Ce texte découle d une présentation réalisée lors

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce texte découle d une présentation réalisée lors"

Transcription

1 Pour en savoir plus FINANCEMENT PUBLIC ET ÉCONOMIE SOCIALE. L EXPÉRIENCE D INVESTISSEMENT QUÉBEC Claude Carbonneau Vice-président aux coopératives et aux autres entreprises de l économie sociale Investissement Québec Ce texte découle d une présentation réalisée lors du colloque du CIRIEC-Canada sur «La gouvernance des entreprises publiques et collectives : vers de nouveaux champs d application et des partenariats innovants» tenu dans le cadre du Congrès de l ACFAS de L atelier qui l accueillait portait sur «Les mécanismes d appui financiers et leurs champs d application dans l économie collective : l expérience et les points de vue de dirigeants engagés». En reliant ces deux thèmes, j ai choisi d examiner les interventions d Investissement Québec sous un angle qui n est pas souvent abordé. En effet, ma présentation tentera de mettre au jour l infrastructure des interventions d une société publique dans les entreprises de l économie sociale. Pour ce faire, je commencerai par présenter Investissement Québec et par situer la Vice-présidence aux coopératives et autres entreprises de l économie sociale au sein de cette société d État. Par la suite, je retracerai pour vous les assises juridiques des programmes qui permettent à Investissement Québec d intervenir financièrement dans les entreprises. Enfin, je ferai état des diverses influences que ces éléments peuvent laisser dans leur sillage pour conclure avec une présentation des résultats de tous ces effets de nos interventions à partir de quelques données. 240 Économie et Solidarités, volume 37, numéro 1, 2006

2 INVESTISSEMENT QUÉBEC Investissement Québec est une société du gouvernement du Québec. Elle a été fondée en 1998 pour prendre le relève de la Société de développement industriel du Québec (SDI) qui, elle-même, avait succédé à l Office du crédit industriel du Québec. Selon les gouvernements et les modes, ces sociétés ont successivement offert divers produits financiers aux entreprises du Québec. La mission d Investissement Québec s énonce comme suit : «Favoriser la croissance de l investissement au Québec, contribuant ainsi au développement économique et à la création d emplois.» Pour réaliser cette mission, cette société d investissement compte trois grands axes d intervention : la prospection des investissements étrangers, la réalisation de mandats gouvernementaux, le financement des petites et moyennes entreprises (PME) québécoises. De ces trois éléments, c est celui qui touche le financement des entreprises québécoises qui est le plus important en termes de ressources ou d interventions réalisées sur une base annuelle. La Vice-présidence aux coopératives et autres entreprises de l économie sociale s inscrit à l intérieur de cet élément de la mission. Investissement Québec compte six bureaux à l étranger : New York, Chicago et Los Angeles, aux États-Unis, Londres, Paris et Munich, en Europe. Avec l appui d une équipe spéciale située à Montréal, ce réseau travaille à intéresser des investisseurs étrangers à réaliser des projets au Québec. En ce qui concerne les mandats gouvernementaux, cette équipe gère l ensemble des mandats que le gouvernement du Québec confie à Investissement Québec. On peut penser à certains produits fiscaux ou à certaines interventions dans les grandes entreprises. Quant au financement des PME québécoises, c est à travers 15 bureaux régionaux qu Investissement Québec réalise les interventions qui s adressent à cette clientèle. LA VICE-PRÉSIDENCE AUX COOPÉRATIVES ET AUTRES ENTREPRISES DE L ÉCONOMIE SOCIALE La Vice-présidence aux coopératives et autres entreprises de l économie sociale est une unité qui s inscrit à l intérieur du mandat de financement des PME du Québec. Elle offre l ensemble des services d Investissement Québec aux entreprises qui détiennent le statut de coopératives ou d entreprises sans but lucratif. Ses ressources sont situées dans 6 des 15 bureaux régionaux et, à partir de ces bureaux, elle offre ses services sur tout le territoire du Québec. La Vice présidence compte trente ans d expérience en financement d entreprises de l économie sociale. Elle est en effet l héritière de la Société de développement des coopératives (SDC) qui a vu le jour au milieu de années Économie et Solidarités, volume 37, numéro 1,

