RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS 2013-2014"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS CALACS DE GRANBY

2 TABLE DES MATIÈRES Nature des services d aide directe offerts INTRODUCTION 3 NOTRE FONCTIONNEMENT ÉDUCATION/ SENSIBILISATION/ PROMOTION Prévention par le programme JAVISE L aide directe chez les jeunes : Projet J AVISE 29 L aide directe auprès des femmes de la diversité 30 LUTTE ET DÉFENSE DE DROITS Concertations provinciales Concertations régionales Concertations locales Justice sociale Réagir à l actualité 27 6 Promotion des services du CALACS auprès de la population et des partenaires 9 Comité Journal 9 Projet d action 9 Demandes diverse 20 Médias sociaux et WEB 2 Se faire connaître auprès des autres organismes 2 Animations auprès des groupes d adultes 2 Mobilisation par les soirées récréactives 22 Formation du CALACS 23 Démarches psycho-social-clinique-judiciaire 3 GESTION Gestion financière Demandes de subventions Comptabilité Demandes de dons et donateurs Statistiques Gestion des ressources humaines Comité bi partite Stagiaire Formation des travailleuses VIE ASSOCIATIVE Conseil des administratrices Rencontres d équipe Communications virtuelles Collaborations et militantisme REMERCIEMENTS 4 AIDE DIRECTE ANNEXES EN PIÈCES JOINTES Favoriser l intervention de groupe vs l individuel 24 Annexe Rapport financier annuel au 3 mars 204 Annexe 2 Membres du CA au 3 mars 204 Annexe 3 Invitation pour l AGA du 8 juin 203 Annexe 4 Procès-verbal du 8 juin 203 Annexe 5 Synthèse des objectifs au plan d action triennal/ perspectives d actions Services en B-M 24 Services en anglais 24 Demandes d aide 25 Page 2

3 Page 3

4 INTRODUCTION Le CALACS (Centre d aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel) de Granby existe depuis 28 années déjà. Plusieurs changements sont survenus au cours de ces années. Mais un fait demeure, le CALACS, ses travailleuses et ses militantes s activent année après année pour lutter contre les agressions sexuelles et la violence sexuelle. Les administratrices vouent une grande importance à mettre en œuvre des services et actions en conformité avec sa mission, son analyse et les engagements auprès des bailleurs de fond et de ses membres. Le CALACS, adopte une analyse sociale des agressions à caractère sexuel qui soutient que la violence sexuelle s inscrit dans un continuum de violence contre les femmes et qui est liée à divers phénomènes sociaux. C est d ailleurs dans une perspective de défense de droits que les trois volets de services sont offerts, soit : la lutte, la prévention/sensibilisation et l aide directe. Les agressions sexuelles sont un problème social qui demande une réponse sociale. Dans cette perspective, le CALACS travaille en concertation et en partenariat avec des groupes du milieu dans l ultime but enrayer les inégalités entre les hommes et les femmes et entre les femmes elles-mêmes. Différentes actions sont initiées et partagées avec nos partenaires et via les réseaux sociaux. Nos activités de prévention/sensibilisation visent principalement à informer les jeunes et la population en général sur la problématique des agressions à caractère sexuel, notamment sur les causes sociales et les conséquences et promouvoir des rapports égalitaires. Le CALACS pratique une intervention féministe qui vise à informer les femmes et à les déculpabiliser des agressions sexuelles vécues dans une approche le plus égalitaire possible. Nous favorisons l intervention par les groupes de changement. Aussi, nous sommes à même de constater que les groupes offerts contribuent largement à diminuer l isolement et favorisent la solidarité entre les femmes. L équipe du CALACS est fière de vous présenter son rapport annuel d activités pour l année L équipe du CALACS. Page 4

5 FONCTIONNEMENT BREF HISTORIQUE L histoire du CALACS, parsemée d embûches, de luttes et de victoires, a débuté en 983 alors que le Centre de femmes Entr Elles avait cerné les besoins d aide pour les femmes victimes d agression sexuelle qui le fréquentaient. Le Centre d'aide et de prévention des agressions sexuelles (C.A.P.A.S.) est officiellement implanté le 25 juin 986. Des bénévoles et quelques projets d emplois ont permis par la suite d ériger une base d unité et d implanter petit à petit nos services auprès de la communauté. 20 années de services dans la communauté ont mené le C.A.P.A.S. à préciser voire même redéfinir ses bases. Le Centre a donc décidé de mettre à l avant plan tout le travail de défense de droits et de réaffirmer son appartenance au Regroupement Québécois des CALACS. Ainsi, le 3 août 200 le C.A.P.A.S. est officiellement devenu le CALACS (Centre d aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel). NOTRE MISSION Les travaux effectués au cours de l année , dans le cadre de notre démarche de Repli stratégique, nous ont notamment amenées à revoir le libellé de la mission. Le CALACS de Granby réitère qu il est un organisme féministe à but non lucratif qui lutte contre les agressions sexuelles mais en spécifiant toutefois «et toute autre forme de violence sexuelle». Cet ajout à la mission réaffirme notre volonté de lutter contre les agressions sexuelles et ses multiples visages. Les phénomènes de l hypersexualisation sociale, de l exploitation sexuelle et de la prostitution nous préoccupent particulièrement. MODE DE GESTION ET NOS VALEURS C est avec un grand souci de mobilisation des membres tant au niveau de la gestion qu en ce qui a trait à la défense de droits le modèle de co-gestion est dorénavant le mode de fonctionnement retenu. Il vise une gestion partageant le pouvoir, la prise de décisions et les responsabilités entre l équipe de travail et le conseil des administratrices. Ce dernier jouant le rôle de représentant des membres de l organisme. Le CA a tout de même réitérer l importance du socio-affectif dans ses structures (héritage du fonctionnement en collective). Des valeurs de transparence, de coopération, d autonomie, de respect des différences et d équité sont au cœur du CALACS. Page 5

6 LUTTE / DÉFENSE DE DROITS DÉVELOPPEMENT DE L EXPERTISE CONCERTATIONS PROVINCIALES Le Regroupement est un important réseau d échange, d information et de formation auprès des 24 CALACS membres. Il permet ainsi aux travailleuses, aux militantes et aux collaboratrices qui en font partie, d approfondir leurs réflexions et de partager leurs expériences. Le Regroupement est aussi un moyen pour ses membres de mener ensemble des luttes, des dossiers et des projets communs. Cette année, des journées spéciales ont été offertes par le RQCALACS auxquelles le CALACS de Granby a participé. Comme le sujet de l exploitation sexuelle, la prostitution, a été au cœur de l actualité avec le Jugement Bedford, ces journées nous ont permis d approfondir nos réflexions sur la violence de l exploitation sexuelle et marchande du corps des femmes. Elles nous ont aussi permises de nourrir notre argumentaire sur notre intervention féministe abolitionniste dans nos milieux respectifs et ont contribué à modifier nos interventions auprès des femmes en aide directe. Plusieurs facettes ont été abordées; La traite des femmes à des fins d exploitation sexuelle : entre le déni et l invisibilité Le portrait de l industrie du sexe- Besoins des femmes ayant un vécu en lien avec la prostitution Le Jugement de la cours Suprême dans la cause Bedford c. Canada. L action collective au centre de nos luttes, être au cœur de la résistance. Les impacts d une démarche collective sur le processus de guérison des survivantes d agression sexuelle Comme le CALACS de Granby est en total désaccord avec le jugement Bedford, il a profité de la JACVSFF (Journée d Action Contre la Violence Sexuelle Faite aux Femmes) pour inviter la population à prendre position de diverses façons soit : En envoyant une carte postale qui s intitule : NOUS VOULONS PLUS POUR LES FEMMES QUE LA PROSTITUTION à poster à notre gouvernement Harper En discutant avec leur entourage du sujet de la prostitution afin de susciter la réflexion En prenant position auprès de connaissances qui achètent des services sexuels Page 6

7 CONCERTATIONS RÉGIONALES CALACS MONTÉRÉGIE Ce regroupement est composé des CALACS de Châteauguay, Granby et Salaberry-deValleyfield. Ceux-ci travaillent principalement à la visibilité des CALACS et la reconnaissance des besoins financiers de ceux-ci en Montérégie. Les CALACS croient fermement que la prostitution représente l une des formes ultimes de la violence envers les femmes. Le Comité interministériel sur l exploitation sexuelle a organisé une Rencontre auprès d organismes directement concernés par l exploitation sexuelle dans la région de la Montérégie. Le CALACS de Châteauguay y a participé et le CALACS de Granby a fait parvenir au comité un document : Recommandations sur la Problématique de l exploitation sexuelle, présenté par le centre d aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de Granby. Les CALACS de Granby, Châteauguay et Sallaberry-de-Valleyfield ont également rédigé un document intitulé : Portrait critique de l état des services offerts aux femmes victimes de violence sexuelle- Réalités alarmantes, ressources insuffisantes. Celui-ci présente principalement l ampleur de la problématique des agressions à caractère sexuel, les difficultés rencontrées pour nos trois CALACS ainsi que des tableaux présentant les besoins financiers de chacun de nos centres. Encore cette année, nous avons coordonné nos envois de demande de subvention au Programme PSOC. Nous avons profité de cette occasion pour démontrer les besoins en ACS dans nos régions et l absence d augmentation de subvention de base depuis l année 2000 pour nos trois CALACS. Le CALACS de Granby représente les CALACS-M à la Table régionale intersectorielle en matière d agression sexuelle et violence conjugale et familiale de la Montérégie a comme mandat d assurer notamment la coordination intersectorielle et l implantation des orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle. Il y a plus d une vingtaine de représentants œuvrant dans divers ministères signataires des orientations ci-haut mentionnées. Le CALACS de Granby est aussi membre du Comité régional en matière d agression sexuelle du réseau de la santé et des services sociaux de la Montérégie. Celui-ci a comme mandat d assurer la coordination, la concertation et la complémentarité des actions en matière d agression sexuelle des réseaux locaux de services de santé et de services sociaux en Montérégie et la mise en œuvre des mesures du plan d action gouvernemental en matière d agression sexuelle. La seule rencontre prévue du Comité régional en matière de violence conjugale et familiale et en matière d agression sexuelle du réseau de la santé prévue cette année a été annulée. Page 7

8 TROC-M Bien entendu, nous avons activement participé aux 3 rassemblements soit à Québec, Joliette et Montréal organisés conjointement par la TROC-M portant sur les revendications de la campagne «Je tiens à ma communauté, je soutiens le communautaire» qui avait pris naissance l année précédente. Notre implication à la table régionale des organismes communautaires de la Montérégie s est traduite par une participation à l assemblée générale annuelle qui a eu lieu le 25 septembre 203 ainsi qu à un travail de concertation sur une proposition de Balises de financement au Cadre de référence régissant les relations entre l Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, les centres de santé et de services sociaux, les établissements régionaux et les organismes communautaires œuvrant dans le domaine de la santé et des services sociaux. Nous avons obtenu des engagements financiers de la part du parti Québécois et nous en étions très fiers. Cependant, comme ce parti n est plus au pouvoir, nous devons poursuivre nos efforts et notre campagne afin que les Libéraux emboîtent le pas. Nous avons aussi participé à une mobilisation virtuelle afin de demander aux nouveaux élus de respecter les engagements pris auprès du mouvement communautaire. CONCERTATIONS LOCALES Les CDC (corporation de développement communautaire) sont des regroupements locaux d organisations communautaires qui œuvrent dans divers champs d activités sur leurs territoires respectifs. Leur mission est principalement d assurer la participation active du mouvement communautaire au développement socio-économique de notre milieu. Elles portent des valeurs de démocratie, de respect de l autonomie, de développement de la solidarité et d égalité entre les membres. CDC Haute-Yamaska En plus de notre participation aux rencontres mensuelles, nous nous sommes également impliquées au sein du comité de mobilisation. Celui-ci faisait le pont avec la TROC-M en informant les membres des enjeux liés au mouvement communautaire et en suscitant leur participation aux différents rassemblements organisés par les TROC régionales. Nous avons participé aux entrevues effectuées par une contractuelle visant à dresser un portrait de l appart socio-économique des groupes communautaires de la HauteYamaska. Dans le cadre de la campagne électorale provinciale nous avons également participé à la conférence de presse organisée dans le but de rendre publique la synthèse des rencontres effectuées entre les différents candidats et les groupes membres de la CDC. Page 8

