A Mona, Cécile, et Django. «Ne gaspille pas le temps c est l étoffe dont la vie est faite» A mes parents, mes beaux parents, où qu ils soient

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A Mona, Cécile, et Django. «Ne gaspille pas le temps c est l étoffe dont la vie est faite» A mes parents, mes beaux parents, où qu ils soient"

Transcription

1

2 A Mona, Cécile, et Django «Ne gaspille pas le temps c est l étoffe dont la vie est faite» A mes parents, mes beaux parents, où qu ils soient A Alain Lignon, Alain Gassier mes tuteur et co-tuteur, A Ronald Ellis, à Michel Ciccotti A René Desmaison, à Thomas Gergke A feux, Michel Claveau, Bertrand Vinot, Quand j entends le cliquetis des mousquetons pendus à mon baudrier, il me semble que vous êtes toujours là, prêts à vous encorder à envoyer.. A Michel Petrucciani. A Olga Claveau, à Emmanuelle Coly. «A Antoine Girard et Paul François Dario» A tous nos enseignants, médecins, ostéopathes, et confrères pour leur bienveillance et le partage de leur passion.

3 Résumé Le sphincter d Oddi «jonction viscérale» situé au confluent des voies biliaires extrahépatiques, de la voie pancréatique exocrine et du 2 duodénum, peut être considéré comme un véritable épicentre des voies digestives. Son bon fonctionnement est corollaire d une bonne digestion, Hors il apparaît très souvent douloureux, spasmé,il est qualifié de «zones critique» De plus il est très réflexogènes c'est-à-dire très sensibles tres réactifs aux gestes ostéopathiques. Cettre triade «jonction viscérale,zone critique,zone reflexogène» sera le leitmotiv de ce mémoire. Le but de cet exposé est de montrer l importance de ce carrefour dans le concept ostéopatique. Des rappels d anatomie d embryologie, de physiologie de sémiologies médicales et chirurgicales, ainsi qu une présentation des grands principes ostéopathiques définissent le cadre de cette étude. Ensuite une présentation de l aspect protocolaire d une séance d ostéopathie, nécessitant le traitement du sphincter d Oddi, ainsi qu une description des techniques spécifiques à ce point, montre la diversité de l ostéopathie.une étude de cas clinique illustre la personalisation du soins ostéopathique adapté à chaque patient. Nous conclurons sur l aspect préventif, holistique et naturel de l ostéopathie.

4 Summary osteopatic approach and discussion about the duodenal papilla The duodenal papilla '' visceral junction '' situated at the common bile duct confluence of the pancreatic duct and the descending potion of the duodenum can be considered as a real epicentre of the digestive tracts. Its good functioning is the consequence of a good digestion. Though, it is most of the time painful, spasméd, it is refered to as: ""a critical area"". Moreover, it is very reflexogenic that is to say very sensitive and reactive to the gestures. This triad " visceral junction, critical area and reflexogenic area"" will be the leitmotive of this master's thesis. Its aim is to show the importance of the T-junction regarding the osteopathic concept. Some anatomical, embryological, physiological, medical and surgery semiologies added to an introduction of the main osteopathic principles will define the scope of this study. Then, an introduction of the formal aspect of an osteopathic session requiring the duodenal papilla treatment, added to a description of these specific techniques related to this point, will show the diversity of osteopathy. A study based on clinical cases depicts the personalization of the osteopathic cares adapted to each patient. We will conclude on the preventive, holistique and natural aspect of osteopathy.

5 Oddi qu est ce que tu nous dis? Approche ostéopathique, réflexions à propos du sphincter d Oddi. Sommaire Introduction Partie : Présentation et données fondamentales Embryologie Anatomie digestive Présentation du système neuro-végétatif Physiologie Sémiologie médicale...56 Sémiologie chirurgicale Imagerie médicale Partie : Bases et principes ostéopathiques Les principes de Still (1874) Bases de l ostéopathie dans la sphère viscérale Physiopathologie en ostéopathie viscérale Notion de chaînes lésionnelles ostéopathiques Notion de troubles et de processus psychosomatiques Notion de troubles fonctionnels, troubles organiques Partie : Pratique ostéopathique...98 Présentation de la 3 partie Interrogatoire Observation du sujet Tests palpations et diagnostic Diagnostics d exclusions Traitement du sphincter d Oddi Conseils et explications au patient Partie : Cas Cliniques Présentation des cas cliniques Discussion Conclusion Table des illustrations Bibliographie Table des matières...162

6 «Je distingue deux moyens de cultiver les sciences : l un argumente la masse de connaissances par des découvertes : et c est ainsi que l on mérite le nom d inventeur ; l autre de rapprocher les découvertes et de les ordonner entre elles, afin que plus d hommes soient éclairés et que chacun participe, selon sa portée, à la lumière de son siècle» Diderot

