Synthèse et caractérisation de biopolymères Application au piégeage de colorants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse et caractérisation de biopolymères Application au piégeage de colorants"

Transcription

1 Université D Oran Es-Sénia Faculté des Sciences Département de Chimie Mémoire Pour l obtention du diplôme de Magister Option : Chimie des Matériaux Thème Synthèse et caractérisation de biopolymères Application au piégeage de colorants Membres du jury: Présenté par : Mlle. ARAREM Faïza Soutenue le Pr. R.HAMACHA Président Université d Oran Es-Sénia Pr. M.SASSI Examinateur Université d Oran Es-Sénia Dr. A.HASNAOUI Examinateur Université d Oran Es-Sénia Pr. A.BENGUEDDACH Encadreur Université d Oran Es-Sénia Dr. A.MORSLI Co-Encadreur Université Mohamed BOUDIAF Année universitaire 2010/2011

2 Remerciements Je remercie ALLAH le tout puissant qui a guidé mes pas vers le savoir et qui m a donné la force de concevoir ce travail. Ce travail a elle effectué au laboratoire de Chimie des Matériaux du Département de Chimie de l Université d Oran, sous la direction de Monsieur A. BENGUEDDACH et A.MORSLI ; à qui je veux adresser mes sincères remerciements pour tous les conseils et observations ainsi que pour tous les efforts qu ils ont fournis à fin de m aider dans mes travaux. La partie pratique a été réalisée au niveau du laboratoire de chimie de matériau au niveau de l USTO dirigé par madame F.BELKHADEM a qui je veux exprimer toute ma reconnaissance de m avoir donné les moyens nécessaires pour aboutir au terme de mon étude. Je la remercie aussi pour son caractère humain et ses précieux conseils. Je remercie La présidente de jury Mme R.BENHAMOU et les membres du jury, Mr. M.SASSI et Mr. A.HASNAOUI d avoir accepté d examiner ce travail. Je remercie très chaleureusement Mademoiselle Kawtar pour son aide à la caractérisation de nos matériaux tout au long de ce travail. J exprime ma gratitude à l ensemble des Professeurs du Département de Chimie qui ont contribué à ma formation, je les prie de bien vouloir croire à ma gratitude en espérant que ce modeste travail fera crédibilité de leurs efforts. Je voudrais également remercier tous mes camarades qui étaient à mes cotés. Leurs liens fraternels et amicaux qui ont germé dans mon esprit.

3 Dédicace Au Nom de Dieu Clément est Miséricordieux. C est avec un grand plaisir que je dédie ce modeste travail à la plus proche qui m a beaucoup encouragé à poursuivre le bon chemin, qui ma donné l amour, la tendresse et la volonté, c est grâce à toi, chère maman Merci et que Dieu te garde et te bénie. Je dédie ce travail à MON père, grande mère et grand frère AHMED, qui m ont donné tendresse et volonté. A mes frères LAIDE, BEDA, BELKASEM, ABDELHADI, YOUSEF. A mes sœurs NAIMA, KHAIRA, SAMIRA, KHANSA, HALIMA, SOUADE, A mes adorable neveux et nièces MOUSTAFA, AHMED MOUSLIM, AICHA et El Katkoute Nadir Nadjmeddine. A toutes mes amies et mes collègues de l abo DE MADAME F.BELKHADEM. A mes meilleures amies houda, naima, hayate, mary, hafsa, fatom, yamna, khaira bahia, wafia. Je tiens à remercier monsieur Morsli de sa disponibilité, ses conseils et sa passion. A tous ceux qui ont cru en ce projet et m ont encouragé tout au long de cette démarche. Faiza

4 TABLE DES MATIERES Introduction générale.1 CHAPITRE I : Généralités sur les colorants I-1 Introduction....3 I-2 Historique...4 I-3 Industrie textile...5 I-3-1 les fibres naturelles....5 I-3-2 les fibres chimiques I-4 Couleur I-5 Nature des colorants...6 I-5-1 Groupe chromophores I-5-2 Groupe auxochromes I-6 Interaction entre colorants et supports I-6-1 Les colorants à liaison physique I-6-2 Les colorants à liaison ioniques I-6-3 Les colorants à agrégats et précipités... 8 I-7 Classification des colorants textiles I-7-1 Classification chimique I Les colorants anthraquinoniques I Les colorants indigoïdes I Les colorants xanthénes I Les colorants Phtalocyanines...10 I Les colorants nitrés et nitrosés I-7-2 Classification tinctoriale I-7-1-1Les colorants acides ou anioniques I-7-2-1Les colorants basiques ou cationiques..11 I Colorants directs I Colorants a mordants...12 I Colorants réactifs I Colorants disperses.12 I-8 Utilisation des colorants I-9 Mécanisme de teinture...13 I-10 Problèmes environnementaux issus de l industrie textile...13 I-11 Dangers des rejets textiles...14 I-12 Toxicité des colorants I-13 Traitements des colorants I-13-1 Méthodes biologiques

5 I-13-2 Méthodes physiques a) Adsorption sur charbon actif b). Filtration sur membranes.. 16 I-13-3 Méthodes chimiques I-13-4 Méthodes physico-chimiques...16 CHAPITRE II : Polysaccharides : chitosane et alginate «De la mise au point à la mise en œuvre» Introduction Le Chitosane..20 II -1-1 Historique.21 II -1-2 Définition 21 II -1-3 Source de chitosane II -1-4 Préparation de chitosane...23 II -1-5 Les gels de Chitosane II -1-6 Propriétés du chitosane II Degré de Désacétylation(DD) II Cristallinité.. 25 II Solubilité II Polyélectrolytes en milie acide II Viscosité II Autres propriétés physiques et chimiques II Propriétés biologiques II -1-7 Modification du chitosane II -1-8 Quelques applications du chitosane II Traitement des eaux II Agriculture...29 II Médecine...29 II Cosmétique II Autres domaines d application Les Alginates II.2.1 Historique...31 II.2.2 Source d alginate II.2.3 Algues II Algues vertes (Chlorophycées) II Algues rouges (Rhodophycées) II Algues brunes (Phéophycées)...33 II.2-4 ALGINATE II Composition Chimique...35 II L acide Alginique...36 II Propriétés Chimiques...36 II Masses molaires moyennes 36 II Rapport M/G.. 37 II Propriétés Physiques...38 II Solubilité et viscosité II Stabilité..38 II.2-5 Processus de spherification II.2-6 Production d'alginate

6 II.2.7 Principales applications des alginates...40 II Applications dans le domaine alimentaire...40 II Applications dans le domaine textile...41 II Applications dans le domaine pharmaceutique II Applications dans les techniques de moulage CHAPITRE III : Phénomène d adsorption et techniques d analyse III.1 Introduction 47 III.2 Utilisation des polysaccharides comme adsorbants :chitosane et l alginate...48 III.3 La méthode d adsorption liquide/solide dite en batch...49 III.4 Conditions expérimentales utilisées dans le batch...50 III.4.1 Temps de contact...50 III.4.2 Masse du polysaccharide utilisée...50 III.4.3 Concentration initiale en colorant...50 III.4.4 Agitation III.4.5 Température III.5 Phénomène d adsorption...51 III.6 Différents types d adsorption...51 III.6.1 Adsorption physique (physisorption)...51 III.6.2 Adsorption chimique (chimisorption).51 III.7 Isothermes d adsorption III.7.1 Les isothermes de type C...52 III.7.2 Les isothermes de type L 52 III.7.3 Les isothermes de type H : III.7.4 Les isothermes de type S...52 III.8 Modes d adsorption...53 III.8.1 Le modèle de Langmuir...53 III.8.2 Modèle de Freundlich...54 III-9 Techniques De Caracterisation...55 III-9-1 Diffraction des rayons X (DRX) 55 III-9-2 Adsorption D azote (BET)...56

7 III Principe.56 III Surface spécifique..57 III-9-3 Microscopie électronique à balayage (MEB)...58 III-9-4 Spectroscopie d absorption UV Visible.59 CHAPITRE IV : Partie expérimentale IV.1 Etude des caractéristiques des colorants.62 IV.1.1 Nature des colorants...62 IV.1.2 Longueur d onde maximale...62 IV.1.3 Détermination du point isobestique IV.1.4 Etablissement des courbes d étalonnage IV.1. 5 La spectroscopie du colorant (Infra Rouge) IV.2 Synthèse et caractérisation des polysaccharides...67 IV.2.1 Préparation des billes de chitosane IV.2.2. Caractérisation du chitosane..68 a. Collapse des billes de chitosane b. Structure du chitosane C. La spectroscopie du chitosane (Infra Rouge).. 70 d. Microscopie électronique à balayage e. Adsorption d azote IV.2.3 Préparation des billes d alginate a. Collapse des billes d alginate.. 73 b. Structure d alginate c. La spectroscopie du l alginate de sodium (Infra Rouge) d. microscopie électronique à balayage e. Adsorption d azote IV.3 Etude d adsorption des colorants sur le chitosane et l alginate

8 IV.3.1 Etude de l effet de masse ;;.77 IV.3.2 Optimisation de la vitesse d agitation IV.3.3 Cinétique de fixation du colorant...80 IV.3.4 Influence du ph sur la fixation des colorants IV Influence du ph sur la fixation du colorant RB a. Chitosane b. Alginate IV Influence du ph sur la fixation du colorant RT a. Chitosane b. Alginate IV.4 Isothermes d adsorption des colorants IV.4.1 Isothermes d adsorption du colorant RB IV.4.2 Isothermes d adsorption du colorant RT IV.4.3 Discussion IV.5 Membranes de mélanges de polymères à base de chitosane IV.6. Préparation des billes hybrides chitosane-alginate Conclusion générale

