Epidémiologie Conséquences de la dénutrition

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Epidémiologie Conséquences de la dénutrition"

Transcription

1 Epidémiologie Conséquences de la dénutrition Cours DES. 04/04/09 Pauline HOUSSEL

2 Définition «Apports alimentaires insuffisants pour couvrir les besoins nutritionnels d un patient» «Déficit d apport quantitatif, entraînant un bilan énergétique négatif ne répondant pas aux besoins de l organisme» Association: Perte de poids, perte protéique, perte fonctionnelle FAO/OMS

3 Plan 1. Épidémiologie 1. Descriptive: incidence, prévalence 2. Analytique 3. Temps et espace 2. Situations particulières 3. Conséquences 4. Conclusion

4 Épidémiologie 850M de personnes dénutries à l échelle mondiale 250 M d adultes des PED souffrent de dénutrition ½ décès des enfants de 5 ans est due à la dénutrition 30 M d enfants des PED naissent avec un faible poids 150 M d enfants de 5 ans ont une insuffisance pondérale Taux de dénutrition: excellent indicateur du niveau de développement d un pays OMS, 2002

5 Épidémiologie FAO

6 Épidémiologie Black, Lancet, 2008

7 EUROPE AMERIQUE OMS

8 AFRIQUE OMS

9 Épidémiologie: évolution Marek, Santé, 2002

10 Épidémiologie: évolution FAO

11 p 0,001 Incidence de la dénutrition de 40% parmi les patients admis dans un hôpital universitaire BMJ, 1994

12 A l hôpital Service de médecine: 40 à 50% des patients hospitalisés sont à risque de dénutrition (USA, Europe) 30 à 47% des sujets âgés hospitalisés sont dénutris 60% ont un risque d aggraver leur dénutrition au cours de l hospitalisation Feldblum, Nutrition, 2009 Kyle, Clin nutrition, 2003

13 Norman, Clin nutrition, 2008

14 A l hôpital La sévérité de la dénutrition est corrélée au diagnostic Naber, AM J Clin Nutrition, 1997

15 A l hôpital -244 patients du service de Chirurgie digestive et orthopédique -Evaluation par BMI/% perte de poids -Midly/borderline malnourished: BMI «18-20» ou perte de 5 à 10% -Moderate: BMI «18-16» ou 10 à 20% -Severe: BMI «16 ou perte»20% Résultats: 39% des patients sont dénutris

16 Anorexie mentale 4 A: anorexie, aménorrhée, amaigrissement, adolescence Acte 1: conduite alimentaire restrictive «choisie» avec activité physique +++ Atteinte d un poids minimum Réfractaire à l intervention Acte 2: phase de stagnation Acte 3: reprise pondérale/ phase de boulimie Acte 4: «l après anorexie» 15% des patients décèdent de causes en rapport avec anorexie mentale à 20ans de suivi Wilkins, Le clinicien, 2007

17 Anorexie mentale Prévalence: 0 à 0,9% 0,29% chez les jeunes filles Incidence 8/ par an Chez homme: 1/ par an La plupart des patients ne sont pas hospitalisés: Hoek, Curr opin Psychiatry, 2006

18 Personnes âgées Enquête EURONUT/SENECA Dénutrition des PA entre ans 2 à 5% à domicile, soit à PA à domicile 10 à 30% en maison de retraite 30 à 70% en hospitalisation 3,25% des PA en ambulatoire sont dénutries Pronostic Complication: x 4 à 8 Risque de mortalité: x 2 à 6 Albumine 35g/L: ⅔ décèdent dans les 5 ans Lesourd, Ann Biol Clin, Manson, Am J Public Health, 1991.

19 Dénutrition en Afrique sub-saharienne Le nombre de personnes dénutries augmente Causes: Statut de la femme, bas niveau d éducation, insécurité alimentaire, manque d accès à l eau potable, guerres CIN, Rome, FAO

20 Dénutrition en Afrique sub-saharienne Programmes communautaires de nutrition 18 principes pour la conception et le suivi des programmes Projet de nutrition communautaire au Sénégal: enfants 3ans; 1995 à 1997 Disparition de la malnutrition sévère chez 6 à 11 mois: 6% à 0% Malnutrition modérée de 28 à 24% chez les 6 à 25 mois

21 Minnesota starvation experiment Etude clinique monocentrique (université du Minnesota) Menée du 19/11/1944 au 20/12/1945 Ancel Keys, chef du laboratoire de physiologie Objectif: Déterminer les effets physiologiques et psychologiques d une restriction alimentaire prolongée Définir une stratégie de renutrition 36 volontaires masculins, blancs, entre 22 et 33ans «The biology of Human Starvation», 2 volumes, 1385 pages, 55 chapitres

22 Minnesota starvation experiment 4 phases: 1) 12 semaines: phase contrôle Observation clinique + repas: 3200 calories/j 2) 24 semaines: phase de restriction alimentaire Objectif : perte de 25% du poids de base 2 repas/j, 1800 calories/j: pommes de terres, pâtes, rutabaga, pain, navets 3) 12 semaines: phase de renutrition progressive 4 niveaux caloriques différents et sous groupes en fonction de l apport protéique et vitaminique 4) 8 semaines: phase d alimentation libre

23 Minnesota starvation experiment Hargrove, Dynamic Medecine, 2008

24 Minnesota starvation experiment Conséquences psychologiques Dépression, hystérie, Isolement social Conséquences physiques Céphalées, sensibilité à la lumière, au bruit, vertiges Perte de libido Oedèmes, alopécie Déclin de la concentration, compréhension, facultés de jugement Trouble visuel et auditif Paresthésie frilosité Préoccupation alimentaire (rêve, lecture, intérêt) Maintien des performances intellectuelles Approche expérimentale de l anorexie mentale

25 Conséquences métaboliques Dépenses énergétiques: DER: 80 à 88% de la N si BMI entre 16 et 18 kg/m², 60 à 65% si BMI 12 Augmente dès les premiers jours de la renutrition Métabolisme des substrats énergétiques: Catabolisme protéique diminué Oxydation des lipides réduite au dépend des glucides Dans l anorexie: DER glucides 62% (30%), lipides22%(54%), protides 16% Perte d autant de masse maigre que de poids Diminution de la masse grise et blanche cérébrale Conséquences hormonales: Syndrome de basse T3 Augmentation du cortisol plasmatique et ACTH (stress) Effondrement de la leptine Rigaud, Nutr Cl Mb, 2007

26 Conséquences

27 Conséquences Complications au cours de l hospitalisation: Infection Retard de cicatrisation Augmentation de la morbi-mortalité Augmentation de la DMS Augmentation du coût de l hospitalisation Green, Clin Nutr, 1999

28 Conséquences Fonte des réserves protéiques Réduction de la masse musculaire Défaillance respiratoire, cardiaque Défaut de cicatrisation, survenue d escarres Perte d autonomie Immunodépression Atteinte fonction lymphocytaire T, sécrétions Ig Infections; défaut de réponse vaccinale Cercle vicieux Intérêt d un dépistage précoce

29 Evaluation par SGA Correia, Clin Nutr, 2003

30 Conclusion Fréquent+++ Fléau mondial Faire appel à des outils diagnostiques simples Y penser, la traiter Prises de position: Programme nutritionnel OMS/ONG PNNS, CNANES, CLAN Stratégie globale de dépistage et de diagnostic de la dénutrition, mis en place en 2002

31

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Réunion Diaménord 20 novembre 2010

Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Réunion Diaménord 20 novembre 2010 Introduction Dénutrition hospitalière : Problème majeur de santé publique 30 à 40% des patients à l entrée Agressions aiguës et pathologies chroniques 40% des patients

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

Introduction Monique Ferry

Introduction Monique Ferry Introduction Monique Ferry Le vieillissement démographique, qui caractérise l ensemble des pays développés, engendre une augmentation des pathologies liées à l âge. La maladie d Alzheimer est la plus fréquente

Plus en détail

Item n 42 : Troubles du comportement alimentaire

Item n 42 : Troubles du comportement alimentaire Alimentation normale Item n 42 : Troubles du comportement alimentaire Fonction : nutritionnel + dimension sociale Régulation de lʼalimentation : physiologique (faim), social (3 repas/j) et individuelle

Plus en détail

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte

Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Le disque de calcul de l indice de masse corporelle chez l adulte Un élément de base de l évaluation du statut nutritionnel des patients Le calcul de l IMC, un geste à intégrer dans l examen clinique initial

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition

PLAN. I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de la dénutrition NUTRITION ET PLAIES LA COMPLÉMENTATION ET LA SURVEILLANCE BIOLOGIQUE Dr Eric Béguier Centre de Biologie Narbonne / Sérignan 1 PLAN I. Pathologie intercurrente / Dénutrition / Plaie II. Les marqueurs de

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire de l adulte

Troubles du comportement alimentaire de l adulte PREMIÈRE PARTIE : MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 3 Maturation et Vulnérabilité Question 42 Troubles du comportement alimentaire de l adulte Rédaction : F Baylé, R Dardennes, JD Guelfi, H Lôo, JP Olié

Plus en détail

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation

Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Evaluation de la Transthyrétine comme marqueur de la nutrition et de l infection chez les patients de réanimation Mémoire de DESC Libourne, 16 novembre 2008 Laure Crognier 2 problématiques du patient en

Plus en détail

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011

L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque. Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 L évaluation nutritionnelle chez le patient insuffisant cardiaque Joanne Larocque diététiste Septembre 2011 Plan de présentation Dénutrition et cachexie cardiaque L évaluation nutritionnelle : pour qui,

Plus en détail

Service de réanimation médicale Bizerte Hatem Ghadhoune, Youssef Blel, Sami Alaya

Service de réanimation médicale Bizerte Hatem Ghadhoune, Youssef Blel, Sami Alaya Service de réanimation médicale Bizerte Hatem Ghadhoune, Youssef Blel, Sami Alaya Incidence des pancréatites aigues en France: 22/100000. Durée de séjours des formes graves: 17±5j. Mortalité 20-40%. L

Plus en détail

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander?

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander? BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014

Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014 Perdre du poids en EMS Pourquoi s en préoccuper? AVDEMS - Janvier 2014 P. Coti Bertrand Nutrition Clinique - EDM 1 Introduction La dénutrition est une maladie Santé et qualité de vie compromises La dénutrition

Plus en détail

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras

NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE. Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras NUTRITION ET PATHOLOGIE CARDIAQUE Dans le service de cardiologie du Centre hospitalier d Arras Généralités cliniques ETUDE CAS-TEMOINS INTERHEART Lancet, 2004 12 461 IDM et 14 637 témoins entre février

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Gestion du péri-opératoire du sujet âgé en cancérologie Rôle de l équipe de gériatrie Dr Nathalie STEFAN, gériatre Plan Introduction Fallait-il

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne

Dénutrition chez l hémodialysl. modialysé. VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne Dénutrition chez l hémodialysl modialysé VICHY le 17 novembre 2006 Dr Martial LEVANNIER AURA auvergne La dénutrition d est la conséquence d une inadéquation entre les apports calorico- protiques et les

Plus en détail

La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien. 33 Participants Réunion ouverte aux nouveaux diplômés 2014

La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien. 33 Participants Réunion ouverte aux nouveaux diplômés 2014 Activité AFDN - Région : Alpes Maritimes Thème La chirurgie bariatrique épisode II : le point de vue du chirurgien Date Jeudi 11 Décembre 2014 Nombre de participants 33 Participants Réunion ouverte aux

Plus en détail

Définitions de la vulnérabilité. La notion de capacités de réserve. Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée

Définitions de la vulnérabilité. La notion de capacités de réserve. Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée Capacité de Gérontologie - 2014 Définitions de la vulnérabilité Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée Joël Belmin Service de gériatrie Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine,

Plus en détail

Conférence statutaire de Marie GUERIN BROS ; "SURPOIDS ET OBESITE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT" Points de repères

Conférence statutaire de Marie GUERIN BROS ; SURPOIDS ET OBESITE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT Points de repères Conférence statutaire de Marie GUERIN BROS ; "SURPOIDS ET OBESITE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT" Points de repères Le surpoids et l obésité sont définis par l Organisation mondiale de la santé (OMS) comme

Plus en détail

La nutrition parentérale

La nutrition parentérale Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? La nutrition parentérale Dr Yves Morvant - Vannes-Octobre 2010 Principes Injection d une solution liquide comprenant glucides, lipides et

Plus en détail

RISQUE NUTRITIONNEL Maladies de Surcharge et Diabète Sucré dans les Pays en développement. JC Cuisinier-Raynal Gessnet Bordeaux

RISQUE NUTRITIONNEL Maladies de Surcharge et Diabète Sucré dans les Pays en développement. JC Cuisinier-Raynal Gessnet Bordeaux RISQUE NUTRITIONNEL Maladies de Surcharge et Diabète Sucré dans les Pays en développement 1 Épidémiologie 2 Surcharge pondérale (IMC) OMS : charge morbide attribuable : % AVCI perdues 3 Surcharge pondérale

Plus en détail

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline

La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline La prise en charge intégrée du patient âgé à l hôpital: Le point de vue de la diététicienne. Frère Caroline PLAN Besoins nutritionnels. Apports alimentaires. Dénutrition. Régime sans sel. Régime diabétique.

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT

DEMENCE ET DENUTRITION. A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT DEMENCE ET DENUTRITION A Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Maladie d Alzheimer et perte de poids la perte de poids touche 30 à 40 % des patients atteints des patients atteints des formes légères

Plus en détail

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE Mardi 24 mai 2016 à 15 heures salle Alain Fournier PERSONNE AGEE : AFSSAPS : + de 55 ans OMS : + de 65 ans Nous : + de 70-75 ans 9.5 des patients sont dénutris 29.4 des

Plus en détail

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE

NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE NUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE À DOMICILE ET EN STRUCTURE Des bases de la nutrition à une approche de la dénutrition Mazoyer Alexis Médecin généraliste et coordonnateur d EHPAD DU nutrition et diététique

Plus en détail

CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE

CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE PALIG KEVORKIAN, IADE DEPARTEMENT D ANESTHESIE HOPITAL HOTEL-DIEU PARIS 1) INTRODUCTION 2) CONSEQUENCES DES PERTURBATIONS NEURO-ENDOCRINIENNES

Plus en détail

ANOREXIE MENTALE I - EPIDEMIOLOGIE. II - ETUDE CLINIQUE. Triade symptomatique. Amaigrissement. Anorexie.

ANOREXIE MENTALE I - EPIDEMIOLOGIE. II - ETUDE CLINIQUE. Triade symptomatique. Amaigrissement. Anorexie. ANOREXIE MENTALE I - EPIDEMIOLOGIE.! Ca touche les jeunes femmes entre 18 et 24 ans (surtout vers 15 et 18 ans).! 90 % sont des femmes.! Le nombre de nouveaux cas par an est de 15 pour 100.000 pour les

Plus en détail

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu

Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Méthodes d évaluation de l état nutritionnel des patients en réanimation (intérêts et limites) DESC réanimation médicale Agen 2007 Yann Pucheu Introduction La dénutrition : 30 à 50 % des patients de hospitalisés

Plus en détail

Diabète et grossesse

Diabète et grossesse Diabète et grossesse I. Définition du diabète gestationnel Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant

Plus en détail

Nutrition et insuffisance cardiaque. Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges

Nutrition et insuffisance cardiaque. Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges Nutrition et insuffisance cardiaque Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges nutrition@unilim.fr Le pronostic de l insuffisance cardiaque décompensée reste

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007 Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Juin 2007 Prévalence de la dénutrition chez les personnes âgées A domicile : 4-10 % En institution : 15-38

Plus en détail

Laëtitia Sirolli Les troubles du comportement alimentaire : de la naissance à l adolescence

Laëtitia Sirolli Les troubles du comportement alimentaire : de la naissance à l adolescence Laëtitia Sirolli Les troubles du comportement alimentaire : de la naissance à l adolescence Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-7081-3587-2 Table des matières Sommaire.......................................................

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

Anorexie Amaigrissement

Anorexie Amaigrissement Anorexie Amaigrissement Professeur de WAZIERES CHU DE NIMES FACULTE MONTPELLIER-NIMES Mécanisme physio-pathologique Les voies de contrôle de la satiété sont complexes car inter-agissant avec la sérotonine,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 Définition de la boulimie 2 Principales conceptions psychopathologiques de la boulimie 3 Présentation de l'étude du Réseau de recherche clinique sur la boulimie 4 Présentation

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE 13 mars 2007

CONFERENCE DE PRESSE 13 mars 2007 La nutrition, une médecine à part entière CONFERENCE DE PRESSE 13 mars 2007 Contact Presse : BV CONSEiL Santé Sigrid de Contades France Coutin - Laurent Mignon Ltél : 01 42 68 83 40 e-mail : bvconseil@bvconseil.com

Plus en détail

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques

Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Equipe Ressource Régionale de Soins Palliatifs Pédiatriques Symptômes pénibles en soins palliatifs pédiatriques Dr Cyril LERVAT ERRSPP EIRENE Unité d oncologie pédiatrique COL Symptômes en soins palliatifs

Plus en détail

Nutrition et insuffisance cardiaque. Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges

Nutrition et insuffisance cardiaque. Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges Nutrition et insuffisance cardiaque Pr JC Desport Unité de Nutrition, CHU EA 3174, Faculté de Médecine Réseau LINUT Limoges nutrition@unilim.fr Le pronostic de l insuffisance cardiaque décompensée reste

Plus en détail

Suivi Médical : Recommandations

Suivi Médical : Recommandations Suivi Médical : Recommandations Dr MJ. PEREZ CHRU Montpellier Suivi médical Langage Vivre avec une microdélétion 22q11 Développement psycho-social cognitif Malformations : Suivi spécialisé Surveillance

Plus en détail

Conséquences médico-économiques de la dénutrition : des leviers pour agir

Conséquences médico-économiques de la dénutrition : des leviers pour agir Conséquences médico-économiques de la dénutrition : des leviers pour agir Pr Xavier Hébuterne Centre Hospitalier Universitaire de Nice, Pôle Digestif, Nice, F 060, France Université de Nice Sophia Antipolis,

Plus en détail

Les addictions comportementales. Pr Thierry Bougerol

Les addictions comportementales. Pr Thierry Bougerol Les addictions comportementales Pr Thierry Bougerol Addiction et psychiatrie pourquoi la psychiatrie? comment la psychiatrie appréhende-t-elle les comportements? psychiatrie et psychologie les soins psychiatriques

Plus en détail

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS EPIDEMIOLOGIE Dénutrition protéino-énergétique: 2 à 4% des SA entre

Plus en détail

La nutrition chez les patients polytraumatisés. Chantal Poirier Dt.P. Nutritionniste CIUSSSMCQ

La nutrition chez les patients polytraumatisés. Chantal Poirier Dt.P. Nutritionniste CIUSSSMCQ La nutrition chez les patients polytraumatisés. Chantal Poirier Dt.P. Nutritionniste CIUSSSMCQ Objectif L impact de la nutrition chez les polytraumatisés Conséquence de malnutrition chez polytraumatisés

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

La prise en charge des adolescents porteurs de TCA

La prise en charge des adolescents porteurs de TCA La prise en charge des adolescents porteurs de TCA DES de Pédiatrie Docteur Damien RINGUENET Mode de début Régime restrictif pour un surpoids réel ou imaginaire Circonstance de séparation : Eloignement

Plus en détail

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor Académie Nationale de Pharmacie 18 mars 2015 DECLARATION

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE : ESPOIR ET DÉFIS

FIBROSE KYSTIQUE : ESPOIR ET DÉFIS FIBROSE KYSTIQUE : ESPOIR ET DÉFIS Café scientifique de l IRCM 8 octobre 2013 APPUYÉ FINANCIÈREMENT PAR LES INSTITUTS DE RECHERCHE EN SANTÉ DU CANADA Les enjeux nutritionnels et la fibrose kystique Marjolaine

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET

Nutrition chez le cirrhotique. Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Nutrition chez le cirrhotique Benoît DUPONT, Servais ELOUMOU et Marie-Astrid PIQUET Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 Benoit DUPONT Nutrition chez le cirrhotique

Plus en détail

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM :

UE NUTRITION. L2 Maïeutique. Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM : UE NUTRITION L2 Maïeutique Session Janvier 2013 - Durée de l épreuve : 40 minutes Ce sujet comporte 5 pages (page de garde comprise) et 18 QCM : Pensez à vous identifier (numéro de table, numéro étudiant,

Plus en détail

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique

La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique Dr Y. Massin Assistant en gériatrie Dr M.P. Stassen Endocrinologue Clinique A.Renard le jeudi 1 février 2007 1 La Malnutrition Chez Le Patient Gériatrique le

Plus en détail

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon

VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX. J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE ET RISQUE INFECTIEUX J.L. DUPOND Médecine Interne CHU Besançon CREPUSCULE DES VIEUX vieillissement cérébral vieillissement artériel VIEILLISSEMENT IMMUNITAIRE VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Vieillissement : définitions

Vieillissement : définitions Vieillissement Vieillissement : définitions Le vieillissement : -l ensemble des processus physiologiques et psychologiques qui modifient la structure et les fonctions de l organisme à partir de l âge mûr.

Plus en détail

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Bruno Lesourd (Clermont-Ferrand) La nutrition = apports énergétiques Entrées énergétiques : alimentation GLP (Glucides, Lipides, Protides) + cofacteurs

Plus en détail

L hôpital, un acteur pour le bien être?

L hôpital, un acteur pour le bien être? L hôpital, un acteur pour le bien être? «en perte d autonomie» Louvain, 27/03/2014 Marie de Saint Hubert gériatre Dias et travail réalisés avec le soutien de l équipe interdisciplinaire de gériatrie :

Plus en détail

Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition. Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre

Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition. Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre Quand l âge, les maladies et leurs traitements riment avec dénutrition Dr Ch. Dumont Médecin Gériatre 1 Est-ce que l âge est à l origine de dénutrition? 2 Question légitime car 3 La réponse est non, «mais»

Plus en détail

Besoins nutritionnels et pathologies

Besoins nutritionnels et pathologies DIU de Nutrition Clinique et Métabolisme Besoins nutritionnels et pathologies Cécile Chambrier Unité de Nutrition Clinique Intensive Hospices Civils de Lyon cecile.chambrier@chu-lyon.fr Conflits d intérêt

Plus en détail

LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE. Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille

LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE. Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille -1- LA DENUTRITION UNE MALADIE Sous déclarée Codée comme comorbidité dans

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Sémiologie pancréatique

Sémiologie pancréatique Sémiologie pancréatique Sémiologie Médicale PCEM2 Docteur Pascal Sève Professeur Christiane Broussolle Faculté de Médecine Lyon-Sud 2007 30/05/2007 sémiologie PCEM2-HGE 1 Pancréas Sémiologie Examens complémentaires:

Plus en détail

Le pied médical du sujet âgé diabétique

Le pied médical du sujet âgé diabétique Le pied médical du sujet âgé diabétique Dr M.Da Costa Dr D.Eveno (La Tourmaline Nantes Saint Herblain) 3 ème Journée Interrégionale Perspectives Diabétologie et Gérontologie LES COMPLICATIONS DU SUJET

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Objectif du travail Elaborer des recommandations, à la demande de la Direction Générale de la Santé, dans le

Plus en détail

tique et Diabète de type 2

tique et Diabète de type 2 Diététique tique et Diabète de type 2 Démarche éducative au RSND41 DU Education pour la santé / Education thérapeutique SALHI Latifa Diététicienne Réseau Santé Nutrition Diabète 41 Réseau Santé Nutrition

Plus en détail

Nutrition et pied diabétique infecté

Nutrition et pied diabétique infecté Nutrition et pied diabétique infecté 13 DÉCEMBRE 2013 DR AMANDINE BEHAGUE MÉDECIN NUTRITIONNISTE DR CHRISTINE LEMAIRE SERVICE DE DIABÉTOLOGIE - ENDOCRINOLOGIE- MALADIES DE LA NUTRITION CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier

M Buisson, JP Dumas, M Duong, L Piroth, B Martha, M Grappin, P Chavanet, H Portier Intérêt de l épreuve d effort musculaire dans le dépistage de la cytopathie mitochondriale chez des patients traités par inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse du VIH: étude pilote de 43

Plus en détail

Quels sont les traitements du diabète de type 2?

Quels sont les traitements du diabète de type 2? Quels sont les traitements du diabète de type 2? Le diabète est une maladie dont la prise en charge est globale. Elle ne consiste pas seulement à normaliser la glycémie, mais aussi à diminuer les facteurs

Plus en détail

Récupération surcompensation et surentrainement

Récupération surcompensation et surentrainement Récupération surcompensation et surentrainement La récupération: c'est l'ensemble des processus permettant au sportif de retrouver ses moyens physique. Facteurs influençant la durée de la récupération

Plus en détail

Voies Biologiques de la Cachexie liée au Cancer. Monaco Age Oncologie Pr. Marc Bonnefoy 19 mars 2015

Voies Biologiques de la Cachexie liée au Cancer. Monaco Age Oncologie Pr. Marc Bonnefoy 19 mars 2015 Voies Biologiques de la Cachexie liée au Cancer Monaco Age Oncologie Pr. Marc Bonnefoy 19 mars 2015 Evans Clin Nutr 2008 Définition de la cachexie ( Fearon Lancet Oncol 2011) -perte de poids de plus de

Plus en détail

Item 84 Infection par l herpès virus

Item 84 Infection par l herpès virus o Item 84 Infection par l herpès virus Objectifs pédagogiques Nationaux Préciser les complications de la maladie herpétique chez la femme enceinte, le nouveau-né et l atopique. CEN Connaissances requises

Plus en détail

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Il existe une corrélation entre IMC et survenue d escarre : HyunS. & al., Am J CritCare, 2014 (n = 2632) Un apport

Plus en détail

Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique)

Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique) Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique) CSO@chu-limoges.fr Ce diaporama peut être imprimé et mis à disposition des patients Quel parcours jusqu à une prise en charge chirurgicale? PATIENT EN DEMANDE

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

FAITES LE PLEIN D ÉNERGIE!

FAITES LE PLEIN D ÉNERGIE! FAITES LE PLEIN D ÉNERGIE! OBSERVATIONS NOTÉES CHEZ LES UTILISATEURS DE TOTAL REBOOT BASÉES SUR DES TESTS PHYSIQUES ET BIOCHIMIQUES RÉCUPÉRATION PHYSIQUE ACCÉLÉRÉE DOULEURS MUSCULAIRES ATTÉNUÉES ENDURANCE

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail

Capacité de performance

Capacité de performance CAUSES ET CONSEQUENCES DU SURENTRAINEMENT CHEZ LE COUREUR CYCLISTE (Stéphane PALAZZETTI, Docteur en Sciences du Mouvement Humain) Un peu de théorie La performance sportive, quelque soit le niveau de pratique

Plus en détail

Qu est-ce que la Maltraitance? Réponse du TLF

Qu est-ce que la Maltraitance? Réponse du TLF Qu est-ce que la Maltraitance? Réponse du TLF «maltraitance n'a pas été trouvé dans une entrée du TLF. Le logiciel a donc décidé d'activer son correcteur d'erreurs pour rechercher maltraitance et les mots

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

I. Le déséquilibre alimentaire dans le monde

I. Le déséquilibre alimentaire dans le monde Années universitaires : 2006-2007 I. Le déséquilibre alimentaire dans le monde Les maladies liées à l alimentation a) Dans les pays en développement b) Dans les pays développés Comparaisons entre les pays

Plus en détail

Pascal Thomas & Marc Leone

Pascal Thomas & Marc Leone Pascal Thomas & Marc Leone Service de chirurgie thoracique et maladies de l oesophage Service d anesthésie et de réanimation Hôpital Nord, AP-HM Aix Marseille Université, Marseille Récupération rapide

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

Les troubles. des conduites alimentaires

Les troubles. des conduites alimentaires Les troubles des conduites alimentaires L e s t r o u b l e s p s y c h i q u e s Cette brochure est destinée aux patients et à leur famille, aux médecins généralistes et spécialistes, aux psychologues,

Plus en détail

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE 25 mai 2016 INTRODUCTION Qu'est ce que l'insuffisance

Plus en détail

Soins infirmiers en gériatrie

Soins infirmiers en gériatrie Soins infirmiers en gériatrie UE 2.7 Définitions La vieillesse, plusieurs définitions OMS retient le critère d âge 65 ans et plus. Définition sociale utilise l âge de cessation d activité professionnelle

Plus en détail

LE SURENTRAINEMENT. Définition : Connaissances actuelles :

LE SURENTRAINEMENT. Définition : Connaissances actuelles : LE SURENTRAINEMENT Définition : La définition du surentraînement prend toujours en compte la diminution de la capacité de performance, en dépit de l augmentation ou le maintien du niveau d entraînement.

Plus en détail

Approche adaptée à la personne âgée : Qu est-ce que cela change pour les infirmières?

Approche adaptée à la personne âgée : Qu est-ce que cela change pour les infirmières? Approche adaptée à la personne âgée : Qu est-ce que cela change pour les infirmières? Monique Bourque, inf., M.A. Conseillère clinicienne en soins infirmiers France Collin, inf., M.Sc. Conseillère en soins

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

Comprendre la physiopathologie de la dénutrition pour mieux la traiter

Comprendre la physiopathologie de la dénutrition pour mieux la traiter Comprendre la physiopathologie de la dénutrition pour mieux la traiter Jean-Pascal De Bandt Service de Biochimie, Hôpitaux Universitaires Paris Centre, EA4466 PRETRAM, Faculté de Pharmacie, Université

Plus en détail

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Chapitre 2 : Item 61 Troubles nutritionnels chez le sujet âgé I. Causes de la dénutrition du sujet âgé II. Diagnostic clinique de la dénutrition chez le sujet âgé III. Attitude thérapeutique OBJECTIFS

Plus en détail

La dénutri+on. Journée APHAL, préparateurs en pharmacie hospitalière Dr SCHIRMEYER C. Septembre 2015

La dénutri+on. Journée APHAL, préparateurs en pharmacie hospitalière Dr SCHIRMEYER C. Septembre 2015 La dénutri+on Journée APHAL, préparateurs en pharmacie hospitalière Dr SCHIRMEYER C. Septembre 2015 Défini+on de la dénutri+on La dénutri+on est un état pathologique qui résulte d'un déficit persistant

Plus en détail

DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT : diagnostique(s) H Le Hors Urgences pédiatriques Timone enfants. Marseille COPACAMU 2009

DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT : diagnostique(s) H Le Hors Urgences pédiatriques Timone enfants. Marseille COPACAMU 2009 DOULEURS ABDOMINALES DE L ENFANT : Démarche(s) diagnostique(s) H Le Hors Urgences pédiatriques Timone enfants. Marseille COPACAMU 2009 Motif de recours très fréquent Causes médicales : les plus fréquentes

Plus en détail