DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE"

Transcription

1 4005, rue de la Garlock Sherbrooke (Québec) J1L 1W9 Tél : (819) Téléc. : (819) DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE DE NIVEAU D EAU AU LAC LONG POND BOLTON-EST / MUNICIPALITÉ DE BOLTON-EST Pour Madame Lucy Edwards 858, route Missisquoi Bolton-Est (Québec) J0E 1G0 Préparée par Marco Binet, ingénieur Vérifiée par Daniel Bergeron, biologiste Avril 2008

2 Table des matières TABLE DES MATIÈRES... II ÉQUIPE TECHNIQUE... IV 1. SOMMAIRE EXÉCUTIF LE MANDAT DESCRIPTION DU PROJET LOCALISATION DES TRAVAUX JUSTIFICATION DU PROJET CONCEPTION DU PROJET ÉTUDE HYDROGRAPHIQUE CALCULS HYDRAULIQUES CONSIDÉRATIONS FAUNIQUES CONCEPTION DE LA STRUCTURE DE CONTRÔLE NIVEAU DU LAC PROJETÉ EN FONCTION DU DÉBIT ÉTAPES DE RÉALISATION DU PROJET MESURES D ATTÉNUATION DES IMPACTS MESURES GÉNÉRALES CONTRÔLE DE LA CIRCULATION ROUTIÈRE ENTRETIEN ET UTILISATION DE LA MACHINERIE PROTECTION DU MILIEU AQUATIQUE GESTION DES MATÉRIAUX DE REBUTS OU EXCÉDENTAIRES ÉCHÉANCIER DES TRAVAUX CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE AQUA-BERGE inc. Page II

3 ANNEXE 1. DEVIS A. DÉTAILS DES OUVRAGES STRUCTURE DE CONTRÔLE EXCAVATION MEMBRANE IMPERMÉABLE ET GÉOTEXTILE FOSSE À POISSONS B. CLAUSES ET CONDITIONS SPÉCIALES SURVEILLANCE INTERPRÉTATION DES PLANS ET DEVIS SUIVI DU PROJET DATE DES TRAVAUX LOIS EN VIGUEUR CODE ET PERMIS LES MATÉRIAUX C. BORDEREAU DES MATÉRIAUX MATÉRIAUX À IMPORTER SUR LE SITE MATÉRIAUX À EXPORTER DU SITE ANNEXE 2. PLANS PLAN 1 : LOCALISATION DES TRAVAUX ET DU BASSIN VERSANT PLAN 2 : SITUATION ACTUELLE PLAN 3 : PLAN DE LA STRUCTURE DE CONTRÔLE PLAN 4 : DÉTAILS DE CONTRUCTION PLAN 5 : DÉTAILS D INSTALLATION AQUA-BERGE inc. Page III

4 Équipe technique Supervision générale : Daniel Bergeron, biol. Président directeur général Directeur de projet : Marco Binet, ing. agr. Directeur, division ingénierie Collaboration : Benoit Couture, biol., M. Env. Directeur, division études environnementales Cartographie : Guillaume Miquelon, géographe, M. Sc. Cartographe Soutien administratif : Bénédicte Poure Adjointe administrative AQUA-BERGE inc. Page IV

5 1. Sommaire exécutif 1.1. Le mandat Dans le cadre d une demande de certificat d autorisation auprès du ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP) pour l installation d une structure de contrôle du niveau d eau au lac Long Pond, la firme AQUA-BERGE inc. a été mandatée par résolution municipale, en date du 4 septembre 2007, afin de procéder à la réalisation des plans et devis du projet. La demande devra aussi répondre aux exigences du ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF). AQUA-BERGE inc. prendra en charge la surveillance des travaux afin de s assurer que les travaux soient conformes aux plans et devis Description du projet Le projet consiste à établir le niveau d équilibre écologique de l eau du lac Long Pond de 62 ha et d installer une structure de contrôle permettant de limiter sa fluctuation dans le temps. La conception et la mise en plan de la structure de contrôle devra reposer sur les éléments suivants : - la détermination de la ligne des hautes eaux du lac; - la détermination du niveau moyen du lac; - la détermination du niveau d étiage du lac; - le respect de la circulation des espèces fauniques présentes dans ce secteur; - le respect d une capacité d évacuation des crues centenaires. La détermination de la ligne des hautes eaux fera l objet d une expertise d un biologiste qualifié d AQUA-BERGE inc Localisation des travaux Ville : Bolton-Est Adresse civique : Chemin du lac Nick Bolton-Est (Québec) J0E 1G0 Désignation Cadastrale : Lot 958 pte cadastre du canton de Bolton-Est Zonage municipal : Blanc Coordonnées géodésiques : 45 o 14 Latitude -72 o 19 Longitude Une localisation précise des interventions projetées est montrée sur les plans en annexe. AQUA-BERGE inc. Page 1

6 Photo 1. Vue des ponceaux traversant le chemin du lac Nick Photos 2 et 3. Situation prévalant à l automne 2007 pour assurer le niveau du lac AQUA-BERGE inc. Page 2

7 2. Justification du projet En 2006, le lac Long Pond a subi une baisse du niveau d eau suite aux travaux de remplacement des ponceaux situés à l embouchure sous le chemin du lac Nick. En mai 2007, à la demande des riverains, un ouvrage de contrôle temporaire en bois a été installé à l entrée des ponceaux afin d atteindre le niveau d eau recommandé par le ministère du Développement Durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP). Conséquemment à ces travaux, le niveau du lac à dépassé de 12 cm les attentes du MDDEP et certains riverains ont subi des inondations sur leur terrain entraînant des inconvénients désagréables. L ouvrage de contrôle temporaire a été fabriqué à partir d une feuille de contreplaqué et montre des signes importants de faiblesse. Cette demande de certificat d autorisation propose l installation d une structure de contrôle permanente qui limitera la fluctuation du niveau du lac en visant un niveau d équilibre écologique tout en respectant la faune aquatique et l urbanisation riveraine. AQUA-BERGE inc. Page 3

