Synthèse et caractérisation de biopolymères Application au piégeage de colorants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse et caractérisation de biopolymères Application au piégeage de colorants"

Transcription

1 Université D Oran Es-Sénia Faculté des Sciences Département de Chimie Mémoire Pour l obtention du diplôme de Magister Option : Chimie des Matériaux Thème Synthèse et caractérisation de biopolymères Application au piégeage de colorants Membres du jury: Présenté par : Mlle. ARAREM Faïza Soutenue le Pr. R.HAMACHA Président Université d Oran Es-Sénia Pr. M.SASSI Examinateur Université d Oran Es-Sénia Dr. A.HASNAOUI Examinateur Université d Oran Es-Sénia Pr. A.BENGUEDDACH Encadreur Université d Oran Es-Sénia Dr. A.MORSLI Co-Encadreur Université Mohamed BOUDIAF Année universitaire 2010/2011

2 Remerciements Je remercie ALLAH le tout puissant qui a guidé mes pas vers le savoir et qui m a donné la force de concevoir ce travail. Ce travail a elle effectué au laboratoire de Chimie des Matériaux du Département de Chimie de l Université d Oran, sous la direction de Monsieur A. BENGUEDDACH et A.MORSLI ; à qui je veux adresser mes sincères remerciements pour tous les conseils et observations ainsi que pour tous les efforts qu ils ont fournis à fin de m aider dans mes travaux. La partie pratique a été réalisée au niveau du laboratoire de chimie de matériau au niveau de l USTO dirigé par madame F.BELKHADEM a qui je veux exprimer toute ma reconnaissance de m avoir donné les moyens nécessaires pour aboutir au terme de mon étude. Je la remercie aussi pour son caractère humain et ses précieux conseils. Je remercie La présidente de jury Mme R.BENHAMOU et les membres du jury, Mr. M.SASSI et Mr. A.HASNAOUI d avoir accepté d examiner ce travail. Je remercie très chaleureusement Mademoiselle Kawtar pour son aide à la caractérisation de nos matériaux tout au long de ce travail. J exprime ma gratitude à l ensemble des Professeurs du Département de Chimie qui ont contribué à ma formation, je les prie de bien vouloir croire à ma gratitude en espérant que ce modeste travail fera crédibilité de leurs efforts. Je voudrais également remercier tous mes camarades qui étaient à mes cotés. Leurs liens fraternels et amicaux qui ont germé dans mon esprit.

3 Dédicace Au Nom de Dieu Clément est Miséricordieux. C est avec un grand plaisir que je dédie ce modeste travail à la plus proche qui m a beaucoup encouragé à poursuivre le bon chemin, qui ma donné l amour, la tendresse et la volonté, c est grâce à toi, chère maman Merci et que Dieu te garde et te bénie. Je dédie ce travail à MON père, grande mère et grand frère AHMED, qui m ont donné tendresse et volonté. A mes frères LAIDE, BEDA, BELKASEM, ABDELHADI, YOUSEF. A mes sœurs NAIMA, KHAIRA, SAMIRA, KHANSA, HALIMA, SOUADE, A mes adorable neveux et nièces MOUSTAFA, AHMED MOUSLIM, AICHA et El Katkoute Nadir Nadjmeddine. A toutes mes amies et mes collègues de l abo DE MADAME F.BELKHADEM. A mes meilleures amies houda, naima, hayate, mary, hafsa, fatom, yamna, khaira bahia, wafia. Je tiens à remercier monsieur Morsli de sa disponibilité, ses conseils et sa passion. A tous ceux qui ont cru en ce projet et m ont encouragé tout au long de cette démarche. Faiza

4 TABLE DES MATIERES Introduction générale.1 CHAPITRE I : Généralités sur les colorants I-1 Introduction....3 I-2 Historique...4 I-3 Industrie textile...5 I-3-1 les fibres naturelles....5 I-3-2 les fibres chimiques I-4 Couleur I-5 Nature des colorants...6 I-5-1 Groupe chromophores I-5-2 Groupe auxochromes I-6 Interaction entre colorants et supports I-6-1 Les colorants à liaison physique I-6-2 Les colorants à liaison ioniques I-6-3 Les colorants à agrégats et précipités... 8 I-7 Classification des colorants textiles I-7-1 Classification chimique I Les colorants anthraquinoniques I Les colorants indigoïdes I Les colorants xanthénes I Les colorants Phtalocyanines...10 I Les colorants nitrés et nitrosés I-7-2 Classification tinctoriale I-7-1-1Les colorants acides ou anioniques I-7-2-1Les colorants basiques ou cationiques..11 I Colorants directs I Colorants a mordants...12 I Colorants réactifs I Colorants disperses.12 I-8 Utilisation des colorants I-9 Mécanisme de teinture...13 I-10 Problèmes environnementaux issus de l industrie textile...13 I-11 Dangers des rejets textiles...14 I-12 Toxicité des colorants I-13 Traitements des colorants I-13-1 Méthodes biologiques

5 I-13-2 Méthodes physiques a) Adsorption sur charbon actif b). Filtration sur membranes.. 16 I-13-3 Méthodes chimiques I-13-4 Méthodes physico-chimiques...16 CHAPITRE II : Polysaccharides : chitosane et alginate «De la mise au point à la mise en œuvre» Introduction Le Chitosane..20 II -1-1 Historique.21 II -1-2 Définition 21 II -1-3 Source de chitosane II -1-4 Préparation de chitosane...23 II -1-5 Les gels de Chitosane II -1-6 Propriétés du chitosane II Degré de Désacétylation(DD) II Cristallinité.. 25 II Solubilité II Polyélectrolytes en milie acide II Viscosité II Autres propriétés physiques et chimiques II Propriétés biologiques II -1-7 Modification du chitosane II -1-8 Quelques applications du chitosane II Traitement des eaux II Agriculture...29 II Médecine...29 II Cosmétique II Autres domaines d application Les Alginates II.2.1 Historique...31 II.2.2 Source d alginate II.2.3 Algues II Algues vertes (Chlorophycées) II Algues rouges (Rhodophycées) II Algues brunes (Phéophycées)...33 II.2-4 ALGINATE II Composition Chimique...35 II L acide Alginique...36 II Propriétés Chimiques...36 II Masses molaires moyennes 36 II Rapport M/G.. 37 II Propriétés Physiques...38 II Solubilité et viscosité II Stabilité..38 II.2-5 Processus de spherification II.2-6 Production d'alginate

6 II.2.7 Principales applications des alginates...40 II Applications dans le domaine alimentaire...40 II Applications dans le domaine textile...41 II Applications dans le domaine pharmaceutique II Applications dans les techniques de moulage CHAPITRE III : Phénomène d adsorption et techniques d analyse III.1 Introduction 47 III.2 Utilisation des polysaccharides comme adsorbants :chitosane et l alginate...48 III.3 La méthode d adsorption liquide/solide dite en batch...49 III.4 Conditions expérimentales utilisées dans le batch...50 III.4.1 Temps de contact...50 III.4.2 Masse du polysaccharide utilisée...50 III.4.3 Concentration initiale en colorant...50 III.4.4 Agitation III.4.5 Température III.5 Phénomène d adsorption...51 III.6 Différents types d adsorption...51 III.6.1 Adsorption physique (physisorption)...51 III.6.2 Adsorption chimique (chimisorption).51 III.7 Isothermes d adsorption III.7.1 Les isothermes de type C...52 III.7.2 Les isothermes de type L 52 III.7.3 Les isothermes de type H : III.7.4 Les isothermes de type S...52 III.8 Modes d adsorption...53 III.8.1 Le modèle de Langmuir...53 III.8.2 Modèle de Freundlich...54 III-9 Techniques De Caracterisation...55 III-9-1 Diffraction des rayons X (DRX) 55 III-9-2 Adsorption D azote (BET)...56

7 III Principe.56 III Surface spécifique..57 III-9-3 Microscopie électronique à balayage (MEB)...58 III-9-4 Spectroscopie d absorption UV Visible.59 CHAPITRE IV : Partie expérimentale IV.1 Etude des caractéristiques des colorants.62 IV.1.1 Nature des colorants...62 IV.1.2 Longueur d onde maximale...62 IV.1.3 Détermination du point isobestique IV.1.4 Etablissement des courbes d étalonnage IV.1. 5 La spectroscopie du colorant (Infra Rouge) IV.2 Synthèse et caractérisation des polysaccharides...67 IV.2.1 Préparation des billes de chitosane IV.2.2. Caractérisation du chitosane..68 a. Collapse des billes de chitosane b. Structure du chitosane C. La spectroscopie du chitosane (Infra Rouge).. 70 d. Microscopie électronique à balayage e. Adsorption d azote IV.2.3 Préparation des billes d alginate a. Collapse des billes d alginate.. 73 b. Structure d alginate c. La spectroscopie du l alginate de sodium (Infra Rouge) d. microscopie électronique à balayage e. Adsorption d azote IV.3 Etude d adsorption des colorants sur le chitosane et l alginate

8 IV.3.1 Etude de l effet de masse ;;.77 IV.3.2 Optimisation de la vitesse d agitation IV.3.3 Cinétique de fixation du colorant...80 IV.3.4 Influence du ph sur la fixation des colorants IV Influence du ph sur la fixation du colorant RB a. Chitosane b. Alginate IV Influence du ph sur la fixation du colorant RT a. Chitosane b. Alginate IV.4 Isothermes d adsorption des colorants IV.4.1 Isothermes d adsorption du colorant RB IV.4.2 Isothermes d adsorption du colorant RT IV.4.3 Discussion IV.5 Membranes de mélanges de polymères à base de chitosane IV.6. Préparation des billes hybrides chitosane-alginate Conclusion générale

9 Introduction générale

10 Introduction générale Les polysaccharides sont des matériaux d une importance sans cesse croissante pour l industrie. Ils ont un impact significatif sur la recherche et le développement dans des domaines aussi variés que la chimie, la biologie, la santé ou encore la protection de l environnement. Leurs propriétés exceptionnelles expliquent l engouement pour ces macromolécules naturelles, extraites de différentes origines (marine, végétale ou bactérienne). Il s est avéré que ces biopolymères à très bon marché, peuvent participer à l élaboration de nombreux produits commerciaux à haute valeur ajoutée. La résolution des problèmes d épuration exige une multitude de procédés physicochimiques et biologiques de dépollution des eaux contaminées ; notamment par des colorants. Parmi toutes les méthodes de décontamination envisageables ; les procédés d adsorption sont l une des techniques les plus répandues. Le principe du traitement par adsorption est de piéger les polluants par un matériau adsorbant. Il est largement reconnu que l adsorption sur charbon actif est devenue une méthode de choix, simple dans son utilisation et efficace. Cependant les charbons actifs (CA) commerciaux sont relativement chers ; ce qui a conduit de nombreux chercheurs à remplacer les CA par d autres matériaux adsorbants comme les polysaccharides (biopolyméres). Parmi les biopolyméres ; le chitosane et l alginate font l objet de nombreuses études, en raison de leurs grandes capacités à complexer et à fixer une large gamme de polluants environnementaux allant des matières en suspension aux ions métalliques. Parmi ces produits ; les colorants synthétiques largement utilisés dans les industries textiles et généralement rejetés dans les eaux résiduaires. Leur présence est visible, toxique et indésirable. Notre travail se situe dans ce contexte et consiste à préparer des échantillons à base des deux matériaux polysaccharides : le chitosane et l alginate afin de les tester dans la décoloration d une eau polluée par les colorants tels que le rouge Telon et le rouge Bemacide, utilisés dans l industrie textile au niveau du complexe Soitex de la wilaya de Tlemcen. Nous pensons que notre étude est une contribution encourageante à mieux comprendre un certain nombre de paramètres gérant l utilisation de ces biomatériaux en traitement des eaux. Ce mémoire comporte quatre principaux chapitres : dans le premier chapitre nous présentons quelques généralités sur les colorants et leur classification, leur utilisation et toxicité ainsi que les procédés mis en œuvre pour leur élimination.