9 CDC BROME-MISSISQUOI Le CALACS travaille en concertation avec les différents organismes du milieu. La CDC de Brome-Missisquoi constitue une courroie de transmission privilégiée pour toute activité ou action du CALACS. Aussi Nous avons assisté à l assemblée générale annuelle de mai 203. TABLE JEUNESSE INTERSECTORIELLE HAUTE-YAMASKA Le mandat de la Table vise à favoriser la concertation des organismes et intervenants jeunesse par des rencontres d échange, par le soutien aux initiatives du milieu et par le développement de projets collectifs basés sur les besoins et préoccupations des jeunes d ici. Elle est aussi responsable des allocations allouées aux différents projets présentés par plusieurs partenaires. Le CALACS y a d ailleurs présenté à nouveau son programme de prévention J AVISE «Jeune en Action contre la Violence sexuelle» et a obtenu le financement demandé. Le CALACS est impliqué au comité hypersexualisation sociale de la Table Jeunesse dont le mandat est : Poursuivre une réflexion sur la problématique de l hypersexualisation sociale Voir ce qui se fait déjà par les partenaires du milieu Mettre en place des stratégies pour favoriser la prise en charge de projets et une meilleure concertation entre les partenaires. Cette année, un sondage a été distribué et documenté par les partenaires de la Table afin de connaître les besoins face à l hypersexualisation sociale. Quatre pistes d action ont été suggérées dont : Concevoir un infolettre Promouvoir et rendre accessible les campagnes de sensibilisation et programmes de prévention Produire une affiche «Non à l hypersexualisation de notre société» Trouver un symbole qui dénonce l hypersexualisation sociale L infolettre a été priorisée parmi les mesures proposées. Suite à la formation «Pistes d intervention et application des outils didactiques- Oser être soi-même» par Francine Duquet (Ph.D. responsable et formatrice au projet «Outiller les jeunes face à l hypersexualisation), tenue le 8 février 204 pour les professeurs non enseignants de la commission scolaire du Val-Des-Cerfs, le comité a suspendu ces travaux afin de poursuivre ces réflexions en concordance avec les engagements à venir de la commission scolaire du Val-Des-Cerfs. Le comité est vigilent à poursuivre son mandat en concertation avec les partenaires du territoire de la HauteYamaska ainsi qu avec la Table Jeunesse de Brome-Missisquoi. Page 9

10 TABLE DE CONCERTATION JEUNESSE 5-8 ANS DE BROME-MISSISQUOI Cette année, nous avons renouvelé notre participation aux rencontres de la Table de Concertation Jeunesse de Brome-Missisquoi. La concertation entre les partenaires de cette Table a pour but d améliorer les liens en favorisant la réalisation de projets collectifs sur son territoire de la MRC. Les partenaires jeunesse sont invités à participer également aux concertations en développement des communautés au niveau local. Dans le cadre d un projet de sensibilisation, nous avons participé à l activité «Speed Dating» de l école secondaire Massey-Vanier de Cowansville. Nous avons tenu un kiosque «interactif» avec les étudiantes du secondaire III. Ainsi, il nous a été possible d utiliser certains outils pédagogiques afin de déconstruire les mythes et préjugés des agressions sexuelles en plus de promouvoir les services du CALACS. Aussi, nous avons participé au projet «Congrès de relation Affective et Amoureuse» de l école secondaire Jean- Jacques- Bertrand de Farnham. L objectif de l activité était de permettre aux jeunes de la 3 ième secondaire de vivre des activités significatives visant à leur donner des repères tout en valorisant des relations affectives saines et épanouissantes. La pièce de théâtre «mon couple est à l agonie, toxique, superficiel ou en harmonie?» a été présentée. Par la suite les jeunes étaient invités à participer à un des trois ateliers suivants : créer mon profil affectif, créer mon profil recherché ou encore, quels sont les pièges cachés de la relation amoureuse. Ils ont également pu assister à une présentation des ressources du milieu, ainsi qu à une conférence offerte par une psychologue. TABLE DE CONCERTATION ET DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE VIOLENCE CONJUGALE ET BROME- MISSISQUOI La mission de la Table est d assurer le suivi du protocole de collaboration pour l aide psychosociale et l accompagnement socio-judiciaire des victimes de violence conjugale et sexuelle de la région Brome-Missisquoi. SEXUELLE DE Dès l an dernier, un comité Agression sexuelle composé de trois membres de la Table violence à présenté un programme (vidéo et guide d animation) de prévention du recrutement des jeunes filles à des fins d exploitation sexuelle par les gangs de rue. Ce programme vise à : Prévenir l exploitation sexuelle des jeunes filles dans un contexte de gang Sensibiliser les jeunes à la problématique du recrutement des jeunes filles à des fins d exploitation sexuelle En continuité avec le projet présenté, le comité a travaillé à la conception d un carnet de notes permettant, par le fait même, une plus grande sensibilisation sur l exploitation sexuelle. Ce carnet est destinés principalement aux jeunes fréquentant les diverses ressources et écoles de Brome-Missisquoi. Le CALACS a également travaillé à la préparation d une journée de formation destinée aux intervenants des groupes membres de la Table. Celle-ci sera offerte l automne prochain. Page 0

11 Une travailleuse du CALACS a participé à un atelier formation sur les agressions sexuelles donné par le CAVAC, portant notamment sur les étapes du système judiciaire. L organisme Action plus a rencontré les organismes qui sont membres de la Table pour faire un portrait de la situation des femmes et de la pauvreté pour la région de Brome Missisquoi. Ce projet «Condition féminine Femmes et pauvreté» a permis au CALACS de parler des enjeux reliés à la pauvreté. Cette année, nous avons assisté à la dissolution de la Table. Les membres ont joint le RLS (réseaux locaux de services), où se regroupent dorénavant les CLSC, les organismes en santé mentale et les organismes qui travaillent sur la problématique de la violence faite aux femmes. TABLE DE CONCERTATION POUR CONTRER LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES DE LA HAUTEYAMASKA Le but de la Table est de continuer à développer une vision commune en rapport avec la violence sous toutes ses formes et permettre un meilleur arrimage des interventions en Haute-Yamaska. Afin d améliorer la concertation entre les différents partenaires de la Table, les organismes en violence sexuelle et conjugale ont rencontré les policiers de la ville de Bromont. Le CALACS, Entr Elles, Maison Alice Desmarais et Ressource pour hommes ont présenté leur mission respective. Le CALACS a présenté ses trois volets de services, soit : la défense de droit, la prévention et l aide directe. Le comité des Agents réseaux Santé Mentale de la Table s est rencontré pour identifier les besoins de la Table. Cette rencontre a lieu une fois par année, en septembre, au début des travaux de la Table. Le CALACS a participé à une rencontre-échanges avec les travailleuses sociales des CLSC de la Haute-Yamaska. Nous y avons notamment présenté la mission, les services et les préoccupations et enjeux concernant les multiples visages de la violence sexuelle. À la demande de la Table, une copie du Cahier spécial paru dans l Express a été remise à chaque participante. COALITION DES GROUPES DE FEMMES DE LA HAUTE-YAMASKA ET BROME-MISSISQUOI Dans une idéologie féministe et un processus démocratique, la Coalition des Groupes de femmes de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi (Centre Femmes des Cantons, Horizon pour Elles, Avante Women s Centre, La Maison Alice Desmarais, Entr Elles et le CALACS Granby) vise à mettre en place des mécanismes de «transformation sociale et politique». Nous avons participé à plusieurs rencontres au cours de l année afin de poursuivre les différentes discussions et orientations autour des champs d actions priorisés, tels : Page

12 Événements et lieux de mobilisation (JACVSFF, 2 jours d action et 6 décembre, 8 mars, Marche Mondial des femmes) Action en éducation populaire (prise de parole publique et prise position politique) Représentation des enjeux en condition féminine Organisation de formations et ressourcement Plusieurs préoccupations ont retenu notre attention. Pour en énumérer que quelques unes : les états généraux du féminisme, la position «abolitionniste» de la prostitution, les enjeux autours des Tables Violences, la mobilisation lors de procès en violence, les plans d action gouvernementaux en matière de violence conjugale et sexuelle, la campagne nationale pour le rehaussement financier des organismes communautaires, etc. La campagne des 2 jours d action pour l élimination de la violence envers les femmes et la commémoration du 6 décembre Depuis plusieurs années, le CALACS participe à l organisation des différentes activités dans le cadre des 2 jours d action, soit à partir du 25 novembre pour se terminer le 6 décembre avec la Campagne des rubans blancs à la mémoire de toutes les femmes victimes d homicide, simplement parce qu elles étaient des femmes. Une fois de plus, le CALACS se lève pour dénoncer la violence envers les femmes qui persiste encore en 204. Les 2 jours d action pour l élimination de la violence envers les femmes, nous permet de remettre au cœur de la lutte pour l égalité, «la lutte contre les violences envers les femmes». La Coalition des groupes de femmes dénonce cette violence par le message «Les femmes sont encore victimes de violence parce qu elles sont des femmes : nier les inégalités met les femmes en danger!» Afin de poursuivre notre lutte, nous avons sensibilisé la population par la mise en place de plusieurs actions, telles : Distribution de plus de 3000 rubans blancs auprès de partenaires, commerçants et de la population le 25 novembre 203, Journée internationale pour l élimination de la violence à l égard des femmes. Mise à Jour du dépliant promotionnel «2 jours d action pour l élimination de la violence envers les femmes» avec liste de références éducatives et de ressources Invitation à la Récréactive du CALACS : «Atelier de confection de rubans blancs et partage d information sur les activités de la campagne des 2 jours d action» Invitation spéciale à participer à la «tournée dans les commerces» afin de promouvoir et distribuer les rubans blancs Présence au conseil de ville de Granby, Cowansville et Bedford pour réitérer le port du RUBAN BLANC Tenue d un kiosque d information interactif au Centre Régional Intégré de Formation Granby et à l école secondaire Massey-Vanier de Cowansville le 6 Page 2

13 décembre pour la clôture de la campagne des 2 jours d actions et la journée de commémoration de la tuerie de la polytechnique La Journée Internationale des Femmes (8 mars) Chaque année, le 8 mars est un moment privilégié pour célébrer entre nous nos victoires comme travailleuses, militantes et comme femmes. On en profite pour faire des bilans, réfléchir ensemble, échanger, s encourager, se mobiliser. «Des clés à la portée de toutes» Le CALACS a participé avec les membres de la coalition à l organisation d un brunch animé «Comme si vous étiez au Musée de la femme» en favorisant un espace interactif ou il était possible de visiter quatre kiosques sur différents sujets : les rôles sociaux, les jouets, la mode et la communication. Une conférence sur «L histoire des filles du roi» a également été offerte. BRUNCH ANIMÉ Au zoo de Granby «Comme si vous étiez au Musée de la femme!» DOSSIER JUSTICE SOCIALE Dans le cadre d une consultation publique du Ministère de la Justice nous avons participé au sondage concernant le partenariat que nous entretenons avec l organisme CAVAC. Nous avons participé à une émission spéciale du canal MATV sur le lien entre l hypersexualisation sociale et la pornographie. RÉAGIR À L ACTUALITÉ COMITÉ ACTION VIGILANCE : Le Comité a un rôle de vigilance dans le but de conscientiser la population concernant les impacts de la violence sexuelle sur les aspects de la vie de tous les jours. Il a un rôle de première importance, tant dans le développement d'une bonne expertise en ce domaine que pour la prise de conscience par les femmes d'abord, mais aussi par Page 3

14 l'ensemble de la société. C'est dans ce sens que le Comité est appelé à donner des avis sur des sujets concernant spécifiquement la violence sexuelle faites aux femmes. La principale action cette année en a été une de vigilance quant à l affichage érotique dans les commerces de la Haute-Yamaska. En effet nous voulons nous assurer que la ville de Granby fasse appliquer son règlement municipal concernant l affichage érotique. Des Calendrierrevues et jeux de cartes à saveur érotique tel Summum ont été la cible de nos plaintes. D ailleurs, suite à ces actions, une deuxième tournée nous a permis de constater un grand changement dans les commerces de la Haute Yamaska, particulièrement dans les dépanneurs Couche-tard où pratiquement tous les objets de promotion de la compagnie Summum ont été retirés. Belle victoire! Un dossier à suivre dans la prochaine année! LETTRES OUVERTES DANS LES MÉDIAS Dans le cadre de la campagne électorale provinciale, le CALACS de Granby a interpellé les partis politiques via le courrier des lecteurs, afin d obtenir des engagements concrets pour assurer à toutes les femmes et toutes les filles une vie sans violence sexuelle. Nous avons demandé aux partis de respecter les promesses du gouvernement quant à l'entrée en vigueur d'un troisième plan d action gouvernemental en matière d agression sexuelle et la réforme du régime d indemnisation des victimes d acte criminel (IVAC). Invitation lancée à la population pour que celle-ci participe à la consultation publique sur la prostitution, mise en ligne par le ministère de la Justice du Canada Lettre ouverte pour promouvoir la journée internationale de non- prostitution. Nous avons incité la population à réfléchir aux multiples violences et conséquences que vivent ces personnes en étant ainsi achetées. Finalement, nous nous sommes adressées à ceux qui en tire des bénéfices afin qu ils cessent de vendre ou d acheter ces personnes et qu ils disent NON à la prostitution Lettre ouverte lors de la Journée d action contre la violence sexuelle faite aux femmes, portant sur la prostitution Page 4

15 Lettre ouverte visant à sensibiliser la population à l industrie de l exploitation sexuelle en dénonçant notamment la banalisation d article tel : les calendriers sexistes et érotiques Réaction par la Voix du lecteur à une lettre haineuse adressée au CALACS dans laquelle une personne tenait des propos hautement misogyne et homophobe, puis mobilisation des partenaires afin qu ils co-signent cette réponse Lettre ouverte sur les danses poteau ou la banalisation de l hypersexualisation sociale Réaction à une mise en scène de l enfance érotisée dans la vitrine d une boutique érotique du Centre ville de Granby Réponse à une lettre d humeur d un journaliste dénonçant la censure en informant sur les multiples représentations de l hypersexualisation sociale et ses impacts La vitrine en question Page 5

16 Publié le 0 mars 203 à 05h00 Mis à jour le 0 mars 203 à 05h00 Et si on faisait un peu d'éducation La Voix de l'est Le journaliste Pascal Faucher, dans sa chroniqued'humeur du 6 février nous mentionne «que pour contrer les maux sociaux que l'on attribue à l'hypersexualisation, il faut miser sur l'éducationet non la censure.» Voici donc pourquoi le CALACS a décidé d'offrir toute l'information possible afin que cette fois-ci, le message soit reçu 5 sur 5! Monsieur Faucher, quand vous «affirmez reconnaître qu'on abuse souvent du corps de la femme, notamment en publicité, mais de là à dire que notre société est hypersexualisée il y a une marge.», que voulez-vous dire exactement? Qu'elle ne l'est pas? Si telle est votre réponse, je crois que nous ne vivons pas sur la même planète. Est-ce que vous avez regardé la télévision dernièrement? Est-ce que vous avez vu quelques vidéos de musique par l'entremise d'un ado peutêtre? Est-ce que vous êtes au fait de tout ce qui se dit et se vit sur l'internet? Est-ce que vous avez mis les pieds dans une école secondaire par hasard dans la dernière année? Le manque d'estime de soi, les troubles alimentaires, les comportements sexuels à risque et j'en passe, oui sont des conséquences liées à l'envahissement de la sexualité dans tout l'espace public. Une adolescente qui se lève le matin, qui se regarde dans le miroiret que celui-ci ne lui renvoie pas la même image qu'elle a vu 00 fois hier dans la journée via les médias va probablement se trouver moche. Elle en développera peut-être des troubles alimentaires pour essayer de ressembler à ses idoles de la télé et si elle n'y parvient pas, elle va encore se trouve plus moche. Cette même ado qui voit des dizaines d'émissions qui misent sur «charmer-séduire-plaire-être sexy» va probablement se dire que c'est ça qui est important dans la vie pour réussir et oui, elle va peutêtre avoir certaines pratiques sexuelles risquées pour faire comme le monde à T.V.! Comme elle est jeune et ne sait trop comment s'y prendre (et qu'il n'y a plus de cours d'éducation à la sexualité dans son école) (et que les dernières personnes à qui elle veut en parler sont ses parents), elle va peut-être aller sur internet pour voir comment ça se passe et se ramasser sur des sites pornographiques qui vont lui renvoyer le message qu'elle est un pur et simple objet sexuel, que c'est comme ça que ça se passe qu'elle n'a qu'à faire pareil. Exit l'amour-la tendresse-le respect-la confiance... Cette ado pourrait être votre nièce, votre voisine, votre fille. Si tel était le cas, que feriez-vous? Que lui diriez-vous? Et surtout, comment vous sentiriez-vous? Probablement comme nous. Avec l'impression de vous battre contre une grosse machine qu'est l'industrie du sexe. Nous devons donc, comme citoyen, parents, amie, militante, société, nous retrousser les manches et dénoncer. Oui, il faut éduquer, mais il faut aussi agir. La femme à qui vous lancez bêtement dans votre chronique d'humeur «d'aller prendre une marche en famille à Warden» est une enseignante dans une école secondaire qui en fait de l'éducation auprès de ses jeunes ados en leur parlant d'hypersexualisation année après année. Cette fois-ci, elle a décidé de passer à l'action en dénonçant le sex-shop et vous vous permettez des sarcasmes à son endroit. C'est tout à fait inacceptable. De nombreux ouvrage et recherches parlent d'hypersexualisation de la société si vous désirez des liens, écrivez-nous a infocalacs-granby.qc.ca, ça va nous faire plaisir! Sophie Labrie pour le CALACS de Granby Page 6

17 ÉDUCATION / SENSIBILISATION /PROMOTION APPLICATION DU PROGRAMME DE PRÉVENTION EN REGARD DES ENJEUX FINANCIERS PRÉVENTION JAVISE ANIMATIONS AUPRÈS DES JEUNES Les objectifs du programme J AVISE se divisent en 3 volets. Le premier consiste à informer et démystifier la problématique de la violence sexuelle et ses multiples visages. Le deuxième est d initier un changement de perception face aux inégalités sociales, à la problématique des agressions sexuelles et aux personnes ayant vécu de la violence sexuelle. Enfin, le dernier consiste à encourager les jeunes à lutter et agir contre la violence sexuelle et l hypersexualisation de la société. Nous avons contacté les différents partenaires des milieux des jeunes (4 ans à 25 ans) dont les écoles secondaires, les carrefours jeunesses, le Centre Régional Intégré de Formation (CRIF) ainsi que les maisons des jeunes. Le CALACS a fait la promotion de son programmes et des différents ateliers: Programme JAVISE, Jeune en Action contre la Violence SExuelle Animation «L hypersexualisation sociale et la violence sexuelle : une culture pornographique qui fabrique le consentement» Atelier de sensibilisation «Quand l amour exploite» sur l exploitation sexuelle en contexte de gang de rue Ateliers de prévention de la violence et d autodéfense Chaque adolescente rencontrée a rempli une petite évaluation qui nous permet de saisir leur degré d appréciation et de mieux prendre en considération leur besoin. Voici une évaluation écrite par garçon de 6ans qui démontre que la sensibilisation à atteint son objectif. Page 7

18 NOM DU MILIEU VISITÉ Nombre Nombre de Nombre total rencontres de de groupes totales gars Nombre de filles Nombre total Nombre intervenant(e)s de Total de participations participant(e)s École secondaire J.-H. Leclerc École secondaire Wilfrid-Léger École Secondaire du Verbe-Divin École secondaire Massey-Vanier Centre régional intégré de Formation de Granby Pré secondaire Carrefour Jeunesse Emploi Granby Carrefour Jeunesse Emploi Farham Maison des jeunes L Exit de Waterloo TOTAL Collège du Mont-SacréCœur Groupe des Pairs aidants «Les Galarnos» Centre régional intégré de Formation de Granby Ma place au soleil Page 8

19 ATELIERS DE PRÉVENTION DE LA VIOLENCE ET D AUTO-DÉFENSE Nous avons organisé trois groupes en auto-défense en concertation avec «Le Cran des Femmes», un organisme communautaire dont la mission est la prévention des agressions sexuelles et de la violence. L approche développée par le Cran des femmes mise sur : Le renforcement de la confiance en soi et de l affirmation de soi Des techniques concrètes, adaptées aux besoins des femmes et des adolescentes. Cette année, nous avons ciblé trois milieux différents dont les Carrefours Jeunesse Emploi, le Centre Régional Intégré de formation (CRIF) et les écoles secondaires. Au total, 59 adolescentes ont pu bénéficier gratuitement de cette formation. La participation en grand nombre de ces jeunes fut réalisable grâce au bon soutien des intervenantes de ces milieux. L ACTION J AVISE Le troisième volet du programme vise l action, par et pour les jeunes. Les jeunes ont la liberté de mettre en place des actions en tenant compte de la réalité et des besoins propres à leur milieu. L intervenante du CALACS stimule et accompagne le milieu dans leurs initiatives diverses. Cette année, des actions ont été initiées par le groupe des pairs aidants «Les Galarnos» du Collège du Mont-Sacré-Cœur. Dans un premier temps, 4 jeunes du groupe ont reçu une sensibilisation sur les agressions sexuelles du programme «JAVISE» et de «l hypersexualisation sociale». Un sous comité de 5 jeunes s est formé afin de mettre en place des actions destinées à démystifier les diverses formes de violence sexuelle. Une première «action» fut de tenir un kiosque interactif sur l heure du dîner dans un lieu stratégique de l école pour les jeunes de secondaire I et II. Le comité sollicitait la participation active des jeunes à un quiz «ADO-PORNO». Une deuxième «action» fut de créer une vidéo «Vox Pop» sur les agressions sexuelles autour de trois grands questionnements : À quoi ressemble l agresseur? Le consentement légal chez les jeunes? Qui peut-être victime d une agression sexuelle? Et dans un troisième temps, le comité a fait la promotion de la vidéo en tenant un kiosque interactif sur l heure du dîner dans le secteur du secondaire III, IV et V. Il a été possible de transmettre une bonne information en déconstruisant les mythes et préjugés des agressions sexuelles. Il est possible de voir le Vox Pop intitulé «Les Galarnos vous présentent un Vox Pop auprès des élèves et auprès du personnel» sur le Facebook du Mont-Sacré-Cœur. https://drive.google.com/file/d/0bbq5kp6xvsxddffqtm3amfpwxc/edit?usp=sharing Page 9

20 PROMOTION DES SERVICES DU CALACS AUPRÈS DE LA POPULATION ET DES PARTENAIRES COMITÉ JOURNAL Dans le but de rejoindre le plus de femmes possible de femmes et favoriser leur implication au sein du CALACS nous avons repris et réimprimé notre journal portant sur la mobilisation. Ce dernier nous a permis de recruter des militantes pour participer à notre comité Action Vigilance ainsi qu au comité journal. La seconde parution, printemps 204, portait sur le délicat sujet de la prostitution. Avec le jugement de la cours suprême sur l arrêt Bedford, nous avons voulu informer adéquatement nos membres et nos partenaires sur les importants enjeux et impacts liés au Jugement, sur la vie des femmes et l accès à une réelle égalité. PROJET D ACTION «L APPRENTISSAGE PAR L IMPLICATION BÉNÉVOLE» Deux étudiantes du Cégep de Granby se sont fièrement impliquées d abord comme «membres actives» au CALACS, puis dans des actions entourant la campagne sur l exploitation sexuelle. Dans le cadre du cours d anglais «Help Yourself by helping others through community service-learning» elles devaient choisir un organisme, rentrer en contact avec une travailleuse et participer à certaines activités de leur choix. Elles ont accompli plusieurs tâches et actions, telles : Participer à 2 rencontres informatives avec une travailleuse S approprier la documentation afin d acquérir une meilleure connaissance de la problématique et du milieu Participer à une récréactive offerte aux membres du CALACS «De l abus pouvoir à la reprise de notre pouvoir, se sortir du Triangle» Transmettre les connaissances en s impliquant à la campagne sur l exploitation sexuelle Page 20

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Rapport annuel 2013-2014

Rapport annuel 2013-2014 Rapport annuel 2013-2014 présenté à l assemblée générale annuelle le 5 juin 2014 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Présentation de l organisme... 3 2.1 Mission de l organisme... 3 2.2 Objectifs

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION

POLITIQUE DE COMMUNICATION CDC MRC DE L ASSOMPTION 1 Politique de communication Corporation de développement communautaire MRC de L Assomption Introduction Mise en contexte Issue de la Table de concertation des organismes communautaires MRC de L Assomption,

Plus en détail

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Mise en contexte Au SPVM Environ 18 000 appels de service au 911

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

Bilan des actions municipales en immigration

Bilan des actions municipales en immigration Bilan des actions municipales en immigration 1 er avril 2010 au 31 mars 2012 En collaboration avec : - Action plus de Sherbrooke - Actions interculturelles de développement et d'éducation de l'estrie (AIDE)

Plus en détail

etññéüà ÑÜ Ä Å Çt Üx de consultation Territoire de la MRC Brome-Missisquoi

etññéüà ÑÜ Ä Å Çt Üx de consultation Territoire de la MRC Brome-Missisquoi PLAN DE DÉVELOPPEMENT en loisir et en sport de la MONTÉRÉGIE etññéüà ÑÜ Ä Å Çt Üx de consultation PORTRAIT DE LA CRÉ MONTÉRÉGIE EST : Territoire de la MRC Brome-Missisquoi Juin 2008 gtuäx wxá Åtà Üxá PRÉAMBULE...

Plus en détail

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ La ville de L Assomption est plus dynamique et plus belle que jamais, reconnue ici et ailleurs pour sa qualité de vie et son environnement exceptionnel. Dans

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves

TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves TABLEAU RECAPITULATIF DES PROJETS DU CESC AU LYCEE FLAUBERT ANNEE 2014-2015 A X E 1 - Lutte contre l'exclusion agir pour la réussite des élèves Réussite des élèves contribuer à améliorer la réussite des

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Forum sur le développement social de Roussillon Assurer l équilibre 4 juin 2009 Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Assurer l équilibre Le CLD de Roussillon compte parmi ses instances la commission

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

ATELIERS DE FORMATION

ATELIERS DE FORMATION ATELIERS DE FORMATION «Jeunes consommateurs» Vos droits et obligations L Union des consommateurs, en Les ACEF sont des organismes collaboration avec ses communautaires à but non lucratif membres, a élaboré

Plus en détail

Programmation. Hiver-Printemps 2015. www.autismemonteregie.org

Programmation. Hiver-Printemps 2015. www.autismemonteregie.org Programmation Hiver-Printemps 2015 www.autismemonteregie.org Mission Autisme Montérégie est la seule association spécialisée en troubles du spectre de l autisme mandatée par l Agence de la santé et des

Plus en détail

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC

notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC notre santé à tous POUR L AVENIR DE L INNOVATION EN SANTÉ AU QUÉBEC Faites partie de la plus grande campagne de sensibilisation du public aux bienfaits des sciences de la vie L innovation en santé : des

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ

ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ ICC INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS UNE APPROCHE QUI SOLLICITE L ENSEMBLE DE LA COMMUNAUTÉ INTERVENTION COMMUNAUTAIRE COORDONNÉE CONTRE LA MALTRAITANCE DES AÎNÉS

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont

QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014. Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont QUÉBEC EN FORME ROSEMONT PLAN DE COMMUNICATION 2011-2014 Présenté aux membres du comité Québec en forme Rosemont par Magali Vaidye, le 17 janvier 2012 QUÉBEC EN FORME ROSEMONT Plan de communication 2011-2014

Plus en détail

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Conférence du RQCAA Agression et violence contre les aînés Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Plan de présentation Histoire du RQCAA Quelques réalités sur

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

PLAN D'ACTION 2009-2010

PLAN D'ACTION 2009-2010 PLAN D'ACTION 2009-2010 Adopté par le conseil d administration, le 21 septembre 2009 - 2 - INTRODUCTION En 2009-2010, une des actions à mener en priorité sera de poursuivre la sollicitation des entreprises

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Directeur général des élections du Québec, 2009 Dépot légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque nationale

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express

Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Pour un environnement urbain sécuritaire: Formation express Montréal, 2002 Ville de Montréal Le contenu de cette présentation est tiré du guide d aménagement «Pour un environnement urbain sécuritaire»

Plus en détail

Café urbain : mode d emploi

Café urbain : mode d emploi Document du Centre Saint-Pierre, Montréal Café urbain : mode d emploi Qu est-ce qu un Café urbain? Cette appellation désigne une série de rencontres pouvant être organisées chaque année par un ou plusieurs

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

Tableau de bord de l expédition

Tableau de bord de l expédition 2003-2006 Octobre 2004 COMMISSION SCOLAIRE DES HAUTS-BOIS-DE L OUTAOUAIS UNE GRANDE EXPÉDITION 2003-2006 INTRODUCTION GÉNÉRALE 2003-2006 Quelques constats préliminaires Le taux de redoublement a diminué

Plus en détail

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Ont répondu (8à 9 membres/14) : Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF), Centre de formation régionale de Lanaudière (CFRL)

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET

Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET Politique d investissement À L INTENTION DES ORGANISATIONS DÉSIRANT DÉPOSER UN PROJET ADOPTÉE LE 9 SEPTEMBRE 2009 MODIFIÉE EN MAI 2012 Le Forum jeunesse Estrie est soutenu financièrement par le gouvernement

Plus en détail

Une grande équipe. Le conseil d administration. Un travail précieux et sérieux. Le personnel. Les 3 axes d intervention. Rapport annuel 2008-2009

Une grande équipe. Le conseil d administration. Un travail précieux et sérieux. Le personnel. Les 3 axes d intervention. Rapport annuel 2008-2009 Rapport annuel 2008-2009 2009 Une grande équipe Le personnel : www.servicesjuridiques.org Présenté le 2 juin 2009 Le Conseil d administration - 10 citoyen(ne)s - 2 groupes communautaires - 1 représentante

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT

Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT Aide financière aux études STATISTIQUES RAPPORT 2011-2012 Symboles % : pourcentage $ : dollars M$ : millions de dollars Le présent document a été produit par le ministère de l Enseignement supérieur, de

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

Financement pour OSBL

Financement pour OSBL GUIDE Financement pour OSBL Sadia Groguhé // Députée de Saint-Lambert BUREAU DE CIRCONSCRIPTION 1150, boulevard Desaulniers Longueuil, QC J4K 1K7 Tél. : 450 646-2423 Téléc. : 450 646-3018 sadia.groguhe@parl.gc.ca

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

GUIDE DU PARTICIPANT 2015

GUIDE DU PARTICIPANT 2015 GUIDE DU PARTICIPANT 2015 Courir pour Leucan, un défi relevé de saveur! 1 TABLE DES MATIÈRES Qu est-ce que Courir pour Leucan? 3 Qui sont les participants? 3 Options de participation Défis individuels

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212)

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) 3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) Le Ministère apporte un soutien financier aux commissions scolaires pour favoriser le développement de l éducation interculturelle.

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Volume 1 Numéro 2 Février 2009

Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Volume 1 Numéro 2 Février 2009 Sommaire Lancement du concours Je prends ma place...1 Lancement du concours Je prends ma place Entrevue avec Annie Patenaude, lauréate 2008...2 En collaboration avec le Secrétariat

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année!

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année! Québec, le 3 mars 2011 Liste préliminaire des conférenciers et des sujets traités Colloque 2011 de l APAPI 24, 25, 26 et 27 mai 2011 Afin de débuter vos demandes de libération pour le colloque 2011 avant

Plus en détail

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT»

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» «LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» Ministère de l Éducation Nationale Protection Judiciaire de la Jeunesse Théâtre Liberté Contact : Betty Le Mellay, Responsable de

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport

PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT. de l engagement bénévole. en loisir et en sport PROGRAMME DE SOUTIEN AU DÉVELOPPEMENT de l engagement bénévole en loisir et en sport Plan de présentation 1. La description du programme o Les acteurs et partenaires ciblés et les objectifs o La logistique

Plus en détail

d hébergement pour pour femmes violentées et et en en difficulté

d hébergement pour pour femmes violentées et et en en difficulté Alliance Alliance des des maisons d hébergement pour pour femmes violentées et et en en difficulté Une écoute et une aide à portée de main 24 heures par jour, 7 jours et ce, 365 jours par année. Historique

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION DE PROJETS ET DE PLANS D ACTION EN PRÉVENTION DE LA CRIMINALITÉ MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE

GUIDE D ÉLABORATION DE PROJETS ET DE PLANS D ACTION EN PRÉVENTION DE LA CRIMINALITÉ MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE GUIDE D ÉLABORATION DE PROJETS ET DE PLANS D ACTION EN PRÉVENTION DE LA CRIMINALITÉ MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE JANVIER 2004 2 Auteures Sylvie Gagnon, M.A., Consultante en programmes et en développement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE

ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE Devis d allocation 2015-2016 Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 : PRÉCISIONS ET CHANGEMENTS

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL

GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL TABLE DES MATIÈRES 1. Votre enfant a été victime d un acte criminel?... 3 2. Qu est-ce qu un acte criminel?... 4 A - Les crimes

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

Cadre des bénévoles. Centre-Femmes du Grand-Portage

Cadre des bénévoles. Centre-Femmes du Grand-Portage Cadre des bénévoles Centre-Femmes du Grand-Portage Printemps 2012 Préambule Le bénévolat est un geste libre (volontaire), une contribution qui vise le développement de la personne et de la collectivité.

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7

CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 CLUB 2/3 Division jeunesse d Oxfam-Québec 1259, rue Berri, bureau 510 Montréal (Québec) H2L 4C7 Téléphone : 514 382.7922 Télécopieur : 514 382.3474 Site Internet : www.2tiers.org Courriel : club@2tiers.org

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013

PLAN D ACTION DE LA POLITIQUE CULTURELLE 2010-2013 ORIENTATION 5.1 Sensibiliser tous les intervenants de l organisation scolaire d une part, les élèves et leur famille d autre part, à l importance de la culture dans la vie. Offrir des activités de sensibilisation

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services

Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Positionnement associatif sur la place des coopératives de santé au sein du réseau local de services Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux, 2010 505, boul. De Maisonneuve

Plus en détail