l ultime étape dans la vie, c est l ultime étape du parcours résidentiel L EHPAD, c est là aussi où se canalisera toute l amertume de la vie Sans parler de la parfois nécessaire contribution financière des enfants et petits enfants

31 Je vous remercie pour votre attention

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes

L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes L enjeu du partage d information dans la coordination des parcours de santé complexes Dr Eric KILEDJIAN Chef de projet Territoire de Soins Numérique, organisations et systèmes d information Directeur de

Plus en détail

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT

LE JUSTE TEMPS DU PLACEMENT Les limites du maintien à domicile M me Corine Ammar Scemama, médecin psychiatre. M lle Faustine Viailly, psychologue spécialisée en gérontologie. M Benoît Michel, étudiant en psychologie. Le maintien

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014

RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 RAPPORT D ACTIVITE La Maison de l Automne Anne e 2014 La maison de l Automne se veut être un lieu de vie, et depuis sa création, n a de cesse de repenser ses actions afin d apporter des réponses adaptées

Plus en détail

LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD

LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD LES MODES D ACCUEIL EN EHPAD CONSTANCE NEYEN C ENTRE HOSPITALIER DE S EDAN JOURNÉE RÉGIONALE 0 1 OC TOBRE 2 015 PARCOURS DE SANTÉ DES P ERSONNES ÂGÉES EN RISQUE DE P ERTE D AUTONOMIE L EHPAD DE GLAIRE

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Plateforme d accompagnement et de répit Alzheimer JUILLET 2012

Plateforme d accompagnement et de répit Alzheimer JUILLET 2012 Plateforme d accompagnement et de répit Alzheimer JUILLET 2012 o Association d entraide Anne de Melun : EHPAD, EHPA et Accueil de Jour o Hôpital intercommunal du Baugeois Vallée : service de soins de suite

Plus en détail

Maison du développement Kérantour 22 740 Pleudaniel 02 96 55 50 15

Maison du développement Kérantour 22 740 Pleudaniel 02 96 55 50 15 Maison du développement Kérantour 22 740 Pleudaniel 02 96 55 50 15 Le Comité d entraide de la Presqu île est une association créée en 1977 qui permet aux personnes âgées, handicapées ou malades de continuer

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Atelier de retour d expérience n 2

Atelier de retour d expérience n 2 Atelier de retour d expérience n 2 Amélioration du service rendu aux personnes âgées en perte d'autonomie et optimisation de l'organisation de l'offre de soins et de services Béatrice Lorrain Pilote MAIA

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile

LIVRET D ACCUEIL. maintien à domicile personnes âgées - handicapées. Aide à domicile C E N T R E C O M M U N A L A C T I O N S O C I A L E LIVRET D ACCUEIL maintien à domicile personnes âgées - handicapées Aide à domicile Portage de repas Téléalarme 1 SOMMAIRE AVANT-PROPOS L aide à domicile

Plus en détail

Centre d'assistance aux Toxicomanes

Centre d'assistance aux Toxicomanes ::::: ::::: Centre d'assistance aux Toxicomanes Dans l Arrondissement de Villaverde a lieu depuis 2008 un projet multidisciplinaire sous une approche intégrée dans le cadre de l Initiative URBANA et cofinancé

Plus en détail

Plan Personnalisé de Santé

Plan Personnalisé de Santé Plan Personnalisé de Santé Le PPS est rédigé par l infirmière coordinatrice en concertation avec la personne et/ou son aidant référent RPA et les différents intervenants. Validé par le médecin traitant,

Plus en détail

LAB. Le numérique et la coordination des soins à domicile

LAB. Le numérique et la coordination des soins à domicile LAB Le numérique et la coordination des soins à domicile Bernard BRICHON Directeur Projets innovation - Groupe ACPPA Véronique CHIRIE Directrice du TASDA Nathalie MOURET Directrice régionale de Bluelinea

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

LES LOGIQUES D ACTIONS DES PARTENAIRES A L EPREUVE DU TERRAIN TEMOIGNAGE

LES LOGIQUES D ACTIONS DES PARTENAIRES A L EPREUVE DU TERRAIN TEMOIGNAGE LES LOGIQUES D ACTIONS DES PARTENAIRES A L EPREUVE DU TERRAIN TEMOIGNAGE 1 D. I.U. GESTIONNAIRE DE CAS 31 JANVIER 2012 CLAIRE ASTIER PILOTE MAIA PARIS 20 BÉATRICE LORRAIN PILOTE MAIA 68 PLAN NATIONAL ALZHEIMER

Plus en détail

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté

FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté FICHE 3 Davantage de soutien à domicile et de services dans la communauté Le soutien à domicile est toujours la première option considérée lorsqu une personne âgée se retrouve en perte d autonomie et qu

Plus en détail

Soutien au domicile et aide aux aidants

Soutien au domicile et aide aux aidants Soutien au domicile et aide aux aidants Vivre à domicile nécessite parfois quelques ajustements lorsque l avancée en âge ou des problématiques de santé compliquent le quotidien. La résidence Le Parc de

Plus en détail

SITUATION FAMILIALE COMPLEXE EN SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION : COMMENT ACCOMPAGNER?

SITUATION FAMILIALE COMPLEXE EN SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION : COMMENT ACCOMPAGNER? SITUATION FAMILIALE COMPLEXE EN SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION : COMMENT ACCOMPAGNER? Modifiez le style des sous-titres du masque Muriel MAZIN, Conseillère en économie sociale et familiale Centre Médical

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30

Troisième COPIL PAERPA. Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA Mardi 16 décembre 2014 14h30 16h30 Troisième COPIL PAERPA 16 décembre 2014 Ordre du jour Introduction Gilles Echardour, Délégué territorial de Paris Les actions PAERPA 1. Conventionnements

Plus en détail

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave.

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave. CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES EN SOINS PALLIATIFS DE LA REGION CENTRE DREUX CHARTRES LA LOUPE 28 45 MONTARGIS ORLEANS SULLY/LOIRE VENDÔME BLOIS TOURS LUYNES 41 CHINON VIERZON 37 BOURGES LIVRET D INFORMATIONS

Plus en détail

«Les limites du maintien à domicile»

«Les limites du maintien à domicile» «Les limites du maintien à domicile» Docteur Jacques Lacharme Madame Pottier Docteur Houria Bouam Mesdames Berthiot et Genotte 22 ème Journée Gérontologique le 09 octobre 2014 1 Les limites de l aidé GROUPEMENT

Plus en détail

Vivre à plus de 95 ans : étude de 4 cas présentant le caractère multiforme de l accompagnement au grand âge. Frédéric Balard

Vivre à plus de 95 ans : étude de 4 cas présentant le caractère multiforme de l accompagnement au grand âge. Frédéric Balard Vivre à plus de 95 ans : étude de 4 cas présentant le caractère multiforme de l accompagnement au grand âge Frédéric Balard Introduction : Au cours de mon travail sur les facteurs familiaux de la longévité,

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements

NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements NOS AÎNÉS FRAGILISÉS EN MAISON DE RETRAITE MÉDICALISÉE : une vie de mouvements Présentation de la 1 ère étude française quantifiant l importance des transferts hospitaliers dans les maisons de retraite

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS

CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS CONSEILS AUX AIDANTS : ADOPTER LA BONNE ATTITUDE et PRESERVEZ VOUS 1. Bien communiquer avec la personne atteinte de la maladie d Alzheimer Même si la personne malade semble se désintéresser de son entourage,

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l autonomie des personnes handicapées

Plus en détail

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA

PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA PRESENTATION «PARCOURS DE SANTE DE LA PERSONNE ÂGEE DANS LE VITRYAT» Jeudi 01 octobre 2015 Eric CLOZET, Jean-Philippe MAURELET ARS CA Ordre du jour Rappels du contexte et de la phase diagnostic Présentation

Plus en détail

L action sociale du Groupe AGRICA présent à vos côtés dans les moments difficiles

L action sociale du Groupe AGRICA présent à vos côtés dans les moments difficiles L action sociale du Groupe AGRICA présent à vos côtés dans les moments difficiles Parce que personne n est à l abri d un coup dur, vous pouvez compter sur l action sociale du Groupe AGRICA «J ai dû envoyer

Plus en détail

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne

L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne L exercice coordonné en soins de 1 er recours en Bourgogne 1 Stratégie régionale de l Agence Pourquoi un référentiel? Consolider l offre de santé coordonnée déjà en place Impulser et développer l exercice

Plus en détail

Programme des formations 2015

Programme des formations 2015 Programme des formations 2015 Intervenant(e)s et encadrant(e)s des services à domicile est la plateforme des services à la personne du département de la Seine-Saint-Denis. Elle regroupe 92 structures (associations,

Plus en détail

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?

SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? Des services et du soutien dans les communautés pour les personnes touchées par la maladie d Alzheimer/maladies apparentées RÉDIGÉ PAR Mme Magalie

Plus en détail

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN

LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN LA SANTÉ ET LA PRÉCARITÉ UN NÉCESSAIRE TRAVAIL EN RÉSEAUX! Intervention DU «santé précarité» Vendredi 11 janvier 2013 de 11H à 13H Marina LAZZARI coordinatrice du réseau Santé Solidarité Lille Métropole

Plus en détail

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR L'exemple des résidences Docteur Linda BENATTAR Directrice médicale Orpea Maison de la Chimie 15 avril 2010 CONSTAT : avant les PASA / UHR

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution?

Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Soins et Hospitalisation à domicile: panacée, mythe ou révolution? Enjeux et aspects économiques des soins à domicile Miloud Kaddar Économiste de la santé, Consultant International mkaddar@hotmail.com

Plus en détail

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation)

PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE. Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE Commission paritaire des infirmiers du 24 février 2014 (Extrait de la présentation) PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT RETOUR A DOMICILE LE DISPOSITIF Le PRADO s inscrit

Plus en détail

Service de Soins Infirmiers. À Domicile

Service de Soins Infirmiers. À Domicile Service de Soins Infirmiers À Domicile MUTUALITÉ FRANÇAIS E HAUTE LOIRE SOMMAIRE I. Qu est-ce qu un SSIAD? 1. Définition 2. Le SSIAD dans la Mutualité Française Haute Loire 3. Objectif II. Fonctionnement

Plus en détail

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy

réseau gérard cuny Malzéville Maxéville Pulnoy Saulxures-lès-Nancy Seichamps Tomblaine Vandœuvre-lès-Nancy Villers-lès-Nancy Art-sur-Meurthe Dommartemont Essey-lès-Nancy Fléville-devant-Nancy Heillecourt Houdemont Jarville-la-Malgrange Laneuveville-devant-Nancy Laxou Ludres Malzéville Maxéville Nancy Pulnoy Saint-Max Saulxures-lès-Nancy

Plus en détail

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS

Appel à candidature. Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie. Document n ARS/AAC/DAMS Appel à candidature Plateformes de services médico-sociaux en faveur des personnes âgées en risque de perte d autonomie Document n ARS/AAC/DAMS Contexte Les besoins à satisfaire et les orientations du

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

LIVRET DE LA BIENTRAITANCE

LIVRET DE LA BIENTRAITANCE LIVRET DE LA BIENTRAITANCE EHPAD «Les Jardins du Castel» 12 rue Alexis Garnier 35410 Châteaugiron Mise à jour : 2 janvier 2012 1 Mesdames, Messieurs, Vous avez entendu parler de maltraitance en institution

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Les réseaux de santé de Seine et Marne

Les réseaux de santé de Seine et Marne Les réseaux de santé de Seine et Marne Ressources utiles aux libéraux Julien Blandin, coordonnateur réseau AVIH Dr Martine Cholin, médecin coordonnateur réseau UNI K Présentation 11 réseaux de santé actifs

Plus en détail

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A

GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A GERER LE POSSIBLE en Soins Palliatifs la nuit, à domicile. La collaboration interprofessionnelle. Atelier A Référents: Mmes Sonia Vrtacic, infirmière spéc. en oncologie et SP, membre de l EMSP Voltigo,

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE

L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE L HOSPITALISATION A DOMICILE EN ILE DE FRANCE ASSOCIATION PARTICIPANT AU SERVICE PUBLIC HOSPITALIER 15 Quai de Dion Bouton 92816 PUTEAUX Cedex www.santeservice.asso.fr Qu est-ce que l hospitalisation à

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

et maladies apparentées

et maladies apparentées et maladies apparentées 02/03 Sommaire Préface Préface du médecin directeur. 03 Informations sur la maladie. 04 Objectifs de l esa.. 05 L équipe médicale, ses compétences... 06 La charte Alzheimer 08 témoignage

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Action 1 : Améliorer l accessibilité à l offre de soins pour les personnes âgées et personnes en situation de handicap isolées notamment

Plus en détail

Docteur Michel Legmann

Docteur Michel Legmann 1 Docteur Michel Legmann Président Mme Nora BERRA Secrétaire d Etat aux Aînés 55 rue Saint Dominique 75007 PARIS Nos références à rappeler sur tout échange de correspondance ML/FJ/np/Exercice professionnel

Plus en détail

Le meilleur chemin pour nous contacter?

Le meilleur chemin pour nous contacter? Le meilleur chemin pour nous contacter? Vous avez des questions sur les soins à domicile? Vous avez besoin de services ou de soins particuliers? N hésitez pas à nous contacter pour trouver ensemble la

Plus en détail

Des psys à l hôpital général

Des psys à l hôpital général Des psys à l hôpital général Dr Fabrice BOYER psychiatre Praticien Hospitalier Unité de Psychiatrie d Urgence et de Liaison (UPUL) Hôpital Saint Joseph Saint Luc Parcours personnel - Ancien interne des

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande Vieillir et s épanouir en Pays de Redon AIDER UN PROCHE ÂGÉ Charteterritoriale En France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche âgé. La présence d un aidant constitue souvent une condition

Plus en détail

17éme Comité de suivi du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Vendredi 28 juin 2013

17éme Comité de suivi du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Vendredi 28 juin 2013 COMPTE-RENDU 17éme Comité de suivi du plan Alzheimer et maladies apparentées 2008-2012 Vendredi 28 juin 2013 Introduction par Geneviève Gueydan, conseillère politique de solidarité et du logement du président

Plus en détail

Au quotidien, votre mutuelle vous aide, vous accompagne et vous conseille.

Au quotidien, votre mutuelle vous aide, vous accompagne et vous conseille. 200 ml 180 150 120 90 60 30 Au quotidien, votre mutuelle vous aide, vous accompagne et vous conseille. Hospitalisation soudaine, immobilisation au domicile, naissance Parce que l on se trouve vite désemparé

Plus en détail

Quelles politiques publiques face à la vieillesse et à la perte d autonomie?démographie vieillissement.docx

Quelles politiques publiques face à la vieillesse et à la perte d autonomie?démographie vieillissement.docx Quelles politiques publiques face à la vieillesse et à la perte d autonomie?démographie vieillissement.docx Espérance de vie à la naissance et à 60 ans (source :INSEE, France, portrait social-2014) années

Plus en détail

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE

Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins de mai 2007 Docteur Irène Kahn-Bensaude Quelques réflexions sur le PLAN PSYCHIATRIE ET SANTÉ MENTALE Le plan psychiatrie et

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA VIE PRIVEE 0 Page2 Sommaire Le droit au respect de la vie privée des personnes hospitalisées et des personnes prises en charge dans des structures médico-sociales... 3 Qu

Plus en détail

INFOS CODERPA 49. Édito 2013 - N 3 SOMMAIRE :

INFOS CODERPA 49. Édito 2013 - N 3 SOMMAIRE : INFOS CODERPA 49 Édito 2013 - N 3 SOMMAIRE : La Semaine Bleue... p. 2 Dispositif MAIA... p. 3 L accueil de jour... p. 4 Tarification des EHPAD : comment ça marche?... p. 9 LE CODERPA, instance consultative

Plus en détail

Equipe Spécialisée Alzheimer Règlement de Fonctionnement

Equipe Spécialisée Alzheimer Règlement de Fonctionnement Equipe Spécialisée Alzheimer Règlement de Fonctionnement 13/14 Sommaire 1. Dispositions générales... 4 1.1. Présentation de l Equipe Spécialisée Alzheimer (ESA)... 4 1.2. Missions de l ESA... 4 1.3. Financement...

Plus en détail

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch

CHARTE DES CMS. www.avasad.ch CHARTE DES CMS www.avasad.ch ÉDITORIAL Vous avez entre les mains la nouvelle charte des Centres médico-sociaux (CMS). Ce document de référence, validé par le Conseil d Etat le 13 avril 2011, fonde la relation

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE DEMANDE DE LITS HALTE SOINS SANTE?

COMMENT FAIRE UNE DEMANDE DE LITS HALTE SOINS SANTE? Présentation Doc 1 : comment faire une demande de LHSS? Doc 2 : fiche de demande de LHSS Doc 3 : comment faire une demande de LAM? Doc 4 : fiche de demande de LAM COMMENT FAIRE UNE DEMANDE DE LITS HALTE

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

L EHPAD Bellevue est un lieu où va se dérouler une partie de l existence de la personne âgée.

L EHPAD Bellevue est un lieu où va se dérouler une partie de l existence de la personne âgée. EHPAD SAINT MENS INTRODUCTION : L EHPAD Bellevue est un lieu où va se dérouler une partie de l existence de la personne âgée. Ce temps de vie est souvent de plusieurs mois voire plusieurs années. Nous

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

EHPAD : Résidants, familles, personnels,

EHPAD : Résidants, familles, personnels, EHPAD : Résidants, familles, personnels, C O M M U N I C A T I O N & G E S T I O N D E S C O N F L I T S Gulliver : Organisme de formation : enregistré le 16 octobre 2000 en Préfecture de Région sous le

Plus en détail

Filière de soins. Chapitre 21. Points essentiels F. DUQUESNE

Filière de soins. Chapitre 21. Points essentiels F. DUQUESNE Chapitre 21 Filière de soins F. DUQUESNE Points essentiels Une filière de soins est la trajectoire de soins empruntée par le patient. Un réseau de soins est une offre multidisciplinaire coordonnée et organisée

Plus en détail

Les outils SI au service du parcours de santé

Les outils SI au service du parcours de santé Les outils SI au service du parcours de santé (atelier 3) Emilie DELAGE, Sage-Femme coordinatrice de réseau de périnatalité 92 Sud Isabelle LEROUX, Directrice de projet au GCS-DSISIF Aurélie MISME, Médecin

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales :

Réseau Santé Bucco-Dentaire. Handicap. Le Réseau poursuit 5 objectifs basés sur ses valeurs fondamentales : Réseau Santé Bucco-Dentaire & Handicap Rhône-Alpes Le RÉSEAU SANTE BUCCO-DENTAIRE & HANDICAP RHÔNE ALPES, association loi 1901. Faciliter l accès aux soins bucco-dentaires des personnes en situation de

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Plan L ÉVALUATION. Charge en soins. Les Soins palliatifs au domicile

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Plan L ÉVALUATION. Charge en soins. Les Soins palliatifs au domicile SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Mars 2013 Plan Les soins palliatifs au domicile Les réseaux de soins palliatifs Un cas clinique Les soins palliatifs en

Plus en détail

Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER. Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00

Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER. Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00 Service de Soins Infirmiers A Domicile LIVRET D ACCUEIL DE L USAGER Hôpital de Banon Route de Forcalquier BP 7 04150 BANON 04 92 73 21 00 Vous avez fait appel au Service de Soins Infirmiers à Domicile

Plus en détail

Livret d accueil. Centre d Accueil de Jour «L INTERVALLE» : 02.47.42.43.43 @ : lintervalle.belair@croix-rouge.fr

Livret d accueil. Centre d Accueil de Jour «L INTERVALLE» : 02.47.42.43.43 @ : lintervalle.belair@croix-rouge.fr Bel-Air 37390 La Membrolle-sur-Choisille «L INTERVALLE» Livret d Accueil : 02.47.42.43.43 @ : lintervalle.belair@croix-rouge.fr 1 Sommaire Introduction -----------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

La prise en charge des personnes âgées

La prise en charge des personnes âgées La prise en charge des personnes âgées Le projet ADMR L ADMR met en place et gère des services de maintien à domicile afin de répondre aux besoins de la population locale : personnes seules, familles,

Plus en détail

Découvrir TREFLES en quelques mots...

Découvrir TREFLES en quelques mots... Découvrir TREFLES en quelques mots... Toxicomanie Réseau En Flandres Lys Et Santé Constitution de l association : Novembre 1997 Améliorer la qualité de l accompagnement des personnes en difficulté de santé

Plus en détail

PAPOT AGE. Réseau de bénévoles faisant des visites chez des personnes âgées qui se sentent isolées. GARDE ITINÉRANTE DE NUIT ET COUCHERS TARDIFS

PAPOT AGE. Réseau de bénévoles faisant des visites chez des personnes âgées qui se sentent isolées. GARDE ITINÉRANTE DE NUIT ET COUCHERS TARDIFS Rester chez soi : un choix possible grâce à des actions innovantes menées par un réseau d acteurs en Pays de Gâtine SOMMAIRE Page 1 État des lieux Les actions Page 2 et 3 PAPOT AGE POUR LE PLAI- SIR D

Plus en détail

Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains. Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013

Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains. Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013 Histoire des soins palliatifs en France et enjeux contemporains Rozenn Le Berre CEM - ICL DUSP 23 janvier 2013 Plan 1) Emergence et développement des soins palliatifs Distinction curable/incurable en questionnement

Plus en détail

«Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins?

«Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins? «Expertise» ViaTrajectoire: comment éviter les ruptures de soins? Dispositif de Coordination de l Aval du court séjour hospitalier du Territoire de santé 1 des Pays de la Loire: La Loire-Atlantique Journées

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DES FAMILLES: PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE A DOMICILE

LA SOUFFRANCE DES FAMILLES: PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE A DOMICILE Intervention dans le cadre du Diplôme Universitaire de Soins Palliatifs Centre d Ethique Médicale - LILLE Le 14 février 2013 LA SOUFFRANCE DES FAMILLES: PRISE EN CHARGE PLURIDISCIPLINAIRE A DOMICILE 1

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures ACTION 1 : coordonner les acteurs du territoire pour prévenir la perte d autonomie Mettre en place un accompagnement par l activité physique

Plus en détail