11 Le deuxième volet est consacré aux polysaccharides testés dans cette étude, à savoir : le chitosane et l alginate. Nous donnons les sources potentielles de ces polymères ainsi que les méthodes de leurs extractions et préparations. La versatilité de ces polysaccharides permet leur utilisation dans différents domaines ; nous en donnerons quelques uns parmi les plus importants. La troisième partie traite les phénomènes d adsorption constatés lors de la décoloration des eaux polluées ; nous présentons, les différents types d adsorption ainsi que les isothermes utilisées. Dans la même partie nous essayons de justifier le choix de ces bio polymères (chitosane et alginate) comme adsorbants ; par énumération des résultats de travaux effectués dans ce domaine et des paramètres affectant leur utilisation. En fin de cette partie, les techniques de caractérisation utilisées sont énumérées et leurs principes développés. Le quatrième chapitre concerne la partie pratique ; nous donnons, en premier lieu, les caractéristiques physico chimiques des colorants utilisés. Ensuite nous présentons le protocole de préparation des billes de chitosane et d alginate, hydrogel et xérogel, et leurs caractérisations pour tester enfin leurs capacités à piéger ces polluants. Nous présentons les modes d adsorption requis pour notre cas et les grandeurs thermodynamiques liées à cette adsorption. Nous finirons par étudier la possibilité de préparation des matériaux hybrides alginate-chitosane et tester leur capacité à piéger les mêmes colorants en vu de tester un effet de synergie souhaité.

12 Chapitre I Généralités sur les colorants

13 I-1 Introduction Aujourd'hui, l'industrie des colorants constitue un secteur capital de la chimie moderne. Depuis quelques décennies, l'industrie alimentaire mondiale utilise une quantité de plus en plus importante de colorants naturels ou artificiels [1]. De point de vue application ; il faut signaler que si l industrie de fibres textiles naturelles ou synthétiques ; consomme la grande partie des colorants fabriqués dans le monde; les colorants synthétiques représentent aujourd hui un groupe relativement large de composés chimiques organiques rencontrés dans pratiquement toutes les sphères de notre vie quotidienne. La production mondiale est estimée à tonnes/an ; dont sont rejetées dans les effluents au cours des différentes étapes d application et confection. Ces rejets sont toxiques pour la plupart des organismes vivants [2]. Les colorants sont employés aussi dans différents domaines à savoir : la coloration du papier, de cuir, des matières plastiques, vernis, peintures, encres, cosmétiques, fourrures, produits alimentaires et pharmaceutiques ainsi qu en photographie (sensibilisateurs) et en biologie (coloration des préparations microscopiques) ainsi que dans les indicateurs colorés de ph [2]. Les matières colorantes se caractérisent par leur capacité à absorber les rayonnements lumineux dans le spectre visible (de 380 à 750 nm). La transformation de la lumière blanche en lumière colorée par réflexion sur un corps, ou par transmission ou diffusion, résulte de l adsorption sélective d énergie par certains groupes d atomes appelés chromophore ; la molécule colorante étant le chromogéne. Plus la facilité du groupe chromophore à donner un électron est grande plus la couleur sera intense. D autre groupes d atomes du chromogène peuvent intensifier ou changer la couleur due au chromophore : se sont les groupes auxochromes [2]. Il existe ; en effe, déférents types de colorants : qui peuvent être classés : en fonction de leur utilisation (colorant réactif, dispersé, mordant etc.) ; de leur appartenance à un groupe chimique (azoïque, anthraquinonique..) ou de leur propriété (nuance des couleurs). De manière générale, les colorants consistent en un assemblage de groupes chromophores, auxochromes et de structures aromatiques conjuguées (cycles benzéniques, anthracène, peryléne etc.) lorsque le nombre de noyaux aromatiques augmente, la conjugaison des doubles liaisons s accroit et le système conjugué s élargit. La molécule absorbe dans les grandes longueurs d onde et donne des couleurs plus foncées [2]. I-2 Historique : Les premiers colorants connus sont ceux qui ont été utilisé dans les grottes de Lascaux, des colorants naturels (pigments minéraux) qui datent du paléothique (vers av JC).

14 Vers 1500 av JC, les Egyptiens utilisaient comme colorants du safran, du pastel et de la garance. Jusqu en 1850, tous les colorants utilisés dans l alimentation étaient naturels (chlorophylle pour le vert, charbon pour le noir...etc.). En 1856, un jeune chimiste, William Henry Perkin ( ) essaya de synthétiser la quinine pour combattre le paludisme qui touchait les troupes anglaises stationnées en Inde. Ses essais l amenèrent à oxyder un dérivé de l aniline, l allyltoluidine. Il obtint un précipité rougebrun qui n avait rien à voir avec la quinine mais qui éveilla la curiosité du chimiste. Il venait de découvrir un colorant de bonne qualité pour les textiles, qu il appela pourpre d aniline, ou mauvéine. Ce fut la gloire et la richesse pour Perkin. Il venait d inventer le premier colorant synthétique utilisable par l industrie. En1882, le jaune quinoléine fut le premier colorant alimentaire à être synthétisé. Dés lors, de nombreux autres colorants furent synthétisés, remplaçant peu à peu les colorants naturels [3]. I-3 Industrie textile : Les matières textiles se rangent en deux classes : les fibres naturelles et les fibres chimiques [4]. I-3-1 les fibres naturelles : d origine végétale (les fibres cellulosiques comme le coton), animale (laine, soie) ; exp : la cellulose est un enchainement de cycles à un atome d oxygène et cinq atomes de carbone portant des groupes ОH ou CH 2 OH. Le motif est nommé cellobiose. I-3-2 les fibres chimiques : Le groupe des fibres chimiques renferme : Les fibres artificielles : elles sont élaborées par transformation des fibres naturelles. Les fibres synthétiques : obtenues par synthèse chimique, le plus souvent à partir de dérivés du pétrole. Une des premières fibres synthétiques obtenues est le nylon 6-6, sa synthèse à été mise au point par Carothers, dans les années C est la société Du Pont de Nemours qui en assura la fabrication industrielle [5]. I-4 Couleur : La couleur est due aux longueurs d onde que notre œil perçoit. Issue d un spectre, ces longueurs d onde proviennent d une source lumineuse (le soleil). Notre œil a la capacité de percevoir des longueurs d onde comprises entre 400 nm et 800 nm.

15 Figure I-1 : spectre des ondes électromagnétiques Un composé chimique parait coloré quand il absorbe, une énergie rayonnante correspondant au spectre visible. Dans ces conditions, la lumière transmise ou réfléchie par un corps donné produit la sensation de couleur. Lorsqu un composé absorbe une couleur c est la couleur complémentaire qui est transmise ; exemple le verre jaune d une ampoule électrique n absorbe pas la lumière jaune ; Il absorbe le reste et ne laisse que la lumière jaune passer. Tableau récapitulatif [6] I-5 Nature des colorants : Les colorants ont le pouvoir pour donner une certaine couleur à un produit. Cette théorie à été proposée en 1876 lors du grand essor des recherches sur les colorants de synthèse. Le groupe d atomes responsable de la coloration du composé s appelle le chromophore. Il doit être associé à un auxochrome afin de fixer les molécules colorées sur le produit, le substrat [3]. L absorption des radiations est due aux transitions électroniques entre les différentes orbitales moléculaires. Les longueurs d onde absorbées correspondent à des différences d énergie entre les orbitales. Le chimiste Witt a introduit la notion du pouvoir colorant. En faisant réagir des composés colorés avec de l'hydrogène, on constate une décoloration du composé. Witt en a déduit que toute molécule colorée renferme des groupes d'atomes insaturés, c'est à dire qu'ils possèdent une ou plusieurs liaisons doubles pour que le corps soit coloré, ces groupes d'atomes responsables de la couleur des colorants sont appelés groupes chromophores [6]. I-5-1 Groupe chromophores : Le groupe chromophore est le groupe qui donne la couleur du colorant, il est donc contenu dans tous les colorants. Il est possible de classer les colorants suivant leur groupe chromophore : Il peut s agir de dérivés : - éthyléniques avec un ou plusieurs groupes (-C=C- ou CH 3 -CH 2 ) - carbonylés (-C=O)

16 - nitrosés (-N=O) - azoïques (-N=N-) - nitrés à base de L'influence des atomes chromophores est d'ailleurs renforcée si ceux-ci sont sous forme d'ions [3]. I-5-2 Groupe auxochromes : Les groupes auxochromes, qui permettent la fixation des colorants sur les substrats, sont essentiellement : - des groupes acides (-COOH, -SO 3 H, -OH,...), permettent aussi une meilleure solubilité dans l'eau. - des groupes basiques (surtout du -NH 2 et SO - 3 parfois). Pour fixer les atomes chromophores sur le "substrat", les auxochromes peuvent par exemple utiliser leur forme polaire, c'est-à-dire sous forme d'ion. En effet, leur électronégativité crée des liaisons ioniques qui fixent le colorant sur le substrat. La deuxième propriété importante des groupes auxochromes est "d'amplifier la couleur", c'est à dire d'élargir les bandes d'absorption. Ils peuvent le faire vers les petites longueurs d'ondes (effet hypsochrome) ou vers les grandes (effet bathochrome) [3]. Tableau I.1: Principaux groupements chromophores et auxochromes, classés par intensité croissante [7]. Groupements chromophores Azo (-N=N-) Nitroso (-NO ou N-OH) Carbonyl (=C=O) Vinyl (-C=C-) Nitro (-NO2 ou =NO-OH) Sulphure (>C=S) Groupements auxochromes Amino (-NH2) Méthylamino (-NHCH3) Diméthylamino (-N(CH3)2) Hydroxyl (-HO) Alkoxyl (-OR) Groupements donneurs d électrons

17 I-6 Interaction entre colorants et supports : Les liaisons entre les colorants et différents supports sont généralement classées en trois types différents [8]. I-6-1 Colorants à liaisons physiques : Comme leur nom l indique, ces colorants développent avec leur support des interactions faibles de type Vander Waals ou liaison hydrogène. Ce sont des produits peu couteux mais qui présentent l inconvénient d être peu résistant au lavage en raison de leur faible liaison avec le support. Ils sont utilisés sur des supports à base cellulosiques comme le coton ou la viscose. Le papier est donc sa principale utilisation. I-6-2 Colorants à liaisons ioniques : Il s agit ici d un type de colorant beaucoup plus répandu dans le monde de la teinture. En effet ; les liaisons ioniques sont beaucoup plus fortes et permettent donc un meilleur accrochage sur les supports. Il ya deux types de colorants ioniques, les colorants cationiques et anioniques. Par exemple, les colorants anioniques possèdent un groupe chargé positivement et se fixent donc sur des supports possédant des groupes terminaux cationiques. On peut citer par exemple l acide picrique qui, en milieu acide, se fixe sur la soie qui est un support cationique. I-6-3 Colorants à agrégats et précipités : Ce sont des colorants de nature spéciale car ne développant pas de liaison avec leur support. Très cher, ces colorants justifient leur coût par une totale imperméabilité au lavage en raison de leur fonctionnement. En effet, le principe de ce type de colorant est le suivant : 1. Le colorant est insoluble dans l eau. On commence par ouvrir la fibre en utilisant un véhiculeur comme le bi phényle. 2. Le colorant insoluble dans la fibre pénètre dans la fibre qui à été grossi par le véhiculeur. 3. On évapore le véhiculeur par un chauffage, la fibre se referme et le colorant est emprisonné à l intérieur. I-7 Classification des colorants textiles : Les principes de classification les plus couramment rencontrés dans les industries textiles sont basés sur les structures chimiques des colorants synthétiques et sur les méthodes d'application aux différents substrats (textiles, papier, cuir, matières plastiques, etc.). I-7-1 Classification chimique : Dans le classement des colorants selon leur structure chimique il existe plusieurs types :

18 I Colorants anthraquinoniques : Sont d un point de vue commercial, les plus importants. Leur formule générale dérivée de l'anthracène montre que le chromophore est un noyau quinonique sur lequel peuvent s'attacher des groupes hydroxyles ou amino [2]. Figure I-2 : Structure moléculaire d un colorant anthraquinonique. I Colorants indigoides : Tirent leur appellation de l indigo dont ils dérivent. Ainsi, les homologues sélénié, soufré et oxygéné du bleu indigo [2]. Figure I-3 : Structure moléculaire d un colorant indigoïde. I Colorants xanthenes : Le composé le plus connu est la fluorescéine, sont dotés d'une intense fluorescence. Peu utilisés en tant que teinture, leur faculté de marqueurs lors d'accident maritime ou de traceurs d'écoulement pour des rivières souterraines est malgré tout bien établie [2]. Figure I-4 : Structure moléculaire d un colorant xanthène. I Phtalocyanines : Ont une structure complexe basée sur l'atome central de cuivre. Les colorants de ce groupe sont obtenus par réaction du dicyanobenzène en présence d un halogénure métallique (Cu, Ni, Co, Pt, etc.) [9].

19 Figure I-5 : Structure moléculaire d un colorant phtalocyanine. I Colorants nitres et nitroses : Forment une classe de colorants très limitée en nombre et relativement ancienne. Ils sont actuellement encore utilisés, du fait de leur prix très modéré lié à la simplicité de leur structure moléculaire caractérisée par la présence d un groupe nitro (-NO 2 ) en position ortho d'un groupement électrodonneur (hydroxyle ou groupes aminés) [2,10]. Figure I-6 : Structure moléculaire d un colorant nitré et nitrosé. [11] I-7-2 Classification tinctoriale : Si la classification chimique présente un intérêt pour le fabricant de matières colorantes, le teinturier préfère le classement par domaines d application. Ainsi, il est renseigné sur la solubilité du colorant dans le bain de teinture, son affinité pour les diverses fibres et sur la nature de la fixation. Celle-ci est de force variable selon que la liaison colorant- substrat est du type ionique, hydrogène, de Van der Waals ou covalente. On distingue différentes catégories tinctoriales définies cette fois par les auxochrome [2] I Colorants acides ou anioniques : Ils sont solubles dans l eau grâce à leurs groupes sulfonates ou carboxylates. Ils sont ainsi dénommés parce qu ils permettent de teindre les fibres animales (laine et soie) et quelques fibres acryliques modifiées (nylon, polyamide) en bain légèrement acide.

20 I Colorants basiques ou cationiques : Sont des sels d amines organiques, ce qui leur confère une bonne solubilité dans l eau. Les liaisons se font entre les sites cationiques des colorants et les sites anioniques des fibres. I Colorants directs : Contiennent ou sont capables de former des charges positives ou négative électrostatiquement attirées par les charges des fibres. Ils se distinguent par leur affinité pour les fibres sans application de mordant, liée à la structure plane de leurs molécules. Figure I-7 : Comportement du colorant direct en présence des fibres. I Colorants à mordants : Contiennent généralement un ligand fonctionnel capable de réagir fortement avec un sel d'aluminium, de chrome, de cobalt, de cuivre, de nickel ou de fer pour donner différents complexes colorés avec le textile. Figure I-8 : Comportement du colorant à mordant en présence du textile. I Colorants reactifs : Contiennent des groupes chromophores, leur appellation est liée à la présence d une fonction chimique réactive, assurant la formation d une liaison covalente forte avec les fibres. I Colorants dispersés : Sont très peu solubles dans l'eau et sont appliqués sous forme d'une fine poudre dispersée dans le bain de teinture. Ils sont en mesure, lors d une teinture à haute température, de diffuser dans les fibres synthétiques puis de s'y fixer. [2,12].

21 I-8 Utilisation des colorants : Les domaines d application des colorants sont nombreux et variés : - teinture et impression sur fibres et tissus de tous genres. - teinture du caoutchouc, des feuilles et des matières plastiques. - colorants pour toutes les techniques de la peinture. - préparation de la couleur à la chaux et enduits sur bâtiments. - colorants pour l impression des papiers peints. - colorants pour les vernis à alcool, les résines et les vernis nitro-cellulosiques. - préparation des rubans de machine à écrire. - préparation des craies de couleur et crayons de couleur. - préparation des denrées alimentaires. - préparation des papiers carbone. - colorants pour les emplois médicinaux. - teinture du papier. I-9 Mécanisme de teinture : Le colorant est toujours dissout ou dispersé dans un milieu extérieur à la fibre. La teinture semble alors s opérer en deux temps. Dans une première phase, il se produit une migration du colorant qui passe du milieu liquide sur la fibre et la deuxième phase consiste en la fixation de celui-ci au sein de la fibre [13]. Deux cas alors peuvent se présenter : Si le colorant possède une grande affinité pour la macromolécule textile ; il a tendance à rester à sa surface : c est une réaction chimique. Si la fibre se gonfle dans l eau ; il se forme des canaux de pénétrations dans lesquels progressent les molécules de colorants à condition qu elles ne soient pas trop grosses. Les interactions qui se produisent entre le colorant et la fibre sont des liaisons d hydrogène ou des attractions électrostatiques. Les phénomènes d adsorption ou d absorption des colorants ne sont assurés qu on présence des adjuvants connus qui facilitent en particulier la migration des colorants au sein des fibres. I-10 Problèmes environnementaux issus de l industrie textile : Le principal problème environnemental qui se pose dans l industrie textile est celui des quantités d eau rejetées et de leur charge chimique. Les autres impactes pour le traitement des eaux usés de ces industries sont la consommation énergétique, les émissions dans l atmosphère, les déchets solides et les odeurs qui peuvent représenter des nuisances significatives lors de certains traitements.

Chapitre 14 Les matières colorantes

Chapitre 14 Les matières colorantes Chapitre 14 Les matières colorantes I. Les matières colorées Les espèces chimiques responsables de la couleur sont appelées matières colorées : elles absorbent la lumière visible (domaine de longueur d

Plus en détail

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008)

Déchets ménagers et traitement de lixiviat. (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) Déchets ménagers et traitement de lixiviat (Extrait d un mastère soutenu en décembre 2008) I- Introduction La Tunisie produit près de 2,5 millions de tonnes de déchets ménagers par an, dont 700 000 tonnes

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Structure des molécules

Structure des molécules Structure des molécules La connaissance de la structure de la matière, ébauchée en Seconde, se concrétise par une modélisation des liaisons entre les atomes, au sein des molécules. Cette modélisation,

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique?

Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Annexe 1: Comment fonctionne un adoucisseur d eau domestique? Pourquoi adoucir l eau? Une eau dure est une eau riche en ions calcium (Ca 2+ ) et / ou magnésium (Mg 2+ ). Elle ne présente aucun danger pour

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de

L eau. Définition : La décomposition de l eau, formé par la combinaison chimique de L eau Origine de l eau : La terre à environ quatre milliard et demi d années. Lors de sa formation, la terre était entourée de divers gaz brûlants. En se refroidissant au cours du temps, deux de ces gaz,

Plus en détail

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006

nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 ACCUEIL nitrate d argent Frédéric ELIE, avril 2006 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

Passerelles possibles entre les différentes 1ères.

Passerelles possibles entre les différentes 1ères. Passerelles possibles entre les différentes 1ères. Ce document est construit sur la base du programme de 1 ère S. Les programmes de STL et de L/ES ne sont donc pas complets. On ne trouve dans ce tableau

Plus en détail

BCPST 2, Lycée JB Say, Paris PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013

BCPST 2, Lycée JB Say, Paris PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013 PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013 1 Semaine 1 : du Mardi 4 au Vendredi 7 Septembre 2012 Jeudi 06/09 (2h de cours en classe entière) Accueil rentrée : présentation générale (0h40) Cours (1h20) :

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques

IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines. Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés Physico-Chimiques des Protéines Dénaturation Solubilité Masse moléculaire Propriétés électriques IV. Propriétés physico-chimiques IV.1. Dénaturation Définition : Perte d activité biologique

Plus en détail

Les polluants : les nitrates

Les polluants : les nitrates Les polluants : les nitrates L azote est un élément essentiel de la matière vivante. Sa quantité et sa forme chimique dans le milieu aquatique y conditionnent le développement de la vie. [ 1 ] L azote

Plus en détail

Les molécules organiques. Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy

Les molécules organiques. Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy Les molécules organiques Notez que plusieurs diapositives proviennent de Bourbonnais, CEGEP Ste-Foy Les composés organiques Objectif 3.2.1 Distinguer les composés organiques et les composés inorganiques.

Plus en détail

Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux

Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux Technologies «vertes» in situ appliquées à l assainissement des sols et des eaux Présenté par Dr. Gamsonré Christophe Somlimdou Université du Québec à Montréal Les chiffres 73 % Pourcentage de terrains

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle. Chap. 2: Les paramètres physicochimiques

Thème: La représentation visuelle. Chap. 2: Les paramètres physicochimiques Thème: La représentation visuelle Chap. 2: Les paramètres physicochimiques de la couleur I- Pigments et colorants 3 origines différentes : 1. Utilisation de produits minéraux: Oxyde de fer = rouille (Terres

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE

Observer TP Analyse spectrale ANALYSE SPECTRALE OBJECTIFS ANALYSE SPECTRALE Préparation d une solution par dilution, réalisation d un spectre uv- visible et interprétation Utilisation des spectres IR I ) SPECTRE UV-VISIBLE Cette spectroscopie fait intervenir

Plus en détail

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009

Chapitre 3 : Liaisons chimiques. GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Chapitre 3 : Liaisons chimiques GCI 190 - Chimie Hiver 2009 Contenu 1. Liaisons ioniques 2. Liaisons covalentes 3. Liaisons métalliques 4. Liaisons moléculaires 5. Structure de Lewis 6. Électronégativité

Plus en détail

Chimie organique. Débuts de la chimie organique

Chimie organique. Débuts de la chimie organique himie organique Info 8.1 Débuts de la chimie organique i Au début du 19 e siècle, Berzelius distinguait deux domaines de la chimie : la chimie minérale (inorganique) et la chimie organique. La chimie organique

Plus en détail

CHAPITRE 3: COULEURS ET ART

CHAPITRE 3: COULEURS ET ART CHAPITRE 3: COULEURS ET ART I- pigments, couleurs et colorants dans le domaine des arts En peinture, l analyse d un tableau fournit des informations précieuses sur les pigments utilisés par le peintre

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Spectrophotométrie Colorimétrie

Spectrophotométrie Colorimétrie Pharmacie 1 ere année 2002-2003 Spectrophotométrie Colorimétrie ITRODUCTIO... 1 RAPPELS THEORIQUES... 2 DEFIITIOS... 3 LOI DE BEER-LAMBERT... 5 METHODES D AALYSE SPECTROPHOTOMETRIQUE... 6 Méthode de l

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET REMPLACEMENT 2010 France métropolitaine Option : ANABIOTEC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE E2 DU DEUXIÈME GROUPE SCIENCES ET TECHNIQUES DE LA MATIÈRE Durée : 3 heures Matériel(s) et document(s)

Plus en détail

CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES

CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES 7 CHIMIE VOLUME HORAIRE TOTAL = 120 HEURES COURS = 72 heures. TRAVAUX PRATIQUES = 24 heures TRAVAUX DIRIGES = 24 heures. 1. CHIMIE GENERALE VOLUME HORAIRE TOTAL = 45 HEURES COURS = 27 heures. TRAVAUX PRATIQUES

Plus en détail

COULEUR ET PEINTURE COULEUR ET PEINTURE

COULEUR ET PEINTURE COULEUR ET PEINTURE 1. Couleur structurelle ou pigmentaire 1.1 Matières colorantes 2.2 Teinture des textiles 2. Peinture 2.1 Le support (ou subjectile) 2.2 Les pigments 2.3 Les charges et additifs 2.4 Le liant (ou médium)

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

Dureté de l eau et son traitement

Dureté de l eau et son traitement I - Introduction : Dureté de l eau et son traitement L eau bien que sans danger n est pas chimiquement pure. Après son évaporation, il reste des sels minéraux dont certains rendent l eau dure. Ces sels

Plus en détail

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE)

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement par absorption sont les composés odorants et

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

PRINCIPES DE SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE

PRINCIPES DE SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE Licence MPC L3 S5 «Chimie Organique Avancée» PRINCIPES DE SPECTROSCOPIE UV-VISIBLE 1. Introduction: le spectre électromagnétique 2. Spectres UV-visible, spectres électroniques 3. Appareillage 4. Applications

Plus en détail

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Chimie des Aerosols. Polluants. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Chimie des Aerosols Polluants Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) nouvelles particules dans l atmosphère. Les particules formées sont ultra-fines et par conséquent difficiles à détecter, mais

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES.

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES. LES G LUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter de

Plus en détail

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique.

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. FICHE 14 Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. I. Stratégie à employer lors d une synthèse On veut synthétiser un composé au laboratoire. On doit donc imaginer les différentes étapes

Plus en détail

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM

EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD. Livret réponses TEST 1. AVRIL 13 th, 2010. pays: BELGIUM EUROPEAN UNION SCIENCE OLYMPIAD Livret réponses TEST 1 AVRIL 13 th, 2010 pays: BELGIUM Team: _B Noms et signatures 1 Tache 1 humidité relative de l air 1.1: Le point de rosée ( condesation) est à (indiquer

Plus en détail

Les essentiels Zolux. " l équilibre Tests et analyses"

Les essentiels Zolux.  l équilibre Tests et analyses Les essentiels Zolux " l équilibre Tests et analyses" SOMMAIRE Introduction L aquarium, un processus biologique d autorégulation naturelle: Un aquarium est un milieu vivant, équilibré, stable et quasiment

Plus en détail

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés

TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés TD : Les eaux naturelles et leurs propriétés Omniprésente sur Terre, l eau est l une des espèces chimiques indispensables à la vie. I. L eau sur Terre dans tous ses états La molécule d eau est formée d

Plus en détail

Catalogue des équipements. Analytique

Catalogue des équipements. Analytique Catalogue des équipements Analytique Table des matières Équipement analytique... 3 Laboratoire analytique... 3 Calorimétrie différentielle à balayage (DSC)... 3 Analyse thermogravimétrique (TGA)... 4 GC-MS

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Comment fabriquer une colle à partir du lait?

Comment fabriquer une colle à partir du lait? BTS Mil agroressources septembre 2010 TP N 1 CHIMIE Comment fabriquer une colle à partir du lait? Pour faire coaguler le lait, il y a 3 principales méthodes : - par action enzymatique (ex : de la pressure

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette.

On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. CONTROLE D'UNE EAU On cherche à contrôler une eau minérale afin de vérifier qu'elle correspond bien aux informations figurant sur l'étiquette. Données : couleur des complexes : Ca-NET : rouge ; Mg-NET

Plus en détail

FICHE SEMESTRE. SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3. UECA5 TP de chimie analytique 5 manip 3h/semaine 2

FICHE SEMESTRE. SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3. UECA5 TP de chimie analytique 5 manip 3h/semaine 2 Programme 3 ère année, licence de chimie (L3) FICHE SEMESTRE MENTION : Sciences Exactes SPECIALITE / OPTION : Chimie Analytique PARCOURS TYPE : Bac + 3 SEMESTRE : Intitulé de l'unité d'enseignement (UE)

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8 Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8 A Le cisplatine.... 8 A.I Découverte de l activité anti-tumorale du cisplatine... 8 A.II Activité

Plus en détail

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H

NHCOCH 3 CH 3 + CH 3 CO 2 H FACULTÉ DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE CHIMIE CHM 302 Techniques de chimie organique et inorganique Travaux pratiques Coordonnateur: Jean-Marc CHAPUZET Date: Jeudi 30 Novembre 2006 Local: D7-3012; D7-3014

Plus en détail

chapitre 2 chapitre 3

chapitre 2 chapitre 3 RÉSUMÉ Les protéines laitières et les polysaccharides sont des ingrédients très largement utilisés dans les industries alimentaires. Il est donc important de mieux comprendre et de contrôler les interactions

Plus en détail

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie

SESSION 2005. CAPET externe et CAFEP TRAVAUX PRATIQUES. Première partie : Techniques de biochimie SESSION 2005 CAPET externe et CAFEP Section : Biotechnologies Option : Biochimie - génie biologique TRAVAUX PRATIQUES Première partie : Techniques de biochimie Durée totale : 4 heures SUIVI DE LA PURIFICATION

Plus en détail

Réactions d oxydo-réduction

Réactions d oxydo-réduction Réactions d oxydo-réduction Définition Les réactions d oxydo-réduction sont des réactions pendant lesquelles les entourages électroniques des atomes (donc les structures des ions et molécules) changent

Plus en détail

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables.

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables. L ES E S GLUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter

Plus en détail

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons

MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons MC11 Mélanges d acides et de bases ; solutions tampons Les définitions d acidité et de basicité ont beaucoup évoluées depuis leur apparition. Aujourd hui, on retient deux définitions valables. Celle donnée

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

CHIMIE. À propos du chrome

CHIMIE. À propos du chrome CHIMIE Les calculatrices sont autorisées. À propos du chrome Du grec khrôma ou du latin chroma (couleur). Il a été découvert par Louis Vauquelin en 1797. Il est présent dans la croûte terrestre ( 003,

Plus en détail

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES METHODES CHROMATOGRAPHIQUES. METHODES ELECTROPHORETIQUES. DOSAGES SPECIFIQUES. CHROMATOGRAPHIE SUR PAPIER. CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE. CHROMATOGRAPHIE

Plus en détail

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut

Extraction d un liquide et isolement du liquide brut Extraction d un liquide et isolement du liquide brut 1- Isolement d un liquide : Pour retirer un liquide contenu dans un milieu réactionnel on peut : Hydrodistiller Le principe consiste à extraire le liquide

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

PRÉSENTATION DES AXES DE RECHERCHE DU LGP2 (I)

PRÉSENTATION DES AXES DE RECHERCHE DU LGP2 (I) PRÉSENTATION DES AXES DE RECHERCHE DU LGP2 (I) École Française de Papeterie et des Industries Graphiques Laboratoire LGP2 UMR-CNRS 5518 EFPG, Domaine Universitaire, BP 65, 38402 Saint-Martin-d Hères Cedex

Plus en détail

Enseigner la formulation chimique. Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut

Enseigner la formulation chimique. Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut Enseigner la formulation chimique Vangelis Antzoulatos, Lycée de l Escaut La formulation Définition, importance économique La formulation RSC : Tout ce qui a trait à la conception des produits de tous

Plus en détail

Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD

Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD Chapitre 5 : Les interactions de faible énergie Pierre-Alexis GAUCHARD UE1 : Chimie Chimie physique Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Bioplastiques et Biopigments

Bioplastiques et Biopigments Bioplastiques et Biopigments Colorer et additiver les Bioplastiques Nous sommes entourés de plus en plus de bioplastiques et, que ce soit pour les sacs de caisse ou dans l industrie alimentaire, des objets

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques.

Objectif : Effectuer le traitement chimique d une solution dont la composition est représentative de déchets de travaux pratiques. OLYMPIADES DE LA CHIMIE 005 EPREUVE PRATIQUE DES ELIMINATOIRES REGIONALES POITOU-CHARENTES le février 005 Traitement de déchets minéraux "D'après la préparation aux olympiades de l'académie de Nancy-Metz

Plus en détail

Tableau d avancement

Tableau d avancement Terminale S - AP SPC 6 Tableau d avancement Objectifs : Savoir réaliser un bilan de matière initial, intermédiaire ou final grâce à un tableau d avancement. Une transformation chimique est l évolution

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste

Table des matières. Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste Table des matières Avant-propos Comment utiliser cet ouvrage? X XII Chapitre 1 La boîte à outils du chimiste Fiche 1 La molécule 2 Fiche 2 La mole 4 Fiche 3 Les conventions de représentation 6 Fiche 4

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

À propos des services d eau et d assainissement

À propos des services d eau et d assainissement À propos des services d eau et d assainissement D où provient l eau que l on boit? Comment est-elle rendue potable? Comment sont traitées les eaux usées? Du prélèvement de l eau à son retour dans la rivière

Plus en détail

Le fluor dans l eau potable et la fluorose

Le fluor dans l eau potable et la fluorose Le fluor dans l eau potable et la fluorose H. Lounici, L. Adour, H.Grib, D.Belhocine, N. Mameri Ecole Nationale Polytechnique d Alger, 10 Avenue Pasteur, Belfort, Alger Laboratoire des Biotechnologies

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

Module 1.1 Les différentes formes galéniques I Les mélanges homogènes

Module 1.1 Les différentes formes galéniques I Les mélanges homogènes Module 1.1 Les différentes formes galéniques I Les différents états de la matière LES PRINCIPAUX ETATS DE LA MATIERE ETAT SOLIDE ETAT LIQUIDE ETAT PÂTEUX ETAT GAZEUX Les différents états de la matière

Plus en détail

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité

Sciences et Technologies Bioindustrielles. Module 1 Qualité Sciences et Technologies Bioindustrielles L enseignement de Sciences et technologies bioindustrielles sera assuré par un professeur de Biochimie- Génie Biologique. Il est recommandé que ce professeur intervienne

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques nà5

Devoir de Sciences Physiques nà5 Exercice I : sur le zinc Devoir de Sciences Physiques nà5 L épreuve dure 1h50. L usage de la calculatrice est autorisé. Les précipitations sont naturellement acides en raison du dioxyde de carbone présent

Plus en détail

Quelques aspects de la chimie du miel

Quelques aspects de la chimie du miel oncours B ENSA B 0206 HIMIE Durée : 3 heures L usage de la calculatrice est autorisé pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, il le

Plus en détail

La valorisation du digestat

La valorisation du digestat La valorisation du digestat EREP SA Chemin du Coteau 28 CH - 1123 Aclens Tél. : +41 21 869 98 87 Fax : +41 21 869 01 70 Courriel : info@erep.ch www.erep.ch Le traitement et la gestion du digestat 1. Propriétés

Plus en détail

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2

1) L ion borate est une base, écrire la demi-équation acido-basique correspondante : BO 2 Chimie : Séance n 2 I. Réaction entre l acide acétique et l ion borate : On mélange 25,0 ml d une solution d acide acétique de concentration 2,50.10 2.L 1 et 75,0 ml d une solution de borate de sodium

Plus en détail

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM

TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM TRAITEMENT DE POTABILISATION DES EAUX DE SURFACE ELIMINATION DES IONS AMMONIUM Conf2006/65 1 FORMES DE L AZOTE Minéral Organique Soluble Volatil Etat d oxydation : - 3 à + 5 Conf2006/65 2 L AZOTE MINERAL

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Introduction à la biochimie SBI4U

Introduction à la biochimie SBI4U Résultat d apprentissage pour le test : Je décris les innovations technologiques et les besoins de la société à l aide de la structure et la fonction des macromolécules, les réactions biochimiques et des

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE

BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE BAC BLANC 2015 PHYSIQUE-CHIMIE DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 L usage d'une calculatrice EST autorisé Ce sujet comporte trois exercices (l exercice de spécialité figurant sur une feuille séparée). Chaque

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

NETTOYAGE DE LA SURFACE DU SILICIUM POUR LA FABRICATION D'UN TRANSISTOR MOS

NETTOYAGE DE LA SURFACE DU SILICIUM POUR LA FABRICATION D'UN TRANSISTOR MOS NETTOYAGE DE LA SURFACE DU SILICIUM POUR LA FABRICATION D'UN TRANSISTOR MOS 1. - INTRODUCTION La surface du silicium est fortement réactive (elle présente une grande affinité chimique), il est difficile

Plus en détail

MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés.

MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés. Année universitaire 2006-2007 M1S1 1 ère session Jeudi 28 Juin 2007 MC 401 Physicochimie des solutions complexes et des polymères Durée de l épreuve 2h00. 0. La calculatrice ce et les documents sont autorisés.

Plus en détail

Les Sacs Biodégradables

Les Sacs Biodégradables Les Sacs Biodégradables Introduction: De nos jours, l utilisation des sacs plastiques est très fréquente, notamment dans le commerce ou encore pour l usage personnel (sacs poubelles ) mais cela n est pas

Plus en détail