3 Les produits financiers offerts aux entreprises de l économie sociale sont, pour l essentiel, de même nature que ceux destinés aux entreprises classiques. L objectif d Investissement Québec est d aider ces entreprises à avoir un meilleur accès au financement offert par les institutions financières. Nos interventions sont donc complémentaires à ce qui est disponible sur le marché. Les entreprises de l économie sociale peuvent cependant avoir accès à un produit financier qui leur est exclusif. Il s agit des prêts de capitalisation qui leur permettent d améliorer leur équité. Investissement Québec ne dispose pas de produits comparables pour les PME classiques. L INFRASTRUCTURE DE NOS INTERVENTIONS Investissement Québec existe en vertu d une loi votée par l Assemblée nationale du Québec. Cette loi, en plus de permettre la création d Investissement Québec, détermine les paramètres de sa gouvernance et de son administration et précise les types d interventions qu elle peut réaliser. Elle régule donc toutes les décisions prises par le conseil d administration d Investissement Québec ou ses dirigeants. En ce qui concerne les interventions qui s adressent aux entreprises de l économie sociale, elles sont déterminées par une autre loi dont l administration est confiée à Investissement Québec. Il s agit de la Loi sur l aide au développement des coopératives et personnes morales sans but lucratif. Le fonctionnement de la Vice-présidence aux coopératives et autres entreprises de l économie sociale est basé sur ces deux lois. L une détermine son fonctionnement et l autre, les produits financiers qu elle peut offrir. En fait, en ce qui concerne les produits financiers offerts par Investissement Québec, ces lois ne définissent que de très grands paramètres. Ce qu elles permettent surtout, c est la création de programmes. Ceux-ci sont ultérieurement approuvés par le gouvernement. On retrouve quelquefois leur origine dans les Discours du budget du ministre des Finances. Par la suite, le Conseil des ministres adopte un décret pour valider ces orientations. Les coopératives et les entreprises sans but lucratif se voient offrir des produits financiers en vertu de deux programmes particuliers, à savoir le Programme favorisant le financement de l entrepreneuriat collectif et le Programme favorisant la capitalisation des entreprises de l économie sociale. Ces programmes précisent les paramètres d intervention de nos produits financiers. C est dans ces textes que sont indiquées les balises de nos interventions : les secteurs admissibles, les limites, la durée maximale, etc. Une fois ces textes approuvés par le Conseil des ministres, la direction d Investissement Québec se les approprie et établit des politiques de gestion à l intention de son personnel. Ces politiques sont en fait des modalités pratiques 242 Économie et Solidarités, volume 37, numéro 1, 2006

4 d intervention. Elles ont pour objectif de standardiser le fonctionnement de notre organisation en ce qui concerne la distribution de nos produits financiers. Elles sont des interprétations des programmes qui permettent à l ensemble du personnel d Investissement Québec d en avoir la même compréhension. Elles assurent également à toutes les entreprises clientes qu elles auront droit aux mêmes produits financiers selon les circonstances. Certaines orientations peuvent également être données par des instances spéciales. C est notamment le cas du Comité aviseur en économie sociale. Ce comité est nommé par le conseil d administration d Investissement Québec et il est chargé de le conseiller en ce qui concerne l application du Programme favorisant la capitalisation des entreprises de l économie sociale. Sa composition est très représentative du milieu de l économie sociale et des partenaires qui s intéressent à ce milieu. On peut affirmer que les politiques qui gouvernent actuellement l application de ce programme émanent de ce comité. Cette infrastructure que je viens de décrire consiste, en fait, en une cascade de décisions. Les politiques doivent respecter les programmes et en aucun temps permettre des interventions qui n ont pas explicitement été autorisées par ces mêmes programmes. Il en est de même pour les programmes par rapport aux lois. D un niveau de décision à l autre, on ne peut qu apporter des précisions qui sont de plus en plus opérationnelles. Il faut enfin se rappeler que toutes les interventions financières sont réalisées par des professionnels qui ont eux-mêmes leur propre bagage de connaissances et d expériences. Cela peut également avoir une influence sur le produit final. L EXISTENCE DE PRÉJUGÉS Les documents préparatoires à ce colloque du CIRIEC posaient la question des préjugés des intervenants financiers à l égard des entreprises de l économie sociale. La description que je viens de faire montre bien que de nombreuses instances contribuent à l élaboration et à la livraison des produits financiers offerts par Investissement Québec. On peut donc affirmer que chacune de ces instances jette un regard critique sur les projets qui lui sont présentés. À tous les niveaux, tant la mémoire de l institution que l environnement conjoncturel colorent les décisions. Est-ce à dire qu Investissement Québec entretient des préjugés envers les entreprises de l économie sociale? La réponse est «oui» évidemment. En fait, les produits financiers livrés par Investissement Québec sont le fruit de l ensemble des préjugés des institutions et des individus qui ont contribué à leur existence. Or, le meilleur de l histoire, c est que ces préjugés sont des préjugés positifs et favorables aux entreprises de l économie sociale. Économie et Solidarités, volume 37, numéro 1,

5 Il faut cependant souligner que ces préjugés favorables envers les entreprises de l économie sociale ne nous entraînent pas dans quelque forme d aveuglement que ce soit. Investissement Québec demeure une institution financière responsable de fonds publics. Notre mandat consiste à offrir des produits financiers complémentaires à ce que les institutions financières rendent disponible ; nous ne cherchons donc pas à concurrencer ces dernières. Dans ses interventions auprès des entreprises de l économie sociale, Investissement Québec recherche constamment l équilibre entre son rôle de gestionnaire de fonds publics et son rôle de soutien au développement des entreprises. Notre préoccupation constante est de donner aux entreprises de l économie sociale les outils financiers qui leur permettront d assurer leur pérennité. Il faut se rappeler que la réputation des entreprises de l économie sociale est encore vulnérable. Chaque échec laisse des traces négatives dans les collectivités et auprès des institutions financières. Cette situation est difficile à comprendre puisque les échecs des entreprises traditionnelles n ont pas pour effet d entamer la réputation de l économie libérale. C est peut-être que plus les gens sont impliqués dans les projets, plus ils sont directement concernés. Quoi qu il en soit, il arrive souvent qu Investissement Québec se montre exigeant envers ses clients. Il leur impose des conditions que les dirigeants d entreprises ne comprennent pas toujours. Ces exigences découlent cependant de notre double préoccupation de gestionnaire de fonds publics et d organisation vouée au développement des entreprises de l économie sociale. Par ailleurs, Investissement Québec ne fait pas de cadeau non plus aux entreprises classsiques. En résumé, notre approche est bien adaptée aux entreprises de l économie sociale, mais sans complaisance. Notre objectif est de rechercher le montage financier optimal pour leur permettre de réaliser leurs projets et de se développer à moyen et long terme. LES RÉSULTATS Cette rigueur que nous nous imposons et que nous imposons à nos clients s appuie sur quelque trente ans d expérience. Nous gérons aujourd hui un portefeuille de 830 interventions financières réalisées auprès de 500 entreprises de toutes tailles et à divers stades de leur développement. Elles sont également présentes dans de nombreux champs d activités. Cela représente des engagements de l ordre de 210 millions de dollars. Nos interventions sont principalement constituées de garanties de prêts et notre portefeuille est de bonne qualité si on le compare à celui qu Investissement Québec réalise auprès des entreprises classiques. Nous sommes particulièrement fiers de pouvoir répondre à tous les besoins des entreprises de l économie sociale. 244 Économie et Solidarités, volume 37, numéro 1, 2006

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE

LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE LAN D ACTION DE ÉVELOPPEMENT DURABLE 013-2015 Table des matières M p E 03 Message du président et chef de la direction 04 Contexte 06 Actions 15 Annexe 1 : Tableau synoptique du plan d action de développement

Plus en détail

Investissement Québec. Votre partenaire d affaires

Investissement Québec. Votre partenaire d affaires Investissement Québec Votre partenaire d affaires 1 Notre mission Favoriser la croissance de l investissement au Québec et contribuer ainsi au développement économique et la création d emploi. 2 2 Nos

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION

FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION FORMULAIRE DE DEMANDE D ADHÉSION DÉMARCHE ET DOCUMENTS À FOURNIR Afin de devenir membre du ROCGÎM, un organisme communautaire autonome doit remplir une demande d'adhésion dûment complétée et adresser cette

Plus en détail

Conseil d administration de. l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ?

Conseil d administration de. l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ? Conseil d administration de l Association des économistes québécois LE PROJET DE LOI 123 : UN BON VÉHICULE MAIS POUR ALLER OÙ? MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION PARLEMENTAIRE DES FINANCES PUBLIQUES 18 novembre

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

Politique opérationnelle

Politique opérationnelle Page 1 de 6 1. ÉNONCÉ Loto-Québec 1 (la «Société») a comme mission de gérer l offre de jeux de hasard et d argent de façon efficiente et responsable en favorisant l ordre, la mesure et l intérêt de la

Plus en détail

Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique

Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique Mémoire de la FQM sur le projet de loi n o 83 Loi modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique 23 février 2016 1 LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS ANNEXE 2015-CA619-04.08.02-R6676 CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS Adopté le 7 décembre 2015. Table des matières 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs et portée... 1 2.1 Objectifs... 1 2.2 Portée...

Plus en détail

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale

CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale CAT 037M C.P. P.L. 27 Économie sociale Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire dans le cadre de consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n 27 Loi

Plus en détail

Allocution de la coordonnatrice au développement du. Fonds québécois d habitation communautaire, madame Andrée Richard. La politique de l habitation :

Allocution de la coordonnatrice au développement du. Fonds québécois d habitation communautaire, madame Andrée Richard. La politique de l habitation : Allocution de la coordonnatrice au développement du Fonds québécois d habitation communautaire, madame Andrée Richard À l occasion du 35 e congrès de l ACHRU La politique de l habitation : pour une démarche

Plus en détail

Fonds alloués aux centres locaux de développement

Fonds alloués aux centres locaux de développement Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2014-2015 Vérification de l information financière et autres travaux connexes Hiver 2015 Fonds alloués aux centres locaux

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Ville de Bécancour Décembre 2013 Ville de Bécancour 1295, Nicolas-Perrot Bécancour (Québec), G9N 1A1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. DÉVELOPPEMENT DURABLE...

Plus en détail

ATHÈNES. 3 ½ 433 p 2 NOTES

ATHÈNES. 3 ½ 433 p 2 NOTES ATHÈNES 3 ½ 433 p 2 info@ VIENNE 3 ½ 435 p 2 info@ MUNICH 3 ½ 465 p 2 info@ SÉVILLE 3 ½ 468 p 2 info@ VANCOUVER 3 ½ 478 p 2 info@ NEW YORK 3 ½ 504 p 2 info@ PARIS 3 ½ 545 p 2 info@ VENISE 3 ½ 552 p 2 info@

Plus en détail

Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001)

Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001) COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le 13.IX.2005 C (2005) 3543 Objet: Aide d Etat N 64/2005 France Modification du régime d aides à la gestion des énergies renouvelables de l ADEME (N117/A/2001) Monsieur

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015

Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 Stratégie ministérielle de développement durable de l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec 2014-2015 1. Aperçu de l'approche du gouvernement fédéral concernant le développement

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Pour une contribution accrue de l économie sociale à une croissance inclusive

Pour une contribution accrue de l économie sociale à une croissance inclusive Pour une contribution accrue de l économie sociale à une croissance inclusive Consultations pré-budgétaires annuelles 2016 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Gouvernement du Canada

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

LES PRIORITÉS DU SECTEUR AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE CANADIEN EN MATIÈRE D ACCÈS AUX MARCHÉS INTERNATIONAUX

LES PRIORITÉS DU SECTEUR AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE CANADIEN EN MATIÈRE D ACCÈS AUX MARCHÉS INTERNATIONAUX LES PRIORITÉS DU SECTEUR AGRICOLE ET AGROALIMENTAIRE CANADIEN EN MATIÈRE D ACCÈS AUX MARCHÉS INTERNATIONAUX PRÉSENTATION AU COMITÉ SÉNATORIAL PERMANENT DE L AGRICULTURE ET DES FORÊTS M. Yves Leduc M. Bruno

Plus en détail

Document d information sur le transport rémunéré de personnes par automobile

Document d information sur le transport rémunéré de personnes par automobile MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE LA MOBILITÉ DURABLE ET DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS Document d information sur le transport rémunéré de personnes par automobile HIVER 2016 TABLE DES MATIÈRES Consultation...

Plus en détail

Marie-Michèle Dion, Pierre Lalanne Direction du transport terrestre des personnes. Le transport collectif régional

Marie-Michèle Dion, Pierre Lalanne Direction du transport terrestre des personnes. Le transport collectif régional Marie-Michèle Dion, Pierre Lalanne Direction du transport terrestre des personnes Le transport collectif régional 8-9Juin 2010 1 Table des matières Politique québécoise du transport collectif Programme

Plus en détail

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68

Catalogue. Formation des. Elus locaux. SOLen. Technopôle Lahitolle. 6 rue Maurice Roy. 18000 Bourges. Tel. 02 46 08 10 68 Service d Optimisation et de Lancement pour l Entreprenariat 2016 Catalogue Formation des SOLen Technopôle Lahitolle Elus locaux 6 rue Maurice Roy 18000 Bourges Tel. 02 46 08 10 68 Organisme agréé par

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2016 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires :

Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : Dossier de presse Signature officielle de convention entre l UDAF des Côtes d Armor et ses partenaires : la Caisse de Dépôts et Consignations la Caisse d Épargne de Bretagne, l association «Parcours Confiance

Plus en détail

Annexe au communiqué de presse du 30 septembre 2015 portant sur le «Global Competitiveness Report 2015-2016 du World Economic Forum

Annexe au communiqué de presse du 30 septembre 2015 portant sur le «Global Competitiveness Report 2015-2016 du World Economic Forum Annexe au communiqué de presse du 30 septembre 2015 portant sur le «Global Competitiveness Report 2015-2016 du World Economic Forum Coup de projecteur sur la compétitivité du Luxembourg L étude GCR 2015-2016

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la Société d habitation du Québec

Loi modifiant la Loi sur la Société d habitation du Québec DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 49 (2002, chapitre 2) Loi modifiant la Loi sur la Société d habitation du Québec Présenté le 1 er novembre 2001 Principe adopté le 18 décembre

Plus en détail

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer!

PRÉSENTATION. Un «grand collège» qui continue de se développer! PRÉSENTATION Un «grand collège» qui continue de se développer! Voilà le titre qui chapeautait la présentation du plan stratégique 2010 2015 que le conseil d administration avait adopté en juin 2010. Deux

Plus en détail

Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation

Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation Recommandations sur la vente d aliments sur le domaine public (cuisine de rue) LA COMMISSION PERMANENTE SUR LE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération

Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération Mandat du comité des ressources humaines et de la rémunération 1.0 INTRODUCTION... 1 2.0 OBJET... 1 3.0 COMPOSITION DU COMITÉ... 2 4.0 RÉUNIONS DU COMITÉ... 2 5.0 CONSEILLERS DU COMITÉ... 3 6.0 FONCTIONS

Plus en détail

La version prononcée fait foi

La version prononcée fait foi Notes pour une allocution du ministre délégué au Tourisme, Monsieur Pascal Bérubé Assises du tourisme Conférence de clôture «Investir dans le Québec Original» Gatineau 14 mai 2013 La version prononcée

Plus en détail

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN MILIEU SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE, (CONVENTION DE PARTENARIAT) 1. PRESENTATION DU RESEAU VERVIETOIS ET DE SES OBJECTIFS Le réseau Verviétois

Plus en détail

POLITIQUE ADMINISTRATIVE

POLITIQUE ADMINISTRATIVE POLITIQUE ADMINISTRATIVE DONS ET COMMANDITES Juillet 2015 A) OBJECTIF Encadrer les opérations de la Caisse en ce qui a trait au traitement des demandes de dons et commandites accordés aux organismes. B)

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES ACHATS ET D OCTROI DE CONTRATS D APPROVISIONNEMENT OU DE SERVICES

POLITIQUE DE GESTION DES ACHATS ET D OCTROI DE CONTRATS D APPROVISIONNEMENT OU DE SERVICES POLITIQUE DE GESTION DES ACHATS ET D OCTROI DE CONTRATS D APPROVISIONNEMENT OU DE SERVICES POUR LES FONDS DE SOUTIEN À LA RÉINSERTION SOCIALE (FONDS SRS) DE L ÉTABLISSEMENT DE DÉTENTION DE QUÉBEC Fonds

Plus en détail

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA

L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA États financiers trimestriels de L OFFICE D INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Trimestre terminé le L'OFFICE D'INVESTISSEMENT DU RÉGIME DE PENSIONS DU CANADA Bilan (en milliers de dollars)

Plus en détail

Réseau des acteurs du web et de l innovation numérique

Réseau des acteurs du web et de l innovation numérique Réseau des acteurs du web et de l innovation numérique Quelques définitions Economie numérique : le terme renvoie d'une manière réductrice au commerce électronique laissant de côté d'autres composantes

Plus en détail

Foire aux questions concernant la Gestion de cas de SAE

Foire aux questions concernant la Gestion de cas de SAE Foire aux questions concernant la Gestion de cas de SAE Le présent document répond aux questions qu on se pose le plus souvent concernant la gestion de cas dans le LaMPSS. Emploi Nouvelle-Écosse (ENE)

Plus en détail

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti S Conférence régionale sur le développement de la microfinance pour l activité économique Ministère de l Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) Diagramme du Système :

Plus en détail

1. L appui du Québec aux PME pour faciliter leur internationalisation

1. L appui du Québec aux PME pour faciliter leur internationalisation Rencontre du International Trade and Investment Center du Conference Board du Canada L'appui du Québec à l internationalisation des entreprises François Bouilhac Sous-ministre adjoint aux Affaires économiques

Plus en détail

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES

LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES LE RÉSEAU DES ASSOCIATIONS TOURISTIQUES RÉGIONALES CATALYSEUR DE L ÉCONOMIE TOURISTIQUE DANS TOUTES LES RÉGIONS DU QUÉBEC 2 e ÉDITION JANVIER 2015 LE RÉSEAU DES ATR 9651 ENTREPRISES ET ORGANISMES Le Québec

Plus en détail

Présentation de La Financière agricole du Québec aux audiences de la Commission sur le développement durable de la production porcine au Québec

Présentation de La Financière agricole du Québec aux audiences de la Commission sur le développement durable de la production porcine au Québec Présentation de La Financière agricole du Québec aux audiences de la Commission sur le développement durable de la production porcine au Québec 7 novembre 2002 Par: Claude Robitaille, directeur des services

Plus en détail

FONDS MUTUELS CIBC ET FAMILLE DE PORTEFEUILLES SOUS GESTION CIBC

FONDS MUTUELS CIBC ET FAMILLE DE PORTEFEUILLES SOUS GESTION CIBC FONDS MUTUELS ET FAMILLE DE PORTEFEUILLES SOUS GESTION Notice annuelle Le 27 juin 2014 Parts de catégorie A (sauf indication contraire) Fonds mutuels Fonds de bons du Trésor canadiens 1 Fonds marché monétaire

Plus en détail

Code d éthique Septembre 2010

Code d éthique Septembre 2010 Code d éthique Septembre 2010 Table des matières 1. INTRODUCTION...1 1.1. Le Code d éthique...1 1.2. Le Code de conduite...1 1.3. Approbation et objets d application des deux codes...1 2. DÉFINITIONS...1

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

CONVENTION DU GROUPEMENT D ETABLISSEMENTS GRETA DE L ACADEMIE DE GRENOBLE

CONVENTION DU GROUPEMENT D ETABLISSEMENTS GRETA DE L ACADEMIE DE GRENOBLE CONVENTION DU GROUPEMENT D ETABLISSEMENTS GRETA DE L ACADEMIE DE GRENOBLE Il est constitué entre les établissements publics locaux d enseignement relevant de l Education nationale suivants : -. (nom, siège)

Plus en détail

États financiers semestriels au 30 septembre

États financiers semestriels au 30 septembre États financiers semestriels au 30 septembre À l intérieur Aperçu... 1 Le Conseil d administration des Fonds CI Lettre du Conseil d administration des Fonds CI... 2 Fonds G5 20 2038 T3 CI... 3 Fonds G5

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR DIRECCTE PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR POLE ENTREPRISES, EMPLOI ET ECONOMIE SERVICE DES ENTREPRISES DEPARTEMENT REDRESSEMENT ECONOMIQUE Marseille, le 19 avril

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités de surveillance concernant l intégrité de l information financière

Plus en détail

Vision. Architecture d entreprise gouvernementale 3.1

Vision. Architecture d entreprise gouvernementale 3.1 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

La santé dans le programme de développement pour l après-2015

La santé dans le programme de développement pour l après-2015 SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/47 Point 14.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2013 La santé dans le programme de développement pour l après-2015 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

Ateliers et Formations 2014-2015 pour entrepreneurs sociaux et leaders communautaires

Ateliers et Formations 2014-2015 pour entrepreneurs sociaux et leaders communautaires présente ses Ateliers et Formations 2014-2015 pour entrepreneurs sociaux et leaders communautaires par : Jean-Philippe Vézina Directeur et Coach Conseil MovezAction Tél. : (514) 659-5395 jpvezina@movezaction.com

Plus en détail

Rapport annuel de 2007-2008 concernant la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel de 2007-2008 concernant la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel de 2007-2008 concernant la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du

Plus en détail

Charte de l Association Aurore

Charte de l Association Aurore Charte de l Association Aurore Introduction : Des valeurs et des principes directeurs Fondée en 1871, reconnue d utilité publique en 1875, l association Aurore a pour objet «la réadaptation sociale et

Plus en détail

Politique de commandite

Politique de commandite Politique de commandite L argent au service des gens La Caisse Desjardins de Verdun appuie annuellement une multitude d initiatives locales ayant trait à la promotion des valeurs coopératives, au développement

Plus en détail

ISIN : NL0000400653 Diffuseur : Business Wire. Information périodique / Information 1er trimestre

ISIN : NL0000400653 Diffuseur : Business Wire. Information périodique / Information 1er trimestre Société : Gemalto N.V. Compartiment : Compartiment A ISIN : NL0000400653 Diffuseur : Business Wire Type de document : Information périodique / Information 1er trimestre Date de publication : 4/29/2010

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE Approuvé par le Conseil d administration le 25 août 2015 BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE Le Comité est chargé d élaborer des principes et des lignes directrices

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

1. Contexte gouvernemental

1. Contexte gouvernemental POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES 2016 Table des matières 1. Contexte gouvernemental... 2 2. Portée de la politique... 3 3. Objectifs de la politique... 3 4. Quelques définitions... 3 5. Contexte historique

Plus en détail

DÉCLARATION NATIONALE DU CANADA À LA COP21. Allocution prononcée par le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada

DÉCLARATION NATIONALE DU CANADA À LA COP21. Allocution prononcée par le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada DÉCLARATION NATIONALE DU CANADA À LA COP21 Allocution prononcée par le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada Paris (France) 30 novembre 2015 Le texte prononcé fait foi 2 Je suis content

Plus en détail

MODIFICATION N 1 À LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 15 JANVIER 2016

MODIFICATION N 1 À LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 15 JANVIER 2016 DATÉE DU 19 MAI 2016 MODIFICATION N 1 À LA NOTICE ANNUELLE DATÉE DU 15 JANVIER 2016 CONCERNANT LES TITRES DES FONDS SUIVANTS : FONDS CONSTITUÉS EN FIDUCIE Fonds Desjardins IBrix Actions canadiennes à dividendes

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive x C.A. C.E. C.G. Direction générale Résolution 06-318-5.05 Direction x Nouveau document Amende

Plus en détail

vocation exclusive dimension humaine relation privilégiée structure entièrement indépendante

vocation exclusive dimension humaine relation privilégiée structure entièrement indépendante Gestion Privée Tradition Fondée à Neuchâtel en 1815, la Banque Bonhôte & Cie SA a développé une longue tradition de compétence dans la gestion financière et patrimoniale, sa vocation exclusive. La dimension

Plus en détail

SECRÉTARIAT DU CONSEIL DU TRÉSOR Paul-Émile Arsenault Christian Beaudet Lorraine Malenfant-Loiselle Paul-René Roy Michel Turner

SECRÉTARIAT DU CONSEIL DU TRÉSOR Paul-Émile Arsenault Christian Beaudet Lorraine Malenfant-Loiselle Paul-René Roy Michel Turner 1 Ce guide a été réalisé par le Secrétariat du Conseil du trésor avec la collaboration d un groupe de travail interministériel. Il a également été soumis aux répondants à l implantation de la modernisation

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises d économie sociale de Sherbrooke

Politique de soutien aux entreprises d économie sociale de Sherbrooke Politique de soutien aux entreprises d économie sociale de Sherbrooke En complément au CA du 27 janvier 2016 Adoption au CA du 27 avril 2016 TABLE DES MATIÈRES I- Mise en contexte... 2 II- Services de

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2006-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Définition du cadre, des orientations, et des modalités des

Plus en détail

États financiers semestriels au 30 septembre 2015. Portefeuilles Cycle de vie CI

États financiers semestriels au 30 septembre 2015. Portefeuilles Cycle de vie CI États financiers semestriels au 30 septembre 2015 Portefeuilles Cycle de vie CI À l intérieur Aperçu... 1 Le Conseil d administration des Fonds CI Lettre du Conseil d administration des Fonds CI... 2 Portefeuille

Plus en détail

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES LANDES L ARCHIVAGE ELECTRONIQUE 2 e RENCONTRES LANDESPUBLIC ORGANISEES PAR L ALPI Jeudi 29 septembre 2005 Intervention de Jacques Pons, Directeur des archives départementales

Plus en détail

L Empreinte de l eau, source de gouvernance

L Empreinte de l eau, source de gouvernance Mémoire L Empreinte de l eau, source de gouvernance Présenté à l Office de consultation publique de Montréal par Aqua Climax inc. 29 août 2013 Mémoire rédigé par : Bastien Guérard Aqua Climax info@aquaclimax.com

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC : UNE NOUVELLE DISCIPLINE LE CONTEXTE : Le management public est avant tout un objet d'études : la

Plus en détail

Les projets transversaux sectoriels : à la rencontre du troisième type

Les projets transversaux sectoriels : à la rencontre du troisième type Division évaluation et capitalisation Série Notes de synthèse n 11 mai 2013 expost ExPost Les projets transversaux sectoriels : à la rencontre du troisième type Les notes de synthèse ExPost présentent,

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

La démarche de certification. La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles

La démarche de certification. La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles La démarche de certification La certification des organismes communautaires partenaires du ministère de l Immigration et des Communautés culturelles Table des matières Introduction... 4 Historique...

Plus en détail

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis

Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Code d éthique du CHAU Hôtel-Dieu de Lévis Adopté à la séance du Conseil d administration Septembre 2006 Tables des matières PRÉAMBULE 1 INTRODUCTION 2 Les définitions 3 Les valeurs fondamentales 3 Les

Plus en détail

...2. Sainte-Foy, le 22 février 2002

...2. Sainte-Foy, le 22 février 2002 Sainte-Foy, le 22 février 2002 Objet : Crédit d impôt pour l intégration de solutions de commerce électronique admissibles Discours sur le budget 2000-2001 Article 1029.8.21.32 de la Loi sur les impôts

Plus en détail

PRÉSENTATION JOURNÉE TENDANCE SOCCRENT / PLURI-CAPITAL

PRÉSENTATION JOURNÉE TENDANCE SOCCRENT / PLURI-CAPITAL PRÉSENTATION JOURNÉE TENDANCE SOCCRENT / PLURI-CAPITAL 14/12/2011 PRÉSENTATION Qu est ce que Soccrent / Pluri-Capital; Investir en régions; Historique des fonds et du commandité; Modèle d affaires; Conclusion.

Plus en détail

3 e Conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit

3 e Conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit 3 e Conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit DOSSIER DE PRESSE Mardi 28 juin 2016, Bercy ÉDITO D EMMANUEL MACRON, MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE ET AXELLE LEMAIRE, SECRETAIRE

Plus en détail

Société des loteries et des jeux de l Ontario

Société des loteries et des jeux de l Ontario Société des loteries et des jeux de l Ontario Mémoire à l intention du Comité sénatorial des affaires juridiques et constitutionnelles concernant le projet de loi C-290 sur les paris sportifs sur une seule

Plus en détail

De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques. Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques

De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques. Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaires

Plus en détail

Programme de formation MMQ

Programme de formation MMQ Programme de formation MMQ Gestion des risques Édition 2014 Environnement Sports et loisirs Sécurité incendie La MMQ, la marque de la gestion des risques La Mutuelle des municipalités du Québec est reconnue

Plus en détail

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales.

FILIÈRE CONCERNÉE : Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales. DÉCISION DU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE FRANCEAGRIMER MEP/SMEF/ Délégation nationale de VOLX. BP 8 25 Rue Maréchal Foch 04130 VOLX Dossier suivi par : Denis Cartier-Millon Tel. : 04.92.79. 34.55 E-mail : denis.cartier-millon@franceagrimer.fr

Plus en détail

L Administration de l aéroport international d Ottawa. Établir des liens avec le monde

L Administration de l aéroport international d Ottawa. Établir des liens avec le monde L Administration de l aéroport international d Ottawa Établir des liens avec le monde Novembre 2008 Y YOW L aéroport de la capitale du Canada L Aéroport international (Macdonald-Cartier) d Ottawa (AIO),

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec

Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec À propos du Plan Nord Le Plan Nord va se déployer sur 25 ans. Résumé du Plan Nord du gouvernement du Québec Territoire concerné: 1,2 millions de km 2 soit 72% du Québec. Le territoire visé se situe au

Plus en détail

Organiser et valoriser un secteur des plus prometteurs

Organiser et valoriser un secteur des plus prometteurs Organiser et valoriser un secteur des plus prometteurs PLAN STRATÉGIQUE 2005-2010 Secteur agricole et agroalimentaire de la Chaudière-Appalaches RÉALISATION Le présent plan stratégique a été réalisé sous

Plus en détail

Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération

Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Rapport du vérificateur général de la Ville de Montréal au conseil municipal et au conseil d agglomération Pour l exercice terminé le 31 décembre 2014 4.3 Participation de la Société de transport de Montréal

Plus en détail

ASSOCIATION DES GARDERIES PRIVÉES DU QUÉBEC (AGPQ) MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 27

ASSOCIATION DES GARDERIES PRIVÉES DU QUÉBEC (AGPQ) MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 27 ASSOCIATION DES GARDERIES PRIVÉES DU QUÉBEC (AGPQ) MÉMOIRE SUR LE PROJET DE LOI 27 Loi sur l optimisation des services de garde éducatifs à l enfance subventionnés présenté à la COMMISSION DES RELATIONS

Plus en détail

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de

Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients Complément d information exclusif pour le site Internet de Expansion PME Montérégie Est 17 août 2015 Le meilleur moyen

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE : L EXPERIENCE DE L UMOA

LA REGLEMENTATION DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE : L EXPERIENCE DE L UMOA LA REGLEMENTATION DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE : L EXPERIENCE DE L UMOA Eric EKUE Directeur, chargé de la Mission pour la Réglementation et le Développement de la Microfinance (BCEAO) La microfinance

Plus en détail

Contribution de la CPCA au diagnostic territorial

Contribution de la CPCA au diagnostic territorial Contribution de la CPCA au diagnostic territorial NB : Ce travail a été réalisé en interne par les équipes techniques de la CPCA Introduction La CPCA Picardie rassemble depuis 2001 les quinze grandes coordinations

Plus en détail

Partenariat public privé: prestation des services publics - l expérience tunisienne

Partenariat public privé: prestation des services publics - l expérience tunisienne Partenariat public privé: prestation des services publics - l expérience tunisienne GOOD GOVERNANCE FOR DEVELOPMENT IN ARAB COUNTRIES WORKING GROUP IV: FOCUS GROUP ON REGULATORY REFORM AND A SPECIAL SESSION

Plus en détail

une rationalisation d ampleur inédite

une rationalisation d ampleur inédite Conférence de presse 20 octobre 2015 Dossier de presse Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : une rationalisation d ampleur inédite Didier Gosuin Ministre bruxellois de l Economie

Plus en détail

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES?

ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? ÉTUDE «HORIZON PME» QUELS BESOINS POUR FINANCER L ACTIVITE DES PME «NUMERIQUES» INNOVANTES FRANÇAISES? Synthèse En France, la compétitivité des PME, reconnues comme essentielles à la prospérité du pays,

Plus en détail