8 3. Conception du projet 3.1. Étude hydrographique Le 17 octobre 2007, AQUA-BERGE inc. a procédé à une expertise visant à repérer des indices sur les berges du lac permettant de déterminer la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE) par la méthode botanique simplifiée. La visite coïncidait avec une période d étiage automnale. Selon la méthode botanique simplifiée du MDDEP, la limite inférieure des peuplements continus de lichens gris sur les roches et les murs de ciment indique normalement la limite des inondations les plus fréquentes. Lors de la visite du 17 octobre, cette limite a été observée sur huit rochers émergents. En moyenne, la limite du lichen gris se situait à 17 cm au-dessus du niveau de l eau. Les plantes aquatiques semblent avoir déjà colonisé le substrat du lac jusqu au niveau d eau actuel, ce qui indique que le niveau d eau était élevé depuis un certain temps. De l érosion était visible en berge à plusieurs endroits, juste au-dessus du niveau actuel de l eau. La base de certains arbres, de milieux non humides, tels que des bouleaux gris et des pins se retrouvait dans l eau, ce qui nous laisse croire que le niveau de l eau ne descend pas autant qu il le devrait. De plus, lors de la visite du 17 octobre, plusieurs marques étaient présentes, à environ 8 cm du niveau de l eau, sur les troncs d arbres, les rochers, les murets et les quais. Ces marques nous démontrent que le niveau de l eau du lac a été récemment plus élevé. À cause des nombreuses fluctuations du niveau de l eau au cours des dernières années, la végétation aquatique et riveraine naturelle peut s être ajustée en conséquence à l exception des arbres de grande taille. Dans ces conditions, les repères observables pour déterminer avec précision qu elle devrait être le niveau d étiage normal du lac sont quasi-inexistants. Cependant, certains indices, comme la présence de colonisation sur certains poteaux métalliques, laissent croire que le niveau d étiage normal pourrait être situé à environ 25 cm en-dessous du niveau actuel. Bien que AQUA-BERGE inc. Page 4

9 cette mesure soit cohérente avec le niveau d inondation de la base des arbres, la fiabilité d un tel indice n est pas démontrée. En conclusion, il est clair que le niveau de l eau du lac lors de la visite était trop élevé pour correspondre à une période d étiage d automne. Comme la base des arbres était dans l eau lors de la visite, on peut affirmer que le niveau de l eau, le 17 octobre 2007, était trop élevé. Afin de respecter la végétation en place et sécuriser le périmètre d inondation, il est recommandé de viser un niveau d étiage de 15 à 20 cm plus bas que le niveau du 17 octobre Calculs hydrauliques Évaluation du débit d étiage Il n existe aucune donnée hydrométrique sur le bassin versant du lac Long Pond. L évaluation du débit d étiage repose donc sur des résultats aux stations hydrométriques voisines. Les stations qui avaient un bassin versant inférieur à 10 km² ont été retenues pour documenter ce dossier. Le résultat du débit d étiage Q 2,7, a été obtenu par la technique du transfert au bassin versant du lac Long Pond qui possède une superficie de 6,2 km² (620 ha). Les résultats des calculs sont présentés au tableau 1. Tableau 1. Débit d étiage aux stations hydrométriques voisines Station hydrométrique Bassin versant Superficie (km²) Débit d étiage Q 2,7 estival Bassin versant Superficie (km²) Débit d étiage transposé Q 2,7 estival (m³/s) ,68 0,019 6,2 0, ,94 0,062 6,2 0, ,17 0,13 6,2 0, ,22 0,013 6,2 0, ,57 0,043 6,2 0,08 Moyenne 0,08 Réf. : Centre d expertise hydrique du Québec Les résultats du débit d étiage transposé au bassin versant du lac Long Pond présentent une certaine constance. Il faut toutefois garder à l esprit que cette méthode d évaluation contient son degré d incertitude. Afin d éviter d avoir un trop grand déversoir, ce qui risquerait d abaisser la cote du niveau d étiage en situation de bas débit, nous retiendrons 80 % du débit moyen calculé comme débit d étiage de conception du projet. Le débit d étiage du projet sera donc de 0,06 m³/s. AQUA-BERGE inc. Page 5

10 3.2.2 Évaluation du débit de pointe Les débits de pointe ont été calculés à l aide de la méthode SCS modifiée par Desforges et Hoang (hydrogramme triangulaire) qui est bien adaptée au bassin versant de 500 à ha : Qp = (A' x C x Hc) / (57 x (5,28 x 1000 x Y') -0,43 x Pf 0,27 x 100) Hc : Hauteur de pluie (mm) pour une durée égale au Tc Tc : Temps de concentration (heures) Y' : pente moyenne du bassin versant (m/m) Pf : pourcentage de surface boisée (en nombre entier) A' : surface du bassin (ha) Le temps de concentration a été calculé à partir du modèle de Bransby-Williams et avec la méthode de l Aéroport. Ces deux modèles ont été retenus parce qu ils possèdent des domaines d application assez compatibles avec le bassin versant du lac Long Pond. Modèle de Bransby - Williams Tc = (0,00095 x L) / (Y 0,2 x A' 0,1 ) Modèle de l Aéroport Tc = (0,05433 x (1,1-C) x L 0,5 )/Y 0,33 L : longueur maximale du parcours de l'eau dans le bassin versant (m) C : coefficient de ruissellement (pondéré selon la proportion des sols et des cultures) Y : pente moyenne du bassin versant (%) A' : surface du bassin versant (ha) Les caractéristiques du bassin versant du lac Long Pond sont : Superficie : 620 ha Surface boisée : 86 % Superficie en lac : 9,8 % Longueur du bassin versant : m Pente longitudinale du bassin : 1,6 % Coefficient de ruissellement «C» 0,17 En moyenne, le temps de concentration calculé pour le bassin versant est de 2,2 h. Les débits calculés pour le projet sont présentés au tableau 2 et ont été obtenus en faisant la moyenne entre les deux méthodes de calcul décrites précédemment. Tableau 2. Débit de pointe pour des récurrences de 2 à 100 ans Récurrence (pluie de 6 h) Méthode de Bransby (m³/s) Méthode de l Aéroport (m³/s) Moyenne (m³/s) Q 100,6 2,29 2,54 2,42 Q 50,6 1,96 2,18 2,07 Q 25,6 1,84 2,05 1,95 Q 10,6 1,49 1,65 1,57 Q 5,6 1,25 1,39 1,32 Q 2,6 1,10 1,22 1,16 AQUA-BERGE inc. Page 6

11 3.2.3 Vérification de la capacité des ponceaux Les deux ponceaux en béton de 1,5 mètre de diamètre, tels qu installés sous le chemin du lac Nick, permettent une capacité d écoulement de 4,4 m³/s à plein régime ce qui excède de 1,8 fois le débit d une récurrence de 100 ans. En crue, les ponceaux seront donc remplis à environ 50 %. Considérant le calage des ponceaux de 30 cm, on peut dire qu en période de crue, la hauteur d eau en amont des ponceaux ne devrait pas dépasser 0,5 à 0,6 m. Il est toutefois recommandé d éviter toute restriction à l entrée ou à la sortie des ponceaux afin de ne pas en réduire leur capacité. La structure de contrôle devrait donc être déportée à l avant des ponceaux et ne devra pas contribuer à réduire la section d écoulement Considérations fauniques Le déversoir de la structure de contrôle doit être dimensionné pour assurer le libre passage du poisson. Cette barrière doit donc être franchissable par les poissons, même en période d étiage. Pour y arriver, une encoche conforme au débit d étiage calculé à la section sera réalisée dans la structure de contrôle. En plus du débit de conception, l encoche est conforme aux recommandations du ministère des Pêches et des Océans Canada (MPO) pour la conception des traversées de cours d eau où le libre passage du poisson est assuré. Ces recommandations sont les suivantes : - La largeur minimale de l encoche est de 150 mm. Une encoche trop étroite pourrait limiter son franchissement par des poissons de grande taille; - La profondeur minimale de l encoche est la somme du dénivelé et de la hauteur d ennoiement. Le dénivelé est la hauteur entre le sommet de la structure de contrôle et le niveau d eau dans le bassin en aval. La hauteur d ennoiement est la différence entre le bas de l encoche et la hauteur d eau dans le bassin aval. Certaines espèces de poissons aux capacités natatoires plus faibles (ex. éperlan, cyprins, achigan à petite bouche, etc.) ont besoin d une hauteur d ennoiement de 100 mm. Comme autre critère permettant le franchissement du déversoir par les poissons, il est recommandé que le bassin en aval du déversoir ait une profondeur minimale de deux fois le dénivelé à franchir. Ce bassin permet aux poissons de se reposer avant de faire le passage et d avoir suffisamment d espace pour se propulser. Afin de créer des habitats pour les poissons et créer des remous, de grosses pierres seront installées dans le fond de la fosse Conception de la structure de contrôle Dimensions de la structure de contrôle La structure de contrôle gagne à être la plus large possible afin d amoindrir la fluctuation du niveau du lac causée par les changements de débits. Elle devra aussi être déportée à plus de 1,5 m devant l entrée des ponceaux de façon à permettre la création d une fosse à poissons. La cote supérieure de la structure de contrôle correspondra au niveau d étiage retenu pour le projet. L installation de la structure doit être réalisée devant les ponceaux sans nuire à l écoulement de l eau. Ainsi, elle sera conçue en deux modules préfabriqués en atelier. Comme il y a deux ponceaux, chacun des modules sera installé à sec pendant que l eau sera déviée vers l autre ponceau. AQUA-BERGE inc. Page 7

12 3.4.2 Matériaux Afin de réaliser une retenue et un contrôle adéquats du niveau du lac, la structure doit avoir une élévation précise et exacte. La dimension du déversoir projetée sera trop petite pour être réalisée par enrochement. L utilisation d une structure en métal résistant à la corrosion qui viendrait se boulonner en avant de l entrée des ponceaux nous apparaît comme une option intéressante. De plus, cette méthode est simple et rapide d installation et vise une perturbation minimale du milieu aquatique. Pour assurer un bon contrôle du niveau d eau en amont de la structure de contrôle, celle-ci doit être étanche. Ainsi, pour éviter les infiltrations d eau, une membrane imperméable viendra colmater le fond sur lequel la structure reposera Dimensionnement de l encoche L annexe II du guide de conception du ministère des Pêches et Océans Canada (MPO) fournit les dimensions des encoches à mettre en place en fonction des débits d étiage à respecter. Avec un dénivelé de 200 mm entre le niveau de l eau amont et aval de la structure de contrôle, une encoche de 250 mm x 300 mm (ou section équivalente à 750 mm²) doit être réalisée pour fournir le débit d étiage de conception du projet (0,06 m³/s). Pour optimiser le contrôle du niveau à bas débit, nous recommandons une encoche trapézoïdale de 15 cm à la base, 30 cm de hauteur et 35 cm de largeur en tête au lieu d une encoche carrée. Ces dimensions demeurent conformes aux recommandations de Pêches et Océans Canada prescrites à la section Aménagement de la fosse Une fosse de 40 cm de profondeur sera aménagée entre le déversoir et les ponceaux sur environ 1,5 mètre de largeur, en aval du déversoir. Des pierres de bon calibre (environ 300 mm de diamètre) seront encaissées partiellement dans le lit de la fosse et sur les rebords afin de constituer un bourrelet d environ 10 cm plus haut que le lit des ponceaux. Ce rehaussement a pour but de respecter le besoin d une hauteur d ennoiement de 100 mm dans l encoche. Les grosses pierres installées dans la fosse permettront aussi de créer des abris pour les poissons. Tout le lit de la partie aval de la structure de contrôle devra être enroché afin de protéger ce secteur de la force de l érosion. Les pierres constituant le lit actuel seront utilisées pour l aménagement du lit. Les cotes d élévation exactes de la structure de contrôle et les détails d aménagement sont montrés sur les plans en annexe Niveau du lac projeté en fonction du débit Niveau d étiage : En étiage, l encoche devrait couler à pleine section. Le niveau d étiage correspond donc à la hauteur de la structure de contrôle. Le lac ne devrait jamais descendre sous ce niveau. Niveau de crue : Le débit de pointe de récurrence de 100 ans Q 2,100, calculé à la section qui est de 2,42 m³/s, devrait correspondre à la ligne de crue. À ce régime d écoulement, la hauteur d eau qui passera par-dessus la structure de contrôle a été calculée à 30 cm. En fait, la structure de contrôle n augmente pas le niveau de crue qui était initialement conditionné par la capacité des ponceaux. AQUA-BERGE inc. Page 8

13 Niveau de la LNHE : Le débit de pointe de récurrence de 2 ans Q 2,6, calculé à la section qui est de 1,16 m³/s, devrait correspondre à la ligne naturelle des hautes eaux (LNHE). À ce régime d écoulement, la hauteur d eau qui passera par-dessus la structure de contrôle a été calculée à 18 cm. Niveau moyen : Le niveau moyen devrait se situer entre la LNHE et le niveau d étiage. Il est évalué à environ 10 cm au-dessus de la structure de contrôle ce qui correspond à un débit d environ 0,5 m³/s. Cette situation correspond de près au niveau qui prévalait le 17 octobre En résumé, le tableau suivant présente le niveau du lac au-dessus de la structure de contrôle en fonction du débit. À titre de référence, nous avons aussi indiqué les niveaux correspondant aux visites du 17 octobre. Le dessus de la structure de contrôle projeté est à 141 cm du dessus du muret de soutènement. Tableau 4. Niveau d eau du lac en fonction du débit Débit Débit (m³/s) Hauteur d eau au dessus de la structure de contrôle (cm) Étiage 0,06 0 Moyen 0,50 10 Niveau du 17 octobre 0,75 13 LNHE Q 2,6 1,06 17 Crue Q 100,6 2,23 30 Réf. : Drop Spillways : Weir formula, soil and water conservation engineering AQUA-BERGE inc. Page 9

14 4. Étapes de réalisation du projet Au besoin, les travaux à réaliser peuvent faire l objet de correctifs ou ajustements. Sans y être limités, les travaux seront réalisés dans l ordre chronologique suivant : Fabriquer la structure de contrôle en atelier; Transporter la machinerie et le matériel au chantier ; Mettre en place des mesures de mitigation prévues au chapitre 5; Excaver le lit en amont du ponceau de droite sur une largeur et une profondeur suffisantes pour permettre l installation du module droit de la structure de contrôle (prévoir une excavation suffisante pour loger la fosse à poissons) et la membrane imperméable; Installer la membrane imperméable protégée par un revêtement de géotextile dans le fond de la tranchée excavée, en amont de la structure de contrôle; Créer une berme de rétention avec la pierre excavée afin de dévier l eau dans le ponceau de gauche et permettre un travail à sec dans la partie de droite; Installer le module de droite du système de contrôle sur le fond imperméabilisé et boulonner les plaques d attachement au muret à l aide de douilles expansives pour béton; Rabattre la membrane contre la structure de contrôle pour imperméabiliser la partie amont et consolider le tout avec un enrochement de protection; Aménager le lit aval et aménager la fosse à poissons conformément aux plans; Excaver le lit en amont du ponceau de gauche sur une largeur et une profondeur suffisantes pour permettre l installation du module gauche de la structure de contrôle ; Installer la membrane imperméable protégée par un revêtement de géotextile dans le fond de la tranchée excavée, en amont de la structure de contrôle; Créer une berme de rétention avec le matériel excavé afin de dévier l eau dans le ponceau de droite et permettre un travail à sec dans la partie de gauche; Installer le module de gauche du système de contrôle sur le fond imperméabilisé et boulonner les plaques d attachement au muret à l aide de douilles expansives pour béton; Rabattre la membrane contre la structure de contrôle pour imperméabiliser la partie amont et consolider le tout avec un enrochement de protection; Aménager le lit aval conformément aux plans; Retirer les mesures de mitigation; Retour de la machinerie et des équipements. Pour plus de détails sur les ouvrages à mettre en place, consulter le devis en annexe 1. AQUA-BERGE inc. Page 10

15 5. Mesures d atténuation des impacts AQUA-BERGE inc. avisera son personnel affecté aux travaux, des mesures d'atténuation prévues dans le cadre de ce projet Mesures générales Les mesures d atténuation générales suivantes devront, dans la mesure du possible, être respectées : Ne réaliser aucun travail de terrassement ou d'excavation près du lac lors des périodes de crue ou lors de fortes pluies; Ne rejeter aucun débris dans le milieu aquatique. Tous les débris introduits accidentellement dans le milieu aquatique devront être retirés dans les plus brefs délais; Utiliser des matériaux propres, contenant peu ou pas de particules, fines et assez grosses pour résister au déplacement dû à différents phénomènes (crue des eaux, vagues, etc.) pour réaliser les enrochements; Réaliser les travaux dans les meilleurs délais possibles et conserver la machinerie en milieu terrestre pour toute la durée des travaux Contrôle de la circulation routière Comme les travaux seront réalisés à partir d une voie publique, les mesures de sécurité suivantes doivent être respectées : Un contrôle de la circulation routière doit être effectué durant toute la durée des travaux; Des écriteaux doivent indiquer à l avance aux automobilistes la présence du chantier en cours; Aucun débris ne doit perturber la circulation routière; Au besoin, des bornes de circulation doivent être placées afin de diriger les automobilistes Entretien et utilisation de la machinerie Les précautions suivantes doivent être prises lors de l utilisation ou l entretien des machineries : Effectuer l entretien de la machinerie (plein d essence, changement d huile, etc.) en dehors du chantier ou, tout au moins, à une distance supérieure à 15 m de tout cours d eau ou plan d eau; Éloigner la machinerie du cours d eau dès qu elle n est plus utilisée; Rendre le matériel d'urgence (produits absorbants, toiles, outils, etc.) disponible sur le site en cas de déversement de produits dangereux (huile, gazole, etc.); Placer les bidons ou récipients contenant des hydrocarbures et autres produits dangereux dans un bac ou entre des bermes ayant la capacité de recueillir 110 % des réserves entreposées; AQUA-BERGE inc. Page 11

16 Advenant un déversement d'hydrocarbure ou de toute autre substance nocive, le réseau d'alerte d'environnement Canada ( ) ou d'environnement Québec ( ) devra être avisé sans délai; Préserver sur le chantier toute végétation telle que les arbres, les buissons et la pelouse qui ne gênent pas les travaux; Prendre les dispositions et construire les installations nécessaires pour éviter que les matériaux polluent les cours d'eau ou constituent des nuisances à la vie de la faune aquatique Protection du milieu aquatique Pour les besoins du présent contrat, le milieu aquatique comprend : Tout milieu humide (marais, marécage, tourbière, etc.); Toute rive (15 mètres de la ligne des hautes eaux); Tout littoral (secteurs de plans d eau influencés par des ouvrages ou de la marée); Le lit de tout plan d eau; Toute plaine inondable (20 ans ou 100 ans) cartographiée ou non, excédant la rive. La réalisation du projet doit se faire en respect avec le milieu aquatique : Opter pour effectuer les opérations à partir de la rive, lorsque possible; Les travaux exécutés et les ouvrages mis en place dans le cours d eau ou le plan d eau ne doivent pas empêcher la libre circulation de la faune aquatique ni viser à un changement du régime hydraulique; Isoler l aire de travail avec un ballon de retenu d eau ou un endiguement en pierres nettes en amont des ponceaux afin de procéder aux travaux à sec et limiter la remise en suspension des sédiments dans le plan d eau; Un écoulement minimal doit être assuré pour permettre la survie de toute espèce aquatique. Ne jamais rétrécir la section d écoulement de plus de 1/3 de sa surface d écoulement calculée au niveau d eau moyen et toujours maintenir une vitesse d écoulement inférieure à 0,9 m/s; Tous les ouvrages temporaires d'isolement et de sédimentation doivent être enlevés à la fin des travaux et l'endroit doit être laissé dans un état au moins équivalent à son état premier; Le secteur riverain doit être restauré de manière à favoriser la reproduction du phénomène d'implantation naturelle de la végétation; Toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour éviter la contamination des cours d eau et des lacs par des matières toxiques ou susceptibles de l être. AQUA-BERGE inc. Page 12

17 5.5. Gestion des matériaux de rebuts ou excédentaires Tous les matériaux non réutilisables sur le site des travaux doivent être exportés, dès leur excavation, hors du plan d eau, des rives et de toute zone inondable. Les surplus de terre peuvent être transportés vers un milieu terrestre non sensible où ils seront nivelés et revégétalisés de façon à s harmoniser avec les usages environnants; Tout déchet solide mis à jour durant les travaux doit être extrait et transporté dans un lieu d élimination autorisé par le MDDEP, selon le règlement (Q-2, r.3.2), et conforme à la réglementation municipale. Les matériaux secs générés par les travaux (béton, bois, asphalte, etc.) seront prioritairement recyclés ou réutilisés hors du milieu aquatique; En présence de sol ou de sédiments contaminés, les opérations de chantier seront suspendues afin de contacter le bureau régional du ministère de l Environnement ou la Direction du suivi de l état de l environnement qui évaluera la situation. AQUA-BERGE inc. Page 13

18 6. Échéancier des travaux N o Description des activités à réaliser Mars Période Avril Mai Juin Juillet Août Sept. 1 Dépôt de la demande de certificat d'autorisation 2 Analyse et émission du certificat par le MDDEP 3 Fabrication de la structure de contrôle 4 Réservation des machineries et équipements 5 Préparation du chantier (transport du matériel) 6 Réalisation du chantier 7 Fin des travaux / retour des équipements La date de début des travaux est conditionnelle à l obtention du certificat d autorisation du ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs (MDDEP); Dans la région de l Estrie, la période normalement autorisée pour les travaux dans le milieu aquatique est du 15 juin au 15 septembre; L échéancier des travaux peut être retardé selon les conditions climatiques. AQUA-BERGE inc. Page 14

19 7. Conclusion Le présent document contient toute l information permettant d obtenir les autorisations requises pour l installation de la structure de contrôle du niveau du lac Long Pond. La conception de la structure de contrôle repose sur une analyse hydrologique qui a permis d établir le niveau écologique souhaitable du lac. En somme, le niveau moyen de l eau du lac a été évalué à environ 10 cm au-dessus de la structure de contrôle, ce qui correspond à un débit d environ 0,5 m³/s. Cette situation correspond de près au niveau qui prévalait le 17 octobre De plus, la structure possède une ouverture de 8,4 mètres de largeur permettant de limiter la fluctuation du niveau du lac lors de crues importantes. Une attention particulière a été accordée lors de la conception de la structure de contrôle pour reproduire un habitat compatible avec les besoins de la faune aquatique. Aussi, la structure proposée permet un écoulement d étiage conforme aux critères du ministère des Pêches et des Océans Canada (MPO) pour le libre passage du poisson. Finalement, ce document présente les étapes de réalisation et les mesures d atténuation visant à réduire les impacts du projet lors de la réalisation des travaux. AQUA-BERGE inc. Page 15

20 8. Bibliographie GOUPIL, J.-Y., Protection des rives, du littoral et des plaines inondables : Guide des bonnes pratiques. Ministère de l Environnement et de la Faune, Service de l aménagement et de la protection des rives et du littoral. Les publications du Québec. 156 p. LANDRY, P.-L., Le domaine aquatique, lacs et étangs naturels et artificiels, marais et cours d eau, jardins d eau, aquaculture. Les Éditions La Liberté, 374 p. MENVIQ, Guide environnemental de travaux en milieu aquatique dans les projets d assainissement et d infrastructures, Direction du suivi de l état de l environnement, Service des avis et des expertises (3 e version), 90 p. SOCIÉTÉ DE LA FAUNE ET DES PARCS QUÉBEC, Stabilisation du milieu riverain, Fiche technique sur la protection de l habitat du poisson, 5 p. LACHAT, B, Guide de protection des berges de cours d eau en techniques végétales, ministère de l aménagement du territoire et de l environnement, Diren Rhône-Alpes, 143 p. BERNATCHEZ, L. et Giroux, M Guide des poissons d eau douce du Québec. Éditions Broquet inc., 304 p. Ministère des Pêches et des Océans Canada (MPO), Recommandation pour la conception des traversées de cours d eau où le libre passage du poisson doit être assuré, Document de travail, 58 p. Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation du Québec (MAPAQ), Évaluation des débits de pointe pour les petits bassins versant agricole du Québec, Fiche Technique, 6 p. SCHWAB, G. O. et al., Soil and water conservation engineering, third edition, United States, 525 p. AQUA-BERGE inc. Page 16

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440

MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 MUNICIPALITÉ D EASTMAN 160, CHEMIN George-Bonnallie Eastman, QC J0E 1P0 tel: 450 297-3440 DEMANDE DE CERTIFICAT POUR LA CONSTRUCTION D UN CHEMIN PUBLIC OU PRIVÉ Généralités La présente demande doit être

Plus en détail

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte

ANNEXE G. Méthode de traversée des rivières. Etchemin, Chaudière et Beaurivage. en tranchée ouverte ANNEXE G Méthode de traversée des rivières Etchemin, Chaudière et Beaurivage en tranchée ouverte MÉTHODE DE TRAVERSÉE DES RIVIÈRES EN TRANCHÉE OUVERTE Cette annexe présente les principales étapes à réaliser

Plus en détail

Les lois et règlements

Les lois et règlements 10 Les lois et règlements Le présent chapitre traite des lois et règlements qui s appliquent à la réalisation de projets de gestion intégrée de l eau en milieu agricole. Il présente les principales autorités

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DES PONCEAUX EN MILIEU AGRICOLE 10930

AMÉNAGEMENT DES PONCEAUX EN MILIEU AGRICOLE 10930 On recommande d enrocher le lit sur une distance égale à deux fois le diamètre du tuyau en aval et à une fois ce diamètre, à l amont. AMÉNAGEMENT DES PONCEAUX EN MILIEU AGRICOLE 10930 2010-04 R. POTVIN

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK

PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PHASE V DE LA RESTAURATION DE L HABITAT DU POISSON DU RUISSEAU SPRUCE PRÉPARÉ POUR : FONDS DE FIDUCIE DE LA FAUNE DU NOUVEAU-BRUNSWICK PRÉPARÉ PAR : COMITÉ DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DE LA RIVIÈRE POKEMOUCHE

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale

PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35. Consultation publique sur les enjeux fédéraux dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale Transports Canada Transport Canada PARACHÈVEMENT DE L AUTOROUTE 35 ÉTUDE APPROFONDIE dans le cadre de la Loi canadienne sur l évaluation environnementale JANVIER 2008 1 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique.

Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Gestion des eaux pluviales : collectivités, communes et particuliers face à une nouvelle problématique. Le développement de l urbanisation et l imperméabilisation croissante des sols ont fait des eaux

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document téléchargeable ne satisfait pas à toutes les exigences du standard du Gouvernement du Québec SGQRI 008-02, car il s'adresse à des personnes faisant partie

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments

VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments VII Fiche technique N 5 : Les systèmes de retenue des eaux de ruissellement et des sédiments Table des matières 1. DÉFINITION... 2 2. OBJECTIF... 2 3. ZONES À RISQUES CONCERNÉES... 2 4. DESCRIPTION ET

Plus en détail

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain

Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Rapport technique / Génie-civil / Bassin de rétention souterrain Page 1 / 6 Contenu : Bassin de rétention souterrain La route du Condoz, CH-1752 Villars-sur-Glâne Rédaction : Eric Berthoud / Etudiant Ecole

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur

Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Conseils pour la mise en place du bac dégraisseur Généralités Le bac dégraisseur doit avoir un volume au moins égal à 200 litres, s il reçoit les eaux de cuisine seules et un volume au moins égal à 500

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

LA COLLECTE DES EAUX PLUVIALES

LA COLLECTE DES EAUX PLUVIALES LA COLLECTE DES EAUX PLUVIALES 1/ approbation du projet l'aménageur est tenu de récupérer les eaux pluviales de l'ensemble du bassin versant auquel appartient son programme. pour les programmes comportant

Plus en détail

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC

INSTALLATION DU BARDEAU DE CÈDRE BLANC MISE EN GARDE Si un produit est défectueux, ne le posez pas. Les matériaux défectueux seront remplacés sous garantie uniquement si vous en faites la demande avant l installation et si les conditions d

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES

AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES AIDE-MÉMOIRE POUR L ENTREPRENEUR TRAVAUX À PROXIMITÉ DES LIGNES ÉLECTRIQUES Édition 2013 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHANTIERS À PROXIMITÉ DE LIGNES AÉRIENNES 7 Risques potentiels à surveiller

Plus en détail

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées

Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Dossier de présentation général du Système de traitement des eaux usées Sans électricité / Sans mécanique / Sans entretien Le Système Enviro-SepticMD Réinventer l art de distribuer, traiter et infiltrer

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

Cadre réservé au service Déposé le :

Cadre réservé au service Déposé le : Formulaire de demande D installation d un dispositif d assainissement non collectif Cadre réservé au service Déposé le : N du dossier :. Service Public d Assainissement non Collectif Communauté d Agglomération

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au :

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Dossier ANC Commune :.. N dossier : DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Formulaire à retourner dûment complété en trois exemplaires au : Demandeur SPANC (Service Public

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT

FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT FORMULAIRE DE DEMANDE DE PERMIS POUR LA RÉNOVATION D UN BÂTIMENT SANS AGRANDISSEMENT Coordonnées du propriétaire Nom et prénom du propriétaire (incluant les copropriétaires) : Adresse civique : Numéro

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Installation de votre piscine hors-sol

Installation de votre piscine hors-sol Installation de votre piscine hors-sol 1 1. INSTALLATION DE VOTRE PISCINE HORS-SOL Ces piscines doivent être installées seulement hors-sol et sur un sol ferme (non-creusé, non-remblayé). Ne faites aucun

Plus en détail

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité

Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Moyens et outils opérationnels permettant de tenir compte de la biodiversité Application à l'exploitation des équipements de production d'électricité Par : Daniel Thériault, B.Urb., M.Sc.A Conférence internationale

Plus en détail

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare

Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare Municipalité de la paroisse de Saint-Lazare PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LA PAROISSE DE SAINT-LAZARE M.R.C. DE VAUDREUIL-SOULANGES RÈGLEMENT NUMÉRO 627 RÈGLEMENT VISANT À INTERDIRE L UTILISATION

Plus en détail

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188

CHAPITRE 13. Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres. ZONAGE Page 188 CHAPITRE 13 Dispositions relatives à l'abattage et à la plantation d'arbres Page 188 CHAPITRE 13 DISPOSITIONS RELATIVES À L'ABATTAGE ET À LA PLANTATION D'ARBRES Sauf lorsque spécifiquement stipulé, tout

Plus en détail

Document promotionnel

Document promotionnel Document promotionnel 330 rue Notre-Dame Ouest, Trois-Pistoles Jean-Francois Levesque, Courtier immobilier Courtage immobilier commercial Cell. : 418 730-3442 Site web : www.gothaimmobilier.com Courriel

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Plania Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Chapitre 11 Dispositions particulières applicables à certaines zones P031607 303-P031607-0932-000-UM-0023-0A Municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu 102

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE Projet N 105576.001 104858.002 Municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE ET RÉFECTION DES RUES DU VILLAGE (2014-2015)

Plus en détail

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles

COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles COLLECTE DES DECHETS MENAGERS : Recommandations techniques applicables lors de la conception de voiries, lotissements et immeubles Rappel : Organisation de la collecte des déchets sur le secteur de SAINT-BRIEUC

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Fiche technique sur la stabilisation des rives

Fiche technique sur la stabilisation des rives Fiche technique sur la stabilisation des rives L érosion est un phénomène naturel, qui participe à l équilibre dynamique des cours d eau. Il est par ailleurs souvent amplifié par les interventions humaines.

Plus en détail

TB-12. Caractéristiques* TAMIZADOS ÉMAILLÉES CRISTAL MÉTALLISÉES. Type : Double emboîtement latéral et double emboîtement longitudinal discontinu.

TB-12. Caractéristiques* TAMIZADOS ÉMAILLÉES CRISTAL MÉTALLISÉES. Type : Double emboîtement latéral et double emboîtement longitudinal discontinu. TB- Caractéristiques* Longueur : 43,9 cm. Largeur : 6 cm. Poids : 3,5 kg. Unités/m :,5 uds. Pureau utile : 37 cm. Type : Double emboîtement latéral et double emboîtement longitudinal discontinu. *Valeurs

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes

commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes 2009 Rapport du commissaire à l environnement et au développement durable à la Chambre des communes PRINTEMPS Message du commissaire Chapitre 1 La protection de l habitat du poisson Chapitre 2 La Loi de

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

Inventaire des foyers d érosion

Inventaire des foyers d érosion Inventaire des foyers d érosion Lacs Supérieur et Équerre Municipalité de Lac-Supérieur Automne 2010 Une collaboration entre : Mise en contexte Dans le cadre de l Opération Bleu-Vertpour poser des actions

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative)

FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FORMULAIRE DE DEMANDE (Notice explicative) Ce document doit être complété par tout demandeur d'un document d'urbanisme Il est à renseigner par le propriétaire

Plus en détail

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ v.1/2015-03-23 Cette liste a été montée pour faciliter la mise en application du Guide technique sur les toitures

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION

CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION CHAPITRE 5 LES CERTIFICATS D AUTORISATION SECTION I LE CERTIFICAT D AUTORISATION DE CHANGEMENT D USAGE [Loi sur l aménagement et l urbanisme, article 119, 1 er alinéa, paragraphe 2 ] 5.1 Nécessité du certificat

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014

Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie. Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Restauration de la continuité écologique Seuils servant à l'hydrométrie Journées Hydrométrie SCHAPI 3-4 février 2014 Stéphanie Poligot-Pitsch Olivier Nauleau DREAL Pays de la Loire DREAL Bretagne Qu est

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES 1.02 TITRE ET BUT DU RÈGLEMENT PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-BENJAMIN RÈGLEMENT NUMÉRO 349-11 RÈGLEMENT CONCERNANT LES NUISANCES, LA SALUBRITÉ ET L ENTRETIEN DES BÂTIMENTS D HABITATION CHAPITRE 1 DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Guide d intégration du gaz naturel

Guide d intégration du gaz naturel Guide d intégration du gaz naturel À UN ÂTIMENT Février 1 gazmetro.com Un représentant dédié pour mieux vous guider Une intégration optimale du poste de mesurage exige une réflexion à l amorce de votre

Plus en détail

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert.

Table des matières... i. Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Table des matières Table des matières... i Liste des figures...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des tableaux...fehler! Textmarke nicht definiert. Liste des annexes... iv Liste des abréviations

Plus en détail

Fiche technique de l USM TK 005

Fiche technique de l USM TK 005 1 Fiche technique de l USM TK 005 Percements de membranes de toits Union Suisse du Métal Association professionnelle construction métallique, Seestrasse 105, Case postale, 8027 Zurich Tél. 044 285 77 77,

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

16- Grand lac Shaw Portrait 2006

16- Grand lac Shaw Portrait 2006 Grand lac Shaw 16- Grand lac Shaw Portrait 2006 16.1 Localisation et description physique du Grand lac Shaw : Municipalité St-Narcisse-de- Rimouski Bassin versant (sous-bassin) Tenure Altitude (m) Latitude

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain

Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain Séminaire Bâtiment Durable : Comment valoriser sa toiture plate en milieu urbain 27/03/2015 Bruxelles Environnement Comment valoriser les eaux pluviales grâce à sa toiture? Maggy Hovertin MATRIciel Objectifs

Plus en détail

description du système

description du système description du système a. conception technique système constructif Le projet proposé est un système modulaire industrialisé d'assemblage d'éléments préfabriqués tridimensionnels. Il est basé sur un module

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

Guide destiné aux propriétaires et aux entrepreneurs réalisant des travaux de remplacement, de réparation, de construction ou d abandon de conduites

Guide destiné aux propriétaires et aux entrepreneurs réalisant des travaux de remplacement, de réparation, de construction ou d abandon de conduites Guide destiné aux propriétaires et aux entrepreneurs réalisant des travaux de remplacement, de réparation, de construction ou d abandon de conduites d eau potable ou d égout desservant une propriété privée

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES

CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES CHAPITRE 11 USAGES ET CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES 11.1 CONSTRUCTIONS TEMPORAIRES AUTORISÉES Sont considérés comme des constructions temporaires, les constructions pouvant être démantelées à la cessation

Plus en détail

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS

Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables. Ir. Yanni XANTHOULIS Le métier de gestionnaire de cours d eau non navigables Ir. Yanni XANTHOULIS 1 Organisation du STP Administration des Services Techniques et de l Environnement Ir. P. SQUERENS / Inspecteur Général Service

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre )

Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) Toitures et charpentes Couverture en grands éléments (bac acier, zinc, inox, cuivre ) C.2 1/6 Domaine d application Le présent document traite des interfaces dans la mise en œuvre des couvertures grands

Plus en détail

SECTION I - DÉFINITIONS

SECTION I - DÉFINITIONS PROVINCE DE QUÉBEC MRC LES MASKOUTAINS MUNICIPALITÉ DE SAINT-BERNARD-DE-MICHAUDVILLE REGLEMENT 2012-02 RÈGLEMENT SUR LES BRANCHEMENTS À L ÉGOUT SANITAIRE Résolution 2012.04.06 ATTENDU QUE la Municipalité

Plus en détail

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet

Avis bureau Création d une zone commerciale Sainte Anne sur Brivet Déplacement et agrandissement de la zone commerciale de Pont Château. 30ha Le projet et le SAGE Qualité des milieux Article 1 protection des zones humides Article 2 niveau de compensation Article 5 création

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES

TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES GUIDE TECHNIQUE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES ÉDITION JANVIER 2007 GUIDE TECHNIQUE TRAITEMENT DES EAUX USÉES DES RÉSIDENCES ISOLÉES Pour tout renseignement, vous pouvez communiquer avec

Plus en détail

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public).

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public). Schémas techniques Assainissement collectif > Raccordement Schéma type de branchement Réseau séparatif Dispositif permettant le raccordement au collecteur public. Conduite de branchement (domaine public).

Plus en détail

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin

INFILTRA Les eaux pluviales des surfaces revêtues et des toitures s infiltrent sans soucis dans le sol du jardin Passage de véhicules particuliers Si il est installé suivant nos consignes, le système offrira des décennies de sécurité. Vous pouvez même l intégrer sous une allée avec un passage de véhicules particuliers.

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC...

Plus en détail

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR

Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR Dossier de contrôle d implantation, de conception RENSEIGNEMENTS RELATIFS AU DEMANDEUR *Nom, prénom du demandeur : *Adresse actuelle : *Code Postal : Localité : *Numéro de téléphone : *Adresse électronique

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 125-2015

EXPOSE DES MOTIFS N 125-2015 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 125-2015 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l assainissement du chemin des Pluviers à Plan-les-Ouates 207 000 F Plan-les-Ouates

Plus en détail

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu

Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Dans le cadre du Plan Pluie : les chantiers 2008-2009 du Maillage Bleu Le point sur les chantiers prévus en 2008-2009 par la Ministre bruxelloise de l Environnement, Evelyne Huytebroeck : Cours du Molenbeek

Plus en détail

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau

Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Demande préalable pour un projet de création ou de modification d'un plan d'eau Les plans d'eau peuvent avoir des usages différents à savoir agrément, défense contre l'incendie, élevage de poissons, irrigation,

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

7 Avant-propos 9 Définition de l installation Implantation de l installation 13 Conception 13 Étude à la parcelle Mise en œuvre

7 Avant-propos 9 Définition de l installation Implantation de l installation 13 Conception 13 Étude à la parcelle Mise en œuvre SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 Définition de l installation 11 Implantation de l installation 13 Conception 13 1. Obligations réglementaires de la commune et du particulier 13 2. Choix de la filière d assainissement

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

LES FICHES DU PRETRAITEMENT

LES FICHES DU PRETRAITEMENT LES FICHES DU PRETRAITEMENT Les fiches du prétraitement Fiche : La fosse toutes eaux Définition/fonction : La fosse toutes eaux, anciennement appelée fosse septique, assure le prétraitement des eaux usées

Plus en détail