CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC. Recommandations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC. Recommandations"

Transcription

1 CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC Recommandations Note au lecteur Rappel Règles au Québec Hébergement touristique illégal? Premières interrogations Sondage : méthodologie et résultats Ailleurs dans le monde Remis au Ministre délégué au Tourisme et Tourisme Québec le 21 août 2013

2 RECOMMANDATIONS CONSIDÉRANT l ampleur du fléau de l hébergement illégal dans le monde et le resserrement des règles dans plusieurs pays et villes; CONSIDÉRANT que la problématique existe au Québec depuis plus de 10 ans; CONSIDÉRANT que le maintien d un réseau illégal représente une concurrence déloyale pour les établissements légaux; CONSIDÉRANT que les établissements illégaux ne répondent pas aux critères de sécurité et de protection pour les clients; CONSIDÉRANT que la loi doit être la même pour tous; CONSIDÉRANT que le Québec s est doté de catégories d établissements touristiques et d un programme de classification qui ont fait leur preuve; CONSIDÉRANT que la loi et les règlements en vigueur ne permettent pas de sévir rapidement et de façon dissuasive auprès des contrevenants; CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 2

3 RECOMMANDATIONS (suite) Le milieu de l hébergement touristique du Québec recommande, en ordre de priorité, au Ministre délégué au tourisme, M. Pascal Bérubé, les actions suivantes : 1. Une campagne d information complète et soutenue dans le temps auprès des québécois (locateurs et clients) et des visiteurs; 2. Confier à un ou plusieurs mandataires le respect de la loi; 3. Exiger de toute personne qui perçoit des revenus d hébergement touristiques de prélever les taxes (considérer les impacts pour le statut de travailleur autonome et aviser); 4. Rendre obligatoire l affichage du numéro d établissement sur les annonces et listes des sites internet offrant de l hébergement (exception faite pour les chaines et bannières); 5. Réviser la loi et les règlements; définir certains termes; 6. Exiger de tous les sites Internet qui offrent de l hébergement touristique au Québec d afficher un texte-clé avisant des règlements en vigueur et de la lutte contre l hébergement illégal; 7. Abolir l exigence du certificat de conformité pour recevoir son attestation de classification. et demande à ce qu une équipe multidisciplinaire conjointe analyse au cours des prochaines semaines la mise en place des recommandations. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 3

4 NOTE AU LECTEUR Ce document a été réalisé par le Comité de réflexion sur l hébergement touristique illégal composé des associations sectorielles concernées. Il a pour objectif de présenter les recommandations issues des échanges entre les membres du Comité, validées d abord par les conseils d administration de chacune des associations avant d être transmises aux exploitants membres et parfois non membres, pour consultation, par l intermédiaire d un sondage. Ce document s adresse à un public informé et n a donc pas pour mission de démontrer l existence de l hébergement touristique illégal ou d élaborer sur les modes et tendances ou la nouvelle économie de partage. Il tient compte du développement remarquable et rapide de deux réseaux parallèles, un légal et l autre non, et de l inéquité économique infligée aux entrepreneurs québécois depuis plusieurs années alors que l industrie peine à se maintenir. La situation n est pas unique au Québec. D autres villes, régions et pays dans le monde ont déjà posé des gestes concrets ou prennent conscience de l urgence de réagir. Une section de ce document y est dédiée. En terminant, nous tenons à indiquer qu il sera toujours possible pour quiconque de mettre en doute la méthodologie utilisée pour le sondage ou critiquer allégrement les recommandations retenues. À titre de représentants de nos milieux respectifs, nous n alléguerons jamais que nous avons trouvé LA solution mais croyons que notre expertise et nos entreprises ont réussi à cerner les orientations que doivent prendre les solutions. Il faudra maintenant s asseoir ensemble afin d étudier les tenants et aboutissants de chacune des recommandations afin de prendre les bonnes décisions pour les années à venir. Les membres du Comité, Association des hôteliers du Québec Association de l'agrotourisme et du Tourisme Gourmand du Québec Camping Québec Fédération des pourvoiries du Québec Hôtellerie champêtre CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 4

5 RAPPEL - LES RÈGLES AU QUÉBEC Au Québec, l attestation de classification est obligatoire pour opérer un établissement d hébergement touristique. Cette attestation s obtient principalement en acquittant les frais, en se procurant une assurance responsabilité civile d au moins 2 millions de dollars et un certificat de conformité à la réglementation municipale d urbanisme. Un établissement d hébergement touristique a le droit de loger une personne pour une période de 31 jours et moins contre rémunération. À titre d entreprise commerciale, l exploitant doit payer une taxe d affaires, une taxe foncière (par chambre), une assurance feu-vol-vandalisme commerciale, s inscrire à la TPS et TVQ et se conformer à près de 70 lois et règlements. L exploitant d un hôtel, d un gîte, d une pourvoirie ou d une résidence de tourisme doit percevoir la taxe sur l hébergement utilisée pour faire la promotion du Québec. L hébergement touristique québécois se distingue également du reste du Canada et des États-Unis et même de plusieurs destinations internationales par sa classification obligatoire et la catégorisation en 8 types : Hôtellerie, Gîtes, Résidences de tourisme (chalet ou appartement avec cuisine), Centres de vacances, Auberges de jeunesse, Résidences universitaires, Villages d accueil et la toute dernière, Autres établissements d hébergement. Ajoutons également les pourvoiries et les terrains de camping. Le camping et les pourvoiries sont régis par la même loi et les mêmes règlements mais effectuent leur propre classification. Le camping ne perçoit pas la taxe sur l hébergement. Au Québec, un travailleur autonome qui gagne $ et moins par année n a pas à payer donc à percevoir la TPS et la TVQ; toutefois, la taxe d hébergement doit être prélevée et remise dans les secteurs où elle s applique. HÉBERGEMENT TOURISTIQUE ILLÉGAL? Outre l exploitation d un établissement qui n a pas d attestation de classification, l hébergement illégal prend différents formes : déclarer un nombre de chambres mais en exploiter davantage; accepter l utilisation des stationnements des grandes surfaces par les véhicules récréatifs, etc.; louer pour plus de 31 jours utiliser l achat de condos résidentiels pour promouvoir la location à court terme CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 5

