Maison de l Emploi de Paris, 35 rue de la Gare, Paris Tél Fax

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Maison de l Emploi de Paris, 35 rue de la Gare, 75019 Paris Tél 01.48.11.28.00 - Fax 01.41.61.91.22 - www.maison-emploi-paris.fr"

Transcription

1 LES ENTREPRISES SOLIDAIRES PARISIENNES AGREEES PAR L ETAT ( ) MOTIFS DU RECOURS A LA DEMANDE D AGREMENT, USAGES DE L AGREMENT ET REFLEXION SUR LE PROJET DE LOI RELATIF A L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Maison de l Emploi de Paris, 35 rue de la Gare, Paris Tél Fax

2 2 SOMMAIRE PREAMBULE 4 PARTIE 1 CARACTERISTIQUES DES ENTREPRISES SOLIDAIRES PARISIENNES AGREEES PAR L ETAT AU MOINS UNE FOIS ( MARS 2013) 5 1. UNE MAJORITE DE STRUCTURES QUI ONT DEMARRE LEUR ACTIVITE DANS LES 10 DERNIERES ANNEES 5 2. UNE MAJORITE D ASSOCIATIONS ET DES ASSOCIATIONS PLUS ANCIENNES QUE LES SOCIETES 5 3. UNE MAJORITE DE TRES PETITES STRUCTURES (MOINS DE 10 SALARIES) 5 4. MAIS AUSSI DES ETABLISSEMENTS QUI FONT PARTIE DE GROUPES 6 5. ET DES COMITES, FEDERATIONS, MOUVEMENTS, RESEAUX, UNIONS PRINCIPALEMENT NATIONAUX AU SEIN DE CE FICHIER PARISIEN 6 6. L ACTIVITE RECODEE : LE SOCIAL COMME PRINCIPAL DOMAINE D ACTIVITE, SUIVI PAR LE CONSEIL POUR LES AFFAIRES ET AUTRES CONSEIL DE GESTION, PUIS PAR LA FINANCE SOLIDAIRE ET LES ARTS, CULTURE ET LOISIRS 6 7. LES STRUCTURES D INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE AGREEES ENTREPRISE SOLIDAIRE AU MOINS UNE FOIS ( MARS 2013) : 24,4 % DES SIAE PARISIENNES (A FIN 2013) 7 PARTIE 2 L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE : CONNAISSANCE, MOTIFS DU RECOURS ET USAGES 8 1. PRISE DE CONNAISSANCE DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE 8 2. MOTIFS DU RECOURS A LA DEMANDE DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE ET ENJEUX DE SON OBTENTION 10 SYNTHESE OBTENTION ET USAGES DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE CE QU A PERMIS L OBTENTION DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE LES USAGES DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE L INFORMATION ET LA COMMUNICATION LE FINANCEMENT : CANAUX D ACCES AU FINANCEMENT ET USAGES DES FINANCEMENTS PERSPECTIVES DE RENOUVELLEMENT DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE ET MOTIFS DU RENOUVELLEMENT 20 SYNTHESE 22 PARTIE 3 REFLEXION SUR LE PROJET DE LOI SUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LA REFORME DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE PRESENTATION DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE D UTILITE SOCIALE LES FONCTIONS ATTENDUES D UN AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE COMME INSTRUMENT POUR REGULER SOUPLEMENT L ENTREE DANS LE CHAMP DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE COMME LEVIER POUR OBTENIR DES FINANCEMENTS QUELLE QUE SOIT LA TAILLE DE LA STRUCTURE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE COMME VECTEUR DE RECONNAISSANCE ET INSTRUMENT DE DIFFERENCIATION L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE COMME MOYEN DE COMMUNIQUER : UN LOGO ENTREPRISE SOLIDAIRE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE COMME MOYEN DE CERTIFICATION : UN LABEL ENTREPRISE SOLIDAIRE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE ET LES AUTRES «AGREMENTS» LES CONDITIONS DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE : L ECHELLE DE REMUNERATION ET LA LUCRATIVITE LIMITEE, ENJEUX DE CONTROVERSES 28 SYNTHESE 31

3 3 2. AUTRES ELEMENTS DE REFLEXION ET PROPOSITIONS LE CHAMP DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE LA CATEGORIE JURIDIQUE A LA FINALITE SOCIALE, DE L UTILITE SOCIALE A L INNOVATION SOCIALE LA DECLARATION DE PRINCIPE D APPARTENANCE A L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES ELEMENTS DE DEFINITION DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DU POINT DE VUE DES ENTREPRISES SOLIDAIRES PARISIENNES AGREEES ENQUETEES L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DEFINIE PAR L ACTIVITE ACTIVITE SOCIALE ET / OU SOLIDAIRE L UTILITE SOCIALE, ENTRE ACTIVITE ET FINALITE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DEFINIE PAR LA FINALITE SOCIALE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DEFINIE AUSSI PAR L EFFET PRODUIT OU GENERE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DEFINIE PAR L INNOVATION SOCIALE L ELARGISSEMENT DU PERIMETRE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE : FOCUS SUR LES ENTREPRISES COMMERCIALES PARISIENNES AGREEES ENTREPRISE SOLIDAIRE UNE MAJORITE DE SOCIETES PAR ACTIONS SIMPLIFIEES, DE SOCIETES QUI ONT DEMARRE LEUR ACTIVITE IL Y A UN PEU PLUS DE 10 ANS, DE PETITE TAILLE, DONT 1/3 FAIT PARTIE D UN GROUPE ET ¼ MENENT UNE ACTIVITE DE FINANCE SOLIDAIRE QUELQUES ILLUSTRATIONS LA MISE EN ŒUVRE D UNE POLITIQUE PUBLIQUE DE DEVELOPPEMENT DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ACCES AU FINANCEMENT VERSUS L INCITATION A INVESTIR L ACCES AUX MARCHES PUBLICS L EVALUATION DES PRATIQUES ET LE SUIVI DES STRUCTURES 49 SYNTHESE 51 PARTIE 4 ENJEUX STATUTAIRES, ENJEUX SECTORIELS ET AUTRES LIGNES DE CLIVAGE ENJEUX STATUTAIRES LES ASSOCIATIONS LES COOPERATIVES ENJEUX SECTORIELS L ACTIVITE DE CREDIT L AGRICULTURE L ART ET LA CULTURE L ENERGIE LA FINANCE LE TOURISME SOCIAL AUTRES LIGNES DE CLIVAGE LE MARCHAND / LE NON MARCHAND LES «GROS» / LES «PETITS» LES NOUVEAUX ENTRANTS / LES ACTEURS HISTORIQUES 59 SYNTHESE 61 PARTIE 5 D UNE NOUVELLE FACON D ENTREPRENDRE A UN AUTRE MODELE ECONOMIQUE 63 BIBLIOGRAPHIE 64 ANNEXES 65 ANNEXE 1 MAISON DE L EMPLOI DE PARIS : PROGRAMME DE TRAVAIL SUR LES ENTREPRISES SOLIDAIRES PARISIENNES AGREEES PAR L ETAT ( ) 66 ANNEXE 2 TABLEAUX STATISTIQUES 67 ANNEXE 3 LES ACTIVITES DES ENTREPRISES SOLIDAIRES PARISIENNES AGREEES PAR L ETAT AU MOINS UNE FOIS ( ) 71 ANNEXE 4 LES FONCTIONS DES PERSONNES INTERVIEWEES 79

4 4 PREAMBULE Depuis le 22 décembre 2010, l Unité territoriale de Paris est chargée d instruire la demande d agrément «Entreprise Solidaire» qui relevait auparavant de la Préfecture de Paris. Constatant une augmentation du nombre de demandes au fil de l année 2012, la direction de l Unité Territoriale de Paris a sollicité la Maison de l emploi de Paris pour mieux connaître ces entreprises et pour repérer et analyser les motifs du recours à la demande d agrément. La Maison de l emploi de Paris a conçu un programme de travail , sur les entreprises solidaires parisiennes agréées par l Etat, en quatre temps. L enquête conduite auprès des entreprises solidaires parisiennes agréées par l Etat au moins une fois ( mars 2013) constitue le troisième temps de travail. 1 (Cf. Annexe 1) L objet de l enquête est de repérer les motifs du recours à la demande d agrément «Entreprise solidaire» et les usages qu en font les entreprises. Cette enquête s inscrit aussi dans la perspective des débats parlementaires sur le projet de loi relatif à l Economie Sociale et Solidaire. C est pourquoi nous avons interrogé les entreprises solidaires sur leurs attentes à l égard de ce projet de loi et recueilli leur opinion à l égard de la réforme de l agrément Entreprise solidaire. Le champ de l enquête est circonscrit aux structures parisiennes agréées par l Etat comme Entreprise solidaire. A titre de repère, rappelons que les 108 entreprises solidaires parisiennes dont l agrément est actif entre 2010 et février 2013 représentent 1 % des entreprises de l économie sociale et solidaire à Paris au sens de l INSEE (CLAP 2009). 2 Nous avons retenu les structures agréées par l Etat au moins une fois entre 2003 et La borne inférieure de 2003 correspond à l année où les premiers agréments sont délivrés par la Préfecture de Paris. La borne supérieure est mars 2013 car lorsque l enquête a démarré à l été 2013, les structures dont le dossier de demande d agrément était en cours d instruction n ont pas été retenues. C est pourquoi l enquête couvre les structures parisiennes agréées au moins une fois jusqu à fin mars Le ficher d enquête compte 151 entreprises solidaires parisiennes agréées au moins une fois ( mars 2013). Les entretiens conduits par téléphone nous ont permis d obtenir 93,4 % de réponses (141). Au sein de ce fichier d entreprises solidaires parisiennes, mentionnons la présence de sièges sociaux d entreprises ayant des établissements en France ou celle de comités, de fédérations, de réseaux nationaux, et dès lors, des prises de position et des arguments qui se situent à la croisée d enjeux territoriaux et nationaux. 3 S agissant d une enquête conduite par téléphone comportant des questions ouvertes, le matériau recueilli est principalement qualitatif. Nous avons recodé ce matériau pour réaliser une exploitation quantitative des réponses (Partie 2 L agrément Entreprise solidaire : connaissance, motifs du recours et usages). Nous avons traité le reste du matériau recueilli au moyen de questions ouvertes de façon à rendre compte de la diversité des arguments avancés par les structures (Partie 3 Réflexion sur le projet de loi sur l économie sociale et solidaire et Partie 4 Enjeux statutaires, enjeux sectoriels et autres lignes de clivage). 1 Nous remercions Florent Bosch, Chargé de mission et d animation territoriale (participation à l élaboration du questionnaire d enquête), Joëlle Normand, secrétariat de l IAE (mise à disposition des dossiers de demande d agrément des structures) de l Unité territoriale de Paris (UT75), et Elodie Manso, chargée de projet Clause sociale et relation entreprises de la Maison de l emploi de Paris (enquête téléphonique) pour leur participation à ce travail. 2 Pour des précisions sur le champ respectif de l économie sociale et solidaire au sens statistique et le champ des entreprises solidaires agréées au sens juridique et administratif, Cf. Maison de l emploi de Paris, Les «entreprises solidaires» parisiennes agréées par l Etat. Eléments de statistique descriptive, février L Unité territoriale, pour instruire l agrément, est l Unité territoriale du siège ou de l établissement principal, même si la structure demande l agrément pour des établissements situés en dehors de Paris. Une demande doit être effectuée par structure juridique, les critères étant appréciés au niveau de chaque structure pour lequel l agrément est demandé.

5 5 PARTIE 1 CARACTERISTIQUES DES ENTREPRISES SOLIDAIRES PARISIENNES AGREEES PAR L ETAT AU MOINS UNE FOIS (2003 MARS 2013) En 10 ans, 161 structures parisiennes ont été agréées au moins une fois par l Etat comme Entreprise solidaire (2003 mars 2013). Au moment de l enquête, 10 avaient cessées, déménagées hors de Paris. 151 structures parisiennes agréées au moins une fois par l Etat comme Entreprise solidaire ( mars 2013) et actives aujourd hui ont donc été enquêtées par téléphone. Un taux de réponse de 93,4 % a été obtenu. (141) A noter : les pourcentages sont calculés sur le nombre de structures pour lesquelles l information est disponible ; Les tableaux statistiques figurent en Annexe UNE MAJORITE DE STRUCTURES QUI ONT DEMARRE LEUR ACTIVITE DANS LES DIX DERNIERES ANNEES 84,1 % des établissements agréés ont démarré leur activité à partir de l an 2000 ( ) (122 sur 145 réponses) Cf. Annexe 2 Tableau 1 58 % des entreprises auxquelles se rattachent les établissements agréés ont été créées à partir de l an 2000 ( ) (83 sur 143 réponses) 2. UNE MAJORITE D ASSOCIATIONS ET DES ASSOCIATIONS PLUS ANCIENNES QUE LES SOCIETES 61,7 % d associations (92) 36,9 % de sociétés (55) dont 71 % de sociétés non coopératives (39) et 29 % de sociétés coopératives (16) 0,6 % de Fondation (1) 0,6 % de Fonds (1) Cf. Annexe 2 Tableau 2 Par ailleurs, 79,5 % des associations ont démarré leur activité à compter de 2000 contre 94,9 % des sociétés non coopératives et contre 94,9 % également des sociétés coopératives. Et 26,1 % des associations ont démarré leur activité à compter de 2010 contre 46,1 % des sociétés non coopératives et 37,5 % des sociétés coopératives. Cf. Annexe 2 Tableau 1 3. UNE MAJORITE DE TRES PETITES STRUCTURES (MOINS DE 10 SALARIES) 65 % des établissements agréés sont de très petits établissements (moins de 10 salariés à fin décembre 2011) (91) 27,1 % des établissements agréés sont de petits établissements (10 à 49 salariés à fin décembre 2011) (38) 7,8 % des établissements agréés sont de taille moyenne (50 à 499 salariés à fin décembre 2011) (11) Cf. Annexe 2 Tableau 3

6 6 Et 71,5 % des établissements font partie d une entreprise de même taille. Ils sont siège social et / ou établissement principal (108), mais 6 % font partie d une entreprise comportant entre 100 et 1999 salariés à fin décembre (9) Par ailleurs, 19,8 % des entreprises ont d autres établissements actifs à Paris que celui qui est agréé. (30) 56,6 % d entre elles n en ont qu un (17) mais 3,3 % en ont entre 7 et 20 (5). En outre, mentionnons que les associations sont de taille diverse, depuis la petite association de 1 à 4 salariés jusqu à la plus grosse allant de 250 à 499 salariés (à noter que nous ne connaissons pas le nombre de bénévoles). Il s agit principalement de petites associations (61,3 % des associations ont entre 0 et 9 salariés). Pour autant, les 3 structures les plus importantes du fichier (de 100 à 499 salariés) sont des associations. Les sociétés non coopératives sont principalement des sociétés de 0 à 4 salariés (69,4 % des sociétés non coopératives). Les sociétés coopératives se répartissent de façon égale dans les différentes tranches d effectifs jusqu à celle de 50 à 99 salariés. Cf. Annexe 2 Tableau 4 4. MAIS AUSSI DES ETABLISSEMENTS QUI FONT PARTIE DE GROUPES 17,2 % des établissements font partie d une association nationale ou d un groupe (Aurore, Emmaüs France ; ACTED, Amundi, ARES, BPI, Crédit Coopératif, ESFIN, Ethik Investment, OXUS, Planet Finance, SOS). (26) Et gardons à l esprit que l enjeu d accès à des financements n est pas le même pour une petite structure indépendante agréée comme Entreprise solidaire et pour un établissement agréé comme Entreprise solidaire et filiale d un groupe d envergure nationale ou internationale. 5. ET DES COMITES, FEDERATIONS, MOUVEMENTS, RESEAUX, UNIONS PRINCIPALEMENT NATIONAUX AU SEIN DE CE FICHIER PARISIEN 13,9 % sont des comités, fédérations, mouvements, réseaux, unions nationaux ou régionaux qui ont obtenu l agrément Entreprise solidaire et figurent dans ce fichier parisien. (21) 62 % d entre eux sont des représentants nationaux. (13) 10,6 % des établissements sont adhérents d un comité, d une fédération, d un mouvement, d un réseau, d une union qui figure dans ce fichier. (16) Les fédérations, réseaux qui sont agréés comme Entreprise solidaire ont l objectif de promouvoir l agrément Entreprise solidaire auprès de leurs adhérents. Ils demandent l agrément Entreprise solidaire afin de mieux représenter leurs adhérents mais expliquent qu ils n en ont pas forcément besoin. Le fichier comporte aussi des adhérents de ces fédérations ou réseaux. Certains ont répondu et d autres nous ont demandé de nous adresser directement à la fédération ou au réseau qui les représente. Dans ce dernier cas, les fédérations, réseaux ont répondu pour l ensemble de leurs adhérents. 6. L ACTIVITE RECODEE : LE SOCIAL COMME PRINCIPAL DOMAINE D ACTIVITE, SUIVI PAR LE CONSEIL POUR LES AFFAIRES ET AUTRES CONSEILS EN GESTION, PUIS PAR LA FINANCE SOLIDAIRE ET LES ARTS, CULTURE ET LOISIRS L ESS ne constitue pas un secteur économique au sens où les structures exerceraient la même activité principale comme dans les autres secteurs économiques. La diversité des activités caractérise l ESS et il existe des enjeux de reconnaissance d une appartenance à l ESS via l activité. C est pourquoi nous avons consulté le site internet de chaque structure afin de connaître précisément leur activité. Nous avons extrait la description de leur activité que nous avons recodée en nous efforçant de rester au plus près de l activité réelle exercée par les structures.

7 7 Cette exploration des sites internet est d autant plus intéressante pour connaître l activité des structures dont le code NAF mentionne «Activités des organisations associatives» ou «Autres organisations fonctionnant par adhésion volontaire» sans plus de précision sur l activité, et qui concerne le plus grand nombre de structures de notre fichier, soit 27,1 % (41). La présentation du codage de l activité et la liste détaillée des activités exercées par les structures figurent en Annexe 3. A l aune de notre catégorisation, 28,5 % des structures exercent une activité dans le domaine social. (43) Dont 55,8 % des activités d aide par le travail. (24) 12,6 % des structures exercent une activité dans le domaine du conseil pour les affaires et autres conseils en gestion. (19) Sous cette rubrique, nous avons recensé toutes les activités de «conseil» : Conseil en pratique sociale et / ou accompagnement à la formation de publics fragiles Conseil et / ou accompagnement de structures Conseil et / ou accompagnement en développement durable Conseil et / ou accompagnement de structures - formes alternatives d'emploi Sensibilisation expérientielle, accompagnement, conseil et formation à l'univers du Handicap Services de bien-être avec esthéticiennes déficientes visuellement diplômées d'etat Conseil et services aux parents Conseil et formation Lieu de travail et d échange autour de l innovation sociale et environnementale Conseil et / ou accompagnement en mobilité durable Conseil RH et recrutement Services aux initiatives culturelles locales 11,2 % des structures exercent une activité dans le domaine de la finance solidaire. (17) 11,2 % des structures exercent une activité dans le domaine des arts, de la culture et des loisirs. (17) 36,5 % des structures exercent une activité dans d autres secteurs. (55) Cf. Annexe 2 Tableau 5 A noter : dans le Tableau 5 Nombre d établissements agréés Entreprise solidaire par activité, nous avons pris le parti de recenser les 16 fédérations, réseaux, unions institués dans une catégorie à part. Par exemple, la Fédération de lutte contre l exclusion n est pas classée dans le «Social» mais apparaît en tant que Fédération de lutte contre l exclusion. Les 4 comités, mouvements dont nous ne pouvions repérer s ils étaient institués n ont pas été classés dans cette catégorie à part. Ils ont été classés par activité. 7. LES STRUCTURES D INSERTION PAR L ACTIVITE ECONOMIQUE AGREEES ENTREPRISE SOLIDAIRE AU MOINS UNE FOIS (2003 MARS 2013) : 24,4 % DES SIAE PARISIENNES (A FIN 2013) Au sein de notre fichier, nous avons recensé 20 structures d insertion par l activité économique. Elles représentent 13,2 % des 151 structures agréées Entreprise solidaire au moins une fois ( ) et 24,4 % des structures d insertion par l activité économique parisiennes. (82 à fin 2013) Cf. Annexe 2 Tableau 6

8 8 PARTIE 2 L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE : CONNAISSANCE, MOTIFS DU RECOURS ET USAGES 1. PRISE DE CONNAISSANCE DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE Nous avons demandé aux structures comment elles ont eu connaissance de l agrément Entreprise solidaire. Nous avons recensé la diversité de leurs réponses et les avons classées. Trois principaux types de réponses en ressortent. - Les réponses qui concernent une prise de connaissance par l intermédiaire de différents acteurs. (35,4 %) - Les réponses de nature «tautologiques» : nous connaissons l agrément Entreprise solidaire car nous faisons partie de l ESS et c est normal que nous le connaissions. (27,6 %) - Les réponses qui renvoient à une occasion (c est à cette occasion que nous avons eu connaissance de l agrément Entreprise solidaire). (26,9 %) Un autre type de réponses montre des structures actives par rapport à l évolution juridique et renvoie à une activité de veille ou à la participation à des manifestations sur l ESS. (9,9 %) Et aussi 9,9 % de réponses de structures qui ne savent pas comment l agrément Entreprise solidaire a été connu. Cf. Tableau page suivante. A noter : le nombre d arguments est supérieur au nombre de structures qui ont répondu car chacune avance plusieurs arguments. Les pourcentages sont calculés sur le nombre de structures ayant répondu à l enquête. (141)

9 9 Comment avez-vous eu connaissance de l agrément Entreprise solidaire? Par l intermédiaire de fédérations, mouvements, réseaux dont elles font partie (26) ; par des acteurs institutionnels : Etat - DIRECCTE Île-de- France, Ville de Paris, Caisse des Dépôts et Consignations, France Active dont 3,5 % pour les services de l Etat et 1,4 % pour la Ville de Paris (10) ; par des «collègues», entreprises, associations, des structures agréées, des personnes de l entourage, par le «bouche à oreille» (8) ; «par les entreprises qu on finance» (1) ; «par un de nos actionnaires qui est une banque d affaires qui collecte de l argent pour investir dans notre structure, par un fonds d investissement.» (5) % des répondants (141) 35,4 % (50) Illustrations «Nous appartenons à un groupe qui a l agrément Entreprise solidaire.» (12) ; «nous faisons partie de l ESS.» (5) ; «nous faisons partie de l IAE.» (7) ; «Parce que la structure est une coopérative, parce que cela fait partie d une démarche.» (4) ; parce que les interlocuteurs ont dirigé ou présidé une structure de l ESS, qu ils ont fait partie d un cabinet ministériel dans le champ de l économie solidaire, qu ils sont membres de la Gouvernance d une structure de l ESS. (5) ; «parce que je suis banquier associatif» (1); «L agrément est utilisé pour flécher l épargne solidaire, le financement des investisseurs est conditionné par le fait de détenir l agrément.» (2) ; «Je me suis intéressé très tôt à la finance solidaire pour pouvoir en bénéficier.» (1) ; «par la loi TEPA.» (2) «A l occasion d une demande de financement.» (34) ; «à l occasion du montage d un chantier d insertion» ; «via une convention concernant le dispositif «premières heures».» (3) ; «à l occasion d un échange avec le Crédit Coopératif pour le montage d une structure de finance solidaire.» (1) Ne savent pas comment il a été connu par la structure (14) Par une activité de veille juridique ; assiste aux Assises sur les entreprises sociales à l Assemblée Nationale (14) 27,6 % (39) «Nous sommes une jeune association de 5 ans. Je connaissais le concept et quand nous sommes devenus porteur d'un chantier d'insertion, je pense qu'on devait demander l'agrément et cela paraissait cohérent dans le cadre de ce projet. En faisant de l'iae, c'est logique d'avoir cet agrément. Pour moi, cela allait ensemble mais en fait, vous me dites qu'on peut faire de l'iae et ne pas demander cet agrément.» 26,9 % (38) «En 2012, nous avons sollicité PIE pour une demande de prêt de trésorerie et nous avons découvert que l'agrément Entreprise solidaire existe.» 9,9 % (14) 9,9 % (14) «Nous avons besoin de nous financer auprès de personnes physiques qui elles, pouvaient avoir une déduction fiscale si nous étions Entreprise solidaire.»

10 10 2. MOTIFS DU RECOURS A LA DEMANDE DE L AGREMENT ENTREPRISE SOLIDAIRE ET ENJEUX DE SON OBTENTION Pour repérer les motifs du recours à la demande d agrément, nous avons posé trois questions aux structures : Comment avez-vous décidé de demander l agrément Entreprise solidaire? Avez-vous décidé d en faire la demande, plutôt pour un motif d accès à un financement, pour un motif de reconnaissance, pour un motif de défiscalisation? Quel était pour vous, l enjeu d obtenir l agrément Entreprise solidaire? Concernant la décision de demander l agrément Entreprise solidaire, quatre principaux types de réponses apparaissent. La décision de demander l agrément Entreprise solidaire est liée au fait : - que les structures savent que l agrément Entreprise solidaire leur est utile, voire nécessaire, principalement pour prétendre à l obtention de certains financements ou pour ouvrir une société immobilière. (43,2 %) - qu il correspond à ce qu elles mettent en œuvre, à ce qu elles sont, et que le demander traduit la correspondance entre le «fond» (le projet, les objectifs, l organisation et le fonctionnement de la structure) et la «forme» (l agrément Entreprise solidaire). (19,8 %) - qu il peut être perçu comme un label et être un gage de crédibilité ou bien donner une bonne image de la structure, être vecteur de reconnaissance mais aussi de distinction par rapport à des structures qui ne l ont pas. (14,1 %) - que les structures souhaitent attester du respect des valeurs qu elles prônent à travers l agrément Entreprise solidaire. (11,3 %) Par ailleurs, 14,8 % des réponses concernent des structures qui ne savent pas pourquoi l agrément Entreprise solidaire a été demandé ou bien le fait que l agrément ait été demandé en leur nom mais sans qu elles aient pris part à cette demande. Cf. Tableau page suivante. A noter : le nombre d arguments est supérieur au nombre de structures qui ont répondu car chacune avance plusieurs arguments. Les pourcentages sont calculés sur le nombre de structures ayant répondu à l enquête. (141)

11 11 «Comment avez-vous décidé de demander l agrément Entreprise solidaire?» 22,7 % : «C est une condition pour être financé, c était lié à la possibilité d accéder au Grand Emprunt ; c était lié au financement que l on pouvait obtenir via la CDC et le PIA ; c était intéressant pour collecter l épargne solidaire ; c est une condition pour attirer les investisseurs, c est une condition pour que les investisseurs investissent ; c est une condition pour pouvoir effectuer une levée de fonds ; des associés étaient prêts à abonder le capital mais nous devions être agréés comme Entreprise solidaire ; nous souhaitions effectuer une ouverture de capital à des particuliers et avoir l agrément Entreprise solidaire leur permettait de bénéficier d une défiscalisation.» (32) % des Illustrations répondants (141) 43,2 % (61) «On l'a demandé parce qu'on avait besoin d'aller chercher des placements solidaires et qu'il était obligatoire de l'avoir.» «Certains financeurs solidaires du type Natixis, Amundi, la Banque Postale Asset Management demandent l'agrément solidaire à tous les projets qu'ils financent. Il y avait besoin du caractère solidaire du fonds. Les très gros Fonds d'épargne 90 / 10 demandent l'agrément.» 14,9 % : «A l occasion d une demande de financement.» (21) 3,5 % : «C était une obligation ; cela permet d ouvrir une société immobilière.» ; (4) «c est une obligation de demander l agrément Entreprise solidaire pour créer une SCIC.» (1) 2,1 % : «Pour répondre à un marché ; pour faire une demande pour un emploi aidé ; pour obtenir le label Finansol.» (3) 15,6 % : «Cela correspond à notre projet, notre fonctionnement, à ce qu on fait ; cela correspondait à notre organisation, à notre vision de l entreprise.» ; «cela correspondait au projet.» «cela permettait de donner la dimension solidaire au projet alors que nous sommes une SAS.» ; «en étudiant les critères et malgré nous, car on n a pas un objet social à proprement parler solidaire puisqu on est éditeur de logiciels, mais on a un mode de management, de fonctionnement solidaires et on rentrait dans cet état d esprit vis-à-vis de nos clients.» ; «je voulais une cohérence entre le fonds, la générosité embarquée, et la forme et qu il y ait une incidence sur les échanges avec les partenaires privés.» (22) 4,2 % : «L agrément vient s insérer dans ce modèle alternatif de l entrepreneuriat social.» ; «nous sommes une entreprise privée mais nous visons la solidarité vis-àvis notamment de nos clients hébergés.» (6) 19,8 % (28) «PIE nous avait dit que nous avions les critères pour être entreprise solidaire car notre travail était l'insertion pour les personnes en difficulté. Ce n'était pas une opportunité de financement. Il y avait compatibilité entre nos objectifs et notre activité réelle.» «C'était difficile. Nous étions une des premières structures juridiques "entreprise" à l'avoir et on est devenu l'expert es solidaire auprès des entreprises du mouvement des entrepreneurs sociaux et on a expliqué aux autres comment faire. Ce n'était pas évident car pour le critère de la Gouvernance participative, j'étais le seul salarié! Je ne pouvais créer mon entreprise en association car personne ne me connaissait, je n'étais pas légitime. Moi, j'avais à coeur de faire un projet solidaire. J'avais lu un livre sur les entreprises sociales, j'avais un objectif social. Pour pouvoir obtenir des fonds auprès du Love Money, il fallait créer une entreprise, les intéresser humainement au sujet. Je voulais une cohérence entre le fonds, la générosité embarquée et la forme et qu'il y ait une incidence sur les échanges avec les partenaires privés. Je pensais qu'il y aurait un effet marketing, label, mais pas du tout à l'époque.» 9,2 % : Ne savent pas pourquoi l agrément a été demandé. (13) 14,8 % (21) 5,6 % : «On l a pris pour nous.» (sans autre argument) (8) 8,5 % : Image, Label appréciable, Crédibilité (10) 3,5 % : Reconnaissance (5) 2,1 % : «pour se distinguer par rapport à certaines dérives associatives.» ; «cela nous distingue de l entreprise d insertion car nous travaillons avec les habitants.» ; «pour se différencier d une entreprise classique.» (3) 11,3 % : «Attester publiquement d une orientation et du respect des valeurs qu on prône ; c est l esprit qu on voulait donner à l association ; nous faisons partie de l ESS, c était logique ; c était une évidence, nous sommes militants ; c était naturel car je voulais ouvrir une entreprise sociale.» (16) 4,2 % «Nous avons décidé d en faire la demande pour voir si nous répondions aux critères.» (6) 14,1 % (18) «Pour pouvoir communiquer dessus. Je n'aime pas le terme "insertion" et "entreprise solidaire" parle plus même si c'est moins contraignant que d'être une entreprise d'insertion. C est facile à remplir puisque nous sommes déjà une entreprise d'insertion.» 11,3 % (16) 4,2 % (6) «Avant d'en connaître le contenu, on aimait cette idée d'être différencié d'une entreprise classique, d'être sur l'intérêt général, à la fois par déontologie et parce que ça donnait un cadre, une idée de l'entreprise solidaire.»

12 12 A la question, Comment avez-vous décidé d en faire la demande : plutôt pour un motif, d accès à un financement, pour un motif de reconnaissance, pour un motif de défiscalisation? 43,2 % des structures répondent qu il s agit d un motif d accès à un financement. (61) 36,2 %, d un motif de reconnaissance. (51) Seules 2,8 % des structures répondent qu il existe un enjeu de défiscalisation pour les investisseurs potentiels. (4) La défiscalisation est un motif peu invoqué. Le plus souvent, les interlocuteurs ne savent pas quel peut être le lien entre enjeu de défiscalisation et Entreprise solidaire. Parfois, ils estiment qu il y a un enjeu de défiscalisation, mais ne savent pas s il est imputable à l agrément Entreprise solidaire. «L agrément facilite les contributions des personnes soumises à l ISF car elles ont des déductions fiscales.» «Si on est une société de capital - risques avec le label, alors il y a une défiscalisation pour les PME non cotées.» «Mes associés sont défiscalisés.» «Nous avons ouvert notre capital à des personnes privées qui peuvent bénéficier d un avantage fiscal et dans le cadre de la loi TEPA, il peut y avoir une défiscalisation dans le cadre de l impôt sur la fortune. Pour que les investisseurs particuliers puissent bénéficier d avantages fiscaux en lien avec la loi Madelin et la loi TEPA.» «Nous avons 14 actionnaires qui ont bénéficié du crédit d impôt mais classiquement, du fait d investir dans une PME.» «Il y a peut-être un enjeu pour le Fonds solidaire. Pas pour les particuliers qui investissent et peuvent s inscrire dans le cadre de la défiscalisation, mais c est indépendant du côté solidaire, car ils étaient là avant.» «Est-ce que l agrément Entreprise solidaire est utile si on fait des dons à notre association d intérêt général. Je ne sais pas si l agrément fait double emploi.» La question sur l enjeu d obtention de l agrément Entreprise solidaire permet de compléter les arguments avancés dans les réponses aux deux questions précédentes. Si la majorité confirme l enjeu de financement ou l enjeu de reconnaissance dans l obtention de l agrément Entreprise solidaire, voire l enjeu de communication, d image, d autres arguments apparaissent. Ces arguments ne sont pas ceux qui sont présentés le plus souvent mais ils sont intéressants. Ainsi, obtenir l agrément Entreprise solidaire apparaît comme un moyen d attester, de démontrer, de certifier le mode de fonctionnement solidaire et le sérieux des pratiques professionnelles et de gestion solidaires. 7,8 % : «Cela démontre un mode de fonctionnement ; acter de 9 ans de gestion et de management solidaires ; certifie la qualité et le sérieux de notre travail ; France Active a considéré qu on le méritait ; on appliquait les règles de l agrément avant l agrément. C est la validation qu on est entreprise solidaire auprès des administrations ; c est la reconnaissance des pratiques professionnelles et des pratiques de gestion qui sont à valoriser auprès des financeurs et des donneurs d ordre ; cela certifie notre appartenance à l éducation populaire ; asseoir notre légitimité ; certification de nos pratiques.» (12) Il apparaît aussi comme un moyen de rendre lisible et visible ce qui est invisible dans les statuts juridiques et de donner un cadre légal à l objectif de solidarité. Ce faisant, l agrément Entreprise solidaire apparaît comme un moyen de clarifier une appartenance à l Economie sociale et solidaire. 4,2 % : Lisibilité, «présente clairement ce que nous sommes ; visibilité de ce qui est invisible dans les statuts.» (6)

Réunion d information organisée par l Unité territoriale de Paris : L agrément ESUS issu de la loi ESS : quelles nouveautés? quelle utilité?

Réunion d information organisée par l Unité territoriale de Paris : L agrément ESUS issu de la loi ESS : quelles nouveautés? quelle utilité? Réunion d information organisée par l Unité territoriale de Paris : L agrément ESUS issu de la loi ESS : quelles nouveautés? quelle utilité? Présentation de l étude Les entreprises solidaires agréées par

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013

Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 Grande Rencontre du Réseau Rural Régional Basse-Normandie 4 novembre 2013 L économie sociale et solidaire : de quoi parle-t-on? Une économie du quotidien, ancrée sur les territoires Des entreprises et

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises

Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Baromètre CSA pour ALMA CG des PME françaises Edition 2013 : L optimisation des coûts et les mesures gouvernementales pour la compétitivité Etude N 1201855 Mai 2013 Profil des répondants - FONCTION - -

Plus en détail

Quelques informations préalables

Quelques informations préalables Quelques informations préalables * Votre structure est... Une association Une fondation Une SCOP Une SCIC Une société commerciale (autre que coopérative) Une mutuelle Pouvez-vous décrire en une phrase

Plus en détail

à l'économie sociale et solidaire

à l'économie sociale et solidaire Guide des aides à l'économie sociale et solidaire en Haute-Normandie L'édito du président ÉDITO 2 Désireuse de redynamiser un tissu économique territorial parfois fragilisé, tout en encourageant localement

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE FRANCE ACTIVE 2 FRANCE ACTIVE Association créée en 1988 Fondateurs Fondation de France Caisse des dépôts et consignations Crédit Coopératif

Plus en détail

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1

Communication. Séance Plénière du 20 Juin 2014. L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi 19/06/2014 1 Communication L économie sociale et solidaire, une reconnaissance par la loi Séance Plénière du 20 Juin 2014 19/06/2014 1 Comment définir l ESS? Le préambule de la loi sur L Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Mobilisation des acteurs aquitains pour une collecte territoriale innovante de la finance solidaire

Mobilisation des acteurs aquitains pour une collecte territoriale innovante de la finance solidaire Communiqué de presse Aquitaine Active acteur de la 4 ème région de France pour la collecte de la Finance Solidaire Le baromètre 2011 de la finance solidaire montre que l Aquitaine est une région dynamique

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE Avec le soutien de L épargne solidaire, c est quoi? L épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant de placer son épargne au bénéfice d activités

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536

Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 Avis du CNCRES Projet de loi N 1536 ------------------------------------------------------------------------------------- Relatif à l économie sociale et solidaire Conseil National des Chambres Régionales

Plus en détail

Devenir investisseur citoyen : Créer un club. Guide pratique à destination des futurs cigaliers

Devenir investisseur citoyen : Créer un club. Guide pratique à destination des futurs cigaliers Devenir investisseur citoyen : Créer un club CIGALES Guide pratique à destination des futurs cigaliers Jean-François MICHON Président de l Association des Cigales de Bretagne Loïc Rolland, Directeur régional

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié

N 15 - juillet 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane. Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 15 - juillet 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Guyane Un secteur jeune et féminisé et 8 % de l emploi salarié En 2009, en Guyane, 3

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier

Sommaire. Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Dossier de presse Octobre 2013 Sommaire Présentation du modèle des Scop > Un modèle participatif > Des entreprises concurrentielles > Un atout financier Le Réseau des Scop : un accompagnement pour ces

Plus en détail

La Maison du Transport :

La Maison du Transport : La Maison du Transport : Lieu d accueil des structures de représentation et services pour les entreprises de transport routier de la Loire Un syndicat professionnel : le cœur de métier FNTR LOIRE, déclinaison

Plus en détail

Finances Conseil Méditerranée / ESIA

Finances Conseil Méditerranée / ESIA Finances Conseil Méditerranée / ESIA - Financement des TPE - Financement des entreprises responsables - Dispositif CEDRE 25 avril 2013 QUI EST ESIA? Un outil de développement local créé en 2001 par la

Plus en détail

LORRAINE ACTIVE. Economie Sociale et Solidaire : anticiper la dégradation de situation économique et financière : les points de vigilance

LORRAINE ACTIVE. Economie Sociale et Solidaire : anticiper la dégradation de situation économique et financière : les points de vigilance LORRAINE ACTIVE Economie Sociale et Solidaire : anticiper la dégradation de situation économique et financière : les points de vigilance Tomblaine, le 22 octobre 2013 PRESENTATION DE LORRAINE ACTIVE QUI

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes. Questionnaire complet de l enquête en ligne

L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes. Questionnaire complet de l enquête en ligne L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes Questionnaire complet de l enquête en ligne Texte de présentation Le Conseil National des Chambres Régionales de l Economie Sociale et Solidaire (CNCRES) lance une

Plus en détail

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007

PANORAMA. de l Economie Sociale en Haute-Normandie J U I N 2 0 1 0. 2 emplois nets sur 10 créés par l Economie Sociale entre 2005 et 2007 PANORAMA de l Economie en Haute-Normandie J U I N 2 1 EDITO La Chambre Régionale de l Economie (CRES) de Haute- Normandie est heureuse de vous présenter ce premier Panorama de l Economie dans notre Région.

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

Guide des financements régionaux pour le développement économique des structures de l Economie Sociale et Solidaire

Guide des financements régionaux pour le développement économique des structures de l Economie Sociale et Solidaire Guide des financements régionaux pour le développement économique des structures de l Economie Sociale et Solidaire Ce guide est issu de la réflexion menée par le Groupe BPI ESS au cours du 1 er semestre

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Pôle Entreprises solidaires & associations solutions de financement

Pôle Entreprises solidaires & associations solutions de financement Pôle Entreprises solidaires & associations solutions de financement Votre contact : Christophe DESSAGNE Directeur 04 77 01 34 84 christophe.dessagne@loireactive.org Loire Active - www.loireactive.org Qui

Plus en détail

APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE PROJETS ELIGIBLES AU FONDS POUR L'INNOVATION SOCIALE EN RHONE-ALPES (FISO RA) CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE PROJETS ELIGIBLES AU FONDS POUR L'INNOVATION SOCIALE EN RHONE-ALPES (FISO RA) CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE PROJETS ELIGIBLES AU FONDS POUR L'INNOVATION SOCIALE EN RHONE-ALPES (FISO RA) CAHIER DES CHARGES Investissements d avenir Action : «Rhône-Alpes FISO Programme d investissements

Plus en détail

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding

Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Sondage exclusif Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding Un sondage exclusif mené par l Institut Think pour Sondage «Les Français, leurs entrepreneurs et le crowdfunding» mené par l Institut

Plus en détail

FCPR Mandarine Capital Solidaire

FCPR Mandarine Capital Solidaire FCPR Mandarine Capital Solidaire 1 Historique Depuis le 01/01/2010*, les entreprises proposant des Plan Epargne Entreprise à leurs salariés ont l'obligation d'inclure un FCPE Solidaire dans leur offre

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

FORMATIONS DES BENEVOLES

FORMATIONS DES BENEVOLES 2015 Agir pour la Solidarité FORMATIONS DES BENEVOLES Administrateurs et bénévoles des associations du secteur de l insertion sociale et professionnelle 2015 Sommaire Le paysage institutionnel du secteur

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance

Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salariés, la crise et l assurance pour Note méthodologique Etude réalisée pour:

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

Compte Rendu. Soirée CIGALES. (Club d Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l Epargne Solidaire)

Compte Rendu. Soirée CIGALES. (Club d Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l Epargne Solidaire) Compte Rendu Soirée CIGALES (Club d Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l Epargne Solidaire) - 21 février 2014-20h-23h - QUINTENAS 26 participants Contexte : La soirée du 21 février

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS

AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE. ajoutée. valeur HUMAINE. ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS AGENCE ÉVÉNEMENTIELLE ajoutée à valeur HUMAINE ALTERNACOM est une entreprise du Groupe SOS Une agence au cœur de l innovation sociale Agence de communication événementielle responsable, Alternacom a fait

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

www.aldatu.org ALDATU un facteur clé de réussite au service des porteurs de projet, des entreprises et du territoire

www.aldatu.org ALDATU un facteur clé de réussite au service des porteurs de projet, des entreprises et du territoire ALDATU un facteur clé de réussite au service des porteurs de projet, des entreprises et du territoire Sommaire 1. Centre d Appui aux Entreprises ALDATU 1.1 Présentation 1.2 Structure 1.3 Carte d identité

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r :

Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : Emp r u n t e r po u r se dé v e l o p p e r : u n e ut o p i e po u r le s pe t i t e s a s s o c i a t i o n s? Vous êtes dirigeant d une petite association : vous avez des besoins de financement? vous

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE

RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE Les notes de l Juin 2007 OBSERVATOIRE PARTENARIAL LYONNAIS EN ECONOMIE RÉSULTATS DE L'ENQUÊTE AUPRÈS DES CRÉATEURS D'ENTREPRISE L entrepreneuriat est une priorité pour le développement économique de l

Plus en détail

POUR UN LABEL ISR DECLARATION COMMUNE AFG - AFNOR - CIES - FINANSOL - FIR - NOVETHIC - ORSE - PARIS EUROPLACE

POUR UN LABEL ISR DECLARATION COMMUNE AFG - AFNOR - CIES - FINANSOL - FIR - NOVETHIC - ORSE - PARIS EUROPLACE POUR UN LABEL ISR DECLARATION COMMUNE AFG - AFNOR - CIES - FINANSOL - FIR - NOVETHIC - ORSE - PARIS EUROPLACE A l occasion de la consultation sur le Livre Blanc sur le financement de la transition écologique,

Plus en détail

L observatoire LCL en ville

L observatoire LCL en ville L observatoire LCL en ville «LA RETRAITE» Résultats de l étude quantitative réalisée par OpinionWay Le 10 janvier 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie

Plus en détail

ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Avec le soutien FRANCE ACTIVE Association Loi 1901 créée en 1988 Fondateurs : Caisse des dépôts

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Bertrand LANGEVIN, Chargé de mission CEAS 72 LE CEAS : Centre d étude et d action sociale de la Sarthe Association créée en 1937, secrétariat social, la première étude

Plus en détail

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME

Thématique de travail possible n 1. RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Thématique de travail possible n 1 RSE, compétitivité et développement durable l enjeu des PME Constat/Diagnostic On assiste depuis quelques années à une diffusion croissante de pratiques dites «responsables»

Plus en détail

les travailleurs non-salari

les travailleurs non-salari Septembre 2013 Contact: Frédéric Dabi 01 45 84 14 44 Frederic.dabi@ifop.com Les micro-entrepreneurs, les travailleurs non-salari salariés, s, la crise et l assurancel pour Note méthodologique Etude réalisée

Plus en détail

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile

Alternative Assistance Informatique : une société de dépannage informatique à domicile DIESS Lille-Métropole Développement des Initiatives d'economie Sociale et Solidaire 1 bis place Charles Roussel 59200 TOURCOING Contact : Ignace Motte 03.20.24.39.03 ignacemotte@diess.fr OTeN - IRIS Observatoire

Plus en détail

FICHE EXPERIENCE N 7 PARTENARIAT ENTRE UNE ASSOCIATION D INSERTION «LANCEMENT» ET UN CENTRE D ACCUEIL POUR DEMANDEURS D ASILE EN ESSONNE

FICHE EXPERIENCE N 7 PARTENARIAT ENTRE UNE ASSOCIATION D INSERTION «LANCEMENT» ET UN CENTRE D ACCUEIL POUR DEMANDEURS D ASILE EN ESSONNE Direction de l Intégration* Emploi/Logement Service : Reloref N/REF : DIEL/RELOREF/FM/FG/PEG/2010-406 Date : Décembre 2010 * Avec le soutien du Ministère de l'immigration, de l'intégration, de l'identité

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) POLITIQUE REGIONALE D'APPUI A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DES COOPERATIVES

ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) POLITIQUE REGIONALE D'APPUI A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DES COOPERATIVES ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS) POLITIQUE REGIONALE D'APPUI A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DES COOPERATIVES CONSEIL RÉGIONAL D AQUITAINE SEANCE PLÉNIÈRE DU 15 DÉCEMBRE 2008 DELIBERATION DU CONSEIL

Plus en détail

Caravane des partenariats

Caravane des partenariats Lorsque humanisme et efficacité se rencontrent! Caravane des partenariats Contexte, enjeux et typologie des partenariats associations - entreprises Lille, 04 juin 2012 Le RAMEAU Association loi 1901, déclarée

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention ASSOCIATION Loi du 1 er juillet 1901 relative au contrat d association Dossier de demande de subvention Veuillez cochez la case correspondant à votre situation : Première demande Renouvellement d une demande

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016

Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 1 Soutenu par Appel à Manifestation d Intérêt Référencement des prestataires DLA en Aquitaine 2014-2016 Ce document a vocation à clarifier le contexte de l intervention des prestataires DLA, à faciliter

Plus en détail

Le mercredi 30 novembre 2011 à l ADPE (Nordev)

Le mercredi 30 novembre 2011 à l ADPE (Nordev) «Epargner et financer solidaire : L alternative économique» LE PREMIER RENDEZ VOUS DES FINANCES SOLIDAIRES Le mercredi 30 novembre 2011 à l ADPE (Nordev) CRES 14, Boulevard Doret BP 340 97467 Saint- Denis

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE

CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE CONVENTION CADRE DÉPARTEMENTALE POUR LE SOUTIEN À L ANIMATION DE LA VIE SOCIALE Entre : Le Département de Loire-Atlantique, domicilié à l hôtel du département, 3 quai Ceineray- 44041 Nantes cedex 01, représenté

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public

L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public L expérience des services financiers et la connaissance de l ACFC - le point de vue du public 5R000-040048/001/CY Présenté à : L Agence de la consommation en matière financière du Canada 24 mars 2005 Table

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

«Donnons du crédit DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES.

«Donnons du crédit DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES. ASSOCIATIONS ET ENTREPRISES SOLIDAIRES DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS «Donnons du crédit à l emploi» Avec le soutien de >> QUI EST FRANCE ACTIVE? Association créée

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Présentation Juin 2013. La finance solidaire

Présentation Juin 2013. La finance solidaire La finance solidaire Les circuits de la finance solidaire permettent de financer des projets qui ne trouvent pas de réponse dans les circuits bancaires classiques Ils font intervenir : d un côté des épargnants

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

oui, je suis intéressé par

oui, je suis intéressé par C O U P O N R É P O N S E oui, je suis intéressé par les produits d épargne solidaire d Habitat et Humanisme! Monsieur, Madame Adresse Téléphone Mail Profession Date de naissance Souhaite recevoir une

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Nord-Pas de Calais Picardie. Synthèse des résultats. Une publication de : En partenariat avec :

Nord-Pas de Calais Picardie. Synthèse des résultats. Une publication de : En partenariat avec : Nord-Pas de Calais Picardie Synthèse des résultats Une publication de : En partenariat avec : Le mot de... En octobre 2013, la mutuelle CHORUM publiait le 1 er baromètre national exclusivement dédié aux

Plus en détail

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale

9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale 7 Novembre 2011 9 èmes Rencontres de l Épargne Salariale Assemblée Nationale 7 Novembre 2011 Assemblée Nationale 9 èmes Rencontres de l Épargne

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL L ENVIRONNEMENT SOCIAL LES ORGANISMES ACCOMPAGNATEURS ET LES AIDES PROTEGER SA MARQUE

ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL L ENVIRONNEMENT SOCIAL LES ORGANISMES ACCOMPAGNATEURS ET LES AIDES PROTEGER SA MARQUE L SOCIAL PROTEGER SA MARQUE Pour retenir l attention du consommateur et se distinguer des concurrents, une personne peut avoir intérêt à créer une marque. C est parfois un élément essentiel du fonds de

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination

Plus en détail

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes?

Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Accompagnement et financements solidaires : quels organismes? Animé par : ADIE Association des CIGALES de Bretagne BCS BGE Ille & Vilaine Bretagne Active Les CAE d Ille & Vilaine PRESOL L AGORA, autour

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS. Avec le soutien de

Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS. Avec le soutien de Chantier Ecole 09 mars 2012 DES SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE POUR ACCOMPAGNER VOS PROJETS Avec le soutien de QUI SOMMES-NOUS? QUI EST ILE DE FRANCE ACTIVE? Association membre du réseau France Active

Plus en détail