9 Introduction générale

10 Introduction générale Les polysaccharides sont des matériaux d une importance sans cesse croissante pour l industrie. Ils ont un impact significatif sur la recherche et le développement dans des domaines aussi variés que la chimie, la biologie, la santé ou encore la protection de l environnement. Leurs propriétés exceptionnelles expliquent l engouement pour ces macromolécules naturelles, extraites de différentes origines (marine, végétale ou bactérienne). Il s est avéré que ces biopolymères à très bon marché, peuvent participer à l élaboration de nombreux produits commerciaux à haute valeur ajoutée. La résolution des problèmes d épuration exige une multitude de procédés physicochimiques et biologiques de dépollution des eaux contaminées ; notamment par des colorants. Parmi toutes les méthodes de décontamination envisageables ; les procédés d adsorption sont l une des techniques les plus répandues. Le principe du traitement par adsorption est de piéger les polluants par un matériau adsorbant. Il est largement reconnu que l adsorption sur charbon actif est devenue une méthode de choix, simple dans son utilisation et efficace. Cependant les charbons actifs (CA) commerciaux sont relativement chers ; ce qui a conduit de nombreux chercheurs à remplacer les CA par d autres matériaux adsorbants comme les polysaccharides (biopolyméres). Parmi les biopolyméres ; le chitosane et l alginate font l objet de nombreuses études, en raison de leurs grandes capacités à complexer et à fixer une large gamme de polluants environnementaux allant des matières en suspension aux ions métalliques. Parmi ces produits ; les colorants synthétiques largement utilisés dans les industries textiles et généralement rejetés dans les eaux résiduaires. Leur présence est visible, toxique et indésirable. Notre travail se situe dans ce contexte et consiste à préparer des échantillons à base des deux matériaux polysaccharides : le chitosane et l alginate afin de les tester dans la décoloration d une eau polluée par les colorants tels que le rouge Telon et le rouge Bemacide, utilisés dans l industrie textile au niveau du complexe Soitex de la wilaya de Tlemcen. Nous pensons que notre étude est une contribution encourageante à mieux comprendre un certain nombre de paramètres gérant l utilisation de ces biomatériaux en traitement des eaux. Ce mémoire comporte quatre principaux chapitres : dans le premier chapitre nous présentons quelques généralités sur les colorants et leur classification, leur utilisation et toxicité ainsi que les procédés mis en œuvre pour leur élimination.

11 Le deuxième volet est consacré aux polysaccharides testés dans cette étude, à savoir : le chitosane et l alginate. Nous donnons les sources potentielles de ces polymères ainsi que les méthodes de leurs extractions et préparations. La versatilité de ces polysaccharides permet leur utilisation dans différents domaines ; nous en donnerons quelques uns parmi les plus importants. La troisième partie traite les phénomènes d adsorption constatés lors de la décoloration des eaux polluées ; nous présentons, les différents types d adsorption ainsi que les isothermes utilisées. Dans la même partie nous essayons de justifier le choix de ces bio polymères (chitosane et alginate) comme adsorbants ; par énumération des résultats de travaux effectués dans ce domaine et des paramètres affectant leur utilisation. En fin de cette partie, les techniques de caractérisation utilisées sont énumérées et leurs principes développés. Le quatrième chapitre concerne la partie pratique ; nous donnons, en premier lieu, les caractéristiques physico chimiques des colorants utilisés. Ensuite nous présentons le protocole de préparation des billes de chitosane et d alginate, hydrogel et xérogel, et leurs caractérisations pour tester enfin leurs capacités à piéger ces polluants. Nous présentons les modes d adsorption requis pour notre cas et les grandeurs thermodynamiques liées à cette adsorption. Nous finirons par étudier la possibilité de préparation des matériaux hybrides alginate-chitosane et tester leur capacité à piéger les mêmes colorants en vu de tester un effet de synergie souhaité.

12 Chapitre I Généralités sur les colorants

13 I-1 Introduction Aujourd'hui, l'industrie des colorants constitue un secteur capital de la chimie moderne. Depuis quelques décennies, l'industrie alimentaire mondiale utilise une quantité de plus en plus importante de colorants naturels ou artificiels [1]. De point de vue application ; il faut signaler que si l industrie de fibres textiles naturelles ou synthétiques ; consomme la grande partie des colorants fabriqués dans le monde; les colorants synthétiques représentent aujourd hui un groupe relativement large de composés chimiques organiques rencontrés dans pratiquement toutes les sphères de notre vie quotidienne. La production mondiale est estimée à tonnes/an ; dont sont rejetées dans les effluents au cours des différentes étapes d application et confection. Ces rejets sont toxiques pour la plupart des organismes vivants [2]. Les colorants sont employés aussi dans différents domaines à savoir : la coloration du papier, de cuir, des matières plastiques, vernis, peintures, encres, cosmétiques, fourrures, produits alimentaires et pharmaceutiques ainsi qu en photographie (sensibilisateurs) et en biologie (coloration des préparations microscopiques) ainsi que dans les indicateurs colorés de ph [2]. Les matières colorantes se caractérisent par leur capacité à absorber les rayonnements lumineux dans le spectre visible (de 380 à 750 nm). La transformation de la lumière blanche en lumière colorée par réflexion sur un corps, ou par transmission ou diffusion, résulte de l adsorption sélective d énergie par certains groupes d atomes appelés chromophore ; la molécule colorante étant le chromogéne. Plus la facilité du groupe chromophore à donner un électron est grande plus la couleur sera intense. D autre groupes d atomes du chromogène peuvent intensifier ou changer la couleur due au chromophore : se sont les groupes auxochromes [2]. Il existe ; en effe, déférents types de colorants : qui peuvent être classés : en fonction de leur utilisation (colorant réactif, dispersé, mordant etc.) ; de leur appartenance à un groupe chimique (azoïque, anthraquinonique..) ou de leur propriété (nuance des couleurs). De manière générale, les colorants consistent en un assemblage de groupes chromophores, auxochromes et de structures aromatiques conjuguées (cycles benzéniques, anthracène, peryléne etc.) lorsque le nombre de noyaux aromatiques augmente, la conjugaison des doubles liaisons s accroit et le système conjugué s élargit. La molécule absorbe dans les grandes longueurs d onde et donne des couleurs plus foncées [2]. I-2 Historique : Les premiers colorants connus sont ceux qui ont été utilisé dans les grottes de Lascaux, des colorants naturels (pigments minéraux) qui datent du paléothique (vers av JC).

14 Vers 1500 av JC, les Egyptiens utilisaient comme colorants du safran, du pastel et de la garance. Jusqu en 1850, tous les colorants utilisés dans l alimentation étaient naturels (chlorophylle pour le vert, charbon pour le noir...etc.). En 1856, un jeune chimiste, William Henry Perkin ( ) essaya de synthétiser la quinine pour combattre le paludisme qui touchait les troupes anglaises stationnées en Inde. Ses essais l amenèrent à oxyder un dérivé de l aniline, l allyltoluidine. Il obtint un précipité rougebrun qui n avait rien à voir avec la quinine mais qui éveilla la curiosité du chimiste. Il venait de découvrir un colorant de bonne qualité pour les textiles, qu il appela pourpre d aniline, ou mauvéine. Ce fut la gloire et la richesse pour Perkin. Il venait d inventer le premier colorant synthétique utilisable par l industrie. En1882, le jaune quinoléine fut le premier colorant alimentaire à être synthétisé. Dés lors, de nombreux autres colorants furent synthétisés, remplaçant peu à peu les colorants naturels [3]. I-3 Industrie textile : Les matières textiles se rangent en deux classes : les fibres naturelles et les fibres chimiques [4]. I-3-1 les fibres naturelles : d origine végétale (les fibres cellulosiques comme le coton), animale (laine, soie) ; exp : la cellulose est un enchainement de cycles à un atome d oxygène et cinq atomes de carbone portant des groupes ОH ou CH 2 OH. Le motif est nommé cellobiose. I-3-2 les fibres chimiques : Le groupe des fibres chimiques renferme : Les fibres artificielles : elles sont élaborées par transformation des fibres naturelles. Les fibres synthétiques : obtenues par synthèse chimique, le plus souvent à partir de dérivés du pétrole. Une des premières fibres synthétiques obtenues est le nylon 6-6, sa synthèse à été mise au point par Carothers, dans les années C est la société Du Pont de Nemours qui en assura la fabrication industrielle [5]. I-4 Couleur : La couleur est due aux longueurs d onde que notre œil perçoit. Issue d un spectre, ces longueurs d onde proviennent d une source lumineuse (le soleil). Notre œil a la capacité de percevoir des longueurs d onde comprises entre 400 nm et 800 nm.

15 Figure I-1 : spectre des ondes électromagnétiques Un composé chimique parait coloré quand il absorbe, une énergie rayonnante correspondant au spectre visible. Dans ces conditions, la lumière transmise ou réfléchie par un corps donné produit la sensation de couleur. Lorsqu un composé absorbe une couleur c est la couleur complémentaire qui est transmise ; exemple le verre jaune d une ampoule électrique n absorbe pas la lumière jaune ; Il absorbe le reste et ne laisse que la lumière jaune passer. Tableau récapitulatif [6] I-5 Nature des colorants : Les colorants ont le pouvoir pour donner une certaine couleur à un produit. Cette théorie à été proposée en 1876 lors du grand essor des recherches sur les colorants de synthèse. Le groupe d atomes responsable de la coloration du composé s appelle le chromophore. Il doit être associé à un auxochrome afin de fixer les molécules colorées sur le produit, le substrat [3]. L absorption des radiations est due aux transitions électroniques entre les différentes orbitales moléculaires. Les longueurs d onde absorbées correspondent à des différences d énergie entre les orbitales. Le chimiste Witt a introduit la notion du pouvoir colorant. En faisant réagir des composés colorés avec de l'hydrogène, on constate une décoloration du composé. Witt en a déduit que toute molécule colorée renferme des groupes d'atomes insaturés, c'est à dire qu'ils possèdent une ou plusieurs liaisons doubles pour que le corps soit coloré, ces groupes d'atomes responsables de la couleur des colorants sont appelés groupes chromophores [6]. I-5-1 Groupe chromophores : Le groupe chromophore est le groupe qui donne la couleur du colorant, il est donc contenu dans tous les colorants. Il est possible de classer les colorants suivant leur groupe chromophore : Il peut s agir de dérivés : - éthyléniques avec un ou plusieurs groupes (-C=C- ou CH 3 -CH 2 ) - carbonylés (-C=O)

16 - nitrosés (-N=O) - azoïques (-N=N-) - nitrés à base de L'influence des atomes chromophores est d'ailleurs renforcée si ceux-ci sont sous forme d'ions [3]. I-5-2 Groupe auxochromes : Les groupes auxochromes, qui permettent la fixation des colorants sur les substrats, sont essentiellement : - des groupes acides (-COOH, -SO 3 H, -OH,...), permettent aussi une meilleure solubilité dans l'eau. - des groupes basiques (surtout du -NH 2 et SO - 3 parfois). Pour fixer les atomes chromophores sur le "substrat", les auxochromes peuvent par exemple utiliser leur forme polaire, c'est-à-dire sous forme d'ion. En effet, leur électronégativité crée des liaisons ioniques qui fixent le colorant sur le substrat. La deuxième propriété importante des groupes auxochromes est "d'amplifier la couleur", c'est à dire d'élargir les bandes d'absorption. Ils peuvent le faire vers les petites longueurs d'ondes (effet hypsochrome) ou vers les grandes (effet bathochrome) [3]. Tableau I.1: Principaux groupements chromophores et auxochromes, classés par intensité croissante [7]. Groupements chromophores Azo (-N=N-) Nitroso (-NO ou N-OH) Carbonyl (=C=O) Vinyl (-C=C-) Nitro (-NO2 ou =NO-OH) Sulphure (>C=S) Groupements auxochromes Amino (-NH2) Méthylamino (-NHCH3) Diméthylamino (-N(CH3)2) Hydroxyl (-HO) Alkoxyl (-OR) Groupements donneurs d électrons

17 I-6 Interaction entre colorants et supports : Les liaisons entre les colorants et différents supports sont généralement classées en trois types différents [8]. I-6-1 Colorants à liaisons physiques : Comme leur nom l indique, ces colorants développent avec leur support des interactions faibles de type Vander Waals ou liaison hydrogène. Ce sont des produits peu couteux mais qui présentent l inconvénient d être peu résistant au lavage en raison de leur faible liaison avec le support. Ils sont utilisés sur des supports à base cellulosiques comme le coton ou la viscose. Le papier est donc sa principale utilisation. I-6-2 Colorants à liaisons ioniques : Il s agit ici d un type de colorant beaucoup plus répandu dans le monde de la teinture. En effet ; les liaisons ioniques sont beaucoup plus fortes et permettent donc un meilleur accrochage sur les supports. Il ya deux types de colorants ioniques, les colorants cationiques et anioniques. Par exemple, les colorants anioniques possèdent un groupe chargé positivement et se fixent donc sur des supports possédant des groupes terminaux cationiques. On peut citer par exemple l acide picrique qui, en milieu acide, se fixe sur la soie qui est un support cationique. I-6-3 Colorants à agrégats et précipités : Ce sont des colorants de nature spéciale car ne développant pas de liaison avec leur support. Très cher, ces colorants justifient leur coût par une totale imperméabilité au lavage en raison de leur fonctionnement. En effet, le principe de ce type de colorant est le suivant : 1. Le colorant est insoluble dans l eau. On commence par ouvrir la fibre en utilisant un véhiculeur comme le bi phényle. 2. Le colorant insoluble dans la fibre pénètre dans la fibre qui à été grossi par le véhiculeur. 3. On évapore le véhiculeur par un chauffage, la fibre se referme et le colorant est emprisonné à l intérieur. I-7 Classification des colorants textiles : Les principes de classification les plus couramment rencontrés dans les industries textiles sont basés sur les structures chimiques des colorants synthétiques et sur les méthodes d'application aux différents substrats (textiles, papier, cuir, matières plastiques, etc.). I-7-1 Classification chimique : Dans le classement des colorants selon leur structure chimique il existe plusieurs types :

18 I Colorants anthraquinoniques : Sont d un point de vue commercial, les plus importants. Leur formule générale dérivée de l'anthracène montre que le chromophore est un noyau quinonique sur lequel peuvent s'attacher des groupes hydroxyles ou amino [2]. Figure I-2 : Structure moléculaire d un colorant anthraquinonique. I Colorants indigoides : Tirent leur appellation de l indigo dont ils dérivent. Ainsi, les homologues sélénié, soufré et oxygéné du bleu indigo [2]. Figure I-3 : Structure moléculaire d un colorant indigoïde. I Colorants xanthenes : Le composé le plus connu est la fluorescéine, sont dotés d'une intense fluorescence. Peu utilisés en tant que teinture, leur faculté de marqueurs lors d'accident maritime ou de traceurs d'écoulement pour des rivières souterraines est malgré tout bien établie [2]. Figure I-4 : Structure moléculaire d un colorant xanthène. I Phtalocyanines : Ont une structure complexe basée sur l'atome central de cuivre. Les colorants de ce groupe sont obtenus par réaction du dicyanobenzène en présence d un halogénure métallique (Cu, Ni, Co, Pt, etc.) [9].

19 Figure I-5 : Structure moléculaire d un colorant phtalocyanine. I Colorants nitres et nitroses : Forment une classe de colorants très limitée en nombre et relativement ancienne. Ils sont actuellement encore utilisés, du fait de leur prix très modéré lié à la simplicité de leur structure moléculaire caractérisée par la présence d un groupe nitro (-NO 2 ) en position ortho d'un groupement électrodonneur (hydroxyle ou groupes aminés) [2,10]. Figure I-6 : Structure moléculaire d un colorant nitré et nitrosé. [11] I-7-2 Classification tinctoriale : Si la classification chimique présente un intérêt pour le fabricant de matières colorantes, le teinturier préfère le classement par domaines d application. Ainsi, il est renseigné sur la solubilité du colorant dans le bain de teinture, son affinité pour les diverses fibres et sur la nature de la fixation. Celle-ci est de force variable selon que la liaison colorant- substrat est du type ionique, hydrogène, de Van der Waals ou covalente. On distingue différentes catégories tinctoriales définies cette fois par les auxochrome [2] I Colorants acides ou anioniques : Ils sont solubles dans l eau grâce à leurs groupes sulfonates ou carboxylates. Ils sont ainsi dénommés parce qu ils permettent de teindre les fibres animales (laine et soie) et quelques fibres acryliques modifiées (nylon, polyamide) en bain légèrement acide.

20 I Colorants basiques ou cationiques : Sont des sels d amines organiques, ce qui leur confère une bonne solubilité dans l eau. Les liaisons se font entre les sites cationiques des colorants et les sites anioniques des fibres. I Colorants directs : Contiennent ou sont capables de former des charges positives ou négative électrostatiquement attirées par les charges des fibres. Ils se distinguent par leur affinité pour les fibres sans application de mordant, liée à la structure plane de leurs molécules. Figure I-7 : Comportement du colorant direct en présence des fibres. I Colorants à mordants : Contiennent généralement un ligand fonctionnel capable de réagir fortement avec un sel d'aluminium, de chrome, de cobalt, de cuivre, de nickel ou de fer pour donner différents complexes colorés avec le textile. Figure I-8 : Comportement du colorant à mordant en présence du textile. I Colorants reactifs : Contiennent des groupes chromophores, leur appellation est liée à la présence d une fonction chimique réactive, assurant la formation d une liaison covalente forte avec les fibres. I Colorants dispersés : Sont très peu solubles dans l'eau et sont appliqués sous forme d'une fine poudre dispersée dans le bain de teinture. Ils sont en mesure, lors d une teinture à haute température, de diffuser dans les fibres synthétiques puis de s'y fixer. [2,12].

21 I-8 Utilisation des colorants : Les domaines d application des colorants sont nombreux et variés : - teinture et impression sur fibres et tissus de tous genres. - teinture du caoutchouc, des feuilles et des matières plastiques. - colorants pour toutes les techniques de la peinture. - préparation de la couleur à la chaux et enduits sur bâtiments. - colorants pour l impression des papiers peints. - colorants pour les vernis à alcool, les résines et les vernis nitro-cellulosiques. - préparation des rubans de machine à écrire. - préparation des craies de couleur et crayons de couleur. - préparation des denrées alimentaires. - préparation des papiers carbone. - colorants pour les emplois médicinaux. - teinture du papier. I-9 Mécanisme de teinture : Le colorant est toujours dissout ou dispersé dans un milieu extérieur à la fibre. La teinture semble alors s opérer en deux temps. Dans une première phase, il se produit une migration du colorant qui passe du milieu liquide sur la fibre et la deuxième phase consiste en la fixation de celui-ci au sein de la fibre [13]. Deux cas alors peuvent se présenter : Si le colorant possède une grande affinité pour la macromolécule textile ; il a tendance à rester à sa surface : c est une réaction chimique. Si la fibre se gonfle dans l eau ; il se forme des canaux de pénétrations dans lesquels progressent les molécules de colorants à condition qu elles ne soient pas trop grosses. Les interactions qui se produisent entre le colorant et la fibre sont des liaisons d hydrogène ou des attractions électrostatiques. Les phénomènes d adsorption ou d absorption des colorants ne sont assurés qu on présence des adjuvants connus qui facilitent en particulier la migration des colorants au sein des fibres. I-10 Problèmes environnementaux issus de l industrie textile : Le principal problème environnemental qui se pose dans l industrie textile est celui des quantités d eau rejetées et de leur charge chimique. Les autres impactes pour le traitement des eaux usés de ces industries sont la consommation énergétique, les émissions dans l atmosphère, les déchets solides et les odeurs qui peuvent représenter des nuisances significatives lors de certains traitements.

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier? Les solutions techniques Principes et critères de choix Par Sébastien LIBOZ - Hydrogéologue Calcaire ou eau agressive en AEP : comment y remédier?

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

Effets électroniques-acidité/basicité

Effets électroniques-acidité/basicité Université du Maine Faculté des Sciences Retour Révisions de cours Effets électroniquesacidité/basicité Il est très important dans un cours de himie organique de connaitre ces notions qui vont intervenir

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 15.1.2011 FR Journal officiel de l Union européenne L 12/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 10/2011 DE LA COMMISSION du 14 janvier 2011 concernant les matériaux et objets en matière

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER

LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER LE GENIE A L ETAT PUR N9 PURE SILVER UNE SOLUTION ANTIMICROBIENNE ORIGINALE N9 Pure Silver 3 Avec le N9 Pure Silver, Carrington Fabrics lance une nouvelle génération d antimicrobiens à base d argent.

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques

Paraméthoxyphénol. Identité chimique. Applications. Evaluation des dangers, Exposition et Recommandations pour la gestion des risques Résumé Sécurité GPS Contacts Identité chimique Paraméthoxyphénol Désignation commerciale Paraméthoxyphénol Numéro CAS 150 76 5 Nom chimique (IUPAC) 4 methoxyphenol Formule chimique C7H8O2 Synonymes EMHQ,

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES

RESOLUTION ECO 3/2004 NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES NIVEAU DE BASE REQUIS POUR LES FORMATIONS DIPLOMANTES DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES DANS LES PRATIQUES ŒNOLOGIQUES L ASSEMBLEE GENERALE, sur proposition de la Commission III «Economie», à partir des travaux

Plus en détail

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document

Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document Electrification statique - Problèmes et solutions L application des sources ionisantes. Auteur: Dr Mark G Shilton, CChem, MRSC. (Copie du document présenté à la Conférence sur la sécurité et la fiabilité

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites

- pellicule de fruits qui a un rôle de prévention contre l'évaporation, le développement de moisissures et l'infection par des parasites LES LIPIDES Quelles Sont les Idées Clés? Les lipides sont les huiles et les graisses de la vie courante. Ils sont insolubles dans l eau. Pour les synthétiser, une réaction : l Estérification. Pour les

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals

L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES. Water Treatment Chemicals L EAU PURE NÉCESSITE DES SOLUTIONS EXTRÊMEMENT PURES Water Treatment Chemicals L eau pure nécessite des solutions extrêmement pures Même les eaux d égout doivent répondre à des normes strictes. Les habitants

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT

Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT Professionnels de la peinture, Agissons ensemble pour notre environnement LES BONS GESTES ET LES AIDES À L'INVESTISSEMENT 3 types de peinture Peintures solvantées Composées de liants alkydes, vinyls, acryliques,

Plus en détail

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes?

La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? La séparation membranaire : comment maintenir la performance des membranes? Alfa Arzate, ing., Ph.D. Journées Acéricoles Hiver 2010 OBJECTIF DE LA PRÉSENTATION L objectif premier de cette présentation

Plus en détail

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation.

Les médicaments : un médicament générique et un médicament «princeps» contiennent un même principe actif mais se différencient par leur formulation. Document du professeur 1/8 Niveau 2 nde THEME : LA SANTE Physique Chimie PRINCIPE DE LA CHROMATOGRAPHIE Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 LA SANTE NOTIONS ET CONTENUS COMPETENCES ATTENDUES Les médicaments

Plus en détail

Cosmétique, perfection de couleur et délicatesse sont les principes fondamentaux de DousColor.

Cosmétique, perfection de couleur et délicatesse sont les principes fondamentaux de DousColor. DousColor Effet couleur ton sur ton Douscolor signifie la couleur douce et couvrante ton sur ton, résultat d'une récente recherche scientifique. Il ne contient pas d'ammoniaque et n'éclaircit pas les cheveux.

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1

01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 01601 EPAC 2408 -------------------- FICHE DE DONNEES DE SECURITE Conforme à 2001/58/CE et à NF ISO 11014-1 EPAC1 / LV Création : 20/02/08 Edition n 01 du 20/02/08 1. IDENTIFICATION 1.1 Désignation Nom

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants

Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Les sol-gel hybrides photoréticulables : importance de l optimisation de l étape photochimique pour l obtention de revêtements performants Céline Croutxé-Barghorn Département de Photochimie Générale, CNRS-UMR

Plus en détail

Enseignement secondaire

Enseignement secondaire Enseignement secondaire Classe de IIIe Chimie 3e classique F - Musique Nombre de leçons: 1.5 Nombre minimal de devoirs: 4 devoirs par an Langue véhiculaire: Français I. Objectifs généraux Le cours de chimie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la

Plus en détail

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch

Parylène C. Parylène D. www.comelec.ch Parylène C Parylène D www.comelec.ch Présentation du parylène, des parylènes. Voie d obtention et conséquences. Principales propriétés Matériel de prédilection pour le médical et la pharmacologie. Exemples

Plus en détail

appliquée aux emballages alimentaires

appliquée aux emballages alimentaires La méthode HACCP La méthode HACCP appliquée aux emballages alimentaires 1- La réglementation des matériaux au contact des aliments Quels contaminants issus des emballages dans les aliments? Des contaminants

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage

PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage PHYSIQUE-CHIMIE DANS LA CUISINE Chapitre 3 : Chimie et lavage I) Qu'est-ce qu'un savon et comment le fabrique-t-on? D'après épreuve BAC Liban 2005 Physique-Chimie dans la cuisine Chapitre 3 1/6 1- En vous

Plus en détail

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1

BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 BTS BAT 1 Notions élémentaires de chimie 1 I. L ATOME NOTIONS EÉLEÉMENTAIRES DE CIMIE Les atomes sont des «petits grains de matière» qui constituent la matière. L atome est un système complexe que l on

Plus en détail

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état?

déversements de pétrole? convertisseur catalytique? convertisseur catalytique? catalytique en bon état? Des oxydes d azote se forment à haute température Les gaz d échappement contiennent aussi des oxydes d azote comme NO(g) et NO2(g) (section 5.1). L azote gazeux est normalement très peu réactif. Par contre,

Plus en détail

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E

www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E www.mesureo.com A N A L Y S E U R E N L I G N E D A G V D E S B I C A R B O N A T E S D E L A L C A L I N I T E Solutions pour l analyse de l eau en ligne AnaSense Analyseur en ligne d AGV, des bicarbonates

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA

Membres ASENAS. Galère SA. Benvitec Wallonie SA. Mourik SA. Deepgreen SA. Sanifox SA. Ecoterres SA. SITA Remediation SA. Envisan International SA Membres ASENAS Benvitec Wallonie SA Galère SA Deepgreen SA Mourik SA Ecoterres SA Sanifox SA Envisan International SA SITA Remediation SA Solaz SA OBJET DE L ASSOCIATION La promotion et la défense des

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Comprendre l efflorescence

Comprendre l efflorescence Février 2006 Bulletin technique 4 BULLETIN TECHNIQUE Le Conseil Canadien des Systèmes d Isolation et de Finition Extérieure (SIFE) / (416) 499-4000 Comprendre l efflorescence Nous avons tous déjà observé

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

(Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA) Le Département fédéral de l économie (DFE) arrête:

(Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA) Le Département fédéral de l économie (DFE) arrête: Ordonnance sur la production et la mise en circulation des aliments pour animaux, des additifs destinés à l alimentation animale et des aliments diététiques pour animaux (Ordonnance sur le Livre des aliments

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie

Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Une nouvelle technique d'analyse : La spectrophotométrie Par spectrophotométrie on peut : - déterminer la concentration d'une espèce chimique colorée en solution à partir de l'absorbance. - suivre la cinétique

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Professeur Patrice FAURE

Professeur Patrice FAURE UE1 : Biochimie métabolique Chapitre 2 : Méthodes d étude du glucose en biologie Professeur Patrice FAURE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle

Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle Nous vous présentons la technologie du traitement de surfaces du 21 ème siècle 2009 NADICO Ltd. Germany www.nadico.de Le revêtement Titan Effect TE1022 améliorer la rentabilité des installations solaires

Plus en détail

Puissant et écologique à la fois

Puissant et écologique à la fois Puissant et écologique à la fois La technologie innovante de désinfection et d oxydation à l ozone économique et écologique www.prominent.com L ozone Un puissant désinfectant La plus-value à la clé : une

Plus en détail

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS!

TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 31 ATTAQUE DE FOURMIS! Type d'activité ECE Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles du programme de Terminale S TYPE ECE Evaluation

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail