Rappel physiologique et explorations fonctionnelles œsophagiennes. Frank Zerbib

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rappel physiologique et explorations fonctionnelles œsophagiennes. Frank Zerbib"

Transcription

1 1 Rappel physiologique et explorations fonctionnelles œsophagiennes Frank Zerbib Service d Hépato-gastroentérologie Hôpital Saint-André - Bordeaux Correspondance : Pr. Frank Zerbib Service d Hépatogastroentérologie Hôpital Saint André Bordeaux cédex Tel : (0) Fax : (0)

2 2 1. RAPPEL PHYSIOLOGIQUE L œsophage est un conduit musculo-membraneux de 25 cm environ permettant le passage des aliments du pharynx vers l estomac. A l état basal, le sphincter supérieur de l œsophage (SSO) s oppose à l entrée de l air dans l œsophage et au reflux du contenu œsophagien vers le carrefour pharyngo-laryngé et les voies respiratoires alors que le sphincter inférieur de l œsophage (SIO) représente un élément essentiel de la barrière anti-reflux gastroœsophagien. Lors des déglutitions, les deux sphincters se relaxent et le péristaltisme du corps de l œsophage assure le transit du bol alimentaire. Il est normal de constater, dans des conditions physiologiques, le passage d une partie du contenu de l estomac dans l'œsophage. Ce reflux gastro-œsophagien «physiologique» est quantitativement peu important et survient essentiellement en période postprandiale. Par définition, ce reflux physiologique n occasionne ni symptôme ni lésion œsophagienne Le sphincter supérieur de l œsophage Le SSO est constitué de structures musculaires striées, principalement le muscle cricopharyngien, mais aussi le muscle constricteur du pharynx et les fibres musculaires de la couche circulaire interne de l œsophage. Son activité est sous la dépendance d une innervation extrinsèque empruntant les nerfs laryngé supérieur et récurrent, avec une jonction neuromusculaire cholinergique nicotinique. Au repos, la zone de haute pression du SSO mesure 2 à 4 cm, mais elle est asymétrique, plus élevée dans le sens antéropostérieur que latéralement. L ouverture du SSO est l une des phases de la déglutition, phénomène complexe dont l exploration est difficile car durant moins d une seconde. L ouverture du SSO dure 0,5 à 0,7 secondes et est suivie une hypertonie transitoire Le corps de l œsophage

3 3 Le corps de l œsophage a pour seule fonction le transit du bol alimentaire. Il comporte deux couches musculaires, circulaire interne et longitudinale externe, constituées de fibres musculaires striées au niveau de l œsophage proximal et remplacées progressivement par des fibres musculaires lisses qui sont seules présentes au niveau du 1/3 inférieur de l œsophage. Schématiquement, au niveau de la musculature lisse, le péristaltisme œsophagien repose sur l activité du système nerveux intrinsèque qui est modulée par le système nerveux extrinsèque. Au niveau des plexus myentériques, on distingue les neurones cholinergiques excitateurs et les neurones non adrénergiques non cholinergiques (NANC) inhibiteurs dont les principaux neuromédiateurs sont le monoxyde d azote (NO) et le vasoactive intestinal peptide (VIP). Le péristaltisme est une réponse biphasique, inhibitrice puis excitatrice, l intégrité de l innervation intrinsèque inhibitrice étant essentielle car elle permet la propagation des ondes de contractions œsophagiennes. En manométrie, seule l activité contractile est visible, mais si une zone de haute pression est créée artificiellement au niveau du corps œsophagien, l activité inhibitrice peut être mise en évidence (1). L innervation extrinsèque efférente naît pour l essentiel dans le noyau ambigu du vague, les efférences vagales faisant synapse au niveau des plexus myentériques avec les neurones postganglionnaires. Il existe également une innervation sympathique provenant des racines T 5 et T6. La vagotomie n abolit pas le péristaltisme. L innervation efférente extrinsèque module l amplitude et la vitesse de propagation des ondes de contraction œsophagiennes. Enfin, l innervation afférente, essentiellement vagale, transmet les informations provenant des mécanorécepteurs et des chémorécepteurs de la paroi œsophagienne. Elle est à l origine des séquences péristaltiques réflexes (dites secondaires) induites par la distension œsophagienne, par exemple en cas de reflux gastro-œsophagien. Elle est également impliquée dans les phénomènes de sensibilité œsophagienne à différents stimuli comme l acide (en cas de RGO) ou la distension.

4 4 Une déglutition induit une onde de contraction qui se propage le long de l œsophage : c est le péristaltisme primaire (figure 1). Il s agit d une contraction phasique dont l amplitude et la vitesse de propagation varient selon le segment œsophagien considéré, qui atteint le SIO environ 6 secondes après la déglutition. Les déglutitions successives inhibent le péristaltisme œsophagien Le sphincter inférieur de l œsophage Le SIO correspond à un épaississement musculaire du bas œsophage d environ 4 cm de haut. L agencement des fibres musculaires du SIO n est pas symétrique puisqu il est constitué de fibres courtes, transverses semi-circulaires ceinturant l'œsophage et de fibres longues obliques vers l estomac. Au niveau du SIO, le système nerveux intrinsèque possède une autonomie propre, mais son activité est modifiée par les neurones du système nerveux extrinsèque sympathique et parasympathique. Les fibres parasympathiques ont leur corps cellulaire localisé dans le bulbe, au niveau du noyau dorsal moteur du vague et du noyau ambigu, cheminent dans le nerf vague et font synapse dans la paroi digestive au niveau des plexus myentériques et sousmuqueux. Les corps cellulaires des neurones préganglionnaires sympathiques sont situés dans la moelle épinière entre D6 et D10 ; leurs prolongements font synapse au niveau du ganglion cœliaque avec les neurones postganglionnaires dont les prolongements font synapse au niveau de la paroi digestive avec les plexus myentériques et sous-muqueux. Le tonus du SIO est d origine myogène et neurogène, mais le tonus myogène semble prépondérant. L innervation parasympathique du SIO est constituée d une double commande excitatrice (cholinergique) et inhibitrice (NANC) et la stimulation électrique vagale induit plutôt une relaxation du SIO. Pour ce qui est de l innervation sympathique, elle exerce des effets excitateurs et renforce le tonus du SIO mais son rôle est sans doute faible dans les conditions physiologiques. Le tonus du SIO est également influencé pendant les périodes

5 5 interdigestives par les différentes phases du complexe moteur migrant (CMM). De nombreuses hormones gastro-intestinales peuvent modifier le tonus du SIO (tableau 1) (2) mais il est très difficile d affirmer que leurs effets sont d ordre physiologique et non pharmacologique, tant à jeun qu en période postprandiale. Ainsi, l ingestion d un repas provoque une diminution de la pression du SIO attribuée à l effet de certaines hormones libérées en période postprandiale. Au repos, le tonus du SIO s oppose au reflux du contenu de l estomac vers l'œsophage. En manométrie, le SIO est facilement repérable sous la forme d une zone de haute pression par rapport à la pression intragastrique, qui, dans les conditions physiologiques, peut varier à jeun de 10 à 35 mmhg (3). Cette pression de repos, habituellement mesurée en fin d expiration, est maximale au point d inversion des pressions correspondant au passage entre l abdomen et le thorax. Le SIO se relaxe totalement lors des déglutitions afin de permettre le passage du bol alimentaire dans l estomac. La relaxation peut débuter avec le début de la déglutition ou être retardée de quelques secondes et dure entre 5 et 7 secondes, puis la pression du SIO retrouve ses valeurs antérieures, souvent après une contraction qui correspond à la fin de l onde péristaltique œsophagienne. Certaines relaxations du SIO ne sont pas provoquées par une déglutition : ce sont les relaxations transitoires du SIO (RTSIO). Initialement qualifiées d «inappropriées», ces relaxations du SIO sont maintenant désignées par le terme de relaxations «transitoires» du SIO car elles ne sont pas nécessairement pathologiques : on les observe en effet chez les sujets sains et elles sont également l'expression manométrique de l'éructation. Elles représentent le principal mécanisme du reflux gastro-œsophagien physiologique. Les RTSIO sont très prolongées, durant presque toujours plus de 10 secondes et parfois jusqu'à 30 à 45 secondes (4). La mise en évidence des RTSIO suppose un enregistrement prolongé du tonus du SIO, qui ne peut être obtenu de manière fiable qu avec des sondes équipées d'un manchon

6 6 perfusé (sleeve). La stimulation d'afférences nerveuses, principalement au niveau de la partie proximale de l'estomac, est à l'origine du déclenchement des RTSIO par l'intermédiaire d'un réflexe vago-vagal. La plupart des RTSIO surviennent en période postprandiale, déclenchées à la fois par la distension gastrique et l action de peptides tels que la cholécystokinine ou la sérotonine au niveau des afférences gastriques. 2. LES EXPLORATIONS FONCTIONNELLES ŒSOPHAGIENNES 2.1. LA MANOMÉTRIE ŒSOPHAGIENNE La manométrie œsophagienne permet l étude des pressions à différents niveaux de l œsophage et du SIO ; elle permet d évaluer la pression de repos et la relaxation du SIO, et au niveau du corps de l œsophage l amplitude la durée et la propagation des ondes de contraction œsophagienne en réponse à une déglutition (figure 1). En revanche, la manométrie œsophagienne standard, si elle permet de localiser aisément le SSO, ne permet pas d évaluer correctement sa physiologie : compte tenu de la brièveté de la relaxation du SSO et de son asymétrie, des sondes munies de capteurs électroniques spécifiquement conçus à cet effet doivent être utilisées, le plus souvent en association avec une étude simultanée en radiocinéma. Ces techniques ne seront pas détaillées dans ce chapitre. Nous conseillons vivement la lecture des recommandations pour la pratique de la manométrie œsophagienne chez l'adulte publiées en 1998 (5) Matériel de manométrie Les sondes utilisées en pratique courante comportent 3 à 4 cathéters perfusés dont les orifices espacés en général de 5 cm sont disposés de manière radiaire. Pour que les valeurs obtenues soient fiables et reproductibles, un débit constant de perfusion des cathéters (habituellement 0,5 ml/min), est assuré par un système pneumohydraulique de perfusion. L occlusion des orifices des cathéters perfusés (par exemple lors d une contraction

7 7 œsophagienne) va induire une résistance à l écoulement de l eau et donc une augmentation de pression dans le cathéter qui va être transmise à un capteur de pression externe. Le signal de pression va ensuite être traité par un polygraphe et transmis vers un système de visualisation et d enregistrement, le plus souvent par l intermédiaire d un micro-ordinateur équipé de logiciels spécifiques. D autres types de sondes peuvent être utilisées. Les sondes à manchon permettent les enregistrements prolongés du SIO et la détection des RTSIO. Elles sont onéreuses et peu utilisées en pratique courante. Les sondes équipées de capteurs électroniques ne sont que très rarement utilisées en raison de leur fragilité et de leur coût élevé. Elles ont été essentiellement utilisées pour les enregistrements prolongés sur 24 heures, actuellement abandonnés par la plupart des équipes Déroulement de l examen L examen doit être réalisé chez un patient à jeun ayant interrompu tout traitement susceptible d interférer avec la motricité œsophagienne. Après anesthésie locale à la Xylocaïne, la sonde est introduite par le nez jusque dans l estomac. Le plus souvent, c est la technique du retrait progressif qui est utilisée et qui permet de mesurer successivement sur chacun des capteurs la pression de repos et la relaxation du SIO lors des déglutitions de 5 ml d eau. Une fois tous les capteurs positionnés dans l œsophage, plusieurs déglutitions successives permettent d évaluer le péristaltisme œsophagien. Des tests de provocation peuvent être réalisées au cours de la manométrie œsophagienne. Le test de perfusion acide (test de Bernstein) à l aide d une solution à 0,1 N permet d explorer la sensibilité œsophagienne à l acide. Lorsque que la sonde est équipée d un ballonnet prévu à cet effet, un test de distension peut être effectué (de 0 à 10 ml) qui évalue la sensibilité à la distension mécanique de la paroi œsophagienne. Ces tests de provocation sont surtout utilisés pour explorer les douleurs thoraciques inexpliquées.

8 Interprétation des résultats Sphincter inférieur de l'œsophage La pression de repos du SIO est exprimée par rapport à la pression intragastrique. Elle correspond à la moyenne des valeurs maximales obtenues pour chaque point de perfusion ce qui permet de tenir compte de l asymétrie du sphincter. Les mesures de la pression du SIO sont effectuées habituellement en fin d expiration, parfois à mi-course des fluctuations respiratoires, sur les versants abdominaux et thoraciques du sphincter. Pour la relaxation du SIO la pression résiduelle, le pourcentage de relaxation et la durée de la relaxation sont mesurés Corps de l'œsophage Lors de la série de déglutitions humides, la propagation, la durée et l amplitude des ondes de contractions œsophagiennes sont évaluées. L existence (et éventuellement le pourcentage) d ondes anormales doit également être évaluée : ondes spontanées (non provoquée par une déglutition), simultanées (vitesse de propagation est supérieure à 20 cm/s sur au moins 2 sites adjacents), non conduites (aucune activité motrice n'est induite par une déglutition humide sur15 cm ou plus) Valeurs normales Théoriquement, des valeurs normales devraient être établies pour chaque centre chez des sujets sains avec la chaîne de manométrie utilisée. En pratique, ce sont les normes issues des données de la littérature qui sont utilisées (tableau 2) (6) Indications La manométrie est un examen indispensable pour le diagnostic d une dysphagie «non obstructive» c'est-à-dire en l absence d anomalie organique décelée par un examen endoscopique (qui doit toujours être réalisé en première intention). Elle permet le diagnostic des troubles moteurs œsophagiens qu ils soient primitifs ou secondaires.

9 Troubles moteurs œsophagiens primitifs Les principaux troubles moteurs œsophagiens primitifs sont l achalasie de l œsophage, la maladie des spasmes diffus de l œsophage et les troubles moteurs œsophagiens non spécifiques. Les critères diagnostiques de ces troubles moteurs sont détaillés dans un autre chapitre (voir chapitre Bruley des Varannes) Troubles moteurs œsophagiens secondaires Des anomalies manométriques peuvent être présentes dans les maladies systémiques, essentiellement la sclérodermie mais aussi le lupus ou le syndrome de Sjögren. La sclérodermie est responsable d'un profil manométrique associant hypotonie du SIO, hypotonie majeure ou apéristaltisme du muscle lisse œsophagien et péristaltisme normal du muscle strié. Si ces aspects sont évocateurs ils ne sont pas spécifiques et peuvent être observés par exemple en cas de RGO sévère. Dans les connectivites, la manométrie œsophagienne peut avoir un certain intérêt diagnostique mais son impact dans la prise en charge de ces pathologies est limité Reflux gastro-œsophagien Des troubles moteurs œsophagiens sont fréquents au cours du RGO : hypotonie du SIO, hypotonie et troubles de propagation des ondes œsophagiennes. Ces troubles ont surtout une valeur pronostique (7) et l apport diagnostique de la manométrie dans le RGO est très limité. La manométrie est indiquée dans les formes sévères, à rechutes fréquentes, ou en cas d'œsophagite résistante au traitement médical. Il est également souhaitable de pratiquer une manométrie avant toute intervention chirurgicale pour éliminer une achalasie contre-indiquant le geste chirurgical ou rechercher un trouble sévère du péristaltisme qui peut conduire à réaliser plus volontiers une fundoplicature incomplète. Cette stratégie n est cependant pas validée et même contestée par une étude randomisée récente (8). Enfin, la manométrie offre

10 10 aussi l avantage de fournir un examen de référence en cas de survenue d'une dysphagie postopératoire sévère et persistante et dans certains cas avoir un intérêt médico-légal LA PH-MÉTRIE ŒSOPHAGIENNE La ph-métrie œsophagienne consiste à enregistrer le ph dans l œsophage distal. La détection des périodes d acidification de l œsophage permet de repérer directement les épisodes de reflux gastro-œsophagien (RGO). La ph-métrie œsophagienne est considérée comme la méthode de référence pour le diagnostic de RGO de reflux (9) Principes de la mesure du ph La ph-métrie consiste à mesurer l'acidité d'une solution, c'est-à-dire sa concentration en ions H + ([H + ]). Dans les liquides physiologiques, compte tenu de l'existence d'importantes variations de [H + ], on utilise une échelle logarithmique. Ainsi, une unité ph équivaut à une concentration [H + ] de 100mmol/L. La variation d'une unité ph correspond à une concentration ou à une dilution d'un facteur 10. La ph-métrie repose sur une méthode potentiométrique qui consiste à mesurer à l'aide d'un ph-mètre la différence de potentiel entre deux électrodes plongées dans une solution dont on veut déterminer le ph : une électrode de référence dont le potentiel est connu ou stable et une électrode de mesure. L'étalonnage du système est indispensable pour compenser les écarts de comportement des électrodes. Cet étalonnage consiste à plonger les électrodes dans une solution de ph 7 (point 0 des électrodes) et dans une solution de ph 1 pour ajuster la pente. Pour calculer le ph, le ph-mètre transforme la tension fournie par la chaîne de mesure en valeur de ph en interpolant avec la pente qui lui a été fournie avec les deux étalonnages Matériel Les électrodes

11 11 Il existe plusieurs types d'électrodes de ph-métrie. Les électrodes combinées comprennent au sein d une même gaine l'électrode de référence et l'électrode de mesure. Ces électrodes sont de plus en plus répandues et offrent aujourd'hui l avantage d être disponibles en usage unique. D'autres types de sondes font appel à une électrode de référence externe, collée sur la peau ce qui peut occasionner des artéfacts. Il existe deux types d'électrodes, les électrodes de verre et les électrodes métalliques dont les plus répandues sont les électrodes en antimoine. Les avantages et les inconvénients des sondes de verre et en antimoine sont résumés dans le tableau 3. En résumé, si les caractéristiques techniques des électrodes de verre sont meilleures que celles des électrodes en antimoine, les différences ne sont pas significatives en pratique courante pour la ph-métrie œsophagienne. Seules la ph-métrie gastrique nécessite le recours aux électrodes de verre Stockage des données et recueil du signal Les électrodes de ph-métrie sont connectées à un boîtier d enregistrement permettant un échantillonnage rapproché du signal avec une acquisition toutes les 4 secondes au minimum (fréquence 0,25 Hz). Le signal est analysé soit directement par l appareil d enregistrement, soit par l intermédiaire d un micro-ordinateur sur lequel sont transférées les données de la phmétrie. Le traitement informatique de ces données permet l étude de nombreux paramètres en quelques secondes. Le boîtier d enregistrement doit être portable, disposer d une autonomie énergétique permettant des examens de 24 heures, et être équipé d un marqueur d événement qui peut être activé par le patient pendant l enregistrement La ph-métrie «sans fil» La capsule de ph-métrie «sans fil» (Bravo ) est un dispositif jetable à usage unique constitué d une électrode de ph en antimoine couplée à un système miniature de radiotransmission du ph (10). Elle contient une chambre d aspiration qui permet de fixer la

12 12 capsule à la muqueuse œsophagienne (Figure 4). La capsule est fixée à l extrémité d un système de pose qui permet sa mise en place au niveau de l'œsophage. Comme dans tout système d enregistrement ambulatoire, un boîtier récepteur et un logiciel de gestion des données enregistrées permettent de mémoriser, analyser et stocker les enregistrements. Les avantages de la technique sont surtout liés à l absence de cathéter qui améliore la tolérance de l examen. Des études préliminaires suggèrent que les patients réduisent moins leurs activités et leur alimentation qu avec les cathéters de ph-métrie, ce qui pourrait augmenter la sensibilité de l examen pour le diagnostic de RGO. L allongement de la durée de l enregistrement à 48 heures semble également aller dans le sens d une plus grande sensibilité diagnostique, mais ce point précis mérite d être confirmé Déroulement de l examen La mise en place de l électrode doit être effectuée de telle sorte que son extrémité soit placée 5 cm au-dessus du SIO. La localisation manométrique du SIO est la méthode de référence mais la méthode du retrait progressif à la recherche du «saut de ph» est très utilisée en routine : elle consiste à placer l électrode dans l estomac où le ph est très bas (entre 1 et 3) et à la retirer progressivement jusqu à obtenir un ph de 6 ou 7; l électrode est positionnée pour l enregistrement 5 cm au dessus de la zone du saut de ph. La ph-métrie est le plus souvent réalisée sur 24 heures, en ambulatoire, avec une activité libre et des repas non standardisés afin d obtenir la meilleure valeur diagnostique possible. Les repas standardisés et l hospitalisation doivent être réservés aux études pharmacologiques. Il est essentiel d expliquer au patient l utilisation du marqueur d événement qui permettra d établir une corrélation entre la survenue des symptômes et les éventuels reflux mesurés au cours de la ph-métrie. La ph-métrie sur 3 heures a l avantage d être moins contraignante que l examen de 24 heures pour le patient, mais sa sensibilité est moins bonne et la corrélation symptôme-reflux n est pas possible.

13 Interprétation des résultats Analyse quantitative L acidification de l œsophage est définie par une chute du ph au dessous de 4. La plupart des logiciels d analyse de ph-métrie permettent de déterminer sur 24 heures (en distinguant les périodes diurnes et nocturnes) le nombre et la durée des épisodes de reflux acide et surtout de calculer l exposition acide de l œsophage c'est-à-dire le pourcentage du temps de l examen durant lequel le ph œsophagien est inférieur à 4. Ce paramètre est celui qui permet la meilleure discrimination entre les sujets normaux avec reflux physiologique et les malades ayant des lésions endoscopiques prouvant le RGO. Dans la littérature, les normes proposées pour l exposition acide de l œsophage varient de 3,4 à 7 % (9). Comme pour la manométrie, chaque laboratoire devrait élaborer ses propres normes pour l exposition acide œsophagienne. En pratique, il est d usage de recommander les valeurs de 5%, 3% et 8% comme seuils audelà desquels l exposition acide est considérée comme pathologique respectivement sur 24 heures, sur la période nocturne et sur la période diurne (11). Les autres paramètres fournis par les logiciels d analyse de ph-métrie sont moins utiles. Un nombre élevé d épisodes de reflux prolongés (durée supérieure à 5 minutes) peut faire évoquer un trouble de la clairance acide œsophagienne et l existence de troubles moteurs œsophagiens. Les scores «composites» comme le score de De Meester, calculés à partir de différents paramètres de reflux acides, n apportent rien par rapport à l exposition acide œsophagienne Concordance symptomatique La ph-métrie permet également d établir l existence (ou l absence) d une corrélation temporelle entre les symptômes du patient et les reflux acides enregistrés. L analyse de la concordance symptomatique suppose une utilisation adéquate du marqueur d événement que le patient doit activer lorsqu il ressent un symptôme. Il est admis par la plupart des équipes

14 14 que pour considérer qu un événement soit concordant, le reflux doit commencer dans la période de 2 min précédant le symptôme (12). Plusieurs indices symptomatiques ont été proposés, les plus couramment utilisés étant l Index Symptomatique (13), l Indice de Sensibilité (14) et la Probabilité d association symptomatique (15) qui prend en compte la possibilité que la relation temporelle soit liée au hasard (tableau 4). Dans l interprétation d une ph-métrie, l analyse de la concordance symptomatique est essentielle pour établir un lien de cause à effet entre symptômes et reflux acide. Un patient peut avoir un RGO pathologique (exposition acide totale > 5%) et des symptômes sans rapport avec ce reflux. Inversement, l exposition acide totale peut être normale (absence de RGO quantitativement pathologique) alors que la concordance symptômes-reflux est bonne : c est dans cette situation que le concept d œsophage «acido-sensible» peut être évoqué (16) Le reflux «alcalin» Des valeurs de ph au-dessus de 7 ne doivent pas être considérées comme des épisodes de reflux alcalin : elles correspondent le plus souvent à des artéfacts d enregistrement, voire à une déglutition de salive. Toutefois, le reflux biliaire (duodéno-gastro-œsophagien) existe mais il ne peut documenté que par bilimétrie (Bilitec ) qui est une technique permettant la détection spectrophotométrique de la bile (17) Indications Diagnostic de RGO Dans la plupart des cas, la ph-métrie n est pas nécessaire au diagnostic de RGO qui peut être fait par l interrogatoire (symptômes typiques : pyrosis et régurgitations) et/ou l endoscopie (présence d une œsophagite). La ph-métrie œsophagienne n est donc indiquée

15 15 que chez les patients ayant une endoscopie normale (absence d œsophagite) et/ou des symptômes atypiques : - symptômes digestifs, principalement les brûlures épigastriques - symptômes ORL : enrouement, dysphonie, laryngite chronique - symptômes respiratoires : toux chronique (sans cause broncho-pulmonaire), asthme difficile à équilibrer - douleurs thoraciques inexpliquées (en cas de bilan cardiologique négatif) Autres indications La ph-métrie peut également avoir des indications de deuxième intention, quand le diagnostic de RGO a été préalablement posé. Ainsi, il est généralement recommandé de réaliser une ph-métrie œsophagienne avant une intervention chirurgicale anti-reflux en cas d endoscopie normale (9) afin de s assurer de la présence d un reflux pathologique voire, le cas échéant, d une bonne corrélation symptômes reflux (œsophage acido-sensible). La ph-métrie œsophagienne peut également aider à comprendre les échecs d un traitement de première intention. Elle est alors le plus souvent réalisée sous traitement, éventuellement couplée à une ph-métrie gastrique. Dans ces conditions, il est possible - de vérifier que le RGO est bien contrôlé par le traitement et que les symptômes qui persistent ne sont pas en rapport avec un reflux acide pathologique - de mettre en évidence une activité antisécrétoire insuffisante et faire modifier les doses et/ou les horaires de prise, voire envisager une intervention chirurgicale 2.3. AUTRES EXPLORATIONS La Bilimétrie La bilimétrie (Bilitec ) permet de détecter dans l œsophage la présence de bilirubine. Il

16 16 s agit donc d une technique qui permet de mettre en évidence un reflux «biliaire», c est-àdire duodéno-gastro-œsophagien. Le principe de la bilimétrie repose sur une détection spectrophotométrique de la bile, donc de la couleur «jaune» de la bile susceptible d être présente dans l œsophage. Le matériel est composé d un cathéter muni de 2 capteurs de bilimétrie positionnés dans l estomac et dans l œsophage 5 cm au-dessus du SIO. Le cathéter est connecté à un boîtier d enregistrement permettant des enregistrements ambulatoires semblables à ceux réalisés en ph-métrie. Il faut éviter d absorber des aliments de couleur jaune proche de celle de la bile au risque d interférer avec les résultats. Ce matériel est peu répandu et l établissement de valeurs normales est délicat. On considère le plus souvent que le contenu de l œsophage est anormalement riche en bile lorsque l absorbance de la bilirubine est supérieure à 0,14 pendant au moins 10 secondes ; un reflux biliaire pathologique est défini par une absorbance supérieure à 0,14 pendant plus de 4,6% du temps total sur 24 heures (18). Les reflux biliaires sont le plus souvent mixtes, associés à un reflux acide. Leur rôle a été évoqué dans la pathogénie de l œsophage de Barrett a été avancé par certains (17) L impédancemétrie endoluminale L impédancemétrie endoluminale est une technique très récente. La mesure de l impédance électrique endoluminale permet de détecter la progression d un bolus dans un organe creux. Les cathéters d impédancemétrie œsophagienne sont constitués de plusieurs paires d électrodes cylindriques de 2 à 4 mm séparées de 2 cm. Chaque paire d électrode, connectée à un capteur d impédance délivrant un courant électrique de faible amplitude, fournit une valeur d impédance. L analyse des profils d impédance le long du cathéter permet de déterminer le caractère antérograde ou rétrograde du bolus. Ainsi, une déglutition de salive ou d eau se traduit par une chute de l impédance qui se propage de manière antérograde, alors que la propagation d un reflux gastro-œsophagien de liquide (acide ou non) est rétrograde. Un

17 17 reflux d air (une éructation) se traduit par une augmentation de l impédance enregistrée successivement de manière rétrograde ou simultanément par les différentes paires d électrodes (figure 5). Couplée à une étude du ph œsophagien, l impédancemétrie permet de déterminer pour chaque reflux si celui-ci est gazeux, liquidien (acide ou non) ou mixte (gazeux et liquidien) ainsi que son extension proximale dans l'œsophage. Le matériel permettant une étude ambulatoire couplée de l impédance et du ph œsophagiens (à l aide d un seul cathéter) est maintenant disponible. Actuellement, la responsabilité du reflux non acide dans différentes situations pathologiques n est pas connue, mais le développement de ces techniques d analyse ambulatoire ouvre des perspectives nouvelles (19).

18 18 RÉFÉRENCES 1- Sifrim DA, Janssens J, Vantrappen G. Transient lower esophageal sphincter relaxations and esophageal body muscular contractile response in normal humans.gastroenterology 1996;110: Biancani P, Behar J. Esophageal motor function. In : Textbook of Ggastroenterology, Volume 1. T Yamada (Ed), Lippincott, Philadelphia 1991 ; Mittal RK, Balaban DH. The esophagogastric junction. N Engl J Med 1997;336: Holloway RH, Penagini R, Ireland AC. Criteria for objective definition of transient lower esophageal sphincter relaxation. Am J Physiol 1995;268:G Boulant J, Jian R et le Groupe de travail sur les Recommandations pour la pratique de la manométrie œsophagienne. Recommandations pour la pratique de la manométrie oesophagienne chez l'adulte. Gastroenterol Clin Biol. 1998;22: Richter JE, Wu WC, Johns DN, Blackwell JN, Nelson JL, Castell JA, et al. Esophagealmanometry in 95 healthy volunteers. Dig Dis Sci 1987;32: Kahrilas PJ, Dodds WJ, Hogan WJ, Kern M, Arndorfer RC, Reece A. Esophageal peristaltic dysfunction in peptic esophagitis. Gastroenterology 1986;91: Fibbe C, Layer P, Keller J, Strate U, Emmermann A, Zornig C. Esophageal motility in reflux disease before and after fundoplication: a prospective randomized clinical and manometric study. Gastroenterology 2001;121: Picon L, Bruley Des Varannes S, et le Groupe de travail sur les Recommandations pour la pratique de la phmétrie œsophagienne. Recommandations pour la pratique de la phmétrie œsophagienne chez l adulte. Gastroenterol Clin Biol 2000;24: Pandolfino JE, Richter JE, Ours T, Guardino JM, Chapman J, Kahrilas PJ. Ambulatory esophageal ph monitoring using a wireless system. Am J Gastroenterol. 2003;98:740-9.

19 Galmiche JP, Scarpignato C. Esophageal ph monitoring. Functional evaluation in esophageal disease. Front Gastrointes Res 1994;22: Lam HGT, Breumelhof R, Roelofs JMM, Van Berge-Henegouven GP, Smout AJPM. What is the optimal time window in symptom analysis of 24-hour esophageal pressure and ph data? Dig Dis Sci 1994;39: Wiener GJ, Morgan TM, Copper JE,Wu WC, Castello DO, Sinclair JW, et al. Ambulatory 24-hour esophageal ph monitoring.reproducibility and variability of ph parameters. Dig Dis Sci 1988,33: Breumelhof R, Smout AJPM. The symptom sensitivity index: a valuable additional parameter in 24-hour esophageal ph recording. Am J Gastroenterol 1991;86: Weusten BLAM, Roelofs JMM, Akkermans LMA, Van Berge-Henegouwen GP, Smout AJPM. The symptom-association probability: an improved method for symptom analysis of 24-hour esophageal ph data. Gastroenterology 1994;107: Shi G, Bruley des Varannes S, Scarpignato C, Le Rhun M, Galmiche JP. Reflux related symptoms in patients with normal esophageal exposure to acid. Gut 1995;37: Champion G, Richter JE,Vaezi MF, Singh S, Alexander R. Duodenogastroesophageal reflux: relationship to ph and importance in Barrett's esophagus. Gastroenterology 1994 ;107 ; Koek GH, Sifrim D, Lerut T, Janssens J, Tack J. Effect of the GABA(B) agonist baclofen in patients with symptoms and duodeno-gastro-oesophageal reflux refractory to proton pump inhibitors. Gut. 2003;52: Zerbib F, Sifrim D. La mesure de l'impédance œsophagienne dans le reflux gastroœsophagien. Résultats et perspectives. Gastroenterol Clin Biol ;27:451-4.

20 20

21 21 Légende des figures Figure 1 : Manométrie œsophagienne. 1 = marqueur pharyngé de déglutition. 2, 3 et 4 = Corps de l œsophage. 5 = sphincter inférieur de l œsophage. Au repos, la pression au niveau du corps de l œsophage est négative ; elle est positive au niveau du SIO, avec des variations liées aux mouvements respiratoires (piliers du diaphragme) (flèche). Lors d une déglutition (DH), se produit une séquence péristaltique (ondes de contraction œsophagiennes propagées) et une relaxation du SIO. Figure 2 : Relaxation transitoire du SIO (RTSIO, flèche pleine). La relaxation du SIO débute avant la déglutition (D). Elle est plus profonde et plus prolongée que la relaxation induite par une déglutition (flèche en pointillés). 1 = marqueur de déglutition pharyngé ; 2 et 3 = corps de l œsophage ; 4 = sphincter inférieur de l œsophage. Figure 3 Exemples de tracés de ph-métrie œsophagienne. A : nombreux épisodes de reflux acides diurnes et nocturnes. Noter le reflux acide nocturne prolongé (flèche). Le marqueur d événement n a pas été activé. B : tracé montrant quelques épisodes de reflux acides mais dont le nombre reste faible. Le marqueur d événement a été activé par le patient (T). Excellente concordance reflux-symptômes : œsophage acido-sensible. Figure 4 Schéma représentant la capsule de ph-métrie sans fil fixée sur la paroi de l œsophage. Figure 5 Exemples de tracés d impédancemétrie œsophagienne couplée à la ph-métrie. Les tracés de gauche montrent une augmentation brutale, presque simultanée de l impédance à

22 22 plusieurs niveaux, indiquant un reflux d air (éructation). Tracés du milieu (reflux mixte air et liquide) : chute initiale de l impédance indiquant un reflux liquide, suivie d une augmentation brutale presque simultanée indiquant le reflux d air. Tracés de droite (reflux liquide) : reflux acide liquide démontré par la chute de l impédance qui se propage de manière rétrograde et précédant la chute du ph.

23 23 Tableau 1 Effets des principales hormones gastro-intestinales sur le SIO, d après (2). Contraction Relaxation Gastrine + Cholécystokinine + a + b Motiline + Sécrétine + Glucagon + b + a Vasoactive Intestinal Peptide + Peptide Histidine Isoleucine + Gastric Inhibitory Peptide + Polypeptide pancréatique + Calcitonin Gene-related peptide + Somatostatine - - Galanine + Neurotensine + Substance P + 5-hydroxytryptamine + Dopamine + a a : opossum b : chat

24 24 Moyenne DS Limite des valeurs normales Corps de l'œsophage Amplitude (mmhg) Durée (s) 3,9 0,9 2-6 Vitesse de propagation (cm/s) 3,5 0,9 2-5 Sphincter inférieur de l'œsophage Pression basale (mmhg) a 24,4 10, Tableau 2 - Manométrie œsophagienne : valeurs normales établies chez 95 adultes sains (6) a Mesurée à mi-expiration.

25 25 Tableau 3 : Tableau comparatif des électrodes de ph-métrie ELECTRODES DE VERRE Avantages : réponse linéaire temps de réponse bref dérive faible longue durée de vie inertie aux autres ions pas d'électrode de référence Inconvénients : fragilité coût moindre souplesse diamètre plus élevé problèmes de désinfection (?) ELECTRODES EN ANTIMOINE Avantages : bonne tolérance robustesse coût possibilité de multi-canaux facilité de désinfection possibilité de sondes à usage unique ++ Inconvénients : réponse non linéaire temps de réponse plus long problèmes de dérives petit nombre d examens (inférieur à 10) manque de spécificité (réaction vis à vis des autres ions : macromolécules ionisées alimentaires ou métalliques) nécessité d une électrode de référence sur certains modèles

26 26 Tableau 4 Indices utilisés pour l évaluation de la concordance symptôme reflux. Index symptomatique Nombre total de symptômes associés à un reflux >75 % Bonne corrélation Nombre total de symptômes 25-75% Corrélation incertaine < 25% Absence de corrélation Indice de Sensibilité Nombre total de reflux associés à un symptôme > 10 % Bonne corrélation Nombre total de reflux Probabilité d association PAS = (1,0 P) 100 % < 5% Bonne Corrélation symptomatique (PAS) P = probabilité (test exact de Fisher) que reflux et symptômes ne soient pas liés

27 Figure 1

28 28 D D RTSIO Figure 2

29 29 A B Figure 3

30 30 Figure 4

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Solar GI. Manométrie digestive évolutive. Diagnostic complet de la motricité. Base de données universelle MMS. Configurations évolutives

Solar GI. Manométrie digestive évolutive. Diagnostic complet de la motricité. Base de données universelle MMS. Configurations évolutives M E D I C A L M E A S U R E M E N T S Y S T E M S Solar GI Manométrie digestive évolutive Diagnostic complet de la motricité Base de données universelle MMS Configurations évolutives M A K E S M E A S

Plus en détail

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale)

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) 10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) Introduction La paroi digestive est typiquement formée de deux couches de muscles lisses (fig.10.1 et 10.2) dont l'activité doit

Plus en détail

Chapitre 2 : Motricité du tube digestif. Professeur Bruno BONAZ

Chapitre 2 : Motricité du tube digestif. Professeur Bruno BONAZ Chapitre 2 : Motricité du tube digestif Professeur Bruno BONAZ UE3-2 - Physiologie digestive Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Partie 1 : Rappels

Plus en détail

Manifestations extradigestives du reflux gastro-œsophagien chez l adulte

Manifestations extradigestives du reflux gastro-œsophagien chez l adulte monographie Manifestations extradigestives du reflux gastro-œsophagien chez l adulte Philippe Ducrotté * Le reflux gastro-œsophagien se manifeste avant tout par des symptômes digestifs (pyrosis et/ou régurgitations

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson

ABREGE D HEPATO-GASTRO-ETROLOGIE- 2ème édition - Partie «Connaissances» - Octobre 2012 par la CDU-HGE - Editions Elsevier-Masson Chapitre 36 : Item 308 Dysphagie I. Définition II. Deux types de dysphagie III. Démarche diagnostique en cas de dysphagie œsophagienne IV. Dysphagies lésionnelles V. Dysphagies fonctionnelles OBJECTIF

Plus en détail

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie Chapitre 1 Œsophage 1. Embryologie 2. Anatomie 3. Radioanatomie 4. Histologie 5. Physiologie œsophagienne 6. Sémiologie œsophagienne 7. Reflux gastro-œsophagien 8. Examen clinique d un patient consultant

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes

L'œsophage L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Causes L'œsophage est un tube musculaire qui traverse de la bouche à l'estomac. Chez l'adulte moyen, il fait 25 cm à 30 cm (10 po à 14 po) de long et environ 2 cm (moins d'un pouce) de large. L'œsophage est constitué

Plus en détail

Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo

Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo Erosions dentaires chez l enfant et l adolescent: arrière-plans gastroentérolo giques Le reflux gastro-œsophagien concerne 10% environ des enfants et des adultes et entraîne souvent des lésions dentaires

Plus en détail

Item 308 : Dysphagie

Item 308 : Dysphagie Item 308 : Dysphagie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Deux types de dysphagie...2 3 Démarche diagnostique en cas de dysphagie oesophagienne... 3 3. 1 Étape 1

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca

Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca A. Bahlaoui & N. Zaghba Service des Maladies Respiratoires Hôpital Ibn Rochd CHU Ibn Rochd Casablanca Pr. Abdelkrim BAHLAOUI Service des Maladies Respiratoires, Hôpital Ibn Rochd CHU, CASABLANCA (bahlaoui@hotmail.com)

Plus en détail

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement

Jean CABANE. Hoquet rebelle. Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Jean CABANE Hoquet rebelle Connaître la définition Connaître l épidémiologie Connaître le bilan étiologique Connaître le traitement Hoquet rebelle Professeur Jean Cabane Service de médecine interne Hôpital

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

La manométrie oesophagienne et la PH-métrie

La manométrie oesophagienne et la PH-métrie La manométrie oesophagienne et la PH-métrie Cette brochure a pour but de vous informer sur la manométrie œsophagienne et la ph- métrie concernant la préparation, le déroulement de l examen ainsi que les

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole

LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE IPRAALOX, 20 mg Pantoprazole Paris, le 7 Mars 2012 Sanofi annonce la mise à disposition dans les officines de Ipraalox 20 mg, à base de pantoprazole, une nouvelle marque

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

LE REFLUX ACIDE ET LE RGO

LE REFLUX ACIDE ET LE RGO LE REFLUX ACIDE ET LE RGO PATHOLOGIQUE : Une réalité troublante au Canada FAIT 1 SUR LE RGO PATHOLOGIQUE VOIR PAGE 8 Société canadienne sur la recherche intestinale En moyenne, les patients atteints de

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux

La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Dysphagie La dysphagie est un symptôme qui doit toujours être pris très au sérieux Définition Soit difficulté de la phase préœsophagienne de la déglutition (dysphagie haute ou oropharyngée) Soit sensation

Plus en détail

Comment traiter le reflux gastro-oesophagien?

Comment traiter le reflux gastro-oesophagien? Comment traiter le reflux gastro-oesophagien? Le reflux gastro-oesophagien ou RGO Il s agit d une pathologie d autant plus fréquente que l on vit dans un monde stressant, rapide, où l on est toujours sur

Plus en détail

THESE Pour l obtention du Doctorat en Sciences Médicales Spécialité : Pédiatrie

THESE Pour l obtention du Doctorat en Sciences Médicales Spécialité : Pédiatrie République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique UNIVERSITE D ORAN FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE MEDECINE THESE Pour l obtention

Plus en détail

Mécanique ventilatoire

Mécanique ventilatoire (Ce qui est écrit en rouge correspond à des éléments du cours expliqués à l'oral). Mécanique ventilatoire Mécanique ventilatoire : définition Étude des phénomènes qui vont permettre ou s opposer au renouvellement

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Applications Manométriques de la SWS

Applications Manométriques de la SWS Applications Manométriques de la SWS G. Desuter MD, MS, FACPE Service ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Cliniques universitaires St-Luc, Bruxelles Constat de départ Vidéofluorographie de déglutition et

Plus en détail

Le système nerveux entérique ou deuxième cerveau - LE VENTRE -

Le système nerveux entérique ou deuxième cerveau - LE VENTRE - 1 Le système nerveux entérique ou deuxième cerveau - LE VENTRE - Par Isabelle Simonetto, Dr en Neurosciences Introduction Le yoga considère depuis toujours le ventre, et plus particulièrement l estomac

Plus en détail

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire

CID102L8. Polysomnographe Ambulatoire CID102L8 Polysomnographe Ambulatoire CIDELEC - 20 rue des Métiers - 49130 SAINTE GEMMES SUR LOIRE - France Tel +33 (0) 2 41 66 20 88 - Fax +33 (0) 2 41 79 07 76 - Email : service.commercial@cidelec.net

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson

Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Stratégie diagnostique De l asthme du nourrisson Ain-Temouchent 08/Mai/2015. Groupe de pneumo-allergologie pédiatrique Société de pédiatrie de l ouest www.spo-dz.com societepediatrieouest@yahoo.fr GAAPP(Groupe

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes

Troubles génitaux sphinctériens dans la. P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Troubles génitaux sphinctériens dans la SEP P Gallien, centre MPR Notre Dame de Lourdes, Rennes Rappel anatomique Rappel anatomique Structures anatomiques en jeux Plancher pelvien et le sphincter strié

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS

EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS EXEMPLES DE TROUBLES PROPRIOCEPTIFS Les exemples montrés dans ce document ne sont qu un vague reflet de la complexité clinique des troubles proprioceptifs qui peuvent donner des dysfonctions partout où

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques

Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques mise au point Traitements chirurgicaux des maladies fonctionnelles œsogastriques Rev Med Suisse 2015 ; 11 : 1351-6 M. Winiker A. Schoepfer N. Demartines P. Allemann Drs Michael Winiker et Pierre Allemann

Plus en détail

PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE AFFECTIONS GASTRO-DUODENALES

PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE AFFECTIONS GASTRO-DUODENALES PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE ET AFFECTIONS GASTRO-DUODENALES 1 LE REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN (RGO) DE L ADULTE Louis Buscail, Jacques Frexinos, Gilles Fourtanier 1) Définition : On désigne sous le terme de RGO,

Plus en détail

Mode d emploi ph-mètre Basic Sartorius PB-11

Mode d emploi ph-mètre Basic Sartorius PB-11 Mode d emploi ph-mètre Basic Sartorius PB-11 98648-012-09 Sommaire 4 Vue d ensemble 6 Conseils de sécurité 7 Installation et entretien des électrodes 9 Etalonnage pour mesure de ph 13 Menu Setup 15 Etalonnage

Plus en détail

Le travail isocinétique

Le travail isocinétique Le travail isocinétique Les principes L évaluation Le renforcement La rééducation GN PICHARD IFMK REIMS 2009 1 GN PICHARD IFMK REIMS 2009 2 généralités Définition: travail basé sur la résistance maximale

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

Médecine ostéopathique. L oesophage et l estomac. Luc Peeters & Grégoire Lason

Médecine ostéopathique. L oesophage et l estomac. Luc Peeters & Grégoire Lason Médecine ostéopathique L oesophage et l estomac Luc Peeters & Grégoire Lason L oesophage et l estomac Luc Peeters & Grégoire Lason Copyright par Osteo 2000 sprl 2015. Aucun élément de cette édition ne

Plus en détail

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010

Les opioïdes. Aude Ferran. Avril 2010 Les opioïdes Aude Ferran Avril 2010 Introduction Analgésiques centraux = diminuent ou suppriment la douleur par un effet au niveau du système nerveux central (moelle épinière ou cerveau) Introduction Opioïdes

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats Guy Valancogne Depuis la fin des années 90 : études pour le cas spécifique de l incontinence masculine, - certaines d entre

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

Fonction digestive. et maladies neuromusculaires REPÈRES AVRIL 2010 SAVOIR ET COMPRENDRE

Fonction digestive. et maladies neuromusculaires REPÈRES AVRIL 2010 SAVOIR ET COMPRENDRE AFM / L. Audinet Shutterstock AFM / L. Audinet Fonction digestive et maladies neuromusculaires AVRIL 2010 Dans les maladies neuromusculaires, la fonction digestive peut être perturbée par l atteinte des

Plus en détail

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7 DETECTOR BICANAL FG. DIMENSIS ET CNEXIS ELECTRIQUES FRANÇAIS 4 VDC Alimentat. 4 Vcc 3 Contact Boucle 4 5 Contact Boucle 6 7 Boucle 8 9 0 Boucle Dimensions en mm. GENERALITES Applications: contrôle de barrières,

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

«IPhEB-Monthly» Avril 2013 (publication Juillet 2013)

«IPhEB-Monthly» Avril 2013 (publication Juillet 2013) «IPhEB-Monthly» Avril 2013 (publication Juillet 2013) Editeur responsable : Luc Vansnick, 11 rue Archimède 1000 Bruxelles Strictement réservé aux Administrateurs de l IPhEB et au Comité directeur de l

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail

REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4)

REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4) REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4) Reconditionnement, réathlétisation & réhabilitation WK à la suite d une ostéotomie Un document de Norbert KRANTZ Année 2005-2006

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE

Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE Comment évaluer et traiter les patients atteints d un syndrome cérébelleux? CORINNE GAL A.D.A.P.E.I mas de Canta Galet 06000 NICE PREMIÈRE PARTIE Le syndrome cérébelleux: Définition Fréquence Étiologies

Plus en détail

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle

GASTRO-ENTEROLOGIE. Variabilité. A des entrées. B des sites anatomiques. C inter-individuelle. D intra-individuelle GASTRO-ENTEROLOGIE Variabilité A des entrées B des sites anatomiques 2 l externe + 2 l interne 15 litres sécrétion-absorption entrée 2 l duodénum 4 l grêle 3 l côlon 0,3 l anus 0,3 l œsophage 10" estomac

Plus en détail