6 PREMIÈRES INTERROGATIONS Cette forte croissance du réseau d hébergement illégal soulève des questions de fond auxquelles il nous faut répondre dès maintenant (à défaut de l avoir fait plus tôt) : 1. Est-il souhaitable d encourager et de maintenir deux réseaux parallèles d hébergement touristique (légaux et illégaux) opérant sous des règles différentes? NON. Concurrence déloyale.inéquité. 2. Est-il opportun de revoir la pertinence des certificats de conformité? OUI. Sont-ils une des causes de la problématique? 3. Peut-on s assurer d une plus grande collaboration de la part des municipalités et fixer des responsabilités et des délais? NON à moins d une obligation dans la loi. 4. Faut-il dérèglementer les résidences de tourisme si on ne peut cerner et enrayer la problématique? NON. L attestation et la règlementation donnent une valeur ajoutée à notre produit. 5. Doit-on mettre en place un comité interministériel de suivi pour les 2 prochaines années? Selon les modifications apportées à la loi et aux règlements. Autres A. Doit-on revoir la notion de 31 jours et moins? B. Doit-on considérer les travailleurs comme des touristes? Peuvent-ils séjourner plus de 31 jours dans un établissement hôtelier? Doivent-ils payer les taxes? CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 6

7 SONDAGE Un sondage a été réalisé en août 2013 via l outil Survey Monkey auprès des exploitants du milieu d hébergement touristique. Il a été acheminé par avis courriel aux membres de la Fédération des pourvoiries du Québec(FPQ) et de Camping Québec (CQ). L Association des hôteliers du Québec (AHQ), pour sa part, a acheminé le sondage à ses membres ainsi qu aux non-membres de la catégorie H et aux exploitants de la catégorie RT de 5 unités et plus. Il est à noter que l AHQ compte parmi ses membres un nombre restreint d établissements des autres catégories tels que gîtes, résidences de tourisme, résidences universitaires etc. Les Conseils d administration de L Association de l'agrotourisme et du Tourisme Gourmand du Québec et Hôtellerie champêtre ont endossé les recommandations au nom de leurs membres. Les taux de réponse au sondage effectué, par secteur, sont les suivants : Fédération des pourvoiries du Québec : 28% Camping Québec : 13% Association des hôteliers du Québec : 22% (53% des membres et 47% de non-membres) Sept recommandations ont été soumises aux participants. Ces recommandations provenaient de réflexions et de discussions entre les associations sectorielles de l hébergement touristique et d une première validation auprès des Conseils d administration respectifs. Il est à noter que l écart des résultats entre la première et la dernière recommandation est de 20%. Plusieurs recommandations ont été commentées. À la question «Quelle sont vos propositions additionnelles pour contrer l hébergement illégal?», plus de 220 réponses et commentaires ont été formulées portant à 90% sur la nécessité d agir rapidement. Les résultats pour chacune des recommandations sont présentés aux pages suivantes par ordre de priorité. Veuillez noter que la formulation finale des recommandations tient compte des commentaires reçus et peut donc varier des questions originales. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 7

8 1) INFORMER LE PUBLIC DE LA LUTTE CONTRE L HÉBERGEMENT ILLÉGAL (Q9) % 91% 86% OUI NON NE SAIS PAS % 6% 4% 5% 7% 8% 0 AHQ FPQ CQ CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 8

9 2) CONFIER À UN OU PLUSIEURS MANDATAIRES:LE RESPECT DE LA LOI - L'INTERVENTION, EN SON NOM, AUPRÈS DES CONTREVENANTS L AUTORISATION LÉGALE D'ÉMETTRE UN AVIS ÉCRIT LORS DE LA PREMIÈRE INFRACTION ET DES CONTRAVENTIONS PAR LA SUITE PREUVE À L APPUI TELLE QUE LA PUBLICATION D'UNE ANNONCE POUR UN ETABLISSEMENT NON CLASSIFIÉ (Q7) % 85% 77% OUI NON NE SAIS PAS % 9% 3% 12% 7% 10% 0 AHQ FPQ CQ CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 9

10 3) EXIGER DE TOUTE PERSONNE QUI PERÇOIT DES REVENUS D'HÉBERGEMENT TOURISTIQUE À S'INSCRIRE À LA TPS/TVQ ET À PERCEVOIR LA TAXE D'HÉBERGEMENT(Q4) % % % 35% OUI NON NE SAIS PAS % 4% 5% 1% AHQ FPQ CQ 3% Le sujet est délicat pour les associations parce qu il touche directement le statut de travailleur autonome et donc plusieurs de leurs membres. Certains des répondants directement concernés ont suggéré de revoir à la hausse le montant de base pour le secteur de l hébergement touristique uniquement. La majorité d entre eux indique que le travail que cette exigence demanderait (la paperasse) est superflu pour les revenus gagnés. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 10

11 4) RENDRE OBLIGATOIRE L'AFFICHAGE DU NUMÉRO D'ÉTABLISSEMENT ÉMIS PAR LE MANDATAIRE CLASSIFICATEUR SUR LES ANNONCES PUBLICITAIRES, SITES INTERNET, FACTURE, CARTES D'AFFAIRES, ETC.(Q5) 90 83% % 73% OUI NON NE SAIS PAS % 9% 9% 8% 14% 13% 0 AHQ FPQ CQ CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 11

12 5) DÉFINIR LES TERMES ET LES OBLIGATIONS DE UTILISÉS: (Q8) % 80% 70 66% OUI NON NE SAIS PAS % 11% 17% 17% 3% 4% 0 AHQ FPQ CQ CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 12

13 6) EXIGER DE TOUS LES SITES INTERNETS QUI OFFRENT DE L'HÉBERGEMENT TOURISTIQUE DU QUÉBEC D'AFFICHER UN TEXTE-CLÉ QUI INDIQUE LES RÈGLES EN VIGUEUR (Q6) 80 75% 70 69% 65% OUI NON NE SAIS PAS % 17% 18% 17% 18% 7% 0 AHQ FPQ CQ CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 13

14 7) ABOLIR L'EXIGENCE DU CERTIFICAT DE CONFORMITÉ POUR RECEVOIR SON ATTESTATION DE CLASSIFICATION (Q3) 80 80% 70 64% 60 58% % OUI NON NE SAIS PAS % 4% 6% 12% 10% 0 AHQ FPQ CQ Même si le terme est inconnu de plusieurs, le lien avec la municipalité, lui, est clair. 90% parle «d obliger» la municipalité à agir car la sensibilisation prend trop de temps et surtout la confiance envers les municipalités n a pas la côte auprès des exploitants. Plusieurs donnent des exemples de règlement de zonage non respecté, de préférence pour les amis et de cause perdue. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 14

15 L HÉBERGEMENT TOURISTIQUE ILLÉGAL DANS LE MONDE Ce mandat a été réalisé pour le compte de l Association des hôteliers du Québec par GPS Tourisme Inc. La synthèse, qui suit, se base sur des renseignements et articles trouvés dans Internet et portant sur la problématique de l hébergement touristique illégal dans le monde. Les renseignements recueillis sur l Autriche et la Suisse proviennent de demandes effectuées auprès de personnes-ressources de ces deux destinations. Les principaux cas recensés concernent la France et les États-Unis et plusieurs grandes villes du monde. Il est à souligner qu il a été difficile d obtenir de l information sur la situation réelle de l hébergement illégal, justement parce qu il s agit d activités se réalisant hors du cadre légal normal de l hébergement touristique. Remarques importantes : Les cas étudiés tendent à démontrer que les interventions pour contrer l hébergement illégal le sont souvent à l échelle locale, quand vient le temps d établir des mécanismes de contrôle et d imposer des amendes. Toutefois, on observe que sur le plan législatif une intervention est possible ou envisagée à des échelons supérieurs (ex. État de New York, France). Bien que l hébergement illégal existe depuis un certain temps dans plusieurs destinations, il apparaît clairement que des plateformes web, comme AIRBNB, HouseTrip, 9Flats ou Wimdu, sont venues amplifier le phénomène. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 15

16 France : un sérieux problème Plusieurs articles publiés dans Internet en mai 2013 (Le Figaro, Le Quotidien du Tourisme.com, La Tribune) démontrent l existence en France d un sérieux problème d hébergement illégal. Selon, l Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH), le principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration en France: il y aurait entre et hébergements illégaux en France. Cet essor de la location d'appartement par des particuliers aurait entraîné la fermeture de 220 hôtels en 2012 et aurait provoqué une baisse de 10% du taux d occupation des hôtels classiques dans les zones rurales; il s agirait principalement de particuliers qui proposent plus de cinq chambres ou qui sont en mesure d accueillir simultanément plus de 15 personnes (maximum légal pour les chambres d'hôtes) o le chiffre d'affaires de ces particuliers dépasserait les euros annuellement, seuil en dessous duquel il n'est pas obligatoire de s'immatriculer au registre des entreprises. Les hôteliers traditionnels considèrent cette concurrence des particuliers comme déloyale et considèrent que ces derniers devraient être soumis, comme eux, à l obligation d être immatriculé et à la législation des établissements. Cette situation problématique a été portée à l attention de la ministre chargée du Commerce et du Tourisme, Sylvia Pinel, en mai Parmi les démarches entreprises pour résoudre le problème : traitement du dossier par le Groupe de travail sur l'hôtellerie, mis en place en 2012; sensibilisation des présidents de conseils régionaux et généraux afin de leur demander que la promotion des hébergements touristiques se fasse en concordance avec la réglementation (bref, ne pas inclure des illégaux dans la promotion officielle); Selon un sondage de «De Particulier à Particulier (PAP) paru en juin 2012, 58 % des Français se disent prêts à louer leur résidence principale pendant leur absence et 11 % affirment l'avoir déjà fait. Pour 46 % des sondés, l'objectif est d'en tirer un complément de revenus. «Excédée par la multiplication de chambres d'hôtes ne respectant aucune obligation légale, l Union des métiers et des industries de l'hôtellerie vient de lancer une série d'assignations en justice contre les propriétaires de ces hébergements.» «50 assignations en justiceont été déposées par l UMIH (mai 2013) pour concurrence déloyale dans 10 départements... qui estime que les chambres d hôtes appliquent les mêmes tarifs que les hôtels classiques, mais sans respecter les réglementations en matière de sécurité ou de fiscalité.» demande aux préfets d appliquer la réglementation et d exercer davantage de contrôles. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 16

17 Suisse : un problème lié aux exigences différentes selon les catégories d établissement En Suisse, cette question revient périodiquement selon qu on soit en période de ralentissement ou de croissance et concerne davantage les différentes catégories d hébergement (hôtellerie - B&B - agrotourisme location d appartements de vacances parahôtellerie). Ces différentes catégories ne sont pas toujours soumises aux mêmes exigences professionnelles, fiscales, d hygiène, de sécurité, etc. Une situation qui soulève des enjeux de distorsion de la concurrence entre ces catégories. Autriche : une problématique très limitée En Autriche, et plus précisément dans la région du Tyrol, les mécanismes de contrôle seraient bien implantés et l hébergement illégal ne serait pas assez important pour se mériter l attention des autorités. Dans cette région autrichienne, on trouve quatre catégories d établissement : a) l hébergement commercial avec services (spa, repas, etc.); b) les chambres privées (maximum de 10 lits), où le propriétaire doit résider dans le même bâtiment que les clients (équivalent du gîte); c) les chambres sans service; d) et les résidences de loisir qui incluent des propriétaires de maisons, chalets et condos qui les louent occasionnellement à des privés. Il est à noter que toute personne en affaires en Autriche doit obligatoirement être membre de la Chambre fédérale de commerce et d économie du pays autant les professionnels (ex. architecte) que les PME et les grandes entreprises (plus de membres). États-Unis : une problématique reconnue Dans un article de The Economist du 28 mai 2013, il est précisé que la location par un particulier de son appartement à un tiers est illégale ou très réglementée dans plusieurs municipalités et villes des États-Unis. Même dans les municipalités où il n existe pas de réglementation à ce sujet, un locataire d appartement se voit souvent dans l interdiction de relouer son appartement à l intérieur du bail signé avec le propriétaire de l appartement. Le cas de AIRBNB 1, réseau mondial permettant à des particuliers de louer leur appartement à des touristes, est plus spécifiquement abordé, notamment celui des amendes imposées à New York à certains de ses membres 1 AIRBNB est basé à San Francisco et offre ses services dans villes et 192 pays. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 17

18 GRANDES VILLES DU MONDE La question de l hébergement illégal touche en particulier les grandes villes. Les informations recueillies font état de Berlin, Londres, New York, San Francisco et d Amsterdam. NEW YORK : DES ACTIONS DE LA VILLE ET DE L ÉTAT La ville de New York a initié sa démarche contre l hébergement illégal en 2006 alors qu elle a reçu plus de plaintes. Depuis près de inspections ont été menées et près de constats d infraction ont été donnés, selon le New York Times. En janvier 2013, le site Internet Skift estimait que la moitié des appartements inscrits sur AIRBNB à New York se trouvait dans l illégalité. En mai 2013, un jugement a été rendu en faveur de la ville de New York, qui avait mis à l amende un membre du réseau AIRBNB sur son territoire (cause de Nigel Warren). Les amendes peuvent varier de 800 $ à $ et aller jusqu à $ dans le cas de récidivistes. À noter que l État de New York a adopté une nouvelle réglementation qui a facilité les démarches de la ville du même nom face à l hébergement illégal. Cette loi stipule qu il est illégal de louer, contre rémunération et pour une période de moins de 30 jours, son appartement dans des bâtiments résidentiels. Il est toutefois permis de louer une ou deux chambres de son appartement dans la mesure qu on y habite durant cette période et qu on y permette l accès à une aire commune comme la cuisine. La sénatrice responsable de cette loi affirme qu Internet est venu amplifier un problème qui existait déjà. Elle affirme aussi qu une partie importante des offres sur AIRBNB à New York ne sont pas le fait d individus qui louent leur appartement pour quelques semaines par années, mais bien d individus qui détiennent plusieurs unités et qui en font le commerce à l année. À noter également, que l hébergement illégal à New York ne se limite pas aux appartements de particuliers, mais incluent aussi des bâtiments complets ou presque qui étaient utilisés à des fins d hébergement touristique (ex. le Loftstel, le Eden House). Plusieurs des plaintes sont venues de résidents qui voyaient leur voisinage transformé en quasi auberge de jeunesse. SAN FRANCISCO : UNE PROBLÉMATIQUE TOLÉRÉE À San Francisco, des hôtels illégaux en milieu résidentiel seraient ouvertement en opération depuis les années 1980 et priveraient l hôtellerie commerciale d importants revenus de la ville. Cette offre illicite priverait aussi un marché du logement en forte demande de quelque unités. À cette réalité particulière des hôtels en milieu résidentiel, s ajoute la tendance de la location par des particuliers de leur appartement via Internet. AMSTERDAM : IMPOSITION D AMENDES Il y aurait quelque hébergements illégaux à Amsterdam. Comme dans le cas de New York, AIRBNB est à l avant-scène et plusieurs de ses membres seraient dans l illégalité. Les autorités locales auraient lancé en 2013 une chasse à l hébergement illégal et imposeraient des amendes assez sévères. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 18

19 BERLIN : UN PROCESSUS D INTERDICTION DE LA LOCATION À COURT TERME DE LOGEMENTS AYANT UNE VOCATION RÉSIDENTIELLE La grande popularité de Berlin en tant que destination engendre depuis quelques années des problèmes d hébergement illégal. Selon un article récent de Venture Village (30 mai 2013), la ville se dirigerait vers une interdiction de la location à court terme d appartements, ce qui inclue les unités offertes sur des sites comme AIRBNB, HouseTrip, 9Flats, Wimdu. Cette démarche s effectue également dans un contexte où il existe une pénurie de logements à Berlin. Sur le plan législatif, la démarche viserait à prévenir l utilisation de logements privés à des fins commerciales. LONDRES : UN CADRE RÉGLEMENTAIRE Reconnue comme une destination très dispendieuse, Londres est un terrain fertile pour des entreprises comme AIRBNB, qui y a ouvert tout récemment un bureau. Toutefois, la législation britannique permet la location de son appartement à certaines conditions ("Rent a Room Scheme"). Un ménage peut gagner jusqu à livres sterling (6 220 $) par année, sans imposition de taxes, en louant son logement meublé. CONTRER L HÉBERGEMENT ILLÉGAL AU QUÉBEC - RECOMMANDATIONS Page 19

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES

Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES Le Groupement National des Indépendants GNI LOCATION DE MEUBLES TOURISTIQUES A Paris au moins 30 000 logements ont été soustraits du marché de l habitation pour être loués à des touristes. Le site Airbnb

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

«Le ras-le-bol d une profession»

«Le ras-le-bol d une profession» «Le ras-le-bol d une profession» Nous vous rappelons la position de l UMIH concernant les points suivants : I. Projet de loi REBSAMEN : Une usine à gaz pour nos TPE Nous sommes totalement opposés à toute

Plus en détail

«Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement» Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement?... 2

«Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement» Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement?... 2 «Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement» Sommaire Quel régime juridique et fiscal pour mon hébergement?... 2 Statuts juridiques et fiscaux :... 3 Selon quelles conditions dois-je m inscrire

Plus en détail

Comportement Web des touristes québécois

Comportement Web des touristes québécois Comportement Web des touristes québécois Faits saillants - Mai 2011 Sondage Ipsos Descarie Réseau de veille en tourisme En partenariat avec le ministère du Tourisme du Québec Le sondage concernant le comportement

Plus en détail

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers

A. Particuliers. activités B. Sociétés Ajout d un quatrième palier à. Lutte contre l évasion fiscale. économiques RRQ et financiers A. Particuliers Faits saillants o Hausse progressive de la contribution des parents aux services de garde o Amélioration de la gouvernance des fonds fiscalisés o Faits Capital saillants régionale et ayant

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

GUIDE DE LA TAXE DE SÉJOUR. Un outil pour le développement touristique de la vallée de Kaysersberg. www.kaysersberg.com

GUIDE DE LA TAXE DE SÉJOUR. Un outil pour le développement touristique de la vallée de Kaysersberg. www.kaysersberg.com GUIDE DE LA TAXE DE SÉJOUR Un outil pour le développement touristique de la vallée de Kaysersberg www.kaysersberg.com 1 La taxe de séjour, à quoi ça sert? La taxe de séjour est en vigueur depuis 1910 en

Plus en détail

Le nouveau classement

Le nouveau classement Le nouveau classement des hébergements touristiques marchands Comment décrocher les nouvelles étoiles? Edito Un an après la publication de la loi de développement et de modernisation des services touristiques,

Plus en détail

Les dépenses admissibles du travailleur autonome

Les dépenses admissibles du travailleur autonome Les dépenses admissibles du travailleur autonome Janvier 2015 Avis au lecteur Ce document explique des situations fiscales courantes dans un langage accessible et ne remplace pas les dispositions prévues

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 Note réalisée par le Comité Départemental du Tourisme à l attention des

Plus en détail

UN OUTIL POUR LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE

UN OUTIL POUR LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE Guide de la Taxe de séjour UN OUTIL POUR LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 25,1 % 45,1 % 50 % 75 % 55 % Question tourisme? C est la Com Com! www.cc-ribeauville.fr PRÉCURSEUR, POUR VOUS SERVIR La taxe de séjour,

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau de la législation financière

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

RÈGLEMENT NO 1586 RÈGLEMENT NO 1586 ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION POUR L ANNÉE 2013

RÈGLEMENT NO 1586 RÈGLEMENT NO 1586 ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION POUR L ANNÉE 2013 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-MÉGANTIC RÈGLEMENT NO 1586 RÈGLEMENT NO 1586 ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION POUR L ANNÉE 2013 ATTENDU QUE le conseil désire favoriser l'établissement

Plus en détail

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques

Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Les dispositifs d aides du Conseil général aux hébergements touristiques Juin 2014 Édito Adopté en séance plénière de janvier 2014 suite à une large concertation avec les acteurs privés et publics de

Plus en détail

LOCATION DE CHAISE EN COIFFURE

LOCATION DE CHAISE EN COIFFURE LOCATION DE CHAISE EN COIFFURE MISE EN CONTEXTE. Suite à de nombreuses demandes d information, autant par des propriétaires que par des employés à qui on offre de louer une chaise, le CSMO des services

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION Pour une communication efficace, une politique de communication 2 Politique de communication 3 Mission de la Direction des communications 3 Rôle

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Communauté de Communes du Val de l Ailette LA TAXE DE SEJOUR GUIDE D APPLICATION

Communauté de Communes du Val de l Ailette LA TAXE DE SEJOUR GUIDE D APPLICATION Communauté de Communes du Val de l Ailette LA TAXE DE SEJOUR GUIDE D APPLICATION PRÉSENTATION Pourquoi la taxe de séjour sur tout le territoire du Val de l Ailette? La Communauté de Communes du Val de

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler

L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS. Pour dissiper la confusion générale à démêler L entrepreneur autonome SES DROITS, OBLIGATIONS ET RESTRICTIONS Le présent document s adresse particulièrement aux entrepreneurs qui n embauchent pas de salariés ou qui embauchent un salarié occasionnellement,

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR

GUIDE D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Lubersac, Montgibaud, Benayes, Saint-Pardoux Corbier, Saint-Martin Sepert, Saint-Julien le Vendomois GUIDE D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Comme dans toute le France, la Taxe de séjour est supportée

Plus en détail

Dossier de presse. Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état

Dossier de presse. Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état Dossier de presse Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état le mercredi 11 janvier 2015 à la Clusaz Contact : Service

Plus en détail

GUIDE D'APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR

GUIDE D'APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Office de Tourisme d'istres GUIDE D'APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Pour toute information : Office de Tourisme, 30 allée Jean Jaurès 13800 Istres Tél. : 04 42 81 76 00 PRESENTATION La taxe de Séjour

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52

Plus en détail

Inutilisable pour. une transaction. Spécimen

Inutilisable pour. une transaction. Spécimen FORMULAIRE RECOMMANDÉ PROMESSE DE SOUS-LOCATION RÉSIDENTIELLE NOTE Le présent formulaire ne constitue pas le contrat préliminaire requis par les articles 1785 et suivants du Code civil du Québec la vente

Plus en détail

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour

Règlement intérieur. I - Conditions générales. 1. Conditions d admission et de séjour MODÈLE TYPE DE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES TERRAINS DE CAMPING OU DE CARAVANAGE AINSI QUE DES PARCS RÉSIDENTIELS DE LOISIRS I - Conditions générales 1. Conditions d admission et de séjour Règlement intérieur

Plus en détail

Dossier de la Vérification interne de CBC/Radio-Canada. Équipe de la Vérification interne de CBC/Radio-Canada

Dossier de la Vérification interne de CBC/Radio-Canada. Équipe de la Vérification interne de CBC/Radio-Canada Note de service Date : 15 octobre 2013 Dest. : Exp. : Objet : Dossier de la Vérification interne de CBC/Radio-Canada Équipe de la Vérification interne de CBC/Radio-Canada Examen des frais du président-directeur

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

A l usage des Hébergeurs. TaXe de sejour memento guide

A l usage des Hébergeurs. TaXe de sejour memento guide A l usage des Hébergeurs TaXe de sejour memento guide Edition 2015 Le mot du Président Issoire Communauté, compétente en matière de tourisme sur le territoire de ses communes membres, a décidé de clarifier

Plus en détail

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 1 MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 préparé par Ruth Rose professeure associée de sciences économiques Université du Québec à Montréal mars 2012 AVANT PROPOS Ce

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-04-30-27

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-04-30-27 REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... MAIRIE DE METZ CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE METZ REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 30 avril 2015 DCM N 15-04-30-27 Objet : Actualisation des dispositions relatives

Plus en détail

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire.

sécuritaires productifs soyez plus soyez plus Tout le monde a droit à un environnement de travail sécuritaire. Loi sur la santé et la sécurité du travail soyez plus sécuritaires soyez plus productifs INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Information à l intention de l employeur, du maître d œuvre et du travailleur

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES

CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES CHAPITRE V III: LES RESSOURCES MATÉRIELLES SECTION 8.3 : LA GESTION DES BIENS MEUBLES ET IMMEUBLES PAGE : 1 POLITIQUE SUR LES TRANSPORTS AVEC UN VÉHICULE LOURD Adoptée : CAD-8927 (14 10 08) Modifiée :

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 3 A-2-03 N 79 du 30 AVRIL 2003 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. CHAMP D APPLICATION EXONERATION. LOCATIONS DE LOGEMENTS MEUBLES OU GARNIS A USAGE D

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

BAREME IMPOSITON * UNIQUEMENT SUR LES CATALOGUES DISPONIBLES AU BUREAU DU C.E.

BAREME IMPOSITON * UNIQUEMENT SUR LES CATALOGUES DISPONIBLES AU BUREAU DU C.E. COMITE D ETABLISSEMENT Place des Forges 71130 GUEUGNON TEL : 03 85 85 55 23 Montant Imposition BAREME IMPOSITON * UNIQUEMENT SUR LES CATALOGUES DISPONIBLES AU BUREAU DU C.E. POUR TOUTES LES LOCATIONS EN

Plus en détail

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE

PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE APPARTEMENT MEUBLE LOUE POUR DE COURTES DUREES A PARIS PRATIQUE ET POINTS DE VIGILANCE DROIT IMMOBILIER 37.000.000 de nuitées en hôtellerie à Paris pour l année 2011 le chiffre d affaire généré rend envieux

Plus en détail

Pour vous aider à comprendre : Le règlement applicable, expliqué pas à pas

Pour vous aider à comprendre : Le règlement applicable, expliqué pas à pas Ce qui change en 2015, suite à la réforme Pour vous aider à comprendre : Le applicable, expliqué pas à pas Loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 art 67 La loi de finances 2015 a été adoptée en dernière lecture

Plus en détail

RÈGLEMENT INTERCOMMUNAL SUR LA TAXE DE SÉJOUR. Règlement intercommunal sur la taxe de séjour. Chapitre premier. Généralités

RÈGLEMENT INTERCOMMUNAL SUR LA TAXE DE SÉJOUR. Règlement intercommunal sur la taxe de séjour. Chapitre premier. Généralités Vu l'article 3 bis de la Loi sur les impôts communaux (LICom), les communes de l'entente adoptent le présent règlement intercommunal, Vu l'article 45 LICom, Vu la Convention intercommunale au sens des

Plus en détail

NOM ET PRÉNOM OU PERSONNE MORALE (EN LETTRES MOULÉES) NOM ET PRÉNOM DU REPRÉSENTANT

NOM ET PRÉNOM OU PERSONNE MORALE (EN LETTRES MOULÉES) NOM ET PRÉNOM DU REPRÉSENTANT Demande de transfert de bail AVANT DE REMPLIR LE FORMULAIRE, LISEZ L INFORMATION À LA PAGE 2 ET 3 LOCATAIRE INITIAL Numéro de dossier : - - 1 IDENTITÉ NOM ET PRÉNOM OU PERSONNE MORALE (EN LETTRES MOULÉES)

Plus en détail

Utilisation d une automobile : incidences fiscales

Utilisation d une automobile : incidences fiscales Utilisation d une automobile : incidences fiscales Les frais engagés pour l utilisation d une automobile dans le cadre d un emploi ou d une entreprise présentent un élément d affaires justifiant leur déductibilité

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE POLITIQUE POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE Responsabilité Direction générale adjointe aux affaires administratives Direction

Plus en détail

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6 Table des matières 1 À noter... 3 2 Demande de prêt REER... 3 3 But du produit... 4 4 Le produit en bref... 5 5 Les principaux avantages... 6 6 Utilisation du prêt REER... 6 6.1 Taux d intérêt... 6 7 Modalités

Plus en détail

relatif à la modification du règlement de la taxe de séjour

relatif à la modification du règlement de la taxe de séjour Municipalité AU CONSEIL COMMUNAL 1030 BUSSIGNY Bussigny, le 9 mars 2015 Préavis municipal N 04/2015 relatif à la modification du règlement de la taxe de séjour Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES

OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES OUVERTURE ET EXPLOITATION DE CHAMBRES D HÔTES Les chambres d hôtes sont des chambres meublées situées chez l habitant en vue d accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées,

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE.

TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE. TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE. 1 Champs d application. - Modalités générales d application Conformément à l article L 2 333 26 et suivant du CGCT, la Ville du Teich a institué la taxe séjour : o pour réaliser

Plus en détail

Politique de gestion de la trésorerie

Politique de gestion de la trésorerie Politique de gestion de la trésorerie Mise à jour : Le 13 février 2009 HEC Montréal Politique de gestion de la trésorerie Table des matières 1. Portée... 1 2. Principes... 1 3. Placements.... 1 4. Financement.......

Plus en détail

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr

447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements. Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr 447 destinations 1 000 résidences 105 500 appartements Affaires ou loisirs, préférez le prêt-à-vivre. SNRT.fr NOTRE MÉTIER, l hébergement touristique. Le SNRT regroupe l essentiel des exploitants professionnels

Plus en détail

Taxes indirectes. Concepts de base. Premières Nations du Québec

Taxes indirectes. Concepts de base. Premières Nations du Québec Taxes indirectes Concepts de base Premières Nations du Québec Conférence sur la fiscalité autochtone 4 septembre 2013 Mise en garde Ce document a été conçu uniquement à des fins de formation et ne doit,

Plus en détail

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE

Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Programme municipal RÉNOVATION RÉSIDENTIELLE MAJEURE Le programme municipal de rénovation majeure, qui vise la rénovation de l ensemble d un bâtiment résidentiel, offre une aide financière aux propriétaires

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Le consommateur est invité à participer au concours «Votre tournoi de golf pour 12 personnes» par une publicité imprimée dans le magazine Golf & Spa.

Le consommateur est invité à participer au concours «Votre tournoi de golf pour 12 personnes» par une publicité imprimée dans le magazine Golf & Spa. Le consommateur est invité à participer au concours «Votre tournoi de golf pour 12 personnes» par une publicité imprimée dans le magazine Golf & Spa. 1. Durée du concours Le concours «Votre tournoi de

Plus en détail

TOUTE LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR REMPLIR LES QUESTIONNAIRES DE L'OMT

TOUTE LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR REMPLIR LES QUESTIONNAIRES DE L'OMT TOUTE LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR REMPLIR LES QUESTIONNAIRES DE L'OMT L'Organisation mondiale du tourisme est l'agence des Nations Unies responsable de la collecte des statistiques du tourisme, c'est

Plus en détail

ATTENDU QU un montant de 43 543 $ est à pourvoir pour l année 2015, par l ensemble des contribuables de la Municipalité pour la solidarité sociale;

ATTENDU QU un montant de 43 543 $ est à pourvoir pour l année 2015, par l ensemble des contribuables de la Municipalité pour la solidarité sociale; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ D EASTMAN RÈGLEMENT 2015-01 FIXANT, POUR L ANNÉE 2015, LES TAUX DE TAXES, DE TARIFICATION POUR LES SERVICES, LES MODALITÉS DE PAIEMENT DES TAXES ET DES

Plus en détail

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous!

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous! BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU CANADA En cas de doute, consultez-nous! En tout temps vous pouvez communiquer avec nous pour connaitre les dispositions précises au sujet des exigences et règlements

Plus en détail

Périgord Blanc 8 4,30 2 901 5,02. Périgord Noir 115 61,83 38 437 66,48. Périgord Vert 32 17,20 6 956 12,02

Périgord Blanc 8 4,30 2 901 5,02. Périgord Noir 115 61,83 38 437 66,48. Périgord Vert 32 17,20 6 956 12,02 FICHE 2 : CRÉER OU REPRENDRE UN TERRAIN DE CAMPING (HÔTELLERIE DE PLEIN AIR) OU UN PRL (PARC RÉSIDENTIEL DE LOISIRS) 1 - LES CHIFFRES EN DORDOGNE A / L OFFRE EN HÔTELLERIE DE PLEIN AIR AU 01/01/2014 Parc

Plus en détail

EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER

EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER Syndicat mixte du Pays Horloger Comité Régional du Tourisme - Observatoire Régional du Tourisme CARTE DES COMMUNES DU PAYS HORLOGER Laval-le-

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Loi électorale du Canada : Questions fréquemment posées par les organisations de travailleurs et travailleuses

Loi électorale du Canada : Questions fréquemment posées par les organisations de travailleurs et travailleuses Fiche d information Loi électorale du Canada : Questions fréquemment posées par les organisations de travailleurs et travailleuses Importante mise à jour relative à la publicité électorale sur Internet

Plus en détail

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif?

Q&A Novembre 2012. A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? Q&A Novembre 2012 A. Le marché de la location meublée. B. Le marché de la location touristique. C. La location meublée, un marché lucratif? D. La location meublée est elle légale? A. Le marché de la location

Plus en détail

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET

FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET FONDS SPORTS-QUÉBEC POLITIQUE DE DONS ET GUIDE D OPÉRATIONS UN DON AU FONDS SPORTS-QUÉBEC POURQUOI? SPORTSQUÉBEC LÉGALEMENT APTE À ÉMETTRE DES REÇUS FISCAUX À titre d association canadienne de sport amateur

Plus en détail

Guide à l usage des tuteurs au mineur qui doivent fournir un rapport annuel

Guide à l usage des tuteurs au mineur qui doivent fournir un rapport annuel Guide à l usage des tuteurs au mineur qui doivent fournir un rapport annuel Ce guide est conçu pour vous accompagner dans la production de votre rapport annuel à titre de tuteur à un mineur. Le rapport

Plus en détail

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation

Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation Mémoire présenté au Comité sénatorial permanent des finances nationales concernant le Programme de péréquation M. Peter Mesheau Ministre des Finances Gouvernement du Nouveau-Brunswick Le 17 octobre 2001

Plus en détail

régionale. politique Garonne

régionale. politique Garonne Enquêtes de fréquentation : le pourquoi du comment Observer, développer, promouvoir La première mission du Comité Régional de Tourisme d Aquitaine (CRTA)) consiste à promouvoir la région en France et à

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Le Regroupement des compagnies d assurances à charte du Québec (RACQ) est membre à part entière depuis juillet 2001.

Le Regroupement des compagnies d assurances à charte du Québec (RACQ) est membre à part entière depuis juillet 2001. Survol du cadre réglementaire en assurance médicaments Claude Di Stasio, Vice-présidente, Affaires québécoises, ACCAP ACCAP L'Association canadienne des compagnies d'assurances de personnes (ACCAP), organisme

Plus en détail

QUALIFICATION «HEBERGEMENT PÊCHE» - CHARTE DE QUALITE

QUALIFICATION «HEBERGEMENT PÊCHE» - CHARTE DE QUALITE QUALIFICATION «HEBERGEMENT PÊCHE» - CHARTE DE QUALITE Le Label «Hébergement Pêche» est attribué par le Président de la Fédération Départementale de Pêche ou son représentant dûment mandaté à des hébergements

Plus en détail

Lois et Règlements au 28.02.2011

Lois et Règlements au 28.02.2011 Lois et Règlements au 28.02.2011 Voici une liste des principales lois et principaux règlements applicables dans l industrie hôtelière. LOIS QUÉBÉCOISES Pour obtenir les détails s y rapportant, télécharger

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015

Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015 Conditions Générales de Vente «Escap'18-30» pour l été 2015 Conditions d accès à l offre «Escap 18-30» pour l été 2013 : Offre promotionnelle exclusivement au bénéfice des militaires ou civils de la défense,

Plus en détail

Prénom : Initiale : Nom de famille : Ville : Prov. : Code postal : Télécopieur : ( )

Prénom : Initiale : Nom de famille : Ville : Prov. : Code postal : Télécopieur : ( ) Le demandeur La personne ayant l invalidité est appelée le «demandeur». Le formulaire doit être rempli par le demandeur ou au nom de celui-ci. Veuillez utiliser un formulaire par demandeur. Identification

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD RÈGLEMENT NUMÉRO 187-2011 POUR ABROGER LES RÈGLEMENTS 2006-113 ET 182-2010 ET LEURS AMENDEMENTS CONCERNANT LA POLITIQUE DE LOCATION DE

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

3.11 Instauration d un crédit d impôt remboursable pour l acquisition ou la location d un véhicule neuf écoénergétique

3.11 Instauration d un crédit d impôt remboursable pour l acquisition ou la location d un véhicule neuf écoénergétique 3.11 Instauration d un crédit d impôt remboursable pour l acquisition ou la location d un véhicule neuf écoénergétique Ce crédit vise tous les particuliers (personnes physiques) et non pas seulement ceux

Plus en détail

de France Société Le transport par câble s installe en ville Dossier Immobilier en station : quels enjeux pour la fréquentation?

de France Société Le transport par câble s installe en ville Dossier Immobilier en station : quels enjeux pour la fréquentation? Domaines skiables de France Magazine d information du Syndicat National des Téléphériques de France N 24 juin 2010 Alpes Jura Massif Central Pyrénées Vosges Société Le transport par câble s installe en

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Compte rendu. Mercredi 9 avril 2014 Séance de 17 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mercredi 9 avril 2014 Séance de 17 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Mission d évaluation et de contrôle La fiscalité des hébergements touristiques Audition, ouverte à la presse, de M.

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ;

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ; DES MEMBRES DU CONSEIL EXÉCUTIF DU SECS Adopté au Conseil d administration 13 avril 4 1.0 Principes directeurs Ce protocole s inspire de la volonté du SECS-CSQ : a) d assurer le meilleur fonctionnement

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail