DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE"

Transcription

1 4005, rue de la Garlock Sherbrooke (Québec) J1L 1W9 Tél : (819) Téléc. : (819) DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE DE NIVEAU D EAU AU LAC LONG POND BOLTON-EST / MUNICIPALITÉ DE BOLTON-EST Pour Madame Lucy Edwards 858, route Missisquoi Bolton-Est (Québec) J0E 1G0 Préparée par Marco Binet, ingénieur Vérifiée par Daniel Bergeron, biologiste Avril 2008

2 Table des matières TABLE DES MATIÈRES... II ÉQUIPE TECHNIQUE... IV 1. SOMMAIRE EXÉCUTIF LE MANDAT DESCRIPTION DU PROJET LOCALISATION DES TRAVAUX JUSTIFICATION DU PROJET CONCEPTION DU PROJET ÉTUDE HYDROGRAPHIQUE CALCULS HYDRAULIQUES CONSIDÉRATIONS FAUNIQUES CONCEPTION DE LA STRUCTURE DE CONTRÔLE NIVEAU DU LAC PROJETÉ EN FONCTION DU DÉBIT ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET MESURES D ATTÉNUATION DES IMPACTS MESURES GÉNÉRALES CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE ENTRETIEN ET UTILISATION DE LA MACHINERIE PROTECTION DU MILIEU AQUATIQUE GESTION DES MATÉRIAUX DE REBUTS OU EXCÉDENTAIRES ÉCHÉANCIER DES TRAVAUX CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE AQUA-BERGE inc. Page II

3 ANNEXE 1. DEVIS A. DÉTAILS DES OUVRAGES STRUCTURE DE CONTRÔLE EXCAVATION MEMBRANE IMPERMÉABLE ET GÉOTEXTILE FOSSE À POISSONS B. CLAUSES ET CONDITIONS SPÉCIALES SURVEILLANCE INTERPRÉTATION DES PLANS ET DEVIS SUIVI DU PROJET DATE DES TRAVAUX LOIS EN VIGUEUR CODE ET PERMIS LES MATÉRIAUX C. BORDEREAU DES MATÉRIAUX MATÉRIAUX À IMPORTER SUR LE SITE MATÉRIAUX À EXPORTER DU SITE ANNEXE 2. PLANS PLAN 1 : LOCALISATION DES TRAVAUX ET DU BASSIN VERSANT PLAN 2 : SITUATION ACTUELLE PLAN 3 : PLAN DE LA STRUCTURE DE CONTRÔLE PLAN 4 : DÉTAILS DE CONTRUCTION PLAN 5 : DÉTAILS D INSTALLATION AQUA-BERGE inc. Page III

4 Équipe technique Supervision générale : Daniel Bergeron, biol. Président directeur général Directeur de projet : Marco Binet, ing. agr. Directeur, division ingénierie Collaboration : Benoit Couture, biol., M. Env. Directeur, division études environnementales Cartographie : Guillaume Miquelon, géographe, M. Sc. Cartographe Soutien administratif : Bénédicte Poure Adjointe administrative AQUA-BERGE inc. Page IV

5 1. Sommaire exécutif 1.1. Le mandat Dans le cadre d une demande de certificat d autorisation auprès du ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP) pour l installation d une structure de contrôle du niveau d eau au lac Long Pond, la firme AQUA-BERGE inc. a été mandatée par résolution municipale, en date du 4 septembre 2007, afin de procéder à la réalisation des plans et devis du projet. La demande devra aussi répondre aux exigences du ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF). AQUA-BERGE inc. prendra en charge la surveillance des travaux afin de s assurer que les travaux soient conformes aux plans et devis Description du projet Le projet consiste à établir le niveau d équilibre écologique de l eau du lac Long Pond de 62 ha et d installer une structure de contrôle permettant de limiter sa fluctuation dans le temps. La conception et la mise en plan de la structure de contrôle devra reposer sur les éléments suivants : - la détermination de la ligne des hautes eaux du lac; - la détermination du niveau moyen du lac; - la détermination du niveau d étiage du lac; - le respect de la circulation des espèces fauniques présentes dans ce secteur; - le respect d une capacité d évacuation des crues centenaires. La détermination de la ligne des hautes eaux fera l objet d une expertise d un biologiste qualifié d AQUA-BERGE inc Localisation des travaux Ville : Bolton-Est Adresse civique : Chemin du lac Nick Bolton-Est (Québec) J0E 1G0 Désignation Cadastrale : Lot 958 pte cadastre du canton de Bolton-Est Zonage municipal : Blanc Coordonnées géodésiques : 45 o 14 Latitude -72 o 19 Longitude Une localisation précise des interventions projetées est montrée sur les plans en annexe. AQUA-BERGE inc. Page 1

6 Photo 1. Vue des ponceaux traversant le chemin du lac Nick Photos 2 et 3. Situation prévalant à l automne 2007 pour assurer le niveau du lac AQUA-BERGE inc. Page 2

7 2. Justification du projet En 2006, le lac Long Pond a subi une baisse du niveau d eau suite aux travaux de remplacement des ponceaux situés à l embouchure sous le chemin du lac Nick. En mai 2007, à la demande des riverains, un ouvrage de contrôle temporaire en bois a été installé à l entrée des ponceaux afin d atteindre le niveau d eau recommandé par le ministère du Développement Durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP). Conséquemment à ces travaux, le niveau du lac à dépassé de 12 cm les attentes du MDDEP et certains riverains ont subi des inondations sur leur terrain entraînant des inconvénients désagréables. L ouvrage de contrôle temporaire a été fabriqué à partir d une feuille de contreplaqué et montre des signes importants de faiblesse. Cette demande de certificat d autorisation propose l installation d une structure de contrôle permanente qui limitera la fluctuation du niveau du lac en visant un niveau d équilibre écologique tout en respectant la faune aquatique et l urbanisation riveraine. AQUA-BERGE inc. Page 3

8 3. Conception du projet 3.1. Étude hydrographique Le 17 octobre 2007, AQUA-BERGE inc. a procédé à une expertise visant à repérer des indices sur les berges du lac permettant de déterminer la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE) par la méthode botanique simplifiée. La visite coïncidait avec une période d étiage automnale. Selon la méthode botanique simplifiée du MDDEP, la limite inférieure des peuplements continus de lichens gris sur les roches et les murs de ciment indique normalement la limite des inondations les plus fréquentes. Lors de la visite du 17 octobre, cette limite a été observée sur huit rochers émergents. En moyenne, la limite du lichen gris se situait à 17 cm au-dessus du niveau de l eau. Les plantes aquatiques semblent avoir déjà colonisé le substrat du lac jusqu au niveau d eau actuel, ce qui indique que le niveau d eau était élevé depuis un certain temps. De l érosion était visible en berge à plusieurs endroits, juste au-dessus du niveau actuel de l eau. La base de certains arbres, de milieux non humides, tels que des bouleaux gris et des pins se retrouvait dans l eau, ce qui nous laisse croire que le niveau de l eau ne descend pas autant qu il le devrait. De plus, lors de la visite du 17 octobre, plusieurs marques étaient présentes, à environ 8 cm du niveau de l eau, sur les troncs d arbres, les rochers, les murets et les quais. Ces marques nous démontrent que le niveau de l eau du lac a été récemment plus élevé. À cause des nombreuses fluctuations du niveau de l eau au cours des dernières années, la végétation aquatique et riveraine naturelle peut s être ajustée en conséquence à l exception des arbres de grande taille. Dans ces conditions, les repères observables pour déterminer avec précision qu elle devrait être le niveau d étiage normal du lac sont quasi-inexistants. Cependant, certains indices, comme la présence de colonisation sur certains poteaux métalliques, laissent croire que le niveau d étiage normal pourrait être situé à environ 25 cm en-dessous du niveau actuel. Bien que AQUA-BERGE inc. Page 4

9 cette mesure soit cohérente avec le niveau d inondation de la base des arbres, la fiabilité d un tel indice n est pas démontrée. En conclusion, il est clair que le niveau de l eau du lac lors de la visite était trop élevé pour correspondre à une période d étiage d automne. Comme la base des arbres était dans l eau lors de la visite, on peut affirmer que le niveau de l eau, le 17 octobre 2007, était trop élevé. Afin de respecter la végétation en place et sécuriser le périmètre d inondation, il est recommandé de viser un niveau d étiage de 15 à 20 cm plus bas que le niveau du 17 octobre Calculs hydrauliques Évaluation du débit d étiage Il n existe aucune donnée hydrométrique sur le bassin versant du lac Long Pond. L évaluation du débit d étiage repose donc sur des résultats aux stations hydrométriques voisines. Les stations qui avaient un bassin versant inférieur à 10 km² ont été retenues pour documenter ce dossier. Le résultat du débit d étiage Q 2,7, a été obtenu par la technique du transfert au bassin versant du lac Long Pond qui possède une superficie de 6,2 km² (620 ha). Les résultats des calculs sont présentés au tableau 1. Tableau 1. Débit d étiage aux stations hydrométriques voisines Station hydrométrique Bassin versant Superficie (km²) Débit d étiage Q 2,7 estival Bassin versant Superficie (km²) Débit d étiage transposé Q 2,7 estival (m³/s) ,68 0,019 6,2 0, ,94 0,062 6,2 0, ,17 0,13 6,2 0, ,22 0,013 6,2 0, ,57 0,043 6,2 0,08 Moyenne 0,08 Réf. : Centre d expertise hydrique du Québec Les résultats du débit d étiage transposé au bassin versant du lac Long Pond présentent une certaine constance. Il faut toutefois garder à l esprit que cette méthode d évaluation contient son degré d incertitude. Afin d éviter d avoir un trop grand déversoir, ce qui risquerait d abaisser la cote du niveau d étiage en situation de bas débit, nous retiendrons 80 % du débit moyen calculé comme débit d étiage de conception du projet. Le débit d étiage du projet sera donc de 0,06 m³/s. AQUA-BERGE inc. Page 5

10 3.2.2 Évaluation du débit de pointe Les débits de pointe ont été calculés à l aide de la méthode SCS modifiée par Desforges et Hoang (hydrogramme triangulaire) qui est bien adaptée au bassin versant de 500 à ha : Qp = (A' x C x Hc) / (57 x (5,28 x 1000 x Y') -0,43 x Pf 0,27 x 100) Hc : Hauteur de pluie (mm) pour une durée égale au Tc Tc : Temps de concentration (heures) Y' : pente moyenne du bassin versant (m/m) Pf : pourcentage de surface boisée (en nombre entier) A' : surface du bassin (ha) Le temps de concentration a été calculé à partir du modèle de Bransby-Williams et avec la méthode de l Aéroport. Ces deux modèles ont été retenus parce qu ils possèdent des domaines d application assez compatibles avec le bassin versant du lac Long Pond. Modèle de Bransby - Williams Tc = (0,00095 x L) / (Y 0,2 x A' 0,1 ) Modèle de l Aéroport Tc = (0,05433 x (1,1-C) x L 0,5 )/Y 0,33 L : longueur maximale du parcours de l'eau dans le bassin versant (m) C : coefficient de ruissellement (pondéré selon la proportion des sols et des cultures) Y : pente moyenne du bassin versant (%) A' : surface du bassin versant (ha) Les caractéristiques du bassin versant du lac Long Pond sont : Superficie : 620 ha Surface boisée : 86 % Superficie en lac : 9,8 % Longueur du bassin versant : m Pente longitudinale du bassin : 1,6 % Coefficient de ruissellement «C» 0,17 En moyenne, le temps de concentration calculé pour le bassin versant est de 2,2 h. Les débits calculés pour le projet sont présentés au tableau 2 et ont été obtenus en faisant la moyenne entre les deux méthodes de calcul décrites précédemment. Tableau 2. Débit de pointe pour des récurrences de 2 à 100 ans Récurrence (pluie de 6 h) Méthode de Bransby (m³/s) Méthode de l Aéroport (m³/s) Moyenne (m³/s) Q 100,6 2,29 2,54 2,42 Q 50,6 1,96 2,18 2,07 Q 25,6 1,84 2,05 1,95 Q 10,6 1,49 1,65 1,57 Q 5,6 1,25 1,39 1,32 Q 2,6 1,10 1,22 1,16 AQUA-BERGE inc. Page 6

11 3.2.3 Vérification de la capacité des ponceaux Les deux ponceaux en béton de 1,5 mètre de diamètre, tels qu installés sous le chemin du lac Nick, permettent une capacité d écoulement de 4,4 m³/s à plein régime ce qui excède de 1,8 fois le débit d une récurrence de 100 ans. En crue, les ponceaux seront donc remplis à environ 50 %. Considérant le calage des ponceaux de 30 cm, on peut dire qu en période de crue, la hauteur d eau en amont des ponceaux ne devrait pas dépasser 0,5 à 0,6 m. Il est toutefois recommandé d éviter toute restriction à l entrée ou à la sortie des ponceaux afin de ne pas en réduire leur capacité. La structure de contrôle devrait donc être déportée à l avant des ponceaux et ne devra pas contribuer à réduire la section d écoulement Considérations fauniques Le déversoir de la structure de contrôle doit être dimensionné pour assurer le libre passage du poisson. Cette barrière doit donc être franchissable par les poissons, même en période d étiage. Pour y arriver, une encoche conforme au débit d étiage calculé à la section sera réalisée dans la structure de contrôle. En plus du débit de conception, l encoche est conforme aux recommandations du ministère des Pêches et des Océans Canada (MPO) pour la conception des traversées de cours d eau où le libre passage du poisson est assuré. Ces recommandations sont les suivantes : - La largeur minimale de l encoche est de 150 mm. Une encoche trop étroite pourrait limiter son franchissement par des poissons de grande taille; - La profondeur minimale de l encoche est la somme du dénivelé et de la hauteur d ennoiement. Le dénivelé est la hauteur entre le sommet de la structure de contrôle et le niveau d eau dans le bassin en aval. La hauteur d ennoiement est la différence entre le bas de l encoche et la hauteur d eau dans le bassin aval. Certaines espèces de poissons aux capacités natatoires plus faibles (ex. éperlan, cyprins, achigan à petite bouche, etc.) ont besoin d une hauteur d ennoiement de 100 mm. Comme autre critère permettant le franchissement du déversoir par les poissons, il est recommandé que le bassin en aval du déversoir ait une profondeur minimale de deux fois le dénivelé à franchir. Ce bassin permet aux poissons de se reposer avant de faire le passage et d avoir suffisamment d espace pour se propulser. Afin de créer des habitats pour les poissons et créer des remous, de grosses pierres seront installées dans le fond de la fosse Conception de la structure de contrôle Dimensions de la structure de contrôle La structure de contrôle gagne à être la plus large possible afin d amoindrir la fluctuation du niveau du lac causée par les changements de débits. Elle devra aussi être déportée à plus de 1,5 m devant l entrée des ponceaux de façon à permettre la création d une fosse à poissons. La cote supérieure de la structure de contrôle correspondra au niveau d étiage retenu pour le projet. L installation de la structure doit être réalisée devant les ponceaux sans nuire à l écoulement de l eau. Ainsi, elle sera conçue en deux modules préfabriqués en atelier. Comme il y a deux ponceaux, chacun des modules sera installé à sec pendant que l eau sera déviée vers l autre ponceau. AQUA-BERGE inc. Page 7

12 3.4.2 Matériaux Afin de réaliser une retenue et un contrôle adéquats du niveau du lac, la structure doit avoir une élévation précise et exacte. La dimension du déversoir projetée sera trop petite pour être réalisée par enrochement. L utilisation d une structure en métal résistant à la corrosion qui viendrait se boulonner en avant de l entrée des ponceaux nous apparaît comme une option intéressante. De plus, cette méthode est simple et rapide d installation et vise une perturbation minimale du milieu aquatique. Pour assurer un bon contrôle du niveau d eau en amont de la structure de contrôle, celle-ci doit être étanche. Ainsi, pour éviter les infiltrations d eau, une membrane imperméable viendra colmater le fond sur lequel la structure reposera Dimensionnement de l encoche L annexe II du guide de conception du ministère des Pêches et Océans Canada (MPO) fournit les dimensions des encoches à mettre en place en fonction des débits d étiage à respecter. Avec un dénivelé de 200 mm entre le niveau de l eau amont et aval de la structure de contrôle, une encoche de 250 mm x 300 mm (ou section équivalente à 750 mm²) doit être réalisée pour fournir le débit d étiage de conception du projet (0,06 m³/s). Pour optimiser le contrôle du niveau à bas débit, nous recommandons une encoche trapézoïdale de 15 cm à la base, 30 cm de hauteur et 35 cm de largeur en tête au lieu d une encoche carrée. Ces dimensions demeurent conformes aux recommandations de Pêches et Océans Canada prescrites à la section Aménagement de la fosse Une fosse de 40 cm de profondeur sera aménagée entre le déversoir et les ponceaux sur environ 1,5 mètre de largeur, en aval du déversoir. Des pierres de bon calibre (environ 300 mm de diamètre) seront encaissées partiellement dans le lit de la fosse et sur les rebords afin de constituer un bourrelet d environ 10 cm plus haut que le lit des ponceaux. Ce rehaussement a pour but de respecter le besoin d une hauteur d ennoiement de 100 mm dans l encoche. Les grosses pierres installées dans la fosse permettront aussi de créer des abris pour les poissons. Tout le lit de la partie aval de la structure de contrôle devra être enroché afin de protéger ce secteur de la force de l érosion. Les pierres constituant le lit actuel seront utilisées pour l aménagement du lit. Les cotes d élévation exactes de la structure de contrôle et les détails d aménagement sont montrés sur les plans en annexe Niveau du lac projeté en fonction du débit Niveau d étiage : En étiage, l encoche devrait couler à pleine section. Le niveau d étiage correspond donc à la hauteur de la structure de contrôle. Le lac ne devrait jamais descendre sous ce niveau. Niveau de crue : Le débit de pointe de récurrence de 100 ans Q 2,100, calculé à la section qui est de 2,42 m³/s, devrait correspondre à la ligne de crue. À ce régime d écoulement, la hauteur d eau qui passera par-dessus la structure de contrôle a été calculée à 30 cm. En fait, la structure de contrôle n augmente pas le niveau de crue qui était initialement conditionné par la capacité des ponceaux. AQUA-BERGE inc. Page 8

13 Niveau de la LNHE : Le débit de pointe de récurrence de 2 ans Q 2,6, calculé à la section qui est de 1,16 m³/s, devrait correspondre à la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE). À ce régime d écoulement, la hauteur d eau qui passera par-dessus la structure de contrôle a été calculée à 18 cm. Niveau moyen : Le niveau moyen devrait se situer entre la LNHE et le niveau d étiage. Il est évalué à environ 10 cm au-dessus de la structure de contrôle ce qui correspond à un débit d environ 0,5 m³/s. Cette situation correspond de près au niveau qui prévalait le 17 octobre En résumé, le tableau suivant présente le niveau du lac au-dessus de la structure de contrôle en fonction du débit. À titre de référence, nous avons aussi indiqué les niveaux correspondant aux visites du 17 octobre. Le dessus de la structure de contrôle projeté est à 141 cm du dessus du muret de soutènement. Tableau 4. Niveau d eau du lac en fonction du débit Débit Débit (m³/s) Hauteur d eau au dessus de la structure de contrôle (cm) Étiage 0,06 0 Moyen 0,50 10 Niveau du 17 octobre 0,75 13 LNHE Q 2,6 1,06 17 Crue Q 100,6 2,23 30 Réf. : Drop Spillways : Weir formula, soil and water conservation engineering AQUA-BERGE inc. Page 9

14 4. Étapes de réalisation du projet Au besoin, les travaux à réaliser peuvent faire l objet de correctifs ou ajustements. Sans y être limités, les travaux seront réalisés dans l ordre chronologique suivant : Fabriquer la structure de contrôle en atelier; Transporter la machinerie et le matériel au chantier ; Mettre en place des mesures de mitigation prévues au chapitre 5; Excaver le lit en amont du ponceau de droite sur une largeur et une profondeur suffisantes pour permettre l installation du module droit de la structure de contrôle (prévoir une excavation suffisante pour loger la fosse à poissons) et la membrane imperméable; Installer la membrane imperméable protégée par un revêtement de géotextile dans le fond de la tranchée excavée, en amont de la structure de contrôle; Créer une berme de rétention avec la pierre excavée afin de dévier l eau dans le ponceau de gauche et permettre un travail à sec dans la partie de droite; Installer le module de droite du système de contrôle sur le fond imperméabilisé et boulonner les plaques d attachement au muret à l aide de douilles expansives pour béton; Rabattre la membrane contre la structure de contrôle pour imperméabiliser la partie amont et consolider le tout avec un enrochement de protection; Aménager le lit aval et aménager la fosse à poissons conformément aux plans; Excaver le lit en amont du ponceau de gauche sur une largeur et une profondeur suffisantes pour permettre l installation du module gauche de la structure de contrôle ; Installer la membrane imperméable protégée par un revêtement de géotextile dans le fond de la tranchée excavée, en amont de la structure de contrôle; Créer une berme de rétention avec le matériel excavé afin de dévier l eau dans le ponceau de droite et permettre un travail à sec dans la partie de gauche; Installer le module de gauche du système de contrôle sur le fond imperméabilisé et boulonner les plaques d attachement au muret à l aide de douilles expansives pour béton; Rabattre la membrane contre la structure de contrôle pour imperméabiliser la partie amont et consolider le tout avec un enrochement de protection; Aménager le lit aval conformément aux plans; Retirer les mesures de mitigation; Retour de la machinerie et des équipements. Pour plus de détails sur les ouvrages à mettre en place, consulter le devis en annexe 1. AQUA-BERGE inc. Page 10

15 5. Mesures d atténuation des impacts AQUA-BERGE inc. avisera son personnel affecté aux travaux, des mesures d'atténuation prévues dans le cadre de ce projet Mesures générales Les mesures d atténuation générales suivantes devront, dans la mesure du possible, être respectées : Ne réaliser aucun travail de terrassement ou d'excavation près du lac lors des périodes de crue ou lors de fortes pluies; Ne rejeter aucun débris dans le milieu aquatique. Tous les débris introduits accidentellement dans le milieu aquatique devront être retirés dans les plus brefs délais; Utiliser des matériaux propres, contenant peu ou pas de particules, fines et assez grosses pour résister au déplacement dû à différents phénomènes (crue des eaux, vagues, etc.) pour réaliser les enrochements; Réaliser les travaux dans les meilleurs délais possibles et conserver la machinerie en milieu terrestre pour toute la durée des travaux Contrôle de la circulation routière Comme les travaux seront réalisés à partir d une voie publique, les mesures de sécurité suivantes doivent être respectées : Un contrôle de la circulation routière doit être effectué durant toute la durée des travaux; Des écriteaux doivent indiquer à l avance aux automobilistes la présence du chantier en cours; Aucun débris ne doit perturber la circulation routière; Au besoin, des bornes de circulation doivent être placées afin de diriger les automobilistes Entretien et utilisation de la machinerie Les précautions suivantes doivent être prises lors de l utilisation ou l entretien des machineries : Effectuer l entretien de la machinerie (plein d essence, changement d huile, etc.) en dehors du chantier ou, tout au moins, à une distance supérieure à 15 m de tout cours d eau ou plan d eau; Éloigner la machinerie du cours d eau dès qu elle n est plus utilisée; Rendre le matériel d'urgence (produits absorbants, toiles, outils, etc.) disponible sur le site en cas de déversement de produits dangereux (huile, gazole, etc.); Placer les bidons ou récipients contenant des hydrocarbures et autres produits dangereux dans un bac ou entre des bermes ayant la capacité de recueillir 110 % des réserves entreposées; AQUA-BERGE inc. Page 11

16 Advenant un déversement d'hydrocarbure ou de toute autre substance nocive, le réseau d'alerte d'environnement Canada ( ) ou d'environnement Québec ( ) devra être avisé sans délai; Préserver sur le chantier toute végétation telle que les arbres, les buissons et la pelouse qui ne gênent pas les travaux; Prendre les dispositions et construire les installations nécessaires pour éviter que les matériaux polluent les cours d'eau ou constituent des nuisances à la vie de la faune aquatique Protection du milieu aquatique Pour les besoins du présent contrat, le milieu aquatique comprend : Tout milieu humide (marais, marécage, tourbière, etc.); Toute rive (15 mètres de la ligne des hautes eaux); Tout littoral (secteurs de plans d eau influencés par des ouvrages ou de la marée); Le lit de tout plan d eau; Toute plaine inondable (20 ans ou 100 ans) cartographiée ou non, excédant la rive. La réalisation du projet doit se faire en respect avec le milieu aquatique : Opter pour effectuer les opérations à partir de la rive, lorsque possible; Les travaux exécutés et les ouvrages mis en place dans le cours d eau ou le plan d eau ne doivent pas empêcher la libre circulation de la faune aquatique ni viser à un changement du régime hydraulique; Isoler l aire de travail avec un ballon de retenu d eau ou un endiguement en pierres nettes en amont des ponceaux afin de procéder aux travaux à sec et limiter la remise en suspension des sédiments dans le plan d eau; Un écoulement minimal doit être assuré pour permettre la survie de toute espèce aquatique. Ne jamais rétrécir la section d écoulement de plus de 1/3 de sa surface d écoulement calculée au niveau d eau moyen et toujours maintenir une vitesse d écoulement inférieure à 0,9 m/s; Tous les ouvrages temporaires d'isolement et de sédimentation doivent être enlevés à la fin des travaux et l'endroit doit être laissé dans un état au moins équivalent à son état premier; Le secteur riverain doit être restauré de manière à favoriser la reproduction du phénomène d'implantation naturelle de la végétation; Toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour éviter la contamination des cours d eau et des lacs par des matières toxiques ou susceptibles de l être. AQUA-BERGE inc. Page 12

17 5.5. Gestion des matériaux de rebuts ou excédentaires Tous les matériaux non réutilisables sur le site des travaux doivent être exportés, dès leur excavation, hors du plan d eau, des rives et de toute zone inondable. Les surplus de terre peuvent être transportés vers un milieu terrestre non sensible où ils seront nivelés et revégétalisés de façon à s harmoniser avec les usages environnants; Tout déchet solide mis à jour durant les travaux doit être extrait et transporté dans un lieu d élimination autorisé par le MDDEP, selon le règlement (Q-2, r.3.2), et conforme à la réglementation municipale. Les matériaux secs générés par les travaux (béton, bois, asphalte, etc.) seront prioritairement recyclés ou réutilisés hors du milieu aquatique; En présence de sol ou de sédiments contaminés, les opérations de chantier seront suspendues afin de contacter le bureau régional du ministère de l Environnement ou la Direction du suivi de l état de l environnement qui évaluera la situation. AQUA-BERGE inc. Page 13

18 6. Échéancier des travaux N o Description des activités à réaliser Mars Période Avril Mai Juin Juillet Août Sept. 1 Dépôt de la demande de certificat d'autorisation 2 Analyse et émission du certificat par le MDDEP 3 Fabrication de la structure de contrôle 4 Réservation des machineries et équipements 5 Préparation du chantier (transport du matériel) 6 Réalisation du chantier 7 Fin des travaux / retour des équipements La date de début des travaux est conditionnelle à l obtention du certificat d autorisation du ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP); Dans la région de l Estrie, la période normalement autorisée pour les travaux dans le milieu aquatique est du 15 juin au 15 septembre; L échéancier des travaux peut être retardé selon les conditions climatiques. AQUA-BERGE inc. Page 14

19 7. Conclusion Le présent document contient toute l information permettant d obtenir les autorisations requises pour l installation de la structure de contrôle du niveau du lac Long Pond. La conception de la structure de contrôle repose sur une analyse hydrologique qui a permis d établir le niveau écologique souhaitable du lac. En somme, le niveau moyen de l eau du lac a été évalué à environ 10 cm au-dessus de la structure de contrôle, ce qui correspond à un débit d environ 0,5 m³/s. Cette situation correspond de près au niveau qui prévalait le 17 octobre De plus, la structure possède une ouverture de 8,4 mètres de largeur permettant de limiter la fluctuation du niveau du lac lors de crues importantes. Une attention particulière a été accordée lors de la conception de la structure de contrôle pour reproduire un habitat compatible avec les besoins de la faune aquatique. Aussi, la structure proposée permet un écoulement d étiage conforme aux critères du ministère des Pêches et des Océans Canada (MPO) pour le libre passage du poisson. Finalement, ce document présente les étapes de réalisation et les mesures d atténuation visant à réduire les impacts du projet lors de la réalisation des travaux. AQUA-BERGE inc. Page 15

20 8. Bibliographie GOUPIL, J.-Y., Protection des rives, du littoral et des plaines inondables : Guide des bonnes pratiques. Ministère de l Environnement et de la Faune, Service de l aménagement et de la protection des rives et du littoral. Les publications du Québec. 156 p. LANDRY, P.-L., Le domaine aquatique, lacs et étangs naturels et artificiels, marais et cours d eau, jardins d eau, aquaculture. Les Éditions La Liberté, 374 p. MENVIQ, Guide environnemental de travaux en milieu aquatique dans les projets d assainissement et d infrastructures, Direction du suivi de l état de l environnement, Service des avis et des expertises (3 e version), 90 p. SOCIÉTÉ DE LA FAUNE ET DES PARCS QUÉBEC, Stabilisation du milieu riverain, Fiche technique sur la protection de l habitat du poisson, 5 p. LACHAT, B, Guide de protection des berges de cours d eau en techniques végétales, ministère de l aménagement du territoire et de l environnement, Diren Rhône-Alpes, 143 p. BERNATCHEZ, L. et Giroux, M Guide des poissons d eau douce du Québec. Éditions Broquet inc., 304 p. Ministère des Pêches et des Océans Canada (MPO), Recommandation pour la conception des traversées de cours d eau où le libre passage du poisson doit être assuré, Document de travail, 58 p. Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ), Évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versant agricole du Québec, Fiche Technique, 6 p. SCHWAB, G. O. et al., Soil and water conservation engineering, third edition, United States, 525 p. AQUA-BERGE inc. Page 16

quais et abris à bateaux

quais et abris à bateaux Guide pratique pour les quais et abris à bateaux Édition 2012 sommaire 3 Le littoral et la rive 4 Où construire un quai? 5 La réglementation 6 Les quais flottants 7 Les quais sur pieds tubulaires et sur

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUCTION Généralités MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 1. La demande doit être conforme aux règlements de construction,

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU

16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17 OCCUPATION DES RIVES, DU LITTORAL ET DES PLAINES INONDABLES DES LACS ET COURS D EAU 16.17.1 Généralité 16.17.2 Objectifs Toutes les rives, le littoral et les plaines inondables des lacs et cours

Plus en détail

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie.

Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Aménagement aquatique du tributaire et de l émissaire du lac Grignan situé dans la réserve faunique des Chic-Chocs de la MRC de la Haute-Gaspésie. Marc Fleury Biologiste 341, rue Saint-Jean-Baptiste Est,

Plus en détail

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte ANNEXE G Méthode de traversée des rivières Etchemin, Chaudière et Beaurivage en tranchée ouverte MÉTHODE DE TRAVERSÉE DES RIVIÈRES EN TRANCHÉE OUVERTE Cette annexe présente les principales étapes à réaliser

Plus en détail

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution

PRATIQUES. relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution PRATIQUES relatives au déboisement initial pour la construction d une ligne électrique de distribution CADRE NORMATIF DESTINÉ AUX CLIENTS ET PROMOTEURS QUI RÉALISERONT LES TRAVAUX TABLE DES MATIÈRES 5

Plus en détail

4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE

4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE 4 NORMES RELATIVES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET DE LA PLAINE INONDABLE 4.1 Les rives et le littoral: Les lacs et cours d'eau assujettis Tous les lacs et cours d'eau à débit régulier ou intermittent

Plus en détail

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION

Le fossé FICHE D ENTRETIEN LE FOSSÉ FONCTION Le fossé Le fossé est une structure linéraire creusée pour drainer, collecter ou faire circuler des eaux de ruissellement. Il permet notamment de drainer la structure de la piste. Un fossé bien entretenu

Plus en détail

Aménagement des sorties de drains

Aménagement des sorties de drains Aménagement des sorties de drains FICHE TECHNIQUE Introduction Le drainage souterrain nécessite un investissement important dont l efficacité et la rentabilité risquent d être compromises suite à une mauvaise

Plus en détail

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent

Conférencier : Matane MRC de La Mitis. Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent Conférencier : Paul Logo Gingras, MRC de urbaniste Matane MRC de La Mitis Le cadre réglementaire relatif aux milieux riverains du fleuve Saint-Laurent La mise en place des cadres légaux et réglementaires

Plus en détail

Les sentiers récréatifs (randonnée, VTT, motoneige) 36 L entretien du réseau d accès 38

Les sentiers récréatifs (randonnée, VTT, motoneige) 36 L entretien du réseau d accès 38 VOUS PRÉVOYEZ CONSTRUIRE UN CHEMIN FORESTIER Une bonne planification 23 Comment construire son chemin forestier 25 Concernant les ponts et ponceaux 27 La planification des traverses de cours d eau 28 Le

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53

Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53 Province de Québec Municipalité de Boileau Boileau, Québec Deuxième projet de règlement du RÈGLEMENT NUMÉRO 15-*** RÈGLEMENT 15-*** DE MODIFICATION AU RÈGLEMENT DE ZONAGE 00-53 que le conseil vise, par

Plus en détail

IMPORTANCE DES COURS D EAU

IMPORTANCE DES COURS D EAU FORÊT PRIVÉE Les traverses de cours d eau Pour réaliser des travaux d aménagement forestier, le propriétaire d un boisé privé est souvent confronté à la nécessité de construire un chemin et de traverser

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE

RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE RÈGLEMENT N o 961-07 PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT MUNICIPALITÉ DE SAINT-HIPPOLYTE ARTICLE 1 : DÉFINITIONS Allée véhiculaire : Voie de circulation privée pour véhicules automobiles reliant le stationnement

Plus en détail

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux.

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux. R È G L E M E N T S U R L E S P L A NS D I M P L A N T A T I O N E T D I N T É G R A T I O N N O 1 0 0 7-10 Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs Réalisé

Plus en détail

ATTENDU QUE le conseil municipal désire prévoir des normes concernant la gestion des eaux pluviales des propriétés privées;

ATTENDU QUE le conseil municipal désire prévoir des normes concernant la gestion des eaux pluviales des propriétés privées; PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SALABERRY-DE-VALLEYFIELD RÈGLEMENT 300 Règlement concernant la gestion des eaux pluviales ATTENDU QUE la Ville de Salaberry-de-Valleyfield est régie par la Loi sur les cités

Plus en détail

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume

Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume Plan de travail / Établissement du plan d action pour le lac Rhéaume PRINCIPAUX ENJEUX A. Qualité de l eau - Suivi de la qualité de l eau B. Qualité de l eau - Épuration des eaux usées C. Contrôle de l

Plus en détail

RÈGLEMENT NO 156-06. Règlement modifiant les règlements no 101-00, 116-01 et 125-02, relatifs au schéma d aménagement révisé.

RÈGLEMENT NO 156-06. Règlement modifiant les règlements no 101-00, 116-01 et 125-02, relatifs au schéma d aménagement révisé. RÈGLEMENT NO 156-06 Règlement modifiant les règlements no 101-00, 116-01 et 125-02, relatifs au schéma d aménagement révisé. Article 1 : Le point 4 intitulé «normes relatives à la protection des rives

Plus en détail

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole

Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Petits ouvrages hydrauliques et continuité piscicole Choix, dimensionnement, installation et équipement des ouvrages de franchissement hydrauliques (OH) : prescriptions règlementaires, méthodes préconisées

Plus en détail

L IMPERMÉABILISATION

L IMPERMÉABILISATION Comment réduire notre impact à l échelle d un lot? En débranchant vos gouttières du drains de fondations ou du drains menant directement au fossé, et en dirigeant l eau vers un milieu perméable, une plus

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DES PONCEAUX EN MILIEU AGRICOLE 10930

AMÉNAGEMENT DES PONCEAUX EN MILIEU AGRICOLE 10930 On recommande d enrocher le lit sur une distance égale à deux fois le diamètre du tuyau en aval et à une fois ce diamètre, à l amont. AMÉNAGEMENT DES PONCEAUX EN MILIEU AGRICOLE 10930 2010-04 R. POTVIN

Plus en détail

Procédure relative à l entretien de cours d eau en milieu agricole

Procédure relative à l entretien de cours d eau en milieu agricole Procédure relative à l entretien de cours d eau en milieu agricole VERSION DU 13 JANVIER 2012 Par Direction des politiques de l eau (MDDEP) Et Direction du développement socioéconomique, des partenariats

Plus en détail

Addendum - Travaux de construction des pylônes 10 et 11

Addendum - Travaux de construction des pylônes 10 et 11 DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION Addendum - Travaux de construction des pylônes 10 et 11 1. RÉPONSES AUX QUESTIONS Réponses aux questions du 10 janvier Question 1 Veuillez fournir la résolution de

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ

TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA MºMA-01 ÉTAT PRÉALABLE ET EMPLACEMENT ÉTAT FINAL PROJETÉ MºMA-01 DONNÉES ADMINISTRATIVES TRAVAUX DE CORRECTION DES IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX AU BARRAGE DE LORIGUILLA DONNÉES DE GESTION PROJET DE LICITATION Budget de base de licitation: 2.666.351,66 Délai d exécution:

Plus en détail

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François

PLAN D ACTION Gestion des cours d eau sous la compétence de la MRC du Val-Saint-François MISE EN CONTEXTE : PLAN D ACTION de la MRC du Val-Saint-François Le 1 er janvier 2006 marque l entrée en vigueur de la Loi sur les compétences municipales (LCM) (L.R.Q., chapitre C-47.1), laquelle confère

Plus en détail

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles

Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITE DE LAC-BEAUPORT REGLEMENT NUMERO 7-172 Objet : Règlement sur la restauration des rives dégradées, décapées ou artificielles Session ordinaire du Conseil de la municipalité

Plus en détail

DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES

DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES DIRECTION DES ÉVALUATIONS ENVIRONNEMENTALES Questions et commentaires pour le projet d'aménagement d'un lien cyclable sur le territoire de la municipalité régionale de comté Robert-Cliche par la municipalité

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

Révision quinquennale du plan et des règlements r. d urbanismed Consultation publique. Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d

Révision quinquennale du plan et des règlements r. d urbanismed Consultation publique. Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d Révision quinquennale du plan et des règlements r d urbanismed Consultation publique Plan d urbanismed Règlement sur les plans d implantation d et d intd intégration architecturale Règlement de construction

Plus en détail

Règlement modifiant le règlement de zonage numéro 2012-02 afin d y ajouter des normes concernant les quais.

Règlement modifiant le règlement de zonage numéro 2012-02 afin d y ajouter des normes concernant les quais. PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA JACQUES-CARTIER VILLE DE LAC-DELAGE RÈGLEMENT NUMÉRO U-2014-02 Règlement modifiant le règlement de zonage numéro 2012-02 afin d y ajouter des normes concernant les quais. ATTENDU

Plus en détail

Présenté par Patrice Leroux, ing.

Présenté par Patrice Leroux, ing. & Élaboration d un plan des eaux pluviales: Une approche alternative de l entreprise Présenté par Patrice Leroux, ing. Le 30 avril 2014 Sommaire de la présentation Enjeux et problématiques Approche de

Plus en détail

TITRE 6 - ENVIRONNEMENT

TITRE 6 - ENVIRONNEMENT TITRE 6 - ENVIRONNEMENT CHAPITRE 8 ÉCOULEMENT DES EAUX DES COURS D EAU Section 1 - Dispositions déclaratoires et interprétatives 6.8.1 Définitions À moins de déclaration contraire, expresse ou résultant

Plus en détail

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec

Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Nouvelles exigences en matière de gestion des eaux pluviales au Québec Denis Martel, ing. M.Sc. Pôle d expertise municipale Direction régionale de l'analyse et de l'expertise Bureau de Montréal Ministère

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

Lorsque cette méthode est notée au plan de ligne aérienne, elle a préséance sur les clauses existantes qui traitent du même sujet.

Lorsque cette méthode est notée au plan de ligne aérienne, elle a préséance sur les clauses existantes qui traitent du même sujet. GUIDE ENVIRONNEMENTAL NORMALISÉ POUR LA RÉALISATION DES TRAVAUX EN DISTRIBUTION - RÉSEAU AÉRIEN TRAVAUX EN MILIEU HUMIDE 2.3.1 2.3.2 INSTALLATION ET/OU ENLÈVEMENT DE POTEAUX ET D'ANCRAGES Portée du guide

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION

GUIDE D INSTALLATION PRÉPARATION 1. Les chambres sont livrées soit sur une remorque ouverte, soit sur une remorque fermée. Dans le cas d une remorque fermée, lorsque possible, les chambres seront chargées vers l arrière de

Plus en détail

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE?

LA GESTION DURABLE EAUX PLUVIALES. Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? LA GESTION DURABLE des EAUX PLUVIALES Trottoirs immergés, jardins détrempés, rues inondées, égouts saturés COMMENT GÉRER L EAU DE PLUIE? www.reseau-environnement.com Qu est-ce qu une GESTION DURABLE des

Plus en détail

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA)

ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) ANNEXE 4-4 CRITÈRES DE CONCEPTION DIMENSIONNEMENT DES SYSTÈMES D ÉPURATION DES EAUX USÉES PAR FOSSES SEPTIQUES ET CHAMPS D ÉPURATION (BBA) Étude des impacts sur l environnement et le milieu social 28 mars

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document téléchargeable ne satisfait pas à toutes les exigences du standard du Gouvernement du Québec SGQRI 008-02, car il s'adresse à des personnes faisant partie

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 502-25-2007

RÈGLEMENT NUMÉRO 502-25-2007 RÈGLEMENT NUMÉRO 502-25-2007 RÈGLEMENT NUMÉRO 502-25-2007 MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE NUMÉRO 502-2005 DANS LE BUT DE MODIFIER LES DISPOSITIONS APPLICABLES À LA PROTECTION DES RIVES, DU LITTORAL ET

Plus en détail

Déversoir enroché. Introduction. Définition. Conception d un déversoir enroché

Déversoir enroché. Introduction. Définition. Conception d un déversoir enroché FICHE TECHNIQUE Déversoir enroché Introduction Photo 1 A et B : Déversoir enroché Source : Bernard Arpin et Robert Beaulieu (MAPAQ) A B Il existe plusieurs techniques permettant de contrôler le déversement

Plus en détail

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035»

VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT «LAC-SIMON 2035» VISION STRATÉGIQUE D AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT 1 «LAC-SIMON 2035» Contexte de la démarche Révision du plan et des règlements d urbanisme de Lac-Simon Révision en cours du Schéma d aménagement et

Plus en détail

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs

Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Fiche P : Solutions contre l érosion des berges des cours d eau à proximité des étangs Définition En géomorphologie, l érosion est le processus de dégradation et de transformation du relief qui est causé

Plus en détail

LES OUVRAGES. Les principaux ouvrages associés aux étangs. * Digue. * Vanne / pelle : * Déversoir. * Moine. * Évacuateur eau fond.

LES OUVRAGES. Les principaux ouvrages associés aux étangs. * Digue. * Vanne / pelle : * Déversoir. * Moine. * Évacuateur eau fond. LES OUVRAGES Les principaux ouvrages associés aux étangs * Digue * Vanne / pelle : * Déversoir * Moine * Évacuateur eau fond * Pêcherie * Ouvrage rétention sédiments * Grilles 1 La digue = élément majeur

Plus en détail

renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada)

renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada) C a s 3 renforcement d un réseau de télécommunications, île beausoleil, parc national des îles de la baie géorgienne, ontario (canada) par Marc Duchesne et Marc Lapointe Bell Canada Limitée F3.1 Présentation

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489

MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 MUNICIPALITÉ DE L'ASCENSION 59, rue de l'hôtel-de-ville L'Ascension (Québec) J0T 1W0 Tél.: (819) 275-3027 Téléc.: (819) 275-3489 Préalables et obligations pour les demandes de permis pour la construction

Plus en détail

Révision de la norme européenne : Quels apports pour les maîtres d ouvrage et professionnels de l entretien des réseaux?

Révision de la norme européenne : Quels apports pour les maîtres d ouvrage et professionnels de l entretien des réseaux? Norme NF EN 14654-1 «Gestion et contrôle des opérations d'exploitation dans les réseaux d'évacuation et d'assainissement à l'extérieur des bâtiments Partie 1 : nettoyage» Révision de la norme européenne

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

Installation septique

Installation septique Installation septique Guide de référence Le gouvernement du Québec a adopté en 1981 une réglementation s appliquant à l ensemble du territoire québécois concernant la construction des installations septiques

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE NUMÉRO 220

RÈGLEMENT SUR LES PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE NUMÉRO 220 Province de Québec MRC Brome-Missisquoi VILLE DE SUTTON RÈGLEMENT SUR LES PROJETS PARTICULIERS DE CONSTRUCTION, DE MODIFICATION OU D OCCUPATION D UN IMMEUBLE NUMÉRO 220 CONSIDÉRANT QU en vertu de la Loi

Plus en détail

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU

CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU Seine-Maritime CRÉATION D ÉTANGS ET DE PLANS D EAU REGLEMENTATION APPLICABLE au titre du Code de l Environnement Articles R 214-1 à R 214-6 du code de l environnement relatifs à la nomenclature des opérations

Plus en détail

ÉTAT DE LA SITUATION DU BASSIN VERSANT DE LA PRISE D EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES

ÉTAT DE LA SITUATION DU BASSIN VERSANT DE LA PRISE D EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES ÉTAT DE LA SITUATION DU BASSIN VERSANT DE LA PRISE D EAU DE LA RIVIÈRE SAINT-CHARLES MESURES MISES EN PLACE ET BONNES PRATIQUES LES FOSSES SEPTIQUES La Loi sur les compétences municipales (L.R.Q. Chapitre

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE

Schéma d Aménagement et de Gestion et de des. Bureau humides la» CLE Schéma d Aménagement et de Gestion et de des Gestion Eaux de Eaux du bassin du bassin du Loir du Loir Demi-journée d information et d échange sur la thématique «zones Bureau humides la» CLE Le 25 avril

Plus en détail

Règlement sur la construction des chemins publics et privés

Règlement sur la construction des chemins publics et privés PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MATAWINIE MUNICIPALITÉ DE SAINT-DONAT Règlement 10-799 Règlement sur la construction des chemins publics et privés ATTENDU le règlement de lotissement no 91-352, notamment le

Plus en détail

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5

Fiche technique. Le Service de l aménagement du territoire et de l urbanisme Édité le 29 octobre 2015 Page 1 sur 5 Le présent document donne des informations sur les normes applicables à la construction ou la modification d une installation septique pour un usage résidentiel de six chambres à coucher ou moins et qui

Plus en détail

Gestion des dangers naturels risques liés aux crues. L essentiel en bref

Gestion des dangers naturels risques liés aux crues. L essentiel en bref Gestion des dangers naturels risques liés aux crues L essentiel en bref le Contexte Les dangers naturels, qu il s agisse d avalanches, de glissements de terrain ou de crues, ont toujours représenté une

Plus en détail

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale Transports Canada Transport Canada PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35 ÉTUDE APPROFONDIE dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale JANVIER 2008 1 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Règlement de construction

Règlement de construction Municipalité de Sainte-Aurélie Version administrative seulement. Inclus les modifications suivantes du règlement # 11-2007 : # 07-2011, # 10-2010 Seules les versions originales des règlements sont valides

Plus en détail

Conditions de Gestion Environnementale pour des Contrats de Construction

Conditions de Gestion Environnementale pour des Contrats de Construction Conditions de Gestion Environnementale pour des Contrats de Construction 1. En plus des présentes conditions générales, le Contractant devra se conformer au Plan de Gestion Environnementale et Sociale

Plus en détail

Bardeau individuel Cèdre blanc de l Est

Bardeau individuel Cèdre blanc de l Est Guide d installation Avant de commencer l installation, prenez le temps de lire ce guide en entier pour bien comprendre les exigences et les étapes à suivre pour une bonne installation. Mises en garde

Plus en détail

Tranchées filtrantes FICHE TECHNIQUE. Introduction. Définition

Tranchées filtrantes FICHE TECHNIQUE. Introduction. Définition FICHE TECHNIQUE Tranchées filtrantes Introduction Cette fiche présente l utilisation de tranchées filtrantes pour améliorer le drainage de surface et réduire les problèmes d érosion au champ. Les informations

Plus en détail

NORMES RELATIVES AU STATIONNEMENT ET AUX ACCÈS À LA PROPRIÉTÉ

NORMES RELATIVES AU STATIONNEMENT ET AUX ACCÈS À LA PROPRIÉTÉ CHAPITRE 11 NORMES RELATIVES AU STATIONNEMENT ET AUX ACCÈS À LA PROPRIÉTÉ 11.1 NORMES RELATIVES AU STATIONNEMENT 11.1.1 Dispositions générales Les exigences relatives au stationnement hors rue s appliquent

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais

Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole. Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole Raymond Bernier ingénieur MAPAQ Outaouais Ce que vous devez savoir sur le drainage agricole 1. Le sol, l eau, l air et la plante 2. Le drainage : Définition

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES Édition 2013 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHANTIERS À PROXIMITÉ DE LIGNES AÉRIENNES 7 Risques potentiels à surveiller

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Page 1 / 6 Contenu : Bassin de rétention souterrain La route du Condoz, CH-1752 Villars-sur-Glâne Rédaction : Eric Berthoud / Etudiant Ecole

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2010-446 Abrogeant et remplaçant le règlement numéro 1996-320 et relatif à la construction de rues publiques ou privées.

RÈGLEMENT NUMÉRO 2010-446 Abrogeant et remplaçant le règlement numéro 1996-320 et relatif à la construction de rues publiques ou privées. A la séance ordinaire du 12 avril 2010 du conseil municipal de la municipalité de L'Ascension, tenue à 19h30 au lieu ordinaire des délibérations et à laquelle sont présents les membres du conseil : mesdames

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 DÉCRÉTANT UN CONTRÔLE INTÉRIMAIRE PROHIBANT UNE CONSTRUCTION, UN OUVRAGE OU DES TRAVAUX SUR DES TERRAINS COMPORTANT UN MILIEU HUMIDE SANS UNE CARACTÉRISATION

Plus en détail

Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE»

Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE» Cadre de gestion FONDS «EAU NORD GASPÉSIE» Janvier 2015 Table des matières Introduction 2 Objectifs et principes directeurs du Fonds 3 Qui est admissible au Fonds? 3 Quels types de projets sont financés?

Plus en détail

COURS D EAU D UN FOSSÉ

COURS D EAU D UN FOSSÉ COMMENT DIFFÉRENCIER UN COURS D EAU D UN FOSSÉ Les COURS D EAU et les MILIEUX RIVERAINS abritent une multitude d espèces animales et végé tales. Ces écosystèmes fragiles sont protégés par des lois et des

Plus en détail

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011)

(c.q-2, r.22) En bref (version 2011) (c.q-2, r.22) En bref (version 2011) 2008 2 NOTE AU LECTEUR Cet ouvrage se veut une aide à la compréhension du règlement provincial, utilisé par les municipalités du Québec et les consultants qui effectuent

Plus en détail

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral

21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral SECTION 21 LA PROTECTION DU MILIEU RIVERAIN 21.1 Autorisation ou permis préalable aux interventions sur les rives et le littoral Toutes les constructions, tous les ouvrages et tous les travaux qui sont

Plus en détail

Les modules d épandage et de rétention GRAF 300L

Les modules d épandage et de rétention GRAF 300L Édition de 12/2008 Les modules d épandage et de rétention GRAF 300L GRAF DISTRIBUTION S.A.R.L. 45 route d Ernolsheim F 67120 DACHSTEIN-GARE Tél. : 03 88 49 73 10 Fax : 03 88 49 32 80 info@graf.fr www.graf.fr

Plus en détail

Les fiches présentées, fonctionnent exclusivement sur le principe de l infiltration des eaux pluviales.

Les fiches présentées, fonctionnent exclusivement sur le principe de l infiltration des eaux pluviales. DES SOLUTIONS A L ECHELLE DE LA PARCELLE Par alternatives, on entend l ensemble des techniques qui viennent se substituer au concept de collecte et à celui du tout au réseau. L objectif n est alors plus

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PIECES PRINCIPALES = nombre de chambres + 2 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Le filtre à sable vertical drainé est utilisé dans le cas où le sol ne permet pas l épuration des eaux prétraitées provenant de la fosse toutes eaux. Cela concerne les sols de

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le règlement sur la construction de la Ville est modifié par la modification du Règlement

Plus en détail

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS

TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS MRC de Sept-Rivières 106, rue Napoléon, bureau 400, Sept-Îles (Qc) G4R 3L7 T 418 962-1900 F 418 962-3365 info@mrc.septrivieres.qc.ca www.mrc.septrivieres.qc.ca TNO LAC-WALKER ET RIVIÈRE-NIPISSIS Résumé

Plus en détail

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome Commune de : Date de réception du dossier Numéro du dossier : Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome G E N E R A L I T E S Demandeur: Nom:...Prénom:... Adresse......

Plus en détail

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS

MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS 10 ème programme pluriannuel d intervention MODALITES ET CONDITIONS D ATTRIBUTION DES AIDES GESTION DES MILIEUX AQUATIQUES ET DES INONDATIONS Pour la période 2013 à 2018 Le conseil d administration de

Plus en détail

Les Crastes. Edito G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN

Les Crastes. Edito G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN Les Crastes G UIDE PRATIQUE D ENTRETIEN SOMMAIRE 2 3 Les Crastes : A quoi ca sert? Les obligations en matière d entretien Deux acteurs pour une même mission Edito 4 6 7 8 8 5 Cartes L action de sensibilisation

Plus en détail

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION

CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION CHAPITRE 4 LE PERMIS DE CONSTRUCTION [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, article 120 et article 237] 4.1 Nécessité du permis de construction Tout projet de construction, de transformation,

Plus en détail

Spécificités des eaux de ruissellement

Spécificités des eaux de ruissellement Spécificités des eaux de ruissellement Mardi 9 Avril 2013 CCI du Doubs àbesançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Comment définir les eaux de ruissellement?

Plus en détail

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après.

Choix du site La limite d une carrière de sable ou de gravier ne doit pas être située à l intérieur des marges de retrait indiquées ci-après. Ministère de l Environnement et des Gouvernements locaux Directive pour les carrières de sable et de gravier OBJECTIF L objectif du présent document est de fournir de l information et des directives aux

Plus en détail

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP PERMIS DE CONSTRUIRE NOTICE TECHNIQUE INFILTRATION DES EAUX DE DRAINAGE JUILLET 2013 SOMMAIRE 1 OBJET

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DEMANDE D AUTORISATION D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Vous allez construire ou améliorer un habitat : traiter et évacuer vos eaux usées est une obligation. Si votre terrain

Plus en détail

3. Définitions Pour l application du présent règlement, on entend par :

3. Définitions Pour l application du présent règlement, on entend par : Conseil de la Ville Règlement RV-2005-04-12 de contrôle intérimaire sur la protection du littoral, des rives et LE CONSEIL DE LA VILLE DÉCRÈTE CE QUI SUIT : CHAPITRE I CHAMP D APPLICATION ET INTERPRÉTATION

Plus en détail

Exemple 1: Gestion des eaux de ruissellement de la route d évitement A189 Bulle La Tour-de-Trême.

Exemple 1: Gestion des eaux de ruissellement de la route d évitement A189 Bulle La Tour-de-Trême. CSD Ingénieurs Conseils SA 1 BASSINS D INFILTRATION POUR L EVACUATION DES EAUX DE RUISSELLEMENT DE CHAUSSEE P. Külling, Dr ès sc et B. Gret, ingénieur ETS CSD Ingénieurs Conseils SA Le Mont-sur-Lausanne

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010

Présentation du rapport d éd. programme IS-Eau. 3 juillet 2010. 7 août t 2010 Présentation du rapport d éd étude Roche et séance s d information d sur le programme IS-Eau 3 juillet 2010 7 août t 2010 Présence d algues d bleues Présence accrue de plantes aquatiques Disparition des

Plus en détail