Médecine ostéopathique. L oesophage et l estomac. Luc Peeters & Grégoire Lason

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Médecine ostéopathique. L oesophage et l estomac. Luc Peeters & Grégoire Lason"

Transcription

1 Médecine ostéopathique L oesophage et l estomac Luc Peeters & Grégoire Lason

2 L oesophage et l estomac Luc Peeters & Grégoire Lason Copyright par Osteo 2000 sprl Aucun élément de cette édition ne peut être copié et /ou publié par impression, photocopie, microfilm ou tout autre procédé que ce soit, sans l autorisation préalable écrite de l éditeur. Contact: Osteo 2000, Kleindokkaai 3-5, B 9000 Gand, Belgique Tel: Fax: Mail: Web: et Tel: Fax: ISBN: The International Academy of Osteopathy I.A.O. 2

3 Table des matières Table des matières Introduction Anatomie Topographie et données anatomiques importantes L œsophage Le cardia L estomac Moyens de fixités de l estomac Vascularisation de l estomac Artères Veineux Mobilité Innervation Physiologie Fonctions de l estomac Généralités La contraction péristaltique La déglutition Histologie Absorption de l estomac Absorption Combien de temps est-ce que le bol alimentaire reste-t-il dans l estomac? La digestion du lait chez l enfant Physiologie du vomissement Anamnèse et examen clinique L achalasie Œsophage de Barrett Cancer de l œsophage Varices Syndrome de Mallory-Weiss Diverticule de Zenker Syndrome de Boerhaave Spasme œsophagien diffus L hypomotilité œsophagienne L œsophage casse-noisettes Candidose Reflux gastro-œsophagien Hernie hiatale

4 6.14. Ulcère de l estomac Obstruction Gastrite Cancer de l estomac Ptose de l estomac Sténose du pylore Syndrome du ligament arqué médian Examen clinique Palpation Palpation du cardia Palpation du diaphragme Palpation du lig. gastro-phrénique (suspensoir) de l estomac Tests de mobilité Test de mobilité du cardia Test de relâchement du cardia Test de mobilité du cardia en positon debout Test de la petite courbure Test du grand omentum Lift du grand omentum Test de mobilité du pylore Test de borborygme (gargouillement) Test du petit omentum Test de rebond des côtes inférieures Test d élasticité des côtes Test de mobilité des côtes inférieures dans le plan frontal Test de mobilité des côtes inférieures dans le plan sagittal Test de mobilité des côtes inférieures dans le plan horizontal Test de force du diaphragme Techniques ostéopathiques Techniques générales Remarque concernant les mobilisations des côtes Mobilisation des côtes dans le plan frontal Mobilisation des côtes dans le plan sagittal Mobilisation des côtes dans le plan horizontal Renforcement du diaphragme Etirement des fascias intra-thoraciques Etirement du fascia intra-thoracale gauche Recoil du thorax Recoil du diaphragme Mobilisation des fascias intra-thoraciques Technique du doming Technique de doming avec les côtes en élévation Techniques spécifiques

5 Mobilisation du pylore Mobilisation du cardia position assise Mobilisation du cardia position debout Inhibition du système de fixation de l estomac Etirement du petit omentum et de la petite courbure Lift de l estomac Etirement du petit omentum et de la petite courbure Etirement des adhérences tissulaires sous-jacentes Massage de la région du pylore Technique de relaxation du pylore Technique de relaxation de l estomac Techniques ostéopathiques Points réflexes neurolymphatiques Bibliographie Les auteurs Remerciements Ostéopathie viscérale Introduction Physiologie de mobilité Les mouvements du système musculo-squelettique Les mouvements du système viscéral Le diaphragme Le cœur Le péristaltisme Interactions viscérales Généralités Relations Faces de glissement Système de suspension ou cloisons ligamentaires Les mésodermes Les épiploons L effet turgor et les pressions intracavitaires Pertes de mobilité Dysfonction diaphragmatique Accolement Rétractions Changements trophiques Congestion Déviations posturales Pertes de mobilité viscérale Hypermobilité viscérale Examen viscéral ostéopathique

6 12.7. Bibliographie ostéopathie viscérale Abréviations utilisées Termes utilisés Toutes les vidéos

7 1. Introduction Beaucoup de patients souffrent de douleurs à l estomac. Les pathologies sont fréquentes et sont diverses. Des problèmes comme la gastrite, le reflux, le stress, des ulcères à l estomac sont une des nombreuses pathologies qui concernent l estomac. Elles ont un impacte important sur la qualité de vie du patient. Des dysfonctionnements de l estomac peuvent également créer de nombreux problèmes à distance ("Referred Pain ) comme des maux de tête, douleurs cervicales, douleurs aux épaules ou encore des insomnies. Dans cet e-book, nous essayons de donner un point de vue ostéopathique sur les sciences de base tel que l anatomie, la physiologie et la neurologie de l estomac. En tant qu ostéopathe, il est impératif de bien connaître le fonctionnement de l estomac afin de pouvoir bien diagnostiquer et traiter l estomac. À côté de l interprétation "classique" des symptômes, l e-book décrira les techniques d investigation de l estomac ainsi que les techniques de traitement de l œsophage et de l estomac. Les lecteurs qui ne seraient pas familiers avec la terminologie ostéopathique typique, peuvent se référer au chapitre 12. 7

8 2. Anatomie (Gray 1995, Grant & Boileau 2004, Moore 2007, Netter 2003, Schuhmacher & Aumüller 2004, Sobotta 2001, Tortora & Grabowski 2000, Zhang et al 1994) 2.1. Topographie et données anatomiques importantes L œsophage L œsophage (figure 1) est la partie la moins complexe du système digestif. Il mesure 25 cm de longueur et 2 cm de largueur. L œsophage commence là où le pharynx s arrête. Ceci est au niveau C 6. Jusqu au niveau T 4 il se loge derrière la trachée, ensuite il dévie un peu vers la gauche avant d aller percer le diaphragme au niveau de T 10. Entre T 4 et T 10 il se fait entouré du plexus œsophagien du nerf vague, qui se regroupe par la suite dans un nerf vague antérieur et postérieur. L œsophage continue encore 2 cm en-dessous du diaphragme vers la gauche. Il aide à convoyer le bol alimentaire du pharynx vers l estomac. Quand il est vide, il se trouve en état de "collapse physiologique". Comme le restant du système digestif, l œsophage contient plusieurs anneaux de fibres musculaires: La musculeuse: celle-ci contient moins de fibres musculaires lisses qu ailleurs dans le système digestif mais elle contient plutôt des fibres musculaires striées. La couche supérieure est totalement striée, la partie moyenne est un mix entre fibres musculaires lisses et fibres musculaires striés et la couche inférieure est uniquement composée de fibres musculaires lisses. La couche musculaire intérieure est circulaire tandis que la couche extérieure est longitudinale. La séreuse: la partie extérieure n est pas vraiment une tunique musculaire mais plutôt une sorte d adventice car elle est ancrée dans le tissu conjonctif du thorax. Sous-muqueuse et muqueuse: celle-ci est plus forte/rigide qu autre part dans le système digestif étant donné qu elle doit faire descendre les aliments mastiqués venant de la bouche. Elle contient un épithélium stratifié squameux. Il n y a pas d absorption au niveau de l œsophage malgré qu il y à des glandes qui secrètent une sorte de muqueuse pour faire glisser le bol alimentaire. 8

9 L œsophage est un conduit qui contient deux sphincters: Le sphincter œsophagien supérieur (SOS) est associé avec le larynx. Le SOS se détend afin de faciliter la déglutition. En se relaxant, le SOS aide à réceptionner le bol alimentaire dans l œsophage et actionne une ascension du larynx qui évitera une fausse déglutition. Le sphincter œsophagien inférieur (SOI) ou sphincter gastro-œsophagien, se situe au niveau où l œsophage traverse le diaphragme. Normalement, les deux sphincters sont fermés pour que le contenu reste à l intérieur de l œsophage ou de l estomac. Lors de pathologies, comme chez le reflux gastro-œsophagien, il peu y avoir du reflux, avec ou sans régurgitations acides. Le sphincter inférieur ferme mal et le contenu de l estomac remonte vers l œsophage. L œsophage a trois rétrécissements (figure 1): Ces endroits de rétrécissements sont également des zones d irritation. Il est donc important d aller examiner les régions musculo-squelettiques associés à ces niveaux de rétrécissements afin d aller les traiter si besoin. Sous-diaphragmatique, l œsophage est lié au pilier musculaire gauche du diaphragme. C 6 I: à l hauteur du cartilage cricoïd T 3-4 II: à l hauteur de l arc aortique III: à l hauteur du diaphragme Droit Hiatus oesophagien Gauche T 10 Figure 1 - L œsophage et ses trois rétrécissements 9

10 Le cardia Le cardia (figures 2 et 3) se situe à deux centimètres de la ligne médiane et à gauche au niveau de T Connection musculaire Cardia Plèvre Diaphragme Péritoine Le fundus de l estomac Droit Gauche Figure 2 - Le cardia Oesophage Cardia Diaphragme Estomac Figure 3 - Le cardia - vue de profil 10

11 3. Mobilité La mobilité de l estomac est sous influence du diaphragme et de la respiration. Plan frontal: Pendant l inspiration, le centre tendineux descend vers caudal, plus à droite qu à gauche. Le fundus de l estomac va également vers le bas (caudal) et également vers l intérieur. La partie la plus caudale de l estomac va vers supérieur et vers la droite. L estomac fait comme une latéroflexion vers la gauche et se sont surtout le fundus et la grande courbure qui se déplacent. Le mouvement s effectue autour d un axe transversal qui court à travers la partie caudale de la petite courbure. Plan sagittal: L estomac fait un mouvement de roulement vers ventral. Ceci implique que le fundus vient vers l avant tandis que la partie caudale de l estomac se déplace vers dorsal. L axe est latéro-latéral bien qu elle ne se situe pas au milieu de l estomac. L axe se trouve plutôt près du pylore, ainsi le fundus bouge plus librement comparé à la partie caudale de l estomac. Plan horizontal: Il y a une rotation vers la droite autour d un axe cranio-caudal qui passe à travers l œsophage. Figure 15 - Mobilité de l estomac pendant l inspiration. Pendant l expiration, le cheminement est inversé. 18

12 4. Innervation (Koepchen 1986, Mein et al 2000, Royden 2005, Sato 1995, Staines 2006, Wilkinson 1993) Le tube digestif, allant de l œsophage jusqu au à la moitié du colon transverse, reçoit son innervation par le nerf vague qui trouve son origine sur le bulbe rachidien. Le nerf vague est pour 80-90% afférent. Il transmet les messages venant des mécanorécepteurs, qui sont sensibles à l étirement, et des neurones osmosensibles. Le nerf vague fonctionne également de manière efférente et crée une synapse avec les ganglions venant du plexus intrinsèque de l estomac (Auerbach pour la couche musculaire et Meissner pour la couche sous-muqueuse). Le nerf vague contracte l estomac, relâche le pylore, produit une muqueuse, du chlorure d hydrogène et de la pepsinogène. L innervation orthosympathique de l estomac vient du segment T 6-9. À travers ce système neurologique, des dorsalgies peuvent se manifester dans cette zone du à un problème gastrique. L orthosympathique va diminuer les contractions de l estomac, créer une vasoconstriction des artères de l estomac, réduire les sécrétions gastriques et contracter le pylore. Pendant l effort physique, la contractilité de l estomac est réduite du à l activation du système orthosympathique. Les contractions deviennent de moins en moins nombreuses et le tonus des sphincters augmente, la vascularisation du système digestif diminue. D un point de vue ostéopathique nous savons donc que le système nerveux, aussi bien para qu orthosympathique, joue un rôle crucial dans l innervation et la contractilité des différentes couches musculaires mais ce n est pas le seul système de régulation qui est important pour régler le péristaltisme. La régulation hormonale est également important ici. C est pour ça que tant qu ostéopathe, il est nécessaire de non seulement corriger les dysfonctions somatiques de la colonne, mais qu il est également important de travailler sur l organe même afin d obtenir une bonne mobilité régionale pour permettre une bonne vascularisation locale afin que le système intrinsèque puisse fonctionner de manière optimale. L alimentation joue donc également un rôle important. Douleurs viscérales La douleur viscérale est une cause fréquente d une visite chez l ostéopathe. Des douleurs viscérales et/ou somatiques fonctionnent à travers des mécanismes différents. 19

13 Nous recevons peu de "feedback" sensible du système viscérale. Uniquement des douleurs ou des sensations d inconfort sont enregistrées. Une sensation d être ballonné est vite interprétée comme quelque chose de nocif. Toutes les formes de douleurs viscérales enclenchent également des douleurs ailleurs, celles-ci sont plutôt connues sous le nom de "Referred Pain", qui des fois, est la cause de douleurs hyperalgésiques (Cervero 1995, Cervero & Laird 2009, Hobson & Aziz 2003, Mayer & Gebhart 1994). Ce qui est écrit ci-dessus, est la raison pour laquelle, les ostéopathes, attachent beaucoup d importance à l examen clinique des organes et de leur traitement. Se sont les facteurs irritatifs qui sont traitées (inflammation, ischémie, spasme, traction, stretch) et non la "maladie" viscérale. La représentation du système viscérale dans notre système nerveux central est faible. Pourtant, l existence de certains signaux nocifs venant des organes (surtout les organes creux) sont évidents. La pluparts de ces récepteurs restent inactifs mais peuvent devenir actifs en cas de: Traumatisme. Inflammation. Ischémie. Spasme musculaire. Traction. Organe creux qui est mis sous tension. Le nombre de ces nocicepteurs est faible, mais dès que le signal est transmit à la moelle épinière, il peut occasionner une chute de signaux vers les neurones secondaires qui créera une divergence du signal vers le système nerveux central. Cette divergence, peut activer plusieurs systèmes: sensoriel, moteur, autonome. Ceci explique les différentes réactions que les patients peuvent avoir en cas de douleur viscérale: diffus, référé et avec une activité motrice, autonome qui persiste dans le temps. Une douleur qui est donc chronique et qui persiste dans le temps sera très souvent viscérale, tandis qu une douleur aigüe aura plutôt tendance à être somatique. Une douleur somatique peut évidemment aussi être issue d un problème du péritoine pariétal. L ostéopathe doit donc à chaque moment se souvenir qu une localisation douloureuse n est pas toujours également l endroit où se trouve la cause. Des "blocks" médicamenteux trouvent leur effet dans ce système d afférence, l ostéopathe agit en quelque sorte de la même manière dans la mesure où il travaille sur le segment pour créer un "block" viscérale plus bas. 20

14 Douleurs de l œsophage: Le mécanisme neurophysiologique des douleurs de l œsophage n est pas tout à fait clair. Une douleur non-cardiaque se situant au niveau du thorax est souvent associée à une hypersensibilité de l œsophage (afférence primaire). L œsophage est aussi bien innervé par les nerfs spinaux, que par l ortho- et parasympathique (nerf vague). L afférence vient de la séreuse, les muscles (longitudinaux et circulaires) et de la muqueuse. Elles sont sensibles au passage du bol alimentaire, mais également sensible pour le changement de ph et des substances chimiques. L afférence spinale va de C 1 à L 2, tandis que l afférence de l orthosympathique va de T 6-9. Le mal qui irradie se situe souvent du côté homolatéral, au niveau du thorax et de l avant-bras. Les réactions des racines dorsales (sensibles) de la moelle épinière venant de ses stimuli peuvent inhiber ou stimuler la distension de l œsophage. 21

15 5. Physiologie (Guyton & Hall 2005, Klinke & Pape 2005) 5.1. Fonctions de l estomac Généralités Fonctions de l estomac: Recevoir les aliments qui ont été mastiqués. Assurer la digestion mécanique et chimique. Assurer le début de la digestion protéique avec l enzyme pepsinogène. Evacuer les aliments (chyme) vers le duodénum. Produire le facteur intrinsèque (facteur de Castle) pour rendre possible l absorption de vit. B La contraction péristaltique Celle-ci est effectuée par des fibres musculaires lisses qui favorisent l avancement du chyme. Ce phénomène a été décrit pour la première fois par Bayliss et Starling sous le nom de motilité. Cet "anneau contractile", implique une contraction en amont du chyme et une relaxation en aval du chyme afin de faciliter son avancement. Le péristaltisme est majoritairement contrôle par le système nerveux intrinsèque. Ce dernier est stimulé par le passage du chyme: l étirement réflexe mécanique et l irritation muqueuse sont sans doute à l origine de cette stimulation. Il y a deux réactions: En amont du chyme, se trouve un groupe d interneurones qui activent les motoneurones, (l acétylcholine et la substance P stimulent cette contraction). Un autre groupe d interneurones activent des motoneurones inhibiteurs qui vont relaxer les fibres musculaires lisses en aval du chyme. L oxyde nitrique, le peptide vasoactif intestinal et l ATP sont les neurotransmetteurs. 22

16 Etirement Effect mucosal + - Contraction Relaxation Plexus mésentérique Figure 16 - La contraction péristaltique La déglutition Le début de la déglutition est volontaire: L étape orale: le bol est amené vers le pharynx. Réaction autonome: Relâchement du sphincter œsophagien supérieur. Péristaltisme. Relâchement du sphincter œsophagien inférieur. Pendant la déglutition: Neuron entérique afférent Neuron entérique efferent Le sphincter œsophagien supérieur reste fermé et empêche l air de rentrer dans l œsophage pendant la respiration. La fermeture de ce sphincter assure également qu il n y ait pas de reflux œsophagien qui remonte vers la cavité buccale. Le sphincter œsophagien inférieur reste fermé aussi afin d éviter du reflux gastro-œsophagien. Péristaltisme secondaire si nécessaire (en cas d étirement mécanique du bol alimentaire). 23

17 6. Anamnèse et examen clinique (Bickley 1999, Kuman 2010, Lewin 1992, Sackett & Rennie 1992, Turner 2010, Vollweiller & Vaezi 2005) Ce chapitre regroupe les pathologies les plus importantes de l œsophage et l estomac que l ostéopathe doit apprendre à reconnaître L achalasie L achalasie ou cardio-spasme est un trouble moteur de l œsophage. Quand il s agit d un spasme au niveau du cardia il existe très probablement un trouble moteur du sphincter œsophagien inférieur. Le péristaltisme est également dérangé. Il s agit d une vraie obstruction sans cause apparente même s il existe des fois un dysfonctionnement des noyaux dorsaux du nerf vague. L âge de survenue est entre 20 et 40 ans même si dans 2 à 5% des cas les enfants peuvent aussi être touchés. La pathologie est aggravée par le stress, et les boissons froides empirent les symptômes. En cas de chronicité, il existe des changements neuro-anatomiques. Il y a une perte de cellules des ganglions mésentériques. Il existe même une complication où un diverticule se forme dans la partie caudale de l œsophage avec/sans l apparition de fistule qui peut même aller percer la trachée. Le symptôme principal est la dysphagie où le patient éprouve une sensation de gêne quand il avale. Les liquides sont mieux supportés que les aliments solides. Dans 60 à 90% des cas il existe de la régurgitation. Dans 50 à 75% des cas il existe une douleur thoracale. Le reflux et l anorexie sont d autres symptômes associés qu on voit des fois. L hernie hiatale apparaît dans 4 à 14% des cas. La prévalence est de 8 personnes sur Ostéopathiquement nous attachons importance à la région de l OAA (n. vague). Surtout au début de la pathologie, l intervention ostéopathique peut être nécessaire. 32

18 6.2. Œsophage de Barrett (Cohen & Postma 2003) Figure 21 - Achalasie L œsophage de Barrett ou l endobrachyœsophage (EBO) est caractérisé par un changement tissulaire dans le bas-œsophage. Le tissu œsophagien normal (de type malphigien stratifié) est remplacé par un tissu pathologique de type cylindrique. La pathologie est surtout présente chez l individu caucasien, venant d une couche sociale plus élevée qui est souvent associé à une alimentation plus riche. L EBO est souvent précédé d inflammations récidivantes du bas-œsophage. La prévalence est de 22,6 personnes sur La pathologie peut des fois se transformer en carcinome. Les symptômes sont la dysphagie et le reflux. Les facteurs de risques sont: l alcool, tabagisme, déficit en vitamines et minéraux, hérédité et des cancers primaires de la gorge. 33

19 Figure 22 - L œsophage de Barrett 6.3. Cancer de l œsophage Ce type de cancer connaît un taux de survie de seulement 6 à 9% sur 5 ans Varices Elles sont souvent présentes au niveau du cardia à cause des anastomoses portocaves. 60% des patients avec une hypertension portale vont développer des varices du cardia. 25 à 30% de ceux-ci vont avoir tendance à saigner. Le traitement ostéopathique des varices est le suivant: Libérer la région thoracale supérieure afin de traiter le cœur. Correction d une lésion du diaphragme en élévation et décongestion du diaphragme. Drainage du foie. Etirement du petit omentum afin d obtenir un bon angle entre la veine porte et le bord inférieur du foie. Etirement de la petite courbure. Etirement du cardia vers caudal pour étirer les veines et donc décongestionner. Figure 23 - Varices 34

20 7. Examen clinique 7.1. Palpation Palpation du cardia Le patient est assis et l ostéopathe est debout derrière lui. Pendant l expiration, l ostéopathe palpe à gauche de la ligne médiane vers dorsal et le plus haut possible. Il y a différentes déductions pendant la palpation: Le cardia est palpable comme conduit de 2 cm et orienté vers la gauche. Ceci est une condition normale. Le cardia n est pas palpable et le patient a mal. Il y a trois possibilités: o Inflammation (cardio-œsophagite). L anamnèse révèle des douleurs de brûlures rétro-sternales après le repas et du reflux. o Spasme du cardia. Le tonus du tiers supérieur de l estomac et du cardia est trop élevé. Le patient raconte dans l anamnèse qu il a l impression que son estomac est immédiatement plein quand il mange. Aussi le reflux et l inflammation sont souvent décrits par le patient. Traiter les segments para- et orthosympathiques et le bulbe rachidien (OAA) sont à l ordre ici. o Spasme du diaphragme. La douleur évoquée ici sera souvent accompagnée d une apnée. Le traitement sera axé sur le segment C 3-5 et sur d éventuels adhérences du diaphragme. Le cardia n est pas du tout palpable et le patient est fortement gêné par une la palpation normale. Cette condition est souvent associée à des nausées. Il s agit d ici d une congestion du système digestif supérieur et des organes sous-diaphragmatiques (foie, vésicule biliaire, pancréas, rate, pylore). Il y a également souvent une congestion veineuse du cardia qui est du aux anastomoses porto-caves. Dans ce cas il y aura souvent une hypertension portale. Un traitement total de l hypertension portale et du système digestif supérieur est nécessaire. La région est sensible et associée avec une position du patient en cyphose. Il s agit d une hernie hiatale, structurelle, fonctionnelle ou une combinaison des deux. 49

21 Vidéo 1 - Palpation du cardia Palpation du diaphragme Le patient est en décubitus dorsal avec les jambes fléchies. L ostéopathe palpe la face dorsale des côtes inférieures. Le critère d évaluation du test est la douleur du patient. Un spasme du diaphragme peut être responsable de la douleur du patient. Si la palpation indique une perte d élasticité, cela peut être causé par des changements trophiques du diaphragme. Vidéo 2 - Palpation du diaphragme 50

22 Palpation du lig. gastro-phrénique (suspensoir) de l estomac Le patient est assis et l ostéopathe est debout derrière lui. L ostéopathe palpe dans la direction du lig. suspensoir, c est à dire, en-dessous des côtes et du diaphragme, à gauche et vers ventral. La direction de la palpation se fait vers crânial. Des douleurs dans cette région peuvent indiquer une irritation du diaphragme sur base d une ptose de l estomac. Vidéo 3 - Palpation du lig. gastro-phrénique (lig. suspensoir) 51

23 8. Techniques ostéopathiques 8.1. Techniques générales Remarque concernant les mobilisations des côtes Un thorax non-élastique va compromettre le débit cardiaque. Non seulement en repos mais aussi en cas d activité physique. Le volume d éjection systolique du cœur baissera et les poumons auront une capacité vitale réduite. Bien que la fréquence cardiaque augmentera pendant l effort, ceci ne sera pas assez pour compenser la perte de volume d éjection systolique. La tension artérielle augmentera vite ainsi que la pression dans l estomac. Pour que le cœur, l estomac et la circulation générale soient en bonne condition, il est donc nécessaire de rassurer une bonne mobilité du thorax chez le patient. Un thorax non-élastique va aussi diminuer la fonction de pompe que le diaphragme possède. En mobilisant les côtes inférieures, nous avons aussi une influence mécanique sur le segment de l estomac T Mobilisation des côtes dans le plan frontal L ostéopathe enveloppe les côtes inférieures avec ses deux mains. Ensuite, il effectue un mouvement vers crânial pendant l inspiration et un mouvement vers caudal pendant l expiration. Pendant l inspiration, la colonne dorsale se trouve plutôt en extension, alors que pendant l expiration elle est plutôt en flexion La mobilisation est faite dans la direction restrictive sur la barrière motrice. Vidéo 20 - Mobilisation des côtes dans le plan frontal 62

24 Mobilisation des côtes dans le plan sagittal Le patient est en décubitus latéral. L ostéopathe place une main sur la surface dorsale des côtes inférieures et l autre main sur la surface ventrale. Il mobilise les côtes en inspiration et expiration. Gardez bien à ce que le patient est en décubitus latéral dans un plan sagittal avec les côtes inférieures en position neutre. La mobilisation vers crânial est faite pendant l inspiration, et la mobilisation vers caudal pendant l expiration. Vidéo 21 - Mobilisation des côtes dans le plan sagittal Mobilisation des côtes dans le plan horizontal Le patient est en décubitus latéral, la jambe sous-jacente est tendue; l autre jambe est fléchie afin d être en positon stable sur la table. L ostéopathe mobilise les côtes vers rotation ventrale/dorsale. La mobilisation vers crânial est faite pendant l inspiration, et la mobilisation vers caudal pendant l expiration. Vidéo 22 - Mobilisation des côtes dans le plan horizontal 63

25 Renforcement du diaphragme L ostéopathe palpe juste en-dessous du diaphragme et donne une résistance pendant l inspiration. Cette technique est répétée plusieurs fois. Cette technique renforce le diaphragme mais il faudra également stimuler le patient à faire du sport pour encore plus accentuer le renforcement. Vidéo 23 - Renforcement du diaphragme Etirement des fascias intra-thoraciques Le patient est en décubitus dorsal, les jambes tendues et le thorax à hauteur de T 2 - T 3 sur le bord de la table, la tête du patient est soutenue par les doigts de l ostéopathe et ses pouces enveloppent les joues/oreilles du patient en mettant sur le côté ventral. Fascias centraux L ostéopathe effectue une traction de l occiput et protège la colonne cervicale en évitant la lordose et demande au patient d inspirer d abord de manière abdominale, puis thoracale. Le patient est demandé d inspirer le plus profond possible, de maintenir les épaules contre la table et d éviter de lordoser le bas du dos. Ceci est répété jusqu à ce qu on sente que la traction/résistance caudale diminue. Fascias latéraux L ostéopathe effectue une latéroflexion vers le côté opposé (C 7 ) et une rotation homolatérale (C 6 ), ensuite il tracte l occiput et protège la colonne cervicale en évitant la lordose et demande au patient d inspirer d abord de manière abdominale, puis thoracale. 64

26 10. Les auteurs Grégoire Lason Luc Peeters Gent (B), Terhagen (B), Les auteurs possèdent le diplôme universitaire de Master en Science en ostéopathie (Université des Sciences appliquées) et sont particulièrement actif à l élargissement et l académisation de l ostéopathie en Europe. En 1987, ils ont fondé The International Academy of Osteopathy (IAO) dont ils assurent la direction. L IAO est depuis de nombreuses années la plus grande académie ostéopathique en Europe. Ils sont également membres de diverses organisations telles que The American Academy of Osteopathy (AAO), The International Osteopathic Alliance (IOA), The World Osteopathic Health Organisation (WOHO) dont l objectif est le développement de l ostéopathie. Par cette encyclopédie ostéopathique, ils tentent notamment de démontrer que l examen et le traitement ostéopathique est basé sur l intégration de tous les grands systèmes du corps. 81

Médecine ostéopathique. Le Cœur. Luc Peeters & Grégoire Lason

Médecine ostéopathique. Le Cœur. Luc Peeters & Grégoire Lason Médecine ostéopathique Le Cœur Luc Peeters & Grégoire Lason Le Cœur Luc Peeters & Grégoire Lason Copyright par Osteo 2000 sprl 2013. Aucun élément de cette édition ne peut être copié et /ou publié par

Plus en détail

Physiologie de la digestion

Physiologie de la digestion Physiologie de la digestion I. Introduction Les besoins alimentaires La sensation de la faim et de la satiété Les apports alimentaires complexes La digestion et l absorption : Rôle du tube dgiestif (appareil

Plus en détail

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice

Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice Dr Gilbert ZEANANDIN Pôle Digestif Archet II CHU Nice ANATOMIE Organe musculaire creux Propulsion des aliments du pharynx vers estomac Maladie oesophagienne est fréquente Tube musculaire 2 sphincters :

Plus en détail

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF.

LA DIGESTION I. L APPAREIL DIGESTIF. LA DIGESTION Les aliments ingérés ne peuvent être utilisés tels quels par l organisme. Ils doivent être simplifiés par l appareil digestif en nutriments assimilables, et ce au cours de la digestion. Digestion

Plus en détail

HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet)

HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet) HISTOLOGIE DU TUBE DIGESTIF (2) INDEX(Clickez sur un sujet) 1) Introduction 2) Structure générale 3) Oesophage 4) Jonction oeso-gastrique 5) Estomac 6) Jonction gastro-duodénale Pressez «Page Down» pour

Plus en détail

Rachel Frély. Les troubles. digestifs. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Rachel Frély. Les troubles. digestifs. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Rachel Frély Les troubles digestifs Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol CHAPITRE 1 Le processus de la digestion L appareil digestif assure plusieurs fonctions : une fonction physique

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Fig 1 : Fonctions schématiques du tube digestif. La digestion 3ème Année 1

Fig 1 : Fonctions schématiques du tube digestif. La digestion 3ème Année 1 Fig 1 : Fonctions schématiques du tube digestif La digestion 3ème Année 1 Fig 2 : Anatomie de la cavité orale La digestion 3ème Année 2 Fig 3 : Dents temporaires et permanentes, coupe longitudinale d une

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur

Soins palliatifs et Ostéopathie. Prise en charge alternative de la douleur Soins palliatifs et Ostéopathie Prise en charge alternative de la douleur DÉFINITION Méthode thérapeutique jeune qui consiste, «dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer, et

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Sémiologie oesophagienne

Sémiologie oesophagienne Sémiologie oesophagienne Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Sémiologie OESOPHAGE Explorations

Plus en détail

LES HERNIES HIATALES

LES HERNIES HIATALES -1/5- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset LES HERNIES HIATALES I/ DEFINITION : La hernie hiatale désigne le passage d une portion de la partie

Plus en détail

Médecine ostéopathique. La vessie et la prostate. Luc Peeters & Grégoire Lason

Médecine ostéopathique. La vessie et la prostate. Luc Peeters & Grégoire Lason Médecine ostéopathique La vessie et la prostate Luc Peeters & Grégoire Lason La vessie et la prostate Luc Peeters & Grégoire Lason Copyright par Osteo 2000 sprl 2013. Aucun élément de cette édition ne

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

Médecine ostéopathique. Les reins et les glandes surrénales. Grégoire Lason & Luc Peeters

Médecine ostéopathique. Les reins et les glandes surrénales. Grégoire Lason & Luc Peeters Médecine ostéopathique Les reins et les glandes surrénales Grégoire Lason & Luc Peeters Les reins et les glandes surrénales Grégoire Lason & Luc Peeters Copyright par Osteo 2000 sprl 2014. Aucun élément

Plus en détail

L APPAREIL DIGESTIF (suite)

L APPAREIL DIGESTIF (suite) BOYER Judith le 19.10.10 CHALOPIN Amélie Physio Karine MAHEO L APPAREIL DIGESTIF (suite) IV. L estomac (suite) 1. Motilité (suite) Les facteurs qui augmentent la force des contractions gastriques sont

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

Médecine ostéopathique. Les intestins. Grégoire Lason & Luc Peeters

Médecine ostéopathique. Les intestins. Grégoire Lason & Luc Peeters Médecine ostéopathique Les intestins Grégoire Lason & Luc Peeters Les intestins Grégoire Lason & Luc Peeters Copyright par Osteo 2000 sprl 2014. Aucun élément de cette édition ne peut être copié et /ou

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien

Reflux gastro-oesophagien Reflux gastro-oesophagien Définition: reflux de sécrétions acides de l estomac vers l œsophage Epidémiologie: > 10% de la population Etiologie: - incontinence de la barrière œsogastrique - facteurs favorisants:

Plus en détail

Organisation du système nerveux. porcher@inmed.univ-mrs.fr

Organisation du système nerveux. porcher@inmed.univ-mrs.fr Organisation du système nerveux porcher@inmed.univ-mrs.fr Plan du cours A. GENERALITES B. VOIES AFFERENTES OU DE LA SENSIBILITE VEGETATIVE C. CENTRES VEGETATIFS D. VOIES EFFERENTES E. PARTICULARITES DU

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Reflux Gastro-Oesophagien

Reflux Gastro-Oesophagien 1. Définition RGO pathologique, déficience de la barrière anti-reflux reflux du contenu gastrique de l estomac vers l oesophage, responsable de symptômes plus ou moins compliqué d oesophagite (agression

Plus en détail

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 Appareil respiratoire-organogénèse de l appareil digestif Cours du Pr. PRUDHOMME Séance préparée par Anissa BARAKAT, Caroline

Plus en détail

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie.

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Public cible Ce cours fait partie du tronc commun obligatoire à toutes les thérapies Aperçu de la formation (Définition) L anatomie est la connaissance

Plus en détail

Le Système Vasculaire

Le Système Vasculaire Le Système Vasculaire II/ Les différentes portions du système vasculaire 1. Les artères 2. Les capillaires 3. Les veines 4. Les lymphatiques : un système à part. LES ARTERES I. Anatomie des artères II.

Plus en détail

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90.

Les vertèbres cervicales sont très mobiles et forment un angle de 25, les dorsales 60, la lombaire 90. Lésions des parties nobles de la moelle épinière Eléments osseux : corps vertébral articulaires lames épineuses transverses pédicules vertébraux Eléments non osseux (sagittal) : disques ligaments capsules

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2

COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 COMMISSION SCOLAIRE DE LA CÔTE- DU- SUD CENTRE D ÉDUCATION DES ADULES DE BELLECHASSE BIOLOGIE PRÉTEST B BIOLOGIE 5063-2 LE SYSTÈME DIGESTIF CHEZ L HUMAIN QUESTIONNAIRE GILLES MERCIER CEA BELLECHASSE MAI

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE?

QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE? QU EST-CE QU UNE BONNE POSTURE? Importance d une bonne posture : Le poids du corps doit être distribué de façon à créer une tension minimale sur les muscles, les ligaments et les surfaces articulaires

Plus en détail

Médecine ostéopathique. Les poumons et le diaphragme. Grégoire Lason & Luc Peeters

Médecine ostéopathique. Les poumons et le diaphragme. Grégoire Lason & Luc Peeters Médecine ostéopathique Les poumons et le diaphragme Grégoire Lason & Luc Peeters Les poumons et le diaphragme Grégoire Lason & Luc Peeters Copyright par Osteo 2000 sprl 2013. Aucun élément de cette édition

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Gymnastique-Dos Méthode Mézières

Gymnastique-Dos Méthode Mézières Gymnastique-Dos Méthode Mézières Présentation simplifiée Stéphane CARTRON - Professeur de gymnastique - Intervenant à la Faculté des Sciences du Sport et au CREPS de Poitiers - Master en Sciences et Techniques

Plus en détail

Médecine ostéopathique. Le foie et la vésicule biliaire. Luc Peeters & Grégoire Lason

Médecine ostéopathique. Le foie et la vésicule biliaire. Luc Peeters & Grégoire Lason Médecine ostéopathique Le foie et la vésicule biliaire Luc Peeters & Grégoire Lason Le foie et la vésicule biliaire Luc Peeters & Grégoire Lason Copyright par Osteo 2000 sprl 2014. Aucun élément de cette

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Pascal Pilate avec la collaboration d Hélène Caure. L ostéopathie. Techniques et exercices pour tous

Pascal Pilate avec la collaboration d Hélène Caure. L ostéopathie. Techniques et exercices pour tous Pascal Pilate avec la collaboration d Hélène Caure L ostéopathie Techniques et exercices pour tous L ostéopathie Introduction... 7 Partie I L ostéopathie dévoilée Chapitre 1 : Quelles sont les origines

Plus en détail

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD

Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD Sensibilisation aux troubles de la déglutition de la personne âgée en EHPAD ou une première approche de troubles bien fréquents dans nos structures Janvier 2012 / Rédacteur : A. Mazoyer médecin coordonnateur

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise?

Pour quelles raisons avons-nous, ainsi que plus de 100 kinésithérapeutes belges, choisi Mastercare la table thérapeutique suédoise? Article rédigé par Madame Karin Timmermans (en 2003), directrice du centre du dos 'Mastercare Rugcentrum' près d Anvers où elle exerce la profession de kinésithérapeute. Madame Timmermans a près de 20

Plus en détail

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN LA CHIRURGIE DU REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN CLINIQUE SAINT-JOSEPH rue de Hesbaye 75 B-4000 Liège Tél. 04 224 81 11 Fax 04 224 87 70 Service de chirurgie digestive Tél. 04 224 89 00-04 224 89 01 de 8h à 18h,

Plus en détail

Le système cardiaque

Le système cardiaque Le système cardiaque Plan Chap 1: Généralités Chap 2: Anatomie cardiaque Chap 3: L activité mécanique cardiaque Chap 4: Régulation de l activité cardiaque Chap 1: Généralité I.Organisation du système cardiovasculaire

Plus en détail

Palpation épaule. Kamina, 2002

Palpation épaule. Kamina, 2002 Palpation épaule 1. Les principaux repères osseux de la région de l épaule Le sujet est assis sur une chaise, avant-bras reposant sur la table de traitement ; l examinateur est debout derrière le sujet

Plus en détail

Cours n 1 : Anatomie du tube digestif

Cours n 1 : Anatomie du tube digestif UE 3 Appareil Digestif Pr Palier-Cuau Le 25/09/12 à 8h30 Ronéotypeuse : Clémence Giesi Ronéolectrice : Marine Corroyer Cours n 1 : Anatomie du tube digestif Ce cours a été relu et corrigé par le Professeur

Plus en détail

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine :

Le Péritoine. 1 Introduction : 2 Organogenèse et mise en place du péritoine : Le Péritoine 1 Introduction : Le péritoine est la séreuse qui enveloppe les organes digestifs. Les données embryologiques sont indispensables pour comprendre la topographie et les rapports du tube digestif.

Plus en détail

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015

Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 1 Dr BOGGIO Les fonctions du système digestif 2.2 S1 Cycles de la vie et grandes fonctions IFSI Dijon - Promotion COLLIERE 2014-2015 10 Les processus digestifs Ingestion : introduction de nourriture dans

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie

Chapitre 1 Œsophage. Embryologie Chapitre 1 Œsophage 1. Embryologie 2. Anatomie 3. Radioanatomie 4. Histologie 5. Physiologie œsophagienne 6. Sémiologie œsophagienne 7. Reflux gastro-œsophagien 8. Examen clinique d un patient consultant

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Technologie gymnique travail des abdominaux

Technologie gymnique travail des abdominaux 1 - Pourquoi renforcer Pour améliorer la respiration, avec une meilleure expiration Pour modifier la statique rachidienne, par rétroversion du bassin et limiter les appuis sur les arcs postérieurs, Pour

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS

Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen des sacro iliaques : Mains sur EIPS Examen statique : repérage de la position des EIPS Les notions de distance EIPS / ligne des épineuses et distance peau / face postérieure sacrum, semblent être

Plus en détail

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION

DIGESTION LICENCE 2 STAPS Document d accompagnement LA DIGESTION LA DIGESTION INTRODUCTION 1. PROCESSUS DIGESTIFS 1.1. Ingestion 1.2. Propulsion 1.3. Digestion mécanique 1.4. Digestion chimique 1.5. L assimilation 1.6. Défécation 2. ASPECT GENERAUX DU SYSTEME DIGESTIF

Plus en détail

LES VAISSEAUX SANGUINS

LES VAISSEAUX SANGUINS LES VAISSEAUX SANGUINS PLAN DU COURS: LES VAISSEAUX SANGUINS (chap.20) STRUCTURE ET FONCTIONS DES VAISSEAUX SANGUINS introduction structure des parois vasculaires réseau artériel capillaires réseau veineux

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques

TABLE DES MATIÈRES. PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 Histoire, études et bases anatomiques 1 Histoire de l ostéopathie viscérale......................................... 3 2 Études....................................................................

Plus en détail

Articulaction Exercices pour les membres supérieurs

Articulaction Exercices pour les membres supérieurs Articulaction Exercices pour les membres supérieurs Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour les membres supérieurs

Plus en détail

Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie

Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie Alain Piron Techniques ostéopathiques appliquées à la phoniatrie TOME 1 Biomécanique fonctionnelle et normalisation du larynx 2011 SYMÉTRIE ISBN 978-2-914373-28-9 Symétrie 30 rue Jean-Baptiste Say 69001

Plus en détail

Ingestion Digestion Absorption Élimination

Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion Digestion Absorption Élimination Ingestion(humaine) Dans la bouche la nourriture est dégradé physiquement par les dents et dégradé chimiquement par la salive La salive est un mélange d eau et

Plus en détail

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE

Pathologie digestive VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE VIELLISSEMENT DIGESTIF DR A. FRAISSE LES TROUBLES DE DEGLUTITION Les troubles de déglutition augmentent avec l avance en âge mais leur prévalence est très mal connue : -16 % environ des personnes âgées

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

LE TAPING LE TAPING 59. 1. Les principes généraux. 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose

LE TAPING LE TAPING 59. 1. Les principes généraux. 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose LE TAPING 1. Les principes généraux 2. Les éléments techniques Les types de montage Les schémas de pose 3. Le matériel Caractéristiques - Dimensions - Théorie des couleurs - Sens de pose des bandes - La

Plus en détail

Chapitre 10 Motricité digestive

Chapitre 10 Motricité digestive Chapitre 10 Motricité digestive 1. Support anatomique 2. Etapes de progression du bol alimentaire L activité motrice du tube digestif permet la progression ordonnée des aliments puis des résidus alimentaires

Plus en détail

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Épaule 67 I. Exercices pour une tendinite de l épaule Les exercices qui suivent visent à renforcer la musculature de votre épaule. Vous devez les faire au moins 2 fois par jour, tous les jours. Ils peuvent

Plus en détail

La dysphagie L évaluation et la prise en charge

La dysphagie L évaluation et la prise en charge Q et La dysphagie L évaluation et la prise en charge Nathalie Bouin, MD Présenté dans le cadre de la conférence : La médecine hospitalière, Fédération des médecins ominpraticiens du Québec, juin 2006 La

Plus en détail

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale)

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) 10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) Introduction La paroi digestive est typiquement formée de deux couches de muscles lisses (fig.10.1 et 10.2) dont l'activité doit

Plus en détail

LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES. Dr. Walter S. Marcantoni

LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES. Dr. Walter S. Marcantoni LE SYSTÈME NERVEUX AUTONOME ET LES FONCTIONS VITALES Dr. Walter S. Marcantoni OBJECTIFS Définir l homéostasie Expliquer comment l hypothalamus assure le contrôle homéostatique Décrire la fonction du système

Plus en détail

Ergonomie Poste de Travail de Bureau

Ergonomie Poste de Travail de Bureau La prévention santé pour chacun Ergonomie Poste de Travail de Bureau Céline Jouve Ostéopathe Pierre-Jean Gallo CSL42 A l époque, on ne perdait pas de temps avec l ergonomie. POSITION 1. Réglage de la chaise

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

L O.A.A. en pratique courante T.M.A.

L O.A.A. en pratique courante T.M.A. L O.A.A en pratique courante T.M.A. Préambules L occiput est directement concerné par les lésions de type cranio-sacré, comme les lésions shéno-basilaires ou la fermeture de la suture occipitomastoïdienne,

Plus en détail

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur

Douleur = perception pénible d une stimulation sensitive. Nociception = processus sensoriel à l'origine du message nerveux qui provoque la douleur Page1 Dr CAILLOCE Prépa IADE 2009 Les voies de la douleur La douleur est une impression anormale et pénible reçue par une partie vivante et perçue par le cerveau. C'est une expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos

Quelques exercices pour prévenir le mal de dos KINĒ SITHĒ RAPIE DU SPORT Fiche Pratique publiée le 01.10.08 Quelques exercices pour prévenir le mal de dos Par le Docteur Frédéric Maton, médecin du sport. La première étape d une bonne prévention, passe

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

oesophagien chez le musicien

oesophagien chez le musicien Reflux gastro-oesophagien oesophagien chez le musicien Mythe ou réalité? L. Dalmasso Journée du trombone CNR Tours 28 Avril 2006 Physiologie de la respiration Respiration : Succession de phases reflexe

Plus en détail

LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE. Etirer les bras vers le bas tout en rapprochant légèrement le menton vers la poitrine pour étirer le cou.

LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE. Etirer les bras vers le bas tout en rapprochant légèrement le menton vers la poitrine pour étirer le cou. LES EXERCICES DE GYMNASTIQUE DOUCE LES OBJECTIFS - Soulager les zones sollicitées par le stress. Le plexus et l abdomen. Les vertèbres dorsales et la zone entre les omoplates. - Assouplir et étirer le

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Quelles relations existe-t-il entre communication nerveuse et communication hormonale?

Quelles relations existe-t-il entre communication nerveuse et communication hormonale? 9 Quelles relations existe-t-il entre communication nerveuse et communication hormonale? Document 1 : la pression artérielle et ses facteurs de variation. La pression artérielle ou tension artérielle est

Plus en détail

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES

LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES LES SCIATALGIES ET LES CRURALGIES Les sciatalgies (sciatiques) et les cruralgies sont des atteintes des nerfs périphériques. Ces atteintes peuvent soit provenir d une irritation au niveau de la racine

Plus en détail

C u r r i c u l u m f o r m a t i o n m o d u l a i r e

C u r r i c u l u m f o r m a t i o n m o d u l a i r e C u r r i c u l u m f o r m a t i o n m o d u l a i r e 1. Répartition des thèmes Année Module 1 Module 2 Module 3 Module 4 1 L'articulation ilio-sacré Les organes pelviens Neurologie appliqué La colonne

Plus en détail

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire?

Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? Quelle est l anatomie d une vertèbre lombaire? 1 La partie lombaire de la colonne vertébrale est composée de 5 vertèbres : de haut en bas L1, L2, L3, L4 et L5. L5 s articule avec le sacrum (vertèbre S1).

Plus en détail

Anatomie fonctionnelle Le tronc

Anatomie fonctionnelle Le tronc Anatomie fonctionnelle Le tronc Les principaux mouvements du tronc Face antérieure : les abdominaux Rôles Grand droit Petit oblique Grand oblique Transverse Précautions à prendre Face postérieure : la

Plus en détail

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un

29- Les chaines alimentaires commence toujours par un. et se termine par un Fiche de révision fin d'année 4 eme primaire Complète les phrases suivantes: 1- L'absorption des aliments digère à lieu à travers. 2- Les amidons sont digères par 3- La.. est la transformation des aliments.

Plus en détail

Les hernies de la bourse omentale

Les hernies de la bourse omentale Les hernies de la bourse omentale J-B. Meyer, F.Jausset, A.Oliver, C.Sellal, V.Laurent, M.Claudon, D.Régent CHU Nancy, Hôpital d adultes de Brabois, service de radiologie Plan I. Radio-anatomie Généralités

Plus en détail

SOMMAIRE (ouvrage physiologie)

SOMMAIRE (ouvrage physiologie) SOMMAIRE (ouvrage physiologie) Partie 1 : Organisation cellulaire et tissulaire des êtres vivants Chapitre 1 : Ultrastructure des cellules humaines A définition et généralités sur la cellule B membrane

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

L INFO DES INFIRMIERES DU SERVICE MEDICAL. LES LOMBALGIES Manuel d exercices

L INFO DES INFIRMIERES DU SERVICE MEDICAL. LES LOMBALGIES Manuel d exercices L INFO DES INFIRMIERES DU SERVICE MEDICAL LES LOMBALGIES Manuel d exercices GS/ME 03/2009 MANUEL D EXERCICES Le message essentiel à retenir est de RESTER ACTIF, c est le meilleur moyen de prendre en charge

Plus en détail

Chapitre 10. REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Objectifs spécifiques :

Chapitre 10. REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Objectifs spécifiques : Chapitre 10 REGULATION DE LA PRESSION ARTERIELLE Objectifs spécifiques : Expliquer les réflexes régulateurs d une hypertension et d une hypotension Expliquer la régulation hormonale de la pression artérielle

Plus en détail

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires

Neurophysiologie. Dr P Sauleau. I. Somesthésie et nociception. II. Système nerveux périphérique. III. Réflexes médullaires Neurophysiologie Dr P Sauleau I. Somesthésie et nociception II. Système nerveux périphérique III. Réflexes médullaires IV. Cortex moteur et voies motrices V. Noyaux gris centraux et cervelet VI. Audition

Plus en détail

radio-anatomie de la bourse omentale

radio-anatomie de la bourse omentale radio-anatomie de la bourse omentale J-B. Meyer, F.Jausset, A.Oliver, C.Sellal, V.Laurent, M.Claudon, D.Régent CHU Nancy, Hôpital d adultes de Brabois, service de radiologie Plan Radio-anatomie Généralités

Plus en détail

CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF

CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF CHAPITRE X L APPAREIL DIGESTIF Pour fournir l énergie nécessaire au fonctionnement de toutes ces cellules, de tous ces tissus et des organes qui constituent ce complexe organisme vivant qu est notre corps,

Plus en détail

PERITOINE 1- Les propositions suivantes concernent le péritoine : 2- Les propositions suivantes concernent le péritoine :

PERITOINE 1- Les propositions suivantes concernent le péritoine : 2- Les propositions suivantes concernent le péritoine : PERITOINE 1- Les propositions suivantes concernent le péritoine : A ; D A- le péritoine pariétal tapisse la face interne du fascia extrapéritonéal ; B- le péritoine viscéral recouvre entièrement les viscères

Plus en détail

Voies excréto-urinaires. Calices - Bassinet Uretères Vessie Urètre

Voies excréto-urinaires. Calices - Bassinet Uretères Vessie Urètre Voies excréto-urinaires Calices - Bassinet Uretères Vessie Urètre I - Généralités Tubes creux à paroi musculaire Présence de sphincters Bordés par un urothélium - écoulement continu petits calices uretère

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir.

La tête est tenue, regarder ses mains est le meilleur moyen d y parvenir. Le gainage doit se pratiquer de manière régulière dans un premier temps il aura pour vertu principale d équilibrer les forces musculaires, par la suite et selon le niveau, on verra dans cette pratique

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales

Jean-Luc Darrigol. Tous les moyens naturels pour vaincre. La constipation. Hygiène vitale. Aliments stimulant le transit. Plantes médicinales Jean-Luc Darrigol Tous les moyens naturels pour vaincre La constipation Hygiène vitale o Aliments stimulant le transit o Plantes médicinales o Compléments alimentaires Le tube digestif : anatomie et physiologie

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail