SYNDICAT MIXTE POUR LA CONSTRUCTION ET LA GESTION DU PARC DES EXPOSITIONS DE LIMOGES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYNDICAT MIXTE POUR LA CONSTRUCTION ET LA GESTION DU PARC DES EXPOSITIONS DE LIMOGES"

Transcription

1 SYNDICAT MIXTE POUR LA CONSTRUCTION ET LA GESTION DU PARC DES EXPOSITIONS DE LIMOGES EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES Modalités de gestion du parc des expositions Les comptes du syndicat comportent fort peu d'opérations, du fait des modalités de la gestion du parc des expositions. La création du syndicat a été autorisée par arrêté du ministre de l'intérieur en date du 27 avril Comme son nom l'indique, l'arrêté précise que "le syndicat a pour objet la construction et la gestion du parc de l'exposition de Limoges". Ses statuts précisent que la construction achevée, "il gérera le parc des expositions et fixera ses conditions d'utilisation". Dès le début, il associait les financeurs de la construction, à savoir la commune de Limoges (50 %), le département de la Haute-Vienne (40 %), la chambre de commerce et d'industrie de Limoges (et de la Haute-Vienne) (7 %), la chambre d'agriculture de la Haute-Vienne (2 %), la chambre de métiers de la Haute-Vienne (1 %). Par convention en date du 23 juillet 1974, la "gestion" du parc a été "confiée" à l'association "Foire-exposition de Limoges et du Limousin" moyennant une "redevance" fixée initialement à 10 F par an (portée par la suite à 30 F à la demande du comptable), donc purement symbolique, "en raison de l'intérêt économique, social et culturel que présentent les manifestations organisées dans ces locaux". En outre, l'association doit rembourser au syndicat les impôts fonciers. Le préambule précise qu'il s'agit de régulariser une situation de fait bien antérieure : "une convention doit intervenir entre les deux organismes afin de déterminer leurs droits respectifs". La convention prenait effet au 1er août 1974 pour une durée de cinq ans et elle était renouvelable par tacite reconduction, ce qui a été le cas depuis et, en dernier lieu, le 31 juillet Elle peut être dénoncée par lettre recommandée avec accusé de réception trois mois avant l'expiration de chaque période annuelle. D'après ses statuts [modifiés en 1999] l'association précitée a pour "but l'organisation [au parc des expositions] de manifestations à caractère économique, commercial, industriel, agricole, artisanal, culturel et sportif". D'après les statuts initiaux, elle était composée de membres de droit, de membres actifs et de membres d'honneur. Les membres de droit étaient les représentants de la ville de Limoges, du département de la Haute-Vienne, de la chambre de commerce et d'industrie de Limoges et de la

2 chambre d'agriculture, les membres actifs étaient des personnes présentées par deux membres de droit et les membres d'honneur étaient désignés par l'assemblée générale pour "services rendus à l'association". Depuis la modification des statuts, il est dit : - qu'elle associe la ville de Limoges, le département de la Haute-Vienne, la chambre de commerce et d'industrie de Limoges et de la Haute-Vienne, la chambre d'agriculture de la Haute-Vienne et la chambre de métiers de la Haute-Vienne, soit désormais exactement les mêmes collectivités et établissements publics que ceux déjà associés dans le syndicat, - et qu'elle est composée de membres actifs représentants les collectivités associées, ainsi que "les personnes prises hors des collectivités et organismes précités qui souhaitent être associées et qui ont été agréées par l'assemblée générale". La composition de ses organes dirigeants a également varié : anciennement le maire de Limoges, le président du conseil général et le président de la chambre de commerce et d'industrie étaient membres de droit du bureau du conseil, alors qu'actuellement ils ne sont plus cités en tant que tels, mais éventuellement en tant que représentants de leurs collectivités, la ville de Limoges assurant la présidence du conseil d'administration et les deux autres organismes la viceprésidence. Actuellement, sept personnes (sur douze dans chaque cas) sont à la fois membres du comité syndical et du conseil d'administration de l'association. De fait, l'association a deux activités distinctes : 1. l'organisation de la foire annuelle ; 2. le reste du temps, la location des locaux à des organisateurs de salons ou de manifestations diverses. Son budget est six fois plus important que celui du syndicat : d'après les comptes de l'exercice clos le 30 septembre 1998, - son chiffre d'affaires a été de ,57 F ( ,78 F l'exercice précédent), - sa trésorerie (solde du compte à la banque populaire du centre) de ,96 F ( ,82 F l'exercice précédent, dont ,85 F de disponibilités et ,97 F de valeurs mobilières de placement) - son bénéfice de ,99 F (64.977,10 F, l'année précédente).

3 L'essentiel de ses recettes provient des droits d'entrée, de la location des locaux et de diverses prestations de service facturées aux exposants ou locataires. Une partie de ses dépenses consiste à rembourser des dépenses engagées par le syndicat : essentiellement des annuités d'emprunts (sans que cela soit prévu par la convention ou un avenant) et, jusqu'à une période récente, le salaire du "commissaire général du palais des expositions". Son statut lui interdit, bien entendu, de distribuer les bénéfices. Ses capitaux propres (réserves + résultat de l'exercice) atteignent ,92 F. La situation ainsi décrite appelle les observations suivantes : Sur la coexistence de deux organismes l'un public, l'autre privé associant les mêmes collectivités Le fait de confier la gestion d'un bien public à une association constituée des mêmes personnes publiques et, majoritairement, des mêmes personnes physiques que le syndicat mixte créé à cet effet, a pour conséquence de permettre auxdites personnes de s'exonérer des règles de la comptabilité publique en dehors du cadre légal de l'économie mixte, lequel supposerait d'ailleurs que les statuts du syndicat soient modifiés et que les collectivités publiques s'associent réellement avec des partenaires privés. Cette situation tend ainsi à contourner les dispositions du Code général des collectivités territoriales qui organisent les modalités de l'association des collectivités publiques concernées, en particulier : - l'article L qui prévoit que l'association prend la forme d'un établissement public, - l'article L qui prévoit l'autorisation par le représentant de l'état d'une telle association et l'approbation des modalités de fonctionnement de l'organisme créé, - l'article L qui prévoit que les comptes et budgets des syndicats ainsi constitués entre collectivités et établissements publics sont justiciables de la chambre régionale des comptes. La chambre régionale des comptes s'interroge sur les motivations du maintien d'un montage déjà ancien dont le principal intérêt apparent est de permettre aux collectivités publiques de conserver, au travers d'une association, le contrôle d'un bien public dont elles pourraient, tout aussi bien, assurer la gestion directe en toute transparence. Son inquiétude ne porte pas sur la possibilité de confier la gestion à une association, mais bien sur le fait de le faire à une association constituée des mêmes personnes publiques et,

4 majoritairement, des mêmes personnes physiques que le syndicat. Sur la convention entre le syndicat et l'association Malgré l'objectif de clarté affiché en préambule, la convention entre le syndicat et l'association, si l'on admet sa validité malgré l'identité de la composition des deux organismes, tient à la fois de la location, du mandat, de la concession d'occupation du domaine public et de la délégation de service public. En pratique, elle ne règle d'ailleurs pas l'ensemble des relations, notamment financières, entre les deux "parties". D'une part, certains "remboursements" non prévus sont effectués. D'autre part, les statuts du syndicat précisent : "Les ressources du syndicat seront constituées par... éventuellement le produit des locations des installations". Or, la convention ne dit rien d'explicite ni sur l'affectation des recettes provenant de la location, ni sur les modalités du compte-rendu de la gestion, ni sur le reversement des reliquats éventuels. De plus, certaines dispositions ne sont pas mises en ouvre comme celles prévues au dernier alinéa de l'article 2 qui prévoyait : "Les conditions d'utilisation du parc des expositions... seront reconsidérées tous les cinq ans en fonction des résultats financiers de la gestion confiée à l'association". Dans ces conditions, le caractère symbolique de la redevance versée au syndicat en fait une subvention déguisée à l'association et indirectement aux usagers du parc. L'octroi de telles conditions est d'ailleurs explicitement interdit s'agissant des biens de l'état par l'article R. 56 du Code du domaine de l'état qui précise : "Toute redevance stipulée au profit du Trésor doit tenir compte des avantages de toute nature procurés au concessionnaire." Au cas particulier, l'avantage est d'autant plus contestable qu'il est consenti à une association composée des collectivités publiques qui l'octroient. Sur les modalités de la délégation Nonobstant ses ambiguïtés, le principal objet de la convention est la délégation de la gestion du parc des expositions. La chambre ne doute pas que cette convention pourrait être considérée comme organisant la

5 délégation d'un service public. Or, les modalités de la délégation des services publics locaux sont définies par le Code des marchés publics (dans certains cas fixés par la jurisprudence du Conseil d'état) et par le livre IV de la première partie du Code général des collectivités territoriales, en grande partie issu de la loi n du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques. La chambre estime que le renouvellement de la convention par tacite reconduction depuis plus de 25 ans (au moins 26, voire 30) ne respecte pas la publicité préalable et la limitation de la durée voulues par la nouvelle réglementation, même si certaines dispositions ne sont applicables qu'aux conventions "dont la signature est intervenue à compter du 31 mars 1993" (article L du Code général des collectivités territoriales). Il est d'ailleurs de jurisprudence constante que la tacite reconduction n'entraîne pas la prorogation du contrat primitif mais donne naissance à une convention nouvelle. On pourrait donc considérer que, même s'il n'a pas effectivement été "signé", le nouveau contrat né de la reconduction tacite suivant la date visée par le Code général des collectivités territoriales a été conclu après cette date. En outre, deux avenants ont bien été signés après 1993 et un autre aurait dû l'être pour donner une base "aux remboursements" effectués par l'association. Pour toutes ces raisons, la chambre régionale des comptes engage le syndicat à revoir les modalités de la gestion du parc des expositions de Limoges, soit dans le sens d'une délégation à un organisme réellement indépendant du syndicat, soit dans le sens d'une gestion directe si les collectivités ayant créé le syndicat et ayant financé la construction du parc souhaitent continuer à en maîtriser la gestion. Dans ce dernier cas, l'attention du comité syndical est appelée sur les nouvelles dispositions introduites par la loi n du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, tendant à faciliter la gestion directe des services publics notamment par les syndicats mixtes, ainsi que le transfert de l'objet et des moyens d'une association à une collectivité publique (articles 62 et suivants). La chambre régionale des comptes prend note que le syndicat mixte va engager prochainement une réflexion afin de déterminer dans quelles conditions pourrait être assurée une gestion du parc tenant compte de ses observations. Délibéré par la chambre le 19 septembre Le Président M. VILTARD

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy LE STATUT FISCAL DE L ORDRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy Session de formation Tours Les 4, 5 et 6 juin 2015 I) FONCTIONS ET ACTIVITES

Plus en détail

Décret n 77-934 du 27 juillet 1977 (J.O. du 18 août)

Décret n 77-934 du 27 juillet 1977 (J.O. du 18 août) G bordereau insc ct hypo g) Décret n 77-934 du 27 juillet 1977 (J.O. du 18 août) Art 1er. Dans les limites et conditions fixées par le présent décret, des prêts aidés par l'etat peuvent être accordés pour

Plus en détail

C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE

C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE ENTRE : Le Département du GERS représenté par Monsieur Jean-Pierre PUJOL, Président du Conseil Général,

Plus en détail

Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994

Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994 Sur http://www.amue.fr/textesref/textesref.asp?id=2 Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994 Le décret dont relèvent les universités (loi 1984) pour leur régime budgétaire,

Plus en détail

Created by Neevia Personal Converter trial version http://www.neevia.com Created by Neevia Personal Converter trial version

Created by Neevia Personal Converter trial version http://www.neevia.com Created by Neevia Personal Converter trial version PREMIER MINISTRE Conseil National de la Vie Associative AVIS RELATIF AU PROJET D'INSTRUCTION FISCALE DE SYNTHESE Adopté en séance plénière Le 6 octobre 2005 Created by Neevia Personal Converter trial version

Plus en détail

«OPERATION D AMENAGEMENT D UNE ZONE A VOCATION D HABITAT SUR LE SECTEUR DE LA TRESORERIE A RESSONS LE LONG» CONCESSION D AMENAGEMENT.

«OPERATION D AMENAGEMENT D UNE ZONE A VOCATION D HABITAT SUR LE SECTEUR DE LA TRESORERIE A RESSONS LE LONG» CONCESSION D AMENAGEMENT. Commune de Ressong-le-Long Société d Equipement du Département de l Aisne «OPERATION D AMENAGEMENT D UNE ZONE A VOCATION D HABITAT SUR LE SECTEUR DE LA TRESORERIE A RESSONS LE LONG» CONCESSION D AMENAGEMENT

Plus en détail

(inséré par Décret nº 2001-655 du 20 juillet 2001 art. 1 III Journal Officiel du 22 juillet 2001)

(inséré par Décret nº 2001-655 du 20 juillet 2001 art. 1 III Journal Officiel du 22 juillet 2001) CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) Section 1 : Dispositions générales Article R452-1 La caisse de garantie du logement locatif social, établissement

Plus en détail

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières.

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Vu l'article 68 de la Constitution ; ALBERT II PAR LA GRACE DE

Plus en détail

Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux

Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux Questionnaire fiscal Questionnaire à remplir par l'organisme qui demande à connaître son régime fiscal au regard des impôts commerciaux (Nos commentaires sont en italiques) I - RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

Plus en détail

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues.

La Chambre s'est de nouveau réunie le 12 décembre 2000 pour examiner le rapport du magistrat sur les réponses obtenues. LOD N 00/07 Nouméa, le 14 décembre 2000 Organisme : Office Territorial de Retraites des Agents Fonctionnaires (OTRAF) Examen de la gestion Exercices : 1996 et suivants OBSERVATIONS DEFINITIVES 0. - INTRODUCTION

Plus en détail

LES BLOUSES ROSES ANIMATION LOISIRS A L'HOPITAL A.L.H Association reconnue d'utilité publique Siège social : 5 rue Barye 75017 PARIS

LES BLOUSES ROSES ANIMATION LOISIRS A L'HOPITAL A.L.H Association reconnue d'utilité publique Siège social : 5 rue Barye 75017 PARIS LES BLOUSES ROSES ANIMATION LOISIRS A L'HOPITAL A.L.H Association reconnue d'utilité publique Siège social : 5 rue Barye 75017 PARIS STATUTS 6 12 2007 I - Présentation de l'association Préambule : Constitution

Plus en détail

PARTIE LEGISLATIVE DEUXIEME PARTIE : TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE LIVRE IER : SYSTEME DE TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE

PARTIE LEGISLATIVE DEUXIEME PARTIE : TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE LIVRE IER : SYSTEME DE TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE PARTIE LEGISLATIVE DEUXIEME PARTIE : TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE LIVRE IER : SYSTEME DE TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE TITRE IV : ENTREPRISES DE TRANSPORT FERROVIAIRE OU GUIDE Chapitre Ier : SNCF Mobilités

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016 Ce dossier doit être utilisé par toute association sollicitant une subvention auprès de la Ville de Sainte-Foylès-Lyon. Il concerne le financement du fonctionnement

Plus en détail

Aide spécifique rythmes éducatifs JANVIER 2016 1/9

Aide spécifique rythmes éducatifs JANVIER 2016 1/9 Aide spécifique rythmes éducatifs JANVIER 2016 1/9 2/9 Article 1 : Les objectifs poursuivis par 1'«aide spécifique rythmes éducatifs». Dans le cadre de leur politique en direction des temps libres des

Plus en détail

Agence technique départementale au service des collectivités territoriales du Nord STATUTS

Agence technique départementale au service des collectivités territoriales du Nord STATUTS Agence technique départementale au service des collectivités territoriales du Nord STATUTS MODIFIES PAR L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE DU 23 MAI 2005 MODIFIES PAR L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE

Plus en détail

développement de l'action culturelle de TOULOUSE (ASCODE), dont vous

développement de l'action culturelle de TOULOUSE (ASCODE), dont vous N/Réf. : GO927201 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle de l'association pour la coordination et le développement de l'action culturelle de TOULOUSE (ASCODE), dont vous avez été informé par

Plus en détail

Dossier de demande de subvention 2016. (financière et/ou en nature) Nom de l'association : Montant de la subvention demandée : IMPORTANT

Dossier de demande de subvention 2016. (financière et/ou en nature) Nom de l'association : Montant de la subvention demandée : IMPORTANT Dossier de demande de subvention 2016 (financière et/ou en nature) Nom de l'association : Montant de la subvention demandée : Détail (fonctionnement, déplacement, vacation) : IMPORTANT Les dossiers de

Plus en détail

Décret n relatif à. NOR :

Décret n relatif à. NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi et de la santé Décret n relatif à. du NOR : Publics concernés : xxxxxxxxxxxxxxx. Objet : xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Entrée en vigueur : xxxxxxxxxxxxxxxx.

Plus en détail

MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS

MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS 31 OCTOBRE 2014 MUTUALISATION DES SERVICES ET DES MOYENS La mutualisation des services et des moyens recoupe différents dispositifs tendant à la rationalisation des dépenses et à la réalisation d économies

Plus en détail

PROJET DE LOI. portant règlement définitif du budget de 1960. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification, en première

PROJET DE LOI. portant règlement définitif du budget de 1960. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification, en première PROJET DE LOI N 54 adopté le 4 juillet 1963. SÉNAT 2* SESSION ORDINAIRE DE 1962-1963 PROJET DE LOI portant règlement définitif du budget de 1960. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté sans modification,

Plus en détail

Décision n 2011 634 DC. Dossier documentaire

Décision n 2011 634 DC. Dossier documentaire Décision n 2011 634 DC Loi fixant le nombre des conseillers territoriaux de chaque département et de chaque région (2) Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2011 Sommaire I.

Plus en détail

DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche.

DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche. DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche. NOR: MENX0600086D Version consolidée au 26 mars 2014 Le Président de la République,

Plus en détail

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise.

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Textes Juridiques Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Le Président de la République, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales)

(articles L. 1612-2 et L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales) CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 11 juin 2009 AVIS n 09-CB-08 SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE LA REGION DU BAZOIS (département de la Nièvre) BUDGET 2009 (articles

Plus en détail

Par suite, les emprunts et les lignes de trésorerie sont clairement hors champ d application du Code des marchés publics.

Par suite, les emprunts et les lignes de trésorerie sont clairement hors champ d application du Code des marchés publics. La décision de recours à l emprunt Le recours à l emprunt n est pas soumis au code des marchés publics. En effet, le décret n 2005-601 du 27 mai 2005 portant Code des marchés publics indique : " les dispositions

Plus en détail

SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF

SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF 13 SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE CHAPITRE

Plus en détail

STATUTS I - BUT DE LA FONDATION D'ENTREPRISE

STATUTS I - BUT DE LA FONDATION D'ENTREPRISE FONDATION D'ENTREPRISE GENAVIE Fondation d'entreprise régie par la loi n 90-559 du 4 juillet 1990 Siège social : Centre hospitalier de NANTES (Loire-Atlantique) ----------------------------------- STATUTS

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social

PROJET DE LOI. relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement PROJET DE LOI relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production

Plus en détail

CONVENTION VILLE D'ANGOULEME / JSA GYMNASTIQUE. EXPLOITATION DES MOYENS PUBLICITAIRES dans le GYMNASE MARIO ROUSTAN -------------------------

CONVENTION VILLE D'ANGOULEME / JSA GYMNASTIQUE. EXPLOITATION DES MOYENS PUBLICITAIRES dans le GYMNASE MARIO ROUSTAN ------------------------- CONVENTION VILLE D'ANGOULEME / JSA GYMNASTIQUE EXPLOITATION DES MOYENS PUBLICITAIRES dans le GYMNASE MARIO ROUSTAN ------------------------- Entre les soussignés : La Ville d'angouleme Représentée par

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

Monsieur Gérard BETTANT. Président du District de Belley. 34 Grande rue 01 300 BELLEY. Monsieur le Président,

Monsieur Gérard BETTANT. Président du District de Belley. 34 Grande rue 01 300 BELLEY. Monsieur le Président, Monsieur Gérard BETTANT Président du District de Belley 34 Grande rue 01 300 BELLEY Monsieur le Président, Par lettre citée en référence, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de

Plus en détail

Annexe Rapport 11. Entre

Annexe Rapport 11. Entre Annexe Rapport 11 CONVENTION FINANCIERE POUR LE VERSEMENT D'UNE DOTATION ANNUELLE A «XXXXX» DANS LE CADRE DE L'EXPERIMENTATION ENGAGEE PAR LE CONSEIL GENERAL DES PYRENEES-ORIENTALES SUR LES SERVICES D'AIDE

Plus en détail

Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006

Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006 CODE GENERAL DES IMPOTS, CGI Article 31 Version : Loi nº 2006 872 du 13 juillet 2006 art. 39, art. 40, art. 46 Journal Officiel du 16 juillet 2006 I. Les charges de la propriété déductibles pour la détermination

Plus en détail

Le prix de revient prévisionnel de cette opération est estimé à : - Travaux 157.349 - Honoraires et divers 18.291 TOTAL 175.640

Le prix de revient prévisionnel de cette opération est estimé à : - Travaux 157.349 - Honoraires et divers 18.291 TOTAL 175.640 GARANTIE D'EMPRUNT N 2005-63 CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE CHALONS-EN-CHAMPAGNE --- SEANCE PUBLIQUE DU 24 MARS 2005 27/ S.A D'H.L.M "DES REGIONS DU NORD ET DE L'EST" REHABILITATION DE 6 LOGEMENTS SITUES 33

Plus en détail

Au 31 décembre 1996, l'office gérait 2.375 logements, dont 1.401 collectifs (59 %) et 974 (41 %) maisons individuelles.

Au 31 décembre 1996, l'office gérait 2.375 logements, dont 1.401 collectifs (59 %) et 974 (41 %) maisons individuelles. OFFICE PUBLIC D'HABITATIONS A LOYER MODERE DE LA CORREZE EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Données générales et situation financière : Au 31 décembre 1996, l'office gérait 2.375 logements,

Plus en détail

TITRE I Constitution - Objet - Siège social - Durée

TITRE I Constitution - Objet - Siège social - Durée Statuts de l Association FEDERATION AQUITAINE des MAISONS et POLES de SANTE PLURIPROFESSIONNELS «FAMPoS» Adoptés par l AG constitutive du 29 Juin 2013 -------------- Art. 1 - Constitution TITRE I Constitution

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2009/3 Traitement comptable des subsides en capital dont l octroi et/ou le paiement sont échelonnés sur plusieurs années Avis du 11 février 2009 Mots clés Condition

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION

PROJET DE DELIBERATION PROJET DE DELIBERATION OBJET : GESTION MUNICIPALE - DELEGATION AU MAIRE Secrétariat général RAPPORTEUR : Madame Patricia BORDAS, Premier adjoint Le conseil municipal a la possibilité de déléguer directement

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 DOMICILIATION : OÙ DOMICILIER SON SIÈGE SOCIAL ET QUELLES FORMALITÉS ACCOMPLIR?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 DOMICILIATION : OÙ DOMICILIER SON SIÈGE SOCIAL ET QUELLES FORMALITÉS ACCOMPLIR? DOMICILIATION : OÙ DOMICILIER SON SIÈGE SOCIAL ET QUELLES FORMALITÉS ACCOMPLIR? La domiciliation du siège social Introduction Comme pour les personnes physiques, la société doit avoir un domicile où elle

Plus en détail

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif BUDGETS ET CREDITS COMMENTAIRE DES ARTICLES 14 à 25 ARTICLE 14

Plus en détail

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES

TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES TFB-13 2012 TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES EXONERATION EN FAVEUR DES ENTREPRISES NOUVELLES POUR LES ETABLISSEMENTS QU ELLES ONT CREES OU REPRIS A UNE ENTREPRISE EN DIFFICULTE Code Général des

Plus en détail

Memento budgétaire des collectivités locales

Memento budgétaire des collectivités locales PREFET DE LA HAUTE-MARNE Memento budgétaire des collectivités locales Le calendrier budgétaire Les restes à réaliser La reprises de résultat Vote du compte administratif Vote du Budget Les budgets annexes

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

2 ) BUDGET ASSAINISSEMENT - VOTE DU COMPTE DE GESTION DE L'EXERCICE 2014 :

2 ) BUDGET ASSAINISSEMENT - VOTE DU COMPTE DE GESTION DE L'EXERCICE 2014 : République Française Département du Calvados Commune de LANTHEUIL PROCES-VERBAL DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LANTHEUIL Nombre de membres en exercice : 15 Présents : 11 Votants : 14 Séance

Plus en détail

ANNEXES A LA DELIBERATION

ANNEXES A LA DELIBERATION 2 ANNEXES A LA DELIBERATION 3 CONVENTION TRIPARTITE DE MISE A DISPOSITION D EQUIPEMENTS SPORTIFS COMMUNAUX LYCEE FRANCOIS RABELAIS A DUGNY(93) Entre les soussignés : La ville de Dugny, représentée par

Plus en détail

ASSOCIATIONS PARAMUNICIPALES

ASSOCIATIONS PARAMUNICIPALES ASSOCIATIONS PARAMUNICIPALES PROBLEME Il est tentant pour les communes, en butte à des demandes extrêmement diverses, de recourir à la formule associative pour gérer une activité à caractère social, assurer

Plus en détail

Plan d'épargne d'entreprise du Groupe «COMMISSARIAT A I'ÉNERGIE ATOMIQUE»

Plan d'épargne d'entreprise du Groupe «COMMISSARIAT A I'ÉNERGIE ATOMIQUE» Plan d'épargne d'entreprise du Groupe «COMMISSARIAT A I'ÉNERGIE ATOMIQUE» en application de l'ordonnance 86-113,4 du 21 octobre 1986 modifiée par les lois n 87-416 du 17 juin 1987, n 90-1002 du 7 novembre

Plus en détail

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports.

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports. Décret exécutif n 91-149 du 18 mai 1991 portant réaménagement des statuts de l'entreprise nationale d'exploitation et de sécurité aéronautiques (ENESA) et dénomination nouvelle: Etablissement national

Plus en détail

Convention de portage foncier. Agence foncière de Loire-Atlantique Commune / EPCI de.

Convention de portage foncier. Agence foncière de Loire-Atlantique Commune / EPCI de. Convention de portage foncier Commune / EPCI de. 1 / 9 ENTRE : L, ayant son siège social sis Hôtel du Département 3, quai Ceineray à Nantes, représentée par son Directeur, Monsieur.(nom et prénom), demeurant

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE. Article 1. Composition du Conseil d administration...

RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE. Article 1. Composition du Conseil d administration... RÈGLEMENT INTÉRIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION DE L AGENCE DE L EAU RHIN-MEUSE Article 1. Composition du Conseil d administration...2 Article 2. Présidence et vice-présidence du Conseil d administration...2

Plus en détail

REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES

REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES ANCIENNE CODIFICATION art. R. 714-3-1 Les établissements de santé publics sont soumis

Plus en détail

C O N V E N T I O N. (a) ******************

C O N V E N T I O N. (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département, en vertu de la délibération

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

N 428 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE, DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 18 juin 1992. PROJET DE LOI

N 428 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE, DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 18 juin 1992. PROJET DE LOI N 428 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE, DE 1991-1992 Annexe au procès-verbal de la séance du 18 juin 1992. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE, portant diverses dispositions

Plus en détail

Commune de Cany-Barville EXPLOITATION DES MARCHES ET DES FETES FORAINES. DELEGATION DE SERVICE PUBLIC procédure simplifiée CONVENTION D'EXPLOITATION

Commune de Cany-Barville EXPLOITATION DES MARCHES ET DES FETES FORAINES. DELEGATION DE SERVICE PUBLIC procédure simplifiée CONVENTION D'EXPLOITATION Commune de Cany-Barville EXPLOITATION DES MARCHES ET DES FETES FORAINES DELEGATION DE SERVICE PUBLIC procédure simplifiée CONVENTION D'EXPLOITATION ENTRE LES SOUSSIGNES: La Commune de Cany-Barville, régulièrement

Plus en détail

Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge de jeunesse Adoption de principe

Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge de jeunesse Adoption de principe Communauté d Agglomération du Pays de Morlaix Conseil de Communauté du 02 mai 2005 Nom du Rapporteur : Monsieur Jean-René PERON N : D 05-082 Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge

Plus en détail

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS Homologué par arrêté du 22 janvier 1999 paru au Journal officiel du 2 mars 1999 Modifié par les règlements n 2000-09, 2001-02, 2002-01,

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Logement de fonction 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 1 er octobre 2012 Mise à jour le 10 décembre

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 METTRE EN GÉRANCE UN FOND DE COMMERCE : LA LOCATION-GÉRANCE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 METTRE EN GÉRANCE UN FOND DE COMMERCE : LA LOCATION-GÉRANCE METTRE EN GÉRANCE UN FOND DE COMMERCE : LA LOCATION-GÉRANCE La location gérance Introduction Le propriétaire d'un fonds de commerce peut en confier l'exploitation à un locataire gérant. Ce locataire supporte

Plus en détail

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015

Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Le portage salarial a enfin un cadre légal 9 avril 2015 Une ordonnance vient de fixer les conditions de recours au portage salarial en précisant les principes applicables au salarié porté, à l'entreprise

Plus en détail

Projet de loi Relatif au régime des concessions

Projet de loi Relatif au régime des concessions Projet de loi Relatif au régime des concessions Titre premier DISPOSITIONS GENERALES ET DEFINITIONS Article premier : la présente loi a pour objet de définir le régime juridique des concessions et de fixer

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

CONVENTION D'OBJECTIFS 2015/2016/2017 VILLE D'ANGOULEME COMITE D'ACTION SOCIALE

CONVENTION D'OBJECTIFS 2015/2016/2017 VILLE D'ANGOULEME COMITE D'ACTION SOCIALE CONVENTION D'OBJECTIFS 2015/2016/2017 VILLE D'ANGOULEME COMITE D'ACTION SOCIALE Entre La Ville d'angoulême, représentée par son Maire, Xavier BONNEFONT, et désignée sous le terme «La Ville», agissant en

Plus en détail

CONCESSIONS DE LOGEMENTS

CONCESSIONS DE LOGEMENTS CONCESSIONS DE LOGEMENTS I Types de concession de logement Il existe deux types de concession de logement : 1. Conditions d attribution La concession par nécessité absolue de service Aux termes de l article

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Décret n o 2014-197 du 21 février 2014 portant généralisation de l

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT DU HAUT DES RANGS REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT DU HAUT DES RANGS REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ASSAINISSEMENT DU HAUT DES RANGS REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Sommaire PREAMBULE...3 TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES...4 ARTICLE 1- OBJET DU REGLEMENT...4

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

REFORME DES STATUTS AJI :

REFORME DES STATUTS AJI : REFORME DES STATUTS AJI : Texte actuel Texte proposé TITRE I - CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE TITRE I - CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 - Constitution et dénomination : Il

Plus en détail

DOSSIER AGENCES D'EXECUTION

DOSSIER AGENCES D'EXECUTION DOSSIER AGENCES D'EXECUTION TERMES DE REFERENCE DE L'ETUDE D'EVALUATION SUR LES AGENCES D'EXECUTION '.. PROJET DE TERMES DE REFERENCE DE L'ETUDE D'EVALUATION DES AGENCES D'EXECUTION 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATIONS

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 NOM DE VOTRE ASSOCIATION :. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour établir votre demande de subvention : Des informations pratiques présentant

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE, Cour de discipline budgétaire et financière Arrêt du 11 juin 1971, Mutuelle générale française accidents N 19-53 -------------- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR, LA COUR

Plus en détail

LA GONETTE. 89 rue Paul Bert chez Soline 69003 LYON. Exercice du 30/05/2014 au 31/08/2015. En Euros.

LA GONETTE. 89 rue Paul Bert chez Soline 69003 LYON. Exercice du 30/05/2014 au 31/08/2015. En Euros. 89 rue Paul Bert chez Soline Exercice du 30/05/2014 au 31/08/2015 89 rue Paul Bert chez Soline COMPTES ANNUELS du 30/05/2014 au 31/08/2015 Pages - Attestation des comptes 1 - Bilan actif-passif 2 et 3

Plus en détail

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS REMARQUES GÉNÉRALES «Les droit attachés à une demande de brevet ou à un brevet sont transmissibles en totalité ou en partie. Ils peuvent faire l'objet, en totalité

Plus en détail

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité),

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité), Entre les soussignés, Personne morale :...(dénomination sociale),...(forme),...(capital),...(rcs),...(numéro SIREN) dont le siège social est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom),

Plus en détail

Loi (10298) accordant une aide financière annuelle de 382 160 F à Pro juventute Genève pour les années 2009 à 2012

Loi (10298) accordant une aide financière annuelle de 382 160 F à Pro juventute Genève pour les années 2009 à 2012 Loi (10298) accordant une aide financière annuelle de 382 160 F à Pro juventute Genève pour les années 2009 à 2012 Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Art. 1 Contrat

Plus en détail

Le cadre légal. La loi du 20 Août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail

Le cadre légal. La loi du 20 Août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail Le cadre légal La loi du 20 Août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail Loi du 12 mai 2009 art 43 modifiant l'article 15 de la loi précédente. Les décrets d'application

Plus en détail

Le fonctionnement de la commission du personnel et la procédure de recrutement des agents contractuels.

Le fonctionnement de la commission du personnel et la procédure de recrutement des agents contractuels. LYCEE TURGOT DE LIMOGES EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES Le lycée Turgot à Limoges est notamment le siège d'un groupement d'établissements pour la formation professionnelle continue (GRETA)

Plus en détail

Les inspecteurs de l'education Nationale ne sont pas les "supérieurs" pédagogiques des directeurs d'établissements privés sous contrat.

Les inspecteurs de l'education Nationale ne sont pas les supérieurs pédagogiques des directeurs d'établissements privés sous contrat. Service Juridique Tél : 01-53-73-73-62 Fax : 01-53-73-73-33 e-mail : i-jouault@scolanet.org SG/2007.1 Paris, le 3 janvier 2007 SUR LE FOND : Les inspecteurs de l'education Nationale ne sont pas les "supérieurs"

Plus en détail

ENTRE : D UNE PART, ET :

ENTRE : D UNE PART, ET : Convention relative à la mise en place de projets novateurs de sensibilisation du public à la prévention des déchets dans le cadre du programme local de prévention des déchets. ENTRE : La Communauté Urbaine

Plus en détail

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années.

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années. COUR D APPEL DE LYON 04 Décembre 2014 Cet arrêt rendu à l encontre d un syndic, la Société de G R L, pose le problème de sa responsabilité envers des copropriétaires débiteurs, les Consorts T. Les faits

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession -

NOTE JURIDIQUE. - Fiscalité / Succession - Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - Fiscalité / Succession - OBJET : L impact de la loi réformant le droit des successions sur les personnes

Plus en détail

La T.A. Source de financement des établissements : La COLLECTE des versements exonératoires.

La T.A. Source de financement des établissements : La COLLECTE des versements exonératoires. La T.A. Source de financement des établissements : La COLLECTE des versements exonératoires. Les OCTA. Des versements par l intermédiaire des Collecteurs Répartiteurs Les VERSEMENTS obligatoirement par

Plus en détail

Fait à Paris, le 2 août 1995. Le ministre du travail, du dialogue social et de la participation, JACQUES BARROT

Fait à Paris, le 2 août 1995. Le ministre du travail, du dialogue social et de la participation, JACQUES BARROT Journal officiel du 12 août 1995 Arrêté du 2 août 1995 relatif à l application des adaptations professionnelles du plan comptable général aux dispensateurs de formation professionnelle ayant un statut

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION "PHOTO-CLUB DE BELFORT"

STATUTS ASSOCIATION PHOTO-CLUB DE BELFORT STATUTS ASSOCIATION "PHOTO-CLUB DE BELFORT" Titre I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Paris, le 18 mars 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-058 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES

PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Syndicat Mixte Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves PLAN DE MOBILISATION DURABLE DES RESSOURCES FORESTIERES DU PAYS DE LOURDES ET DES VALLEES DES GAVES Annexe 1: Fiche n 1c = La gestion de la plateforme

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

CONVENTION. entre le Grand-Duché de Luxembourg et le Royaume de Belgique sur la sécurité sociale des travailleurs frontaliers.

CONVENTION. entre le Grand-Duché de Luxembourg et le Royaume de Belgique sur la sécurité sociale des travailleurs frontaliers. CONVENTION entre le Grand-Duché de Luxembourg et le Royaume de Belgique sur la sécurité sociale des travailleurs frontaliers. Loi du 6 janvier 1995 portant approbation de la Convention entre le Grand-Duché

Plus en détail

LE DROIT SYNDICAL DANS LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

LE DROIT SYNDICAL DANS LES COLLECTIVITES TERRITORIALES CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65 rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON CEDEX : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 Email : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

Le soutien au développement économique local

Le soutien au développement économique local Le soutien au développement économique local L État est responsable de la conduite de la politique économique et sociale ainsi que de la défense de l emploi. Toutefois, la loi dote les collectivités locales

Plus en détail

LES MODES DE GESTION DU SERVICE PUBLIC /LA GESTION DU SERVICE PUBLIC AUTOROUTIER

LES MODES DE GESTION DU SERVICE PUBLIC /LA GESTION DU SERVICE PUBLIC AUTOROUTIER Action Administrative LES MODES DE GESTION DU SERVICE PUBLIC /LA GESTION DU SERVICE PUBLIC AUTOROUTIER Enoncé : DOCUMENT 1 : Le régime d exploitation des concessions autoroutières source : http://www.vie-publique.fr/documents-vp/rn_autoroute.pdf

Plus en détail

LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION

LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION UNION DES SYNDICATS DE L IMMOBILIER LE CONSTAT DE RISQUE D EXPOSITION AU PLOMB (CREP) POUR LES LOCATIONS A USAGE D HABITATION PLOMB dans les revêtements - Lutte contre le saturnisme - Bail d habitation

Plus en détail

Ada Assemblée générale d'approbation des comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2011

Ada Assemblée générale d'approbation des comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2011 COMPAC ERNST & YOUNG et Autres Assemblée générale d'approbation des comptes de l'exercice clos le 31 décembre 2011 Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées COMPAC 16,

Plus en détail

L intercommunalité après la loi du 12 juillet 1999

L intercommunalité après la loi du 12 juillet 1999 MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE L intercommunalité après la

Plus en détail

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes

Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Panorama des aides pour créer une entreprise sociale et solidaire en Rhône-Alpes Entreprendre en économie sociale et solidaire, c est entreprendre autrement L ESS regroupe les activités économiques développées

Plus en détail

Dossier de demande de subvention déposé par une association au titre de l année 2016

Dossier de demande de subvention déposé par une association au titre de l année 2016 Dossier de demande de subvention déposé par une association au titre de l année 2016 Attention, tout dossier incomplet (pièces à joindre au dossier en dernière page) ou hors délai ne pourra malheureusement

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011 CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011 Projet V5 (14/02/2011) Entre : La Ville de Metz, représentée par son

Plus en détail

OBJET : Avantages en nature attribués aux titulaires de certains emplois fonctionnels des collectivités locales.

OBJET : Avantages en nature attribués aux titulaires de certains emplois fonctionnels des collectivités locales. DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES ELUS LOCAUX ET DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE PREFECTU/PREFETS5 AFFAIRE SUIVIE PAR : MELLE HUGOT/PP/RB 01.40.07.24.10 01.47.42.39.07

Plus en détail