7 Introduction Le sphincter d Oddi «jonction viscérale» situé au confluent des voies biliaires extrahépatiques, de la voie pancréatique exocrine et du 2 duodénum, peut être considéré comme un véritable épicentre des voies digestives. Son bon fonctionnement conditionnant l arrivée de la bile et des sucs pancréatiques dans le duodénum empêche aussi les reflux du chyme dans les voies hépato-biliaires et pancréatiques lors des salves duodénales. Il est donc corollaire d une bonne digestion. Aussi d après J.P. Barral, serait-il sensible chez presque 75% des patients. L auteur le qualifie de zone critique, très sensible aux stress aux émotions et donc cible fréquente de spasmes et de dysfonctions, dysfonctions, qui sont à leur tour responsables de troubles fonctionnels fréquents : constipation, fatigue, lassitude, douleurs, pesanteurs abdominales Le sphincter d Oddi pourrait bien être le baromètre de la sphère abdominale. Or il s agit d une zone très réflexogène c est à dire très réactive aux manipulations. Cette triade «jonction viscérale zone critique zone réflexogène» fait du sphincter d Oddi un point remarquable dans la pratique ostéopathique. En effet, l ostéopathe pourra intervenir dès les premiers signes, dès les premières plaintes d un patient, et traiter la phase fonctionnelle. Il aura une action préventive qui visera à relancer les processus digestifs et d autorégulation. Still disait : «Nous les ostéopathes ajustons la machine et le laboratoire chimique naturel produit tous les éléments nécessaires pour réparer, donner de l aise et du confort tandis que les globules de la nature font tout le travail» Nous choisissons aujourd hui de nous intéresser à ce carrefour et d en étudier toutes les facettes. Le but de cet exposé ne sera pas simplement d énumérer une série de techniques normalisatrices, mais aussi d étudier chapitre après chapitre, sa vie et son environnement, pour mieux le connaître, mieux l appréhender au sein de notre pratique. 1

8 En premier lieu, par un rappel embryologique, nous étudierons la mise en place du système digestif dès les premières semaines de vie intra utérine puis, par un rappel anatomique, nous visualiserons sa disposition. Un rappel physiologique mettra en en évidence la merveilleuse synchronisation des voies digestives, endocriniennes et neurologiques. Une approche de la physiopathologie nous amènera à mieux cerner les dérèglements des systèmes : digestifs, nerveux, endocriniens, qui affecteront la «physiologie» du sphincter d Oddi. Une étude des sémiologies médicales et chirurgicales nous permettra d appréhender les diagnostics différentiels et les diagnostics d exclusion à tout traitement manuel. Un rappel des principes de Still et des fondements de l ostéopathie relieront ces bases anatomo-physiologiques à la mise en place de notre pratique, aussi récapitulerons-nous les différentes techniques intéressantes pour traiter cette région. Nous aborderons alors l aspect protocolaire d une séance où nous montrerons quel chemin choisir pour traiter un patient : De l histoire du patient à sa souffrance De l interrogatoire à l examen ostéopathique De notre examen au diagnostic lésionnel, différentiel et d exclusion. Du diagnostic au choix d un protocole de traitement : traitement holistique individuel et ouvert Ensuite, nous aborderons la phase dite «de conseils aux patients» «souffrants» de troubles digestifs : conseils de bon sens, simples, immédiatement applicables et qu il est bon de répéter en fin de consultation. Enfin nous conclurons sur quelques réflexions quant à notre pratique quotidienne ainsi que sur l accompagnement que nous devons à nos patients. 2

9 Nous tenons à préciser que nous avons volontairement extrait le sphincter d Oddi de l entité qu est notre organisme, afin de mieux l analyser. «Extraire pour mieux analyser.» Dans un second temps, tout ostéopathe est à même de replacer le sphincter d Oddi dans son contexte sur le parcours de chaînes lésionnelles et de traiter le patient dans sa globalité. «Comprendre c est relier.» 3

10 1 Partie : Présentation et données fondamentales 6

11 1.1 Embryologie Intérêt de l embryologie L étude embryologique permet de découvrir les origines des différentes structures et de comprendre les mobilités tissulaires et viscérales. L ostéopathie proposant une approche holistique s appuiera pour son raisonnement sur l embryologie, sur le développement de la mise en place des différents systèmes, pour comprendre comment, au stade adulte, un organe peut être en rapport avec une fonction ou un autre organe. N.B. : le développement embryologique du tube digestif a lieu à une échelle microscopique pendant les premiers mois de gestation. Les phénomènes décrits ont lieu simultanément et les dates indiquées n ont qu une valeur indicative Principes notions et lois en embryologie Nous garderons à l esprit les lois d évolution morphologique du péritoine selon Fredet et les notions suivantes La loi d accommodation Chaque organe s accommode au mieux de l espace dont il dispose La loi d accolement Deux séreuses en contact permanent sans se mobiliser s accolent Notion d ontogenèse «L ontogenèse résume la phylogenèse», c est à dire : le développement d un individu ne se comprend que si l'on connaît le développement de son espèce Notion d homologie L homologie c est la recherche de correspondance entre des structures qui ont la même origine, le même développement, mais qui au bout du compte remplissent une fonction différente. 7

12 Notion d analogie L analogie c est la correspondance entre des structures qui n'ont ni la même origine, ni le même développement mais qui au bout du compte remplissent les mêmes fonctions (par exemple : branchies et poumons.) Champ de notre étude Nous étudierons ici les stades successifs de l ovule fécondé à la réunion des voies biliaires extrahépathique avec les voies pancréatiques exocrines De l ovule fécondé à la gastrulation L ovule fécondé au niveau distale de la trompe untérine devenu donc zygote va se subdiviser en de nombreuses sphérules secondaires. Il va migrer le long de la trompe utérine vers le corps utérin et se transformer en morula précoce à la «80 heure».le stade de morula définitive est atteint au 4 jour. La division cellulaire continue la morula se creuse et devient le blastocyste au 5 jour. L implantation du blastocyste dans la muqueuese utérine débute au 6 jour et se terminera lors de la deuxieme semaine. Le blastocyste correspond à une masse sphérique qui forme le placenta et les membranes qui enveloppent l embryon. L embryon se présente d abord comme une masse sphérique, à l intérieur du blastocyste, puis comme un disque à 2 feuillets :L endoderme et l ectoderme. A la troisième semaine apparaît un troisième feuillet, le mésoderme, c est la gastrulation. A partir de la troisième semaine commence la délimitation et la formation des organes Embryologie du tube digestif Le tube digestif est coulé dans une masse de tissu muqueux dérivé du mésoderme. Le mésoderme se fissure, après le troisième mois de la vie, en deux feuillets qui formeront : l un : le péritoine pariétal, l autre : le péritoine viscéral. 8

13 A l origine, le tube digestif est compris dans une épaisse cloison sagittale médiane. La fissure entre les deux feuillets deviendra la cavité péritonéale Formation de l intestin primitif L embryon va subir alors une inflexion céphalo caudale et latérale, la cavité endoblastique va alors se diviser en une partie embryonnaire qui sera l intestin primitif et deux parties extra embryonnaires qui seront : la vésicule ombilicale, et l allantoïde. Aux extrémités céphaliques et caudales de l embryon, l intestin primitif va former deux trous borgnes définissant l intestin antérieur et l intestin postérieur. Nous opérerons une division en quatre parties de l intestin primitif : L intestin pharyngien ou pharynx Il va de la membrane pharyngienne au diverticule trachéo-bronchique. La partie caudale de l intestin antérieur Elle va du ventricule trachéo-bronchique au bourgeon hépatique. L intestin moyen Il commence après le bourgeon hépatique à la fin de l intestin antérieur et s étend jusqu au point qui correspondra chez l adulte à la jonction tiers moyen, tiers gauche du côlon transverse. L intestin postérieur Il succédera à l intestin moyen jusqu à la membrane cloacale. L endoblaste forme le revêtement épithélial du tube digestif et va donner naissance aux glandes annexes. Musculeuse et séreuse dériveront du splanchnopleure. Initialement les intestins (antérieur, moyen, postérieur) primitifs reposent sur le mésenchyme de la paroi abdominale postérieure qui, à la 5 ème semaine, devient membraneux et forme le mésentère dorsal de la partie postérieure. Ce mésentère dorsal va de la partie terminale de l œsophage à la région cloacale. On parlera de : 9

14 mésogastre dorsal au niveau intestinal, mésenduodénum dorsal au niveau du duodénum, mésentère au niveau du jugenum, mésocôlon au niveau du côlon. Il n existe un mésentère ventral qu au niveau de l œsophage, de l estomac et du premier terminal duodénum Vascularisation de l intestin primitif Au niveau artériel, les parties abdominales des intestins antérieurs moyens et postérieurs sont vascularisées chacune par leur propre artère provenant de l aorte. l intestin antérieur (partie caudale) est vascularisé par le tronc cœliaque, l intestin moyen par l artère mésentérique supérieure, l intestin postérieur par l artère mésentérique inférieure. Ces artères «charpentent» véritablement l emplacement des organes Evolution de l intestin primitif antérieur L intestin primitif antérieur sera à l origine de : l œsophage abdominal, l estomac, du duodénum (jusqu au sphincter d Oddi), du foie, de la vésicule biliaire, des voies biliaires, du pancréas. 10

15 Formation, agencement du foie et des voies biliaires extra hépatiques et du pancréas N.B. L estomac est relié à l aorte et à la paroi abdominale supérieure par le mésogastre postérieur. Il est relié à la paroi abdominale antérieure par le mésogastre antérieur. L agencement du foie et des voies biliaires extra hépatiques et du pancréas : Le foie s est développé à partir d un bourgeon issu de la face antérieure du duodénum. Ce bourgeon donne deux masses (une à droite et une à gauche). L amas droit donne le foie, l amas gauche donne la vésicule biliaire et les voies biliaires. Le foie s accroît rapidement dans le mésogastre antérieur entre l estomac et la paroi antérieure de l abdomen. La lame du mésogastre qui se trouve entre l estomac et le foie deviendra le petit épiloon. La lame du mésogastre qui relie le foie à la paroi antérieure deviendra le futur ligament falciforme. L ampleur et la vitesse de croissance du foie seront le moteur de la mise en place viscérale dans la cavité péritonéale, obligeant les autres organes à s adapter au mieux par rapport à la place qui leur est laissée. Le pancréas naît à partir de deux diverticules : le bourgeon pancréatique dorsal (à la même hauteur que le bourgeon hépatique) et le bourgeon pancréatique ventral. Le bourgeon pancréatique ventral et les voies biliaires vont subir une rotation horaire autour du duodénum, arrivant dans le mésentère dorsal ; ils vont alors fusionner. Ici nous retrouvons donc : la réunion des voies biliaires extra hépatiques et des voies pancréatiques exocrines, vers le 42 ème jour. Le bourgeon dorsal du pancréas deviendra le canal de Santorini (canal accessoire des voies exocrine du pancréas). Ainsi obtient-on vers le 42 ème jour, la fusion des voies biliaires et des voies pancréatiques exocrines, sous la gouverne du sphincter d Oddi, que nous nous proposons de redécouvrir. 11

16 1.1.4 Ce qu il faut retenir de l embryologie pour le raisonnement ostéopathique La réunion des voies biliaires extra-hépatiques et des voies pancréatiques se fait après une rotation horaire de leur bourgeon autour du duodénum, il ne faudra pas oublier cette rotation lors de nos tests d écoutes et lors de nos techniques d inductions. N oublions pas que selon Barral et Mercier la motilité serait la mémoire des mouvements embryologiques. 12

17 Superposition des plans péritoneaux à la fin des rotations intestinales Mesocolon primitif Mesoduodénum Sens des rotations intestinales Artère mésentérique supérieure Aorte abdominale D après MONOD ET DUHAMEL Figure 1 13

18 Pancréas divisum Canaux Pancréas Pancréas Dorsal Embryologie : D après W.LIERSE Figure 2 14

19 D après F.NETTER Figure 3 15

20 1.2 Anatomie digestive Situation du sphincter d Oddi Le sphincter d Oddi est situé dans la région ombilicale. Il est dans une loge intra péritonéale, au niveau tiers postéro-inférieur du deuxième duodénum. Sa zone de projection est située à 2 travers de doigts de l ombilic sur une droite joignant l ombilic au milieu de la clavicule droite Définition du sphincter d Oddi : Le sphincter d Oddi doit son nom à Ruggeri Oddi, anatomiste italien, qui l a individualisé pour la première fois en C est le sphincter commun au cholédoque et au canal des voies pancréatiques exocrines (Canal de Wirsung). Le Sphincter d Oddi entoure l ampoule hépato-pancréatique ou «ampoule de Vater» renflement situé au niveau de l arrivée des 2 canaux dans le duodénum. Il est constitué de fibres musculaires lisses bien individualisées qui se joignent aux fibres duodénales. L ampoule hépato pancréatique s abouche dans le 2 duodénum au niveau de ce que l on appelle la grande caroncule. L écoulement des sécrétions se fait au niveau de la papille duodénale majeure. Légèrement au-dessus, toujours au niveau du 2 duodénum se trouve l embouchure du canal accessoire du pancréas (ou canal de Santorini) pour lequel nous trouverons : la petite caroncule et la papille duodénale mineure. 16

21 1.2.3 Description du sphincter d Oddi (fig ) En résumé Nous parlerons du sphincter d Oddi ou de sphincter de l ampoule hépato-pancréatique. Il est bombé dans le duodénum. Sa muqueuse est riche en fibre musculaire formant une véritable valve anti-reflux empêchant la remontée du chyme dans les conduits (biliaires et pancréatiques). On dénombre 3 sphincters à ce niveau : un sphincter propre du cholédoque, un sphincter propre du conduit pancréatique, un sphincter hépato-pancréatique commun, ou sphincter d Oddi, plus le canal de Santorini (inconstant) et son sphincter propre Description détaillée selon Fodish La papille de Vater, l ampoule hépato pancréatique et leur appareil sphinctèrien : «La papille de Vater est l œilleton du système canalaire bilio-pancréatique» (Födisch 1985). La partie terminale du canal cholédoque traverse de façon oblique la partie postérieure de la paroi latérale du deuxième duodénum et ceci entre 6 et 9 cm (en moyenne 7.5) en aval du pylore. Ceci soulève le pli longitudinal duodénal qui mesure 5 à 23mm de long (en moyenne 13.5mm) sur 2 à 3 mm de hauteur. Ce pli muqueux, qui a tendance à s effacer avec l âge, porte dans sa partie distale la papille. Au sein de la papille se trouve l appareil sphinctérien du canal cholédoque ainsi que l ampoule hépatopancréatique. Une véritable ampoule d une certaine longueur et effectivement élargie n est retrouvée que dans la moitié des cas. La papille de Vater est un organe à part, qui occupe une place particulière sur le plan morphologique et fonctionnel au sein du système canalaire bilio-pancréatique. Sa taille et sa forme sont extrêmement variables. Il existe des petites papilles dépassant à peine le relief muqueux comme de grandes papilles en forme de verrue ou de cône. En général la taille de la papille augmente avec l âge; son diamètre varie entre 3.5 et 4.5 mm. En même temps, le massif des plis converge vers la muqueuse duodénale. La papille peut 17

22 D après W. LIERSE Figure 4 18

23 Variation anatomique de la réunion du canal cholédoque et du canal pancréatique D après E.BODNER O. GABER Figure 5 19

24 Anatomie coupe schématique D après DZIWISH ET LIERSE Figure 6 20

25 même, bien qu agrandie, se situer au niveau de la muqueuse, elle est alors difficile à apercevoir. L orifice de la papille peut être de taille variable, surtout lorsqu elle représente l abouchement commun du canal cholédoque et du canal pancréatique. L orifice est rond ou ovalaire avec un diamètre fonctionnel de 0.6 à 2.1mm. Le pourtour de l orifice, la muqueuse papillaire, est souvent irrégulier chez les patients de plus de 40 ans et parfois lobulé par les plis muqueux de l ampoule qui se terminent ici. Ces plis muqueux peuvent s agrandir avec l âge. Les plis muqueux s élèvent alors pour former de véritables polypes papillaires ou hyperplasies des plis qui peuvent rétrécir le diamètre utile de la papille. Au niveau de l orifice, on peut distinguer le bord supérieur, les deux bords latéraux et le bord inférieur. L aspect en capuchon de la muqueuse papillaire est un caractère important pour la reconnaissance de la papille. L ampoule hépatopancréatique Une vraie ampoule existe lorsque la partie terminale commune entre le canal cholédoque et canal pancréatique se termine en Y avant la papille. Cette ampoule mesure entre 3 et 20mm de longueur pour une largeur de 3mm. Un diamètre de 6mm n est pas fréquemment retrouvé. Dans environ un tiers des cas cette partie terminale commune mesure moins de 3mm de longueur. La muqueuse est caractérisée à cet endroit par des plis longitudinaux, reliés entre eux par des plis transversaux. Il en résulte un système en forme de store avec de multiples volets qui évite le reflux. Dans la muqueuse se trouvent des glandes (dites glandes accompagnatrices) et des cellules du système APUD. L appareil sphinctérien du canal cholédoque terminal Le canal cholédoque ne possède pas de musculature lisse digne d intérêt jusqu à environ 5mm en amont de la fenêtre duodénale. La partie terminale du canal cholédoque, l ampoule hépatopancréatique ainsi que la papille possèdent un appareil sphinctérien propre comportant d une part un système muqueux occlusif fait de plis muqueux qui forment un système vasculaire anti-reflux, et d autre part un système de fibres musculaires spiralées accompagné d un réseau capillaire et parapapillaire. Dans la partie musculaire de ce sphincter d Oddi de la papille on peut distinguer le muscle sphincter du canal cholédoque avec son contingent récurrent et son contingent de 21

26 fibres longitudinales, le muscle sphincter de l ampoule hépatopancréatique ainsi que le muscle sphincter du canal pancréatique, qui est inconstant. Le muscle sphincter du canal cholédoque, parfois aussi appelé partie supérieure de l appareil sphinctérien, s étend sur 8-10mm et atteint une épaisseur de 0.8mm. Il commence dans la partie extramurale du canal cholédoque, à 3-4mm au-dessus de la fenêtre duodénale. Dans la paroi duodénale, ce muscle reçoit des fibres de la couche musculaire circulaire du duodénum qui se dirige vers le canal cholédoque et qui le fixe au sein de la fenêtre duodénale ; ce sont les muscles récurrents. De la couche longitudinale viennent des faisceaux latéraux qui vont, de façon spiralée, vers la papille en contournant le canal cholédoque ; ce sont les muscles longitudinaux. Le muscle sphincter de l ampoule hépatopancréatique constitue, sous la forme d un cylindre musculaire, la charpente de la papille avec des fibres élastiques et collagènes. Ce muscle, appelé aussi partie inférieure du sphincter, mesure 5-6mm de long, est fait d un enchevêtrement de fibres musculaires circulaires et de fibres élastiques provenant de la paroi duodénale, qui se croisent et qui se dirigent en spirale vers l orifice de la papille. Cette structure est également observée chez des patients présentant une dilatation de l ampoule ou un abouchement séparé de deux canaux. Le fonctionnement sphinctérien, sous contrôle végétatif et hormonal, évite, avec le système valvulaire muqueux, un reflux de suc pancréatique et de bile avant l ouverture de l orifice papillaire, mais également un reflux du contenu digestif dans les canaux. La partie supérieure (sphincter du cholédoque) contribue au raccourcissement et à l érection de la papille. La partie inférieure (sphincter de l ampoule hépatico-pancréatique) augmente la contraction pour le remplissage de l ampoule et pour l éjection de la bile qui lui succède, puis redonne à l ampoule sa forme initiale. Localisations fréquentes et rares de la papille et de la papille accessoire La position normale de la papille est le milieu du deuxième duodénum, avec un passage oblique du canal cholédoque à travers la paroi duodénale. En cas de position haute, la papille peut se situer à 2-3cm du pylore. Dans ce cas, le passage cholédocien à travers la paroi duodénale se fait à angle droit. En cas de position basse, la papille est située à la jonction entre deuxième et troisième duodénum, près du genu inférius. Dans ce cas, le cholédoque aborde la paroi duodénale à angle droit. 22

27 Anatomie dimensions papille D après W.LIERSE Figure 7 23

28 Dimensions papille suite D après W.LIERSE Figure 8 24

29 Anatomie détails de la papille D après DZIWISH ET LIERSE Figure 9 25

30 Anatomie détails de la papille suite Figure 10 Figure 11 26

31 La papille accessoire ou petite caroncule est habituellement située à 0.5-1cm au-dessus et en avant de la papille. Dans environ la moitié des cas, le canal de Wirsung communique avec le canal de Santorini qui s abouche au niveau de cette papille accessoire. Ce n est que dans de rares cas que le canal de Santorini représente le canal pancréatique principal au plan fonctionnel. Il est également rare que ce canal accessoire fasse complètement défaut ; une papille accessoire peut néanmoins exister. Dans de très rares cas les deux systèmes canalaires sont indépendants et ne communiquent pas ; c est le cas du pancréas divisum. Position normale et variations des canaux excréteurs au niveau de la papille :fig 5 La confluence entre canal cholédoque et canal de Wirsung est très variable sur le plan anatomique, notamment en ce qui concerne le mode de confluence, la formation d une ampoule et le mode d abouchement terminal dans le duodénum. Ces variations n entraînent pas de modification fonctionnelle. Ceci est également valable pour le canal pancréatique accessoire ou canal de Santorini et la petite caroncule. La petite caroncule est beaucoup plus souvent retrouvée chez les enfants que chez l adulte. Il n est pas exclu que le canal pancréatique accessoire et sa papille involuent au cours de la croissance.» Pour mieux comprendre l unité de cette région, nous allons étudier : le couple duodénum-pancréas, la terminaison des voies biliaires extra hépatiques. D après A. Bouchet et J. Cuilleret : Anatomie (abdomen, région Retro-péritonéale) L unité de la région duodénum pancréas : le couple duodénum pancréas Profondément situés contre le plan pariétal postérieur à la partie moyenne de la cavité abdominale, duodénum et pancréas sont deux organes étroitement solidaires puisque à leur communauté s ajoute une véritable relation de continuité les canaux pancréatiques 27

32 s abouchant dans le deuxième duodénum des connexions intimes avec la voie biliaire principale, sans parler de leur indiscutable synergie physiologique. Nous étudierons donc la morphologie du duodénum, celle de la tête du pancréas, des connexions réciproques du duodénum et du pancréas, leurs rapports, leur vascularisation et leur innervation Description du duodénum (fig 12 13) Segment initial de l intestin grêle, le duodénum fait suite à l estomac au niveau du pylore et se termine au niveau de l angle duodéno-jéjunal en pénétrant dans le mésentère où il se poursuit par le jéjunum. Il dessine un trajet en forme de C ouvert en haut et à gauche et se divise en 4 parties. Le premier duodénum (Pars Supérieur) qui fait suite au pylore au niveau du flanc droit de la première lombaire, entièrement péritonisé, se termine contre la paroi abdominale postérieure en formant avec le segment suivant un angle assez aigu : le genu supérius. Le deuxième duodénum (Pars Descendens) descend verticalement sur le flanc droit de la colonne vertébrale depuis la première jusqu à la quatrième vertèbre lombaire. C est dans sa paroi interne que s abouchent les canaux biliaires et pancréatiques. Il se termine en formant avec la portion suivante un angle droit : le genu inferius. Le troisième duodénum (Pars Horizontalis) a une direction transversale horizontale. Le quatrième duodénum (Pars Ascendens) monte presque verticalement sur le flanc gauche de la colonne jusqu à hauteur de la deuxième lombaire où il se termine, au niveau de l angle duodéno-jéjunal (Flexura Duodeno-Jejunalis) Description du pancréas (tête et système exocrine) (fig 15) Le pancréas est une glande mixte endocrine et exocrine qui présente 4 parties : la tête, l isthme, le corps et la queue. Il est profondément situé en avant de la colonne et est recouvert par l estomac, le côlon transverse et le méso-côlon. Le pancréas est constitué d une trame conjonctive entourant un parenchyme exocrine. Les voies excrétrices du parenchyme exocrine sont constituées par des canaux intra-lobulaires se jetant eux-mêmes dans des canalicules venant se déverser dans les deux canaux extérieurs principaux : le canal de Wirsung et le canal de Santorini (inconstant). 28

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013

TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 TUTORAT UE 5 2012-2013 Anatomie Correction Séance n 6 Semaine du 11/03/2013 Appareil respiratoire-organogénèse de l appareil digestif Cours du Pr. PRUDHOMME Séance préparée par Anissa BARAKAT, Caroline

Plus en détail

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative).

Bouche : 2 paires d incisives, de grande taille, à croissance continue (en relation avec le régime alimentaire). Langue (sensibilité gustative). TP 2 ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique

Plus en détail

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe

ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe ÉTUDE MORPHOLOGIQUE ET ANATOMIQUE DE LA SOURIS (MUS MUSCULUS) I. Morphologie externe - Corps en 3 parties : tête, tronc, queue Caractéristique des Vertébrés - Corps couvert de poils Caractéristique des

Plus en détail

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien.

Le mésencéphale (pédoncules cérébraux et colliculus), le pont et le bulbe rachidien. BIOLOGIE 101-A82-SF ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE 2 EXERCICES : LE SYSTÈME NERVEUX 2 1. Quelle est la différence entre l encéphale et le cerveau? L encéphale est constitué de tout le contenu de la boîte crânienne.

Plus en détail

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

LE LARYNX VUE ANTERIEURE DU LARYNX : Décembre 2007 Sources Étudiantes. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes LE LARYNX Le larynx est un conduit aérien qui joue un rôle essentiel dans la phonation mais aussi dans la respiration. Suite au larynx, se trouve la glotte, une zone rétrécie qui délimite les voies aériennes

Plus en détail

Anatomie générale du système musculaire strié

Anatomie générale du système musculaire strié Anatomie générale du système musculaire strié La morphologie et l anatomie fonctionnelle distingue le système musculaire squelettiques ou strié qui sera l objet de ce cours et dont les muscles peuvent

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

Le système vasculaire

Le système vasculaire 1 I LES VAISSEAUX DU COEUR ARTERES CORONAIRES : elles sillonnent dans le sillon coronaire, elles donnent naissance à des branches qui pénètrent dans le cœur et chacune des artères irrigue un territoire

Plus en détail

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale,

La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, LES «ANNEXES» DE LA CAVITE ORALE La Langue La langue, constituant la majeure partie de la partie inférieure de la cavité orale, occupe l espace dans cette cavité orale, dans la concavité de l arche mandibulaire,

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

La fonction respiratoire

La fonction respiratoire La fonction respiratoire Introduction Fonction vitale : Au-delà de 3 min = atteintes graves Après 5 min = très altérés On parle de 3 phénomènes : Ventilation : respiration visible, échanges aériens intérieur

Plus en détail

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale)

10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) 10. Automatisme et contrôle nerveux de la motricité digestive (intestinale) Introduction La paroi digestive est typiquement formée de deux couches de muscles lisses (fig.10.1 et 10.2) dont l'activité doit

Plus en détail

La filtration glomérulaire et sa régulation

La filtration glomérulaire et sa régulation UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 4 : La filtration glomérulaire et sa régulation Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration

Os Hyoïde. Cartilage thyroïde. Cartilage Cricoïde. Cartilage Trachéal. S ouvre à la déglutition et à l expiration MUSCULEUSE OESOPHAGIENNE : 1/3 supérieur : Musculeuse striée longitudinale (Paroi) + S.S.O 1/3 moyen : Musculeuse striée externe longitudinale + circulaire lisse interne 1/3 inférieur : Musculeuse circulaire

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

La digestion ou le devenir des aliments ingérés

La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion ou le devenir des aliments ingérés La digestion est la transformation par l organisme des aliments (eau, molécules organiques et minérales) en éléments plus petits, les nutriments, par un

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Les traitements du cancer du pancréas

Les traitements du cancer du pancréas DÉCEMBRE 2012 Les traitements du cancer du pancréas COLLECTION GUIDES PATIENTS LE PANCRÉAS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LA CHIMIOTHÉRAPIE LA NUTRITION LES TRAITEMENTS DE LA DOULEUR LES PROFESSIONNELS

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Chimie biochimie sciences du vivant Classe de première Ressources pour le lycée technologique Présentation Thème 3 du programme Les systèmes vivants maintiennent leur intégrité et leur identité

Plus en détail

Chapitre 10 : Développement de l'appareil circulatoire Table des matières

Chapitre 10 : Développement de l'appareil circulatoire Table des matières Chapitre 10 : Développement de l'appareil circulatoire Table des matières 2014 Introduction 0 1. LA CIRCULATION EMBRYONNAIRE (4ème semaine du développement) 0 1.1. Formation des vaisseaux extra-embryonnaires

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide

schémas du by-pass gastrique pour obésité morbide Femme de 58 ans, opérée d un by-pass gastrique 2 ans auparavant. Depuis 10jours, nausées et vomissements. Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur ls images scanographiques après

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

Photos des différents ingrédients

Photos des différents ingrédients 14 globules blancs (2 cuillères à soupe farine) participent à la défense contre les bactéries. plaquettes (2 cuillères à café pigment jaune) participent à la coagulation = bouchent les trous Photos des

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION

MANUEL D'UTILISATION MANUEL D'UTILISATION VP PLANNING 1.0 Application mobile Android Visible Patient SAS RCS Strasbourg TI 794 458 125 1 place de l'ho pital 67000 Strasbourg, FRANCE Capital social : 58330 Tél.: 33 (0)3 88

Plus en détail

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin

Lames préparées (pancréas) Indicateur de glycémie et bandelette d analyse Dispositif de prélèvement sanguin LA GLYCÉMIE But Comprendre l histologie du pancréas. Établir des liens entre l histologie et la physiologie glandulaire. Observer les effets de l insuline sur le contrôle du sucre sanguin. Expliquer les

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

REGULATION DE LA GLYCÉMIE

REGULATION DE LA GLYCÉMIE 3 REGULATION DE LA GLYCÉMIE Objectifs : en s'appuyant sur des résultats expérimentaux, construire un schéma mettant en place : le stimulus, la glande endocrine, l'hormone sécrétée, les organes effecteurs,

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Troubles d ingestion, de digestion, d absorption et d élimination

Troubles d ingestion, de digestion, d absorption et d élimination Chapter.indd 250 4/10/11 5:46 PM PARTIE 10 Troubles d ingestion, de digestion, d absorption et d élimination CHAPITRE Évaluation clinique Système gastro-intestinal......... 252 CHAPITRE 54 Interventions

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Le trajet des aliments dans l appareil digestif.

Le trajet des aliments dans l appareil digestif. La digestion. La digestion, c est la transformation des aliments en nutriments assimilables par l organisme. Dans le tube digestif, les aliments subissent une série de dégradations mécaniques et chimiques

Plus en détail

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau.

On appelle organes des sens : les yeux, les oreilles, les fosses nasales, la langue, la peau. Vue, ouïe, odorat, toucher et goût sont les 5 sens qui renseignent le cerveau sur ce qui se passe à l extérieur du corps. Les organes sensoriels renferment une multitude de cellules nerveuses motrices.

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère ou Terminale Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 3 Sous-thème : 3.2 Les systèmes vivants utilisent deux grandes voies de communication

Plus en détail

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX Anatomie de la pyramide nasale Types morphologique du nez I/- INTRODUCTION : Les fosses nasales ou nez représentent le segment initial des voies respiratoires. Il

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Dysfonctions ostéopathiques du caecum et du côlon sigmoïde : répercussion de leur traitement sur le complexe articulaire occiput-atlas.

Dysfonctions ostéopathiques du caecum et du côlon sigmoïde : répercussion de leur traitement sur le complexe articulaire occiput-atlas. Collège Ostéopathique Sutherland Dysfonctions ostéopathiques du caecum et du côlon sigmoïde : répercussion de leur traitement sur le complexe articulaire occiput-atlas. Mémoire en vue de l obtention du

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Protocole de dissection de la SOURIS

Protocole de dissection de la SOURIS Protocole de dissection de la SOURIS Matériel nécessairen - Une paire de petit ciseaux - Une sonde cannelée - 2 paires de pinces fines - épingles Epingler la souris Fixer la souris en extension sur le

Plus en détail

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum

uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas? Veine cave inférieure Aorte Estomac Foie Vésicule biliaire Rate Duodénum uestion 4 Quels moyens simples pour explorer et visualiser le pancréas?? 4 > En raison de son petit volume et de sa situation très profonde, le pancréas n est pas palpable à ventre fermé, contrairement

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Médecine ostéopathique. Les intestins. Grégoire Lason & Luc Peeters

Médecine ostéopathique. Les intestins. Grégoire Lason & Luc Peeters Médecine ostéopathique Les intestins Grégoire Lason & Luc Peeters Les intestins Grégoire Lason & Luc Peeters Copyright par Osteo 2000 sprl 2014. Aucun élément de cette édition ne peut être copié et /ou

Plus en détail

UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014

UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014 PACES UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014 Ce livret comporte 8 pages, 20 questions. Vous disposez de 30 minutes pour y répondre. Chaque question comprend entre une et cinq réponses exactes La lettre

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

De l huile de massage et une serviette de bain.

De l huile de massage et une serviette de bain. 1 er Séminaire / 29 et 30 Octobre 2011 Introduction théorique du Yin Yang et les 12 méridiens. Le concept viscéral les massages libération LE SACRUM : Les muscles fessiers méridien de Vessie Sacrum postérieur

Plus en détail

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale

Traitement chirurgical du reflux gastro-œsophagien et de la hernie hiatale Relecture scientifique Société française Relecture juridique Médecins experts Relecture déontologique Médecins Conseil national de l ordre des médecins (CNOM) Relecture des patients Confédération interassociative

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors?

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? elle va pour cela créer des éléments chargées de transmettre un message à son corps (les hormones) : la «relaxine»

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Médecine ostéopathique. L oesophage et l estomac. Luc Peeters & Grégoire Lason

Médecine ostéopathique. L oesophage et l estomac. Luc Peeters & Grégoire Lason Médecine ostéopathique L oesophage et l estomac Luc Peeters & Grégoire Lason L oesophage et l estomac Luc Peeters & Grégoire Lason Copyright par Osteo 2000 sprl 2015. Aucun élément de cette édition ne

Plus en détail

PARTIE. Organisation générale du corps humain

PARTIE. Organisation générale du corps humain PARTIE 1 Organisation générale du corps humain CHAPITRE 1 Les bases d'étude du corps humain L'ESSENTIEL Les définitions fondamentales en biologie, une science qui étudie l'organisme vivant dans un ordre

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Chapitre 2 : De l embryon préimplantatoire à l embryon tridermique

Chapitre 2 : De l embryon préimplantatoire à l embryon tridermique UE2 : Histologie - Biologie du développement et de la Reproduction Chapitre 2 : De l embryon préimplantatoire à l embryon tridermique Docteur Sylviane HENNEBICQ nnée universitaire 2010/2011 Université

Plus en détail

~@a ~@~ fp@j~~o ~@~@@~@

~@a ~@~ fp@j~~o ~@~@@~@ TABLE DES MA TIERES.... REMERCIEMENTS....... PREFACE.... DECOUVERTE Decouverte de la technique Counterstrain.... Raisonnement du traitement....... Conclusions et postulats.... PHYSIOLOGIE Physiologie de

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL)

Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) Oxyurose Association Française des Enseignants de Parasitologie et Mycologie (ANOFEL) 2014 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. L'agent pathogène... 3 2.1. Morphologie et biologie... 4 2.1.1. Les

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

Audition. Plan du cours

Audition. Plan du cours Plan du cours Cochlée :...2 rappel anatomo-fonctionnel... 2 Rôle des cellules ciliées internes (CCI) : les "vraies" cellules sensorielles... 4 Rôle des cellules ciliées externes (CCE)... 5 Synthèse du

Plus en détail

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle

Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière. Place de la thérapie manuelle Syndrome du piriforme ou syndrome de la traversée fessière Place de la thérapie manuelle Définition Il est habituel de parler de syndrome du piriforme L étude anatomique de la région laisse penser que

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

Vascularisation du pancréas : importance pour le chirurgien en cas de cancer

Vascularisation du pancréas : importance pour le chirurgien en cas de cancer UNIVERSITE DE GENEVE FACULTE DE MEDECINE Section de Médecine Clinique Département de Chirurgie Service de Chirurgie Viscérale Thèse préparée sous la direction du Professeurs Philippe MOREL et du Docteur

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi».

Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres en formation «recherche d emploi». Témoignages d Anne-Laure Mausner, Sophrologue Thème : Préparation pour un entretien d embauche (Les prénoms ont été modifiés pour respecter l anonymat) Le stage choisi est celui d un club de jeunes cadres

Plus en détail

Observations infirmières et incontinence fécale

Observations infirmières et incontinence fécale Observations infirmières et incontinence fécale Novembre 2012 Françoise FIEVET Infirmière Stomathérapeute CHU Brugmann Incontinence Fécale: selles uniquement Anale: gaz + selles La continence nécessite

Plus en détail

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical

Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Scolioses lombaires de l adulte : clinique et traitement médical Par Pierre Antonietti Chirurgien orthopédiste Clinique Jouvenet, Paris Il existe deux types de scolioses de l adulte : des scolioses de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

LES veines du cerveau.

LES veines du cerveau. LES veines du cerveau. DR AMR ANE CHAFIKA YASMINA Cours destiné aux étudiants de deuxième année de médecine ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 I- Introduction Le drainage veineux du cerveau converge dans la

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Épaule 67 I. Exercices pour une tendinite de l épaule Les exercices qui suivent visent à renforcer la musculature de votre épaule. Vous devez les faire au moins 2 fois par jour, tous les jours. Ils peuvent

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Le Placement des Omoplates

Le Placement des Omoplates N 6 OMOPLATES_FFTA 04/11/10 10:23 Page1 Collection Enseigner le Tir à l Arc N 6 268/270 rue de Brément - 93 561 Rosny sous Bois Cedex Tél. : 01 48 12 12 20 - Fax : 01 48 94 23 48 e-mail : ffta@ffta.fr

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND I - GRANDS AXES DE REVISION ANATOMIE - PHYSIOLOGIE APPAREIL CIRCULATOIRE ANATOMIE : le coeur, les vaisseaux

Plus en détail

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX 1-Le frontal Dr F. Philip 02/2014 ANATOMIE TETE Crâne osseux PLAN 4 MEDIANTS-2 LATERAUX PAIRES -LES 14 OS DE LA FACE Face Anatomie Innervation (V VII) COU GLANDES Thyroïde -parathyroïdes Glandes salivaires

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

Ménagez. votre dos! Mutualités

Ménagez. votre dos! Mutualités Ménagez votre dos! votre Mutualités L i b r e s I nterrogez un groupe et constatez combien de personnes ont déjà éprouvé des maux de dos Chacun devra, un jour ou l autre, faire face à des problèmes lombaires

Plus en détail

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv

Table des matières. Remerciements...v. Préface... vii. Avant-propos... xi. Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Remerciements...v Préface... vii Avant-propos... xi Mode d utilisation du manuel et du DVD... xv Nomenclature française traditionnelle et terminologie anatomique officielle...xvii Table des matières...

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail