Analyse transversale PSSP

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse transversale PSSP 2014-2017"

Transcription

1 Analyse transversale PSSP

2 Table des matières Contenu 1 Introduction 3 2 La portée du PSSP 3 3 Choix des phénomènes 4 4 Les objectifs stratégiques 5 5 Collaboration avec la police 7 6 Collaboration avec d autres partenaires 8 7 Autres dispositifs de sécurité 9 8 Perspectives 10 2

3 1. Introduction La présente analyse transversale a pour objectif de fournir un premier aperçu du contenu des plans stratégiques de sécurité et de prévention (PSSP) 2014 dans notre pays. Il s agit d une première collecte de toutes les informations essentielles relatives à la politique de sécurité et de prévention mise en place au sein des autorités locales disposant d un PSSP. Cette analyse permet de se faire une idée globale de la pratique et de l expertise qui existent sur le terrain local de la prévention. Elle sera développée par le biais de la cartographie qui fournira un aperçu du contenu et de l évolution des PSSP depuis Ces travaux permettront, à terme, de soutenir les pratiques de prévention de manière plus efficace et plus ciblée, notamment en étayant l importance des PSSP pour les autorités locales par l élaboration du dossier général d évaluation destiné au ministre de l Intérieur. Les éléments suivants sont abordés plus en détail dans l analyse : - La portée du PSSP - Les phénomènes du PSSP - Les objectifs stratégiques en lien avec les phénomènes - Les partenariats des autorités locales disposant d un PSSP - La présence d autres dispositifs de sécurité Enfin, il s agira également d aborder les perspectives concernant le développement de cette analyse transversale sous la forme d une cartographie. 2. La portée du PSSP Les plans stratégiques de sécurité et de prévention permettent de subsidier l élaboration et la concrétisation d une politique de sécurité et de prévention auprès de 109 autorités locales. Dans notre pays, les PSSP sont ainsi axés sur la sécurité et la qualité de vie d environ 5,3 millions de citoyens : Flandres : 2,49 millions ; Wallonie : 1,71 millions et Bruxelles: 1,04 millions. La portée effective des PSSP est plus large. Par extension, les PSSP visent en effet la sécurité et la qualité de vie de l ensemble de nos citoyens ainsi que des étrangers qui séjournent dans notre pays. Les 109 villes et communes disposant d un plan stratégique de sécurité et de prévention sont regroupées en 87 zones de police (sur les 195 zones de police au total): 25 zones monocommunales et 62 zones pluricommunales dont 6 zones au sein desquelles toutes les communes disposent d un PSSP. Le fait que le fonctionnement de 87 zones de police soit ainsi renforcé par la présence d un service de prévention, offre des possibilités de synergies entre le service de prévention et la police. 3

4 3. Choix des phénomènes Le tableau ci-dessous offre un aperçu du nombre de fois que les phénomènes ont été repris dans les PSSP. Tableau 1 : nombre de fois que des phénomènes ont été repris dans des PSSP. Choisi 1 Nuisances sociales 84 2 Cambriolages 72 3 Nuisances sociales liées aux drogues 63 4 Vol de et dans voitures 48 5 Nuisances santionables administrativement 42 6 Vol à la tire 42 7 Vol de vélo 42 9 Sécurité routière 35 8 Violence intrafamiliale Voilence entre jeunes Vol à l'étalage Vol par ruse Radicalisation violente Violence en milieu scolaire Cybercriminalité Violence lors d événements et manifestations publics Violence dans les transports en commun Racisme, discrimination et extrémisme Vol avec violence 4 20 Violence entre partenaires 3 21 Violence liée à l honneur et mariages forcés 3 22 Trafic de drogues 3 23 Violence à l égard des enfants 2 24 Délinquance sexuelle 2 25 Violence à l égard des seniors 2 26 Violence à l égard des holebis et transgenres 2 27 Crime organisé 2 28 Vol armé 1 29 Violence à l égard des fonctions publiques représentatives 1 30 Violence commise par des bandes urbaines 1 31 Extorsion 0 32 Terrorisme 0 33 Fraude financière, économique, fiscale, sociale et corruption 0 4

5 Le tableau parle de lui-même. Les nuisances sociales sont le phénomène le plus souvent repris comme phénomène prioritaire dans les PSSP. 1 Les cambriolages et nuisances sociales liées aux drogues suivent en 2 ème et 3 ème positions. 4. Les objectifs stratégiques Le tableau 2 donne un aperçu général des objectifs stratégiques qui sont poursuivis dans le cadre des phénomènes du PSSP. Tableau 2 : Nombre de fois où les objectifs stratégiques ont été choisis parmi les phénomènes des PSSP 2 OS1 OS2 OS3 OS4 OS5 OS6 OS7 OS8 OS9 Choisi 1 Nuisances sociales Cambriolages Nuisances sociales liées aux drogues Vol de et dans voitures Nuisances santionables administrativement Vol à la tire Vol de vélo Sécurité routière Violence intrafamiliale Voilence entre jeunes Vol à l'étalage Vol par ruse Radicalisation violente Violence en milieu scolaire Cybercriminalité Violence lors d événements et manifestations publics Violence dans les transports en commun Racisme, discrimination et extrémisme Vol avec violence Violence entre partenaires Violence liée à l honneur et mariages forcés Trafic de drogues Violence à l égard des enfants Délinquance sexuelle Violence à l égard des seniors Violence à l égard des holebis et transgenres Crime organisé Vol armé Violence à l égard des fonctions publiques représentatives Violence commise par des bandes urbaines Extorsion Terrorisme Fraude financière, économique, fiscale, sociale et corruption TOTAAL Les nuisances sanctionnables administrativement sont reprises dans certaines villes et communes en tant que nuisances sociales. Ce point regroupe les nuisances sanctionnables administrativement sous la dénomination générale de nuisances sociales. Seules 4 villes et communes (Binche, Couvin, Theux et Walcourt) ont intégré les nuisances sanctionnables administrativement en tant que phénomène prioritaire dans leur PSSP et non pas les nuisances sociales. Donc : 88 ou 80 % des villes et communes ont repris les nuisances sociales dans leur PSSP. 2 Par phénomène, les 3 objectifs stratégiques les plus choisis sont indiqués en couleur : VERT pour l objectif stratégique le plus souvent retenu ; ORANGE pour le 2 ème objectif stratégique le plus souvent retenu ; JAUNE pour le 3 ème objectif stratégique le plus souvent retenu. 5

6 Le tableau 3 indique le code qui correspond à chaque objectif stratégique. Tableau 3 : Codes des objectifs stratégiques. OD1 OD2 OD3 OD4 OD5 OD6 OD7 OD8 OD9 diminuer le s comportements à risque. agir sur les circonstances et l environnement criminogènes. dissuader les auteurs potentiels d infraction. favoriser la resocialisation des usagers de drogues. favoriser la resocialisation des jeunes en difficultés. promouvoir une approche intégrée et intégrale. favoriser le contrôle social. diminuer le s effets négatifs liés à la victimisation. développer les partenariats locaux de prévention. En règle générale, les 4 objectifs stratégiques suivants sont les plus fréquents par ordre décroissant : o Réduire les comportements à risque 397 fois o o o Promouvoir une approche intégrale et intégrée 389 fois Agir sur les circonstances et l environnement criminogènes 247 fois Dissuader les auteurs potentiels d infractions 212 fois Le choix des objectifs stratégiques est lié à la nature du phénomène. o Tous les phénomènes de vol ont l objectif réduire les comportements à risque en n 1. Cambriolage, vol de et dans voitures, vol à la tire, vol de vélo, vol à l étalage, vol par ruse, cybercriminalité et vol avec violence. En termes de sécurité routière, réduire les comportements à risque figure également en n 1. Le 2ème objectif stratégique le plus fréquent pour ces phénomènes est promouvoir une approche intégrale et intégrée. o Les phénomènes autres que les vols ont l objectif promouvoir une approche intégrale et intégrée en n 1. 3 Nuisances sociales, nuisances sociales liées aux drogues, nuisances sanctionnables administrativement, violence intrafamiliale, violence entre jeunes, radicalisation violente, violence en milieu scolaire, violence lors 3 Cet aperçu se limite au top 19 des phénomènes retenus dans la mesure où ces 19 phénomènes ont été suffisamment repris dans les PSSP pour en tirer des conclusions claires. 6

7 d événements et manifestations publics, violence dans les transports en commun ET racisme, discrimination et extrémisme. Le 2ème objectif stratégique le plus fréquent pour ces phénomènes est principalement réduire les comportements à risque. L étape suivante consiste en l analyse des actions mises en place dans le cadre des objectifs stratégiques pour chaque phénomène. 5. Collaboration avec la police 106 des 109 autorités locales signalent qu elles collaborent avec la police locale dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique de sécurité et de prévention. Malgré son importance dans l approche de la criminalité, des nuisances et de l insécurité, la collaboration entre la police et la prévention n est donc toujours pas une évidence dans toutes les villes et communes disposant d un plan stratégique de sécurité et de prévention. Pour la collaboration entre le service de prévention et la police, nous avons axé nos questions sur les 3 principaux aspects : - Analyse et transfert de données : 83 autorités locales précisent qu elles reçoivent des données déjà analysées de la police. - Simple transfert de données : 87 autorités locales reçoivent également de la police des données brutes qu elles traitent ensuite elles-mêmes. - Collaboration opérationnelle : 73 autorités locales (= pas moins de 60 %) indiquent qu elles collaborent avec la police locale sur le plan opérationnel, dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique de sécurité et de prévention. Il nous paraît intéressant d analyser la façon dont se déroule la collaboration, au niveau local, entre le service de prévention et la police locale. Les différentes synergies présentes dans notre pays peuvent certainement servir de source d inspiration pour d autres zones de police et pouvoirs locaux. 7

8 6. Collaboration avec d autres partenaires Le tableau 4 donne un aperçu du type de partenaire avec lequel les services de prévention des autorités locales collaborent dans le cadre du PSSP. Tableau 4 : Partenaires des communes disposant d un PSSP PARTENAIRE NOMBRE Autorités fédérales 109 Autorités régionales 63 Services d'aide 59 ASBL 51 Travail de rue 47 Autres services de prévention 43 Autres 39 Autres villes 37 Provinces 34 Justice 23 Il va de soi que le SPF Intérieur, par le soutien via les plans stratégiques de sécurité et de prévention, constitue le principal partenaire pour l ensemble des 109 villes et communes. En outre, les autorités régionales, les services d aide, les ASBL, les travailleurs de rue, les autres services de prévention et les villes sont les principaux partenaires des communes disposant d un PSSP. La Justice est partenaire d une seule commune sur cinq. Il est difficile de dire précisément qui sont ces partenaires et comment se met en place la collaboration/les partenariats. Un examen plus approfondi sera effectué. Dans le cadre du soutien des autorités locales en vue du développement de leur politique de sécurité intégrale, il est important de réaliser une cartographie de l ensemble des partenaires concernés aux différents niveaux, en précisant systématiquement comment s organise la collaboration. Il est également essentiel d examiner les aspects de cette collaboration qui peuvent encore être améliorés. Le tableau 5 montre dans quelle mesure la collaboration avec les partenaires a été formalisée par le biais de protocoles ou d accords de collaboration. 8

9 Tableau 5 : Nombre d accords de collaboration/protocoles entre les communes disposant d un PSSP et les partenaires PARTENAIRE NOMBRE P/AC Autorités fédérales Police Autorités régionales Services d'aide ASBL Travail de rue 47 4 Autres services de prévention 43 7 Autres Autres villes Provinces Justice 23 7 La police est le principal partenaire du service de prévention. Environ 40% des services de prévention ont formalisé leur collaboration avec la police. Il n est pas uniquement intéressant de se pencher sur la façon dont ces protocoles avec la police s organisent, mais aussi et surtout sur quel plan et comment la collaboration se déroule dans la pratique. Plusieurs questions sont essentielles à cet égard : - S agit-il d un accord clair et concret pour l ensemble des partenaires? - Quelle valeur cet accord revêt-il dans la pratique? Le contenu de cet accord est-il effectivement respecté? - Comment cet accord est-il vécu? Offre-t-il une plus-value à l approche de la criminalité, des nuisances et de l insécurité? Que peut-on améliorer? Ces accords peuvent servir de source d inspiration pour d autres villes et communes. Il en va de même pour les autres partenaires avec lesquels le service de prévention a conclu des accords de collaboration. Le sondage mené auprès des autorités locales ne révèle toutefois pas que la plupart des partenariats avec les services de prévention soient informels. 7. Autres dispositifs de sécurité Le tableau donne un aperçu du nombre d autres dispositifs de sécurité et de prévention des villes disposant d un PSSP. Tableau 6 : Autres dispositifs de sécurité des communes disposant d un PSSP. Autre dispositif de sécurité NOMBRE Plan de Cohésion sociale (uniquement WALL.) 46 Allocation complémentaire ex-csp 30 Plan bruxellois de prévention et de proximité 19 Politique des Grandes Villes 17 Fonds urbain flamand 13 Plan local de sécurité intégrale 6 9

10 Le tableau 6 indique que toutes les communes wallonnes et bruxelloises qui disposent d un PSSP bénéficient respectivement d un Plan de cohésion sociale des villes et communes de Wallonie 4 et d un Plan bruxellois de prévention et de proximité grandes villes disposent d une convention Ville durable il s agit des anciens contrats Politique des Grandes Villes. Les 13 villes-centres flamandes, à savoir Alost, Anvers, Bruges, Genk, Gand, Hasselt, Courtrai, Louvain, Malines, Ostende, Roulers, Saint-Nicolas et Turnhout, bénéficient des moyens du Fonds urbain 6. Seules 6 communes disposant d un PSSP dans notre pays ont un Plan local de Sécurité intégrale. Une analyse du contenu de ces autres dispositifs de sécurité s impose afin de prendre en considération les politiques de sécurité et de prévention dans leur ensemble, ainsi que les subsides aux niveaux fédéral et régional. Cette démarche nous permettra de mieux cerner les actions entreprises par les autorités locales en matière de prévention «au sens large». 8. Perspectives La présente analyse transversale constitue une première étape de la mise en place d une base de connaissances des plans stratégiques de sécurité et de prévention. Une base de données qui regroupe toutes les connaissances, expériences et expertises présentes au sein des autorités locales en matière de sécurité intégrale. Une base de données qui contient également des exemples et bonnes pratiques pouvant servir de source d inspiration pour toutes les autorités locales désireuses de développer davantage leur politique de sécurité intégrale. L étape suivante a déjà été franchie grâce à la réalisation de la cartographie des PSSP, la description de toutes les actions menées dans le cadre des PSSP depuis Dans un contexte d insécurité croissante et d exclusion sociale, le Plan de cohésion sociale des villes et communes de Wallonie offre aux communes bénéficiaires la possibilité de développer et de coordonner toute une série d initiatives permettant à toute personne de vivre dans la dignité en Wallonie. 5 Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale octroie, dans les limites des crédits disponibles des subsides aux communes dans le cadre de la politique bruxelloise de sécurité et de prévention. Dans le cadre de sa politique de prévention et de proximité, le Gouvernement de la RBC s engage à renforcer la sécurité au sein de la RBC et à lutter contre l augmentation du sentiment d insécurité dans les quartiers. Tous les projets et méthodes déjà développés dans le cadre des PSSP sont poursuivis par le biais des plans locaux de prévention et de proximité. Depuis 2011, il s agit de plans quadriannuels. 6 Par le biais du Fonds urbain, les autorités flamandes prévoient un financement structurel des treize villes-centres et de la Commission communautaire flamande. Les moyens du Fonds urbain sont destinés à l augmentation de la qualité de vie au niveau des villes et quartiers, la lutte contre la dualisation et à l amélioration de la gestion de la ville. 10

Communiqué de presse conjoint sur les Statistiques policières de la criminalité enregistrée par les services de police :

Communiqué de presse conjoint sur les Statistiques policières de la criminalité enregistrée par les services de police : LA VICE-PREMIERE MINISTRE, MINISTRE DE L INTERIEUR ET DE L EGALITE DES CHANCES LA MINISTRE DE LA JUSTICE Bruxelles, le 19 mai 2014 Communiqué de presse conjoint sur les Statistiques policières de la criminalité

Plus en détail

Note d orientation 2009-2014

Note d orientation 2009-2014 Note d orientation 2009-2014 LOGEMENT Freya Van den Bossche Ministre flamande de l Energie, du Logement, des Villes et de l Economie sociale Mise en page : Département des Services pour la Politique générale

Plus en détail

Qualité de vie dans les villes

Qualité de vie dans les villes Sandrine Bouhy et Christophe Rossini Enquête Qualité de vie dans les villes la Flandre sous les lumières Dans quelle ville fait-il bon vivre? Et pourquoi? Personne n est mieux placé que les habitants pour

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

AVIS. Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement. Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006

AVIS. Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement. Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.1209 Liège, le 14 septembre 2006 Objet : Note d orientation relative à la réforme de la Police de l Environnement Rue du Vertbois 13c 4000 Liège tél. 04 / 232 98 47 fax 04 / 232

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 octobre 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 octobre 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 24 octobre 2012 Analyse des disparités régionales en matière de revenus Comment les revenus évoluent ils par rapport à l inflation? Quelle région bénéficie du revenu

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur La violence contre les femmes Juillet 2012 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax:

Plus en détail

Dossier fiscalité communale Fiscalité additionnelle communale - La Taxe de Circulation Amaury Bertholomé - Juillet 2011

Dossier fiscalité communale Fiscalité additionnelle communale - La Taxe de Circulation Amaury Bertholomé - Juillet 2011 Dossier fiscalité communale Fiscalité additionnelle communale - La Taxe de Circulation Amaury Bertholomé - Juillet 2011 ADDITIONNELS COMMUNAUX A LA TAXE DE CIRCULATION LOCALISATION DES VEHICULES VOLUME

Plus en détail

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 -------------------------------------------------

A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- A V I S N 1.662 ------------------------ Séance du lundi 22 décembre 2008 ------------------------------------------------- Favoriser la mise à l emploi de travailleurs d origine étrangère x x x 2.329-1

Plus en détail

Bruxelles, carrefour de la francophonie

Bruxelles, carrefour de la francophonie Bruxelles, carrefour de la francophonie Appel à projets Promotion de Bruxelles - 2015 1 L'appel à projet s'adresse aux opérateurs culturels, socioculturels, éducatifs, sociaux, jeunesse dont le siège social

Plus en détail

09 Migration - Politique d asile

09 Migration - Politique d asile 01 Fiscalité 02 Prévention - Sécurité 03 Lutte contre la pauvreté 04 Environnement - Energie - Climat 05 Mobilité 06 Emploi 07 Santé 08 Logement 09 Migration - Politique d asile 10 Beliris INITIATEUR Société

Plus en détail

MEMORANDUM 2014 FÉDÉRATION

MEMORANDUM 2014 FÉDÉRATION MEMORANDUM 2014 FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES Recommandations de Child Focus Fondation pour Enfants Disparus et Sexuellement Exploités CONTENU INTRODUCTION 1 1 2 1. CONSIDÉRATIONS POUR LE MINISTRE DE L'AIDE

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

PLAN D ACTION SENNINGEN 2013-2016

PLAN D ACTION SENNINGEN 2013-2016 PLAN D ACTION SENNINGEN 2013-2016 La coopération benelux en matière de sécurité intérieure COMITÉ VAN MINISTERS COMITÉ DE MINISTRES 3 PLAN D ACTION SENNINGEN 2013-2016 INTRODUCTION La collaboration structurelle

Plus en détail

PROJET "ACTION DE LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION A. Belgique. PTE: Bruxelles Capitale TYPOLOGIE. Formation THEMES TRANSVERSAUX COUVERTS.

PROJET ACTION DE LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION A. Belgique. PTE: Bruxelles Capitale TYPOLOGIE. Formation THEMES TRANSVERSAUX COUVERTS. PROJET "ACTION DE LUTTE CONTRE LA DISCRIMINATION A L'EMBAUCHE" PTE: Bruxelles Capitale Belgique TYPOLOGIE THEMES TRANSVERSAUX COUVERTS TERRITOIRE CONCERNE Formation Insertion Région Bruxelles Capitale

Plus en détail

AVIS 114. Demandes d agrément pour des filières de formation en alternance organisées par les CEFA. Adopté le 25 mars 2014

AVIS 114. Demandes d agrément pour des filières de formation en alternance organisées par les CEFA. Adopté le 25 mars 2014 AVIS 114 Demandes d agrément pour des filières de formation en alternance organisées par les CEFA Adopté le 25 mars 2014 Rue de Stalle 67 1180 Bruxelles T +32(0)2 371 74 32 info@ccfee.be www.ccfee.be Demande

Plus en détail

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme (Adopté par l Assemblée plénière du 2 mars 2000) Le 1 er février 2000, le

Plus en détail

Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004

Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004 Cahier des charges des Missions locales Coordination de filière de formation innovante 1 er semestre 2004 I. Contexte général du dispositif d insertion socioprofessionnelle I.1 Le cadre législatif Le présent

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008

CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 DOCUMENT OFFICIEL CADRE DE GESTION RELATIF À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Adopté par le Conseil des commissaires le 25 juin 2008 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Rapport annuel 2011 PARQUET FEDERAL

Rapport annuel 2011 PARQUET FEDERAL Rapport annuel 211 PARQUET FEDERAL RAPPORT ANNUEL DU PARQUET FEDERAL 211 2 RAPPORT ANNUEL DU PARQUET FEDERAL 211 3 Rapport annuel 29 Rapport annuel 211 RAPPORT ANNUEL DU PARQUET FEDERAL AU COLLEGE DES

Plus en détail

09 Migration - Politique d asile

09 Migration - Politique d asile 01 Fiscalité 02 Prévention - Sécurité 03 Lutte contre la pauvreté 04 Environnement - Energie - Climat 05 Mobilité 06 Emploi 07 Santé 08 Logement 09 Migration - Politique d asile 10 Beliris INITIATEUR SPP

Plus en détail

Gouvernement inter-francophone

Gouvernement inter-francophone Gouvernement inter-francophone Volet 2 du Plan Cigogne III : 7.300 nouvelles places d accueil pour la petite enfance à Bruxelles et en Wallonie durant la législature 1. Introduction Le 26 février 2015

Plus en détail

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur

Commission consultative des Droits de l Homme. du Grand-Duché de Luxembourg. Avis. sur Commission consultative des Droits de l Homme du Grand-Duché de Luxembourg Avis sur le projet de loi 6761 portant mise en œuvre de certaines dispositions de la Résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité

Plus en détail

BUREAU DU CDC NOTE D ORIENTATION ET DE PROSPECTIVE SUR :

BUREAU DU CDC NOTE D ORIENTATION ET DE PROSPECTIVE SUR : BUREAU DU CDC NOTE D ORIENTATION ET DE PROSPECTIVE SUR : «REFLEXIONS SUR L USAGE EVENTUEL DE DRONES EN MATIERE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LA DELINQUANCE A MARSEILLE» RAPPORTEUR : M. JACQUES BERRIN

Plus en détail

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants La République Tunisienne, l'union européenne (ci-après "UE") et les États membres

Plus en détail

VIOLENCES CONJUGALES : QUELLE COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ASSOCIATIONS D AIDE?

VIOLENCES CONJUGALES : QUELLE COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ASSOCIATIONS D AIDE? «2006-2009 : les COL 3 et 4 trois ans après» (4/5) VIOLENCES CONJUGALES : QUELLE COLLABORATION ENTRE LA JUSTICE ET LES ASSOCIATIONS D AIDE? Par René Begon, chargé de projet au CVFE Trois ans après l entrée

Plus en détail

ZONE DE POLICE WESER-GÖHL

ZONE DE POLICE WESER-GÖHL ZONE DE POLICE WESER-GÖHL Coordonnées 1. Nom du projet. 2. Nom du service. «CoPS» - Communication-Prévention-Sécurité Zone de police Weser-Göhl -5292 3. Nom de tous les partenaires concernés par le projet.

Plus en détail

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste

Jeu de rôles : création de services d aide juridique pour les victimes de violence sexuelle et sexiste 12 Type d exercice : Public : Durée : Application en contexte Toute personne participant aux processus de traitement de la violence sexuelle et sexiste (ex. : personnels ministériels, OSC, personnels de

Plus en détail

Evaluation et perspectives pour le réseau VAP. 4 acteurs concernés

Evaluation et perspectives pour le réseau VAP. 4 acteurs concernés 1 Evaluation et perspectives pour le réseau VAP Entre 2009 et 2014, les initiateurs de l ASBL VAP se sont mobilisés pour proposer de l autostop de proximité et promouvoir cette alternative en Brabant wallon

Plus en détail

Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles.

Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles. Règlement du Conseil Consultatif de Prévention de la Commune d'ixelles. Le Conseil Communal, Vu la nouvelle loi communale, notamment les articles 117,119, et 120bis ; Vu l Arrêté royal du 6 août 1985 portant

Plus en détail

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive?

Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Article rédigé pour la revue «AJ-PENAL» (Les Editions Dalloz) Août 2005 Peines d emprisonnement ou peines alternatives : quelle récidive? Par Pierre V. Tournier 1 La recherche dont nous présentons ici

Plus en détail

Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de

Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de 1 2 3 Depuis Napoléon, à l origine de notre droit successoral, bien des choses ont changé. Les familles évoluent, voire se recomposent au fil des années de sorte que, des adaptations s imposent au droit

Plus en détail

FIPI 2015 REGLEMENT ADMINISTRATIF 2015

FIPI 2015 REGLEMENT ADMINISTRATIF 2015 Bruxelles Capitale COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Affaires Sociales Santé Cohésion sociale FIPI FIPI 2015 REGLEMENT ADMINISTRATIF 2015 Table des matières I Introduction II Priorités thématiques Critères

Plus en détail

MENU DE SERVICES. ASSISTANCE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES fournie par le Service de la prévention du terrorisme de l UNODC

MENU DE SERVICES. ASSISTANCE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES fournie par le Service de la prévention du terrorisme de l UNODC MENU DE SERVICES ASSISTANCE POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES fournie par le Service de la prévention du terrorisme de l UNODC Introduction Ce document fait l inventaire des services développés par les

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES Normes du Conseil de l Europe L égalité de genre est capitale pour la protection des droits de l homme, le fonctionnement de la démocratie, le respect de l État de

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Belgian Accident Research Team

Belgian Accident Research Team IBSR Belgian Accident Research Team Projet pilote, analyse multidisciplinaire approfondie sur les accidents impliquant des poids lourds en Flandre orientale et Flandre occidentale Résumé Rapport final

Plus en détail

Plan zonal de sécurité 2014-2017

Plan zonal de sécurité 2014-2017 Plan zonal de sécurité 2014-2017 Zone Vesdre C est une ville plus juste qui rendra la ville plus sûre European Forum for Urban Security, Sécurité, démocratie et villes : Manifeste d Aubervilliers et Saint-Denis

Plus en détail

LES PERSPECTIVES POUR LES PROCHAINES ANNÉES À BRUXELLES

LES PERSPECTIVES POUR LES PROCHAINES ANNÉES À BRUXELLES 4 LES PERSPECTIVES POUR LES PROCHAINES ANNÉES À BRUXELLES 1. LES ORIENTATIONS DU GOUVERNEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE LES OBJECTIFS DU PROGRAMME D AMÉNAGEMENT DU RÉSEAU DE SURFACE POUR LA PÉRIODE

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/2012/4 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 2 juillet 2012 Français Original: anglais Sixième session

Plus en détail

Principes sur lesquels l APEX s appuie pour promouvoir la santé, le rendement et la productivité des cadres

Principes sur lesquels l APEX s appuie pour promouvoir la santé, le rendement et la productivité des cadres 28 janvier 2011 Recommandations sur la santé, le rendement et la productivité des cadres supérieurs présentées par l Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

ASSOCIATION DE LA VILLE ET

ASSOCIATION DE LA VILLE ET Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale Section CPAS Vereniging van de Stad en de Gemeenten van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Afdeling OCMW AFDELING OCMW'S Nos réf.

Plus en détail

Cadastre des diverses autorités de contrôles appliqués aux entrepreneurs en Belgique

Cadastre des diverses autorités de contrôles appliqués aux entrepreneurs en Belgique Annexe I Cadastre des diverses autorités de contrôles appliqués aux entrepreneurs en Belgique 1. Contrôle fiscal 2. Contrôle économique 3. Contrôle environnemental - Au fédéral - En Région wallonne - En

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Prix européen pour l'intégration sociale par le sport Appel à candidatures 07/2015

Prix européen pour l'intégration sociale par le sport Appel à candidatures 07/2015 Prix européen pour l'intégration sociale par le sport Appel à candidatures 07/2015 1. Introduction 2. Priorités du prix 2.1 Catégories du Prix 3. Critères d évaluation 3.1 Critères d éligibilité 3.2 Critères

Plus en détail

Le transport social en Région de Bruxelles-Capitale Abstract

Le transport social en Région de Bruxelles-Capitale Abstract Le transport social en Région de Bruxelles-Capitale Abstract Octobre 2012 avec le soutien de la Commision communautaire commune de la Région de Bruxelles-Capitale Centre de Documentation et de Coordination

Plus en détail

Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable. [Version condensée]

Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable. [Version condensée] Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable [Version condensée] 14 août 2014 NOTRE VISION : UNE CIRCULATION SÉCURITAIRE POUR TOUS Depuis

Plus en détail

AMELIORER LA SECURITE AVEC LES AUTORITES LOCALES

AMELIORER LA SECURITE AVEC LES AUTORITES LOCALES AMELIORER LA SECURITE AVEC LES AUTORITES LOCALES Antonio CACI Septembre 2012 Editrice responsable : A. Poutrain 13, Boulevard de l Empereur 1000 Bruxelles INTRODUCTION... 2 A. L ANCRAGE COMMUNAL DE LA

Plus en détail

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP)

par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) par Marianne Tilot (Sous la coordination du comité de lecture du CPCP) E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - décembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté

Plus en détail

Version 11-03-2011 PARTIE IV Titre I Supplément de traitement pour l exercice d un mandat Table des matières

Version 11-03-2011 PARTIE IV Titre I Supplément de traitement pour l exercice d un mandat Table des matières Version 11-03-2011 PARTIE IV Titre I Supplément de traitement pour l exercice d un mandat Table des matières 1. Tableau récapitulatif 2. Bases légales et réglementaires 3. Bénéficiaires 4. Conditions 5.

Plus en détail

PLAN RÉGIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS (2013-2015) Version sans annexes

PLAN RÉGIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS (2013-2015) Version sans annexes PRÉFET DE LA RÉGION NORD PAS-DE-CALAIS PLAN RÉGIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLÉGAL DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS (2013-2015) Version sans annexes Le présent plan régional triennal est une déclinaison

Plus en détail

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Nations Unies A/CONF.222/16 Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Doha, 12-19 avril 2015 Distr. générale 10 avril 2015 Français Original: anglais Point 3

Plus en détail

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS

ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS ACCORD PRISE EN COMPTE ET PREVENTION DE LA PENIBILITE DANS LES PARCOURS PROFESSIONNELS PREAMBULE La loi du 9 Novembre 2010 sur la réforme des retraites prévoit que les entreprises d au moins 50 salariés,

Plus en détail

Demande d allocations d interruption de carrière pour militaires

Demande d allocations d interruption de carrière pour militaires Demande d allocations d interruption de carrière pour militaires Vous souhaitez, comme militaire, recevoir une intervention financière de l ONEM dans le cadre d un retrait temporaire d emploi par interruption

Plus en détail

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN

L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN L ESTIMATION DU COUT SOCIAL ET FINANCIER DE LA VIOLENCE CONJUGALE EN EUROPE : SEIZE MILLIARDS D PAR AN Par René Begon, chargé de projet en éducation permanente au CVFE Une étude financée par l Union européenne

Plus en détail

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012

QUATRE MOYENS D ACTION CINQUANTE MESURES PREVENIR LA DELINQUANCE AIDER LES VICTIMES 2010-2012 SECRETARIAT GENERAL DU COMITE INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE QUATRE MOYENS D ACTION ET CINQUANTE MESURES POUR PREVENIR LA DELINQUANCE ET AIDER LES VICTIMES 2010-2012 1 - Développer la

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail

SOUS LA LOUPE. 1. point de départ : La loi du 14 décembre 2000 relative au temps de travail. 2. L exception : la Loi sur le travail Alors qu est en discussion au niveau européen la modification de la Directive sur le temps de travail (2003/88/CE), nous revenons dans ce Trait d Union sur le régime actuellement en vigueur chez nous dans

Plus en détail

dispositifs Acteurs L emploi, une priorité

dispositifs Acteurs L emploi, une priorité L HUMAIN EN CAPITALE Emploi Politiques CIV économie Grand Paris rénovation En direct du dispositifs COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DES VILLES DU 18 FÉVRIER 2011 habitants Égalité Politiques Transports Acteurs

Plus en détail

Synthèse programme PS / Enseignement

Synthèse programme PS / Enseignement Synthèse programme PS / Enseignement L école reste un des principaux leviers pour assurer le bien-être des citoyens. Elle doit permettre de développer des compétences qui permettront à chacun de s épanouir

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 12 décembre 2003 MONEYVAL (2003)2 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

PREMIER MINISTRE. Mercredi 19 novembre 2014

PREMIER MINISTRE. Mercredi 19 novembre 2014 PREMIER MINISTRE Service Communication Hôtel de Matignon, le 19 novembre 2014 Discours de Manuel VALLS, Premier ministre, à la Conférence de Presse «Bilan après un an du plan de lutte contre les cambriolages

Plus en détail

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique CONFEDERATION FRANÇAISE DU COMMERCE DE GROS ET DU COMMERCE I NTERNATION AL Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique Licenciement économique p.1 Harcèlement

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. Numéro du rôle : 5608 Arrêt n 105/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 318, 1er, du Code civil, posée par la Cour d appel de Bruxelles. La Cour constitutionnelle,

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE PREMIER MINISTRE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE LUTTE CONTRE LES FRAUDES AU DÉTACHEMENT DE SALARIÉS EN FRANCE Commission nationale de lutte contre le travail illégal du 12 février 2015 Dossier de presse :

Plus en détail

Niveaux et services : Tous (enseignement obligatoire) Etablissements scolaires et opérateurs culturels Contact

Niveaux et services : Tous (enseignement obligatoire) Etablissements scolaires et opérateurs culturels Contact CIRCULAIRE N 2200 DU 20/02/2008 Objet : Décret du 24 mars 2006 relatif à la mise en œuvre, la promotion et le renforcement des collaborations entre la Culture et l Enseignement. Appel à projets pour les

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992

STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992 STOP VIOLENCE AGAINST ELDERLY WOMEN: STOP VI.E.W Projet DAPHNE JUST/2009-2010/DAP/AG/0992 1. Situation générale 2. Dispositifs et ressources 3. Conclusion Pour réaliser notre recueil de données, nous nous

Plus en détail

SECRETARIAT D ETAT AU LOGEMENT. LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA SECRETAIRE D ETAT AU LOGEMENT à

SECRETARIAT D ETAT AU LOGEMENT. LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA SECRETAIRE D ETAT AU LOGEMENT à SECRETARIAT D ETAT AU LOGEMENT CIRCULAIRE N INTD0200119C Paris, le 3 mai 2002 LE MINISTRE DE L INTÉRIEUR LA SECRETAIRE D ETAT AU LOGEMENT à MESDAMES ET MESSIEURS LES PRÉFETS MONSIEUR LE PRÉFET DE POLICE

Plus en détail

Droit au regroupement familial

Droit au regroupement familial Droit au regroupement familial Tableau de synthèse Mai 2014 Avec le soutien de : 1 TABLEAU DE SYNTHÈSE DU DROIT AU REGROUPEMENT FAMILIAL Ce tableau réalisé dans le cadre du projet e-fid (Famille, Interculturalité

Plus en détail

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE :

DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : DECLARATION (Finale) LE PREMIER CONGRES MONDIAL SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREFACON RECOMMANDE : I (Sensibilisation) De charger un groupe indépendant d'experts, de l OCDE par exemple, d effectuer une étude

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Les données de l'ibge : "Le bruit à Bruxelles" Octobre 2005

Les données de l'ibge : Le bruit à Bruxelles Octobre 2005 8. CADASTRE DU BRUIT DU TRAFIC ROUTIER EN RÉGION DE 1.Approche générale BRUXELLES-CAPITALE Au cours des dernières décennies, l'accroissement des populations urbaines et du taux de motorisation a entraîné

Plus en détail

BRUXELLES CHANGE...! 10 ANS DE POLITIQUE DE LA VILLE

BRUXELLES CHANGE...! 10 ANS DE POLITIQUE DE LA VILLE BRUXELLES CHANGE...! 10 ANS DE POLITIQUE DE LA VILLE EN REGION DE BRUXELLES-CAPITALE 1 La mission et ses objectifs Mission confiée en 2006 au Srdu, dans le cadre de la réalisation d'un Atlas des quartiers

Plus en détail

www.vps.fgov.be Vers une politique locale de sécurité intégrale

www.vps.fgov.be Vers une politique locale de sécurité intégrale www.vps.fgov.be Vers une politique locale de sécurité intégrale Table des matières Avant-propos 3 Chapitre I En quoi consiste une politique locale de sécurité intégrale? 6 1. Un nouveau rôle pour le Bourgmestre?

Plus en détail

PRÉFET DU LOIRET. Rapport d activité 2014. des services de l État dans le Loiret

PRÉFET DU LOIRET. Rapport d activité 2014. des services de l État dans le Loiret PRÉFET DU LOIRET Rapport d activité 2014 des services de l État dans le Loiret Sommaire 1. Agir pour l emploi et la croissance 1.1 Restaurer la compétitivité des entreprises page 4 1.2 Accélérer la réinsertion

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005;

Vu la demande du Département de l Enseignement du Ministère de la Communauté flamande du 23 mai 2005; CSSS/05/90 1 DÉLIBÉRATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005, MODIFIÉE LE 20 JUIN 2006, RELATIVE AU DÉPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNAUTÉ FLAMANDE ACCÈS AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GÉRÉS

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002)

PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) PROGRAMME DE PROTECTION SOCIALE POUR LE ZIMBABWE Avant-Projet d Article Paris (24 avril 2002) INTRODUCTION Actuellement, le Zimbabwe met en place divers systèmes de protection sociale qui peuvent être

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE MARCHE «BRUXELLES-METROPOLE»

NOTE EXPLICATIVE MARCHE «BRUXELLES-METROPOLE» NOTE EXPLICATIVE MARCHE «BRUXELLES-METROPOLE» 1. CONTEXTE GLOBAL DANS LEQUEL S INSCRIT LE PRESENT MARCHE Ce marché s inscrit dans le cadre de l élaboration d un nouveau Plan régional de Développement (PRD

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Avis A. 1123 sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Adopté par le Bureau du CESW le 24 juin 2013 INTRODUCTION Le 8 avril 2013, le Président

Plus en détail

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation

Analyse du sondage. Vandalisme Environnement Vol habitation Analyse du sondage A. Les problématiques Les personnes sondées ont été questionnées sur divers problèmes et un classement a été établi sur base de ce qu elles considèrent être la problématique la plus

Plus en détail

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités.

Le département de l Enseignement a également été autorisé à utiliser le numéro d identification du Registre national pour les mêmes finalités. CSSS/05/90 1 DELIBERATION N 05/031 DU 10 OCTOBRE 2005 RELATIVE AU DEPARTEMENT DE L ENSEIGNEMENT DU MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FLAMANDE ACCES AUX REGISTRES BANQUE CARREFOUR GERES PAR LA BANQUE CARREFOUR

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL : www.cpcp.be/etudes-et-prospectives - en version papier, vous pouvez les

Plus en détail

Ecolo. Une politique migratoire responsable et humaine

Ecolo. Une politique migratoire responsable et humaine PS CDH Ecolo MR Pour une vision progressiste et humaine des migrations Une politique migratoire responsable et humaine Mener une autre politique migratoire à l échelle européenne et sur le plan national

Plus en détail

Votre raccordement à notre réseau

Votre raccordement à notre réseau Votre raccordement à notre réseau 1 Accessibilité et stratégie logistique renforcées Congestion du trafic, empreinte écologique, délais de livraison, taxe routière, prix du pétrole à la hausse Autant de

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Atelier N 2 Le pouvoir de police du maire Responsabilités du maire

Atelier N 2 Le pouvoir de police du maire Responsabilités du maire Atelier N 2 Le pouvoir de police du maire Responsabilités du maire Congrès des Maires de l Isère 11 Octobre 2014 Annick PILLEVESSE Département Conseil Juridique Association des Maires de France Le pouvoir

Plus en détail

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ RAPPORT DE 2008 DU CANADA SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ (LA HAYE, 1954) ET DE SES PROTOCOLES DE 1954 ET DE 1999 En 1998, le Canada

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail